Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps et machines à l'âge industriel

 | 
Laurence Guignard
, 
Pascal Raggi
, 
Étienne Thévenin

Cinquième partie. Régénération et fatigues des corps

Le corps entre mécanique et machines

Vincent Borella

Texte intégral

1Les relations entre le corps et la machine à l’âge industriel s’inscrivent sur l’arrière-plan mental de la conception mécaniste du monde qui s’élabore à partir de Galilée. L’art de concevoir et fabriquer des machines tire en effet parti des progrès de la connaissance en matière de mécanique, le terme ambivalent désignant à la fois la description scientifique du monde (la mécanique rationnelle ou la mécanique céleste) et l’art de construire des machines en appliquant les principes de cette science.

2Partant de ce constat, cet article, inscrit dans une démarche propre à l’histoire des sciences, poursuit deux objectifs. Il se propose, dans un premier temps, de saisir l’incidence de cette conception mécaniste du monde sur la relation entre le corps et la machine. Cette révolution conceptuelle place l’homme entre le monde qu’il conçoit comme une machine et les machines qu’il construit pour prolonger et amplifier le travail de son corps. On explorera ainsi brièvement les conséquences de cette conception du monde caractéristique de l’âge industriel qui place l’homme avec son corps entre ces deux mécanismes.

3Dans un second temps, on envisagera le cas particulier des machines scientifiques (les instruments), qui offrent un exemple particulièrement éclairant de prolongement ambivalent du corps et de ses sens. La façon dont la machine supplée le corps humain et ses insuffisances dans l’observation, l’enregistrement et la mesure scientifique, montrent les apports de la machine à la découverte scientifique et à la recherche de la précision dans la mesure comme dans l’usinage.

La révolution mécaniste à partir de Galilée

4Le rapport du corps à la machine peut d’abord être envisagé sous l’angle de la comparaison du corps à une machine. Cette conception de l’homme-machine théorisée par Descartes et poursuivie par les iatromécaniciens se rencontre en fait dès l’Antiquité avec la notion d’organisme introduite par Aristote qui déjà considère le corps comme une machine. D’un certain point de vue, le corps humain répond d’ailleurs à la définition d’une machine : une source d’énergie, des mécanismes de transmission (les chaînes cinématiques) et l’outil (la main comme outil ou comme porte-outil). Pour autant, cette vision de l’homme comme machine se développe dans l’Antiquité et à l’époque moderne dans le cadre d’une conception radicalement différente de la place de l’homme dans l’univers et du statut des machines.

  • 1 Aristote, Physique, II, 1, 193 a, traduction de Pierre Pellegrin, Paris, Flammarion, 2000, p. 118.

5Pour Aristote et la philosophie antique, la nature est supérieure à l’art, la technique se contente d’imiter la nature, l’homme et les techniques qu’il met en œuvre sont immanents à la nature. La relation entre forme et matière relève dans la nature d’un principe interne, alors que les produits de la technique et de l’art ne tirent pas d’eux-mêmes leur principe de fabrication. L’homme impose au bois la forme d’un lit, si ce bois de lit se mettait à germer, il donnerait un arbre, pas un lit1. Ainsi, la nature relève de la nécessité alors que l’art et la technique relèvent de la contingence, c’est-à-dire du monde sublunaire, du hasard et de l’activité de l’homme. La différence entre science et technique est radicale, la science est une activité noble qui recherche les lois nécessaires du cosmos, tandis que la technique relève du tour de main de l’artisan.

6La révolution scientifique et intellectuelle inaugurée par Galilée, Descartes et Newton marque une rupture complète avec cette conception aristotélicienne. Cette révolution scientifique s’inscrit dans le contexte mental judéo-chrétien d’un Dieu transcendant, ayant créé l’homme à son image et à sa ressemblance, l’ayant doté d’une raison capable de comprendre les plans du créateur.

  • 2 Galilei G., L’Essayeur de Galilée, traduction française de Christiane Chauviré, Paris, Les Belles (...)
  • 3 Galilei G., Dialogue sur les deux grands systèmes du monde, traduction de l’italien par René Frére (...)

7Pour Galilée, le monde a été conçu suivant les règles de la raison mathématique : « La philosophie est écrite dans ce vaste livre qui constamment se tient ouvert devant nos yeux (je veux dire l’univers), et on ne peut le comprendre si d’abord on n’apprend à comprendre la langue et les caractères dans lesquels il est écrit. Or il est écrit en langue mathématique, et ses caractères sont les triangles, les cercles et autres figures géométriques sans lesquels il est humainement impossible d’en comprendre un mot – sans lesquels on erre vainement en un labyrinthe obscur2. » Or, dans l’ordre de la connaissance mathématique, la connaissance de l’homme égale celle de Dieu : « En ces sciences l’intellect divin peut bien connaître infiniment plus de propositions que l’intellect humain, puisqu’il les connaît toutes, mais à mon sens la connaissance qu’a l’intellect humain du petit nombre de celles qu’il comprend parvient à égaler en certitude objective la connaissance divine, puisqu’elle arrive à en comprendre la nécessité et qu’au-dessus de cela, il n’y a rien de plus assuré3. »

8La révolution scientifique galiléenne consiste, d’abord, en l’abolition de la distinction entre le monde sublunaire et le cosmos supra lunaire, désormais la terre et le cosmos sont de même nature et obéissent aux mêmes lois. Ce renversement de la physique aristotélicienne était une nécessité pour admettre l’héliocentrisme.

9Cette unification de la physique, ou plus exactement l’extension de son objet à l’Univers entier, va de pair chez Galilée avec l’ambition de théoriser et d’expliquer mathématiquement le mouvement. Il va concevoir par la force de l’esprit une théorie géométrisée du mouvement, il fonde la mécanique comme science de l’équilibre, du mouvement et des forces qui les produisent ou les détruisent. Ses recherches sur la chute des graves, sur l’inertie, sur la relativité du mouvement, sur l’accélération, ouvrent aussi la voie à l’amélioration des machines par le calcul de leur principe de fonctionnement, et donc à la mécanique comme science des machines.

L’homme entre mécanique céleste et mécanique appliquée

10Bientôt, la mécanique va devenir au XVIIIe et surtout au XIXe siècle le modèle de toute science de la nature. Le mécanisme devient une véritable idéologie, une philosophie naturelle dominante à l’âge industriel. Désormais, tout phénomène naturel doit pouvoir s’expliquer par les lois du mouvement matériel. Si en Angleterre la mécanique reste une science essentiellement expérimentale, en France la mécanique rationnelle est rattachée aux facultés de mathématique et est pratiquée comme une science déductive et abstraite. Divisée traditionnellement en cinématique (étude des propriétés géométriques des mouvements dans leur rapport avec le temps sans intervention de masse ni de force), statique (étude des forces dans l’état d’équilibre) et dynamique (étude du mouvement dans son rapport avec les forces et les masses), la mécanique élargit considérablement au XIXe siècle son champ d’application et son niveau d’abstraction : mécanique analytique avec les travaux mathématiques de Louis Lagrange et William Hamilton, mécanique des milieux continus et des milieux déformables avec les travaux d’Augustin Cauchy et Gabriel Lamé, mécanique des fluides, puis thermodynamique avec Sadi Carnot et Ludwig Boltzmann, même l’électromagnétisme de James Clerk Maxwell s’appuie sur une approche mécanique.

  • 4 Voir Bolmont E., Le rôle épistémique des analogies, à l’exemple de l’électricité, du magnétisme et (...)

11On en vient à admettre que seule une description mécanique d’un phénomène en offre une explication à la fois vraie et compréhensible. Les Anglais, particulièrement, multiplient les modèles mécaniques (au sens propre de modèles réduits fonctionnant comme des machines) pour décrire et expliquer les phénomènes physiques, y compris par exemple les phénomènes électriques4.

12Parallèlement, la mécanique comme science des machines construites par l’homme ne cesse de se développer.

13Dès lors, l’homme se trouve dans une situation intellectuelle tout à fait particulière : il est comme à l’interface entre un univers qu’il conçoit, décrit et explique comme une machine et les machines artificielles qu’il fabrique. Le terme de mécanique s’applique avec le même contenu rationnel et mathématique à la mécanique céleste et à la mécanique industrielle.

14N’est-ce pas cette idée que Torricelli au XVIIe siècle et Heisenberg au XXe siècle expriment chacun à leur manière ? Au début de la période moderne, Torricelli peut affirmer avec audace :

  • 5 « Lettre de Torricelli à Michelangelo Ricci de février 1646 », citée par Festa E., « Torricelli et (...)
  • 6 Heisenberg W., La nature de la physique contemporaine, traduit de l’allemand par Karvelis U. et Le (...)

« Si les boules de plomb ou de fer, ainsi que les pierres, ne suivent pas les relations que nous avons supposées, tant pis pour elles : nous dirons que ce n’est pas d’elles que nous parlons5 ». Trois siècles plus tard, Heisenberg pourra constater qu’entre la technique et la description scientifique qu’il fait du monde « l’homme se trouve désormais seul avec lui-même6. »

Conception mécaniste et description scientifique du monde

15Ce contexte intellectuel dans lequel l’homme se retrouve seul entre l’univers qu’il se représente à l’aide de sa raison mathématique, et les machines qu’il construit à l’aide de cette même raison, génère un certain nombre de questions.

16La première question porte sur l’adéquation entre la description mécaniste du monde et sa réalité. La description mécaniste du monde est-elle réaliste ? De même que les machines et les mécanismes que l’homme invente restent simples et comme schématiques et grossiers par rapport à la complexité et la subtilité de ce que produit la nature, de même on peut se demander si le modèle mécanique du monde que produit la science correspond à sa réalité. N’en donne-t-il pas une représentation schématique et simplifiée, nécessaire pour décrire et comprendre, mais simplificatrice et n’ayant finalement qu’un rapport conventionnel avec cette réalité, un peu comme la carte de géographie par rapport à la réalité du terrain ? On peut tenter d’apporter à cette question plusieurs éléments de réponse. La réalité excède sa description scientifique : la théorie ondulatoire du son et les lois de l’acoustique n’épuisent pas la beauté et l’émotion procurée par l’écoute d’un morceau de musique. D’autre part, les phénomènes naturels ne se passent jamais exactement comme les lois scientifiques les décrivent, parce que ces phénomènes sont plus complexes que la description que l’on en donne et qu’ils ne sont jamais isolés complètement d’autres phénomènes perturbateurs. Ainsi, d’une certaine manière, on peut dire que l’homme projette de la même façon sa pensée rationnelle et géométrique sur les objets qu’il construit et sur la description qu’il fait du monde. Il y aurait alors identité de nature entre les machines construites par l’homme et la description mécanique qu’il fait du monde et donc la même distance entre un objet fabriqué et un objet naturel qu’entre la description mécanique du monde et sa réalité.

17La crise de la mécanique classique, avec la théorie de la relativité et la mécanique quantique au début du XXe siècle, remet-elle en cause la philosophie naturelle mécaniste ? Dans le domaine scientifique, c’est une évidence, à l’échelle de l’univers et à des vitesses proches de celle de la lumière, le temps et l’espace ne sont plus les formes a priori de toute expérience sensible, dans le domaine subatomique le déterminisme strict est remplacé par une fonction de probabilité, les relations d’incertitudes ne permettent plus de déterminer avec une précision aussi grande que l’on voudra la position et la vitesse d’une particule, l’acte d’observer influe sur le résultat de l’observation. Pour autant, l’image du monde la plus commune reste encore aujourd’hui essentiellement mécaniste en ce qui concerne les objets inanimés, car cette remise en cause de la mécanique classique ne concerne pas directement le monde à l’échelle de l’homme, le monde de l’expérience sensible directe, le monde du corps et des machines.

Machines et imitation de la nature

18Une seconde question est de savoir dans quelle mesure les machines à l’âge industriel sont de près ou de loin des tentatives d’imitation de la nature ou du fonctionnement du corps ? Il existe incontestablement une sorte de filière de conception des machines qui, des automates de Vaucanson aux robots androïdes les plus performants actuels, explore cette voie de l’imitation la plus fidèle possible des fonctions du corps humain. Mais il faut noter que cette imitation se fait par des procédés techniques très éloignés des solutions utilisées par la nature, il s’agit d’imiter la forme et les fonctions, non les mécanismes sous-jacents mis en œuvre.

19C’est la même voie qui est suivie dans les tentatives d’imitation du raisonnement humain, depuis la machine à calculer mécanique de Pascal jusqu’aux systèmes experts électroniques actuels. Cette tentative d’imitation de la fonction se retrouve dans le domaine médical, depuis les prothèses jusqu’aux organes artificiels, mais cette filière reste finalement marginale dans le domaine de la conception des machines.

20De nombreuses tentatives d’imitation de la nature dans le domaine mécanique se sont avérées être des impasses. La longue histoire des essais de vol d’un plus lourd que l’air par l’imitation du vol des oiseaux en est un exemple symptomatique, la solution viendra de choix technologiques radicalement différents de ceux utilisés par la nature. La navigation mécanique propulsée par roue à aubes imitant l’effet du geste du rameur ou celui du palmipède sera révolutionnée par la mise au point laborieuse de l’hélice. Mise au point rendue particulièrement difficile parce que l’exemple antique de la vis d’Archimède était en fait inopérant pour la propulsion d’un navire.

21D’une façon générale, la machine utilise le plus souvent des solutions mécaniques dont l’exemple n’existe pas dans la nature, c’est le cas de la roue, de l’hélice, des modes de transmission et de transformation du mouvement (par engrenage, par cardan, par différentiel, par parallélogramme, par arbre, par courroie, par chaîne, par crémaillère, par vis sans fin, par bielle et manivelle, par came, par excentrique…). La plupart des ces procédés mécaniques ne sont pas des extrapolations de ce qui peut être observé dans la nature et notamment dans le fonctionnement des vertébrés, mais bien des inventions de l’esprit humain qui sait ne pouvoir disposer que de deux sortes de mouvements, le mouvement rectiligne et le mouvement circulaire, (alternatifs ou continus), et qui a su faire accomplir à ses machines toutes les opérations possibles à l’aide de ces chaînes cinématiques sorties de sa raison. Cette capacité ne pouvait que légitimement flatter son orgueil et lui donner l’ambition d’expliquer le monde, si ce n’est par les mêmes mécanismes, du moins par les mêmes opérations mentales rationalisantes.

  • 7 Simondon G., Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier, 1989.

22Pour autant, on constate aussi sur l’ensemble de la période industrielle, une évolution des machines vers une intégration de plus en plus poussée et donc vers un fonctionnement de plus en plus proche de celui d’un organisme. C’est en ce sens qu’une analogie entre corps et machine devient vraiment profonde, non plus dans l’imitation des fonctions comme c’était le cas pour les automates et les robots, mais dans un fonctionnement de plus en plus analogue à celui d’un organisme, malgré l’absence de toute ressemblance formelle. L’exemple classique est celui de l’évolution du moteur thermique, depuis la machine à vapeur, moteur à combustion externe, en passant par le moteur à explosion, à combustion interne, puis le moteur diesel, sans allumage, jusqu’au réacteur sans transformation d’un mouvement rectiligne alternatif en mouvement circulaire7.

Quels liens entre science et techniques ?

23La troisième question concerne le lien entre sciences et techniques. La technique est-elle une application de la science ? L’histoire des sciences et des techniques montre qu’il y a rarement un lien causal direct entre la science et la technique. Cela est vrai aussi dans le domaine des machines et de la mécanique appliquée. La mise au point progressive de la machine à vapeur atmosphérique à la fin du XVIIe siècle par Thomas Savery, Denis Papin et Thomas Newcomen se fait bien dans le contexte scientifique des expériences sur le vide et sur la pression atmosphérique, mais la théorie physique d’une machine thermique ne sera énoncée que bien plus tard dans le cadre de la thermodynamique de Carnot, Clausius et Boltzmann. Le premier moteur thermique conçu comme une application technique de cette science est celui de Rudolf Diesel à la fin du XIXe siècle.

24À l’inverse, la géométrie des roues dentées est exposée par les mathématiciens dès le XVIIIe siècle, mais ces recherches théoriques sur la forme des engrenages ne seront pas mises en application avant le milieu du XIXe siècle car jusque-là, la taille empirique des dents suffisait pour des mécanismes tournant lentement ou ne transmettant que de faibles forces.

Les instruments scientifiques

25La problématique corps et machines pose aussi la question des instruments scientifiques pour deux catégories d’entre eux : ceux qui rendent possible l’observation de phénomènes inaccessibles aux sens, particulièrement à la vue, le télescope et le microscope ; et ceux qui permettent de mesurer les phénomènes de façon objective et reproductible, les horloges, les baromètres, les thermomètres…

  • 8 Galilei G., Le Messager des étoiles, traduit du latin par Fernand Hallyn, Paris, Le Seuil, 1992.

26En ce qui concerne les instruments d’observation, la première description et interprétation de la première observation de la lune ou des satellites de Jupiter à travers une lunette par Galilée dans Le Messager des étoiles en 1610 reste sans doute le plus émouvant témoignage de la découverte d’un monde nouveau8. Ce texte reste une leçon magistrale d’observation, notamment lorsque Galilée décrit et dessine l’allongement progressif de l’ombre des reliefs lunaires qu’il interprète à juste titre comme des montagnes. On a là une démonstration éclatante de ce que l’observation ne peut rien voir sans un contexte théorique interprétatif.

  • 9 Nasmyth J. et Carpenter J., The Moon Considered as a Planet, a World and a Satellite, Londres, Joh (...)
  • 10 Flammarion C., « Montagnes lunaires photographiées, chaîne des Apennins », planche III, Les Terres (...)

27Au XIXe siècle, l’invention de la photographie laissait espérer que l’on avait découvert la machine à enregistrer objectivement tous les détails observés au télescope. Or, jusqu’aux années 1880, l’observation visuelle directe et les croquis faits par des observateurs expérimentés restent très supérieurs aux enregistrements photographiques. À tel point qu’en 1874, James Nasmyth et James Carpenter font paraître un ouvrage reproduisant les photographies judicieusement éclairées de maquettes en plâtre réalisées d’après les croquis d’observation visuelle de Nasmyth9. Le résultat est stupéfiant, ces photographies seront considérées comme les meilleures jamais réalisées des détails de la topographie lunaire. Camille Flammarion reprendra certaines de ces photographies dans ses ouvrages de vulgarisation mais sans préciser leur mode de fabrication10. On se trouve là devant un véritable leurre photographique, illustrant à la fois la fascination pour l’image photographique et les limites de celle-ci. Cependant, dès la fin du XIXe siècle, l’amélioration des émulsions photographiques et de leur sensibilité va permettre à l’astronomie de faire des progrès décisifs, notamment dans le domaine du ciel profond, à jamais inaccessible à l’œil humain même à l’oculaire des plus puissants télescopes ; il en va de même pour l’enregistrement du spectre de la lumière céleste. La photographie deviendra un instrument d’observation et d’enregistrement irremplaçable.

  • 11 Voir Boistel G., « Pierre Bouguer, commissaire pour la marine et expert pour les longitudes : un o (...)

28Dans le domaine des instruments de mesure, l’histoire de la mise au point du chronomètre de marine pour le calcul de la longitude est emblématique des rapports entre mécanique céleste et mécanique appliquée. Au moment où John Harrison fabriquait le chronomètre à la précision et fiabilité requises pour le calcul de la longitude lors d’un voyage transatlantique, lui donnant théoriquement droit au prix créé en 1714 par la loi longitude votée par le Parlement anglais, la méthode des distances lunaires (distance angulaire d’un astre à la lune), élaborée par les astronomes et rendue possible par la mise au point du sextant et la laborieuse élaboration de tables astronomiques, se présentait comme plus fiable (mais beaucoup plus compliquée que la simple comparaison de l’heure locale et de l’heure du méridien de départ soigneusement conservée par le chronomètre) car reposant sur la mécanique céleste et non sur le mécanisme d’une horloge. La lutte qui opposera, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, Harrison aux astronomes est révélatrice de ce rapport entre mécanique céleste et mécanique appliquée. Le moment où le chronomètre gagne la partie est sans doute celui ou l’humanité s’aperçoit qu’elle peut faire confiance à ses propres réalisations mécaniques et que celles-ci lui simplifient la tâche11. Cette victoire ouvre la voie aux systèmes de navigation et de positionnement reposant sur des machines (gyroscopes pour les systèmes de navigation inertiels ou satellites pour les systèmes de positionnement).

La question de la précision

  • 12 Sur la précision, voir Jozeau M.-F., « La mesure de la Terre au XIXe siècle, nouveaux instruments, (...)

29La dernière question concernant les machines et les instruments scientifiques est celle de leur précision. Comment faire des instruments précis avec des outils grossiers ? Cette question résume la problématique du progrès, le passage du moins au plus. La mécanique a su trouver la réponse à cette question par trois procédés remarquables souvent combinés entre eux : la vis micrométrique (le mouvement circulaire permet de maîtriser avec une grande précision un mouvement rectiligne), le vernier (permettant avec des graduations gravées, par exemple, à 0,9 mm d’atteindre une précision de lecture du 10e de mm), et la loupe de lecture permettant par grossissement d’accroître la précision de lecture du vernier. Ces procédés se retrouvent aussi bien sur les instruments scientifiques que sur les machines-outils permettant d’usiner des pièces de plus en plus précisément12.

Conclusion

30La crise de la mécanique classique au début du XXe siècle n’a pas été causée par la mise au point de machines ou d’instruments scientifiques révolutionnaires, par exemple la constatation expérimentale de la constance de la vitesse de la lumière quel que soit le mouvement relatif de l’observateur et de la source lumineuse repose sur des expériences soigneuses et précises mais pas sur une révolution dans la puissance ou la précision des instruments utilisés. Les réponses à cette crise sont élaborées essentiellement par un effort de réflexion et de clarification des concepts absolument sans équivalent depuis Galilée. Aujourd’hui, les tentatives de compréhension de l’infiniment petit et de l’infiniment grand, celles d’une théorie unifiée du monde quantique et de la relativité générale mobilisent des machines de plus en plus gigantesques, notamment les accélérateurs de particules, mais aussi les télescopes par interférométrie ou les calculateurs électroniques, ces machines coûteuses ne remplacent pas la réflexion théorique mais restent indispensables pour valider ou non les hypothèses. On se trouve dans une situation dans laquelle les réponses semblent fuir comme l’horizon au fur et à mesure que l’on s’enfonce dans l’infiniment grand ou petit et où les moyens mécaniques nécessaires pour progresser sont nécessairement de plus en plus considérables, un peu comme si l’on cherchait à atteindre le pôle sur une carte de Mercator dont la projection cylindrique se prolongerait indéfiniment. Grâce à des moyens techniques de plus en plus lourds, on peut parcourir des distances de plus en plus grandes sur la carte mais qui correspondent à des distances de plus en plus petites sur le globe, on finit par ne plus s’approcher du pôle que de façon infinitésimale. De façon analogique, on peut se demander s’il existe une limite dans le développement des machines mises au service de la compréhension du monde.

Notes

1 Aristote, Physique, II, 1, 193 a, traduction de Pierre Pellegrin, Paris, Flammarion, 2000, p. 118.

2 Galilei G., L’Essayeur de Galilée, traduction française de Christiane Chauviré, Paris, Les Belles Lettres, 1980.

3 Galilei G., Dialogue sur les deux grands systèmes du monde, traduction de l’italien par René Fréreux, Paris, Le Seuil, 1992, p. 211.

4 Voir Bolmont E., Le rôle épistémique des analogies, à l’exemple de l’électricité, du magnétisme et de l’électromagnétisme, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 1999.

5 « Lettre de Torricelli à Michelangelo Ricci de février 1646 », citée par Festa E., « Torricelli et l’école galiléenne », inBlay M. et Halleux R. (dir.), La science classique, XVIe-XVIIIe siècle, dictionnaire critique, Paris, Flammarion, 1998, p. 387.

6 Heisenberg W., La nature de la physique contemporaine, traduit de l’allemand par Karvelis U. et Leroy A.-E., Paris, Gallimard, 2000, p. 135.

7 Simondon G., Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier, 1989.

8 Galilei G., Le Messager des étoiles, traduit du latin par Fernand Hallyn, Paris, Le Seuil, 1992.

9 Nasmyth J. et Carpenter J., The Moon Considered as a Planet, a World and a Satellite, Londres, John Murray, 1874.

10 Flammarion C., « Montagnes lunaires photographiées, chaîne des Apennins », planche III, Les Terres du ciel, Paris, Marpon et Flammarion, 1877, p. 486.

11 Voir Boistel G., « Pierre Bouguer, commissaire pour la marine et expert pour les longitudes : un opposant au développement de l’horlogerie marine au XVIIIe siècle », in Revue d’histoire des sciences, t. LXI-I, janv.-juin 2010, p. 121-159.

12 Sur la précision, voir Jozeau M.-F., « La mesure de la Terre au XIXe siècle, nouveaux instruments, nouvelles méthodes », J.-C. Beaune (dir.), La mesure, instruments et philosophie, Seyssel, Champ Vallon, 1994, p. 95-106.

Auteur

IPR-IA d’histoire-géographie de l’académie Nancy-Metz, docteur en épistémologie des sciences

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540