Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps et machines à l'âge industriel

 | 
Laurence Guignard
, 
Pascal Raggi
, 
Étienne Thévenin

Quatrième partie. Machines de loisir

Le corps ludique ? Imaginaires du billard électrique (1959-1973)

Audrey Orillard

Texte intégral

  • 1 Dumats P., « Les flippés du flipper », Lui, juillet 1973, p. 76-80.

« L’habitué du café, moustaches blanches et béret basque, attablé devant le tapis vert où s’étalent les cartes, fait aujourd’hui partie de l’imagerie populaire. Il a été détrôné par le monsieur d’un âge moins canonique et à l’allure beaucoup moins respectable, qui s’agite frénétiquement devant une machine à quatre pieds1. »

  • 2 Dans la presse, mais également dans la production scientifique, puisqu’il faut comprendre « billar (...)

1Le café est historiquement un lieu de divertissement et de pratique des jeux : les parties de dés, de cartes ou d’échecs y sont progressivement remplacées par des loisirs nécessitant le recours à une machine, laquelle octroie à la clientèle une certaine autonomie vis-à-vis du gérant du café ou du bistrot. Ainsi un consommateur peut-il décider de l’accompagnement sonore de son choix, en glissant une pièce dans un juke-box, convier ses amis à une partie de baby-foot ou jouer seul au billard électrique. L’introduction de ces appareils automatiques dans les lieux publics, en particulier dans l’espace du café, n’est pas sans susciter des questionnements nouveaux quant aux loisirs et au rapport du corps à la machine, dans un cadre ludique. L’interdiction des machines à sous dans l’ensemble des lieux publics, leur exploitation étant réservée aux cercles de jeux et aux casinos, jette l’opprobre sur l’ensemble des appareils équipés d’un monnayeur2 : votée en 1937, cette loi est concomitante des premiers billards en service en France. Les implications morales de ce loisir sont ainsi questionnées, quand elles ne sont pas simplement condamnées. Le rapport, en l’occurrence jugé malsain, du corps à la machine est au cœur des discours qui se développent à propos du flipper.

  • 3 Ceux-ci évoluent puisque les représentations négatives tendent à disparaître à partir de la second (...)
  • 4 Soit les articles suivants : Paris-Presse l’intransigeant [PPI], 28 juillet 1959, article repris d (...)
  • 5 Larguier J., « L’abus des “flippers”. Une recherche sur les motivations paracriminologiques d’une (...)
  • 6 Caillois R. (dir.), Jeux et sports, Paris, Gallimard, coll. « Encyclopédie de la Pléiade », 1967, (...)

2Les imaginaires du flipper se construisent au fil de ses représentations dans la presse, dans les reportages de l’ORTF ainsi que dans la production cinématographique, littéraire et musicale3. Cette étude s’appuie sur un corpus restreint d’une dizaine d’articles de presse, parus entre 1959 et 19734. Malgré des identités politiques très diverses, les articles réunis développent tous un regard critique à l’égard de cette pratique, et postulent son lien indéfectible avec la jeunesse, en particulier délinquante ; tout comme les trois études universitaires ajoutées à ce corpus. Deux enquêtes de type sociologique sont menées, la première en 1968 par le juriste Jean Larguier, la seconde dix ans plus tard par Gilbert Rozès5, qui se réfèrent toutes deux à la tentative de synthèse des jeux et des sports entreprise par Roger Caillois dès 19676. Cet éclairage scientifique souligne le recours fréquent à des spécialistes, tant de la part des partisans que des pourfendeurs du billard électrique : psychologues, éducateurs, voire criminologues et policiers sont conviés pour démontrer, concepts, expériences de terrain et enquêtes scientifiques à l’appui, les dégâts irréparables causés par le billard électrique.

  • 7 Fondé principalement sur les archives fiscales retrouvées au CAEF, ainsi que sur un corpus d’artic (...)
  • 8 Pour reprendre le titre du numéro 4 de la Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, « Images de l (...)

3Un court panorama du marché des appareils automatiques7 met en perspective la prétendue « invasion » de ces machines dans la société française. Le billard électrique, véritable révélateur de préoccupations sociales liées à l’urbanisation intense de l’après-guerre, permet de faire le lien entre désœuvrement et délinquance juvéniles. Pour le démontrer, les journalistes puisent dans la rhétorique médicale et policière et proposent une image-type du joueur de billard, aisément reconnaissable, ensuite déclinée parmi les « images de la jeunesse irrégulière8 » proposées notamment par le cinéma français. Dans l’espace du café, le rapport entre corps et machine ne peut être ludique.

L’invention du flipper : indications sur le marché des appareils automatiques

  • 9 Voir le décret no 55-469 voté le 30 avril 1955 et publié au J.O. du 3 mai 1955, p. 4 378-4 379. Le (...)
  • 10 Plusieurs raisons à cela : les chiffres des entreprises ne sont pas disponibles. Le montant des re (...)
  • 11 L’Officiel de l’automatique, no 105, décembre 1971, p. 16 ; le parc français compterait plus de ce (...)
  • 12 Une enquête de l’INSEE compte 171 784 débits de boissons et bars-tabacs en 1967, cité dans Dumazed (...)
  • 13 Un sondage effectué en 1969 atteste que 60 % des clients jouent le plus souvent au billard électri (...)
  • 14 Probablement parce que le baby-foot est plus prisé dans les zones rurales, et le billard électriqu (...)
  • 15 Enfin, de nombreux billards sont exploités dans des « kermesses », sortes de salles de jeux dans l (...)

4Si l’on en croit les journalistes, le billard électrique est « partout, il a envahi le monde entier » [PPI]. Il est difficile de retracer l’exploitation du billard électrique en France avant 1955, date à laquelle est créée la cinquième catégorie de l’impôt sur les spectacles, visant spécifiquement « les appareils automatiques installés dans les lieux publics9 ». Celle-ci permet aux municipalités et à l’administration fiscale de comptabiliser le nombre d’appareils en service dans les cafés. L’évaluation du parc national est possible, quoiqu’avec une certaine prudence10. Quelque cinquante mille billards électriques seraient exploités sur le territoire métropolitain durant les années 196011, soit le tiers des appareils automatiques loués aux cafetiers (en comptant les juke-boxes, les baby-foot et autres distributeurs). Rapportée au nombre de débits de boissons, au moins 170 000 à la même époque12, « l’invasion » décriée semble plutôt concerner la production de ce matériel, la majeure partie des billards étant de fabrication américaine. À l’inverse du baby-foot : il est également très répandu puisqu’entièrement mécanique, donc sans surcoût en électricité ni en frais d’importation. Moins critiqué, il est aussi moins prisé de la clientèle des cafés, selon les enquêtes menées par les professionnels et les sociologues13, et ne cristallise surtout pas les mêmes méfiances14. On constate en réalité un pluri-équipement des bistrots, certains débits de boissons étant assez grands pour pouvoir accueillir plusieurs appareils, tandis que d’autres, faute d’espace suffisant, ne peuvent en installer aucun15. Le billard électrique, dans ce contexte, se distingue par son caractère voyant et éclipse les autres activités pratiquées dans le bistrot.

  • 16 Le mot anglais (pinball) n’est pas usité ; le terme de flipper est employé par métonymie, puisqu’i (...)
  • 17 « Agressions de la vie moderne », reportage diffusé sur la deuxième chaîne le 21 janvier 1970.
  • 18 Extrait des paroles : « Ça cavale, ça sonne, ça s’allume partout !/Ding ! Ding ! Ça crépite comme (...)
  • 19 Ou encore : « autour d’eux, […] un vacarme extraordinaire, d’où s’échappe par instant la voix du j (...)

5Symptôme des villes modernes, le billard devient alors le support d’une critique générale de l’urbanisation anarchique. Sa dénomination16 même renvoie à un jeu ancien (le billard), en y accolant l’adjectif « électrique », qui implique l’idée de modernisation de l’appareil. Lumineux, bruyant, le flipper offre un condensé de la pollution visuelle et sonore des villes. Un reportage de l’ORTF, intitulé « Agressions de la vie moderne17 », le range aux côtés des automobiles et des marteaux-piqueurs sur les chantiers. Quand Édith Piaf accumule les onomatopées pour décrire cet étourdissement sonore dans la chanson Le Billard électrique18, la presse puise dans le champ lexical de l’armement pour décrire ces sons nouveaux : des « rafales de mitraillette » [C], « des chiffres [qui] s’allument dans un bruit d’armes automatiques », « [d] es appareils [qui] crépitent » [HD]. L’ambiance sonore choque les observateurs, qui notent la présence de musique en arrière-plan (« le juke-box hurle le dernier Sylvie Vartan » [SO]19). Ce « déluge d’excitations nerveuses » [SO] ne dérange pas les joueurs ; leur passivité face à ces signaux visuels et sonores, frénétiques et incessants, suscite l’incompréhension du jeune journaliste de vingt ans qui signe l’article publié dans Sud-Ouest.

La figure du joueur : du blouson noir au toxicomane

6Les articles à charge contre le billard électrique suivent dans l’ensemble le même schéma : à un état des lieux approximatif succède une description minutieuse du joueur. Ces portraits fort comparables, voire identiques, se focalisent sur une série d’éléments (le regard, les mains, les mouvements des jambes), selon lesquels les journalistes interprètent les réactions des joueurs. Au-delà d’une pratique ludique, ils voient dans ce jeu l’expression d’un manque, d’une violence sous-jacente, d’une sexualité non conforme.

La figure du blouson noir

  • 20 Selon Jean Larguier, les joueurs sont majoritairement jeunes (48, 6 % ont entre 17 et 19 ans), iss (...)
  • 21 Rozès G., Tilt ! Le Phénomène du billard électrique…, op. cit., p. 161.

7La figure-type du joueur se construit d’article en article, pour former le cadre rigide de sa représentation, à commencer par le sexe du joueur – forcément masculin. Les statistiques effectuées tendent à montrer que le joueur de flipper est généralement un homme, plutôt jeune et citadin20. La pratique du flipper est ainsi décrite comme l’expression d’une certaine virilité : démonstration de la puissance, voire d’une certaine agressivité. Respectant le cadre des distinctions genrées, aucun des auteurs ne comprend donc ce que peut chercher – ou prouver – une femme face à un flipper : « Les joueuses tentent d’imiter les joueurs en se contorsionnant ; elles pensent même souvent que le jeu consiste à remuer le corps et à appuyer sur les boutons commandant les flippers21. » L’absence des femmes dans ces représentations (« pas une seule femme » [HD]), respecte en cela l’imaginaire social du café, espace de sociabilité à dominante masculine. Cette sociabilité juvénile, qui éclot en dehors de tout espace d’exercice de l’autorité (institutions scolaires, religieuse, lieux du travail) inquiète, comme l’illustre le chapeau de l’article que Paris-Presse consacre aux billards électriques en 1959 : « Avec un certain effroi, la France a découvert qu’elle avait ses Teddy-boys, ses brigades voyous en blouson noir. »

  • 22 Les représentations se focalisent autour des jeunes joueurs, en effet majoritaires ; les articles (...)
  • 23 « Habitations à loisirs modérés », Seize millions de jeunes, diffusé le 3 décembre 1964 sur la deu (...)

8Si aucun des articles ne précise qu’une partie peut se jouer à plusieurs, jusqu’à quatre participants, l’un après l’autre, tous insistent sur le regroupement des jeunes22 autour de l’appareil : « ils sont cinq, agglutinés autour du billard électrique » [C], en « grappe de 17/24 ans, accrochés là ensemble » [SO] ; la caméra de l’émission Seize millions de jeunes23 peine à se frayer un chemin entre les corps serrés autour de l’appareil. « [S’ils se ressemblent étonnamment » [PPI], le joueur peut faire figure de meneur : au centre de l’attention, il a le « privilège » de jouer.

« Les établissements de flipper deviennent très vite des lieux de réunion de toute une jeunesse oisive et désœuvrée. Ils facilitent et favorisent la création de ce phénomène qu’on appelle la “bande”. » [SO]

  • 24 Voir entre autres le mémoire de maîtrise de T. Mirthil, Le Temps des « blousons noirs ». La représ (...)
  • 25 Et encore sous-titré « Essai de pronostic d’un comportement antisocial ».
  • 26 Certains articles n’hésitent pas à verser dans l’anecdote la plus invraisemblable (ainsi ces enfan (...)

9Ce phénomène de la « bande », si complexe à circonscrire historiquement quand son imaginaire alimente les reportages télévisés et les faits divers de la presse depuis la fin des années 195024, trouve dans ce nouveau loisir le support idéal de fixation d’une angoisse nationale. L’article du juriste Jean Larguier, intitulé « L’abus des “flippers”. Une recherche sur les motivations paracriminologiques d’une activité ludique25 », cherche à corréler la délinquance juvénile à ce loisir. L’analogie avec les blousons noirs permet d’évoquer un certain nombre de clichés propre à la jeunesse déviante26, tels que la violence physique, l’abrutissement moral, ou l’addiction. Le billard électrique, au-delà d’un simple divertissement, devient donc le symbole d’une sociabilité juvénile que les adultes ne maîtrisent, ni n’encadrent. Ceux-ci peinent d’ailleurs à cerner l’utilité sociale du billard électrique et ne parviennent pas à le ranger parmi les loisirs éducatifs ou sportifs, les seuls préconisés pour combattre la paresse, semble-t-il inhérente à cette classe d’âge. Démunies de catégories d’analyse pertinentes, les critiques construisent donc en filigrane l’image du billard comme « anti-sport » et « anti-jeu », en se fondant sur une observation minutieuse des troubles physiques causés par la pratique du flipper.

Une silhouette malade – le flipper comme anti-sport

10Les postures des joueurs sont décrites comme celles de sportifs professionnels. Le problème étant, en l’occurrence, qu’il est hors de question de comparer le billard électrique à un sport – pratique autrement plus valorisée et mobilisant des valeurs jugées positives, comme la compétition ou l’effort.

« L’avènement de ces loisirs est une véritable catastrophe culturelle et sociale. […] Plus rien n’entre en ligne de compte. Ni la volonté, ni le courage, ni l’épanouissement physique… Seulement un tête à tête de fou avec une machine avide de pièces de 20 centimes. » [SO]

  • 27 « Ce discours vise à la médicalisation du comportement social déviant et s’appuie sur une représen (...)

11Loin des canons sportifs, la silhouette du joueur ne présente pas les signes de la bonne santé (musculature, aisance corporelle, souplesse, etc.). Les articles de Paris-Presse et de Constellation suivent tous deux « un grand maigre », « tendu à l’extrême » [HD]. Le corps de ces « sportifs de la pièce de monnaie » [PPI] est ensuite décrit dans ses gestes et ses mouvements, qui sont désordonnés, nerveux, secs et saccadés, à l’image de ceux d’un toxicomane en pleine crise de manque. « Parcouru de tics et de tressaillements divers » [C], « [le joueur] est agité de secousses, de frémissements, secoué par moments d’étranges soubresauts » [HD]. L’attention portée en premier lieu aux symptômes physiques trahit « l’imprégnation du discours médical dans l’observation des mineurs », telle qu’observée par Jean-Pierre Jurmand27. Les joueurs n’ont pas la maîtrise de leur propre corps, que les adultes voudraient leur imposer, ce qui les rend illégitimes et immatures : c’est l’argumentation développée par Jean Larguier pour qui la position du corps devant l’appareil traduit la recherche d’une « sensation de sécurité ». Jouer au flipper reviendrait à :

« Sentir s’affermir, ne serait-ce que corporellement, une personnalité chancelante et instable, cette fragilité psychique qui est le propre de l’adolescent. […] En cela, il n’est pas exagéré de dire que […] une attitude semblable peut traduire un défaut de maturation, voire un comportement inadapté. »

  • 28 Ibid.
  • 29 « Huit cafés sont munis d’appareils à sous qui attirent des jeunes gens souvent inadaptés, mais l’ (...)

12Ce « comportement inadapté » est au cœur des discours criminologique et psychiatrique à propos de la jeunesse délinquante depuis les années 194028 : cette représentation, fondée sur des indices physiques, corporels, est dominante et rejoint même le discours sociologique progressiste d’un Joffre Dumazedier29. Ce comportement inadapté s’illustre particulièrement dans l’état second dans lequel se plongent les joueurs au cours d’une partie : concentration pour les uns, abrutissement et aliénation pour les autres.

La concentration du joueur – le flipper comme anti-jeu

  • 30 Ainsi le réalisateur du reportage « Les banlieusards » privilégie, en plan de coupe, les gros plan (...)

13Cet investissement total dans la partie jouée entraîne des réactions qui ne correspondent pas non plus à celles attendues lors d’un jeu (amusement, détente, bonne humeur, etc.) : dans les cafés et les kermesses, devant les flippers, « personne ne rit, ne sourit même » [C], « [le joueur] ne dit rien. Personne ne dit rien » [HD]. Plus préoccupant, les joueurs semblent coupés du monde réel, alors qu’ils font déjà physiquement écran autour de l’appareil : « un spectateur crie quelque chose, il n’entend pas. Un autre gesticule, il ne le voit pas. […] Tous ses sens sont rivés à cette petite boule d’acier » [C]. Le regard du joueur, sur lequel s’attardent autant les journalistes que les réalisateurs de l’ORTF30, révèle cette concentration (« des gouttes de sueur obstruent ses yeux, gênent sa vue, il n’en a cure » [C]) : le pouvoir hypnotique du trajet infini de la bille enchaîne le joueur à son flipper : « Comme fascinés, leurs yeux suivent les arabesques de la boule d’acier. » [SO]

14Peu à peu, la thématique de la perdition se dessine : le joueur s’abîme dans la machine, se projette en elle. De la même manière que le billard réagit aux gestes du joueur, en clignotant, sonnant, faisant apparaître et disparaître des éléments sur le plateau, les « mouvements syncopés d [e son] corps » [L] miment ceux de la bille sur le plateau de jeu. Les mains et les doigts des joueurs sont « crispés » [C ; SO] sur les flippers, assurant un lien entre le corps de l’homme et la caisse de l’appareil. Tous les sens du joueur sont requis pour jouer une bonne partie : « [L] a bouche, [l] es yeux, [l] es oreilles mêmes participent à ce ballet fantastique de l’homme et de la machine » [C]. Anticipant de quelques années les thématiques chères au psychédélisme, l’entière participation du corps et de l’esprit dans la partie conduit à une fusion imaginaire entre le corps du joueur et la caisse de l’appareil : « le joueur […] fait corps avec la machine. » [HD]

« Le flipper, c’est l’anéantissement. […] Lorsque je joue, je fais abstraction du moi, je deviens bille, je deviens flipper, je deviens lumière et rebondissement… Je n’ai plus de membres, je ne suis que le doigt qui appuie sur le bouton rouge. » [L]

  • 31 L’album Tommy paraît en 1969, son adaptation cinématographique est réalisée par Ken Russell en 197 (...)
  • 32 Caillois R., Jeux et sports…, op. cit., p. 1129 : « […] voici des jeux vides, des jeux nuls, qui n (...)
  • 33 Alors qu’ils en soulignent le mécanisme : les joueurs reviennent sur les mêmes machines, car ils e (...)
  • 34 Larguier J., « L’abus des “flippers”…, op. cit., p. 113.
  • 35 Ibid.
  • 36 Cf. le « quasi-automatisme dont les usagers des appareils à sous semblent se satisfaire », Cailloi (...)

15Le premier opéra-rock psychédélique, Tommy, du groupe anglais The Who, synthétisera en 1975 cette représentation dans la séquence illustrant la chanson The Pinball wizard31 ; le héros – devenu, à cause d’un traumatisme affectif subi dans son enfance, aveugle, sourd et muet – devient champion de flipper, jouant à l’instinct, le regard dans le vide, les mains sur l’appareil. À l’instar des chercheurs en sciences humaines qui ont longtemps ignoré les stratégies d’appropriation des produits issus de la consommation de masse, les auteurs ne voient dans le goût des jeunes pour le billard qu’une simple habitude, une routine pour « tuer le temps32 », et dénient l’expertise développée par les joueurs33. Dès lors, sans bénéfices ou compétences acquises par la pratique de cette machine, alors que le joueur fournit des efforts qui semblent sans objet (comme la concentration, le sacrifice du temps), les journalistes ne voient plus qu’un face à face absurde entre le corps du joueur et la caisse de l’appareil. La volonté de jouer encore au billard électrique est expliquée selon les mécanismes de l’addiction : véritable « opium du peuple » [F], « drogue du pauvre34 », voire « stupéfiant » [PPI], le flipper abrutit le joueur. Les témoignages de joueurs utilisés, tels que « je fais abstraction du moi » [L], valide l’hypothèse des chercheurs pour qui le billard « dispense de penser » et satisfait avant tout un « besoin de fuir le réel35 ». Si le joueur ne pense plus, se plonge dans un monde irréel (figuré par les pin-up qui ornent les frontons, les chiffres exorbitants qui s’accumulent au score), c’est qu’il devient en effet aussi peu humain que l’appareil sur lequel il joue : il se mécanise, s’automatise36.

  • 37 Jurmand J-P., « Le corps dans l’observation des mineurs…, op. cit.
  • 38 « Quand je joue au flipper, j’ai l’impression de tenir une femme par les hanches » (Pierre L., ent (...)

16Ce loisir n’est pas envisagé par les joueurs eux-mêmes comme une activité productive, mais au contraire comme un défoulement, un exutoire de la journée de travail : « [Ils] domine[nt] la machine. » [LE]. Cette absence de productivité renvoie la presse conservatrice à une contradiction : la machine doit générer un bien, un service, un bénéfice. Or, dans ce cadre, une partie de billard apparaît comme une forme de subversion de l’aliénation homme-machine : l’homme se sert de la machine, la contrôle, pour en retirer une certaine satisfaction, un simple plaisir. La machine apparaît dans toute son inutilité, tout comme le corps de ces jeunes, habituellement éduqué « sous l’angle du renouvellement de la force de travail37 », qui perd ici sa signification pour les observateurs. La rhétorique de la lutte et de l’affrontement – « moitié inquiétant, moitié ridicule » [SO] – est mobilisée par les journalistes pour exprimer ce rapport entre le corps et la machine, rappelant ainsi la thématique de la violence, évitant surtout celle de la sexualité débridée38. Au-delà encore de la condamnation morale, les journalistes refusent de voir – mais décrivent malgré eux – le flipper comme un dérivatif sexuel : comment donc interpréter ce jeu du corps, en groupe, entre jeunes hommes, à l’abri de toute autorité ? Mais la thématique est sous-jacente : « La ressemblance entre l’exploitation des flippers et le proxénétisme est frappante. Même procédé, même filières, même milieu. » [SO]. Dans ce combat avec la machine, les joueurs ne peuvent sortir vainqueurs : s’ils en sont les victimes, les censeurs doivent donc trouver des coupables. Ils sont tout désignés : ceux dont le commerce fleurit grâce à ce loisir.

La condamnation des exploitants

« Les 17/24 ans sont exploités, méprisés, avilis par d’absurdes machines […]. Partir en guerre contre une corporation probablement puissante est malheureusement hors de nos moyens. Ce que nous voulions : signaler un cancer au chirurgien miracle qu’est l’opinion publique. Aura-t-il la force de pratiquer l’ablation ? » [SO]

  • 39 « Les fabricants de flipper disposent de tout un service de psychologues spécialisés qui sont char (...)
  • 40 Archives du ministère des Finances, boîte 4A-0002366/1.
  • 41 L’Officiel de l’automatique, no 52, mars 1965 et no 53, avril 1965, p. 20.

17Une certaine inquiétude surgit quant aux « bénéfices colossaux » [PPI] réalisés sur le dos de la jeunesse. Paul Bureau s’attaque à ces « caïds régionaux nantis de voitures américaines », à ces « truands notoires » [LC], résolument machiavéliques39 [SO], accusés, à mots couverts, de soudoyer les journalistes. Les attaques ne se limitent pas à des tribunes publiées dans la presse : en mars 1959, l’inspecteur général des finances demande, dans une note interne adressée au directeur général des contributions indirectes, l’instauration d’une nouvelle taxe sur les appareils automatiques, visant spécifiquement leurs propriétaires, ces « oisifs » qui n’ont « souvent aucun métier avouable40 ». En 1965, le Centre de documentation de la jeunesse milite pour la mise en place d’une taxe supplémentaire de mille francs sur les billards électriques, pour limiter leur diffusion dans les lieux publics41.

18La condamnation publique et politique du billard électrique frappe donc, par-delà les joueurs, les propriétaires et exploitants de ces appareils. Cette dénonciation collective peut être comprise comme une manière de ne pas aborder certains problèmes sociaux plus généraux, comme le désouvrement de la jeunesse ou le sous-équipement des grands ensembles. Elle est également le signe d’une méfiance généralisée à l’égard de l’automatisation des pratiques quotidiennes, et le symbole de l’aliénation de l’esprit et du corps par la machine. Le flipper semble ainsi cristalliser un ensemble de discours épars, qui convergent tous autour d’une crainte sociale : celle de la passivité de l’homme face à la machine, qui rejoint dans les années 1960 les premières études sur les loisirs et la consommation de masse, notamment celles de l’école de Francfort.

Notes

1 Dumats P., « Les flippés du flipper », Lui, juillet 1973, p. 76-80.

2 Dans la presse, mais également dans la production scientifique, puisqu’il faut comprendre « billard électrique » derrière l’expression « appareil à sous », tant dans les écrits de Joffre Dumazedier que de Roger Caillois.

3 Ceux-ci évoluent puisque les représentations négatives tendent à disparaître à partir de la seconde moitié des années 1970. Sur la même période, le terme « flipper » remplace l’expression « billard électrique ».

4 Soit les articles suivants : Paris-Presse l’intransigeant [PPI], 28 juillet 1959, article repris dans « L’automatique face au “mal de jeunesse” et à la délinquance juvénile », L’Officiel de l’automatique, no 2, juil.-août 1960, p. 9-12 ; Bureau P., « En accord avec Gottlieb, roi de Chicago, la France a désormais son empereur des machines à sous », Le Charivari [LC], 27 juillet 1960 ; Zeyons S., « Tilt ! Faut-il brûler les flippers ? », L’Humanité dimanche [HD], 31 mars 1963 ; Constellation [C], octobre 1963 ; Guillebaud J-C., « Le monde absurde des flippers », Sud-Ouest [SO], 30 avril 1964, cahier supplémentaire, non paginé ; Andrade B., « La machine à défouler », L’Express [LE], 20 fév. 1972, p. 70 ; Piot M., Le Figaro [LF], 11 fév. 1972 ; Dumats P., « Les flippés du flipper », Lui [L], juillet 1973. Afin de limiter les appels de note, ces articles sont rappelés dans le cours du développement par les abréviations des titres, mentionnées entre crochets.

5 Larguier J., « L’abus des “flippers”. Une recherche sur les motivations paracriminologiques d’une activité ludique », Revue internationale de criminologie et de police technique, Genève, 23 (2), av.-juin 1969, p. 97-117 (enquête par questionnaire, auprès de quatre cents joueurs sur la côte d’Azur varoise) ; Rozès G., Tilt ! Le Phénomène du billard électrique, thèse de sociologie sous la direction de M. Thomas, 1978 (enquête par entretien, les joueurs ayant été contactés par annonce dans les journaux).

6 Caillois R. (dir.), Jeux et sports, Paris, Gallimard, coll. « Encyclopédie de la Pléiade », 1967, 1826 p.

7 Fondé principalement sur les archives fiscales retrouvées au CAEF, ainsi que sur un corpus d’articles parus dans L’Officiel de l’automatique, la revue syndicale de la FFECA (Fédération Française des Exploitants et Commerçants en Automatique).

8 Pour reprendre le titre du numéro 4 de la Revue d’histoire de l’enfance irrégulière, « Images de l’enfance et de la jeunesse “irrégulières” », paru en 2000.

9 Voir le décret no 55-469 voté le 30 avril 1955 et publié au J.O. du 3 mai 1955, p. 4 378-4 379. Les exploitants doivent à partir de cette date déclarer chacun de leurs appareils par un système de vignette.

10 Plusieurs raisons à cela : les chiffres des entreprises ne sont pas disponibles. Le montant des recettes fiscales perçues est connu pour la Ville de Paris, mais elles ne détaillent pas les types d’appareils (juke-box, baby-foot, flipper…). Enfin, les chiffres cités par les professionnels eux-mêmes ne sont que des sources de seconde main et peuvent varier d’une publication à l’autre.

11 L’Officiel de l’automatique, no 105, décembre 1971, p. 16 ; le parc français compterait plus de cent mille billards au milieu des années 1970, voir Gilbert Rozès, Tilt ! Le Phénomène du billard électrique…, op. cit., p. 102.

12 Une enquête de l’INSEE compte 171 784 débits de boissons et bars-tabacs en 1967, cité dans Dumazedier J., Imbert M., Espace et loisir dans la société française d’hier et de demain, Paris, CRU, 1967, p. 240.

13 Un sondage effectué en 1969 atteste que 60 % des clients jouent le plus souvent au billard électrique, pour trois raisons principales : la modicité des prix, le grand nombre de modèles à disposition, enfin la possibilité de jouer à plusieurs, voir « Les utilisateurs vous disent quels appareils ils préfèrent », France automatique, no 1, octobre 1969, p. 5-8.

14 Probablement parce que le baby-foot est plus prisé dans les zones rurales, et le billard électrique dans les zones urbaines : or, le flipper est l’un des points d’ancrage de la critique de l’urbanisation massive de l’après-guerre, et profite à l’amalgame fréquent entre urbanisation et délinquance juvénile, voir infra.

15 Enfin, de nombreux billards sont exploités dans des « kermesses », sortes de salles de jeux dans lesquelles la clientèle peut jouer, sans consommer de boissons (il existe une vingtaine d’établissements de ce type dans la capitale).

16 Le mot anglais (pinball) n’est pas usité ; le terme de flipper est employé par métonymie, puisqu’il ne désigne à l’origine que la manette actionnée par le joueur, d’une pression des doigts sur les flancs de l’appareil.

17 « Agressions de la vie moderne », reportage diffusé sur la deuxième chaîne le 21 janvier 1970.

18 Extrait des paroles : « Ça cavale, ça sonne, ça s’allume partout !/Ding ! Ding ! Ça crépite comme une mitraillette/[...] Et ding ! Et re-ding ! Ça devient angoissant/Ding ! Ding ! Il s’agrippe, il secoue, il cogne/Ding ! ». Le texte, écrit en 1961, reprend les clichés du genre : le joueur, les « doigts crispés » sur le flipper, semble violent (le cafetier pense « qu’il va tout casser ») et sous l’emprise du jeu (« il va jouer ailleurs »).

19 Ou encore : « autour d’eux, […] un vacarme extraordinaire, d’où s’échappe par instant la voix du juke-box ressassant le dernier Sacha Distel » [PPI].

20 Selon Jean Larguier, les joueurs sont majoritairement jeunes (48, 6 % ont entre 17 et 19 ans), issus des classes populaires (74, 5 % d’entre eux sont fils de petits employés, de commerçants, ou d’ouvriers), enfin peu scolarisés (43 % ont abandonné leurs études ou échoué au baccalauréat). Une autre étude parue dans le magazine L’Express rapporte que 1 300 000 joueurs ont entre 14 et 21 ans, 85 % sont des garçons, qui consacrent à ce loisir en moyenne 350 F par an [LE].

21 Rozès G., Tilt ! Le Phénomène du billard électrique…, op. cit., p. 161.

22 Les représentations se focalisent autour des jeunes joueurs, en effet majoritaires ; les articles qui développent une vision plus positive du jeu soulignent l’existence de joueurs adultes, donc a priori responsables. Il faut prendre en compte également le vieillissement, dans les années 1970, des joueurs qui ont commencé à pratiquer dans les années 1960.

23 « Habitations à loisirs modérés », Seize millions de jeunes, diffusé le 3 décembre 1964 sur la deuxième chaîne.

24 Voir entre autres le mémoire de maîtrise de T. Mirthil, Le Temps des « blousons noirs ». La représentation des bandes de jeunes 1957-1964, sous la direction de Jean-Louis Robert et Marie-Claude Blanc-Chaléard, Université de Paris I, 2002 ; Mohammed M., Mucchielli L. (dir.), Les bandes de jeunes. Des blousons noirs à nos jours, Paris, La Découverte, 2007, 404 p.

25 Et encore sous-titré « Essai de pronostic d’un comportement antisocial ».

26 Certains articles n’hésitent pas à verser dans l’anecdote la plus invraisemblable (ainsi ces enfants qui volent des louis d’or pour les jouer directement dans l’appareil, les pièces étant du même diamètre que celle d’1 franc [SO]).

27 « Ce discours vise à la médicalisation du comportement social déviant et s’appuie sur une représentation métaphorique de la société comme corps social menacé par la maladie », Jurmand J-P., « Le corps dans l’observation des mineurs. Le cas des centres d’observation à l’Éducation surveillée entre 1946 et 1956 », Revue d’histoire de l’enfance irrégulière [en ligne], no 8, 2006, consulté le 18 novembre 2009.

28 Ibid.

29 « Huit cafés sont munis d’appareils à sous qui attirent des jeunes gens souvent inadaptés, mais l’action de la municipalité est vigilante en matière de prévention de la délinquance. », Dumazedier J., Imbert M., Espace et loisir…, op. cit., p. 269.

30 Ainsi le réalisateur du reportage « Les banlieusards » privilégie, en plan de coupe, les gros plans sur les yeux concentrés des joueurs, Vingt-quatre heures sur la deux, émission diffusée le 18 mars 1970 sur la deuxième chaîne.

31 L’album Tommy paraît en 1969, son adaptation cinématographique est réalisée par Ken Russell en 1975.

32 Caillois R., Jeux et sports…, op. cit., p. 1129 : « […] voici des jeux vides, des jeux nuls, qui n’exigent rien du joueur et qui sont simple et stérile consommation de loisirs. Ceux-ci, à la lettre, tuent le temps sans le féconder, au lieu que les véritables jeux l’ensemencent, le font fructifier à longue échéance […]. Au contraire, ces pseudo-jeux – qui ne mettent rien en jeu – ne servent qu’à remplacer l’ennui par une routine déguisée en divertissement. »

33 Alors qu’ils en soulignent le mécanisme : les joueurs reviennent sur les mêmes machines, car ils en connaissent les ressorts [SO ; PPI].

34 Larguier J., « L’abus des “flippers”…, op. cit., p. 113.

35 Ibid.

36 Cf. le « quasi-automatisme dont les usagers des appareils à sous semblent se satisfaire », Caillois R., Jeux et sports…, op. cit., p. 1126.

37 Jurmand J-P., « Le corps dans l’observation des mineurs…, op. cit.

38 « Quand je joue au flipper, j’ai l’impression de tenir une femme par les hanches » (Pierre L., entrepreneur de 35 ans, cité dans L’Express, 1972).

39 « Les fabricants de flipper disposent de tout un service de psychologues spécialisés qui sont chargés d’étudier les mécanismes psychiques à déclencher, les influx nerveux à provoquer. Ils étudient et transmettent au fabricant les moyens de conditionnement total du joueur ».

40 Archives du ministère des Finances, boîte 4A-0002366/1.

41 L’Officiel de l’automatique, no 52, mars 1965 et no 53, avril 1965, p. 20.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540