Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps et machines à l'âge industriel

 | 
Laurence Guignard
, 
Pascal Raggi
, 
Étienne Thévenin

Troisième partie. Machines de travail

Le corpus des corps à la chaîne. Comment documenter l’histoire des gestes ouvriers sur une chaîne des années 1920 ?

Alain P. Michel

Texte intégral

  • 1 Delage C., Modern Times : Tempi Moderni, Genova, La Manie Editore, Progetto Chaplin, Secundo volum (...)

1L’enchaînement des ouvriers à leurs postes de travail est un thème classique de la littérature managériale et de l’imaginaire industriel du XXe siècle. Le travail « à la chaîne » y apparaît comme le summum de la coordination ou l’acmé des contraintes mécaniques sur le corps ouvrier. On pense en particulier à la machine à nourrir automatiquement l’ouvrier ou à la scène du coulage de Charlot dans les Temps modernes1. Mais au-delà de ces représentations, qu’en est-il concrètement de la soumission du corps du travailleur aux machines qu’il manipule ? Certes, les sources permettent de constater un écart entre les représentations et les pratiques, entre le travail prescrit et le travail réel, mais à propos de ce dernier, la plupart des documents sont muets et l’historien perplexe. Comment prendre historiquement la mesure de la souffrance quotidienne et des aménagements routiniers des travailleurs permettant à la production d’être effectivement réalisée ?

  • 2 Michel A. P., « La reconstitution virtuelle d’un atelier de Renault-Billancourt : sources, méthodo (...)
  • 3 Hatzfeld N., Les gens d’usine. 50 ans d’histoire à Peugeot-Sochaux, Paris, Les Editions de l’Atelie (...)

2Je propose de revisiter cette problématique par le biais d’une combinaison inédite de sources et par l’utilisation d’outils numériques, autour de la monographie d’un atelier localisé et daté2. J’étudie le cas de l’atelier C5 des usines Renault de Billancourt dans lequel les chaînes d’assemblage des châssis automobiles ont été introduites à la fin de la Première Guerre mondiale. Je considère l’atelier comme le lieu privilégié d’observation du corps au travail3. J’élabore une reconstitution virtuelle de la chaîne mise en place dans cet atelier en 1922. Ce modèle en trois dimensions sert de plateforme d’investigation de l’histoire d’une pratique ouvrière. La rétro-simulation des gestes n’est pas un objectif par lui-même, mais l’occasion d’une relecture systématique des documents disponibles. Ces images sont utilisées comme sources historiques fondamentales, car elles permettent d’interroger des situations souvent occultées par les textes. L’étude sérielle de ces sources visuelles, confrontées entre elles et combinées à d’autres documents au sein d’un même corpus documentaire, permet d’éclairer les zones d’ombre et d’appréhender de manière concrète l’implantation de la chaîne de montage, le détail des opérations, les gestes des ouvriers et leur engagement au travail. Autour du problème de la perception historique du corps au travail, ce texte vise à expliciter le fondement documentaire de cette nouvelle façon d’approcher les pratiques industrielles du passé.

3Dans les années 1920, les usines Renault à Billancourt constituent l’un des plus important complexe industriel de France. L’atelier C5 n’est qu’un bâtiment parmi une centaine d’autres.

Fig. 12. – Photographie aérienne des usines Renault en 1919 © Renault communication/DR.

Fig. 12. – Photographie aérienne des usines Renault en 1919 © Renault communication/DR.

Fig. 13. – Plan de l’atelier C5 en 1919 © Archives historiques de Renault.

Fig. 13. – Plan de l’atelier C5 en 1919 © Archives historiques de Renault.

4C’est un bâtiment en structure métallique de 87 mètres de long sur 48 mètres de large. Dans l’une la travée sud, les châssis de série ont été montés « à la chaîne » à partir de la fin de la grande Guerre.

5Le modèle 3D permet d’entrer à l’intérieur de l’atelier C5 (encore vide d’hommes) afin d’étudier l’agencement de chaque poste (figure 14).

La perception trouble du corps à la chaîne

6Parmi les pratiques industrielles de l’entre-deux-guerres sur lesquelles je limite ici mon propos, la chaîne n’est qu’un dispositif de production parmi d’autres, consistant à poster des ouvriers le long d’un convoyeur sur lequel les objets à fabriquer sont déplacés. Ce n’est pas à proprement parler une machine, mais plutôt l’élément d’une machinerie qui s’intègre au territoire de l’atelier. Dans ce dispositif, le corps de l’ouvrier est effectivement soumis à une triple contrainte : un lieu, des gestes et un temps lui sont imposés. Il doit tenir sa zone de travail, répéter une même série d’opérations et respecter une cadence collective. Car il faut que la gamme des opérations de chaque poste soit répartie en activités de mêmes durées, que toutes les pièces soient identiques et que la discipline d’équipe soit respectée.

Fig. 14. – Trois captures d’écran d’un travelling virtuel le long de la chaîne de 1922 © ArcheoTransfert, LHEST-UEVE & ANR Usines 3D, 2009

Fig. 14. – Trois captures d’écran d’un travelling virtuel le long de la chaîne de 1922 © ArcheoTransfert, LHEST-UEVE & ANR Usines 3D, 2009
  • 4 Michel A. P., Travail à la chaîne : Renault 1898-1947, Boulogne-Billancourt, Éditions ETAI, 2007. (...)

7Dans le monde industriel de la première moitié du XXe siècle, ces conditions ne vont pas de soi4. Elles imposent un équilibre précaire entre les impératifs mécaniques et ceux de la direction des hommes. Comme le souligne Hyacinthe Dubreuil en 1929 dans son ouvrage à succès Standards, deux logiques d’organisation sont en jeu sur les chaînes :

  • 5 Dubreuil H., Standards. Le travail américain vu par un ouvrier français, Préface de Henry Le Chate (...)

« Les connaissances techniques sont nécessaires pour le maniement de la machine, mais elles ne valent que pour cela. Lorsque le technicien doit être aussi un conducteur d’hommes, s’il applique au maniement des hommes les mêmes conceptions qu’il a l’habitude de considérer pour le maniement des machines, il fera fausse route et rencontrera des obstacles. […Or, pendant qu’il prend] ces leçons, les hommes qu’il avait à manier souffraient inévitablement sous la main qui pensait les diriger comme on dirige une machine. Ce sont de pauvres êtres qui ont payé avec de la souffrance cette expérience philosophique5. »

Fig. 15. – Page de garde de la traduction américaine du livre de Hyacinthe Dubreuil (1930) © Collection de l’auteur/scan de D. Uzal

Fig. 15. – Page de garde de la traduction américaine du livre de Hyacinthe Dubreuil (1930) © Collection de l’auteur/scan de D. Uzal

8Standards, paru en France en 1929, a été un succès de librairie, vendu à 30 000 exemplaires et traduit dans six langues. En page de garde de l’édition américaine, deux portraits montrent la métamorphose du syndicaliste français en ouvrier américain.

  • 6 Fridenson P., « Dubreuil Hyacinthe », inMaitron J. et Pennetier C. (dir.), Dictionnaire biographiq (...)
  • 7 Dubreuil H., Standards…, op. cit., p. 105.
  • 8 Hounshell D. A., From the American System to Mass Production, 1800-1932 : The Development of Manuf (...)

9Pour légitimer sa critique plutôt modérée du travail à la chaîne, Hyacinthe Dubreuil met en avant, dès le sous-titre du livre, son origine ouvrière et son expérience personnelle. Il se définit lui-même comme ouvrier et praticien, alors qu’à l’époque de cette publication, il est surtout une figure médiatique, incarnation de l’ouvrier-écrivain ayant réussi un parcours syndical classique au sein du courant réformiste de la CGT6. Pour préparer sa mission de quinze mois en Amérique, entre février 1927 et mai 1928, il éprouve d’ailleurs le besoin de prendre congé de ses activités syndicales pour entamer « d’abord, naturellement, une assez longue étude de l’anglais, puis un stage dans un atelier, rendu nécessaire par les quelques années que je venais de passer en dehors de l’usine, et destiné à me remettre dans l’atmosphère du travail réel7 ». Dans son récit, Hyacinthe Dubreuil ne fait pas la distinction entre l’ouvrier professionnel (qualifié) qu’il était, et les ouvriers « spécialisés » (OS, sans qualifications reconnues), dont il reprend ponctuellement la place sur la chaîne de référence du moment, celle de l’usine Ford de Rouge River, près de Detroit. Il ne précise pas non plus que cette expérience a été non seulement courte, mais tout à fait particulière. L’ouvrier français est embauché chez Ford pendant quatre mois, entre décembre 1927 et mars 1928, au moment de la restructuration totale de l’usine, alors que l’entreprise réorganise laborieusement tous ses ateliers afin de passer de la production du Modèle T à celle du Modèle A8. Il est donc recruté comme professionnel de l’outillage au moment où la chaîne ne fonctionne pas et où l’usine s’est séparée de tous ses OS. C’est seulement à la fin de son séjour et à sa demande, qu’il participe au lancement et à la mise au point de la fameuse chaîne d’assemblage. Le propagandiste ouvrier de l’organisation scientifique du travail a effectivement expérimenté les difficultés d’ajustements techniques au démarrage d’une production et il en tire la leçon à propos d’un problème de commandement. La peine suscitée par le travail à la chaîne ne serait qu’une regrettable erreur de gestion, par définition provisoire. Cet avis humaniste traduit la position de principe d’un observateur, plus que l’expérience routinière d’un ouvrier à la chaîne.

  • 9 Ricœur P., La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Le Seuil, 2000, p. 275.
  • 10 Corbin A., Courtine J.-J., Vigarello G., de Baecque A. (dir.), Histoire du Corps, t. III, Les muta (...)

10Ce témoignage militant donne la mesure du détour introduit par l’écriture entre une situation de référence et son explicitation documentaire. D’une manière générale, selon Paul Ricœur « ce qu’on ne voit pas et qu’on ne doit pas s’attendre à voir [dans les archives écrites], c’est le vécu des protagonistes. Ce qu’on voit reste du social en interaction : une interaction fine, mais déjà microstructurée9 ». C’est ainsi qu’à travers les sources, le corps apparaît le plus souvent en marge du propos principal, rarement de façon centrale10. C’est tout particulièrement le cas du corps au travail, dont il n’est que ponctuellement question dans la littérature industrielle. Les textes qui abordent le sujet sont fragmentaires et émanent pour la plupart des sphères dirigeantes ou des observateurs extérieurs au monde des usines. Ce qui se passe concrètement dans les ateliers n’y est perceptible que par déduction.

L’intermittence de l’inscription du corps dans la littérature industrielle

  • 11 Je pense entre autres aux travaux de Maurice de Montmollin, d’Alain Dewerpe, d’Aimée Moutet, d’Ala (...)
  • 12 Omnès C., « Les historiens et la tentation ethnographique », Anne-Marie Arborio et al. (dir.), Obs (...)
  • 13 Cayet T., Rationaliser le travail. Organiser la production. Le bureau International du travail et (...)

11La question du corps au travail traverse la littérature industrielle par intermittence. Pour autant, de remarquables études historiques ont interrogé les rares moments de son apparition et les indices ténus de son existence, afin d’analyser l’évolution de la relation entre les humains et les machines11. Au-delà des seuls textes publiés, certaines identifient les traces du corps au travail dans les règlements, les notes de service, les prescriptions des organisateurs. D’autres étudient les abus dénoncés dans les rapports de l’inspection du travail, les récriminations corporatives et syndicales voire des procédures de la justice prudhommale. D’autres encore questionnent les problèmes qui apparaissent, en creux, des préconisations hygiénistes, des incitations ergonomiques ou des expertises de la médecine du travail. Tous ces travaux confirment que la présence humaine est au cœur du processus de fabrication, aussi mécanisé et automatisé soit-il. Mais ces études s’appuient sur des attestations qui procèdent surtout de la prise de conscience ponctuelle d’un problème, rarement de l’observation d’une situation ordinaire. Il y a un contraste marqué entre la continuité du labeur routinier et l’inconstance de sa chronique. Des pans importants de la question ont été abordés sans parvenir à éclairer toutes les zones d’ombre et angles morts12. Si l’historien est perplexe, c’est parce que la documentation disponible est largement silencieuse13.

  • 14 Cohen Y., « Lorsque le facteur humain paraît (1890-1920) : esquisse de l’histoire d’une préoccupat (...)
  • 15 Cohen Y., Organiser à l’aube du taylorisme. La pratique d’Ernest Mattern chez Peugeot, 1906-1919, (...)
  • 16 Cheysson E., Le Rôle social de l’ingénieur, Paris, Guillaumin, 1897, 17 p.
  • 17 Cohen Y., « Lorsque le facteur humain paraît… », op. cit., p. 75.

12Yves Cohen a par exemple analysé la naissance de la préoccupation pour le facteur humain à la fin du XIXe siècle14. Il suit à travers les textes des rationalisateurs le passage d’une préoccupation à un programme, puis du plan à une action organisatrice en train de se faire15. Car le terme « facteur humain » est avant tout un mot des dirigeants, controversé parmi les ingénieurs et absent du vocabulaire des mouvements ouvriers. La combinaison de ces deux mots, traduction de l’américain human factor, est d’abord conçue comme un correctif « scientifique » aux abus du technicisme taylorien. Une seconde modalité de la notion se développe vers la fin des années 1930, sous l’influence des psychologues du Harvard Fatigue Laboratory et vise plus étroitement les « relations humaines » entre les personnes. Ainsi, les discours sur le facteur humain ont évolué du fait d’une constante renégociation avec le réel, s’adaptant aux controverses et anticipant les mouvements sociaux. Dans la lignée de la pensée sociale d’Émile Cheysson16, les usagers du terme (parmi lesquels Hyacinthe Dubreuil), inscrivent la notion dans le cadre d’un binôme variable : le corps et l’esprit, le moral et le matériel, le social et la technique, l’humain et le mécanique, l’homme et la machine, le formel et le réel, etc. De ce fait, ils en changent le sujet et renouvellent les catégories associées, autour d’une même recherche de la maîtrise d’un « facteur » dont ils envisagent éventuellement la disparition au sein d’un dispositif mécanisé et bientôt automatisé. Ainsi, lorsqu’à partir de ces textes, on veut s’approcher des pratiques elles-mêmes, les frontières entre les entités se brouillent, « les distinctions se perdent, les catégories se dissolvent, les dualités s’effacent, les répartitions deviennent confuses, bref on entre dans le règne du spécifique17 ». Or c’est précisément ce lieu des pratiques que je cherche à appréhender pour faire l’histoire du corps au travail sur une chaîne.

Le gain d’information des images d’usines sur situation de travail

  • 18 Ferro M., « Le film, une contre-analyse de la société ? », Annales E.S.C., janv.-fév. 1973, p. 109 (...)
  • 19 Baschet J., Schmitt J.-C., L’image. Fonctions et usages des images dans l’occident médiéval, Paris (...)

13Pour faire l’histoire de ce vécu, je propose donc de chercher ailleurs que dans les seules archives écrites en mobilisant d’autres sources disponibles. Les témoins de l’atelier C5 ayant disparu et les traces matérielles de l’usine ayant été effacées, il reste de multiples images pour proposer une autre vision et permettre un nouveau regard sur la question du corps au travail. Mais comment soumettre ces documents visuels à une analyse critique comparable à celle que les historiens imposent aux textes ? Marc Ferro pour les films18, Jean-Claude Schmitt et Jérôme Baschet pour les images médiévales19 et d’autres historiens à leur suite, ont montré qu’une image ne vient pas seule et qu’elle doit être analysée dans la série d’où elle provient. Les images gagnent à être confrontées entre elles et à provoquer une relecture des textes.

14Mon hypothèse est que les images industrielles et techniques sont particulièrement aptes à donner la mesure de cette distinction entre représentation et effectuation du travail à la chaîne, pour peu qu’elles soient analysées en nombre et de manière systématique. Or les entreprises ont été de gros producteur d’images. Par exemple, pendant l’entre-deux-guerres, Renault a réalisé 70 000 photographies, de nombreux films [dont 240 minutes de scènes industrielles] et 45 000 plans d’implantation. Ces documents sont souvent inédits, mal connus ou dispersés. Par rapport aux textes, ils proposent un regard différent sur les ateliers, grâce à la multitude des vues qu’ils donnent des usines.

15Cette vision qu’offrent les images n’est jamais l’observation directe d’une situation quotidienne. Elle se place plutôt au carrefour de la figuration d’une forme de production emblématique et de l’attestation de l’activité laborieuse. Une première méprise serait de prendre leur effet de réalisme pour le gage du réel. Un cliché est toujours le résultat d’une commande ou d’un accord, au moins entre la direction et le photographe, entre ce dernier et ceux qui posent. L’autre erreur serait d’exclure le document visuel de l’investigation historique du fait de son apparence trompeuse et de son écart par rapport au vécu auquel il semble se référer directement. Les images ne mentent pas plus, et ne disent pas plus la vérité que les autres documents. Comme les documents écrits, les images d’usines sont des sources de la direction, mais plus que les textes elles se révèlent être les outils indociles du discours de l’entreprise, particulièrement précieuses pour déceler les contradictions des grands principes de fabrication. Il n’est pas question d’opposer les images aux textes, mais de les utiliser ensemble. La confrontation entre l’image et le texte révèle l’importance de ceux qui n’ont pas laissé de traces écrites de leur travail. Pour autant, elle ne les rend pas tous égaux devant l’histoire. Ce n’est pas parce qu’on voit une ouvrière travaillant à la chaîne qu’on sait ce qu’elle fait, encore moins ce qu’elle pense. Le rapprochement entre le texte et l’image rappelle également le poids de ceux qui, invisibles dans l’atelier, agissent à distance sur les chaînes de production, tels les dessinateurs des bureaux d’études qui conçoivent et adaptent les gammes d’opérations. Comme un texte, mais de manière différente, l’image doit être replacée dans son contexte pour être analysée.

Fig. 16. – Cliché d’un reportage photographique sur dans l’atelier C5 en février 1922 © Renault communication/DR.

Fig. 16. – Cliché d’un reportage photographique sur dans l’atelier C5 en février 1922 © Renault communication/DR.

16Le travail d’analyse critique des images vise à faire la part entre les discours visuels de représentation des chaînes et les temporalités de leur mise en place. Étudiées par séries, elles permettent de déceler des changements significatifs dans la façon de présenter le travail à la chaîne. En parallèle, lorsqu’on les analyse avec minutie et qu’on les traite méthodiquement, ces sources montrent des détails des chaînes, permettent de les localiser, de les dater, d’en comprendre l’agencement et de les replacer dans leur cadre de production. Elles transmettent aussi des informations dans les décors et l’arrière-plan, révèlent ainsi des « bruitages » et des « lapsus » involontaires qu’il faut pouvoir interpréter au-delà de la contingence de leur surgissement. L’image ne se réduit ni à la mise en scène qu’elle provoque, ni à la représentation qu’elle produit, ni aux détails qu’elle enregistre éventuellement à l’insu de son auteur, ni même aux usages qui en sont faits ultérieurement.

Le gain de connaissances d’un corpus des corps au travail

  • 20 Sorlin P. (dir.), « Les sciences humaines et l’image », Dossier spécial Réseaux. Communication, te (...)
  • 21 Mourier M. (dir.), Comment vivre avec l’image ? Paris, PUF, 1989.

17L’image est à la fois le produit d’une technique d’enregistrement, un moyen de transmettre un message intentionnel et éventuellement la manifestation de données accidentelles20. La lecture critique de l’image oblige à bien distinguer – et à considérer conjointement – ces trois différentes caractéristiques. Il faut donc apprendre à lire un outil de communication apparemment simple, mais en fait remarquablement sophistiqué21. Pour permettre cette lisibilité, j’assemble, sur un même lieu et à un même moment de son histoire, le corpus documentaire de toutes les sources susceptibles de renseigner la question des corps au travail. Mais dans le cadre de cette conjonction documentaire, chaque document mobilisé doit conserver le lien avec les archives dont il est issu.

  • 22 Michel A.P., « L’archive photographique. Un document intégral. Doisneau chez les Joliot-Curie », É (...)

18En effet, ce n’est pas seulement le contenu des images qu’il faut étudier pour en interpréter le sens, mais aussi les conditions de leur réalisation et le contexte de leurs usages. La question est de savoir d’où vient le document visuel susceptible de nous informer. Ainsi, dans un premier temps, ce n’est ni le sujet ni la matérialité ni l’effet de l’image qui m’importe, mais la façon dont elle se présente à nous. En analysant par exemple les conditions de la conservation d’une image, il est possible d’éclairer son mode de production et de reproduction. Il faut tenter de replacer l’image ancienne dans une série d’images proches, et lorsque c’est possible, identifier sa place dans ses archives d’origine. Ce n’est pas l’image (seule), mais son archive (globale) qui est qui la source « intégrale », ou première, de cette recherche du corps au travail22. Dans cette optique, je distingue trois types de dispositifs archivistiques dans lesquels il convient de repositionner l’image : le fonds, le dépôt et la collection.

19Un fonds d’archives est une série plus ou moins complète de documents produits et conservés par une personne ou par un groupe dans l’exercice de leur activité. Par exemple, l’ensemble des négatifs d’un photographe professionnel ou la cinémathèque d’une maison de production. C’est une archive active, en cours de constitution, et utilisée comme source des informations nécessaires pour ceux qui la conservent. Lorsqu’un fonds n’est plus directement utile, il est déclassé (s’il n’est pas détruit) et devient un dépôt. Ce second type de dispositif archivistique est donc détaché de son lieu de production pour devenir des archives historiques. Par exemple, en 1935, les albums photographiques de Renault ont été déposés aux Archives centrales de l’entreprise. Jusque-là, c’était l’outil de travail du Service photographique qui y rangeait ses tirages pour pouvoir retrouver ses négatifs et les reproduire. En 1934, le service décide de modifier son système de classement, passant d’un système numérique où les clichés sont numérotés au fur et à mesure de leur production, à un système alphabétique, les clichés étant regroupés par albums thématiques, chaque thème identifié par une lettre. Renault commence donc un nouveau fonds, qualifiant les anciens classeurs de clichés « d’albums justificatifs », qui continuent à servir occasionnellement pour documenter le passé de l’entreprise. Mais ce dépôt est alors figé. En troisième lieu, l’archive peut-être une collection qui est un rassemblement sélectif d’images réalisées ailleurs. Pour la collection, c’est la logique d’une sélection datée qu’il faut élucider. Pour le dépôt, c’est l’opération de conservation qui est prééminente. Le fonds informe plus spécifiquement les conditions de production des images.

Fig. 17 – Les « albums justificatifs » du fonds photographique de l’entreprise Renault © Renault Communication/DR (Bernard Warinsko).

Fig. 17 – Les « albums justificatifs » du fonds photographique de l’entreprise Renault © Renault Communication/DR (Bernard Warinsko).

20L’atelier C5 n’a pas été l’objet d’une activité spécifique de production ou de collection d’images et n’a pas suscité d’archives propres. Les documents qui le concernent doivent être recueillis dans diverses sources et rassemblés au sein d’un corpus c’est-à-dire une série documentaire originale, élaborée dans le cadre d’une recherche spécifique. Ce corpus regroupe et croise des photographies, des films, des plans et des écrits qui n’ont pas été réalisés ni par les mêmes personnes, ni pour les mêmes objectifs. Il recompose un « contexte » d’images et de textes qui enrichit les apports des archives sur un thème particulier et permet de dépasser le cadre spécifique des sources brutes. L’essentiel est de bien repérer la nature des archives dont proviennent les documents rassemblés. C’est tout particulièrement nécessaire pour l’image (et sa copie de travail) qui doit rester liée à l’archive dont elle provient (un fonds, un dépôt, une collection) afin de conserver les traces de son rôle dans son dispositif d’origine. Le corpus permet d’assembler différents points de vue sur un même lieu où de suivre l’évolution des aménagements au fil du temps. Il est de ce fait le lieu documentaire de l’observation conjointe des modifications techniques et de la représentation des corps au travail. Ces confrontations et ces recoupements inédits concourent à l’élaboration d’informations nouvelles (figure 18).

Fig. 18. – Reproduction de la première page de l’article sur la « chaîne » de Renault en septembre 1922. © Société d’histoire du Groupe Renault/Pierre Maillard et Jankowski. L’article de Pierre Maillard dans la revue automobile Omnia est la première publication présentant le travail « à la chaîne » chez Renault. Le texte est illustré de 12 dessins de Jankowski, réalisés à partir de photographies prises dans l’atelier C5 sept mois plus tôt (voir figure 16).

Fig. 18. – Reproduction de la première page de l’article sur la « chaîne » de Renault en septembre 1922. © Société d’histoire du Groupe Renault/Pierre Maillard et Jankowski. L’article de Pierre Maillard dans la revue automobile Omnia est la première publication présentant le travail « à la chaîne » chez Renault. Le texte est illustré de 12 dessins de Jankowski, réalisés à partir de photographies prises dans l’atelier C5 sept mois plus tôt (voir figure 16).

Conclusion

21Je propose ici les bases d’une méthode de lecture des images qui consiste à étudier leur contenu tout en les replaçant dans leur série d’origine et dans le cadre de leurs utilisations. C’est une approche sociohistorique de la source visuelle, en lien avec les autres façons d’appréhender les images (sémiologie, esthétique, philosophie, etc.), tout en s’en démarquant par une attention particulière aux conditions historiques de leur production et de leur usage. Les images rassemblées et confrontées aux sources écrites au sein d’un même corpus documentaire offrent un nouvel éclairage et fournissent de nouvelles connaissances sur le corps au travail.

22Mais sans outils informatiques, il s’avère extrêmement difficile d’interpréter la complexité des situations, les variations d’échelles et les changements de points de vue offerts pas les images d’archives. Les informations assemblées à propos d’un même lieu et d’une même période sont d’abord inventoriées au sein d’une base de données indexée qui sert de socle à la modélisation en réalité virtuelle (statique) des données matérielles suggérées par les documents. C’est ce modèle virtuel qui permet de positionner chaque cliché, chaque scène ou chaque plan, et de retrouver l’emplacement exact des différentes « opérations » du travail à la chaîne qui s’accomplissait dans l’atelier C5 en 1922. Seul l’outil numérique permet de lever les imprécisions des documents, de prendre la mesure des contradictions entre les sources et de les interpréter. C’est le gain d’intelligibilité apporté par le modèle 3D. Cette reconstitution aboutit à une rétro-simulation dynamique des conditions de la production qu’on peut déduire du modèle : déplacements, positions du corps, gestes de préemption et de dépose, activités de réglage et de contrôle, etc.

  • 23 Revel J., « L’histoire au ras du sol », préface à Giovanni Levi, Le pouvoir au village. Histoire d (...)

23Le modèle 3D obtenu est une plateforme interactive d’interprétation au service de la recherche historique. C’est un instrument et non un aboutissement. Il est fondé à la fois sur la mobilisation de nouvelles sources – principalement visuelles – et sur leur exploitation micro-historique, « au raz de l’atelier23 ». La réalité virtuelle est un instrument d’investigation mis au service d’un questionnement systématique des représentations visuelles. Son but est bien de documenter l’histoire du travail qui s’y accomplissait. C’est une plateforme d’expérimentation qui offre la possibilité de saisir ensemble les différentes échelles du lieu, les multiples temporalités du moment, la banale complexité des pratiques laborieuses. L’enjeu de cette reconstitution est d’inventer de nouvelles sources historiques afin de combler les manques des archives, la fragilité de l’héritage monumental, l’anémie du patrimoine immatériel. Cette approche donne la mesure des différences radicales entre le travail à la chaîne manuel mis en place à la fin de la Première Guerre mondiale chez Renault, et celui qu’imagine Charlie Chaplin en 1934 dans l’Amérique des Temps modernes. Dans cette période de mise en place d’une nouvelle organisation du travail, les concepteurs et les travailleurs eux-mêmes n’avaient pas une idée arrêtée de la façon dont ils effectuaient un travail d’assemblage en perpétuel réaménagement. Les images ne peuvent présenter simplement un processus complexe et non stabilisé. L’appréhension du corps au travail s’effectue ainsi au travers d’une triple médiation visuelle, visible et virtuelle.

Fig. 19. – Reconstruction en réalité virtuelle des gestes ouvriers sur le poste no 2 de la chaîne de 1922 © ArcheoTransfert LHEST-VEVE & ANR Usines 3D, 2009.

Fig. 19. – Reconstruction en réalité virtuelle des gestes ouvriers sur le poste no 2 de la chaîne de 1922 © ArcheoTransfert LHEST-VEVE & ANR Usines 3D, 2009.

Notes

1 Delage C., Modern Times : Tempi Moderni, Genova, La Manie Editore, Progetto Chaplin, Secundo volume, 2004. L’ouvrage reproduit un fac-similé du manuscrit « The masses », texte préparatoire au script [non daté] qui évoque la scène du coulage, « missing the nuts » (rater les écrous). Le tournage du film a commencé par la scène de la chaîne, entre le 11 octobre et le 23 novembre 1934. Le film est sorti à New York le 5 février 1936.

2 Michel A. P., « La reconstitution virtuelle d’un atelier de Renault-Billancourt : sources, méthodologie et perspectives », Documents pour l’histoire des techniques, no 18, 2e semestre 2009, p. 23-36. Michel A. P., Benoit S., Kilouchi S., Pouyllau S., « Usines 3D. La simulation pour questionner les sources et les vestiges de l’histoire industrielle », Actes du colloque Virtual Retrospect 2009 : Archéologie & réalité virtuelle, Ausonius, 2010, p. 31-40. Ce travail de reconstitution virtuelle a été réalisé dans le cadre du programme « Usines 3 D » du Laboratoire d’histoire économique, sociale et des techniques (LHEST) de l’université d’Evry soutenu par l’ANR Corpus.

3 Hatzfeld N., Les gens d’usine. 50 ans d’histoire à Peugeot-Sochaux, Paris, Les Editions de l’Atelier, 2002 ; Rot G., Sociologie de l’atelier. Renault, le travail ouvrier, le sociologue, Toulouse, Octarès, 2006. Nicolas Hatzfeld et Gwenaële Rot montrent comment l’atelier est l’espace de la mise à l’épreuve du fonctionnement global de l’usine tout en étant commandé par des logiques qui le dépassent.

4 Michel A. P., Travail à la chaîne : Renault 1898-1947, Boulogne-Billancourt, Éditions ETAI, 2007. Cette recherche s’appuie sur une étude historique du site originel du constructeur Renault, et plus précisément sur la question de la mise en place de ses chaînes de production. Elle se fonde principalement sur quatre types de sources visuelles : des plans d’implantation, des illustrations, des photographies et des films.

5 Dubreuil H., Standards. Le travail américain vu par un ouvrier français, Préface de Henry Le Chatelier, Paris, Grasset, 1929, p. 253. Le texte de Dubreuil se place dans la lignée de la pensée d’Émile Cheysson qui met l’accent sur le système d’interrelation binaire entre problèmes techniques et problèmes sociaux, machines et ouvriers, etc.

6 Fridenson P., « Dubreuil Hyacinthe », inMaitron J. et Pennetier C. (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, t. XXVI, Quatrième partie : 1914-1939, De la Première à la Seconde Guerre mondiale, Paris, Les Éditions ouvrières, 1986, p. 63-66.

7 Dubreuil H., Standards…, op. cit., p. 105.

8 Hounshell D. A., From the American System to Mass Production, 1800-1932 : The Development of Manufacturing Technology in the United States, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1984.

9 Ricœur P., La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Le Seuil, 2000, p. 275.

10 Corbin A., Courtine J.-J., Vigarello G., de Baecque A. (dir.), Histoire du Corps, t. III, Les mutations du regard, le XXe siècle, Paris, Le Seuil, 2006.

11 Je pense entre autres aux travaux de Maurice de Montmollin, d’Alain Dewerpe, d’Aimée Moutet, d’Alain Cottereau, de Delphine Gardey, Nicolas Hatzfeld et Yves Cohen, de François Jarrige et Thomas Le Roux.

12 Omnès C., « Les historiens et la tentation ethnographique », Anne-Marie Arborio et al. (dir.), Observer le travail. Histoire, ethnographie, approches combinées, Paris, La Découverte, 2008, p. 283.

13 Cayet T., Rationaliser le travail. Organiser la production. Le bureau International du travail et de la modernisation économique durant l’entre-deux-guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010. L’analyse des archives des organismes qui gravitent autour de BIT occulte totalement la question des pratiques industrielles et donc du corps au travail.

14 Cohen Y., « Lorsque le facteur humain paraît (1890-1920) : esquisse de l’histoire d’une préoccupation collective », La Lettre de la Maison Française, no 9, Hilary-Trinity Terms, printemps 1998, p. 59-78. Le texte fait suite à un colloque sur Le corps, l’esprit, la machine. La même année sont publiés les Travaux préparatoires des dixièmes journées francophones sur l’Interaction Homme Machine [IHM’98], Nantes, sept. 1998.

15 Cohen Y., Organiser à l’aube du taylorisme. La pratique d’Ernest Mattern chez Peugeot, 1906-1919, Besançon, Presses Universitaires Franc-comtoises, 2001.

16 Cheysson E., Le Rôle social de l’ingénieur, Paris, Guillaumin, 1897, 17 p.

17 Cohen Y., « Lorsque le facteur humain paraît… », op. cit., p. 75.

18 Ferro M., « Le film, une contre-analyse de la société ? », Annales E.S.C., janv.-fév. 1973, p. 109-124, repris dans Ferro M., Cinéma et histoire, Paris, Gallimard, 1993.

19 Baschet J., Schmitt J.-C., L’image. Fonctions et usages des images dans l’occident médiéval, Paris, Le Léopard d’or, 1996.

20 Sorlin P. (dir.), « Les sciences humaines et l’image », Dossier spécial Réseaux. Communication, technologie, Société, vol. 17, no 94, av. 1999.

21 Mourier M. (dir.), Comment vivre avec l’image ? Paris, PUF, 1989.

22 Michel A.P., « L’archive photographique. Un document intégral. Doisneau chez les Joliot-Curie », Études photographiques, no 16, « Photographie, les nouveaux enjeux de l’histoire », mai 2005, p. 108-119.

23 Revel J., « L’histoire au ras du sol », préface à Giovanni Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, Paris, Gallimard, 1985.

Table des illustrations

Titre Fig. 12. – Photographie aérienne des usines Renault en 1919 © Renault communication/DR.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109323/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Fig. 13. – Plan de l’atelier C5 en 1919 © Archives historiques de Renault.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109323/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 14. – Trois captures d’écran d’un travelling virtuel le long de la chaîne de 1922 © ArcheoTransfert, LHEST-UEVE & ANR Usines 3D, 2009
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109323/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre Fig. 15. – Page de garde de la traduction américaine du livre de Hyacinthe Dubreuil (1930) © Collection de l’auteur/scan de D. Uzal
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109323/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 16. – Cliché d’un reportage photographique sur dans l’atelier C5 en février 1922 © Renault communication/DR.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109323/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Fig. 17 – Les « albums justificatifs » du fonds photographique de l’entreprise Renault © Renault Communication/DR (Bernard Warinsko).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109323/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Titre Fig. 18. – Reproduction de la première page de l’article sur la « chaîne » de Renault en septembre 1922. © Société d’histoire du Groupe Renault/Pierre Maillard et Jankowski. L’article de Pierre Maillard dans la revue automobile Omnia est la première publication présentant le travail « à la chaîne » chez Renault. Le texte est illustré de 12 dessins de Jankowski, réalisés à partir de photographies prises dans l’atelier C5 sept mois plus tôt (voir figure 16).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109323/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Fig. 19. – Reconstruction en réalité virtuelle des gestes ouvriers sur le poste no 2 de la chaîne de 1922 © ArcheoTransfert LHEST-VEVE & ANR Usines 3D, 2009.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109323/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109323/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 360k

Auteur

MCF en histoire contemporaine, université d’Évry Val d’Essonne – LHEST

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540