Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps et machines à l'âge industriel

 | 
Laurence Guignard
, 
Pascal Raggi
, 
Étienne Thévenin

Troisième partie. Machines de travail

Corps paysans et machines agricoles : des rapports complexes. L’exemple du premier XIXe siècle lorrain

Fabien Knittel

Texte intégral

  • 1 Pour une réflexion plus approfondie sur ce point : Sigaut F., « Le labour qu’est-ce que c’est ? »,(...)

1Le travail du sol s’effectue à l’aide d’outils, manuels ou tractés, le principal étant le labour. Le but de ce labour est d’améliorer l’état du sol en vue de produire une culture. Il répond à quatre objectifs principaux : préparer le lit de semences, freiner la croissance des mauvaises herbes, améliorer la structure du sol afin de faciliter la minéralisation de la matière organique, augmenter le taux d’azote et faciliter la croissance des racines, enfin, assurer l’enfouissement de la fertilisation organique. La « révolution de la fertilité » n’a débuté qu’au milieu du XIXe siècle. Auparavant, l’action sur les facteurs chimiques de la fertilité des sols est balbutiante, les différents travaux du sol, au premier rang desquels le labourage, sont alors primordiaux pour optimiser les caractéristiques physiques du sol, d’où l’importance du choix des techniques1.

2En 1820-1821, Mathieu de Dombasle (1777-1843), agronome lorrain, propose une nouvelle charrue dont la spécificité est d’être dépourvue d’avant-train. Le but de Mathieu de Dombasle, inlassablement, consiste à démontrer la nécessité d’une charrue performante :

  • 2 Mathieu de Dombasle C.-J.-A., Annales Agricoles de Roville (plus loin AAR), t. III, 1826, p. 294.

« De toutes les améliorations que l’agriculture peut recevoir, j’ai toujours considéré comme une des plus importantes, l’adoption d’une bonne charrue, c’est-à-dire, d’un instrument qui exécute, avec autant d’économie qu’il est possible, les labours les plus parfaits2. »

  • 3 Latour B., Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, la découvert (...)

3L’agronome lorrain réussit à se passer de l’avant-train tout en améliorant les performances de la charrue. Mais cette décision prise, il a dû, pour pallier la disparition des roues, mettre au point un régulateur, fonctionnant avec une crémaillère, ce qui permet de corriger la dissymétrie de la charrue et assure, du même coup un labour droit et profond. Il cherche à montrer la supériorité de la charrue sans avant-train sur celle qui en possède un. Les modifications qu’il propose ont alors des conséquences sur la conception de la charrue en elle-même, des conséquences pour le travail des animaux de trait, variables non humaines, enfin des conséquences sur le travail des valets de charrue, aspect humain de son innovation3.

  • 4 Mathieu de Dombasle C.-J.-A., « Mémoire sur la charrue considérée principalement sous le rapport d (...)
  • 5 Les conclusions présentées ici sont issues de nos travaux de thèse, repris et complétés. Knittel F (...)

4En plus de sa charrue, il rédige un texte théorique sur le fonctionnement de la charrue qui lui vaut immédiatement l’estime de ses pairs qui considèrent ce Mémoire sur la charrue comme la première théorie du genre en langue française4. Même si la charrue, rapidement baptisée Dombasle, n’est pas réellement une invention puisque l’agronome lorrain s’inspire de modèles anglais swing plough médiévaux, sa diffusion est rapide car elle est considérée par les agronomes membres des sociétés savantes agricoles et par les praticiens eux-mêmes comme un progrès notoire dans l’amélioration du travail du sol5.

5Toutefois, des valets de charrue rencontrent des difficultés dans le maniement du nouvel instrument aratoire. Les gestes techniques à accomplir sont totalement différents des gestes habituellement effectués avec une charrue lorraine traditionnelle, ce qui pose un problème d’adaptation aux valets de charrue déstabilisés par ces nouvelles normes corporelles. Mathieu de Dombasle rédige alors de longues pages sur le sujet dans ses Annales Agricoles de Roville, le journal de sa ferme-exemplaire de Roville-devant-Bayon (Sud du département de la Meurthe), durant la fin des années 1820 et le début des années 1830.

  • 6 Poirot de Valcourt L., Mémoires sur l’agriculture, les instruments aratoires et d’économie rurale, (...)

6Mathieu de Dombasle n’est pas le seul agronome en Lorraine à chercher à améliorer l’efficacité du travail du sol et à rendre le travail paysan plus efficace. Dans le Toulois, Poirot de Valcourt (1771-1855), auteur de Mémoires sur l’agriculture en 1828 où « il fait le point sur les connaissances en agronomie dans le premier quart du XIXe siècle6 », propose de mesurer l’efficacité réelle du labour grâce à un instrument de mesure appelé dynamomètre dont il équipe ses charrues : c’est un pionnier de l’agronomie de la mesure.

7La diffusion et l’utilisation de la charrue Dombasle ainsi que l’usage du dynamomètre posent la question des techniques du corps paysan au travail, des adaptations nécessaires face à une machine nouvelle et des transformations du travail agricole lors de sa lente mécanisation au XIXe siècle. Pour y répondre, l’exemple lorrain correspond à une étude de cas exemplaire mais qui est loin d’être isolée et qui permet de proposer une réflexion de portée générale sur les rapports entre le corps paysan au travail et la machine agricole au début de la mécanisation des travaux agricoles.

Un attelage restreint : la place du corps animal dans la technique du labour

8Mathieu de Dombasle a cherché à améliorer la charrue, et par là même la qualité des labours, tout en essayant d’améliorer le travail de labour mais aussi en réfléchissant à la manière dont le praticien pourrait réaliser des économies.

  • 7 Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, 7 M 37.
  • 8 Mathieu de Dombasle C.-J.-A., AAR, t. III, 1826, p. 295.

9Mathieu de Dombasle souhaite concevoir « une charrue à laquelle deux chevaux suffiraient pour le tirage7 ». Aussi l’absence d’avant-train qui permet une traction plus aisée, entraîne-t-elle une diminution sensible du nombre d’animaux nécessaires à la traction de la charrue. Avec l’avant-train, les animaux de trait, bœufs ou chevaux, se fatiguent plus rapidement, puisque c’est un élément de résistance important : avec la charrue lorraine traditionnelle, le valet de charrue doit alors atteler à sa charrue un nombre important de bêtes, jusqu’à huit dans les terres les plus lourdes. Le labour avec une charrue à avant-train « exige […] toujours un attelage disproportionné, par le nombre ou par la force des bêtes de trait, à la résistance qu’oppose le sol qu’on cultive. La dépense des attelages devient alors tellement énorme que, lorsque le prix des produits [récoltes] vient à s’abaisser au-dessous de son terme moyen, il n’est plus possible d’espérer le moindre bénéfice de l’exploitation d’une ferme8. »

  • 9 Mathieu de Dombasle C.-J.-A., « Mémoire sur la charrue… », op. cit., p. 41-42.
  • 10 Ibid., p. 58.
  • 11 Précisions chiffrées dans Knittel F., Agronomie et innovation…, op. cit., p. 117-119.
  • 12 Mathieu de Dombasle C.-J.-A., A. A. R., t. I, 1824, p. 162.
  • 13 Moriceau J.-M., Terres mouvantes, Les campagnes françaises du féodalisme à la mondialisation, XIIe(...)

10L’élevage de huit bœufs, ou chevaux, est très onéreux pour les paysans les plus modestes. Après avoir établi ce constat Mathieu de Dombasle a cherché à diminuer la force de résistance lors de la traction pour que les paysans utilisent moins d’animaux de trait afin de lui permettre de faire de substantielles économies. Avec la charrue « Dombasle » les labours sont profonds avec seulement deux animaux attelés9. Mathieu de Dombasle estime alors que le coût d’entretien d’un cheval de trait pour une année s’élève à 350 F10. Lorsque l’attelage compte jusqu’à 8 chevaux, le paysan doit alors débourser 2 800 F par an pour leur entretien. Avec deux chevaux la dépense ne s’élève plus qu’à 700 F par an, soit une économie de 2 100 F, c’est-à-dire 75 % de frais en moins. Le coût d’entretien de l’attelage nécessaire à la charrue « Dombasle » représente donc 25 % du coût d’entretien d’un attelage de charrue traditionnelle. Le labour effectué n’étant pas moins bon avec la charrue « Dombasle », son utilisation représente donc un avantage économique certain pour le paysan qui décide de l’utiliser. Par la suite, Mathieu de Dombasle précise ses estimations de coût d’élevage dans la première livraison des Annales Agricoles de Roville en 182411. Il pointe alors les différences entre chevaux et bœufs, et l’avantage de labourer avec ces derniers. Nous sont données les valeurs pour huit chevaux et dix bœufs car « lorsqu’une paire de chevaux laboure cinq hectares, une paire de bœufs, dans le même espace de temps, en laboure quatre, et les laboure mieux12 ». Les bœufs sont plus lents que les chevaux, donc pour un travail égal il faut plus de bœufs, mais leur coût est moindre, tant à l’achat que pour l’entretien et, d’après Mathieu de Dombasle, ils effectuent un meilleur travail. La préférence de Mathieu de Dombasle va donc aux bœufs, alors qu’en Ile-de-France, par exemple, l’attelage de deux à trois chevaux tend à se généraliser après 1730 tandis que l’attelage de bœufs tend à disparaître13. L’agronome lorrain exprime donc là une préférence à rebours de l’évolution globale des modes d’attelage. Le coût d’entretien de l’attelage de la charrue « Dombasle » est donc très nettement inférieur à celui d’un attelage de charrue traditionnelle, et encore plus avantageux si l’on choisit les bœufs à la place des chevaux.

11La charrue « Dombasle » est performante parce qu’elle permet un labour profond et régulier, parce que l’attelage est réduit, mais aussi parce qu’elle ne réclame qu’un seul homme pour sa conduite au lieu de deux pour une charrue traditionnelle à avant-train.

Une main-d’œuvre réduite qui doit s’adapter : la place du corps paysan

12La charrue « Dombasle » ne possède qu’un seul mancheron, ce qui permet à celui qui la conduit d’utiliser sa seconde main pour régler la longueur des « traits » des chevaux ou des bœufs, ce qui demande dextérité et savoir-faire. Auparavant, un paysan conduisait la charrue et un second se chargeait de l’attelage. Un apprentissage nouveau est nécessaire puisque maniement et réglage de la charrue sans avant-train diffèrent sensiblement de ceux que requiert une charrue utilisée traditionnellement dans les campagnes lorraines. Mathieu de Dombasle explique alors l’emploi de son outil :

  • 14 Mathieu de Dombasle C.-J.-A., « Instruction sur la conduite de la charrue simple », A.A.R., t. IV, (...)

« La charrue simple s’enfonce, lorsqu’on soulève les mancherons ; elle sort de terre, ou prend moins de profondeur, lorsqu’on presse sur les manches ; ces mouvements sont tout l’opposé de ceux qu’exige la charrue à avant-train. Lorsqu’on veut prendre plus de largeur de raie, on incline légèrement la charrue à droite, et on l’incline au contraire un peu vers la gauche, lorsqu’on veut diminuer la largeur de la raie, ou plutôt de la tranche de terre que prend la charrue14. »

  • 15 Mathieu de Dombasle C.-J.-A., « Mémoire sur la charrue… », op. cit., p. 49-50.

13Ainsi, « Le laboureur qui manie pour la première fois une charrue sans roues, [doit] se déshabituer des efforts violents qu’il était obligé de faire en conduisant une charrue à avant-train ; et à s’accoutumer aux mouvements différents que l’autre exige15. »

  • 16 Mauss M., « Les techniques du corps » (1935), in Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, [1950] 2 (...)
  • 17 Mathieu de Dombasle C.-J.-A., « Mémoire sur la charrue… », op. cit., p. 50-51.
  • 18 Lettre de M. Comte, propriétaire cultivateur à Flin, arrondissement de Lunéville, département de l (...)
  • 19 Lettre de M. Grand Jean, propriétaire à Richardménil, arrondissement de Nancy, département de la M (...)

14Voici un exemple qui rejoint parfaitement l’affirmation de Mauss lorsqu’il énonce que le corps constitue un outil pour celui qui travaille16. La charrue sans avant-train est plus facile à diriger, offrant moins de résistance. La force physique semble donc moins nécessaire à sa conduite qu’une certaine finesse d’exécution dans les gestes qui permettent de la guider. Mathieu de Dombasle évoque même « un instrument sensible », pour la conduite duquel « il faut réellement quelque habitude pour découvrir promptement, lorsque la charrue va mal, quelle correction il faut y apporter…17 ». « Cet instrument est moins fatiguant […] ; il n’exige que de l’attention, mais point d’effort de la part de celui qui tient les manches18 ». Tous les témoignages d’utilisateurs de la charrue « Dombasle », publiés par son concepteur, sont en accord : la charrue permet une grande économie d’effort mais requiert plus d’adresse et une habitude dans son maniement19. Aussi, si les témoignages sont favorables, ils révèlent aussi une adaptation délicate des paysans quant au maniement de l’instrument aratoire.

  • 20 Dejours C., « Subjectivité, travail et action », La Pensée, no 328, oct.-nov.-déc. 2001, p. 7-19, (...)
  • 21 Bergson H., Matière et mémoire, 1908 cité par Lahire B., L’Homme Pluriel, Paris, Nathan, 1998, p.  (...)

15Au total, une évolution cognitive et corporelle doit être opérée par le valet de charrue qui manœuvre une charrue qui réclame les mouvements inverses d’une charrue traditionnelle : « l’habilité, la dextérité, la virtuosité et la sensibilité technique, passent par le corps, se capitalisent et se mémorisent par le corps et se déploient à partir du corps20 ». Bergson qualifie de « mémoire du corps […] l’ensemble des systèmes sensori-moteurs que l’habitude a organisé21 ». Le laboureur doit alors plier son corps à de toutes nouvelles postures de travail et modifier tout le « sens technique » acquis lors de son apprentissage avec une autre charrue. Bernard Lahire insiste bien sur ce point, c’est-à-dire l’incorporation sociale d’un habitus :

  • 22 Lahire B., L’Homme Pluriel, op. cit., p. 81.

« L’action (la pratique, le comportement…) est donc toujours le point de rencontre des expériences passées individuelles qui ont été incorporées sous forme de schèmes d’action […], d’habitudes, de manières […] et d’une situation sociale présente. Face à chaque situation « nouvelle » qui se présente à lui, l’acteur va agir en « mobilisant » (sans nécessaire conscience de cette mobilisation) des schèmes incorporés appelés par la situation22. »

  • 23 Efron D., Gesture and Environment, New York, King’s Crown Press, 1941 ; Pellegrin N., « Apprendre (...)
  • 24 Haudricourt A.-G., Jean-Brunhes Delamare M., L’Homme et la charrue à travers le monde, Paris, [Gal (...)
  • 25 Petit J., Chassaing K., Daniellou F., « Le corps dans la conception ou la transformation de situat (...)
  • 26 Haudricourt A.-G., Jean-Brunhes Delamare M., L’Homme et la charrue à travers le monde, op. cit., p (...)
  • 27 Coutarel F., Andrieu B., « Corps au travail », Corps, no 6, 2009-2, p. 12.

16« Le geste n’a rien d’inné, mais varie culturellement », ce qui provoque une adaptation très difficile pour des paysans habitués à manier des outils traditionnels, qui changent peu, dont l’usage a été appris auprès de leur père23. « La difficulté [pour le paysan] de plier son corps à de nouvelles attitudes24 », a été un obstacle important à l’usage de la charrue « Dombasle », ce qui est toujours le cas aujourd’hui d’ailleurs, tant dans l’agriculture que dans l’industrie (on pense par exemple à l’informatique)25. En effet, « Un emprunt technique est facilité lorsqu’il ne nécessite pas une nouvelle attitude corporelle…26. » L’adaptation est ici des plus délicates du fait de l’inversion totale des gestes de travail. Aussi pour convaincre des performances de sa charrue Mathieu de Dombasle a dû proposer des démonstrations au champ où Bastien, son valet de charrue, puis chef de cultures, à son service depuis le milieu des années 1810, habitué à l’instrument, a pu le faire fonctionner efficacement. Le travail devient alors le fruit d’une collaboration et de confrontations fructueuses entre l’agronome et son valet27. L’agronome lorrain remarque vite l’importance de l’acceptation, par les valets de charrue, du nouvel instrument aratoire qu’ils ont à utiliser et il précise que :

  • 28 Mathieu de Dombasle C.-J.-A., « De la culture des pommes de terre au moyen des instruments d’agric (...)

« Si on met brusquement entre leurs mains un instrument, peut-être imparfaitement construit, ou qu’ils ne savent pas ajuster, ni manier, avec l’ordre de l’employer, on doit s’attendre qu’ils ne pourront vaincre les difficultés qu’ils rencontrent, dans des essais tentés sans aucun désir de réussir ; et comme ils ne voudront pas se déclarer maladroits, l’innovation sera réprouvée, et leur amour-propre mettra, de très bonne foi, à la charge de l’instrument, les obstacles qui n’existent que dans leur inexpérience28. »

17D’ailleurs, Mathieu de Dombasle préconise parfois aux chefs d’exploitation d’embaucher de jeunes paysans et de les former directement au labourage avec la charrue sans avant-train. En quelques lignes l’agronome explique clairement comment l’on doit procéder avec une charrue sans avant-train pour obtenir un labour efficace :

  • 29 Mathieu de Dombasle C.-J.-A., A.A.R., t. IV, 1828, p. 403-404.

« En conduisant la charrue simple, le laboureur doit faire aussi fréquemment le mouvement de soulever les mancherons, que celui d’exercer une pression verticale ; il doit donc se placer de manière à pouvoir exécuter facilement ces deux mouvements, qui, au reste, pour l’homme qui manie bien l’instrument, doivent toujours être très-doux, très-modérés, et n’exigent que très peu d’efforts. Pour cela le laboureur doit marcher dans la raie, le corps droit, et non penché en avant, comme dans la conduite de la charrue à avant-train. Il doit saisir les mancherons par dessous, en plaçant, par-dessus, le pouce et l’extrémité des doigts, et le poignet de côté et non en dessus29. »

  • 30 Petit J. et al., « Le corps dans la conception… », op. cit., p. 40.

18Tous les observateurs et utilisateurs s’accordent alors, et Mathieu de Dombasle le premier, sur le fait qu’une fois habitué, le paysan effectue un travail moins éreintant, ce qui est un net progrès d’un point de vue ergonomique. Sur le plan psychologique en revanche, la solitude du laboureur qui travaille seul peut être un facteur de rejet, évoqué par Mathieu de Dombasle lui-même30. Mais les avantages procurés par la nouvelle charrue permettent au laboureur de surmonter et de supporter cet inconvénient.

Machines, mesures et corps : l’exemple de Poirot de Valcourt et le dynamomètre

  • 31 Poirot de Valcourt L., Mémoires sur l’agriculture, les instruments aratoires et d’économie rurale, (...)

19Louis Joseph Chrétien Maurice Poirot de Valcourt de retour en France après avoir vécu aux États-Unis et à Saint-Domingue de 1798 à 1814 décide, en 1818, de mettre en valeur lui-même les terres de son domaine de Valcourt (près de Toul, à l’ouest du département de la Meurthe) qu’il cultive pendant dix ans jusqu’en 182831.

20L’agronome Toulois cultive des terres argileuses, difficiles à travailler et qui « collent » aux parties travaillantes de la charrue, coutre, soc et versoir essentiellement. Il essaye de confronter le type de sol à labourer à la forme des instruments qui les labourent. Appliquée au versoir, cette approche l’amène à déterminer que les versoirs courts sont mieux adaptés au labour des sols légers, c’est-à-dire sableux, alors que les terres argileuses réclament un versoir plus long :

  • 32 Poirot de Valcourt L., Mémoires sur l’agriculture, op. cit., p. 125.

« Je crois que dans les terres légères et sableuses on peut faire les versoirs très courts, comme celui de la charrue américaine, mais dans les terres extrêmement argileuses, je suis persuadé qu’il doit être beaucoup plus long, peut-être le double. Je crois enfin que la longueur du versoir doit dépendre entièrement de la nature plus ou moins argileuse de la terre32. »

  • 33 Ibid., p. 53. Poirot de Valcourt cite une lettre par lui écrite à Mathieu de Dombasle le 16 juille (...)

21Malheureusement, il ne relie pas les techniques de labour à ces variables, ce qui limite la portée de ses déductions. Comme Mathieu de Dombasle, Poirot de Valcourt pose la question de la force de traction et de sa limitation. C’est à Grignon, au sein de l’Institut royal agronomique, où le directeur Auguste Bella l’a reçu, que Poirot de Valcourt a élaboré une charrue à monture en fer forgé avec un soc façonné de manière à éviter que la terre ne s’y attache. Pour le versoir, il propose une pièce « en lignes droites ». Si François Bella (1812-1882), fils d’Auguste, professeur à Grignon, est favorable à cette modification du versoir, Mathieu de Dombasle, en revanche, n’est pas convaincu et a répondu à Poirot de Valcourt « qu’il tient toujours à la poitrine du versoir, ou lignes horizontales courbes33 ». Étonnamment, Poirot de Valcourt ne s’intéresse qu’à la forme des versoirs, qu’il conçoit toujours en métal, et absolument pas au matériau utilisé : le bois est parfois une matière plus fiable, à laquelle la terre « colle » moins. Par ce choix du métal à l’exclusion de toute autre matière, Poirot de Valcourt donne l’image du savant convaincu que le progrès passe par l’usage de matériaux réputés solides et fiables tels qu’apparaissent les métaux et le fer surtout à cette époque d’industrialisation accélérée. Le bois, en revanche, est jugé archaïque et renvoie à une agriculture considérée comme arriérée. Les représentations, presque des mythes, occultent parfois une partie des possibilités expérimentales susceptibles d’être mobilisées dans la pratique savante de l’agronome.

  • 34 Sur le brabant double voir Lachiver M., Dictionnaire du monde rural : les mots du passé, Paris, Fa (...)
  • 35 « Les scientifiques sont des chasseurs de mythes. En s’appuyant sur l’observation des faits, ils s (...)

22La charrue conçue par Poirot de Valcourt, à Grignon, est une charrue qu’il appelle charrue-navette, dont il a donné une description détaillée dans les Annales de Grignon et dans ses Mémoires. C’est un instrument aratoire intermédiaire entre la charrue « Dombasle », innovation majeure du début du XIXe siècle, et le brabant double, progrès fondamental de la seconde moitié du siècle34. Pour la charrue navette, le poids de l’instrument aratoire est mis en cause par les divers observateurs des essais en plein champ : trop lourde, la charrue de Poirot de Valcourt devait générer, d’après les premiers observateurs, un tirage important de la part des animaux. Adoptant une démarche de « chasseur de mythes », tel que la définie Norbert Élias35, Poirot de Valcourt démontre, en appuyant son argumentation sur des propos de Mathieu de Dombasle, ici figure de référence, que le poids de la charrue n’est absolument pas un facteur qui augmente la force du tirage. Il peut le prouver en mettant en avant les mesures effectuées avec le dynamomètre. Ce nouvel instrument de mesure qui s’installe sur l’age de la charrue permet de donner une valeur chiffrée à la force nécessaire à la traction de l’outil aratoire. Et c’est la mesure qui permet d’apporter la preuve que l’agronome souhaite irréfutable :

  • 36 Lettre de Mathieu de Dombasle à L. Poirot de Valcourt, du 4 novembre 1832, cité dans Poirot de Val (...)

« Nous avons appris avec le dynamomètre des choses fort anciennes : par exemple, je soupçonnais depuis longtemps que le poids d’une charrue influe peu sur la résistance qu’elle éprouve. Pour éclaircir ce doute, on a chargé successivement la même charrue simple de différents poids, et on a trouvé que jusqu’à l’addition de 50 kg, c’est-à-dire d’un poids à peu près égal au sien propre, la résistance ne variait pas le moins du monde. Ce n’est qu’après avoir ajouté 100 kg que la résistance a augmentée d’une manière peu sensible36. »

  • 37 Poirot de Valcourt L., Mémoires sur l’agriculture, op. cit., p. 108 et p. 108-125, ainsi que la pl (...)

23Grâce au dynamomètre et à ses mesures chiffrées, tant Mathieu de Dombasle que Poirot de Valcourt peuvent battre en brèche l’idée reçue qu’une charrue lourde est un outil difficile à tracter. En fait, ce n’est pas le poids de la charrue qui importe mais la qualité des réglages des différentes pièces qui permet un fonctionnement optimal. C’est pourquoi, Poirot de Valcourt, l’un des pionniers d’une agronomie de la mesure, insiste au sujet du « dynamomètre [qui] est un instrument bien intéressant pour mesurer les résistances, que sans lui on ne peut estimer que bien imparfaitement37 ».

24À partir de ce recours au dynamomètre, Poirot de Valcourt formule une critique sévère des essais de matériels aratoires tels que pratiqués antérieurement sans l’usage d’instruments de mesures. La mesure effectuée avec le dynamomètre devient l’indispensable référence qui rend caduc toutes les observations des traces laissées sur le sol et de l’état physique des animaux de trait.

  • 38 Ibid., p. 125.

25Pour Poirot de Valcourt, « Les concours de charrue […] prouvent bien peu le mérite supérieur d’une charrue, mais plutôt l’adresse du charretier, et la bonté de ses chevaux. Mais le dynamomètre est bien différent, et [il a] entendu tous les cultivateurs dire à Grignon, en [le] voyant peser leurs charrues : voilà un instrument vrai, et qui n’a pas de tromperie38. »

  • 39 Cf. Bachelard G., Le nouvel esprit scientifique, Paris, PUF, [1934] 2003, p. 16 et 116.

26La mesure permet à l’agronome d’affirmer et de renforcer ses observations et constats à l’aide de données chiffrées qui donnent le sentiment (l’illusion parfois ?) de l’exactitude absolue et du sérieux scientifique selon le modèle des sciences physiques39. C’est toutefois un jugement fondé sur un seul critère mesurable qui laisse de côté beaucoup d’autres aspects du labour comme l’élimination correcte des mauvaises herbes ou l’enfouissement des chaumes.

Conclusion

  • 40 Andrieu B., « Philosophie du corps », Philosophie du corps, Expériences, interactions et écologie (...)

27Actuellement, l’épistémologie du corps est en plein renouveau40 permettant l’accès aisé pour l’historien à un corpus théorique qui, croisé avec les réflexions déjà anciennes mais toujours pertinentes de Mauss, lui assure un cadre théorique fécond pour étudier historiquement les rapports entre corps et travail comme nous l’avons montré ici, à travers l’exemple lorrain du premier XIXe siècle, du corps paysan au travail, appréhendé par le truchement des réflexions d’agronomes.

  • 41 Kant cité par Tallis R., The Hand : A philosophical Inquiry in Human Being, 2003, p. 205.
  • 42 C’est la notion de « main intelligente » reprise par Sennett R., Ce que sait la main, Paris, A. Mi (...)

28Manier la charrue requiert apprentissage et savoir-faire qui mobilisent à la fois le corps et l’intellect de paysans qui accomplissent des gestes, certes traditionnels et transmis au sein de la famille, qualifiés trop souvent péjorativement de simple routine, réfléchis et qui tendent à l’efficacité. Alors que Kant affirme que « la main est la fenêtre ouverte sur l’esprit41 », rappeler ici la définition que Mauss donne de la technique montre que la routine, comprise comme un lent apprentissage et l’acquisition d’une habitude, qui se transforme à terme en quasi habitus, est un fait de civilisation positif42 :

  • 43 Mauss M., « Les techniques du corps » (1935), Sociologie et…, op. cit., p. 371. On peut se reporte (...)

« J’appelle technique un acte traditionnel efficace […]. Il faut qu’il soit traditionnel et efficace. Il n’y a pas de technique et pas de transmission, s’il n’y a pas de tradition. C’est en quoi l’homme se distingue avant tout des animaux : par la transmission de ses techniques…43 »

29L’homme se définit donc par sa technique et plus largement par la technique ; technique qui n’existe que par le corps. Maurice Halbwachs n’affirmait-il pas que « l’homme est un animal qui pense avec ses doigts » ? Idée que l’on relie tout de suite à l’aphorisme d’Anaxagore, cité par Aristote, qui assure que l’homme est intelligent parce qu’il a des mains. Pour autant, améliorer les pratiques agricoles passe aussi par la modification des postures de travail, analysées par des agronomes, tel Mathieu de Dombasle, soucieux de progrès technique et d’innovation.

  • 44 Haudricourt A.-G., La technologie science humaine. Recherches d’histoire et d’ethnologie des techn (...)

30L’étude du corps paysan au travail, du geste technique en agriculture relève donc bien de la technologie telle que définie par A. G. Haudricourt (élève de Mauss), et précisée par F. Sigaut44, c’est-à-dire une science humaine au plein sens du terme où l’histoire apporte un éclairage des plus précieux.

Notes

1 Pour une réflexion plus approfondie sur ce point : Sigaut F., « Le labour qu’est-ce que c’est ? », in Bourrigaud R., Sigaut F. (dir.), Nous labourons, Nantes, Centre d’histoire du travail, 2007, p. 21-27.

2 Mathieu de Dombasle C.-J.-A., Annales Agricoles de Roville (plus loin AAR), t. III, 1826, p. 294.

3 Latour B., Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, la découverte, [1991] 1997, p. 36-39. Ainsi que Descola P., Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005, p. 9-15.

4 Mathieu de Dombasle C.-J.-A., « Mémoire sur la charrue considérée principalement sous le rapport de la présence ou de l’absence de l’avant-train », Mémoires de la Société Royale et Centrale d’agriculture, Paris, Mme Huzard, 1821.

5 Les conclusions présentées ici sont issues de nos travaux de thèse, repris et complétés. Knittel F., Agronomie et innovation. Le cas Mathieu de Dombasle (1777-1843), Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2009, p. 97-136.

6 Poirot de Valcourt L., Mémoires sur l’agriculture, les instruments aratoires et d’économie rurale, Paris, Bouchard-Huzard, 1841, p. 3-8.

7 Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, 7 M 37.

8 Mathieu de Dombasle C.-J.-A., AAR, t. III, 1826, p. 295.

9 Mathieu de Dombasle C.-J.-A., « Mémoire sur la charrue… », op. cit., p. 41-42.

10 Ibid., p. 58.

11 Précisions chiffrées dans Knittel F., Agronomie et innovation…, op. cit., p. 117-119.

12 Mathieu de Dombasle C.-J.-A., A. A. R., t. I, 1824, p. 162.

13 Moriceau J.-M., Terres mouvantes, Les campagnes françaises du féodalisme à la mondialisation, XIIe-XIXe siècles, Paris, Fayard, 2002, p. 228-229.

14 Mathieu de Dombasle C.-J.-A., « Instruction sur la conduite de la charrue simple », A.A.R., t. IV, 1828, p. 403-416, citation p. 404.

15 Mathieu de Dombasle C.-J.-A., « Mémoire sur la charrue… », op. cit., p. 49-50.

16 Mauss M., « Les techniques du corps » (1935), in Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, [1950] 2009, p. 365-386 ; repris dans Philosophie du corps, Expériences, interactions et écologie corporelle (textes réunis par Andrieu B.), Paris, Vrin, 2010, p. 169-197, avec une introduction de Andrieu B., p. 159-168.

17 Mathieu de Dombasle C.-J.-A., « Mémoire sur la charrue… », op. cit., p. 50-51.

18 Lettre de M. Comte, propriétaire cultivateur à Flin, arrondissement de Lunéville, département de la Meurthe, du 10 décembre 1825, in Mathieu de Dombasle C.-J.-A., AAR, t. III, 1826, p. 337.

19 Lettre de M. Grand Jean, propriétaire à Richardménil, arrondissement de Nancy, département de la Meurthe, du 30 décembre 1825, ibid., p. 311.

20 Dejours C., « Subjectivité, travail et action », La Pensée, no 328, oct.-nov.-déc. 2001, p. 7-19, p. 9. Voir aussi, plus récemment, Coutarel F., Andrieu B., « Corps au travail », Corps, no 6, 2009-2, p. 11-13, p. 11.

21 Bergson H., Matière et mémoire, 1908 cité par Lahire B., L’Homme Pluriel, Paris, Nathan, 1998, p. 86.

22 Lahire B., L’Homme Pluriel, op. cit., p. 81.

23 Efron D., Gesture and Environment, New York, King’s Crown Press, 1941 ; Pellegrin N., « Apprendre le métier », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 40-3, juil.-sept. 1993, p. 353-355 et Reboul C., « L’apprentissage familial des métiers de l’agriculture », Actes de la recherche en sciences sociales, no 39, sept. 1981, p. 113-120.

24 Haudricourt A.-G., Jean-Brunhes Delamare M., L’Homme et la charrue à travers le monde, Paris, [Gallimard 1955] Renaissance du Livre, 2000, p. 49.

25 Petit J., Chassaing K., Daniellou F., « Le corps dans la conception ou la transformation de situations de travail », Corps, no 6, 2009-2, p. 39-45, p. 43.

26 Haudricourt A.-G., Jean-Brunhes Delamare M., L’Homme et la charrue à travers le monde, op. cit., p. 49.

27 Coutarel F., Andrieu B., « Corps au travail », Corps, no 6, 2009-2, p. 12.

28 Mathieu de Dombasle C.-J.-A., « De la culture des pommes de terre au moyen des instruments d’agriculture perfectionnés », Annales de l’agriculture française, 1820, p. 223-242, p. 238.

29 Mathieu de Dombasle C.-J.-A., A.A.R., t. IV, 1828, p. 403-404.

30 Petit J. et al., « Le corps dans la conception… », op. cit., p. 40.

31 Poirot de Valcourt L., Mémoires sur l’agriculture, les instruments aratoires et d’économie rurale, Paris, Bouchard-Huzard, 1841, p. 14 ; Knittel F., Agronomie et innovation…, op. cit., p. 325-341.

32 Poirot de Valcourt L., Mémoires sur l’agriculture, op. cit., p. 125.

33 Ibid., p. 53. Poirot de Valcourt cite une lettre par lui écrite à Mathieu de Dombasle le 16 juillet 1832 et une autre, du 30 décembre 1833, adressée à F. Bella.

34 Sur le brabant double voir Lachiver M., Dictionnaire du monde rural : les mots du passé, Paris, Fayard, 1997, p. 287.

35 « Les scientifiques sont des chasseurs de mythes. En s’appuyant sur l’observation des faits, ils s’efforcent de remplacer les images subjectives des complexes événementiels, les mythes, les croyances et les spéculations métaphysiques par des théories, c’est-à-dire par des modèles de relation que l’observation des faits peut vérifier, corroborer et corriger », Elias N., Qu’est-ce que la sociologie ? La Tour d’Aigues, éd. de l’Aube, [1970] 1991, p. 58.

36 Lettre de Mathieu de Dombasle à L. Poirot de Valcourt, du 4 novembre 1832, cité dans Poirot de Valcourt L., Mémoires sur l’agriculture, op. cit., p. 67.

37 Poirot de Valcourt L., Mémoires sur l’agriculture, op. cit., p. 108 et p. 108-125, ainsi que la planche XVI de l’Atlas qui complète les Mémoires.

38 Ibid., p. 125.

39 Cf. Bachelard G., Le nouvel esprit scientifique, Paris, PUF, [1934] 2003, p. 16 et 116.

40 Andrieu B., « Philosophie du corps », Philosophie du corps, Expériences, interactions et écologie corporelle (textes réunis par Andrieu B.), Paris, Vrin, 2010, p. 7-59.

41 Kant cité par Tallis R., The Hand : A philosophical Inquiry in Human Being, 2003, p. 205.

42 C’est la notion de « main intelligente » reprise par Sennett R., Ce que sait la main, Paris, A. Michel, 2010, p. 237-239.

43 Mauss M., « Les techniques du corps » (1935), Sociologie et…, op. cit., p. 371. On peut se reporter aussi à Mauss M., Manuel d’ethnographie, Paris, Payot, [1967] 2002, p. 49-50.

44 Haudricourt A.-G., La technologie science humaine. Recherches d’histoire et d’ethnologie des techniques, Paris, MSH, 1987. Voir en particulier la préface de Sigaut F. intitulée « Haudricourt et la technologie ». Cf. aussi Sigaut F., « La formule de Mauss », Techniques et culture, no 40, 2003 et Knittel F., « Histoire, ethnologie et agronomie : une recherche pluridisciplinaire pour une histoire technologique de l’agronomie », in Bert J.-F., Barbe N. (dir.), Archéologie(s) d’une discipline, André Leroi-Gourhan, André Georges Haudricourt et Charles Parain, Actes du colloque IMEC (Caen, 13-15 oct. 2008), Paris, Créaphis, à paraître (2011).

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540