Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps et machines à l'âge industriel

 | 
Laurence Guignard
, 
Pascal Raggi
, 
Étienne Thévenin

Deuxième partie. Machines de mort

Les corps ravagés des machines infernales. Les attentats politiques et les atteintes au corps au XIXe siècle

Karine Salomé

Texte intégral

  • 1 Attentat du 28 juillet 1835. Procès de Fieschi, Morey, Pepin, Boireau et Bescher, Verdun, Lippmann (...)
  • 2 Gameau A., Notice historique, biographique et anecdotique sur Fieschi précédée d’une relation circ (...)
  • 3 La Gazette des tribunaux, 26 février 1858.
  • 4 Le Figaro, 17 mars 1894.

1Au XIXe siècle, les attentats politiques qui sont commis en France recourent le plus souvent aux pistolets, aux fusils, ou encore aux couteaux et aux poignards. Certains d’entre eux toutefois usent de machines infernales et de bombes. La machine infernale de la rue Nicaise inaugure ainsi, en 1800, une longue série d’engins, le plus souvent explosifs, à savoir la machine de Fieschi en 1835, les grenades d’Orsini en 1858 ou encore les bombes anarchistes, entre 1892 et 1894. Or, l’utilisation de tels engins, dans l’espace civil, déconcerte et stupéfie. La machine de Fieschi est ainsi qualifiée d’« épouvantable appareil1 » qui « vomit la mort et le carnage2 » ; les grenades d’Orsini sont désignées sous le terme d’« instrument de destruction3 » ; les bombes anarchistes, quant à elles, sont définies comme de « formidables engins destructeurs4 ».

  • 5 Corbin A., « Douleurs, souffrances et misères du corps », in Corbin A., Courtine J, Vigarello G. ( (...)

2De fait, ces engins étonnent les contemporains par leur puissance et leurs capacités destructrices. Ils donnent l’impression de méthodes de guerre, introduites dans la sphère civile, tout en oubliant la dimension fondamentale qu’est le combat. Ils bouleversent, en outre, les manières de tuer. Les machines et les bombes rompent tant avec le massacre, obéissant à une progression ritualisée et accompli par une foule en liesse, tel qu’il est pratiqué notamment sous la Révolution, qu’avec les tueries propres au XIXe siècle, militarisées et sérialisées5. Elles agissent de manière subite, inopinée, sans avertissement, ni gradation ; elles exacerbent la dimension mécanique et technique du massacre ; elles accentuent le processus de distanciation entre les auteurs de la tuerie et les victimes.

3Au-delà de ces modalités opératoires spécifiques, les machines et les bombes se singularisent par les dommages qu’elles infligent aux corps des victimes et qui se révèlent à bien des égards inédits. La nature de ces atteintes varie toutefois en fonction de l’engin utilisé. En outre, selon les sensibilités, en fonction des représentations qui entourent l’attentat et des usages qu’en font les autorités politiques, l’attention prêtée aux corps et l’importance qui leur est accordée évoluent également au cours du XIXe siècle. Les attentats de la rue Nicaise, de Fieschi, d’Orsini et des anarchistes permettent ainsi de voir comment les sociétés établissent des rapports différents à ces corps ravagés et oscillent entre reconnaissance d’une violence spécifique et volonté d’inscrire l’attentat dans la continuité de brutalités antérieures.

Les corps martyrs de la rue Nicaise

  • 6 Les distorsions trouvent leur origine dans le décès de certains blessés dans les jours ou les sema (...)

4Lorsqu’elle explose le 24 décembre 1800, rue Nicaise, quelques instants après le passage de la voiture du Premier consul qui se rend à l’Opéra, la machine infernale déposée par d’anciens chouans provoque de nombreuses victimes. Le bilan, qui varie selon les sources, oscille entre quatre et dix morts, vingt-huit et plus de soixante blessés6. Plus que le nombre de victimes, l’attentat bouleverse par les atteintes qui sont faites aux corps et à leur intégrité.

  • 7 Les machines de ce type auraient été utilisées par les Flamands, puis par les Anglais et les Autri (...)

5La machine de la rue Nicaise, qualifiée d’infernale dès les premiers jours qui suivent l’attentat, est constituée d’un tonneau de poudre, lui-même rempli de balles, de pierres d’artifice, de marrons, et relié à une mèche d’amadou qui, une fois allumée, se consume en quelques secondes et met le feu à l’ensemble. Si le principe n’est guère nouveau7, c’est toutefois la première fois qu’une telle machine est utilisée dans la sphère civile.

  • 8 Procès-verbal, Archives de la Préfecture de Police (plus bas APP), AA 276.
  • 9 Rapport établi par le commissaire de la division de la Fontaine Grenelle, 4 nivôse an IX, APP, AA (...)

6Or, cette machine démembre, disloque, détruit les corps. Les victimes présentent souvent des jambes arrachées, des bras et des doigts coupés. Une femme, tuée par l’explosion, a les bras tranchés et, selon le rapport de police, la cervelle emportée8. Le visage d’un marchand de meubles est « déchiré totalement9 ». Les brûlures et les entailles, provoquées par des éclats de verre et de bois, sont nombreuses. Une femme avance le chiffre de vingt-huit blessures, un domestique en décompte vingt-deux. L’explosion de la machine conduit en outre à l’anéantissement du corps, à sa négation même. Lors du procès, il est ainsi rappelé que les membres de la jeune fille chargée de tenir la bride du cheval auquel était attelée la charrette portant l’engin ont été dispersés et seulement partiellement retrouvés.

  • 10 « Récit plaintif du fâcheux événement arrivé le 3 nivôse an IX à huit heures un quart du soir, rue (...)
  • 11 Ces massacres, qui obéissent à des logiques différentes, notamment dans le cas de la Glacière, à A (...)
  • 12 5 nivôse an IX.

7Les contemporains font part de leur étonnement face à ces « cuisses, jambes et bras, dispersés dans ce fracas10 ». Le carnage, qui ne présente guère de ressemblance avec les massacres de la Révolution où l’on recourt au sabre, à la pique, voire à la fusillade, est toutefois interprété comme une résurgence de la Terreur et ravive le souvenir des massacres de la Glacière, de Lyon, de la Loire et de la Vendée11. Selon La Gazette de France, il « se rattache aux scènes d’horreur tant de fois reproduites par ces monstres12 ».

  • 13 Procès instruit par le tribunal criminel du département de la Seine contre les nommés Saint-Réjant(...)

8Dès lors, la filiation révolutionnaire pèse dans la manière de considérer ces corps. Lors du procès, sur soixante-sept personnes auditionnées, dix-huit ont été blessées ou ont perdu des proches. Les victimes exposent leurs corps mutilés, à l’exemple d’un marchand de meubles qui signale qu’il a été « bien blessé » et s’emploie, à l’invitation du commissaire du gouvernement, à montrer ses blessures : « J’en ai plusieurs : là, là, là et là (sur la poitrine)13. »

  • 14 de Baecque A., Le corps de l’histoire. Métaphores et politique (1770-1800), Paris, Calmann-Lévy, 1 (...)
  • 15 Procès instruit par le tribunal criminel du département de la Seine…, op. cit., p. 269.

9Ce décompte des blessures interroge. L’exhibition des corps meurtris rappelle les pratiques initiées sous la Révolution, lorsque les martyrs de la République donnent à voir, entre 1792 et 1794, devant l’Assemblée nationale, les marques laissées par les blessures sur les corps14. Les blessures sont autant de marques du complot royaliste, autant de preuves qui permettent d’attester la culpabilité et la dangerosité des accusés dont l’attentat constitue une atteinte au corps social, voire au corps politique de la nation. Comme sous la Révolution, le recours à la compassion prévaut, mais on se doit désormais de contenir l’émotion dans l’enceinte du tribunal. La question de l’utilité et de la moralité de l’exposition est en effet posée. Le président de la Cour se sent même obligé de justifier la présence des victimes : « Le tribunal, en vous présentant les victimes de la plus perfide scélératesse, n’a pas voulu influencer vos opinions ; il n’a fait que ce que la loi et son devoir lui prescrivaient15. »

  • 16 Voir notamment Porret M., « Victime du crime en son corps et son âme. Les enjeux de la médecine ju (...)

10Il n’en demeure pas moins que ce statut de martyr conduit logiquement à l’attribution d’aides aux victimes. Outre un décret qui attribue des secours aux plus indigents, une souscription est ouverte et une commission est chargée de répartir les sommes recueillies en fonction de la nature et la gravité des blessures. Les blessés perçoivent ainsi des aides qui s’échelonnent de 25 à 4 500 F. Les sommes les plus élevées sont attribuées à ceux qui se trouvent dans l’incapacité d’exercer leur profession, à l’image d’une musicienne qui a perdu deux doigts et reçoit 4 000 F. On retrouve ici l’importance accordée, dès l’époque moderne, non seulement à la perte d’un membre, mais surtout à l’incapacité permanente16. Les secours se révèlent également importants lorsque les victimes ne sont pas encore complètement guéries et varient entre 300 et 800 F. Un officier civil de la Marine, dont la cicatrice sur son bras droit est susceptible de se rouvrir, reçoit donc 800 F. À l’inverse, lorsque la guérison est complète, les secours se révèlent faibles.

  • 17 Liste des secours, APP, AA 273.

11Dans ce cadre, la mesure de la souffrance physique intervient. Un domestique bénéficie ainsi d’une indemnité de 600 F qui semble destinée à compenser la gravité des nombreuses blessures autant que le caractère éprouvant des opérations subies, comme le précise l’officier de santé : « On a employé des instruments tranchants et des pinces pour extraire les corps étrangers qui s’étaient introduits dans les plaies17. »

12Les troubles psychiques font parfois l’objet de secours, qui se révèlent cependant bien modestes. Un cordonnier de la rue Nicaise, qui a ressenti une frayeur telle à la suite de l’explosion qu’il n’a pu travailler pendant huit jours, se voit attribuer une aide modique qui s’élève à 25 F.

13Ces corps dégradés, disloqués éveillent des sentiments de stupéfaction et d’effroi. Dans le même temps, ils sont inscrits dans la continuité des corps martyrs de la République, ce qui tend à occulter la singularité de la violence née de la machine infernale. Cette appréciation des corps s’accorde avec la lecture qui prévaut à l’égard de l’attentat, à savoir la résurgence de troubles révolutionnaires que l’on pensait révolus ; elle permet, en outre, de légitimer la politique d’exclusion et de répression menée par le Premier consul.

14D’une certaine manière, une contradiction comparable entoure l’attentat de Fieschi en 1835. Les dommages corporels qui sont infligés tendent à être englobés dans une lecture destinée tant à conférer une certaine dignité aux victimes qu’à renforcer la légitimité du régime.

Les corps héroïques de l’attentat de Fieschi

  • 18 Le bilan est établi par l’acte d’accusation. D’autres sources font, elles, état de dix-neuf morts (...)

15L’attentat de Fieschi, commis le 28 juillet 1835 contre Louis-Philippe, alors qu’il passe en revue la Garde nationale sur le boulevard du Temple, révèle une montée en intensité de la violence. Le bilan s’élève à dix-huit morts et vingt et un blessés18. Parmi les victimes figurent des civils, mais aussi des membres de l’état-major et de la garde nationale, dont le maréchal Mortier. Les atteintes au corps se révèlent profondément différentes de l’attentat de la rue Nicaise. Bien que dénommée de la même façon, la machine fabriquée par Fieschi offre, en effet, peu de ressemblances avec le modèle précédent. D’une hauteur d’un mètre vingt, elle est formée de vingt-quatre canons de fusil alignés, fixés les uns aux autres sur une sorte d’échafaudage en bois et disposés en plan incliné. Chaque canon est bourré de lingots de plomb et de balles de fusils. Leur mise à feu, effectuée simultanément, conduit à la distribution de multiples projectiles.

  • 19 Bonjour A., Essai sur le régicide, Paris, Delaunay, 1837, p. 117.

16Sous l’effet conjoint des balles et des lingots de plomb, les corps ne sont pas démembrés, ni disloqués, mais meurtris comme s’ils avaient été soumis à une fusillade, parfois broyés et « fracassés19 ». Le maréchal Mortier meurt ainsi d’une balle qui a pénétré dans l’oreille gauche et fracturé la seconde vertèbre cervicale. Bien des victimes présentent de nombreuses plaies qui couvrent l’ensemble du corps. Selon les cas, la colonne vertébrale est fracturée, les côtes sont cassées, les os des jambes dénudés.

  • 20 Voir notamment Jourdan A., Napoléon. Héros, imperator, mécène, Paris, Aubier, 1998, p. 172.
  • 21 Le Journal des débats, 5 août 1835.

17Cette mise à mort rapide brouille non seulement la hiérarchie mais entraîne également l’entremêlement confus des hommes et des animaux. Elle ne renferme ainsi ni honneur, ni dignité. Toutefois, l’image du champ de bataille se déploie rapidement, d’autant plus que la présence de militaires et l’impression de fusillade facilitent l’identification. Les représentations iconographiques, qui dépeignent le roi à cheval, surplombant les cadavres et les blessés ensanglantés qui l’entourent et se pressent vers lui, font penser à la Bataille d’Eylau (Jean-Antoine Gros) où Napoléon, à cheval, est cerné par des chevaux mourants et des soldats agonisants20. En outre, la proximité du corps royal tend à conférer une certaine dignité aux victimes de l’attentat de Fieschi. Leur mort est associée à l’idée d’un sacrifice, destiné à protéger le roi et, plus généralement, la monarchie. Le ministre de la guerre, le maréchal Maison, note ainsi : « Ils ne sont pas tombés sur un champ de bataille ces braves militaires, ce vieux et illustre maréchal, c’est leur malheur. Mais ils n’en sont pas moins morts pour la cause de la France21. » Les corps meurtris viennent ainsi renforcer la légitimité du régime et contribuent à construire l’image d’un chef de guerre héroïque qui manquait jusqu’à présent au roi.

  • 22 D’abord ouverts, les cercueils sont rapidement fermés en raison de la décomposition des corps.
  • 23 Fureix E., La France des larmes : deuils politiques à l’âge romantique (1814-1840), Seyssel, Champ (...)

18Cette dignité conférée aux corps et la volonté d’héroïsation des victimes apparaissent manifestes lors de l’organisation d’une cérémonie funèbre, où les corps des victimes, embaumés, sont exposés dans une chapelle ardente à l’église Saint-Paul, avant d’être emmenés aux Invalides. L’exposition, qui connaît une durée exceptionnelle, vise à démontrer l’horreur du crime, tout en respectant les sensibilités dans la mesure où les corps sont disposés dans des doubles cercueils de chêne et de plomb22. Dans ce qui est présenté comme un sacrifice collectif, digne de respect, permettant de faire oublier la violence fondatrice du régime, la hiérarchie sociale est néanmoins respectée, tant dans le traitement différencié des cadavres, que dans l’organisation pyramidale des cercueils et l’ordre établi lors de la procession23. La différenciation permet de recomposer l’ordre social ignoré par la machine infernale qui a frappé, de manière indistincte, sans tenir compte du statut des victimes.

  • 24 Liste des blessés, AN, CC 672.

19Le spectacle des corps suscite ainsi des sentiments contradictoires, oscillant entre fascination et répulsion, entre exposition et souci d’occultation. Cette réserve qui semble s’instaurer à l’égard du corps blessé ou souffrant se retrouve lors du procès. Ni les proches des victimes, ni les blessés ne figurent sur la liste des témoins. L’exhibition du corps n’est plus jugée utile dans la démonstration de l’horreur du geste et de la culpabilité de ses auteurs. Cette distance n’exclut pas toutefois une attention compatissante aux blessés et la mise en place d’une indemnisation qui concerne, comme en 1800, non seulement les victimes, mais aussi leurs familles. Les secours aux blessés s’inspirent globalement des critères d’appréciation mis en place en 1800. La perte d’un membre donne toujours droit aux secours les plus élevés, à l’image du général de Blin, amputé du pouce et de l’index, et dont l’indemnité s’élève à 4 000 F. Les victimes, dont il est dit de manière vague qu’elles sont gravement blessées, obtiennent quant à elles la somme la plus faible, soit 600 F. La souffrance, tant physique que morale, affleure parfois dans les rapports qui sont établis. Le médecin note ainsi, à propos d’une femme blessée au visage, qu’elle « est plongée dans une tristesse et une douleur morale dont rien ne peut la distraire24 ».

20Si les secours accordés présentent bien des convergences avec le système instauré lors de l’attentat de la rue Nicaise, ils s’en différencient toutefois par le statut qui est conféré aux victimes. Il s’agit moins d’indemniser les corps martyrs que de récompenser des héros pour le service qu’ils ont rendu à la nation. Le terme de « récompense nationale » est d’ailleurs employé. À cet égard, les secours s’apparentent aux pensions qui sont accordées aux gardes nationaux blessés en avril 1831 et 1834 à Paris.

21À partir du Second Empire, l’usage politique des corps semble moindre et le poids des modèles interprétatifs s’estompe au profit de la mise en évidence de la singularité des atteintes aux corps engendrées par les attentats.

Les corps meurtris de l’attentat d’Orsini, reflets de la dimension subversive de l’acte

  • 25 Le procédé n’est pas totalement nouveau et rappelle les bombes utilisées lors de la guerre de Crim (...)

22De fait, avec l’attentat d’Orsini, le carnage tend à être envisagé dans ses spécificités et s’affranchit de tout modèle, de toute filiation. Orsini et ses complices utilisent, dans l’attentat commis le 14 janvier 1858 devant l’Opéra, alors que Napoléon III s’apprête à y entrer, des grenades en fer de huit à neuf centimètres de diamètre, armées et hérissées de petites cheminées recouvertes de capsules à percussion. L’intérieur est rempli de poudre et de chevrotines, de morceaux d’acier et de fer, de fragments de clous et de lingots en fonte et en plomb. Rondes, pesant environ un kilo cinq cents grammes, elles sont destinées à être lancées afin que le contact avec le sol provoque l’explosion d’un engin qui se divise en un nombre infini d’éclats25.

  • 26 La Gazette des tribunaux, 26 février 1858.

23L’attentat est le plus meurtrier du siècle. Le bilan s’établit en effet à huit morts et cent cinquante-six blessés. Les projectiles contenus à l’intérieur des grenades, ainsi que les éclats de bois ou de verre emportés par l’explosion, entraînent de nombreuses blessures que l’acte d’accusation évalue à cinq cent onze pour l’ensemble des victimes et qui concernent, de manière indistincte, les jambes, les bras, la poitrine, le visage26. Un jeune homme a ainsi été frappé vingt-deux fois ; un autre présente onze blessures et a le crâne perforé, les intestins percés. En moyenne, les victimes présentent trois à quatre blessures.

  • 27 Le Phare de la Loire, 18 janvier 1858.
  • 28 La Gazette des tribunaux, 26 février 1858.

24Au-delà de leur nombre, les lésions donnent l’impression de corps déchirés, lacérés, tailladés. Le Phare de la Loire parle de « blessures affreuses », de « dentelures profondes27 ». Les fragments de clous, les morceaux de fer aplatis, la mitraille aux bords anguleux provoquent en effet des plaies généralement petites, comparables selon le médecin Ambroise Tardieu à des « piqûres de sangsue », mais qui se révèlent d’une « gravité exceptionnelle28 ». Les projectiles s’immiscent dans la profondeur des organes et entraînent, en dépit d’une apparence anodine, des déchirures considérables. D’une certaine manière, ces atteintes au corps révèlent le caractère insidieux de l’attentat : minimes en apparence, elles conduisent la victime à la souffrance et à la mort. Le guet-apens, l’effet de surprise qui caractérisent l’attentat se déclinent ainsi jusque dans les plaies.

  • 29 Ibid.

25En regard de ces blessures, la souffrance devient une dimension fondamentale sur laquelle les victimes, comme les médecins, insistent. Un homme, meurtri lors de l’attentat, explique son calvaire : « Les médecins cherchent à me rassurer, mais je souffre beaucoup, je crains de souffrir encore longtemps29. » Les médecins eux-mêmes considèrent la souffrance comme un élément du diagnostic. Comme pour les attentats précédents, toutefois, l’intérêt qui est accordé à la souffrance psychique se révèle néanmoins moindre.

26Les dommages corporels, les souffrances physiques et éventuellement psychologiques confèrent aux blessés un statut de victimes, sans pour autant les parer de l’aura de martyrs ou de héros. Certes, la présence du corps impérial accorde une certaine dignité aux personnes meurtries par les grenades, mais il apparaît désormais moins nécessaire au Second Empire de mettre en scène le sacrifice ; la cérémonie qui est organisée pour rendre hommage aux victimes reste discrète.

27Cette discrétion n’empêche pas l’octroi de secours qui obéissent globalement aux mêmes règles d’attribution que lors des attentats précédents, les victimes ayant perdu un membre lors de l’explosion ou par la suite une amputation bénéficient de sommes relativement élevées, qui atteignent 1 000 F. Les blessures moins graves sont, quant à elles, évaluées en termes de journées d’incapacité de travail et les aides accordées oscillent entre 200 et 600 F. Les troubles mentaux, en revanche, donnent plus rarement lieu à des indemnités.

  • 30 Note du 2 mars 1858, AN, F70 419.
  • 31 Hincker L., Citoyens-combattants à Paris, 1848-1851, Paris, Septentrion, 2007.

28Si elles s’inspirent des systèmes instaurés antérieurement, ces indemnisations rappellent également les procédures instaurées en faveur des acteurs des journées de février 1848. Une note datée du 2 mars 1858 réfléchit ainsi à l’établissement de règles susceptibles de présider au versement de pensions et établit le rapprochement entre les blessés d’Orsini et ceux de 184830. Dans les deux cas, il s’agit moins de porter assistance à des combattants et à des protecteurs de la nation que d’aider des victimes qui ont été meurtries et blessées31.

  • 32 Farcy J.-C., « Le problème des sources. Les sources sérielles de l’étude des victimes en histoire (...)

29C’est aussi à titre de victimes qu’un petit nombre de blessés assiste au procès en tant que témoins. Sur 156 personnes, quatre d’entre elles sont présentes aux audiences, deux autres s’étant désistées en raison de leur état de santé. Appelées à s’exprimer en dernier, une fois l’ensemble des témoins à charge entendus, ces victimes font état de leurs blessures, dont elles soulignent le nombre et la nature spécifique. Leurs dépositions répondent à une finalité plus illustrative que démonstrative et confirment la position purement spectatrice qui est dévolue couramment aux victimes32.

30L’impression prévaut que le carnage engendré par l’attentat d’Orsini tranche en regard des attentats précédents. Il constitue une forme de dégradation des corps spécifique, distincte des autres types de massacres et de tueries, et qui, par les blessures infligées, suffit à dire la violence et la nature de l’attentat.

31La reconnaissance de la singularité des atteintes faites au corps se manifeste plus encore lors des attentats anarchistes, d’autant que les corps paraissent désormais privés de toute dignité.

Les corps annihilés, illustrations de la brutalité des attentats anarchistes

32Rappelons tout d’abord que les auteurs d’attentats anarchistes recourent de manière quasi systématique à la dynamite dans les années 1890. Ils emploient le plus souvent de banales boîtes métalliques, mais détournent aussi des objets de la vie courante, se servant aussi bien de marmites, de valises que de cantines ouvrières ou de boîtes de conserves de haricot. Reliées à une mèche ou obéissant à un principe de renversement, la plupart des bombes contiennent généralement des balles, des copeaux de fer, des chevrotines ou encore des clous qui sont destinés à servir de projectiles.

  • 33 L’un des blessés décède un mois après.

33Selon les lieux choisis et la puissance des bombes, le bilan des attentats anarchistes est variable. Certains se contentent de blesser, tandis que d’autres entraînent la mort de plusieurs personnes. Les attentats du faubourg Saint-Germain et de Clichy, en 1892, blessent respectivement trois et quatre personnes ; ceux commis au café Terminus et au restaurant Foyot, en 1894, mutilent, pour le premier vingt-quatre personnes33, deux personnes pour le second. L’explosion des bombes au restaurant Véry et au commissariat des Bons-Enfants, en 1892, tue respectivement deux et cinq personnes.

34Sous l’effet des projectiles qu’elles contiennent, les bombes déchirent et ravagent les corps. Après l’explosion de la bombe au commissariat des Bons-Enfants, le garçon de bureau ne peut être reconnu que grâce à des fragments de ses vêtements ; la tête de l’agent Réaux est carbonisée, son nez et ses yeux ont disparu, les os de ses jambes sont mis à nu. La description que livre La Gazette des tribunaux se révèle éloquente :

  • 34 La Gazette des Tribunaux, 28 avril 1894.

« C’était un amoncellement de débris hachés, de morceaux de bois déchiquetés, de vêtements et de lambeaux de chair. D’un bec de gaz fixé au plafond pendait un paquet d’entrailles. Les murs étaient éclaboussés de sang. Près de la fenêtre, on marchait littéralement sur des lambeaux de chair, de foie, de poumon34. »

35Le carnage revêt donc une forme nouvelle : il ne se contente plus de blesser ou de porter atteinte à l’intégrité du corps, mais il annihile son humanité. La victime n’est plus reconnaissable ; elle est dépourvue d’identité, chosifiée et réduite à un simple amas indistinct de chairs broyées et déchiquetées. Loin de répondre aux exigences du XIXe siècle qui attendent d’un cadavre qu’il soit identifié, digne, préservé, elle reflète finalement la dimension impersonnelle de l’attentat.

  • 35 À l’inverse, le corps de Sadi Carnot, assassiné en 1894 à l’aide d’un poignard, semble préservé, p (...)

36Dès lors, il s’avère malaisé d’attribuer un rôle et un statut aux victimes, d’autant plus que les attentats visent désormais des populations civiles, ainsi que des personnes aux fonctions politiques, comme les députés de l’Assemblée nationale, économiques, judiciaires ou policières, tels les agents du commissariat des Bons-Enfants, même si dans ce cas précis, rappelons-le, l’intention n’était pas de frapper ces représentants de l’État, mais le siège de la Compagnie des Mines. Or, l’absence de corps politique visible, incarné dans le chef de l’État, et la disparition concomitante de la dimension héroïque du sacrifice privent la mort de gloire et de courage. En outre, l’exclusion des anarchistes de la sphère politique, l’opacité de l’attentat, dont le sens échappe aux contemporains, conduisent à mettre en avant la seule dimension criminelle de l’attentat et à occulter toute portée idéologique. Les corps des victimes ne peuvent alors que dire la brutalité des attentats anarchistes et susciter des sentiments de curiosité et de dégoût35.

  • 36 Le Petit journal, 9 novembre 1892.
  • 37 Voir notamment Kalifa D., L’encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle-Époque, Paris (...)

37Ces corps déchiquetés, éventrés, à moitié dénudés fascinent en effet. La presse n’hésite pas à faire part à multiplier les détails macabres, à l’exemple du Petit journal qui met en image les corps mutilés et les entrailles enroulées autour des becs de gaz36. Cet intérêt doit être mis en parallèle avec le goût des contemporains de la fin du XIXe siècle pour les descriptions précises et circonstanciées de corps morcelés et entaillés dont regorgent les récits de crimes et de faits-divers à la Belle Époque37.

  • 38 Brouardel P., Les explosifs et les explosions au point de vue médico-légal, Paris, J.-B. Baillière (...)

38Dans ce cadre, la souffrance peine à retenir l’attention, alors même que les victimes font part des douleurs physiques et psychiques qu’ils éprouvent, pour certains plusieurs semaines après l’événement. Certes, quelques médecins mentionnent la santé mentale de leurs patients, relevant notamment que l’une des victimes du restaurant Foyot confesse des « nuits […] très agitées et troublées par des cauchemars affreux » et « se réveille fréquemment, en sursaut, croyant toujours entendre une nouvelle explosion38 ».

  • 39 Le Petit journal, 12 novembre 1892.

39Seuls quelques individus échappent au sort commun pour être considérés comme des héros : les victimes du commissariat des Bons-Enfants qui sont, pour la majorité d’entre eux, des agents des forces de l’ordre. Leurs funérailles donnent lieu à une cérémonie à Notre-Dame, pour laquelle le parvis est parsemé de candélabres allumés, avant que les cercueils ne soient acheminés au cimetière du Montparnasse. Devant les tombes, le président du Conseil Loubet prononce un discours dans lequel il célèbre ceux qui sont « tombés sur un champ de bataille et pour défendre le drapeau39 ». Accentuant la distinction esquissée lors de l’attentat d’Orsini, l’héroïsation ne concerne plus toutes les victimes, mais elle touche avant tout ceux qui sont morts dans le cadre de leur fonction ou du fait de leur intervention au service de l’État. À l’inverse, la mort « par hasard » n’est plus conçue comme un sacrifice destiné à protéger la nation ; elle s’avère par conséquent plus difficilement héroïsable.

  • 40 Lors de l’attentat du café Terminus, une seule victime bénéficie d’une indemnité : Mme Kinsbourg, (...)
  • 41 Lettre du 8 mai 1894, APP, Ba 142.

40Dès lors, les secours ne revêtent plus un caractère systématique. Le gouvernement se montre peu empressé à l’égard de ceux qui ont trouvé la mort ou ont été blessés en raison de leur seule présence sur les lieux40. Les recommandations que le ministre de l’Intérieur adresse au préfet de Police à la suite de l’attentat commis au restaurant Foyot, en 1894, sont à cet égard éloquentes : l’invitant à se renseigner sur les blessures des victimes et les pertes matérielles subies, il lui conseille de « procéder avec discrétion afin d’éviter des espérances d’allocations qui ne seront accordées que si le Parlement vote un crédit spécial41 ».

41Cette attention limitée, cette écoute modérée se retrouvent lors des procès. Au cours des audiences consacrées à l’attentat du café Terminus, sur quarante-huit témoins attendus, vingt-deux sont des victimes de l’attentat. La proportion paraît donc importante et semble démontrer une volonté de faire entendre les voix des blessés. Toutefois, neuf d’entre elles seulement sont amenées à déposer. Elles sont, en outre, invitées non pas à évoquer longuement les blessures subies, mais à relater, en tant que témoins, les événements auxquels elles ont assisté, à retracer les premiers moments de l’attentat et à participer à la construction chronologique de l’événement.

  • 42 Brouardel P., Les explosifs et les explosions…, op. cit.

42Le corps devient ainsi l’objet d’atteintes dont la dimension politique n’intéresse pas. L’étude que publie, en 1897, Paul Brouardel est à cet égard révélatrice. Intitulée Les explosifs et les explosions au point de vue médicolégal42, elle envisage les lésions engendrées par les explosifs tant dans le milieu professionnel que dans le cadre des attentats politiques. Les formes d’atteintes au corps occasionnées tant par l’attentat d’Orsini que par les attentats anarchistes sont précisées, sans pour autant que la finalité ou les intentions des auteurs d’attentats soient prises en considération. De même, les corps des victimes sont envisagés au même titre que celui de « l’attentateur », Pauwels, qui trouve la mort alors qu’il tente de faire exploser une bombe dans l’église de la Madeleine.

Conclusion

  • 43 Le Radical, 14 février 1894.
  • 44 La Gazette de France, 29 juillet 1835.
  • 45 La Gazette des tribunaux, 26 février 1858.
  • 46 Le Petit Journal, 28 mars 1892.

43Ainsi, selon la nature et la puissance de l’engin, les atteintes au corps se révèlent bien différentes au cours du XIXe siècle. Les lectures qui en sont proposées se révèlent tout aussi divergentes et résultent de l’appréciation qui est faite de l’événement. Les attentats se rejoignent néanmoins dans une même corruption de l’intégrité et de la dignité corporelles. Ils heurtent les sensibilités des contemporains par la mort hasardeuse qu’ils impliquent, frappant « à tort et à travers43 ». Ils troublent également par la qualité des victimes qu’ils meurtrissent. De manière récurrente, l’innocence des morts et des blessés est mise en exergue. En 1835, les contemporains s’indignent de Fieschi qui ne craint pas d’assassiner des « innocents du fait politique44 ». En 1858, Ambroise Tardieu rappelle, lors du procès d’Orsini et de ses complices, que la plupart des victimes étaient « des personnes curieuses, inoffensives45 ». Des remarques comparables entourent les attentats anarchistes, à l’exemple du Petit journal qui dénonce, en 1892, « l’assassinat en bloc d’innocentes victimes46 ».

  • 47 C’est le cas du Siècle, 18 janvier 1858.

44Dès lors, la disparition des victimes est perçue comme le signe d’une violence extrême. Elle constitue un crime contre la société, voire un « crime de lèse-humanité », selon les termes employés par certains journaux47, d’autant plus intolérable que l’atteinte à l’humanité et à la dignité devient, depuis les Lumières, un élément fort de la pensée politique. Dans un contexte où les sensibilités se transforment, l’attentat apparaît comme l’irruption d’une brutalité incompréhensible et inacceptable. Son auteur se voit alors parfois lui-même réduit à une machine, à l’image de l’assassin de Sadi Carnot, Caserio, que Lacassagne dépeint dans les termes suivants :

  • 48 Lacassagne A., L’assassinat du président Carnot. Les principales circonstances du fait. Le mouveme (...)

« Ces individus-là aux muscles d’acier et par conséquent n’ayant pas peur des obstacles, insubordonnés, agités, dont le sang est comme de la dynamite coulante, sont aussi dangereux que les bombes dans les mains des chefs anarchistes. La machine chauffée à blanc est lancée à toute vapeur sur la voie : elle éclate au moment voulu48. »

Notes

1 Attentat du 28 juillet 1835. Procès de Fieschi, Morey, Pepin, Boireau et Bescher, Verdun, Lippmann, 1835, p. 4.

2 Gameau A., Notice historique, biographique et anecdotique sur Fieschi précédée d’une relation circonstanciée de l’attentat du 28 juillet 1835, Paris, J. Ledoyen, 1835, p. 16.

3 La Gazette des tribunaux, 26 février 1858.

4 Le Figaro, 17 mars 1894.

5 Corbin A., « Douleurs, souffrances et misères du corps », in Corbin A., Courtine J, Vigarello G. (dir.), Histoire du corps : t. II, De la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Seuil, 2005, p. 221-225.

6 Les distorsions trouvent leur origine dans le décès de certains blessés dans les jours ou les semaines qui suivent l’attentat, or ils sont, selon les cas, comptabilisés dans l’une ou l’autre catégorie. En outre, certains blessés ne sont pas enregistrés.

7 Les machines de ce type auraient été utilisées par les Flamands, puis par les Anglais et les Autrichiens aux XVIe et XVIIe siècles. La machine rappelle également celle mise au point par le jacobin Chevalier quelques mois auparavant dans le but également de commettre un attentat contre Bonaparte.

8 Procès-verbal, Archives de la Préfecture de Police (plus bas APP), AA 276.

9 Rapport établi par le commissaire de la division de la Fontaine Grenelle, 4 nivôse an IX, APP, AA 276.

10 « Récit plaintif du fâcheux événement arrivé le 3 nivôse an IX à huit heures un quart du soir, rue Nicaise, par l’explosion d’une machine infernale », Grand détail exact et circonstancié de l’explosion qui a lieu le 3 nivôse dernier à 8 heures un quart du soir dans la rue Nicaise, Paris, Daniel, sd.

11 Ces massacres, qui obéissent à des logiques différentes, notamment dans le cas de la Glacière, à Avignon, en 1791, apparaissent, dans les premières décennies du XIXe siècle, comme le symbole de la violence révolutionnaire.

12 5 nivôse an IX.

13 Procès instruit par le tribunal criminel du département de la Seine contre les nommés Saint-Réjant, Carbon, et autres, prévenus de conspiration contre la personne du Premier Consul, Paris, Imprimerie de la République, an IX, t. II, p. 267-268.

14 de Baecque A., Le corps de l’histoire. Métaphores et politique (1770-1800), Paris, Calmann-Lévy, 1993. Cette exposition des corps est constatée lors de l’attentat de Rastadt, Chappey J.-L., « L’assassinat de Rastadt et les enjeux du “cri de vengeance” sous le second Directoire », in Bourdin P., Bourdin J.-C., Caron J.-C., Bernard M. (dir.), La voix et le geste. Une approche culturelle de la violence socio-politique, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2005, p. 69-96.

15 Procès instruit par le tribunal criminel du département de la Seine…, op. cit., p. 269.

16 Voir notamment Porret M., « Victime du crime en son corps et son âme. Les enjeux de la médecine judiciaire au siècle des Lumières à Genève », inGarnot B. (dir.), Les victimes, des oubliées de l’histoire ? Actes du colloque de Dijon, 7 et 8 octobre 1999, Rennes, PUR, 2000, p. 469-479. La procédure fait également penser aux secours accordés aux victimes de l’explosion de la poudrerie de Grenelle, en 1794, et qui confèrent à ces dernières un statut presque héroïque, Le Roux T., Les nuisances artisanales et industrielles à Paris, 1770-1830, thèse de doctorat, Université de Paris 1, 2007, p. 277-279.

17 Liste des secours, APP, AA 273.

18 Le bilan est établi par l’acte d’accusation. D’autres sources font, elles, état de dix-neuf morts et de vingt-quatre blessés.

19 Bonjour A., Essai sur le régicide, Paris, Delaunay, 1837, p. 117.

20 Voir notamment Jourdan A., Napoléon. Héros, imperator, mécène, Paris, Aubier, 1998, p. 172.

21 Le Journal des débats, 5 août 1835.

22 D’abord ouverts, les cercueils sont rapidement fermés en raison de la décomposition des corps.

23 Fureix E., La France des larmes : deuils politiques à l’âge romantique (1814-1840), Seyssel, Champ Vallon, 2009, p. 64.

24 Liste des blessés, AN, CC 672.

25 Le procédé n’est pas totalement nouveau et rappelle les bombes utilisées lors de la guerre de Crimée.

26 La Gazette des tribunaux, 26 février 1858.

27 Le Phare de la Loire, 18 janvier 1858.

28 La Gazette des tribunaux, 26 février 1858.

29 Ibid.

30 Note du 2 mars 1858, AN, F70 419.

31 Hincker L., Citoyens-combattants à Paris, 1848-1851, Paris, Septentrion, 2007.

32 Farcy J.-C., « Le problème des sources. Les sources sérielles de l’étude des victimes en histoire contemporaine », inGarnot B. (dir.), Les victimes, des oubliées de l’histoire ?, op. cit., p. 95-112.

33 L’un des blessés décède un mois après.

34 La Gazette des Tribunaux, 28 avril 1894.

35 À l’inverse, le corps de Sadi Carnot, assassiné en 1894 à l’aide d’un poignard, semble préservé, presque indemne.

36 Le Petit journal, 9 novembre 1892.

37 Voir notamment Kalifa D., L’encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle-Époque, Paris, Fayard, 1995.

38 Brouardel P., Les explosifs et les explosions au point de vue médico-légal, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1897, p. 258.

39 Le Petit journal, 12 novembre 1892.

40 Lors de l’attentat du café Terminus, une seule victime bénéficie d’une indemnité : Mme Kinsbourg, rentière, blessée à la jambe qui reçoit 1 500 F ; les autres blessés, en revanche, ne reçoivent rien.

41 Lettre du 8 mai 1894, APP, Ba 142.

42 Brouardel P., Les explosifs et les explosions…, op. cit.

43 Le Radical, 14 février 1894.

44 La Gazette de France, 29 juillet 1835.

45 La Gazette des tribunaux, 26 février 1858.

46 Le Petit Journal, 28 mars 1892.

47 C’est le cas du Siècle, 18 janvier 1858.

48 Lacassagne A., L’assassinat du président Carnot. Les principales circonstances du fait. Le mouvement anarchiste. La victime. L’assassin. Etat mental de Caserio. Récit de l’assassin, Paris, Masson, 1894, p. 31.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540