Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Corps et machines à l'âge industriel

 | 
Laurence Guignard
, 
Pascal Raggi
, 
Étienne Thévenin

Première partie. Machines de santé

La réadaptation en Lorraine

Étienne Thévenin

Testo integrale

1Être amputé, perdre une main, un pied, une jambe, un membre… Être paraplégique, tétraplégique, ne plus pouvoir se mouvoir dans des conditions satisfaisantes… Ne plus être en mesure, à la suite de maladies ou de problèmes chroniques, d’effectuer les tâches auxquelles on était habitué… Accidents du travail, de la circulation, accidents domestiques ou blessures de guerre plongent d’un coup les victimes dans des situations invalidantes. Autant de situations douloureuses, dramatiques, survenues parfois très brutalement, qui font basculer dans la souffrance, la détresse, l’isolement les victimes et leurs familles.

  • 1 André J.-M., Xenard J., Meyer C. (dir.), De l’institut de réhabilitation des diminués physiques à (...)

2Face à cela de nombreuses initiatives ont été prises par des médecins, des soignants, les familles ou des associations durant la première moitié du vingtième siècle, mais d’une manière souvent dispersée1. Les uns pensent qu’il faut d’abord réacquérir des compétences, réparer ou compenser les fonctions perdues en faisant travailler la partie du corps qui ne « fonctionne plus » de manière satisfaisante ou en essayant de compenser par un appareil ou un appareillage l’absence d’une partie de ce corps. La démarche se veut de « rééducation ». D’autres savent qu’il n’est pas possible de revenir à la situation antérieure et s’efforcent de « réinsérer » la personne dans son milieu de vie, sa famille, son quartier, son lieu de travail.

3Souvent les démarches de réinsertion et de rééducation n’étaient ni coordonnées ni simultanées. C’est pourquoi les initiatives de réadaptation engagées en Lorraine à partir du début des années cinquante constituent une étape originale et importante par ses conséquences bien au-delà de la Lorraine

Plusieurs personnes sont, en Lorraine, à l’origine de cette démarche

  • 2 Thevenin É., Un créateur de l’action sanitaire et sociale ; Jacques Parisot (1882-1967), Nancy, Pr (...)
  • 3 Livre publié en 1925 chez Berger-Levrault.

4En premier lieu, le Doyen Jacques Parisot2. Né en 1882 à Nancy, cet universitaire, professeur de médecine sociale, fonda en 1920 l’Office d’Hygiène Sociale de Meurthe-et-Moselle. L’OHS commença par lutter contre la tuberculose, maladie alors incurable, en créant un réseau de dispensaires dans tout le département et en engageant une action coordonnée de santé publique qui intégrait largement la prévention. En 1925, Jacques Parisot cosignait avec son collègue Louis Spillmann un livre dont le titre était un programme en soi : « Guérir est bien, prévenir est mieux3. » La dimension sociale de la maladie était largement prise en compte. La méthode mise en œuvre contre la tuberculose fut ensuite reprise par l’OHS contre d’autres maladies. À chaque fois il s’agissait de mettre en réseau des institutions qui jusqu’alors intervenaient séparément, sans vraiment se concerter : université et faculté de médecine, collectivités territoriales, institutions sanitaires et associations diverses… Les succès obtenus firent rapidement de la Meurthe-et-Moselle un département de référence en matière d’action sanitaire et sociale et Jacques Parisot présidait, à la fin des années trente, le Comité d’hygiène de la Société des Nations, la plus haute instance sanitaire mondiale à cette époque. Jacques Parisot fut ensuite, au lendemain de la seconde guerre mondiale, l’un des cofondateurs de l’Organisation Mondiale de la Santé qui, en 1948, définissait la santé en ces termes : « La santé n’est pas seulement une absence de maladie ou d’infirmité mais un état de complet bien être physique, psychologique et social. »

  • 4 Raggi P., Les mineurs de fer au travail, Metz, éditions Serpenoise, 2007.
  • 5 Témoignage du professeur Raoul Senault, recueilli durant l’été 1997, et du professeur Paul Sadoul, (...)

5Attentif aux problèmes sociaux autant qu’aux réalités sanitaires, Jacques Parisot, qui était Doyen de sa Faculté de 1949 à 1955, était particulièrement sensible au nombre élevé des victimes d’accidents du travail dans une Lorraine en plein essor industriel au lendemain de la seconde guerre mondiale. La thèse de Pascal Raggi nous rappelle le nombre élevé de morts, mais aussi d’invalides et de blessés consécutifs aux accidents survenus dans les mines de fer de Lorraine4. Il faudrait y ajouter les accidents survenus dans les mines de charbon, la sidérurgie, la métallurgie, les carrières, le travail du bois et d’autres secteurs d’activité encore. Ces réalités posent question au médecin et à l’humaniste. Du jour au lendemain un homme en pleine santé peut se retrouver sans activité, sans lien social autre que celui qui le lie à sa famille la plus proche. Jacques Parisot se rappela quelques communications entendues lors de congrès et en particulier celles qui évoquaient des expériences menées en Grande Bretagne pendant la seconde guerre mondiale et la bataille d’Angleterre. Pour permettre aux pilotes blessés lors de combats aériens de reprendre au plus vite les commandes d’un appareil, les Britanniques avaient élaboré des programmes de rééducation intensive. Aux soins classiques s’ajoutaient des exercices spécifiques très exigeants et soutenus menés en gardant le contact avec les camarades et le monde environnant. Certes les circonstances étaient exceptionnelles et les hommes concernés jeunes et très solides physiquement et moralement, mais ces actions dites de « réhabilitation sociale et professionnelle » par les Britanniques pouvaient inspirer d’autres actions, menées auprès des victimes des accidents du travail, d’autant qu’en Suisse des démarches comparables avaient été engagées avec les victimes d’accidents survenus en montagne. Jacques Parisot envoya donc quatre jeunes médecins proches de lui, Paul Sadoul, Raoul Senault5, Henri Poulizac et Louis Pierquin afin de visiter les « centres de réhabilitation » anglais et d’en tirer des idées utiles pour répondre aux problèmes qui se posaient en Lorraine.

  • 6 Duray H., « Henri Poulizac (1919-1984), un pionnier de la médecine préventive », Annuaire de l’Ass (...)

6Le Docteur Henri Poulizac6 partageait totalement ces perspectives. Né en 1919 à Brest, il effectua ses études de médecine à la faculté de Nancy, fut quelque temps médecin de la marine nationale avant d’exercer pendant plusieurs années la médecine générale de campagne dans le Jura tout en réfléchissant aux conditions de l’exercice de la médecine. Il adhérait profondément aux principes fondateurs de la Sécurité Sociale et il choisit de travailler comme médecin-conseil à la Sécurité Sociale à Nancy. Il fut affecté au service invalidité et accident du travail et voulut rapidement donner une large ouverture à sa fonction car il se préoccupait du reclassement des personnes handicapées et de leur devenir humain dans tous les sens du terme.

  • 7 « Professeur Louis Pierquin », Professeurs honoraires, plaquette éditée par l’Université de Nancy (...)

7Parallèlement, à Nancy, un jeune médecin, Louis Pierquin7, auteur d’une thèse sur le benzolisme professionnel – une maladie professionnelle – collaborait de plus en plus régulièrement avec Jacques Parisot et Henri Poulizac afin de réfléchir aux problèmes rencontrés par les victimes des accidents du travail.

8Ensemble ces trois médecins réfléchirent à une prise en compte de la personne victime d’un handicap causé par un accident du travail, en s’efforçant de prendre en compte toutes les dimensions des difficultés rencontrées et en veillant à combiner les actions de rééducation et de réinsertion et l’expérience des centres de réhabilitation anglais leur parut alors la plus pertinente.

  • 8 Annuaire de l’Association régionale d’étude de l’histoire de la Sécurité Sociale Lorraine-Champagn (...)
  • 9 Ibid. Notices consacrées à Pierre Amadieu et à Jacques Léonard. Pierre Amadieu a également donné s (...)

9À côté de ces médecins, les organismes de Sécurité sociale, qui se sont mis en place au lendemain de la seconde guerre mondiale, se montraient en Lorraine particulièrement attentifs aux réalités humaines et sociales des territoires. La Caisse régionale d’assurance maladie de Lorraine-Champagne-Ardennes n’hésita pas à développer un domaine d’intervention extralégale : il s’agissait d’engager des initiatives autres que le versement des prestations obligatoires. Et dans la Lorraine industrielle d’alors la prise en compte des séquelles des accidents du travail apparut vite comme une priorité. Un administrateur, Louis Vollant8, élu de la CGT-FO et président du conseil d’administration de la CRAM de 1967 à 1984 et les directeurs, à partir de 1966, de la CRAM Jacques Léonard et Pierre Amadieu9 furent des acteurs décisifs de cette histoire.

Une fois le constat dressé, comment agir ? Une méthode est nécessaire

10Henri Poulizac la théorise. Dès le printemps 1951, il énumère les éléments à prendre en compte : dresser un bilan pour chaque patient, engager le plus tôt possible pour chaque accidenté, en plus des thérapeutiques une démarche de rééducation fonctionnelle, prendre en compte la réinsertion dans le cadre familial et professionnel, créer des enseignements pour les professionnels impliqués dans ces diverses tâches, mettre en place des structures fabriquant les appareillages nécessaires. Les besoins sont perçus, les étapes de la prise en charge soigneusement décrites mais il convient de concrétiser les intentions annoncées. Tout reste à faire et à construire. Il convient d’amener les différents acteurs à s’engager et à travailler ensemble. Jusqu’alors ils avaient tendance à travailler séparément et à s’ignorer. Hôpitaux, universités, médecins, Sécurité sociale se mobilisent, un réseau se constitue peu à peu grâce à des personnes motivées et désireuses d’agir efficacement. L’Office d’Hygiène Sociale de Meurthe-et-Moselle avait déjà amené certaines de ces personnes à se connaître. Face au défi du handicap et des séquelles de l’accident du travail, il s’agit d’inventer et de nommer tout d’abord ce qui est en train de se constituer. En 1952 il est décidé de créer un institut qui permette la « réhabilitation physique, sociale et professionnelle des diminués ». Les fonctions de chacun se précisent. Louis Pierquin devient médecin directeur de l’Institut et, en 1953, une chaire de « médecine du travail et réadaptation » voit le jour. Le mot « réadaptation » est lancé. Il reprend les intuitions de la « réhabilitation », mais entend aller plus loin encore.

11La Caisse Régionale de Sécurité Sociale possède, depuis 1947, à quinze kilomètres de Nancy, à Gondreville, un vieux château qui, après d’importants travaux, peut accueillir des ateliers dans lesquels de jeunes hommes accidentés du travail réapprennent les efforts et les gestes de leur profession. La puissance et la force de leur corps, l’habileté de leurs membres leur valaient, jusqu’à l’accident, la reconnaissance sociale et l’estime générale. Ils sont atteints dans ce qui faisait leur fierté. La reconstruction de leur corps va donc de pair avec la reconstruction de l’image qu’ils ont d’eux-mêmes et du regard que les autres leur portent. Le « centre de réentraînement au travail » ouvre ses portes en mars 1954. En 1956, il propose des ateliers de menuiserie, de poterie et de mécanique générale. Le centre a vu passer, en deux ans, 452 pensionnaires dont les trois quarts ont ensuite repris le travail, deux pour cent seulement étant, au terme de leur séjour à Gondreville, considérés comme incurables et sept pour cent étant reclassés.

12Des masseurs et des « gymnastes médicaux » doivent, au début, encadrer les patients. Mais le besoin de personnes plus spécialisées dans leurs interventions se fait sentir. Et c’est ainsi qu’en 1954 la première école de kinésithérapeutes en France voit le jour à Gondreville et, peu après, la première école d’ergothérapeutes. Des enseignants britanniques ont été appelés pour donner les premiers cours. Quelques années plus tard, en 1957, ces deux écoles quittent Gondreville pour s’installer à Nancy où un nouveau bâtiment a vu le jour, rue Lionnois.

13En 1957 l’Institut de réhabilitation des diminués physiques devient l’Institut régional de réadaptation fonctionnelle, professionnelle et sociale du Nord-Est. L’espace sur lequel intervient la Caisse régionale d’assurance maladie couvre non seulement la Lorraine (Moselle non comprise) mais aussi la Champagne et les Ardennes. L’Institut crée rapidement des sections locales, notamment dans les Vosges. Le professeur Eugène Aujaleu, Directeur général de la Santé, vient personnellement inaugurer le nouveau bâtiment de la rue Lionnois en novembre 1957. Ce Centre de réadaptation fonctionnelle accueille, pour des consultations de jour ou pour des traitements plus longs en hospitalisation, des patients qui, individuellement ou en groupe, pratiquent des exercices corporels ou sportifs, en salle ou en piscine ou se font examiner et reçoivent des massages. Les objectifs de la réadaptation dépassent le cadre de la réinsertion professionnelle et la volonté de dépasser le modèle anglais est clairement affichée.

14En 1957 également, les professionnels et les acteurs de la réadaptation doivent faire face à un nouveau défi. Une épidémie de poliomyélite frappe de nombreuses victimes, en particulier des enfants. Certains en meurent, d’autres se retrouvent gravement handicapés. Les photos de ces corps d’enfants alités et déformés, recevant même l’aide d’une machine, un « poumon d’acier » pour respirer, bouleverse l’opinion. Avec les enfants qui ont échappé à cette mort atroce, il n’est pas possible de reproduire les méthodes utilisées avec les jeunes adultes victimes d’accidents du travail. L’accueil et les approches doivent être spécifiques. Les installations de l’ancien préventorium de Flavigny, situé à une quinzaine de kilomètres de Nancy (ouvert en 1925 dans le cadre de la lutte contre la tuberculose dans les murs d’un ancien prieuré bénédictin du Moyen Âge) sont utilisées, d’autant que le succès de la lutte contre la tuberculose rendait ce site disponible pour la réadaptation. Handicapés moteurs, polyhandicapés, victimes d’accidents de la route ou de très graves brûlures, de nouvelles catégories d’enfants entrent à Flavigny. Une école adaptée à ces enfants se met en place dans le cadre de l’établissement de Flavigny afin que leur scolarité ne soit pas stoppée.

15La prise en compte des enfants nés très lourdement handicapés, les victimes de la thalidomide par exemple, exige elle aussi des formes d’accompagnement particulières. Les parents sont bouleversés, l’émotion se dégage de la lecture des journaux, les soignants et les réadaptateurs doivent agir de manière méthodique. Des stages effectués chez le Professeur Kühn à Münster, permettent de transférer en Lorraine différentes solutions techniques utilisées en Allemagne. Bientôt les agénésiques de toute la France viennent à Nancy, devenu centre de référence en France pour ce type de pathologie.

16D’autres établissements sont ouverts par la suite. En 1986 un centre important ouvre à Lay-Saint-Christophe pour accueillir de grands handicapés et en particulier des victimes de traumatismes crâniens, de cérébrolises vasculaires associées de troubles cognitifs, des tétraplégiques… Joseph du Sartz en assure la direction administrative et le docteur Bertrand Brugerolle en est le médecin chef, jusqu’en 1998 où le docteur Jean-Marie Beis lui succède.

17L’esprit de réadaptation est aussi insufflé aux différents services hospitaliers de Meurthe-et-Moselle et des Vosges et plus largement du Nord-Est. Le professeur Paul Sadoul a été lui aussi un pionnier de la réadaptation dans son service d’insuffisants respiratoires dès les années cinquante et son exemple est suivi par nombre de ses collègues médecins universitaires, les cardiologues par exemple à partir de 1970. Les neurologues sont eux aussi amenés à prendre en compte les approches de la réadaptation. L’exploration fonctionnelle se précise et dispose de moyens accrus au fil des ans. Des consultations de plus en plus spécialisées sont mises en place au sein des structures hospitalières : rééducation pulmonaire, rééducation rhumatologique, rééducations consécutives aux lésions neurologiques ou aux maladies chroniques… Le médecin de rééducation doit être disponible, répondre à des sollicitations de plus en plus diverses, et il est de plus en plus appelé à coordonner des équipes d’intervenants : kinésithérapeute, ergothérapeute, orthophoniste, psychologue, assistante sociale etc.

  • 10 Thevenin É., La prévention, espoirs et réalités ; le Centre de médecine préventive d’hier à demain (...)

18La direction de ces nouvelles structures n’est pas aisée, au début surtout. À Gondreville le responsable du service gymnastique n’apprécie pas les tutelles qui lui sont imposées et le fait savoir. Les projets et les méthodes du docteur Poulizac et du professeur Pierquin commencent rapidement à diverger et le docteur Poulizac demande en 1959 sa mutation au Contrôle médical de la CRAM et se consacre ensuite à la création d’un Centre de Médecine Préventive qui ouvre ses portes à Vandoeuvre-lès-Nancy en 196910. Les conflits les plus rudes mettent aux prises, en 1965-1966, le professeur Pierquin et les responsables d’alors de la CRAM. Trois inspecteurs généraux de la santé doivent intervenir, rédiger un rapport et fixer les prérogatives des uns et des autres. L’arrivée de Pierre Amadieu et Jacques Léonard à la direction de la CRAM permet ensuite de retrouver des conditions de travail sereines et apaisées.

  • 11 Jacques Parisot n’est pas étranger à cette implantation de l’INRS à Vandœuvre-lès-Nancy.

19L’esprit de prévention, cher aux acteurs sanitaires et sociaux lorrains depuis le temps de Jacques Parisot, explique aussi l’implantation à Vandœuvre-lès-Nancy, quelques années avant la construction, à quelques hectomètres, du CHU de Brabois, de l’Institut National de Recherche et de Sécurité11. Il tient compte des pathologies auxquelles sont confrontés les réadaptateurs. Des propositions comme celle de la ceinture de sécurité pour les automobilistes sont nées de ces échanges d’informations entre chercheurs de l’INRS et responsables sanitaires et sociaux rendus attentifs à certaines pathologies par le travail des réadaptateurs qu’ils soutenaient et finançaient.

20D’ailleurs, avec l’évolution des pathologies et les mutations de la société, les maladies cardiovasculaires sont de plus en plus fréquentes et le nombre des accidents de la circulation augmente d’une manière impressionnante dès les années soixante-dix. En outre, les progrès en matière de réanimation permettent de sauver de la mort un nombre de plus en plus important de patients mais ils ne sont pas tirés d’affaire pour autant : une longue rééducation et une réadaptation appropriée sont nécessaires. On compte aussi davantage d’enfants polyhandicapés. Par ailleurs l’allongement de l’espérance de vie et le vieillissement s’accompagnent souvent de l’apparition de maladies rhumatismales et invalidantes. De nouvelles formes de handicaps et donc de réadaptations voient donc le jour. De nouvelles pratiques sont à inventer, de nouveaux personnels doivent être formés. La démarche doit être pragmatique. Il faut, pour les soignants, s’adapter à des situations qu’ils ne connaissaient pas lors de leurs premières années d’exercice professionnel. Les objectifs initiaux de reprise du travail sont peu à peu supplantés par la recherche d’un « projet de vie » pour le patient, qui intègre la « qualité de la vie. » La mise en place de services d’aide à domicile, le renforcement d’équipes mobile de soignants accompagnent ces évolutions.

21L’Institut de réadaptation de Lorraine est très attentif à ces défis. De nouvelles synergies sont engagées avec des milieux professionnels et associatifs très divers, à travers, par exemple, l’essor de l’appareillage. Plutôt qu’attendre longuement la livraison d’un matériel souvent inadapté aux patients séjournant à Gondreville, les responsables de l’Institut décident de fabriquer les appareillages dont ils ont besoin ou d’adapter les objets usuels. Un atelier expérimental d’appareillage voit le jour, longtemps dirigé par Guy Fajal. Cannes, béquilles, lits médicaux, barres d’appui, déambulateurs, fauteuils roulants, sièges ergonomiques, chaussures sont rapidement produits en quantité. Montage et adaptation des prothèses, orthèses et attelles occupent aussi les services des ateliers. Il faut répondre à des situations d’urgence. Au moment de l’épidémie de poliomyélite, face aux paralysies du genou sans désaxation importante dudit genou, une attelle monotubulaire originale est mise au point, qui est largement diffusée. L’appareillage s’inscrit dans une démarche de rééducation et de réadaptation globales. Des appareillages provisoires précoces sont mis au point afin d’entamer au plus tôt le travail de rééducation. Les médecins travaillent au début avec des ajusteurs, des fraiseurs, des bottiers, des menuisiers, puis avec l’irruption des nouvelles technologies, le plastique puis l’électronique et ses innombrables applications prennent toute leur place dans les ateliers d’appareillage. Le professeur Pierquin sait constituer des équipes composées de personnes venues d’horizons professionnels très divers, de l’artisanat comme de l’industrie et des laboratoires. Des personnalités comme le docteur Jean-Marie Paquin, Guy Fajal, Bernard Drouot et plusieurs autres encore font bientôt figure de référence dans leur domaine d’intervention.

22L’appareillage devient, sous l’égide du professeur Pierquin, une véritable discipline médicale, dotée d’un secteur de recherche et d’expérimentation, d’une société savante et d’un enseignement universitaire. Les publications du Professeur Louis Pierquin constituent une référence mondiale dans ces domaines. Il met au point, avec ses équipes, plusieurs générations de prothèses. En 1962 commence la publication d’un atlas d’appareillage en plusieurs langues, dont le premier fascicule est consacré à la prothèse tibiale à emboîture supracondylienne, la PTS pour les spécialistes ; imaginée par Guy Fajal, elle libère la cuisse et s’impose rapidement un peu partout dans le monde et contribue, avec d’autres, au renom de l’Institut de réadaptation. Les ateliers élaborent des pièces polyvalentes qu’il est possible d’assembler en fonction des problèmes à résoudre. Le Centre autonome d’appareillage est officiellement reconnu en 1973 et dirigé jusqu’en 1998 par le docteur Jean-Marie Paquin, qui avait travaillé sur l’appareillage et la rééducation des amputés du membre inférieur, Bernard Drouot étant nommé responsable des ateliers. Des visiteurs du monde entier viennent s’inspirer des réalisations lorraines. La section appareillage se développe d’une manière impressionnante. Des orthèses de main en métal sont réalisées à l’origine de l’Institut, dans les ateliers de Gondreville, puis dans tous les services, le plus souvent par les ergothérapeutes qui recourent de nos jours aux matériaux thermoformables. Les spécialistes de l’Institut sont à l’affût des innovations technologiques dans les domaines les plus divers et cherchent à les adapter aux besoins des patients dont ils ont la charge : pinces prothétiques à vitesse variable, main prothétique à capteur de glissement, prothèses en carbone. L’appareillage de la main est l’une des grandes spécialités de l’Institut mais il n’est pas la seule. Les membres inférieurs ne sont pas en reste : pieds à restitution d’énergie, genoux à microprocesseur, amortisseur vertical, absorbeur de torsion, rotateur fémoral, manchons en uréthane, en silicone, en gel de minéraux…

23À partir de 1978 un laboratoire d’appareillage, implanté à la faculté de médecine est créé pour la mise au point d’appareils de rééducation, d’évaluation et de contrôle de l’environnement faisant appel à l’électronique et à la micro-informatique alors naissante. Des collaborations s’établissent avec les grandes écoles d’ingénieurs de l’Institut National Polytechnique de Lorraine, et en particulier l’ENSEM avec Edouard Yvroud. Différents systèmes d’enregistrement embarqués associés à des capteurs permettant des mesures d’activités dans des situations très diverses sont ainsi conçus. Certains font ensuite l’objet de transferts de technologie vers des entreprises industrielles orientées vers le machinisme, la robotique et d’autres domaines que ceux de la réadaptation humaine. Les premiers synthétiseurs vocaux, mais aussi l’utilisation des contrôles à distance par ultrasons puis par infrarouge et par courant porteur sont ainsi mis à la disposition de personnes handicapées avant même leur fabrication en série et leur mise sur le marché. Certains projets restent expérimentaux mais le laboratoire fait travailler ensemble médecins, ingénieurs, électroniciens, informaticiens, offrant de nombreux sujets de thèse. Une culture d’évaluation des appareils, de leur utilisation et des protocoles de rééducation prend forme et permet des explorations fonctionnelles de plus en plus approfondies. Étude de la consommation énergétique nécessaire au travail d’un muscle ou d’une prothèse, posturographie, évaluation de la négligence visuospatiale, études cinétiques et cinématiques en 3 D du mouvement, monitorage en situation réelle ou simulée permettent, entre autres, de percevoir et de mesurer certains dysfonctionnements prothétiques… et de s’employer à les corriger.

  • 12 André J.-M., Xenard J., Meyer C. (dir.), De l’institut de réhabilitation…, op. cit.

24Successeur du professeur Pierquin, qui avait été le directeur général de l’Institut Régional de Réadaptation de 1953 à 1979, le professeur Jean-Marie André développe encore les champs d’intervention de l’Institut. L’ouverture de l’Institut Régional de Réadaptation de Nancy durant la première décennie du XXIe siècle montre l’importance accordée par les responsables sanitaires et politiques régionaux à la réadaptation. Elle reconnaît aussi l’ampleur du travail accompli par les professionnels durant plus de cinq décennies et leur capacité à s’engager dans de nouvelles pratiques. Il s’agit de regrouper des installations situées à Gondreville et rue Lionnois à Nancy afin de travailler en synergie à proximité immédiate de l’Hôpital central de Nancy12. Le site Lobau-Florentin est retenu, la première pierre est posée en 2004, le bâtiment ouvre ses portes en 2006. L’architecture est audacieuse, le bâtiment enjambe le canal. Il s’agit d’un véritable hôpital de l’appareil locomoteur. L’établissement n’accueille cependant pas tous les patients ayant besoin d’une rééducation. L’établissement est géré par l’UGECAM, l’Union Générale des caisses d’Assurance Maladie qui, depuis les ordonnances Juppé de 1996, administre ce type de structure. L’école d’ergothérapeutes est transférée sur cet espace. Malgré les restructurations et la fermeture de certains sites, ce nouveau bâtiment ne constitue pourtant qu’une partie des activités de réadaptation en Lorraine et ceux qui y travaillent ne prétendent pas répondre aux besoins de tous. Des formes de réadaptation plus spécialisées (médecine du sport par exemple), des services hospitaliers (gériatrie notamment) et le secteur libéral proposent aussi des parcours de réadaptation personnalisés. Plus de deux mille kinésithérapeutes et masseurs et près de neuf cents ergothérapeutes ont été formés à Nancy en un demi-siècle et ils ont exercé ou exercent leurs talents dans des cadres très divers.

  • 13 Ibid.

25La réadaptation a donc pris une importance toute particulière dans l’action sanitaire et sociale en Lorraine depuis plus d’un demi-siècle. Malgré toutes les mutations de l’environnement et des pratiques professionnelles, l’esprit des pionniers n’a pas disparu et le besoin de rappeler cette mémoire se fait sentir chez les acteurs d’aujourd’hui. Le livre remarquable13, coordonné par le professeur Jean-Marie André, qui raconte cette histoire, a connu un vif succès chez les professionnels. Le souci de ne pas opposer rééducation fonctionnelle et réinsertion sociale traduit aussi une certaine vision de la personne humaine. Chaque être humain est perçu non comme un individu isolé ou une addition d’organes mais comme un être de relations inséré dans un milieu familial, professionnel et social. Cette vision partagée a rassemblé des professionnels humanistes, aux convictions chrétiennes ou laïques fortes mais très enracinés dans leur milieu de vie afin d’agir dans la durée car c’est la ténacité qui a permis aux rêves des pionniers de devenir, pour partie au moins, réalité.

Note

1 André J.-M., Xenard J., Meyer C. (dir.), De l’institut de réhabilitation des diminués physiques à l’institut régional de réadaptation ; cinquante ans de médecine physique et de réadaptation : 1954-2004, Nancy, IRR et Ugecam du Nord Est, 2004, 160 p.

2 Thevenin É., Un créateur de l’action sanitaire et sociale ; Jacques Parisot (1882-1967), Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2002.

3 Livre publié en 1925 chez Berger-Levrault.

4 Raggi P., Les mineurs de fer au travail, Metz, éditions Serpenoise, 2007.

5 Témoignage du professeur Raoul Senault, recueilli durant l’été 1997, et du professeur Paul Sadoul, recueilli en octobre 1999.

6 Duray H., « Henri Poulizac (1919-1984), un pionnier de la médecine préventive », Annuaire de l’Association régionale d’étude de l’histoire de la Sécurité Sociale Lorraine-Champagne-Ardennes, no 2, Nancy, 1991-1992, p. 59-61.

7 « Professeur Louis Pierquin », Professeurs honoraires, plaquette éditée par l’Université de Nancy I le 15 novembre 1982, p. 38-41.

8 Annuaire de l’Association régionale d’étude de l’histoire de la Sécurité Sociale Lorraine-Champagne-Ardennes, Quelques acteurs de la protection sociale (Lorraine-Champagne-Ardennes) : recueil de biographies, Nancy, mai 1985.

9 Ibid. Notices consacrées à Pierre Amadieu et à Jacques Léonard. Pierre Amadieu a également donné son témoignage lors de plusieurs journées d’étude organisées par de l’Association régionale d’étude de l’histoire de la Sécurité Sociale Lorraine-Champagne-Ardennes.

10 Thevenin É., La prévention, espoirs et réalités ; le Centre de médecine préventive d’hier à demain, Nancy, Centre de Médecine Préventive de Vandoeuvre-lès-Nancy-Arehss/Association d’idées, 2009.

11 Jacques Parisot n’est pas étranger à cette implantation de l’INRS à Vandœuvre-lès-Nancy.

12 André J.-M., Xenard J., Meyer C. (dir.), De l’institut de réhabilitation…, op. cit.

13 Ibid.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540