Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps et machines à l'âge industriel

 | 
Laurence Guignard
, 
Pascal Raggi
, 
Étienne Thévenin

Première partie. Machines de santé

De l’altération à la réparation des corps : le cas des mutilés de guerre dans l’Espagne du XXe siècle à travers l’œuvre du docteur Manuel Bastos Ansart

Isabelle Renaudet

Texte intégral

  • 1 Nogales Puertas B., Orientación y colocación de mutilados de guerra, Saint-Jacques de Compostelle, (...)
  • 2 Pour la France, on renverra à l’ouvrage de Delaporte S., Gueules cassées de la Grande guerre, Pari (...)

1« Tout corps ayant subi une cassure peut être refait1. » C’est en ces termes que s’exprimait en 1939 l’un des médecins du Service de Santé de l’Armée espagnole, le docteur Benito Nogales, dans un ouvrage consacré aux mutilés de guerre. Au lendemain du conflit civil de 1936, la figure du mutilé s’impose à l’Espagne comme elle s’est imposée dans les pays européens ayant participé au premier conflit mondial2. Mutilés par la perte partielle ou totale d’un organe externe, ces anciens soldats constituent un groupe spécifique : leurs blessures, qui ont porté atteinte à leur intégrité corporelle, leur octroient une visibilité particulière dans la société ; leur infirmité les empêche en outre de servir et de travailler, faisant d’eux des invalides.

2L’objet de cet article est de réfléchir aux relations entre corps et machine appliquées aux invalides de guerre espagnols. Le rapport entre le corps et la machine est au cœur de la pratique chirurgicale de l’amputation : par les objectifs poursuivis, puisqu’il s’agit de restaurer la mécanique du corps en rétablissant les propriétés fonctionnelles des membres mutilés ; par les résultats obtenus, puisqu’à l’issue de l’intervention, le corps est devenu une mécanique du fait du remplacement de l’organe amputé par un appareil de substitution.

  • 3 Sa contribution à la création de ce service est mise en évidence dans Porras Gallo M. I., « Medici (...)
  • 4 Bastos Ansart exerce dans le Service de Santé de l’Armée de 1907 à 1913 ; au-delà, il reste cadre (...)
  • 5 Sur cet aspect, on pourra consulter Rodriguez Mediano F. et De Felipe H. (dir), El Protectorado es (...)
  • 6 La ville d’Alcoy est située au nord de la province d’Alicante.
  • 7 Guerra F., La Medicina en el exilio republicano, Madrid, Publications de l’Université de Alcalá de (...)

3L’étude des représentations de ce corps devenu pour partie machine sera abordée à partir de l’œuvre du docteur Manuel Bastos Ansart (1887-1973). Ce choix découle de plusieurs facteurs. Bastos Ansart est considéré en premier lieu comme un pionnier de la chirurgie orthopédique et traumatologique dans son pays. Il a joué par ailleurs un rôle fondamental dans la mise en place en 1921 d’une des premières institutions chargées de la rééducation des invalides de guerre, le Service de Chirurgie orthopédique et de rééducation de l’Hôpital Militaire de Carabanchel, situé à Madrid3. Spécialiste du problème des mutilés de guerre, Bastos Ansart a été amené à traiter cette catégorie de patients à plusieurs reprises au cours de sa carrière4 : au début des années 1920, il est mobilisé lors des opérations de pacification conduites par l’Espagne dans les territoires du protectorat qu’elle contrôle au Maroc5, et exerce à ce titre en 1921 au sein de l’hôpital de Malaga où il soigne les soldats mutilés ; durant la guerre civile, il prête ses services dans différents hôpitaux du camp républicain (hôpital militaire de Carabanchel, hôpital suédo-norvégien implanté à Alcoy en 19376). Bastos Ansart paie d’ailleurs chèrement sa fidélité au gouvernement légal, puisqu’en 1939 il est victime de l’épuration mise en œuvre par le régime franquiste : il perd la chaire de pathologie chirurgicale qu’il occupait à l’université de Madrid ; exclu de la fonction publique, emprisonné de 1939 à 1942, il est obligé de quitter Madrid pour Barcelone et d’exercer la médecine à titre privé7. À travers ces sanctions, Bastos Ansart a donc été victime de la répression exercée sur les vaincus au lendemain de la guerre.

4Le prestige acquis par Bastos Ansart dans le domaine de la chirurgie restauratrice, ainsi que sa trajectoire personnelle font donc de son œuvre une source privilégiée pour analyser les différentes facettes du corps-machine des mutilés.

  • 8 Bastos Ansart M., « Cineplastias », Clínica y Laboratorio, no 11, novembre 1923 ; Bastos Ansart M. (...)

5La première de ces facettes met en jeu l’approche très technique de la question des mutilations au début de sa carrière. Cette approche ressort d’une série d’articles publiés entre 1923 et 19248. Tous s’appuient sur l’expérience récente de l’auteur qui, entre 1921 et 1922, a été amené à mettre en pratique une chirurgie de réhabilitation sur les invalides de la guerre ayant opposé l’Espagne aux tribus marocaines du Rif. C’est au sein du Service de chirurgie orthopédique de l’hôpital militaire de Carabanchel, dont il a obtenu la création, que Bastos Ansart a traité ces blessés. Il a pu suivre leur sort dans la durée et parfaire à cette occasion le savoir-faire acquis dès les années 1910 dans le domaine de la cinéplastie, dite encore amputation orthopédique, opération plastique consistant à modeler le moignon d’amputation de façon à utiliser les tendons musculaires en vue d’actionner l’appareil prothétique articulé qui y sera relié.

  • 9 Bastos Ansart M., Nociones de cinemática aplicada a las articulaciones humanas, Madrid, Tipog. Del (...)
  • 10 Kinésithérapie effectuée au moyen d’appareils mécaniques.
  • 11 Cité dans Bastos Ansart M., De las guerras coloniales a la guerra civil. Memorias de un cirujano, (...)
  • 12 Ibid., p. 94.
  • 13 De façon générale, les médecins de la péninsule suivent avec une attention soutenue les progrès de (...)

6Bastos Ansart s’est en effet intéressé très tôt aux problèmes de chirurgie orthopédique (à travers notamment les affections de l’appareil locomoteur), traumatique (à travers les accidentés du travail) et aux questions de rééducation fonctionnelle en général. Il le prouve dès 1912 en publiant un ouvrage intitulé Notions de cinématique appliquée aux articulations humaines9 dans lequel il traite des difformités articulaires et des désordres fonctionnels. Il s’y montre soucieux de faire œuvre utile en faveur notamment de la mécanothérapie10. Jusqu’à la guerre qui éclate avec le Maroc en 1921, il ne peut être considéré toutefois comme un spécialiste des mutilations liées aux combats. Il a certes participé à la campagne menée par l’Espagne au Maroc en 1909. Mais le « petit médecin de vingt-deux ans11 », qu’il est alors, profite de ce séjour surtout pour parfaire son apprentissage du métier. Entre 1910 et 1913 prend place ce que l’on pourrait appeler la phase d’approfondissement de son expérience chirurgicale. Il exerce au sein du service des urgences de l’hôpital militaire de Madrid12. Il y soigne non seulement les soldats qui reviennent blessés du Maroc où les affrontements avec les tribus du Rif sont continuels, mais aussi une clientèle composée de civils, victimes d’accidents divers. C’est dans ce contexte qu’il expérimente le geste chirurgical qui fera de lui un spécialiste de la chirurgie orthopédique et traumatique. Le premier conflit mondial lui ouvre cependant de nouveaux horizons. Son expérience personnelle se nourrit alors des apports nouveaux issus des techniques de soins apportés aux blessés de guerre13. Deux éléments en témoignent. Dans le récit qu’il fait de ses nouvelles fonctions de chirurgien nommé à la tête d’un hôpital de campagne installé à Malaga, lors de la guerre du Rif de 1921, Bastos Ansart décrit des soldats souffrant de fractures de guerre ou blessés par armes à feu :

  • 14 Cité dans Bastos Ansart M., De las guerras coloniales…, op. cit., p. 138-139.

« [Pour la guérison des patients souffrant de fractures des membres inférieurs], on avait perfectionné durant la guerre européenne la méthode consistant à maintenir les membres affectés en suspension. Ainsi les blessures guérissaient sans que l’extrémité du membre ne bouge en même temps qu’elle était soumise à une extension continue […]. Je crois que je fus le premier en Espagne à employer cette excellente méthode du traitement des fractures ouvertes de la cuisse et de la jambe14. »

  • 15 Ce séjour intervient durant les premiers mois de l’année 1921. Il est interrompu par le désastre d (...)

7Il est significatif également que, peu avant d’être mobilisé en tant qu’officier de réserve et d’exercer à Malaga, Bastos Ansart ait effectué un voyage en Allemagne. Ce séjour témoigne de sa volonté d’intégrer les techniques de l’école chirurgicale allemande en matière de cinéplastie, qu’il expérimente directement, à Francfort d’abord, puis dans les services du professeur Biesalski, à Berlin15. Le premier conflit mondial a donc considérablement enrichi la pratique chirurgicale de Bastos Ansart. Il en donnera la mesure en 1921. Les circonstances dans lesquelles il trouve à appliquer les leçons reçues de l’étranger sont toutefois nettement plus favorables, puisque ni l’ampleur des pertes, ni la durée du conflit ne sont alors comparables à la grande saignée de 14-18.

8Comme le docteur Bastos Ansart le rappelle, les techniques opératoires à mettre en œuvre dans le cas des amputés varient fortement selon que la réhabilitation porte sur les membres inférieurs ou supérieurs. Dans le premier cas, elles sont évidemment plus simples, car on demande avant tout aux prothèses de la jambe de fournir un solide appui et non un jeu de mouvements actifs comme avec la main. L’amputation orthopédique des membres supérieurs exige en revanche la mise en œuvre de techniques plus sophistiquées. Deux ont été principalement utilisées par Bastos Ansart durant les années 1920 comme durant la guerre civile : la première vise à préparer les muscles du moignon afin qu’ils servent de moteur à un membre artificiel (selon la méthode dite de Sauerbruch, du nom du médecin allemand qui l’a mise au point) ; la seconde vise à préparer le moignon, pour le convertir en un organe directeur de la préhension (selon la méthode dite de Krukenberg).

9La première de ces méthodes comporte plusieurs étapes. Une série d’exercices relevant de la mécanothérapie est tout d’abord prescrite par Bastos Ansart aux invalides, dans le but de renforcer la masse musculaire du moignon, masse sur laquelle sera fixée ensuite la prothèse. Ces exercices peuvent prendre plusieurs mois. Les résultats sont en fait d’autant plus rapides à obtenir que l’ablation du membre à réhabiliter est récente. La seconde étape consiste en l’opération elle-même, qui revient à ouvrir dans la masse musculaire (dans le biceps ou dans les muscles extenseurs tels le triceps), une sorte de tunnel où seront fixées les tiges qui serviront de moteur à la prothèse.

10La seconde méthode, dite de Krukenberg, est surtout utilisée sur les moignons de l’avant-bras de plus de dix centimètres de longitude. L’opération consiste à séparer le cubitus du radius de façon à former une espèce de « pince de crabe » capable d’exercer une pression active ; il s’agit donc dans ce cas de convertir le moignon de l’avant-bras en une pince radio-cubitale dotée d’une préhension efficace et sur laquelle on pourra adapter une prothèse.

  • 16 Sur la rééducation des invalides et la médecine du travail, on se reportera à Bachiller Baeza A., (...)

11La place occupée par la description des modes opératoires utilisés dans le cadre des cinéplasties est prépondérante dans les premiers travaux de Bastos Ansart. Il est vrai qu’à l’époque, elles sont encore peu pratiquées en Espagne. Le chirurgien espagnol se sert donc de la presse pour diffuser ces savoirs nouveaux. D’autres explications doivent être cependant avancées. En premier lieu, mentionnons les attentes placées par Bastos Ansart dans la cinéplastie. Celles-ci sont à la hauteur de l’enjeu social recelé : permettre la réinsertion professionnelle des mutilés grâce à ces prothèses qui vont masquer leur difformité et restaurer artificiellement leur mobilité. Des enjeux plus terre à terre se devinent également, mettant en cause la démarche personnelle de l’auteur. Ce dernier sert en effet indubitablement sa carrière en se faisant le chantre de la réhabilitation des mutilés de guerre. L’armée lui a offert un tremplin en créant le service de chirurgie orthopédique à l’hôpital militaire de Carabanchel qui donne une visibilité à son action. Sur le terrain de la réinsertion des invalides, les initiatives concurrentes ne manquent pas toutefois. L’atteste la fondation en 1922 de l’Institut de Rééducation des Invalides du Travail qui devient rapidement une institution de référence en matière de réadaptation des mutilés qui le sont devenus à la suite d’accidents du travail16. Les premiers articles rédigés par Bastos Ansart sur les mutilés de guerre sont donc portés par une double dynamique : la première relève de la foi du pionnier dans les vertus de la cinéplastie, la seconde de l’intérêt personnel dans la mesure où le traitement des invalides de guerre lui a permis de se positionner en tant que spécialiste de ce type d’amputation.

  • 17 Bastos Ansart M., « Los resultados de la cirugía… », op. cit., t. XXXXIV, 1924, p. 602-610.

12Si l’expérience de Bastos Ansart fait de lui un virtuose dans le domaine de l’intervention chirurgicale, il ne néglige pas pour autant la phase de rééducation du patient. Son objectif, en ce domaine, est que les mutilés apprennent à maîtriser leur nouveau corps en l’apprivoisant par étapes. Il envisage donc un véritable programme d’apprentissage à leur intention. Pour les invalides des membres inférieurs ainsi, l’appareillage préconisé doit être adapté progressivement, car les modèles les plus sophistiqués sont lourds, difficiles à manipuler, parfois douloureux si on les adopte trop vite. Dans un premier temps, Bastos recommande l’emploi de béquilles de façon à ce que l’invalide arrive à marcher par lui-même, en apprenant à garder l’équilibre. Puis, une première prothèse est proposée, très sommaire, qui consiste en deux tiges de métal reliées à une espèce de gouttière terminée par une sorte de semelle ; cet appareillage cède ensuite la place à un second type de prothèse articulée au pied ou au genou ; durant la dernière étape, le patient reçoit enfin une prothèse définitive17.

13Dans les textes rédigés par Bastos Ansart sur les invalides, au début des années 1920, les appareils de substitution sont donc présentés comme la solution aux problèmes des mutilés ; l’enjeu de la rééducation postopératoire effectuée est d’arriver à reproduire les anciennes propriétés fonctionnelles du corps : dextérité et adresse dans la préhension, sens de l’équilibre.

  • 18 Bastos Ansart M., « Visión actual del problema de los inválidos y de sus soluciones », Los progres (...)
  • 19 En novembre 1933, les élections législatives ont donné la victoire aux partis politiques de centre (...)

14Un peu plus de dix ans après, l’objectif est resté le même. Mais le ton est devenu plus désabusé. En avril 1936, Bastos Ansart consacre en effet un long article18 au problème des invalides. Précisons que les mutilés dont Bastos Ansart évoque alors la destinée relèvent de deux groupes. Le premier (le plus nombreux) renvoie aux mutilés qui ont perdu un de leurs membres à la suite d’un accident du travail. Bastos Ansart les a approchés de près puisqu’en 1932, il est devenu directeur de l’Institut de Rééducation des Invalides du Travail. Le second groupe renferme, lui, des mutilés blessés lors de l’insurrection qui éclate le 5 octobre 1934, passée à la postérité sous le nom de Commune asturienne. Cette insurrection est née d’un appel à la grève générale lancé par les partis et les syndicats de la gauche espagnole contre la politique qualifiée de réactionnaire du gouvernement de l’époque19. Considérée comme le prélude à la guerre civile qui éclate en 1936, cette insurrection a été très limitée dans le temps (elle ne dure que trois semaines) et dans l’espace (elle se concentre dans une des régions les plus industrialisées du nord du pays, les Asturies). Elle n’en constitue pas moins un affrontement sanglant qui oppose insurgés (membres des partis révolutionnaires de l’extrême gauche) et l’armée commandée d’ailleurs par Franco en personne. Bastos Ansart a eu l’occasion de soigner les blessés de ces deux camps, au mois d’octobre 1934. À travers cet épisode, il a donc pu approfondir encore sa connaissance des maux dont souffrent les invalides de guerre.

  • 20 Bastos Ansart M., « Visión actual del problema de los inválidos… », op. cit., p. 257.

15Comme on l’a souligné, le ton de cet article paru en avril 1936 est passablement désabusé. La crise des années 1930 explique cette amertume. Dans une conjoncture de concurrence accrue, l’intégration sur le marché du travail des invalides est devenue beaucoup plus difficile qu’au début des années 1920. Le grand dessein de la réinsertion professionnelle des mutilés a donc montré ses limites. Le temps de la désillusion est venu : l’auteur reconnaît ainsi que la thématique de la rééducation des mutilés, en vogue durant un certain temps, est « retombée dans la pénombre des illusions qui ont échoué20 ».

16Bastos Ansart privilégie donc, dans cet article, une approche du problème des mutilés beaucoup plus sociale que technique. La description des modes opératoires qu’il utilise pour réhabiliter les membres des amputés (qui n’ont pas changé globalement) occupe une place réduite dans son propos. La question du rejet des prothèses par les invalides est en revanche largement traitée. Le bras artificiel de travail que certains utilisent, qui consiste en une pince ou en un crochet, est comparé à « un instrument de torture », repoussant par son aspect. Les réticences des patients à utiliser « cette froide et rigide machinerie » sont soulignées. Les prothèses plus classiques, tels les « bras artificiels » sont qualifiées quant à elles « d’accessoire rigide et sans vie ». L’expérience des mutilés recueillie par Bastos Ansart est significative : la prothèse est assimilée à un objet lourd et encombrant que l’on finit par ne plus porter. L’appareillage, surtout pour ce qui concerne les membres supérieurs, est donc présenté comme une réponse très imparfaite aux maux des invalides.

  • 21 Ibid., p. 263.

17Parallèlement, le regard que porte Bastos Ansart sur sa propre pratique chirurgicale a évolué. S’il reste un partisan convaincu des amputations orthopédiques, il reconnaît pourtant « qu’il ne faut pas espérer de grandes merveilles de la cinéplastie21 ». La mise au point de prothèses nouvelles, qui s’avéreraient satisfaisantes, tarde en effet, notamment dans le domaine des doigts artificiels dont les mouvements restent « maladroits et grossiers ». D’où ce constat amer sur les limites de son propre art.

  • 22 Ibid., p. 264.

18Le tableau sombre qui est brossé comporte cependant sa part de lumière, grâce aux mutilés des membres inférieurs qui apparaissent comparativement mieux lotis. L’auteur vante le modèle de prothèse de jambe qui leur est proposé « solide, élastique, durable22 ». Fabriquée par l’Institut de Rééducation des Invalides du Travail et par « 85 % des ateliers orthopédiques annexes », que l’on trouve dans le pays, cette prothèse a pour atout essentiel qu’elle est facilement réparable, y compris par l’invalide lui-même. Comme l’indique Bastos Ansart, tout mutilé qui passe par l’Institut de Rééducation a appris les étapes de la fabrication de la prothèse qu’il porte, au sein de l’atelier qui les crée. L’invalide connaît ainsi « pièce par pièce », l’appareil qui lui a été attribué et est capable d’en ajuster les éléments comme de les réparer. Un stock de pièces de rechange numérotées a été constitué dans ce but au sein de l’Institut de Rééducation des Invalides afin que les intéressés puissent les obtenir sans avoir à envoyer leur prothèse en réparation. Ce récit permet donc d’appréhender l’une des réalités de la vie du mutilé : l’intimité qu’il entretient avec l’appareillage dont il est doté, qui constitue à la fois un prolongement de lui-même, et une mécanique qu’il peut démonter et remonter à loisir.

  • 23 Bastos Ansart M., « Dos problemas de asistencia a los heridos en retaguardia », Revista de Sanidad (...)

19L’approche faite par Bastos Ansart du sort des mutilés a donc évolué en 1936 : s’il reste un adepte de la cinéplastie, sa foi dans cette technique a été cependant ébranlée ; il est devenu par ailleurs plus sensible qu’il ne l’était avant, aux problèmes concrets d’adaptation de l’invalide à sa prothèse, décrite comme une machine froide et sans vie. La guerre va précipiter son évolution : alors qu’il était favorable au début des années 1920 à une hospitalisation longue des mutilés, qui devait aller de l’apprentissage rééducatif jusqu’à la maîtrise de la prothèse, il préconise au contraire, dans un article écrit pendant le conflit23, le renvoi le plus rapide possible des amputés dans leurs foyers. Si les conditions créées par la guerre expliquent bien évidemment ce changement, le contexte n’est cependant pas la seule considération qui l’a poussé à opter pour cette solution. Bastos Ansart mise en effet sur les effets bénéfiques d’une guérison à domicile, d’autant plus rapide que les mutilés y trouveront une atmosphère plus cordiale en mesure de les réconforter. C’est cependant surtout dans sa production postérieure à 1939 qu’un nouveau regard est porté sur les invalides.

  • 24 Bastos Ansart M., « Algunas reflexiones sobre la técnica de la amputación », Gaceta médica Español (...)

20Deux articles rédigés en 1953 l’attestent24, qui remettent tous deux au centre des préoccupations de l’auteur la figure de l’invalide en tant que patient.

  • 25 Partie constituée des tissus qui ont été sectionnés au-dessous du niveau de la section de l’os, lo (...)

21Le premier, intitulé « Quelques réflexions sur la technique de l’amputation », revient sur l’époque glorieuse des amputations artistiques, des « lambeaux de recouvrement25 », bien taillés, des méthodes ostéoplastiques. Or, écrit l’auteur, cette louable préoccupation des chirurgiens pour l’aspect technique de l’opération, leur a fait oublier le plus important : le bienêtre immédiat et sur le long terme du mutilé, dont les intérêts personnels et sociaux ont été trop souvent relégués au second plan. Ces remarques qui concernent l’ensemble de la profession résonnent comme une autocritique dans la mesure où elles s’appliquent bien évidemment aussi au jeune chirurgien qu’a été Bastos Ansart. Comme il l’écrit : « toutes les méthodes décrites pour réaliser l’amputation » ne sont pas forcément utiles, beaucoup d’entre elles donnant lieu à la constitution de moignons qui gênent en permanence l’invalide et se révèlent intolérants à l’application de prothèses. Les techniques les plus sophistiquées ne sont donc pas automatiquement les plus efficaces, l’auteur plaidant au contraire pour la mise en œuvre de modes opératoires simples.

22Ce changement d’attitude vis-à-vis du problème des mutilés dépasse le cas personnel du Docteur Bastos Ansart. Il s’inscrit en effet dans un contexte international marqué par une appréhension nouvelle de la question liée aux effets du second conflit mondial. Les sociétés occidentales sont confrontées pour la seconde fois au problème de la réinsertion sociale massive de très nombreux invalides, ce qui les amène à reconsidérer le traitement réservé durant l’entre-deux-guerres à la génération précédente de mutilés, mobilisés au temps de la Grande Dépression pour défendre leurs droits. Les maux des invalides ont donc pris un relief particulier. L’impact de la guerre civile espagnole explique aussi cette nouvelle approche du sort des mutilés. Durant le premier XXe siècle, les conflits que l’Espagne avait connus étaient restés sporadiques et s’étaient déroulés pour la plupart loin du territoire national. Le traumatisme de 1936 n’en est que plus fort : le conflit a été long et sanglant ; le problème des mutilés a donc changé d’échelle.

  • 26 L’ouvrage de Pedro Vega intitulé Historia de la Liga de Mutilados témoigne largement de cette disc (...)

23L’auteur ne fait certes aucune allusion à cette expérience nationale douloureuse. On ne peut en parler encore trop directement en 1953, surtout quand on appartient au camp des vaincus comme Bastos Ansart, qui tente alors de reconstruire sa carrière loin de Madrid. Mais il est évident que cet épisode a changé sa perception de la question des invalides de guerre, non seulement parce que ces derniers sont plus nombreux qu’autrefois, mais aussi et surtout parce que la mutilation liée aux blessures de guerre est devenue discriminante dans la société franquiste. Les amputés qui ont combattu dans le camp républicain sont considérés en effet comme des parias, portant de façon ostentatoire les séquelles de leur appartenance au monde des « rouges »26. Rejetés par la société dans laquelle ils vivent, ils ne bénéficient d’aucun statut, d’aucune reconnaissance officielle. Leur sort s’oppose en tout point à celui des mutilés du camp des vainqueurs, rassemblés dans le corps des invalides de guerre, qui perçoivent des pensions proportionnelles à la gravité du traumatisme subi et sont considérés comme de véritables héros.

24La situation des mutilés du camp des vaincus est donc particulièrement tragique : à la souffrance physique découlant de leurs blessures, au préjudice moral éprouvé, à la conscience qu’ils ont d’être devenus des êtres diminués s’ajoute l’expérience douloureuse de l’ostracisme.

25C’est dans ce contexte que doit être replacée la lecture faite par Bastos Ansart du problème des mutilés en 1953. L’optimisme des débuts, lié aux perspectives ouvertes par la cinéplastie, a laissé place à une analyse plus tempérée de la situation, prenant en compte en tout cas la question du bien-être du patient comme une donnée incontournable. Cette évolution, déjà engagée durant l’entre-deux-guerres, s’est accentuée après 1939, du fait sans nul doute de la participation de Bastos Ansart au conflit civil. La conclusion de son article est en tout cas significative : si le chirurgien qu’il reste, plaide pour un geste opératoire qui soit respectueux des tissus, l’homme meurtri par la guerre qu’il est devenu, met également en avant la nécessité impérieuse de respecter le patient.

26Cette attention portée à la souffrance des mutilés est encore plus présente dans les deux derniers articles rédigés par Bastos Ansart. Publiés respectivement en 1953 et en 1965, ces articles sont consacrés l’un à la psychologie et psychiatrie de la mutilation, l’autre aux maux dont souffrent les invalides. La perspective selon laquelle Bastos Ansart aborde la question des mutilés a donc été encore modifiée : ce n’est plus l’aspect technique qui retient son attention comme dans les articles du début des années 1920, ou l’aspect social comme dans les années 1930, mais l’aspect humain. Il a pour cela résolument changé d’échelle, en se plaçant au niveau de ses patients, de leurs peurs, de leurs angoisses, de leurs perceptions de la réalité.

  • 27 Bastos Ansart M., « Psicología y psiquiatría… », op. cit., p. 16.
  • 28 Ibid., p. 18.

27Une question commande sa réflexion dans l’article rédigé en 1953 : au terme de ces longues années d’expérience, « ai-je réellement contribué au bien-être psychique de mes patients ? » C’est là, déclare-t-il, la seule chose qui l’intéresse aujourd’hui. La réponse qu’il apporte à cette interrogation témoigne de son évolution personnelle. En premier lieu, au lieu d’analyser l’acte d’amputation d’un point de vue chirurgical, Bastos Ansart l’aborde « par le bas » en se mettant à la place de ses patients dont il a recueilli la parole. Comment ceux-ci vivent-ils la perte d’un ou de plusieurs de leurs membres externes ? Globalement, dans la « douleur morale » et la « répulsion ». L’atteinte à l’intégrité physique du sujet provoque une « émotion dépressive27 » liée à « l’ardente opposition de notre corps à l’ablation de ses parties visibles ». L’habile chirurgien qu’est Bastos Ansart se montre sur ce point très ouvert aux théories de la psychanalyse appliquées au sort du mutilé. Compte tenu du rôle joué par le schéma corporel dans la construction de la personnalité, le moi corporel ne peut vivre la mutilation que comme une diminution profonde ; surtout quand la mutilation porte sur les extrémités du moi physique, parties immédiatement perceptibles et constituant en outre, pour les mains par exemple, un des organes les plus expressifs qui soient28.

28La mutilation entraîne donc une vie de souffrance. Ce sont là les fameux « maux des mutilés » auxquels Bastos Ansart consacre un de ses articles en 1965 et dont la manifestation la plus spectaculaire renvoie aux phénomènes d’hallucinose, dite aussi douleur du membre fantôme, qui correspond à un syndrome douloureux ressenti au niveau du membre amputé.

29L’approche psychanalytique faite par Bastos Ansart des effets de l’amputation sur le mutilé le conduit à donner un nouvel éclairage à la thématique du rejet des prothèses. Dès ses premiers articles, il s’était montré sensible à cette question. Mais il avait eu tendance à la traiter comme une variable parmi d’autres, intervenant dans la psychologie de l’amputé. Face à l’appareil dont ils étaient dotés, les patients réagissaient différemment. La force de caractère des uns leur permettait de surmonter l’épreuve. La fragilité des autres au contraire expliquait l’échec de la rééducation entreprise. Cette explication par la psychologie individuelle cède le pas dans les articles plus tardifs à une approche plus collective du problème. Le phénomène de la mutilation est abordé à partir de la mise en évidence d’une sorte d’invariant, de type anthropologique : l’individualité se construisant autour de la corporéité et tout particulièrement autour des parties visibles de l’enveloppe corporelle, comment accepter un corps étranger devenu pour partie machine ?

  • 29 Les qualités de l’appareillage sont bien évidemment essentielles ici. De ce point de vue, Bastos A (...)
  • 30 Bastos Ansart M., « Psicología y psiquiatría… », op. cit, p. 35.

30C’est à ce niveau que le chirurgien peut justement intervenir. Bastos Ansart met en avant en effet le rôle actif qu’il peut jouer, en aidant le mutilé à accepter son infirmité. Comment ? En remodelant par une chirurgie fine les parties du corps meurtri sur lesquelles la prothèse viendra se loger29. Comme l’auteur le déclare, l’appareil de substitution doit en effet « s’ajuster parfaitement au moignon et former corps matériellement avec lui30 ». Les prothèses du bras, par exemple, doivent être perçues comme si elles appartenaient « en propre » aux invalides. C’est là la leçon tirée par Bastos Ansart de sa longue expérience dans le domaine de la cinéplastie : préparer le corps à intégrer l’accessoire, à faire que la machine se fonde en lui, voilà la tâche essentielle que le chirurgien doit remplir auprès des mutilés.

Conclusion

31Des années 1920 aux années 1960, l’image du corps du mutilé évolue donc dans l’œuvre du professeur Bastos Ansart. Si au début, le mutilé est avant tout perçu comme un individu à réinsérer sur le plan social et professionnel grâce à un appareillage destiné à corriger et masquer son infir-mité, dans les années 1960, il est de plus en plus appréhendé comme un patient qui souffre à la fois dans sa chair et psychologiquement. La longue expérience que Bastos Ansart a acquise auprès des invalides de guerre et du travail explique cette évolution. Parallèlement, sa trajectoire personnelle a modifié son regard : au début des années 1920, c’est avant tout le chirurgien pionnier dans le domaine de la cinéplastie qui s’exprime ; en 1936, c’est en tant qu’expert de la question qu’il intervient dans le débat comme responsable de l’Institut de Rééducation des Invalides du Travail ; au-delà de la guerre civile, l’appartenance de Bastos Ansart au camp des vaincus transparaît dans son approche du problème de la mutilation : la mutilation est désormais analysée comme une expérience universelle particulièrement douloureuse, aggravée dans le cas espagnol par le fait qu’elle est devenue discriminante pour une partie des amputés considérés comme des parias.

32La représentation du corps du mutilé évolue donc dans son œuvre au fil du temps : dans ses premiers articles, le corps apparaît comme une mécanique réparable ; l’approche du phénomène de la mutilation reste très technique, l’auteur demeurant comme à la surface de l’enveloppe corporelle, là où se situent les enjeux de la réhabilitation ; le geste chirurgical que Bastos Ansart préconise est commandé par un impératif : restaurer les anciennes propriétés fonctionnelles du membre amputé. Progressivement cependant, l’auteur franchit la barrière extérieure du corps pour pénétrer dans le tréfonds de la psychologie du mutilé, dans son intimité, en lui donnant en particulier la parole. Ce changement de perspective conduit Bastos Ansart à penser différemment la question de la reconstruction du corps : préalablement à l’objectif de la restauration de la mobilité fonctionnelle, le chirurgien doit se poser le problème de l’acceptation de son nouveau corps par le mutilé, un corps fait à la fois de chairs, mais aussi d’accessoires.

Notes

1 Nogales Puertas B., Orientación y colocación de mutilados de guerra, Saint-Jacques de Compostelle, Imp. Paredes, 1939, p. 23.

2 Pour la France, on renverra à l’ouvrage de Delaporte S., Gueules cassées de la Grande guerre, Paris, A. Viénot, 2004.

3 Sa contribution à la création de ce service est mise en évidence dans Porras Gallo M. I., « Medicina, guerra y reintegración social del inválido del trabajo en la España del primer cuarto del siglo xx », Campos R., Montiel L., Huertas R. (dir), Medicina, idéología e historia en España (siglos XVI-XXI), Madrid, CSIC, 2007, p. 525-539.

4 Bastos Ansart exerce dans le Service de Santé de l’Armée de 1907 à 1913 ; au-delà, il reste cadre de l’armée en tant qu’officier de réserve sans solde et est mobilisé à plusieurs reprises. Cité dans « Dr D. Manuel Bastos Ansart », Archivos de Estudios Médicos Aragoneses, 1953, p. 269-278.

5 Sur cet aspect, on pourra consulter Rodriguez Mediano F. et De Felipe H. (dir), El Protectorado español en Marruecos. Gestión colonial e identidades, Madrid, CSIC, 2002; Balfour S., Abrazo mortal. De la guerra colonial a la Guerra civil en España y Marruecos (1909-1939), Barcelone, Península, 2002 ; Madariaga M. R. de, En el barranco del Lobo. Las guerras de Marruecos, Madrid, Alianza Editorial, 2005.

6 La ville d’Alcoy est située au nord de la province d’Alicante.

7 Guerra F., La Medicina en el exilio republicano, Madrid, Publications de l’Université de Alcalá de Henares, 2003, p. 84.

8 Bastos Ansart M., « Cineplastias », Clínica y Laboratorio, no 11, novembre 1923 ; Bastos Ansart M., « Los resultados de la cirugía de rehabilitación en nuestros inválidos de guerra », Anales de la Real Academia Nacional de Medicina, t. XXXXIV, 1924, p. 602-610.

9 Bastos Ansart M., Nociones de cinemática aplicada a las articulaciones humanas, Madrid, Tipog. Del Sagrado Corazón, 1912, p. 19. L’auteur définit la cinématique comme « l’étude géométrique des mouvements issus des articulations humaines ».

10 Kinésithérapie effectuée au moyen d’appareils mécaniques.

11 Cité dans Bastos Ansart M., De las guerras coloniales a la guerra civil. Memorias de un cirujano, Barcelone, Ariel, 1969, p. 66.

12 Ibid., p. 94.

13 De façon générale, les médecins de la péninsule suivent avec une attention soutenue les progrès de la chirurgie de guerre réalisés en Europe entre 1914 et 1918. Plusieurs missions médicales sont organisées en France pendant le premier conflit mondial qui donnent lieu à la publication d’articles dans la presse médicale ou à des monographies sur le modèle de Martinez Vargas A., Mi visita al frente francés, Barcelone, Tip. De J. Vives, 1919.

14 Cité dans Bastos Ansart M., De las guerras coloniales…, op. cit., p. 138-139.

15 Ce séjour intervient durant les premiers mois de l’année 1921. Il est interrompu par le désastre d’Anoual qui s’est traduit pour l’Espagne par de très lourdes pertes et sonne le rappel de la mobilisation pour Bastos Ansart. Cité dans Bastos Ansart M., De las guerras coloniales…, op. cit., p. 134-135.

16 Sur la rééducation des invalides et la médecine du travail, on se reportera à Bachiller Baeza A., Historia de la Medicina del Trabajo en España. La obra científica del profesor Antonio Oller Martínez, Valladolid, Publications de l’Université de Valladolid, 1984 ; Benavides F., Ruiz-Frutos C., Garcia Garcia A M. (dir), Salud laboral. Conceptos y técnicos para la prevención de riesgos laborales, Barcelone, Masson, 1997.

17 Bastos Ansart M., « Los resultados de la cirugía… », op. cit., t. XXXXIV, 1924, p. 602-610.

18 Bastos Ansart M., « Visión actual del problema de los inválidos y de sus soluciones », Los progresos de la clínica, avril 1936, p. 257-268.

19 En novembre 1933, les élections législatives ont donné la victoire aux partis politiques de centredroit qui ont gelé la plupart des réformes sociales mises en œuvre entre 1931 et 1933 par les républicains de gauche et les socialistes du PSOE.

20 Bastos Ansart M., « Visión actual del problema de los inválidos… », op. cit., p. 257.

21 Ibid., p. 263.

22 Ibid., p. 264.

23 Bastos Ansart M., « Dos problemas de asistencia a los heridos en retaguardia », Revista de Sanidad de Guerra, no 1, mai 1937, p. 9-14.

24 Bastos Ansart M., « Algunas reflexiones sobre la técnica de la amputación », Gaceta médica Española, no 5 (320), mai 1953, p. 641-644 ; Bastos Ansart M. « Psicología y psiquiatría de la mutilación », Archivos de Estudios Médicos Aragoneses, 1953, p. 15-38.

25 Partie constituée des tissus qui ont été sectionnés au-dessous du niveau de la section de l’os, lors de l’amputation, qui est à l’origine de la constitution du moignon.

26 L’ouvrage de Pedro Vega intitulé Historia de la Liga de Mutilados témoigne largement de cette discrimination. Vega P., Historia de la Liga de Mutilados, Madrid, Liga de Mutilados e Invalidos de la Guerra de España, 1981.

27 Bastos Ansart M., « Psicología y psiquiatría… », op. cit., p. 16.

28 Ibid., p. 18.

29 Les qualités de l’appareillage sont bien évidemment essentielles ici. De ce point de vue, Bastos Ansart est resté fidèle à ses convictions du début : les prothèses les plus efficaces ne sont pas forcément les plus sophistiquées.

30 Bastos Ansart M., « Psicología y psiquiatría… », op. cit, p. 35.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540