Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps et machines à l'âge industriel

 | 
Laurence Guignard
, 
Pascal Raggi
, 
Étienne Thévenin

Première partie. Machines de santé

« Lire le corps pour percer l’âme » : outils et appareils à l’aube de la psychologie scientifique à Nancy

Alexandre Klein

Texte intégral

  • 1 Voir à ce propos Cuvelier A., Hypnose et suggestion : de Liébeault à Coué, Nancy, Presses Universi (...)

1Entre 1882 et 1908, Nancy fut le théâtre d’une querelle scientifique qui marqua l’histoire de la psychologie européenne, voire mondiale. L’École de Nancy1 et ses quatre membres se permettaient de défier l’École de Paris et son illustre représentant, le grand Jean-Martin Charcot (1825-1893), autour de la question controversée de l’hypnose.

  • 2 Sur la vie et la carrière de Liébeault, voir Andrieu B., Album Liébeault, Nancy, Presses Universit (...)

2Conduits à valider la méthode hypnologique – consistant en un endormissement apte à la réalisation d’une suggestion pouvant permettre la guérison de divers maux – d’un petit médecin de campagne installé à Nancy comme guérisseur, le Dr Liébeault2 (1823-1904), les professeurs Jules Liégeois (1833-1908), Hippolyte Bernheim (1840-1919) et Henry Beaunis (1830-1921) en devinrent finalement les premiers défenseurs. Revendiquant l’hypnose comme une méthode thérapeutique applicable à tous et non seulement aux hystériques, le guérisseur, le juriste, le clinicien et le physiologiste permirent à Nancy, dernier pôle scientifique de l’Est de la France depuis l’invasion de l’Alsace par la Prusse, de devenir un centre international de psychologie attirant des chercheurs du monde entier.

  • 3 Klein A., « Nouveau regard sur l’École hypnologique de Nancy à partir d’archives inédites », Le pa (...)
  • 4 Beaunis H., Mémoires, inédit, p. 417 : « En effet il n’y a pas eu d’École de Nancy à proprement pa (...)
  • 5 Notre travail s’inscrit dans un projet de recherche sur l’Histoire de la psychophysiologie en Lorr (...)

3Mais derrière l’image d’Épinal de l’École de Nancy, dont nous avons montré ailleurs3 qu’elle n’était, en tant qu’École, qu’un mythe4 sciemment constitué par Bernheim et soutenu par la politique d’une Nation française en crainte de dégénérescence, cette période s’impose comme un espace de constitution de la psychophysiologie naissante5. L’École de Nancy était surtout un laboratoire pour la psychophysiologie ; un laboratoire où les outils et appareils tenaient le devant de la scène, représentants épistémologiques d’une interdisciplinarité unifiée par la méthode expérimentale qui s’imposait alors comme critère de scientificité.

  • 6 Voir à ce propos, par exemple, Lecourt D. Pour une critique de l’épistémologie : Bachelard, Cangui (...)
  • 7 Revel J., Peter J.-P., « Le corps, l’homme malade et son histoire », in Legoff J. & Nora P., (dir.) (...)
  • 8 Revel J., « L’histoire au ras du sol », préface de Levi G., in Le pouvoir au village, histoire d’un (...)
  • 9 Porter R., « The patient’s view. Doing Medical History from Below », Theory and Society, 4, 1985, p (...)
  • 10 Voir à ce propos les travaux de Michel Foucault, dont « Sur l’archéologie des sciences. Réponse au (...)
  • 11 Canguilhem G., « L’objet de l’histoire des sciences », Études d’histoire et de philosophie des scie (...)
  • 12 Klein A., « Quelle place pour le corps en histoire des sciences ? », conférence donnée le 7 octobre (...)
  • 13 Vigarello G., « Le corps un nouvel objet des historiens », Le Monde, 3/10/09 : « Le corps est bien (...)
  • 14 Corbin A., Vigarello G., Courtine F., Histoire du corps I : De la Renaissance aux Lumières, Paris, (...)

4L’histoire de ces outils et appareils qui permettaient par « la lecture du corps » de « percer l’âme » sera donc une histoire épistémologique dans la tradition de l’histoire des sciences française6. Cette position historiographique qui est la nôtre, et qui reconnaît l’interaction de l’histoire des sciences et de la philosophie des sciences, organisera donc notre étude autour des archives comme retour aux discours et aux pratiques des acteurs. Elle s’opposera fondamentalement à une histoire des sciences comme récit linéaire des victoires de la rationalité scientifique, autrement appelée histoire récurrentielle, au profit d’une approche « par le bas » comme ont pu la théoriser Jacques Revel7, Jean-Pierre Peter8 ou Roy Porter9, une approche qui favorise l’archive comme matérialité du discours des acteurs historiques10. Historiographie revendiquée tant pour notre histoire des sciences que pour l’histoire du corps qu’elle implique et contient, une histoire du corps qui ne soit pas uniquement une histoire de ses représentations, mais également de ses usages et de sa constitution culturelle. Autrement dit, et pour reprendre le propos de Georges Canguilhem, une histoire des sciences comme « histoire du rapport progressif de l’intelligence à la vérité11 ». Seule position historiographique permettant, selon nous12, de mettre en lumière le devenir du corps comme objet d’histoire13, autant que l’hétérogénéité constitutive de cet objet14.

L’hypnose et ses outils

  • 15 Klein A. (dir.), L’école hypnologique de Nancy : pour une nouvelle histoire, Nancy, PUN, à paraîtr (...)
  • 16 Acte de naissance no 592 du 3 juillet 1850 (Tables décennales 5 MI 394), AD Meurthe-et-Moselle, Re (...)
  • 17 C’est le 30 juin 1873, suite à sa demande faite le 21 janvier 1872 que Paul Charles Jacquot devien (...)
  • 18 Nominations des avocats, 2 U 84/R 7, AD Meurthe-et-Moselle.
  • 19 Dumont P.-C., Du serment considéré surtout comme mode de preuve, Thèse de doctorat, Nancy, imprime (...)
  • 20 « Microphone impressionné à grande distance », Communication à la séance du 16 décembre 1878 de la (...)
  • 21 Spillmann P., Dumont, P.-C., « Des applications du microphone aux recherches cliniques », Archives (...)
  • 22 Lors d’une présentation d’instruments avec le docteur Spillmann devant la Société de médecine de N (...)
  • 23 Ibid., p. 174
  • 24 Ibid.

5Cette histoire « par le bas » nous invite à commencer notre analyse par l’intervention d’un personnage méconnu mais pourtant essentiel à l’École de Nancy et à sa compréhension15. Un certain Monsieur Dumont qui présenta en 1882 la méthode de Liébeault devant la Société de médecine de Nancy ; intervention qui conduira Beaunis, Liégeois et Bernheim à s’intéresser à ce procédé hypnologique et que l’on considère comme le point de départ de l’École de Nancy. Ce M. Dumont donc – dont nous savons aujourd’hui qu’il se nommait Paul-Charles Jacquot16, dit Dumont (1850-1933), parce qu’il a fait, à l’instar d’autres membres de sa famille, changer son nom17 – a été oublié par l’Histoire positiviste de l’École de Nancy, alors qu’il est celui qui permit à la méthode d’un petit médecin de campagne d’atteindre les oreilles de l’université pour ensuite connaître les gloires de la Nation et de l’histoire. Ce personnage au parcours atypique est également important dans l’histoire de la psychophysiologie lorraine. Licencié de lettres, puis de droit, il commença par être, dès 187218, avocat à la chambre civile de la cour d’appel de Nancy avant de soutenir sa thèse de droit en 187619. Il entreprit alors, pour des raisons encore inconnues, des études de médecine, auprès du docteur Paul Spillmann (1844-1914). Ainsi commence la carrière « médicale » de Dumont qui, bien qu’il ne soutienne jamais de thèse, présentera de nombreux travaux de physique et d’instrumentations médicales à la Société de médecine et à la Société des sciences de Nancy. Invention d’un microphone20, puis précisions de ses applications cliniques21, invention d’un sphygmophone22 qui « transforme en bruits téléphoniques d’une intensité correspondante à la somme électriques les battements des vaisseaux et du cœur23 » (fig. 3), puis d’un stéthophone qui transmet au téléphone les bruits qu’on étudie dans l’auscultation24, sont certains de ses travaux présentés et/ou publiés pour la seule année 1879.

Fig. 3. – Sphygmophone de Stein. Source : Spillmann P., Dumont, P.-C., « Des applications du microphone aux recherches cliniques », Archives générales de médecine, 1879, p. 513-523, ici, p. 515.

Fig. 3. – Sphygmophone de Stein. Source : Spillmann P., Dumont, P.-C., « Des applications du microphone aux recherches cliniques », Archives générales de médecine, 1879, p. 513-523, ici, p. 515.
  • 25 Liste du personnel de la Faculté de médecine de Nancy, 1880, W 1 018 133, AD Meurthe-et-Moselle.
  • 26 W 1 018 133 (série sur l’enseignement supérieur), AD Meurthe-et-Moselle.
  • 27 Séance du 15 janvier 1881 de la Société des sciences de Nancy, Revue médicale de l’Est, 1er juin 1 (...)
  • 28 Séance du 17 décembre 1881 à la Société des sciences de Nancy, Revue médicale de l’Est, 1er avril (...)
  • 29 Le 16 avril 1883, il expose à la Société des sciences de Nancy les résultats d’une expérience sur (...)
  • 30 Revue médicale de l’Est, 1er juin 1885, Douzième année, t. XVII, Nancy, Berger-Levrault, 1885, p.  (...)
  • 31 Ibid.
  • 32 Le 16 juillet 1886, devant la Société des sciences de Nancy, Dumont communique sur « certains mouv (...)

6On comprend donc que dès juin 880, quelques mois seulement après sa nomination en février comme chargé des travaux de physique à la faculté de médecine25, le doyen Tourdes dans un rapport confidentiel le présente comme « docteur en droit, licencié es lettres, aptitudes très variées, bon préparateur de physique, instruments perfectionnés par lui26 ». Quittant l’ordre des avocats en 1882, il se consacre pleinement à sa carrière médicale, étudiant tour à tour, le microphone du Dr Boudet27, les inventions28 ou perturbations téléphoniques29, le photomètre photographique30, les obturateurs31 ainsi que des questions de physique32.

  • 33 Revue médicale de l’Est, 15 novembre 1883, Dixième année, t. XV, Nancy, Berger-Levrault, 1883, p.  (...)

7Le 3 juillet 1883, il présente devant la Société des sciences, un appareil à braidiser, instrument permettant d’obtenir facilement l’état hypnotique chez l’homme33. Un disque blanc de trois centimètres de diamètre, avec en son centre un bouton doré, point d’attention du sujet à hypnotiser, est fixé à une tige métallique d’une vingtaine de centimètres, elle-même rattachée à une ceinture de cuir pouvant être fixée sur la tête du sujet. Dispositif destiné à faciliter le travail de l’hypnotiseur, facilement transportable grâce à sa tige métallique pliable, cet appareil fut vendu sous différentes formes jusqu’à la fin du XIXe siècle au moins. Appareil anecdotique certes, de l’ordre de l’outil non gnoséologique, mais témoignant de l’intérêt de la rationalité scientifique de l’époque, alors proprement positiviste, pour les instruments (fig. 4).

Fig. 4. – Appareil à hypnotiser. Source : Verdin C., Catalogue des instruments de précisions construits par Charles Verdin, Paris, Mersch J., 1895 (circa), p. 133.

Fig. 4. – Appareil à hypnotiser. Source : Verdin C., Catalogue des instruments de précisions construits par Charles Verdin, Paris, Mersch J., 1895 (circa), p. 133.
  • 34 Liégeois J., « Hypnotisme téléphonique et suggestion à grande distance », Mémoires de l’Académie S (...)

8Il faut attendre 1885 pour que des appareils nouveaux soient utilisés dans le cadre d’expérimentation. C’est au tour de Liégeois, professeur de droit, de publier, dans les Mémoires de l’académie Stanislas, une note sur une possible interaction entre la méthode hypnotique et une machine qui commence à se répandre en France depuis sa commercialisation en 1879 : le téléphone. Liégeois expérimente ainsi l’hypnotisme téléphonique et la suggestion à grande distance. Grâce au soutien du Courrier de Meurthe et Moselle et de son rédacteur M. Sordoillet, Liégeois parvient à hypnotiser par téléphone une employée présente dans les locaux de la rue Stanislas alors que lui-même se trouve dans les locaux de la rue St-Dizier (à plusieurs centaines de mètres). Expérience incroyable s’il en est puisqu’il parvient à provoquer trois sortes de faits, à savoir : faits physiologiques, faits psychologiques, suggestions d’actes. Comme faits physiologiques : le sommeil hypnotique, la paralysie, la contracture, le bégaiement, l’ivresse, l’éternuement, l’illusion du goût ; comme faits psychologiques : l’hallucination positive, l’hallucination négative, l’amnésie partielle, l’amnésie totale ; et comme suggestions d’actes : le chant et des actes délictueux ou criminels34.

Les appareils de la psychophysiologie naissante

9Au-delà de ces quelques exemples anecdotiques bien que significatifs, l’intérêt des appareils et dispositifs instrumentaux dans l’histoire de la psychophysiologie se trouve du côté du physiologiste Henry Beaunis.

« M. Bernheim s’occupait surtout du côté thérapeutique, M. Liégeois envisageait les phénomènes au point de vue du droit civil et criminel. Je voulus de mon côté les étudier au point de vue physiologique et psychologique.

  • 35 Beaunis H., op. cit., p. 415-416, dans Andrieu B. (dir.), 2009, op. cit., p. 130

Je recherchai aussi les modifications produites par le sommeil hypnotique dans le pouls, la respiration, la force musculaire, les sensations, le temps de réaction des sensations. Mais ce qui m’intéressait le plus c’était le côté psychologique de la question35. »

  • 36 Andrieu B. (dir.)…, op. cit., p. 85-86.

10Responsable dans la faculté de médecine d’un laboratoire de physiologie qui devait être attribué à un autre, un certain Nestor Gréhant (1838-1910) spécialiste de la respiration et des gaz dans le sang et ancien préparateur de Claude Bernard, Henry Beaunis se retrouve au moment de sa prise de fonction avec des instruments qui ne concernent pas ses propres recherches sur le système musculaire et nerveux. Il raconte ainsi dans ses Mémoires sa quête de nouvelles machines comme d’un préparateur qui n’ait pas de penchant pour la bouteille ! Et c’est principalement auprès de Jules-Étienne Marey (1830-1904), professeur au Collège de France, et de son préparateur Nicolas François-Franck (1849-1921) que Beaunis s’initie à « tous les procédés, tous les tours de main » et réussit ainsi à organiser son laboratoire d’une façon satisfaisante lui permettant enfin de réaliser des recherches qui lui tenaient à cœur depuis longtemps : celles des liens entre l’activité cérébrale et la physiologie du cerveau et des nerfs36.

  • 37 Beaunis H., « Recherches sur l’influence de l’activité cérébrale sur la sécrétion urinaire et spéc (...)

11Les travaux du laboratoire de physiologie37 d’Henry Beaunis sont directement exposés dans la Revue Médicale de l’Est surtout celles sur le temps de réaction des sensations olfactives, sur l’influence de l’activité cérébrale et du travail intellectuel sur la sécrétion urinaire, instaurant ainsi un circuit laboratoire, société savante, revue, cours et enfin publication en livre chez Berger-Levrault ou Baillière.

  • 38 Beaunis H., « Sur un nouvel esthésiomètre », Communication à la séance du 15 juin 1874 de la Socié (...)
  • 39 Beaunis H., « Présentation d’appareils », Communication à la séance du 27 mai 1874 à la Société de (...)

12Beaunis finit donc par mettre au point divers instruments, face au peu d’équipements de son laboratoire, comme par exemple, en juin 1874, un nouvel esthésiomètre38 permettant d’explorer la sensibilité de la peau à la pression et de compléter la recherche de la localisation tactile par le compas de Weber. Lors d’une présentation d’instruments « pour mesurer les sensations de pression sur la surface cutanée et la dureté des tissus39 » à la séance du 27 mai 1874 de la Société de médecine de Nancy, Beaunis souligne l’intérêt des instruments pour l’étude de phénomènes proprement psychophysiologique, comme les sensations.

  • 40 Gazette médicale de Paris et Archives de physiologie 1889, cité par Andrieu B. (dir.), op. cit., 2 (...)

« J’ai imaginé pour étudier les sensations de pression une aiguille esthésiologique qui peut servir aussi pour étudier dans les autopsies la cohésion et la résistance à la pression des tissus et des organes. Enfin, j’ai fait des recherches et démontré pour la première fois l’existence dans les mouvements volontaires de la contraction des muscles antagonistes, opinion déjà défendue théoriquement par Duchenne de Boulogne et montré que ces contractions des antagonistes expliquaient certains cas pathologiques inexplicables jusque-là40. »

  • 41 Revue médicale de l’Est, Numéro du 15 mars 1878, Cinquième année, t. IX (janv.-juin), Nancy, Berge (...)
  • 42 Beaunis H., « Un manomètre élastique construit par M. Patin », Revue médicale de l’Est,, Sixième a (...)
  • 43 Revue médicale de l’Est, 1879, Sixième année, t. XI, Nancy, Berger-Levrault, numéro du 15 décembre (...)
  • 44 Revue médicale de l’Est, 1880, Septième année, t. XII, Nancy, Berger-Levrault, numéro du 15 mai 18 (...)
  • 45 Revue médicale de l’Est, 1883, Dixième année, t. XV, Nancy, Berger-Levrault, numéro du 1er septemb (...)

13À la séance du 4 février 1878 de la Société des sciences de Nancy, Beaunis fait une présentation et une explication pratique du craniographe de Broca et de quelques autres appareils craniométriques41. À la séance du 21 juillet 1879, il décrit « un manomètre élastique construit par M. Patin42 ». Lors de la séance de la Société de médecine de Nancy du 22 octobre 1879, Beaunis43 présente « le polygraphe clinique de Marey, appareil plus portatif et d’un prix moins élevé que le grand polygraphe usité dans les laboratoires et pouvant suffire à tous les besoins de la clinique » (fig. 5). À la séance du 16 février 1880 de la Société des sciences de Nancy, il « présente et fait fonctionner un interrupteur électrique construit par M. Gaiffe44 ». Et le 17 mai septembre 1883, il recommande, pour sa simplicité et sa facilité d’application, le sphygmographe Robert Ellis Dudgeon (1820-1904)45 (fig. 6).

Fig 5. – Polygraphe portatif de Marey. Source : Verdin C., Catalogue des instruments de précisions construits par Charles Verdin, Paris, Mersch J., 1895 (circa), p. 60.

Fig 5. – Polygraphe portatif de Marey. Source : Verdin C., Catalogue des instruments de précisions construits par Charles Verdin, Paris, Mersch J., 1895 (circa), p. 60.

Fig. 6. – Sphygmographe de Dudgeon. Source : Laine E., Étude comparée du sphygmographe de Marey et du sphygmographe de Dudgeon, Nancy, Mangeot-Collin et Nicolle, 1888, p. 13.

Fig. 6. – Sphygmographe de Dudgeon. Source : Laine E., Étude comparée du sphygmographe de Marey et du sphygmographe de Dudgeon, Nancy, Mangeot-Collin et Nicolle, 1888, p. 13.
  • 46 Ce qu’il réalisera plus tard avec Alfred Binet en créant le laboratoire de psychologie physiologiq (...)
  • 47 Beaunis H., Le somnambulisme provoqué, Paris, J.-B. Baillière, 1886, p. 5.

14L’ensemble des résultats de ses travaux de laboratoires fut publié en 1884 sous le titre général de Recherches expérimentales sur les conditions de l’activité cérébrale et sur la physiologie des nerfs. Mais c’est dans son ouvrage de 1886 sur Le somnambulisme provoqué que se précisent les liens entre l’outillage du corps et les secrets de la pensée. Le sous-titre de l’œuvre, Études physiologiques et psychologiques, annonce déjà le déploiement de la discipline dont rêve Beaunis, la psychophysiologie expérimentale46, dont l’émergence a débuté avec la création en 1885 de la Société de psychologie physiologique. Cette société, présidée par Charcot, est le signe que l’École de Nancy et l’École de Paris se retrouvaient finalement dans des intérêts communs, et surtout, comme en témoigne l’avant-propos de Beaunis à son ouvrage de 1886, autour d’une méthode commune d’études des phénomènes physiologiques et psychologiques du vivant : la méthode expérimentale47.

15Dans un premier temps, Beaunis y étudie l’influence du psychisme sur la physiologie. Ainsi, il mesure chez une certaine Élisa les variations du pouls en fonction de la suggestion. À la demande de ralentissement du pouls en sommeil hypnotique, Beaunis peut mesurer au moyen d’un sphygmographe à transmission de Marey (fig. 7) associé à une horloge électrique qui indique les secondes sur le cylindre enregistreur, la variation du pouls de 98,5/min. à 92,4. Le tout par simple suggestion. Des confirmations de l’influence directe du psychique sur le physiologique seront données par l’étude de la pression artérielle grâce à un sphygmomanomètre de Von Basch qui confirme l’indépendance du ralentissement du cœur et du ralentissement de la pression artérielle, assurant à la suggestion le rôle causal premier dans le phénomène physiologique observé.

Fig. 7. – Sphygmographe à transmission envoyant la pulsation artérielle à un levier inscripteur situé à distance. Source : École pratique des hautes études. Physiologie expérimentale, Travaux du laboratoire de M. Marey, professeur au Collège de France, IV, Année 1878-1879, Paris : Masson G., 1880, p. 219.

Fig. 7. – Sphygmographe à transmission envoyant la pulsation artérielle à un levier inscripteur situé à distance. Source : École pratique des hautes études. Physiologie expérimentale, Travaux du laboratoire de M. Marey, professeur au Collège de France, IV, Année 1878-1879, Paris : Masson G., 1880, p. 219.
  • 48 Ibid., p. 87.
  • 49 Ibid., p. 88.

16Beaunis poursuit ses investigations par l’étude de la force manuelle en situation de sommeil hypnotique montrant ainsi que la force dynamométrique (fig. 8) diminue pendant le sommeil provoqué48, mais augmente après le réveil49 comparé avec les mesures faites avant le sommeil.

  • 50 Ibid., p. 93.

17Enfin il s’attache à mettre en lumière l’influence du sommeil hypnotique sur l’acuité auditive et utilise pour cela l’appareil à glissement de du Bois-Reymond (fig. 9) qui, relié à un téléphone, devient un audiomètre très précis : « Les deux bornes de la bobine inductrice sont mises en rapport avec la pile, les deux bornes de la bobine induite avec un téléphone que le sujet applique sur son oreille50. » Pour fermer ou rompre le courant inducteur, Beaunis utilise dans un premier temps un interrupteur à mercure, mais ce dernier gène l’expérimentation, il le remplace donc par une petite lamelle de platine rattachée par un conducteur à un des pôles de la pile, cette platine est appliquée sur un coussin épais de papier à filtrer, l’autre pôle de la pile aboutit à une aiguille de platine, en touchant la lamelle avec l’aiguille, le courant s’établit ; en les écartant, la rupture du courant inducteur a lieu sans qu’aucun bruit appréciable vienne avertir le sujet de la rupture de ce courant. L’acuité du sujet est donc mesurée en fonction de l’intensité du bruit. Beaunis constate ainsi l’augmentation de l’acuité auditive dans le sommeil hypnotique et ce sans suggestion.

Fig. 8. – Dynamomètre de Mathieu. Source : Beaunis H., Le somnambulisme provoqué, Paris, Baillière J.-B., 1886, p. 85.

Fig. 8. – Dynamomètre de Mathieu. Source : Beaunis H., Le somnambulisme provoqué, Paris, Baillière J.-B., 1886, p. 85.

Fig. 9. – Appareil volta-faradique de Du Bois-Reymond. Source : Beaunis H., Le somnambulisme provoqué, Paris, Baillière J.-B., 1886, p. 94.

Fig. 9. – Appareil volta-faradique de Du Bois-Reymond. Source : Beaunis H., Le somnambulisme provoqué, Paris, Baillière J.-B., 1886, p. 94.

La méthode expérimentale et l’instrumentation

18Si la lecture des corps a utilisé l’instrumentation depuis l’École d’Alexandrie, c’est surtout à partir du XVIIe siècle et de l’invention du thermomètre par le duc de Toscane (1654) que l’instrumentation et le savoir sur les corps se sont unis à jamais autour de l’appareil. Il faut pourtant attendre le XIXe siècle pour assister à l’apogée de l’appareil de lecture des corps dont le stéthoscope de Laennec (1781-1826) reste l’invention paradigmatique et le positivisme d’Auguste Comte (1798-1859) le soutien théorique premier.

  • 51 Les travaux sur le positivisme de Comte sont nombreux, nous reverrons ici à l’ouvrage synthétique (...)
  • 52 Bernard C., Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, [1856] 1963, p. 40.

19En établissant, par un travail généalogique, que la méthode commune aux sciences est hypothético-déductive, Auguste Comte instaure en effet l’observation et l’expérimentation comme critères de scientificité. Le positivisme51 ainsi fondé va influencer l’ensemble des sciences au XIXe siècle, avec en tête la médecine et la psychologie. La médecine expérimentale, devenue sous la plume de Claude Bernard le modèle d’une médecine scientifique, favorise la transmission des injonctions comtiennes dans l’étude des corps puis des hommes. Ainsi, la science ne peut plus se faire sans laboratoire et sans instruments. Les outils d’observation, les appareils de mesure s’imposent alors comme les nouveaux adjoints du scientifique : « L’expérimentation n’est que la mise en œuvre des procédés d’investigation qui sont spéciaux à l’expérimentateur52 ».

20Or, les études menées par les membres de l’École de Nancy marquent le glissement des moyens et méthodes de la médecine organique à l’étude des phénomènes psychiques : la psychologie se plie à la méthode expérimentale pour s’affirmer comme une science à part entière. À ce titre, le fait que cette quête de scientificité passe par la création d’une psychophysiologie n’est pas anodine tant la certitude de l’étude organique pouvait seule permettre à l’étude des phénomènes psychiques d’acquérir un statut scientifique équivalent. Le modèle bernardien de la physiologie permettait ici, par le biais de l’expérimentation appareillée, de valider scientifiquement l’étude de phénomènes psychologiques. Ainsi, comme le précise Beaunis, dès 1884 :

  • 53 Beaunis H., Recherches expérimentales sur les conditions de l’activité cérébrale et sur la physiol (...)

« On entrevoit le moment où sera constituée sur les bases solides d’une expérimentation et d’une observation rigoureuses, cette science à peine naissante, la psychologie physiologique, qui a plus fait en quelques années pour les progrès de la psychologie que la philosophie de l’École pendant des siècles, et qui cependant n’a jusqu’ici en France ni une chaire, ni un laboratoire53. »

  • 54 Andrieu B., Avanzini G., Clozza C., Klein A., op. cit.

21Ce laboratoire verra le jour en 1889 à Paris, sous la direction de Beaunis et avec l’assistance de celui qui lui donnera ses lettres de noblesse : Alfred Binet54. L’étude expérimentale de l’intelligence que ce dernier mènera entre 1902 et 1906 marque en effet l’apogée d’une lecture du corps pour percer les secrets de l’âme (fig. 10).

Conclusion : L’hypnose comme outil

22Si les expériences menées à Nancy au croisement des XIXe et XXe siècles inaugurent une ère nouvelle où l’étude instrumentée des corps permet de percer les secrets du psychisme, c’est finalement l’essor d’un outil d’étude proprement immatériel qui y est établi.

23La validation du sommeil hypnotique dans le domaine de la physiologie permet en effet à Beaunis de valider l’hypnose comme un outil dans ses recherches psychologiques.

  • 55 Andrieu B. (dir.), 2009, op. cit., p. 130.

« Je voyais dans l’hypnotisme non seulement une étude des phénomènes psychologiques du somnambulisme provoqué mais j’y vois surtout un procédé d’expérimentation directe sur les phénomènes de l’intelligence, une véritable méthode de psychologie expérimentale, elle me semblait devoir être pour le philosophe ce que la vivisection est pour le physiologique55. »

  • 56 Castelli-Gattinara E., « Épistémologie 1900 : la tradition française », Revue de synthèse, 2-4, 12 (...)
  • 57 Andrieu B., « La ligne de démarcation physiologie/psychologie/philosophie : l’exemple d’Henry Beau (...)
  • 58 Voir à ce propos, Klein A., « La philosophie scientifique d’Alfred Binet », Revue d’histoire des s (...)

24Ainsi s’opère ici un renversement épistémologique fondamental, participant au « tournant épistémologique » de 1900 décrit par Enrico Castelli Gattinara56. Car, comme le résume Bernard Andrieu, « Les relations entre la philosophie, psychologie et physiologie sont au cœur du problème de la délimitation des frontières et de l’unification des objets dans une synthèse espérée dans le savoir positif d’une psycho-physiologie qui expliquerait tous les phénomènes57 ». Devenant objet scientifique par le truchement d’une étude instrumentale et expérimentale du corps, l’esprit quitte le champ de « l’imagination » pour celui de l’observation et de l’expérience, celui de la philosophie pour celui de la science. Ainsi, la psychologie quitte le champ de la philosophie pour s’affirmer comme science expérimentale à part entière, reléguant ainsi la philosophie au champ de l’épistémologie, philosophie scientifique, comme la pensera Binet58, nécessaire à la constitution de la psychophysiologie.

25La description de l’âme ou de l’esprit par la lecture des corps, outre son intérêt biopolitique majeur, apparaît donc comme relevant d’un renversement épistémologique profond, celui-là même qui, faisant du corps moins un outil qu’un analyseur épistémologique, permet aujourd’hui à des philosophes de parler du corps, de l’esprit et de la science.

Fig. 10. – Binet et un élève. Source : Archives A. Binet.

Fig. 10. – Binet et un élève. Source : Archives A. Binet.

Notes

1 Voir à ce propos Cuvelier A., Hypnose et suggestion : de Liébeault à Coué, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1987 ; Nicolas S., L’hypnose. Charcot face à Bernheim : l’école de la Salpêtrière et l’école de Nancy, Paris, L’Harmattan, 2004 ; Carroy J., « L’école hypnologique de Nancy (I) : Liébeault, Beaunis, Liégeois et Delboeuf », Le pays lorrain, 1988, 2, p. 108-115, « L’école hypnologique de Nancy (II) : Bernheim, Charcot et Freud », Le pays lorrain, 1988, 3, p. 159-166 ; Laxenaire M., « Bernheim et l’École neuropsychiatrique de Nancy », Le pays lorrain, 1995, 2, p. 99-108.

2 Sur la vie et la carrière de Liébeault, voir Andrieu B., Album Liébeault, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2009.

3 Klein A., « Nouveau regard sur l’École hypnologique de Nancy à partir d’archives inédites », Le pays Lorrain, 4, 2010.

4 Beaunis H., Mémoires, inédit, p. 417 : « En effet il n’y a pas eu d’École de Nancy à proprement parler, car le mot École implique un corps de doctrine cohérent et coordonné dans lequel tout se tient en collectivité en un mot dans laquelle tous les membres partagent les mêmes idées. Or il n’y a rien de semblable », cité par Andrieu B. (dir.), Henry Étienne Beaunis à Nancy, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2008, p. 132.

5 Notre travail s’inscrit dans un projet de recherche sur l’Histoire de la psychophysiologie en Lorraine, soutenu par la région Lorraine.

6 Voir à ce propos, par exemple, Lecourt D. Pour une critique de l’épistémologie : Bachelard, Canguilhem, Foucault, Paris, Maspero, [1972] 1980.

7 Revel J., Peter J.-P., « Le corps, l’homme malade et son histoire », in Legoff J. & Nora P., (dir.), Faire de l’histoire. Nouveaux objets, Paris, Gallimard, 1974, p. 169-191.

8 Revel J., « L’histoire au ras du sol », préface de Levi G., in Le pouvoir au village, histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, Paris, Gallimard, [1985], 1989, p. i-xxxiii.

9 Porter R., « The patient’s view. Doing Medical History from Below », Theory and Society, 4, 1985, p. 175-198.

10 Voir à ce propos les travaux de Michel Foucault, dont « Sur l’archéologie des sciences. Réponse au Cercle d’épistémologie », Cahiers pour l’analyse, no 9, été 1968. Mais aussi Veyne P., « Foucault révolutionne l’histoire », Comment on écrit l’histoire, Paris, 1979, deuxième édition.

11 Canguilhem G., « L’objet de l’histoire des sciences », Études d’histoire et de philosophie des sciences concernant les vivants et la vie, Paris, Vrin, 1968, p. 9-23, ici, p. 20.

12 Klein A., « Quelle place pour le corps en histoire des sciences ? », conférence donnée le 7 octobre 2009 au sein du Séminaire d’épistémologie et de philosophie du corps de l’équipe ACCORPS (Université Nancy 2).

13 Vigarello G., « Le corps un nouvel objet des historiens », Le Monde, 3/10/09 : « Le corps est bien devenu l’inépuisable objet d’une histoire toujours plus sensible à la chair des cultures comme à celle du temps. »

14 Corbin A., Vigarello G., Courtine F., Histoire du corps I : De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil, 2005, p. 8.

15 Klein A. (dir.), L’école hypnologique de Nancy : pour une nouvelle histoire, Nancy, PUN, à paraître en 2011.

16 Acte de naissance no 592 du 3 juillet 1850 (Tables décennales 5 MI 394), AD Meurthe-et-Moselle, Registres paroissiaux et d’état civil.

17 C’est le 30 juin 1873, suite à sa demande faite le 21 janvier 1872 que Paul Charles Jacquot devient en fait Dumont (AD Meurthe et Moselle Jugement sur requête 3 U 3 261/98). Si on ne connaît pas les raisons de ce changement, on sait seulement que son père et son oncle ont également changé de nom. Aucun acte judicaire de rectification du nom patronymique n’existe à leur propos, mais l’acte de décès de l’oncle Charles Constant Jacquot dit Dumont mort le 17 juillet 1894 (Tables décennales 2 MI 658, acte no 1212, décès 1894, 2 MI 622) fait apparaître que Jean-Baptiste Jacquot, devenu antiquaire, s’appelle désormais lui aussi Dumont.

18 Nominations des avocats, 2 U 84/R 7, AD Meurthe-et-Moselle.

19 Dumont P.-C., Du serment considéré surtout comme mode de preuve, Thèse de doctorat, Nancy, imprimerie nancéienne, 1876, 181 p.

20 « Microphone impressionné à grande distance », Communication à la séance du 16 décembre 1878 de la Société des sciences de Nancy, Revue médicale de l’Est, 15 janvier 1879, Sixième année, t. XI, Nancy, Berger-Levrault, 1879, p. 54-55.

21 Spillmann P., Dumont, P.-C., « Des applications du microphone aux recherches cliniques », Archives générales de médecine, série 7, no 03, 1879, p. 513-523.

22 Lors d’une présentation d’instruments avec le docteur Spillmann devant la Société de médecine de Nancy, le 22 janvier 1879, Dumont expose le sphygmophone de Stein, ainsi qu’un de son invention réalisé avant la découverte de ce dernier, Revue médicale de l’Est, 15 mars 1879, Sixième année, t. XI, Nancy, Berger-Levrault, 1879, p. 173-175.

23 Ibid., p. 174

24 Ibid.

25 Liste du personnel de la Faculté de médecine de Nancy, 1880, W 1 018 133, AD Meurthe-et-Moselle.

26 W 1 018 133 (série sur l’enseignement supérieur), AD Meurthe-et-Moselle.

27 Séance du 15 janvier 1881 de la Société des sciences de Nancy, Revue médicale de l’Est, 1er juin 1881, Huitième année, t. XIII, Nancy, Berger-Levrault, 1881, p. 345-346.

28 Séance du 17 décembre 1881 à la Société des sciences de Nancy, Revue médicale de l’Est, 1er avril 1882, Neuvième année, t. XIV, Nancy, Berger-Levrault, 1882, p. 221.

29 Le 16 avril 1883, il expose à la Société des sciences de Nancy les résultats d’une expérience sur les perturbations téléphoniques attribuées à l’induction développée par le voisinage d’une ligne télégraphique, Revue médicale de l’Est, 1er juillet 1883, Dixième année, t. XV, Nancy, Berger-Levrault, 1883, p. 445-446.

30 Revue médicale de l’Est, 1er juin 1885, Douzième année, t. XVII, Nancy, Berger-Levrault, 1885, p. 347-348.

31 Ibid.

32 Le 16 juillet 1886, devant la Société des sciences de Nancy, Dumont communique sur « certains mouvements provoqués par des corps légers », Revue Médicale de l’Est, 15 décembre 1886, treizième année, t. XVIII, 1886, Nancy, Berger-Levrault, p. 758-760. Lors de la séance du 20 février 1888, Dumont présente « plusieurs photographies faites par un procédé spécial et représentant les diverses phases de deux éclipses lunaires », Revue Médicale de l’Est, 1er mai 1888, Quinzième année, t. XX, 1888, Nancy, Berger-Levrault, p. 276.

33 Revue médicale de l’Est, 15 novembre 1883, Dixième année, t. XV, Nancy, Berger-Levrault, 1883, p. 696.

34 Liégeois J., « Hypnotisme téléphonique et suggestion à grande distance », Mémoires de l’Académie Stanislas, cxxxvie année, 5e série, t. III, 1886, p. 133-142, ici, p. 141.

35 Beaunis H., op. cit., p. 415-416, dans Andrieu B. (dir.), 2009, op. cit., p. 130

36 Andrieu B. (dir.)…, op. cit., p. 85-86.

37 Beaunis H., « Recherches sur l’influence de l’activité cérébrale sur la sécrétion urinaire et spécialement sur l’élimination de l’acide phosphorique », Revue Médicale de l’Est, 15 octobre 1882, Neuvième année, t. XIV, Nancy, Berger-Levrault, p. 612-626 ; 1er novembre 1882, Neuvième année, t. XIV, Nancy, Berger-Levrault, p. 641-652 ; 15 novembre 1882, p. 673-677 ; 1er décembre 1882, p. 721-726 ; 15 décembre 1882, p. 747-755. « Le temps de réactions des sensations olfactives », Séance de la Société des sciences de Nancy du 17 janvier 1883, Revue Médicale de l’Est, 1er mai 1883, Dixième année, t. XV, Nancy, Berger-Levrault, p. 283. « Recherches sur le temps de réaction des sensations olfactives », Revue Médicale de l’Est, 15 février 1883, Dixième année, t. XV, Nancy, Berger-Levrault, p. 105-110 ; 1er mars 1883, Dixième année, t. XV, Nancy, Berger-Levrault, p. 129-133 ; 15 mars 1883, Dixième année, t. XV, Nancy, Berger-Levrault, p. 168-175 ; 1er avril 1883, Dixième année, t. XV, Nancy, Berger-Levrault, p. 199-214. Repris dans H. Beaunis, Recherches expérimentales sur les conditions de l’activité cérébrale et sur la physiologie du nerf, Laboratoire de physiologie de la faculté de Médecine de Nancy, Paris, J.-B. Baillière et Fils, 1884. « Sur les phénomènes d’arrêts », Séance du 15 mars 1884 de la Société des Sciences, Revue médicale de l’Est, 15 juin 1884, Onzième année, t. XVI, p. 376-377. « Contraction simultanée des muscles antagonistes », Séance du 2 juin 1885 de la Société des sciences, Revue médicale de l’Est, 15 août 1885, Douzième année, t. XVII, p. 508-509. « Ralentissement des battements du cœur », Revue médicale de l’Est, 15 septembre 1885, Douzième année, t. XVII, p. 545-557 ; 1er octobre 1885, Douzième année, t. XVII, p. 577-589 ; 15 novembre 1885, Douzième année, t. XVII, p. 674-687.

38 Beaunis H., « Sur un nouvel esthésiomètre », Communication à la séance du 15 juin 1874 de la Société des sciences de Nancy, Revue Médicale de l’Est, 1er août 1874, Première année, t. II, Nancy, Berger-Levrault, p. 104.

39 Beaunis H., « Présentation d’appareils », Communication à la séance du 27 mai 1874 à la Société de médecine de Nancy, Revue Médicale de l’Est, numéro du 1er septembre 1874, Première année, t. II, Nancy, Berger-Levrault, p. 177.

40 Gazette médicale de Paris et Archives de physiologie 1889, cité par Andrieu B. (dir.), op. cit., 2009, p. 90.

41 Revue médicale de l’Est, Numéro du 15 mars 1878, Cinquième année, t. IX (janv.-juin), Nancy, Berger-Levrault, p. 183.

42 Beaunis H., « Un manomètre élastique construit par M. Patin », Revue médicale de l’Est,, Sixième année, t. XI, Nancy, Berger-Levrault, numéro du 1er décembre 1879, p. 733-734.

43 Revue médicale de l’Est, 1879, Sixième année, t. XI, Nancy, Berger-Levrault, numéro du 15 décembre 1879, p. 756.

44 Revue médicale de l’Est, 1880, Septième année, t. XII, Nancy, Berger-Levrault, numéro du 15 mai 1880, p. 313.

45 Revue médicale de l’Est, 1883, Dixième année, t. XV, Nancy, Berger-Levrault, numéro du 1er septembre 1883, p. 533.

46 Ce qu’il réalisera plus tard avec Alfred Binet en créant le laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne et l’Année psychologique. Voir à ce propos, Nicolas S., « Henry Beaunis (1830-1921) : directeur-fondateur du Laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne », L’Année psychologique, xcv, 1995, p. 267-291 et Andrieu B., Avanzini G., Clozza C., Klein A., Alfred Binet, De la perception à la cognition, Lyon, Chronique Sociale, 2009.

47 Beaunis H., Le somnambulisme provoqué, Paris, J.-B. Baillière, 1886, p. 5.

48 Ibid., p. 87.

49 Ibid., p. 88.

50 Ibid., p. 93.

51 Les travaux sur le positivisme de Comte sont nombreux, nous reverrons ici à l’ouvrage synthétique de Grange J., La philosophie d’Auguste Comte, Paris, PUF, 1996.

52 Bernard C., Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, [1856] 1963, p. 40.

53 Beaunis H., Recherches expérimentales sur les conditions de l’activité cérébrale et sur la physiologie des nerfs, Paris, J.-B. Baillière, 1884.

54 Andrieu B., Avanzini G., Clozza C., Klein A., op. cit.

55 Andrieu B. (dir.), 2009, op. cit., p. 130.

56 Castelli-Gattinara E., « Épistémologie 1900 : la tradition française », Revue de synthèse, 2-4, 122, 2001, p. 347-365.

57 Andrieu B., « La ligne de démarcation physiologie/psychologie/philosophie : l’exemple d’Henry Beaunis », inHert P., Paul-Cavalier M., Sciences et frontières. Délimitations du savoir, objets et passages, Fermeont, Belgique, E.M.E. & Intercommunications, 2007, p. 63-88.

58 Voir à ce propos, Klein A., « La philosophie scientifique d’Alfred Binet », Revue d’histoire des sciences, 62/2, juil.-déc. 2009, p. 29-50.

Table des illustrations

Titre Fig. 3. – Sphygmophone de Stein. Source : Spillmann P., Dumont, P.-C., « Des applications du microphone aux recherches cliniques », Archives générales de médecine, 1879, p. 513-523, ici, p. 515.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109275/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 4. – Appareil à hypnotiser. Source : Verdin C., Catalogue des instruments de précisions construits par Charles Verdin, Paris, Mersch J., 1895 (circa), p. 133.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109275/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig 5. – Polygraphe portatif de Marey. Source : Verdin C., Catalogue des instruments de précisions construits par Charles Verdin, Paris, Mersch J., 1895 (circa), p. 60.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109275/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Fig. 6. – Sphygmographe de Dudgeon. Source : Laine E., Étude comparée du sphygmographe de Marey et du sphygmographe de Dudgeon, Nancy, Mangeot-Collin et Nicolle, 1888, p. 13.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109275/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Fig. 7. – Sphygmographe à transmission envoyant la pulsation artérielle à un levier inscripteur situé à distance. Source : École pratique des hautes études. Physiologie expérimentale, Travaux du laboratoire de M. Marey, professeur au Collège de France, IV, Année 1878-1879, Paris : Masson G., 1880, p. 219.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109275/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Fig. 8. – Dynamomètre de Mathieu. Source : Beaunis H., Le somnambulisme provoqué, Paris, Baillière J.-B., 1886, p. 85.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109275/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 9. – Appareil volta-faradique de Du Bois-Reymond. Source : Beaunis H., Le somnambulisme provoqué, Paris, Baillière J.-B., 1886, p. 94.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109275/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Fig. 10. – Binet et un élève. Source : Archives A. Binet.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109275/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 212k

Auteur

Doctorant en philosophie, Nancy université – archives H. Poincaré

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540