Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps et machines à l'âge industriel

 | 
Laurence Guignard
, 
Pascal Raggi
, 
Étienne Thévenin

Première partie. Machines de santé

Des machines à guérir : le baquet de Mesmer et les premières machines électriques (fin XVIIIe-fin XIXe siècle)

Nicole Edelman

Texte intégral

1De la fin du XVIIIe siècle à la fin du XIXe siècle, les transformations qui affectent la conception du corps sont à la fois rapides et complexes. Corps et machine demeurent cependant liés non seulement de façon métaphorique mais aussi fonctionnelle et analogique. Les premières machines dont je parle ici reçoivent le pouvoir de soigner en permettant à quelque-chose-qui-guérit de passer dans le corps malade, ce quelque-chose étant nommé fluide, énergie ou plus largement au XIXe siècle : électricité. Cette médication salvatrice est censée pénétrer le corps, accélérant, ralentissant ou stoppant même certains phénomènes pathologiques. Si le médecin est le tout puissant maître de cette machine au début de son utilisation dans une relation étroite avec son patient, sa place évolue peu à peu, la machine fonctionnant de manière de plus en plus autonome, mettant une distance spatiale, temporelle, clinique et tactile entre médecin et malade.

Le baquet de Mesmer

2Les moyens de soigner se sont longtemps – même après les débuts de l’âge clinique – limités à deux gestes essentiels : éliminer, faire sortir du corps, voire enlever une partie malade, ou au contraire absorber quelque chose censé guérir selon la formule néo-hippocratique : donner le clystère, saigner, purger. À la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, la maladie est en effet encore, pensée comme un phénomène naturel, dans le sens où c’est la nature qui agit sur l’individu. L’eau, l’air, l’alimentation, l’environnement général sont donc des aspects importants pour comprendre et soigner les différents types de maladies. Le milieu et l’espace où les soins sont donnés au malade, appartiennent aussi pleinement à la thérapeutique et la machine en fait partie, elle y est intégrée.

  • 1 Voir Darnton R., La fin des Lumières, Le mesmérisme et la Révolution, Paris, Perrin, 1984 ; Ellenb (...)
  • 2 Larousse en 18 volumes.

3À la fin du XVIIIe, une nouvelle thérapeutique apparaît avec le médecin autrichien Franz Anton Mesmer qui propose une vision nouvelle de la santé et de la maladie en centrant l’une et l’autre sur l’existence d’un fluide physique subtil, sorte de feu vital qui circule dans les corps vivants et dans l’univers, à l’égal de l’éther. C’est la naissance du magnétisme animal puis la découverte, en 1784, du somnambulisme magnétique état de sommeil lucide qui semble donner au malade la possibilité de voir l’intérieur de son corps et ses maladies éventuelles et de s’auto-prescrire des soins. C’est aussi la naissance d’une première machine à guérir : le baquet1 défini comme « 1. appareil ou ensemble d’appareils capables d’effectuer un certain travail ou de remplir une certaine fonction […] sous la conduite d’un opérateur2 ».

Fig. 1. – Le baquet est une véritable invention de Mesmer, une machine à but thérapeutique autour de laquelle s’installent les patients. Son principe se fonde sur les certitudes scientifiques de son inventeur. [http://www.cabinetmagazine.org/​issues/​21/​turner.php].

Fig. 1. – Le baquet est une véritable invention de Mesmer, une machine à but thérapeutique autour de laquelle s’installent les patients. Son principe se fonde sur les certitudes scientifiques de son inventeur. [http://www.cabinetmagazine.org/​issues/​21/​turner.php].
  • 3 Paris, Didot, 1779.

4Le baquet est une véritable invention de Mesmer, une machine à but thérapeutique. Son principe se fonde sur les certitudes scientifiques de son inventeur. Dans son Mémoire sur la découverte du magnétisme animal3 publié en 1779, Mesmer s’appuie sur l’astronomie et la physique pour postuler qu’un fluide physique subtil emplit l’univers, reliant l’homme, la terre et les corps célestes, ainsi que les êtres vivants entre eux, particulièrement les hommes. En conséquence, il affirme que la maladie n’est due qu’à une mauvaise répartition de ce fluide et que la guérison consiste à rétablir une circulation harmonieuse à l’intérieur du corps. Ce fluide peut être stocké : c’est la claire destination du baquet, puis canalisé et redistribué, éventuellement par un homme qui en possède à suffisance ce que prétend Mesmer. La pensée du médecin autrichien s’immerge dans les débats de son temps, en particulier celui de la découverte de l’électricité.

  • 4 Cité dans le parcours pédagogique créé par Christine Blondel et Bertrand Wolff : [http://www.amper (...)

5Ce qu’on nomme l’électricité statique est connue depuis l’antiquité : caresser un chat, se brosser les cheveux, frotter du verre etc. peut, on le sait, produire un choc déplaisant. C’est cependant au XVIIe siècle et surtout pendant les premières décennies du XVIIIe siècle, que des recherches de savants curieux conduisent à inventer des machines générant de l’électricité statique avec lesquelles se multiplient les expériences. Ainsi, « au milieu des années 1740, à l’aide d’une machine plus puissante que le simple tube de verre, Bose, physicien allemand, électrise l’eau contenue dans un récipient et, approchant la pointe d’une épée de la surface de l’eau, en tire des étincelles, pour l’émerveillement d’un public devenu friand d’expériences électriques. Le feu jaillissait de l’eau4 ! » En 1745, Pieter Van Musschenbroek, professeur de physique à l’université de Leyde, cherchant à reproduire cette expérience, met au point une bouteille qui devient populaire dans toute l’Europe sous le nom de bouteille de Leyde, que lui attribue l’abbé Nollet. Dans cette bouteille plonge une tige métallique reliée à une machine électrique par une longue barre horizontale ; la bouteille condense ainsi l’électricité produite par la machine et peut ensuite produire une commotion.

  • 5 Ellenberger H.-F., op. cit., p. 93.

6Le baquet pourrait donc être une imitation de cette bouteille puisqu’il condense le fluide magnétique. Il rappelle aussi les propriétés de l’électricité naturelle. En effet, lorsque Benjamin Franklin invente en 1752 le paratonnerre, celui-ci a pour but de conduire le fluide électrique contenu dans les nuages d’orages jusqu’à la terre. Enfin, Mesmer ne pouvait pas ignorer les débats qui opposaient Galvani et Volta puisqu’il « attribuait à son fluide des pôles, des courants, des décharges. […] Il enseignait aussi qu’il existait un fluide négatif et un fluide positif se neutralisant l’un l’autre5 ».

7Au début des années 1780, les expériences du médecin Luigi Galvani avaient en effet montré que les cuisses d’une grenouille morte dont les nerfs étaient mis à nus, se contractaient si une étincelle jaillissait d’une machine électrique. Galvani en avait déduit l’existence d’une électricité animale contenue dans les nerfs des êtres vivants, la croyance en ce nouveau fluide fut largement partagée jusqu’à ce que le physicien Alessandro Volta (1745-1827) s’oppose à cette notion de fluide en montrant que le muscle n’est qu’un conducteur passif de l’électricité qui ne se contracte que parce qu’il est situé dans un flux électrique né du contact de deux métaux différents. Et, au printemps 1800, il met au point la « pile » qui porte son nom.

  • 6 Sir William Ramsey, The Life and Letters of Joseph Black, Londres, Constable and Co., 1918, p. 84- (...)
  • 7 Rausky F., Mesmer ou la révolution thérapeutique, Paris, Payot, 1977, p. 67.

8Si Mesmer n’a jamais fourni des éléments précis pour la fabrication du baquet, nous disposons d’un de ses baquets (actuellement exposé au musée de la médecine et de la pharmacie de Lyon), et de descriptions diverses. Il s’agit d’une cuve circulaire ou ovale d’au moins deux mètres de diamètre et d’environ cinquante centimètres de hauteur, en bois, à double fond dans lequel on met de la limaille de fer, du verre pilé, du sable, des pierres, parfois du soufre en bâton. Le tout est immergé dans de l’eau et recouvert d’un plancher cloué à la cuve dans lequel on pratique un certain nombre de trous d’où sortent des branches de fer qui doivent pénétrer jusqu’au fond du baquet, elles sont cordées et mobiles afin que les malades puissent les appliquer sur les points dont ils souffrent. Une ou plusieurs cordes peuvent être ajoutées. Un médecin anglais, John Grieve de passage à Paris en mai 1784, raconte que le baquet est « si grand que vingt personnes peuvent facilement s’asseoir autour […] et qu’outre ces tiges (de fer), une corde fait communiquer le baquet avec un des malades, puis de proche en proche, avec tous ses compagnons. Les effets les plus apparents se manifestent à l’approche de Mesmer, lequel dit-on, dirige le fluide par certains mouvements de ses mains ou de ses yeux, sans avoir besoin de toucher la personne en question6 ». D’autres évoquent en revanche le toucher du maître par une baguette. Il est du moins certain que le baquet doit permettre la circulation du fluide magnétique entre les patients, éventuellement avec l’aide du médecin magnétiseur. La présence de l’eau apparaît comme l’élément qui facilite le passage du fluide. Franklin Rausky rapportant les dires de Jean Vinchon, un des biographes de Mesmer, affirme ainsi que Mesmer aurait magnétisé ses patients en leur faisant tremper les pieds dans un des bassins du parc de la splendide résidence qu’il possédait à Vienne. Rausky ajoute que cette pratique devenant impraticable à Paris, il aurait été conduit à la fabrication du baquet7.

  • 8 Correspondance de M. M **** sur les nouvelles découvertes du baquet octogone de l’homme baquet et (...)

9On retrouve cette idée dans le « baquet-octogone servant à guérir différentes maladies ». Ce dernier, sans doute conçu en 1784 pour soigner certains types de maladies précises, est orienté dans l’espace et, aux huit angles de l’octogone du baquet principal, sont ajoutés huit petits baquets destinés à certains maux clairement désignés : paralysie (au sud est), maladie de la pierre (au sud), fleur maligne au nord est, hydropisie au nord. Chacun de ces petits baquets a, comme le grand, un double fond, « le second fond est entièrement plein de coques d’œufs magnétisés noyées dans une décoction de racines de plantes qui varient selon le genre de la maladie8 », et communique par un robinet avec le grand baquet de façon à pouvoir augmenter la quantité d’eau nécessaire au petit dans lequel le malade doit tremper ses deux pieds. Ce baquet-octogone est donc clairement conçu comme une machine thérapeutique : il fait circuler le fluide et, en sus, apporte les bienfaits de plantes médicinales, s’oriente spatialement créant un lien entre microcosme et macrocosme et permet l’immersion des pieds du patient dans l’eau censée faciliter le passage du fluide magnétique. Tout cela dans un mélange entre médecine humorale et médecine magnétique.

10Les huit cures données en exemple sont – bien sûr – réussies. Ainsi, l’hydrocéphalie soignée dans le baquet « Nord », jugée incurable par trois médecins, est-elle guérie en six jours.

  • 9 Correspondance de M. M ****, Sur les nouvelles découvertes du baquet octogone, op. cit., p. 20.

« Nous lui avons procuré l’évacuation de la liqueur par les oreilles : le seul accident qu’ait éprouvé ce malade, a été la chute d’une partie des cheveux et des sourcils. Il est âgé de 46 ans et d’un tempérament pituiteux9. »

  • 10 L’harmonica de verre est formé d’un nombre variable (généralement entre 20 et 54) de bols en crist (...)

11Le baquet de Mesmer est quant à lui beaucoup plus généraliste et sa fonction essentielle semble bien celle d’accumuler et de redistribuer le fluide, deux tâches dont l’harmonie est améliorée par un certain nombre de conditions, tout d’abord par la réunion même des patients. L’encordage et leur volonté commune de guérir accéléreraient en effet la bonne circulation du fluide et donc son efficacité thérapeutique. D’autre part, pour bien marcher, cette machine a besoin d’un environnement précis : dans la pièce où le baquet est placé, la pénombre est nécessaire tout comme une musique jouée par un piano-forte ou mieux un armonica (sic) de verre, deux instruments censés, eux aussi, par le son qu’ils produisent favoriser la bonne circulation du fluide. Il ne semble pas en effet que ce soit la musique par elle-même qui traite la maladie, mais que le son soit un bon transporteur du fluide dont il augmenterait ainsi l’intensité. Pourtant on peut remarquer aussi que l’harmonica de verre, dont Benjamin Franklin avait amélioré le principe en 1761, est formé de verre et frotté avec des doigts mouillés d’eau10 et que les cordes du piano-forte vibrent. Faible lumière et sons particuliers sont ainsi utiles, voire indispensables, à la venue de la crise salvatrice. La grande lumière tout comme les temps orageux, ou pire les orages, sont en revanche néfastes. Le baquet se présente donc comme une machine à guérir simpliste dans sa configuration matérielle et complexe dans son fonctionnement thérapeutique.

  • 11 Bailly J.-S. Rapport des commissaires chargés par le roi de l’examen du magnétisme animal, Paris, (...)
  • 12 Virey J.-J., « Imagination », dans Dictionnaire des sciences médicales, Paris, Panckouke, 1818, vo (...)
  • 13 Ibid., p. 51-52.
  • 14 Ibid., p. 62.

12Que se passe-t-il qui puisse provoquer la crise qui rétablirait la bonne circulation des fluides dans le corps malade et le guérirait ? Est-ce de l’ordre de l’imagination au sens où on l’entend en cette fin du XVIIIe siècle, ou existe-t-il un rapport physique de la machine au patient qui transformerait sa physiologie au point de rétablir sa santé ? Les deux hypothèses sont proposées à cette époque, et à l’aune des connaissances médicales. Cependant, dire qu’il s’agit d’imagination, ce n’est en aucun cas penser en terme de psychologie, c’est bien plutôt affirmer que le procédé est charlatanesque… puisque c’est nier l’existence du fluide, ce que feront les commissions formées en 1784. En effet, depuis l’arrivée de Mesmer à Paris en 1778, des médecins parisiens se disaient inquiets des pratiques incongrues pratiquées par ce Viennois en son hôtel parisien. Louis xvi, alerté par ces plaintes, fit convoquer deux commissions, l’une mixte formée par la Faculté de médecine et l’Académie royale des sciences et l’autre par la Société royale de médecine, afin d’enquêter précisément sur l’existence du fluide magnétique. En 1784, la première commission observa, expérimenta et finit par conclure à l’inexistence du fluide en expliquant que les effets produits, à savoir convulsions et crises, étaient dus à l’imitation, à l’imagination ou à l’attouchement. Laurent de Jussieu se dissocia de ses collègues et publia son propre rapport reconnaissant dans les effets du magnétisme, la possible action d’une « chaleur animale ». À ces conclusions enfin, un rapport secret de la première commission fut envoyé au roi dénonçant le danger moral de la mixité et de la promiscuité liée aux pratiques magnétiques, en particulier pour les femmes11. Le magnétisme était donc dénoncé à la fois comme théorie physique et comme porteur d’immoralité. Si le fluide n’existait pas, les commissions soulignaient cependant l’importance de l’imagination à laquelle les médecins d’alors donnaient une place très forte. Le médecin Virey, rédigeant en 1818 l’article consacré à l’imagination dans le Dictionnaire des sciences médicales la présente comme responsable du génie comme de fureurs, un « gouvernail suprême de la machine humaine en maladie encore plus qu’en santé12 », capable d’opérer de vrais miracles mais aussi de graves maux. Il rappelle les effets de l’exorcisme, le pouvoir thaumaturge de rois ou de saints et… « les pilules de mie de pain », qu’on n’appelle pas encore placebo13. Il distingue cependant deux types d’imagination : celle, active, des poètes, créateurs, artistes et celle, passive, des femmes, des enfants, des vieillards qui parfois exalte et fait les martyrs. Constatant enfin qu’« aucun levier de l’économie n’étant plus puissant que l’imagination, il devient d’une souveraine importance d’apprendre à gouverner son activité et son énergie14 ». Comment ? Par l’étude, la culture des sciences et des lettres, la religion, la vie retirée, la bonté, la bonne conscience, le voyage, puisque si l’imagination est liée au système nerveux elle varie aussi en fonction des tempéraments, des climats, des saisons, des régimes et des habitudes.

  • 15 Ainsi Alexandre Bertrand en France, ou David Koreffet nombre de médecins et de philosophes du mond (...)
  • 16 Balzac donne cette conviction à certains de ses personnages et bien plus Louis Lambert, Séraphitus (...)

13Pourtant, il semble bien que Mesmer ait continué à croire à l’existence d’un fluide même si d’autres, en raison de la découverte, en 1784, du somnambulisme magnétique par le marquis de Puységur, commencent à penser différemment15. Cette croyance en un fluide est largement partagée et bien des hommes et parmi les plus savants, sont persuadés de l’existence de forces fluidiques, d’énergies universelles et invisibles, auxquelles l’électricité appartiendrait16.

Magnétisme, hydrothérapie et machines électriques

14Quelques décennies plus tard, Antoine Despine (1777-1852), médecindirecteur adjoint en 1817, puis directeur en 1830 des thermes royaux d’Aix en Savoie, pratique le magnétisme avec succès et croit, lui aussi, fermement à l’existence du fluide. S’il n’use pas du baquet, il se sert d’autres machines, véritablement électriques cette fois.

  • 17 Despine père, De l’emploi du magnétisme animal et des eaux minérales dans le traitement des maladi (...)

« Mesmer entourait sa découverte d’appareils que l’expérience a bientôt démontré n’être pas indispensables. Peut-être ce médecin allemand les jugeait-il nécessaires ; peut-être aussi, n’y avait-il recours que pour en imposer davantage à la multitude ; et ce n’est que dans cette dernière supposition qu’on peut légitimement l’entacher de charlatanisme17. »

  • 18 Virey J.-J., « Imagination »…, op. cit., p. 62.

15Il se réjouit que la pratique médicale du magnétisme réapparaisse, soutenue par les découvertes sur le « galvanisme, l’électricité et le cerveau, aidée de même de la connaissance que l’on a de l’influence des courants électromagnétiques sur la production des mouvements musculaires et de la sensibilité18 ». Il espère enfin que le fluide nerveux qui pour lui est confondu avec le fluide vital, pourra être mieux connu par l’expérimentation des machines et des instruments de physique. Il croit en effet à la réalité de ce fluide :

  • 19 Despine père, De l’emploi du magnétisme…, op. cit., p. xxxvi-xxxvii.

« Il faut nécessairement supposer que l’organe cérébral sécrète un fluide très subtil, qui échappe à nos investigations mécaniques et instrumentales ; il faut supposer aussi que le fluide s’en échappe pour aller se distribuer dans toute l’étendue du corps ; qu’il s’en perd une grande quantité par les points saillants de ce même corps, comme cela a lieu pour le fluide électrique, dans les pointes et les parties saillantes du conducteur ; que tout ce qui n’a pu s’échapper de ce fluide, revient de la périphérie au centre […]. Le surplus, venant se confondre dans le point central du système, destiné à cette sécrétion, avec le fluide de la même espèce qui y est nouvellement sécrété, il continue ainsi une perpétuelle circulation qui ne cesse qu’avec la vie. […] Mais comment s’exécute cette circulation ? Se fait-elle d’une seule et même manière ? Suit-elle uniquement les cordons nerveux et leurs innombrables fibrilles ? […] Ou bien, le fluide nerveux semblable au fluide électrique de notre atmosphère, attiré par la pointe du paratonnerre, et qui d’ordinaire en suit la chaîne conductrice jusqu’au réservoir commun ; mais qui souvent s’en écarte pour se jeter à droite, à gauche ou en zigzag, sur les corps à sa portée qui se trouvent avoir avec lui plus ou moins de sympathie d’élection ou d’affinité, le fluide, dis-je, tout en suivant les grandes voies de communication que lui tracent les gros troncs du système et leurs nombreux rameaux, ne ferait-il pas souvent des sauts, des bonds et des écarts imprévus, dont nos connaissances anatomiques actuelles ne sauraient rendre raison19 ? »

16Le fonctionnement de ce fluide nerveux, ou de cette électricité animale, présente donc des analogies avec celui de l’électricité artificielle. Despine partage cette croyance avec bien d’autres médecins, souvent proches de la philosophie vitaliste de l’école de Montpellier, avec d’autres aussi, en particulier le médecin lyonnais Jacques Henri Désiré Petetin (1744-1808), qui est convaincu que la crise cataleptique est liée à une distribution déséquilibrée de l’électricité animale et qu’elle doit être soignée par l’électricité artificielle.

  • 20 Voir le site [http://brunelleschi.imss.fi.it/museum/esim.asp?c=500080].
  • 21 L’ensemble des explications concernant les machines électriques et des informations sur ces méthod (...)
  • 22 Mauduyt de La Varenne P., Mémoire sur les différentes manières d’administrer l’électricité, et obs (...)
  • 23 Ibid.

17Dans son établissement d’Aix, Antoine Despine utilise donc le magnétisme animal et l’électricité en complément des traitements hydrothérapiques classiques par douches et bains. Il électrise avec une machine électrique20, à laquelle divers accessoires peuvent être adjoints en fonction du soin désiré. Il use des trois méthodes résumées en 1784 par Pierre Mauduyt de la Varenne21. La première est le bain électrique. « Cette dénomination est fondée sur ce que la personne électrisée de cette manière est environnée d’une atmosphère de fluide électrique, qu’on a comparée au volume de l’eau dans laquelle est plongé un homme qui prend le bain22 », l’analogie avec le thermalisme est bien sûr évidente. Ce bain ne demande qu’une machine électrique et la disposition d’« une tige de métal polie, terminée par deux boules23 » pour relier le malade au conducteur de la machine. Le propre du bain électrique est de traiter l’ensemble du corps, pour cette raison, il est, semble-t-il, peu utilisé dans les thermes où les maux des malades sont précisément localisés.

18La seconde méthode est l’électrisation par étincelles. Elle permet grâce à l’ajout de tiges et de chaînes à la machine électrique, une application à la fois localisée et graduée dans la puissance émise.

19Enfin, la dernière des méthodes traditionnelles est la commotion, décharge électrique qui peut être violente et qui est produite par la bouteille de Leyde dont le bouchon est traversé par un fil de laiton qui plonge dans la limaille déposée dans le fond et qui est terminé par une boule. Une chaîne de laiton ou de fil fer est attachée à la doublure d’étain qui couvre l’extérieur de la bouteille, qui doit être en contact avec le sol lorsqu’on charge la bouteille, puis qui sert à envoyer les commotions dans les différentes parties du corps à traiter. Pour charger la machine, on met en contact le fil de laiton qui sort de la bouteille avec la machine électrique.

20Décrivant ces deux dernières méthodes thérapeutiques données à Estelle, l’une de ses petites malades, Despine note :

  • 24 Despine père, De l’emploi du magnétisme…, op. cit., p. 16 et p. 26.

« Le 15 septembre (1836), nous commençâmes à employer l’électricité en addition au traitement par les eaux. […] L’électrisation avait lieu, ou le matin avant la douche, ou le soir avant ou après la promenade. Elle durait ordinairement une vingtaine de minutes, dont dix étaient consacrées à l’électrisation par étincelles et le reste en décharges de la bouteille de Leyde ou chocs électriques. Nous faisions communément une centaine de décharges à 2, 3, 4, 5 et même six tours d’un plateau de glace de Paris, ayant deux lignes d’épaisseur, et trente pouces de diamètre. Estelle se soumettait à cette rude épreuve avec courage et résignation. Les commotions n’avaient jamais lieu que d’un pied à l’autre, et par conséquent dans le seul sens du cercle d’action vitale des extrémités inférieures24. »

  • 25 Pour voir ces machines : [http://brunelleschi.imss.fi.it/museum/esim.asp?c=500080].

21Bouteille de Leyde et machine électrique sont donc utilisées conjointement. La seconde lorsqu’elle n’est pas reliée à la première produit des étincelles qui proviennent du plateau de verre qui tourne lié à un excitateur métallique qui, approché du patient, se décharge25. Lorsque machine et bouteille fonctionnent ensemble, on obtient les chocs, décharges ou « commotions » électriques beaucoup plus fortes. Il est donc impérativement nécessaire de mesurer cette puissance. La roue de la machine étant actionnée par une manivelle, le nombre de tours de roue détermine la quantité d’électricité produite et éventuellement stockée dans la bouteille et donc la puissance de la décharge. En fonction de la décharge obtenue, Despine augmente ou réduit donc le nombre de tours donnés au plateau.

22Enfin, dans la commotion électrique, le parcours imposé à l’électricité dans le corps est lui aussi essentiel pour le traitement : il se fait ici d’un pied à l’autre c’est à dire que l’électricité fait un trajet qui passe d’un pied à l’autre par les deux jambes et le bassin, ce que Despine appelle le « cercle d’action vitale des extrémités inférieures ».

  • 26 Despine père, De l’emploi du magnétisme…, op. cit. p. 26.
  • 27 Ces lettres de J. Lüdert se trouvent aux Archives départementales de Haute Savoir, Annecy, Fonds A (...)

23Ces deux dernières méthodes thérapeutiques sont données en 1836 à Estelle, l’une des petites malades. Chaque séance durait ordinairement une vingtaine de minutes, dont dix étaient consacrées à l’électrisation par étincelles. Le reste consistait en décharges de la bouteille de Leyde avec une centaine de décharges avec une puissance souvent forte, mesurée par les tours du plateau de verre de la machine. Ces chocs électriques, lorsqu’ils proviennent de la bouteille de Leyde peuvent donc être douloureux, bien plus que les étincelles, mais « Estelle se soumettait à cette rude épreuve avec courage et résignation26 ». Une autre des patientes de Despine, Joséphine Lüdert, décrivant ce dernier traitement plus léger27, semble pourtant n’en retirer que du bien-être.

  • 28 Despine père, De l’emploi du magnétisme…, op. cit., p. 64.
  • 29 On trouve dans la bibliothèque personnelle d’Antoine Despine à Saint Innocent en Savoie où se trou (...)

24De plus, les métaux prennent une extrême importance dans tous ces traitements des maladies nerveuses : « L’or pur est pour Estelle un véritable levier, avec lequel elle pourrait soulever le monde. […] La juxta-position [sic] de deux métaux ou leur soudure ensemble, suffisent pour produire chez Estelle des phénomènes électro-galvaniques très sensibles28. » Despine considère en effet comme tous ces médecins magnétiseurs que le galvanisme29 ou ce qu’il appelle aussi « l’électricité métallique » a des effets bénéfiques sur ses patientes. Pour deux d’entre elles, il confectionne un ensemble fait de :

« quatre-vingts disques (cuivre et zinc) chaque disque reposant d’un tiers sur le disque voisin, etc., etc. Si je faisais placer, explique-t-il, les doigts indicateurs de l’une des mains de ma malade, pendant qu’elle était en crise, sur le premier ou sur le dernier disque de la série, et si ensuite je lui faisais toucher le disque terminant la chaîne avec l’index de l’autre main : à l’instant même du contact, la malade accusait la sensation d’une forte commotion électrique, d’une main à l’autre et au travers du corps.

  • 30 Despine père, De l’emploi du magnétisme…, op. cit., p 128.

[…] Je fis alors une autre expérience qui vint confirmer celle-là. Je pris une bouteille de Leyde, j’en plaçai l’armure extérieure sur un des bouts de la chaîne métallique dont je viens de parler et, avec le bouton de la bouteille, je frappai l’autre bout de la chaîne, dans l’intention d’expérimenter s’il me serait possible de charger la bouteille de cette manière et suffisamment pour obtenir une commotion sensible. Ce que j’avais soupçonné se vérifia […] mais j’obtins une telle secousse, que jamais me dirent mes malades, elles n’en avaient éprouvé de semblables30. »

  • 31 Ibid., p. 167.

25Parfois, Despine doit laisser le patient agir lui-même puisqu’il pense que « philosophiquement parlant, rien ne répugne à croire que le corps vivant ne puisse devenir un appareil galvano-électrique dans certains états maladifs de l’homme31 ». Dans ces cas le corps se comporte comme s’il était composé de matériaux dissemblables et le malade peut, par lui-même et exceptionnellement, agir magnétiquement sur lui pour rétablir l’harmonie, se comportant comme une sorte de machine. Il faudrait, estime Despine, pouvoir trouver des instruments capables de saisir les nuances de l’électricité dont notre corps et ses diverses parties sont imprégnés. Plus encore qu’un appareil galvano-électrique, il va même jusqu’à comparer la tête humaine à une bouteille de Leyde, expliquant ainsi les névralgies et les violentes migraines. En effet, lorsque les deux armures de la bouteille sont en équilibre électrique, il n’y a aucune commotion produite. Lorsqu’une névralgie apparaît, quelque chose cause la douleur, qui serait de l’ordre de la tension plutôt que de l’inflammation. Ce quelque chose fuit devant l’action électrique qui laisse au malade la sensation d’une chose qui est entrée dans sa tête, ce qui, pour Despine implique qu’il existait « une surcharge de ce quelque chose ».

  • 32 Ibid, p. 273-274.

« Cette surcharge était toute en dehors du crâne. Dans mon hypothèse, conclut le médecin, le cuir chevelu serait l’armure de cette bouteille de Leyde animal vivante ; les méninges constitueraient l’armure intérieure et le cerveau serait l’organe générateur de ce fluide animal si subtil qu’il ne peut tomber sous nos sens, et sur lequel agit, d’une manière si marquée le fluide électrique. Aussitôt que l’équilibre a été rendu par la fusion de ce qui était, sans doute, de trop en dehors, dans ce qui était en trop petite proportion en dedans, la névralgie a cessé comme par enchantement32. »

26Despine use donc de l’ensemble des moyens dont il dispose techniquement, soit les étincelles légères, soit la lourde commotion. Le but étant de dissiper névralgie, paralysie, contracture et spasmes des membres.

  • 33 Ibid, p. 247.

« L’aigrette et quelques étincelles suffisaient ordinairement pour détruire la crispation des doigts, du poignet et des orteils, raconte-t-il ; et si le spasme ne cédait pas, une décharge de la bouteille de Leyde en faisait bientôt justice, et s’il se déplaçait, je parvenais bien vite à le dissiper complètement en le pourchassant de poste en poste avec ma batterie électrique33. »

  • 34 Ibid, p. 141.
  • 35 Ibid, p. 87.

27Dans les paralysies, le résultat est souvent spectaculaire, « Aussitôt que le fluide nerveux a repris son cours et sa distribution ordinaire, tout reprend aussi son état normal dans l’économie ; ce qui a lieu à l’instant même et se perd de même instantanément, si quelque chose vient à déranger de nouveau, et le cours et la distribution de ce même fluide34. » Pour les névralgies, l’électricité soulage ou même guérit en corrigeant aussi la mauvaise distribution du fluide nerveux, ou en empêchant son accumulation anormale sur un point du corps au détriment des autres. Il s’agit bien de pallier la cause de la maladie, à savoir « un défaut de circulation ou de répartition du fluide nerveux dans les différentes régions du corps35 ».

28Ces traitements par machines électriques, tout comme le baquet de Mesmer, doivent être pensés, me semble-t-il, dans un environnement global. Despine est ainsi très attentif à l’état atmosphérique qui, estime-t-il, a des conséquences graves sur ses patients. Estelle tombe ainsi en catalepsie quand le temps se met à l’orage, et y demeure jusqu’à ce que l’orage éclate. Le médecin a tout autant le souci de ce qui entoure et de ce que voit le malade : la soie, un chat, de la pelleterie, un chien canard ou à long poil, brûlent, enraidissent et peuvent mettre Estelle en crise. Les couleurs rouges et violettes la fatiguent par leur seule présence.

  • 36 Ibid, note, p. 116.

29Il est aussi nécessaire de faire jouer l’ensemble des influences, et comme dans le baquet, il est possible d’additionner les fluides de différentes personnes : « Faire la chaîne dans le langage électro-magnétique, c’est se donner la main l’un à l’autre. Plus il y avait de monde à la chaîne au bout de laquelle se trouvait Estelle, plus elle disait en acquérir de forces, chaque personne sans doute y fournissait une quote-part36. »

30Peu à peu cependant, avec le développement de l’hôpital moderne, celui de l’âge clinique, le malade est à la fois isolé dans son lit et placé aux côtés d’autres dans une salle commune. Les machines qui le soignent ne sont plus alors amenées à lui mais lui déplacé vers elles.

Les machines électriques thérapeutiques prennent leur autonomie

  • 37 Un courant induit résulte de la variation d’un flux électromagnétique inducteur au travers d’un ci (...)
  • 38 Électricité d’induction que Duchenne de Boulogne nomme « faradisation » est la production ou la tr (...)
  • 39 Duchenne de Boulogne, De l’électrisation localisée et de son application à la pathologie et à la t (...)
  • 40 Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, Feuilleton no 49, 1881, p. 781.
  • 41 Mais il faut attendre la deuxième moitié du XXe siècle pour que la « théorie du neurone » l’emport (...)

31Cette évolution est ponctuée de nouvelles découvertes scientifiques et techniques. En 1831, celles de Michael Faraday (1791-1867) permettent de construire des machines à courant induit, faciles à manier car donnant des effets gradués37. Le médecin Duchenne de Boulogne (1806-1875) met en pratique, dans de multiples expériences, ce type d’électricité qu’il nomme faradisation38 ainsi que la galvanisation qu’il remet à la mode39. Cette pratique n’ayant, cependant jamais été abandonnée puisqu’on l’utilisait à l’hôpital de la Charité dans les services de Rayer en 1830 et dans ceux d’Andral en 183640. Dans cette électrisation localisée, le courant traverse la peau passant d’une électrode à une autre et localisant son action sur les nerfs et muscles sous-jacents. Dès les années 1860, en mobilisant les muscles du visage, Duchenne explore ainsi les émotions humaines qu’il photographie mais ses travaux permettent aussi d’affiner le traitement des maladies nerveuses dont seuls les symptômes commencent à être mieux répertoriés. En effet, même si en 1865, dans un mémoire posthume du médecin allemand Otto Friedrich Karl Deiters (1834-1862), le premier schéma morphologique complet d’une cellule nerveuse avec son corps cellulaire, ses dendrites et son axone avait été dessiné41, on ne sait pas encore précisément comment les nerfs se connectent entre eux et de quelle nature est l’influx nerveux qu’ils transmettent. L’électricité fournie par ces machines a donc toujours pour rôle de faire réagir les muscles et les nerfs et d’en rétablir éventuellement la motricité ou la souplesse, mais le choc est dorénavant vraiment pris pour lui-même, pour ses effets physiologiques et éventuellement pour pratiquer un diagnostic.

  • 42 Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, 1881, no 49, p. 788. Je remercie Véronique Lerou (...)

32Les traitements par l’électricité sont ainsi largement utilisés par Jean-Martin Charcot à La Salpêtrière, En 1875, le neurologue fait organiser par le médecin Romain Vigouroux un service d’électrothérapie et il se sert largement des thérapeutiques par électricité statique qui avaient pourtant été abandonnées, il estime en effet que bains, aigrettes et décharges agissent mieux que la faradisation et la galvanisation42 que toutefois il continue d’utiliser ainsi que la métallothérapie. Ainsi, sur une gouache du peintre Daniel Vierge, on voit l’examen d’une malade dans ce service et une femme/aide-soignante qui applique un excitateur sur le dos dénudé de cette patiente qui paraît souffrir, tandis que Vigouroux est assis devant sa table d’électrodiagnostic qu’il avait inventé et l’observe. Vierge avait été traité ainsi comme des milliers d’autres en quelques années car le traitement était très prisé. Ainsi, en 1887, Le Monde Illustré du 14 août propose une illustration de ce même service :

  • 43 Cité dans La Leçon de Charcot. Voyage dans une toile. Catalogue de l’Exposition organisée au musée (...)

« Une salle entre deux rangées de gradins sur lesquels s’assoient par fournées les arrivantes ; à l’un des bouts de la pièce, à côté de la petite table où se tient le Dr Vigouroux, sont deux machines électriques qui marchent en permanence : un interne ayant des bâtons magnétiques [sic] pourvu d’une chaîne qui traîne par terre, passe entre les gradins et décharge sur chaque malade des étincelles, celui-ci les reçoit sur la tête, celui-là sur le dos, un autre à la cuisse. Diabète, rhumatisme, paralysie, n’importe quelle affection vient se faire soigner là43. »

Fig. 2. – Les générateurs d’électricité employés à La Salpêtrière par Jean Martin Charcot sont des appareils Carré au nombre de quatre. Ils sont actionnés par un moteur à gaz et permettent de soumettre simultanément quatre malades aux décharges électriques. [http://www.sparkmuseum.com/​friction.htm].

Fig. 2. – Les générateurs d’électricité employés à La Salpêtrière par Jean Martin Charcot sont des appareils Carré au nombre de quatre. Ils sont actionnés par un moteur à gaz et permettent de soumettre simultanément quatre malades aux décharges électriques. [http://www.sparkmuseum.com/​friction.htm].
  • 44 Dans cette machine, « le corps influent est un disque en ébonite dont l’état électrique est entret (...)

33Les machines du service (deux puis quatre) sont les filles de celles du XVIIIe. Il s’agit de « machines de Carré44 », qui sont les plus fréquentes en France.

  • 45 Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, 1881, Feuilleton des no 44, p. 701, no 47, p. 74 (...)

« Les générateurs d’électricité employés à La Salpêtrière sont des appareils Carré […]. On connaît la valeur et la puissance de ces appareils dus au génie de M. F. Carré […]. Ces appareils au nombre de quatre, sont actionnés par un moteur à gaz. […] On peut donc au moyen des quatre machines Carré, soumettre simultanément quatre malades aux décharges électriques. […] Les excitateurs employés au laboratoire de La Salpêtrière sont à pointe ou à boule : avec les premiers on obtient des décharges en aigrettes ; avec les seconds, des décharges en forme d’étincelles. Les nombreux succès cliniques que M. le professeur Charcot a obtenus par l’emploi de l’électricité statique suffisent pour convaincre les incrédules et démontrer son efficacité dans certaines formes morbides45. »

  • 46 CHARCOT, « 2ème leçon sur les atrophies musculaires », Leçons sur les maladies du système nerveux (...)
  • 47 Manuscrits Charcot, MA VIII 12 Paq 2 (1), Résumé des expériences entreprises jusqu’à ce jour, 20 j (...)

34Ainsi, Charcot dans une de ses leçons sur les atrophies musculaires explique : « Il s’agit d’une lésion spinale dynamique, sans modification profonde autant qu’on sache et l’on peut sans crainte insister sur le traitement électrique […]. L’étincelle électrique paraît déjà avoir joué un rôle remarquable en ramenant l’excitabilité là où la faradisation et la galvanisation restaient sans effet46. » Charcot traite cependant aussi ses malades, en particulier les hystériques par le galvanisme, – la galvanisation céphalique d’un côté du crâne. Il est alors, semble-t-il, plus dans une posture de recherche que de soins. En janvier 1882, il note les effets sur dix sujets et estime ne pouvoir donner des conclusions claires tant les résultats sont contradictoires47. La machine commence donc à perdre sa fonction de machine à guérir globalement pour devenir un moyen de diagnostiquer une maladie et éventuellement la traiter.

Conclusion

35On peut donc dire en conclusion que si baquet et premières machines électriques posèrent une première mise à distance entre médecin et malade, ces premiers intermédiaires mécaniques étaient encore des sortes de bras mécaniques du médecin utilisés dans un environnement construit et contrôlé. Peu à peu, avec le développement de l’approche clinique, celui de la science et celui de la technique, ces caractéristiques disparaissent. La machine fonctionne de plus en plus souvent seule ou avec des assistants, et la présence du médecin étant moins nécessaire. Il faut cependant attendre le XXe siècle pour que le corps du malade soit seul pris en charge par la machine, des aides la faisant fonctionner et livrant les résultats à l’analyse du médecin.

Notes

1 Voir Darnton R., La fin des Lumières, Le mesmérisme et la Révolution, Paris, Perrin, 1984 ; Ellenberger H.-F., À la découverte de l’inconscient. Histoire de la psychiatrie dynamique, Paris, SIMEP, 1974.

2 Larousse en 18 volumes.

3 Paris, Didot, 1779.

4 Cité dans le parcours pédagogique créé par Christine Blondel et Bertrand Wolff : [http://www.ampere.cnrs.fr/parcourspedagogique/zoom/18e/bouteilleleyde/]

5 Ellenberger H.-F., op. cit., p. 93.

6 Sir William Ramsey, The Life and Letters of Joseph Black, Londres, Constable and Co., 1918, p. 84-85, cité par Ellenberger H. F., op. cit., p. 94.

7 Rausky F., Mesmer ou la révolution thérapeutique, Paris, Payot, 1977, p. 67.

8 Correspondance de M. M **** sur les nouvelles découvertes du baquet octogone de l’homme baquet et du baquet moral pouvant servir de suite aux aphorismes, recueillie et publiée par MM de F***, J*** et B***, Paris, Chez les marchands de nouveauté, 1785, p. 18.

9 Correspondance de M. M ****, Sur les nouvelles découvertes du baquet octogone, op. cit., p. 20.

10 L’harmonica de verre est formé d’un nombre variable (généralement entre 20 et 54) de bols en cristal, en verre ou en quartz, soufflés par un maître-verrier. Le modèle de concert courant compte 37 bols (trois octaves). Leurs diamètres déterminent la fréquence (la hauteur de la note). Un bouchon en liège percé est placé en leurs fonds. Ils sont enfilés sur un axe métallique, emboîtés les uns dans les autres, sans se toucher, chromatiquement. Mis en rotation à l’aide d’une pédale ou d’un petit moteur électrique, l’interprète en frotte les rebords avec ses doigts mouillés pour les faire « chanter ». Mozart dédiera en mai 1791 sa dernière oeuvre de musique de chambre, Adagio et Rondo KV 617, à l’harmonica accompagné de la flûte, du hautbois, de l’alto et du violoncelle.

11 Bailly J.-S. Rapport des commissaires chargés par le roi de l’examen du magnétisme animal, Paris, Moutard, 1784 ; Rapport des commissaires de la Société royale de médecine, nommés par le roi pour faire l’examen du magnétisme animal, Paris, Impr. royale, 1784. Voir Darnton R., La fin des Lumièress…, op. cit., p. 63-69 ; Rausky F., Mesmer ou la révolution thérapeutique…, op. cit., p. 123-149.

12 Virey J.-J., « Imagination », dans Dictionnaire des sciences médicales, Paris, Panckouke, 1818, vol. 24, p. 17.

13 Ibid., p. 51-52.

14 Ibid., p. 62.

15 Ainsi Alexandre Bertrand en France, ou David Koreffet nombre de médecins et de philosophes du monde romantique allemand et de la conception de la Naturphilosophie.

16 Balzac donne cette conviction à certains de ses personnages et bien plus Louis Lambert, Séraphitus, Séraphita ou encore Ursule Mirouët sont convaincus que les sentiments peuvent devenir des fluides et se transporter d’un être à l’autre.

17 Despine père, De l’emploi du magnétisme animal et des eaux minérales dans le traitement des maladies nerveuses, Paris, Germer, Baillière, 1840, p. i-lv.

18 Virey J.-J., « Imagination »…, op. cit., p. 62.

19 Despine père, De l’emploi du magnétisme…, op. cit., p. xxxvi-xxxvii.

20 Voir le site [http://brunelleschi.imss.fi.it/museum/esim.asp?c=500080].

21 L’ensemble des explications concernant les machines électriques et des informations sur ces méthodes et les citations de Mauduyt m’ont été communiquées par François Zanetti qui termine une thèse sur l’électrothérapie médicale et que je remercie pour son aide précieuse.

22 Mauduyt de La Varenne P., Mémoire sur les différentes manières d’administrer l’électricité, et observations sur les effets qu’elles ont produit, Paris, Imprimerie royale, 1784, p. 6.

23 Ibid.

24 Despine père, De l’emploi du magnétisme…, op. cit., p. 16 et p. 26.

25 Pour voir ces machines : [http://brunelleschi.imss.fi.it/museum/esim.asp?c=500080].

26 Despine père, De l’emploi du magnétisme…, op. cit. p. 26.

27 Ces lettres de J. Lüdert se trouvent aux Archives départementales de Haute Savoir, Annecy, Fonds Aussedat-Despine, 45 J 90. Il s’agit d’un carnet daté du 1er octobre 1845 au 1er avril 1846, complété par une feuille datée du 20 avril 1846 au 1er mai 1846. Voir Carroy J., « Votre toute dévouée et reconnaissante cataleptique », Savoirs occultés : du magnétisme à l’hypnose, Revue d’histoire du XIXe siècle, (dir.) Edelman N., no 38, 2009/1, p. 79-100.

28 Despine père, De l’emploi du magnétisme…, op. cit., p. 64.

29 On trouve dans la bibliothèque personnelle d’Antoine Despine à Saint Innocent en Savoie où se trouve sa maison. Izarn J., Le Manuel du galvanisme, ou Description et usage des divers appareils galvaniques employés jusqu’à ce jour, tant pour les recherches physiques et chimiques que pour les applications médicales. Paris, Levrault, Schoell, 1805.

30 Despine père, De l’emploi du magnétisme…, op. cit., p 128.

31 Ibid., p. 167.

32 Ibid, p. 273-274.

33 Ibid, p. 247.

34 Ibid, p. 141.

35 Ibid, p. 87.

36 Ibid, note, p. 116.

37 Un courant induit résulte de la variation d’un flux électromagnétique inducteur au travers d’un circuit fermé appelé induit.

38 Électricité d’induction que Duchenne de Boulogne nomme « faradisation » est la production ou la transmission d’électricité statique sous l’influence d’un aimant.

39 Duchenne de Boulogne, De l’électrisation localisée et de son application à la pathologie et à la thérapeutique par courants induits et par courants galvaniques interrompus et continu, Paris, Baillière, [1855, 1861] 1872. Galvanisation : action d’un courant continu de basse tension sur un tissu vivant, s’effectue au moyen de piles et permet une sorte d’électrolyse des tissus à l’aide de deux électrodes placées sur le corps à des endroits choisis

40 Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, Feuilleton no 49, 1881, p. 781.

41 Mais il faut attendre la deuxième moitié du XXe siècle pour que la « théorie du neurone » l’emporte, à savoir que chaque cellule nerveuse est indépendante, les neurones ne font que s’articuler entre eux sans continuité cytoplasmique.

42 Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, 1881, no 49, p. 788. Je remercie Véronique Leroux-Hugon, conservateur de la bibliothèque Charcot, pour son aide toujours efficace et amicale.

43 Cité dans La Leçon de Charcot. Voyage dans une toile. Catalogue de l’Exposition organisée au musée de l’Assistance publique, septembre-décembre 1986, p. 90.

44 Dans cette machine, « le corps influent est un disque en ébonite dont l’état électrique est entretenu par un frottement continu. La machine Carré est peu fragile, elle se charge d’elle-même, donne beaucoup d’électricité et de longues étincelles [(…]). Avec un modèle Carré moyen, on a dans des conditions très favorables, des étincelles de 20 à 22 cm et des étincelles de 16 à 18 cm dans des conditions ordinaires. » dans Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, 1884, p. 285. Il s’agit d’une machine à influence. Elle se compose de deux plateaux disposés l’un en-dessous de l’autre autour d’axes horizontaux, qui tournent à des vitesses différentes par l’intermédiaire d’un multiplicateur constitué par un jeu de poulies. Le plateau inférieur est en verre et frotte contre deux coussins de cuir recouverts de poudre d’or qui l’électrisent. Le plateau supérieur, plus grand, est en ébonite et tourne en sens inverse du plateau de verre, beaucoup plus rapidement que celui-ci. Les deux disques sont distants l’un de l’autre d’un espace faisant environ un millimètre. Il se recouvrent mutuellement sur approximativement un quart de leur surface. Deux peignes constitués de tiges de laiton garnies de pointes acérées récupèrent les charges électriques. En frottant contre les coussins, le plateau de verre se charge positivement. Il agit alors par influence au travers du plateau d’ébonite sur le peigne inférieur, repoussant l’électricité positive sur ce peigne et sur la tringlerie métallique qui lui est reliée. L’électricité négative soutirée du peigne se reporte ainsi sur le disque d’ébonite qui induit le peigne supérieur diamétralement opposé, lequel reporte alors ces charges sur le cylindre collecteur qui se charge négativement. On obtient une série d’étincelles entre le collecteur et l’éclateur.

45 Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, 1881, Feuilleton des no 44, p. 701, no 47, p. 749, no 49, p. 781.

46 CHARCOT, « 2ème leçon sur les atrophies musculaires », Leçons sur les maladies du système nerveux faites à La Salpêtrière, t. III, Paris, Elibron classique, p. 33-34.

47 Manuscrits Charcot, MA VIII 12 Paq 2 (1), Résumé des expériences entreprises jusqu’à ce jour, 20 janvier 1882, p. 5

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Le baquet est une véritable invention de Mesmer, une machine à but thérapeutique autour de laquelle s’installent les patients. Son principe se fonde sur les certitudes scientifiques de son inventeur. [http://www.cabinetmagazine.org/​issues/​21/​turner.php].
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109272/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Fig. 2. – Les générateurs d’électricité employés à La Salpêtrière par Jean Martin Charcot sont des appareils Carré au nombre de quatre. Ils sont actionnés par un moteur à gaz et permettent de soumettre simultanément quatre malades aux décharges électriques. [http://www.sparkmuseum.com/​friction.htm].
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/109272/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540