Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps et machines à l'âge industriel

 | 
Laurence Guignard
, 
Pascal Raggi
, 
Étienne Thévenin

Introduction

Laurence Guignard

Texte intégral

  • 1 Perrot M., « Le corps a son histoire », L’Histoire, 8, 1979 ; Corbin A., Courtine J., Vigarello G. (...)
  • 2 Nous renvoyons à des premiers travaux de synthèse : Rosental P.-A. (dir.), « Les maladies professi (...)

1L’objet de cet ouvrage, Corps et machines à l’âge industriel, se situe au contact de deux « étendues » : celle des nouveaux objets mécaniques qui, à partir du XIXe siècle, révolutionnent les sociétés occidentales – les machines – et celle des corps de leurs utilisateurs. Il propose aussi le rapprochement de deux historiographies jeunes. D’une part, le vaste ensemble de travaux initiés par la Nouvelle histoire, d’abord dirigés vers l’histoire de la sexualité, de la médecine ou de la mort, qui ont mis en évidence l’importance des transformations historiques des rapports au corps et des cultures somatiques1 : un corps qui, à partir du XIXe siècle, est mieux connu, mieux compris et mieux soigné, qui devient également le siège d’une identité de plus en plus individualisée. Il est l’objet d’un nouveau souci de soi, partie prenante de l’irruption d’une culture des apparences et de sensibilités nouvelles, dont l’intolérance croissante à l’égard des violences corporelles est une manifestation essentielle. Le contact des corps avec les forces mécaniques y rencontre une limite. La question de l’industrialisation a d’autre part été récemment reconsidérée par des historiens attentifs aux gestes et à la santé des ouvriers2, là où les machines s’imposent avec le plus d’évidence, dans le contexte de la manufacture puis de l’usine.

  • 3 Mauss M., « Les techniques du corps », Journal de psychologie, 3-4, 1936.

2Ces recherches puisent aux « techniques du corps », définies en 1936 par Marcel Mauss comme « les façons dont les hommes, d’une façon traditionnelle, savent efficacement se servir de leur corps », résultats de « montages physio-psycho-sociologiques de séries d’actes3 ». Ce premier jalon fait une place aux outils, tout au plus aux instruments, mais non aux machines. La mécanisation qui s’amorce au début du XIXe siècle marque pourtant une rupture dans l’histoire de cette culture des gestes, par l’irruption de nouvelles formes d’efficacité. Le projet du présent recueil suggère ainsi d’inclure dans l’anthropologie du corps ces objets qui les entourent et interagissent avec eux.

  • 4 Lalande A., « machine », Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Paris, PUF, 2010.
  • 5 La date est traditionnellement fixée à 1769.

3Les machines sont classiquement définies comme « des constructions destinées à transformer l’énergie naturelle pour en réinvestir l’usage4 », par des procédés mécaniques artificiels : engrenage, cardan, différentiel, parallélogramme, arbre, courroie, chaîne, crémaillère, bielle et manivelle, came etc. (Vincent Borella). Ce modèle ancien est profondément renouvelé par l’invention de la machine à vapeur5 qui apporte une puissance énergétique inédite à la force musculaire. Deux caractéristiques fondamentales s’ajoutent à cette première définition : l’automatisme et la régulation, c’est-à-dire le contrôle par les machines elles-mêmes de leur propre mécanisme. Elles sont ainsi dotées d’une autonomie de fonctionnement rendant possible la reproduction des mouvements en série. Les machines se multiplient avec une sophistication croissante, au gré des révolutions technologiques que sont l’invention du moteur à explosion (1862), puis du moteur électrique (1887) et investissent le monde du travail, des transports, des loisirs, de la santé de même que l’espace domestique.

  • 6 Friedmann G., « L’homme et le milieu naturel : panorama d’un nouveau milieu », Annales d’histoire (...)

4Ce processus, on le sait, transforme profondément la production, réorganise les rapports sociaux mais crée aussi pour les corps, selon la formule de Georges Friedman, « un véritable nouveau milieu6 ». L’impact est immense : la taille des corps elle-même s’accroît au cours de la période, sans que l’on sache bien à quels facteurs principaux attribuer cette mutation (Laurent Heyberger). La connaissance, les formes et images du corps sont bouleversées par l’invention de nouveaux mécanismes de saisie : photographie (1839), phonographie (1877), cinématographie (1895), radiographie (1895), scanner (1970). Avec la découverte de la puissance mécanique, de la vitesse ou du bruit, s’ouvre tout un champ d’expériences corporelles, lieu d’apprentissages et de renouvellement des techniques du corps, qui modifient les bases des cultures somatiques.

5La question des rapports corps/machines entraîne la production de tout un ensemble d’observations qui cependant émergent lentement. Les hygiénistes ne s’intéressent ainsi pas au corps ouvrier avant les années 1860, tant les intérêts industriels et le credo machiniste dominent, jusque-là, la réflexion, usant des corps comme de simples « rouages de la mécanique » (Thomas Le Roux). Une science nouvelle découle de ces réflexions : l’ergonomie qui veut rationaliser l’usage des machines, mais aussi adapter les machines aux corps, et dont on constate la précocité en matière de labourage (Fabien Knittel). L’anthropologie et l’histoire du corps en sont très certainement aussi les héritières indirectes.

6Ce processus de « machinisation » va enfin de pair avec le développement d’appréciations à caractère moral sur les machines. Ces discours anciens défendent le plus souvent des positions univoques, que ce soit dans le sens de la valorisation du progrès, ou dans celui de la dénonciation de nouvelles aliénations. Les travaux que présente ce recueil dévoilent une réalité plus complexe car les machines investissent l’espace social en s’ajustant aux espaces corporels suivant des logiques propres, offrant fréquemment des remèdes nouveaux aux nuisances dont elles sont elles-mêmes la source.

7Ce champ immense, où l’exhaustivité était illusoire, imposait de privilégier certains domaines. Il en ressort une typologie nécessairement sommaire : machines de santé, machines de mort, machines de travail, machines de loisirs. Le monde de la santé et de la médecine, qui fait du corps son objet, est éclairé par des travaux historiques récents. Les textes montrent l’investissement des ressources mécaniques en faveur de ces « forces qui résistent à la mort ». Les formes en sont diverses : machines de soin usant des diverses formes de l’électricité, du baquet de Mesmer au service d’électrothérapie de Charcot, en passant par les machines régénérantes à courant doux destinées à soigner la neurasthénie, les machines d’expérimentation de la psychophysiologie, le monde des prothèses qui surgit notamment à la faveur de la Première guerre mondiale, ou les machines de bien-être comme le veedee brésilien, auxquelles il faudrait certainement adjoindre les machines médicales d’examen. Dans cet effort, le rapport corps/machines, que l’on a également voulu interroger avec des spécialistes praticiens (Pierre Rabischong, Paul Vert), est un lieu d’expérimentation et d’apprentissage dont les résultats sont ambivalents. Si les déceptions sont souvent à la mesure de l’espoir suscité par ces nouveaux moyens, les apports tiennent finalement surtout au constat de l’impossibilité de s’en tenir à un point de vue strictement technique et matériel. Que ce soit du côté des prothèses, à l’instar du médecin espagnol Manuel Bastos Ansart (Isabelle Renaudet), de la réadaptation sociale des accidentés en Lorraine (Étienne Thévenin), ou du côté des machines à guérir (Nicole Edelman) et de l’étude du psychisme (Alexandre Klein), les machines de santé produisent une image complexifiée du corps, en l’investissant d’une psychologie où interviennent des facteurs sociaux et culturels. Celles qui tentent d’atteindre l’âme aboutissent ainsi à la découverte du somnambulisme magnétique et au développement de l’hypnose, les prothèses réclament une prise en charge psychologique et sociale des malades confrontés au problème de la réinsertion, les machines de massage au Brésil mettent en jeu une construction culturelle qui affecte le corps des brésiliens d’une prétendue paresse congénitale (Denise Bernuzzi de Sant’Anna). Les machines électriques destinées à régénérer le corps épuisé à la fin du XIXe siècle apportent leur contribution à l’angoissante lutte contre la dégénérescence, mais mettent aussi en jeu le désir de revanche contre l’Allemagne ou les contraintes de la culture de la virilité (Nicolas Pitsos).

  • 7 Fournel cité par Anne Carol dans son texte p. 97.

8La lutte en faveur de la vie a son revers immédiat : les machines de mort qui éclairent les ambiguïtés de la société industrielle, car le cadavre, corps devenu matière, offre un point de rencontre très spécifique avec la machine, dont jaillissent l’angoisse et l’horreur. Les propositions de traitements mécaniques des morts, substituables aux cimetières (Anne Carol), autant que l’utilisation antisociale de la machine par des mains régicides ou anarchistes (Karine Salomé), ou que la mise en place d’une mort indolore à l’hôpital (Florence Ollivier) se heurtent alors à des résistances. C’est la mise en série et l’automatisation propres aux machines, « ce je-ne-sais-quoi de mathématique, de sec et de brutal qu’entraîne après soi l’emploi des machines7 », qui rencontre l’individualisation du cadavre incarnant désormais le souvenir du mort, et limite le recours au crématoire ou au chemin de fer. Les machines infernales produisent les mêmes effets d’inversion, brouillant les repères sociaux en détruisant des corps indifférenciés. Elles incarnent une nouvelle forme de violence politique impersonnelle, qui met en jeu les nouvelles cultures politiques puisqu’elles sont précisément dirigées contre un corps social démocratique incarné dans ces corps, morts sans gloire, « innocents » autant qu’anonymes.

  • 8 Perrot M., « Femmes et machines », Romantisme, 1983.
  • 9 Chabaud-Rychter D., Gardey D. (dir.), L’engendrement des choses. Des hommes, des femmes et des tec (...)

9Le monde du travail est bien sûr concerné au premier chef par la mécanisation. Sur ce point, l’historiographie est abondante. Le champ de la différenciation sexuelle, malheureusement peu abordé ici, y a été extrêmement fécond car il autorise la confrontation d’un double modèle de rapport aux machines. Michelle Perrot, dans un article pionnier8, évoque l’existence de rapports différenciés aux machines, vouant les femmes au métier à tisser, puis à la machine à coudre, puis la machine à écrire, au nom d’une prétendue nature féminine, de la finesse des doigts féminins, ou d’une aptitude particulière à travailler le mou des matériaux. L’attention portée à l’organisation du travail a permis de considérer la machine comme le support de statuts sociaux plus classiques, le travail requalifié, les fonctions de commandement et d’encadrement allant aux hommes et les fonctions d’auxiliaires allant aux femmes. Des travaux plus récents menés à partir du rapport aux techniques portent sur les processus de construction des identités féminines et masculines, « de sexuation des techniques et de construction du genre et du sexe par les techniques9 ».

  • 10 Mumford L., Technique et civilisation, [1934], Paris, Seuil, 1976.
  • 11 Jarrige F., Au temps des tueuses de bras : les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle 178 (...)

10L’histoire du corps ouvrier au travail a été récemment considérablement renouvelée. Loin de l’image idyllique offerte par Lewis Mumford qui rêvait d’ouvriers, « bergers de ces machines10 », la réalité humaine et sociale est fréquemment comprise comme une violence exercée par les moyens mécaniques sur les corps, sur le modèle de la discipline, ou, pour conserver la référence foucaldienne, comme la mise en place d’un biopouvoir rationalisant au plus près le travail des corps, dont l’immense corpus de publication des hygiénistes donne la mesure. La machine impose ses rythmes, dégrade le geste, réduit le coup de main et l’initiative individuelle du travailleur. La mécanisation s’est ainsi conjuguée, pour cette raison, de résistances aux machines11.

  • 12 Simondon G., Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier, 1958.

11La machine industrielle, surtout dans le cadre du gigantisme mécanique des mines de fer lorraines, est porteuse d’une fascination qui franchit parfois les frontières sociales et syndicales, jusqu’à un certain point seulement cependant : celui de la santé des ouvriers (Pascal Raggi). L’efficacité des machines réclame en effet l’adaptation des corps. Le rapport entre la matière mécanique et la matière corporelle est loin d’être exclusivement matériel et met en jeu des facteurs complexes qui dépassent le seul lieu de l’interaction. Entre la charrue sans avant-train de Mathieu de Dombasle qui soulage le corps du travailleur, et l’usine, on passe d’une logique d’instrument à une logique spécifique aux objets techniques pour lesquels la référence à Gilbert Simondon paraît s’imposer12. La grande usine est ainsi le lieu d’un processus d’intégration des machines qui tend à réduire l’individualité de ses divers éléments (machines, corps ouvriers, ateliers, usine), notamment par l’introduction de l’informatique industrielle, pour produire un corps hybride, inscrit lui-même dans le corps social. La mise en place et l’évolution des chaînes de production en résultent, mais là n’est peut-être pas l’essentiel. L’attention portée aux pathologies du travail éclaire la complexité des interactions qui met en jeu le mode d’organisation du travail, mais aussi, et surtout, le contexte socio-économique. Le concept de « main-d’œuvre à capacité restreinte » apparaît ainsi, dans les années 1990, comme un symptôme de la crise de la société industrielle (Nicolas Hatzfeld). Le terrain des chaînes d’industrie est éclairé également par l’utilisation des technologies d’imagerie numérique : l’utilisation d’un modèle 3D offre non seulement des possibilités de reconstitution des gestes ordinaires des ouvriers – très largement absents des sources – mais procure aussi un regard très novateur sur les sources iconographiques (images, photographies), en permettant de voir ce que cachent les représentations en deux dimensions, et donc de comprendre les choix qui ont présidé à leur saisie (Alain P. Michel).

12Les machines de loisir, dont la production est stimulée par la nouveauté plus que par l’utilité, constituent un territoire pionnier propice à l’expérimentation, à l’exploration de nouvelles sensations et de nouvelles formes de représentations corporelles. Elles apparaissent également comme appartenant aux catégories privilégiées, les plus soucieuses de leur corps. Il faut y distinguer les machines de transport, vélocipède ou avion, réservés dans la première époque de leur histoire à la classe de loisir. La « mécanisation de la locomotion humaine » permet l’adoucissement de l’effort, mais expose aussi à de nouveaux dangers que les médecins s’attachent très tôt à sérier. Les corps doivent s’adapter à ces engins en mouvement qui réclament un apprentissage des gestes, une éducation de l’œil et de l’appareil digestif. Si l’équitation offre une référence majeure pour appréhender la pratique du vélocipède (Philippe Gaboriau), avec l’avion, le bouleversement des repères spatio-temporels suscité par la vitesse et l’altitude, impose aux compagnies commerciales de favoriser le confort des passagers et d’« aménager la place physique de l’homme en plein ciel », de restituer des repères et des modèles de conduite, et, à terme, permet aux passagers de s’approprier l’avion (Jérémy Legroux).

13Les machines sont également des instruments de lecture de l’humain. Productrices d’images, elles permettent la création et la diffusion de nouvelles formes visuelles du corps qui s’éclairent par leur mise en contexte. Le succès du physionotrace pendant la Révolution française, autorisant la production en série d’un nouveau type de portraits, peut ainsi être considéré à la fois comme « l’outil d’une régénération politique de la nation », et comme la manifestation « d’une nouvelle culture visuelle démocratique » (Guillaume Mazeau). De même, le cinéma burlesque met en jeu tout un pan des théories médicales de la deuxième moitié du XIXe siècle : l’automatisme psychologique. La mise en scène récurrente de tics, grimaces, trépidations, marche saccadée renvoie aux maladies nerveuses et à la hantise de la dégénérescence. Le cinéma figure ainsi, par son image muette mise en mouvement, les dégradations multiples des comportements humains, suivant une thématique qui renvoie aussi au mécanisme de saisie cinématographique (Rae Beth Gordon).

14Les liens entre les machines et le plaisir sexuel, en ce cas assimilé à l’onanisme, affectent certaines activités d’une immoralité violemment répulsive. C’est ainsi la prétendue capacité des machines à coudre à susciter l’excitation sexuelle des ouvrières qui initie chez les hygiénistes la prise de conscience des risques industriels encourus par les corps ouvriers. Les débats sur le billard électrique, un siècle plus tard, offrent une autre facette de cette même question. L’expérience sensible se retourne alors contre l’expérimentateur, en l’occurrence la jeunesse que l’on suppose désœuvrée et déviante, assimilée aux blousons noirs. Les sources disqualifient l’adresse et les performances des joueurs dans une pratique conçue comme un anti-sport et un anti-jeu, et réduisent le flipper à une machine à sous de masse (Audrey Orillard).

  • 13 Shelley M., Frankenstein ou le Prométhée moderne, Paris, Corréard, 1821 ; Villiers de l’Isle A., L (...)
  • 14 Andrieu B., Devenir Hybride, Nancy 2008 ; Caiozzo A., Demartini A.-E. (dir.), Monstres et imaginai (...)
  • 15 Deleuze G., « Zola et la fêlure », Logiques du sens, Paris, Minuit, 1969.

15Ces apports sont autant d’ouvertures sur de nouvelles pistes. Les machines créent des images du corps, des expériences sensibles, des formes corporelles où auraient pu s’ajouter d’autres productions mécaniques. Celles qui relèvent de la représentation visuelle où de l’imagerie médicale, ou bien ce qui concerne la voix qui, avec le développement de l’enregistrement, de l’amplificateur sonore ou du téléphone, paraît gagner une autonomie nouvelle. Cette histoire qui s’esquisse suggère l’existence de formes variées et surtout graduées d’interactions, où vacillent les frontières corporelles classiques, et pose la question d’éventuels seuils de tolérance sur lesquels il est actuellement difficile de conclure. L’étude des représentations littéraires et du travail de l’imaginaire permet tout au plus d’entrevoir ces zones obscures. Pour les contemporains du XXIe siècle, la rencontre entre corps et machines évoque spontanément tout un monde de créatures fantastiques, chimères modernes, telles que le monstre du docteur Frankenstein de Mary Shelley, l’Andréide de Villiers de l’Isle Adam, le maschinenmensch de Fritz Lang, les robots de Karel Capek, HAL 9000 de Stanley Kubrick ou les cyborgs, organismes cybernétiques, popularisés dans les années 196013. Ces « machines vivantes » ne sont certes pas l’objet du livre. Elles donnent cependant la mesure et les scansions d’une chronologie des angoisses qui s’y voient nourries. L’humanité des corps y est menacée, ou au moins mise en question par des machines qui sont tout autant créatrices de vie que créatrices de monstres. Dans la nomenclature du monstrueux, ces créatures renvoient indéniablement à la figure de l’hybride14 dont la mécanique, lorsqu’elle s’imbrique avec le corps humain, produit des figures où s’exprime une humanité dégradée. Il n’est pas étonnant, dès lors, de voir émerger la référence plus traditionnelle à l’animal. Émile Zola offre, avec la bête humaine, une figure particulièrement riche et éclairante dans ses paradoxes car on ne sait pas, finalement, si cette bête désigne la locomotive, humanisée à l’instar des navires ou de la guillotine par l’attribution d’un prénom féminin, « la Lison », « être de métal » décrit comme un corps et doté d’une « personnalité », ou bien Jacques Lantier, le mécanicien « dégénéré », incapable de dissocier la violence du désir d’un délire homicide décrit comme « une grande fumée ». Dans le roman, la « fréquentation » de la mécanique apporte à Lantier un équilibre provisoire et canalise ses pulsions violentes. L’équilibre est rompu cependant lorsque le crime est commis. L’accident de l’engin sans pilote, devenu pour Gilles Deleuze le « symbole épique de l’instinct de mort15 », apparaît alors comme l’issue fatale, inévitable, du voyage.

Notes

1 Perrot M., « Le corps a son histoire », L’Histoire, 8, 1979 ; Corbin A., Courtine J., Vigarello G. (dir.), Histoire du corps, vol. 3, Paris, Seuil, 2006.

2 Nous renvoyons à des premiers travaux de synthèse : Rosental P.-A. (dir.), « Les maladies professionnelles, genèse d’une question sociale (XIXe-XXe siècles) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 56-1, 2009 ; Bruno A.-S., Gerkens E., Hatzfeld N., Omnes C. (dir.), Le travail et ses maux, représentations et pratiques, Rennes, PUR, 2011.

3 Mauss M., « Les techniques du corps », Journal de psychologie, 3-4, 1936.

4 Lalande A., « machine », Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Paris, PUF, 2010.

5 La date est traditionnellement fixée à 1769.

6 Friedmann G., « L’homme et le milieu naturel : panorama d’un nouveau milieu », Annales d’histoire sociale, vol. 8, no 2, 1945.

7 Fournel cité par Anne Carol dans son texte p. 97.

8 Perrot M., « Femmes et machines », Romantisme, 1983.

9 Chabaud-Rychter D., Gardey D. (dir.), L’engendrement des choses. Des hommes, des femmes et des techniques, Paris, Édition des Archives contemporaines, 2004.

10 Mumford L., Technique et civilisation, [1934], Paris, Seuil, 1976.

11 Jarrige F., Au temps des tueuses de bras : les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle 1780-1860, Rennes, PUR, 2009 ; Moriceau C., Les douleurs de l’industrie. Hygiénisme industriel en France 1860-1914, Paris, éditions de l’EHESS, 2009.

12 Simondon G., Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier, 1958.

13 Shelley M., Frankenstein ou le Prométhée moderne, Paris, Corréard, 1821 ; Villiers de l’Isle A., L’Ève future, Paris, 1886 ; Capek K., Rossum’s Universal Robots, 1923 ; Lang F., Métropolis, 1926 ; 2001, Kubrick S., 2001 L’Odyssée de l’espace, 1968.

14 Andrieu B., Devenir Hybride, Nancy 2008 ; Caiozzo A., Demartini A.-E. (dir.), Monstres et imaginaire social, Paris, Créaphis, 2008.

15 Deleuze G., « Zola et la fêlure », Logiques du sens, Paris, Minuit, 1969.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540