Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Corps et machines à l'âge industriel

 | 
Laurence Guignard
, 
Pascal Raggi
, 
Étienne Thévenin

Préface

Alain Corbin

Volltext

1L’analogie établie entre le corps et la machine possède son histoire. Le schème du corps-machine, imposé par Descartes et Malebranche, inspire les iatro-mécaniciens de l’âge classique. Il survit au XVIIIe siècle comme le montre ce grand texte de Bernardin de Saint-Pierre, en date de 1784 :

  • 1 Bernardin de Saint-Pierre J.-H., Études de la Nature, Presses universitaires de Saint-Étienne, [17 (...)

2« Pourrions-nous voir seulement au travers de notre peau le mécanisme de notre propre corps sans être saisi d’effroi ? Oserions-nous faire un seul mouvement, si nous voyions notre sang qui circule, nos nerfs qui tirent, nos poumons qui soufflent, nos humeurs qui filtrent, et tout l’assemblage incompréhensible de cordages, de tuyaux, de pompes, de liqueurs, de pivots qui soutiennent notre vie si fragile et si ambitieuse1 ».

  • 2 Vigarello G., Le corps redressé. Histoire d’un pouvoir pédagogique, Paris, Delarge, 1978.

3Les automates, tels ceux de Vaucanson, alors construits sur le modèle du corps humain, imitent ses fonctions. Le XIXe siècle n’abandonne pas, loin s’en faut, l’analogie. Georges Vigarello a montré la prégnance de l’image du corps, perçu comme une machine respiratoire2. Puis s’impose la représentation du corps comme moteur, comme réservoir d’énergie, dont les muscles constituent les rouages et qu’il convient d’entretenir afin d’en retarder l’usure. La seconde révolution industrielle fait concevoir le corps comme un appareil d’accumulation électrique, dont les nerfs constituent les fils. Aujourd’hui, la robotique tend à s’éloigner de la ressemblance formelle entre le corps et la machine, elle s’en tient à la seule analogie des fonctions.

4Certes, il s’imposerait de définir avec précision ce qui distingue l’outil et l’appareil de ce qui constitue la machine proprement dite. Cela n’est pas aisé. On comprendra, à la lecture de ce livre foisonnant, la fragilité des limites.

5Ce qui ressort avec le plus d’évidence dans les discours consacrés au corps soumis à la machine au cours des deux derniers siècles, est que celle-ci se révèle néfaste. On l’accuse de fatiguer, de délabrer, de déliter le corps. Cette diatribe antimachiniste se fonde sur des réalités. Elle se trouve confortée par l’anthropométrie, comme le montrent dans ce livre les données concernant les travailleurs du textile. La machine a suscité des nuisances et des risques nouveaux : bruits assourdissants, trépidations, atmosphères délétères. Surtout, elle a multiplié les accidents corporels, dus au jeu terrifiant des courroies et des engrenages. Les historiens de l’industrie ont ainsi détaillé les atteintes aux bras, aux jambes. Ils ont souligné la fréquence de l’amputation des doigts, de l’arrachage des cheveux. La machine, en outre, a entraîné des formes d’usure prématurée, résultat des nouvelles disciplines, de la vivacité accrue des cadences, de l’action répétitive de tâches effectuées sous la contrainte. Elle a hâté le déclin du temps poreux de travail, qui était celui de l’artisanat.

6Au XXe siècle, la diatribe s’est focalisée sur les méfaits du travail à la chaîne. La standardisation du geste, son chronométrage, les postures imposées ont transformé le corps en simple rouage de la machine. Celle-ci a, de ce fait, porté atteinte à l’identité, à l’humanité du travailleur. En effet, répète-t-on alors, l’emprise du système mécanique sur le corps provoque de néfastes conséquences psychologiques. Elle tend à réduire l’autonomie de l’ouvrier, à le condamner à une nouvelle forme de solitude. La disqualification des savoirs-faire, l’insidieuse déprofessionnalisation, sans oublier la difficulté de l’adaptation liée à la nécessité d’acquisition d’un nouvel habitus, induisent de sourdes atteintes à la personne. Cela prive le travailleur de la satisfaction naguère suscitée par l’habileté de la main, de la fierté de l’œuvre accomplie. En bref, la machine rend difficile toute héroïsation de soi, elle appauvrit la gamme des émotions.

7La réaction des ingénieurs, des experts et des inspecteurs français face aux méfaits de la machine ne saurait étonner qui connaît la permanence de leur attitude depuis quelques deux-cents ans. Elle se traduit par le déni. Tous minimisent l’atteinte faite au corps de l’ouvrier et prônent une économie politique fataliste. Il convient, avant tout, de ne pas gêner l’industrie. C’est au corps de s’adapter à la machine et non l’inverse. Les inspecteurs et les experts de tout poil, surtout entre la fin du siècle des Lumières et celle des années 1860, comptent essentiellement sur les appels à la précaution. Ils stigmatisent la négligence ouvrière. Dans leur discours, la préconisation l’emporte souvent sur le constat.

8Face à eux, des militants, des représentants ouvriers et nombre d’observateurs dénoncent les méfaits de la machine, et, sans, doute, tendent à noircir le tableau. Du fait de ces sources divergentes, la perception historique du corps laborieux se révèle difficile. Par bonheur, la photographie, l’image du travail saisie sur le vif, constitue une source précieuse, encore insuffisamment utilisée, pour l’historien désireux de traquer la réalité vécue.

  • 3 Moriceau C., Les douleurs de l’industrie. L’hygiénisme industriel en France, Paris, l’EHESS, 2009.

9Caroline Moriceau, en une étude extrêmement minutieuse, a, pour sa part, bien montré l’importance, au sein de l’usine et de l’atelier, du détournement des disciplines et, surtout, du bricolage ; ce qui incite à la prudence l’historien naturellement doloriste3.

10De nouvelles formes de la relation établie entre l’homme et la machine invitent aussi à modérer la diatribe. Au corps à corps initialement établi, s’est peu à peu substituée une distance. Les tâches d’entretien, de surveillance, parfois l’accroissement de la maîtrise sur la machine ont quelque peu atténué l’asservissement. Il serait, en outre, exagéré de prétendre que celle-ci disqualifie tout savoir-faire gestuel. Sa maîtrise requiert souvent de l’adresse, de la dextérité voire de la virtuosité. Le passage de la charrue ancienne à celle dépourvue d’avant-train a, ainsi, libéré l’une des mains du laboureur.

11Les méfaits des engins utilisés lors des attentats ne sauraient, eux, être contestés. On pourrait y ajouter, bien entendu, ce qui concerne les machines de guerre et les bombardements, absents de l’ouvrage. La « machine infernale » anéantit le corps, le disloque, le démembre, le disperse. Elle lui inflige des formes de blessures qui horrifient et stupéfient les spectateurs. Celle inventée par Fieschi le meurtrit. La machine d’Orsini le lacère, le taillade, le pénètre. Toutes infligent une mort inopinée, aveugle, instantanée, hasardeuse, qui suscite des formes spécifiques d’effroi. Le carnage machinique rompt avec la liesse du massacre. Il annihile bien souvent l’identité de la victime et rend difficile son héroïsation. De Vigny à Céline, la littérature n’a cessé, durant plus d’un siècle, de ressasser cette modernité du carnage.

12Mais il est d’autres effets maléfiques de la machine sur le corps. Celle-ci peut aussi se révéler démoralisatrice. La dénonciation des effets licencieux de la machine à coudre — et secondairement de la bicyclette — sur les jeune filles et les femmes fut très vive au XIXe siècle. Les détracteurs considéraient que son maniement incitait à la masturbation. Un siècle plus tard, c’est au tour du billard électrique d’être dénoncé. Le flipper est accusé d’entretenir un rapport délétère avec le corps du joueur, de produire une excitation nerveuse, une crispation malsaine, des mouvements désordonnés, des soubresauts, une fusion quasi-érotique avec la caisse — ou les hanches de l’appareil ; une telle machine ludique mais aliénante pouvant conduire à l’addiction. Ce chapitre du livre pourrait être prolongé par l’étude de tout ce qui ressortit à l’industrie du sexe et qui culmine dans ces machines orgasmiques, auxquelles, assurent les constructeurs, une femme ne saurait résister.

13On lira, dans ce livre, une autre histoire du rapport établi entre le corps et la machine : celle qui concerne le traitement du cadavre. Dès la fin du XVIIIe siècle, monte le désir de consumer celui-ci au plus vite, pour raison sanitaire. Alors s’impose la représentation d’un cimetière-machine à décomposer, à absorber les matières organiques, à les détruire convenablement. Cette réification des restes, qui culmine dans le rêve visant à les transformer en engrais, contredit le culte ascendant des morts, le déni de conservation, de préservation du cadavre ainsi que l’attention portée à la mémoire du défunt. La machine – en témoignent les réactions suscitées par le projet de transporter les corps morts par chemin de fer – heurte le besoin de silence et de recueillement qui définit le cimetière nouveau. La complexe histoire des relations entre la machine et le cadavre se poursuit depuis plus d’un siècle. Les promoteurs de la machine à incinérer s’efforcent de concilier – avec plus ou moins de réussite – la consumation des corps et la conservation du souvenir ; tandis que, depuis l’aube du XXe siècle, la machine frigorifique contribue à l’assainissement de la morgue.

14Le plus neuf, peut-être, dans ce livre ne concerne pas la diatribe mais l’exaltation des effets bénéfiques de la machine sur le corps. De bien des façons, celle-ci a contribué à préserver la santé de l’ouvrier. Elle lui a épargné le contact de substances toxiques, ainsi que la respiration de poussières nocives. Elle a épargné à son corps les tâches qui exigeaient le plus de force. En bref, elle a rendu le travail moins éreintant. Dans le même temps, la machine a progressivement modifié les pratiques d’espace. Ainsi, le vélocipède a permis de se déplacer avec plus de vitesse et moins d’effort. Marcher assis, se reposer sans cesser d’avancer imposait une gestuelle inédite. Celle-ci réclamait une maîtrise nouvelle de l’action motrice, révélait des capacités du corps jusqu’alors inconnues et induisait une nouvelle expérience des performances corporelles. La locomotive, l’automobile, l’aéroplane apparurent par la suite comme synonymes du progrès et de la perfection.

15Depuis la fin du XVIIIe siècle, s’est peu à peu imposée la machine thérapeutique. Initialement, il s’agissait de ce baquet censé produire et transmettre un fluide physique, un feu vital qui, en passant dans le corps, en le pénétrant, était supposé le guérir. Durant tout le XIXe siècle, ce rêve se poursuit. Les savants inventent et utilisent des machines à générer de l’électricité statique, à électriser par décharges, à produire une commotion. Ils opèrent par faradisation ou par galvanisation afin de faire réagir les muscles et les nerfs.

16Parallèlement, sont étudiées dans ce livre les machines à lire le corps, à l’analyser afin de faciliter le diagnostic. À la fin du XIXe siècle, un lien se noue entre la machine et l’essor de la médecine comme de la psychologie expérimentale ; ce que traduisent les appareils enregistreurs des battements du cœur, de la variation du pouls, les esthésiomètres ou les machines à hypnotiser ; sans oublier celles dont les utilisateurs visent alors à l’observation de l’esprit et à une étude de l’intelligence ou, si l’on préfère, à une description de l’âme. Tout cela conduit à la situation actuelle, caractérisée par l’usage de la machine qui, désormais, fonctionne à distance du médecin ; d’où l’inquiétude sourde que suscite le sentiment d’une industrialisation des soins de santé par des machines devenues indépendantes.

17On lira aussi, dans ce livre de beaux développements consacrés aux appareils mécaniques, réparateurs du corps. Les uns ont pour but de compenser l’absence d’un ou de plusieurs organes, de se constituer en prolongement de ce qui reste du corps, sans pour autant réduire celui-ci au statut de mécanique. Cela implique des adaptations infinies. Comment acquérir de l’intimité avec l’appareillage ? Comment accepter un corps étranger devenu pour partie machine ? Comment l’intégrer au schéma corporel ? Comment adapter cela à un projet de réinsertion sociale ? Autant de questions qui concernent la relation entre la surface et la profondeur du corps.

18Il est des appareils moins ambitieux, dont les seuls projets sont de redynamiser le corps, de travailler ses organes afin de récupérer les énergies perdues, de redonner du bien être, de la joie de vivre, voire du plaisir. Il en va ainsi des appareils de massage et de tous ceux qui envahissent les pages des magazines et qui alimentent nombre d’émissions télévisées. Tout cela, à l’évidence, s’accorde au désir de jouvence, aujourd’hui si prégnant. Que l’on songe aux appareils à courant doux, qui visent à effacer la sensation de fatigue ou à endiguer le surmenage.

  • 4 Desportes M., Paysages en mouvement. Transports et perception de l’espace XVIIIe-XXe siècle, Paris (...)

19Il est des machines qui ont enrichi le corps, en lui procurant de nouvelles expériences sensorielles, de nouvelles émotions. Je l’ai évoqué à propos du vélocipède et du nouvel espace mental, des nouvelles représentations de soi qu’il a engendrés. Marc Desportes, en un livre magnifique, a, pour sa part, analysé en détail les mutations sensorielles imposées par le train et par l’automobile4. On lira ici celles qui ont été suscitées par le voyage en avion. Toutes ces machines ont, tout d’abord, créé de l’inquiétude ; c’est qu’il fallait, avant tout, dédramatiser les vertiges, les troubles de l’équilibration qu’elles entraînaient. Les médecins ont, un temps, dénoncé les trépidations du train et le danger qu’elles présentaient, notamment pour les femmes qui effectuaient leur voyage de noces. L’inquiétude concernait aussi les effets sur la pression artérielle et sur la respiration. Ces machines imposaient un apprentissage de la vision latérale. Elles suscitaient de nouvelles formes d’anxiété.

20La machine cinématographique est née sous le signe de la hantise de la régression. Les gestes automatiques saccadés, nerveux, voire frénétiques, l’agitation convulsive des acteurs des premiers films donnaient à ressentir une évolution régressive vers l’instinct, le primitif. Le cinéma faisait, pensait-on, émerger des forces inférieures. On dénonçait la menace que pouvait exercer sur le spectateur, par le jeu de la contagion, les mouvements hystériques contemplés sur l’écran.

21Tout cela se trouvait compensé par des formes inédites d’émerveillement. La machine permettait le renouvellement de la saisie de l’espace et du temps. Elle facilitait l’instauration d’une nouvelle culture visuelle, notamment en privilégiant l’instantanéité. L’appareil photographique, succédant à la machine mise au point par Chrétien, à la fin du XVIIIe siècle, avivait le désir du portrait de soi, donc le sentiment du moi. La photographie multipliait les supports de la mémoire affective, invitait à la réminiscence. Dans le même temps, la démocratisation du portrait s’accompagnait de nouvelles tactiques de contrôle des corps ; la machine à dresser le portrait étant aussi machine à identifier.

22La complexe liaison qui s’est, au fil du temps, établie entre le corps et la machine invite le lecteur de ce livre stimulant à un retour sur soi. Elle lui impose une réflexion sur la place que, dans sa culture somatique et les représentations qu’il se fait de lui-même, occupent les images et les usages de la machine.

Anmerkungen

1 Bernardin de Saint-Pierre J.-H., Études de la Nature, Presses universitaires de Saint-Étienne, [1784] 2007, p. 232.

2 Vigarello G., Le corps redressé. Histoire d’un pouvoir pédagogique, Paris, Delarge, 1978.

3 Moriceau C., Les douleurs de l’industrie. L’hygiénisme industriel en France, Paris, l’EHESS, 2009.

4 Desportes M., Paysages en mouvement. Transports et perception de l’espace XVIIIe-XXe siècle, Paris, Gallimard, 2005.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540