Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La jeunesse n'est plus ce qu'elle était

 | 
Jacques Hamel
, 
Catherine Pugeault-Cicchelli
, 
Olivier Galland
, 
et al.

L’entrée au collège et l’acquisition des signes culturels de l’adolescence

Aurélia Mardon

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La société rurale traditionnelle française accompagnait l’entrée dans la jeunesse et l’âge adulte par un ensemble de rites. La première communion signait ainsi, pour les filles, l’entrée dans l’âge de la jeune fille. Par la suite, les filles apprenaient les manières de leur sexe par le biais des travaux de couture, en passant un hiver chez la couturière (Verdier, 1979) ou en réalisant leur trousseau (Fine, 1982). De leur côté, les garçons suivaient la « voie des oiseaux », qui constituait une formation à la virilité et un apprentissage du langage amoureux1 (Fabre, 1986). Les rites de passage, qui organisaient et solennisaient la séparation entre l’enfance et la jeunesse, ainsi que le passage à l’âge adulte, ont, dès les années 1960, cédé la place à des transitions plus progressives (Segalen, 1998 ; Bozon, 2002b), ce qui est sans doute lié à l’affaiblissement de l’âge comme critère hiérarchique des rapports sociaux (Galland, 1991). Parallèlement à l’affaiblissement des rites de passa...

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540