Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mai 1958

 | 
Jean-Paul Thomas
, 
Bernard Lachaise
, 
Gilles Le Béguec

Conclusion

Serge Berstein

Texte intégral

1En organisant cette journée d’étude sur le 13 Mai, ses promoteurs visaient un but plus historiographique qu’historique. En effet, sur l’événement lui-même on sait, de longue date, l’essentiel, les innombrables témoignages des multiples protagonistes ayant éclairé les faits majeurs, le comportement des acteurs, les intentions supposées des uns ou des autres, comme l’a rappelé Pierre Girard dans son exposé sur l’historiographie du 13 Mai. En revanche, sur l’interprétation d’un certain nombre d’épisodes, des questions demeurent posées auxquelles il paraît difficile d’apporter des réponses tirées d’autres sources que de l’intime conviction de ceux qui les émettent, laquelle n’est pas sans rapport avec le positionnement politique passé ou présent de leurs auteurs. Il est vrai que, de travaux en travaux, avec l’apparition de nouvelles archives, les zones d’ombre se rétrécissent, les scénarios se précisent, la vraisemblance des processus s’affirme, même si, rappelons-le, le vraisemblable n’est pas toujours le vrai. Et c’est bien à faire le point sur les avancées de l’historiographie et à en évaluer les apports qu’a été consacrée la présente journée.

2On ne saurait comprendre le 13 Mai sans prendre en compte le contexte dans lequel il s’inscrit, celui d’une crise de la République parlementaire qui clôt un cycle commencé en 1880 par la victoire de ce régime. Il est évident que l’épisode du 13 Mai ne saurait s’expliquer sans la constatation que la paralysie du système politique lui interdit de trancher clairement les problèmes urgents qui se posent au pays. Les institutions rendant obligatoires des coalitions de partis, d’accord sur quelques-uns des problèmes posés au pays, mais en désaccord total sur bien d’autres, la situation aboutit à ajourner les décisions sur les questions les plus difficiles afin d’éviter l’éclatement des majorités. Ce constat a été valable à propos des problèmes budgétaires lors de la première législature de la IVe République (1946-1951) comme sur la question de la CED lors de la deuxième (1951-1956). Il est surtout fondamental en ce qui concerne l’Algérie, devenue au moins depuis 1955 le problème essentiel du pays et que les désaccords qui divisent la majorité de centre-gauche issue des élections de 1956 et l’absence d’autorité qui en résulte interdisent de résoudre. Entre 1955 et 1958, on assiste ainsi à une décomposition du régime dont les divers aspects ont été soulignés par les rapports présentés : éclatement et divisions des forces politiques (Gilles Le Béguec), malaise de l’armée (Jacques Frémeaux), agitation de l’extrême-droite (Olivier Dard), absence d’une opinion musulmane crédible (Malika Rahal). Dès le début de 1958, le monde politique et l’opinion sont à la recherche d’un recours capable de résoudre l’impasse algérienne en préservant la République.

3Cela étant, cette crise de la IVe République conduit à formuler un certain nombre de remarques. Tout d’abord l’observation, valable pour d’autres événements importants de l’histoire, qu’entre le phénomène d’ébranlement d’un pouvoir politique (ici l’émeute algéroise du 13 mai) et la solution qui met fin à la crise en créant un pouvoir politique nouveau (ici le retour au pouvoir de Charles de Gaulle et l’avènement de la Ve République), il n’existe pas de continuité qui permettrait de déduire de manière déterminante la seconde du premier. En réalité, l’ébranlement crée un faisceau de solutions possibles dont nul ne sait exactement ce qui pourrait sortir, et c’est une illusion d’optique que de considérer comme une évidence que celle qui s’est finalement imposée était la seule capable de le faire. En d’autres termes, le retour au pouvoir du général de Gaulle n’était nullement inscrit dans l’émeute du 13 mai.

4Ce qui est frappant en effet, c’est la similitude entre le 13 Mai et un autre événement qu’on peut valablement lui comparer, l’émeute du 6 février 1934. Dans les deux cas, on peut évoquer un régime en crise qui paraît agoniser, un complot des éléments extrémistes, à condition de ne pas donner au terme de complot l’acception d’une conjuration montée dans ses moindres détails et prévoyant à la fois la déstabilisation du pouvoir en place et une solution de remplacement clé en main. Dans les deux cas, on constate que des groupes aux objectifs différents convergent dans l’organisation d’une manifestation dont ils espèrent qu’elle provoquera des débordements et permettra de s’emparer du siège symbolique du pouvoir (la Chambre des députés en 1934, le Gouvernement général de l’Algérie en 1958). Dans les deux cas, on constate enfin les mêmes éléments d’improvisation et l’importance des contingences. Toutefois, dans l’explication des destins opposés de l’émeute, qui rendent compte du fait que le 13 Mai apparaisse comme un 6 Février qui a réussi, on note deux différences de taille. En premier lieu, en 1934, les forces de l’ordre résistent aux émeutiers et la Chambre reste aux mains du pouvoir politique, alors qu’en 1958, une partie de l’armée est de cœur avec les insurgés et se montre débordée, passive ou complice face à leurs entreprises, ce qui aboutit à la prise du Gouvernement général. Et la victoire de l’émeute est d’autant plus complète que le gouvernement montre sa faiblesse et son désir de sauver la face en faisant du général Salan, commandant en chef de l’armée d’Algérie un véritable proconsul dont on ne sait pas très bien si sa légitimité repose sur la délégation dont l’a investi le pouvoir légal ou si elle lui est conférée par le pouvoir insurrectionnel que constitue le comité de Salut public. Et, surtout, en second lieu, la différence tient au fait qu’en 1934, le recours proposé au pays est le vieux parlementaire blanchi sous le harnais qu’est Gaston Doumergue, alors qu’en 1958, c’est le général de Gaulle, auréolé de son rôle de mainteneur de la souveraineté nationale entre 1940 et 1945 et de restaurateur de la République et de la démocratie à la Libération. Et c’est l’habileté stratégique du général de Gaulle, appuyée sur son immense prestige qui propose une solution à la crise du 13 mai acceptable pour une grande partie de l’opinion comme du monde politique.

5À ce stade, la véritable question historiographique qui se trouve posée est de savoir quelle a été l’implication du général de Gaulle et de son entourage dans les jours qui s’écoulent entre le 13 mai et la fin du mois, puisque c’est en définitive à eux que profitera l’événement. Les contributions de Jérôme Pozzi et de Bernard Lachaise ont mis en évidence l ‘ action militante des réseaux gaullistes, depuis les fidèles du RPF jusqu’aux membres de l’entourage du général en passant par les Compagnons de la Libération pour populariser dans l’opinion l’idée d’un retour au pouvoir du général de Gaulle afin de maintenir l’Algérie française et pour exercer une pression sur les plus hautes autorités de l’État et en particulier sur le président de la République René Coty. Dès avant le 13 mai sont ainsi mis en place les cadres et les réseaux qui sont prêts à se mobiliser pour un retour au pouvoir du général de Gaulle dans la légalité, ce qui constitue l’objectif officiel de la solution de rechange à proposer à la IVe République agonisante.

6Il est sans doute bon de rappeler que, depuis l’échec et la mise en sommeil du RPF, de Gaulle, retiré à Colombey, se maintient en réserve afin de jouer le rôle de recours au cas où se produirait une grave « secousse » qui mettrait en péril la patrie et l’État. Or il est évident que l’impasse dans laquelle s’enfonce la IVe République en Algérie et les tensions qui résultent de l’impuissance dans laquelle elle se débat constituent les prodromes de cette secousse. À partir de là se posent un certain nombre de questions sur l’attitude du Général avant et pendant la crise, examinée en détail dans les communications de Jean-Paul Thomas et de Pascal Girard.

7En premier lieu, de Gaulle a-t-il été au courant des multiples complots qui s’ourdissent dans l’ombre en métropole et en Algérie et les a-t-il approuvés ? Pour ce qui concerne son information, la réponse est incontestablement positive, Léon Delbecque l’ayant tenu au courant des projets des activistes d’Algérie, information que le Général écoute sans se prononcer. Son intérêt pour cette information est évident puisqu’il voit ainsi s’amonceler les nuages d’orage qui peuvent provoquer la secousse attendue. Pour autant, il se garde bien de tout encouragement à Delbecque et entend ignorer officiellement ce qu’il a appris officieusement. Aussi tient-il à Delbecque, comme il tiendra plus tard à Lucien Neuwirth un discours ambigu, mettant même ses interlocuteurs en garde contre toute entreprise trop hardie.

8En second lieu, de Gaulle s’est-il montré solidaire de l’émeute algéroise et de la dissidence des cadres militaires ? Il est parfaitement clair que de Gaulle a toujours exclu de la manière la plus nette l’idée de revenir au pouvoir dans les fourgons ou les hélicoptères des putschistes. Il y a là une ligne jaune qu’il se refuse absolument à franchir. Toutefois son communiqué du 15 mai fait retomber sur la seule IVe République la responsabilité de l’émeute d’Alger et de la dissidence de l’Algérie et il n’a pas un mot pour condamner les émeutiers et l’attitude des militaires. Il est clair qu’il n’entend pas donner son appui à une IVe République qu’il considère toujours comme illégitime et qu’il aspire à remplacer. Il précisera d’ailleurs dans sa conférence de presse du 19 mai qu’il n’a pas à désavouer des généraux que le gouvernement en place n’a pas condamnés. Mais il souligne en même temps sa volonté de ne revenir au pouvoir que dans la légalité.

9Enfin, de Gaulle a-t-il été tenu au courant de l’opération « Résurrection » de débarquement en métropole des parachutistes d’Alger dans les derniers jours de mai et lui-même ou son entourage de la rue de Solferino ont-ils donné leur « feu vert » à cette opération ? Là encore, l’information ne fait pas de doute, car le général Dulac, envoyé par le général Salan, a rencontré de Gaulle pour lui faire connaître les détails de l’opération. En revanche, le « feu vert » qui aurait été donné à Dulac par de Gaulle laisse sceptique car on le voit mal faire confiance à des militaires dont le « savoir-faire expéditif et limité » dont il fera état en 1961 n’est pas de nature à lui inspirer une grande considération, au point de se lier les mains à leur égard. La question du « feu vert » donné par l’état-major de la rue de Solferino et dont le général Nicot, membre de l’état-major du général Jouhaud, affirme l’existence pose problème quant à sa réalité comme à l’interprétation de son contenu exact, s’il a effectivement eu lieu. Quoi qu’il en soit, il semble très vraisemblable que de Gaulle qui n’entend pas revenir au pouvoir comme bénéficiaire d’un putsch militaire a utilisé l’opération « Résurrection » comme un moyen de pression sur les autorités légales, agitant la menace de la guerre civile pour obtenir une dévolution légale du pouvoir.

10On peut toutefois se poser la question de savoir si, comme le suggère la lettre du général de Gaulle à son fils en date du 29 mai, il ne garde pas un second fer au feu, consistant à intervenir au bout de quelques jours, après un début de putsch militaire pour se présenter comme l’arbitre arrêtant la guerre civile avant qu’elle ne dégénère vers un point de non-retour. Mais ce second cas de figure n’ayant pas subi de début d’exécution, cette hypothèse demeure pure spéculation.

11Au total, même si la menace d’un putsch militaire a sans aucun doute joué un rôle dans l’issue de la crise, le retour au pouvoir du général de Gaulle s’est effectué avant tout par le verbe, par les trois déclarations et conférence de presse des 15, 19 et 27 mai, sur fond de crise, pour aboutir à la dévolution légale du pouvoir des 1er et 3 juin. Quant au 13 Mai, il n’a jamais été considéré comme l’acte fondateur de la Ve République, ce rôle étant réservé au référendum de septembre 1958 qui donne au nouveau régime la légitimité incontestable de la sanction du suffrage universel.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540