Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mai 1958

 | 
Jean-Paul Thomas
, 
Bernard Lachaise
, 
Gilles Le Béguec

Les entourages et les initiatives gaullistes au début de 1958

Jérôme Pozzi

Texte intégral

1Dans un ouvrage intitulé Le Général et le journaliste, Jean Mauriac évoque en ces termes la crise de mai 1958 :

  • 1 Jean Mauriac, Le Général et le journaliste, Paris, Fayard, 2008, p. 155.

« La Quatrième, à bout de souffle, s’effondra d’elle-même et tomba dans l’escarcelle des gaullistes comme un fruit pourri dégageant une odeur pestilentielle1. »

  • 2 Voir Michel Winock, 13 mai 1958 – L’agonie de la IVe République, Paris, Gallimard, 2006.
  • 3 Qu’on nous permette sur ce point de renvoyer à notre thèse de doctorat, Les mouvements gaullistes (...)

2Si la thèse de l’effondrement « naturel » de la IVe République, sous le poids conjugué d’une instabilité ministérielle chronique et de la guerre d’Algérie, est souvent avancée pour expliquer l’explosion du printemps 1958, force est de constater que cette version de sa chute finale est quelque peu angélique, appartenant pour ainsi dire à la gesta gaullienne. Dans les faits, les gaullistes n’ont pas attendu que le fruit tombe de lui-même, mais quelques-uns d’entre eux se sont activés en coulisses pour secouer l’arbre de la Quatrième et en précipiter la chute. Ainsi, dans les semaines qui précédent le 13 mai 1958, les entourages du général de Gaulle se mobilisent afin d’entraîner le retour au pouvoir de leur patron dans un climat d’« agonie » de la IVe République2. La question qui se pose alors est double, puisqu’il s’agit d’une part, de tenter d’identifier les principaux acteurs gaullistes de ces événements et d’autre part, de mettre en évidence les principales initiatives qui ont été menées au cours de ces quelques semaines décisives. En outre, il convient de savoir si ces initiatives ont été orchestrées par l’ermite de Colombey en personne ou si, au contraire, celui-ci a laissé faire son entourage, en se tenant régulièrement informé de l’évolution de la situation. Nous aborderons tout d’abord la question du poids des entourages et des réseaux gaullistes encore en activité ou réactivés au début de l’année 1958. Ensuite, nous tenterons de mettre en lumière les principales initiatives lancées par quelques fidèles, entre la chute du gouvernement Félix Gaillard (15 avril 1958) et la date du 13 mai, période qui peut être considérée selon nous comme le paroxysme d’un certain activisme gaulliste3. Enfin, nous verrons en quoi le lancement de l’« Association nationale pour l’appel au général de Gaulle dans le respect de la légalité républicaine » peut être considéré comme un élément clé, permettant de canaliser les différentes initiatives en faveur de l’homme du 18 Juin.

Des gaullistes parlementaires aux gaullistes de l’ombre : le poids des entourages

3Au début de l’année 1958, le général de Gaulle bénéficie au sein de la famille gaulliste du soutien de trois cercles concentriques, qui ne ménagent pas leur peine pour présenter leur patron comme le seul recours possible à la crise de la IVe République.

4Le premier cercle est le plus proche de l’homme du 18 Juin, puisqu’il rassemble le petit état-major privé qui lui est resté fidèle depuis le début de la traversée du désert. En dehors de Gaston de Bonneval – aide de camp du Général qui assure la liaison entre Colombey et la rue de Solferino – et de Xavier de Beaulaincourt, son secrétaire particulier, trois hommes clés en font partie et jouent en quelque sorte le rôle de conseillers politiques. Il s’agit de Jacques Foccart, Olivier Guichard et dans une moindre mesure de Pierre Lefranc. Jacques Foccart est chargé des questions qui ont trait à l’Outre-Mer et à l’Afrique, et entretient la flamme de l’Empire colonial dans un bulletin hebdomadaire intitulé la Lettre à l’Union française, qui permet de maintenir le contact entre les anciens du RPF de métropole et ceux d’Outre-Mer. Publié depuis 1949, ce bulletin ne disparaît pas après la mise en sommeil du RPF et poursuit sa route jusqu’à la fin de l’année 1958. Les attaques envers la politique coloniale des gouvernements de la IVe République, notamment depuis la chute de Diên Biên Phu, sont incessantes et Jacques Foccart présente de Gaulle comme le sauveur de la patrie en danger :

  • 4 Fondation Charles de Gaulle (FCDG), RPF 604, Lettre à l’Union française, no 428, 14 mai 1958.

« Dans l’incertitude et l’angoisse de la patrie, une chose est sûre : plus que jamais s’impose le recours à un arbitre national et il est clair que seul le général de Gaulle est en mesure d’empêcher une sécession, de réconcilier les Français, d’assurer le salut de la France4. »

  • 5 D’après Olivier Guichard, Mon Général, Paris, Grasset, 1980, p. 351.
  • 6 Voir l’entretien de Pierre Lefranc dans Fondation Charles de Gaulle, Avec de Gaulle – Témoignages,(...)
  • 7 A Matignon, Olivier Guichard est directeur adjoint du cabinet du général de Gaulle ; Pierre Lefran (...)
  • 8 Jean Charlot, Le gaullisme d’opposition 1946-1958. Histoire du gaullisme, Paris, Fayard, 1983, p.  (...)
  • 9 Sur cette période de la vie de Georges Pompidou, voir Eric Roussel, Georges Pompidou, Paris, Perri (...)

5De son côté, Olivier Guichard est l’« agent de liaison » du Général, selon les propres termes utilisés par ce dernier dans ses Mémoires d’espoir5. Il rencontre de nombreuses personnalités politiques et militaires à qui il fait part de l’état d’esprit de son patron et, en retour, il dresse au Général un bilan détaillé de la situation politique. Enfin, Pierre Lefranc, qui a été délégué national aux jeunes et aux étudiants du RPF, rencontre de temps à autres, le général de Gaulle lorsque celui-ci se rend à Paris, et peut être considéré comme un des membres de ce premier cercle6. D’ailleurs, il n’est pas surprenant que ces trois personnalités le suivent à Matignon en juin 19587. Quant à Georges Pompidou, qui est alors en fonction à la banque Rothschild, il est l’un des « visiteurs fidèles mais plus ou moins réguliers8 » du Général. Toutefois, son ancien chef de cabinet9 (avril 1948-printemps 1953) ne prend pas une part active aux diverses initiatives qui aboutissent au retour au pouvoir du Général en mai 1958.

  • 10 En fait, 14 élus gaullistes acceptèrent des portefeuilles ministériels entre 1953 et 1958, dans le (...)
  • 11 Voir Maurice Vaïsse, « Jacques Chaban-Delmas, ministre de la Défense nationale (novembre 1957-mai (...)
  • 12 Edmond Michelet est président des Républicains sociaux depuis l’automne 1957, date à laquelle il a (...)
  • 13 Raymond Triboulet et Michel Debré sont alors respectivement présidents du groupe parlementaire des (...)
  • 14 Par analogie avec les banquets républicains de 1847-1848, organisés pour contourner l’interdiction (...)
  • 15 D’après Raymond Triboulet, Un gaulliste de la IVe, Paris, Plon, 1985, p. 288.
  • 16 La Direction générale des études et recherches (DGER) devient le Service de documentation extérieu (...)
  • 17 Voir Michel Debré, Trois Républiques pour une France – Mémoires, t. 2, Agir (1946-1958), Paris, Al (...)
  • 18 FCDG, Le Courrier de la Colère, no 14, 21 février 1958.
  • 19 FCDG, Le Courrier de la Colère, no 25, 8 mai 1958.

6Le deuxième cercle est composé de ceux que nous pourrions appeler les « gaullistes parlementaires ». Il regroupe d’anciennes figures de proue du RPF, qui sont rassemblées depuis 1954 au sein des Républicains sociaux et dont quelques-unes ont accepté de participer aux gouvernements de la IVe République10. Certaines d’entre elles bénéficient d’un lien privilégié avec le Général, à l’instar notamment de Gaston Palewski ou de Jacques Chaban-Delmas, ministre de la Défense nationale dans le gouvernement Félix Gaillard depuis novembre 195711. Depuis le milieu de l’année 1957, Edmond Michelet12, Raymond Triboulet, Michel Debré13 et Roger Frey ont mis sur pied une « campagne de banquets gaullistes14 » et parcourent la France avec pour seul et unique thème la révision constitutionnelle15. Parmi ces quatre compagnons de route du Général, c’est Michel Debré qui est le plus incisif, notamment à travers les colonnes du Courrier de la Colère, hebdomadaire qu’il dirige depuis l’automne 1957. La petite équipe qu’il rassemble autour de lui et dans laquelle on retrouve Jean Mauricheau-Beaupré, un ancien du réseau Alliance et de la DGER16, le conseiller d’Etat Maxime Blocq-Mascart, ainsi que Christian de La Malène et André Fanton17, multiplie les attaques contre la IVe République et n’hésite pas à comparer la situation de la France en 1958 à celle de l’année 1789. Défendant sans répit la cause de l’Algérie française, Michel Debré effectue un travail de sape grâce à ses talents de pamphlétaire. Le 21 février 1958, la première page du Courrier de la Colère reproduit une photographie de l’homme du 18 Juin avec comme légende : « De Gaulle, c’est la paix française en Afrique, c’est l’association loyale de la France et de tous les peuples d’Outre-Mer18. » Enfin, le 8 mai 1958, l’hebdomadaire debréiste choisit pour titre : « SOS de Gaulle19 ! » et réclame la création d’un gouvernement de salut public.

  • 20 Pour un portrait détaillé de Léon Delbecque, voir Odile Rudelle, mai 1958. De Gaulle et la Républi (...)
  • 21 Jacques Dauer, Le Hussard du Général, Paris, La Table Ronde, 1994, p. 71 et Jacques Dauer et Miche (...)
  • 22 Cité par Jacques Soustelle, Vingt-huit ans de gaullisme, Paris, Éditions J’ai Lu, 1971, p. 235.
  • 23 Voir Roger Faligot et Rémi Kauffer, Les Résistants. De la guerre de l’ombre aux allées du pouvoir (...)

7Le troisième cercle est moins proche de la personne même du Général et plus informel par rapport aux deux premiers. De plus, il constitue un ensemble assez hétérogène où se mêlent différents rameaux de la famille gaulliste. En effet, on y trouve des gaullistes de la première heure, comme Lucien Neuwirth, Léon Delbecque20 et Jacques Soustelle ; des groupes de jeunes qui ont été rassemblés depuis 1955 par Jacques Dauer et qui participent à l’aventure du Télégramme de Paris et enfin ce que nous pourrions appeler des « nationaux-gaullistes », à l’instar de Me Jean-Baptiste Biaggi et d’Alexandre Sanguinetti, qui sont passés par différents filtres de la droite nationale. Le premier est un tribun exceptionnel, expert en subversion et qui ne cache pas ses sentiments bonapartistes. Depuis novembre 1957, il est à la tête d’un groupuscule, le Parti patriote révolutionnaire (PPR), qui est en fait le prolongement des Volontaires de l’Union française (VUF), qu’il avait fondés l’année précédente, et dont certains militants avaient participé à l’attaque du siège de L’Humanité le 7 novembre 195621. Quant à Alexandre Sanguinetti, il a fait ses premières armes politiques dans les rangs de l’Action française et peut s’enorgueillir d’avoir fait une belle guerre, notamment en participant à la campagne d’Italie. Bien qu’ayant appartenu au RPF, il pense que le retour au pouvoir du Général est peu probable et n’hésite pas à rétorquer à ses interlocuteurs gaullistes : « Votre Général, faites-lui faire une statue en bronze, ou bien faites-le empailler22. » A partir de 1956-1957, il fréquente de façon assidue les milieux activistes, avec lesquels il mène une action subversive contre la IVe République, notamment comme secrétaire général (1956-1959) du « Comité d’action des Associations nationales d’anciens combattants » (CAANAC)23 et de l’Union pour le salut et le renouveau de l’Algérie française (USRAF). Ainsi, les membres de ce dernier cercle entretiennent des liens étroits et réguliers avec les activistes d’Alger, notamment en effectuant de fréquents allers-retours avec l’autre rive de la Méditerranée.

  • 24 Voir Foccart parle – Entretiens avec Philippe Gaillard, t. 1, Paris, Fayard/Jeune Afrique, 1995, p (...)
  • 25 Op. cit., t. 1, p. 131.
  • 26 Olivier Guichard, Mon Général, Paris, Grasset, 1980, p. 348.

8Tout compte fait, nous pouvons faire deux remarques d’ensemble sur les entourages du général de Gaulle dans les semaines qui précédent le 13 mai. Tout d’abord, les membres de ces trois cercles poursuivent le même objectif, à savoir mobiliser l’ensemble des réseaux gaullistes pour remettre en selle leur patron. Ensuite, ces cercles ne sont pas hermétiques et l’on observe même des phénomènes de capillarité entre eux. A titre d’exemple, Jacques Foccart a des contacts fréquents avec le deuxième et le troisième cercle, puisqu’il souligne dans un de ses ouvrages qu’il rencontrait à cette époque aussi bien Michel Debré que Lucien Neuwirth et qu’il était également tenu informé des actions de propagande conduites par André Astoux et Jacques Dauer24. A partir du mois d’avril 1958, l’action de ces trois cercles et de leurs relais respectifs dans la famille gaulliste est déterminante pour – selon les termes employés par Jacques Foccart – mettre en œuvre une « préparation psychologique assez intense25 » ou selon ceux utilisés par Olivier Guichard : « faire frissonner l’eau dormante de l’opinion26. »

Les actions gaullistes au cœur du printemps 1958 : entre initiatives et activisme

  • 27 Voir Pierre Lefranc, Avec qui vous savez. Vingt cinq ans aux côtés de de Gaulle, Paris, Plon, 1979 (...)
  • 28 Maurice Agulhon, Coup d’Etat et République, Paris, Presses de Sciences Po, 1997, p. 79.

9Dans l’ensemble, la particularité des initiatives gaullistes repose sur l’absence d’une quelconque articulation générale et on peut parler sur ce point de la juxtaposition d’actions isolées non coordonnées27. Selon une technique bien rodée et héritée de la Résistance, plusieurs réseaux agissent en parallèle, mais en prenant soin de séparer leurs activités. De ce fait, comme l’a souligné Maurice Agulhon, on ne peut pas parler d’un coup d’Etat, même si « le coup d’Etat comme spectre ou comme mythe a figuré activement28 » dans cet épisode. En revanche, les différentes actions qui sont menées poursuivent un objectif commun, à savoir exercer une pression maximale sur René Coty, afin qu’il fasse rapidement appel au général de Gaulle. Pour parvenir à cet objectif, les gaullistes ont principalement recours à deux types d’action : les lettres-pétitions adressées directement à l’Elysée et la mobilisation des associations d’Anciens combattants, qui publient dans la presse des appels en faveur du retour au pouvoir du général de Gaulle – ces deux types d’action pouvant être combinés.

  • 29 D’après Jacques Dauer et Michel Rodet, op. cit., p. 86-87 et André Astoux, L’Oubli, Paris, Jean-Cl (...)
  • 30 D’après André Astoux, op. cit., p. 443.
  • 31 FCDG, AF 47/3, lettre-pétition de l’action gaulliste des groupes d’entreprise SIMCA, signée par 2  (...)
  • 32 Voir Guy Perrier, Le Général Pierre de Bénouville – Le dernier des paladins, Éditions du Rocher, 2 (...)
  • 33 Il n’est pas impossible que cette pression gaulliste ait été relayée dans l’entourage de René Coty (...)

10La campagne de lettres au président René Coty est préparée à Paris par Jacques Dauer et André Astoux, avec le soutien actif de Marie-Madeleine Fourcade29. Une fois la lettre type rédigée, celle-ci est envoyée à des compagnons de province qui la font circuler et signer par des sympathisants. En avril 1958, les lettres reviennent à Paris et sont classées par département, en attendant de les remettre officiellement30. Les gaullistes profitent de la chute du gouvernement de Félix Gaillard pour effectuer les premières remises de lettres et, pendant plusieurs jours, des délégations de sympathisants du Général se rendent à l’Elysée. A titre d’exemple, 2 500 ouvriers des usines SIMCA de Poissy signent une lettre-pétition, qui est ensuite remise par une vingtaine d’entre eux à un représentant du chef de l’Etat le 1er mai ; ils profitent d’ailleurs de l’occasion pour lui offrir du muguet31. La presse réserve parfois un accueil favorable à ce type d’actions, notamment les journaux proches des milieux gaullistes, comme Jours de France, dont le propriétaire est Marcel Dassault et le directeur de la rédaction Pierre de Bénouville32, un proche de Jacques Soustelle. Au total, ce sont plus de 100 000 lettres qui sont remises entre le 15 avril et le 13 mai 1958, ce qui contribue à maintenir René Coty sous la pression gaulliste33. D’ailleurs, le texte de la principale lettre-pétition ne ménage pas ses critiques contre le système en place :

  • 34 FCDG, AF 47/2, lettre-pétition envoyée au Président de la République demandant le retour au pouvoi (...)

« Monsieur le Président de la République, vous ne pouvez plus, et vous le savez, rester à la fois le gardien et le prisonnier d’une Constitution qui administre au pays depuis douze ans la preuve de son maléfice. […] Aujourd’hui, notre armée, lasse d’être le bouc émissaire des lâchetés et des erreurs des politiciens, avec leur cortège de fuites, de délations, cherche héroïquement dans cette confusion la raison de servir encore. […] Au bord de cet abîme, n’attendez pas, pour rappeler le général de Gaulle, d’avoir tenté la dernière des expériences gouvernementales que vous offre le système actuellement en vigueur, expériences qui, dans l’état du délabrement des institutions, ne sont plus que des expédients sociaux, économiques et diplomatiques. Il est temps que le général de Gaulle prenne en main les destinées de cette France qu’il a jadis su rendre à elle-même34 ! »

  • 35 L’AFL est alors présidée par le général Edgard de Larminat.
  • 36 FCDG, AF 47/4, circulaire aux sections de l’A.F.L, signée par le général Edgard de Larminat, prési (...)
  • 37 Ibid.

11En dehors des lettres adressées à René Coty, les entourages gaullistes mobilisent aussi les associations d’anciens combattants. Dès le mois de janvier 1958, l’Association des Français Libres35 (AFL) adresse une circulaire à ses sections, dans laquelle elle considère que ses membres sont fondés à « intervenir pour combattre la dégénérescence de notre politique nationale36 », mais ajoute que cette « intervention doit se faire dans les formes constitutionnelles et légales37 ». En coulisses, le colonel Bernard Dupérier se démène sans compter pour que le congrès de l’AFL adopte une motion de soutien au général de Gaulle, ce qui est chose faite en avril. Par conséquent, Jacques Foccart ne manque pas de remercier Bernard Dupérier dans une lettre en date du 28 avril 1958 qui souligne :

  • 38 FCDG, AF 47/4, lettre de remerciement de Jacques Foccart à Bernard Dupérier, 28 avril 1958.

« L’action que nous avons menée, les uns et les autres, auprès de nos camarades FFL, a été couronnée de succès puisque la motion […] pose très nettement le problème comme nous l’avions souhaité38. »

12En dehors des Français Libres, le Comité d’action des associations nationales d’anciens combattants (CAANAC que dirige Alexandre Sanguinetti et qui regroupe entre autres les Anciens de la 2e DB et l’Association des combattants de l’Union française (ACUF) d’Yves Gignac – un proche de Salan – entre également en scène. Le 14 avril 1958, Alexandre Sanguinetti adresse une lettre à chaque député, avec copie au général de Gaulle, dans laquelle il stipule que :

  • 39 FCDG, AF 47/4, lettre au général de Gaulle signée par Alexandre Sanguinetti, qui comporte la circu (...)

« Les Anciens combattants tiendront pour nul et illégitime tout abandon ou concession que consentiraient le gouvernement et le parlement, et qui porteraient atteinte à l’intégrité des droits du peuple français, seul souverain légitime39. »

  • 40 FCDG, AF 47/4, motion du C.A.A.N.A.C adressée au Président de la République, 16 avril 1958.

13En d’autres termes, les associations membres du CAANAC refusent l’idée d’un quelconque abandon de l’Algérie française et pour ce faire, cette lettre est suivie de l’adoption d’une motion le 16 avril, appelant au retour au pouvoir du Général et qui est adressée directement à René Coty40.

  • 41 Sur l’histoire de l’Ordre et les Compagnons de la Libération, voir Guillaume Piketty, « Economie m (...)
  • 42 FCDG, AF 47/4, lettre de Roger Barberot à tous les Compagnons de la Libération, 20 mars 1958.
  • 43 Une rencontre aurait eu lieu entre Roger Barberot et le général de Gaulle le 27 mars 1958. Le comp (...)
  • 44 Archives de l’Ordre de la Libération, « dossier du 10 mai 1958 », circulaire du 25 avril 1958 pour (...)
  • 45 En mai 1958, la Chancellerie est dirigée par trois Compagnons, en l’occurrence le général François (...)
  • 46 Archives de l’Ordre de la Libération, « dossier du 10 mai 1958 », correspondance entre le général (...)
  • 47 FCDG, AF 47/4, Appel des 223 Compagnons de la Libération au général de Gaulle. Cet appel est publi (...)

14Autre frange du monde des Anciens combattants à se mobiliser en faveur du général de Gaulle, celle des Compagnons de l’Ordre de la Libération41. Au sein de cet aréopage, c’est Roger Barberot, un proche de Jean-Baptiste Biaggi et de Roger Frey qui sert de poisson-pilote pour le compte des intérêts gaullistes. Le 20 mars 1958, il adresse une lettre à ses pairs, afin de les appeler à se réunir en assemblée générale extraordinaire42 et précise que le Général a été tenu directement informé de cet effort de regroupement des Compagnons43. Cette initiative reçoit le soutien de 70 Compagnons de la Libération qui signent une circulaire fixant la date de l’AG au 10 mai44. Parmi les signataires, on remarque entre autres les noms d’un certain nombre de fidèles du Général, comme le colonel Pierre Bourgoin, Yvon Morandat, Pierre Pouyade, Hubert Germain, Henri Gorce-Franklin ou encore Jean Sainteny. Cette action est soutenue officieusement par le chancelier de l’Ordre, en l’occurrence le général François Ingold et de manière plus visible par Jacques Roumeguère, secrétaire adjoint de l’Ordre45. En revanche, le général de Larminat est hostile à une prise de position commune des Compagnons, car il estime que celle-ci serait inopportune et inefficace46. Tout compte fait, le 10 mai 1958, 223 Compagnons adoptent une motion commune dans laquelle ils affirment qu’ils font « confiance à celui qui a libéré la patrie et rétabli la République pour définir et appliquer la politique qui permettra à la France de restaurer son autorité et son prestige47 ». Cet appel est remis au président Coty par une délégation de six Compagnons le 16 mai 1958, date à partir de laquelle la mobilisation gaulliste gagne en efficacité avec la création de l’Association nationale pour l’appel au général de Gaulle dans le respect de la légalité républicaine.

Le lancement de l’Association nationale : canaliser le « bouillonnement gaulliste » au lendemain des événements du 13 Mai

  • 48 D’après P. Lefranc, op. cit., p. 120 et Jacques Foccart, op. cit., t. 1, p. 139.
  • 49 Voir B. Lachaise, « De l’Association nationale pour l’appel au général de Gaulle dans le respect d (...)
  • 50 P. Lefranc, op. cit., p. 120

15Au lendemain du 13 Mai, les bonnes volontés affluent rue de Solferino pour proposer leur aide, afin de se mobiliser en faveur du général de Gaulle. Anciens du RPF ou de la France libre, sympathisants gaullistes égarés au temps de la traversée du désert, mais aussi simples citoyens décidés à tourner la page de la IVe République, tous sont prêts à prendre part à des actions concrètes. Afin de canaliser les énergies et de fédérer ces bonnes volontés, Pierre Lefranc, en accord avec Jacques Foccart, décide de créer une association48. Le 16 mai, l’« Association nationale pour l’appel au général de Gaulle dans le respect de la légalité républicaine » est lancée et le 27 mai, les statuts sont déposés à la préfecture49. Dans le contexte des événements d’Alger, le terme de « légalité » dans la dénomination un peu longue de l’association prend tout son sens. D’ailleurs, comme a pu l’écrire P. Lefranc : « Il fallait trouver un nom qui suggérât l’affiliation au Général sans alarmer, en apparaissant comme une ligue destinée à bousculer ou à remplacer les formations politiques50. » Il faut attendre quelques jours, à savoir au lendemain du communiqué de presse du général de Gaulle dans lequel il affirmait avoir « entamé le processus régulier nécessaire à l’établissement d’un gouvernement républicain » (27 mai 1958), pour que l’association gaulliste créée par P. Lefranc, se transforme en « Association nationale pour le soutien de l’action du général de Gaulle ». En tout cas, une fois la structure mise sur pied, il convient de lui donner une armature solide.

  • 51 Ibid.
  • 52 A.N, 81/A.S/1, Assemblée générale constitutive de l’Association nationale, 25 mai 1958.
  • 53 Michel Boscher (1922-2008) a été député UNR de Seine-et-Oise, puis de l’Essonne de 1958 à 1978.
  • 54 Emile Fauquenot est le père de Bernard Fauquenot, délégué régional des jeunes du RPF pour l’Ile-de (...)

16Ainsi, à la fin du mois de mai, P. Lefranc cherche une personnalité gaulliste capable de prendre la direction de l’Association nationale, dans la mesure où lui-même s’apprête à rejoindre Matignon comme chef de cabinet. Après avoir essuyé le refus de Christian Fouchet51, P. Lefranc confie le poste de président à Bernard Dupérier. Compagnon de la Libération et ancien commandant de l’escadre de chasse des Forces aériennes françaises libres en 1944, B. Dupérier s’entoure d’une équipe homogène et efficace, dont le passé résistant est un gage de fidélité et de dévotion envers le Général. Les vice-présidences de l’Association nationale52 sont ainsi occupées par deux autres Compagnons de la Libération, Pierre Bourgoin et Jean Sainteny, ainsi que par Pierre Ruais, médaillé de la Résistance. P. Bourgoin est président de l’association des mutilés de guerre et il est l’un des principaux animateurs du CAANAC, véritable relais de l’USRAF dans les milieux anciens combattants. Pour sa part, J. Sainteny a été l’un des chefs du réseau Alliance pendant la guerre, avant de partir pour l’Indochine en 1945 comme Commissaire de la République. Enfin, P. Ruais a été membre de l’étatmajor particulier du général de Gaulle à Londres en 1942, puis conseiller municipal de Belleville (1947-1959) et président du Conseil municipal de Paris (1956-1957). Au sein du comité directeur, on retrouve également Michel Boscher53, maire d’Evry depuis 1947, qui avait été responsable national du RJF à sa fondation ; Emile Fauquenot54, ancien délégué de la France Libre pour la Syrie et vice-président de la Confédération nationale des combattants volontaires de la Résistance (CNCVR) ou encore Henri Gorce-Franklin, un ancien du BCRA.

  • 55 A.N, 81/A. S/1, Statuts établis lors de l’Assemblée générale constitutive de l’Association nationa (...)

17Les statuts de l’Association nationale précisent que celle-ci a « pour but de mettre en lumière et faire connaître par tous les moyens légaux le désir profond qui anime le pays de voir le général de Gaulle devenir le chef du gouvernement de la République ; de réaliser une large union des Français de bonne volonté en rejetant tout recours à la violence et à l’illégalité, conformément aux déclarations constantes et récemment répétées du général de Gaulle et de regrouper toutes les initiatives inspirées par le même esprit55 ». L’Association nationale a donc deux objectifs, d’une part assurer le retour au pouvoir du Général par des moyens légaux, ce qui exclut donc des formes d’action directes comme celles préconisées par les Comités de salut public et d’autre part, être le pôle de regroupement de la diaspora gaulliste issue de la traversée du désert. Dans les faits, elle va effectivement jouer ce rôle, notamment entre la fin du mois de mai et le 1er octobre 1958, date de la création de l’Union pour la nouvelle République (UNR), qui se place sur un autre plan que celui du rassemblement des fidèles du Général, puisqu’il s’agit pour elle de remporter les élections législatives de novembre.

  • 56 Cette question se pose dans la mesure où il n’existe plus de mouvement gaulliste officiel à cette (...)
  • 57 A.N, 81/A. S/3, Compte-rendu du comité directeur de l’Association nationale du 27 juin 1958.
  • 58 Le Mouvement populaire du 13 mai (M.P 13) a été lancé à l’été 1958 de part et d’autre de la Médite (...)

18Cependant, en juin 1958, une question se pose rapidement aux dirigeants de l’Association nationale. Jusqu’où l’association doit-elle mener à bien sa tâche de rassemblement des mouvements qui soutiennent le général de Gaulle ? Faut-il par exemple incorporer les Comités de salut public métropolitains (CSP) afin de mieux les contrôler56 ? Cette question est tranchée le 27 juin 1958, lors du comité directeur, qui se réunit autour du colonel Dupérier. Plusieurs représentants de la famille gaulliste participent à cette réunion, dont Pierre Bourgoin, Jacques Foccart qui représente le général de Gaulle, Christian de La Malène envoyé par Michel Debré, Lucien Neuwirth et Léon Delbecque pour les CSP ou encore Marie-Madeleine Fourcade pour les réseaux de résistance. Léon Delbecque défend la thèse d’un élargissement de l’Association nationale en prétextant que celle-ci n’est pas assez dynamique57. Il faudrait selon lui incorporer les adhérents des divers CSP, car il constate qu’ils ont tendance à se diriger vers le MP 1358 du général Chassin. Toutefois, cet argument ne modifie pas le choix des dirigeants de l’Association nationale, qui ne souhaitent pas mélanger les genres et préfèrent voir s’éloigner de leurs rangs les éléments activistes, dont la fidélité gaulliste est de surcroît à éclipses, plutôt que de les incorporer, ce qui risquerait d’entraîner des tensions internes. Ainsi, Bernard Dupérier conclut la réunion en disant qu’aucune fusion entre les CSP et l’Association nationale n’est possible, mais qu’une coopération peut être éventuellement envisagée. Les membres des CSP apparaissent donc de plus en plus comme des personnes peu fréquentables. En fait, il s’agit surtout d’une question de fond. Peut-on accepter l’entrée à l’Association nationale d’éléments qui sentent de plus en plus le soufre et qui rappellent les événements d’Alger, alors que le gaullisme est entré à présent dans une phase plus légaliste qu’activiste.

  • 59 Cité par Guillaume Piketty, « Ordre de la Libération », in Claire Andrieu, Philippe Braud et Guill (...)

19En conclusion, il convient tout d’abord de souligner que le rôle des trois cercles qui entourent le général de Gaulle au début de l’année 1958 a été déterminant dans les quelques semaines d’intense activité du mois de mai. Les hommes qui le soutiennent activement sont des fidèles et l’initiative prise par les Compagnons de la Libération montre à quel point ceux que l’homme du 18 juin considérait – selon ses propres termes – comme une « chevalerie exceptionnelle59 » ont su se rassembler en souvenir d’un passé commun. Ensuite, le général de Gaulle a été tenu régulièrement informé de toutes ces initiatives, même s’il a adopté une stratégie consistant à laisser faire, afin de ne pas se lier prématurément les mains avec telle ou telle tendance. Enfin, la création de l’Association nationale a été un élément essentiel permettant d’articuler de façon plus efficace les entourages et les initiatives éparses des gaullistes en leur donnant un cadre visible et reconnu sur la scène nationale. D’ailleurs, sa réussite se traduit ultérieurement dans l’arène électorale, puisque quelques-uns de ses responsables sont élus députés de Paris à l’occasion des élections législatives de 1962, comme Bernard Dupérier et Jean Sainteny.

Notes

1 Jean Mauriac, Le Général et le journaliste, Paris, Fayard, 2008, p. 155.

2 Voir Michel Winock, 13 mai 1958 – L’agonie de la IVe République, Paris, Gallimard, 2006.

3 Qu’on nous permette sur ce point de renvoyer à notre thèse de doctorat, Les mouvements gaullistes de 1958 à 1976 : la diversité d’une famille politique, réseaux, cultures et conflits, Jean El Gammal (dir.), Université Nancy 2, 4 tomes, 1473 p., décembre 2008.

4 Fondation Charles de Gaulle (FCDG), RPF 604, Lettre à l’Union française, no 428, 14 mai 1958.

5 D’après Olivier Guichard, Mon Général, Paris, Grasset, 1980, p. 351.

6 Voir l’entretien de Pierre Lefranc dans Fondation Charles de Gaulle, Avec de Gaulle – Témoignages, 2, Le temps du Rassemblement (1946-1958), Paris, Nouveau monde éditions, 2005, p. 316-323 et P. Lefranc, Gouverner selon de Gaulle, Paris, Fayard, 2008, p. 67-92.

7 A Matignon, Olivier Guichard est directeur adjoint du cabinet du général de Gaulle ; Pierre Lefranc est chef de cabinet et Jacques Foccart est conseiller technique. Quant à Gaston de Bonneval et Xavier de Beaulaincourt, ils sont respectivement aide de camp et chef du secrétariat particulier. Voir Bernard Lachaise, « Les membres du cabinet du général de Gaulle à Matignon en 1958. Portrait de groupe », in Bernard Lachaise, Gilles Le Béguec et Frédéric Turpin (dir.), Georges Pompidou, directeur de cabinet du général de Gaulle (juin 1958-janvier 1959), Bruxelles, Peter Lang, p. 61-72.

8 Jean Charlot, Le gaullisme d’opposition 1946-1958. Histoire du gaullisme, Paris, Fayard, 1983, p. 320. Pour une étude détaillée du réseau relationnel de Georges Pompidou, on se reportera à Bernard Lachaise, « Les réseaux et cercles d’amis de Georges Pompidou en 1958 », in Jean-Paul Cointet, Bernard Lachaise, Gilles Le Béguec et Jean-Marie Mayeur (dir.), Un politique : Georges Pompidou, Paris, PUF, 2001, p. 43-67.

9 Sur cette période de la vie de Georges Pompidou, voir Eric Roussel, Georges Pompidou, Paris, Perrin, coll. « Tempus », 2004, p. 80-96.

10 En fait, 14 élus gaullistes acceptèrent des portefeuilles ministériels entre 1953 et 1958, dans les gouvernements Laniel, Mendès France, Faure, Mollet et Gaillard. Il s’agit de : Jacques Chaban-Delmas, Edouard Corniglion-Molinier, Pierre Ferri, Marc Jacquet, Maurice Lemaire, Henri Ulver, Raymond Schmittlein, Diomède Catroux, Christian Fouchet, le général Kœnig, Henri Fouques-Duparc, Maurice Bayrou, Gaston Palewski et Raymond Triboulet.

11 Voir Maurice Vaïsse, « Jacques Chaban-Delmas, ministre de la Défense nationale (novembre 1957-mai 1958) », in Bernard Lachaise, Gilles Le Béguec, Jean-François Sirinelli (dir.), Jacques Chaban-Delmas en politique, Paris, PUF, 2007, p. 99-110.

12 Edmond Michelet est président des Républicains sociaux depuis l’automne 1957, date à laquelle il a succédé à Jacques Chaban-Delmas. En outre, il préside la fédération de la Seine de ce mouvement.

13 Raymond Triboulet et Michel Debré sont alors respectivement présidents du groupe parlementaire des Républicains sociaux à l’Assemblée nationale et au Sénat.

14 Par analogie avec les banquets républicains de 1847-1848, organisés pour contourner l’interdiction du droit de réunion et dont le fil conducteur était l’instauration du suffrage universel.

15 D’après Raymond Triboulet, Un gaulliste de la IVe, Paris, Plon, 1985, p. 288.

16 La Direction générale des études et recherches (DGER) devient le Service de documentation extérieure et de contre-espionnage (SDECE) en décembre 1946.

17 Voir Michel Debré, Trois Républiques pour une France – Mémoires, t. 2, Agir (1946-1958), Paris, Albin Michel, 1988, p. 281-287.

18 FCDG, Le Courrier de la Colère, no 14, 21 février 1958.

19 FCDG, Le Courrier de la Colère, no 25, 8 mai 1958.

20 Pour un portrait détaillé de Léon Delbecque, voir Odile Rudelle, mai 1958. De Gaulle et la République, Paris, Plon, 1988, p. 105-110.

21 Jacques Dauer, Le Hussard du Général, Paris, La Table Ronde, 1994, p. 71 et Jacques Dauer et Michel Rodet, Le 13 mai sans complots, Paris, La pensée moderne, 1959, p. 43-45. Des éléments de Jeune nation participent également à l’assaut du bâtiment du boulevard Poissonnière. Certains jeunes gaullistes se sont également retrouvés aux côtés des nationalistes lors de l’attaque du siège du PCF, suite à la publication du rapport Khrouchtchev. On consultera sur ces événements de novembre 1956 l’article de Jean-Pierre A. Bernard, « novembre 1956 à Paris », in Vingtième Siècle. Revue d’histoire, avril-juin 1991, p. 72-76.

22 Cité par Jacques Soustelle, Vingt-huit ans de gaullisme, Paris, Éditions J’ai Lu, 1971, p. 235.

23 Voir Roger Faligot et Rémi Kauffer, Les Résistants. De la guerre de l’ombre aux allées du pouvoir 1944-1989, Paris, Fayard, 1989, p. 348-349.

24 Voir Foccart parle – Entretiens avec Philippe Gaillard, t. 1, Paris, Fayard/Jeune Afrique, 1995, p. 130-133.

25 Op. cit., t. 1, p. 131.

26 Olivier Guichard, Mon Général, Paris, Grasset, 1980, p. 348.

27 Voir Pierre Lefranc, Avec qui vous savez. Vingt cinq ans aux côtés de de Gaulle, Paris, Plon, 1979, p. 117.

28 Maurice Agulhon, Coup d’Etat et République, Paris, Presses de Sciences Po, 1997, p. 79.

29 D’après Jacques Dauer et Michel Rodet, op. cit., p. 86-87 et André Astoux, L’Oubli, Paris, Jean-Claude Lattès, 1974, p. 440. Voir également Michèle Cointet, Marie-Madeleine Fourcade, un chef de la Résistance, Paris, Perrin, 2006.

30 D’après André Astoux, op. cit., p. 443.

31 FCDG, AF 47/3, lettre-pétition de l’action gaulliste des groupes d’entreprise SIMCA, signée par 2 500 ouvriers, remise le 1er mai 1958. La pétition précise : « Groupés autour du général de Gaulle, oubliant les querelles partisanes, nous ferons revivre toutes les activités nationales, nous reprendrons dans l’organisation commerciale et industrielle mondiale la place que nous n’aurions jamais dû quitter. »

32 Voir Guy Perrier, Le Général Pierre de Bénouville – Le dernier des paladins, Éditions du Rocher, 2005, p. 157-158.

33 Il n’est pas impossible que cette pression gaulliste ait été relayée dans l’entourage de René Coty par le général Jean Ganeval (1894-1981). Ancien chef de l’état-major particulier de Georges Bidault puis de René Pleven (ministres de la Défense nationale, 1951-1953), J. Ganeval est alors secrétaire général militaire à la Présidence de la République (1954-1959), avant d’être élu sénateur UNR de la Seine (1959-1968).

34 FCDG, AF 47/2, lettre-pétition envoyée au Président de la République demandant le retour au pouvoir du général de Gaulle, 10-12 mai 1958. Provenances diverses et plusieurs centaines de signatures avec à chaque fois les noms et qualités des intéressés.

35 L’AFL est alors présidée par le général Edgard de Larminat.

36 FCDG, AF 47/4, circulaire aux sections de l’A.F.L, signée par le général Edgard de Larminat, président du comité directeur, 22 janvier 1958.

37 Ibid.

38 FCDG, AF 47/4, lettre de remerciement de Jacques Foccart à Bernard Dupérier, 28 avril 1958.

39 FCDG, AF 47/4, lettre au général de Gaulle signée par Alexandre Sanguinetti, qui comporte la circulaire du C.A.A.N.A.C adressée aux députés, 14 avril 1958.

40 FCDG, AF 47/4, motion du C.A.A.N.A.C adressée au Président de la République, 16 avril 1958.

41 Sur l’histoire de l’Ordre et les Compagnons de la Libération, voir Guillaume Piketty, « Economie morale de la reconnaissance. L’ordre de la Libération au péril de la sortie de la Seconde Guerre mondiale », Histoire@ politique. Politique, culture, société, no 3, novembre-décembre 2007, www.histoire-politique.fr ; et Jean-Christophe Notin, 1 061 Compagnons. Histoire des Compagnons de la Libération, Paris, Perrin, 2000.

42 FCDG, AF 47/4, lettre de Roger Barberot à tous les Compagnons de la Libération, 20 mars 1958.

43 Une rencontre aurait eu lieu entre Roger Barberot et le général de Gaulle le 27 mars 1958. Le compte-rendu de cette entrevue, intitulé « Intentions et conceptions » et établi semble-t-il par Olivier Guichard souligne que : « Le Général n’a aucune intention précise. Il se refuse catégoriquement à envisager son retour dans le cadre du régime actuel, quelles que soient les modalités de ce retour. Il sait d’ailleurs que jamais le Parlement ne le rappellera avant la catastrophe finale. Le Général ne veut avoir à tenir compte, ni de la droite qui ignore ce qu’est la nécessité de la générosité, ni de la gauche qui se refuse à la nécessité de la puissance. » (d’après FCDG, AF 47/4, compte-rendu de l’entrevue du 27 mars 1958 avec le général de Gaulle).

44 Archives de l’Ordre de la Libération, « dossier du 10 mai 1958 », circulaire du 25 avril 1958 pour annoncer l’Assemblée générale extraordinaire des Compagnons de la Libération le 10 mai à 14 h 30 au salon des horticulteurs, 84 rue de Grenelle. Nous remercions Vladimir Trouplin, conservateur à la Chancellerie de l’Ordre de la Libération, de nous avoir permis de consulter ce précieux dossier.

45 En mai 1958, la Chancellerie est dirigée par trois Compagnons, en l’occurrence le général François Ingold (chancelier), Pierre Tassin de Saint-Péreuse (secrétaire) et Jacques Roumeguère (secrétaire adjoint).

46 Archives de l’Ordre de la Libération, « dossier du 10 mai 1958 », correspondance entre le général de Larminat et François Ingold, mai-juillet 1958.

47 FCDG, AF 47/4, Appel des 223 Compagnons de la Libération au général de Gaulle. Cet appel est publié dans l’édition du Monde des 18 et 19 mai 1958.

48 D’après P. Lefranc, op. cit., p. 120 et Jacques Foccart, op. cit., t. 1, p. 139.

49 Voir B. Lachaise, « De l’Association nationale pour l’appel au général de Gaulle dans le respect de la légalité républicaine à l’association pour le fidélité à la mémoire du général de Gaulle », in Claire Andrieu, Gilles Le Béguec et Danielle Tartakowsky, Associations et champ politique. La loi de 1901 à l’épreuve du siècle, Paris, PUPS, 2001, p. 403-417.

50 P. Lefranc, op. cit., p. 120

51 Ibid.

52 A.N, 81/A.S/1, Assemblée générale constitutive de l’Association nationale, 25 mai 1958.

53 Michel Boscher (1922-2008) a été député UNR de Seine-et-Oise, puis de l’Essonne de 1958 à 1978.

54 Emile Fauquenot est le père de Bernard Fauquenot, délégué régional des jeunes du RPF pour l’Ile-de-France, puis secrétaire général du mouvement national des jeunes du RPF aux côtés de Pierre Lefranc.

55 A.N, 81/A. S/1, Statuts établis lors de l’Assemblée générale constitutive de l’Association nationale, 25 mai 1958.

56 Cette question se pose dans la mesure où il n’existe plus de mouvement gaulliste officiel à cette date, si ce n’est les Républicains sociaux, mais qui ne sont pas en mesure d’effectuer un tel rassemblement. D’autre part, la Convention républicaine, émanation politique des Comités de salut public métropolitains, n’est créée que le 12 juillet 1958. A l’été 1958, l’Association nationale se trouve donc en situation hégémonique sur la famille gaulliste.

57 A.N, 81/A. S/3, Compte-rendu du comité directeur de l’Association nationale du 27 juin 1958.

58 Le Mouvement populaire du 13 mai (M.P 13) a été lancé à l’été 1958 de part et d’autre de la Méditerranée. En métropole, c’est le général de l’armée de l’Air Lionel-Max Chassin qui en assure la direction et Robert Martel s’occupe pour sa part de l’Algérie. Ce mouvement entend prolonger l’esprit du 13 mai 1958 et ne tarde pas à se montrer hostile au général de Gaulle.

59 Cité par Guillaume Piketty, « Ordre de la Libération », in Claire Andrieu, Philippe Braud et Guillaume Piketty (dir.), Dictionnaire de Gaulle, Paris, Robert Laffont, 2006, p. 857-858.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540