Version classiqueVersion mobile

Mai 1958

 | 
Jean-Paul Thomas
, 
Bernard Lachaise
, 
Gilles Le Béguec

La crise du pouvoir républicain

Gilles Le Béguec

Texte intégral

1Le spectacle donné par la classe politique dans les dernières années de la IVe République et plus particulièrement au cours des semaines décisives d’avril-mai 1958 fait un peu penser, de manière légèrement paradoxale, aux Sept piliers de la sagesse de Lawrence d’Arabie, c’est-à-dire, en jouant du contraste, à ce que l’on est tenté de regarder comme les piliers d’une absence de sagesse devenue fatale. En d’autres termes, tout s’est passé en effet comme si de larges secteurs des milieux dirigeants d’un régime à bout de souffle s’étaient ingéniés à ajouter de multiples difficultés aux difficultés très réelles assaillant le pays. On en fournira quelques exemples révélateurs un peu plus loin.

2Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est apparu nécessaire de procéder à deux rapides mises au point destinées à empêcher l’installation toujours possible de malentendus sur le sens et la portée de notre propos.

  • 1 On se reportera au carton FGI des archives Goguel conservées au Centre d’Histoire de Sciences-po. (...)

31/ L’auteur de ces lignes est pleinement conscient du fait que le régime mis en place en 1946 aurait très bien pu se maintenir en vie s’il ne s’était pas brisé sur l’obstacle de l’affaire algérienne. De ce point de vue, il partage entièrement les conclusions de l’analyse proposée par François Goguel, qui était au moment des événements le secrétaire général du Conseil de la République et qui était en même temps un observateur lucide et averti des dysfonctionnements de la machine institutionnelle1.

4« Je dois dire que depuis 1957 », a-t-il confié plus tard, « j’avais de plus en plus le sentiment que le système, tel qu’il fonctionnait, ne pouvait plus durer » (on remarquera la force de l’expression). Mais il ajoutait aussitôt que rien ne se serait peut-être passé d’irréparable dans l’hypothèse où aucun « choc » brutal ne se serait produit.

5Dans le cadre d’analyse et de réflexion retenu ici, il ne sera fait aucune allusion directe ni au « choc » considéré en lui-même – en d’autres termes ni à la « tragédie algérienne » ni à la brisure du 13 mai 1958, ni aux pressions de différente nature exercées par le « pouvoir militaire » sur le « pouvoir civil » dans les semaines qui ont suivi les événements d’Alger – ni à la place exacte qu’il convient de donner à cette accumulation de chocs dans l’effondrement final du régime. Un tel choix – il faut être clair sur ce point – ne préjuge en rien de l’idée que nous nous faisons nous-mêmes de l’importance respective de ces facteurs d’explication et des autres facteurs qui s’imposent à l’attention de l’historien. Mais il nous a semblé de bonne méthode de distinguer, autant qu’il est possible, les deux plans : celui des causes particulières et conjoncturelles (la politique algérienne, le 13 mai et ses conséquences immédiates) et celui des causes d’un ordre plus général permettant de mieux comprendre pourquoi l’édifice politico-institutionnel bâti en 1946 s’est en quelque sorte affaissé sur lui-même.

  • 2 Pierre Pflimlin a parlé lui-même de « paralysie de l’État » dans le grand discours qu’il a prononc (...)

62/ Le terme de « crise » employé le plus souvent pour décrire l’effondrement de tout un système est à la fois un terme trop vague et médiocrement approprié. Ce qui ressort en effet d’un examen un peu attentif des comportements des hommes publics en charge de responsabilités officielles au cours du printemps 1958, ce serait plus précisément une forme sournoise de paralysie, touchant à la fois la machinerie parlementaire, le processus de prise de décisions et, au-delà de ces aspects institutionnels, la volonté d’agir, avec, dans une partie au moins de la classe politique, le désir avoué ou inavoué de tourner la page d’un régime incapable de faire face aux difficultés du moment2.

  • 3 D’une façon générale, les remous provoqués par l’affaire de la CED ont eu des effets réellement dé (...)

7Les élites dirigeantes de la IVe République arrivée au terme de sa course ont probablement eu une conscience assez claire de la gravité d’une crise multiforme, une conscience plus nette en tout cas qu’on ne le croit communément. À notre avis, le problème n’est donc pas tant un problème de perception et de diagnostic qu’une question de difficulté (faut-il dire d’incapacité ?) à tirer les leçons concrètes de l’usure manifeste du système, et en particulier à procéder à une adaptation des comportements quotidiens à la hauteur des enjeux. On a même plutôt l’impression que la dégradation de la situation générale a eu dans ce domaine un effet « boule de neige », entendons par là qu’elle a provoqué un dérèglement des dits comportements. L’un des symptômes les plus voyants du phénomène a été la poussée de « démissionnite » qui a progressivement sapé les bases de ce qui restait de culture de gouvernement. Cette maladie – ou si l’on préfère cette manie dégénérant peu à peu en maladie chronique – était certes une maladie quasi congénitale du régime né en 1946. Mais les choses ont revêtu un aspect beaucoup plus inquiétant à compter du milieu de l’année 1954 et du trouble provoqué au sein du monde politique par l’affaire de la Communauté européenne de défense3. La démission fracassante de Pierre Mendès France de ses fonctions de ministre d’État en 1956, soit quelques mois seulement après la mise en place d’un gouvernement bâti autour de l’axe constitué par le leader socialiste et le leader radical peut à bon droit être considéré ici comme l’épisode revêtant la plus grande portée symbolique, avant bien sûr les démissions qui ont signé, de facto, l’arrêt de mort du cabinet dirigé par Pierre Pflimlin. On aurait tort d’oublier toutefois la cascade de démissions qui ont perturbé, en 1955, la vie du second cabinet dirigé par Edgar Faure : celle des ministres républicains sociaux (ex-RPF) à propos, en théorie tout au moins, des affaires marocaines et celle de la majorité des ministres radicaux, dont Maurice Bourgès-Maunoury, ministre de l’Intérieur, pour cause de désaccord avec la décision prise par le président du Conseil de dissoudre l’Assemblée nationale élue en 1951. Dans une perspective de science politique pure, il vaudrait la peine d’affiner l’analyse et d’esquisser une espèce de typologie de ces ruptures : démissions effectives (celles, par exemple, au temps du gouvernement Guy Mollet de 1956-1957 du général Catroux, de Pierre Mendès France et d’Alain Savary, même si ces trois départs obéissent à des logiques différentes), démissions brandies comme des menaces, démissions reprises après un délai de réflexion, etc. Dans le cadre d’analyse et de réflexion qui a été choisi ici, deux points apparaissent particulièrement importants :

  • une habitude a été ainsi créée peu à peu, et les effets s’en feront sentir au cours des semaines dramatiques de la seconde moitié du mois de mai 1958, y compris au moment de la décision de jeter l’éponge, prise par Pierre Pflimlin lui-même au terme du parcours4 ;
  • force est de constater que, tout en prenant acte du caractère de sincérité, d’honorabilité et de légitimité morale et/ou politique de plusieurs de ces actes de rupture, il est non moins légitime de considérer que cette « démissionnite » a pu donner le sentiment d’une fuite devant les responsabilités5.

8Parallèlement, une partie du monde politique a pris l’habitude de se défausser de ses responsabilités en s’en prenant à l’un des siens, tel ou tel, particulièrement exposé. Il y aurait ainsi beaucoup à dire sur la façon dont les socialistes ont laissé Robert Lacoste, ministre-résident en Algérie, assurer le gros de la charge d’une politique de répression qu’ils ne voulaient ni franchement approuver ni condamner purement et simplement. Mais l’exemple le plus caractéristique est celui de la campagne déclenchée au sein du groupe socialiste pour réclamer la démission du ministre de l’Intérieur, Maurice Bourgès-Maunoury, au lendemain de la manifestation des policiers du 13 mars 1958 à Paris. Avec le recul de l’histoire, on voit bien en effet :

  • que cette campagne a contribué à ébranler le gouvernement déjà très affaibli de Félix Gaillard, alors qu’aucune solution de rechange crédible ne se profilait à l’horizon ;
  • que les attaques lancées contre Maurice Bourgès-Maunoury visaient de fait l’un des responsables gouvernementaux qui avait le mieux pris la mesure du malaise régnant au sein de ce secteur des forces de l’ordre ;
  • que, paradoxalement, le même Maurice Bourgès-Maunoury avait été depuis plus de deux ans, en qualité de ministre de la défense nationale et en qualité de président du Conseil, l’un des plus sûrs alliés du parti socialiste SFIO et qu’il avait toujours manifesté sa solidarité avec Robert Lacoste6.

Aux sources de la paralysie progressive d’un système

9En reprenant librement la métaphore des sept piliers d’un processus qui a débouché sur la paralysie effective du système, on retiendra sept principaux facteurs de blocage et/ou de perturbation. Il est nécessaire de préciser – même si la chose va largement de soi – que les éléments d’explication ainsi isolés par une opération de l’esprit constituent un ensemble et que, à bien des égards, la différence réside tout autant dans l’angle de vue choisi que dans la réalité même des phénomènes observés.

Le discrédit frappant le « système » et la classe politique

10L’ombre de l’antiparlementarisme obsédant des années trente et des manifestations des 5 et 6 février 1934 a plané sur la France politique des dernières années de la IVe République. Le déferlement de la vague poujadiste et la violence des attaques lancées sur le thème « Sortez les sortants ! » lors de la campagne électorale improvisée de la fin de l’année 1955 a ainsi fortement contribué à accréditer l’idée d’une répétition de l’histoire. L’idée semble avoir été en particulier répandue dans les milieux de la presse et au sein de la classe politique elle-même.

11En réalité, le discrédit, au demeurant bien réel, frappant cette classe politique était très différent du rejet global, à forte connotation idéologique, des années de la seconde avant-guerre. L’antiparlementarisme, dans sa version classique tout au moins, n’a pas vraiment retrouvé les relais dont il avait naguère disposé au sein des élites sociales, des milieux intellectuels et de la grande presse populaire. Surtout, et en dehors de quelques secteurs très minoritaires de l’opinion, la conjonction, caractéristique des années trente, entre la critique des parlementaires et de leurs comportements, d’une part, et le procès de la démocratie considérée en elle-même, d’autre part, ne s’est pas produite, sinon de manière superficielle. De ce point de vue, il serait d’ailleurs tout à fait utile de réfléchir sur la signification du recours au terme globalisant de « système » pour désigner la cible privilégiée.

12À titre de conclusion, on dira que la qualification précise de ces phénomènes d’opinion ne revêt sans doute pas une importance majeure dans le cadre des interrogations qui sont ici les nôtres. Si ces interrogations visent d’abord à mieux comprendre les réactions ou les absences de réaction des hommes du système lors des événements de mai 1958, le point qui compte au premier chef est que ces hommes avaient fortement intégré l’idée d’une dégradation dramatique de leur propre image et que ce constat pessimiste les a placés en position de vulnérabilité lorsque le « choc » plus ou moins attendu s’est effectivement produit.

Le grippage de la mécanique institutionnelle

13Les troubles de toute sorte affectant le fonctionnement même des institutions politiques constituent sans doute l’aspect le mieux connu de l’usure du système, et c’est celui qui a retenu le plus souvent l’attention, celle des acteurs, celle des témoins et celle des analystes, des juristes tout particulièrement. Il est donc hors de question de traiter ici, même de façon succincte, d’un sujet sur lequel il existe une littérature remarquable en quantité comme en qualité, On se contentera donc de rappeler que les deux grandes crises ministérielles de l’automne 1957 (après la chute du gouvernement Maurice Bourgès-Maunoury) et du début du printemps 1958 (après la chute du gouvernement dirigé par Félix Gaillard) ont donné l’impression d’une accélération brutale du processus de dégradation des dites institutions, un peu comme si un point de non-retour était en train d’être franchi.

La dénaturation du régime parlementaire

14De ce strict point de vue du fonctionnement des institutions, la troisième législature avait semblé débuter sous des bons auspices, puisque le gouvernement constitué par Guy Mollet au lendemain des élections du 2 janvier 1956 avait bénéficié d’une durée de vie assez exceptionnelle. Mais cette période a été aussi celle de l’effacement de toute frontière lisible entre la majorité et l’opposition, autrement dit d’une dénaturation du régime parlementaire et, par voie de conséquence, d’une perte progressive du sens des responsabilités. De janvier 1956 à septembre 1957, les gouvernements Guy Mollet et Maurice Bourgès-Maunoury ont dû prendre appui sur une majorité à géométrie variable dont le noyau dur était constitué par le parti socialiste SFIO et le parti radical valoisien. À compter de la démission de Pierre Mendès France de ses fonctions de ministre d’État le 23 mai 1956, une bonne dizaine d’élus valoisiens, solidaires des prises de position du premier vice-président du parti, glissent toutefois rapidement vers une attitude d’opposition, tandis que le MRP continue de soutenir de ses votes une équipe gouvernementale au sein de laquelle il n’est pas partie prenante. En apparence, la longue crise ministérielle de l’automne 1957 débouche sur une certaine clarification : le gouvernement laborieusement formé par Félix Gaillard s’adosse en effet à une majorité élargie, plus conforme à la simple arithmétique parlementaire, allant des socialistes aux indépendants-paysans d’Antoine Pinay, en passant par les différents groupes et sous-groupes de la nébuleuse radicale, le MRP et les républicains-sociaux (ex-RPF). Mais cette majorité est une majorité en trompe-l’œil, les radicaux mendésistes, l’aile la plus dure des indépendants-paysans (les fameux « quarante » épinglés dans la presse) et la plupart des républicains sociaux étant plutôt dehors que dedans.

La crise des partis de gouvernement

  • 7 Notre connaissance de cette crise fatale a été entièrement renouvelée par la thèse de doctorat de (...)
  • 8 La question de l’exclusion des principaux animateurs de Rénovation démocratique était d’ailleurs à (...)

15Cet état de confusion est lié en partie à la crise des formations de gouvernement qui avaient constitué le pivot des différentes majorités depuis la redistribution des cartes de l’année 1947 : la petite UDSR, déchirée par l’hostilité grandissante régnant entre le « clan » Pleven et la majorité passablement composite réunie autour de François Mitterrand, le vieux parti radical-socialiste, qui avait été depuis une dizaine d’années la formation de gouvernement par excellence, et le MRP. Dans le cas de la famille radicale, la seconde moitié de l’année 1956 a donné le signal d’un véritable processus de décomposition – processus encore inachevé au printemps 1958, Pierre Mendès France et ses proches n’ayant pas brisé à cette date les liens qui les attachaient à la Place de Valois – et on peut dire que, quand s’ouvre la crise finale de la IVe République, le radicalisme est « en miettes »7 Le MRP, qui avait été assez peu affecté par les troubles consécutifs à l’affaire de la Communauté européenne de défense, est parvenu à maintenir l’essentiel de sa cohésion sur la question algérienne, ce qui constitue une différence de taille avec le parti radical. Mais il n’est pas difficile de repérer les indices d’un malaise grandissant dans les deux ailes extrêmes du mouvement : l’aile la plus marquée à gauche avec les interrogations critiques de Robert Buron et la petite fronde des jeunes équipes du cercle Rénovation démocratique8 ; l’aile la plus engagée dans la défense de l’Algérie française et la plus soucieuse, tout au moins, d’affirmer sa solidarité avec les positions prises par Georges Bidault. Dans les deux cas – celui de Georges Bidault de façon plus tranchée que celui de Robert Buron – une sorte de dissidence intellectuelle et morale prélude à la rupture politique proprement dite.

16Dans la perspective qui a été adoptée ici, le point important est que l’affaiblissement des partis à vocation gouvernementale a rendu beaucoup plus difficile la constitution de majorités dotées d’un minimum de stabilité. Dans le cas de la famille radicale, la IVe République finissante a été le théâtre d’une métamorphose surprenante : le parti qui avait été le partipivot de la quasi-totalité des majorités parlementaires depuis l’année 1948 a apporté une contribution non négligeable au processus de déstabilisation du système, ses querelles internes rejaillissant peu à peu sur le fonctionnement même des institutions. L’une des causes du blocage survenu au printemps 1958 à la suite de la chute du cabinet Félix Gaillard réside ainsi dans le veto opposé par les radicaux autoproclamés « orthodoxes » au retour rue Saint-Dominique de l’ancien ministre de la Défense nationale André Morice, chef de file du mouvement de dissidence de l’automne 1956.

L’impossible mutation du système des partis

17Par bien des traits et à plusieurs niveaux de la vie publique, les dernières années de la IVe République ont été marquées par un retour – encore bien timide, il est vrai –, sinon à un schéma de type bipolaire, du moins à une réactivation du vieux clivage droite-gauche. Tout en prenant acte de l’existence d’une large marge d’erreur, la césure décisive à cet égard doit être datée de l’année 1955.

18Mais il est clair qu’une telle évolution demeurait à l’état de virtualité et qu’elle ne pouvait pas trouver son point d’aboutissement dans des délais rapprochés. Trop d’obstacles barraient en effet la route à une authentique recomposition du paysage politique. En dehors du poids formidable des habitudes, en particulier des habitudes prises dans le cadre des alliances nouées à l’échelon des municipalités depuis la belle époque de la Troisième force, deux de ces obstacles étaient provisoirement insurmontables : le problème, encore insoluble, posé par la réintégration du parti communiste dans le système, le désir des responsables des formations de gouvernement, à droite comme à gauche, de maintenir entre elles un minimum de solidarité sur les questions de politique extérieure (notamment sur la question-clef de la construction européenne) et de ne pas durcir à l’excès les oppositions sur l’Affaire algérienne.

19À défaut donc de produire des effets réellement positifs, cette mutation contrariée ne pouvait donc qu’apporter sa contribution à la déstabilisation du système, en poussant notamment à l’intransigeance, voire au choix de la politique du pire, les éléments les plus déterminés des deux camps. Parallèlement, et ce dernier aspect revêt une importance capitale à nos yeux, elle rendait en grande partie caduques les règles du jeu mises en place de façon plus ou moins explicites lors de l’émergence de la « Troisième Force » en 1947-1948, règles du jeu qui, comme on sait, faisaient de la défense du régime un impératif majeur. Une page, de ce point de vue, était bel et bien en train d’être tournée.

La dégradation du climat psychologique et politique

20À notre sens, les travaux, souvent excellents, dont nous disposons sur les dernières années de la IVe République n’ont pas accordé sa juste place à un élément que l’on peut qualifier de « psychologique », au sens le plus général du terme. On peut parler de l’instauration d’un climat de suspicion, d’intolérance et, dans un certain nombre de cas, plus fréquents qu’on ne le croit communément, de haine à l’état brut, y compris au sein des couches supérieures de l’élite politique. Si le fameux « système » mis au banc des accusés ressemblait par bien des traits à La République des camarades décrite en 1914 par Robert de Jouvenel, force est de constater que la bonne camaraderie avait souvent cessé d’être la règle.

21Tout cela n’était pas entièrement nouveau. On peut toutefois se faire une idée plus précise de la singularité de la période 1954-1958 en ce domaine en faisant état de trois remarques complémentaires :

  • Avec le recul de l’histoire, on reste un peu étonné de constater comment les hommes publics expérimentés, responsables et raisonnables, ont pu prêter éventuellement à leurs adversaires les plus noirs desseins et les soupçonner des pires compromissions.
  • La violence des attaques ad hominem n’a pas été le propre des droites extrêmes, dont c’était, il est vrai, traditionnellement l’une des spécialités. Un cas à la fois curieux et révélateur est ici celui de la campagne lancée à la fin de l’année 1954 par L’Express de Jean-Jacques Servan-Schreiber, alors très proche de Pierre Mendès France, contre Edgar Faure, principal ministre du même Pierre Mendès France9.
  • Sans perdre de vue le fait que chacune des « affaires » qui ont défrayé la chronique politique des années 1954-1958 sont loin d’avoir toujours de liens entre elles, il y a bien depuis l’affaire des « fuites » jusqu’aux dernières affaires de la IVe République, une espèce de fil conducteur, fil conducteur résidant dans l’habitude prise peu à peu de raisonner en termes de complots et de machinations en tout genre. Mais le mécanisme est bien connu – à force de crier au loup à tout propos, le risque est de ne pas le voir venir quand il sort du bois pour de bon. Directeur adjoint du cabinet de Pierre Pflimlin à l’Hôtel Matignon en mai 1958, Michel Poniatowski pourra ainsi parler, en évoquant le climat régnant à la fin du mois d’avril, de l’« inconscience des milieux politiques10 ».

L’insubordination des serviteurs de l’État

  • 11 « J’espère que M. Pflimlin présente une démission immédiate et sans réserves de son gouvernement, (...)

22Les soubresauts de l’Affaire marocaine ont mis un point final à l’ère des « proconsuls » qui en prenaient à leur aise avec les orientations de la politique gouvernementale, quand orientations il y avait. À cet égard, et quoiqu’on ait dit parfois, le cas de Robert Lacoste, ministre-résident en Algérie en 1956-1958, n’est pas assimilable à ceux d’un général Guillaume et d’un général Boyer de la Tour. Mais, là encore, des habitudes avaient été prises chez les civils comme chez les militaires, des habitudes en rupture avec la tradition de l’État républicain. La crise de 1958 en témoigne de multiples façons. Laissant de côté le comportement des généraux d’Alger, on se contentera de faire état de deux exemples, de nature d’ailleurs très différente : la manifestation des policiers du 13 mars 1958, qui a sans doute lourdement contribué à la déstabilisation du système, et le rôle joué à l’Élysée par le général Ganeval durant toute la durée de la crise. En vertu de règles non écrites datant de l’Affaire Dreyfus, le secrétaire général de la maison militaire du président de la République était tenu de se cantonner dans son rôle de conseiller pour les questions touchant à la défense nationale. Ancien collaborateur de Georges Bidault rue Saint-Dominique, partisan résolu de la cause de l’Algérie française, le général choisi par René Coty pour remplir ces fonctions a conçu tout autrement sa mission, en particulier lors des crises de l’année 1958, plaidant dans un premier temps pour la constitution d’un gouvernement Bidault et dans un second temps pour le recours au général de Gaulle. Il n’y avait certes rien là qui puisse être qualifié d’acte d’indiscipline, mais cette manière un peu désinvolte de s’affranchir de règles consubstantielles au jeu normal du régime parlementaire n’avait rien d’innocent11.

  • 12 Celles-ci ont, du reste, contribué à l’issue de la crise : l’évidente impossibilité de constituer (...)

23On se gardera bien de conclure sur la question évoquée au début de ce texte sur l’importance relative de la tragédie algérienne et des multiples dysfonctionnements qui ont miné la IVe République de l’intérieur. Un tel exercice serait d’ailleurs dépourvu de véritable pertinence, tant les choses ont été étroitement imbriquées ; la guerre d’Algérie a exaspéré les tensions de toute sorte et mis à nu l’impuissance du régime ; les différents dysfonctionnements ont rendu quasi impossibles la recherche et la mise en œuvre de solutions appropriées. Le sens de notre propos est de dire simplement qu’on aurait tort de tout ramener à l’Affaire algérienne et que l’effondrement du système tient aussi à d’autres causes12.

Notes

1 On se reportera au carton FGI des archives Goguel conservées au Centre d’Histoire de Sciences-po. Il s’agit du tapuscrit du chapitre I des entretiens accordés par François Goguel au politiste américain Roy Pierce. François Goguel précise qu’il a fait part de ses impressions à plusieurs personnalités politiques et que celles-ci lui ont confié qu’elles partageaient son opinion.

2 Pierre Pflimlin a parlé lui-même de « paralysie de l’État » dans le grand discours qu’il a prononcé à l’Assemblée nationale le 13 mai 1958.

3 D’une façon générale, les remous provoqués par l’affaire de la CED ont eu des effets réellement dévastateurs, en particulier sur le parti radical, clef de voute de toutes les majorités parlementaires depuis 1947-1948. Notre conviction profonde est que l’hostilité de René Mayer à Pierre Mendès France – qui a porté le coup de grâce au gouvernement dirigé par Pierre Mendès France en février 1955 – trouve davantage sa source dans le rejet de la CED que dans les dissentiments sur la question du traitement de l’Affaire algérienne. Voir aussi la note 7.

4 Décision rendue inévitable par le retrait des ministres modérés dans l’après-midi du 27 mai, en dépit des réticences d’Antoine Pinay (qui n’était pas, rappelons-le, membre du gouvernement).

5 Un autre signe révélateur de cette réticence à assumer des responsabilités difficiles est fourni par le départ, quelques jours après les événements du 13 mai, de Maurice Faure du ministère de l’Intérieur pour un vague ministère des Institutions européennes. Voir le commentaire peu amène de son successeur, le socialiste Jules Moch, dans Une si longue vie, livre de souvenirs publié chez Robert Laffont en 1976, Lire notamment la page 518.

6 On se reportera à ce sujet au gros ouvrage, un brin hagiographique, consacré par Paul Marcus à Maurice Bourgès-Maunoury, un républicain indivisible, Éditions Atlantica, 1997, en particulier les p. 371-393.

7 Notre connaissance de cette crise fatale a été entièrement renouvelée par la thèse de doctorat de Frédéric Fogacci. Cf., Frédéric Fogacci, Le malheur des temps : la mouvance politique radicale de la Libération à la fin des années 60, 2 volumes, 1201 p., thèse dirigée par Jean-Pierre Chaline et soutenue à l’Université de Paris IV-Sorbonne le 15/11/2008.

8 La question de l’exclusion des principaux animateurs de Rénovation démocratique était d’ailleurs à l’ordre du jour en 1958. C’est la crise du printemps 1958 qui a fait passer cette question au second plan, de même qu’elle a sans doute retardé le départ de Robert Buron.

9 Sur cette affaire, qui a empoisonné les relations ultérieures entre Edgar Faure et PMF, on se reportera au tome 1 des Mémoires d’Edgar Faure, en particulier aux p. 670-676 et au tome II de l’étude très documentée consacrée par Alain Rustenholz et Sandrine Treiner à La Saga des Servan-Schreiber (p. 181-182). On remarquera que cette polémique n’a aucun rapport avec les controverses liées à la décolonisation.

10 Cf., Michel Poniatowski, Mémoires, Paris, Plon, 1997, p. 290.

11 « J’espère que M. Pflimlin présente une démission immédiate et sans réserves de son gouvernement, il n’est que temps, les minutes comptent… » aurait dit le général Ganeval, « très agité » à Michel Poniatowski le mardi 27 mai. Cf., Michel Poniatowski, op. cit., p. 349.

12 Celles-ci ont, du reste, contribué à l’issue de la crise : l’évidente impossibilité de constituer un nouveau gouvernement au sein du « système », après la démission de Pierre Pflimlin dans la nuit du 28 mai, conforte le doute qu’on peut émettre sur le besoin qu’aurait eu de Gaulle de faire monter la pression des militaires pour imposer sa solution.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search