Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La jeunesse n'est plus ce qu'elle était

 | 
Jacques Hamel
, 
Catherine Pugeault-Cicchelli
, 
Olivier Galland
, 
et al.

« Crise de reproduction » et « désouvriérisation » des classes populaires en France

Gérard Mauger

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Distinguer des « générations sociales » distinctes, c’est délimiter des « modes de génération » di (...)
  • 2 Ce que Mannheim (1990) définit comme une Lagerung de génération.

1Au tournant des années 1975, le processus de consolidation de la condition salariale de l’après-guerre en France fait place à une insécurité sociale croissante et à la déstabilisation des modes de vie des classes populaires (Castel, 1995), de sorte que celles-ci apparaissent aujourd’hui comme un monde « dé-fait » (Mauger, 1996). À cette « crise de reproduction » des classes populaires (Mauger, 1998), dont « les jeunes des cités » constituent le point focal depuis le début des années 1980, correspond un changement de leur « mode de génération ». Ce « mode de génération1 » des générations successives de jeunes des classes populaires peut être défini par un état historiquement situé des « cadres de prime socialisation2 » : « stratégies familiales de reproduction » (Bourdieu, 1989), état du système scolaire, état du marché du travail (y compris du « marché du travail illégal »), état de l’offre de biens symboliques (politiques, syndicaux, culturels, religieux, etc.) et des « formes d’encadrement » (Mauger, 2001a).

2Or, la deuxième moitié des années 1970 est marquée par de multiples transformations du mode de génération des classes populaires : « massification » du système scolaire et dévaluation en cascade des titres scolaires, d’une part, désindustrialisation, chômage de masse, précarisation de l’emploi ouvrier, tertiarisation des emplois sans qualification, apparition et développement d’une « économie souterraine », d’autre part, transformations de l’espace résidentiel – des « banlieues rouges » aux « quartiers en difficulté » – et extension de l’emprise de « la culture jeune », enfin.

TRANSFORMATIONS DU SYSTÈME SCOLAIRE

3Jusqu’à la fin des années 1970, la condition, à la fois dominée et ségrégée, des classes populaires – celle que décrit Hoggart (1970) – était intériorisée et les espérances subjectives étaient à peu près ajustées aux chances objectives (Schwartz, 1998 ; Mauger 2006a). Cette auto-exclusion s’exprimait d’abord dans l’auto-élimination scolaire qui devançait, dans la plupart des cas, la relégation des enfants des classes populaires : « À réussite égale, les élèves des classes populaires, écrivaient alors Bourdieu et Passeron (1970), ont plus de chances de s’éliminer de l’enseignement secondaire en renonçant à y entrer (“ce n’est pas pour nous”) que de s’en éliminer une fois qu’ils y sont entrés et, a fortiori, que d’en être éliminés par la sanction expresse d’un échec à l’examen. » Le souci de se prémunir du chômage et du déclassement, l’élargissement du champ des possibles professionnels et l’espoir d’ascension sociale, liés à la prolongation massive des scolarités (la politique des « 80 % d’une classe d’âge au baccalauréat »), expliquent à la fois la demande croissante de scolarisation, la quête du salut social par les études longues, la mobilisation scolaire plus ou moins désarmée des familles populaires (Baudelot et Establet, 2000 ; Poullaouec, 2004) et, parallèlement, le discrédit de l’enseignement professionnel court et des Lycées Professionnels (LP) par rapport au cursus dit « normal » de la filière générale (Beaud, 2002 ; Millet et Thin, 2005).

4Paradoxalement, la prolongation des scolarités et la banalisation de l’entrée des fils d’ouvriers dans l’enseignement secondaire qui en résultent ont contribué à « la désagrégation-disqualification » du groupe ouvrier. Avec le renforcement de l’emprise scolaire, l’accès au monde ouvrier passe désormais par l’école, alors que les Collèges d’Enseignement Technique (CET) restaient sous emprise ouvrière (Grignon, 1971) : l’accès au monde ouvrier est désormais la conséquence de l’échec scolaire. Déstructuré vers le bas par la précarisation et le chômage, le monde ouvrier traditionnel se désagrège aussi vers le haut par la quête du salut social dans la réussite scolaire. Parce que la conquête du statut de lycéen, sur fond de brouillage des classements scolaires, entretient « l’illusion promotionnelle » sans nécessairement permettre d’échapper aux voies de la relégation scolaire et sociale, parce que le LP est un espace dominé et différencié, où la promotion des titulaires de « bacs professionnels » reste incertaine, la plupart des élèves de LP, refusant la condition ouvrière, n’en sont pas moins voués au salariat précaire. En se substituant à l’auto-élimination, la disqualification scolaire qui condamne aux emplois d’ouvriers ou d’employés déqualifiés, contribue efficacement à la disqualification symbolique des classes populaires. Elle est d’autant plus destructrice que l’échec scolaire est presque toujours perçu dans le cadre d’une représentation naturaliste de « l’intelligence » (« l’idéologie du don ») confortée par le constat de réussites scolaires différentielles au sein d’une même fratrie qui semble neutraliser les effets de l’origine sociale. Au contact de l’école, les enfants d’ouvriers s’approprient des modes d’être (ceux de la jeunesse lycéenne) et intériorisent des grilles d’évaluation qui déconsidèrent le travail manuel et la condition ouvrière. De façon générale, la prolongation des scolarités implique l’élargissement du monde social vécu, l’établissement de relations sociales avec des agents géographiquement rapprochés bien que socialement éloignés. Élargissement de l’espace social de référence (renforcé par l’emprise de « la culture jeune ») qui porte au sein même des familles ouvrières la comparaison avec d’autres modes de vie et contribue ainsi à l’auto-disqualification du groupe ouvrier. Ainsi peut-on comprendre que le système scolaire soit à la fois l’objet de tous les espoirs (suscités par « l’école démocratique ») et de toutes les déceptions (suscitées par les mécanismes ordinaires de « la reproduction »).

LES TRANSFORMATIONS DU MARCHÉ DU TRAVAIL OUVRIER

  • 3 Le recensement INSEE de 2006 dénombre 8 335 257 employés et 6 966 994 ouvriers, soit 53,6 % de la (...)

5La restructuration et la disparition de branches entières de la production industrielle (industries minières, métallurgiques, textiles, etc.), la désindustrialisation et les délocalisations, d’une part, la mise en place de nouvelles technologies et de nouvelles stratégies patronales (Actes de la recherche en sciences sociales, 1996), d’autre part, ont provoqué la réduction du nombre d’emplois ouvriers, la ruine des métiers ouvriers traditionnels et la dévalorisation des diplômes techniques qui en ouvraient l’accès, le chômage de masse, l’extension de la précarité, « l’insécurité sociale » et, de plus en plus fréquemment, la paupérisation qui vont de pair, c’est-à-dire, en définitive, la disqualification de « la force de travail simple » (la force de travail comme force physique) et des « valeurs de virilité » qui occupaient une place centrale dans la « culture d’atelier » et, au-delà, dans la définition de l’identité masculine traditionnelle des milieux populaires (Schwartz, 1990 ; Mauger, 2006b). Si le nombre d’ouvriers s’accroît jusqu’en 1975, le déclin numérique du groupe ouvrier s’amorce au cours de la deuxième moitié des années 1970. Toutefois, ce déclin est pour partie compensé par l’extension des emplois de production répertoriés désormais du côté des services (manutention, logistique, etc.). De plus en plus d’ouvriers travaillent dans le tertiaire et se rapprochent ainsi du statut d’employés, alors que les salariés d’exécution du tertiaire, « ouvriers de service » en quelque sorte, se rapprochent des emplois ouvriers (Mischi et Renahy, 2007)3.

6Par ailleurs, depuis la fin des années 1970, les dispositifs d’insertion successifs ont institutionnalisé la transition entre système scolaire et marché du travail, mettant en place de nouvelles formes d’encadrement de la fraction la plus démunie des jeunes des classes populaires et institutionnalisant la figure du « stagiaire perpétuel » (Mauger, 2001b). La remarque de Philippe Bourgois (2001) à propos des jeunes des ghettos new-yorkais vaut pour les jeunes sans diplôme ou titulaires de CAP et BEP dévalués : « Le rêve macho-prolétarien de faire ses huit heures plus les heures supplémentaires tout au long de leur vie d’adulte dans un atelier syndiqué à un poste difficile [a] été remplacé par le cauchemar d’un travail de bureau subalterne, mal payé et très féminisé. » Les obstacles objectifs à la conversion du monde de la cité au monde du travail – chômage de masse et disqualification de la force de travail simple, précarisation croissante, sélection accrue à l’embauche et discrimination raciale – sont redoublés par un mécanisme subjectif : au « goût du nécessaire » qui conduisait les fils d’ouvriers à « travailler dur », sans même se demander s’ils pourraient ne pas le faire, s’est substituée une sorte d’« aversion » pour des emplois subalternes, mais, par ailleurs, difficilement accessibles. Rares pourtant sont ceux qui n’ont jamais exercé d’emploi salarié. Mais les emplois précaires accessibles sont souvent des emplois de services (commerce ou bureaux) ou des emplois ouvriers dispersés dans des univers beaucoup plus proches des prestataires de services que des ateliers de production. Pour les jeunes qui sont sortis de l’école sans formation professionnelle et une partie des titulaires de diplômes dévalués, la stabilisation dans un emploi durable est l’horizon souvent indéfiniment éloigné d’une période de transition où alternent stages, emplois précaires et chômage, et ce sas est d’autant plus long que le capital scolaire détenu est plus faible. Parce qu’ils sont privés des bases matérielles de leur autonomie, la forme et le cours du processus normal d’émancipation de la tutelle familiale sont modifiés : le manque d’argent endémique interdit l’accès aux « loisirs jeunes » et à un logement indépendant. La désillusion qu’induit le déclassement de ceux qui ont acquis un métier « garanti » par un titre dévalué, le désenchantement de ceux qui ont juste assez fréquenté l’école pour y avoir intériorisé une « bonne volonté culturelle » désarmée et inutile et le désarroi de ceux qui, démunis de tout titre scolaire, n’ont pour toute ressource qu’une force physique obsolète et des « valeurs de virilité » périmées, n’ont pas de conséquences mécaniques sur l’évolution de la délinquance enregistrée, mais toute analyse des formes contemporaines de « déviance » des jeunes des classes populaires (suicides, alcoolisme et toxicomanies, d’une part, « bizness », « deal » et violences afférentes, d’autre part) doit nécessairement en tenir compte. Par ailleurs, l’apparition et le développement du marché de la drogue dans les banlieues populaires a profondément transformé le répertoire des pratiques délinquantes : en créant les bases d’une économie souterraine relativement prospère (économiquement concurrentielle par rapport aux emplois intérimaires déqualifiés) et en établissant une connexion entre « le monde des bandes » et « le milieu » de la délinquance professionnelle (Mauger, 2006b et 2009b).

7En définitive, comme le note Henri Eckert (2006), ceux qui ont été écartés des filières « normales » de l’enseignement secondaire tendent à se scinder en deux groupes distincts : d’un côté, les emplois auxquels accèdent progressivement les titulaires d’un bac professionnel (« les bac pro »), de l’autre, les emplois précaires pourvus par les titulaires d’un CAP ou d’un BEP ou les jeunes sans formation professionnelle, étant entendu que « les diplômés refoulés du segment du marché du travail correspondant à leur titre viennent concurrencer sur leur propre marché de l’emploi les détenteurs de diplômes situés aux échelons de la hiérarchie scolaire immédiatement inférieurs » (Baudelot et Establet, 2000).

TRANSFORMATION DES FORMES D’ENCADREMENT DES JEUNES DES CLASSES POPULAIRES

8Même si les cadres familiaux, scolaires et professionnels contribuent de façon décisive au mode de génération des nouvelles générations, il faut encore étudier les effets de socialisation qu’exercent le cadre résidentiel (et les groupes de pairs correspondants) et différentes formes d’encadrement plus ou moins institutionnalisées.

9Comment d’abord est-on passé des « banlieues rouges » (Fourcaut, 1992) aux « quartiers sensibles » ? Trois mécanismes permettent de rendre compte des transformations de l’espace résidentiel des classes populaires et de l’apparition de « ces cités dont on parle ». D’abord, la coïncidence au cours des trois décennies qui suivent la Seconde Guerre mondiale entre la rénovation des villes ouvrières et les vagues successives d’immigration jusqu’en 1974. L’amélioration du logement ouvrier, élevant la barrière à l’entrée, durcit la coupure entre les ouvriers qualifiés (« la classe ouvrière respectable ») dont l’accession au logement neuf symbolise l’ascension collective et les OS et manœuvres immigrés. Au cours du septennat de Valéry Giscard d’Estaing, la nouvelle politique du logement et en particulier la loi Barre de 1977 facilitent l’accès à la propriété des familles populaires (Bourdieu, 2000) : d’où la sortie massive des HLM des ménages d’OP et des couches moyennes et le déclassement des « grands ensembles » qui cessent d’incarner la réussite ouvrière. Clientèle de substitution, les familles immigrées accèdent alors aux grands ensembles et en accélèrent le déclassement : ainsi se creuse la division entre « ouvriers pavillonnaires » et « ouvriers de cité ». Troisième mécanisme : la dégradation de la condition ouvrière à partir de la deuxième moitié des années 1970 frappe prioritairement les ouvriers les moins qualifiés et, parmi eux, les ouvriers immigrés les plus récents. Pour les autres ménages ouvriers – « les établis », dans la terminologie de Norbert Elias et John L. Scotson (1997) –, « rester en HLM » est la conséquence de l’impossibilité où ils se trouvent d’accéder à la propriété, l’objectivation spatiale de leur précarisation salariale et/ou de l’échec conjugal et de leur égalité de condition avec « les nouveaux venus ». « Coincés dans le quartier », certains se font les porte-parole de « la cause sécuritaire » et de « la chasse aux jeunes » et « votent FN », tentant de rétablir ainsi la distance spatialement abolie qui les séparait autrefois des familles immigrées ; d’autres s’en accommodent ; d’autres encore restent solidaires. Si, à l’inverse, l’accès aux grands ensembles a pu apparaître comme une promotion sociale pour les familles immigrées issues des cités de transit, la crainte de voir leurs fils « prendre la mauvaise pente », « tomber dans la drogue et la délinquance » les fragilise. Conscientes d’être « mises toutes dans le même sac », elles sont également prises au piège du quartier. Reste que, comme le souligne Loïc Wacquant (2007), « la relégation dans ces concentrations de logements publics en déshérence à la périphérie des villes se fonde prioritairement sur l’appartenance de classe et non sur l’appartenance ethnique ».

10De ce point de vue, il faut souligner, aujourd’hui comme hier, « l’adhésion des membres de la classe ouvrière aux valeurs de virilité qui sont une des formes les plus autonomes de leur affirmation d’eux-mêmes en tant que classe » (Bourdieu, 1979), valeurs de virilité qui s’expriment dans la valorisation populaire de la force physique (force de travail ou force de combat) comme du « franc-parler ». En ce qui concerne les jeunes des classes populaires, le monde des bandes apparaît, aujourd’hui comme hier, comme la forme de sociabilité où les jeunes hommes, dès les dernières années d’école et jusqu’à la formation d’un couple stable « profitent de leur jeunesse », jouissant des licences statutaires accordées aux jeunes hommes, mais aussi comme le cadre d’un apprentissage collectif des valeurs de virilité où se cristallise l’habitus masculin populaire (Mauger, 2006b). Mais, si le monde des bandes des années 1960-1970 apparaissait comme une sorte de propédeutique à la culture d’atelier, l’écart s’est creusé entre la « culture de rue » et ses valeurs de virilité et les dispositions requises dans le secteur tertiaire (coursiers, employés de maison, agents de nettoyage, travailleurs de la restauration, etc.) ou même dans l’usine moderne (disponibilité, initiative, flexibilité, etc.). Le sens commun du travail « en col blanc » est étranger aux « jeunes des cités » et leur sens de la dignité dans le contact interpersonnel (le refus de la subordination) est peut-être encore plus inadapté que leurs capacités professionnelles.

11À la reproduction des valeurs de virilité faisait écho la construction d’une identité politique. Bernard Pudal (1989) a montré ce que furent les effets symboliques de la réhabilitation associée au « messianisme ouvrier » et à « l’ouvriérisme » (inversion du stigmate pesant sur « les damnés de la terre » convertis en « rédempteurs de l’humanité »), les effets de « la croyance communiste » entretenue par une sorte de « religion séculière », avec ses rites (le 1er mai), ses héros (nationaux et internationaux) et son « Église » (« le Parti »), les effets de la sociabilité ouvrière (politique, syndicale, associative) associée aux cellules du Parti, aux sections syndicales et aux multiples associations périphériques, bref, le travail politique de construction de la classe ouvrière. Cette croyance produisait des effets de mobilisation qui renforçaient eux-mêmes la croyance en faisant la preuve de son bien-fondé : Xavier Vigna (2007) a ainsi mis en évidence le cycle de mobilisation ouvrière des « années 68 », longue période d’« insubordination » qu’il décrit comme un moment exceptionnel d’expression d’une « politique ouvrière ». L’effondrement des États socialistes et la disqualification du « socialisme réel » et des formes de messianisme politique qui en étaient solidaires, la « désouvriérisation » du PCF et les « recentrages » syndicaux (Mischi, 2007), le désarroi qu’implique la perte de « mots de la tribu » (classe ouvrière, exploitation, etc.), sociologiquement, médiatiquement et politiquement disqualifiés, la détérioration des capacités de mobilisation et de résistance d’un groupe ouvrier soumis à la menace du chômage, au chantage à la docilité qui s’exerce sur les précaires et à la concurrence des intérimaires ont désorienté symboliquement et disqualifié politiquement le groupe ouvrier et contribué à sa « désobjectivation ». « Au cours de ces quinze dernières années, c’est l’idée même d’une avancée collective du groupe ouvrier qui s’est perdue. Avec elle a disparu l’espoir politique d’un changement radical des rapports sociaux sur la base d’un modèle de type socialiste », notent Beaud et Pialoux (1999). L’esprit de résistance, « la culture PC-CGT » sont devenues incompréhensibles pour les jeunes intérimaires, d’autant plus qu’ils se vivent comme « de passage » ou qu’ils espèrent avoir accès à un emploi stable et qu’invités en permanence à souscrire aux « modes » (datées) et aux versions (socialement diversifiées) de « la culture jeune » (musicale, vestimentaire, cosmétique, etc.), ils sont captés par les valeurs consuméristes. Aux formes traditionnelles d’organisation, politiques, syndicales, religieuses, culturelles, etc., se sont superposées de nouvelles formes d’encadrement. Encadrement associatif ou religieux : des « grands frères » aux imams (Kakpo, 2007). Encadrement étatique : « politiques d’insertion », « politique de la ville », promotion de la « mixité sociale », politiques d’encadrement d’une « main gauche de l’État » (Bourdieu, 1993a et 1998) confrontée à une « mission impossible » (Bourdieu, 1993b), à un pôle, renforcement des « politiques sécuritaires », à l’autre (Mucchielli, 2001).

LE RENFORCEMENT DES CLIVAGES INTERNES AUX CLASSES POPULAIRES

12Ainsi peut-on comprendre que les classes populaires qui restent numériquement majoritaires apparaissent aujourd’hui comme un monde « dé-fait » : socialement « déconstruit », économiquement, politiquement et symboliquement dévalorisé. De multiples mécanismes contribuent, en effet, à défaire les collectifs et le sens du collectif ou, comme dit Florence Weber (1989), « la revendication d’égalité », indissociable de l’ethos populaire traditionnel, renforçant les clivages internes aux classes populaires et atomisant les collectifs.

  • 4 Si en termes de stocks, les CDI restent majoritaires (60 %), en termes de flux, plus de 70 % des n (...)

13La multiplication des statuts – des contrats à durée indéterminée (CDI) aux intérimaires en passant par toutes les sortes de contrats à durée déterminée (CDD)4 – et des formes atypiques d’emploi – travail partiel, travail intermittent, travail indépendant –, la dégradation du statut de nombreuses catégories salariales qui se traduit par le développement d’un sous-marché du travail (celui des « travailleurs pauvres »), les mesures publiques de « traitement social du chômage » qui contribuent à la constitution d’un « infra-salariat », accroissent les disparités entre les différentes catégories de salariés. Le chantage collectif aux délocalisations et le chantage individuel à l’embauche « en fixe » des nouveaux entrants, sous la menace du chômage et la pression de « l’armée industrielle de réserve », renforcent la concurrence entre travailleurs, « décollectivise » les rapports de travail, alors que, parallèlement, le développement de la sous-traitance fragmente les collectifs de travail. De même que l’école classe et ne cesse pas – explicitement et implicitement – d’encourager la compétition (en élargissant l’éventail des destins sociaux possibles pour les membres des classes populaires), stimule les ambitions individuelles, encourage les projets et les stratégies d’accomplissement individuel, les nouvelles stratégies managériales d’individualisation des salaires et des primes, les incitations à la mobilité, à l’adaptabilité, à la flexibilité, l’inculcation de l’idéologie entrepreneuriale tendent à la fois à stimuler les initiatives individuelles et à briser les collectifs.

14Ces transformations dans le monde du travail – à commencer par le chômage de masse et la précarité des relations d’emploi – affectent principalement les jeunes et, parmi eux, ceux qui sont sortis du système scolaire aux niveaux les plus bas et qui, jugés « inemployables », subissent un processus d’invalidation irréversible. Cette précarisation croissante de l’inscription dans l’ordre du travail a de multiples conséquences. Le rapport incertain à l’avenir qu’elle induit, la vie « au jour le jour », interdisent tout projet ou investissement durable et tournent parfois au « cauchemar biographique » (Castel, 2009). Profondément affectés par les processus de dérégulation et de décollectivisation à l’œuvre sur le marché du travail, les jeunes des classes populaires, voués au « sauve-qui-peut », tentant individuellement de « saisir leur chance » pour se faire embaucher « en fixe », passent pour des « fayots » aux yeux des « vieux OS » dont ils méprisent la « culture d’atelier » fondée sur la solidarité du groupe, l’opposition aux chefs, la débrouillardise, etc. À la « culture de rébellion » de la « génération ouvriérisée » des années 1970 s’oppose « l’individualisme négatif » de la « génération précaire » des années 1990, aux « Ouvriers Professionnels » en déclin (incarnations de la culture ouvrière traditionnelle), les jeunes « bac pro » (titulaires de « Baccalauréats professionnels ») et « BTS » (titulaires de « Brevets de Techniciens Supérieurs ») en ascension, porteurs de la « culture technicienne » (Beaud, Pialoux, 1999).

15Si la difficulté d’accéder à un emploi peut aller de pair – chez ceux qui « ont des bagages » – avec un fort investissement dans le travail, d’autres s’investissent dans l’économie informelle » ou « parallèle » : le « bizness » qui permet l’appropriation des attributs statutaires de l’excellence juvénile et de « sauver la face ». L’échec des tentatives d’insertion professionnelle par des voies légales, les dispositions à l’égard du travail non qualifié, les tensions entre nécessité économique et contraintes symboliques, l’impératif de « la débrouille », le travail de légitimation morale du « bizness » peuvent faire de l’engagement dans l’économie illégale le choix le moins humiliant et le plus rassurant (Tafferant, 2007).

16À travers les stratégies d’individualisation et la superposition des clivages – entre qualifiés et non qualifiés, stables et précaires, jeunes et vieux, « respectables » et déviants (sans préjudice des tensions entre hommes et femmes, nationaux et immigrés) –, l’unité relative des classes populaires s’est défaite, leurs capacités de résistance ont décliné, leur subordination s’est intensifiée. C’est ainsi qu’elles sont devenues progressivement invisibles : « moyennisées » ou réduites à la figure stigmatisée du « jeune des cités ».

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Actes de la recherche en sciences sociales, « Les nouvelles formes de domination dans le travail », n° 114-115, 1996.

Baudelot C. et Establet R., Avoir trente ans en 1968 et en 1998, Paris, Le Seuil, 2000.

Beaud S. et Pialoux M., Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1999.

Beaud S., 80 % au bac. Et après  ?... Les enfants de la démocratisation scolaire, Paris, La Découverte, 2002.

Bourdieu P. et Passeron J.-C., La reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Éditions de Minuit, 1970.

Bourdieu P., La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

Bourdieu P., La noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Éditions de Minuit, 1989.

Bourdieu P., « La démission de l’État », Bourdieu P. (dir.), La misère du monde, Paris, Le Seuil, 1993a.

Bourdieu P., « Une mission impossible », Bourdieu P. (dir.), La misère du monde, Paris, Le Seuil, 1993b.

Bourdieu P., « La main gauche et la main droite de l’État », Bourdieu P., Contre-feux. Propos pour servir à la résistance contre l’invasion néo-libérale, Paris, Liber-Raisons d’Agir Éditions, 1998.

Bourdieu P., Les structures sociales de l’économie, Paris, Le Seuil, 2000.

Castel R., Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1995.

Castel R., « Les jeunes ont-ils un rapport spécifique au travail ? », CASTEL R., La montée des incertitudes. Travail, protection, statut de l’individu, Paris, Le Seuil, 2009.

Eckert H., Avoir vingt ans à l’usine, Paris, Éditions La Dispute, 2006.

Elias N. et Scotson J. L., Logiques de l’exclusion, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1997 [1965].

Fourcaut A. (dir.), Banlieue rouge 1920-1960, Paris, Éditions Autrement, Série « Mémoires », n° 18, 1992.

Grignon C., L’ordre des choses. Les fonctions sociales de l’enseignement technique, Paris, Éditions de Minuit, 1971.

Hoggart R., La culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, Paris, Éditions de Minuit, 1970 [1957].

Kakpo N., L’Islam, un recours pour les jeunes, Paris, Presses de Sciences Po, 2007.

Mannheim K., Le problème des générations, Paris, Éditions Nathan, 1990 [1928].

Mauger G., « Les ouvriers : un monde dé-fait », introduction à Lionel Duroy, « Embauché dans une usine », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 115, 1996.

Mauger G., « La reproduction des milieux populaires en crise », Ville, école, intégration, n° 113, 1998.

Mauger G., « Précarisation et nouvelles formes d’encadrement des classes populaires », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 136-137, 2001a.

Mauger G., « Les politiques d’insertion. Une contribution paradoxale à la déstabilisation du marché du travail », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 136-137, 2001b.

Mauger G., « Les transformations des classes populaires en France depuis trente ans », Lojkine J., Cours-salies P. et Vakaloulis M. (dir.), Nouvelles luttes de classes, Paris, PUF, 2006a.

Mauger G., Les bandes, le milieu et la bohème populaire. Études de sociologie de la déviance des jeunes des classes populaires (1975-2005), Paris, Éditions Belin, coll. « Sociologiquement », 2006b.

Mauger G., « Générations et rapports de générations », Quéniart A. et Hurtubise R. (dir.), L’intergénérationnel. Regards pluridisciplinaires, Rennes, Presses de l’EHESP, 2009a.

Mauger G., La sociologie de la délinquance juvénile, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2009b.

Millet M. et Thin D., Ruptures scolaires. L’école à l’épreuve de la question sociale, Paris, PUF, 2005.

Mischi J. et Renahy N., « Classe ouvrière », Dictionnaire de sociologie, Paris, Encyclopædia Universalis et Albin Michel, 2007.

Mischi J., « Pour une histoire sociale du déclin du PCF », Haegel F. (dir.), Les partis et le système partisan français, Paris, Presses de Sciences Po, 2007.

Mucchielli L., Violences et insécurité. Fantasmes et réalités dans le débat français, Paris, La Découverte/Syros, 2001.

Noiriel G., Les ouvriers dans la société française – XIXe-XXe siècle, Paris, Le Seuil, 1986.

Poullaouec T., « Les familles ouvrières face au devenir de leurs enfants », Économie et Statistique, n° 371, 2004.

Pudal B., Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1989.

Schwartz O., Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, PUF, 1990.

Schwartz O., La notion de « classes populaires », Habilitation à diriger des recherches en sociologie, université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines, 1998.

Tafferant N., Le bizness. Vertus et illusions d’une économie souterraine, Paris, PUF, 2007.

Vigna X., L’insubordination ouvrière dans les années 1968. Essai d’histoire politique des usines, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

Wacquant L., Parias urbains. Ghetto, banlieues, État, Paris, La Découverte, 2006.

Weber F., Le travail à-côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, INRA-EHESS, 1989.

Notes

1 Distinguer des « générations sociales » distinctes, c’est délimiter des « modes de génération » différents dans le cours de l’histoire d’une formation sociale déterminée. Sur cette base, on peut s’interroger sur les rapports qui s’établissent entre « générations sociales » successives. De façon générale, un changement significatif dans le mode de génération des générations successives se traduit par une « crise de reproduction » et d’éventuels « conflits de générations » (Mauger, 2009a). Si l’on se situe à l’échelle d’une classe ou d’un groupe social – « les classes populaires » dans le cas présent – on peut délimiter, comme le fait Gérard Noiriel (1986), trois générations successives dans l’histoire de « la classe ouvrière » française ou y distinguer, comme le propose Olivier Schwartz (1990), « strate prolétarienne », « strate de la déprolétarisation » et « strate de la précarisation ». Reste que, d’une part, ces changements structurels du « mode génération » s’opèrent insensiblement et que, d’autre part, tenter de montrer que « la jeunesse des classes populaires n’est plus ce qu’elle était », c’est s’exposer à prétendre, en transposant l’expression de Roger Cornu, que « la jeunesse des classes populaires n’est plus ce qu’elle n’a jamais été »...

2 Ce que Mannheim (1990) définit comme une Lagerung de génération.

3 Le recensement INSEE de 2006 dénombre 8 335 257 employés et 6 966 994 ouvriers, soit 53,6 % de la population active de 15 à 64 ans (28 563 491).

4 Si en termes de stocks, les CDI restent majoritaires (60 %), en termes de flux, plus de 70 % des nouvelles embauches se font sous des formes dites atypiques d’emploi.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site