Version classiqueVersion mobile

Jérôme Lalande

 | 
Guy Boistel
, 
Jérôme Lamy
, 
Colette Le Lay

Première Partie. Instituer l’astronomie

Lalande, père fondateur et premier patron du Bureau des longitudes (1795-1807)

Jean-Marie Feurtet

Texte intégral

  • 1 Voir ces textes fondateurs dans Lois, décrets, ordonnances, arrêtés et décisions concernant le Bur (...)

1Le Bureau des longitudes, fondé par une loi de la Convention thermidorienne en date du 7 messidor an III (22 juin 1795), avait pour principales missions : l’administration des observatoires de Paris et de l’École militaire, ainsi que des instruments saisis et appartenant à la Nation ; la correspondance avec les observatoires français et étrangers ; la rédaction d’un nouvel Annuaire national, ainsi que des éphémérides de la Connaissance des temps (sous la responsabilité de l’Académie des sciences jusqu’en 1793) ; le perfectionnement des tables et méthodes astronomiques, et la publication des observations ; la tenue d’un cours annuel d’astronomie1.

2Composée à l’origine de 2 géomètres, 4 astronomes, 4 astronomes adjoints, 2 anciens navigateurs, 1 géographe, 1 constructeur d’instruments, cette institution hybride se situait à mi-chemin entre une commission académique pérennisée et un comité directionnel et scientifique d’organismes en mutation. Elle était le fruit d’une conjonction entre des réajustements politiques, et une volonté de réémergence et de coordination accrue des capitaux humains, instrumentaux et symboliques formant un champ en cours de singularisation : les sciences astronomiques.

3Lalande polarisa ce mouvement de réémergence autour de ses propres entreprises et avec ses ressources de patron, s’imposant comme l’un des porte-parole du monde savant parisien. Quelle place occupa-t-il exactement dans la naissance et la consolidation du Bureau des longitudes, et inversement quel sens cette ultime étape revêt-elle dans sa carrière scientifique ? Comment et jusqu’à quelle période fut-il l’un des centres de gravité de l’activité de ce corps savant ?

Lalande et la conception d’une institution révolutionnaire

  • 2 Cf. R. Hahn, L’anatomie d’une institution scientifique : l’Académie des Sciences de Paris (1666-18 (...)
  • 3 Le système directorial instauré par Cassini IV en 1784-85 affranchissait largement l’Observatoire (...)

4Au cœur du mouvement de retour en force de l’ancienne élite académique qui caractérise la naissance et les débuts du Bureau des longitudes, se trouvent deux événements majeurs qui ébranlèrent profondément une partie du monde savant parisien : la dissolution de l’ancienne Académie royale des sciences en août 1793 d’une part2, et l’interruption des réformes entreprises par Cassini IV à la tête de l’Observatoire de Paris d’autre part3. De ces deux séismes concomitants va naître un ré-envisagement global de l’organisation localisée et réticulaire de l’astronomie en France.

  • 4 Voir Nicole et Jean Dhombres, Naissance d’un nouveau pouvoir : sciences et savants en France (1793 (...)
  • 5 Lalande avait succédé en 1768 (et de fait, dès 1761) à Delisle comme titulaire de la chaire d’astr (...)
  • 6 Bibliothèque Victor Cousin, ms. 99, p. 40 : « Le 20 novembre 1794, la rentrée publique a été brill (...)
  • 7 Archives de l’Académie des Sciences (AAS), 1 J 4, p. 71. Exemple type d’un Lalande proactif, antic (...)

5Sans s’être engagé comme « bureaucrate scientifique4 » en faveur des idées nouvelles (il semble avoir été en faveur d’une monarchie éclairée), Lalande a poursuivi ses activités au plus fort des troubles révolutionnaires : depuis 1788 en effet, après en avoir fait rénover les locaux, Lalande a entrepris à l’observatoire de l’École militaire la description de plusieurs dizaines de milliers d’étoiles, qui allait être publiée en 1801 sous le titre de l’Histoire céleste. Le cœur du réseau patronal de Lalande ne réside pourtant pas en ce lieu, bien que de nombreuses recrues de calculateurs ou de praticiens, souvent éphémères, y aient été les aides de son neveu Lefrançais. La stabilité des ressources de Lalande et sa survie professionnelle entre 1792 et 1795 s’expliquent davantage par ses postes de professeur, et depuis 1791 d’inspecteur au Collège de France5. C’est à ce titre que dès la fin de l’été 1794, Lalande se fait le coryphée de la renaissance des activités scientifiques qui, depuis deux ans, avaient perdu leurs principaux canaux de communication, louant les projets des Thermidoriens en matière d’Instruction publique et de sciences à l’occasion de la rentrée publique du Collège en novembre 17946. En février 1795, Lalande est encore à l’origine d’une société d’instruction mutuelle, la « Réunion des sciences7 ».

  • 8 Les procès-verbaux du Comité d’instruction publique ont fait l’objet d’une publication exhaustive (...)

6Fait unique dans sa carrière, Lalande accompagna ce réinvestissement de la sphère savante d’un engagement dans les rouages politico-administratifs. Dès le 18 vendémiaire an III (octobre 1794), Lalande fait partie des nouveaux suppléants du Comité d’instruction publique, organisme en charge des questions culturelles, d’éducation et de recherche depuis l’établissement de l’Assemblée nationale. Au début de nivôse an III (janvier 1795), il remplace finalement Lequinio envoyé en mission ; malgré une brève éclipse, il occupe ce siège jusqu’à la dissolution du Comité en brumaire an IV, et en est le secrétaire puis le président durant le mois de messidor an III (époque à laquelle est fondé le Bureau des longitudes), alors même qu’il tient les rênes de l’Observatoire national8.

  • 9 Lakanal de retour de mission reprend en thermidor an II les fonctions d’inspecteur de l’Observatoi (...)
  • 10 Texte de ce rapport dans Archives nationales, F17 1014, pièce 44 (8 frimaire an III) : considérant (...)
  • 11 Sans insister sur l’ambiguïté avec laquelle Lalande présenta a posteriori Lakanal comme le véritab (...)

7Lalande se pose alors en principal interlocuteur de Lakanal et Grégoire, Conventionnels et hommes-clés de la réorganisation de centres institutionnels pour les sciences et techniques après Thermidor9 : le véritable acte de naissance du projet de Bureau des longitudes, exposé en séance du Comité du 8 frimaire an III, reprend les analyses d’un rapport de Lalande sur les observatoires français remis à Lakanal quelques jours plus tôt10. Fort de cette expérience d’enseignant jugée alors comme paradigmatique d’une science démocratique, et en posture d’expert de proximité, Lalande met en avant le potentiel de bienfaits sociaux des sciences astronomiques à destination des marins, des militaires ou de l’administration, tout en jouant de l’émulation et de la rivalité latente qui animent les deux hommes successivement en charge du dossier des observatoires11.

  • 12 PVCIP, t. VI, p. 215, séance du 28 floréal an III.
  • 13 En mettant à part le cas de Nouet, calculateur reconnu, et qui demeura un astronome relais essenti (...)
  • 14 Bibliothèque de l’Observatoire de Paris (BOP), ms. 1028, lettre de Cassini à Lalande, Thury 7 prai (...)

8Bien que Lalande ait tenu à dénoncer fréquemment la tyrannie Terroriste, son attitude n’est guère taxable d’opportunisme : il partage avec les Thermidoriens une volonté de diffusion des Lumières et de mise en avant d’une science utile à tous. Son engagement politique en l’an III pourrait finalement se résumer en une redéfinition du contrat d’autonomie entre sciences et État et en un lobbying de porte-parole autoproclamé d’une communauté scientifique, tandis que d’autres savants – chimistes notamment – eurent un rôle décisionnel plus assumé et durable. Mais loin de jouer les Cincinnatus, Lalande investit des postes stratégiques à l’interface du politique : nommé dès le 17 mai 1795 directeur temporaire de l’Observatoire national12, son premier souci est d’en éloigner les anciens élèves de Cassini13, de préparer le retour de ce dernier14, et de développer d’ores et déjà une nouvelle logique d’observatoires partenaires autonomes mais coordonnés par ses soins. Le dynamisme de Lalande aboutit logiquement à son élection comme secrétaire du Bureau des longitudes, confortant ainsi durablement sa place de porte-parole et de coordinateur du monde astronomique.

  • 15 Sur le Board of longitude comme tribunal et lieu de conflits d’intérêts techniques et économiques, (...)
  • 16 Guy Boistel, L’astronomie nautique en France au milieu du XVIIIe siècle : Tables de la lune et lon (...)
  • 17 Lois, décrets… concernant le Bureau des longitudes, op. cit., p. 1-15.
  • 18 Il rejoint ainsi les préoccupations d’anti-vandalisme de Grégoire : voir AAS, dossier Lalande, let (...)

9D’où vient l’idée d’un Bureau des longitudes ? La référence au modèle anglais est évidemment présente à la fois chez Lalande, Lakanal et Grégoire, avec quelques nuances. À l’occasion de deux voyages en Angleterre (1763 et 1788), Lalande fut témoin des activités du Board of longitude britannique, commission chargée de l’attribution d’un prix fondé en 1714, peu à peu devenue un organe de jugement scientifique et d’encouragement des activités astronomiques15. On sait que Lalande se considère aussi, à juste titre, comme l’un des principaux acteurs de la solution au problème des longitudes en France : préposé au perfectionnement de la navigation auprès du ministre de la Marine dès 1769, il reprend en 1795 le contrôle des éphémérides de la Connaissance des temps où il avait introduit les tables de distances lunaires (1772)16. Enfin, à regarder dans le détail le rapport de Grégoire17, on trouve un peu partout la marque d’une interaction avec Lalande : depuis le thème de la « communication culturelle » et de la diffusion populaire de la science, jusqu’à l’appel à restaurer le gnomon de Tonnerre18. Compétitions maritime et scientifique se font écho dans l’adaptation française : tout en rappelant le succès du Nautical Almanach de Maskelyne et en citant Herschel comme prototype du savant idéal, Grégoire dans son rapport faisait du Bureau des longitudes un organe de combat de la « Grande Nation ».

  • 19 Exposé sommaire des travaux de Joseph Lakanal, Paris, 1828, p. 207-209 : lettre de Laplace à Lakan (...)
  • 20 L’introduction également tardive de deux « anciens navigateurs » (dont l’un, Borda, est avant tout (...)
  • 21 Après la création du Bureau des longitudes, Lalande tente de se faire attribuer l’ancien observato (...)
  • 22 Voir PVBL : les Lalande sont menacés d’expulsion en 1796 et 1801. D’après G. Bigourdan, Histoire d (...)

10Il convient néanmoins de nuancer l’apport de Lalande : si sa « paternité officieuse » est incontestable, la composition du Bureau des longitudes en juin 1795 n’aurait pas été si panachée sans d’autres synergies. L’intervention du mathématicien Laplace notamment, consulté fin 1794 par Lakanal après le premier jet automnal19, est à l’origine de l’introduction d’un encadrement du Bureau des longitudes par les géomètres, tandis que l’adjonction in extremis d’un fabricant d’instruments (Caroché) est plus certainement à mettre au compte de son protecteur Lalande20. Sans qu’on soit fondé à faire de ce réajustement la cause principale des difficultés que va avoir Lalande à concrétiser son projet de république des astronomes, on observe que le budget en personnel prévu initialement pour l’activité coordonnée de dix observatoires (dont huit en province) a été peu ou prou redirigé vers un noyau parisien dont les fonctions nationales sont plus essentiellement académiques. Ses interventions auprès de Grégoire prouvent qu’il se soucie d’abord d’asseoir un contrôle sur des ressources instrumentales et humaines rares et coûteuses et d’affermir sa direction sur plusieurs observatoires21 – notamment sur celui de l’École militaire, la possession de cet espace lui étant régulièrement disputée en ces temps d’expansion de l’administration des armées22. Pragmatique, Lalande s’attelle d’abord à des chantiers locaux, d’autant qu’il a peu d’objectifs neufs à faire valoir et à mettre en œuvre au sein de la nouvelle institution.

La perpétuation et l’animation d’un réseau astronomique

11En mettant l’accent sur les priorités et concessions acceptées par Lalande dès la fondation du Bureau des longitudes, on ne doit ni perdre de vue la permanence de son statut de correspondant académique référent, acquis depuis des décennies au niveau européen, ni minimiser la marge de manouvre inédite dont il dispose.

  • 23 PVBL, 1re séance du 18 messidor an III (6 juillet 1795).
  • 24 C’est le cas notamment de Zach et de Flaugergues, qui correspondaient auparavant plutôt avec Mécha (...)
  • 25 Voir en particulier le rapport détaillé Sur les observatoires français, présenté à l’origine à Lak (...)
  • 26 À leur sujet, voir la contribution de Jérôme Lamy aux présents actes, « Parcours initiatiques » ; (...)
  • 27 On peut avec Suzanne Debarbat parler d’une véritable « valse des instruments ». Voir « L’Observato (...)

12Avec la création du Bureau des longitudes, dont il devient le porteplume dès la première séance23 et jusqu’en 1806, le tissu relationnel savant de Lalande prend des dimensions nouvelles : en héritant, même temporairement, des charges de l’Observatoire de Paris et de la Connaissance des temps, il bénéficie en partie de liens tissés par Cassini ou Méchain – son ancien protégé, alors en pleine mission de mesure de la Méridienne24. La fonction de correspondance semble définitivement passée au nouveau cénacle, Lalande ne faisant part qu’exceptionnellement de la teneur de ses échanges astronomiques devant la première classe de l’Institut après 1796. Cela est d’autant plus compréhensible que le Bureau des longitudes est aux yeux de Lalande au cœur d’un dispositif d’essaimage, de canalisation et d’association nationale25. Les cas des astronomes « grands amateurs » que sont Flaugergues (à Viviers), Vidal (à Mirepoix et Toulouse), et Duc-Lachapelle (à Montauban) sont particulièrement représentatifs26. Grâce au réservoir instrumental constitué sous l’égide du Bureau des longitudes, Lalande est à même d’organiser le prêt de quarts de cercle ou de lunettes à ces observateurs particulièrement réguliers27. En aval, la parution des observations reçues par Lalande dans les Additions à la Connaissance des temps, l’une des seules voies de publication relativement rapide dans ces années 1790, offre un promontoire incomparable à ces observateurs méridionaux.

  • 28 S. Dumont, « An IV… », art. cit.
  • 29 Pour exemple, voir la feuille de route qu’il trace à Flaugergues dans sa lettre du 24 mars 1797 (B (...)
  • 30 PVBL, séance du 19 fructidor an VII.
  • 31 A contrario, le Bureau des longitudes sous l’impulsion de Lalande fut en mesure d’encourager effic (...)

13Sans écarter l’idée d’un « âge d’or de l’astronomie provinciale28 », il convient de souligner sur quelle forme de délégation et de dépendance à sens unique est bâti ce réseau. En répartissant les tâches d’observation et de calcul, Lalande amène ses interlocuteurs à suivre des objectifs fixés par une élite parisienne29. Par-là même, il accéléra un processus de sélection des acteurs et des espaces privés dont il ne put gérer totalement les contradictions : au-delà de l’obtention de gratifications ponctuelles, Lalande ne put ainsi ni obtenir l’érection de l’observatoire de Viviers en 3e observatoire national30, ni amener Flaugergues à accepter la direction d’un (éventuel) nouvel observatoire de la Marine à Toulon31. Quant à son recours extensif à une main-d’œuvre d’obligés, il ne prenait pleinement son sens que dans le cadre de ses initiatives personnelles (par exemple, l’appoint des étoiles australes de Vidal dans la réalisation de l’Histoire céleste).

  • 32 Voir la these de Seymour L. Chapin, Astronomy and the Paris Academy of sciences during the eightee (...)
  • 33 J.-F. Devic, Histoire de la vie et des travaux scientifiques et littéraires de J.-D. Cassini IV, a (...)
  • 34 PVBL, séance du 12 thermidor an IIl : « Cet observatoire [i.e. : de l’École militaire], préférable (...)
  • 35 S. Chapin, « In a Mirror brightly: French attempts to build reflecting telescopes using platinum » (...)

14Lalande est généralement cité comme l’un des plus célèbres directeurs de l’Observatoire de Paris : nous croyons nécessaire de réévaluer son apport et l’originalité de son approche, dans un cadre particulier de décision collégiale. Il est possible avec Seymour Chapin32 d’identifier dans le courant des années 1780 la mise en place de deux pôles astronomiques et académiques en plein dynamisme : le cercle patronal de Lalande au Collège de France, et l’Observatoire de Cassini IV en pleine restructuration. La naissance du Bureau des longitudes s’inscrit dans ce contexte, l’une des volontés initiales de Lalande étant de retrouver des conditions proches de celles de 1789-1790 et de mener à bien les travaux et installations entamés par Cassini. Leur volonté était alors commune de concourir à un développement polarisé de la collecte des données astronomiques ; il n’allait pas pour autant jusqu’à se présenter comme un directeur par défaut. Les débuts du Bureau des longitudes sont à cet égard l’époque d’une synergie manquée : pour diverses raisons aussi bien personnelles, professionnelles que politiques et philosophiques33, Cassini se refuse à participer aux travaux du Bureau des longitudes et à se faire attribuer une administration sous contrôle collégial. Lalande, bien conscient de l’intérêt qu’il a à contrôler l’un des cœurs scientifiques de la nation, ne fait pas pour autant preuve d’un interventionnisme qu’il avait les moyens de mettre en œuvre, peut-être par habitude de compétition avec la maison des Cassini34, et surtout par volonté de niveler et d’insérer l’Observatoire national au sein d’une nébuleuse d’observateurs – plus que d’observatoires à proprement parler, la présence d’une source d’informations primant généralement sur le potentiel technique dans le système de valeurs de Lalande. Son principal projet instrumental pour l’Observatoire allait être un semi-échec : celle de la finition d’un grand télescope au miroir de platine par Caroché, censé dépasser les capacités optiques des grands télescopes de Herschel installés à Bath, mais qui ne fut que fort peu en service après bien des tergiversations35.

  • 36 L’expression est employée par Zach dans sa Correspondance astronomique de Gènes, t. I, 1818, p. 43 (...)
  • 37 Borda est dès l’origine un « challenger » interne à l’autorité de Lalande au Bureau des longitudes (...)
  • 38 G. Bigourdan, Histoire de l’astronomie d’observation et des observatoires en France. Seconde parti (...)
  • 39 Jusqu’à l’établissement d’un cours d’astronomie pratique à l’instigation de Laplace fin 1812, cour (...)
  • 40 Lalande veilla à approvisionner cet observatoire en nouveaux instruments, à s’y garantir deux loge (...)

15On ne peut ainsi estimer l’action de Lalande après 1795 qu’à l’aune de son entreprise de contrôle et de mise en réseau d’observatoires. Certains choix opérés par Lalande, qui n’hésite pas à jouer de sa rivalité personnelle avec Rochon en dénonçant sa direction in partibus36 de l’observatoire de Brest, expliquent en partie comment le Bureau des longitudes s’est paradoxalement orienté en pratique vers une astronomie « d’observatoires », plutôt qu’en direction de l’astronomie nautique – ce que Borda tenta en vain par la difficile structuration d’un réseau d’observatoires de la Marine37. Et comme en province, se produit à Paris un phénomène de sélection des sites, nombreux jusqu’aux années 178038. Seuls l’observatoire du Collège de France, servant de lieu de démonstration didactique pour des cours qu’on peut assimiler à ceux du Bureau des longitudes39, et surtout celui de l’École militaire, qui trouve dans le Bureau des longitudes une source sûre de financement, d’équipement et de contrôle40, semblent réellement intégrés à l’issue de l’époque révolutionnaire. Le projet lalandien, bien que peu à peu abandonné, est à la source de la complexité durable du cas français : plus qu’un tribunal technique à la manière du Board of longitude, plus qu’un contrepoids collégial à la manière du Board of visitors de l’observatoire de Greenwich (institué en 1710), le Bureau des longitudes de Lalande tire une part de sa viabilité dans un emboîtement d’échelles où sont partagées ressources, tâches et informations. Ainsi naît l’une des constantes du système de gouvernance du Bureau des longitudes : le besoin d’un contrepoint à l’Observatoire national, d’abord représenté par l’observatoire de l’École militaire, puis après les années 1810 par celui des Accoules à Marseille.

  • 41 Les 95 lettres de Zach à Lalande (1792-1804), citées par Bigourdan dans Le système métrique des po (...)
  • 42 Fait remarquable, Zach proposa à Lalande de publier ensemble (en français) ce journal astronomique (...)
  • 43 Voir à ce sujet J.-M. Faidit, Les « amateurs de science » d’une province et le ciel autour du XVII (...)
  • 44 Ainsi le successeur de Zach à Gotha, le baron de Lindenau, entretient-il dans le premier quart du (...)

16Depuis l’organisation de la campagne d’observations du passage de Vénus en 1769 et le succès de son traité d’Astronomie, Lalande était reconnu comme l’un des artisans d’une coopération scientifique internationale. Sa correspondance avec les astronomes étrangers était donc ancienne, mais celle qui l’unit au baron de Zach est tout particulièrement liée à son secrétariat au Bureau des longitudes41. Franz-Xaver von Zach, directeur de l’observatoire du Seeberg à Gotha depuis 1787, est l’un des premiers organisateurs de réseaux d’échange et d’émulation astronomiques dans les pays allemands et le créateur des premières publications spécifiquement consacrées aux sciences astronomiques42. Leurs échanges commencent véritablement avec les premières initiatives thermidoriennes de Lalande en 1794. Très rapidement se met en place un véritable axe Paris-Gotha, via lequel les deux chroniqueurs nationaux font circuler informations, publications, observations, et même observateurs puisque J. K. Burckhardt, qui allait plus tard diriger l’observatoire de l’École militaire, a été formé au Seeberg avant de « faire le pèlerinage » de Paris en 1797, auprès du « Patriarche » de l’astronomie française. Le couronnement de cette collaboration est marqué par l’orchestration épistolaire du travail conjoint entre Bouvard (au Bureau des longitudes) et Bürg (à Vienne puis Gotha) sur la théorie de la Lune, et la remise par l’Institut et le Bureau des Longitudes de deux prix partagés (1800 et 1802). Des querelles de priorité et des tensions finissent toutefois par se faire jour, et Zach interrompt brusquement tout échange avec Lalande en 1804 – l’ethos scientifique aristocratique de l’un étant en contradiction croissante avec la centralité bureaucratique assumée par l’autre43. L’importance de cette coopération pour l’histoire du Bureau des Longitudes est double : d’une part, la naissance d’un pôle d’influence directement concurrent du Bureau des longitudes, auprès d’une clientèle de grands amateurs en pleine distension et se reconfigurant de manière plus autonome à compter des années 1800 ; et de l’autre, la permanence de collaborations avec l’astronomie allemande, en plein essor dès le début du XIXe siècle44.

Du primat à l’effacement relatif

  • 45 Sur l’indiscipline rédactionnelle de Lalande dans la tenue des procès-verbaux du Bureau des longit (...)
  • 46 Certains députés au Conseil des Cinq-Cents demandèrent la suppression du Bureau des longitudes dès (...)
  • 47 Le directeur adjoint du Dépôt de la Marine, Buache, géographe du Bureau des longitudes, en est ain (...)
  • 48 Sur demande de Lalande, son directeur Prony mit à disposition du Bureau des longitudes plusieurs c (...)

17Entre 1795 et 1799, Lalande exerce un magistère sans équivalent au sein du Bureau des longitudes. Secrétaire engagé45, il n’hésite pas à faire d’une ambassade auprès des pouvoirs une occasion de lobbying, voire de sollicitation en faveur de ses intérêts ou de ceux de ses protégés. Alors que la nouvelle institution se cherche une voie, Lalande tire parti de la malléabilité du Bureau des longitudes et l’organise comme un carrefour scientifique. Cette fonction d’interface, qui pouvait justifier des remises en cause politiques46, est au cœur d’un système d’influence, de cooptation, de cumuls et de collaborations avec les Dépôts de la Guerre et de la Marine47, le bureau du Cadastre48, ainsi que l’Institut où renaît la vie académique quelques mois après la création du Bureau des Longitudes. De ces dépendances fortes, de ces risques de chevauchements, Lalande a su faire une force grâce à ses capacités de négociateur.

  • 49 À laquelle fait écho le voyage de Lalande à Gotha, à la fois concurrent (au moins sur le calendrie (...)
  • 50 Voir PVBL, an VII : entre juin 1798 et juin 1799, François de Neufchâteau étant ministre de l’Inté (...)

18De fait, jusqu’en 1798, année de la conférence internationale du mètre organisée notamment par les géomètres Borda et Laplace49, ces derniers sont généralement à la remorque de Lalande pour la plupart des démarches auprès des responsables politiques ou des généraux montants de la République (Bonaparte, Jourdan…). La proximité entre Lalande et de nombreux penseurs et médias du courant de l’Idéologie y est pour beaucoup : depuis le Comité d’Instruction publique, jusqu’aux organes exécutifs du Directoire (Ginguené, François de Neufchâteau)50, en passant par la Société d’Auteuil et les journalistes de la Décade philosophique, du Magasin encyclopédique… Ajoutons à cette surface relationnelle alors à son maximum un phénomène d’absentéisme marqué au Bureau des longitudes jusqu’en 1799 : Delambre et Méchain étant en mission, Cassini démissionnaire, il ne restait guère que Lalande comme pilier de l’astronomie pratique pour le nouveau cénacle.

  • 51 J. Lalande, Bibliographie astronomique, op. cit., p. 781.

19Les désaccords ne manquaient pourtant pas entre Lalande et d’autres gérontrocrates du Bureau des longitudes tels que Borda, inspirateur du système métrique : ainsi Lalande se met-il en marge de l’une des activités phares progressivement intégrées au giron du Bureau des longitudes. S’il était plutôt favorable à « une manière de calculer plus simple que l’ancienne51 », et s’il se prêta en tant que secrétaire aux démarches liées à la diffusion de la décimalisation, Lalande ne s’impliqua pas personnellement dans la réforme des poids et mesures, qu’il jugeait secondaire au regard des travaux astronomiques ou de la question du calendrier. Si le Bureau des longitudes et l’Observatoire de Paris reçurent en 1803 la garde des étalons du système métrique – fonction essentielle dans la stabilisation institutionnelle de ce binôme scientifique pour les décennies à venir –, ce fut sous la pression des Laplace et Prony, non sous l’influence de Lalande.

  • 52 E. Dougados, « Lettres de l’astronome Méchain à M. Rolland », in Mémoires de la Société des Arts e (...)
  • 53 Ibidem.
  • 54 Sur « l’erreur » de Méchain dans les observations de la latitude de Barcelone et ses conséquence – (...)
  • 55 La préférence ostensiblement affichée par Lalande envers Delambre, « le plus savant et le plus che (...)

20Le retour de Méchain à l’Observatoire de Paris fin 1798 marque le début d’un conflit entre le maître et son ancien élève : avec ce changement d’administrateur, émerge une remise en question radicale de l’entreprise d’équilibre multispatial menée par Lalande52. Ancien « bon voisin » de Cassini dont il partage largement le modèle directorial, Méchain esquisse une forme de sécession de l’Observatoire, considérant le Bureau des Longitudes comme une « chicane » transitoire et préférant mettre en avant une synergie entre Observatoire et Dépôt de la Marine, où il était astronome hydrographe53. Cette menace larvée, accentuée par l’attitude fuyante de Méchain54 et la concurrence ouverte entre l’Observatoire et les centres d’observations parallèles de Lalande et Delambre, engendre en réaction une reconfiguration des positions de force au Bureau des Longitudes. Laplace, ministre de l’Intérieur (fin 1799) puis notable consulaire, accélère la réorganisation de l’Observatoire, et s’investit alors du rôle d’arbitre en partie abandonné par Lalande55.

  • 56 La lecture d’un avertissement de Napoléon en séance secrète de l’Institut (décembre 1805), à l’enc (...)
  • 57 La redirection des protégés de Lalande vers les travaux de Laplace s’observe dès 1786 avec les cal (...)
  • 58 Et ce à plusieurs reprises, entre 1799 et 1807. Les rôles de Laplace et Delambre dans cette exclus (...)
  • 59 Lalande souscrit ainsi ouvertement aux théories athées d’un Charles-François Dupuis, voyant dans d (...)

21L’effacement progressif de Lalande et l’essoufflement de sa capacité de patronage ne sont ainsi pas uniquement caractérisés par une perte de relations avec les autorités politico-administratives56. Épisode transitoire esseniel dans la pérennisation du Bureau des Longitudes, une véritable passation de patronage intervient entre Lalande et Laplace à l’époque consulaire57. Citons le cas encore méconnu d’Alexis Bouvard, qui calcula d’abord sous l’égide de Lalande pour la Connaissance des temps dès 1794, avant de devenir le principal collaborateur de Laplace dans la rédaction de sa Mécanique céleste. L’exemple de Burckhardt est encore plus éloquent : tout en assistant Lefrançais à l’École militaire, cet astronome devint un auxiliaire essentiel dans le calcul des tables planétaires et des trajectoires de comètes. Les promotions comme adjoints puis membres du Bureau des longitudes de Bouvard, Burckhardt et Lefrançais furent l’occasion de consacrer définitivement l’exclusion des Cassini, en rejetant l’élection du père au Bureau des longitudes58 comme en hypothéquant les espoirs d’intégration du fils au travail courant de l’Observatoire. Au total, Lalande, bien qu’il ait dû voir en Laplace un redoutable concurrent dans le contrôle des postes, connaît l’importance fondamentale de ses recherches en mécanique céleste et fait en sorte de mettre à sa disposition une partie de ses protégés. Et des passerelles philosophiques non négligeables, bien que concurrentes, existent entre les deux hommes : newtoniens convaincus, tous deux s’efforcent d’insérer leurs activités de savants et de patrons dans un cadre de pensée rationaliste et dans un projet de compréhension globale du cosmos59.

  • 60 Après la mort de Lalande en 1807, Delambre tente de prendre en main l’entreprise de réduction du g (...)
  • 61 Comme le rappelle S. Dumont, op. cit., p. 293, Lalande est plusieurs fois malade, parfois assez gr (...)
  • 62 Non seulement en vue de parer aux saillies, voire aux erreurs qu’il y disséminait, mais aussi et s (...)
  • 63 Jusqu’en 1804, les procès-verbaux du Bureau des longitudes sont souvent proches d’être des notes q (...)
  • 64 Traduites notamment par le recrutement de jeunes polytechniciens, ainsi que par le remplacement de (...)

22À partir de 1801, le grand dessein de l’Histoire céleste étant parachevé60, Lalande est plus fréquemment absent des séances du Bureau des longitudes61. Avec l’installation définitive des séances du Bureau des longitudes à l’Observatoire de Paris en janvier 1804 et l’approfondissement d’une co-dépendance du lieu et de l’institution, Laplace procède littéralement à une re-fondation du Bureau des longitudes et modèle un nouveau type de centre de ressources, dont le travail d’équipe dirigé désarticule résolument les ébauches multiscalaires de Lalande. Les publications du Bureau des longitudes sont collectivement reprises en main : Lalande est ainsi contraint après 1804 de lire en séance l’ensemble des additions qu’il destine à la Connaissance des temps62, prélude à un revirement de la politique de publication du Bureau des Longitudes et à la disparition assez rapide de l’arrière-ban d’observateurs mobilisés par Lalande après 1795. Commence la préparation de sa succession scientifique : Delambre, déjà élu secrétaire perpétuel pour les sciences mathématiques à l’Institut, et devenu le coordinateur des observations et des observatoires au Bureau des longitudes, est désigné pour reprendre la plume de Lalande au Bureau des longitudes dès 180663, et lui succéder à la chaire d’astronomie du Collège de France. À ce titre, Delambre allait tenir encore pour quelques temps le rôle de chef d’école et de tête de réseau, tout en favorisant la transition vers des formes de patronage moins enclines à l’immédiation et de moins en moins complètes64.

Conclusion

23La création du Bureau des longitudes est le plein aboutissement de l’exception que représente dans sa carrière la présence de Lalande dans l’arène politique au moment-clé thermidorien. Dès l’origine, et surtout à l’origine, la nouvelle institution et le réseau de protégés et de correspondants de Lalande s’interpénètrent intensément et se consolident mutuellement. Cette politique d’extraversion, qui concourt notablement à pérenniser un ensemble hybride et congloméré, allait être captée et remise en question par la montée en puissance scientifique et politique de Laplace. Ce dernier fait du Bureau des longitudes une forme de laboratoire de la mécanique céleste et de la physique mathématique, au fonctionnement beaucoup plus centré sur cet espace référentiel national, devenu peu ou prou l’Observatoire (de Paris).

24L’attention que porte Lalande à l’établissement d’un rapport permanent entre sciences et sphère publique trouvait un couronnement avec les missions que l’État lui confiait au sein du Bureau des longitudes : son secrétariat ne marque pas tant la naissance hypothétique d’un type de fonctionnaire scientifique, que la consécration d’une stratégie personnelle de notabilité et de patronage axée sur les sciences astronomiques. Pour autant qu’il soit possible de dégager une vision lalandienne de l’organisation de l’astronomie, on peut y voir une synthèse entre deux modèles en tension permanente dans l’histoire du premier Bureau des longitudes (celui dirigeant l’Observatoire de Paris) : le modèle directorial incarné par Cassini IV, et le modèle collégial dont l’un des tenants allait être Delambre. À bien des égards, l’empreinte de Lalande constitue la source de cette contradiction fondatrice, qui allait être un moteur historique essentiel dans l’histoire des sciences de l’observatoire en France au XIXe siècle.

Notes

1 Voir ces textes fondateurs dans Lois, décrets, ordonnances, arrêtés et décisions concernant le Bureau des longitudes, Paris, Imprimerie nationale, 1909, X-103 p. – Sur l’histoire du Bureau des longitudes, voir notamment les articles de Guillaume Bigourdan, « Le Bureau des longitudes. Son histoire et ses travaux, de l’origine à ce jour », in Annuaire du Bureau des longitudes, (1928) A1-A72, (1929) C1-C92, (1930) A1-A110, (1931) A1-145, (1932) A1-A117, (1933) A1-A91 ; ainsi que J.-M. Feurtet, Le Bureau des longitudes. De Lalande à Le Verrier (1795-1854), Thèse d’École des Chartes, Paris, 2005 ; J. Lamy, « Le bureau des longitudes. La gestion des instruments et les régimes de savoirs au XIXe siècle », Revue d’anthropologie des connaissances, no 2, 2007, p. 167-188 ; B. Morando, « Une création de la Convention : le Bureau des longitudes », in L’Astronomie, juin 1989, p. 299-307.

2 Cf. R. Hahn, L’anatomie d’une institution scientifique : l’Académie des Sciences de Paris (1666-1803), Bruxelles, Éditions des Archives contemporaines, 1993 ; M. Crosland, Science under control, the French Academy of Sciences, 1795-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 1992.

3 Le système directorial instauré par Cassini IV en 1784-85 affranchissait largement l’Observatoire de la tutelle administrative, certes lâche, de l’Académie des sciences, ce qui n’alla pas sans quelques frictions. Soulignons néanmoins d’ores et déjà que Lalande et Laplace furent parmi les plus favorables aux projets de Cassini IV. Aidé de 3 « élèves », Cassini avait réorganisé et centralisé le service des observations, de leur programmation jusqu’à leur publication ; il avait également entrepris la restauration des espaces d’habitation et de travail, commandé de nouveaux instruments qui pour certains sortaient d’un atelier de fabrication établi sur place. Au terme de plusieurs années de tensions entre le directeur (royaliste et paternaliste) et ses élèves (acquis aux idées révolutionnaires), le « décret d’égalité » d’août 1793, donnant aux quatre savants les mêmes pouvoirs, provoqua la démission de Cassini – peu avant d’être emprisonné 8 mois durant, puis de se retirer sur ses terres de Thury près de Compiègne. Pour plus de détails, voir S. Chapin, « The vicissitudes of a scientific institution: a decade of change at the Paris Observatory », Journal for the History of Astronomy, no 21, 1990, p. 235-274.

4 Voir Nicole et Jean Dhombres, Naissance d’un nouveau pouvoir : sciences et savants en France (1793-1824), Paris, Payot, 1989. Loin du degré d’implication des Monge et Fourcroy, Lalande ne fut essentiellement consulté par les autorités révolutionnaires qu’à propos de la mise en place des nouveaux calendriers et comput révolutionnaires (cf. Bibliothèque de l’Observatoire de Paris, Ms. B5-7, dossier « Calendrier »).

5 Lalande avait succédé en 1768 (et de fait, dès 1761) à Delisle comme titulaire de la chaire d’astronomie du Collège royal. Voir S. Dumont, Un astronome des Lumières. Jérôme Lalande, Paris, Observatoire de Paris & Vuibert, 2007, p. 42 et suivantes.

6 Bibliothèque Victor Cousin, ms. 99, p. 40 : « Le 20 novembre 1794, la rentrée publique a été brillante, j’y ai invité la Convention nationale. J’ai mis l’astronomie à la tête de notre programme… ».

7 Archives de l’Académie des Sciences (AAS), 1 J 4, p. 71. Exemple type d’un Lalande proactif, anticipant les projets de reconstruction et de reconfiguration du monde savant, ces réunions n’eurent toutefois pas le succès escompté comme organe d’échanges et d’informations auprès des ex-académiciens. Notons que Lalande avait été élu en novembre 1792 le dernier vice-secrétaire de l’Académie des sciences, et faisait ipso facto office de secrétaire perpétuel, en l’absence d’un Condorcet absorbé par la vie politique ; couplé à son sens de la publicité, il n’est donc pas tout à fait étonnant de le voir, parmi les premiers, battre le rappel des savants parisiens. Voir R. Hahn, L’anatomie d’une institution scientifique…, op. cit., p. 410-411.

8 Les procès-verbaux du Comité d’instruction publique ont fait l’objet d’une publication exhaustive et critique par James Guillaume, Procès-verbaux du Comité d’Instruction publique de la Convention nationale (PVCIP), Paris, Imprimerie nationale, 1891-1907, 8 vol. Voir en l’occurrence PVCIP, t. V, p. ii-vi. La première signature de Lalande au registre des arrêtés exécutoires date du 8 nivôse an III.

9 Lakanal de retour de mission reprend en thermidor an II les fonctions d’inspecteur de l’Observatoire de Paris, remplies durant huit mois par Bouquier et Arbogast. Tandis que Lakanal est à l’origine de la création de l’École normale de l’an III, on doit notamment à Grégoire à la même époque la mise en place d’un dépôt national du savoir technique, le Conservatoire des Arts et métiers. Tous deux font partie de la « Commission des Six » du Comité en charge des questions liées aux institutions scientifiques.

10 Texte de ce rapport dans Archives nationales, F17 1014, pièce 44 (8 frimaire an III) : considérant le besoin d’astronomes titulaires et adjoints dans chacun des deux observatoires de la capitale et de huit établissements provinciaux, « ces divers établissements exigent un point central où les différentes découvertes et observations viennent se réunir ». Lalande et Lakanal réintroduisent ainsi conjointement une hiérarchie centralisatrice – cette commission particulière devant être implantée à Paris – là où les projets antérieurs se focalisaient sur une simple coordination Paris-province. Voir aussi l’Histoire de l’astronomie pour 1794 et 1795 : ces chroniques annuelles ont d’abord été publiées dans le Magasin encyclopédique, puis dans les volumes successifs de la Connaissance des tems, de l’an VI à l’an XV : la plus grande partie a été rassemblée par Lalande dans sa Bibliographie astronomique, Paris, Imprimerie de la République, 1803, p. 661-880, sous le titre Histoire abrégée de l’astronomie depuis 1781 jusqu’à 1802. Les échanges réguliers entre Lakanal et Lalande semblent remonter à novembre 1794 (Ibid., p. 755), bien que des traces de contacts soient décelables dès l’époque du décret d’égalité et des premiers « remords » de Lakanal (AAS, 1 J 4). On trouve dans AAS, dossier Lalande, plusieurs lettres adressées par ce dernier à Grégoire dès septembre 1794 marquant sa volonté de collaboration.

11 Sans insister sur l’ambiguïté avec laquelle Lalande présenta a posteriori Lakanal comme le véritable promoteur de cette renaissance scientifique et Grégoire comme un auxiliaire, notons que le premier a mûri et perfectionné les grandes lignes d’un projet collégial pour l’astronomie parisienne et française dont Bouquier et Arbogast avaient posé avant lui quelques jalons, tandis que le second fut en charge de finaliser les textes du 7 messidor an III. Les positions ouvertement athées de Lalande compliquèrent ses relations avec Grégoire, tandis que leurs réseaux de sociabilité présentaient de nombreux recoupements : cf. B. Plongeron, L’abbé Grégoire et la République des savants, Paris, CTHS, 2001, p. 31. Grégoire n’en fut pas moins le plus important décideur à suivre les premiers pas du Bureau des longitudes, assistant à plusieurs de ses séances.

12 PVCIP, t. VI, p. 215, séance du 28 floréal an III.

13 En mettant à part le cas de Nouet, calculateur reconnu, et qui demeura un astronome relais essentiel aux yeux de Lalande et des membres du Bureau (de l’expédition d’Égypte à sa triangulation de la Savoie).

14 Bibliothèque de l’Observatoire de Paris (BOP), ms. 1028, lettre de Cassini à Lalande, Thury 7 prairial an III, en réponse à une lettre de Lalande du 29 floréal, soit le lendemain de sa nomination comme directeur temporaire de l’Observatoire.

15 Sur le Board of longitude comme tribunal et lieu de conflits d’intérêts techniques et économiques, voir Dava Sobel, The Illustrated Longitude, New York, Walker, 1998. Voir également Derek Howse, « Le Bureau britannique des longitudes », in L’Astronomie, no 92, octobre 1978, p. 413-425 et Peter Johnson, « The Board of longitude (1714-1828) », Journal of the British Astronomical Association, vol. 99, no 2, p. 63-69 – Le nom même de « Bureau des longitudes » apparaît pour la première fois le 10 avril 1795 dans un rapport présenté par Lakanal au Comité d’Instruction publique (PVCIP, t. VI, p 67, séance du 21 germinal an III).

16 Guy Boistel, L’astronomie nautique en France au milieu du XVIIIe siècle : Tables de la lune et longitudes en mer, Lille, ANRT, vol. 1, 2001, p. 113-121. Facette importante de son patronage, Lalande forma notamment au Collège de France des navigateurs savants tels que Véron, Lepaute d’Agelet ; il publia encore en 1793 un Abrégé de navigation historique, théorique et pratique comportant une bibliographie maritime et des tables horaires du soleil pour trouver simplement l’heure en mer, en évitant les longs calculs exigés par les distances lunaires.

17 Lois, décrets… concernant le Bureau des longitudes, op. cit., p. 1-15.

18 Il rejoint ainsi les préoccupations d’anti-vandalisme de Grégoire : voir AAS, dossier Lalande, lettre à Grégoire du 14 frimaire an III. Cf. Andrée Gottelland et al., La méridienne de l’hôpital de Tonnerre (Yonne) : étude historique du gnomon installé en 1786 à l’hôpital des Fontenilles, Dannemoine, 1994.

19 Exposé sommaire des travaux de Joseph Lakanal, Paris, 1828, p. 207-209 : lettre de Laplace à Lakanal, au Mée près Melun, 2 nivôse an III (22 décembre 1794). Delambre met clairement au compte de Laplace le primat symbolique des géomètres sur les astronomes, vers la fin de prairial an III, époque où les tractations s’accélèrent : voir Bibliothèque de l’Institut, ms. 2042, f° 417. Grégoire eut aussi recours aux conseils de l’autre futur géomètre du Bureau des longitudes, Lagrange.

20 L’introduction également tardive de deux « anciens navigateurs » (dont l’un, Borda, est avant tout un spécialiste de mathématiques appliquées) fait en quelque sorte figure de contrebalance, sans doute demandée après examen du Comité de Marine.

21 Après la création du Bureau des longitudes, Lalande tente de se faire attribuer l’ancien observatoire de La Caille au Collège des Quatre-Nations pour y organiser les cours d’astronomie pratique demandés par le législateur. Le rassemblement d’instruments, d’ouvrages, de travaux confisqués par la Nation et parfois confiés à d’autres organismes (dépôts, Commission des arts…) est ainsi au centre de l’activité des membres du Bureau des longitudes durant les premiers mois.

22 Voir PVBL : les Lalande sont menacés d’expulsion en 1796 et 1801. D’après G. Bigourdan, Histoire des observatoires de l’École militaire, Paris, Gauthier-Villars, 1887, Lalande était reconnu comme directeur de cet observatoire depuis février 1791. En faire l’Observatoire de la République, émule de l’Observatoire de la Nation, constituait une opération de légitimation majeure, inscrite cette fois dans la loi.

23 PVBL, 1re séance du 18 messidor an III (6 juillet 1795).

24 C’est le cas notamment de Zach et de Flaugergues, qui correspondaient auparavant plutôt avec Méchain, responsable de la Connaissance des temps après 1785. Voir BOP, ms. 1058 (correspondance de Flaugergues). La plupart des correspondants de Lalande se voient qualifiés officiellement de « correspondants du Bureau des longitudes », ligne de conduite que son successeur au secrétariat Delambre ne suit plus après 1806.

25 Voir en particulier le rapport détaillé Sur les observatoires français, présenté à l’origine à Lakanal (cf. supra) et que Lalande rappela et étoffa plusieurs fois devant le Bureau des longitudes (PVBL, thermidor – fructidor an III).

26 À leur sujet, voir la contribution de Jérôme Lamy aux présents actes, « Parcours initiatiques » ; ainsi que Simone Dumont, « An IV de la République : les astronomes méridionaux à l’honneur », Actes du 115e Congrès des sociétés savantes, Avignon, avril 1990. Section d’histoire des sciences et des techniques, 1992, p. 81-94. Nous empruntons l’expression ouverte de « grands amateurs » au contexte astronomique anglais du XIXe siècle tel que le décrit Allan Chapman dans The victorian amateur astronomer. Independent research in Britain, 1820-1920, Chichester, John Wiley & Sons, 1998.

27 On peut avec Suzanne Debarbat parler d’une véritable « valse des instruments ». Voir « L’Observatoire de Paris, le Bureau des longitudes et les observatoires des provinces », Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences, no 54, 2005, p. 65-87.

28 S. Dumont, « An IV… », art. cit.

29 Pour exemple, voir la feuille de route qu’il trace à Flaugergues dans sa lettre du 24 mars 1797 (BOP, ms. 1058-II(57)).

30 PVBL, séance du 19 fructidor an VII.

31 A contrario, le Bureau des longitudes sous l’impulsion de Lalande fut en mesure d’encourager efficacement et concrètement un autodidacte tel que le concierge employé à l’observatoire de Marseille, Jean-Louis Pons, excellent découvreur de comètes – au point d’en faire le directeur adjoint de l’établissement en 1813. Voir Jim Caplan, « L’observatoire de Marseille », Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences, no 54, 2005, p. 47-63.

32 Voir la these de Seymour L. Chapin, Astronomy and the Paris Academy of sciences during the eighteenth century, Los Angeles, University of California, 1964 ainsi que « The vicissitudes of a scientific institution », art. cit.

33 J.-F. Devic, Histoire de la vie et des travaux scientifiques et littéraires de J.-D. Cassini IV, ancien directeur de l’Observatoire, Clermont (Oise), A. Daix, 1851 ; J.-M. Feurtet, op. cit., p. 128-138.

34 PVBL, séance du 12 thermidor an IIl : « Cet observatoire [i.e. : de l’École militaire], préférable de beaucoup au grand observatoire, mérite bien deux observateurs ». Grand observatoire dont Lalande est alors directeur…

35 S. Chapin, « In a Mirror brightly: French attempts to build reflecting telescopes using platinum », Journal for the History of Astronomy, no 3, 1972, p. 87-104. L’utilisation du platine (venu d’Espagne et notamment utilisé dans la réalisation des étalons métriques) était sujette à débat au sein du Bureau des longitudes, et Borda oeuvra à faire travailler Caroché sur une question qu’il jugeait plus essentielle, celle des verres achromatiques.

36 L’expression est employée par Zach dans sa Correspondance astronomique de Gènes, t. I, 1818, p. 432, lettre XXII. L’auteur, devenu alors un contempteur du Bureau des longitudes de France, se fait l’avocat d’observatoires dans les ports français, spécifiquement liés aux besoins de la marine. De fait, les initiatives en matière d’astronomie nautique allaient être laissées au ressort du Dépôt de la Marine, surtout après la mort de Borda (1799).

37 Borda est dès l’origine un « challenger » interne à l’autorité de Lalande au Bureau des longitudes : de sa pratique nautique éprouvée à l’invention du cercle répétiteur qui devait permettre une définition du mètre et décupler la précision des opérations géodésiques, il réunit des talents de théoricien qui en faisaient un savant polyvalent, des plus adaptés aux missions interdisciplinaires du Bureau. Cf. J.-M. Feurtet, op. cit., p. 117-119.

38 G. Bigourdan, Histoire de l’astronomie d’observation et des observatoires en France. Seconde partie : Les anciens observatoires de Paris et de sa banlieue depuis la fondation de l’Académie des Sciences jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, Paris, Gauthier-Villars, 1930.

39 Jusqu’à l’établissement d’un cours d’astronomie pratique à l’instigation de Laplace fin 1812, cours assuré dès lors par Arago, le cours d’astronomie de Lalande puis Delambre au Collège de France remplit implicitement la fonction du cours « du Bureau des longitudes » inscrit dans la loi fondatrice.

40 Lalande veilla à approvisionner cet observatoire en nouveaux instruments, à s’y garantir deux logements d’observateurs, et à promouvoir adjoints du Bureau des longitudes ses deux plus proches collaborateurs (Lefrançais et Burckhardt), entre 1795 et 1799. On pourrait à la limite y ajouter l’observatoire de la Marine à l’Hôtel de Cluny, dont Messier, élu en 1796 au Bureau des longitudes avec la protection de Lalande, finit par remettre les registres quasiment clos en dépôt à l’Observatoire (PVBL, avril 1805).

41 Les 95 lettres de Zach à Lalande (1792-1804), citées par Bigourdan dans Le système métrique des poids et mesures, Paris, Gauthier-Villars, 1901, ont été retrouvées en 2005 à l’Observatoire de Paris. Elles portent depuis la cote ms. 1 090 (BOP). Voir notamment S. Dumont, Un astronome des Lumières…, op. cit., p. 246-268 et 332-334.

42 Fait remarquable, Zach proposa à Lalande de publier ensemble (en français) ce journal astronomique d’un nouveau genre : BOP, ms. 1 090(9), lettre de Zach des 22 au 22 décembre 1795.

43 Voir à ce sujet J.-M. Faidit, Les « amateurs de science » d’une province et le ciel autour du XVIIIe siècle : astronomie et astronome en Languedoc, Université de Montpellier III, Thèse de doctorat, 1993, p. 268-288 ; J.-M. Feurtet, op. cit., p. 256-271.

44 Ainsi le successeur de Zach à Gotha, le baron de Lindenau, entretient-il dans le premier quart du XIXe siècle des contacts fréquents avec le Bureau des longitudes (Delambre et Laplace) dans le cadre de ses recherches de mécanique céleste, se rendant à Paris à plusieurs reprises.

45 Sur l’indiscipline rédactionnelle de Lalande dans la tenue des procès-verbaux du Bureau des longitudes, voir J.-M. Feurtet, op. cit., p. 90-92.

46 Certains députés au Conseil des Cinq-Cents demandèrent la suppression du Bureau des longitudes dès l’an VI. Sur les charges du théophilanthrope Daubermesnil contre le Bureau des longitudes et indirectement contre l’athée Lalande, voir J.-M. Feurtet, op. cit., p. 164-165.

47 Le directeur adjoint du Dépôt de la Marine, Buache, géographe du Bureau des longitudes, en est ainsi élu le trésorier ; comme hydrographe, il était de loin le fonctionnaire savant le mieux rétribué parmi tous les membres en l’an III. Sur l’entreprise de regroupement des sciences géographiques dans un Dépôt national unique, tentée par le représentant Calon en 1794-1795, et sur l’importance de cette administration dans la poursuite des travaux de la Méridienne (par l’emploi d’astronomes tels que Delambre, Méchain et Laplace), voir P. Bret, « Le Dépôt général de la Guerre et la formation scientifique des ingénieurs-géographes militaires en France (1789-1830) », Annals of science, no 48, 1991, p. 113-157.

48 Sur demande de Lalande, son directeur Prony mit à disposition du Bureau des longitudes plusieurs calculateurs du Cadastre afin de réaliser une partie des calculs de la Connaissance des temps.

49 À laquelle fait écho le voyage de Lalande à Gotha, à la fois concurrent (au moins sur le calendrier) et complémentaire de la manifestation internationale organisée à Paris. Voir P. Brosche, « The message of the angles: astrometry from 1798 to 1998 », Acta Historica Astronomicae, no 3, 1998.

50 Voir PVBL, an VII : entre juin 1798 et juin 1799, François de Neufchâteau étant ministre de l’Intérieur, on observe une crue des relations et des sollicitations entre le Bureau des longitudes et le ministère. Ginguené tout comme François de Neufchâteau avaient notamment été initiés à la franc-maçonnerie dans la loge des Neuf-Sœurs fondée par Lalande. Voir Jacques Martinent, « Lalande : idéologue, phénoménologiste relationniste », Les Idéologues : un mouvement philosophique pour l’avenir, 1991, p. 81-91.

51 J. Lalande, Bibliographie astronomique, op. cit., p. 781.

52 E. Dougados, « Lettres de l’astronome Méchain à M. Rolland », in Mémoires de la Société des Arts et des Sciences de Carcassonne, Carcassonne, L. Pomiès, t. II, 1856, p. 74-130. Méchain y dénonce le sens exacerbé de la publicité qui anime le « Doyen » et l’accuse de confondre ses intérêts de patron avec ceux de la science.

53 Ibidem.

54 Sur « l’erreur » de Méchain dans les observations de la latitude de Barcelone et ses conséquence – jusqu’à sa mort en mission du Bureau des Longitudes en 1804, en Espagne, voir l’importante synthèse de Ken Alder, The measure of all things. The seven-year odyssey that transformed the world, London, Little Brown, 2002.

55 La préférence ostensiblement affichée par Lalande envers Delambre, « le plus savant et le plus cher de ceux que j’ai poussé vers l’astronomie » (BOP, B5-7), participe d’une mise en avant de cellules observationnelles semi-privées.

56 La lecture d’un avertissement de Napoléon en séance secrète de l’Institut (décembre 1805), à l’encontre des écrits certes athées mais aussi contre la tyrannie politique, publiés par Lalande, fait suite à l’épuration des Idéologues de l’Institut. Voir S. Dumont, op. cit., p. 291-292. Delambre et Laplace, en successeurs obligés, demandèrent grâce pour le Doyen des astronomes : voir Bibliothèque de l’Institut, ms. 2041, f° 608-611.

57 La redirection des protégés de Lalande vers les travaux de Laplace s’observe dès 1786 avec les calculs des orbites de Jupiter et de Saturne par Delambre ; l’élection de ce dernier à l’Académie en 1792 est déjà une œuvre commune. Cf. R. Hahn, Le système du monde. Pierre-Simon Laplace, un itinéraire dans la science, Paris, NRF - Gallimard, 2004, p. 81.

58 Et ce à plusieurs reprises, entre 1799 et 1807. Les rôles de Laplace et Delambre dans cette exclusion sont beaucoup plus nets encore que pour Lalande, qui selon Devic (op. cit., p. 396) a en partie découragé le jeune Henri Cassini alors qu’il suivait les cours d’astronomie du Collège de France. Cf. Anne Godlewska, Geography Unbound. French Geographic Science from Cassini to Humboldt, Chicago University Press, 1999, p. 78-85; J.-M. Feurtet, op. cit., p. 130-138. La cadence soutenue avec laquelle Laplace mène la publication de sa Mécanique céleste entre 1798 et 1805 fait d’autant plus ressortir la nécessité d’une association étroite au sein du Bureau des longitudes.

59 Lalande souscrit ainsi ouvertement aux théories athées d’un Charles-François Dupuis, voyant dans des allégories astronomiques l’origine des cultes et des religions (cf. Origine de tous les cultes, ou Religion universelle, paru en 3 volumes en 1795). J. Lalande, Bibliographie astronomique, op. cit., p. 633, rappelle que cette théorie était née grâce à son cours d’astronomie. Sur Laplace comme héritier de la quête des grands principes d’un d’Alembert et représentant tardif du savant-philosophe, cf. R. Hahn, Le système du monde, op. cit.

60 Après la mort de Lalande en 1807, Delambre tente de prendre en main l’entreprise de réduction du grand catalogue des 50 000 étoiles ; la dissension entre Lalande neveu et Burckhardt au moment de la nomination de ce dernier à la direction de l’observatoire de l’École militaire, ainsi que l’orientation donnée par Laplace en direction des tables astronomiques et de la quête de la figure de la Terre, concourent à expliquer l’ajournement sine die du projet.

61 Comme le rappelle S. Dumont, op. cit., p. 293, Lalande est plusieurs fois malade, parfois assez gravement, en 1801-1803. Sa mauvaise santé l’empêche davantage encore d’assister aux séances après juin 1804.

62 Non seulement en vue de parer aux saillies, voire aux erreurs qu’il y disséminait, mais aussi et surtout pour les enjeux de communication scientifique et publique que représentent ces vecteurs imprimés très largement diffusés. Voir PVBL, séance du 25 ventôse an XII. L’accent va être mis de manière croissante sur les échéances à tenir dans la publication des éphémérides, et sur la mise en exergue des mémoires des membres et des recherches de géodésie et de mécanique céleste insufflées par le Bureau des Longitudes.

63 Jusqu’en 1804, les procès-verbaux du Bureau des longitudes sont souvent proches d’être des notes quasi personnelles de Lalande, assez peu différentes d’autres traces laissées à la même époque par ce polygraphe. L’appropriation définitive de l’Observatoire par le Bureau des longitudes marque là encore un tournant : Lalande devant tenir ses notes en double et faire approuver une version retranscrite sur un registre permanent.

64 Traduites notamment par le recrutement de jeunes polytechniciens, ainsi que par le remplacement de la pépinière de l’école de Lalande par la nébuleuse de la société d’Arcueil, sous la houlette d’un Laplace. La place nous manque résolument ici pour analyser la palette des formes de pouvoirs recouvertes par les sociabilités de patronage, en un temps de redéfinitions continues des organisations sociales, tant l’exemple de Lalande (et de sa succession) est riche de nuances à cet égard.

Auteur

Archiviste-paléographe, Conservateur à la Bibliothèque interuniversitaire de Pharmacie, Université Paris Descartes.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search