Version classiqueVersion mobile

Une mémoire de papier

 | 
François Ploux

Chapitre 8. L’envers du Progrès

Texte intégral

« Le bien-être sous toutes ses formes s’est accru, on ne saurait le nier, mais ce n’est pas sans dommage pour les mœurs. Le malheur ou la pauvreté rapproche les hommes ; la prospérité les remplit d’eux-mêmes et les rend égoïstes et personnels. Autrefois on se fréquentait, on passait ensemble de longues soirées d’hiver, on se réunissait à certaines fêtes. Aujourd’hui, on se relègue, on s’isole ; chacun vit chez soi et pour soi ; les liens sacrés du sang n’existent plus ; les familles sont désunies. »
(M. Laurent, instituteur dans la Meuse, 1889)

  • 1 Pour une approche excessivement idéaliste du problème : Sternhell Z., La Droite révolutionnaire. L (...)

1Les monographies de communes rurales témoignent à leur manière de l’inquiétude qu’a pu susciter, y compris chez ceux qui en étaient les principaux agents et les grands bénéficiaires, l’avènement du Progrès. De ce Progrès que certains célébraient, dont ils déploraient que la marche triomphante continuât d’être entravée par l’inertie des forces obscurantistes, tout en redoutant certaines de ses conséquences. Après 1870 surtout, les érudits de village furent parti prenante d’une violente réaction intellectuelle contre l’individualisme, le rationalisme et le scientisme1. Un sentiment de très profonde nostalgie fut l’expression première de cette angoisse qu’éprouvaient ceux qui vécurent, et, davantage encore, observèrent, le basculement qui s’opérait sous leurs yeux d’une civilisation à l’autre. C’est en particulier dans les paragraphes qu’ils consacraient aux mœurs, coutumes, habitudes rustiques que les monographes firent part de leurs doutes et de leur malaise.

L’épreuve du temps

La fuite des jours

  • 2 Longuemare P. de, Monographie de la commune de Vendes [Calvados], Paris, Arthur Rousseau, 1908.
  • 3 Basset J., Paroisse de Chaussenac, op. cit., p. vi.

2« Le présent s’enfuit à tire-d’aile », gémissait l’auteur de la monographie d’une commune normande publiée en 19082. Une sensibilité très aiguë au mouvement du temps caractérisait en effet l’historien de village. L’abbé Basset, qui rédigea, à la fin du XIXe siècle, une notice historique sur Chaussenac [Cantal], percevait la marche du temps non pas comme une fuite en avant – image des plus banales – mais comme un engloutissement. « Mon livre, » expliquait-il, « sera aussi, pour ceux qui viendront après nous, une mine précieuse où ils trouveront la réponse aux mille questions de leur esprit sur le présent, qui va s’engouffrant dans l’abîme que le temps tient toujours ouvert pour y ensevelir le souvenir des hommes et des événements qui passent avec une rapidité vertigineuse3 ».

  • 4 Ibid., p. v.

3Ainsi que nous l’avons souligné, nombre d’auteurs, à l’exemple de l’abbé Basset, retiré dans son village natal de Chaussenac, étaient des hommes âgés. Tentés, à l’approche de la mort, de porter un regard rétrospectif – et forcément nostalgique – sur les décennies écoulées. Et, du fait de leur oisiveté contrainte, plus sensibles peut-être à l’écoulement inexorable du temps que ne l’étaient les hommes impliqués dans le tumulte du siècle. L’histoire était pour eux un passe-temps : « Il y a de certains esprits auxquels pèse l’inaction et je suis de ce nombre, avouait Joseph Basset ; vaille que vaille, il vaut autant, et même mieux, que je trompe l’ennui de mes longs jours suivis de nuits plus longues encore, en me livrant à la composition de l’histoire de Chaussenac, que par l’accomplissement d’œuvres moins utiles4. »

  • 5 P. L., compte rendu de Campagne M., Notes et documents sur les paroisses de Saint-Pierre de Nogare (...)
  • 6 Baudry J., « Saint-Mars-la-Jaille et ses anciens seigneurs », art. cit., p. 142.
  • 7 Martin E., Comment faire une monographie de village, op. cit.

4Mais pour nombre de catholiques conservateurs, qui assistaient, impuissants, à l’ébranlement des traditions chrétiennes et à l’avènement progressif de la démocratie laïque, s’investir dans les études historiques c’était se détourner un instant « des agitations malsaines de la politique comme des inquiétudes du temps présent5 ». L’historien de Saint-Mars-la-Jaille [Loire-Inférieure] affirmait chercher dans l’étude du passé « une salutaire diversion aux tristesses de l’heure présente, une consolation et une espérance au milieu des préoccupations et des inquiétudes qui, au moment où nous écrivons ces lignes [en mai 1907] étreignent si douloureusement tout cœur chrétien et français6 ». S’immerger dans le passé permettait d’oublier les turpitudes du présent, de fuir le spectacle d’un monde abhorré. Une attitude exactement inverse de celle de leurs adversaires dont l’engouement pour le progrès moderne reposait sur « l’ignorance, le dédain ou l’oubli du bon vieux temps7 ».

  • 8 Boudant G., Histoire de Chantelle, op. cit., conclusion.

5On percevait chez certains érudits conservateurs, en sus d’une vive nostalgie, une très grande amertume. L’abbé Gilbert Boudant publia son histoire de Chantelle en 1862, à une époque où le clergé français, plus critique à l’égard du régime qu’il ne l’était avant la crise italienne, n’avait cependant pas grand-chose à redouter du pouvoir temporel. Pour cet auteur, particulièrement affecté par la marche du temps (« rien n’est stable sur cette terre, hommes, monuments, institutions, tout passe »), invitait ses lecteurs à venir se consoler des déceptions du présent en se laissant aller à la rêverie et à la méditation : « Ô vous donc, qui que vous soyez, qui venez un instant rêver sur ce théâtre où se sont passées tant de scènes diverses, puissiez-vous sentir au cœur quelques-unes des émotions qui me vibrent si doucement à l’âme ! Puissent-elles nous dédommager de ces tristes réalités, de ces innombrables déceptions auxquelles nous sommes tous en butte dans ce siècle d’égoïsme et de sottes cupidités ! Du moins, qu’une pensée philosophique vous accompagne au sortir de ces lieux8. »

  • 9 Marboutin J.-R., Revue de l’Agenais, 1913, t. XL, p. 82-86.
  • 10 Ibid., p. 85.

6De l’enfance de l’abbé Paul Dubourg, écrivait en 1913 l’auteur de sa nécrologie, nous ne savons qu’une chose, « c’est qu’il s’attacha fortement à sa terre natale [il s’agissait de Damazan, petit chef-lieu de canton du Lot-et-Garonne], qu’il lui donna son cœur, si bien qu’un de ses derniers travaux fut un témoignage d’amour envers sa petite patrie9 ». La soixantaine passée, cet ardent ultramontain se mit à étudier l’histoire. En l’espace de quinze ans, il publia pas moins de quatre monographies paroissiales (Layrac en 1896, Caudecoste en 1901, Moirax en 1908, Damazan en 1911), sans compter plusieurs biographies : « Ces recherches furent pour lui une grande consolation, à la fin de sa vie, aux moments pénibles qu’il traversa par suite de la loi de séparation. Et je sais, pour le lui avoir entendu dire plusieurs fois, avec quel plaisir il se replongeait dans l’étude du passé, lorsqu’il avait été obligé de défendre contre les adversaires des droits de l’Église10. »

  • 11 « Connaître les anciens, revivre un instant avec eux, c’est un charme à nul autre pareil ». Weylan (...)
  • 12 Saint-Fort Rondelou J., « Le général de la paroisse de Saint-Julien de Vouvantes », art. cit., p.  (...)
  • 13 Ibid. Et, à propos des registres paroissiaux, Grégoire V., « Les Échaubrognes », art. cit., p. 301.

7Pour l’érudit catholique, écrire l’histoire d’un village pré-révolutionnaire, c’était s’immerger dans une société profondément religieuse, une société où l’autorité de l’Église était respectée, les prêtres vénérés par leurs ouailles11. Et s’il aimait à consulter les vieux parchemins, ce n’est pas seulement, comme l’affirmait un abbé breton, pour constater qu’il y avait du bon autrefois12, mais aussi parce que les archives étaient de précieuses épaves qui avaient traversé les siècles, survécu à la Révolution, et pour cette seule raison, méritaient le respect13.

Recueillir pour transmettre

  • 14 Cauvin A., Mémoires pour servir à l’histoire […] de la commune de Contes et du hameau des Sclos, o (...)
  • 15 éLie J., Histoire de la paroisse de Saint-Contest, op. cit., p. vii-xii.
  • 16 Comet A. de, Monographie de la commune de Saint-Loubès, op. cit.
  • 17 Legoux J., Histoire des Chapelles-Bourbon, op. cit.
  • 18 Voir les paragraphes que Sylvain Milbach consacre à l’abbé Denizot : Milbach S., Prêtres historien (...)

8Cependant si, chez certains érudits cléricaux, cette plongée dans un Ancien Régime idéalisé, en tant qu’elle procédait d’une forme d’occultation du présent, avait des allures d’abdication, la plupart, au contraire, entendaient non seulement puiser dans l’histoire une brassée d’arguments topiques, mais encore lutter pour que ne s’approfondisse pas le fossé entre le passé et le présent. Il s’agissait de sauver de l’oubli le souvenir des siècles écoulés14, qui s’évanouissait à mesure que mourraient les vieillards15, de se substituer à une mémoire collective défaillante16. Combattre ce grand ennemi qui se nomme l’Oubli, écrivait l’historien des Chapelles-Bourbon, est pour l’homme une obligation, « en quelque sorte d’existence17 ». Pour les curés de village, qui assistaient à la disparition brutale d’une civilisation chrétienne pluri-séculaire, il était urgent de conserver les traditions locales avant qu’elles ne se perdent à tout jamais. Chez certains, la collecte d’information devenait littéralement frénétique18.

  • 19 Grégoire P., Essais historiques sur la paroisse de Sucé, op. cit., préface.
  • 20 Abbadie F., préface à Daugé C., Habas. Son histoire, op. cit.
  • 21 Barbier de Montault X., La commune de Jaulnay (Vienne), Poitiers, typographie de A. Durpré, 1875.

9« Entretenir, dans les foyers de nos familles chrétiennes, l’amour des souvenirs, le respect de nos pères et les traditions de la paroisse19 », tel était le but que s’était fixé l’abbé Pierre Grégoire, auteur d’une monographie de sa commune natale. Réconcilier le présent avec le passé, c’est là, affirmait l’auteur d’une préface, un « bienfait social inestimable, et le seul remède peut-être au mal intérieur dont nous mourons20 ». L’accélération de l’histoire rendait cette tâche d’autant plus urgente : « Le temps marche avec rapidité. Bien des choses ont disparu ou se sont transformées depuis quelques années dans ces lieux qu’autrefois le changement n’atteignait pas. Hâtons-nous de fixer nos souvenirs et de consigner nos recherches21. »

  • 22 Maurice A., L’histoire locale, moyen d’apostolat rural, op. cit., avant-propos. « Faire la monogra (...)
  • 23 On peut ici citer la dédicace qui figurait en en-tête de la monographie de Saint-Sébastien d’Aigne (...)
  • 24 Cité par Marsy, compte rendu de Condamin J., Histoire de Saint-Chamond et de la seigneurie de Jare (...)
  • 25 Kersauson J. de, « Notes historiques sur la commune et paroisse d’Avessac », Revue de Bretagne et (...)

10Écrire une monographie, c’était contribuer à la conservation des « bonnes » traditions, des traditions chrétiennes. « Il faut réapprendre au peuple l’amour du pays, lui redonner le goût des “belles et vieilles choses”, l’habituer à nouveau à marcher et à vivre sur les traces des aïeux ; lui faire comprendre et respecter les belles et saines traditions22. » L’historien de village était un passeur. Ce n’était pas seulement à ses contemporains, mais aussi aux générations futures qu’il s’adressait. En transmettant aux habitants le souvenir des siècles écoulés, et en leur faisant sentir la nécessité de se conformer aux anciennes coutumes, il entendait figer le village dans le respect de ses traditions23. Ainsi l’abbé Condamin concluait-il sa monographie de Saint-Chamond [Loire], paroisse dont on disait que c’était « le paradis des prêtres », par ces phrases : « Je souhaite à mon pays de demeurer toujours ce qu’il fut, ce qu’il est. Au surplus, je connais assez mes concitoyens pour être sans inquiétude sur l’avenir : avec eux, le lendemain n’est que la répétition de la veille24. » Écrire l’histoire d’un village, c’était, pour les érudits catholiques, démontrer que la religion était l’unique principe de continuité en ce monde. Avessac, paroisse bretonne dont la devise était En Dieu ma force et mon espoir, « depuis dix siècles […] est restée immuable et, malgré tous les orages, elle n’a pas failli à cette devise : c’est en ces vertus qu’elle sait aujourd’hui trouver sa force25 ».

  • 26 Milbach S., Prêtres historiens, op. cit., p. 197.
  • 27 Dubourg P., La paroisse de Layrac de 1789 à 1911, op. cit., p. 6.

11Le clergé paroissial ne s’enfermait pas dans une contemplation mélancolique du passé. Il était tourné vers l’avenir. Son ambition n’était pas seulement de conserver les traditions chrétiennes du village, mais encore et surtout de transmettre cette mémoire aux générations futures26. Et de perpétuer le souvenir des « persécutions » dont fut victime l’Église. C’est très exactement ce que voulait faire l’abbé Dubourg, ecclésiastique de combat profondément affecté par la politique de laïcisation du pouvoir républicain, en complétant sa monographie de Layrac achevée en 1897 par un « opuscule » de 562 pages consacré aux années 1789-191127.

  • 28 Dervaux L., Bondues. Histoire de cette commune, op. cit., p. viii.
  • 29 L’abbé Chauvet, qui écrivait en 1879, interrompit son récit de l’histoire de Gyé-sur-Seine [Aube] (...)
  • 30 Milbach S., Prêtres historiens, op. cit., p. 198. Du côté des laïcs : Simon J., Statistique de la (...)

12L’érudit local était hanté par le spectre de la discontinuité temporelle. De là la tentation de faire du village une entité en dehors du temps, dont l’origine se perdrait dans l’enfance de l’humanité. En outre, sauvegarder et transmettre la mémoire locale permettait d’établir une passerelle entre le passé et l’avenir du village. Louis Dervaux terminait l’introduction de son histoire de Bondues [Nord] par ces lignes : « En un mot, conserver d’anciens et intéressants souvenirs en danger de s’éteindre, réunir en un même recueil des documents épars en vingt endroits et en rendre la connaissance facile à nos compatriotes, laisser à nos neveux le tableau le plus vrai et le plus complet possible de notre situation actuelle : tel est notre seul désir, notre seul et unique but28. » Nombreux étaient les curés qui se prenaient à rêver que leur successeur continue l’œuvre qu’ils avaient commencée29 (certains regrettant de ne pas avoir pu disposer d’un travail équivalent au leur, qu’aurait écrit un lointain prédécesseur30). Ainsi le village aurait-il été doté d’une lignée d’historiographes qui auraient assuré la perpétuation de la mémoire locale.

Le prêtre et la coutume

  • 31 Milbach S., Prêtres historiens, op. cit., p. 199-200.

13La composition de certaines monographies témoigne de l’existence d’une véritable sensibilité ethnographique chez les érudits de village. Cette curiosité, plus ou moins vive selon les auteurs, à l’égard des traditions populaires, n’était pas sans rapport avec l’angoisse que suscitait le sentiment d’une fuite accélérée du temps. C’est parce qu’ils étaient attentifs aux transformations qui affectaient leur environnement immédiat qu’ils s’intéressaient aux mœurs paysannes, et consacraient des paragraphes entiers de leurs ouvrages à la description des parlers locaux. C’est en parcourant les rues de sa paroisse, et en constatant que les habitants avaient cessé d’entretenir les niches des saints qui ornaient naguère les façades des chaumières, que l’abbé Denizot prit conscience qu’un monde était en train de disparaître. Il se mit alors à collecter minutieusement toutes sortes d’informations, relatives notamment aux coutumes populaires31. L’enquête ethnographique procédait de la volonté de perpétuer au moins le souvenir d’usages en voie d’extinction. Elle offrait aussi au chercheur une opportunité de palper le travail du temps.

Évolution d’un regard

  • 32 Cholvy G., « Régionalisme et clergé catholique au XIXe siècle », dans Gras C., Livet G. (dir.),(...)

14L’intérêt du clergé pour les coutumes rustiques précéda de beaucoup l’invention de la monographie de commune. Sous l’Ancien Régime, l’Église se préoccupait des rites et superstitions paysannes, mais dans la perspective de leur éradication, au mieux pour y déceler les traces d’un christianisme primitif. Les choses n’avaient guère changé au commencement du XIXe siècle. Les évêques nommés par Napoléon, pour la plupart issus d’une noblesse très francisée, étaient considérés et se percevaient eux-mêmes comme des agents de la centralisation32. Méfiants à l’égard des coutumes locales, qui leur étaient étrangères (du fait de leur origine aristocratique et du brassage géographique qui était de règle en matière de nominations à la tête des diocèses), ils se défiaient aussi de la religion populaire. Le règlement intérieur des séminaires interdisait l’usage du patois, et le futur prêtre était initié en français à la prédication. Les langues vernaculaires n’étaient au mieux qu’un outil auquel le pasteur pouvait avoir recours pour se faire comprendre des fidèles (et, de fait, même si les attitudes devaient beaucoup différer d’un diocèse à l’autre, l’usage du dialecte s’imposa souvent).

  • 33 Elle a fait l’objet d’une publication récente : Devos R., Joisten C. (éd.), Mœurs et coutumes de l (...)
  • 34 Voir à ce propos la longue introduction de l’ouvrage.

15Ce sentiment d’hostilité à l’égard des usages populaires n’était pas incompatible avec la volonté de mieux les connaître. Les statuts du diocèse de Nantes, nous l’avons vu, recommandaient aux desservants de recenser les « usages et solennités religieuses », les processions, les diverses « coutumes de la paroisse ». Il leur était également demandé de décrire la célébration de la fête patronale. L’existence d’un inventaire, tenu à jour, des coutumes locales, devait faciliter l’insertion des nouveaux prêtres dans la paroisse, mais aussi permettre de mieux lutter contre les « abus ». À défaut de tolérer les rites caractéristiques de la vie coutumière, les membres du clergé y étaient attentifs. On peut mentionner, même s’il s’agit d’un exemple un peu périphérique, la Savoie n’ayant été réunie à la France qu’en 1859, la vaste enquête lancée en 1845 par Mgr Rendu, évêque d’Annecy33. Elle portait sur les « usages locaux religieux ou autres […] dévotions, coutumes dans certaines saisons, pour certains travaux […] préjugés, superstitions […] usages bons, mauvais, indifférents », formulation qui indique assez combien la conscience cléricale orientait le regard porté sur la société villageoise. Les petites notices paroissiales des curés fourmillaient de détails relatifs au culte des saints, aux bénédictions, aux processions, aux confréries, aux cérémonies cycliques et saisonnières, aux jeux, danses, chants, etc., mais elles renseignaient tout autant sur les observateurs – sur leur rigorisme, leur idéalisation du passé, leur méfiance à l’égard des influences extérieures accusées de provoquer l’affaiblissement des unanimismes locaux – que sur la réalité des pratiques34.

  • 35 En juillet 1830, Jean-Marie Vianney manqua d’être expulsé d’Ars pour cette raison. Trochu F., Le c (...)
  • 36 Cette question est étudiée en détail par Boutry P., Prêtres et paroisses, op. cit.
  • 37 Ploux F., « Insultes au village (Haut-Quercy, XIXe siècle) », art. cit.

16Durant une bonne partie du XIXe siècle, le folklore villageois fut une véritable pomme de discorde entre le prêtre et ses paroissiens. La révolution chorégraphique qui s’accomplissait alors, c’est-à-dire la dislocation des grandes danses collectives et l’apparition des danses en couple, heurtait profondément un clergé foncièrement rigoriste, et provoqua d’innombrables heurts avec la jeunesse35. Mais c’est aussi l’imbrication, dans les rites de passage, du sacré et du profane, qui suscitait des tiraillements, les exigences spirituelles du prêtre étant souvent incompatibles avec les attentes des villageois. La question du choix des parrains et marraines de l’enfant baptisé, de la date de la première communion, provoquaient des conflits, de même que l’opposition du curé aux danses, divertissements et rites profanes qui accompagnaient les noces paysannes36. Et l’on ne saurait oublier que le folklore était aussi une ressource mobilisée, par les jeunes notamment, pour contester, par des insultes rituelles, les autorités établies37.

  • 38 Cholvy G., « Régionalisme et clergé catholique au XIXe siècle », art. cit. Voir encore Rearick C.,(...)
  • 39 Grévy J., « L’anticléricalisme au village », dans Caron J.-C., Chauvaud F. (dir.), Les campagnes d (...)

17Dans le second tiers du siècle, toute une série de facteurs contribuèrent à la réhabilitation des cultures paysannes38 : l’angoisse de l’urbanisation, le rejet du centralisme étatique, l’influence du romantisme, la condamnation du rationalisme… Les prêtres accusaient la langue de Voltaire de favoriser la propagation des mauvaises doctrines. Ils n’éprouvaient plus les mêmes réticences à l’égard des dialectes locaux. Plutôt que de rejeter brutalement les dévotions populaires – au risque de mécontenter les paroissiens et de les éloigner de l’Église – ils s’efforcèrent d’infléchir et d’épurer ces pratiques39.

L’ethnographie paysanne du vicaire de Brandivy

  • 40 Guilloux J.-M., « Études sur une paroisse bretonne. Brandivy », art. cit., p. 427 et suivantes.
  • 41 Longue nécrologie par Le Garrec E. dans La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, décembre 1900, (...)
  • 42 Ibid., p. 805.
  • 43 Guilloux J.-M., Le bienheureux Ruaud, premier abbé de Lanvaux, évêque de Vannes, Vannes, impr. Laf (...)
  • 44 Guilloux J.-M., Histoire de l’abbaye de Lanvaux, Vannes, impr. Lafolye, 1894.
  • 45 Guilloux J.-M., Baronnie de Lanvaux, Vannes, impr. Lafolye, 1896.
  • 46 Notamment : Languidic pendant la Révolution, op. cit. [extrait de la Revue morbihannaise] et Saint (...)
  • 47 Le Garrec E., art. cit., p. 805.

18À lire les paragraphes ou les chapitres que certains curés monographes consacraient au folklore de leur paroisse, il est clair que le regard de l’homme d’église sur les coutumes et mœurs rustiques évolua beaucoup dans les dernières décennies du XIXe siècle. Appuyons-nous sur un texte que publia l’abbé Jean-Marie Guilloux, qui fut vicaire de Brandivy, dans le Morbihan, entre 1874 et 189640. L’abbé Guilloux était né à Languidic en 184841. Ordonné prêtre en décembre 1873, il fut nommé le 27 septembre 1874 vicaire à Brandivy, une succursale du canton de Grand-Champ. Il y demeura vingt-deux ans. « Le ministère paroissial lui laissait de longs loisirs, qui lui eussent été bien pesants, s’il n’avait su les utiliser. L’étude l’attirait irrésistiblement ; elle le garda du désœuvrement et de l’ennui. Pendant huit ou neuf ans il se jeta, à corps perdu dans l’étude de la théologie42. » Il s’intéressa ensuite à l’histoire de l’abbaye de Lanvaux, dont les ruines étaient situées non loin de Brandivy, et rédigea une notice sur son premier abbé43. Il publia un peu plus tard une histoire complète de l’abbaye44, une courte monographie de la baronnie du même nom45 et, vers la fin de sa vie, plusieurs articles sur l’histoire du clergé et des paroisses du Morbihan pendant la Révolution46. À Brandivy, « élargissant bientôt l’horizon de ses recherches, il embrassa toute la paroisse […], dans une série d’études qui méritent l’estime des spécialistes et des érudits47 ».

  • 48 Belmont N., « L’Académie celtique et Georges Sand. Les débuts des recherches folkloriques en Franc (...)
  • 49 Guilloux J.-M., « Études sur une paroisse bretonne. Brandivy », art. cit., p. 544.
  • 50 Ibid., p. 543.
  • 51 Ibid., p. 543.
  • 52 Ibid., p. 544.
  • 53 Ibid., p. 544. « Avec quel soin il recueillait tous les échos de la tradition orale ! » s’extasiait (...)

19L’abbé Guilloux consacra l’intégralité de la cinquième et dernière partie de sa monographie à l’étude du « Brandivy traditionnel », ce par quoi il fallait entendre « les mœurs, les pratiques et les croyances du pays ». Cinq paragraphes traitaient des « usages populaires » (usages profanes, usages chrétiens, usages mixtes, croyances populaires, sorcellerie), et le sixième indiquait « les avantages de pareilles recherches, en démontrant la haute valeur de la tradition ». En une cinquantaine de pages, le vicaire de Brandivy abordait un ensemble extrêmement hétéroclite de thèmes, puisqu’il n’était pas seulement question des cérémonies cycliques ou des rites de passage, qui faisaient d’ordinaire le miel du folkloriste, mais encore de l’alimentation, de la mise à mort du cochon, du mode de vie, des jeux, des chansons, des légendes… C’est dans les dernières pages de sa monographie que l’auteur expliquait ce qui faisait, à ses yeux, toute la valeur des traditions populaires. Ces usages et ces croyances, affirmait-il, remontent à une très haute antiquité. Certains avaient précédé l’établissement de l’Église (les feux de joie étaient par exemple « des restes évidents d’idolâtrie » ; les Celtes, les Grecs et les Romains connaissaient déjà les jeux en usage dans les campagnes bretonnes). D’autres dataient des premiers siècles du christianisme. Cette assimilation de l’usage populaire à un vestige n’était ni très neuve, ni très originale. L’idée fut formulée au XVIIIe siècle, et reprise notamment par les membres de l’Académie celtique48. Mais ce que l’abbé voulait expliquer, c’est la persistance de ces pratiques et de ces croyances à travers les âges. Comment se fait-il que le peuple soit resté « en tant de matières identique à lui-même49 » ? La raison principale de cette longévité, affirmait-il, c’est le culte du passé et le respect des ancêtres, qui sont la marque de l’homme du peuple. « Nos gens s’attachent opiniâtrement à leurs superstitions parce qu’elles sont traditionnelles, ils y croient volontiers parce que leurs pères y ont cru de tout temps50. » Ceux qui ont assisté à une veillée familiale savent avec quelle scrupuleuse fidélité on s’applique à rapporter les histoires du passé51. Par conséquent, pour connaître « le fond du passé », il suffit d’observer de près ce qui se fait et ce qui se dit dans le présent52. La tradition mérite notre créance. C’est une source de tout premier ordre pour l’historien. Et « il faut n’avoir pas vécu de la vie du peuple pour affecter à cet égard, comme le font certains érudits, un suprême dédain53 ».

  • 54 Guilloux J.-M., « Études sur une paroisse bretonne. Brandivy », art. cit., p. 544.
  • 55 Ibid., p. 544.

20Malheureusement, « un grand changement s’opère dans les mœurs54 ». Tandis qu’autrefois les regards étaient tournés vers le passé, que les traditions faisaient loi, que les parents s’efforçaient d’inculquer à leurs enfants les maximes des anciens, de nos jours « l’attention se porte tout entière vers l’avenir55 ». La chaîne, en quelque sorte, s’était rompue.

  • 56 Ibid., p. 493.
  • 57 Ibid., p. 494.
  • 58 Ibid., p. 530.

21L’abbé Guilloux, à défaut de pouvoir dater précisément la disparition des différents usages dont il dressait l’inventaire, était extrêmement attentif aux transformations qui les affectaient. Les traverses en pierre qui partageaient les ouvertures des vieilles maisons « commencent à disparaître56 ». Le jeu de boule, qui voyait s’affronter les hommes des différentes paroisses « rappelle les fameuses luttes de la soule qui ont disparu de nos mœurs57 ». « Depuis quelques temps », notait-il encore, on a pris l’habitude d’agrémenter les feux de joie allumés les soirs de fête patronale en faisant éclater des pétards58. »

  • 59 Ibid., p. 493.
  • 60 Ibid., p. 500. L’abbé Parat assimilait lui aussi le vieux folklore à la diversité culturelle : « Il (...)
  • 61 Guilloux J.-M., « Études sur une paroisse bretonne. Brandivy », art. cit., p. 500.

22À de rares exceptions près, l’auteur déplorait l’abandon des vieilles traditions, parce que cet abandon était une forme de renonciation à un héritage. Les agriculteurs, à qui leurs parents avaient légué de magnifiques meubles en cœur de chêne ou de châtaignier, s’en étaient débarrassés, « sans souci des souvenirs qui s’y rattachaient59 », pour acquérir des lits et des armoires badigeonnés en rouge « et d’un style parfaitement uniforme ». Au contact du monde extérieur, les paysans adoptaient des manières de vivre et des habitudes qui leur étaient étrangères, et contribuaient à cette uniformisation culturelle que l’auteur ne cessait de pourfendre. « À force de fréquenter la côte ou le monde de la côte, nos jeunes personnes ont fini par en adopter le costume. » Ils ont d’abord changé de coiffure, puis c’est tout l’habillement qui s’est modifié. À Brandivy et dans les paroisses voisines, « la sévère variété qui présidait jusqu’à ces temps à la confection des habits va bientôt faire place à une élégante uniformité60 ». Le même processus affectait le vêtement des hommes, qui avaient délaissé le « costume traditionnel » (culotte courte, guêtres ornées de boutons, ample justaucorps muni de poches profondes en forme de valises, chapeau à larges bords, longue chevelure) pour un accoutrement qui leur donnait des allures de sans-culottes. « Les vieux Celtes ne se reconnaîtraient pas dans leurs descendants61. »

  • 62 Ibid., p. 523.
  • 63 Ibid., p. 495.
  • 64 Ibid., p. 497.

23L’abbé Guilloux, essentiellement préoccupé de louer des usages qui peu à peu disparaissaient, faisait preuve d’une très grande indulgence à l’égard de certains traits du folklore rustique autrefois vilipendés par le clergé (ils n’offrent, disait-il, que « peu de matière à la critique62 »). La violence des jeux ne suscitait aucun commentaire63. Les chansons satiriques en breton étaient certes un peu grossières, leur composition « plus ou moins salée » ; mais « ne nous en plaignons pas trop cependant ; elles ont du moins un sens, tandis qu’on en chercherait vainement dans ces chansons françaises devenues à la mode et composées la plupart d’un seul couplet et d’un refrain qu’on répète éternellement64 ». Et de dénoncer la mode du français, « qui nous déborde ».

  • 65 Ibid., p. 513.
  • 66 Ibid., p. 506.

24Un autre aspect des coutumes traditionnelles – de certaines en tout cas, qualifiées de « mixtes » – était leur caractère éminemment religieux. Jean-Marie Guilloux décrivait une société où la vie sociale baignait dans une atmosphère de grande ferveur spirituelle. Chaque maison, écrivait-il, est comme une petite église : les objets de piété y abondent, le signe de croix est d’usage courant. Chrétiens dans la vie privée sous le regard de leur famille, les paysans ne le sont pas moins au champ, ou lorsqu’ils paraissent en public. Un prêtre se présente-t-il sur leur chemin, ils s’empressent de se découvrir. Dès qu’ils passent à proximité d’une croix, ils saluent et se signent. Au premier coup de cloche, on rajuste son habit à la hâte et on se dirige vers l’église. Le peuple, certes, est superstitieux. S’il respecte le chômage des fêtes de dévotion, c’est parce qu’il redoute, en cas d’infraction, un châtiment divin. Les mémoires sont pleines de récits d’accidents survenus à ceux qui osèrent braver l’interdit. Mais qui se plaindrait d’une telle crédulité ? Au moins garantit-elle l’observation du dimanche et des fêtes principales. Qu’on prenne bien garde de ne pas mépriser ces croyances au fond très saines : « Quand d’une religion en effet on écarte ce qui est secondaire pour se borner à l’essentiel, l’essentiel lui-même finit par être foulé aux pieds65. » Quant à l’habitude qu’avaient les jeunes gens d’aller nuitamment, devant chaque maison, chanter des cantiques la veille de la Passion, de Pâques et du Jour des morts, d’aucuns auraient pu la qualifier de trouble à l’ordre public. Mais tout le monde admettait d’être un instant arraché au sommeil pour quelques pensées salutaires66.

  • 67 La mauvaise qualité des armes provoquait des accidents. Ibid., p. 518.
  • 68 Ibid., p. 515.
  • 69 Ou des inhumations. Il observait par exemple que l’usage de déposer la bière dans une charrette tr (...)
  • 70 Sa description du retour de noce, occasion de trinquer, de danser, de festoyer, était plutôt bienv (...)
  • 71 Ibid., p. 520.
  • 72 Ibid., p. 521.

25Il est cependant des usages ou des croyances condamnables qu’on ne regrettera pas. Par exemple la croyance dans le pouvoir des « rebouteurs » ou des devins. Ou l’habitude qu’avaient les jeunes gens de tirer des coups de pistolet les jours de noce67. Il en est d’autres qu’on aimerait voir disparaître (la célébration du baptême au cabaret68). L’auteur, très précis dans la description des rites associés à la célébration du mariage69 – dont certains aspects profanes ne semblaient pas le heurter70 – regrettait que l’usage du linceul commençât de se perdre : « Notre siècle brave la modestie jusque dans le néant et son orgueil le pousse à vêtir le pauvre défunt de ses plus beaux habits71. » En revanche la mode, très inconvenante à ses yeux, des couronnes mortuaires, dont on abusait en ville (à la campagne seuls les jeunes célibataires avaient droit à une couronne), n’avait pas encore contaminé la campagne72.

Les instituteurs de la Belle Époque entre célébration du progrès et nostalgie du bon vieux temps

L’amélioration des conditions matérielles

  • 73 Simon J., Statistique de la commune de Fretoy, op. cit.
  • 74 Ibid.

26À l’image de leurs adversaires conservateurs, les instituteurs de la fin du XIXe siècle avaient le sentiment de vivre une période de grands bouleversements. Et certains de ceux qui décidèrent de publier la monographie de leur commune le firent pour témoigner de ce qu’ils avaient vu. « Ne sommes-nous pas à une époque de transition, s’interrogeait Jean Simon, auteur d’une Statistique de la commune de Frétoy [Nièvre] ? Les idées remuent les peuples ; les mœurs, le langage, la culture, la vie civile, la vie domestique ne sont plus aujourd’hui ce qu’ils étaient hier […]. Les couleurs locales s’effacent, les idées se généralisent73. » Pourtant Jean Simon n’était pas un nostalgique. Il est vrai qu’il faisait partie de cette catégorie de petits notables sortis du peuple dont l’ascension sociale s’inscrivait dans le processus de démocratisation des institutions. Ses parents étaient de très modestes journaliers. Titulaire du brevet en août 1852, il avait enseigné dans plusieurs localités de la Nièvre avant d’être nommé à Frétoy à la rentrée 1866. Quinze ans plus tard, en janvier 1881, il fut élu maire de cette commune. C’est en 1883 qu’il rédigea la préface de son épaisse monographie, fruit de douze années de recherches. On peut comprendre qu’il n’ait pas beaucoup regretté l’ancien régime politique. À l’opposé des historiens pour qui le futur ne pouvait être que la réplique du passé, il concevait l’avenir comme une marche en avant, les nouvelles générations ayant pour vocation de perfectionner ce qu’avaient accompli celles qui les avaient précédées : « Nous avons élevé au rang de principes sociaux le suffrage universel, la liberté de conscience, l’obligation de l’instruction. Le XIXe siècle clôt le passé, lui enlève toute velléité de retour. Nos petits-fils continueront notre œuvre, la développeront en ce qu’elle a de glorieux et de fécond74. »

  • 75 Arch. départ. du Morbihan, 1 J 47.
  • 76 Elles sont consultables sur le site du conseil général de la Somme. La lecture de ces documents nu (...)
  • 77 Germouty H. (dir.), La Maurienne, op. cit.
  • 78 Monogaphies des communes du canton de Beaumont, op. cit.
  • 79 La Mayenne en 1900 vue par ses instituteurs, op. cit.
  • 80 Cette dernière source, exceptionnellement riche, et qui mériterait une étude particulière, est, da (...)
  • 81 Ministère du commerce, de l’industrie, des postes et des télégraphes, Exposition universelle inter (...)
  • 82 Ibid.
  • 83 Ministère du commerce, de l’industrie, des postes et des télégraphes, Exposition universelle inter (...)
  • 84 Ibid, p. 6.

27L’instituteur rural se considérait lui-même comme un agent du progrès. C’était par conséquent un observateur attentif des transformations qui affectaient, ou qui avaient affecté, la société villageoise. En témoignent notamment plusieurs enquêtes collectives réalisées au tournant du siècle, à une époque où les campagnes françaises étaient en pleine mutation. Présentons en quelques mots ces séries documentaires, d’une ampleur et d’une richesse très inégales, sur lesquelles nous avons travaillé. La première série est constituée de petites monographies réalisées en 1897 par les instituteurs de trente-trois communes de l’arrondissement de Pontivy [Morbihan]75. Les Archives départementales de la Somme possèdent une collection complète de notices conçues à la même époque et sur le même modèle76. Quelques années plus tard, les instituteurs de la Maurienne confectionnèrent de petites notices communales qui furent réunies dans deux volumes préfacés par l’Inspecteur Germouty77. Les monographies manuscrites des communes du canton de Beaumont [Dordogne], écrites en 1912 par les membres du corps enseignant, ont été récemment publiées78. Nous avons enfin étudié les monographies des communes de deux cantons de la Mayenne (Montsûrs et Château-Gontier) préparées dans le cadre de l’Exposition universelle de 190079, ainsi qu’une volumineuse synthèse de l’ensemble des travaux réalisés à l’occasion de cet événement80. Les instituteurs furent en effet invités à participer à la grande manifestation qui inaugura le nouveau siècle. Ils furent d’abord sollicités par le ministre de l’Instruction publique81. L’instruction générale aux Recteurs du 29 décembre 1898 fixa les modalités de cette contribution. Elle suggérait deux types d’« objets » susceptibles d’offrir une « représentation fidèle et complète de l’état de l’enseignement primaire à la fin du siècle82 » : des monographies communales et des monographies scolaires. Les travaux des maîtres devaient être soumis à une procédure de sélection en trois temps : une commission départementale devait effectuer un premier tri ; une commission d’académie un second filtrage. Huit cents caisses furent ainsi acheminées jusqu’à la rue de la Comète, à Paris, où siégeait une commission nationale qui ne retint, pour l’exposition du Champ de Mars, qu’un quart à peine des travaux (essentiellement des monographies historiques de commune). La Classe 104 de l’exposition (intitulée Grande et petite culture, Syndicats agricoles, Crédit agricole) concernait « les faits sociaux relatifs à la culture et les institutions économiques qui s’y rattachent83 ». Elle comportait une enquête fondée sur la diffusion, dans les départements, d’un questionnaire et d’une circulaire appelant les bonnes volontés à proposer des monographies de département, de région, de commune, d’exploitation agricole, de ménage ouvrier, etc. 389 mémoires furent soumis au jury. Il s’agissait dans plus de la moitié des cas (240, soit 61,7 % du total) de monographies locales – essentiellement de commune – signées par des instituteurs de village84.

  • 85 Limitée dans le cas du Morbihan ou de le Somme, puisqu’il n’était demandé aux auteurs que de compl (...)

28Tous ces travaux, il faut y insister, étaient des travaux de commande : si les auteurs se virent accorder une certaine marge de liberté dans le choix des thèmes85, plusieurs questions ou rubriques portaient sur le développement économique, les progrès de l’instruction, le mouvement de la population ou encore l’avenir de la commune… Le regard des instituteurs était d’emblée orienté vers l’observation du changement.

  • 86 Guiscriff [Morbihan], Arch. départ. du Morbihan, 1 J 47. Menil [Mayenne], La Mayenne en 1900, op. (...)
  • 87 Moréac [Morbihan], Arch. départ. du Morbihan, 1 J 47. Tels que décrits par les instituteurs de 190 (...)
  • 88 Montferrand [Dordogne] : Monogaphies des communes du canton de Beaumont, op. cit., t. 1. L’institu (...)
  • 89 Montferrand [Dordogne], Monogaphies des communes du canton de Beaumont, op. cit., t. 1.
  • 90 Instituteur de Saint-Pancrace (Germouty H. [dir.], La Maurienne, op. cit.)
  • 91 L’instituteur de Saint-Avit-Sénieur [Dordogne] estimait que, depuis un quart de siècle, la fortune (...)

29Les instituteurs de la Belle Époque se félicitaient de l’amélioration des conditions matérielles d’existence dans les campagnes. Les villages s’embellissaient – certains étaient même « coquets86 » – les habitations étaient plus confortables que par le passé87, l’alimentation beaucoup plus saine88, l’hygiène en progrès89. On se réjouissait, en Maurienne, de la disparition des goitreux, des crétins et des muets, naguère si nombreux dans les villages de montagne90. De manière générale, on se félicitait de ce que les cultivateurs s’enrichissent : le « bien-être », lisait-on parfois, pénètre dans les campagnes91. Les auteurs, toutefois, ne s’attardaient guère sur ces questions.

  • 92 Voir supra, p. 228-229.
  • 93 Un exemple parmi d’autres : « Les instruments aratoires perfectionnés tels que charrue brabant, fa (...)
  • 94 Saint-Avit-Sénieur [Dordogne], Monogaphies des communes du canton de Beaumont, op. cit., t. 2.
  • 95 Montourtier, Chemazé, Azé, Loigné, Saint-Gault, etc. (La Mayenne en 1900, op. cit., t. 1, p. 168 e (...)

30Très attentifs aux fluctuations démographiques et, pour ce qui concerne en tout cas les instituteurs de la Mayenne, aux transformations des structures sociales92, ils étaient également beaucoup plus diserts, et nettement plus précis, dès lors qu’il était question d’agriculture. On les sentait, sur ce terrain, particulièrement à l’aise. Les instituteurs de la Mayenne donnaient par exemple des indications chiffrées relatives aux superficies consacrées aux différentes cultures, aux rendements à l’hectare, aux quantités de miel récoltées, à l’effectif et à la composition du cheptel communal. Certains décrivaient avec force détails les assolements, la modernisation de l’outillage et le perfectionnement des façons culturales93. Ils observaient pour la plupart une nette amélioration des techniques de fertilisation des sols94, ce qui ne les empêchait pas d’émettre des critiques, et de regretter la lenteur des progrès. L’habitude qu’avaient conservée les cultivateurs de la Mayenne de laisser le purin des étables se déverser dans les mares et les ruisseaux, où venaient s’abreuver les animaux, scandalisait – le mot n’est pas trop fort – les maîtres d’école95.

L’empire de la routine

  • 96 On sait pourtant que s’était accomplie, sous la monarchie constitutionnelle, une véritable révolut (...)

31Les instituteurs de campagne attribuaient tous ces changements aux effets conjugués de la révolution des transports et du développement de l’instruction. Le progrès était fondamentalement un processus exogène : les paysans n’y contribuaient qu’en tant qu’ils suivaient les conseils qu’on leur prodiguait, se pliaient aux consignes qu’on leur transmettait96.

  • 97 La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 236. Un instituteur du Lot observait en 1881 que, pour l’hab (...)
  • 98 La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 308.

32En fait, davantage qu’ils ne se réjouissaient de tout ce qui s’était accompli autour d’eux en l’espace de quelques décennies, les maîtres d’école se plaignaient des lenteurs du progrès, et dénonçaient tout ce qui entravait sa marche. Principal accusé : l’esprit de routine du paysan. « Depuis cinquante ans, écrivait l’instituteur de Laigné [Mayenne], l’agriculture a fait des progrès réels, malheureusement l’affreuse routine sous trop de rapports règne encore en maîtresse absolue97 ». Et celui de Loigné [Mayenne], dont la monographie était d’une rare précision sur les questions d’agriculture, observait que « Notre agriculture a fait et fait encore chaque jour d’immenses progrès certainement, à Loigné comme partout ailleurs ; mais cependant, dans beaucoup d’exploitations, ce progrès est arrêté par de sérieux obstacles ; obstacles malheureusement trop communs dans nos campagnes : le manque d’instruction, la routine et peut-être aussi le manque de ressources98. »

  • 99 Arch. départ. du Morbihan, 1 J 47.
  • 100 Arch. départ. du Morbihan, 1 J 47.

33Ces pesanteurs exaspéraient en particulier les enseignants bretons. Les paysans de Baud s’étaient certes enrichis, et vivaient de mieux en mieux. Mais « il y a trop de routine dans l’agriculture ». Seul le développement de l’instruction permettrait d’en sortir. L’habitant du Faouët était quant à lui « ignorant et routinier ». La situation était pire encore à Saint-Barthélemy : « Les méthodes de culture sont celles d’il y a cinquante ans. Les neuf-dixièmes des cultivateurs sont illettrés et par conséquent routiniers. L’outillage est des plus restreint : la charrue, la pioche, la faux, la faucille et le fléau sont les seuls employés. Le premier progrès à réaliser c’est d’instruire le cultivateur ; le reste viendra tout seul99. » Roudouallec était une localité où l’on rencontrait beaucoup de fermiers pauvres : « Les habitants se nourrissent mal ; ils sont paresseux et routiniers. Le terrain est mal cultivé. Il n’y a pas d’initiative car il n’y a pas assez d’instruction parmi les adultes100. »

34Une quinzaine d’années plus tard, les instituteurs du canton de Beaumont tenaient à peu près le même langage que leurs collègues bretons. À Montferrand, où bien des choses avaient changé cependant, « beaucoup de personnes ont encore conservé un certain esprit de routine dont elles s’éloignent difficilement. Il en est même quelques-unes que les progrès scientifiques effraient ». Pour l’instituteur de Bourniquel, le retard intellectuel de la population misérable de cette localité, qui était excessivement dévote et « superstitieuse comme aux âges les plus reculés », résultait de son état d’asservissement au « seigneur » et maire de la commune.

  • 101 Il s’agit de l’instituteur de Montourtier : La Mayenne en 1900, op. cit., t. 1, p. 173.
  • 102 Instituteur de Loigné [Mayenne]. La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 310. « Ce que faisaient le (...)

35Aux yeux de l’instituteur, la routine était un savoir encombré de préjugés qui se transmettait, comme la tradition, en dehors de l’institution scolaire (« religieusement » observait un maître101), par imitation aveugle des gestes qu’on avait toujours vu faire : « Les vieux parents faisaient ainsi et ont vécu, pourquoi changerions-nous ? », disaient les paysans d’un village de la Mayenne102.

  • 103 Elle appartenait au passé : « Grâce à l’instruction agricole, qui se vulgarise de plus en plus, la (...)
  • 104 Bourdieu P., « Pratiques économiques et dispositions temporelles », dans Esquisse d’une théorie de (...)
  • 105 Ibid., p. 378.
  • 106 Monographies des communes du canton de Beaumont, op. cit., t. 2.

36Ces dénonciations réitératives de la routine paysanne – moins fréquentes, il faut quand même le noter, dans la Mayenne et dans la Somme103 – révélaient un décalage persistant entre deux types de dispositions temporelles. « Rien n’est plus étranger à l’économie pré-capitaliste, écrit Bourdieu, que la représentation du futur comme champ de possibles qu’il appartient au calcul d’explorer et de maîtriser104 […]. La décision économique n’est pas déterminée par la prise en compte d’une fin explicitement posée en tant que future comme celle qui est établie par le calcul dans le cadre d’un plan ; l’action économique s’oriente vers un “à venir” directement saisi dans l’expérience ou établi par toutes les expériences accumulées qui constituent la tradition […]. Loin d’être dictées par la visée prospective d’un futur projeté, les conduites de pré-voyance obéissent au souci de se conformer à des modèles hérités105. » L’instituteur de Saint-Avit-Sénieur [Dordogne] stigmatisait cette incapacité du cultivateur périgourdin à se projeter dans le futur : « [Il] ne considère que le bénéfice immédiat, celui dont il profitera lui-même, et il remet toujours à plus tard, pour ne les réaliser jamais, les améliorations qui ne profiteraient qu’à ses héritiers. Il y a là de l’égoïsme, de l’insouciance et de l’imprévoyance106. »

  • 107 Loigné. La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 309. L’instituteur de Melrand [Morbihan] incriminait (...)

37Et c’est bien sûr l’École, où se faisait l’apprentissage du calcul, qui pouvait remédier à cet état d’arriération intellectuelle. La dénonciation de l’esprit de routine était une manière de justifier l’utilité sociale du maître. (« Que manque-t-il donc à nos cultivateurs pour qu’ils arrivent à comprendre qu’il est de leur intérêt d’abandonner leurs vieux procédés, de suivre et d’essayer les méthodes nouvelles de culture ? L’instruction, voilà le grand mot107 ! »)

Un peuple superstitieux

  • 108 Monographies des communes du canton de Beaumont, op. cit., t. 2.
  • 109 À la différence, par exemple, de membres de l’Académie celtique, qui posèrent l’hypothèse d’une or (...)
  • 110 Houzelle F., « Breux, son histoire et sa seigneurie », Mémoires de la Soc. des lettres de Bar-le-D (...)

38Les maîtres d’école ne faisaient preuve d’aucune indulgence à l’égard des « superstitions », systématiquement qualifiées d’absurdes. « Cette population est très superstitieuse » observait l’instituteur de Saint-Avit-Sénieur [Dordogne]. Elle croit aux revenants. Les habitants n’hésitent pas à aller consulter le devin quand un enfant est pris de convulsions, ou lorsqu’une vache est malade. La personne interrogée n’a pas à faire un gros effort d’imagination pour désigner la source du mal, et proposer un remède aux paysans crédules. Heureusement, écrivait-il, que ces pratiques ridicules disparaissent peu à peu108. Des pratiques ridicules : l’expression revenait souvent sous la plume des monographes. Elle disait bien l’exaspération des petits notables instruits confrontés à des croyances auxquelles ils n’accordaient même pas l’excuse du pittoresque ou de l’antiquité109. « Si, à l’autel, la mariée se lève la première, notait l’instituteur de Breux [Meuse], c’est elle qui commandera le ménage. Si l’anneau lui entre aisément au doigt, il est certain qu’elle sera docile110. » Ces préjugés, estimait-il, sont « fort ridicules ». Les superstitions constituaient autant de défis à la raison, contre lesquels l’École devait livrer un combat sans pitié.

  • 111 Monographies des communes du canton de Beaumont, op. cit., t. 2.
  • 112 La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 59.
  • 113 Arch départ du Morbihan, 1 J 47.
  • 114 Poëtte C., Histoire d’Holnon, Saint-Quentin, Imprimerie Ch. Poëtte, 1885.

39Certains érudits laïques prenaient bien soin de dissocier la superstition populaire de la foi catholique. Ainsi l’instituteur de Naussannes [Dordogne] s’étonnait-il de ce que les habitants de cette localité, « bien que catholiques plus ou moins pratiquants », se laissassent abuser par des croyances insen111. Mais, pour d’autres, la ligne de démarcation n’était pas aussi tranchée. « Les Azéens sont dévots, observait l’instituteur Pigeon, et même quelque peu superstitieux112. » L’institutrice de Plumelin [Morbihan], dénonçait pêle-mêle l’ignorance crasse, la malpropreté, l’ivrognerie et la religiosité des paysans au milieu desquels elle vivait113. Et l’on peut mentionner ici le travail de Charles Poëtte qui, s’il n’appartenait pas au corps enseignant (il était journaliste et imprimeur), était un républicain soucieux, à l’image des maîtres et maîtresses d’école, de célébrer dans son ouvrage sur Holnon [Aisne], l’avènement de la modernité dans le monde rural. Il se réjouissait notamment de ce que, grâce au développement de l’instruction, les superstitions n’avaient cessé de régresser depuis trente ans (il écrivait en 1885). Naguère, on consultait les magiciennes, et les « bonnes femmes », comme les hommes « naïfs et superstitieux », allaient en pèlerinage. Seule perdurait désormais la coutume, non moins superstitieuse, de déposer des bougies sous les calvaires114.

Mœurs et coutumes

40On peut comprendre que les instituteurs de la République, pour qui les superstitions représentaient ce contre quoi l’École devait mener combat, ne leur aient reconnu aucune valeur intrinsèque. Ces folles croyances, qui constituaient autant d’obstacles entravant la marche du progrès, étaient heureusement condamnées à disparaître par l’effet de l’instruction universelle.

  • 115 C’est aussi ce sentiment d’avoir à rendre compte des mutations en cours qui orientait le regard po (...)

41Les maîtres d’école appréciaient de manière beaucoup plus nuancée les autres dimensions de la culture villageoise. Tandis que tel usage, tel rite, était condamné sans appel, tel autre trouvait grâce aux yeux de l’observateur, dont le jugement oscillait en permanence entre la dénonciation et le ravissement. Cette hésitation trouve un premier élément d’explication dans le caractère tout à la fois moral et esthétique du regard porté sur la culture populaire, qui était simultanément obscène et naïve, stupide et charmante, vulgaire et pittoresque. Par conséquent, les instituteurs laïques, et plus généralement les érudits progressistes, observant, dans leur village, le recul des vieilles coutumes115, étaient partagés entre un sentiment de satisfaction et une très vive nostalgie, quand ils ne faisaient pas part de leur inquiétude.

  • 116 La Mayenne en 1900, op. cit., t. 1., p. 221.
  • 117 Monographies des communes du canton de Beaumont, op. cit., t. 1.
  • 118 La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 65.
  • 119 L’instituteur de Saint-Gault [Mayenne] achevait le rapide paragraphe qu’il consacra aux costumes p (...)
  • 120 Monogaphies des communes du canton de Beaumont, op. cit., t. 1. Les femmes de Deux-Évailles [Mayenn (...)
  • 121 La Maurienne vue par les instituteurs, op cit., p. 81.

42Il faut dire que ce n’est pas tant l’action de l’École qui était ici en cause, que l’influence de la Ville. Ainsi la disparition des habitudes vestimentaires était-elle attribuée à la pénétration, dans les campagnes, de la mode urbaine. La coquetterie des habitants de Nuillé-sur-Ouette [Mayenne], écrivait l’instituteur de cette commune, « vient de ce que les personnes vont souvent à la ville116 ». Les femmes étaient fréquemment désignées comme les principales responsables de l’abandon des traditions en matière d’habillement. À Monsac [Dordogne], « les costumes originaux ont disparu. La mode avec son soi-disant progrès a changé tout cela117 ». C’étaient les femmes du village qui avaient montré la voie, les garçons n’ayant fait que leur emboîter le pas. Les habitantes d’Azé [Mayenne] « suivent la mode de la ville ; ni dentelle ni rubans ne manquent alors à leurs costumes, qui pèchent cependant par défaut de goût118 ». Les instituteurs de la Belle Époque regrettaient le dépérissement des traditions vestimentaires, révélateur d’un processus d’uniformisation des habitudes, d’effacement du particulier, du cachet local119. Mais c’est aussi le manque de modestie des filles, tellement maladroites dans leur obstination à vouloir imiter leurs voisines de la ville, qui les exaspérait. « Les jolis bonnets de nos paysannes ont fait place à des chapeaux multiformes » se plaignait l’instituteur de Montferrand [Dordogne]120. Celui de Saint-Jean-de-Maurienne était plus explicite dans sa dénonciation de la coquetterie féminine : « Anciennement, hommes et femmes du peuple étaient vêtus très simplement avec des étoffes souvent fabriquées dans le pays par des artisans peu habiles ; les femmes portaient un petit bonnet blanc avec dentelle très étroite plissée sur le front. Aujourd’hui tout est à la mode et les petites journalières veulent porter aussi beau que les grandes dames121. »

  • 122 La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 404.
  • 123 Voir notamment Muel-Dreyfus F., Le métier d’éducateur, op. cit., p. 68-69.
  • 124 Ministère du commerce, de l’industrie, des postes et des télégraphes, Exposition universelle inter (...)
  • 125 Ibid., p. 131.
  • 126 Ibid.
  • 127 Ibid.

43Les paragraphes consacrés à l’évolution du vêtement étaient l’occasion de fustiger cette aspiration insensée du paysan à renier son identité rustique. L’instituteur de Marigné-Peuton [Mayenne], qui observait un « grand changement » dans la toilette des hommes et des femmes du village, désormais rigoureusement identique à celle des citadins, fut saisi d’étonnement (il évoquait sa « désillusion ») lorsque, invité à une réunion de famille, il découvrit que l’élégante demoiselle à qui sa pensée avait attribué « une certaine position sociale », n’était en réalité qu’une métayère qui s’habillait au Bon-Marché, au Printemps ou à la Samaritaine122. L’ironie du propos masquait une réelle inquiétude : en s’accoutrant comme de belles citadines, en s’appropriant les principaux signes distinctifs de la condition bourgeoise, les paysannes de Marigné rendaient illisible la découpe des hiérarchies sociales. Or on sait combien les instituteurs étaient attentifs au choix de leur tenue vestimentaire, qui signalait leur positionnement à mi-distance du peuple et de la bourgeoisie123. L’excessive coquetterie des villageoises risquait de rendre inopérantes ces techniques de distinction. D’où la virulence des réactions. C’est un véritable concert de protestations qui s’éleva à l’occasion de l’enquête monographique de 1900 (« jamais une opinion ne s’est manifestée avec une pareille unanimité124 ») : « Déjà, en 1889, les études locales, envoyées à l’Exposition universelle, condamnaient le luxe des vêtements, surtout chez les jeunes villageoises. En 1900, l’incrimination est non moins vive et elle est criée à tous les coins de la France125. » Partout, on notait « la difficulté que l’on rencontrerait à distinguer, au village, les différentes conditions sociales, si l’on s’en tenait aux signes extérieurs126 ». Et le rapport de synthèse de multiplier les exemples, puisés dans les monographies d’instituteurs : « “Il est difficile, sinon impossible, dit un instituteur de la Meuse, de distinguer par le vêtement la situation pécuniaire des habitants des campagnes. Les pauvres portent toilette comme les riches. C’est un surcroît de dépenses causé par le désir de paraître. » Et il ajoute : « La propreté jointe à la modestie doit être la parure des personnes simples. » L’instituteur de Golancourt, dans le département de l’Oise, s’exprime dans des termes à peu près semblables : « Il serait dans bien des cas, dit-il, très difficile de distinguer à première vue l’ouvrier et sa femme, des plus riches propriétaires de l’endroit. » Ailleurs, dans le Tarn-et-Garonne, à la même observation est jointe une vive critique : « Le luxe règne dans nos campagnes ; il n’y a plus de différence entre la grande dame et l’ouvrière ; toutes deux ont une petite toilette ravissante, et toutes deux ont tort : la plus riche parce qu’elle porte envie à l’autre, la plus pauvre parce qu’elle dépense, follement et sans compter, l’argent qui serait nécessaire ailleurs… Il serait temps de réagir contre ces fâcheuses tendances qui sont une des principales causes de la ruine de nombreuses familles et de l’immoralité de beaucoup d’autres. » Aux Riceys [Aube], on affirme également qu’il n’est « plus possible de distinguer, aux vêtements, les plus pauvres et les plus aisés127. »

Un français très vulgaire

  • 128 On regrettera que les monographies morbihannaises n’aient pas comporté une rubrique sur le parler (...)
  • 129 Ampoigné, n’avait « au point de vue de la langue ni patois ni accent sensible » (La Mayenne en 190 (...)
  • 130 Ibid., p. 285.
  • 131 Ibid., p. 403.
  • 132 Ainsi à à Nuillé-sur-Ouette, où « en général on parle fort mal » (La Mayenne en 1900, op. cit., t. (...)
  • 133 La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 346.
  • 134 Ibid., p. 58 et 64 (« le langage se fait en assez bon français »). Même observation concernant Bazo (...)

44Concernant l’évolution du parler, les appréciations étaient plus nuancées, et variaient d’un département à l’autre128. Le patois de la Mayenne, là où il était encore en usage129, était sans doute trop proche du français pour être paré du charme de l’exotisme. À la limite, il était défini négativement, comme un français défectueux : à Laigné, « la langue française est seule en usage, mais on la parle mal, et pour quelqu’un qui n’y est pas habitué il est difficile de suivre la conversation des habitants de nos campagnes130 ». Le parler des paysans de Marigné-Peuton était plein d’expressions triviales, leur accent « horrible ». Et l’instituteur, en dépit de ses efforts, en classe comme dans la cour de récréation, ne pouvait empêcher que moi, toi, quoi, soient prononcés mâ, tâ, quâ, « avec une ouverture de bouche qui rend affreux le son de ces mots à qui n’y est pas familier131 ». Les maîtres, par conséquent, se réjouissaient des progrès de la langue nationale, et n’éprouvaient aucune indulgence pour les défauts de prononciation132. L’instituteur de Loigné, qui, de manière générale, déplorait la disparition des coutumes locales, se réjouissait au contraire de ce que, grâce à l’école, à l’amélioration des communications et au service militaire, « le langage tend de plus en plus à s’unifier133 ». Les paysans d’Azé, qui fréquentaient régulièrement la ville les jours de marché, y acquéraient « une certaine politesse, un langage plus châtié » que celui qui existait ordinairement dans les campagnes134.

  • 135 Monogaphies des communes du canton de Beaumont, op. cit., t. 2, p. 161.

45Les instituteurs du Périgord – influencés, peut-être, par le félibrige – étaient beaucoup plus indulgents à l’égard de l’idiome local. À Naussannes, « Le français tend bien à se vulgariser, mais il n’est parlé que dans quelques rares familles. On parle le patois local qui tient le milieu entre le gascon et le basque. Ce langage est gracieux, élégant et poétique135. » L’instituteur de Saint-Avit-Sénieur se souvenait quant à lui des vieilles chansons en patois.

Le morne ennui des villages

  • 136 Bonnain-Moerdyck R., Moerdyck D., « À propos du charivari ; discours bourgeois et coutumes populai (...)
  • 137 Voir le beau travail de Goujon P., Le vigneron citoyen, op. cit., p. 69 sq. Dans le Var, le recrut (...)

46Au XIXe siècle, la bourgeoisie de village faisait preuve d’une très grande intolérance l’égard du divertissement populaire. Ce rejet des formes coutumières de loisir, pas totalement nouveau certes, mais sans doute plus prononcé après 1860, fut l’un des principaux symptômes d’un processus de dissociation interne des collectivités rurales. Dans les villages des Hautes-Pyrénées, les notables s’adressaient à l’autorité administrative pour dénoncer la sauvagerie et l’indécence du charivari, assimilé à une véritable extorsion de fonds (puisque la victime ne pouvait échapper à la sanction qu’à condition de payer une amende à la Jeunesse136). En Provence, comme dans le vignoble du Mâconnais, la multiplication de cercles recrutant leurs membres dans la classe des notables – une tenue correcte était exigée, une certaine urbanité était de rigueur – traduisait la volonté des élites locales de se retrouver en dehors du tumulte et de la promiscuité caractéristiques des lieux publics137. Il ne s’agit là que deux exemples d’un phénomène très général dont les modalités différaient cependant d’un département à l’autre.

  • 138 On observait le même clivage dans les sociétés musicale audoises : Amaouche-Antoine M.-D., « Les s (...)
  • 139 Goujon P., Le vigneron citoyen, op. cit., p. 95.

47Mais la bourgeoisie de village ne se contentait pas de cette attitude de repli. En même temps qu’elle se calfeutrait dans une sociabilité sociale ment sélective, elle s’engagea dans un combat visant à éradiquer les formes coutumières de divertissement. Cette tentative de domestication des masses paysannes comportait une dimension répressive, qu’incarnait l’arrêté de police municipale interdisant le tapage nocturne. Cependant, après 1860 surtout, la mise en place, sur l’ensemble du territoire national, d’un réseau dense d’associations de loisirs administrées par les représentants de l’élite villageoise fut un instrument tout aussi efficace de lutte contre les réjouissances populaires. Pierre Goujon en a fait la démonstration dans son travail sur le Mâconnais. Le loisir organisé, contrôlé par des adultes appartenant à la catégorie des bourgeois propriétaires ou rentiers (les membres actifs étant de leur côté majoritairement des commerçants, des artisans ou des agriculteurs138) était destiné à concurrencer la sociabilité informelle. Les sociétés sportives, musicales ou périscolaires engagèrent un véritable travail de civilisation des mœurs. Les groupements post ou péri-scolaires contribuèrent en particulier, par un système de punitions et d’exclusions (sanctionnant les retards ou les comportements discourtois), à inculquer aux jeunes gens de nouvelles disciplines. Par la vie associative, écrit Pierre Goujon, la société globale pénétra dans les communautés villageoises139.

  • 140 Comme le montre notamment le manuscrit de Joseph Sandre (Ozouf M. [éd.], La classe ininterrompue, (...)
  • 141 Monogaphies des communes du canton de Beaumont, op. cit., t. 1.
  • 142 Ibid.
  • 143 Ibid.
  • 144 La Mayenne en 1900, op. cit., t. 1, p. 254.

48L’instituteur public, véritable cheville ouvrière de cette sociabilité nouvelle manière dont l’école était le centre de gravité140, participa à ce processus d’acculturation. Il est donc logique qu’il ait été un observateur attentif de l’évolution du loisir. « La danse était autrefois la principale distraction de la jeunesse de Monsac [Dordogne]. Tous les dimanches, on dansait pendant de longues heures141. » On dansait également les soirs de veillée. « Ces joyeuses soirées sont devenues de plus en plus rares et leurs excès ne sont plus à craindre car la danse paraît ne pas devoir reprendre l’intensité qu’elle avait il y a un demi siècle142. » L’instituteur de Naussannes, une commune limitrophe de Monsac, observait lui aussi qu’on ne dansait presque plus, « si ce n’est les soirs de noces et durant les fêtes du fameux Carnaval143 ». Les tournées du jour de l’An étaient bien près de disparaître. L’« assemblée » de Saint-Ouën-des-Vallons [Mayenne], qui avait lieu autrefois la semaine du 15 juillet, « se faisait très bien […]. Marchands forains, jeux de toutes sortes, danses, rien ne manquait à la fête ». Mais, constatait en 1900 l’instituteur du village, les moyens de communication permettent désormais aux habitants des campagnes de se déplacer plus facilement, et ils « se portent vers les villes où il y a plus d’attractions qu’au village, et peu à peu les fêtes locales disparaissent144 ».

49Bien loin de se réjouir de l’éclipse progressive des divertissements traditionnels, dont on aurait pu s’attendre à ce qu’ils stigmatisent la trivialité et l’exubérance, les instituteurs exprimaient, lorsqu’ils abordaient cette question, une très grande détresse. Car si, autrefois, les mœurs étaient grossières, du moins savait-on s’amuser. Désormais le village était en proie à un mortel ennui. Le progrès avait tué la joie de vivre. Ce thème était omniprésent dans les monographies des enseignants de la fin du XIXe siècle.

  • 145 Monogaphies des communes du canton de Beaumont, op. cit., t. 2.
  • 146 L’auteur observait que l’on se bornait désormais à recevoir quelques parents. D’autres témoignages (...)

50L’instituteur de Saint-Avit-Sénieur [Dordogne], par exemple, avait tout lieu d’être satisfait de l’évolution des mœurs dans la commune. Quarante ans auparavant, le village avait fort mauvaise réputation, « à cause de la débauche qui y régnait » : on y jouait beaucoup, et la conduite des femmes laissait à désirer. Mais, avec le recul de la misère, et grâce au développement de l’instruction, le niveau moral s’était relevé, « au point que les débordements d’autrefois ne sont plus qu’un lointain souvenir et que la jeunesse se distingue par sa sobriété et sa bonne tenue ». Cependant, regrettait-il, on chante de moins en moins : les joyeux refrains d’antan résonnent plus rarement « dans les frais vallons ou sur les verts coteaux […]. La traditionnelle gaieté française disparaît145 ». La frairie de la commune voisine de Monsac, dont l’instituteur affirmait qu’elle était naguère le rendez-vous d’une foule immense, était devenue monotone, triste même. Chaque année les visiteurs se faisaient plus rares, et les jours de la fête étaient comptés. Même constat à Naussannes : la « botto » du 24 juin attirait autrefois une multitude de paysans. Cependant elle tendait à disparaître146 : « L’intérêt qui divise tout empêche de se fréquenter ; on dirait vraiment qu’on ne se connaît plus, même entre parents. Cependant l’homme n’est pas fait pour vivre seul ! »

  • 147 La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 192.

51Pour les instituteurs de la Belle Époque, la décadence des vieilles traditions festives était le symptôme d’un mal profond. Ce qui était en cause, c’était l’égoïsme du paysan, le relâchement des liens sociaux : « Les mœurs se modifient en même temps que les conditions de l’existence, de la lutte pour la vie se modifient elles-mêmes, constatait l’instituteur de Chemazé [Mayenne]. Les communications deviennent plus faciles, le luxe se généralise, la politique envahit tout ! Où sont les bonnes veillées d’autrefois, les rassemblements du dimanche, où l’on riait, chantait dansait et… buvait de si bon cœur147 ? »

  • 148 La Maurienne, op. cit., vol. 1, p. 82.
  • 149 Houzelle F., « Breux, son histoire et sa seigneurie… », art. cit., p. 294.
  • 150 Le Lot vu par ses instituteurs, op. cit., t. 4, p. 46.
  • 151 « Les Azéens […] professent une indifférence complète pour tout ce qui touche à la politique et le (...)

52La politique était fréquemment désignée comme la principale responsable de cette perte du sens du groupe. « Il faut reconnaître [qu’à Saint-Jean-de-Maurienne], les opinions politiques divisent trop souvent la population et refroidissent parfois la gaieté et l’entrain [des] réjouissances publiques148. » À Breux, dans la Meuse, le « bon usage de s’entr’aider tend quelque peu à disparaître ; les divisions politiques y sont pour quelque chose149 ». L’instituteur des Arques, dans le Lot, faisait à l’inverse l’éloge des habitants du village, paisibles, polis, hospitaliers, travailleurs, d’une moralité exemplaire, et surtout ne s’occupant pas de politique150. Ainsi les instituteurs pouvaient-ils tout à la fois reprocher à une population son manque d’intérêt pour les questions politiques151, et dénoncer le climat de rivalité malsaine que suscitait un goût trop prononcé pour cette même politique. On aurait en quelque sorte voulu la politique, mais sans les divisions, les controverses, les polémiques, qui sont l’essence même du politique.

  • 152 Maussenet E., Recherches statistiques et historiques, op. cit.
  • 153 Ibid., p. 102.
  • 154 À Chemazé [Mayenne], la familiarité qui, autrefois, caractérisait les relations entre patrons et d (...)

53Les quelques pages qu’Émile Maussenet, un instituteur en retraite, consacra aux divertissements populaires dans la commune de Chalons-sur-Vesle [Marne] étaient très révélatrices de ce pessimisme du corps enseignant152. Les Châlonnais eurent autrefois leurs fêtes, écrivait-il. La gaieté « se manifestait franchement et sans réserve dans toutes les circonstances où la population était en liesse ». Les fêtes de Noël et des Rois, les brandons, le Carnaval, les mais, les jeux du dimanche, la fête patronale, la Saint-Éloi, la fenaison, la moisson, la vendange, les veillées : autant d’occasions de plaisirs simples et innocents. « C’étaient là des récréations qui réconfortaient le cœur et développaient chez tous, jeunes et vieux, les sentiments de la concorde153. » Soucieux d’opposer la vigueur des solidarités traditionnelles à l’individualisme censé caractériser l’époque contemporaine, l’auteur passait sous silence les conflits, les rancœurs, les oppositions que pouvaient générer ces rites, ceux notamment qui ressortissaient aux formes coutumières de justice populaire. Le jugement de Carnaval consistait par exemple en la lecture d’un texte relatant les « faits croustillants » de l’année. Comme aucun villageois n’était nommément désigné, personne ne s’en formalisait : « gausseurs » et « gaussés » riaient de bon cœur. Quant aux contrastes sociaux, ils n’engendraient ni hostilité, ni jalousie : les fêtes de la fenaison et de la moisson étaient l’occasion pour les ouvriers et les patrons de célébrer leur bonne entente154. Hélas ! De tous ces divertissements, seules subsistaient la fête patronale et la Saint-Éloi. Toutes les autres cérémonies avaient disparu, surtout depuis la funeste guerre de 1870. Ce terrible drame avait tué le rire et la joie dans les campagnes, « et à la place de cette gaieté dont usaient si largement nos pères, on a vu se développer cette triste chose qui a nom l’égoïsme. Et l’on a oublié les réjouissances religieuses ou profanes d’autrefois ; on s’est confiné chez soi, on n’a plus ri surtout de ce rire français, large, puissant et sonore » !

  • 155 Elle remontait à une quarantaine d’années.

54Faut-il ou non se réjouir de la disparition des veillées, se demandait encore l’auteur155 ? « Nous ne formulerons pas de réponse ; mais nous insisterons auprès du lecteur pour lui faire remarquer que, à l’époque des veillées, les cabarets ou les cafés étaient beaucoup moins fréquentés qu’actuellement ; la morale ou l’éducation ont-elles gagné à cette transformation des mœurs ? »

  • 156 « Dans les campagnes, on rencontre ordinairement les mœurs les plus pures […] C’est de là que sort (...)
  • 157 Instituteur de Loigné. La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 347.

55Les instituteurs de la Belle Époque s’inquiétaient de la démoralisation des campagnes, de la corruption des mœurs paysannes. Spontanément portés à la célébration de l’éternel paysan156 – la Ville, nous l’avons vu, était désignée comme un lieu de perdition – leur jugement devenait beaucoup plus critique dès l’instant qu’il ne s’agissait plus de la figure abstraite de l’agriculteur, mais des hommes et des femmes qu’ils côtoyaient tous les jours. Plusieurs instituteurs de la Mayenne observaient également que la lutte engagée contre les amusements traditionnels avait favorisé la consommation immodérée d’alcool. « Que ces joyeuses parties de danses, ces belles parties de balle, faites par toute la jeunesse au milieu des prairies devaient être gaies, mais qu’elles sont loin aujourd’hui. On a tant crié contre ces réunions qu’on a fini par les faire disparaître ! Qu’en est-il résulté ? Les jeunes gens n’étant plus retenus le dimanche loin du bourg par ces joyeuses parties, passent pour la plupart leur temps aux cafés. En interdisant ces jeux, dans lesquels on voyait toutes sortes de dangers pour la jeunesse (dangers le plus souvent imaginaires, car chacun s’amusait franchement et sans arrière-pensée) on est tombé dans un danger réel, le goût du café, du jeu, l’habitude du cabaret, et malheureusement trop souvent, la passion de boire, l’ivrognerie157. »

  • 158 La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 403.

56On aurait grand tort, affirmait encore l’instituteur de Marigné-Peuton [Mayenne], de railler les vieilles habitudes paysannes. Elles peuvent en effet sembler ridicules ou puériles. Mais des plaisirs plus raffinés seraient-ils appréciés du rustique, cet homme bon mais simple ? Quand, à force d’être moqués et méprisés, les paysans finiront par avoir honte de leurs divertissements et de leurs jeux, que leur restera-t-il pour s’amuser ? « Ils ne trouveront que l’ivrognerie et le libertinage pour les remplacer158. »

Un phylloxéra social

  • 159 Labourasse H., « Anciens us, coutumes, légendes, superstitions, préjugés, etc. du département de l (...)
  • 160 Labourasse H., « Vouthon-Haut et ses seigneurs », Mémoires de la Soc. des lettres, sciences et art (...)
  • 161 Labourasse H., « Anciens us, coutumes, légendes… », art. cit., p. 5. Le progrès était encore compa (...)
  • 162 Ces expressions étaient de la plume même de l’instituteur d’Andernay (ibid., p. 13).
  • 163 Ibid., p. 59.
  • 164 Les instituteurs étaient nombreux à observer cette perte de l’esprit de famille : ibid., p. 60-61.
  • 165 Ibid., p. 13. De même, l’industrie avait tué le filage à domicile : les pittoresques veillées d’hi (...)

57L’étude qu’Henri Labourasse consacra en 1902 au folklore du département de la Meuse offre un condensé des thématiques développées par les instituteurs dans leurs travaux159. Il ne s’agissait pas à proprement parler d’une monographie, en tout cas pas d’une monographie communale. Mais Labourasse, un Inspecteur primaire en retraite, auteur lui-même d’articles sur Troyon et sur Vouthon-Haut160, avait exploité, dans cette synthèse départementale – qu’il qualifiait de « recueil » – les monographies communales rédigées par les enseignants à l’occasion de l’Exposition universelle de 1889. Labourasse avait conçu cette compilation, qui portait exclusivement sur les coutumes disparues ou altérées, comme un instrument à l’usage des générations futures : à l’aide de ce document, nos « arrière-neveux », expliquait-il, pourront comparer les usages de leur temps et ceux du nôtre. À lire Labourasse, cette confrontation n’aurait pas dû être à l’avantage des hommes du XXe siècle. Car l’auteur, qui se faisait l’interprète des enseignants dont il citait abondamment les travaux, se livrait tout au long des quelque deux-cent-vingt pages de son recueil, à une très violente charge contre le progrès, « niveleur infatigable chassant peu à peu devant lui les anciens usages qui imprimaient à chacune de nos provinces un cachet particulier161 ». Dans l’aperçu général de l’ouvrage, ainsi que dans les différents chapitres consacrés aux fêtes, divertissements, dictons… Labourasse énumérait les causes du mal qui, d’après lui, rongeait la société moderne. Principal accusé : le désir effréné des jouissances matérielles. Les paysans, gémissait-il, ne pensent plus qu’à jouir, dilapident leur bien, et perdent leur dignité dans cette course au plaisir162. Eux qui, autrefois, avaient la sagesse d’investir leurs économies dans la terre, se ruinent désormais pour la toilette excentrique de leurs femmes (laquelle toilette n’est plus du tout en harmonie avec la couleur locale). L’égoïsme, véritable « phylloxéra social163 », avait tué le sens du groupe. On vivait désormais replié sur soi. Même les familles étaient désunies164. Et la politique y était pour quelque chose : divergences d’opinion et luttes électorales avaient transformé le moindre hameau en champ de bataille où tout le monde se jalousait et s’observait. La science aussi, hélas, avait sa part de responsabilité : avant l’invention du briquet phosphorique, les ménagères allaient quêter chez leurs voisines le feu qui leur faisait défaut : « Cette nécessité journalière de menus services prêtés et rendus entretenait la bonne harmonie entre les voisins. Avec nos allumettes chimiques, chacun eut en tout temps le feu chez soi et ces liens se relâchèrent165. »

  • 166 Ibid., p. 83.
  • 167 Ibid., p. 82.

58L’orgueil et l’ambition étaient deux autres causes de désunion et de rivalités. Chacun ne pensait plus qu’à soi, ne vivait plus que pour soi : la veillée, la fête patronale, le carnaval étaient entrés en décadence. La jeunesse était devenue morose, casanière, frondeuse166. Elle ne savait plus danser. « Plus aisés qu’autrefois, nos paysans sont moins heureux, parce que cette aisance est impuissante à combler leurs insatiables désirs167. » En un mot, la Meuse s’ennuyait. Et cette morosité était un facteur de démoralisation. Les jeunes gens passaient la journée au cabaret. Et le nombre de filles-mères augmentait sans cesse.

  • 168 Hautais O. du « Les seigneurs et la seigneurie de Lourmois au XVIIe siècle », Revue de Bretagne et (...)

59Cette vision pessimiste de la paysannerie, les instituteurs n’en avaient pas le monopole. Dans l’introduction de son étude sur Lourmois [paroisse de Nivillac, Morbihan], publiée en 1895, le vicomte Odon du Hautais regrettait la disparition des danses dominicales si gaies, encore, dix ans auparavant : « C’était le bon temps ! On s’amusait sans fausse honte, avec la plus franche gaieté. » Mais désormais on ne dansait plus, la mélodie du biniou, « si langoureusement caressante », avait fait place à des chansons de café-concert ou de beuglant168. Toutefois c’était la perte du sentiment religieux qui révoltait les prêtres, plus que la régression des coutumes et la disparition des patois. Les instituteurs étaient davantage préoccupés par la démoralisation des masses paysannes, parce qu’elle remettait en cause leur vision du progrès.

  • 169 Joigneaux P., Monographie de la commune de Ruffey-les-Beaune (Côte-d’Or), Paris, Librairie veuve R (...)
  • 170 Bleton-Ruget A., « Aux sources de l’agrarisme républicain : la propagande démocrate-socialiste et (...)

60Dans sa monographie de Ruffey-les-Beaune [Côte-d’Or], publiée en 1888, Pierre Joigneaux, militant républicain de la première heure, exprimait les mêmes inquiétudes169. Né en 1815, issu d’une famille paysanne, Joigneaux avait fait l’expérience du déracinement social170. Dès 1832, il quitta son village pour le Conservatoire des arts et manufactures. À Paris, il fréquenta les milieux républicains, et côtoya les publicistes du Charivari. Il écrivit une Histoire de la Bastille tout en collaborant avec l’équipe de L’Homme libre. De retour dans la Côte-d’Or en 1842, après deux années passées en prison en raison de ses relations avec les instigateurs du complot de la Société des saisons, il renoua avec sa famille, se maria et se mit à étudier l’agronomie. Sous-commissaire de la République en 1848, il fut l’un des principaux animateurs de la campagne de propagande des démocrates-socialistes en direction des populations rurales. Les textes que publia Joigneaux, dans La Réforme notamment, étaient marqués par le souci de célébrer les vertus paysannes. Au terme « paysan » il préférait d’ailleurs celui d’« agriculteur ».

61La monographie qu’il consacra en 1888 à la commune de Ruffey-les-Beaune n’était pas à proprement parler historique. Elle était composée de vingt-sept chapitres qui traitaient pour l’essentiel des mœurs, des usages, des coutumes, de la vie matérielle, de l’agriculture, des patois, de la faune… Quelques épisodes de l’histoire du village étaient évoqués (par exemple la mission de 1825), mais Joigneaux n’avait pas souhaité remonter au-delà de 1789, « date de notre délivrance » : dans les « ténèbres de l’Ancien Régime », l’obscurité était trop profonde, et en s’y aventurant l’historien prenait le risque de commettre de fréquentes erreurs. Joigneaux était très attentif aux menus changements qui, au cours du XIXe siècle, affectèrent la vie des habitants de Ruffey : c’est en 1833 que, pour la première fois, un habitant fit l’acquisition d’un « carrosse » ; jusqu’en 1822, les femmes avaient l’habitude « d’aller à la charrue » ; en 1823, une jeune mariée traversa le village montée en amazone, « chose inconnue jusqu’alors » ; le café au lait se généralisa en 1852, etc. Sur bien des plans, le quotidien des paysans s’était amélioré en l’espace d’un siècle à peine : jadis, on peinait davantage ; les habitations étaient mal aérées ; l’hygiène laissait à désirer ; les populations étaient d’une ignorance crasse ; les jardins étaient mal tenus. Sur le plan des mœurs, l’agriculteur de 1888 valait mieux que ses ancêtres : « Alors, on faisait de la force brutale plus de cas qu’on en fait aujourd’hui, et il n’était pas rare de voir nos villages en hostilité les uns contre les autres. » On était cruel envers les animaux. Lors des enterrements, l’usage voulait qu’une proche parente du défunt pleure et crie sur le cercueil : cette coutume a disparu, et on ne s’en plaindra pas. Cependant tout n’était pas rose, loin de là : « Il me semble qu’au temps passé nous ne restions pas indifférents aux misères d’autrui. Tout incendié qui se présentait à notre porte avec un certificat du maire de sa commune recevait ou du grain ou quelques sous […]. On ne vivait pas chez soi et pour soi, comme de nos jours ; et, dans les veillées d’hiver, les pauvres gens qui n’aimaient pas à être seuls ou qui avaient des raisons pour économiser le feu du foyer et l’huile de la lampe, s’en allaient de confiance dans quelque maison voisine où l’on ne manquait jamais d’ouvrir le cercle et de leur faire place ». On était plus solidaire. Plus probe aussi : « On se dispensait la plupart du temps de fermer les portes à clef. Alors les anarchistes n’existaient pas encore et personne ne songeait à dévaliser les maisons en l’absence des propriétaires ou locataires. »

62Joigneaux ne regrettait pas les foires au domestique, immorales et dangereuses, où l’on traitait les hommes comme des bêtes. Mais il déplorait que les domestiques ne soient désormais plus capables de tenir en place, s’en aillent « pour un oui et pour un non ». Notre auteur, enfin, s’arrêtait sur le prénom paysan, bon indicateur, affirmait-il, « de l’état moral et intellectuel des populations ». Les prénoms épais, grossiers, burlesques, de mauvais goût, caractérisaient autrefois les populations ignorantes. Les choses commencèrent à s’améliorer à mesure que l’instruction et l’éducation gagnaient du terrain. Mais désormais, elles allaient de mal en pis. On cherchait pour ses enfants des prénoms raffinés, prétentieux (ce qui dénotait l’influence des lectures frivoles dans la localité). Pour l’ancien militant rouge, la commune de Ruffey-les-Beaune fut un observatoire du progrès, certes, mais aussi de la démoralisation.

Notes

1 Pour une approche excessivement idéaliste du problème : Sternhell Z., La Droite révolutionnaire. Les origines françaises du fascisme. 1885-1914, Paris, Le Seuil, coll. « Point histoire », 1978.

2 Longuemare P. de, Monographie de la commune de Vendes [Calvados], Paris, Arthur Rousseau, 1908.

3 Basset J., Paroisse de Chaussenac, op. cit., p. vi.

4 Ibid., p. v.

5 P. L., compte rendu de Campagne M., Notes et documents sur les paroisses de Saint-Pierre de Nogaret et Saint-Martin de Bistauzac, au diocèse d’Agen, Bergerac, impr. génér. du Sud-Ouest, 1902, Revue de l’Agenais, 1902, t. XXIX, p. 144.

6 Baudry J., « Saint-Mars-la-Jaille et ses anciens seigneurs », art. cit., p. 142.

7 Martin E., Comment faire une monographie de village, op. cit.

8 Boudant G., Histoire de Chantelle, op. cit., conclusion.

9 Marboutin J.-R., Revue de l’Agenais, 1913, t. XL, p. 82-86.

10 Ibid., p. 85.

11 « Connaître les anciens, revivre un instant avec eux, c’est un charme à nul autre pareil ». Weyland F.-A., « Amanvillers et ses annexe. Essai d’histoire locale », Mémoires de l’Académie nationale de Metz, 1911, p. 119.

12 Saint-Fort Rondelou J., « Le général de la paroisse de Saint-Julien de Vouvantes », art. cit., p. 421.

13 Ibid. Et, à propos des registres paroissiaux, Grégoire V., « Les Échaubrognes », art. cit., p. 301.

14 Cauvin A., Mémoires pour servir à l’histoire […] de la commune de Contes et du hameau des Sclos, op. cit.

15 éLie J., Histoire de la paroisse de Saint-Contest, op. cit., p. vii-xii.

16 Comet A. de, Monographie de la commune de Saint-Loubès, op. cit.

17 Legoux J., Histoire des Chapelles-Bourbon, op. cit.

18 Voir les paragraphes que Sylvain Milbach consacre à l’abbé Denizot : Milbach S., Prêtres historiens, op. cit., p. 198-202.

19 Grégoire P., Essais historiques sur la paroisse de Sucé, op. cit., préface.

20 Abbadie F., préface à Daugé C., Habas. Son histoire, op. cit.

21 Barbier de Montault X., La commune de Jaulnay (Vienne), Poitiers, typographie de A. Durpré, 1875.

22 Maurice A., L’histoire locale, moyen d’apostolat rural, op. cit., avant-propos. « Faire la monographie d’un village, écrivait l’abbé Martin, c’est rattacher son temps aux souvenirs d’autrefois » (Martin E., Comment faire une monographie de village, op. cit.).

23 On peut ici citer la dédicace qui figurait en en-tête de la monographie de Saint-Sébastien d’Aigne [Loire-Inférieure], par l’abbé A. R. : « Nous dédions ce modeste travail à nos chers paroissiens de Saint-Sébastien […]. Ils aimeront à revivre dans le passé, pour s’y inspirer de la foi et de l’honnêteté de leurs ancêtres » (« Saint Sébastien d’Aigne, près Nantes », Revue historique de l’Ouest, 1898, p. 175).

24 Cité par Marsy, compte rendu de Condamin J., Histoire de Saint-Chamond et de la seigneurie de Jarez depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours (Paris, Alphonse Picard, 1890), Bull. monumental, 1898, p. 508.

25 Kersauson J. de, « Notes historiques sur la commune et paroisse d’Avessac », Revue de Bretagne et de Vendée, 1904, 2, p. 470.

26 Milbach S., Prêtres historiens, op. cit., p. 197.

27 Dubourg P., La paroisse de Layrac de 1789 à 1911, op. cit., p. 6.

28 Dervaux L., Bondues. Histoire de cette commune, op. cit., p. viii.

29 L’abbé Chauvet, qui écrivait en 1879, interrompit son récit de l’histoire de Gyé-sur-Seine [Aube] en 1828 : « Rien de très important, du reste, ne saurait être signalé depuis, et d’ailleurs nous laissons cette tâche à ceux qui viendront après nous » (compte rendu de l’ouvrage dans Mémoires de la Soc. d’agric., sciences et arts de l’Aube, 43, 3e série, XVI, 1879 [séance du 17 octobre 1879]).

30 Milbach S., Prêtres historiens, op. cit., p. 198. Du côté des laïcs : Simon J., Statistique de la commune de Fretoy, op. cit., préface ; Comet A. de, Monographie de la commune de Saint-Loubès, op. cit.

31 Milbach S., Prêtres historiens, op. cit., p. 199-200.

32 Cholvy G., « Régionalisme et clergé catholique au XIXe siècle », dans Gras C., Livet G. (dir.), Régions et régionalisme en France du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Presses universitaires de France, 1977, p. 187-201.

33 Elle a fait l’objet d’une publication récente : Devos R., Joisten C. (éd.), Mœurs et coutumes de la Savoie du Nord au XIXe siècle, op. cit.

34 Voir à ce propos la longue introduction de l’ouvrage.

35 En juillet 1830, Jean-Marie Vianney manqua d’être expulsé d’Ars pour cette raison. Trochu F., Le curé d’Ars. Saint Jean-Marie-Baptiste Vianney (1786-1859), Lyon, Emmanuel Vitte, 1925, p. 203. Cholvy G., « La Religion, la jeunesse et la danse », dans Oisiveté et loisirs dans les sociétés occidentales au XIXe siècle. Colloque pluridisciplinaire, Amiens, novembre 1982, Abbeville, Paillard, 1983, p. 137-147 ; Faury J., « Les curés et la danse dans le Tarn au XIXe siècle », 102e Congrès national des sociétés savantes, Lavauzelle, Limoges, 1977, t. I, p. 331-349 ; Marrus M. M., « Modernization and Dancing in Rural France. From “La Bourrée” to “Le Fox-Trot” », dans Beauroy J. et al. (eds.), The Wolf and the Lamb, op. cit., p. 141-159.

36 Cette question est étudiée en détail par Boutry P., Prêtres et paroisses, op. cit.

37 Ploux F., « Insultes au village (Haut-Quercy, XIXe siècle) », art. cit.

38 Cholvy G., « Régionalisme et clergé catholique au XIXe siècle », art. cit. Voir encore Rearick C., Beyond the Enlightment : Historians and Folklore in Nineteenth Century France, Bloomignton, Indiana Universiy Press, 1974.

39 Grévy J., « L’anticléricalisme au village », dans Caron J.-C., Chauvaud F. (dir.), Les campagnes dans les sociétés européennes, op cit., p. 234-237. Philippe Boutry souligne cette hésitation des curés au sujet des dévotions rurales. Trop de rigueur pouvait mécontenter les fidèles. De là des accommodements, « assumés à contrecœur » (Boutry P., Prêtres et paroisses, op. cit.).

40 Guilloux J.-M., « Études sur une paroisse bretonne. Brandivy », art. cit., p. 427 et suivantes.

41 Longue nécrologie par Le Garrec E. dans La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, décembre 1900, p. 804-808.

42 Ibid., p. 805.

43 Guilloux J.-M., Le bienheureux Ruaud, premier abbé de Lanvaux, évêque de Vannes, Vannes, impr. Lafolye, 1890, 36 p. [extrait de la Revue historique de l’Ouest].

44 Guilloux J.-M., Histoire de l’abbaye de Lanvaux, Vannes, impr. Lafolye, 1894.

45 Guilloux J.-M., Baronnie de Lanvaux, Vannes, impr. Lafolye, 1896.

46 Notamment : Languidic pendant la Révolution, op. cit. [extrait de la Revue morbihannaise] et Sainte-Anne pendant la Révolution, Vannes, impr. Lafolye, 1900 [extrait de la Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou].

47 Le Garrec E., art. cit., p. 805.

48 Belmont N., « L’Académie celtique et Georges Sand. Les débuts des recherches folkloriques en France », Romantisme, 1975, vol. 5, no 9, p. 29-38 ; Paroles païennes. Mythe et folklore. Des frères Grimm à P. Saintyves, Paris, Imago, 1987 ; Aux sources de l’ethnologie française. L’Académie celtique, Paris, CTHS, 1995. Les croyances populaires, affirmait l’abbé Parat, un curé folkloriste bourguignon, « ont la même valeur que les débris d’archéologie et remontent quelquefois aussi loin. Ils [sic] peuvent être un héritage des Francs et même des Gaulois. Ils peignent l’état d’esprit de nos ancêtres, race crédule, amie du merveilleux, mais gardant jusque dans l’abus des superstitions la pensée d’un monde et d’une destinée supérieurs » (Parat A., « Un exemple de Folklore Bourguignon [extrait d’une notice sur Bois-d’Arcy] », Bull. de la Soc. d’études d’Avallon, 1907, p. 116-117).

49 Guilloux J.-M., « Études sur une paroisse bretonne. Brandivy », art. cit., p. 544.

50 Ibid., p. 543.

51 Ibid., p. 543.

52 Ibid., p. 544.

53 Ibid., p. 544. « Avec quel soin il recueillait tous les échos de la tradition orale ! » s’extasiait E. Le Garrec (art. cit., p. 805).

54 Guilloux J.-M., « Études sur une paroisse bretonne. Brandivy », art. cit., p. 544.

55 Ibid., p. 544.

56 Ibid., p. 493.

57 Ibid., p. 494.

58 Ibid., p. 530.

59 Ibid., p. 493.

60 Ibid., p. 500. L’abbé Parat assimilait lui aussi le vieux folklore à la diversité culturelle : « Il faut se hâter de photographier [les anciens usages] pour les transmettre à la postérité qui saura, au milieu de son uniformité guindée, y trouver des charmes » (Parat A., « Un exemple de Folklore Bourguignon », art. cit., p. 114). Une trentaine d’années plus tard, le rédacteur en chef de La Croix pouvait écrire que « L’égalitarisme tend à faire disparaître [les fêtes, les costumes, les idiomes locaux] qui distinguaient les petites patries au sein de la grande, en les faisant aimer ! L’uniformité, née de l’affaiblissement des traditions, a semé l’ennui dans les campagnes et avec lui […] l’attrait de la ville avec les distractions variées qu’on espère y trouver ». Dans Maurice E., L’histoire locale. Moyen d’apostolat rural, op. cit.

61 Guilloux J.-M., « Études sur une paroisse bretonne. Brandivy », art. cit., p. 500.

62 Ibid., p. 523.

63 Ibid., p. 495.

64 Ibid., p. 497.

65 Ibid., p. 513.

66 Ibid., p. 506.

67 La mauvaise qualité des armes provoquait des accidents. Ibid., p. 518.

68 Ibid., p. 515.

69 Ou des inhumations. Il observait par exemple que l’usage de déposer la bière dans une charrette traînée par des bœufs disparaissait, faute de bœufs, et parce qu’on éprouvait un certain scrupule à se servir des chevaux (ibid., p. 521).

70 Sa description du retour de noce, occasion de trinquer, de danser, de festoyer, était plutôt bienveillante. Il observait que la coutume qui consistait, pour un vigoureux jeune homme, à brandir un arbuste décoré de rubans et chargé de friandises, disparue depuis vingt ans à Brandivy, subsistait dans les localités voisines (ibid., p. 518).

71 Ibid., p. 520.

72 Ibid., p. 521.

73 Simon J., Statistique de la commune de Fretoy, op. cit.

74 Ibid.

75 Arch. départ. du Morbihan, 1 J 47.

76 Elles sont consultables sur le site du conseil général de la Somme. La lecture de ces documents numérisés est particulièrement difficile, c’est pourquoi nous n’en avons étudié qu’un petit échantillon.

77 Germouty H. (dir.), La Maurienne, op. cit.

78 Monogaphies des communes du canton de Beaumont, op. cit.

79 La Mayenne en 1900 vue par ses instituteurs, op. cit.

80 Cette dernière source, exceptionnellement riche, et qui mériterait une étude particulière, est, dans le cas présent, difficilement utilisable, car le travail des instituteurs de campagne fit l’objet d’un commentaire dont la teneur ne reflétait pas nécessairement celle des monographies.

81 Ministère du commerce, de l’industrie, des postes et des télégraphes, Exposition universelle internationale de 1900 à Paris. Rapports du jury international. Groupe I. – Éducation et enseignement. Première partie – Classe 1, Paris, imprimerie nationale, 1902, p. 18-21.

82 Ibid.

83 Ministère du commerce, de l’industrie, des postes et des télégraphes, Exposition universelle internationale de 1900 à Paris. Rapports du jury international. Groupe XVI. – Économie sociale. – Hygiène. Assistance publique. Deuxième partie. Classes 104 à 108, Paris, imprimerie nationale, 1902, p. 5.

84 Ibid, p. 6.

85 Limitée dans le cas du Morbihan ou de le Somme, puisqu’il n’était demandé aux auteurs que de compléter un questionnaire ; relative pour ce qui concerne la Mayenne, chaque instituteur étant invité à suivre un plan ; apparemment plus importante pour ce qui concerne les monographies du canton de Beaumont, qui avaient des allures de monographies libres.

86 Guiscriff [Morbihan], Arch. départ. du Morbihan, 1 J 47. Menil [Mayenne], La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 426. Plusieurs auteurs soulignaient, il est vrai, la morosité du bourg (La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, passim).

87 Moréac [Morbihan], Arch. départ. du Morbihan, 1 J 47. Tels que décrits par les instituteurs de 1900, les villages de la Mayenne étaient coquets, les fermes bien tenues : Ampoigné, Azé (La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 28 et 50). À Bazouges [Mayenne], « les habitations des fermes sont en général tenues proprement ; beaucoup ont été construites depuis une quarantaine d’années, sont saines, bien aérées. L’ameublement est fait avec goût, très confortable » (La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 76). Voir encore les monographies de Laigné et Loigné (La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 250-253 et 315-318).

88 Montferrand [Dordogne] : Monogaphies des communes du canton de Beaumont, op. cit., t. 1. L’instituteur de Laigné [Mayenne], très précis sur ce point, concluait que « la nourriture des habitants de Laigné est généralement très bonne » (La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 275). Voir encore Marigné-Peuton, dans la Mayenne (ibid., p. 384-385).

89 Montferrand [Dordogne], Monogaphies des communes du canton de Beaumont, op. cit., t. 1.

90 Instituteur de Saint-Pancrace (Germouty H. [dir.], La Maurienne, op. cit.)

91 L’instituteur de Saint-Avit-Sénieur [Dordogne] estimait que, depuis un quart de siècle, la fortune des agriculteurs s’était accrue d’un bon tiers. Monogaphies des communes du canton de Beaumont, op. cit., t. 2. Voir encore Baud [Morbihan], Arch. départ. du Morbihan, 1 J 47.

92 Voir supra, p. 228-229.

93 Un exemple parmi d’autres : « Les instruments aratoires perfectionnés tels que charrue brabant, faucheuses, semeuses, etc. commencent à être employés dans les principales fermes, ce qui oblige les fermiers à adopter les labours à plat. Dans les fermes où on n’a pas encore introduit ces instruments, c’est encore le labour en petits billons qui est pratiqué » (Kergrist [Morbihan], Arch. départ. du Morbihan, 1 J 47). Voir encore Saint-Ouën-des-Vallons [Mayenne] (La Mayenne en 1900, op. cit., t. 1, p. 246). L’instituteur de Chemazé [Mayenne] avait établi une statistique communale des machines agricoles (La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2 p. 275). Son collègue de Laigné comparait, dans un tableau à deux colonnes, le nombre total d’outils – répartis en huit catégories – en 1850 et en 1899 (La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 243).

94 Saint-Avit-Sénieur [Dordogne], Monogaphies des communes du canton de Beaumont, op. cit., t. 2.

95 Montourtier, Chemazé, Azé, Loigné, Saint-Gault, etc. (La Mayenne en 1900, op. cit., t. 1, p. 168 et t. 2, p. 53, 176, 295, 308, 488).

96 On sait pourtant que s’était accomplie, sous la monarchie constitutionnelle, une véritable révolution agricole silencieuse (les rendements céréaliers auraient augmenté de près de 40 % en l’espace de trente-cinq ans). Elle fut essentiellement le fait des petits exploitants, qui surent trouver des solutions au problème de la pression démographique (mise en culture des jachères, intensification du travail, développement des cultures commerciales). Voir en particulier Berenson E., Populist Religion and Left-Wing Politics in France, 1830-1852, Princeton (New Jersey), Princeton University Press, 1984, p. 3-35. Sur le dynamisme de la petite exploitation paysanne : Mayaud J.-L., La petite exploitation rurale triomphante. France, XIXe siècle, Paris, Belin, 1999.

97 La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 236. Un instituteur du Lot observait en 1881 que, pour l’habitant de Saint-Caprais, l’usage avait force de loi : « Il croirait commettre une grande faute s’il violait le système de ses aïeux » (Le Lot vu par ses maître d’école, op. cit., t. 4, p. 113).

98 La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 308.

99 Arch. départ. du Morbihan, 1 J 47.

100 Arch. départ. du Morbihan, 1 J 47.

101 Il s’agit de l’instituteur de Montourtier : La Mayenne en 1900, op. cit., t. 1, p. 173.

102 Instituteur de Loigné [Mayenne]. La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 310. « Ce que faisaient leurs vieux parents, écrivait l’instituteur de Saint-Gault, ils le font, et quelques-uns, pour ne pas dire un bon nombre, le feront longtemps encore. » La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 487.

103 Elle appartenait au passé : « Grâce à l’instruction agricole, qui se vulgarise de plus en plus, la routine est condamnée » (Ampoigné, La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 27). L’instituteur de Houssay [Mayenne] écrivait cependant que « la routine s’est encore maintenue dans certaines fermes. D’autres ont résolument accepté les méthodes nouvelles […]. Il y a donc progrès » (ibid., p. 217).

104 Bourdieu P., « Pratiques économiques et dispositions temporelles », dans Esquisse d’une théorie de la pratique précédé de trois études d’ethnologie kabyle, Paris, Le Seuil, coll. « Essais », 2000, p. 377.

105 Ibid., p. 378.

106 Monographies des communes du canton de Beaumont, op. cit., t. 2.

107 Loigné. La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 309. L’instituteur de Melrand [Morbihan] incriminait les prêtres : « Le développement économique est presque nul. L’instruction entravée par le clergé fait peu de progrès. » Arch. départ. du Morbihan, 1 J 47.

108 Monographies des communes du canton de Beaumont, op. cit., t. 2.

109 À la différence, par exemple, de membres de l’Académie celtique, qui posèrent l’hypothèse d’une origine celtique des coutumes populaires, dès lors dignes d’intérêt, en dépit de leur caractère étrange et de leur absurdité. Ou de George Sand, observatrice attentive des noces berrichonnes, pour qui les traditions paysannes étaient des souvenirs d’événements anciens passés par le filtre d’un processus de symbolisation. Belmont N., « L’Académie celtique et Georges Sand », art. cit. ; Paroles païennes, op. cit. ; Aux sources de l’ethnologie française, op. cit..

110 Houzelle F., « Breux, son histoire et sa seigneurie », Mémoires de la Soc. des lettres de Bar-le-Duc, 1889, p. 945.

111 Monographies des communes du canton de Beaumont, op. cit., t. 2.

112 La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 59.

113 Arch départ du Morbihan, 1 J 47.

114 Poëtte C., Histoire d’Holnon, Saint-Quentin, Imprimerie Ch. Poëtte, 1885.

115 C’est aussi ce sentiment d’avoir à rendre compte des mutations en cours qui orientait le regard porté sur les mœurs et coutumes villageoises. Ferdinand-Eugène Lecomte, instituteur à Brée [Mayenne] depuis 1887, observait, dans sa monographie achevée douze ans plus tard, que « la plupart des usages décrits […] existaient encore […] il y a une trentaine d’années ; beaucoup sont aujourd’hui tombés à l’état de souvenir. Les tristesses qui ont accompagné et suivi l’année terrible ont porté un coup mortel à ces naïves manières de s’amuser et c’est vraiment dommage ». Il dressait une liste de treize usages locaux, et indiquait pour chacun d’eux s’ils subsistaient ou s’ils étaient « tombés ». La Mayenne en 1900, op. cit., t. 1, p. 106-107. Voir encore le chapitre « Superstitions, pratiques pieuses, revenants, apparitions, etc. » de la monographie de Joseph Sandre consacrée au village d’Ormes [Saône-et-Loire] : Bull. de l’Assoc. des amis du vieux Cuisery et de sa chatellenie, no 13, 1981, p. 39-45.

116 La Mayenne en 1900, op. cit., t. 1., p. 221.

117 Monographies des communes du canton de Beaumont, op. cit., t. 1.

118 La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 65.

119 L’instituteur de Saint-Gault [Mayenne] achevait le rapide paragraphe qu’il consacra aux costumes par cette sentence : « En un mot, rien de local » (La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 505). « Le costume ne présente rien de particulier, rien de local » affirmait son collègue de Loigné (ibid., p. 347).

120 Monogaphies des communes du canton de Beaumont, op. cit., t. 1. Les femmes de Deux-Évailles [Mayenne] « ont abandonné le traditionnel bonnet blanc pour le remplacer par le bonnet monté ou le chapeau à fleurs » (La Mayenne en 1900, op. cit., t. 1, p. 147).

121 La Maurienne vue par les instituteurs, op cit., p. 81.

122 La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 404.

123 Voir notamment Muel-Dreyfus F., Le métier d’éducateur, op. cit., p. 68-69.

124 Ministère du commerce, de l’industrie, des postes et des télégraphes, Exposition universelle internationale de 1900 à Paris. Rapports du jury international. Groupe xvi. – Économie sociale. – Hygiène. Assistance publique. Deuxième partie. Classes 104 à 108, op. cit., p. 133.

125 Ibid., p. 131.

126 Ibid.

127 Ibid.

128 On regrettera que les monographies morbihannaises n’aient pas comporté une rubrique sur le parler local.

129 Ampoigné, n’avait « au point de vue de la langue ni patois ni accent sensible » (La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 41).

130 Ibid., p. 285.

131 Ibid., p. 403.

132 Ainsi à à Nuillé-sur-Ouette, où « en général on parle fort mal » (La Mayenne en 1900, op. cit., t. 1, p. 220). Jeune instituteur à Saint-Vincent-des-Près, dans la Sarthe, Aimé Touchard se sentait « gêné » par « l’affreux langage » des élèves : « À cette date [en 1886] la région tout entière étaitinfestée par un patois inintelligible, lourd et grossier qui, je crains, n’a pas encore disparu. » Il s’agissait d’ailleurs plus d’une « corruption du français » que d’un authentique patois. Roux L. (éd.), Mémoires d’instituteurs, op. cit., p. 89.

133 La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 346.

134 Ibid., p. 58 et 64 (« le langage se fait en assez bon français »). Même observation concernant Bazouges (ibid., p. 84). À Houssay, le langage se rapprochait du « bon français » (ibid., p. 226).

135 Monogaphies des communes du canton de Beaumont, op. cit., t. 2, p. 161.

136 Bonnain-Moerdyck R., Moerdyck D., « À propos du charivari ; discours bourgeois et coutumes populaires », Annales ESC, 1977, 32, 2, p. 381-398.

137 Voir le beau travail de Goujon P., Le vigneron citoyen, op. cit., p. 69 sq. Dans le Var, le recrutement des chambrées était socialement sélectif (Agulhon M., « Les Chambrées en basse Provence : histoire et ethnologie », Revue historique, 498, avril-juin 1971, p. 337-368 et La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la Seconde République, Paris, Le Seuil, 1979, p. 207-245).

138 On observait le même clivage dans les sociétés musicale audoises : Amaouche-Antoine M.-D., « Les sociétés musicales dans les villages de l’Aude durant la deuxième moitié du XIXe siècle », Annales du Midi, 1981, no 154, p. 443-450. Sur cette question, voir aussi les travaux de Farcy J.-C., La jeunesse rurale dans la France du XIXe siècle, op. cit., et « Le temps libre au village (1830-1930) », dans Corbin A., L’avènement des loisirs. 1850-1960, Paris, Aubier, 1995, p. 230-274.

139 Goujon P., Le vigneron citoyen, op. cit., p. 95.

140 Comme le montre notamment le manuscrit de Joseph Sandre (Ozouf M. [éd.], La classe ininterrompue, op. cit., p. 273-425). Voir les commentaires de Mona Ozouf (p. 44).

141 Monogaphies des communes du canton de Beaumont, op. cit., t. 1.

142 Ibid.

143 Ibid.

144 La Mayenne en 1900, op. cit., t. 1, p. 254.

145 Monogaphies des communes du canton de Beaumont, op. cit., t. 2.

146 L’auteur observait que l’on se bornait désormais à recevoir quelques parents. D’autres témoignages confirment ce caractère essentiellement familial de la fête patronale au début du XXe siècle. Elle était l’occasion d’accueillir des cousins, en compagnie desquels on allait se divertir au village, mais en tant que consommateurs, ou comme spectateurs. La fête n’avait plus la dimension communautaire caractéristique du loisir traditionnel. Voir les souvenirs de l’instituteur Laurent Naves (Naves L., Mon chemin, Paris, Éditions sociales, 1968) et les travaux de Jean-Claude Farcy, notamment « Le temps libre au village (1830-1930) », op. cit.

147 La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 192.

148 La Maurienne, op. cit., vol. 1, p. 82.

149 Houzelle F., « Breux, son histoire et sa seigneurie… », art. cit., p. 294.

150 Le Lot vu par ses instituteurs, op. cit., t. 4, p. 46.

151 « Les Azéens […] professent une indifférence complète pour tout ce qui touche à la politique et les affaires du pays [sic]. Les journaux les plus répandus sont La Gazette et Le Réveil de Château-Gontier ; on lit surtout dans ces journaux les faits divers de la région » (La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 59). À Bazouges, « on se désintéresse des affaires publiques et politiques de notre pays ; la grande majorité des électeurs professe à ce sujet l’indifférence la plus complète » (ibid., p. 85).

152 Maussenet E., Recherches statistiques et historiques, op. cit.

153 Ibid., p. 102.

154 À Chemazé [Mayenne], la familiarité qui, autrefois, caractérisait les relations entre patrons et domestiques engagés à l’année, et qui mangeaient à la même table, allait « toujours en se relâchant ». L’usage trop répandu de l’engagement à la journée ou au mois était, selon l’auteur, la cause principale du dépérissement de cette intimité (La Mayenne en 1900, t. 2, p. 189).

155 Elle remontait à une quarantaine d’années.

156 « Dans les campagnes, on rencontre ordinairement les mœurs les plus pures […] C’est de là que sortent les meilleurs soldats et les ouvriers les plus vigoureux et les plus résistants » (Meulet J., Monographie de la commune de Carlucet [Lot], op. cit.).

157 Instituteur de Loigné. La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 347.

158 La Mayenne en 1900, op. cit., t. 2, p. 403.

159 Labourasse H., « Anciens us, coutumes, légendes, superstitions, préjugés, etc. du département de la Meuse », Mémoires de la Soc. des lettres, sciences et arts de Bar-le-Duc, 1902, p. 3 et suivantes. Ce travail fit l’objet d’une publication en librairie, sous le même titre (Bar-le-Duc, Constant-Laguerre, 1903).

160 Labourasse H., « Vouthon-Haut et ses seigneurs », Mémoires de la Soc. des lettres, sciences et arts de Bar-le-Duc, 2e série, t. VIII, 1890, p. 221-405 et « Troyon, histoire et statistique », Mémoires de la Soc. des lettres, sciences et arts de Bar-le-Duc, 3e série, t. V, 1896, p. 461-588.

161 Labourasse H., « Anciens us, coutumes, légendes… », art. cit., p. 5. Le progrès était encore comparé à une inondation, qui ne laisserait subsister que quelques îlots épars.

162 Ces expressions étaient de la plume même de l’instituteur d’Andernay (ibid., p. 13).

163 Ibid., p. 59.

164 Les instituteurs étaient nombreux à observer cette perte de l’esprit de famille : ibid., p. 60-61.

165 Ibid., p. 13. De même, l’industrie avait tué le filage à domicile : les pittoresques veillées d’hiver n’étaient plus qu’un souvenir (ibid., p. 14).

166 Ibid., p. 83.

167 Ibid., p. 82.

168 Hautais O. du « Les seigneurs et la seigneurie de Lourmois au XVIIe siècle », Revue de Bretagne et de Vendée, 1895, 1, p. 6.

169 Joigneaux P., Monographie de la commune de Ruffey-les-Beaune (Côte-d’Or), Paris, Librairie veuve Rougemont, 1888, 196 p.

170 Bleton-Ruget A., « Aux sources de l’agrarisme républicain : la propagande démocrate-socialiste et les campagnes (1848-1851) », Cahiers d’histoire, tome 43, no 2, 1998, p. 283-299. Nous regrettons de ne pas avoir pu consulter la thèse de Lobreau P., Pierre Joigneaux (1815-1892) ou la République en sabots, thèse de doctorat en histoire, université Lumière-Lyon 2, 1995.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search