Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une mémoire de papier

 | 
François Ploux

Chapitre 7. L’histoire de France en miniature

Texte intégral

1Les grands initiateurs du renouveau historiographique des années 1870 estimaient, à l’image d’un Gabriel Monod, que leur discipline devait contribuer à l’affermissement d’une conscience nationale profondément meurtrie par la défaite de Sedan. Le besoin se faisait alors sentir de redonner à la France humiliée et amputée un peu de sa fierté. De rappeler sa grandeur passée. De consolider aussi l’unité morale de la nation, qu’agitaient des luttes fratricides. L’histoire fut mise au service de cette entreprise de redressement patriotique. Enseignée à l’école, elle devait favoriser la diffusion, dans les profondeurs de la société, du sentiment national. Chaque enfant, estimait-on, en apprenant l’histoire de France, prendrait conscience de son appartenance à une communauté dont on lui relaterait la grande épopée. Il éprouverait son inscription dans une généalogie collective remontant aux Gaulois. Et c’est en particulier au paysan, dont la figure occupait désormais une place centrale dans la mythologie nationale, qu’on voulut enseigner l’histoire de ses ancêtres.

  • 1 Hippeau M., dans Revue des sociétés savantes, 1881, p. 44-45.

2Dans un discours prononcé en 1881 à l’occasion du Congrès des sociétés savantes, le secrétaire de la section d’histoire et d’archéologie se réjouissait de ce que l’érudition provinciale contribuât de son côté à l’approfondissement du sentiment national : « Il y a là un des plus puissants éléments du patriotisme. Il n’en est pas de plus propre à inspirer cet amour du pays que nous avons tous à cœur de fortifier en donnant aux jeunes générations une éducation vraiment nationale, se fondant principalement sur l’enseignement de notre histoire1. » La lecture des monographies communales, en particulier, devait faciliter cet apprentissage des rudiments de l’histoire de France. Une histoire qui, miniaturisée, réduite à son expression la plus locale, serait mise à la portée des humbles. On comprend alors l’immense succès de la formule dans les premières décennies de la République. Chaque historien de village se voulut, à sa manière, un pédagogue de la nation.

3Cependant plusieurs versions de la grande épopée nationale étaient alors proposées. Droites et gauches puisaient en effet dans l’histoire une partie de leurs arguments électoraux. La hausse brutale du nombre de monographies écrites ou publiées après 1870 n’est pas sans rapport avec cette concurrence des mémoires, génératrice d’émulation réciproque. Chaque monographie était une réfutation des thèses adverses. À l’histoire officielle du régime, exposée dans les travaux des instituteurs notamment, les conservateurs opposaient leur propre lecture du passé. Ils s’attachaient notamment à démontrer la participation de l’Église à la formation de la nation. Insistaient sur le rôle civilisateur de la religion. Les curés de campagne, très présents sur le terrain de l’histoire locale, s’efforçaient de réhabiliter un Ancien Régime que la vulgate républicaine, pour démontrer la nécessité de 1789, se plaisait à noircir.

  • 2 En 1883, Léon XIII, dans son Bref sur les études historiques, invitait le clergé à s’investir dans (...)
  • 3 Histoire populaire de Fontès (diocèse de Béziers) et de ses environs, Montpellier, typographie Grol (...)
  • 4 Maurice A., L’histoire locale. Moyen d’apostolat rural, op. cit., avant-propos.

4Les historiens de village avaient le sentiment d’être en première ligne dans cette compétition autour de la mise en récit de l’histoire nationale. Les curés monarchistes notamment, profondément indignés par cette disposition de leurs contemporains à dénigrer le passé, affichaient hautement leur intention de rétablir une « vérité » falsifiée. Dès les années 1860, la hiérarchie épiscopale, bien consciente de l’enjeu, voulut préparer les prêtres à affronter les polémiques du siècle2. Le clergé s’engagea alors dans un combat intellectuel qui, des décennies durant, allait l’opposer aux tenants d’une historiographie libérale. L’essor de la littérature monographique s’inscrit dans ce contexte. Sous la Troisième République, c’est dans leurs travaux d’histoire locale que les curés conservateurs s’efforçaient de réfuter l’histoire officielle du régime. Dans sa préface à l’Histoire populaire de Fontès [Hérault], achevée en 1878, l’abbé Bigot-Valentin expliquait qu’il avait pris la plume pour restaurer une vérité bafouée par ceux qui prétendaient que, pour les paysans, la liberté datait de 1789. Certes, admettait-il, les bons livres ne manquent pas qui traitent de ces questions. Mais ils ne sont pas à la portée du vulgaire. Ils ne touchent que le sommet des choses et négligent les détails : « Or ce sont ces détails qui ont surtout leur prix, parce qu’ils nous révèlent le secret des temps et l’intime des mœurs : c’est en voyant, jour par jour, le jeu des institutions sur un théâtre restreint, qu’on peut les apprécier. Voilà le rôle des monographies, seules capables de vulgariser la connaissance du passé. Un traité ex professo rebuterait par son aridité, tandis que le peuple se laisse facilement enchanter par les récits naïfs de ses propres annales. Peut-être que les histoires locales auront, à la fin, raison des préjugés3. » Et pour l’abbé Maurice, ce curé normand qui publia en 1937 un guide d’histoire locale destiné à ses confrères, « une des raisons impérieuses d’écrire l’histoire de nos villages, c’est que toujours, cette histoire, si objective qu’elle soit, est une glorification de l’Église4 ».

  • 5 Germouty H., « Les monographies communales », art. cit. Ce texte date de 1905. Un membre de la Soc (...)

5Les érudits progressistes n’étaient pas en reste, qui invitaient les instituteurs à se mettre à l’ouvrage pour, précisément, donner la réplique aux curés : « Dans les départements que nous connaissons, nous avons constaté que la plupart des publications de ce genre [les monographies de commune] sont dues à la plume d’ecclésiastiques. C’est dire ce qui leur manque. Ces auteurs, en général, ne savent pas toujours dépouiller la soutane et leurs récits pourraient souvent porter en frontispice les quatre lettres par lesquelles on reconnaît a priori les publications des jésuites. Partout ce qui a trait au culte est décrit avec amour, les pieuses légendes sont copieusement narrées, les miracles ne sont jamais oubliés, tandis que les constructions ou les institutions civiles sont systématiquement passées sous silence. L’histoire générale de notre pays est à peu près émancipée ; l’histoire locale ne l’est qu’exceptionnellement5. »

En un combat d’arrière-garde

  • 6 Bigot-Valentin P., Histoire populaire de Fontès (diocèse de Béziers), op. cit., p. vii-ix. L’abbé (...)

6Le clergé, lorsqu’il abordait les aspects les plus controversés de l’histoire de France, donnait le sentiment d’être sur la défensive. L’historiographie cléricale consistait moins à établir la vérité qu’à la rétablir. La mission du monographe s’apparentait à un travail d’exhumation d’une vérité enfouie sous l’épais sédiment d’une rhétorique mensongère. Il s’agissait en fait de réfuter la vulgate républicaine qui, systématiquement, jetait le discrédit sur la période de la monarchie chrétienne. « Comment a-t-on pu fausser à ce point l’histoire et la vérité, se demandait l’abbé Bigot-Valentin précédemment cité ? Comment d’affreux barbouilleurs de papier, d’une ignorance qui surprend, ou d’une impudence qui étonne, ont-ils pu faire accroire au peuple que telle était sa condition avant le régime libérateur de 1789 ? […] Dissipons les illusions ; que le peuple, ahuri de mensonges, puisse voir clair enfin de sa propre histoire, et juger par lui-même si ses vrais intérêts ont été tant méconnus dans ce passé si fécond en institutions charitables ; qu’il apprenne à ne plus se payer de mots ; qu’il sache que la fraternité n’était pas alors une vaine formule ; que la justice, égale pour tous, n’avait point faussé ses balances ; que la liberté est ancienne en France ; que, plus on remonte le cours des siècles, plus libérales sont les institutions. Nos pères étaient des hommes rudes et fiers : jamais leurs fronts ne se seraient couchés devant ce despotisme honteux qu’acceptent si facilement leurs fils dégénérés de 1789, trop préparés au joug par la molle éducation du siècle et par le défaut de croyances6. »

7C’est peut-être un sentiment d’impuissance face aux transformations du monde moderne (on n’était pourtant qu’en 1878) qui explique la véhémence du propos, très représentative cependant de l’historiographie cléricale dès lors qu’elle s’engageait sur le terrain de la polémique. La violence des mots était un aveu de faiblesse. Les érudits républicains, qui figuraient dans le camp des vainqueurs, adoptaient en général un ton sinon plus mesuré, du moins plus posé.

  • 7 Milbach S., Prêtres historiens, op. cit., p. 226 sq. et 242-243.

8Les curés historiens de village procédaient essentiellement par réfutation. Ils s’attachaient à récuser, point par point, les principaux arguments de leurs adversaires. Et plus généralement à démontrer – car le propos se voulait sincère, objectif, fondé sur l’exploitation de sources irréfutables – que tous les bienfaits que l’on imputait à la Révolution dataient en réalité de l’époque de la monarchie chrétienne. Que depuis le Moyen-Âge, l’Église avait joué un rôle moteur dans la dynamique du progrès. Qu’elle avait été le principal agent de la marche pluriséculaire vers la liberté, la justice et la civilisation7.

  • 8 Abbadie F. [président de la Société de Borda], préface à Daugé C., Habas, op. cit.
  • 9 C’est ce que disait, parmi beaucoup d’autres, l’abbé Eugène Martin dans l’avant-propos de Comment (...)

9La mobilisation partisane du passé consistait, pour l’historiographie cléricale, à mettre en regard les travers du monde contemporain et la quasi-perfection censée caractériser la civilisation pré-révolutionnaire. Le document local, expliquait le préfacier de la monographie d’Habas [Landes], « en instruisant directement de sa propre histoire le peuple de nos campagnes confondra peu à peu le mensonge et dissipera les fausses légendes entretenues par ceux qui, ravalant le passé dans le but politique d’exalter le présent, ressemblent à ces fils malappris qui se complaisent à mettre en relief les défauts de leurs pères8 ». À l’inverse des libéraux ou des républicains, pour qui la liberté, le bien-être, le bonheur, étaient des conquêtes récentes, les historiens cléricaux estimaient que le passé offrait un catalogue de vertus chrétiennes à imiter9.

  • 10 Milbach S., Prêtres historiens, op. cit., p. 256.
  • 11 Fromentin C.-A., Hesdin, op. cit., préface.
  • 12 « Dieu voulait sans doute faire expier dès cette vie ses crimes à ce misérable, qui vécut encore d (...)
  • 13 L’expression est de Sylvain Milbach.
  • 14 Bouvier H., « Histoire de Monéteau (Yonne) », Bull. de la Soc. des sc. hist. et naturelles de l’Yo (...)

10Ainsi que l’observe Sylvain Milbach10, les membres du clergé, contraints de se conformer aux exigences de la discipline historique, et de fonder l’essentiel de leur argumentation sur l’exploitation de sources originales, ne faisaient qu’exceptionnellement profession de providentialisme historique. Le curé de Crépy [Pas-de-Calais] fut l’un des rares à se réclamer ouvertement de cette philosophie de l’histoire : « Prétendre, écrivait-il, que les événements, préparés par des causes évidentes, peuvent toujours être prévus par l’observateur sérieux, c’est tomber dans le fatalisme, c’est nier l’action de la Providence11. » Le providentialisme pouvait surgir au détour d’un paragraphe, par exemple dans le récit de l’agonie atroce d’un agent révolutionnaire, frappé d’une étrange maladie après qu’il avait profané une église12. Mais, pour l’essentiel, le « cléricalisme historique13 » des prêtres historiens consistait à mettre en évidence l’action civilisatrice de l’Église au cours des siècles. Si la France a toujours marché à la tête des nations civilisées, affirmait le curé de Monéteau [Yonne], « c’est que, sous les différents régimes politiques auxquels elle a été soumise, elle est allée puiser les principes de sa force et de sa grandeur dans la doctrine du Christ14 ». Autant dire que pour cet auteur, qui écrivait en 1897, elle était sur la mauvaise pente.

Le présent au miroir du passé

  • 15 Sur les fausses nouvelles de la Restauration : Ploux F., De bouche à oreille. Naissance et propaga (...)
  • 16 Gibson R., « The French Nobility in the Nineteenth Century », art. cit. et Corbin A., Le village d (...)
  • 17 Sur cet épisode fascinant : Pairault F., « Anticléricalisme et bonapartisme dans les Charentes : l (...)
  • 18 Chun S-Y., La propagande républicaine et la question paysanne, op. cit., p. 243 sq.
  • 19 Halévy D., La fin des notables, tome 2, La République des ducs, Paris, Hachette, coll. « Pluriel » (...)

11Au XIXe siècle, pratiquement chacune des grandes offensives de la réaction monarchique provoqua, dans les campagnes, l’angoisse d’un retour à l’Ancien Régime. En 1819-1820 et sous le gouvernement de l’Ordre moral, les rumeurs de rétablissement de la dîme et de la féodalité inquiétèrent les paysans15. Il est clair que les gauches « libérales » puis républicaines ne cessèrent d’alimenter ces craintes. En rappelant, au moment opportun, les aspects les plus odieux de la féodalité, elles espéraient disqualifier les monarchistes. Ralph Gibson a également montré que la bourgeoisie des villages et des petits chefs-lieux, très impliquée dans ce travail de façonnement de l’imaginaire social, cherchait à détourner l’animosité de la petite paysannerie vers les anciens privilégiés16. Cette stratégie d’élaboration d’une image répulsive de l’Ancien Régime fut de toute évidence efficace. Le souvenir de la féodalité s’enracina dans la mémoire des villages. Au printemps 1868, la rumeur d’un prochain rétablissement de la dîme provoqua, dans plusieurs cantons du Sud-Ouest, une vague d’émeutes anticléricales : des curés furent molestés par leurs paroissiens17. Au plus fort des luttes électorales des années 1870, les républicains agitèrent de nouveau le spectre du retour à l’Ancien Régime. La littérature de propagande rappelait les travers du système féodal et exaltait la Grande Révolution libératrice du paysan18. En août 1873, le duc de Broglie fut informé par ses préfets que les agents du parti républicain répandaient dans les foires que la restauration monarchique s’accompagnerait de celle de la dîme et du droit de cuissage19.

  • 20 Rolin I., La commune de Limésy, op. cit., p. viii.

12Sous la Troisième République, l’érudition cléricale s’inscrivit délibérément dans cette dimension polémique. Pour le curé qui racontait à ses paroissiens ou à ses concitoyens l’histoire de leur village, il s’agissait de démontrer que le système féodal n’avait pas été ce qu’on prétendait. Et que les paysans avaient connu le bonheur et la liberté bien avant la Révolution. Observons au passage que pour ces érudits, dont le travail était essentiellement fondé sur l’interprétation de documents originaux, l’entreprise s’avérait périlleuse. Car, ainsi que l’observait le curé de Canteleu [Seine-Inférieure], « ce qui vient à notre connaissance, c’est plutôt le mal et les actes les moins honorables qu’on eût préféré passer sous silence, mais qui se trouvent consignés parce qu’ils ont troublé la paix, occasionné des désastres, des plaintes, des conflits, des procédures ; en un mot, parce qu’ils ont fait du bruit20 ». À leur corps défendant, et sans jamais ou presque relever cette contradiction, les historiens conservateurs, qui prétendaient pourtant démontrer la supériorité de la civilisation traditionnelle sur le XIXe siècle, consacraient de longs paragraphes aux calamités (guerres, famines, pestes) dont les paysans avaient eu à souffrir au Moyen Âge et sous la monarchie absolutiste.

  • 21 Meyranx L.-B., Bastide de Cazères-sur-l’Adour de 1314 à 1887, histoire locale écrite conformément (...)
  • 22 Fromentin C.-A., Hesdin, op. cit., p. 10.
  • 23 Le Cerf R., « Le général d’une paroisse bretonne », Revue de Bretagne et de Vendée, 1888, 2, p. 56
  • 24 Parcheminou C., Une paroisse cornouaillaise pendant la Révolution, op. cit., not. p. 32.
  • 25 Larrondo H.-D., Une commune rurale avant la Révolution, op. cit., p. 36. L’abbé P. Grégoire compar (...)
  • 26 Fromentin C.-A., Hesdin, op. cit., p. 55.

13Cependant, martelaient-ils, les redevances étaient légères. Bien plus légères, en tout cas, que l’impôt actuel (sans même parler des confiscations révolutionnaires). On payait la dîme sans rechigner21. Et la concentration des terres entre les mains de quelques-uns n’était pas sans contrepartie : en se faisant serf, l’homme libre recevait protection, sécurité et subsistance22. « Les habitants n’étaient pas taillables et corvéables à merci, leurs obligations envers leur seigneur étaient réglées par des contrats librement consentis23. » Les charges étaient réciproques : en conséquence de quoi il n’existait pas d’antagonisme entre la noblesse et les populations. Les monographes les plus enclins à la polémique, qui savaient l’impopularité de l’impôt dans les campagnes, dénonçaient l’accroissement insensé de la ponction fiscale depuis 1789. Pour l’abbé Parcheminou, la Révolution s’était accompagnée de l’irruption dans les campagnes d’un État tentaculaire : les paysans, qui coulaient jusqu’alors une vie heureuse, furent brusquement ruinés24. L’abbé Larrondo soutenait que « Les impôts directs et indirects, les prestations, les droits d’enregistrement et les autres impôts auxquels nous sommes soumis aujourd’hui, sont autrement plus forts que la taille, la dîme et la corvée dont la répartition, faite souvent par les consuls eux-mêmes, restait dans les limites d’une sage et humaine justice25. » L’abbé Fromentin, curé de Crépy [Nord], invitait ses lecteurs, que le seul mot de féodalité semblait épouvanter, à rechercher si dans la société prétendument démocratique et égalitaire de la fin du XIXe siècle il n’existait pas des monopoles et des formes modernes de privilège26.

  • 27 Grégoire P., Paroisse et commune de Gorges, op. cit.
  • 28 Barraud J., « Monographie d’une paroisse du marais de Luçon (Vendée) », art. cit., p. 719. Même év (...)

14Les seigneurs, en outre, étaient bienveillants, attentifs au sort des manants, et d’ailleurs eux-mêmes souvent pauvres27 : « Les chanoines de Luçon n’étaient pas pour les habitants de Triaize [Vendée], leurs fermiers et cultivateurs, des maîtres durs et pleins de fierté. Ils se mêlaient à ce bon peuple, partageaient ses joies comme ses peines et étaient heureux de lui rendre service. Aussi les voyons-nous souvent assister à la sépulture de leurs fermiers, ou comme témoins à leurs mariages, ou se faire un bonheur d’être parrains de leurs enfants28. »

  • 29 Larrondo H.-D., Une commune rurale avant la Révolution, op. cit., p. 306-332.

15Les paysans, en somme, coulaient une vie paisible à l’ombre du château. Et cette existence heureuse perdura, malgré la Révolution, partout où se maintint l’équivalent du régime féodal. Ainsi à Merville [Haute-Garonne], où Villèle fit l’acquisition d’un domaine en 1838. Le ministre de Charles X sut se comporter en vrai protecteur de la paroisse. Son fils, le comte Louis-Henri de Villèle (1800-1882) perpétua cette tradition. Chaque année il s’enquérait auprès des curés de la liste des pauvres. Il avançait de l’argent à ses ouvriers lorsqu’ils étaient dans le besoin. Les paroissiens le consultaient pour leurs affaires de famille. Et Merville doit son cimetière, sa maison d’école et son presbytère à la générosité de ses bienfaiteurs29.

  • 30 Goustat A., « La Linde et les libertés communales à La Linde », art. cit.
  • 31 Ibid., p. 78.

16À ceux qui prétendaient que la liberté datait de 1789, les historiens conservateurs rétorquaient que sous les rois de France, au moins, l’autonomie municipale était respectée. L’abbé Arnaud Goustat publia en 1883 une histoire de La Linde [Dordogne] qu’il présentait au lecteur comme sa contribution à une réaction salutaire en faveur de la vérité historique30. Pour détruire les préjugés et écraser l’erreur, affirmait-il, il n’est qu’à recourir aux documents originaux. L’abbé Goustat, par conséquent, puisa abondamment dans les archives de la ville, n’hésitant pas à multiplier les longues citations. « De l’étude de ces monuments authentiques jaillira cette conclusion : que jadis il y avait un peuple libre, heureux sous des magistrats librement élus, consciencieux et dévoués, qui se regardaient comme les tuteurs de la grande famille municipale, qui luttaient pour défendre et maintenir l’intégrité des privilèges et des franchises qu’ils tenaient des princes et des rois. Du simple exposé des faits, conservés à notre souvenir par ceux qui en furent eux-mêmes les acteurs, le lecteur tirera cette conclusion, dont j’emprunte la formule à ces paroles de l’éloquent évêque d’Angers [Mgr Freppel] : « “Que la liberté n’est pas d’aujourd’hui en France31” ».

  • 32 Larrondo H.-D., Une commune rurale avant la Révolution, op. cit., passim.
  • 33 Saint-fort Rondelou J., « Le général de la paroisse de Saint-Julien de Vouvantes », Revue historiq (...)

17Le curé de Merville [Haute-Garonne] consacra lui aussi de longs développements à la vie municipale sous la monarchie bourbonienne32. Et mit en regard l’ancien système, où les communes, qui possédaient leurs coutumes, bénéficiaient d’une très large autonomie, échappaient à l’arbitraire du pouvoir central, et où les citoyens étaient associés à la gestion des affaires locales, à une réalité contemporaine beaucoup plus sombre : désormais l’État central étouffait toute initiative locale ; les communes étaient assimilées à des enfants incapables de s’auto-gouverner. L’abbé Jules Saint-Fort Rondelou s’attachait quant à lui à démontrer, en prenant l’exemple du général de la paroisse de Saint-Julien de Vouvantes [Loire-inférieure], que sous l’Ancien Régime, l’administration locale frisait la perfection33.

  • 34 Larrondo H.-D., Une commune rurale avant la Révolution, op. cit.
  • 35 Barraud J., « Monographie d’une paroisse du marais de Luçon (Vendée) », art. cit., p. 722.

18L’instruction populaire était un autre thème sur lequel les curés monographes n’hésitaient pas à croiser le fer avec leurs adversaires. Ils rappelaient que les petits paysans bénéficiaient autrefois d’une éducation soignée dans les écoles de paroisse. Tout n’était pas parfait, admettait l’abbé Larrondo, mais de grands progrès s’accomplissaient que la Révolution stoppa net34. L’abbé Barraud soutenait que c’est grâce à l’Église que les paysans de Triaize [Vendée] pouvaient apprendre la lecture, l’écriture, l’orthographe et le calcul ; il s’extasiait devant la belle écriture des gens du peuple, qui donnait « aux correspondances une variété et une élégance qu’on chercherait en vain dans notre siècle de progrès35 ».

  • 36 Pour de la Chesnaie, rédacteur de la chronique provinciale de La Croix, l’histoire locale était un (...)
  • 37 L’abbé Basset consacra plusieurs pages de sa monographie de Chaussenac à la description du bonheur (...)
  • 38 L’abbé Meyranx faisait l’éloge des grandes communautés familiales associant plusieurs ménages plac (...)
  • 39 Rolin I., La commune de Limésy, op. cit., p. 201-217.
  • 40 Ibid., p. 201.
  • 41 Ibid., p. 202.
  • 42 Ibid., p. 205.
  • 43 Ibid., p. 212.
  • 44 Ibid., p. 210-211.

19À une époque d’intense ferveur religieuse, où l’autorité du clergé n’était jamais contestée36, une parfaite harmonie régnait dans le village comme au sein des familles37. Les parents étaient respectés38. Dominants et dominés vivaient en bonne intelligence. C’est ce que s’efforçait d’expliquer l’historiographe de Limésy [Seine-Inférieure] dans un long chapitre de sa monographie qui nous servira d’exemple39. Ces pages sont d’autant plus intéressantes que l’abbé Rolin était un historien bien informé (son travail regorgeait d’indications chiffrées relatives au montant des salaires ou à la contenance des exploitations), et surtout scrupuleux : son évocation de l’Ancien Régime à Limésy était tout en nuances. Le propos se voulait objectif : « De la condition des paysans d’autrefois il a été fait des tableaux bien sombres et de nature à exciter une grande pitié sur leur sort. Nous ne songeons nullement à prendre la défense du passé et nous reconnaîtrons volontiers les sujétions féodales par lesquelles ils furent entravés, les défauts des institutions, les duretés de la vie qui fut faite à beaucoup40. » Cependant, ajoutait-il, en une phrase qui résumait l’essentiel de la thèse qu’il s’efforçait de défendre, « nous devons avouer que dans cette étude nous n’avons rien trouvé qui justifiât de si énormes griefs, et nous serions étonné que dans les temps ordinaires ils aient trouvé beaucoup moins de bonheur à vivre que les hommes de ce siècle41 ». Comment les paysans du XIIIe ou du XVIIe siècle pouvaient-ils être à la fois pauvres, dépourvus des « agréments dont nous jouissons », et cependant heureux ? C’est qu’ils savaient se contenter de peu. Ils ne se ruinaient pas en dépenses superflues. « Des exigences tyranniques de la mode changeante, on n’avait cure42. » Et rien n’était gaspillé. Les palais n’étaient guère délicats, et l’on ne consommait que le strict nécessaire. L’agriculture était honorée, aimée. Les paysans, résignés à leur sort, ne rechignaient pas à l’ouvrage. Leur esprit n’était pas troublé par « cette vie stérile du cerveau, toute de rêves et d’imagination, qui détourne du travail manuel, use l’énergie et fait le malheur de tant d’existences43 ». Une grande solidarité venait compenser l’âpreté du quotidien. Le laboureur n’hésitait pas à confier un lambeau de terrain à un voisin nécessiteux. Nulle part la tutelle des seigneurs ne donnait lieu à des récriminations : « Leur influence était acceptée ». Les relations entre le maître et l’employé étaient cordiales. « Le maître d’ailleurs regarde le domestique comme un peu de la famille et s’intéresse à lui. Il est aimé, consulté, ses avis, ses reproches mêmes, sont reçus avec respect et souvent écoutés. Les domestiques considèrent la maison du maître un peu aussi comme la leur44. »

  • 45 Ibid., p. 209.

20Au sein de la maisonnée, l’autorité du père n’était jamais contestée. Frères et sœurs s’aimaient et se soutenaient mutuellement. Bref, « La vie sociale apportait […] à nos pères un précieux réconfort, et ce qui, selon nous, fit surtout la force et la consolation des générations anciennes, fut l’union des esprits et des cœurs, puisée dans l’esprit familial, caractéristique des mœurs de cette époque et dans la foi chrétienne, règle universelle de la vie45. »

  • 46 Ibid., p. 213.

21Cette foi chrétienne était en effet un très puissant facteur d’unité morale. Le principal même. L’église était le véritable centre de la vie publique : jusqu’au milieu du XVIIe siècle, la commune et la paroisse formaient une seule et même entité. Une parfaite concorde régnait au sein du village. La paroisse était une « sorte de famille étendue46 ». Il y avait bien quelques méchants, des enfants dénaturés, des époux infidèles, mais ils étaient l’exception. On avait le sens de l’honneur, et la justice coutumière se chargeait de corriger les écarts de conduite. Les paysans, enfin, savaient se divertir, de manière simple et saine. La bonne humeur régnait au village.

  • 47 Daugé C., Habas, op. cit. ; Gabard T., Histoire de la paroisse de Saint-Aubin-de-Baubigné, op. cit (...)
  • 48 Grégoire P., Essais historiques sur la paroisse de Sucé, op. cit., p. 41.
  • 49 Grégoire P, Paroisse et commune de Gorges, op. cit., p. 53.

22Tant que l’autorité de l’Église continua d’être respectée, la vie suivit son cours paisible. L’irruption du protestantisme marqua un premier tournant. Pour l’historiographie cléricale, la Réforme fut un fléau qui prépara les crimes de la Révolution. L’épreuve, pour les paysans catholiques, fut rude : les religionnaires ne cessèrent de piller, de brûler, de saccager, de tuer47. Les monographes, soucieux de ne pas attenter à la réputation du village, prenaient bien soin de dégager les habitants de toute responsabilité dans l’implantation du calvinisme. Il y avait bien un temple à Sucé [Loire-Inférieure] ; mais « qu’on n’impute pas [à la paroisse] le crime d’avoir trempé dans l’hérésie48 ». Les protestants, que l’historiographe de Sucé décrivait comme de dangereux fanatiques, étaient des étrangers, qui passèrent sur la paroisse sans laisser l’empreinte de leurs pieds. Le même auteur, dans son histoire de Gorges, rassurait ses lecteurs : « vos ancêtres, sous la houlette de leur curé, restèrent attachés à la foi catholique. En revanche, “ces Huguenots déposèrent chez nous un germe de révolte contre l’autorité, germe qui devait produire plus tard la Révolution49”. »

Les saturnales révolutionnaires

  • 50 El Gammal J., « L’utilisation électorale du passé. 1885-1898 », Revue historique, CCLXV, 1981, p.  (...)
  • 51 Ibid., p. 105. Voir encore : Bensoussan D., Combats pour une Bretagne catholique et rurale. Les dro (...)
  • 52 El Gammal J., Politique et poids du passé dans la France « fin de siècle », Limoges, Presses unive (...)

23Au XIXe siècle, les grands clivages qui structuraient le champ politique national recoupaient plusieurs mémoires antagoniques de la Révolution. Les identités partisanes se définissaient dans la revendication d’une filiation avec les acteurs de cette fracture fondatrice. Le souvenir des affrontements qui accompagnèrent la chute de la monarchie se fit même plus obsédant sous le gouvernement de l’Ordre moral et au moment de la célébration du Centenaire50. Si, dans les années 1880-1890, c’étaient d’abord les républicains, ces « fils de 1789 », qui, à l’occasion des joutes électorales notamment, convoquaient le souvenir de la Grande Révolution, rares étaient ceux qui prônaient ouvertement l’oubli des luttes du passé51. L’historiographie locale était elle-même traversée par cette ligne de faille. Seulement, si, dans le champ politique, le jugement porté sur la Révolution admettait toutes sortes de nuances52, chez les érudits locaux, les positions se durcissaient et se simplifiaient. Pour les uns, qui ne faisaient pas de différence entre 89 et 93, la Révolution ne fut qu’un abominable cataclysme. Pour les autres, elle inaugura une ère de progrès. La pondération n’était pas de mise, en particulier chez les ecclésiastiques, dont le propos se fit sans cesse plus virulent une fois franchie la mi-temps du siècle.

  • 53 El Gammal J., « La mémoire de la Révolution au XIXe siècle », dans Becker J.-J., Candar G. (dir.),(...)
  • 54 Grégoire P., Paroisse et commune de Gorges, op. cit., p. 93.
  • 55 Basset J., Paroisse de Chaussenac : notice historique, op. cit., p. 100 et 102.

24Certaines monographies étaient très révélatrices du travail de réactualisation du souvenir des persécutions révolutionnaires par le clergé tertio-républicain, dans une période d’intense confrontation mémorielle53. Les curés qui complétaient la partie historique de leur monographie par une chronique du temps présent insistaient sur l’analogie entre la politique laïque des gouvernements opportunistes ou radicaux et celle de leurs précurseurs jacobins. C’était le même drame qui se rejouait à un siècle d’intervalle. Ainsi le curé de Gorges [Loire-Inférieure] assimilait-il les inventaires de 1906 à la nationalisation des biens d’églises, ce « brigandage sacrilège » : « Vous voyez, expliquait-il à ses paroissiens, que les voleurs officiels de 1906 ne sont que les descendants de ceux qu’on appelle les Grands ancêtres54. » Et il invitait les habitants à se montrer dignes de leurs aïeux (tout en constatant, désabusé, que le courage « qui naît de la foi et des convictions », s’était beaucoup émoussé en l’espace d’un siècle). L’abbé Joseph Basset, dans son histoire de Chaussenac [Cantal], publiée en 1898, mettait en garde ses lecteurs contre « l’esprit révolutionnaire », toujours bien vivant, et méditant de nouveaux crimes : « Alors, comme aujourd’hui, les représentants de la nation prêtaient au peuple des idées qui n’étaient pas les siennes et s’inspiraient pour souffler la haine dans les cœurs des doctrines dont ils étaient eux-mêmes imbus55. »

  • 56 Dubourg P., La paroisse de Layrac de 1789 à 1911. Mémoires recueillis par M. l’abbé P. Dubourg, Vi (...)
  • 57 Ibid., p. 6
  • 58 Ibid., p. 47.

25Le chanoine Dubourg était très explicite, dans la préface de son histoire de Layrac [Lot-et-Garonne], quant à ses intentions56. Cet ouvrage, publié en 1913, l’année du décès de l’auteur, n’était qu’un volumineux supplément à une première monographie achevée en 1897 dans laquelle, faute de documents, l’histoire de la Révolution n’avait été qu’ébauchée. Mais, entretemps, l’archiviste départemental avait découvert les registres de délibérations de la municipalité. C’est cette source que l’abbé Dubourg exploita pour composer son livre, entièrement consacré à la période contemporaine. D’autre part, bien des événements que l’auteur qualifiait de « graves » étaient advenus depuis vingt ans ; ils justifiaient la publication de ce supplément. La fermeture des écoles congréganistes, l’expulsion des religieuses, la loi de Séparation « sont des faits d’une importance capitale, dont le souvenir ne doit pas s’effacer. Ceux qui viendront après nous, voudront savoir tout ce qui s’est passé dans la paroisse de Layrac. Cette connaissance leur sera nécessaire pour continuer la lutte, car l’église catholique est en butte à une guerre d’extermination […]. Ce que nous avons écrit et raconté pour l’instruction de nos successeurs, c’est l’histoire des destructions de la Révolution57 ». « En remémorant le passé, écrivait-il encore, nous verrons que les persécuteurs du XXe siècle ne sont que les plagiaires de leurs ancêtres de la fin du XVIIIe siècle58. » Dans ce travail très didactique, l’auteur ne cessait de faire le va-et-vient entre la Révolution et la période contemporaine.

La Révolution dans la mémoire du village

  • 59 Amalvi C., « La Révolution française », art. cit., p. 265. Sur le 14 Juillet au village : Vallin P (...)
  • 60 Sur la question des représentations du passé dans la culture paysanne, voir les réflexions et les (...)

26Tout ce que les érudits de tendance conservatrice écrivaient, dans leurs monographies, à propos de la Révolution, était destiné à infirmer les thèses de l’adversaire républicain. Ces ouvrages rédigés dans un style simple, à la portée des paysans, étaient autant de contre-feux opposés à une vision positive de la Révolution, qui, désormais officielle, se propageait par de multiples canaux : la presse, l’école, les conférences populaires ou encore les cérémonies du 14 Juillet59. Il n’est peut-être pas inutile, ici, de s’interroger sur l’existence d’une mémoire villageoise – orale, souterraine – de l’épisode révolutionnaire, indépendante (mais dans quelle mesure ?) de la tradition lettrée ou des commémorations qui, dès 1815, s’efforcèrent de perpétuer le souvenir des conflits de la fin du XVIIIe siècle60. Un mémoire sociale de l’événement, transmise de génération en génération depuis le récit des témoins directs, et à laquelle une autre mémoire, fabriquée a posteriori, se serait substituée. À moins – car on ne saurait bien entendu écarter l’hypothèse d’influences réciproques – que celle-ci n’est alimenté celle-là.

  • 61 Barraud J., « Monographie d’une paroisse du marais de Luçon (Vendée) », art. cit., p. 724.
  • 62 Rolin I., La commune de Limésy, op. cit., p. 251. Jean-Marie Déguignet rapportait dans ses mémoire (...)

27« Le souvenir de ces terribles événements est encore présent à la mémoire des habitants de la localité » affirmait l’abbé Barraud dans sa monographie de Triaize [Vendée] publiée en 189461. L’abbé Rolin soutenait quant à lui dans son travail sur Limésy [Seine-Inférieure] que « les angoisses, les émotions incessantes, les privations endurées, laissèrent dans l’imagination de la grande majorité des habitants, un spectre si troublant et si impérissable que beaucoup de ceux qui y avaient assisté ou qui en avaient entendu le récit, de la bouche encore frissonnante de ceux qui y avaient été mêlés, lorsqu’ils virent proclamée de nouveau en 1848, la République, confondant celle-ci avec les excès dont elle fut déshonorée en 1793, n’avaient pas assez de gémissements pour plaindre une génération appelée à revoir ce qu’ils avaient connu62 ».

  • 63 Le commissaire de la République envoyé dans les Côtes-du-Nord écrivait en juillet 1848, qu’il lui (...)
  • 64 Agulhon M., La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la IIe République,(...)

28Sans doute. Mais la parole des témoins oculaires fut-elle le seul ou même le principal vecteur de la perpétuation de cette image noire de la Terreur ? Certainement pas. André-Jean Tudesq a démontré que les grands notables de la monarchie censitaire, effectivement saisis par l’angoisse à la chute de Louis-Philippe, s’efforcèrent de diffuser cette peur – qu’ils éprouvaient eux-mêmes – en rappelant le souvenir de « 93 ». De là un phénomène de propagation, depuis les villes vers les campagnes, d’une onde de peur qui après juin tourna à la panique63. Maurice Agulhon observait par ailleurs que la culture antiféodale des paysans provençaux de la monarchie censitaire était nourrie d’anecdotes empruntées à l’érudition archéologique64.

  • 65 Le Lot vu par ses maîtres d’école, op. cit., t. 3, p. 74.
  • 66 La tradition des gwerziou fait exception. Laurent D., Aux sources du Barzaz-Breizh : la mémoire d’ (...)
  • 67 La rumeur fut l’un des principaux vecteurs de la perpétuation de la légende napoléonienne entre le (...)
  • 68 Fabre D., « Une culture paysanne », dans Burguière A., Revel J. (dir.), Histoire de la France. Les (...)
  • 69 Sébillot P., Le Peuple et l’Histoire, Paris, Imago, 1986 [1904-1906 pour l’édition originale], p.  (...)
  • 70 Fabre D., « Une culture paysanne », art. cit., p. 196. Sur l’imprécision de la restitution dans le (...)
  • 71 Corbin A., Les cloches de la terre, op. cit., not. p. 25 sq.
  • 72 Bertout L., Les Cloches imprenables. Épisode de la Révolution à Saint-Cornier-des-Landes (Orne). 1 (...)
  • 73 Le Lot vu par ses instituteurs, op. cit., t. 3, p. 58-59.

29En fait, la mémoire historique des communautés villageoises ne reposait pas exclusivement sur la transmission orale de l’information. Nous avons il est vrai souligné le poids du souvenir des prélèvements féodaux jusqu’au début de la Troisième République. Mais, précisément, la propagande de terrain des agents républicains ne cessa, durant les deux premiers tiers du siècle, de travailler l’imaginaire collectif des ruraux, pour susciter ces réminiscences de la dîme et des rentes. La mémoire de l’Ancien Régime fut pour partie une mémoire exogène, indépendante des formes coutumières de transmission. Un peu moins d’un siècle après la fin de l’Ancien Régime, les paysans de Crayssac [Lot], localité située pourtant au cœur de l’un des principaux foyers des jacqueries antiseigneuriales de la Révolution, avaient pratiquement oublié la féodalité : le château en ruine, écrivait l’instituteur, « n’a pas laissé de souvenirs trop lugubres. Cependant on racontait que, vers 1780, un des châtelains de cette époque ayant appris que le nommé Pezet de Calamane s’était permis de chasser sur les terres de son seigneur, celui-ci le fit prendre, et l’on n’a jamais su où ce pauvre homme était passé65 ». S’appuyant notamment sur les enquêtes menées par Paul Sébillot dans les années 1880, Daniel Fabre souligne la brève durée de vie de la mémoire historique dans les campagnes, en l’absence d’un genre littéraire oral spécifique tel qu’on en rencontre dans d’autres civilisations66. La figure de Napoléon, omniprésente, pourtant, dans la culture populaire sous la monarchie constitutionnelle (comment expliquer, sinon, le 10 décembre 184867 ?) avait disparu du récit historique oral vers 188068. Sébillot a consacré quelques paragraphes de son Folklore de France aux croyances et traditions relatives à la période révolutionnaire69. Le souvenir du « jour de la peur » resta longtemps inscrit dans la mémoire paysanne. Celui des conflits religieux de la Révolution également, mais avec de nombreux emprunts à des épisodes antérieurs : la mémoire orale avait tendance à écraser la chronologie ; elle confondait les séquences historiques qui s’étaient succédé dans le temps70. Tout un légendaire local s’était constitué autour de lieux qui furent le théâtre d’événements marquants (exécution d’un prêtre ou d’un bleu, célébration de messes clandestines…). Si le souvenir des grands acteurs semble s’être vite estompé (il ne subsistait guère que dans des expressions proverbiales du type « Maigre comme la bourrique de Robespierre »), en revanche nombreux étaient les récits populaires se rapportant à des profanations ou aux démolitions d’édifices religieux. La mémoire orale de la décennie révolutionnaire était une mémoire très locale. On sait, par exemple, que le souvenir des enlèvements de cloches, et des résistances que provoquèrent ces mesures qui touchaient au fondement même de l’identité communautaire (elles furent vécues comme de véritables traumatismes), se perpétua très tard dans le cours du XIXe siècle71. Alain Corbin mentionne l’exemple de la commune de Saint-Cornier-des-Landes, dans l’Orne, qui était parvenue à conserver ses trois cloches durant toute la Révolution. De 1807 à 1843, le curé Patry se plaisait à raconter cette histoire à ses paroissiens : probablement joua-t-il un rôle-clé dans la transmission du souvenir. Le desservant d’une localité voisine relata cet épisode édifiant dans un texte de 1887 rédigé à partir de témoignages oraux72. On ajoutera que cette mémoire orale de la Révolution au village n’était pas nécessairement une mémoire de la persécution. Au début des années 1880, on racontait encore à Boissières [Lot], comment les paysans de la commune avaient transporté les cribles à grains au sommet d’une colline afin de procéder à leur destruction solennelle par le feu73.

  • 74 Huard R., Le Mouvement républicain, op. cit., p. 62.
  • 75 Orain A., « Monographies de trois communes du canton Sud-Ouest de Rennes », Revue de Bretagne et d (...)
  • 76 Chartier R., « Représentations et pratiques : lectures paysannes au XVIIIe siècle », dans Lectures (...)
  • 77 Lefeuvre F., Revue de Bretagne et de Vendée, 1884, p. 158. Sur le rôle de la chanson dans la trans (...)

30En dépit d’un regrettable manque de précision, les monographies communales réalisées sous la Troisième République contiennent quelques indications relatives aux modalités de transmission de la mémoire sociale de la Révolution. Cette mémoire, nous y reviendrons bientôt, était essentiellement une mémoire familiale (pas exclusivement fondée sur le récit, mais également sur la conservation d’objets tels que des drapeaux ou des écharpes de maire74). Adolphe Orain soulignait également la fonction des veillées d’hiver à Saint-Erblon [Ille-et-Vilaine] : en 1910 encore, on y racontait comment deux prêtres réfractaires célébraient des messes clandestines75. Bien entendu, rien n’interdit de penser que cette culture de la veillée s’était alimentée à des sources érudites76. Dans une note sur les souvenirs vendéens du village de La Hautière, Francis Lefeuvre évoquait quant à lui des chansons royalistes, mais sans en préciser le contenu77.

  • 78 Le chanoine Eugène Sol en fournit de très nombreux exemples : Sol. E., La révolution en Quercy (17 (...)
  • 79 Ploux F., « Luttes de factions à la campagne. L’exemple du Lot au XIXe siècle », Histoire et Socié (...)
  • 80 Ploux F., « Insultes au village (Haut-Quercy, XIXe siècle) », dans Bouchet T., Leggett M., Vigreux(...)
  • 81 La commune de Pourrières, dans la haute vallée de l’Arc, conserva un siècle le souvenir d’un confl (...)
  • 82 Briquet J.-L., La tradition en mouvement. Clientélisme et politique en Corse, Paris, Belin, 1997.
  • 83 Dans un intéressant travail consacré aux conflits politiques de la Seconde République dans la comm (...)
  • 84 « Aucune tradition n’existe au point de vue communal. » Bernot L., Blancart R., Nouville, un villa (...)
  • 85 Quelques informateurs rapportaient des faits locaux transmis par les « vieux » (le passage de Loui (...)

31Il est bien sûr difficile de dégager des conclusions générales sur la base d’un matériau aussi mince. Cependant nous risquerons l’hypothèse d’une mémoire populaire assez volatile, et portée à diluer la spécificité de l’événement vécu. Il est assez frappant que la référence à l’épisode révolutionnaire, qui avait provoqué, dans les communes du Haut-Quercy, une vague de conflits factionnels opposant notamment les partisans du curé assermenté à ceux du réfractaire78, ait été totalement absente dans les rivalités villageoises du premier XIXe siècle79. Il est vrai que les antagonismes entre coalitions locales s’exprimaient au travers d’une gestuelle déjà bien présente sous la Révolution (le maculage du presbytère était le type d’insulte dont étaient victimes les prêtres confrontés à un parti hostile). Mais ces offenses rituelles, empruntées au répertoire de la sanction coutumière, étaient dénuées de signification politique80. Certes, les affrontements municipaux accusaient une forte tendance à se politiser dans les phases les plus conflictuelles de l’histoire nationale – après 1830, en 1848-1850, sous la Troisième République. Et, dès lors, les factions locales se dotaient d’une identité dont on pourrait avoir l’impression qu’elle était héritée d’antagonismes anciens. Mais cette politisation, rationalisation a posteriori d’une division dont l’enjeu était essentiellement local, était conjoncturelle et purement instrumentale. Le village possédait sans doute une mémoire de ses propres divisions81, en particulier lorsque le positionnement des « maisons » dans le champ des rivalités politiques locales tendait à se figer, à la manière du clanisme corse82. Mais tout cela n’avait pas grand-chose à voir avec le souvenir d’un conflit matriciel qui remonterait à la Révolution83. À l’appui de cette thèse d’une mémoire orale fugace – qu’il faudrait, reconnaissons-le, davantage étayer – on peut mentionner l’enquête de Lucien Bernot sur la commune normande de Nouville. Elle mit en évidence l’absence de tradition historique locale84. Interrogés par l’ethnologue au sujet de leur culture historique, les habitants mentionnaient des épisodes de portée nationale tels que la fin des rois, la Révolution française ou la prise de la Bastille, qui n’étaient que des réminiscences d’un savoir acquis à l’école85.

  • 86 G. Dupin entendit étant jeune de vieilles paysannes d’Allemans [Dordogne] lui raconter « l’espoube (...)
  • 87 Jean-Clément Martin observe que beaucoup de massacres perpétrés en Vendée étaient oubliés de la po (...)

32Dans les années 1860-1870, le souvenir de la Révolution commençait à s’estomper dans les campagnes, même si quelques événements marquants tels que l’« épouvante » de l’été 1789 avaient laissé une empreinte plus profonde dans la mémoire collective86. C’est alors que les érudits locaux, qui jusqu’alors ne s’intéressaient guère qu’à l’Ancien Régime, se mirent à collecter des informations relatives à l’histoire de la Révolution au village87.

Une mémoire des persécutions

  • 88 Gérard A., La Révolution française, mythes et interprétations. 1789-1970, Paris, Flammarion, 1970, (...)
  • 89 La plupart des auteurs s’en tenaient pratiquement à cette seule source, notamment : Villermont de, (...)
  • 90 Son travail, rappelons-le, était antérieur d’au moins quarante ou cinquante ans à la plupart des m (...)
  • 91 Quelques-uns se montraient prudents. L’historien de Chaillé-sous-les-Ormeaux rapportait quantité d (...)
  • 92 Rollin I., La commune de Limésy, op. cit., p. 245.
  • 93 Basset J., Paroisse de Chaussenac, op. cit., p. 107-108.
  • 94 Dujarric-Descombes L.-A., « La commune de Celles sous la Révolution », Bulletin de la Soc. hist. e (...)
  • 95 Souligné par l’auteur. Franc C., préface à Grégoire V., « Les Échaubrognes », Revue historique de (...)

33La disparition des derniers témoins oculaires des violences terroristes, synonyme d’extinction de la tradition orale dont ils étaient les passeurs, coïncida avec le triomphe d’une République qui se réclamait ouvertement de la Grande Révolution libératrice du paysan. L’école primaire était désormais le lieu par excellence de transmission du souvenir révolutionnaire88. On comprend que les curés ou les notables monarchistes se soient efforcés d’alimenter cette mémoire sociale friable, éphémère, évanescente. Si le travail des monographes était pour l’essentiel fondé sur l’exploitation de sources manuscrites locales, en particulier les registres de délibérations des municipalités89, les auteurs sollicitaient également les souvenirs personnels des villageois, à l’image par exemple de Théodore de Quatrebarbes, qui s’appuya sur le témoignage de survivants90. Ou encore la mémoire familiale, lorsqu’ils rapportaient des anecdotes recueillies auprès d’habitants qui tenaient l’information de la bouche de leurs parents. Le monographe se faisait alors passeur d’une mémoire locale des persécutions religieuses ou des résistances à la politique des Jacobins. Il ranimait ces vieux souvenirs, en les suscitant, et mettait en valeur ce savoir social sur le point de disparaître91. L’aïeule du maire de Limésy [Seine-Inférieure] racontait par exemple à son petit-fils, et ce dernier rapporta l’anecdote à l’historien du village, comment elle était parvenue, en s’armant d’un peigne, à échapper aux « nationaux » qui voulaient la forcer à assister à la messe célébrée par le curé assermenté92. L’abbé Joseph Basset avait trente ans quand mourut son grand-père maternel, lequel était né en 1780. Cet aïeul avait bien connu le curé insermenté et son vicaire, qui, en 1792, le préparèrent clandestinement à la communion. Nombre de détails relatifs à l’histoire de ces deux prêtres, que l’abbé Basset rapporta dans sa monographie de 1898, lui furent racontés par ce grand-père93. Léonard-Albert Dujarric-Descombes, dans une petite note sur la Révolution à Celles [Dordogne], qu’il rédigea en 1917, évoquait des souvenirs d’enfance relatifs aux brimades dont fut victime le prêtre réfractaire94. L’abbé Victor Grégoire, historiographe de sa paroisse natale des Échaubrognes [Deux-Sèvres], faisait également appel à des souvenirs de famille (c’était une vieille habitude chez lui : son préfacier précisait qu’« enfant, déjà, il allait vers les anciens du bourg, recueillant les souvenirs du passé95 »). À vrai dire, chez cet auteur, la mémoire familiale était davantage qu’une simple source d’information. L’abbé Grégoire qui relatait, dans un long chapitre de sa monographie, les tribulations de ses grands-parents au temps des guerres de Vendée, écrivait tout à la fois l’histoire de sa famille, de sa paroisse et de l’insurrection des paysans de l’Ouest. Comme s’il avait voulu imbriquer sa propre généalogie dans la geste héroïque des paysans qui se dressèrent contre l’oppression jacobine. Jusqu’à ce que se mettent en place des vecteurs de transmission basés sur l’écriture, la mémoire de la Révolution fut d’abord une mémoire familiale.

  • 96 À l’image de l’abbé Jean-Marie Guilloux, historiographe de Languidic [Morbihan], qui prétendait av (...)
  • 97 Rollin I., La commune de Limésy, op. cit., p. 227-310.

34L’histoire de la Révolution au village selon l’érudition conservatrice était une chronique au jour le jour des persécutions dont furent victimes les bons chrétiens, et de la résistance héroïque qu’ils opposèrent à leurs bourreaux. C’était un procès entièrement à charge, sans nuance et plein de colère, qu’intentaient les monographes. Lesquels, cependant, protestaient de leur sincérité et de leur souci d’intégrité historique96. L’abbé Rollin, à l’inverse de la plupart de ses confrères, offrait à ses lecteurs, au moins dans les premiers paragraphes du chapitre de son histoire de Limésy consacrés à la Révolution, un récit apparemment dépassionné de cet épisode. Il énumérait sans commentaire les principales mesures votées par les constituants. Expliquait quel était le rôle et comment fonctionnaient les nouvelles institutions municipales. Admettait que le clergé séculier, dans son immense majorité, était favorable aux réformes. Cependant il ne parvint pas à tenir bien longtemps cette ligne impartiale. Avec l’évocation du serment imposé au clergé, c’est-à-dire dès lors qu’il était question des affaires religieuses, le ton se faisait accusateur. Sans jamais tomber dans les outrances dont l’histoire ecclésiastique de la Révolution était coutumière (il faisait preuve d’une certaine indulgence à l’égard des autorités locales), l’abbé Rollin reprenait la thèse habituelle selon laquelle les populations auraient massivement rejeté la Révolution parce qu’elle faisait violence à leurs convictions religieuses97.

  • 98 Milbach M., Prêtres historiens, op. cit., p. 258 et suivantes.
  • 99 Quatrebarbes, T. de, Une paroisse vendéenne sous la Terreur, op. cit., passim.
  • 100 Guilloux J.-M., Languidic pendant la Révolution, op. cit., p. 45.
  • 101 Grégoire P., Paroisse et commune de Gorges, op. cit.

35Mais l’immense majorité des auteurs adoptaient un discours beaucoup plus véhément et manichéen. L’histoire de la Révolution au village était tout à la fois monstrueuse98 et édifiante, accusatrice et apologétique. Le comte Théodore de Quatrebarbes, dans son récit des guerres de Vendée, recourait à deux champs lexicaux contrastés : celui, positif, de la vertu, de la pureté, du sublime, de l’héroïsme, de la vaillance, de la bravoure et de l’honneur ; et celui, négatif, de la lâcheté, de la honte et du monstrueux99. L’historiographie cléricale faisait la part belle au récit des persécutions religieuses. « La Révolution était avant tout antireligieuse » résumait l’abbé Guilloux100. Cependant l’Église avait fini par triompher du fanatisme. La Révolution, affirmait par exemple Pierre Grégoire, fut vaincue par la foi du peuple. Et cet auteur, qui écrivait quelques années seulement après le vote de la loi de Séparation, ajoutait que jamais la République ne pourra trouver la paix sans le secours de la religion ; elle sera forcée de lui revenir101.

  • 102 Dujarric-Descombes L.-A., « La commune de Celles sous la Révolution », art. cit, p. 209.
  • 103 Grégoire P., Essais historiques sur la paroisse de Sucé, op. cit. À Merville [Haute-Garonne], c’es (...)
  • 104 Ce thème était peut-être emprunté à Mgr Freppel. On sait le succès et l’influence de sa Révolution (...)
  • 105 Basset J., Paroisse de Chaussenac, op. cit., not. p. 100, 103 et 105.
  • 106 Ibid., p. 104.
  • 107 Vivie-Régie de, « Une commune rurale sous la Révolution », art. cit. « À Lavignac, comme partout, (...)
  • 108 Grégoire P., Essais historiques sur la paroisse de Sucé, op. cit. L’abbé Élie faisait l’éloge de l (...)
  • 109 Guilloux J.-M., Languidic pendant la Révolution, op. cit., p. 42 (nos italiques).

36Une autre thèse traversait l’historiographie locale de la Révolution. Dujarric-Descombes, qui n’était pas prêtre, mais partageait les sentiments du clergé, la résumait en deux phrases : « Les nouvelles doctrines démagogiques trouvèrent de fervents adeptes parmi la population rurale, dont elles flattaient les mauvais instincts. À Celles [Dordogne], comme ailleurs, le vertige s’empara de toutes les têtes102. » La Révolution fut l’œuvre d’une minorité manipulatrice, pervertie par les doctrines des philosophes, et inspirée par les sentiments les plus bas (l’envie, la jalousie). « Il suffisait, dans le village, d’un homme audacieux pour imprimer le mouvement103. » Les changements, admettait-on parfois, étaient sans doute nécessaires104. Mais les sages réformateurs furent très vite débordés par la tourbe des factieux. L’avantage de cette théorie du complot, c’est qu’elle permettait de disculper la masse des habitants, restés fidèles à l’Église. Elle rendait possible une histoire de la Révolution au village qui, tout à la fois, condamnait la Révolution et faisait l’apologie du village, unanime dans l’opposition ouverte ou souterraine aux réformes imposées du dehors. L’abbé Basset, très représentatif, ici, de l’ensemble des historiens conservateurs, minimisait l’implication des habitants de Chaussenac [Cantal] dans les crimes de la Révolution105. Les populations étaient « généralement » attachées aux traditions héritées de leurs ancêtres. Le curé constitutionnel fut fort mal reçu, et eut à subir toutes sortes de vexations : « Il fut injurié, chansonné, menacé et se vit presque seul aux offices religieux qui s’accomplissaient sous la surveillance de la garde nationale, qui, arme au bras, escortait le curé intrus du presbytère à l’église et de l’église au presbytère, et veillait à la porte du temple pendant qu’il officiait106. » Les Chaussenacois, en revanche, protégèrent le réfractaire, qu’ils allaient fréquemment consulter. Il y eut bien une poignée de patriotes : assistés par la force armée, ils s’essayèrent à exciter les passions populaires ; puis, voyant qu’ils n’obtenaient rien par la persuasion, eurent recours à la menace et à l’intimidation. Mais ce fut peine perdue. En 1789, la nation française était profondément religieuse et attachée au culte catholique. Elle était et voulait rester chrétienne. Comme aujourd’hui, ajoutait l’abbé Basset dans un va-et-vient caractéristique entre le passé et le présent, « les sentiments populaires étaient inexactement représentés par ceux des députés ». L’historiographe de Lévignac [Lot-et-Garonne] disait à peu près la même chose : le « parti des violents » se heurta à une population hostile, profondément attachée à sa foi, que les fêtes païennes lassèrent très vite, qui « témoigna hautement de son mépris pour le culte révolutionnaire » et continua de chômer le dimanche après l’instauration du calendrier républicain107. Il s’agissait d’oblitérer toute trace d’une adhésion des habitants aux idéaux révolutionnaires. Sucé [Loire-Inférieure], affirmait haut et fort l’abbé Grégoire, n’a pas à rougir de son histoire : les acquéreurs de biens nationaux étaient tous étrangers à la paroisse ; il fallut cent gardes nationaux pour procéder à l’installation du prêtre assermenté (l’épisode était comparé à une orgie) ; et le jureur, qui fit l’objet d’une réprobation unanime, ne cessa d’être persécuté108. L’abbé Guilloux, historiographe de sa paroisse natale de Languidic [Morbihan] était plus nuancé : les habitants, troublés par la concurrence des deux clergés, ne furent pas tous fidèles aux prêtres insermentés ; mais c’est parce qu’ils furent trompés. En chantant des cantiques en breton à la gloire de l’Être suprême, « les malheureux ne se rendaient pas compte qu’ils commettaient un blasphème109 ».

  • 110 Même si les auteurs réservaient aux laïques leurs plus violentes diatribes. L’esprit de corps temp (...)

37La Révolution, au total, n’affecta guère la foi des populations. De manière quelque peu paradoxale, le clergé minimisait la portée de la rupture révolutionnaire. La France, en dépit de la vague déchristianisatrice, sut conserver son identité chrétienne. Les paysans, envers et contre tous, restèrent fidèles au clergé réfractaire. Persécutions et profanations ne furent guère le fait du village. Le prêtre assermenté vécut comme un étranger, un « intrus », au milieu d’une population hostile. Dans les monographies de curé, le récit de la décennie révolutionnaire s’articulait autour des deux figures rivales du réfractaire et du jureur. Cette littérature hagiographique n’était bien évidemment pas très indulgente à l’égard du clergé constitutionnel, coupable de faiblesse, d’aveuglement, de compromission, de lâcheté110. Les jureurs payèrent chèrement leur égarement. Les prêtres clandestins, seuls, étaient inspirés par Dieu.

  • 111 Meyranx, L.-B., Bastide de Cazères-sur-l’Adour, op. cit.
  • 112 Vivie-Régie de, « Une commune rurale sous la Révolution », art. cit., p. 131.

38De manière assez contradictoire, au plus fort de cette révolution sans adeptes, le village était le théâtre de véritables saturnales. Privés de leurs guides spirituels et de leurs chefs naturels – morts, exilés ou contraints de se terrer – les paysans furent le jouet des passions les plus folles. Les cabarets ne désemplissaient pas. Plus personne ne tenait en place (« tout le monde se déplace » écrivait l’abbé Larrondo111). Le désordre absolu régnait112.

Démontrer le progrès : le moment 1889

Un jubilé vosgien

  • 113 « Histoire communale », Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 1883, p. 369-396.
  • 114 Ibid., p. 369.

39Dans les années 1880, la Société d’émulation des Vosges exprima à plusieurs reprises le souhait que les instituteurs de campagne entreprissent de rédiger la monographie de leur commune. Un plan fut même élaboré à cet effet en 1883113. « Depuis quelques temps, écrivait l’auteur de ce guide, les études historiques se trouvent entraînées vers les classes rurales, vers le peuple des campagnes. On recherche quelle fut dans le passé, et spécialement pendant cette sombre période du moyen-âge, la vie du paysan français. On comprend enfin l’intérêt qu’il y a à mettre en lumière cette lamentable série de calamités, dont pendant des siècles nos villages furent le théâtre et nos aïeux les victimes114. »

  • 115 Ibid., p. 372.
  • 116 Ibid., p. 369.

40Si la rhétorique agrarienne et régionaliste qui, d’ordinaire, servait à justifier la nécessité d’une histoire communalisée des provinces n’était pas absente de ce texte – la monographie de commune, affirmait encore l’auteur, est un excellent moyen de développer l’amour du sol natal115 – c’est un autre argument qui était mis en avant. Ce qu’on attendait des instituteurs, c’était qu’ils mettent en évidence la dynamique du progrès, en suivant, dans toutes les phases de leur existence mouvementée, ces communes assimilées à des « personnes ayant leur vie propre116 ».

  • 117 Cité par Chevreux P. [Archiviste départemental], « Monographies communales de 1889 », Annales de l (...)

41À l’approche des célébrations du centenaire de la Révolution, les sociétaires réitérèrent leur appel. Mais tandis qu’en 1883 l’objectif assigné aux monographies communales était de montrer l’amélioration progressive et pluriséculaire de la condition paysanne depuis les âges obscurs, il s’agissait désormais de démontrer la contribution spécifique de 1789 à cette marche vers le progrès : « Il faudrait qu’en 1889, chaque commune rurale du département pût connaître exactement son histoire à la veille de la Révolution, revivre pour ainsi dire sa vie au siècle passé, et posséder pour l’anniversaire prochain, sa monographie. En répandant ces notices, on dirait aux cultivateurs : Voilà la situation de vos pères ; voyez la vôtre aujourd’hui et comparez117. » Ce programme, du coup, s’inscrivait davantage dans la controverse.

  • 118 Cité par Chevreux P., « Monographies communales de 1889 », art. cit., p. lxix.
  • 119 Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 1890, p. xl.

42C’est l’intervention de l’Inspecteur d’Académie qui rendit possible la réalisation du projet. Le 14 mars 1888, il adressa une circulaire aux instituteurs vosgiens pour leur demander d’« établir l’état social de la commune à la fin du siècle dernier, son organisation, sa production agricole et industrielle ; [de] montrer les conditions de la vie à cette époque ; [de] constater ce qui était alors afin de permettre la comparaison avec ce qui est aujourd’hui118 ». C’était très exactement une « Statistique rétrospective, ou situation des communes vosgiennes à tous les points de vue en 1789 » qui était demandée aux maîtres d’école119. Un cadre de travail fut publié dans le Bulletin officiel de l’Instruction publique. Il comprenait cinq grandes divisions :

  1. État des personnes. – Clergé, noblesse, tiers état, biens, droits et revenus de chacun des ordres dans la commune, population, etc.
  2. État des terres. – Domaines royal et seigneurial : modes d’exploitation ; forêts ; formes diverses de tenure et d’amodiation de la terre, etc.
  3. Administration. – Finances, impôts, taille… justice ; instruction, etc.
  4. Agriculture ; industrie ; commerce ; cultures ; rendement des récoltes ; salaires, etc. ; voies de communication ; assistance publique.
  5. Monuments existant sur le territoire de la commune il y a cent ans120.
  • 121 Ibid., p. lxxi.

43En conséquence, « c’est surtout au point de vue statistique et économique que les auteurs se sont placés121 ». Ce choix d’une histoire-bilan, centrée sur l’année 1789 et privilégiant les aspects économiques, sociaux ou institutionnels, ne devait bien entendu rien au hasard. Une histoire événementielle de la Révolution au village – telle que la pratiquaient les curés conservateurs – aurait contraint les auteurs à s’appesantir sur les aspects les plus controversés de la période. Il était plus facile de prouver que la Révolution avait eu du bon en faisant l’impasse sur le récit des violences de la Terreur et de la déchristianisation (quand bien même on les jugeait inévitables et nécessaires). Et de fait, en dehors même de ces monographies suscitées, on ne trouvait guère, du côté des érudits progressistes, l’équivalent de cette historiographie cléricale relatant presque au jour le jour la vie d’une commune entre 1789 et l’arrivée au pouvoir de Bonaparte.

  • 122 Chevreux P., Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 1890, p. xl.
  • 123 Pour 580 communes que comprenait alors le département. Cependant, observait l’archiviste, beaucoup (...)

44Les instituteurs vosgiens se mirent donc à la tâche, fouillant les archives des mairies, consultant les dépôts publics et les bibliothèques. « Ils ont consacré à ces recherches une somme de travail considérable122. » Il en est résulté une collection de 344 notices123. L’archiviste départemental se réjouissait de ce qu’en « mettant en œuvre » l’ensemble des travaux, on pourrait présenter un état complet du département à la veille de la Révolution.

  • 124 Ibid., p. lxxii.
  • 125 Ibid., p. lxxii.
  • 126 Ibid., p. lxxii-lxxiii.
  • 127 « La mémoire des Suédois est encore exécrée au fond des hameaux lorrains » affirmait Paul Chevreux (...)
  • 128 Ibid., p. lxxiv.

45Trois domaines furent plus particulièrement explorés. La démographie d’abord. Les auteurs s’efforcèrent de calculer le nombre moyen de mariages pour 100 habitants, le nombre d’enfants par ménage, le taux de mortalité… On s’intéressa également beaucoup à l’histoire de l’instruction, notamment aux traités que les communautés passaient avec les maîtres d’école. Ces derniers, « obligés pour vivre d’exercer un métier, [étaient] soumis entièrement aux curés des paroisses et astreints à tout le service des églises124 ». Quant au « degré de science » qu’on acquérait dans ces pauvres écoles, « le nombre des croix apposées en guise de signatures par les époux nous fournit un sûr moyen pour l’apprécier125 ». Les monographies, enfin, fourmillaient d’indications relatives au salaire des journaliers, au prix des denrées, au rendement des récoltes, etc. Si le programme de l’inspection académique était axé sur la statistique pure, les instituteurs n’oublièrent pas d’évoquer ces « événements qui, [sous l’Ancien Régime], secouaient les peuples, et dont le contrecoup retentissait si douloureusement au fond des villages les plus reculés126 ». Il était beaucoup question des guerres, des famines, des pestes, dont les communes avaient conservé la trace dans leurs archives127. Enfin la plupart des monographies donnaient une copie des Cahiers de Doléances de 1789, « qui marquent l’éveil de la Liberté : plaintes à peine articulées d’abord, vœux timides souvent confus, humbles murmures d’opprimés, qui allaient si rapidement se développer, grandir, s’enfler, se charger en menace, et devenir une formidable clameur capable d’emporter un trône128 ».

  • 129 Neufchâteau, impr. de Gontier-Kienné, 1887.
  • 130 Neufchâteau, impr. de Gontier-Kienné, 1888.
  • 131 Saint-Dié, impr. de C. Dufays, 1889.
  • 132 Le paysan lorrain : histoire authentique d’une famille de laboureurs au XVIIIe siècle, Neufchâteau, (...)
  • 133 Tremsal M. [bibliothécaire-adjoint], « Rapport de la Commission d’histoire et d’archéologie », Ann (...)

46Une Commission spéciale fut chargée d’examiner l’ensemble de ces travaux. Vingt-cinq monographies figurèrent à l’Exposition universelle de Paris. Une dizaine furent primées. Le conseil général des Vosges vota un crédit de deux cents francs pour récompenser les instituteurs. La Société d’émulation, non seulement décerna un Diplôme d’honneur à l’ensemble des auteurs, mais, en outre, mit à la disposition de son comité d’histoire un crédit d’un montant équivalent à celui du conseil général. Furent ainsi décernées : trois médailles de vermeil, dix-sept médailles d’argent, trente-trois médailles de bronze et quarante-sept mentions honorables. La société exprima également le souhait que les communes fissent imprimer les monographies, et en distribuent des exemplaires aux habitants. Certaines municipalités (Châtel, Corcieux, Landaville) votèrent en effet l’impression. Ainsi Paul Pognon, auteur en 1887 déjà d’une Histoire communale de Landaville129, put-il publier une Annexe contenant diverses notes sur l’état d’une communauté rurale sous l’ancien régime, avec un tableau comparatif des impositions, charges et redevances annuelles réparties en 1783 et en 1888 à Landaville, d’après des documents inédits130. C. Froment édita sa monographie de Corcieux, agrémentée d’une conférence sur les bienfaits de la Révolution131. Il est à noter que plusieurs instituteurs vosgiens se lancèrent, au début de la décennie 1890, dans de nouvelles recherches imprégnées de la même idéologie progressiste que les monographies du Centenaire. Paul Pognon, par exemple, publia en 1891 l’histoire d’une famille de laboureurs au XVIIIe siècle132. Un commentateur observait que « c’est [dans le chapitre traitant de l’administration générale, des impôts, de la corvée, de la milice et des droits seigneuriaux] que l’on peut se rendre compte au juste et sur le vif des souffrances que les abus de l’ancien régime imposaient aux paysans […]. M. Pognon, qui aime à voir le progrès en toutes choses, se félicite de ce qu’il n’en est plus de même à notre époque133 ».

  • 134 Ibid., p. xxxix-xl.

47L’instituteur d’Igney, déjà couronné en 1889 pour un travail sur Saint-Ouën-les-Parey, réalisa quatre ans plus tard une Notice sur Serocourt dans laquelle il mettait constamment en regard la situation contemporaine et celle qui prévalait sous l’Ancien Régime. Il constatait les progrès réalisés en l’espace d’un siècle, et s’étonnait de ce que la population de la commune, dont l’effectif s’élevait, en 1851, à 477 habitants, n’en comptât plus que 270 au recensement de 1891 : « C’est donc avec raison que M. Chevalier termine son ouvrage en comparant la condition des personnes autrefois et aujourd’hui, et qu’il engage ses anciens élèves à ne pas quitter les champs et à se “contenter d’embellir le petit coin de terre que Dieu leur a donné”134. »

  • 135 Chevreux P., « Monographies communales de 1889 », art. cit., p. lxxv. On mentionnera encore Une Hi (...)

48Dans la conclusion du rapport fort élogieux qu’il consacra à la collection des notices du Centenaire, l’archiviste départemental exprimait la même idée : « En lisant au bas d’un acte tel que les Cahiers de 89 le nom d’un aïeul, le cultivateur s’arrêtera, ému et pensif. En comparant sa situation à celle des ancêtres, il comprendra la marche lente, mais incessante, du progrès humain. En sachant mieux l’histoire des jours tragiques, en voyant par quelles crises a passé son village et de quelles ruines il s’est relevé, il apprendra à ne jamais désespérer, il s’attachera davantage encore à cette vieille terre de France, où se retrempe sans cesse notre race, et il sentira grandir en lui l’amour du sol, la confiance dans le présent, l’espoir en l’avenir135. » Il est clair, ici, qu’une sourde inquiétude venait tempérer l’optimisme de l’auteur, qu’il aurait pourtant aimé faire partager aux habitants des villages. Le malaise qui frappait l’agriculture compromettait l’avenir de la France, de cette France paysanne trop facilement tentée par l’exode. Il s’agissait donc de montrer aux habitants qu’en dépit de cette conjoncture morose, la marche du progrès ne saurait s’interrompre. Mais il n’y avait pas d’avenir, pour les ruraux, en dehors du village. La publication des statistiques communales rétrospectives de 1889 s’inscrivait en fait dans un contexte caractérisé tout à la fois par le triomphe de l’idéologie progressiste et du régime qui l’incarnait, et par une crise de confiance qui frappait les élites, y compris républicaines. Pour saisir le sens et la portée de ce premier concours national de monographies de commune, il est nécessaire revenir sur ce contexte.

La province au Champ de Mars

  • 136 Cité par Gérard A., La Révolution française, mythes et interprétations, op cit., p. 67.
  • 137 Angenot M., 1889, un état du discours social, Montréal (Canada), Le Préambule, 1989, p. 586-587 ; (...)
  • 138 Mora C., « La diffusion de la culture dans la jeunesse des classes populaires en France depuis un (...)

49On rappellera d’abord l’immense travail de vulgarisation du savoir historique accompli à l’approche du centenaire de 1889, surtout du côté des républicains. Ces derniers entendaient « faire pénétrer jusqu’aux plus obscures bourgades l’âme rayonnante de la Révolution française » (Anatole de la Forge136). L’école, la publication de brochures ou d’ouvrages accessibles à un large public, la célébration de fêtes commémoratives, l’inauguration de statues, l’imagerie pédagogique furent autant de vecteurs de propagation de la doxa officielle137. La Ligue de l’enseignement se révéla particulièrement active. Elle désigna une Commission du centenaire dont l’un des objectifs était de publier des documents relatifs à la période révolutionnaire, tels que les Cahiers de Doléances. Ce matériau, utilisé dans le cadre de conférences populaires ou d’expositions municipales, devait permettre de relier l’histoire locale à celle de la nation138.

  • 139 Le Lot vu par ses maîtres d’école, op. cit., t. 3, p. 91 (instituteur de Francoulès).
  • 140 Ibid., p. 72 (instituteur de Calamane).
  • 141 Ibid., p. 47 (instituteur de Catus).
  • 142 Ibid., p. 39 (instituteur de Catus).
  • 143 Ibid., p. 39 (instituteur de Catus).
  • 144 Ibid., p. 44 (instituteur de Catus).

50Vouloir expliquer la Révolution française en prenant comme point de départ de la démonstration le déroulement de l’événement dans la sphère locale n’était pas une démarche particulièrement originale. En revanche, l’idée d’établir un bilan de l’Ancien Régime pour le comparer à celui du XIXe siècle finissant était directement liée à la célébration du centenaire de la prise de la Bastille. On ne saurait affirmer avec certitude quelle personnalité ou quelle institution proposa que cette statistique rétrospective fût réalisée par des instituteurs dans le cadre de monographies communales. Mais compte tenu de la nature des controverses qui, à cette époque, opposaient progressistes et conservateurs au sujet de la Révolution, il y avait là quelque chose d’assez évident. Les instituteurs du Lot, par exemple, dans leurs monographies de 1881, mettaient en regard deux états de leur commune à cent ans d’intervalle. Avant la « glorieuse époque de 1789139 », le paysan, « taillable et corvéable à mercy140 », était misérable ; privé des bienfaits de l’instruction, il croupissait dans l’ignorance. « La roue et le chevalet, […], les oubliettes, étaient là derrière pour comprimer ses plaintes141. » Cependant tout commença à changer avec la réunion des états généraux : « Il existe [entre le Catus d’il y a cent ans et le Catus d’aujourd’hui] autant de rapports qu’entre un champ en friche et un champ cultivé142. » Et à quoi, à qui faut-il attribuer tous les embellissements qui ont transformé un misérable hameau, un tas informe d’habitations basses en « une véritable bonbonnière » ? À la République : « C’est elle qui en faisant revivre la liberté ou en l’arrachant des griffes des maîtres despotes, a réédifié la fortune française143 » : « À mesure que les idées royalistes et les illusions sur la dynastie napoléonienne se dissipaient, les maisons s’accroissaient, l’activité se donnait de l’essor, les sentiers vicinaux s’amélioraient, des projets de route se formaient dans les esprits, l’industrie et le commerce brisaient les chaînes qui les liaient pour s’élancer vigoureusement, et avec l’intensité redoublante des sentiments égalitaires, tout se réveillait et se ranimait. La mort féodale était remplacée par la vie républicaine144. »

  • 145 Monin H., « Les sociétés savantes et le centenaire de 1789, lettre à Monsieur Ludovic Drapeyron »,(...)
  • 146 Ory P., « Le centenaire de la Révolution française », art. cit., p. 470.
  • 147 La Révolution française, 1886, 2, p. 296.
  • 148 La Révolution française, 1886, 1, p. 989.
  • 149 La Révolution française, 1887, 1, p. 857-862.
  • 150 Ory P., « Le centenaire de la Révolution française », art. cit., p. 470.

51Au début de l’année 1886, Hippolyte Monin, un agrégé d’histoire, suggéra que les sociétés savantes des départements dressent un état de la France en 1789 : « Non pas de la France en générale (la question peut paraître épuisée par d’excellents ouvrages), mais de la France par provinces, par pays, et même par villes et par localités145. » Les sociétés pourraient établir une bibliographie historique et géographique de chaque province, faire l’inventaire des ressources archivistiques, recueillir des renseignements de statistique agricole, industrielle, commerciale, lancer des concours sur l’état de la province ou d’une localité en 1789… Le premier mai de la même année, Monin défendit son projet d’inventaire rétrospectif au congrès des sociétés savantes146. Il se vit d’ailleurs confier un cours libre en Sorbonne portant sur l’état politique, administratif et social des généralités composant le ressort du parlement de Paris à la veille de la Révolution. Le ministre de l’Instruction publique Goblet approuva l’idée lors de l’assemblée générale de clôture du congrès des sociétés savantes147. Ce projet de « tableau comparatif de la France de 1789 et de la France de 1889 » figurait dans un exposé succinct du programme du Centenaire présenté le 10 mai 1886 au ministre du commerce et de l’industrie148. Le 14 février 1887 enfin, le ministre de l’Instruction publique envoya à toutes les sociétés savantes de France un « Projet de plan pour l’état descriptif d’une généralité ou d’une région de la France en 1789149 ». Ajoutons qu’en 1887, sur proposition d’Édouard Vaillant, une délibération du conseil de Paris convia toutes les communes à participer dans la capitale à un grand congrès préparatoire du Centenaire « pour établir le bilan du siècle150 ».

  • 151 Silverman D. L., « The 1889 Exhibition : The Crisis of Bourgeois Individualism », Oppositions (Ins (...)
  • 152 Rasmussen A., « La gauche et le progrès », dans Becker J.-J., Candar G. (dir.), Histoire des gauch (...)
  • 153 Angenot M., 1889, un état du discours social, op. cit., p. 593. Angenot observe cependant que la m (...)

52Il convient de préciser que les monographies d’instituteurs de 1889 furent réalisées non pas dans le cadre des cérémonies du Centenaire à proprement parler, mais à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris. Autant dire que ces petites enquêtes, destinées à mettre en relief un siècle d’amélioration des conditions matérielles d’existence dans les campagnes françaises, étaient tout à fait dans l’esprit de la grande manifestation qu’inaugura, le 6 mai 1889, le président Sadi Carnot. C’est en effet le progrès qui fut célébré, six mois durant, dans la capitale française : progrès des sciences, progrès de l’industrie, progrès du savoir, progrès social aussi151. La gauche libérale au pouvoir, qui se réclamait de l’héritage des Lumières et du positivisme, et dont la foi dans le progrès sous toutes ses formes constituait l’un des credo152, voulut offrir au monde l’image d’une nation vigoureuse, dynamique, capable, en dépit de ses déboires, d’audaces et de prouesses technologiques. Il s’agissait aussi, en pleine crise boulangiste, et alors que les adversaires monarchistes du régime n’avaient pas désarmé, de clamer la force de la République, d’établir le lien entre progrès matériel et progrès politique. 1789 n’avait pas seulement aboli les privilèges mais, en s’attaquant aux préjugés, ouvert la voie aux conquêtes de la science153.

  • 154 « Instruction générale [aux recteurs] pour la préparation de l’Exposition de l’enseignement primai (...)

53L’instruction publique se vit accorder une place de choix dans cette mise en scène du triomphe de la lumière sur l’obscurantisme. Et c’est dans la salle 13 de la galerie réservée à l’exposition scolaire, au premier étage du palais des arts libéraux, que furent exposées les monographies communales d’instituteurs. Les autorités centrales, lorsqu’elles fixèrent les modalités de la participation du corps enseignant à l’Exposition, ne donnèrent aucune consigne particulière relative à l’établissement de monographies de commune. La circulaire qu’Eugène Spuller, alors ministre de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-Arts, adressa aux Recteurs le 31 juillet 1887 ne mentionnait même pas ce type d’exercice parmi les « objets » pouvant contribuer à donner une « complète et fidèle représentation de notre enseignement primaire public ». Spuller distinguait trois classes d’objets : les installations matérielles des écoles, les méthodes et procédés d’enseignement, enfin les résultats de cet enseignement154. Le ministre, lorsqu’il précisait en quoi pourraient consister ces différentes catégories, notamment celle des « Résultats : spécimens collectifs et individuels du travail des maîtres et des élèves », ne suggérait à aucun moment la possibilité de monographies communales. Il évoquait des mémoires, notices ou documents pédagogiques (relatifs à la discipline, à la tenue matérielle de la classe, à la pédagogie proprement dite), des rapports statistiques, des règlements, etc., et ajoutait que « les plus intéressants des travaux des maîtres seront sans contredit les monographies des écoles ».

  • 155 Picard A. (éd.), Exposition universelle internationale de 1889 à Paris. Rapports du jury internati (...)
  • 156 L’élaboration de ces guides fut l’occasion d’une étroite collaboration entre les inspections acadé (...)

54Ce furent les Inspections académiques qui orientèrent les enseignants vers la confection de monographies historiques. Dans les expositions scolaires départementales, les travaux des maîtres se répartissaient habituellement entre matériau pédagogique, monographies d’école et monographies de commune. Le modèle fut reproduit dans le cadre de la grande Exposition parisienne. (Le Pas-de-Calais, par exemple, qui disposait, grâce à une subvention du conseil général, d’un stand particulier, avait organisé une exposition préliminaire à Arras : les visiteurs purent y admirer des cahiers-journaux, des cahiers de devoirs mensuels, des travaux à l’aiguille et des monographies communales155). Plusieurs inspecteurs rédigèrent ou firent rédiger156 des plans de monographie communale sous forme de questionnaire, ainsi que cela se pratiquait depuis une quinzaine d’années déjà.

  • 157 Certains dépôts d’archives en conservent quelques exemplaires. Un inventaire en a été dressé par M (...)
  • 158 Picard A. (éd.), Exposition universelle internationale de 1889 à Paris. Rapports du jury internati (...)

55Ces travaux furent donc exposés dans la salle 13 de la galerie de l’enseignement et du dessin. Si la plupart de ces monographies, dont certaines comportaient plusieurs centaines de pages, ont aujourd’hui disparu157, on peut se faire une idée de l’ampleur du travail accompli en se reportant au rapport du jury chargé de la distribution des récompenses158. Il est à noter que les collections de monographies couvraient parfois l’intégralité du territoire d’un département (Aisne, Marne, Meurthe-et-Moselle), ou encore d’une circonscription intermédiaire (la deuxième circonscription d’Angers, les six cantons de la circonscription de Quimper…). Par conséquent il est probable que ce furent les inspecteurs primaires qui décidèrent de la forme que devait revêtir la contribution, à l’Exposition universelle, des enseignants placés sous leur autorité (monographies d’école, statistiques communales, mémoires pédagogiques, comptes rendus d’excursions scolaires…).

  • 159 Manuel de l’instruction primaire (no 43, 26 octobre 1889).

56Si les centaines (ou milliers ?) de monographies réalisées à l’occasion du Centenaire ont connu le même sort que celles qu’avaient réalisées les instituteurs des Vosges, on peut supposer qu’elles ne furent pas jetées aux oubliettes après la clôture de l’Exposition le 6 novembre 1889. Le Manuel général de l’Instruction primaire, exprima d’ailleurs le souhait que les meilleurs travaux fussent publiés, et distribués dans les écoles : « La monographie locale serait lue non seulement par les enfants, mais surtout par les parents. Ils y suivraient volontiers le récit des événements auxquels leurs ancêtres ont assisté ou pris part ; ils y verraient les changements, les progrès accomplis peu à peu ; ils connaîtraient mieux la situation présente et s’intéresseraient aux moyens de l’améliorer encore159. »

  • 160 Les Cahiers du Châtillonnais ont récemment publié une série de monographies d’instituteurs écrites (...)
  • 161 Ihl O., La fête républicaine, op. cit., p. 208 sq. ; Georges J., « Le banquet des maires ou la fêt (...)
  • 162 L’expérience du boulangisme inaugura plusieurs décennies de réflexion sur la « foule » : Barrows S (...)
  • 163 Sur les différents aspects de la grande dépression agricole : Agulhon M. et al., Histoire de la Fr (...)
  • 164 Pour le volet rural de cet episode : Burns M., Rural Society and French Politics, op. cit., p. 57- (...)
  • 165 Une circulaire du ministre de l’Intérieur du 29 septembre 1878 évoquait ce projet. Deux ans plus t (...)
  • 166 Ibid., p. 201.
  • 167 119 maires se rendirent au Champ de Mars, soit 40 % de l’effectif potentiel (n’avaient été conviés (...)
  • 168 Voir le discours du président Sadi Carnot : « La République, Messieurs, cent ans après 1789, la Ré (...)
  • 169 Cinq cents maires firent le déplacement. Ihl O., La fête républicaine, op. cit., p. 211-212.

57Il est douteux, pourtant, que dans les départements où furent conservées des collections complètes – que redécouvrent, depuis quelques années, les amateurs d’histoire locale160 – les habitants des villages aient eu directement accès à cette littérature. Aussi bien ces travaux de statistique communale furent-ils d’abord destinés aux foules qui arpentèrent les galeries de l’Exposition. C’est cette exhibition au cœur même de la capitale d’une production intellectuelle censée faire ressortir l’identité de chaque terroir qui fait la spécificité du grand concours de 1889 (l’idée, nous allons le voir, sera reprise en 1900). Comme si on avait voulu faire converger la province à Paris. Rappeler que la ville lumière n’incarnait pas à elle seule le génie de la nation. Et, de ce point de vue, l’exposition monographique du Champ de Mars évoquait, dans sa symbolique, et toute proportion gardée, un autre événement, avec lequel elle coïncida chronologiquement : le pantagruélique banquet des maires du 18 août 1889161. Il s’agissait, dans chacun des deux cas, de convoquer et de mettre en valeur les périphéries rurales, cette France des bourgs et des villages qui, dans une période de fortes tensions sociales et politiques au cours de laquelle la République opportuniste put prendre la mesure du potentiel contestataire des foules urbaines162, incarnait la stabilité. Il faut en effet rappeler que l’Exposition universelle, qui voulut célébrer la marche en avant du progrès et le triomphe des valeurs de la République, fut inaugurée dans un contexte de crise. Crise économique d’abord : depuis quinze ans, l’agriculture souffrait d’une baisse générale du cours des denrées ; les rentiers du sol étaient confrontés à une diminution des revenus163. Crise politique ensuite, marquée surtout par l’agitation boulangiste164. Si l’idée d’organiser dans la capitale un grand banquet des maires commença à circuler dans les années 1870165, elle ne fut réalisée qu’en juillet 1888, à l’initiative du président du conseil, le radical Floquet. Ce dernier entendait « dresser la voix rassurante de la France des provinces contre la popularité parisienne du général Revanche166 ». Cette première expérience fut un échec relatif167. L’année suivante, Émile Chautemps, président également radical du conseil municipal de Paris, adressa une invitation à l’ensemble des maires de France. Cette fois encore, il s’agissait de réagir à la menace boulangiste. D’affirmer symboliquement la force et l’unité de la nation, qui désormais faisait corps avec la République168, en réunissant toutes ses composantes en un seul point. L’immense tablée des élus municipaux169 était censée offrir une image en réduction de la Patrie. C’est la même symbolique que dégageaient les collections de monographies communales exposées dans les vitrines du palais des arts libéraux.

58L’année 1889 ne fut pas seulement consacrée à la célébration béate du progrès et du triomphe des idées républicaine. Certes, la France provinciale, locale, agricole, enracinée, qui fut conviée à Paris n’était pas restée à l’écart de la modernité ; c’était précisément la raison d’être du concours de monographies que de démontrer, preuve à l’appui, que les petites patries villageoise avaient bénéficié d’un siècle de progrès économiques et sociaux. Mais les auteurs, ardents républicains pour la plupart, exprimèrent souvent une très vive inquiétude à l’égard des effets indésirables de ce progrès, synonyme d’amélioration des conditions de vie, certes, mais également de montée de l’individualisme, de l’immoralité. L’optimisme n’était que de façade. De cette crise morale, les monographies, celles des instituteurs en particulier, se firent largement l’écho.

Notes

1 Hippeau M., dans Revue des sociétés savantes, 1881, p. 44-45.

2 En 1883, Léon XIII, dans son Bref sur les études historiques, invitait le clergé à s’investir dans la recherche historique et à mettre en évidence l’action positive de la religion et de l’Église au cours des siècles.

3 Histoire populaire de Fontès (diocèse de Béziers) et de ses environs, Montpellier, typographie Grollier, 1878, p. ix-x.

4 Maurice A., L’histoire locale. Moyen d’apostolat rural, op. cit., avant-propos.

5 Germouty H., « Les monographies communales », art. cit. Ce texte date de 1905. Un membre de la Société d’histoire moderne se plaignit, lors d’une discussion consacrée, en octobre 1901, à l’organisation des études d’histoire locale, de l’esprit réactionnaire qui animait les curés et les châtelains du Maine : dans leurs monographies, la Révolution était assimilée à une entreprise de persécution. Bull. de la Soc. d’histoire moderne, 1901 (séance du 31 octobre 1901, intervention de Paul Mautouchet).

6 Bigot-Valentin P., Histoire populaire de Fontès (diocèse de Béziers), op. cit., p. vii-ix. L’abbé Corentin Parcheminou terminait la préface de son histoire de Saint-Nic [Finistère] pendant la Révolution par cette phrase : « Et l’on verra que cette Révolution que nous dévoilent les documents locaux est quelque peu différente de celle qui est proposée à l’admiration des enfants du XXe siècle » (Parcheminou C., Une paroisse cornouaillaise pendant la Révolution : Saint-Nic, ses monuments religieux, Quimper, impr. cornouaillaise, 1930, p. 9).

7 Milbach S., Prêtres historiens, op. cit., p. 226 sq. et 242-243.

8 Abbadie F. [président de la Société de Borda], préface à Daugé C., Habas, op. cit.

9 C’est ce que disait, parmi beaucoup d’autres, l’abbé Eugène Martin dans l’avant-propos de Comment faire une monographie de village, op. cit., p. 1.

10 Milbach S., Prêtres historiens, op. cit., p. 256.

11 Fromentin C.-A., Hesdin, op. cit., préface.

12 « Dieu voulait sans doute faire expier dès cette vie ses crimes à ce misérable, qui vécut encore deux années, malgré ses affreuses douleurs, pour demeurer un exemple de la punition divine et l’effroi de ses compagnons d’impiété » (Barraud J., « Monographie d’une paroisse du marais de Luçon (Vendée) », Revue historique de l’Ouest, 1894, p. 724). Même chose chez l’abbé Aubert à propos d’un incendie, attribué à la vengeance de Dieu, qui, en janvier 1794, détruisit tous les biens de deux patriotes de Juvigny (Aubert A., Monographie de la commune de Juvigny, op. cit., p. 118). L’abbé Olivier, pourtant très méfiant à l’endroit des fantaisies de la « mémoire populaire », s’appuyait sur la tradition locale pour suggérer que la mort épouvantable, et en apparence accidentelle, de treize anciens Jacobins de Chatel-sur-Moselle avait toute l’apparence d’une punition divine (Olivier C., Chatel-sur-Moselle pendant la Révolution, op. cit., p. 240-241).

13 L’expression est de Sylvain Milbach.

14 Bouvier H., « Histoire de Monéteau (Yonne) », Bull. de la Soc. des sc. hist. et naturelles de l’Yonne, 1897, p. 6.

15 Sur les fausses nouvelles de la Restauration : Ploux F., De bouche à oreille. Naissance et propagation des rumeurs dans la France du XIXe siècle, Paris, Aubier, 2003, p. 173-177.

16 Gibson R., « The French Nobility in the Nineteenth Century », art. cit. et Corbin A., Le village des cannibales, op. cit.

17 Sur cet épisode fascinant : Pairault F., « Anticléricalisme et bonapartisme dans les Charentes : les troubles religieux de 1868 », Revue de la Saintonge et de l’Aunis, t. XIX, 1993, p. 83-11 ; Corbin A., Le village des cannibales, op. cit., p. 27-29 ; Bercé Y.-M., Croquants et nu-pieds. Les soulèvements paysans français du XVIe au XIXe siècles, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1991, p. 266-274 ; Ploux F., De bouche à oreille, op. cit., p. 206-210.

18 Chun S-Y., La propagande républicaine et la question paysanne, op. cit., p. 243 sq.

19 Halévy D., La fin des notables, tome 2, La République des ducs, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 1995, p. 34-35.

20 Rolin I., La commune de Limésy, op. cit., p. viii.

21 Meyranx L.-B., Bastide de Cazères-sur-l’Adour de 1314 à 1887, histoire locale écrite conformément à la lettre-circulaire de Mgr1’évêque d’Aire et de Dax adressée à son clergé, 1887, Dax, H. Labèque, 1894. La dîme, légitime en son principe, expliquait l’abbé Élie, était très modérée (Elie J., Histoire de la paroisse de Saint-Contest, op. cit.).

22 Fromentin C.-A., Hesdin, op. cit., p. 10.

23 Le Cerf R., « Le général d’une paroisse bretonne », Revue de Bretagne et de Vendée, 1888, 2, p. 56.

24 Parcheminou C., Une paroisse cornouaillaise pendant la Révolution, op. cit., not. p. 32.

25 Larrondo H.-D., Une commune rurale avant la Révolution, op. cit., p. 36. L’abbé P. Grégoire comparait le poids de l’impôt avant et après la Révolution, pour conclure à un effroyable accroissement de la ponction fiscale (Grégoire P., Paroisse et commune de Gorges, op. cit.). Mêmes lamentations sur le poids de l’impôt dans Abbé Bigot-Valentin, Histoire populaire de Fontès, op. cit. Sur le thème de l’impôt dans les monographies paroissiales : Milbach S., Prêtres historiens, op. cit., p. 245-246.

26 Fromentin C.-A., Hesdin, op. cit., p. 55.

27 Grégoire P., Paroisse et commune de Gorges, op. cit.

28 Barraud J., « Monographie d’une paroisse du marais de Luçon (Vendée) », art. cit., p. 719. Même évocation de cette familiarité entre seigneurs et paysans dans Rieu de Maynadié M. du, « La seigneurie de Jayac en Sarladais », Bull. de la Soc. hist. et archéol. du Périgord, 1902, t. 29, p. 540.

29 Larrondo H.-D., Une commune rurale avant la Révolution, op. cit., p. 306-332.

30 Goustat A., « La Linde et les libertés communales à La Linde », art. cit.

31 Ibid., p. 78.

32 Larrondo H.-D., Une commune rurale avant la Révolution, op. cit., passim.

33 Saint-fort Rondelou J., « Le général de la paroisse de Saint-Julien de Vouvantes », Revue historique de l’Ouest, 1895, 1, p. 420-448.

34 Larrondo H.-D., Une commune rurale avant la Révolution, op. cit.

35 Barraud J., « Monographie d’une paroisse du marais de Luçon (Vendée) », art. cit., p. 722.

36 Pour de la Chesnaie, rédacteur de la chronique provinciale de La Croix, l’histoire locale était un excellent moyen de rappeler le souvenir de ces siècle où l’Église était prépondérante ; elle inclinait les âmes nouvelles à s’inspirer des bons exemples du passé (dans Abbé Maurice, L’histoire locale. Moyen d’apostolat rural, op. cit.).

37 L’abbé Basset consacra plusieurs pages de sa monographie de Chaussenac à la description du bonheur qui régnait dans les foyers (Basset J., Paroisse de Chaussenac : notice historique, op. cit., p. 183 sq.).

38 L’abbé Meyranx faisait l’éloge des grandes communautés familiales associant plusieurs ménages placés sous l’autorité de lou meste et de la daoune. « Hélas ! Ce gouvernement essentiellement patriarcal tend à disparaître de jour en jour. Les petites ambitions excitées et entretenues par ce qu’on est convenu d’appeler le progrès dans l’instruction, dans les goûts, même dans certains nouveaux besoins que des habitudes étrangères à la vie rurale ne cessent de faire naître dans les campagnes, jettent la division dans les ménages. Le fils et le gendre se jalousent, l’autorité du père est méconnue ; la mère est trop simple dans ses habitudes, trop gênante, trop sévère dans sa conduite. » Meyranx L.-B., Bastide de Cazères-sur-l’Adour, op. cit.

39 Rolin I., La commune de Limésy, op. cit., p. 201-217.

40 Ibid., p. 201.

41 Ibid., p. 202.

42 Ibid., p. 205.

43 Ibid., p. 212.

44 Ibid., p. 210-211.

45 Ibid., p. 209.

46 Ibid., p. 213.

47 Daugé C., Habas, op. cit. ; Gabard T., Histoire de la paroisse de Saint-Aubin-de-Baubigné, op. cit. ; Meyranx L.-B., Bastide de Cazères-sur-l’Adour, op. cit.

48 Grégoire P., Essais historiques sur la paroisse de Sucé, op. cit., p. 41.

49 Grégoire P, Paroisse et commune de Gorges, op. cit., p. 53.

50 El Gammal J., « L’utilisation électorale du passé. 1885-1898 », Revue historique, CCLXV, 1981, p. 103-130.

51 Ibid., p. 105. Voir encore : Bensoussan D., Combats pour une Bretagne catholique et rurale. Les droites bretonnes dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 2006, p. 208-215.

52 El Gammal J., Politique et poids du passé dans la France « fin de siècle », Limoges, Presses universitaires de Limoges, 1999, p. 513-588.

53 El Gammal J., « La mémoire de la Révolution au XIXe siècle », dans Becker J.-J., Candar G. (dir.), Histoire des gauches en France, vol. 1, L’héritage du XIXe siècle, Paris, La Découverte, coll. « Poche », 2005, p 135-151. Christian Amalvi propose, dans Amalvi C., « La Révolution française », dans Duclerc V., Prochasson C., Dictionnaire critique de la République, Paris, Flammarion, 2007, p. 559-569, une périodisation en cinq étapes de la construction d’une mémoire républicaine de la Révolution après 1815.

54 Grégoire P., Paroisse et commune de Gorges, op. cit., p. 93.

55 Basset J., Paroisse de Chaussenac : notice historique, op. cit., p. 100 et 102.

56 Dubourg P., La paroisse de Layrac de 1789 à 1911. Mémoires recueillis par M. l’abbé P. Dubourg, Villeneuve-sur-Lot, imp. Renaud Leygues, 1913.

57 Ibid., p. 6

58 Ibid., p. 47.

59 Amalvi C., « La Révolution française », art. cit., p. 265. Sur le 14 Juillet au village : Vallin P., « Fête, mémoire et politique : les 14 Juillet en Limousin (1880-1914) », Revue française de science politique, 32, 6, 1982, p. 949-971 ; Ihl O., La fête républicaine, op. cit., p. 134-179.

60 Sur la question des représentations du passé dans la culture paysanne, voir les réflexions et les hypothèses d’Alain Corbin dans Corbin A., Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu. 1798-1876, Paris, Flammarion, 1998, p 179-201.

61 Barraud J., « Monographie d’une paroisse du marais de Luçon (Vendée) », art. cit., p. 724.

62 Rolin I., La commune de Limésy, op. cit., p. 251. Jean-Marie Déguignet rapportait dans ses mémoires qu’en 1848, « Il y avait encore des vieux [à Ergué-Gabéric (Finistère)] qui avaient vu l’autre révolution, la grande (ar Révolution vras), et qui se souvenaient du nom de Robespierre. Ce souvenir seul leur faisait peur, autant que le souvenir des chouans et des chauffeurs (ann domerien). De ces derniers, il y en avait encore trois ou quatre richards dans la commune qui avaient de quoi s’en souvenir : ils portaient aux jambes et plus haut des marques significatives » (Déguignet J.-M., Histoire de ma vie. L’intégrale des Mémoires d’un paysan bas-breton, Le Relecq-Kerhuon, Éditions An Here, 2001, p. 81-82).

63 Le commissaire de la République envoyé dans les Côtes-du-Nord écrivait en juillet 1848, qu’il lui avait fallu « guérir les populations des campagnes de cette terreur odieuse qu’on leur avait inspirée contre la république nouvelle, sœur cadette, leur disait-on, de la république de 93 et devant dépasser en horreur les crimes de la sœur aînée ». Cité par Tudesq A.-J. dans Les grands notables en France : 1840-1849 : étude historique d’une psychologie sociale, Paris, Presses universitaires de France, 1964, p. 1003.

64 Agulhon M., La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la IIe République, Paris, Le Seuil, 1979, p. 198 et suiv.

65 Le Lot vu par ses maîtres d’école, op. cit., t. 3, p. 74.

66 La tradition des gwerziou fait exception. Laurent D., Aux sources du Barzaz-Breizh : la mémoire d’un peuple, Douarnenez, Ar Men, 1989.

67 La rumeur fut l’un des principaux vecteurs de la perpétuation de la légende napoléonienne entre les Cent Jours et la Seconde République (Ploux F., De bouche à oreille, op. cit., p. 125-182). Cependant, ainsi que l’a démontré Bernard Ménager, l’image et la bimbeloterie contribuèrent aussi à la propagation de cette mythologie (Ménager B., Les Napoléon du Peuple, Paris, Aubier, 1988, p. 15-83).

68 Fabre D., « Une culture paysanne », dans Burguière A., Revel J. (dir.), Histoire de la France. Les formes de la culture, Paris, Le Seuil, 1993, p. 196.

69 Sébillot P., Le Peuple et l’Histoire, Paris, Imago, 1986 [1904-1906 pour l’édition originale], p. 183-197.

70 Fabre D., « Une culture paysanne », art. cit., p. 196. Sur l’imprécision de la restitution dans les cultures orales, peu propices à la reproduction verbatim : Goody J., « La mémoire dans la tradition orale », dans Pouvoirs et savoirs de l’écrit, Paris, La Dispute, 2007, p. 51-78.

71 Corbin A., Les cloches de la terre, op. cit., not. p. 25 sq.

72 Bertout L., Les Cloches imprenables. Épisode de la Révolution à Saint-Cornier-des-Landes (Orne). 1793-1794, Paris, imprimerie des apprentis orphelins, 1887.

73 Le Lot vu par ses instituteurs, op. cit., t. 3, p. 58-59.

74 Huard R., Le Mouvement républicain, op. cit., p. 62.

75 Orain A., « Monographies de trois communes du canton Sud-Ouest de Rennes », Revue de Bretagne et de Vendée, 1910, 2, p. 259 et 261.

76 Chartier R., « Représentations et pratiques : lectures paysannes au XVIIIe siècle », dans Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Le Seuil, 1987, p. 223-246.

77 Lefeuvre F., Revue de Bretagne et de Vendée, 1884, p. 158. Sur le rôle de la chanson dans la transmission de la mémoire révolutionnaire : Skinner J., « Une mémoire orale de la Révolution ? Le jacobinisme des Montagnards de l’arrondissement d’Apt en décembre 1851 », dans L’espace et le temps reconstruits : la Révolution française, une révolution des mentalités et de la culture ?, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 1990, p. 273-279.

78 Le chanoine Eugène Sol en fournit de très nombreux exemples : Sol. E., La révolution en Quercy (1788-1791), Paris, Picard, 1930-1932.

79 Ploux F., « Luttes de factions à la campagne. L’exemple du Lot au XIXe siècle », Histoire et Sociétés Rurales, no 22, 2e semestre 2004, p. 105-136.

80 Ploux F., « Insultes au village (Haut-Quercy, XIXe siècle) », dans Bouchet T., Leggett M., Vigreux J., Verdo G., L’Insulte (en) politique. Europe et Amérique latine du XIXe siècle à nos jours, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2005, p. 41-51.

81 La commune de Pourrières, dans la haute vallée de l’Arc, conserva un siècle le souvenir d’un conflit lié aux usages de l’eau (Martinelli B., « Eau, politique et usage en Basse-Provence [Pourrières, haute vallée de l’Arc] », Le Monde alpin et rhodanien, 1985, 4, p. 151-176).

82 Briquet J.-L., La tradition en mouvement. Clientélisme et politique en Corse, Paris, Belin, 1997.

83 Dans un intéressant travail consacré aux conflits politiques de la Seconde République dans la commune de Rodès (Pyrénées-Orientales), Peter McPhee suggère, mais sans vraiment développer ce point, qu’il y eut continuité entre les événements de la Révolution et les luttes de 1848-1849 (Mc Phee P., « On Rural Politics in 19th Century France. The Example of Rodès, 1789-1851 », Comparative Studies in Society and History, XXIII, 1981, p. 248-277). Le même auteur souligne, dans sa thèse sur les Pyrénées-Orientales, le poids d’une mémoire collective – familiale ou villageoise – de la période révolutionnaire en 1848. Mais il n’est pas très précis sur la question des modalités de transmission de cette mémoire (Mc Phee P., Les semailles de la République dans les Pyrénéesorientales. 1848-1852, Perpignan, Les Publications de l’Olivier, 1995, p. 175-216). On fera le même reproche à Pierre Vallin, qui affirme qu’à Compreignac la Révolution fut commentée, discutée, narrée pendant des dizaines d’années aux cours des veillées hivernales, « les communautés de village constituant « les cadres sociaux de la mémoire ». Un siècle plus tard, la tradition est encore très vivace ». Hypothèse intéressante, mais qui n’est pas vraiment démontrée (Valin P., « Fête, mémoire et politique : les 14 Juillet en Limousin », art. cit.).

84 « Aucune tradition n’existe au point de vue communal. » Bernot L., Blancart R., Nouville, un village français, Paris, Éditions des archives contemporaines, 1995 [1953], p. 322.

85 Quelques informateurs rapportaient des faits locaux transmis par les « vieux » (le passage de Louis-Philippe dans la contrée) mais qui étaient purement anecdotiques. Mentionnons encore cet exemple, rencontré dans le cadre d’une recherche sur la rumeur. Le régicide Louvel avait séjourné à Mantes en 1806. Après l’assassinat du duc de Berry, en 1820, le bruit circula dans ce pays que le prince, quatorze ans plus tôt, avait frappé Louvel, dont le geste aurait été une vengeance tardive de cet affront. Ce faux bruit résista aux démentis officiels et se figea en une légende que recueillit, au tout début du XXe siècle, un érudit local (Ploux F., De bouche à oreille, op. cit., p. 40).

86 G. Dupin entendit étant jeune de vieilles paysannes d’Allemans [Dordogne] lui raconter « l’espoubento » du mois d’août. Dupin G., « La période révolutionnaire à Allemans », La Révolution française, 1888, 2, p. 46-54.

87 Jean-Clément Martin observe que beaucoup de massacres perpétrés en Vendée étaient oubliés de la population à la fin du XIXe siècle, avant que le clergé ne les rappelle à la mémoire collective (Martin J.-C., « La Vendée, région-mémoire. Bleux et blancs », dans Nora P. (éd.), Les lieux de mémoire, op. cit., t. 1, p. 531). Voir en particulier l’exemple du massacre des Lucs : Martin J.-C., Lardière X., Vendée 1794. Le massacre des Lucs, Geste Éditions, 1992. C’est dès 1852 que l’évêque de Mende demanda à son clergé de collecter la mémoire de la Révolution (Cabanel P., « La révolte des inventaires », dans Chantin J.-P., Moulinet D., La Séparation de 1905, Les hommes et les lieux, Paris, Éditions de l’Atelier, p. 91-108).

88 Gérard A., La Révolution française, mythes et interprétations. 1789-1970, Paris, Flammarion, 1970, p. 66-67.

89 La plupart des auteurs s’en tenaient pratiquement à cette seule source, notamment : Villermont de, « Histoire de Chierry et de sa municipalité sous la Révolution et l’Empire », Annales de la Soc. hist. et arch. de Château-Thierry, 1884, p. 93-10 ; Parcheminou C., Une paroisse cornouaillaise pendant la Révolution, op. cit., passim. Dans « La Vie Villageoise à Voutenay pendant la Révolution et l’empire », l’abbé Poulaine reproduisit, presque sans les commenter, les informations qui figuraient sur les registres de délibérations de cette commune (Bulletin de la Société d’études d’Avallon, 1909, p. 261-289).

90 Son travail, rappelons-le, était antérieur d’au moins quarante ou cinquante ans à la plupart des monographies qui abordaient la période révolutionnaire. Quatrebarbes T. de, Une paroisse vendéenne sous la Terreur, op. cit., passim. L’abbé Guilloux fut le seul historien de notre corpus à délibérément « laisser de côté les renseignements traditionnels que les passions locales ont peut-être altérées, [pour] s’attacher aux seuls documents écrits ». Guilloux J.-M., Languidic pendant la Révolution, Vannes, Lafolye, 1893, p. 1.

91 Quelques-uns se montraient prudents. L’historien de Chaillé-sous-les-Ormeaux rapportait quantité de récits relatifs aux guerres de Vendée, mais s’interrogeait sur la part de la légende dans ces traditions villageoises ou familiales. Le passage de la duchesse de Berry dans la région donna également lieu à un grand nombre de récits dont il doutait de l’authenticité (Bocquier E., « Monographie de Chaillé-sous-les-Ormeaux », Annuaire départemental de la Soc. d’émul. de la Vendée, 1900-1904).

92 Rollin I., La commune de Limésy, op. cit., p. 245.

93 Basset J., Paroisse de Chaussenac, op. cit., p. 107-108.

94 Dujarric-Descombes L.-A., « La commune de Celles sous la Révolution », Bulletin de la Soc. hist. et archéol. du Périgord, t. 44, 1917, p. 213.

95 Souligné par l’auteur. Franc C., préface à Grégoire V., « Les Échaubrognes », Revue historique de l’Ouest, 1899, t. XV, p. 199. S’il interrogeait les vieillards, c’est parce qu’ils avaient connu l’Ancien Régime : « Je voudrais aussi, écrivait-il dans l’avant-propos de sa monographie, pendant qu’il en est temps encore, mettre par écrit les souvenirs recueillis de la bouche des vieillards qui, devenus rares déjà, m’ont, dans ma jeunesse, parlé de ce qu’ils avaient vu de ce vieux monde au moment où il allait s’écrouler sous les efforts de la Révolution, et qui avaient pu le connaître avant qu’on brisât le moule où l’avaient jeté nos pères » (ibid., p. 201).

96 À l’image de l’abbé Jean-Marie Guilloux, historiographe de Languidic [Morbihan], qui prétendait avoir écrit « une étude impartiale », « une œuvre sincère ». Guilloux J.-M., Languidic pendant la Révolution, op. cit., p. 1

97 Rollin I., La commune de Limésy, op. cit., p. 227-310.

98 Milbach M., Prêtres historiens, op. cit., p. 258 et suivantes.

99 Quatrebarbes, T. de, Une paroisse vendéenne sous la Terreur, op. cit., passim.

100 Guilloux J.-M., Languidic pendant la Révolution, op. cit., p. 45.

101 Grégoire P., Paroisse et commune de Gorges, op. cit.

102 Dujarric-Descombes L.-A., « La commune de Celles sous la Révolution », art. cit, p. 209.

103 Grégoire P., Essais historiques sur la paroisse de Sucé, op. cit. À Merville [Haute-Garonne], c’est Jean-Joseph Monestié, lieutenant du juge dans la commune en 1789, qui fut le propagateur des idées révolutionnaires et tint la localité dans un état de perpétuelle agitation (Larrondo H.-D., Une commune rurale avant la Révolution, op. cit.). À Languidic [Morbihan], c’est l’instituteur Guilhaume Kerhouant, ouvrier du port de Lorient dont l’abbé Guilloux raillait l’orthographe plus qu’approximative, qui joua le rôle du méchant (Guilloux J.-M., Languidic pendant la Révolution, op. cit., passim). Les paroissiens de Saint-Nic [Finistère] furent impliqués dans le schisme à leur corps défendant (Parcheminou C., Une paroisse cornouaillaise pendant la Révolution, op. cit., p. 21).

104 Ce thème était peut-être emprunté à Mgr Freppel. On sait le succès et l’influence de sa Révolution française, publiée d’abord en feuilleton dans la Gazette de France et dans La France nouvelle. L’évêque d’Angers fixa une interprétation conservatrice de la Révolution dont on trouvait de nombreux échos dans les monographies paroissiales. Vivie-Régie de, « Une commune rurale sous la Révolution. Lévignac (Lot-et-Garonne) », Revue de l’Agenais, 1905, p. 123 ; Basset J., Paroisse de Chaussenac, op. cit.

105 Basset J., Paroisse de Chaussenac, op. cit., not. p. 100, 103 et 105.

106 Ibid., p. 104.

107 Vivie-Régie de, « Une commune rurale sous la Révolution », art. cit. « À Lavignac, comme partout, pendant la Révolution, le pouvoir n’appartint qu’aux élus d’une infime minorité » (p. 126).

108 Grégoire P., Essais historiques sur la paroisse de Sucé, op. cit. L’abbé Élie faisait l’éloge de la population de Saint-Contest [Calvados], restée chrétienne dans ces circonstances tragiques (Élie J., Histoire de la paroisse de Saint-Contest, op. cit.).

109 Guilloux J.-M., Languidic pendant la Révolution, op. cit., p. 42 (nos italiques).

110 Même si les auteurs réservaient aux laïques leurs plus violentes diatribes. L’esprit de corps tempérait quelque peu la critique. L’abbé Dubourg, d’habitude si brutal, réclamait un peu d’indulgence à l’égard des curés jureurs qui, mal renseignés, acceptèrent, avant de se rétracter, la Constitution civile du clergé (Dubourg P., La paroisse de Layrac de 1789 à 1911, op. cit., p. 83). Voir encore Rolin I., La commune de Limésy, op. cit.

111 Meyranx, L.-B., Bastide de Cazères-sur-l’Adour, op. cit.

112 Vivie-Régie de, « Une commune rurale sous la Révolution », art. cit., p. 131.

113 « Histoire communale », Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 1883, p. 369-396.

114 Ibid., p. 369.

115 Ibid., p. 372.

116 Ibid., p. 369.

117 Cité par Chevreux P. [Archiviste départemental], « Monographies communales de 1889 », Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 1891, p. lxviii.

118 Cité par Chevreux P., « Monographies communales de 1889 », art. cit., p. lxix.

119 Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 1890, p. xl.

120 Cité par Chevreux P., « Monographies communales de 1889 », art. cit., p. lxxi. Le programme original était beaucoup plus détaillé.

121 Ibid., p. lxxi.

122 Chevreux P., Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 1890, p. xl.

123 Pour 580 communes que comprenait alors le département. Cependant, observait l’archiviste, beaucoup de ces communes n’avaient pas d’individualité distincte avant 1789 ; la réunion de plusieurs d’entre elles ne formait alors qu’une seule communauté, qu’un seul ban ; il n’y avait qu’une seule notice à établir pour chaque ban, et « dans ces conditions les 344 monographies terminées comprennent à peu près toutes les communes du département, et le nombre des lacunes et peu considérable ». Chevreux P., « Monographies communales de 1889 », art. cit., p. lxix-lxxx.

124 Ibid., p. lxxii.

125 Ibid., p. lxxii.

126 Ibid., p. lxxii-lxxiii.

127 « La mémoire des Suédois est encore exécrée au fond des hameaux lorrains » affirmait Paul Chevreux (ibid., p. lxxiii).

128 Ibid., p. lxxiv.

129 Neufchâteau, impr. de Gontier-Kienné, 1887.

130 Neufchâteau, impr. de Gontier-Kienné, 1888.

131 Saint-Dié, impr. de C. Dufays, 1889.

132 Le paysan lorrain : histoire authentique d’une famille de laboureurs au XVIIIe siècle, Neufchâteau, impr. de Gontier-Kienné, 1891.

133 Tremsal M. [bibliothécaire-adjoint], « Rapport de la Commission d’histoire et d’archéologie », Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 1893, p. xxxvi.

134 Ibid., p. xxxix-xl.

135 Chevreux P., « Monographies communales de 1889 », art. cit., p. lxxv. On mentionnera encore Une Histoire contemporaine d’une commune des Vosges : Châtel-sur-Moselle qui complétait le Châtel avant la Révolution de 1789 du même auteur (Decelle A., Châtel avant la Révolution de 1789, Épinal, impr. H. Fricolel, 1889 et Histoire contemporaine d’une commune des Vosges, Châtel-sur-Moselle, de 1789 à 1892, suivie d’une notice sur les établissements industriels existant à Nomexy, Épinal, impr. de E. Busy, 1892).

136 Cité par Gérard A., La Révolution française, mythes et interprétations, op cit., p. 67.

137 Angenot M., 1889, un état du discours social, Montréal (Canada), Le Préambule, 1989, p. 586-587 ; Ory P., « Le centenaire de la Révolution française », dans Nora P. (éd.), Les lieux de mémoire, op. cit., t. 1, p. 470. Nous regrettons de ne pas avoir pu consulter le travail de Brenda Nelms dont aucune bibliothèque publique française ne semble avoir fait l’acquisition : Nelms B., The Third Republic and the Centennial of 1789, New-York-Londres, Garland Publishing, 1987.

138 Mora C., « La diffusion de la culture dans la jeunesse des classes populaires en France depuis un siècle : l’action de la Ligue d’Enseignement », dans Niveaux de culture et groupes sociaux (Actes du colloque du 7 au 9 mai 1966, École normale supérieure), Paris-La Haye, Mouton, 1967, p. 247-261.

139 Le Lot vu par ses maîtres d’école, op. cit., t. 3, p. 91 (instituteur de Francoulès).

140 Ibid., p. 72 (instituteur de Calamane).

141 Ibid., p. 47 (instituteur de Catus).

142 Ibid., p. 39 (instituteur de Catus).

143 Ibid., p. 39 (instituteur de Catus).

144 Ibid., p. 44 (instituteur de Catus).

145 Monin H., « Les sociétés savantes et le centenaire de 1789, lettre à Monsieur Ludovic Drapeyron », Revue de géographie, t. 18, 9e année, 1886, p. 148-149.

146 Ory P., « Le centenaire de la Révolution française », art. cit., p. 470.

147 La Révolution française, 1886, 2, p. 296.

148 La Révolution française, 1886, 1, p. 989.

149 La Révolution française, 1887, 1, p. 857-862.

150 Ory P., « Le centenaire de la Révolution française », art. cit., p. 470.

151 Silverman D. L., « The 1889 Exhibition : The Crisis of Bourgeois Individualism », Oppositions (Institute for architecture and urban studies), 1977, 8, p. 77-91.

152 Rasmussen A., « La gauche et le progrès », dans Becker J.-J., Candar G. (dir.), Histoire des gauches en France, op. cit., p. 342-361. Le Progrès était, dans les années 1800, un maître mot du vocabulaire républicain (Prost A., « La Contribution de l’école primaire républicaine à l’identité française », dans Haupt H.-G., Müller M. G., Woolf S. (eds), Regional and National Identities in Europe in the XIXth and XXth Centuries, La Haye, Kluwer Law International, 1998, p. 262-263).

153 Angenot M., 1889, un état du discours social, op. cit., p. 593. Angenot observe cependant que la mise en relation du progrès scientifique et de la chute de la monarchie restait implicite dans le cadre de l’Exposition, qui se voulut rassembleuse. En revanche le rapport Picard affichait clairement la volonté de concilier l’histoire des conquêtes politiques et celle de la révolution industrielle (Rickelynck X., dans Rebérioux M. (dir.), Mise en scène et vulgarisation : l’Exposition universelle de 1889, Paris, Les Éditions Ouvrières, Le Mouvement social, no 149, octobre-décembre 1989).

154 « Instruction générale [aux recteurs] pour la préparation de l’Exposition de l’enseignement primaire publique (Classe VI), à l’Exposition universelle de 1889 », 31 juillet 1887.

155 Picard A. (éd.), Exposition universelle internationale de 1889 à Paris. Rapports du jury international. Classe 6 – Éducation de l’enfant – Enseignement primaire. Enseignement des adultes, Paris, imprimerie nationale, 1891, p. 109.

156 L’élaboration de ces guides fut l’occasion d’une étroite collaboration entre les inspections académiques et les sociétés d’émulation. Le questionnaire distribué dans l’Aisne fut confectionné par la Société de géographie de Laon.

157 Certains dépôts d’archives en conservent quelques exemplaires. Un inventaire en a été dressé par M. Gilbert Delbrayelle, qui a enquêté auprès des services d’Archives départementales (http://pagesperso-orange.fr/delbrayelle/monographies_des_instituteurs.htm).

158 Picard A. (éd.), Exposition universelle internationale de 1889 à Paris. Rapports du jury international, op. cit., p. 446-455. Ce rapport, curieusement, s’inspire directement d’un article (signé U. A.) du Manuel de l’instruction primaire (no 43, 26 octobre 1889).

159 Manuel de l’instruction primaire (no 43, 26 octobre 1889).

160 Les Cahiers du Châtillonnais ont récemment publié une série de monographies d’instituteurs écrites en 1888, sans doute dans le cadre de l’Exposition universelle.

161 Ihl O., La fête républicaine, op. cit., p. 208 sq. ; Georges J., « Le banquet des maires ou la fête de la concorde républicaine », dans Corbin A. et al. (dir.), Les usages politiques des fêtes aux XIXe et XXe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 159-167 ; et du même auteur, « 1889 : la République entre mystique et politique. Les réponses des maires à l’invitation au banquet organisé par le conseil municipal de Paris », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1991, p. 488-503.

162 L’expérience du boulangisme inaugura plusieurs décennies de réflexion sur la « foule » : Barrows S., Miroirs déformants. Réflexions sur la foule en France à la fin du XIXe siècle, Paris, Aubier, 1900.

163 Sur les différents aspects de la grande dépression agricole : Agulhon M. et al., Histoire de la France rurale, op. cit., t. 3, p. 359 sq.

164 Pour le volet rural de cet episode : Burns M., Rural Society and French Politics, op. cit., p. 57-117.

165 Une circulaire du ministre de l’Intérieur du 29 septembre 1878 évoquait ce projet. Deux ans plus tard, le conseil municipal de la ville de Paris en reprit l’idée. Cependant il n’était encore question que de convier les édiles des principaux chefs-lieux (Ihl O., La fête républicaine, op. cit. p. 210).

166 Ibid., p. 201.

167 119 maires se rendirent au Champ de Mars, soit 40 % de l’effectif potentiel (n’avaient été conviés que les maires des chefs-lieux de département, d’arrondissement et de canton). Ibid., p. 210.

168 Voir le discours du président Sadi Carnot : « La République, Messieurs, cent ans après 1789, la République est devenue la France même ». Discours prononcé par M. Carnot au banquet des maires le 18 août 1889. Texte reproduit dans Zevort E., Histoire de la Troisième République, Paris, Alcan, 1896-1901, vol. IV, p. 324-326.

169 Cinq cents maires firent le déplacement. Ihl O., La fête républicaine, op. cit., p. 211-212.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540