Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une mémoire de papier

 | 
François Ploux

Chapitre 6. Une France des petites patries rurales

Texte intégral

C’est le clocher de mon baptême :
L’enfant qui n’aime pas le sien
Sera très-mauvais citoyen
Et n’aimera rien que lui-même
(Victor de Laprade, La petite patrie, 1877)

1Ce n’est pas par hasard que l’étude des communes rurales, qui prit son essor autour des années 1840, connut un succès croissant dans le dernier tiers du XIXe siècle. Au cours de cette période, la France changea de visage : l’urbanisation s’accéléra, la population devint plus mobile, les campagnes commencèrent à se dépeupler… Et ces transformations suscitèrent, dans les classes dirigeantes, une très vive anxiété. Les notables provinciaux, les membres du clergé catholique, les représentants des différentes fractions de la bourgeoisie s’accordaient, avec un bel unanimisme, pour déplorer le dépérissement de la France des terroirs. L’apologie de la ruralité et du local, de la civilisation paysanne et de l’enracinement, fut, surtout après 1870, l’un des dénominateurs communs de l’idéologie dominante.

2Les historiens de village adhéraient pleinement à ce système de valeurs. Conscients d’assister à la décomposition d’un monde qu’ils idéalisaient, ils en éprouvaient une très vive nostalgie. Seulement l’historiographie locale fut davantage qu’un simple prétexte aux récriminations contre les méfaits de la mobilité résidentielle, du centralisme et de l’urbanisation. Les érudits voulurent faire de la monographie l’instrument de la diffusion, dans les masses rurales, des valeurs localistes et agrariennes. Une fois franchi le mitan du siècle, c’est presque systématiquement à un lectorat populaire qu’ils s’adressèrent. L’historiographie villageoise atteignit son apogée au moment précis où s’achevait l’alphabétisation de la France paysanne. Et ce n’était pas, là non plus, pure coïncidence. Les érudits locaux voulurent apprendre aux habitants des campagnes à mieux connaître et donc à mieux aimer leur village. Ceci afin de les soustraire au champ d’attraction des villes. En développant chez eux un patriotisme de clocher, ils espéraient les enchaîner à leur commune.

3Cependant le village n’était jamais désigné que comme la « petite patrie » du paysan. C’est-à-dire une molécule, une alvéole, au sein de la grande patrie française. La rhétorique de l’enracinement que développaient les monographes était fondée sur le principe de l’emboîtement des sphères d’appartenance. Le patriotisme local ne pouvait se concevoir indépendamment du patriotisme national qui l’englobait et lui donnait sens. Cette thématique de la double citoyenneté était censée conjurer le risque, inhérent à l’intégration nationale, de l’affaiblissement des attaches locales. Il s’agissait de fabriquer des Français (puisqu’aussi bien c’était l’histoire de France qu’on relatait dans les monographies), mais des Français enracinés dans leurs terroirs.

L’intégration nationale par le bas

Une parcelle de la France

  • 1 Gleyrose P., Petrucia-Peyrusse, op. cit., p. vii.
  • 2 Ibid., p. 5 et p. 152.
  • 3 Voguë L. de, « Rapport sur le concours de monographies communales », art. cit., p. 75.
  • 4 « La commune de Béon », Bull. de la Soc. des sciences hist. et naturelles de l’Yonne, 1888, 42e vo (...)
  • 5 Carissan E., à propos d’une monographie de commune, Revue de Bretagne et de Vendée, 1865, p. 419-4 (...)
  • 6 Caze A., « Une commune rurale et une commanderie au Moyen Âge », Mémoires de l’Académie impériale (...)
  • 7 Laurent M., « Rapport sur le concours d’histoire », Mémoires de la Soc. d’agric. de la Marne, 1905 (...)

4« Notre petite commune, écrivait en 1901 l’historiographe de Peyrusse-le-Roc [Aveyron], n’a été qu’une des mailles de ce réseau de communes rurales qui sont le fondement et la base de la Nation, sans lesquelles la France ne serait pas ce qu’elle est, et à la vitalité de laquelle elles ont toutes contribué sans qu’il soit possible de faire le départ de leur action individuelle1. » La commune rurale, ajoutait l’auteur, cette « minuscule entité », « cité maternelle » et « petite patrie » du paysan, est comme la « quarante millième partie de l’État français2 ». Le comte Louis de Voguë assimilait les communes aux cellules primitives du pays3. P. Vial, qui publia en 1888 une courte monographie de Béon [Yonne], expliquait pour sa part avoir voulu étudier un « atôme [sic] de l’histoire générale de notre pays4 ». En ayant recours à des images empruntées aux sciences de la vie, les historiens de village entendaient signifier que l’élément vital du grand organisme national résidait dans les campagnes. À propos des communes, un érudit breton évoquait ces « véritables molécules organiques dont l’ensemble constitue la nation ; leur examen attentif à travers le passé peut seul faire bien saisir la vie générale du grand corps auquel elles appartiennent5 ». La commune la plus modeste, écrivait encore un érudit toulousain « est une molécule intégrante de la nationalité6 ». En 1905, un membre de la Société d’agriculture de la Marne affirmait « qu’on retrouve, dans le village, l’élément premier et constitutif du vaste organisme national. La fonction du village dans l’ordre politique ne diffère pas sensiblement du rôle de la cellule dans le règne végétal et dans le règne animal. Le village est une cellule qui a sa vie propre, qui naît, évolue, grandit ou dépérit, qui éprouve tour à tour le bien-être et la calamité, qui voisine aussi avec d’autres cellules liées à elle par des liens d’une commune solidarité, de telle sorte qu’élaborer l’histoire du village, c’est, pour ainsi dire, préparer par le procédé de l’analyse microscopique l’histoire anatomique de la terre française7 ».

  • 8 Leroy L., Les éphémérides communales. Le livre d’or de la France, Paris, Imp. E. Capiomont et Cie, (...)
  • 9 « Discours prononcé à la séance de la Société d’émulation des Vosges le 17 décembre 1885 par M. Ed (...)
  • 10 Marius Simon, un docteur en droit qui, en 1914, publia un plan de monographie communale, soutenait (...)
  • 11 Catalan A. de, Projet de Livre historique des communes, Saint-Quentin, Impr. Ch. Poëtte, 1881.
  • 12 Gleyrose P., Petrucia-Peyrusse, op. cit., p. 2.

5Toutes les images utilisées pour définir ou caractériser la commune rurale la désignaient comme une parcelle, une subdivision de la nation française, une « fraction du pays tout entier8 », un « coin de terre nationale9 ». La commune était la « petite patrie » des agriculteurs, c’est-à-dire une communauté d’appartenance encapsulée dans la nation. L’expression suggérait l’existence d’une relation d’emboîtement entre le village (la partie) et la France (le tout). Cependant la commune était davantage qu’une particule élémentaire du grand corps national10. Chaque commune était une France en miniature, une France en réduction. Le « diminutif de la patrie11 ». Voici par exemple comment Paul Gleyrose, auteur déjà mentionné de la monographie de Peyrusse-le-Roc, décrivait le territoire de cette localité : « Par sa configuration elle rappelle avec une certaine fidélité le profil de la France. La commune de Naussac qui la limite à l’ouest, figure très exactement les contours de l’Atlantique, du golfe de Gascogne aux côtes de Bretagne et à Cherbourg. La limite du nord par la commune de Sonnac représente avec un peu plus d’échancrure les rivages du détroit de la Manche. La Belgique au nord-est est représentée par la commune des Albres. Les frontières de l’Allemagne, de la Suisse et de l’Italie sont figurées par la commune de Galgan et la commune de Druhle rappelle les lignes formées par le golfe du Lion et la chaîne des Pyrénées12. »

  • 13 Voir sur cette question les travaux d’Anne-Marie Thiesse, en particulier : Thiesse A.-M., Ils appr (...)

6Les auteurs qui définissaient la commune comme une petite France ne faisaient que décliner une thématique très en vogue sous la Troisième République. L’assimilation de la France à une mosaïque d’entités territoriales emboîtées offrant chacune un condensé des richesses et des beautés de la grande patrie était un leitmotiv du discours patriotique13. Les anciennes provinces, les départements, et donc les communes rurales, étaient ainsi désignés comme des espaces d’appartenance intermédiaires.

7La littérature monographique chercha à populariser cette conception en abyme de la citoyenneté, dont on observera en passant qu’elle était parfaitement adaptée au système de division du travail intellectuel qui prévalait dans le monde de l’érudition. Il s’agissait en premier lieu d’apprendre aux paysans à mieux connaître et à mieux apprécier la France, mais sans atténuer pour autant la vigueur des attaches locales. On voulait fabriquer des Français capables d’éprouver simultanément leur inscription dans deux sphères d’appartenance superposées : la commune et la France. Les monographes aimaient aussi rappeler que ces deux formes de patriotisme (l’attachement à la petite patrie locale et l’amour de la grande patrie), loin d’être incompatibles, se renforçaient mutuellement.

8Mais, d’autre part, la description miniaturisée et fragmentée de la France qui était au principe de la production monographique devait contribuer à la mise en valeur d’une France rurale et locale que menaçait l’avènement de la civilisation urbaine.

L’école primaire de la démocratie

9Sous la Troisième République, la valorisation des appartenances locales faisait l’objet d’un très large consensus au sein des classes dirigeantes. Si des divergences pouvaient se faire jour quant à la manière de relater l’histoire du village, personne ne contestait cette identification de la commune rurale à la petite patrie du paysan. L’idée s’était imposée comme l’un des principaux topiques de l’idéologie localiste, en particulier chez les républicains. Il n’en avait cependant pas toujours été ainsi. Sous la Seconde République et sous le règne de Napoléon III, la gauche antimonarchiste considérait plutôt l’existence des petites entités administratives comme un obstacle à l’émancipation des ruraux et à leur intégration à l’espace national. C’est seulement après 1870 que la municipalité rurale devint, pour les fondateurs de la République, l’école de la citoyenneté, et la commune celle du sentiment national. Le ralliement de la gauche à l’idéologie communaliste explique le développement spectaculaire de l’historiographie villageoise dans le dernier tiers du XIXe siècle. Il nous faut par conséquent retracer brièvement l’histoire de ce basculement.

  • 14 Principes de politique, Paris, Guillaumin, 1872 [1815], chap. xii (« Du pouvoir municipal et des a (...)
  • 15 Voir par exemple, de Fiévée J., « Réflexions sur la Constitution à venir, relatives aux biens de C (...)
  • 16 Voir notamment son intervention dans le débat sur la loi électorale : Œuvres complètes de M. de Bo (...)
  • 17 Ibid.

10Sous le règne du premier Bonaparte déjà, et davantage encore sous la Restauration, dans le contexte intellectuel d’une réhabilitation des solidarités territoriales que la Révolution n’avait cessé de fustiger, plusieurs auteurs affirmèrent la possibilité d’une articulation harmonieuse des appartenances locales et du sentiment national. Le patriotisme « véritable », écrivait Benjamin Constant, naît dans les localités14. La droite contre-révolutionnaire, en réaction contre le despotisme impérial, fit du nécessaire affranchissement des communes l’un de ses thèmes de prédilection15. Pour Bonald, c’est sur ce vestige d’un ordre politique aboli, encore assimilé à une grande famille, qu’il fallait rebâtir une société menacée dans ses fondements par la montée de l’individualisme abstrait16. Et s’il encensait la petite commune paysanne, c’était aussi pour faire l’apologie de la ruralité (« cet asile des mœurs naïves, des travaux innocents, de la vie frugale, de la modération des désirs17 ») et d’une société où les relations de patronage s’organiseraient dans le cadre de collectivités villageoises unanimes et solidaires.

  • 18 En particulier à l’occasion du débat autour de la Loi Laîné : Rosanvallon P., Le sacre du citoyen. (...)
  • 19 Ozouf-Marignier M.-V., « Centralisation et lien social », art. cit. Sous le ministère Martignac, c (...)

11D’accord avec les ultras pour dénoncer les ravages du centralisme bureaucratique, leurs adversaires n’eurent de cesse de mettre en garde contre les dangers que pouvait présenter l’enfermement des ruraux dans les petites cellules paroissiales. La bourgeoisie libérale avait parfaitement conscience de ce que les formes traditionnelles de domination étaient d’autant plus efficaces qu’elles pouvaient s’appuyer sur les structures communales ou paroissiales. C’est la raison pour laquelle les porte-parole de cette mouvance étaient hostiles au vote à la commune18. C’est pourquoi aussi, dans les controverses relatives à la décentralisation administrative, ils préconisaient un renforcement de l’autonomie du canton, subdivision intermédiaire à l’intérieur de laquelle l’influence de la bourgeoisie montante des petits chefs-lieux était censée neutraliser celle des grands propriétaires fonciers19.

  • 20 La Réforme du 19 octobre 1848, cité par Riemenschneider R., « Décentralisation et régionalisme au m (...)
  • 21 Ibid.
  • 22 « S’il y a quelque chose de sacré et de respectable au monde, c’est l’individualité communale. C’e (...)
  • 23 Ibid, p. 431-437.
  • 24 Lettre aux cultivateurs, Nantes, impr. de L. Guiraud, 1849, p. 25-26. Joigneaux développait dans se (...)
  • 25 Texte cité par Vigreux M., Paysan et notables du Morvan au XIXe siècle, Château-Chinon, Académie d (...)

12La controverse rebondit en 1848 à l’Assemblée constituante. Les républicains s’opposaient catégoriquement au principe d’un renforcement de l’autonomie des communes, une mesure que réclamait au contraire la droite conservatrice. « Les légitimistes, affirmait un journaliste de la Réforme, voudraient soumettre les campagnes à une influence toute paroissiale, exercée par le curé et le seigneur du lieu ; ils voudraient qu’on leur donnât en apparence 40 000 petites républiques, et en fait 40 000 fiefs électoraux20. » La Réforme demandait la création de municipalités cantonales en lieu et place des municipalités de commune ; il s’agissait en fait de démanteler les structures de la domination notabiliaire au village. Le National proposait de son côté une politique de fusion des petites communes rurales21. Odilon Barrot, précisément parce qu’il redoutait que l’établissement de municipalités cantonales ne favorise la petite bourgeoise radicale au détriment des grands notables traditionnels, intervint à la tribune de l’Assemblée, le 20 octobre 1848, pour défendre le caractère sacré de l’individualité communale22. Deux ans plus tard les députés de la Montagne soumettaient à la représentation nationale, par l’intermédiaire des néo-babouvistes Benoît et Charassin, un projet de « commune agrandie ». Le but avoué de cette réforme était de vider de leur substance et la commune – dominée par les hobereaux et par le clergé séculier – et le département, dont l’administration était contrôlée par les grands notables23. Pour les démocrates-socialistes de la Seconde République, c’est à l’intérieur de la commune que s’exerçaient les formes les plus traditionnelles de domination. Dans sa Septième lettre aux cultivateurs, consacrée à la question du lieu du vote – elle était cruciale depuis que les paysans étaient citoyens à part entière – Pierre Joigneaux décrivait la commune comme ce microcosme où les autorités sociales, parce qu’elles vivaient au contact des agriculteurs pauvres, pouvaient aisément pratiquer l’art du patronage, cette forme sournoise d’oppression dont le militant « rouge » s’efforçait de dévoiler la réalité crue24. Dans un texte de propagande intitulé « Une commune », l’instituteur Pierre Malardier, autre figure importante du mouvement démoc-soc, dénonçait l’assujettissement des municipalités rurales aux grands propriétaires fonciers25.

  • 26 Ferry J., La lutte électorale en 1863, Paris, Dentu, 1863.
  • 27 Ibid., p. 40.

13L’expérience malheureuse du Second Empire alimenta, chez les républicains, cette image noire de la commune rurale. S’ils s’en prenaient surtout à la pratique administrative autoritaire du régime (les maires étaient nommés par le préfet, et pouvaient être pris en dehors du conseil élu), l’émiettement extrême des circonscriptions était censé avoir fait le lit du despotisme. Dans une brochure fameuse publiée au lendemain des législatives de 1863, Jules Ferry pourfendait l’omnipotence des maires, véritables petits despotes au service du pouvoir impérial ; usant de la menace et de la séduction, ils manipulaient un électorat apathique26. Il faut imputer à la disqualification de l’électeur rural le discrédit qui frappait alors la commune, cette « molécule électorale », ce « paysan collectif, végétant dans la pauvreté et la dépendance27 ».

  • 28 Sur ce point : Hazareesingh S., From Subject to Citizen, op. cit., chap. iv (« Republican Municipa (...)
  • 29 La démocratie, Paris, F. Chamerot, 1860, p. 244.

14Cependant, dans la critique de la bureaucratie autoritaire qui se fit jour sous l’empire, et fédéra après 1860 les oppositions au régime, se constitua, au sein du camp républicain, une doctrine municipaliste prônant l’émancipation communale dans le cadre d’un État centralisé28. Une partie de la gauche avait compris que le maintien sous tutelle des communes ne pouvait que favoriser l’apathie politique (supposée) des paysans, et qu’a contrario une vie municipale active serait une excellente école de démocratie et de responsabilité civique. « La commune, écrivait par exemple Étienne Vacherot, est ou du moins doit être l’école où le citoyen fait son éducation. C’est un petit État où les questions de gouvernement et d’administration, où les luttes de partis se produisent dans de moindres proportions29. »

  • 30 Huard R., « “Rural”. La promotion d’une épithète et sa signification politique et sociale des anné (...)
  • 31 Chun S.-Y., La propagande républicaine et la question paysanne au début de la Troisième République (...)
  • 32 Discours de Lille du 6 février 1876 (Reinach J., Discours et plaidoyers politiques de M. Gambetta,(...)
  • 33 C’est l’un des thèmes développés dans le grand discours de Paris du 23 avril 1875 (Reinach J., Dis (...)
  • 34 Hazareesingh S., « The Société d’Instruction Républicaine and the Propagation of Civic Republicani (...)
  • 35 Hazareesingh S., « The Société d’Instruction Républicaine », art. cit. Pour Jacquillon, La Républi (...)
  • 36 Ibid.
  • 37 Manuel Républicain, Paris, Germain-Baillière, 1872, p. 23. Pierre Rosanvallon observe que dans les (...)

15Les résultats du plébiscite du 8 mai 1870, et davantage encore ceux des législatives du 8 février 1871 firent douter le camp républicain de la capacité des paysans à se comporter en citoyens éclairés et responsables. Le temps n’était pas encore venu d’encenser les ruraux : dans la bouche et sous la plume des républicains, « rural » était alors une épithète infamante30. C’est la ville qui incarnait l’ouverture intellectuelle et la maturité politique. Mais, dès le printemps 1871, ayant pris conscience de ce que le nouveau régime n’avait d’avenir qu’à condition de rallier l’électorat paysan, les républicains changèrent de stratégie. Gambetta fixa les grandes lignes du programme de la gauche dans son discours du 26 juin 1876. La propagande républicaine était désormais axée sur la célébration de la ruralité, qu’on s’efforça de débarrasser de ses connotations péjoratives, et sur la nécessité d’éduquer les paysans à la politique31. On sait que Gambetta, qui interprétait le triomphe des républicains aux législatives de février 1876 comme l’aboutissement d’une lutte pluriséculaire des communes pour leur émancipation32, fit de la vie démocratique locale l’un des principaux vecteurs du désenclavement intellectuel des campagnes et de l’intégration des paysans à la nation. La désignation des membres du Sénat – ce « Grand Conseil des Communes françaises » – par les délégués municipaux devait notamment accélérer ce processus, en facilitant la pénétration des débats nationaux dans l’enceinte des conseils élus (c’est en tout cas l’argument qu’utilisa Gambetta pour convaincre ses amis d’accepter le compromis institutionnel de 187533). C’est dans ce contexte que la doctrine du municipalisme refit surface. Le thème de l’apprentissage du débat, du vote, de la citoyenneté au sein des institutions municipales fut notamment développé par la Société d’Instruction Républicaine de Jules Barni, qui organisait des conférences, éditait un journal et publiait des brochures34. La politique locale n’était plus définie comme l’antithèse de la « grande » politique, de la politique noble ; elle n’était plus systématiquement associée à la mesquinerie du paysan incapable de s’élever au-dessus de ses intérêts égoïstes. La propagande républicaine s’efforçait au contraire d’expliquer aux paysans le fonctionnement des institutions, ou la signification de notions abstraites telles que l’intérêt général, la démocratie et le patriotisme, en s’appuyant sur leur expérience concrète de la vie politique au village. Pierre Joigneaux assimilait par exemple le député au conseiller municipal, le président de la République au maire35. La commune, affirmait Ordinaire, est une image de la république en réduction. Une nation en miniature ajoutait Pierre Lefranc36. Dans son Manuel républicain, Jules Barni soutenait que la commune, « point de départ de cette vaste association qui constitue une nation […] est comme l’alvéole de l’État. On pourrait dire aussi avec justesse que la commune est l’image abrégée de l’État, ou que l’État est l’image agrandie de la commune […]. Chaque commune se gouverne elle-même ; elle est comme une petite république dans la grande37 ».

L’apprentissage du national par le local

  • 38 Et aussi sur l’histoire, c’est-à-dire la grandeur passée de la France (Keylor W. R., Academy and C (...)
  • 39 Aini que l’a montré Anne-Marie Thiesse. Thiesse A.-M., Ils apprenaient la France, op. cit, p. 4-14 (...)
  • 40 Discours de Gambetta, vol. 5, p. 91-94. Cité par Bleton-Ruget A., « Gambetta et la République des p (...)
  • 41 Thiesse A.-M., Ils apprenaient la France, op. cit, p. 3.

16Il est important d’observer qu’au moment même où les républicains tentaient une réhabilitation politique de la commune rurale, et aussi d’une paysannerie qu’ils n’avaient cessé de dénigrer sous l’empire, le traumatisme de Sedan provoquait une inflexion du discours patriotique, désormais axé sur la célébration des petites patries locales38. Le municipalisme républicain, qui définissait la commune comme une démocratie en miniature, entra en résonance avec une idéologie localiste dont l’argument principal résidait dans l’assimilation de la province, du département ou du village à une France en réduction. L’idée, certes, n’était pas totalement neuve. Cependant la thématique des petites patries locales gagna en importance après 187039. Dans son discours d’Avignon du 9 février 1876, Gambetta déclarait par exemple que « la commune qui est la meilleure, la plus intime réduction de la patrie, où se trouvent resserrées les plus intimes affections qui viennent de la naissance, de la famille et des relations les plus anciennes et les plus durables, c’est le berceau, le foyer et la tombe, tous ses souvenirs et tous ses intérêts40 ». Exalter la suprématie militaire, économique et culturelle de la France eût été quelque peu incongru au lendemain de la déroute de ses armées et après qu’elle avait subi l’amputation d’une partie de son territoire. Une nouvelle définition de la France fut proposée, écrit Anne-Marie Thiesse, « plus modeste », qui établissait l’excellence du pays « sur le rassemblement harmonieux de tous les éléments nécessaires au bonheur humain41 ». L’insistance du discours patriotique à souligner l’infinie variété des richesses locales traduisait une forme de renoncement (provisoire) à l’expansionnisme. Il s’agissait aussi – mais nous y reviendrons – de déplacer le centre de gravité symbolique de la nation vers les périphéries provinciales, et de minorer la contribution de Paris à l’identité de la France.

  • 42 Ibid., passim.
  • 43 Ou, comme chez l’historien de Vieuxvy-sur-Couesnon [Ille-et-Vilaine], du local par le national. En (...)
  • 44 Monographie de la commune de Saint-Loubès, op. cit. La formule était reprise partout. « L’étude des (...)
  • 45 Baudry J., « Saint-Mars-la-Jaille et ses anciens seigneurs », Revue de Bretagne et de Vendée, 1908 (...)
  • 46 Lettre-préface de A. E. André (Inspecteur de l’enseignement primaire à Reims) à Maussenet E. [inst (...)
  • 47 « Les monographies communales », op. cit.
  • 48 « Sans doute il y a des exceptions », admettait-il : beaucoup d’ouvriers des villes, les nomades, (...)
  • 49 Germouty H., La Maurienne. Notices historiques et géographiques par les instituteurs de la circons (...)

17Anne-Marie Thiesse a mis en évidence la dimension pédagogique du discours sur les petites patries, omniprésent dans la littérature scolaire42. Or, précisément, les monographies de village, et pas seulement celles des instituteurs, s’inscrivaient dans cette perspective d’un apprentissage du national par le local43. « L’amour du clocher, affirmait déjà A. de Comet en 1869, est le berceau de l’amour de la patrie44. » En 1907, le curé de Saint-Mars-la-Jaille [Loire-Inférieure] qualifiait l’« esprit de patriotisme local » de « pure essence du patriotisme national45 ». Sous la Troisième République, les historiens du terroir ne cessaient de répéter que l’amour de la grande patrie et les sentiments d’affection à l’égard de la petite patrie, loin d’être antinomiques, se renforçaient mutuellement. « L’étude de la patrie locale est l’école primaire du patriotisme » écrivait un Inspecteur dans son introduction à une monographie d’instituteur : elle contribue aussi à fortifier l’amour du clocher, du foyer familial et de la vie rurale46. Son collègue Henri Germouty développait la même idée en 1903 dans l’avant-propos d’un recueil de monographies communales rédigées par les instituteurs de la Maurienne, et encore en 1905 dans un article méthodologique publié dans Le Volume47. « Chacun sait » que nous avons deux patries expliquait-il : la France et notre province « d’origine48 ». Il est de notre devoir de connaître l’histoire de l’une comme celle de l’autre. En effet l’histoire locale complète admirablement l’histoire de France : elle la rend plus concrète, plus vivante, plus intelligible et « beaucoup plus intéressante ». Les événements passés, pris en eux-mêmes, nous laissent parfois bien froids ; ils sont si éloignés de nous ; mais ils prennent un tout autre caractère dès lors que nous les rapprochons de quelques traces, de quelques vestiges répandus dans la contrée qui nous entoure. « Dans ces conditions, il convient de mettre en relief, dans chaque province, les événements communs à l’histoire de France et à l’histoire locale. » Le local, on le voit, n’avait de sens, n’avait de légitimité, que dans la mesure où il était mis au service du national. La monographie de village était un outil pédagogique : elle permettait de rendre les enseignements « plus concrets et plus locaux » ; de « réchauffer l’histoire de France » ; de faire pénétrer « jusque dans les hameaux les plus reculés » les acquis des sciences historique et géographique. Car dans un système démocratique, les connaissances ne pouvaient pas être l’apanage d’une élite (Germouty précisait tout de même que le paysan n’avait « besoin que de connaître l’essentiel49 »).

  • 50 Abbé Bigot-Valentin, Histoire populaire de Fontès (diocèse de Béziers) et de ses environs, Montpel (...)
  • 51 Lettre-préface d’H. Monin, professeur d’histoire, à Toulouze E., Histoire d’un village ignoré (Bal (...)

18L’histoire locale, et par conséquent la monographie de village, étaient censées rendre l’histoire générale plus concrète, et donc plus accessible : « C’est en voyant, jour par jour, le jeu des institutions sur un théâtre restreint, qu’on peut les apprécier, expliquait le curé de Fontès [Hérault]. Voilà le rôle des monographies, seules capables de vulgariser la connaissance du passé. Un traité ex professo rebuterait par son aridité, tandis que le peuple se laisse facilement enchanter par les récits naïfs de ses propres annales50. » « Plus nous localiserons l’histoire, lisait-on encore dans la préface d’une monographie, mieux nous en ferons pénétrer les précieux enseignements. La petite patrie ne peut faire oublier la grande : elle la fait au contraire aimer davantage51. »

  • 52 Pour Jules Ferry, l’unité française pouvait trouver, dans les appartenances locales, une multitude (...)
  • 53 Legoux J., Histoire des Chapelles-Bourbon, Paris, Dupont, 1886, avant-propos.

19La nation était perçue comme un concept beaucoup trop abstrait pour le peuple fruste des campagnes, incapable d’éprouver d’emblée l’amour de la grande Patrie. Il fallait par conséquent expliquer au jeune paysan ce que pouvait signifier aimer la France en s’appuyant sur son expérience concrète de l’appartenance au village52. D’où l’insistance à vouloir définir la commune comme une France en réduction. En tirant parti de la vigueur des attaches territoriales, on pouvait développer, chez les jeunes paysans – par un mouvement de dilatation – le sentiment national : « Ce qu’il faut développer, en effet, chez [les enfants], c’est l’amour de la Patrie, grand mot qui représente une idée noble entre toutes, mais qui a besoin, en quelque sorte, d’être matérialisée, afin que leur jeune intelligence puisse la comprendre. Pour remplir ce programme, il ne suffit pas de leur apprendre l’histoire de France dans sa généralité, il faut encore leur enseigner, d’une façon spéciale, l’histoire de cette petite famille qui a un nom : la Commune, l’histoire du coin de terre où ils sont nés et où ils sont le plus souvent destinés à vivre53. »

  • 54 Larive A., Honneur à mon pays natal, op. cit., postface.
  • 55 « Abbaretz. Monographie historique et archéologique », Annales de la Soc. acad. de Nantes, 1898, p (...)

20La monographie de commune fut l’instrument de cet apprentissage du national par le proche. À une époque où le thème de l’enracinement était omniprésent dans l’idéologie nationaliste, l’amour du sol natal apparaissait comme la source et la condition du patriotisme. « Notre seul but, écrivait André Larive en conclusion de son étude sur Moy-en-Vermandois [Aisne], publiée en 1909, a été de faire connaître et aimer davantage le sol qui nous a vu naître. Nous avons cherché à ce qu’en lisant ce récit on sente palpiter l’âme de ceux qui ne sont plus, afin que nous ayons tous une affection plus profonde pour cette terre, où des milliers de malheureux paysans, nos ancêtres, ont vécu, aimé, souffert et lutté, plus âprement que nous, hélas ! Avant de retomber dans l’oubli éternel. C’est l’amour de la petite Patrie que nous avons voulu réveiller, afin qu’il rejaillisse un peu sur la grande Patrie, sur la France enfin, que nos aïeux ont faite grande et forte pour la gloire de ses enfants54. » À l’image de l’abbé Guillotin de Corson dans la conclusion de son travail sur Abbaretz [Loire-Inférieure], les historiens d’église ajoutaient une nuance religieuse à cette thématique des deux patries : « Pour bien aimer la grande Patrie il faut affectionner la petite ; pour s’intéresser à la prospérité, à la gloire de la France, il est nécessaire de préférer à toute autre, nous ne disons pas seulement la province, mais encore la paroisse où vit notre famille, où nous apprîmes, encore enfant, à aimer Dieu et notre pays. De cet amour du clocher natal naît le véritable attachement aux grands intérêts de la Patrie55. »

21La définition de l’appartenance nationale que les historiens du terroir s’efforçaient d’homologuer dans leurs travaux était donc fondée sur le principe de l’inscription des individus dans deux sphères emboîtées et indissociables : leur commune et la France. Cette citoyenneté à double détente était censée conjurer le risque, inhérent à l’intégration nationale, d’un affaiblissement des attaches locales, prélude au déracinement.

Une France aux trente-six mille facettes

Un observatoire du local

  • 56 Abbadie F., préface à Daugé C., Habas, op. cit.

22L’idéologie des petites patries, en caractérisant la nation comme une synthèse parfaite des particularismes locaux, confortait les auteurs de monographies dans l’idée que leur travail était légitime et nécessaire. Écrire l’histoire d’une commune, c’était apporter une modeste contribution à l’élaboration de l’histoire de France. Selon François Abbadie, préfacier de la monographie d’Habas [Landes] que publia en 1906 le curé de Beylongue, et lui-même auteur d’un ouvrage sur Dax, il y aurait deux manières de concevoir l’histoire locale. L’histoire d’un village, d’abord, captive le lecteur par des détails particuliers « qui ne sauraient trouver leur place ailleurs » ; elle est avant tout l’histoire des générations qui se sont succédé sur un même coin de terre, qui y ont vécu de la même vie, qui y reposent à l’ombre du même clocher. Par conséquent, « elle a son caractère propre » et, considérée dans ce qui fait sa spécificité, ne peut guère intéresser que les seuls habitants de la localité. Mais, s’empressait d’ajouter l’auteur, l’histoire d’une commune a souvent, par certains côtés, une portée plus large, et peut fournir à l’histoire générale son contingent de faits ou d’observations. Et Abbadie citait Victor Hugo, selon qui ressusciter l’histoire des villages, c’était écrire l’histoire de France en petits morceaux56.

  • 57 Gallet C.-E., La ville et la commune de Beauvoir-sur-Mer, op. cit., p. 9-10.
  • 58 Rossignol E. A., Monographies communales ou Étude statistique, historique et monumentale du départ (...)

23C’est cette seconde perspective, plus gratifiante, que privilégiaient la plupart des auteurs. Chaque monographe pouvait avoir le sentiment d’apporter sa petite pierre à la réalisation d’une histoire du département, du diocèse, de la province, et bien entendu, dans la mesure où ces subdivisions étaient elles-mêmes assimilées à des sous-unités du macrocosme national, de la France entière. « Les plus petites agglomérations, écrivait l’historien de Beauvoir-sur-Mer [Vendée] ont leur importance, car elles concourent à former les provinces, les provinces composent les nations, et les nations ne sont elles-mêmes que des fractions de l’humanité. Et de quoi se compose l’histoire générale d’une nation, sinon d’une multitude de faits qui se sont passés dans mille endroits différents et qui, groupés en faisceaux, portent avec eux leur enseignement ? Une histoire locale a donc une importance réelle, puisqu’elle sert de base à l’histoire générale57. » Dans sa préface à un recueil de monographies communales du département du Tarn publié en 1864, dont l’architecture en abyme traduisait cette conception organique de la nation (les communes étaient classées par canton, les cantons par arrondissement, et les chapitres consacrés à chacune de ces divisions territoriales étaient précédés d’un aperçu général), Élie Rossignol, Inspecteur de la Société française d’archéologie, justifiait longuement cette manière d’écrire l’histoire. La science du passé, écrivait-il, doit, à l’image des autres sciences, procéder par analyse et par synthèse. On n’oserait pas donner le titre de traité complet de médecine à un traité spécial de l’organisme humain qui n’embrasserait que les organes essentiels. Or un pays, une province, se composent d’une multitude de localités, villes, villages, hameaux, théâtres plus ou moins vastes d’événements plus ou moins importants : « Donnerait-on avec raison le nom d’histoire d’une province à celle qui se bornerait seulement à l’étude du chef-lieu ou de quelque ville importante, si on laissait de côté une foule de cités et de villages dont l’ensemble devrait se refléter dans le livre comme dans une onde transparente, comme dans un fidèle miroir ? Il faut donc le reconnaître, et appliquant à l’histoire les principes inhérents à toute science, dire que nous n’aurons une bonne, complète, et véritable histoire de France que lorsque l’on aura formé qu’un seul corps de toutes ces études locales et particulières. De la même manière, l’histoire d’une province, d’un département, doit être le résumé de l’histoire de chacune des communes et des cantons qui le composent. Aucune localité, même la plus petite, ne doit être oubliée58. »

  • 59 « Dans cette œuvre de reconstitution, ajoutait-il […], le rôle des monographies communales s’affir (...)
  • 60 Chauvin A., Mémoires pour servir à l’histoire naturelle, statistique, industrielle, agraire, polit (...)

24Quelque trente ans plus tard, en 1896, Wlodimir Konarski, dans le compte rendu du concours annuel de monographies locales de la Société des lettres de Bar-le-Duc, préconisait lui aussi une histoire provinciale morcelée : « Bien plutôt que par des œuvres de large envergure, difficilement réalisables pour quiconque ne réside pas à proximité des grands dépôts d’archives de notre région, c’est surtout par fragment, c’est par la voie de monographies restreintes, empruntées particulièrement aux sources immédiates, que les travailleurs disséminés sur tous les points du territoire de notre ancienne province, très souvent isolés au fond de nos campagnes, arriveront peu à peu à mettre sous nos yeux le tableau en quelque sorte panoramique de l’ancien Duché de Bar59. » Mais une description communalisée des provinces ou des départements ne pouvait avoir de sens qu’à condition de s’inscrire elle-même dans une perspective nationale : « Si chaque Commune avait sa petite histoire, on pourrait former un corps complet des faits historiques du Département qui aurait son importance dans l’histoire générale de la nation60. »

  • 61 Lettre-préface d’H. Monin, professeur d’histoire, à Toulouze E., Histoire d’un village ignoré, op. (...)
  • 62 Société des agriculteurs de France. Compte rendu des travaux. 39e session générale annuelle, t. XXX (...)

25Les grandes figures de l’érudition provinciale, nous l’avons dit, s’efforcèrent d’impliquer dans la mise en valeur de la province – et par ricochet de la France, étudiée jusque dans ses moindres recoins – un vaste réseau d’informateurs locaux. C’est qu’à leurs yeux la monographie de commune, mieux que les enquêtes à petite échelle, pouvait révéler l’extraordinaire bigarrure de la France des terroirs. « De ce village “ignoré”, comme d’un observatoire, expliquait un enseignant, vous embrassez l’histoire de France dans sa lointaine et infinie variété61. » Gabriel Dufaure, ancien député conservateur de la Charente-Inférieure, disait à peu près la même chose dans un rapport de concours publié en 1908 : « C’est […] une des réjouissances que procure l’étude de nos monographies, que de voir passer successivement devant nos yeux, dans un cadre uniforme, mais avec des couleurs appropriées, tant de sites variés, tant de produits divers, tant de populations intéressantes : – spectacle bien capable de faire grandir en nous l’amour de notre patrie et l’admiration pour cet ensemble harmonieux, grâce auquel, seule de toutes les nations civilisées, notre chère France pourrait continuer à vivre et à prospérer si quelque cataclysme venait à la séparer du reste du monde62. »

  • 63 Dublanchy C., « Monographie historique du village de Génicourt-sur-Meuse », Mémoires de la Soc. de (...)
  • 64 Génin A., « Un village mi-barrois, mi-champenois. 1242-1919. Épiez près Maxey-sur-Vaise (Meuse) »,(...)
  • 65 Boudant G., Histoire de Chantelle, op. cit, avant-propos. Cette métaphore de l’édifice (l’Histoire (...)

26Cette France mosaïque, fragmentée en petites cellules interdépendantes, cette France « dont la beauté est faite du rayonnement de celle de toutes nos petites patries63 », comment la raconter, comment la dépeindre, comment rendre compte de sa diversité sinon en adoptant comme cadre de la description la plus petite de ses sous-composantes. « On ne doit pas oublier, écrivait encore l’historien d’une paroisse de la Meuse, que l’histoire générale de notre pays n’est formée que de celle des localités qui le composent et qu’il ne faut dédaigner aucun des matériaux qui peuvent servir à la rédaction de ses annales64. » L’abbé Gilbert Boudant affirmait que « L’histoire générale n’est que le produit de nos diverses histoires locales. Combien ne serait-il pas à désirer que le plus humble village eût sa monographie particulière ! Une main habile saurait un jour, de tous ces matériaux, épars, former un monument national. J’apporte aujourd’hui ma petite pierre à ce vaste édifice que je désire voir s’élever sur le sol de notre patrie65 ».

  • 66 C’est que qu’affirmait par exemple l’archiviste du département de l’Allier, par ailleurs président (...)

27Le passage d’une histoire provinciale ou départementale à une histoire des communes – ou plus exactement la décomposition de cette histoire des grandes subdivisions territoriales en une série d’histoires micro-locales – apportait davantage qu’une brassée supplémentaire de détails et d’anecdotes. Le changement de focale devait permettre de démontrer la contribution spécifique du peuple des campagnes à la grande épopée nationale66.

  • 67 Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 1883, p. 372.

28Et pour l’obscur érudit de village, confiné dans l’étude de la 36 000e partie du territoire français, réduit au rôle de collecteur de matériau brut, se savoir impliqué dans une entreprise collective d’envergure nationale était plutôt gratifiant. Participer, même indirectement, à l’élaboration d’une œuvre nationale, c’était d’une certaine manière s’arracher au local. Certains allaient jusqu’à assimiler la réalisation d’une monographie de village à un acte de patriotisme : « Raconter le passé du plus petit village français, c’est apporter une pierre à l’édifice de l’Histoire nationale, c’est rendre hommage à la patrie, enfin c’est contribuer au développement de ce qu’il y a de meilleur en nous, l’amour du sol natal67. »

29On observera ici que la conception du travail historique qui sous-tendait ce projet d’une écriture de l’histoire de France par le menu était porteuse d’une contradiction, dont n’avaient pas forcément conscience ceux qui cherchaient à définir l’objet propre de la monographie. Car comment pouvait-on tout à la fois demander à l’érudit de village de recenser des particularismes territoriaux, de mettre en évidence la contribution de chaque terroir à la formation du génie national, et écarter dans le même temps du champ de ses investigations – comme le suggérait notamment François Abbadie – ce qui apparaissait comme trop spécifiquement local ?

Un projet d’éphémérides communales

  • 68 En 1890, par exemple, les membres de la Société de géographie de l’Est réfléchirent au moyen de «  (...)

30Dans les années 1860-1880, plusieurs projets virent le jour qui préconisaient l’établissement d’un réseau national d’érudits de village qu’on aurait chargés d’écrire l’histoire de France au jour le jour. Une histoire, par conséquent, décomposée en autant d’histoires partielles que le pays comptait alors de communes. L’objectif était de réaliser à l’échelle de la nation ce que nombre de sociétés savantes avaient déjà tenté dans les limites d’un département ou d’un diocèse68.

  • 69 Vibert P., Notice sur Arsène Thévenot littérateur, Paris, A. Chérié, 1877.
  • 70 Thévenot A., Éphémérides communales, Arcis-sur-Aube, Léon Frémont, 1892. Ce travail fut récompensé (...)
  • 71 Projet d’éphémérides communales et de travail topographique, historique et statistique soumis au Sé (...)
  • 72 Ibid.
  • 73 Ibid.

31L’historien et poète champenois Arsène Thévenot fut vraisemblablement le premier érudit provincial à émettre publiquement le vœu que l’État non seulement désignât un historiographe officiel dans chaque localité, mais encore fît en sorte que le travail de ces dizaines de milliers de chercheurs fût harmonisé, coordonné et centralisé. Thévenot était né à Lhuître, dans l’Aube, le 10 octobre 1828. Il était le sixième enfant « d’une honorable famille de cultivateurs aisés69 ». Dès son plus jeune âge, il se prit de passion pour la lecture, au point de se confectionner une bibliothèque personnelle. C’était un bon élève, à qui le curé de la paroisse dispensait, le soir, des cours particuliers. Thévenot, cependant, dut quitter l’école vers l’âge de quinze ans pour travailler à la ferme. Mais peu doué pour le métier d’agriculteur, qui d’ailleurs ne l’attirait guère, il décida de quitter Lhuître, au grand désespoir de son père, et commença par aller visiter la capitale. Il en revint enchanté (un comble, pour ce futur chantre de la ruralité et de la décentralisation intellectuelle). Mais c’est à Troyes qu’il entama sa carrière littéraire. Il s’y rendit en 1850, muni d’un recueil de poèmes de sa composition. Grâce à l’entremise de l’Inspecteur des écoles primaires de l’Aube, Thévenot obtint une place de surveillant et maître élémentaire dans une pension de la ville. Désireux de parfaire son instruction, il se mit au latin, au grec, à l’anglais et à l’allemand. Ayant obtenu son brevet de capacité pour l’enseignement primaire, il fut nommé, en octobre 1851, maître adjoint dans une école communale de Troyes. C’est de cette époque que date la publication de sa première pièce de vers. Thévenot continua d’enseigner jusqu’en 1858, date à laquelle il remit sa démission pour protester contre la nomination, au poste qu’il occupait, du fils de l’Inspecteur. Il se présenta alors au concours de vérificateur des poids et mesures et, ayant réussi cette épreuve, fut nommé en 1860 dans l’arrondissement de Nogent-sur-Seine. Devenu fonctionnaire de l’Administration des poids, Thévenot mit à profit ses tournées périodiques dans les communes pour explorer les archives municipales et recueillir les matériaux d’une Statistique générale du canton de Ramerupt, que publia en 1868 la Société académique de l’Aube70. Le 15 mars 1861 il fut admis dans cette société en qualité de membre associé. C’est en octobre de cette même année qu’il publia, dans l’Écho nogentais, son « Projet d’éphémérides communales et de travail topographique, historique et statistique71 », dont il avait eu l’idée en compulsant les registres paroissiaux d’Ancien Régime, chargés d’annotations relatives la météorologie, à l’état des récoltes et au prix des denrées. Dans ce document, qu’il soumit aux membres de l’Académie de l’Aube, Thévenot partait du constat qu’il existe deux catégories d’événements ou de faits historiques : ceux qui sont communs à l’ensemble des localités d’une même contrée, et qu’on trouve relatés dans les ouvrages consacrés à l’histoire de France ; et ceux qui, propres à chaque village, à chaque « centre de population », ont leur importance, mais tombent inexorablement dans l’oubli, car personne ne prend la peine de les recueillir et d’en conserver le souvenir. « Interrogez les habitants sur n’importe quel fait local qui ne soit pas d’hier, et vous n’obtiendrez partout que des réponses négatives, douteuses, erronées ou exagérées72. » Cette négligence, cette ignorance, sont fort coupables. Pourtant, le remède est simple : « Il suffirait […] d’établir dans toutes les mairies un registre spécial d’Éphémérides ou Annales communales où seraient inscrits avec leur date et leurs circonstances tous les faits de quelque importance qui viendraient à se produire dans la commune : les sinistres, les accidents, les fêtes ou cérémonies, les démolitions, les constructions nouvelles, le résumé du mouvement de la population et de l’industrie, etc. On pourrait y ajouter, à la fin de chaque mois, une petite note sur l’état général de la température et des récoltes73. »

32Les instituteurs, bien sûr, seraient tout désignés pour tenir à jour ce registre, sorte de livre de raison de la grande famille communale. Ils trouveraient dans cette occupation une manière utile d’employer leurs loisirs, et une excellente occasion de mettre en évidence leurs mérites. Car il leur serait également demandé de recueillir, dans les vieux parchemins, toutes les traces des événements passés : l’almanach communal comporterait par conséquent une partie historique.

  • 74 Ibid.

33Ce registre serait tenu en double, à l’image des registres de l’état civil, et arrêté tous les cinq ans. Au terme de chaque période quinquennale, un exemplaire serait adressé à la préfecture pour être déposé aux archives départementales. L’original serait conservé dans la commune : « Par ce moyen, expliquait Thévenot, chaque village garderait fidèlement le souvenir de tous les événements dont ses habitants auraient été les témoins ou les héros, et il aurait son histoire particulière toute faite que chacun pourrait facilement étudier ou consulter au besoin, et où l’on serait toujours sûr rencontrer [sic] des renseignements utiles, précis et complets74. »

34Thévenot adressa son mémoire, ainsi qu’une pétition, au Sénat. Un rapport signé Lefebvre-Duruflé fut publié au Moniteur universel du 28 juin 1861. La Société Académique de l’Aube discuta également du texte dans sa séance du 19 juillet 1861. Des réserves furent émises. Pas tant sur le fond ; mais on doutait de la possibilité de réaliser ce projet sans l’intervention du pouvoir central. Il fut suggéré que le gouvernement se chargeât de sa mise en œuvre. Cependant on en resta là.

  • 75 Thévenot présenta lors de la XXXIe session du Congrès scientifique de France un mémoire intitulé « (...)
  • 76 Sur cette tension : Chaline J.-P., Sociabilité et érudition, op. cit., p. 347-391.
  • 77 Dumont D., Notice historique et statistique sur la commune d’Abbecourt, op. cit., p. 5-8.
  • 78 Gallet C.-E., La ville et la commune de Beauvoir-sur-Mer, op. cit., p. 9-10.

35L’idée d’une communalisation de l’histoire de France était pourtant dans l’air du temps. Peut-être certains érudits, attachés, cependant, à l’image de Thévenot, à la « décentralisation intellectuelle » alors très en vogue75, voulaient-ils s’appuyer sur l’existence d’un État centralisé et réputé efficace pour concrétiser leurs projets d’une histoire nationale des communes76. À peu près au même moment, un obscur érudit de village, auteur d’une courte monographie d’Abbecourt [Oise], suggérait que le gouvernement, « dans sa bienveillante sollicitude pour les intérêts des campagnes » ordonne, « d’une manière administrative et toute spéciale, les études et les recherches nécessaires pour doter chaque commune de l’Empire d’une histoire locale et particulière77 ». Cette grande œuvre, outre qu’elle contribuerait à développer, dans le cœur de chacun, l’amour du sol natal, « concourrait en même temps à édifier le couronnement de l’histoire générale et complète de notre France » ! En 1865, dans la préface de son histoire de Beauvoir-sur-Mer [Vendée], le receveur des douanes Gallet proposait « que les maires fussent tenus de consigner, à la fin de chaque année, sur un registre spécial, un résumé des améliorations réalisées dans la commune, des changements survenus dans l’administration, des faits politiques et de leurs conséquences pour le pays ; en un mot, de rédiger une histoire communale qui pût être consultée par tous ceux qui y auraient intérêt ». En particulier, précisait-il, les « écrivains de l’avenir78 ».

Le Grand livre historique des Communes

  • 79 Projet de Livre historique des communes, op. cit.
  • 80 Ibid.

36À défaut d’aboutir, le projet d’Arsène Thévenot fut une source d’inspiration pour les érudits attachés à l’idée d’une description fragmentée du pays. En 1881, A. de Catalan, qui était membre de la Société académique de Saint-Quentin et avait publié des traités consacrés à l’impôt, échafauda un projet similaire79. Pourquoi chaque commune n’aurait-elle pas son histoire, se demandait-il ? Les paisibles habitants de nos campagnes, les jeunes en particulier, ignorent tout du passé de leur village. Qui plus est, les souvenirs que nous ont transmis les générations qui nous ont précédés s’estompent au fil du temps. Il est donc nécessaire que chaque commune ait son livre d’histoire. L’instituteur – toujours lui – y exposerait de manière concise les événements et faits intéressants qui se seraient déroulés sous ses yeux. Pour ce qui concerne l’étude du passé de la localité, il compléterait un questionnaire « en quelque sorte officiel » qui aurait reçu la sanction du ministre. Une commission de deux ou trois habitants de la commune, sélectionnés parmi les plus capables, assisterait le maître dans son travail d’exploitation des documents d’archive. Ces commissions municipales seraient placées sous le contrôle direct de comités départementaux dans lesquels siégeraient des érudits de renom, des archivistes, des bibliothécaires. Les notaires, les notables, les membres des familles nobles seraient instamment priés de communiquer à l’historiographe en titre les documents intéressant la localité qui seraient en leur possession. Le curé serait également sollicité, de même que la mémoire des vieillards, « et de ce faisceau de documents complétés par des notices déjà publiées, on verrait s’élever un monument durable, le Livre historique des Communes, ici modeste en sa forme comme au fond, là, volumineux et fier de ses antiques assises80 ».

  • 81 Le journaliste Charles Poëte, conseiller municipal de Saint-Quentin et auteur lui-même d’une monog (...)

37Ces ouvrages seraient lus et appris dans les écoles81. Chaque famille en posséderait un exemplaire. Des éditions décennales, faisant supplément au livre « primordial », formeraient, dans chaque province, dans chaque département, un ensemble de connaissances « éminemment patriotiques », « et la France aurait, la première, donné l’exemple du Livre historique, sorte de Malte-Brun des communes, mémento qu’épelleraient nos enfants et que les pères de famille feuilletteraient avec un légitime orgueil ».

  • 82 Ibid., p. 18.

38L’instituteur, élément indispensable à l’édification de ce vaste « monument national », serait rémunéré (partie par la commune, partie par l’État). La récompense serait également honorifique : les sociétés savantes décerneraient des prix, et les lauréats se verraient accorder le droit d’arborer un ruban à la boutonnière. Nos « humbles éducateurs des campagnes », ajoutait Catalan, auraient en quelque sorte le titre de chevalier d’Académie (« sans qu’ils aient à prétendre, tempérait-il, à moins d’un décret spécial et de travaux essentiellement remarquables, aux palmes d’officier d’Académie82 »).

39Ainsi l’histoire locale deviendrait-elle le canevas de la grande histoire du pays. Et cela pour l’honneur, pour l’illustration de ce « centre intime » où nous naissons, où nous avons vécu.

  • 83 Il eut cependant un certain retentissement dans l’univers des sociétés savantes : il fut discuté e (...)
  • 84 Legoux J., Histoire des Chapelles-Bourbon, op. cit.

40Ce « projet Catalan » n’était en réalité rien de plus que la forme élaborée d’une idée qui, dans les années 1880 notamment, circulait partout83. L’historiographe des Chapelles-Bourbon [Seine-et-Marne] écrivait par exemple en 1886 que « le ministre de l’Intérieur qui, d’accord avec son collègue de l’Instruction Publique, invitera les maires de toutes les communes rurales à entreprendre, avec le concours des instituteurs, pareille reconstitution [une monographie de commune], attachera son nom à une œuvre éminemment patriotique : il préparera ainsi les éléments d’une grande et véridique histoire nationale84 ».

  • 85 « Courte étude sur Hattonchâtel », Mémoires de la Soc. des lettres de Bar-le-Duc, 1887, p. 1-2.

41Au mois de novembre de la même année, Claude Bonnabelle informait ses collègues de la Société des lettres de Bar-le-Duc, dans l’avant-propos d’une courte étude sur Hattonchâtel [Meuse], de son intention de mettre en œuvre une vaste étude historique et géographique sur toutes les communes de France. La chose est possible, expliquait-il, car désormais le moindre village possède son érudit. Il suffirait, pour faire aboutir ce projet, d’instituer des comités d’hommes compétents qui, dans les chefs-lieux de canton, d’arrondissement ou de département, centraliseraient les travaux des chercheurs. La synthèse serait publiée soit par souscription, soit par les soins de l’Imprimerie Nationale85.

  • 86 Thévenot A., Éphémérides communales, op. cit.
  • 87 Il comportait trois articles. Art. 1er. Il sera ouvert dans toutes les mairies de France et des co (...)

42C’est cependant le projet d’Arsène Thévenot qui fut discuté à la Chambre, vingt-cinq ans après son élaboration86. En 1886, Thévenot fut mis en relation, par l’intermédiaire d’un employé des postes parisien, avec le député républicain de la Haute-Marne François-Frédéric Steenackers. Il lui transmit une proposition de loi « tendant à établir dans toutes les mairies des registres d’éphémérides communales ». Le texte fut présenté aux députés le 19 avril87. Le 13 juillet, le radical Alfred Letellier rendit un rapport au nom de la commission chargée d’examiner ce projet. Letellier reprenait à son compte une partie des arguments développés par Thévenot lui-même, et ajoutait qu’avec l’établissement de registres descriptifs de la vie morale et matérielle des communes, la personnalité de chaque localité se dégagerait davantage dans l’esprit de chacun, « prendrait un corps en ayant une histoire » : ce serait là un bon moyen de retenir les populations rurales dans les campagnes. En outre, la statistique nationale trouverait, dans la masse des détails contenus dans ces registres, de précieux moyens d’information.

43La majorité républicaine ayant déclaré adhérer à la proposition de loi Steenackers, les conservateurs la combattirent. Lors de la séance du 28 mai 1887, le marquis de La Ferronnays s’efforça d’en démontrer l’absurdité. Dans la plupart des communes, objectait le député de la Loire-Inférieure, qui était également maire de Saint-Mars-la-Jaille, la loi serait sans objet, puisqu’aussi bien les petites localités n’ont pas d’histoire : les actes de la vie communale s’y reproduisent chaque année avec une régularité telle qu’ils se trouvent d’ores et déjà enregistrés et conservés dans les registres de délibération des municipalités, les pièces de l’état civil et les décisions des conseils de révision. Créer un registre nouveau, ce serait accroître inutilement le poids d’une bureaucratie déjà envahissante.

  • 88 Événements météorologiques, épidémies, sinistres, accidents, fêtes, actes d’héroïsme, de vertu, de (...)
  • 89 Le Bulletin de géographie historique et descriptive publia en 1889 un projet tout à fait comparable (...)

44La proposition fut de nouveau défendue par Letellier lors de la séance du 4 juin 1887. Une commission spéciale rendit un rapport le 6 février 1888, dans lequel était dressée la liste des faits et le type d’événements susceptibles d’être mentionnés dans les registres88. Le texte, cependant, ne fut jamais mis au vote. Steenackers ayant été battu aux législatives de 1889, il fut jeté aux oubliettes89.

  • 90 Les éphémérides communales. Le livre d’or de la France, op. cit. Un an auparavant, Henri Labourasse (...)
  • 91 Ibid.

45En 1897, un certain Léon Leroy, de Neuilly-sur-Seine, tenta vainement de relancer l’idée en publiant une petite brochure90. Il y reprenait les principaux arguments avancés par Thévenot et Steenackers, tout en suggérant que ne soient consignés dans les registres que les seuls événements se rapportant à la commune « en tant que fraction du pays entier », et, surtout, les faits « de nature à rehausser dans l’esprit des citoyens le sentiment national ». Il affirmait en outre que le « morcellement de l’histoire nationale » constituerait un excellent antidote au funeste entraînement qui pousse les populations rurales à abandonner la vie paisible des champs pour les déceptions et la misère qu’on rencontre presque toujours dans les grands centres. Et regrettait que les communes n’aient possédé des registres éphémérides au moment de la guerre contre la Prusse : « Chaque village aurait religieusement inscrit sur son Livre d’or les noms de ses enfants blessés ou morts, en combattant pour la défense de la patrie. Chacun serait à juste titre fier des siens, et l’amour du sol sur lequel est bâtie la chaumière ferait l’amour du sol entier de la patrie91. »

  • 92 Le Progrès du Morbihan, 17 juillet 1897.
  • 93 Article reproduit notamment dans L’Avenir du Morbihan du 5 septembre 1900 (mais aussi dans Le Phar (...)

46Il y a fort à parier que Léon Leroy ne fut pas le dernier à réclamer l’instauration d’un Livre d’or des communes. Sans doute bien d’autres projets similaires furent-ils échafaudés par d’obscurs érudits de province. L’année même où Leroy publiait sa brochure, le capitaine Guyot, administrateur de la Société Topographique de France écrivait dans le Progrès du Morbihan une série d’articles consacrés aux monographies communales, dont il proposait de généraliser et de systématiser la confection. Autant qu’à l’histoire, cet officier s’intéressait à la topographie, une science dont l’enseignement présentait à ses yeux toutes sortes d’avantages tant au plan civil que du point de vue militaire. « Notre but, expliquait-il, est de favoriser la production nationale, en stimulant l’activité communale et régionale, en aidant à faire refluer dans toutes les cellules de l’organisme français une partie de la sève qui les abandonne pour se porter exclusivement vers les centres principaux […], en compromettant l’équilibre et la santé même de ce corps vigoureux appelé la France92. » En établissant et en distribuant partout en France des notices géographiques et historiques communales, on attesterait aux yeux des populations la vitalité des groupes locaux. L’article du capitaine Guyot fut reproduit et commenté dans la presse morbihannaise. Trois ans plus tard, Alfred Charron, membre de la Société historique du Gâtinais, suggérait que chaque instituteur rédigeât une monographie communale dont il énumérait les principales rubriques93.

  • 94 Bull. de la Soc. des sciences hist. et nat. de l’Yonne, 1913, p. lxxxvii-lxxxviii et cxvii-cxix.
  • 95 « L’histoire locale à l’école primaire. Un « Livre de Raison » dans chaque commune », Manuel génér (...)
  • 96 Son existence est mentionnée dans la correspondance d’Hippolyte Sauvage, érudit normand qui publia (...)

47Voici un autre exemple, découvert au hasard du dépouillement d’une publication savante. Le 5 octobre 1913, un M. Guimard, de Sens, prit la parole devant les membres de la Société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, pour leur exposer combien il serait avantageux, dans la perspective d’une « conservation du présent », de demander aux instituteurs de tenir un journal dans lequel seraient relatés tous les petits événements de la vie locale. Il s’agirait en fait de créer une source documentaire, que pourraient exploiter les historiens du futur. Ce projet, à la différence des précédents, semble avoir connu au moins un début d’exécution dans l’Yonne, les Inspecteurs primaires ayant recommandé aux instituteurs, à l’occasion des conférences pédagogiques, de se mettre à l’œuvre. Mais, suggérait Guimard, il faudrait généraliser l’expérience, « et porter notre vœu à la connaissance de M. le Ministre de l’Instruction publique94 ». Cette même année 1913, le romancier nancéen Émile Hinzelin publia, dans le Manuel général de l’instruction primaire, un petit article pour réclamer que toutes les communes de France soient dotées d’un livre d’or. L’instituteur en aurait la responsabilité. Les arguments utilisés par l’auteur étaient des plus classiques : l’histoire, affirmait-il, n’est comprise et aimée que si elle commence par le pays natal, c’est-à-dire au berceau ; et c’est l’amour de la petite patrie qui fait les grands patriotes95. Ajoutons, pour compléter cette liste qui n’a pas la prétention d’être exhaustive, qu’au tout début du XXe siècle, le libraire Henri Jouve fonda une Association générale des communes de France dont le but était de publier l’histoire de tous les villages français96.

  • 97 Cité par Thiesse A.-M., Écrire la France, op. cit., p. 65.
  • 98 Ibid., p. 68.
  • 99 Gleyrose P., Petrucia-Peyrusse, op. cit. L’identification de la commune à une cellule vivante insp (...)
  • 100 Voguë L. de, « Rapport sur le concours des monographies communales ouvert en 1903 », art. cit., p. (...)

48Sans que la chose ait été nécessairement exposée telle quelle, il est évident que les érudits qui échafaudaient tous ces projets pensaient que leur réalisation pourrait contribuer à la promotion d’une France des terroirs, dont ils ne cessaient par ailleurs de déplorer l’effacement. Il s’agissait de mettre en relief l’apport spécifique à l’histoire nationale de chaque petite localité rurale. C’était la volonté de redéfinir les rapports entre la capitale et les périphéries – entre le tout et les parties – qui sous-tendait ces programmes d’une description de la France des communes. Le but était en quelque sorte de déplacer l’épicentre symbolique de la nation. De dessiner le visage d’une France rurale, villageoise, d’une France aux trente-six mille visages qui, en réalité, cédait inexorablement le pas. Une France dont on avait le sentiment qu’elle s’anémiait, se dévitalisait sous l’effet du despotisme bureaucratique. L’historiographie communale n’était qu’une modalité parmi d’autres d’une réaction générale en faveur de la décentralisation administrative et culturelle. Dans leur Déclaration des félibres fédéralistes du 22 février 1892, Charles Maurras et Frédéric Amouretti réclamaient la liberté pour les communes. Si on leur accordait un peu d’autonomie, affirmaient-ils, elles cesseraient de n’être que de simples circonscriptions administratives, auraient une vie profonde, seraient de véritables personnes, « et, pour ainsi dire, des mères inspirant à leurs fils les vertus, les passions ardentes de la race et du sang97 ». En 1895, la Ligue nationale de décentralisation dont Maurras et Amouretti étaient secrétaires adjoints plaida en faveur d’un accroissement des pouvoirs des communes98. Les leplaysiens et les agrariens de la rue d’Athènes99 se plaignaient eux aussi de ce que ces petites entités vivantes, qui avaient jadis leur existence propre, soient désormais déchues de leur ancienne utilité, et subissent à la même heure la même pulsation bureaucratique100.

L’angoisse du déracinement

  • 101 Thiesse A.-M., Ils apprenaient la France, op. cit.

49Les hommes du XIXe siècle avaient de bonnes raisons de craindre que l’ensemble des facteurs qui rendirent possible le processus d’intégration à la nation (facteurs parmi lesquels on mentionnera : le désenclavement des campagnes, la modernisation des transports et des communications, la généralisation de l’usage du français, la conscription, l’unification du marché politique, l’invention des traditions nationales) ne provoquent le dépérissement des identités locales, le relâchement des attaches territoriales, et ne favorisent du même coup la mobilité géographique et l’exode vers les villes. On comprend, dans ces conditions, pourquoi le thème des deux patries revêtit une telle importance, sous la Troisième République, dans la littérature scolaire et dans les travaux d’érudits destinés à un lectorat populaire. Il s’agissait de persuader les habitants des bourgs et des villages que la qualité de français n’était pas incompatible – bien au contraire – avec l’enracinement dans un terroir. L’idéologie des « gigognes patriotiques101 » (Anne-Marie Thiesse), en proclamant l’inscription simultanée des paysans dans deux sphères d’appartenance emboîtées, traduisait la volonté des élites de fabriquer des Français sans pour autant en faire des « déracinés ». La dépopulation des campagnes fut en effet l’une des grandes obsessions du second XIXe siècle. Et, aux yeux des érudits, une meilleure connaissance de l’histoire et de la géographie des petites patries locales était un excellent remède au « problème » de l’exode rural. La constitution d’un savoir relatif aux lieux devait contribuer à renforcer l’amour du clocher, et donc réduire le pouvoir d’attraction des villes.

Une inquiétude précoce

  • 102 Une paroisse vendéenne sous la terreur, op. cit., p. 129. À l’inverse, le curé de Montsalvy [Cantal (...)
  • 103 Toutes les données démographiques relatives aux localités mentionnées dans ce paragraphe provienne (...)
  • 104 Kale S. D., Legitimism and the Reconstruction of French Society. 1852-1883, Baton Rouge and London (...)
  • 105 Dujay J., Statistique de Mareuil-lez-Meaux, op. cit., p. 40.
  • 106 Annales de la Soc. acad. Loire-Inférieure, 1847, p. 442 et p. 464 sq.

50Les auteurs de monographies de village, à l’image de leurs contemporains, s’inquiétèrent très tôt de l’existence de mouvements migratoires orientés vers les villes. On se souvient qu’en 1837, le comte de Quatrebarbes exhortait les bons laboureurs de Chanzeaux à ne pas suivre l’exemple de leurs compatriotes qui, fuyant la guerre civile, allaient chercher refuge dans les bourgs populeux, où ils ne trouvaient que le vice, la corruption et la misère102. Ce n’est pourtant que deux décennies plus tard, au recensement de 1856, que la population de Chanzeaux atteignit son maximum séculaire103. Mais il est assez logique que les élites rurales aient été particulièrement sensibles à ce phénomène, au point d’en exagérer l’ampleur104. Car l’expansion des villes, l’essor des industries, le déclin relatif de l’économie agraire étaient les principaux symptômes de l’avènement d’un nouvel ordre social dans lequel elles ne pouvaient que difficilement trouver leur place. Dès les années 1830, des monographes déploraient, à l’image de l’auteur d’une Statistique de Mareuil-lez-Meaux [Seine-et-Marne], ce « préjugé qui pousse les habitants des campagnes à les quitter pour aller dans les villes chercher les plaisirs et se soustraire à la dénomination ridiculement injurieuse de paysans, comme si ces paysans […] n’étaient pas les nourriciers des villes, en exerçant la plus noble, la plus ancienne et la plus utile de toutes les professions105 ». Les premiers observateurs du phénomène semblaient partagés entre la réprobation et la perplexité. En témoigne le libellé de la question mise au concours en 1846 par la Société Académique de la Loire-Inférieure : « Quelle est la cause du mouvement anormal de population qui s’opère fatalement des campagnes vers les grande villes, dont il accroît la misère, en y apportant une superfétation des forces et un trop-plein d’existences sans emploi, tandis que l’agriculture manque de bras pour répondre aux besoins progressifs des subsistances ; et quel est le moyen le plus efficace pour arrêter cette dépopulation croissante des campagnes106 ? »

  • 107 Sur l’opposition entre la pureté des campagnes et la corruption des villes dans le roman pastoral  (...)
  • 108 Cornu P., Mayaud J.-L., « L’agrarisme, question d’histoire urbaine ? », art. cit., p. 33-53.
  • 109 Charon-Bordas J., Ouvriers et paysans au milieu du XIXe siècle. L’enquête de 1848 sur le travail, (...)
  • 110 Bleton-Ruget A., « Aux sources de l’agrarisme républicain : la propagande démocrate-socialiste et (...)

51Si les transformations qui affectèrent la société française sous le règne de Louis-Philippe contribuèrent à nourrir, chez tous les conservateurs, un sentiment d’hostilité à l’égard de la ville, les événements de la Seconde République précipitèrent la réhabilitation, dans les systèmes de représentations dominants, de la figure du paysan, que la littérature romanesque et la correspondance administrative continuaient de décrire comme un être cupide, avide, fruste, sauvage107. Les thèmes de l’enracinement, de la sagesse, de la soumission à l’ordre éternel des champs étaient désormais au cœur du discours sur la ruralité. L’ouvrier des faubourgs était, à l’opposé de l’agriculteur, mobile, violent et indiscipliné108. L’enquête de 1848 sur le travail (dont la vingt-neuvième question portait précisément sur les moyens d’enrayer l’exode des travailleurs des campagnes vers les centres industriels) révélait cette inquiétude croissante, que les émeutes de juin exacerbèrent encore109. La revalorisation du travail agricole et de la rusticité était à l’ordre du jour110.

  • 111 En 1903, selon Paul-André Rosental. E. Vandervelde publia cette année-là L’Exode rural et le retou (...)
  • 112 Farcy J.-C., Faure A., La mobilité d’une génération de Français. Recherche sur les migrations et l (...)
  • 113 En 1914, l’épouse d’un bûcheron du Cher excitait son mari à « déserter la campagne » où le travail (...)
  • 114 On se contentera de mentionner ici quelques-uns parmi les principaux travaux de synthèse consacrés (...)
  • 115 Burns M., Rural Society and French Politics : Boulangisme and the Dreyfus Affair, 1886-1900, Princ (...)
  • 116 Duby G., Wallon A., Histoire de la France rurale, t. 4, La Fin de la France paysanne, sous la dire (...)

52On rappellera toutefois que la France connut une urbanisation tout en douceur. L’expression « exode rural », qu’on ne commença à employer qu’au début du XXe siècle111, était tout à fait impropre à rendre compte de la nature exacte des phénomènes migratoires112 (s’est-on d’ailleurs jamais demandé comment les villageois qui quittèrent leur village avaient vécu ce que d’autres décrivaient comme un arrachement113 ?). Si quelques départements (la Seine-et-Oise, les Deux-Sèvres) commencèrent à se dépeupler après 1831, la population rurale atteignit son effectif maximum au recensement de 1861, et continua de croître, dans l’Ouest et le Centre, jusqu’au début des années 1880, voire, dans le Finistère et le Morbihan, jusqu’aux premières années du XXe siècle114. La dépopulation rurale n’en provoqua pas moins la prolifération des toutes petites communes. En 1851, on dénombrait 15684 localités de moins de 500 habitants. Elles étaient 18054 en 1896115. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, un million de Français vivaient dans une commune de moins de 200 habitants, 5,56 millions dans une commune de moins de 500 habitants116.

Le mirage de la ville

  • 117 Jacquet-Francillon F., Instituteurs avant la République, op. cit., p. 229 sq. et Day C. R., « The (...)
  • 118 Comet A. de, Monographie de la commune de Saint-Loubès [Gironde], op. cit, p. 494. Il est à noter (...)

53Au début des années 1860, la crainte d’une dépopulation irréversible des campagnes hantait donc les observateurs de la vie rurale. Les instituteurs qui participèrent à l’enquête-concours du ministre Rouland, très enclins d’ailleurs à dénigrer la ville, se plaignaient de ce penchant des agriculteurs à abandonner leur village. Ils affichaient la ferme intention de lutter contre ce fléau en apprenant aux habitants à aimer le métier auquel ils étaient destinés117. Sous le Second Empire, certains historiens de village évoquaient aussi cette « grave question qui ne peut être étrangère à une monographie rurale118 ».

  • 119 Lynch E., « Les usages politiques du soldat laboureur : paysannerie et nation dans la France et l’ (...)
  • 120 Lepelletier F., « Rapport sur les monographies de communes et les observations locales envoyées au (...)
  • 121 Dans sa monographie de Limésy [Seine-Inférieure], publiée en 1899, le curé de Canteleu expliquait (...)
  • 122 L’abbé Daugé incriminait le droit successoral (Daugé C., Habas, op. cit.).
  • 123 Le Béchennec R., La représentation de la dépopulation des campagnes bretonnes (1870-1930) au sein (...)
  • 124 Ce n’était pas tant la dépopulation de la province qui inquiétait le clergé breton sous la Troisiè (...)
  • 125 Grégoire P., Histoire de Sucé, op cit., p. 7-9. Le clergé de Limerzel [Morbihan] continuera à se r (...)

54Après 1880, la dénonciation du péril de la dépopulation rurale devint un thème récurrent de la littérature monographique. Cette prise de conscience de l’ampleur des transferts migratoires coïncidait avec une inflexion de l’idéologie nationaliste, très portée désormais à exalter la terre, le paysan et les vertus guerrières119. Le discours sur la « dépopulation des campagnes » (l’emploi du terme indique bien que le phénomène était davantage perçu comme une hémorragie que comme un déplacement des masses démographiques) prenait systématiquement, sous la plume des érudits de village, une tournure moralisante. Le mal est dans les âmes, écrivait le juriste Fernand Lepelletier dans un rapport sur l’étude monographique de la « désertion » des campagnes120 : on ne compte plus sur soi mais sur les autres, on n’a plus d’aversion pour les vices, on insulte les vertus domestiques, on méprise la vie rurale… Deux mobiles auraient désormais dirigé la vie de l’agriculteur : la passion de l’égalité et l’amour exclusif du bien-être. Ne sentant plus peser sur lui la contrainte de la loi morale (par « désertion des campagnes », il fallait aussi entendre insoumission, trahison), le paysan, n’écoutant que ses instincts, abandonnait sa chaumière pour le luxe et les plaisirs qu’offrait – pensait-il – la ville. Si les auteurs de monographies n’ignoraient pas totalement les causes économiques121 ou institutionnelles122 des mouvements migratoires, ils avaient tendance à les sous-estimer. L’essentiel, pour eux, résidait dans la fascination qu’exerçaient, sur des populations rurales oublieuses de leurs devoirs, les plaisirs futiles de la ville. D’où l’omniprésence, dans le discours sur la dépopulation rurale, des thèmes de la séduction, de la tentation, du mirage, du piège, du factice, de l’artificiel123… La ville était une grande corruptrice. Elle attirait le paysan qui, en abandonnant son village, cédait à un mirage, et courait au devant d’inévitables déceptions. Car ce qui l’attendait, c’était la misère et la servitude. « Aimons notre bourgade et nos champs, écrivait l’abbé Pierre Grégoire dans la deuxième édition de sa monographie de Sucé [Loire-Inférieure]. C’est un des malheurs de notre temps que les émigrations des ruraux vers la ville, de plus en plus nombreuses de nos jours. Quel vent de folie pousse ceux qui, loin des agglomérations urbaines goûtent la paix et la tranquillité au sein d’une splendide nature, sous le grand ciel du bon Dieu, à venir s’entasser dans des logements insalubres, attirés par le luxe, les plaisirs mondains et les curiosités de l’inconnu ! Ils y perdent bientôt la santé, les vraies joies et surtout la pratique de leur religion124, autant de biens précieux qu’ils auraient plus facilement gardés au fond de leurs villages. Restons aux champs : là est le bonheur pour les individus et les familles et même pour la nation toute entière, qui a besoin de travailleurs de la terre, les premiers nourriciers et les vrais défenseurs de la Patrie125. »

  • 126 Cheysson E., « La monographie de commune », art. cit.
  • 127 Ibid., p. 293.
  • 128 Comptes rendus des travaux de la Soc. des agriculteurs de France. Vingt-huitième session générale a (...)

55Pour l’ingénieur Émile Cheysson, la monographie de commune était aussi un remède au problème de l’absentéisme des notables. Une habitude particulièrement déplorable, aux yeux des conservateurs, car elle « supprime les contacts directs avec les populations rurales et creuse le fossé de la lutte des classes126 ». C’est pourquoi en 1897, la Société des Agriculteurs de France lança, à l’initiative de Cheysson, un concours de monographies communales. La réalisation d’une monographie devait inspirer aux propriétaires fonciers tentés de déserter la campagne un sentiment d’attachement à leur petite patrie. Cheysson se plaisait à imaginer le notable littéralement épris du village qu’il avait négligé avant d’en entreprendre l’étude : « Il avait vécu jusqu’alors au milieu de sa localité comme s’il y était campé, en simple touriste, en hôte de passage, ne s’intéressant à rien et ne devant, en retour, laisser de lui nulle trace ; mais voici qu’à force d’étudier sa commune, et de pénétrer ses manifestations les plus intimes, il s’attache à elle, il y jette de profondes racines et ne veut plus la quitter127. » Dans une métaphore particulièrement suggestive, Cheysson assimilait le grand propriétaire étudiant sa commune au laboureur fouillant et remuant la terre128. En outre, le travail d’enquête devait être l’occasion d’entrer en contact avec la population.

« Petits paysans, restez à vos champs »

  • 129 Robert Paxton rappelle la violence des sentiments d’hostilité à l’égard de l’instituteur, accusé d (...)
  • 130 Champagne P., « La restructuration de l’espace villageois », Actes de la recherche en sciences soc (...)
  • 131 Prudhomme, « Contrisson », Mémoires de la Soc. des lettres de Bar-le-Duc, 1896, p. 337.
  • 132 Lepelletier F., « Rapport sur les monographies de communes », art. cit.
  • 133 Gleyrose P., Petrucia-Peyrusse, op. cit. Dans le même veine : Leroy L., Les éphémérides communales (...)
  • 134 On veut faire de son fils un « Mossieu » observait en 1901 le desservant de Saint-Contest [Calvado (...)
  • 135 Maurice A., L’histoire locale moyen d’apostolat rural, op. cit., passim.

56Les instituteurs étaient particulièrement attentifs à la question du dépeuplement des villages. On sait les critiques dont ils faisaient l’objet : véritables agents de l’impérialisme urbain, ils auraient contribué, par leur enseignement, à la dévalorisation du métier d’agriculteur129 (il faut d’ailleurs admettre que le développement de la scolarisation, en dotant les fils de paysans d’une espèce de capital non lié à l’espace local contribua à détacher les enfants de la terre130). En 1896, le, professeur départemental d’agriculture de la Meuse, auteur d’un travail sur Contrisson – commune qui comptait 799 habitants en 1841, et 607 seulement un demi-siècle plus tard – dénonçait les « funestes conséquences » de l’instruction : elle transforme les jeunes paysans en personnages « hautains », méprisant la vie des champs, et n’ayant d’autre ambition, après leur temps de service militaire, que de trouver une place de facteur, de chauffeur, de mécanicien, d’homme d’équipe, de commis aux écritures ou de comptable131… Les émules de Frédéric Le Play, pour qui la monographie de commune était un outil parfaitement adapté à l’étude des « causes du mal », dénoncèrent à leur tour les méfaits de l’instruction : l’école, plutôt que d’encourager les petits cultivateurs à demeurer dans la localité où ils avaient grandi, aurait cherché à en faire des savants132 ; elle aurait fait naître dans leur cœur le désir insensé de s’élever dans la hiérarchie sociale ; mais ceux qui, une fois leur certificat d’études en poche, entraient dans l’administration, couraient au devant de cruelles déceptions. L’école fabriquait des déclassés : la plupart finiraient par regretter d’avoir abandonné la terre133. En fait, c’est parce que les agriculteurs voulaient accéder à la condition bourgeoise qu’ils partaient s’installer en ville : l’instabilité géographique n’était que la conséquence désastreuse de l’aspiration à la promotion sociale, dont l’école portait la responsabilité134. Dans l’entre-deux-guerres, les catholiques conservateurs continueront de reprocher à l’école laïque de favoriser le dépeuplement des campagnes135.

  • 136 Grosso R., « L’École et l’exode rural », Annales universitaires. Faculté des Lettres et sciences h (...)
  • 137 Monographies des communes du canton de Beaumont, op. cit.
  • 138 Au XIXe siècle, l’exode vers les villes et les zones industrielles était, pour les paysans pauvres (...)

57En réalité les instituteurs historiens de leur village, sans doute très représentatifs ici de l’ensemble de la profession, étaient tout aussi enclins que leurs accusateurs à dénoncer le « péril » de l’exode rural136. Mentionnons tout de même un contre-exemple fort intéressant. Il s’agit de la contribution de l’instituteur de Bourniquel [Dordogne] à un recueil des monographies du canton de Beaumont publié en 1912137. Bourniquel, dont la population s’élevait à 372 habitants en 1846 (maximum séculaire), n’en comptait plus que 148 au recensement de 1911. L’instituteur dressait un portait très sombre de ceux qu’il appelait les « indigènes » du village. Ignorants, routiniers, excessivement dévots et superstitieux, ils supportaient, résignés, le joug que faisait peser sur eux le « seigneur de Cardou », leur maire. « On pourrait presque dire que la servitude a été abolie partout sauf à Bourniquel où elle a conservé des racines profondes […]. Crevant de faim, mais attaché à la glèbe originaire, le paysan ne veut pas s’arracher à ce sol ingrat où sa vie s’écoule dans des labeurs improductifs ; on en a vu même qui, contraints d’une façon ou d’une autre, à aller habiter des communes voisines, demandent qu’au moins, après leur mort, on y rapporte leur dépouille, pour dormir à côté de celles d’ancêtres qui ont été aussi malheureux qu’eux. » Cependant l’instituteur croyait détecter dans la commune les signes avant-coureurs d’une évolution. Et l’école laïque n’y aurait pas été totalement étrangère. Quelques rares esprits avaient osé lever l’étendard de l’indépendance et ignorer les consignes de vote du maire et du curé. Des jeunes gens avaient compris, en fréquentant l’école, que les limites de la France n’étaient pas celles de Bourniquel, qu’on pouvait remplir ses devoirs de citoyen et de Français ailleurs que dans l’orbite du seigneur de Cardou, qu’ils n’étaient pas condamnés à se nourrir de châtaignes et de pain de maïs : « Aussi l’émigration vers les pays plus fortunés a-t-elle commencé, et Bourniquel se dépeuple de jour en jour. » Mais, de crainte peut-être de s’être par trop éloigné, en associant émigration et émancipation138, de la doxa officielle, l’auteur s’empressait de rectifier ce qui aurait pu apparaître comme une apologie du déracinement : « Puisse cette école honnie par le trône et l’autel faire remonter le courant ; puisse-t-elle surtout, au lieu de donner aux jeunes gens des idées d’émigration, leur inspirer, mais d’une tout autre façon, l’amour du sol natal qui est un des éléments de la vitalité d’un pays, mais l’amour d’un sol natal affranchi de toutes les servitudes morales et matérielles, d’un sol natal travaillé avec ardeur et avec intelligence, avec les nouveaux procédés de culture et les nouvelles notions d’élevage. Bourniquel alors nourrira sa population et l’école laïque aura bien mérité de la France et de la République. »

  • 139 À titre d’exemple, l’introduction et la conclusion de la monographie de Boran [Oise] par l’institu (...)
  • 140 La littérature scolaire n’accordait qu’une place très réduite à la ville et au monde ouvrier. Voir (...)
  • 141 Manuel général de l’Instruction primaire, année 1888-1889, no 45, 9 novembre 1889.

58Et il faut reconnaître que les instituteurs monographes furent d’ardents défenseurs de la ruralité et de l’enracinement139. L’école fut l’un des principaux vecteurs de la propagation de l’agrarisme alors triomphant140. Ainsi le Manuel général de l’instruction primaire du 9 novembre 1889 suggérait-il à ses lecteurs de réfléchir au sujet de composition suivant : « Aimez-vous votre village ? Pourquoi ? Le quitterez-vous quand vos études seront terminées ? Motifs de votre détermination141. » Le corrigé proposé invitait, on s’en doute, à répondre par l’affirmative à la première des trois questions. Et l’argumentaire n’était rien d’autre qu’une énumération des différents topiques de l’idéologie localiste, que les monographies communales développaient à l’envi : assimilation de l’attachement à la petite patrie à la piété filiale ; apologie du travail de la terre ; valorisation de l’enracinement (« je n’ai pas d’autre ambition que d’acquérir une modeste aisance pour assurer le repos de mes vieux jours et dormir mon dernier sommeil dans le cimetière où reposent mes pères »).

  • 142 La Mayenne en 1900 vue par ses instituteurs, Laval, Archives départementales de la Mayenne, t. 1 (C (...)
  • 143 Instituteur de Brée, ibid., t. 1, p. 44 ; de Fromentières, ibid., t. 2, p. 203 ; de Loigné, ibid.,(...)
  • 144 Instituteur de Houssay, ibid., t. 2, p. 218.
  • 145 Ibid. et instituteur de Laigné, ibid., t. 2, p. 247.
  • 146 Ibid.
  • 147 Instituteur de Loigné, ibid., t. 2, p. 314.
  • 148 Instituteur de Bazouges, ibid., t. 2, p. 75.
  • 149 Ibid., t. 2, p. 404.

59Les instituteurs ne se contentaient pas de dénoncer le péril de l’exode. Ils proposaient dans leurs monographies des analyses souvent fort précises des dynamiques migratoires. Reportons-nous à la série des notices communales que rédigèrent en 1900 les instituteurs de la Mayenne. Vingt-cinq d’entre elles ont fait l’objet d’une édition récente142. L’une des rubriques du plan-programme dont les auteurs devaient s’inspirer portait précisément sur l’observation et l’interprétation des fluctuations démographiques. Les maîtres s’attachèrent en particulier à dégager les facteurs économiques de l’émigration vers la ville, incriminant la faiblesse des salaires dans l’agriculture143, la diffusion du machinisme144, la disparition des petites closeries145 et plus généralement la crise qui frappait alors l’agriculture (crise dont ils ne précisaient pas en quoi elle consistait). L’instituteur de Laigné soulignait quant à lui l’impact de l’ouverture de la ligne de chemin de fer de Craon à Chateau-Gontier : elle avait nui au commerce du bourg, et provoqué le départ d’une partie de ses habitants146. Les facteurs psychologiques n’étaient pas ignorés : les jeunes villageois trouvaient le travail de la terre trop pénible, et les profits dérisoires ; ils cherchaient, après leur service militaire, à travailler chez des bourgeois147. C’est aussi la liberté qu’on espérait trouver au bourg ou à la ville148. Dans la rubrique « costumes » de sa monographie, l’instituteur de Marigné-Peuton proposait une analyse subtile des mécanismes qui avaient conduit à l’établissement d’un flux migratoire : les femmes, désormais très attentives à la qualité de leur toilette, avaient pris l’habitude d’acheter leurs vêtements dans les magasins de nouveautés. En conséquence de quoi l’artisanat avait périclité dans la commune. Et les jeunes filles qui, autrefois, se faisaient ouvrières à la campagne, préféraient désormais la domesticité en ville149.

  • 150 Ibid., t. 2, p. 175.
  • 151 Ibid., t. 1, p. 119-120. « Pour chacune de ces désertions, écrivait l’instituteur de Brée, la campa (...)
  • 152 Monographies communales établies par les instituteurs de l’époque [1897], Arch. départ. du Morbiha (...)

60Mais, derrière l’analyse distanciée, et souvent assez fine, des dynamiques migratoires, perçait la réprobation. L’instituteur de Chemazé s’en prenait aux parents : « On ne veut pas faire de son fils, de sa fille, des paysans ! On rêve pour eux des emplois, des situations où ils auront moins de mal qu’aux champs… Hélas ! Pauvre père, pauvre mère, vous ne préparez le plus souvent à vos enfants que la servitude et la misère ! N’abandonnons point le sol natal. Si nous l’arrosons de nos sueurs, du moins nous y vivons libres, indépendants et la terre ne refuse point ses trésors à ceux qui la soignent convenablement150. » La diminution tendancielle de la population de La Chapelle-Rainsouin inspirait à l’instituteur communal de très vives inquiétudes. L’homme des champs a perdu toute estime de soi, écrivait-il. Il aspire à être un autre. Mais en renonçant à son identité rustique, il se corrompt. Et ce sont des êtres immoraux, des mauvais pauvres, qui affluent vers la ville : « On ne veut plus de la campagne : le travail est trop pénible, on n’y acquiert pas assez d’élégance ; on espère trouver en ville plus de bien-être, une existence plus agréable, une éducation plus soignée. Le paysan a honte de sa profession ; il ne veut plus montrer ses mains calleuses, il cherche dès qu’il le peut à se dépouiller de ses allures rustiques. Il envie le sort du citadin, il convoite l’emploi du bureaucrate, il déteste le fonctionnaire : il voudrait être à sa place ; il est devenu furieusement égoïste et jaloux. Il ne veut pas croire que la moitié de ceux qui désertent le foyer champêtre se préparent de navrantes déceptions avant de s’habituer à un régime auquel ils ne sont point initiés, et que l’autre moitié ira grossir le nombre des perturbateurs désœuvrés et des vagabonds sans honte et sans dignité qui font aujourd’hui la désolation et la ruine de notre société151. » Et si l’école était elle-même responsable de ce dégoût que le paysan éprouve pour sa personne, de cette désaffection pour le métier d’agriculteur, se demandait, angoissé, l’auteur de la notice. « Écartons bien loin de nous cette pensée », s’empressait-il d’ajouter. Mais au moins est-on en droit de se demander si l’instruction est « saine et bien distribuée ». Entendons : adaptée à son public. L’instituteur de La Chapelle-Rainsouin n’était pas le seul enseignant-monographe à se poser la question. Trois ans auparavant, les instituteurs et institutrices de l’arrondissement de Pontivy [Morbihan], non moins inquiets d’observer les signes annonciateurs d’une émigration massive des jeunes vers les grands centres urbains, préconisaient un renforcement de l’enseignement pratique de l’agriculture152. Et l’auteur de la note consacrée à Lanvénégen achevait son travail par cet avertissement : « Enfants, ne quittons jamais notre belle commune ! »

  • 153 Le Moniteur universel du 25 mai 1850.
  • 154 Ajoutons que la raréfaction de la main-d’œuvre dans les campagnes permit aux ouvriers agricoles d’ (...)
  • 155 Perrot M., « La fin des vagabonds », dans Les ombres de l’histoire. Crime et châtiment au XIXe siè (...)
  • 156 Veitl P., « La géographie sociale du crime et la pratique réformatrice d’Henri Joly », dans Mucchi (...)
  • 157 Cité par Veitl P., « La géographie sociale du crime », art. cit., p. 278.

61Ce n’est pas uniquement la crainte de l’hémorragie démographique, la perspective sinistre d’une campagne dépeuplée, qui exaspéraient les érudits de village et leur inspiraient de furieuses diatribes contre ces paysans dédaignant le beau métier d’agriculteur. Dans la dénonciation de l’émigration vers les villes apparaissait en filigrane le spectre d’une France parcourue en tous sens par une population dépourvue d’attaches géographiques. La fameuse intervention de Thiers dans le débat sur la loi électorale qui fut finalement votée le 31 mai 1850153 disait très explicitement sur quoi se fondait la méfiance des élites conservatrices à l’égard des populations nomades. Le domicile, affirmait Thiers à la tribune de l’Assemblée, est une garantie morale, du moins pour la moyenne de l’humanité. L’individu sédentaire est placé sous le regard de ses voisins, observé, jugé, apprécié par eux ; l’opinion des hommes et la crainte du châtiment peuvent seules le maintenir dans le bien. Mais le migrant, lui, se dérobe à l’emprise de ce système informel de contraintes, pour se fondre dans l’anonymat des grandes métropoles. L’émigration vers la ville était souvent assimilée à une forme d’insubordination (ce qui, nous l’avons suggéré, n’était peut-être pas totalement faux154). La répression du vagabondage fut particulièrement dure dans les années 1890155. Dans un ouvrage publié en 1889, Henri Joly, l’un des plus éminents représentants de la criminologie française, vint apporter la caution de la science à la pénalisation du migrant156. À l’image de nombre d’auteurs de monographies, il assimilait mobilité géographique et mobilité sociale, déplacement et déclassement. Si, par exemple, le département de l’Aisne se caractérisait par un taux de criminalité élevé, « c’est parce que la résidence n’[y] est pas fixe : on y est instable, on s’y déplace et, par conséquent, on s’y déclasse avec une grande facilité157 ».

L’histoire comme remède

  • 158 « Amanvillers et ses annexes. Essai d’histoire locale », Mémoires de l’Académie nationale de Metz,(...)

62L’histoire locale fut mise à contribution dans la lutte contre le « péril » de l’émigration rurale. Les monographes, d’abord, n’étaient pas avares de mises en garde et de recommandations. L’abbé F.-A. Weyland, par exemple, rappelait aux jeunes paysans d’Amanvillers [Moselle] tout ce qui les attachait à leur commune – la présence du foyer paternel, du clocher à l’ombre duquel ils avaient reçu la vie, du cimetière où reposaient leurs ancêtres –, et leur disait : « Ne vous en allez pas, vous au moins, soyez fidèles à votre toit, et, à l’exemple de vos aïeux, ne cherchez pas, dans l’agitation des villes, l’enivrement insolent des honneurs et du plaisir158 ! »

  • 159 Il faut citer le passage dans son intégralité : « Nous avons écrit ce livre pour renforcer et affe (...)
  • 160 En mai 1862 déjà, une circulaire de l’Inspecteur d’Académie de la Lozère demandait aux instituteur (...)
  • 161 Godot L., « Petite géographie de la commune du Tholy », Annales de la Soc. d’émul. du départ. des (...)
  • 162 Colin E., Petite histoire du Nivernais. Le Nivernais et les principaux événements de l’histoire gé (...)
  • 163 Meulet J., Monographie de la commune de Carlucet, op. cit.

63Mais on ne s’attache vraiment qu’à ce qu’on connaît bien. Et le meilleur moyen de faire aimer le pays natal est de le faire bien connaître. La formule, empruntée à l’Inspecteur primaire Germouty, maître d’œuvre d’un recueil de monographies communales de l’arrondissement de Gannat publié en 1919159, était reprise partout160. « Le but de l’ouvrage, écrivait par exemple l’instituteur du Tholy [Vosges] qui publia en 1899 une brochure sur cette commune, est de faire connaître aux enfants leur village pour qu’ils l’aiment davantage, sachent en apprécier les beautés et les ressources, et ne soient pas tentés de le déserter plus tard161. » Si, comme l’observait un professeur d’histoire au lycée de Nevers, les érudits et les enseignants ne pouvaient agir sur les causes économiques de l’émigration, du moins pouvaient-ils réagir contre ses causes morales, en ressuscitant le culte des champs, du foyer et de la petite patrie162, en luttant – à l’image de cet instituteur lotois qui s’attribuait le mérite d’avoir stoppé net l’émigration des paysans de Carlucet –, contre l’« humeur chagrine », les « désirs inquiets » qui poussaient les agriculteurs à s’expatrier pour chercher au loin un bonheur qu’ils auraient trouvé plus facilement chez eux : « [Leur commune] a de quoi répondre à des désirs simples et purs tels que le sage doit en concevoir, et s’ils lui montrent affection et dévouement, elle saura leur prodiguer, avec sa tendresse, les joies les plus innocentes et les plus vraies163. »

  • 164 Merle L.-L., « La commune de Soubran », op. cit., p. 244-245.
  • 165 Mascarel A., « L’amour du clocher. Principe d’attachement au sol natal », dans La désertion des ca (...)
  • 166 Les enfants de Carlucet [Lot], lorsqu’ils auront appris ce que fut, dans la suite des âges, ce vil (...)
  • 167 De La Chesnaie (rédacteur de la chronique provinciale de La Croix), dans Maurice A., L’histoire lo (...)

64Les monographes, pour dissuader les paysans de partir, s’attachaient par conséquent à mettre en valeur la civilisation villageoise, et célébraient les vertus paysannes. Abandonner le foyer de ses ancêtres, les saines traditions familiales, l’indépendance que donne la vie des champs, l’air pur des vallons, renoncer à la douce consolation de pouvoir reposer un jour dans la terre qui nous a vus naître, et tout cela pour le fallacieux mirage des villes, n’était rien moins qu’un acte de folie164. Une trahison aussi, à l’égard des ancêtres. On s’évertuait aussi à culpabiliser les candidats au départ. L’histoire locale était un bon moyen de rappeler aux paysans qu’honorer la mémoire de ses aïeux, leur rester fidèle, était un devoir auquel on ne pouvait se dérober. Un bon moyen, également, de recréer, à l’échelle de la commune, cet esprit de famille dont l’affaiblissement expliquait le relâchement des attaches locales165. Dans les monographies, on apprenait aux paysans quelle avait été l’existence de ceux qui les avaient précédés sur le sol de leur commune, les joies et les souffrances de leurs ancêtres. Ainsi faisait-on des villageois les dépositaires d’un héritage immatériel qu’ils devaient à leur tour transmettre166. Il s’agissait de « rendre effective la solidarité spirituelle qui s’établit entre les âges présents et les âges défunts. Cette solidarité bien comprise, bien entendue et soucieuse de se conserver, trouvera tout de suite des raisons de s’étendre du plan spirituel au plan professionnel. Par goût de fidélité complète aux qualités de la race, les terriens se sentiront raffermis dans leur résolution d’aimer la terre, celle qui fut honorée des semeurs de leur famille, et dont le charme séculaire, la poésie réelle et saine n’a besoin que d’une note légère, touchée par l’historien, pour affecter le sentiment de qui ne saurait définir cette poésie, mais la respire quotidiennement167 ».

  • 168 Olivier C., Thaon-les-Vosges, op. cit., préface.

65Soucieux de fixer sur le territoire de la commune de Thaon-les-Vosges une population ouvrière dont l’effectif avait décuplé, en l’espace de trente ans, à la suite de la fondation d’un établissement industriel particulièrement prospère, l’ingénieur Armand Lederlin, directeur de l’entreprise et maire de la commune, commanda à un érudit une histoire de la localité. « Vous avez jugé avec raison, écrivait l’historiographe de Thaon dans une dédicace au commanditaire de l’ouvrage, qu’un des moyens les plus efficaces de faire prendre racine aux vivants sur le sol qui les a vus naître, ou les a attirés par sa fécondité industrielle, était de leur remémorer les souvenirs du bon vieux temps, de leur apprendre l’histoire de leurs ancêtres et de les tenir enchaînés à leurs foyers et à leurs autels en développant, par les exemples du passé, l’esprit de charité et de solidarité, l’émulation dans la pratique des vertus chrétiennes et civiques, toutes choses qui moralisent les sentiments du cœur et l’animent du plus pur patriotisme168. » La filiation, bien entendu, était ici totalement fictive.

Notes

1 Gleyrose P., Petrucia-Peyrusse, op. cit., p. vii.

2 Ibid., p. 5 et p. 152.

3 Voguë L. de, « Rapport sur le concours de monographies communales », art. cit., p. 75.

4 « La commune de Béon », Bull. de la Soc. des sciences hist. et naturelles de l’Yonne, 1888, 42e volume, p. 229-252.

5 Carissan E., à propos d’une monographie de commune, Revue de Bretagne et de Vendée, 1865, p. 419-420.

6 Caze A., « Une commune rurale et une commanderie au Moyen Âge », Mémoires de l’Académie impériale des sciences, inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse, 1859, t. III, p. 223.

7 Laurent M., « Rapport sur le concours d’histoire », Mémoires de la Soc. d’agric. de la Marne, 1905, p. 47. Il identifiait également les villages aux « êtres organisés du monde biologique » (ibid., p. 50).

8 Leroy L., Les éphémérides communales. Le livre d’or de la France, Paris, Imp. E. Capiomont et Cie, 1897, 24 p. M. Jourdan, professeur au lycée Corneille de Rouen évoquait « une parcelle du sol national » (cité par Guénot S., Congrès national des sociétés françaises de géographie tenu à Rouen, 1903, p. 73).

9 « Discours prononcé à la séance de la Société d’émulation des Vosges le 17 décembre 1885 par M. Edgard Gazin, Avocat », Annales de la Soc. d’émulation du département des Vosges, 1886, p. 61. Voir aussi Dubost P., « Un coin de la France du centre. Monographie du village du Temple. Arrondissement de Brive (Corrèze) », La Réforme sociale, 1891, p. 834-898.

10 Marius Simon, un docteur en droit qui, en 1914, publia un plan de monographie communale, soutenait que la commune, « cette cellule irréductible, primaire, reproduction intégrale de tous les éléments essentiels du grand corps national et du grand corps universel, est, à elle seule, un petit monde ».Simon M., Monographies communales et enquêtes rurales. Conseils, méthode, cadre d’études, Reims, Rédaction et Administration, 1914. Maurice Pottecher, le fondateur du Théâtre du Peuple de Bussang [Vosges], poussait à la limite, dans sa préface à une Histoire de Bussang, cette dialectique de l’infiniment petit et de l’infiniment grand : la commune française était selon lui un modeste coin de terre, « un tout petit monde, humble, retiré, silencieux, où les générations se sont succédé pendant des siècles sans que le bruit de leurs pas éveillât d’autres échos que ceux de la montagne ». Mais « ce petit monde participe à l’existence totale d’un grand peuple et est, plus haut encore, un abrégé infime de l’immense humanité ». Pottecher M., préface à Richard, « Histoire de Bussang (Vosges) », Bull. de la Soc. philomatique vosgienne, 1909, p. 5.

11 Catalan A. de, Projet de Livre historique des communes, Saint-Quentin, Impr. Ch. Poëtte, 1881.

12 Gleyrose P., Petrucia-Peyrusse, op. cit., p. 2.

13 Voir sur cette question les travaux d’Anne-Marie Thiesse, en particulier : Thiesse A.-M., Ils apprenaient la France, op. cit, passim et Écrire la France, op. cit., passim

14 Principes de politique, Paris, Guillaumin, 1872 [1815], chap. xii (« Du pouvoir municipal et des autorités locales »). Voir Ozouf-Marignier M.-V., « Centralisation et lien social », art. cit.

15 Voir par exemple, de Fiévée J., « Réflexions sur la Constitution à venir, relatives aux biens de Commune et à la liberté compatible avec la Monarchie (21 mai 1814) », dans Correspondance politique et administrative, commencée au mois de mai 1814 et dédiée à M. le comte de Blacas, Paris, Le Normant, 1815, p. 1 sq. Ou l’intervention de Villèle devant les députés le 13 décembre 1815 (Archives parlementaires, 2e série, t. XV, p. 437). Sur cette question : Thadden R. Von, La centralisation contestée. L’administration napoléonienne, enjeu politique de la Restauration (1814-1830), Arles, Actes Sud, 1989.

16 Voir notamment son intervention dans le débat sur la loi électorale : Œuvres complètes de M. de Bonald, publiées par M. l’abbé Migne, Paris, J. P. Migne, 1859, t. 2, p. 1311-1339 (discours du 30 décembre 1816).

17 Ibid.

18 En particulier à l’occasion du débat autour de la Loi Laîné : Rosanvallon P., Le sacre du citoyen. Histoire du suffrage universel en France, Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », 1992, p. 286 sq.

19 Ozouf-Marignier M.-V., « Centralisation et lien social », art. cit. Sous le ministère Martignac, cette solution eut la faveur des jeunes libéraux du Globe (Thadden R. Von, La centralisation contestée, op. cit., chap. viii).

20 La Réforme du 19 octobre 1848, cité par Riemenschneider R., « Décentralisation et régionalisme au milieu du XIXe siècle », Romantisme. Revue du dix-neuvième siècle, 35, 1982 (1er trimestre), p. 15-33.

21 Ibid.

22 « S’il y a quelque chose de sacré et de respectable au monde, c’est l’individualité communale. C’est là que sont les souvenirs de la naissance, c’est là qu’est la religion des tombeaux, c’est là que sont les affections, c’est là que sont les intérêts, c’est là qu’est toute la vie sociale et intéressée des citoyens. » Son allocution fut saluée par des applaudissements nourris. Cité par Riemenschneider R., « La “Constitution populaire du canton (1850)” et le problème des petites communes en France », dans Pertué M. (dir.), L’Administration territoriale de la France, op. cit., p. 428.

23 Ibid, p. 431-437.

24 Lettre aux cultivateurs, Nantes, impr. de L. Guiraud, 1849, p. 25-26. Joigneaux développait dans ses articles une conception plus démocratique de la communauté villageoise, dont il affirmait qu’elle pouvait jouer le rôle d’école de la liberté politique. Sur ce point : Magraw R., « Pierre Joigneaux and Socialist Propaganda in the French Countryside, 1849-1851 », French Historical Studies, vol. 10, no 4, Autumn 1978, p. 599-640.

25 Texte cité par Vigreux M., Paysan et notables du Morvan au XIXe siècle, Château-Chinon, Académie du Morvan, 1987.

26 Ferry J., La lutte électorale en 1863, Paris, Dentu, 1863.

27 Ibid., p. 40.

28 Sur ce point : Hazareesingh S., From Subject to Citizen, op. cit., chap. iv (« Republican Municipalism ») et « Defining the Republican Good Life : Second Empire Municipalism and the Emergence of the Third Republic », French History, no 3, 1997, p. 310-337. Dans le Gard, la propagande républicaine définissait la commune autonome comme un groupement d’individus libres gérant les affaires locales : Huard R., La préhistoire des partis. Le mouvement républicain en Bas-Languedoc. 1848-1881, Paris, Presses de la FNSP, 1982, p. 209.

29 La démocratie, Paris, F. Chamerot, 1860, p. 244.

30 Huard R., « “Rural”. La promotion d’une épithète et sa signification politique et sociale des années 1860 aux lendemains de la Commune », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 45, no 4, oct.-déc. 1998, p. 789-806 ; Bleton-Ruget A., « “À bas les ruraux”. Polémiques et politique autour de la représentation nationale en France (février-juillet 1871) », dans Bouchet T. (dir.), L’Insulte (en) politique. Europe et Amérique latine du XIXe siècle à nos jours, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2005, p. 93-102 ; Chun S.-Y., « » Amis de l’Agriculture » (1870-1892) ou comment rallier les campagnes à la République ? », Histoire et Sociétés Rurales, no 20, 2e semestre 2003, p. 147-172.

31 Chun S.-Y., La propagande républicaine et la question paysanne au début de la Troisième République, thèse de doctorat en histoire, université de Paris I, 1990, 426 p.

32 Discours de Lille du 6 février 1876 (Reinach J., Discours et plaidoyers politiques de M. Gambetta, Paris, G. Charpentier, 1880-1885, vol. IV, p. 53 sq.)

33 C’est l’un des thèmes développés dans le grand discours de Paris du 23 avril 1875 (Reinach J., Discours et plaidoyers politiques de M. Gambetta, op. cit., vol. IV, p. 299-340). La question de la publicité des délibérations des conseils muncipiaux fut l’un des enjeux de la crise du 16 mai.

34 Hazareesingh S., « The Société d’Instruction Républicaine and the Propagation of Civic Republicanism in Provincial and Rural France, 1870-1877 », The Journal of Modern History, 71, june 1999, p. 271-307. Les historiens ont apporté une caution scientifique à cette idée d’un apprentissage de la démocratie par la vie municipale (Aulard A., Histoire politique de la Révolution. Origines et développement de la démocratie et de la république, 1789-1804, Paris, A. Colin, 1903, p. 349). Maurice Agulhon soutient que « le civisme de la commune a préparé la voie au civisme de la république, avant d’être absorbé par lui, et aussi revigoré par lui en retour » (Histoire de la France, rurale, t. 3, Apogée et crise de la civilisation paysanne, de 1789 à 1914, Paris, Le Seuil, 1976, p. 504).

35 Hazareesingh S., « The Société d’Instruction Républicaine », art. cit. Pour Jacquillon, La République n’était rien d’autre que l’organisation municipale appliquée à la France entière (ibid.).

36 Ibid.

37 Manuel Républicain, Paris, Germain-Baillière, 1872, p. 23. Pierre Rosanvallon observe que dans les discussions qui précédèrent l’adoption de la loi municipale de 1884, c’est une définition purement administrative de la commune qui prévalut. La commune fut assimilée à une personne morale, à une figure de la société civile et non à une société politique (Rosanvallon P., Le modèle politique français, op. cit., p. 360-369). La tradition républicaine, on le voit, offrait une autre option.

38 Et aussi sur l’histoire, c’est-à-dire la grandeur passée de la France (Keylor W. R., Academy and Community, op. cit., p. 40 sq.). La création de la Société des études du Lot fut une conséquence directe de l’onde de choc de Sedan : « Au lendemain de nos désastres, en décembre 1872, quelques citoyens zélés se réunirent à Cahors dans le but de mieux étudier le pays, cet ancien Quercy si cher à ses enfants, qui, jusqu’ici, il faut le reconnaître, s’étaient contentés d’un amour platonique. » En 1875, l’un des sociétaires exprima le désir que chaque commune fît l’objet d’une monographie particulière (Bull. de la Soc. des études du Lot, séance du 3 mai 1875).

39 Aini que l’a montré Anne-Marie Thiesse. Thiesse A.-M., Ils apprenaient la France, op. cit, p. 4-14 et passim et Écrire la France, op. cit., passim.

40 Discours de Gambetta, vol. 5, p. 91-94. Cité par Bleton-Ruget A., « Gambetta et la République des paysans (1871-1879) », dans Cornu P., Mayaud J.-L. (dir.), Au nom de la terre. Agrarisme et agrariens en Frange et en Europe du XIXe siècle à nos jours, Paris, La Boutique de l’Histoire, 2007, p. 51-64.

41 Thiesse A.-M., Ils apprenaient la France, op. cit, p. 3.

42 Ibid., passim.

43 Ou, comme chez l’historien de Vieuxvy-sur-Couesnon [Ille-et-Vilaine], du local par le national. En 1909, il exprimait le vœu « que toutes les localités, sans exception, eussent leur histoire, afin qu’en apprenant aux enfants à connaître la grande patrie, on leur apprît aussi à connaître la terre natale, l’histoire du pays ». Vigoland F., « Vieuxvy-sur-Couesnon », Annales de la Soc. de Saint-Malo, 1909, p. 3

44 Monographie de la commune de Saint-Loubès, op. cit. La formule était reprise partout. « L’étude des antiquités locales a un mérite particulier, écrivait en 1856 un collaborateur du Bulletin monumental, c’est celui de faire aimer davantage son pays et de faire mieux apprécier le sol sur lequel on est placé ; et par conséquent d’attacher plus vivement à la patrie » (Bull. monumental, 1856, p. 162). Voir encore : Dublanchy C., « Monographie historique du village de Génicourt-sur-Meuse », Mémoires de la Soc. des lettres de Bar-le-Duc, 1905-1906, p. 117.

45 Baudry J., « Saint-Mars-la-Jaille et ses anciens seigneurs », Revue de Bretagne et de Vendée, 1908, 2, p. 142.

46 Lettre-préface de A. E. André (Inspecteur de l’enseignement primaire à Reims) à Maussenet E. [instituteur en retraite], Recherches statistiques et historiques sur le village de Chalons-sur-Vesle [Marne], Reims, Bron-Bourquin, 1898.

47 « Les monographies communales », op. cit.

48 « Sans doute il y a des exceptions », admettait-il : beaucoup d’ouvriers des villes, les nomades, les déracinés, quelques fonctionnaires fils de fonctionnaires n’ont pour ainsi dire point de patrie. Mais il ne s’agit là que d’une minorité, « et parmi ces cosmopolites beaucoup s’enracinent dans une localité de prédilection, tant est vif en nous le besoin de se fixer quelque part, de ne pas être errant ». Ibid.

49 Germouty H., La Maurienne. Notices historiques et géographiques par les instituteurs de la circonscription de Saint-Jean-de-Maurienne précédées d’une vue d’ensemble, Saint-Jean-de Maurienne, Impr. Vuilliermet Fils, 1904, 2 vol. Et, du même, « L’histoire de la Savoie considérée dans ses rapports avec l’histoire de France », préface à La Maurienne vue par les instituteurs. Notices historiques et géographiques par les instituteurs de la circonscription de Saint-Jean-de-Maurienne précédées d’une vue d’ensemble de Monsieur Germouty, Inspecteur Primaire, vol. I, Saint-Jean-de-Maurienne, Éditions 73/La Croix Blanche, 1987 [rééd.].

50 Abbé Bigot-Valentin, Histoire populaire de Fontès (diocèse de Béziers) et de ses environs, Montpellier, typographie Grollier, 1878, p. ix-x. Fr. Abbadie, président de la Société de Borda et préfacier de la monographie d’Habas [Landes] ne disait pas autre chose (Daugé C., Habas. Son histoire, Dax, J. Pouyfaucon éd., 1906).

51 Lettre-préface d’H. Monin, professeur d’histoire, à Toulouze E., Histoire d’un village ignoré (Balneolum), Paris, Paul Schmidt, 1898.

52 Pour Jules Ferry, l’unité française pouvait trouver, dans les appartenances locales, une multitude de points d’ancrage. L’amour de la patrie restreinte portait en germe celui de la grande patrie. Ozouf M., « Jules Ferry et l’unité nationale », dans L’École de la France, op. cit., p. 400-415.

53 Legoux J., Histoire des Chapelles-Bourbon, Paris, Dupont, 1886, avant-propos.

54 Larive A., Honneur à mon pays natal, op. cit., postface.

55 « Abbaretz. Monographie historique et archéologique », Annales de la Soc. acad. de Nantes, 1898, p. 388.

56 Abbadie F., préface à Daugé C., Habas, op. cit.

57 Gallet C.-E., La ville et la commune de Beauvoir-sur-Mer, op. cit., p. 9-10.

58 Rossignol E. A., Monographies communales ou Étude statistique, historique et monumentale du département du Tarn, Toulouse, Delboy, 1864. L’auteur justifiait encore cette écriture fragmentée de l’histoire par l’absence totale de centralisation étatique au Moyen Âge.

59 « Dans cette œuvre de reconstitution, ajoutait-il […], le rôle des monographies communales s’affirme suffisamment pour qu’il soit superflu d’en souligner l’importance ». Mémoires de la Soc. des lettres de Bar-le-Duc, 1896, p. xxxviij.

60 Chauvin A., Mémoires pour servir à l’histoire naturelle, statistique, industrielle, agraire, politique, morale et religieuse de la commune de Contes et du hameau des Clos, Nice, Imprimerie et librairie du patronage Saint-Pierrre, 1885, p. 1.

61 Lettre-préface d’H. Monin, professeur d’histoire, à Toulouze E., Histoire d’un village ignoré, op. cit.

62 Société des agriculteurs de France. Compte rendu des travaux. 39e session générale annuelle, t. XXXIX. Session générale de 1908, p. 170.

63 Dublanchy C., « Monographie historique du village de Génicourt-sur-Meuse », Mémoires de la Soc. des lettres de Bar-le-Duc, 1905-1906, p. 117.

64 Génin A., « Un village mi-barrois, mi-champenois. 1242-1919. Épiez près Maxey-sur-Vaise (Meuse) », Mémoires de la Soc. des lettres de Bar-le-Duc, 1911, p. 4.

65 Boudant G., Histoire de Chantelle, op. cit, avant-propos. Cette métaphore de l’édifice (l’Histoire de France) élevé par de puissants architectes grâce à l’apport minuscule des historiens du terroir était reprise partout (Voir notamment : la préface de Pierre Flamant, archiviste départemental, à Bideau L., Bellenaves, op. cit). L’abbé Leuridan, archiviste du diocèse de Cambrai, qui joua un rôle clé dans l’« œuvre des Monographies paroissiales », comparait les curés historiens de leur village aux abeilles d’une ruche (Bull. de la Soc. d’études de la province de Cambrai, t. 1, p. 149-151).

66 C’est que qu’affirmait par exemple l’archiviste du département de l’Allier, par ailleurs président de la Société d’émulation du Bourbonnais, dans sa préface à la monographie de Bellenaves [Allier] (Bideau L., Bellenaves, op. cit.). Ou l’Inspecteur primaire Valladieu dans une lettre de félicitation adressée à l’instituteur de Carlucet [Lot] (Meulet J., Monographie de la commune de Carlucet, Cahors, J. Grima, 1891, 91 p.). Voir encore le discours de M. Mézières, de l’Académie française, à l’occasion d’une cérémonie de remise des prix à des instituteurs monographes (Bull. de la Soc. de géographie de l’Est, t. XII, 1890).

67 Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 1883, p. 372.

68 En 1890, par exemple, les membres de la Société de géographie de l’Est réfléchirent au moyen de « créer un monument complet de la géographie » de la Meurthe-et-Moselle. Une commission rédigea un rapport. Ce document recommandait la mise à contribution des instituteurs. On leur aurait demandé de décrire minutieusement le territoire de leur commune au triple point de vue géographique, historique et archéologique : « De cette façon tout ce qui peut être dit sur chaque parcelle de notre territoire se trouverait rapporté et en colligeant tous les travaux, nous devrions posséder les éléments d’une magnifique monographie du département », Bull. de la Soc. de géographie de l’Est, t. XII, 1890.

69 Vibert P., Notice sur Arsène Thévenot littérateur, Paris, A. Chérié, 1877.

70 Thévenot A., Éphémérides communales, Arcis-sur-Aube, Léon Frémont, 1892. Ce travail fut récompensé par l’Académie de l’Aube, mais aussi par l’Académie des sciences, qui décerna à l’auteur une mention honorable (Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, t. 75, 1872, p. 1312-1313).

71 Projet d’éphémérides communales et de travail topographique, historique et statistique soumis au Sénat et à la Société d’Académie de l’Aube, Nogent-sur-Seine, imprimerie et lithographie Faverat, octobre 1861.

72 Ibid.

73 Ibid.

74 Ibid.

75 Thévenot présenta lors de la XXXIe session du Congrès scientifique de France un mémoire intitulé « De la décentralisation intellectuelle et des progrès des arts, des sciences et des lettres en province » (Congrès scientifique de France, XXXIe session, Troyes (août 1864), Paris, Derage, Troyes, Dufour-Bouquot, 1865, p. 613-614). À l’occasion de la même session, le chevalier de Maynard avait émis le vœu que fût créée une « association nationale pour l’émancipation intellectuelle des provinces » dont on perçoit d’emblée le caractère en soi paradoxal (ibid., p. 611-612). Arcisse de Caumont ne disait pas autre chose, dans un article du Bulletin monumental de 1864 : « On ne saurait trop encourager les monographies, les histoires locales : c’est par la circonférence et non par le centre que l’histoire de France pourra être refaite ; c’est-à-dire qu’il faut l’étudier par parties dans nos provinces pour pouvoir faire un bon tout. » Bull. monumental, 1864, p. 559.

76 Sur cette tension : Chaline J.-P., Sociabilité et érudition, op. cit., p. 347-391.

77 Dumont D., Notice historique et statistique sur la commune d’Abbecourt, op. cit., p. 5-8.

78 Gallet C.-E., La ville et la commune de Beauvoir-sur-Mer, op. cit., p. 9-10.

79 Projet de Livre historique des communes, op. cit.

80 Ibid.

81 Le journaliste Charles Poëte, conseiller municipal de Saint-Quentin et auteur lui-même d’une monographie de commune, très favorable à l’initiative de Catalan, suggérait que la lecture des monographies communales fût rendue obligatoire à l’école (ibid.).

82 Ibid., p. 18.

83 Il eut cependant un certain retentissement dans l’univers des sociétés savantes : il fut discuté en 1883 par l’archiviste des Vosges dans une notice que publia la Société d’émulation de ce département (Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 1883, p. 369-372).

84 Legoux J., Histoire des Chapelles-Bourbon, op. cit.

85 « Courte étude sur Hattonchâtel », Mémoires de la Soc. des lettres de Bar-le-Duc, 1887, p. 1-2.

86 Thévenot A., Éphémérides communales, op. cit.

87 Il comportait trois articles. Art. 1er. Il sera ouvert dans toutes les mairies de France et des colonies, sous le titre d’Éphémérides communales, un registre sur lequel seront inscrits dans leur ordre chronologique, tous les faits accidentels et autres, de nature à intéresser la commune et à former la base de son histoire. Art. 2. Ce registre sera tenu en double expédition comme ceux de l’état civil. Art. 3. Un règlement d’administration publique déterminera la forme spéciale de ce registre ainsi que le mode et l’objet de sa rédaction.

88 Événements météorologiques, épidémies, sinistres, accidents, fêtes, actes d’héroïsme, de vertu, de bienfaisance, de dévouement, récoltes, époques des moissons et des vendanges, procédés de culture, innovations, rendements…

89 Le Bulletin de géographie historique et descriptive publia en 1889 un projet tout à fait comparable de description complète des cantons français.

90 Les éphémérides communales. Le livre d’or de la France, op. cit. Un an auparavant, Henri Labourasse réclama dans le Bulletin de la Soc. des lettres de Bar-le-Duc, une loi imposant aux communes la tenue d’un registre d’éphémérides (Mémoires de la Soc. des lettres, sciences et arts de Bar-le-Duc, 1896, p. 458).

91 Ibid.

92 Le Progrès du Morbihan, 17 juillet 1897.

93 Article reproduit notamment dans L’Avenir du Morbihan du 5 septembre 1900 (mais aussi dans Le Phare de Bretagne, Le Journal de Ploërmel et l’Union libre du Morbihan).

94 Bull. de la Soc. des sciences hist. et nat. de l’Yonne, 1913, p. lxxxvii-lxxxviii et cxvii-cxix.

95 « L’histoire locale à l’école primaire. Un « Livre de Raison » dans chaque commune », Manuel général de l’instruction primaire, 80e année, no 50, 23 août 1913, p. 577-578. On mentionnera un dernier exemple, pratiquement contemporain des deux précédents, mais qui concernait cette fois le patrimoine naturel des communes. Il était signé Léon Conill, instituteur, et figurait en conclusion d’une monographie de Sorède et Lavall [Pyrénées-Orientales] publiée en 1911. L’auteur suggérait que soit mis en œuvre un programme de « monographies scientifiques communales ». Les instituteurs, les médecins, les pharmaciens, « en un mot tous ceux qui auraient des notions plus ou moins étendues sur les sciences naturelles » seraient chargés de la réalisation de ces notices, où figureraient des données relatives à la géologie, à la botanique, à l’entomologie… Un comité de naturalistes départementaux (qui, à l’occasion, feraient office de guides et de conseillers) recevrait ces monographies, les contrôlerait et établirait à son tour la monographie scientifique du département. « Toutes les monographies départementales, transmises à Paris, permettraient à des savants spécialistes d’élaborer une histoire naturelle de la France aussi parfaite que possible » (Conill L., « Esquisse d’une monographie scientifique de Sorède et Lavall », Soc. agric., scient. et litt. des Pyrénées-orientales, vol. 52, 1911, p. 483-484).

96 Son existence est mentionnée dans la correspondance d’Hippolyte Sauvage, érudit normand qui publia un ensemble de notices sur les communes du Mortannais (« Hippolyte Sauvage et l’histoire du Mortannais (1823-1914) », art. cit.), dans le journal de Théodore Chalmel et dans un compte rendu publié dans le Revue historique (1911, t. 108, p. 178).

97 Cité par Thiesse A.-M., Écrire la France, op. cit., p. 65.

98 Ibid., p. 68.

99 Gleyrose P., Petrucia-Peyrusse, op. cit. L’identification de la commune à une cellule vivante inspira, dans l’entre-deux-guerres, des projets de régénération nationale par le local. Payre R., « Une République des communes. Henri Sellier et la réforme municipale en avril 1942 », Genèses, 41, décembre 2000, p. 143-163.

100 Voguë L. de, « Rapport sur le concours des monographies communales ouvert en 1903 », art. cit., p. 75.

101 Thiesse A.-M., Ils apprenaient la France, op. cit.

102 Une paroisse vendéenne sous la terreur, op. cit., p. 129. À l’inverse, le curé de Montsalvy [Cantal], dans la partie statistique de sa monographie qu’il publia en 1843, faisait l’hypothèse d’une croissance démographique de la commune jusqu’à l’orée du XXe siècle. Il n’imaginait pas la possibilité d’une dépopulation sous l’effet de l’émigration vers la ville. Et calculait que l’effectif de la population allait s’accroître de 400 âmes entre 1842 et 1900, pour atteindre le chiffre 1 350 habitants au commencement du XXe siècle. En réalité, la commune ne comptait plus que 1 000 habitants au recensement de 1901. Muratet G., Notice historique sur Montsalvy, op. cit.

103 Toutes les données démographiques relatives aux localités mentionnées dans ce paragraphe proviennent de la base de données suivante : Des villages de Cassini aux communes d’aujourd’hui. Territoires et population, deux siècles d’évolution : http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/6_index.htm.

104 Kale S. D., Legitimism and the Reconstruction of French Society. 1852-1883, Baton Rouge and London, Louisiane State University Press, 1992, chap. IX (« Repeopling the Countryside »), p. 233-260. L’abbé Augustin Devoille publia en 1854 l’un des premiers romans de l’exode rural : Devoille A., La Charrue et le Comptoir, ou la ville et la campagne, Paris, J. Vermot, 1854 (référence mentionnée dans : Puymège G. de, Chauvin, le soldat-laboureur, op. cit., p. 214).

105 Dujay J., Statistique de Mareuil-lez-Meaux, op. cit., p. 40.

106 Annales de la Soc. acad. Loire-Inférieure, 1847, p. 442 et p. 464 sq.

107 Sur l’opposition entre la pureté des campagnes et la corruption des villes dans le roman pastoral : Ponton R., « Les images de la paysannerie dans le roman rural à la fin du XIXe siècle », Actes de la recherche en sciences sociales, 17-18, novembre 1977, p. 62-71.

108 Cornu P., Mayaud J.-L., « L’agrarisme, question d’histoire urbaine ? », art. cit., p. 33-53.

109 Charon-Bordas J., Ouvriers et paysans au milieu du XIXe siècle. L’enquête de 1848 sur le travail, Paris, Publisud, 1994, p. 61. Voir encore : Bleton-Ruget A., « Travail et territoire », art. cit., p. 42-43.

110 Bleton-Ruget A., « Aux sources de l’agrarisme républicain : la propagande démocrate-socialiste et les campagnes (1848-1851) », Cahiers d’histoire, tome 43, no 2, 1998, p. 283-299.

111 En 1903, selon Paul-André Rosental. E. Vandervelde publia cette année-là L’Exode rural et le retour aux champs (Paris, Alcan). Rosental P.-A., Les sentiers invisibles, op. cit., p. 37 (note 19).

112 Farcy J.-C., Faure A., La mobilité d’une génération de Français. Recherche sur les migrations et les déménagements vers et dans Paris à la fin du XIXe siècle, Paris, INED, coll. « Les cahiers de l’INED », no 151, 2003, p. 1-2.

113 En 1914, l’épouse d’un bûcheron du Cher excitait son mari à « déserter la campagne » où le travail était mal rémunéré (Pigenet M., Ouvriers, paysans, nous sommes… Les bûcherons du Centre de la France au tournant du siècle, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 57). Pour la période des années 1950, voir les remarques de Laurence Wylie sur Chanzeaux : si les parents s’inquiétaient du départ des jeunes vers la ville ou vers une autre commune, ces derniers, qui n’éprouvaient aucun patriotisme de clocher, voyaient dans l’émigration la condition sine qua non de la réalisation de leurs espérances (Wylie L., Chanzeaux, village d’Anjou, op. cit., p. 395 et 409-410).

114 On se contentera de mentionner ici quelques-uns parmi les principaux travaux de synthèse consacrés à la question : Désert G. dans Agulhon M. (dir.), Histoire de la France rurale, op. cit., t. 3, p. 59-85, 221-225 et 398-401 ; Dupâquier J. (dir.), Histoire de la population française, t. 3 : De 1789 à 1914, Paris, Presses universitaires de France, 1988, p. 177-198. Et les réflexions de Rosental P.-A., Les sentiers invisibles, op. cit., passim.

115 Burns M., Rural Society and French Politics : Boulangisme and the Dreyfus Affair, 1886-1900, Princeton, Princeton University Press, 1984, p. 12-13.

116 Duby G., Wallon A., Histoire de la France rurale, t. 4, La Fin de la France paysanne, sous la direction de Michel Gervais, Paris, Le Seuil, coll. « L’Univers historique », 1977, p. 309-315.

117 Jacquet-Francillon F., Instituteurs avant la République, op. cit., p. 229 sq. et Day C. R., « The Rustic Man… », art. cit.

118 Comet A. de, Monographie de la commune de Saint-Loubès [Gironde], op. cit, p. 494. Il est à noter que la population de Saint-Loubès ne cessa d’augmenter tout au long du XIXe siècle, en dépit d’un léger fléchissement à la fin du règne de Napoléon III, précisément au moment où de Comet publiait sa monographie. Louis Sifroy Bonifay, dans la partie statistique de son travail sur Cuges [Bouches-du-Rhône] attribuait la diminution de la population (assez nette, il est vrai, depuis 1831) à l’amélioration des transports (Sifroy Bonifay L., Essai historique et statistique sur la commune de Cuges, op. cit.).

119 Lynch E., « Les usages politiques du soldat laboureur : paysannerie et nation dans la France et l’Europe agrariennes. 1880-1945 », dans Mayaud J.-L., Raphael L. (dir.), Histoire de l’Europe rurale contemporaine, op. cit., p. 332-349. Sur l’agrarisme des instituteurs monographes de la Meurthe-et-Moselle : Bonnet S., Santini C., Barthelemy H., « La vie ouvrière vue par les instituteurs en Meurthe-et-Moselle (1890-1900) », Le Mouvement social, 1965, p. 81-96.

120 Lepelletier F., « Rapport sur les monographies de communes et les observations locales envoyées au congrès », dans La désertion des campagnes. XXIXe congrès de la Société internationale d’économie sociale et des unions de la paix sociale fondées par P. F. Le Play. Actes et discours principaux. Résumé des mémoires. Reproduction de tous les discours, Paris, Au secrétariat de la Société d’économie sociale, 1919, p. 143-151.

121 Dans sa monographie de Limésy [Seine-Inférieure], publiée en 1899, le curé de Canteleu expliquait le dépeuplement de la commune par la disparition du tissage à domicile (Rolin I., La commune de Limésy, op. cit., p. 342).

122 L’abbé Daugé incriminait le droit successoral (Daugé C., Habas, op. cit.).

123 Le Béchennec R., La représentation de la dépopulation des campagnes bretonnes (1870-1930) au sein des élites, mémoire de master 1, université de Bretagne Sud, 2006.

124 Ce n’était pas tant la dépopulation de la province qui inquiétait le clergé breton sous la Troisième République (il encourageait les migrations vers les campagnes du Québec), que la perspective d’une déchristianisation par l’effet de l’urbanisation (ibid., passim).

125 Grégoire P., Histoire de Sucé, op cit., p. 7-9. Le clergé de Limerzel [Morbihan] continuera à se répandre en diatribes contre la ville durant l’entre-deux-guerres (Lambert Y., « L’évolution des rapports entre l’espace et le sacré… », art. cit.).

126 Cheysson E., « La monographie de commune », art. cit.

127 Ibid., p. 293.

128 Comptes rendus des travaux de la Soc. des agriculteurs de France. Vingt-huitième session générale annuelle, t. XXVIII. Session générale de 1897, p. 237 sq.

129 Robert Paxton rappelle la violence des sentiments d’hostilité à l’égard de l’instituteur, accusé d’être un agent de l’impérialisme urbain. Paxton R. O., Le temps des chemises vertes. Révoltes paysannes et fascisme rural. 1929-1939, Paris, Le Seuil, 1996, p. 54-55.

130 Champagne P., « La restructuration de l’espace villageois », Actes de la recherche en sciences sociales, 1975, vol. 1, no 3, p. 43-67. Ce genre d’accusation apparut très tôt. Dès 1866 en Normandie : Hubscher R., Farcy J.-C. (dir.), La moisson des autres. Les salariés agricoles au XIXe et XXe siècle, Grâne, Créaphis, 1996, p. 107.

131 Prudhomme, « Contrisson », Mémoires de la Soc. des lettres de Bar-le-Duc, 1896, p. 337.

132 Lepelletier F., « Rapport sur les monographies de communes », art. cit.

133 Gleyrose P., Petrucia-Peyrusse, op. cit. Dans le même veine : Leroy L., Les éphémérides communales, op. cit.

134 On veut faire de son fils un « Mossieu » observait en 1901 le desservant de Saint-Contest [Calvados]. C’est pourquoi on le place petit clerc chez un huissier, un avoué, un notaire : et il ira grossir la masse des déclassés dont les villes fourmillent. Et pendant ce temps l’agriculture manque de bras (Abbé Élie, Histoire de la paroisse de Saint-Contest, op. cit) ! Dans les années 1840 déjà, des juges de paix blâmaient l’attitude prétentieuse des fils d’agriculteurs aisés allant s’installer en ville pour assouvir leur ambition. Margadant T., French Peasants in Revolt. The Insurrection of 1851, Princeton, Princeton University Press, 1979, p. 67 et 73.

135 Maurice A., L’histoire locale moyen d’apostolat rural, op. cit., passim.

136 Grosso R., « L’École et l’exode rural », Annales universitaires. Faculté des Lettres et sciences humaines, Avignon, no 1-2, 1978, p. 29-36.

137 Monographies des communes du canton de Beaumont, op. cit.

138 Au XIXe siècle, l’exode vers les villes et les zones industrielles était, pour les paysans pauvres, un moyen d’échapper aux formes les plus contraignantes d’exploitation (on pense bien sûr aux prolétaires prussiens qui, dans la seconde moitié du siècle, migrèrent vers les grandes métropoles de l’ouest de l’Allemagne). Pour François Weil, l’émigration des paysans pyrénéens vers les Amériques peut être assimilée à une forme de dissidence (Weil F., « Intégration au national et migrations aux Amériques. Réflexions sur l’exemple français », dans La politisation des campagnes au XIXe siècle. France, Italie, Espagne, Portugal, Paris, École française de Rome, 2000, p. 197-206).

139 À titre d’exemple, l’introduction et la conclusion de la monographie de Boran [Oise] par l’instituteur de la commune (Bull. de la Soc. d’études hist. et scient. de l’Oise, 1908, t. IV, 65-75).

140 La littérature scolaire n’accordait qu’une place très réduite à la ville et au monde ouvrier. Voir par exemple Ozouf M., Ozouf J., « Le Tour de la France par deux enfants. Le petit livre rouge de la République », dans Nora P. (éd.), Les lieux de mémoire, op. cit., t. 1, p. 288.

141 Manuel général de l’Instruction primaire, année 1888-1889, no 45, 9 novembre 1889.

142 La Mayenne en 1900 vue par ses instituteurs, Laval, Archives départementales de la Mayenne, t. 1 (Canton de Montsûr), 2002, 272 p. et t. 2 (Canton de Château-Gontier), 2005, 531 p.

143 Instituteur de Brée, ibid., t. 1, p. 44 ; de Fromentières, ibid., t. 2, p. 203 ; de Loigné, ibid., t. 2, p. 314.

144 Instituteur de Houssay, ibid., t. 2, p. 218.

145 Ibid. et instituteur de Laigné, ibid., t. 2, p. 247.

146 Ibid.

147 Instituteur de Loigné, ibid., t. 2, p. 314.

148 Instituteur de Bazouges, ibid., t. 2, p. 75.

149 Ibid., t. 2, p. 404.

150 Ibid., t. 2, p. 175.

151 Ibid., t. 1, p. 119-120. « Pour chacune de ces désertions, écrivait l’instituteur de Brée, la campagne compte un travailleur de moins, la ville un pauvre diable de plus » (ibid., t. 1, p. 45).

152 Monographies communales établies par les instituteurs de l’époque [1897], Arch. départ. du Morbihan, 1 J 47. Voir notamment les monographies de Saint-Caradec-Trégomel, Plumelin et Moustoir-ac. Sur cette question : Chanet J.-F., « L’école rurale et la “désertion des champs”. Les débats sur la place de l’agriculture dans l’enseignement primaire des années 1880 aux années 1920 », dans Cornu P., Mayaud J.-L. (dir.), Au nom de la terre. Agrarisme et agrariens en France et en Europe du XIXe siècle à nos jours, Paris, La Boutique de l’Histoire, 2007, p. 93-118.

153 Le Moniteur universel du 25 mai 1850.

154 Ajoutons que la raréfaction de la main-d’œuvre dans les campagnes permit aux ouvriers agricoles d’exiger des salaires plus élevés, ce dont les notables se plaignaient beaucoup.

155 Perrot M., « La fin des vagabonds », dans Les ombres de l’histoire. Crime et châtiment au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 2001, p. 317-336.

156 Veitl P., « La géographie sociale du crime et la pratique réformatrice d’Henri Joly », dans Mucchielli L. (dir.), Histoire de la criminologie française, Paris, La Découverte, 1995, p. 269-285. On observera que certaines théories contemporaines de la déviance ne sont pas très éloignées des présupposés d’un Joly : pensons par exemple à l’Uprooting Theory of Crime (Donovan J. M., « The Uprooting Theory of Crime and the Corsicans of Marseille, 1825-1880 », French Historical Studies, 13 [1984], p. 500-528).

157 Cité par Veitl P., « La géographie sociale du crime », art. cit., p. 278.

158 « Amanvillers et ses annexes. Essai d’histoire locale », Mémoires de l’Académie nationale de Metz, 1911, p. 119-121. La brochure sur Saint-Amé [Vosges] que son auteur, Napoléon Marchal, distribua aux habitants de la commune avait « pour but de les attacher davantage à leur village » (Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 1905, p. 41).

159 Il faut citer le passage dans son intégralité : « Nous avons écrit ce livre pour renforcer et affermir, dans les cœurs, l’amour de la terre bourbonnaise. Nous avons la conviction qu’un des devoirs impérieux de l’école rurale est de retenir, aux champs, les enfants de la campagne, que chaque instituteur doit avoir pour principal objectif de contribuer à enraciner dans le pays où ils sont nés les fils de nos cultivateurs et de nos fermiers. Mais, comme on ne s’attache vraiment qu’à ce qu’on connaît bien, nous pensons qu’un des meilleurs moyens de faire aimer le pays natal est de le faire bien connaître. » Germouty H., « Monographies communales », avant-propos à L’arrondissement de Gannat et le canton de Montmarault, op. cit., p. 5-8.

160 En mai 1862 déjà, une circulaire de l’Inspecteur d’Académie de la Lozère demandait aux instituteurs de recueillir tous les renseignements nécessaires à la confection de notices communales : les enfants, expliquait le fonctionnaire, doivent apprendre à connaître leur sol natal afin de s’y attacher et, plus tard, choisir de rester au pays. Arch. départ. de la Lozère, 1 T 681-682 (circulaire du 1er mai 1862).

161 Godot L., « Petite géographie de la commune du Tholy », Annales de la Soc. d’émul. du départ. des Vosges, 1899 (Rapport de la commission historique et archéologique). Voir encore Génin A., « Un village barrois », art. cit., p. 3. L’auteur d’une brochure programmative affirmait que « ce serait un excellent moyen de réagir contre le funeste entraînement qui pousse les populations rurales à abandonner la vie calme et heureuse des champs pour les déceptions et la misère qui les attendent dans les villes, que de doter chaque commune de son histoire particulière ». Leroy L., Les éphémérides communales. Le livre d’or de la France, op. cit.

162 Colin E., Petite histoire du Nivernais. Le Nivernais et les principaux événements de l’histoire générale, Nevers, Th. Ropiteau, 1901, p. xi-xvi.

163 Meulet J., Monographie de la commune de Carlucet, op. cit.

164 Merle L.-L., « La commune de Soubran », op. cit., p. 244-245.

165 Mascarel A., « L’amour du clocher. Principe d’attachement au sol natal », dans La désertion des campagnes, op. cit., p. 156-174.

166 Les enfants de Carlucet [Lot], lorsqu’ils auront appris ce que fut, dans la suite des âges, ce village que ne cessèrent d’aimer ceux qui l’habitèrent, « voudront lui rester fidèles, passer la vie sur la terre de leurs aïeux, et autant que possible sous le toit qui les a vus naître » (Meulet J., Monographie de la commune de Carlucet, op. cit.). Le préfacier d’une monographie consacrée à la commune de Coulours [Yonne] écrivait que les habitants « y trouveront des raisons d’aimer leur pays natal, de s’y plaire et, espérons-le, de lui demeurer attachés par d’autres liens que ceux de la terre : dans ces pages bourrées de noms et de faits tout personnels, pleines d’images familières, ils reconnaîtront leurs ancêtres ». Morin L., préface à Brisbois H., Coulours, op. cit.

167 De La Chesnaie (rédacteur de la chronique provinciale de La Croix), dans Maurice A., L’histoire locale moyen d’apostolat rural, op. cit., p. xxx.

168 Olivier C., Thaon-les-Vosges, op. cit., préface.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540