Version classiqueVersion mobile

Une mémoire de papier

 | 
François Ploux

Chapitre 4. L’atelier de l’historien de village

Texte intégral

  • 1 Histoire de la paroisse de Saint-Aubin-de-Baubigné (Deux-Sèvres), Saint-Maixent, Maison de la bonne (...)
  • 2 Le Lot vu par ses maîtres d’école, op. cit., t. 3, p. 37.
  • 3 E. Perchet, un ancien juge de paix, travailla douze ans à l’histoire de Pesmes [Haute-Saône]. L’ou (...)

1En 1908, l’abbé Théophile Gabard publia une monographie de Saint-Aubin-de-Baubigné [Deux-Sèvres] à laquelle il avait consacré une bonne partie de ses loisirs : « Cette histoire m’a coûté bien des recherches, expliquait-il à ses paroissiens. Depuis vingt-six ans que je suis au milieu de vous, j’y ai toujours un peu pensé, et, depuis longtemps, j’en réunis les matériaux ; examinant la nature des terrains, notant les curiosités, le style, la date des maisons, interrogeant les vieillards sur les anciens usages, déchiffrant les archives communales et paroissiales, les papiers des familles, et surtout les archives si riches de la famille la Rochejacquelein, sans compter les documents qui concernent Saint-Aubin conservés dans les archives de Poitiers, de Niort, et de la Rochelle1. » Le lecteur qui aurait souhaité s’informer des méthodes de travail de l’abbé aurait dû se contenter de ces deux phrases. Sur cette question du mode opératoire, les historiens de village n’étaient jamais très loquaces. Ils estimaient plus important de préciser leurs motivations, ou les objectifs qu’ils poursuivaient. Il était rare qu’ils évoquent, sinon par allusion, les moyens qu’ils avaient mis en œuvre pour parvenir à leurs fins. Cette discrétion ne laisse pas d’étonner, de la part de chercheurs qui aimaient à se définir comme de simples ouvriers employés sur le chantier des études historiques (l’instituteur de Catus [Lot] se comparait par exemple à un maçon2). D’autant plus que certains consacraient jusqu’à vingt ou trente années de leur vie à la préparation d’une seule monographie3.

  • 4 Il publia plusieurs articles sur la chanson populaire et l’alimentation paysanne dans les Mémoires (...)
  • 5 La Maurienne, notices historiques et géographiques par les instituteurs de la circonscription de Sa (...)
  • 6 L’arrondissement de Gannat et le canton de Montmarault par les instituteurs de la circonscription d (...)
  • 7 « Les monographies communales », Le Volume : journal des instituteurs, t. XVIII, 1905, 30 décembre (...)

2Il est difficile de savoir en quoi consistait le travail de l’érudit aux différents stades de la réalisation d’une monographie si l’on s’en tient aux seules indications fournies par les auteurs. C’est pourquoi nous nous sommes tourné vers des sources normatives. Le plan de travail que l’Inspecteur d’Académie Henri Germouty (1868-1947) publia à l’intention des instituteurs désireux de réaliser une monographie de commune se distingue notamment, parmi de très nombreuses brochures du même genre, par sa grande précision. Lui-même ancien instituteur, et auteur de travaux sur le folklore du Massif central4, Germouty avait dirigé plusieurs collections de monographies communales : lorsqu’il était Inspecteur primaire en Savoie d’abord5, puis à la suite de sa nomination dans l’Allier en 19096. Il savait, par conséquent, de quoi il parlait. C’est dans le numéro du Volume du 30 décembre 1905 qu’il publia son opuscule7. Laissons pour l’instant de côté les paragraphes où Germouty justifiait la nécessité d’une histoire locale des villages. C’est l’aspect purement méthodologique de cette brochure qui importe pour l’heure. Les conseils prodigués par Henri Germouty recoupent pour l’essentiel les quelques informations que l’on peut glaner dans les monographies elles-mêmes. Pour se faire une idée de la manière dont les érudits préparaient leurs monographies, il n’est qu’à suivre ce guide.

Préparer une monographie

La tradition orale et l’histoire

  • 8 Sylvain Milbach observe que les monographies manuscrites circulaient parmi les prêtres du diocèse (...)
  • 9 Bourgeois A., « Rapport de la commission d’histoire et d’archéologie », Annales de la Soc. d’émula (...)
  • 10 Daugé C., Habas, op. cit.
  • 11 Cauquil G. [instituteur], Petite histoire locale et monographie de la ville de Graulhet (Tarn), Al (...)
  • 12 Cité par Morel J., Biéville-sur-Orne. Histoire d’une petite commune du Calvados, Caen, Louis Jouan (...)
  • 13 Sylvain Milbach constate la même absence de références aux grands auteurs chez les curés historien (...)

3Première étape : consulter, pour s’en inspirer, des monographies des localités voisines8. Puis dépouiller, plume en main, les différentes publications ayant trait à la région, à la province ou au département. Germouty n’évoquait pas les ouvrages d’histoire générale. Cette omission est révélatrice. Les monographes, d’ailleurs plutôt avares de références bibliographiques, ne citaient presque jamais les grands auteurs contemporains, sinon pour justifier le choix d’une histoire micro-locale : « Il faut, disait le regretté Fustel de Coulanges, qui fut pourtant un grand généralisateur, faire l’histoire de France par villages9 » ; « L’histoire de nos villages, c’est l’histoire de France en petits morceaux (V. Hugo10) » ; « Le grand livre vivant, c’est la Patrie. On l’épelle dans la commune (Michelet11) » ; « L’histoire générale est faite avec des histoires locales (H. Houssaye12) », etc. Il est difficile, dans ces conditions, de se faire une idée de la culture historique des érudits, qui ne mentionnaient que les travaux d’érudition locale13.

4Pour préparer les matériaux de la partie géographique, il est bon, expliquait Germouty, de parcourir plusieurs fois la commune « dans tous les sens », de visiter tous les sites, toutes les vallées, tous les hameaux, en accordant une attention particulière aux lieux-dits qui rappellent un souvenir marquant. L’enquête monographique, comme en témoigne d’ailleurs l’introduction de l’histoire de Saint-Aubin-de-Baubigné citée au début du chapitre, consistait à établir la topographie mémorielle du village.

  • 14 « Les monographies communales », art. cit., p. 166.
  • 15 « Monographie de la paroisse de Plonévez-Porzay », Bull. de la Soc. arch. du Finistère, t. XVIII, (...)
  • 16 Guilloux J.-M., « Études sur une paroisse bretonne. Brandivy », Revue historique de l’Ouest, 6e an (...)
  • 17 Bouteville, « Histoire de la commune de Ponchon », Bull. de la Soc. d’études hist. et scient. de l (...)
  • 18 Audo, « Quelques notes sur Saint Caradec et son ancien monastère », Bull. de la Soc. d’émulation d (...)
  • 19 Instituteur de Catus : « Nous avons consulté bien des vieillards ». Le Lot vu par ses maîtres d’éc (...)
  • 20 Instituteurs de Catus et de Boissières. Ibid., t. 3, p. 48 et 66.
  • 21 Instituteur de Catus. Ibid., t. 3, p. 51-52.
  • 22 « Au dire des gens de Calamane, cette commune a eu renfermé dans son sein bien près de cinq cents (...)
  • 23 Instituteur de Calamane. Le Lot vu par ses maîtres d’école, op. cit., t. 3, p. 74. Le « public » n (...)
  • 24 La Révolution française, 1893, 1, p. 194 (« Discours à l’occasion de l’assemblée générale de la Soc (...)
  • 25 « L’histoire provinciale de la France contemporaine », op. cit., p. 487.
  • 26 Ibid., p. 496.
  • 27 La Révolution française, 1888, 2, p. 46-54.
  • 28 Chatel-sur-Moselle pendant la Révolution, Cîteaux, imprimerie Saint-Joseph, 1896.

5« La conversation avec les doyens de chaque hameau est indispensable. En commençant à parler de la pluie et du beau temps, on peut arriver – le fait est certain – à des découvertes vraiment curieuses : souvenirs, épisodes, légendes, vieilles chansons, coutumes disparues, etc. Je connais des instituteurs qui ont fait ainsi des trouvailles absolument inespérées14. » De fait, la mémoire des anciens était l’une des principales sources d’information des chercheurs. Comme la plupart des monographes, l’abbé Pouchous, auteur d’un travail sur de Plonévez-Porzay [Finistère], signalait, parmi ses sources, la « tradition orale ». Il avait notamment interrogé les vieillards au sujet de la célébration de la messe dans une chapelle disparue15. Au début de la Troisième République, le vicaire de Brandivy [Morbihan] enquêta auprès des vieux paysans sur la pratique religieuse, et recueillit de leur bouche des légendes locales16. En 1909, l’instituteur de Ponchon [Oise] put écrire quelques paragraphes sur l’histoire du village sous le règne de Louis-Philippe « grâce à l’heureuse mémoire d’un vieillard du pays17 ». C’est souvent pour déterminer l’origine d’un vestige, localiser un monument disparu ou dater une construction, qu’à défaut de document écrit on avait recours à la mémoire sociale18. Pour réaliser les monographies dont l’Inspecteur d’Académie leur avait transmis le plan en 1880, les instituteurs du Lot interrogèrent les villageois : au sujet, par exemple, de la situation du commerce et de l’industrie au début du siècle19, de l’état de l’instruction à la veille de la Révolution ou avant le vote des lois Guizot20, des légendes et traditions locales21, du nombre d’habitants à la fin de l’Ancien Régime22, de l’identité des derniers seigneurs23, etc. Les érudits mentionnaient souvent les traditions locales lorsqu’ils abordaient l’étude de la période révolutionnaire. L’historiographie conservatrice, en particulier, s’appuya sur la mémoire familiale des persécutions religieuses pour contester la vulgate républicaine d’une Révolution émancipatrice des paysans. Sur la question des usages savants de la tradition, les historiens positivistes étaient plus hésitants. Si Aulard, en 1893, n’admettait, dans la revue dont il assurait la direction, que les articles « inspirés par l’étude directe des documents24 », et se réjouissait encore en 1900 des progrès de la méthode critique parmi les érudits locaux, désormais habitués à travailler « d’après les textes25 », il préconisait également l’« enregistrement de la tradition orale », désignée comme une source de premier ordre pour l’étude de l’esprit public26. Certaines monographies publiées dans La Révolution française prenaient en compte la mémoire familiale des événements de la fin du XVIIIe siècle. Une notice consacrée à « La période révolutionnaire à Allemans [Dordogne] » fut même écrite exclusivement à partir des souvenirs des habitants27. Mais ce sont d’abord les curés monarchistes qui, pour écrire l’histoire de la Révolution au village, s’adressèrent aux derniers témoins. L’histoire de Chatel-sur-Moselle pendant la Révolution, de l’abbé Olivier, est cependant très révélatrice de l’influence grandissante de l’école méthodique chez les érudits de province, même les plus conservateurs. L’auteur, professeur au petit séminaire de Chatel, entendait rétablir la vérité, travestie à ses yeux – calomniée même – par l’historiographie officielle. Il se refusa pourtant à puiser dans la mémoire populaire, « féconde » certes, mais trop encline à déformer les faits. Et préféra s’en tenir aux documents écrits28.

  • 29 Sur cette question, voir infra, p. 250 et suivantes. Merle L.-L., « La commune de Soubran », art. (...)
  • 30 Decorde J.-E., Histoire de Bures-en-Bray, Paris-Rouen, Derache-Le Brument, 1872, p. 154 not.
  • 31 Le Lot vu par ses maîtres d’école, op. cit., t. 3, p. 93.
  • 32 Ibid., p. 101.
  • 33 Phelippe-Beaulieux, « Essai historique et statistique de la commune de Sautron », op. cit., p. 40- (...)
  • 34 Rivière A., « Rapport sur la notice historique et archéologique de Givry-en-Argonne (Marne) », Mém (...)
  • 35 Piederrière, « Noyal-Muzillac (Morbihan) », Revue de Bretagne et de Vendée, 1867, 2, p. 284.
  • 36 Voir, dans les Mémoires de la Société d’agriculture de la Marne, le rapport du concours d’histoire (...)
  • 37 L’historien Charles Petit-Dutaillis, alors Recteur de l’Académie de Grenoble, fut l’inspirateur de (...)

6Si l’on en croit l’étonnant témoignage du docteur Merle, un érudit charentais qui publia en 1895 une histoire de Soubran [Charente-Inférieure], la mémoire orale des villages atteignait parfois une ahurissante profondeur historique. L’auteur recueillit en effet, de la bouche de quelques vieillards – un serrurier notamment, et un propriétaire-rentier –, trois versions différentes, et fort détaillées, du litige qui, à la fin du XVe siècle, opposa le châtelain de Soubran au seigneur de Mirambeau29. Il est bien difficile d’admettre que la tradition orale ait pu être, sur une durée de quatre siècles, l’unique vecteur de transmission du souvenir de ce conflit féodal. C’est pourtant indépendamment de toute médiation écrite que l’histoire, sans aucun doute en grande partie légendaire, du passage d’Henri IV à Tourpes, paroisse de Bures [Seine-Inférieure], se transmit de génération en génération jusqu’au début des années 1870, date à laquelle l’abbé Decorde la relata dans sa monographie. On racontait dans la commune que le Béarnais venait en cachette rendre visite à sa maîtresse Gabrielle d’Estrées, dont la famille possédait le manoir de Tourpes. L’abbé mentionnait comme informateur « une personne qui tenait ces détails de la bouche d’un vieillard, petit-fils du domestique qui recevait le cheval du visiteur30 ». Le travail de collecte effectué au XIXe siècle met en évidence sinon cette mémoire longue des communautés rurales, du moins l’existence, dans chaque village, d’un légendaire sur lequel s’étayait une conscience historique locale. L’instituteur de Francoulès [Lot] rapportait par exemple une légende relative à l’église paroissiale : elle aurait été dévastée, au temps de Louis XIV, par des brigands appelés Camisards. « Il n’y a pas un vieillard dans la commune qui ne connaisse [cette fable] et ne se plaise à la raconter en y ajoutant la plus grande foi31. » À Gigouzac, dans le même département, « plusieurs vieillards racontent encore, pour l’avoir appris de leurs aïeux, que la présence des ces compagnies anglaises [les troupes de Richard-Cœur-de-Lion] commandées par des hommes hardis et aventureux était une source de calamité pour le pays. Chaque jour le cultivateur paisible, le malheureux laboureur arraché à ses travaux, était exposé à se voir ravir ses bestiaux et le produit de ses récoltes. Les plus rudes corvées lui étaient imposées et il était même contraint de construire des retranchements derrière lesquels se cachaient ses oppresseurs32 ». En 1842, la « tradition des habitants » mentionnait à Sautron [Loire-Inférieure] un épisode des guerres de religion33. À la fin du siècle, les habitants de Givry-en-Argonne [Marne] se souvenaient encore des ravages que provoqua une « bête » sous le règne de Louis XV34. Cette mémoire locale était sans doute en partie liée à l’existence d’une topographie mémorielle : toponymes, monuments, ruines, rappelaient le souvenir d’événements passés. L’abbé Piederrière écrivait en 1867 que « la Tradition porte qu’un recteur de Noyal-Muzillac [Morbihan] fut tué par les protestants, et que c’est en expiation et en mémoire de ce fait qu’une croix fut érigée dans la lande de Kervi […]. Il y a là en effet une croix qui porte la date de 159035 ». Ajoutons que certains érudits locaux s’efforcèrent également de rassembler, pour la postérité, les souvenirs des villageois témoins ou victimes d’événements tels que l’occupation par des armées étrangères36. Dans sa circulaire du 18 septembre 1918, le ministre de l’Instruction publique Albert Sarraut demandait aux instituteurs et institutrices de prendre note de tout ce qui pouvait intéresser l’histoire de leur commune en temps de guerre37.

  • 38 Vendel H., « Notice sur la vie et les travaux de M. l’abbé Lallement », Mémoires de la Soc. d’agri (...)
  • 39 La classe ininterrompue, op. cit., p. 367.

7Il est clair que l’enquête orale fournissait un excellent prétexte au petit notable instruit, un peu marginalisé, dans son village, du fait de son statut d’« intellectuel », pour sortir du presbytère ou de sa salle de classe, et aller à la rencontre des habitants. Douze années durant, de 1897 à 1909, l’abbé Lallement visita les chaumières de Moiremont [Marne] pour enregistrer des contes, des proverbes, des chansons ou de vieux souvenirs ; il était « toujours bien accueilli parce qu’il patoisait et surtout parce qu’il était simple et brave homme, d’une admirable bonté qui touchait le cœur plus sûrement qu’un sermon38 ». Joseph Sandre, pour la partie folk-lore de sa monographie de Saint-Julien-de-Civry [Saône-et-Loire], utilisait les connaissances de Laurent, dit le Fils Bonnot, qui, comme lui, était chantre au lutrin : « Bien qu’encore jeune – il n’était pas de beaucoup mon aîné –, il était très documenté sur les mœurs, les costumes, les usages, les vieilles chansons du passé. Doué d’une excellente mémoire, il avait, dans sa jeunesse, fait beaucoup causer les anciens, et avait gardé de leurs récits un souvenir vivace et fidèle […]. Presque tous les soirs d’hiver il venait veiller à la maison ; on veillait de longues heures ; je vois encore le pot de blanche sur la table, les petits verres alignés, M. Pierre, ma femme, les enfants, et le fils Bonnot, sa bonne figure en pleine lumière, les jambes croisées, balançant en cadence l’un de ses pieds, sans jamais s’arrêter, et nous documentant pour la monographie en cours, cependant que M. Pierre et moi prenions rapidement les notes nécessaires39. »

  • 40 L’Inspecteur La Balle, 28 mars 1900, dans La Mayenne en 1900, op. cit., p. 17.
  • 41 Drouault R., « Recherches sur le couvent et le bourg de Saint-Pardoux-la-Rivière », Bull de la Soc (...)
  • 42 Larive A., Essai historique sur la commune de Vendeuil, 1899 (réédition Paris, Le Livre d’histoire (...)

8Les agriculteurs de la commune n’étaient pas les seuls témoins interrogés. Pour réaliser les enquêtes qui furent présentées à l’Exposition universelle de 1900, les instituteurs de la Mayenne, écrivait l’Inspecteur d’Académie, « ont frappé aux portes des châteaux et des presbytères, consulté les érudits et les collectionneurs, interrogé les industriels, les propriétaires, les fermiers, les métayers et les ouvriers40 ». La préparation d’une monographie permettait également de nouer des contacts avec les représentants du monde érudit. Les remerciements que les auteurs adressaient, parfois, aux personnes qui leur étaient venues en aide donnent une idée du type d’univers social dans lequel gravitait le chercheur en quête d’information. Roger Drouault, dont nous ignorons quelle était la profession, mais qui rédigea une longue monographie tout à la gloire du petit bourg de Saint-Perdoux-la-Rivière [Dordogne], où il avait séjourné quatre ans, exprimait sa reconnaissance d’abord aux habitants de la commune (en particulier ceux qui lui avaient communiqué des papiers de famille), puis au maire, à trois notaires, à l’archiviste du département, au conservateur de la bibliothèque de Périgueux, à plusieurs membres éminents de la Société historique du Périgord, à l’abbé Bruguière, chanoine titulaire de la cathédrale, à un comte et pour finir à un marquis41. André Larive, pour consulter les différents documents à partir desquels il composa son histoire de Vendeuil [Aisne], avait bénéficié de l’aide du maire, du notaire, du curé, du percepteur, d’un receveur des hospices et ancien juge de paix originaire de la commune, de l’adjoint de Brissay, également natif de Vendeuil, du directeur du Guetteur de Saint-Quentin, d’un banquier, d’un chef de bureau au ministère des finances (lequel avait effectué, pour lui, des recherches à la Bibliothèque nationale), du curé de l’église Saint-Martin de Laon, d’une habitante enfin, qui avait en sa possession plusieurs ouvrages « intéressants42 ».

Le goût de l’archive

  • 43 Audran F., « L’île de Seins ou de Sizun », art. cit., p. 22-23.
  • 44 Exemple de la monographie de Born-les-Champs [Dordogne] par l’instituteur : Monographies des commu (...)

9Henri Germouty conseillait aux monographes de n’aborder la consultation des archives qu’une fois achevé l’examen de visu de la géologie, de la faune, de la flore et des vestiges historiques de la commune. Il suggérait de débuter par les papiers de la mairie, et désignait les registres de baptêmes, mariages et sépultures antérieurs à 1790 comme une source de première importance. Les historiens de village puisaient en effet une grande partie de leur information dans les archives de l’état civil. C’est vers ces documents qu’ils s’orientaient aux premiers stades de leur enquête. François Audran, le maire de Quimperlé [Finistère], qui exerçait la profession de notaire, pour écrire sa notice sur Sein, procéda en quatre étapes. Il commença par consulter la bibliographie (les Anciens, et surtout les historiens locaux). Il décrivit ensuite les monuments druidiques qu’il avait pu observer sur place. Le troisième paragraphe de son article était consacré à l’« évangélisation » des insulaires par les soins de Michel Le Nobletz (Audran se contentait en fait de reproduire des extraits d’une Vie de l’illustre missionnaire). Enfin il compulsa, « avec soin » précisait-il, les registres de l’état civil, seuls documents manuscrits auxquels il eut recours, pour y relever le nom des principales familles de l’île43. Pour ceux qui résidaient sur place – les curés, et bien sûr les instituteurs, presque toujours secrétaires de mairie – quoi de plus facile que de consulter ces liasses ? C’est bien souvent par là qu’ils entamaient leur enquête. Et ceux qui étaient pressés par le temps (les instituteurs à qui l’Inspecteur avait commandé une notice communale) s’en tenaient souvent à cette seule source d’information44.

  • 45 Sur le projet d’éphémérides communales d’Arsène Thévenot, voir infra, p. 219 et suivantes.
  • 46 Merlet L., Études sur les anciens registres de l’état civil, et en particulier sur ceux de la vill (...)
  • 47 « De l’étude des registres de l’état civil des anciennes paroisses », Bull. de la Soc. des Antiqua (...)
  • 48 Meignan T., « Une nouvelle source d’informations historiques. Les anciens registres paroissiaux de (...)
  • 49 Duvernoy E., « À propos des anciens registres paroissiaux », Journal de la Soc. d’archéol. lorrain (...)
  • 50 Maître L., « Nos historiens inconnus », Bull. de la Soc. d’hist. et d’archéol. de Nantes et de Loi (...)
  • 51 Par histoire d’Hem, l’abbé entendait : des renseignements nombreux et curieux sur les marquis d’He (...)

10Si certains auteurs exploitaient cette documentation dans la perspective d’une histoire démographique, ou pour y relever le nom de quelque personnage marquant, aux yeux de la plupart des érudits le principal intérêt de l’ancien état civil résidait dans la présence d’annotations marginales. Les curés de campagne avaient en effet l’habitude de signaler, d’une année sur l’autre, les événements mémorables survenus dans la paroisse (une épidémie, une disette, un ouragan…). Plusieurs articles programmatifs publiés dans la seconde moitié du XIXe siècle témoignent de l’engouement que suscitait cette source d’histoire locale dans le monde de l’érudition. En 1861, un membre de l’Académie de l’Aube, véritable spécialiste de la monographie de commune, attira l’attention de ses collègues sur la richesse de ces registres45. L’archiviste de l’Eure-et-Loir publia la même année un ouvrage sur la question46. En 1868 un professeur d’histoire au lycée de Poitiers s’efforça de démontrer aux lecteurs du Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest que l’histoire des paroisses rurales pouvait s’écrire à partir de cette source47. Mentionnons encore un gros article de la Revue des Questions historiques, en 187948, une note de l’archiviste de la Meurthe-et-Moselle dans le Journal de la Société d’archéologie lorraine en 189049 et, en 1920, une communication du directeur des Archives de la Loire-Inférieure publiée dans le bulletin d’une société savante locale50. L’abbé Théodore Leuridan, archiviste du diocèse de Cambrai, qui fut à l’origine, avec Mgr Sonnois, de la création d’une Société d’études locales dont l’objectif était d’encourager la publication de monographies paroissiales de curés, consacra le premier article du Bulletin qu’éditait cette compagnie à démontrer la richesse de l’état civil. Il invitait en fait tous les prêtres impliqués dans « l’œuvre des monographies paroissiales » à exploiter ces registres, et développa à leur intention un exemple. Ce que contient l’état civil de la commune d’Hem, affirmait-il, c’est, en un mot, l’histoire du village écrite par ses pasteurs51.

  • 52 « Il n’est pas de face de l’histoire, écrivait-il, que ces registres n’aident puissamment à éclair (...)
  • 53 À titre d’exemples : Dujarric-Descombes A., « La municipalité de Lisle-en-Périgord de 1300 à 1789  (...)
  • 54 Mémoire sur l’importance pour l’histoire intime des communes de France des actes notariés antérieur (...)

11Germouty suggérait aux instituteurs, une fois achevée l’exploitation de l’état civil, de procéder à l’examen des autres registres conservés à la mairie : les délibérations du conseil municipal, les terriers, les rôles des tailles, les archives des fabriques… Autant de sources familières aux monographes. L’utilisation des archives des notaires – vivement recommandée par Germouty – comme d’ailleurs par l’archiviste Portal dans un guide postérieur de quelques années à celui de l’Inspecteur52 – sans être exceptionnelle, était un peu moins systématique53. En 1861 – apparemment une année charnière dans la découverte des sources de l’histoire locale – Gustave Saint-Joanny, avocat et historien de la ville de Thiers, adressa au Comité des travaux historiques un mémoire dans lequel il prétendait démontrer l’importance, pour l’histoire « intime » des communes de France, des actes notariés54. Il proposait que soit réalisé un vaste inventaire national des ressources disponibles. Ce texte fut transmis au ministre de l’Intérieur en septembre 1862.

  • 55 « Les monographies communales », art. cit., p. 167.
  • 56 Guilloux J.-M., « Études sur une paroisse bretonne. Brandivy », art. cit., p. 428
  • 57 « La Roque de Gajac », Bull. de la Soc. hist. et archéol. du Périgord, t. 8, 1881, p. 123 sq.

12Mais revenons à Germouty : « Après les notaires, on peut voir les géomètres, les propriétaires des anciens domaines seigneuriaux ou des vieilles demeures bourgeoises ; en un mot toutes les personnes susceptibles de détenir de vieux registres ou d’anciens documents. Un bon monographe doit être avant tout un fin rabatteur dans cette chasse aux vieux papiers qu’il est indispensable de faire55. » Le vicaire de Brandivy [Morbihan] était lui aussi bien conscient de la richesse de ces fonds privés : « Chaque maison possède comme un dépôt sacré, où sont enfermés avec soin une foule de documents précieux. C’est dans ces sacs, caisses, boîtes, tiroirs qu’il n’est pas rare de mettre la main sur des titres de famille, des baux de ferme, des inventaires de ménage, des déclarations de tenue avec “tenans et aboutissans”, sur un tas de petits papiers qui vous rejettent à plusieurs siècles en arrière56. » C’étaient surtout les archives des châteaux qui intéressaient et qu’exploitaient les monographes. Mentionnons au passage – pour son originalité – le travail de Gabriel Tarde, qui tenta de reconstituer le plan exact du bourg de La Roque-Gajac [Dordogne] aux XVe et XVIe siècles à l’aide du terrier d’une ancienne famille du lieu57.

  • 58 Pour les pièces rares ajoutait-il, consulter des « intermédiaires autorisés ».
  • 59 Bull. de la Soc. d’émulation du Bourbonnais, 7e année, 1899, p. 64-67.
  • 60 Bergès L., « Les Archives départementales », dans Amalvi C. (dir.), Les lieux de l’histoire, op. c (...)
  • 61 Ibid., p. 111.
  • 62 Milbach S., Prêtres historiens, op. cit., p. 190-191.

13Henri Germouty achevait son tour d’horizon des ressources archivistiques en évoquant, mais très succinctement, comme si la chose n’était que facultative, la possibilité de s’adresser aux services des chefs-lieux de canton et aux archivistes départementaux58. Dans le Programme des monographies communales qu’il avait adressé aux instituteurs de l’Allier à l’approche de l’Exposition universelle de 1900, il ne mentionnait, comme sources manuscrites, que le celles qui étaient accessibles localement (les archives de la mairie, de la fabrique, des notaires59)… Pourquoi ne pas orienter les chercheurs vers les dépôts départementaux ? À cette date, se rendre au chef-lieu du département était devenue chose facile. Et les érudits locaux – leurs travaux en témoignent – étaient très assidus aux archives départementales. L’essor de l’historiographie villageoise semble avoir coïncidé avec le sauvetage, sous l’impulsion de Guizot, d’une administration créée en l’an V mais qui était dans un état de délabrement avancé au début des années 1830 (faute de moyens mais aussi de personnel compétent60). Le financement des services par les conseils généraux fut rendu obligatoire en 1838. Une circulaire d’avril 1841 établit un cadre de classement par séries. Le recrutement des directeurs fut soumis à l’approbation du ministre… Cette politique commença à porter ses fruits au début du Second Empire. Les dépôts disposaient désormais d’un petit cabinet de lecture et, depuis une circulaire ministérielle de janvier 1854, d’un inventaire des fonds. Les services étaient pour la plupart dirigés par des chartistes, dont nous avons vu qu’ils avaient participé – par leurs propres travaux, leurs conférences dans les écoles normales, la publication de guides – au développement de l’érudition locale. Dans les années 1880-1914, qui correspondent à une sorte d’apogée de l’institution, les Archives départementales étaient devenues des lieux de recherche collective, fréquentés par un public nombreux61. Les ecclésiastiques du diocèse de Dijon, qui ignoraient ces dépôts avant 1860, y furent très assidus à compter de la fin de la décennie suivante. Jusqu’en 1913, entre treize et vingt-six prêtres s’y rendaient chaque année (et quelques-uns y firent plusieurs dizaines de visites62).

  • 63 Rapports des concours de 1896 et 1902 : Annales de la Soc. acad. de Nantes, 1896, p. lxi et 1902, (...)
  • 64 Histoire de la paroisse et commune de Ronchererolles-en-Bray, op. cit., p. vi.

14Toutefois, au début du XXe siècle encore, certains chercheurs négligeaient totalement les séries conservées aux chefs-lieux de département. Les instituteurs qui participèrent au concours de monographie de la Société académique de Nantes s’en tenaient par exemple à des sources immédiatement accessibles63. Ce type d’omission était plus rare chez les curés qui, profondément conservateurs, vouaient un véritable culte aux vieux parchemins, dont ils recopiaient de longs passages dans leurs monographies. « Depuis longtemps, écrivait en 1865 l’abbé Delamare, nous consacrions tous les moments, que le ministère nous laissait libres, à recueillir tous les documents relatifs à l’Histoire de Roncherolles-en-Bray. […] Nous respirions avec jouissance l’arôme de religion, de loyauté et de dévouement qui s’échappe si abondant des titres anciens64. »

La « mise en œuvre des documents »

  • 65 « Les monographies communales », art. cit., p. 167.
  • 66 Portal C., De la composition d’une monographie communale, op. cit.
  • 67 Comment faire une monographie de village. Quelques conseils à mes confrères, Nancy, imprimerie A. C (...)
  • 68 Martin E., Pulligny. Étude historique et archéologique, op. cit.
  • 69 Arch. départ. du Finistère, 34 J.
  • 70 Comment préparer une étude d’histoire communale, esquisse d’un plan de travail, Angers, École supér (...)
  • 71 Ibid., p. 21
  • 72 Levron y insistait : « Un auteur prudent […], avant de se lancer dans les dépouillements des archi (...)

15La phase du travail monographique située entre la sélection des sources et la mise en forme du manuscrit est pour nous la plus obscure. Il convient de ne pas s’embrouiller, conseillait Germouty. Et de procéder avec ordre et méthode. « On peut par exemple se servir d’un plan arrêté à l’avance et refermant assez de points de repère pour qu’on ne patauge pas, et pour qu’on ne s’expose pas à faire le même travail deux fois65. » Il suggérait en fait aux instituteurs de remplir des cases avec des notes consignées sur des fiches. C’est la méthode que préconisaient tous les guides de monographie locale. Celui de l’archiviste du Tarn66 comme celui de l’abbé Eugène Martin67. L’abbé Martin avait lui-même publié une monographie de paroisse68 – entre autres travaux – et on peut penser que les conseils qu’il prodiguait s’inspiraient de sa propre pratique. Il recommandait à ses confrères de prendre des notes sur des feuilles volantes, et insistait sur la nécessité absolue d’indiquer avec le plus grand soin, sur chacune de ces fiches, la référence de la source consultée. Les archives départementales du Finistère ont conservé les notes à partir desquelles l’érudit quimpérois Louis Le Guennec, mort en 1935, confectionnait ses monographies communales69. Le Guennec consignait sur des petits billets toutes sortes d’informations historiques, archéologiques ou généalogiques glanées dans la presse, dans des livres, dans les archives des communes et des paroisses qu’il visitait… Il sollicitait beaucoup les villageois et indiquait presque toujours l’identité de ses informateurs. Ces coupures, classées par commune, lui fournissaient le matériau à partir duquel il rédigeait ses monographies. C’est sans doute ainsi que travaillaient la plupart des érudits locaux. L’archiviste-paléographe Jacques Levron publia en 1941 l’« esquisse d’un plan de travail70 » à l’usage des débutants, mais aussi des maîtres du premier degré. Préalablement à la consultation des archives, écrivait-il, il faut réfléchir à un plan. Chaque chapitre fera l’objet d’un dossier spécial, et chaque subdivision du chapitre recevra une chemise particulière. Le chercheur n’aura plus ensuite qu’à glisser dans les différentes chemises les fiches, notes, copies d’archives qu’il aura soigneusement rédigées sur le recto de feuillets séparés. Toute la réflexion du chercheur – et Levron insistait sur la nécessité de ne pas se lancer dans la collecte de données avant d’avoir consacré un peu de temps à méditer sur son sujet (« le plus humble sujet doit être l’objet de méditation, de raisonnement71 ») – consistait dans l’élaboration d’un plan. Il s’agissait en fait de dresser l’inventaire des thèmes à développer, car « si l’on n’a pas longuement mûri la façon de traiter son travail, on risque d’être incomplet, de laisser passer des parties intéressantes qu’on a oubliées, parce qu’on n’a pas assez réfléchi avant de se mettre à l’œuvre72 ». On était ici aux antipodes de l’histoire-problème.

16Les auteurs de guides n’insistaient guère sur la question du style, sinon pour souligner la nécessité d’indiquer la référence des documents consultés. C’est, affirmait l’abbé Martin, une « garantie de science et de véracité ». La présence de notes infrapaginales certifiait l’objectivité de l’auteur. En réalité on peut difficilement imaginer une histoire moins objective que celle qu’écrivaient les curés ou les instituteurs de campagne. D’ailleurs ils ne faisaient pas mystère de leurs intentions polémiques. Seulement il leur était impossible de s’affranchir des normes de la science historique. Au reste l’érudit de village n’abusait pas des notes de bas de page. C’est qu’il s’adressait à des paysans, qu’un appareil critique trop lourd aurait pu rebuter.

Une histoire pour le peuple

Un nouveau lectorat

  • 73 Furet F., Ozouf J., Lire et écrire, op. cit.
  • 74 Lyons M., Le triomphe du livre. Une histoire sociologique de la lecture dans la France du XIXe siè (...)
  • 75 Furet F., Ozouf J., op. cit., chapitre 4.

17Écrire des livres d’histoire pour les habitants des villages. L’idée eût paru quelque peu saugrenue à l’entame du XIXe siècle. Aussi bien les monographies d’antiquaires n’étaient-elles pas destinées à un lectorat rustique. Cependant le recul de l’illettrisme rendit la chose au moins théoriquement possible. L’alphabétisation des Français, ce long processus dont la genèse remonte au XVIe siècle, s’acheva avant même le vote des lois Ferry73. Le pourcentage d’illettrés parmi les conscrits, qui était encore de 50 % en 1835, tomba à 10 % en 1890 et à 5 % en 190474. Une très forte demande sociale en matière d’éducation explique en partie cette progression rapide vers la civilisation de l’écrit. On rappellera cependant la persistance, au début de l’époque contemporaine, d’inégalités spatiales, sociales et sexuelles qui se résorbèrent progressivement – sans totalement disparaître – à mesure que l’on approchait d’une maîtrise universelle des bases fondamentales de la lecture et de l’écriture. Le XIXe siècle, d’abord, avait hérité d’un clivage, qui datait de l’Ancien Régime, entre une France alphabétisée située au nord-est de la très fameuse ligne Saint-Malo-Genève (dont le tracé se modifia quelque peu, sous la monarchie constitutionnelle, en raison des progrès réalisés dans le sillon rhodanien et le Midi méditerranéen), et une France de l’Ouest et du Sud-Ouest où le taux d’illettrisme était plus élevé. Les campagnes, ensuite, accusèrent longtemps un important retard sur les villes. Et, à l’intérieur même de la société rurale, le contraste était grand entre une classe moyenne ou moyenne-inférieure de rentiers, d’artisans, de propriétaires-exploitants, qui maîtrisaient la lecture et l’écriture, et la masse des agriculteurs et des ouvriers, dont le taux d’alphabétisation resta longtemps très faible. La différence de richesse entre communes rurales était, selon François Furet et Jacques Ozouf, le principal facteur explicatif des inégalités locales (cependant, au début du XXe siècle, un journalier beauceron avait plus de chances de savoir lire qu’un propriétaire du Limousin). À ces oppositions sociales et géographiques s’ajoutaient de fortes inégalités hommes-femmes et entre catégories d’âge. Au début du XXe siècle, 97,1 % des hommes et 94,8 % des femmes savaient signer leur l’acte de mariage ; mais on comptait encore 30 % d’illettrés parmi les femmes de plus de 50 ans et parmi les hommes de plus de 65 ans. 47,13 % de la population de l’Ariège était analphabète75. L’historien de village pouvait cependant espérer être lu par une partie au moins des habitants de sa commune.

  • 76 Monographies communales ou Étude statistique, historique et monumentale du département du Tarn, Tou (...)
  • 77 Fromentin, Hesdin. Étude historique (293-1865), Arras, typographie Rousseau-Leroy, 1865.
  • 78 Monographie de la commune de Saint-Loubès, Bordeaux, impr. G. Gounouilhou, 1869.
  • 79 En 1861, le Journal de la Soc. d’archéol. lorraine suggéra à l’instituteur d’Allain-aux-Bœufs [Meu (...)
  • 80 Histoire de la commune des Chapelles-Bourbon, op. cit. « Il serait à souhaiter, écrivait en 1903 un (...)

18L’assimilation de la monographie communale à un outil de vulgarisation du savoir historique paraît dater du début de la décennie 1860. En 1864, Élie Rossignol, un érudit aux compétences reconnues – il était membre correspondant de plusieurs sociétés savantes et Inspecteur de la Société française d’archéologie – affichait, dans l’introduction de son histoire communalisée du Tarn, cette ambition de toucher un public élargi76. L’année suivante, le curé de Crépy [Pas-de-Calais], sans dédaigner « le public d’élite auquel la science est familière » destinait sa très polémique histoire d’Hesdin « à ceux de nos compatriotes qui n’ont ni le loisir, ni le moyen de se livrer à de longues et de sérieuses études77 ». A. de Comet, qui acheva en 1869 une volumineuse monographie de Saint-Loubès [Gironde], dédiée, d’ailleurs, à la Société des Archives historiques de la Gironde, affirmait avoir voulu l’écrire pour ses compatriotes78. Bien d’autres indices attestent de ce souci nouveau ne pas laisser les villageois ignorer les découvertes des érudits locaux79. À titre d’illustration de cette ambition vulgarisatrice, il faut encore mentionner l’initiative de Jules Legoux, qui distribua un exemplaire de sa monographie des Chapelles-Bourbon [Seine-et-Marne] à tous les chefs de famille de la commune. Des pages blanches furent réservées à la fin de chaque chapitre : les propriétaires de l’ouvrage, ou leurs successeurs, étaient invités à y consigner leurs propres observations : « En agissant ainsi, ils feront acte de bons citoyens, et auront bien mérité de leurs descendants80. »

  • 81 Baudiau J.-F., Histoire d’Entrains depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Entrains-s (...)
  • 82 Gabard T., Histoire de la paroisse de Saint-Aubin-de-Baubigné, op. cit.

19Dans la seconde moitié du siècle, la dédicace aux habitants était devenue chose courante : « Habitants d’Entrains [Nièvre]. C’est pour vous spécialement que nous avons écrit cette histoire81 » ; « À mes paroissiens. C’est à vous, mes chers amis, que je dédie ce petit livre, qui va vous raconter l’histoire de votre paroisse. […] Je pense qu’elle vous intéressera, et qu’elle réussira à vous faire aimer davantage notre cher Saint-Aubin82 », etc.

  • 83 Dublanchy M. C., « Monographie historique du village de Génicourt-sur-Meuse », Mémoires de la Soc. (...)
  • 84 Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 81e année, 1905, p. 41.

20Il est clair que cette volonté de démocratiser la connaissance historique n’était pas totalement désintéressée. Il ne s’agissait pas tant de faire partager aux paysans un savoir en train de se constituer que de les fixer à leur terroir : « Si ce modeste travail vaut l’honneur d’une dédicace, qu’il nous soit permis, en terminant, de l’offrir à nos concitoyens, aux habitants de Génicourt [Meuse]. En les intéressant, il leur fera peut-être aimer davantage le petit coin de terre où ils sont nés et avec lui la France, dont la beauté est faite du rayonnement de toutes nos petites patries83. » Napoléon Marchal, qui publia en 1904 une histoire de Saint-Amé [Vosges] qu’il qualifiait d’« œuvre de vulgarisation », la distribua aux habitants, afin, expliquait-il, de les attacher davantage à leur village84. Inutile de dire, aussi, qu’en ces temps où l’histoire nationale était un terrain d’affrontement entre les droites monarchistes et les républicains, la volonté, affichée par les monographes, d’expliquer aux agriculteurs, sous couvert d’histoire locale, ce qu’avaient été l’Ancien Régime ou la Révolution, n’était pas dénuée d’arrière-pensées politiques. Nous y reviendrons.

  • 85 Grégoire P., Essais historiques sur la paroisse de Sucé (commune de la Loire-Inférieure), Nantes, (...)
  • 86 Larrondo H.-D., Une commune rurale avant la Révolution, op. cit.
  • 87 Chaudé, Histoire de Saulx-lès-Chartreux, doyenné de Longjumeau, diocèse de Versailles, Paris, Vict (...)
  • 88 « Les bulletins paroissiaux. Rapport de M. l’abbé Brunet », Congrès diocésain de Vannes, Vannes, L (...)
  • 89 « Les almanachs de paroisse », art. cit.

21Mais l’alphabétisation des campagnes offrait en outre aux petites notabilités locales la possibilité de communiquer, via l’imprimé, avec les villageois. Les familles étaient invitées à se plonger dans la lecture d’opuscules qu’on avait pris soin de leur distribuer, et qui non seulement répercutaient l’enseignement du prêtre ou du maître, mais signalaient aussi sa présence au cœur même des chaumières. L’écriture monographique s’apparentait à une forme d’évergétisme intellectuel. Citons, à titre d’illustration, quelques dédicaces : « À vous seuls, chers habitants de Sucé, l’auteur, qui est un des vôtres, offre son petit livre. Pour le feuilleter, souvenez-vous des intentions pures et bienveillantes qui l’ont inspiré aussi bien que du but qu’on s’y est proposé85. » « Aux habitants de Merville. Ce livre vous appartient. Il a été fait au milieu de vous et pour vous. Je suis heureux de vous l’offrir comme gage de mon affection. Donnez-lui une place d’honneur dans vos demeures86 … » « Cet ouvrage, écrivait en 1881 le curé de Saulx-les-Chartreux [Seine-et-Oise], fait partie de votre existence et de celle de vos familles ; il devient ainsi votre légitime patrimoine […]. Il sera de tous les meubles de chaque maison et de tous les héritages le plus intéressant et le plus attachant […]. Il vient se mêler à vous, causer avec vous comme le ferait un vieillard de mille à douze cents ans87. » À compter des dernières années du XIXe siècle, mais surtout après le vote de la loi de Séparation, le bulletin paroissial, qui comportait fréquemment une rubrique histoire locale, joua le même rôle que la monographie. « Le bulletin est la carte de visite du prêtre, écrivait le rédacteur de l’Echo paroissial de Lorient, son bonjour affectueux, sa main paternellement tendue et toujours accueillante. Il pénètre partout, même dans les demeures les plus indifférentes ou les plus hostiles : il entretient ou prépare l’union étroite qui doit exister entre le prêtre et les fidèles88. » Un auteur affirmait qu’il était un moyen pour le prêtre « de ne pas perdre contact avec son troupeau », d’« entrer en communication intime avec les paroissiens89 ».

La diffusion des connaissances

  • 90 Chaline J.-P., Sociabilité et érudition, op. cit., p. 290. Voir encore Guillet F., Naissance de la (...)
  • 91 Grégoire P., Histoire de Sucé. Paroisse et commune de la Loire-Inférieure, Nantes, Dupas et cie, 1 (...)
  • 92 L’abbé Eugène Martin écrivit son histoire de Pulligny [Meurthe-et-Moselle] pour les habitants du v (...)
  • 93 Il n’était pas rare qu’une monographie fasse l’objet d’une double publication : dans les Mémoires (...)
  • 94 Chevreux P., « Monographies communales de 1889 », Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vo (...)
  • 95 Olivier C., Thaon-les-Vosges, op. cit., préface.
  • 96 La commune de Limésy, op. cit., p. v.
  • 97 « Et maintenant je vous livre ces annales, habitants de Limésy et chers compatriotes, avec l’espoi (...)

22Le tirage des bulletins édités par les sociétés savantes locales dépassait rarement quelques centaines d’exemplaires90. Celui des ouvrages portant sur une commune rurale n’était guère plus élevé. La première édition de la monographie de Sucé [Loire-Inférieure] de l’abbé Grégoire fut par exemple tirée à deux cents exemplaires91. Seulement ces volumes, distribués ou vendus aux habitants du village92, avaient beaucoup plus de chance d’être lus par les principaux intéressés que les Annales ou Mémoires des académies de province93. La municipalité participait parfois aux frais d’impression94. Ou alors c’est un édile qui, pour perpétuer le souvenir de son passage à la tête de la mairie, finançait la publication de l’ouvrage. Il faut citer ici l’exemple très éclairant de l’histoire de Thaon-les-Vosges [Vosges], de l’abbé Olivier. Après la fondation, par l’ingénieur Armand Lederlin, d’une blanchisserie-teinturerie, cette petite commune connut une prodigieuse expansion. L’effectif de la population, à peine supérieur à 500 habitants au moment de la création de l’entreprise en 1872, décupla en l’espace de trente ans. Au tournant du siècle, Armand Lederlin, devenu maire et conseiller général, passa commande à l’abbé C. Olivier d’une monographie de Thaon. L’objectif était d’attacher les habitants à leur commune d’adoption en leur apprenant « l’histoire de leurs ancêtres ». On espérait également susciter, dans la population, un sentiment de reconnaissance à l’égard de celui qui avait pris l’initiative de faire écrire l’ouvrage : « Soyez persuadé, M. le maire, que tous vos administrés sans exception vous sauront gré d’avoir provoqué la publication des annales complètes de leur cher Thaon, mais leur sympathie se changera vite en profonde et durable reconnaissance, lorsqu’ils apprendront que cette publication est due exclusivement à votre générosité personnelle95. » M. Bourel, qui fut maire de Limésy [Seine-Inférieure] à la fin du XIXe siècle, s’était lancé dans la préparation d’une histoire de ce village. « [Il] souhaitait de voir sa chère commune […] connue de ses habitants et aimée d’eux comme il l’aimait lui-même96. » Cependant il ne put mener à bien cette tâche. C’est le curé d’une paroisse voisine qui l’acheva. La publication de sa monographie, essentiellement destinée aux habitants97, et dont les derniers chapitres étaient tout à la gloire de celui qui en avait eu l’idée, fut financée par la succession du maire.

  • 98 Par ordre chronologique : Lebredonchel M., Histoire de la paroisse de Néhou, op. cit. ; Delamare E (...)
  • 99 Les calculs portent sur un total de 1525 noms : la liste de souscripteurs de l’Histoire de Charly- (...)

23Certains ouvrages étaient vendus par souscription. Quelques auteurs eurent la bonne idée de mentionner le nom des acquéreurs. Neuf ouvrages de notre corpus comportent une liste de souscripteurs98. Ces listes indiquent un total de 1773 volumes vendus par souscription, soit une moyenne de 197 exemplaires par titre. Bien entendu ce chiffre moyen masque d’importantes disparités. Michel-Jean-Étienne Lebredonchel, le desservant de Varenguebec [Manche], qui publia en 1835 une histoire de Néhou, grosse paroisse du Cotentin dont il était originaire, ne put compter que sur 45 souscripteurs. En 1905, sur la liste des acquéreurs de l’histoire de Forest [Somme] de l’abbé Poulet figuraient 398 noms. Toutefois, contrairement à ce que semblent indiquer ces deux chiffres, nos données ne mettent pas en évidence un accroissement progressif du nombre de souscripteurs. Elles fournissent en revanche des informations très précieuses sur la sociologie du lectorat, assez différente de celle des auteurs99.

  • 100 La classe ininterrompue, op. cit., p. 346 sq.

24Un peu plus d’un quart des souscripteurs (25,9 %) appartenaient à l’église catholique. Il s’agissait pour l’essentiel de prêtres officiant dans une paroisse rurale (20,65 % du total). Il n’y a pas lieu de s’étonner de ce que les membres du clergé, qui jouèrent un rôle moteur dans le développement de l’histoire locale, aient été nombreux à faire l’acquisition d’une monographie de paroisse. C’est plutôt le chiffre de 2,36 % d’instituteurs qui a de quoi surprendre. Les maîtres d’école étaient en effet de gros pourvoyeurs de monographies communales. Comment expliquer qu’ils aient été d’aussi médiocres consommateurs ? L’explication réside sans doute dans leur faible niveau de rémunération. L’achat d’un livre d’histoire représentait pour leur ménage une dépense importante. Joseph Sandre, instituteur à Montceaux-l’Étoile [Saône-et-Loire], auteur de travaux d’érudition locale, ne percevait au début des années 1870 qu’un « traitement de famine ». Pour assurer l’entretien de son ménage, cet ancien normalien devait exercer toutes sortes d’activités annexes, entre autres tisser de la soie100. L’achat à crédit, pour 40 francs, de l’Encyclopédie universelle du XIXe siècle et des Œuvres de Buffon, constitua pour ce jeune maître un investissement considérable.

  • 101 Ibid., p. v-vi.

25Les amateurs d’histoire locale étaient pour l’essentiel issus de la petite bourgeoisie rurale : hormis les instituteurs et les membres du clergé, que l’on peut classer dans cette catégorie, la plupart des souscripteurs étaient propriétaires (ou rentiers), petits fonctionnaires, employés, artisans de village ou commerçants. À l’inverse, seuls 8,32 % des acheteurs appartenaient à la bourgeoisie capacitaire, pourtant bien implantée dans les institutions savantes. Mais, cette fois encore, on ne saurait s’en tenir à ces moyennes, partiellement trompeuses. La sociologie du lectorat, si tant est que la composition des listes de souscripteurs en livre une image fidèle, différait considérablement d’un auteur à l’autre. Elle était étroitement corrélée à l’identité sociale du monographe, qui ne pouvait guère espérer diffuser ses travaux au-delà du cercle plus ou moins étendu de ses relations familiales, professionnelles ou de voisinage. L’une des caractéristiques du marché de l’édition locale était son haut degré de morcellement. 75 % des 45 souscripteurs que mentionnait l’abbé Lebredonchel, historiographe de Néhou, étaient des ecclésiastiques officiant dans des paroisses situées dans les cantons de Saint-Sauveur-le Vicomte, de Barneville-Carteret, de Bricquebec et des Pieux. Autrement dit à proximité de Néhou. Quelques notables s’étaient procurés l’ouvrage : un vicomte, propriétaire à Orglandes, un « écuyer » domicilié à Néhou et l’incontournable Charles Duhérissier de Gerville, figure de proue de l’érudition normande au commencement du XIXe siècle. On relevait encore, sur la liste des souscripteurs, les noms d’un notaire de Bricquebec, d’un percepteur et de trois « propriétaires ». « Ce petit ouvrage, écrivait Lebredonchel dans sa préface, est spécialement destiné aux habitants de Néhou, auxquels des occupations multipliées laissent rarement le temps de faire une longue lecture101. » Il était exceptionnel, à cette date – le livre fut publié en 1835 – que les érudits de village émettent ce genre de vœu. Mais parmi les 45 souscripteurs, sept seulement étaient domiciliés à Néhou, une commune de 2400 habitants : trois prêtres, trois propriétaires et l’écuyer précédemment mentionné. Impossible de savoir, bien sûr, si d’autres personnes consultèrent la monographie du curé de Varenguebec. Mais de toute évidence l’ouvrage intéressa d’abord les confrères de l’auteur – ces prêtres qui se découvraient alors une passion pour l’histoire de leur province – ainsi qu’une poignée de notables laïques.

26Trente ans plus tard, l’abbé Delamare, curé de Roncherolles-en-Bray [Seine-Inférieure], vendit par souscription 150 exemplaires de son histoire de cette localité. 44,66 % des volumes furent achetés par des ecclésiastiques, essentiellement des desservants de paroisses rurales. En 1905, l’abbé Poulet publia une histoire de Forest préfacée par l’archevêque de Cambrai. 208 des 398 souscripteurs (soit 52,26 %) appartenaient à l’Église. 39 officiaient en ville. 164 (41,2 %) dans une paroisse rurale du diocèse. En revanche, 11,82 % seulement des 224 exemplaires de l’histoire de Bures de l’abbé Decorde furent achetés par des curés de campagne.

27Soit maintenant un historien laïque. Charles-Édouard Gallet, receveur des douanes à la Barre-de-Monts, en Vendée, publia en 1868 une monographie de Beauvoir-sur-Mer, sa commune natale. Il vendit un peu plus d’un quart des volumes (67 sur 263) à des employés de l’Administration des douanes. 23,57 % des acheteurs étaient des ecclésiastiques. Charles Simon, instituteur-adjoint à Beaumont-sur-Oise, ne vendit qu’un seul exemplaire de sa monographie à un homme d’église (il s’agissait du vicaire de la paroisse). Il est vrai que l’ouvrage fut écrit à l’occasion de l’Exposition universelle de 1889, autrement dit du Centenaire, dans un esprit que goûtaient peu les membres du clergé. Mais il est à noter que Simon ne trouva, parmi ses collègues enseignants, que sept acquéreurs (3,64 %).

  • 102 Souvenirs et observations de l’abbé Duine, op. cit., p. 185.

28Il faut également retenir de cette analyse des listes de souscripteurs la progressive diffusion de la littérature monographique dans les catégories populaires. En 1835, l’abbé Lebredonchel ne trouva pas un seul acquéreur parmi les paysans ou petits bourgeois des environs de Néhou. Dans les années 1860-1880, les monographes parvenaient à vendre quelques exemplaires de leurs travaux à des commerçants, des artisans, voire des cultivateurs de la commune ou du canton. En 1865, par exemple, quatorze habitants de Roncherolles-en-Bray achetèrent l’ouvrage de l’abbé Delamare. Tous étaient propriétaires ou rentiers. Cependant trois « cultivateurs » domiciliés dans des communes voisines se procurèrent l’ouvrage. Le nombre comme la proportion de lecteurs issus des strates inférieures de la petite bourgeoisie laborieuse variaient cependant beaucoup, et il est difficile de déterminer quel type de facteur pouvait favoriser ou au contraire entraver la diffusion d’un ouvrage dans les catégories modestes de la société villageoise. De toute évidence les conditions locales jouaient un rôle considérable, de même que les ambitions de l’auteur. L’abbé Duine, vicaire de Guipel, publia en 1904 une monographie de cette commune bretonne qu’il ne destinait pas à son entourage immédiat : « Je me gardais bien de parler de cette étude autour de moi, écrivit-il plus tard, et j’avais lieu d’espérer que ce qu’on appelle le “public” l’ignorerait102. » L’histoire de Roncherolles-en-Bray offre un exemple de diffusion « élitiste », puisque près de 80 % des acquéreurs se caractérisaient par un niveau d’instruction ou de fortune nettement supérieur à la moyenne. L’ouvrage de Charles-Édouard Gallet sur Beauvoir, publié au même moment, intéressa un nombre non négligeable d’artisans et de commerçants : vingt-trois au total, pour la plupart domiciliés soit à Beauvoir, soit à la Barre-de-Monts où résidait l’auteur. Mais c’était bien peu sur un total de 263 souscripteurs. Sur la liste des acquéreurs figuraient en outre les noms de quatre « fermiers », de 67 collègues douaniers de l’auteur et de quinze petits fonctionnaires. La proportion d’artisans et commerçants était parfois beaucoup plus grande. Un bon tiers des 146 volumes de l’Histoire de Bourgtheroulde et de sa collégiale mis en vente en 1888, furent achetés par des boutiquiers ou des petits artisans, dont certains étaient de condition très modeste. On relevait également le nom d’un domestique, et celui de trois agriculteurs. Le domicile des acquéreurs n’étant pas systématiquement mentionné, il est impossible de savoir combien d’exemplaires circulèrent à Bourgtheroulde. La sociologie des acquéreurs de l’histoire de Beaumont-sur-Oise était un peu plus élitiste, puisque 22 % des acheteurs seulement étaient artisans ou commerçants. Un seul cultivateur se procura l’ouvrage. On notera également que la municipalité de Beaumont acheta cinquante exemplaires. Le maire ainsi que dix-sept conseillers commandèrent chacun un volume. L’abbé Decorde vendit par souscription 224 exemplaires de son Histoire de Bures-en-Bray (pour un total de 204 acquéreurs). Plus d’un tiers des souscripteurs (34,31 %) étaient cultivateurs, commerçants, artisans de village, ouvriers ou petits fonctionnaires ruraux. 23,15 % étaient qualifiés d’« agriculteurs ». La diffusion de cet ouvrage présente en outre la particularité d’être géographiquement très éclatée. vingt-huit souscripteurs seulement étaient domiciliés à Bures. Ils se répartissaient entre : quatorze cultivateurs, cinq propriétaires, quatre artisans (un charron, un charpentier, un maçon, un tailleur), à quoi il faut ajouter un cafetier, un rentier, l’instituteur, le curé et un habitant dont la profession n’était pas indiquée.

29En 1881, le docteur Auguste Corlier vendit près de la moitié des exemplaires de son Histoire de Charly-sur-Marne [Aisne] dans cette localité. Le docteur Corlier mentionnait le nom de 229 acquéreurs. La notoriété de l’auteur explique sans doute en partie ce chiffre assez élevé. Auguste Corlieu, s’il passa son enfance à Charly, village natal de sa mère, exerçait sa profession dans la capitale. Il avait publié de très nombreux ouvrages de vulgarisation médicale, mais aussi des articles d’histoire dans le Bulletin de la Société historique de Château-Thierry, compagnie dont il était membre correspondant depuis mars 1872. Par conséquent on ne s’étonnera pas de trouver, parmi les souscripteurs, trente-trois parisiens (leur profession n’était pas toujours précisée, mais on relève les noms de trois médecins, d’un notaire, de deux avoués, de trois diplômés de la Faculté de droit, d’un avocat, d’un directeur d’école communale, d’un abbé et d’un employé de la Faculté de médecine). Mais près de la moitié des souscripteurs (105) étaient domiciliés à Charly même, petit chef-lieu de canton qui ne comptait, en 1881, que 1739 habitants. Le maire, le pharmacien, le juge de paix, le notaire, le percepteur, l’agent-voyer, l’instituteur possédaient un exemplaire de l’histoire du village. Dix-huit souscripteurs étaient domiciliés dans une commune limitrophe de Charly. Trente-et-un dans une autre localité de l’arrondissement de Château-Thierry (dont vingt-deux dans cette seule ville). Douze ailleurs dans l’Aisne. Corlier, enfin, vendit quelques exemplaires de son ouvrage dans l’Oise et dans la Seine-et-Marne. La profession des acquéreurs qui n’étaient domiciliés ni à Paris ni à Charly donne une image de la composition sociale du lectorat. La liste mentionnait treize ecclésiastiques, six médecins, cinq notaires, trois avoués, deux licenciés, autant d’instituteurs, cinq notables titrés, un juge honoraire, un supérieur de collège et quatre élus locaux. Mais il est évident que parmi la centaine de souscripteurs habitant Charly, certains devaient être de condition plus modeste. Cette liste de souscripteurs est un indice minuscule de la pénétration, dans les profondeurs de la société provinciale, d’une culture historique puisée dans ce type de livres.

30La liste des souscripteurs de l’histoire de Forest-en-Cambrésis, de l’abbé Poulet, plus tardive, puisqu’elle date de 1905, confirme que le développement de l’histoire locale a pu contribuer à la démocratisation de la culture historique au début du XXe siècle. L’abbé vendit 398 exemplaires de sa monographie. Un peu plus de la moitié, nous l’avons dit, furent achetés par des prêtres du diocèse. Mais 61 acquéreurs résidaient à Forest, commune dont la population déclinait fortement depuis les années 1880 (elle s’élevait, au recensement de 1911, à 1000 habitants). Ces souscripteurs se recrutaient dans toutes les catégories de la société locale, à l’exception sans doute des plus pauvres : huit propriétaires, quelques notables (le médecin, l’instituteur), dix-huit cultivateurs, un jardinier, un grand nombre d’artisans et de commerçants se procurèrent cette volumineuse étude, parfois en plusieurs exemplaires. 72 exemplaires au total circulaient à Forest.

  • 103 Tel L’Antiquaire de Bernay de l’érudit normand Ernest Veuclin. On y trouvait de nombreuses monogra (...)
  • 104 La Municipalité française. Journal administratif des communes publia, à compter de son premier numé (...)
  • 105 Poulat E., Les Semaines religieuses. Approche socio-historique et bibliographique des bulletins di (...)
  • 106 Voir Abbé Maurice, L’histoire locale. Moyen d’apostolat rural. Justification et méthode, Rouen, ch (...)

31Par ailleurs, le livre n’était pas le seul vecteur de diffusion du savoir monographique. Les chercheurs avaient également recours aux revues, soit locales103, soit nationales104. En 1901, deux membres du clergé finistérien, les chanoines Peyron et Abgral, fondèrent un Bulletin diocésain d’histoire et d’archéologie auquel on pouvait s’abonner moyennant cinq francs par an seulement, et qui était presque exclusivement consacré à la publication de monographies paroissiales. Les semaines religieuses, dont le public tournait, dans les années 1880-1914, autour de 500 000 lecteurs105, proposaient également, parfois à côté d’articles portant sur des questions spécifiquement religieuses, des travaux d’histoire locale. L’histoire, aux yeux du clergé, était un excellent moyen de rendre plus attrayant ce type de publication106.

  • 107 « Les bulletins paroissiaux. Rapport de M. l’abbé Brunet », art. cit. « Rapport sur les Bulletins (...)
  • 108 Ibid. L’abbé Gabard, curé de Saint-Aubin-de-Baubigné, aurait diffusé 800 exemplaires de son travail (...)
  • 109 Paroisse et commune de Gorges. Département de la Loire-Inférieure, Angers, J. Siradeau, 1912.
  • 110 Brisbois H., Coulours (Yonne). Essai de monographie communale, Troyes, J.-L. Paton, 1942.
  • 111 « Le passé des historiens locaux », art. cit.
  • 112 Annales de l’Est, 1912, p. 76.

32C’est pour la même raison que les curés réservaient une ou deux pages de leur bulletin paroissial à l’histoire du village107. À partir du début du XXe siècle, le bulletin paroissial (ou, comme nous le verrons, son équivalent laïque) fut l’un des supports de la transmission du savoir historique108. L’abbé Pierre Grégoire, avant que de publier en volume sa monographie de Gorges [Loire-Inférieure], donna à ses « chers paroissiens » un aperçu de son travail dans les différentes livraisons du bulletin paroissial109. L’abbé Vulfran Bourgeois fut trente-neuf ans durant curé de Coulours [Yonne]. Entre 1892 et 1904, il fit paraître seize bulletins paroissiaux, dont plusieurs pages étaient consacrées à l’histoire de la commune. Il ne put cependant réaliser son projet de publier une histoire complète de Coulours110. Les travaux de l’abbé Rigailh sur Bousquan, pseudonyme de la commune de l’Aude où Sylvie Sagnes a mené ses enquêtes, furent également publiés dans le bulletin paroissial111. Mentionnons encore cette initiative du greffier de la mairie de Granges, dans les Vosges, qui, au début du XXe siècle, s’associa à sa fille, directrice de l’école maternelle, et à son fils, employé des chemins de fer, pour publier une série de petits fascicules consacrés à l’histoire de la localité112. Le greffier fabriqua lui-même une presse rudimentaire, acheta dix kilos de caractères, et, à intervalle irrégulier, publiait les résultats des recherches qu’il effectuait dans les archives de la commune. Les instituteurs, enfin, profitaient des cours d’adultes ou des conférences du soir pour raconter aux habitants l’histoire de leur commune. C’est ce que met notamment en évidence le témoignage de l’instituteur breton Théodore Chalmel.

Théodore Chalmel : une vie au service de l’histoire locale

  • 113 Association Théodore Chalmel, mairie de Saint-Père-Marc-en-Poulet, Ille-et-Vilaine.
  • 114 Cette source a également été exploitée par Cos B., dans « Un instituteur de la IIIe République : T (...)

33Auteur de trois monographies de communes ainsi que de nombreux articles d’histoire locale, Théodore Chalmel (1867-1945) a tenu pendant cinquante ans un journal de ses activités d’enseignant et d’érudit, qu’il ne semblait pas totalement dissocier. Ce manuscrit a été édité en 1999 par les soins d’une association qui s’est fixée pour objectif de faire connaître l’œuvre de Chalmel, et de perpétuer son souvenir113. À l’aide de ce document, il est possible de se faire une idée plus exacte des moyens auxquels pouvait avoir recours un monographe, et des ressources qu’il mobilisait, pour faire connaître ses travaux114.

  • 115 « Nous avons pensé être utile aux futurs historiens », expliquait-il dans un avertissement rédigé (...)

34Théodore Chalmel naquit le 10 juin 1867 à Noyal-sous-Bazouges, un village de l’arrondissement de Fougères [Ille-et-Vilaine] où son père exerçait la profession de cordonnier. Après avoir fréquenté l’école communale, il entra en 1884 au cours supérieur de l’école Saint-Léonard de Fougères. Il obtint le brevet élémentaire en juin 1885, et sollicita au mois d’août un poste d’instituteur adjoint dans le département. Il avait donc choisi – « librement » précisait-il – la carrière d’enseignant, et c’est à compter de cette date qu’il tint un registre (« Dossier d’un instituteur ») où il consignait « par ordre chronologique, les événements remarquables de la vie d’un Instituteur et de tout ce qui peut avoir un rapport direct avec son école [sic]115 » : nominations, circulaires administratives, visites d’inspection, participations aux expositions régionales ou universelles, comptes rendus des activités péri-scolaires, chronique des menées antilaïques, attributions de récompenses, etc. Admis à la retraite en juillet 1924, Chalmel continua pourtant de tenir ce journal jusqu’en 1935. On y trouve en particulier quantité d’informations relatives à ses activités d’historien local.

35Mais revenons aux premières étapes de sa carrière. Chalmel obtint un premier poste d’instituteur adjoint à La Fontenelle, dans le canton d’Antrain. En février 1887 il fut nommé à La Baussaine (canton de Tinténiac). En 1890 il passa avec succès l’épreuve du certificat d’aptitude pédagogique. Après un court passage à Dol, il fut nommé en septembre 1891 instituteur titulaire à l’école de Pleugueneuc, où il se trouva en butte à l’hostilité déclarée du maire et du recteur. En avril 1893, il épousa la fille d’un commerçant de Dol. Il occupa le poste difficile de Pleugueneuc pendant quatre ans, ce qui lui valut les félicitations de l’Inspecteur. À la rentrée 1895, il fut nommé à Saint-Père-Marc-en-Poulet, commune de 1650 habitants située à dix kilomètres de Saint-Malo. C’est là qu’il effectuera l’essentiel de sa carrière professionnelle (il occupera un dernier poste à Saint-Malo, de 1919 jusqu’à son admission à la retraite).

  • 116 Une commune rurale à travers les siècles, op. cit., p. xvii-xviii.

36L’installation de Théodore Chalmel à Saint-Père coïncida avec sa découverte de l’histoire locale. Écoutons-le : « Lorsque je fus nommé instituteur public à Saint-Père, en 1895, j’eus, dès mon arrivée dans cette commune, l’idée d’organiser des conférences populaires. Mon but était d’intéresser les familles aux choses de l’école et de mieux remplir moi-même mon devoir social. Un moyen s’offrait d’attirer et de retenir les auditeurs : causer du pays, en rappeler le passé ; mais où trouver les renseignements nécessaires pour parler d’une localité dont l’histoire n’a jamais été écrite ? Les fonctions de secrétaire de mairie, qui m’avaient été confiées, me permirent de fouiller les archives municipales. Je feuilletai les anciens registres paroissiaux, qui remontent à 1570, et contiennent, outre les actes de baptême, de mariage et de sépulture, une foule de notes historiques, de faits particuliers, consignés au jour le jour par les recteurs successifs. Commencé par devoir, ce travail fut continué par plaisir116. »

  • 117 Sur ce deuxième épisode de la querelle des manuels : Amalvi C., « La guerre des manuels autour de (...)

37Attirer et retenir les auditeurs, donc. L’histoire locale comme appât ? Sans doute. Théodore Chalmel fut en effet confronté, un quart de siècle durant, à la très violente hostilité du clergé de Saint-Père (un clergé qu’épaula parfois l’autorité municipale). De toute évidence, l’emprise de l’Église sur la communauté des paroissiens n’était pas aussi absolue qu’à Pleugueneuc (Saint-Père ne fut dotée d’une école libre de garçons qu’en 1911). Chalmel n’en vécut pas moins une situation d’intense concurrence. Son journal relate les principales péripéties de cette guerre. En juin 1900, le recteur Gouin déclencha une première offensive à l’occasion des processions de la Fête-Dieu : il tenta de soustraire les jeunes élèves de l’école communale à la surveillance de leur maître, pour les confier à une religieuse. En mars 1902, le desservant se plaignit auprès du maire de la manière dont Chalmel, qui était secrétaire de mairie, rédigeait les permis d’inhumer. En 1910 et 1911, le clergé mena campagne contre le manuel d’histoire de Guiot et Mane qu’utilisait Chalmel, et que l’évêque avait condamné117. C’est dans ce contexte que fut ouverte une école privée. Le vicaire général présida à son inauguration le 15 octobre 1911. Chalmel, lassé sans doute des furieuses attaques dont il faisait régulièrement l’objet dans la presse cléricale, demanda son changement. En vain.

38Saint-Père ne connut pas l’Union sacrée au mois d’août 1914. Le recteur et le vicaire lancèrent une nouvelle offensive contre leur adversaire. Il lui était notamment reproché de lire les dépêches du Gouvernement dans l’enceinte de l’école. Les abbés de Saint-Père allèrent même jusqu’à accuser Chalmel de renseigner les Allemands en lisant à haute voix les communiqués officiels et des lettres de soldats. La Sûreté et la gendarmerie vinrent enquêter, et disculpèrent l’instituteur (dont le fils unique, brillant étudiant, sera tué le 25 septembre 1915 près d’Arras). Durant toute la durée des hostilités, les curés de Saint-Père continuèrent leur combat contre l’école laïque, usant des procédés habituels en la matière : ils menaçaient de refuser l’absolution aux parents des élèves scolarisés à l’école publique, et vitupéraient, au catéchisme, « l’école du diable ».

  • 118 Propos rapporté à Chalmel par trois conseillers municipaux. Mémoires d’un instituteur, op. cit., p (...)
  • 119 Un numéro du Courrier breton de décembre 1905 raillait les conférences de Saint-Père, où l’on ense (...)
  • 120 Ibid., p. 71.
  • 121 Rapport au Président de la Société nationale des Conférences populaires, ibid., p. 64. En 1906 et (...)

39Instituteur modèle (et très apprécié de ses supérieurs hiérarchiques), Théodore Chalmel s’investit beaucoup dans les activités péri-scolaires. Ses cours d’adultes et ses conférences populaires furent les clés de voûte de son action dans la commune. Le recteur ne s’y trompa pas, qui, jugeant que son concurrent prenait « trop d’influence118 » tenta, en 1905, de faire cesser cet enseignement119. Il ne réussit qu’à obtenir la suppression d’une allocation de 100 francs que le conseil municipal avait votée en 1897. Chaque année, pendant les mois d’hiver, Chalmel convoquait les jeunes adultes à des cours du soir, à raison de trois séances hebdomadaires d’une durée de deux heures chacune. En outre, tous les amateurs pouvaient assister à des conférences populaires. L’histoire de Saint-Père faisait partie des thèmes les plus fréquemment abordés dans le cadre des conférences. Celui aussi que l’auditoire appréciait le plus (un auditoire dont l’effectif s’élevait habituellement à 100 ou 120 personnes aux dires de l’organisateur, mais parfois bien davantage, comme le 10 novembre 1901, où 230 habitants de Saint-Père assistèrent à un exposé sur l’histoire de leur commune120). Et l’on comprend que Chalmel, ainsi qu’il le suggérait lui-même dans sa préface à la monographie de Saint-Père, utilisât ses connaissances dans le domaine de l’histoire locale pour inciter le public à venir écouter des conférences où il était également question des dangers de l’alcool, des règles fondamentales en matière d’hygiène, des qualités de la bonne ménagère, du Fanatisme et de la Tolérance, de l’Impôt et des Contributions, du Cadastre, etc. « Cette année, écrivait-il dans un rapport de mars 1901 qui faisait le bilan d’un cycle tout juste achevé, j’ai particulièrement insisté sur les devoirs sociaux, l’antialcoolisme et surtout l’histoire locale121. »

  • 122 Mémoires d’un instituteur, op. cit., p. 150.

40En décembre 1910, Calmel demanda à l’Inspecteur primaire Bourdon l’autorisation de publier un bulletin communal trimestriel : « Cette publication, trait d’union entre l’école et la famille, traiterait des sujets relatifs à l’éducation des enfants, aux connaissances pratiques, au droit rural, aux nouvelles communales, à l’histoire et à la géographie locales ; elle donnerait les comptes rendus des fêtes, des solennités scolaires, des réunions du conseil municipal, les actes du livre d’or de l’école ; des nouvelles littéraires, légendes et folklore, etc.122. »

  • 123 Également réédité par les soins de l’association. Chalmel T., Saint-Père-Marc-en-Poulet. Bulletin (...)

41Il s’agissait de compléter, sous une autre forme, l’action menée dans le cadre des conférences. Dans le Bulletin de Saint-Père123, on trouvait en effet : des nouvelles communales, des informations pratiques, des connaissances utiles, un livre d’or des belles actions accomplies par les enfants du village, des leçons de morale (Exhortations au travail, Instruisez-Vous), quelques poésies (certaines également moralisantes : « pour les jeunes : tu seras électeur »), des lettres et nouvelles du front, et de nombreux extraits de la monographie de Saint-Père à laquelle travaillait l’instituteur.

  • 124 Chalmel en établit la liste en 1924. Diplôme d’honneur (juillet 1897) ; médaille de bronze (juille (...)
  • 125 Diplôme d’honneur (juillet 1896) ; lettre de félicitation (juillet 1897) ; don de livre (août 1899 (...)
  • 126 Mention honorable en juillet 1914 ; médaille de bronze en décembre 1901. Ibid., p. 263.
  • 127 Ibid., p. 118.
  • 128 Rapport de l’Inspecteur primaire Perrenot, 9 février 1911. Ibid., p. 150-151. Le même à Chalmel, 2 (...)
  • 129 L’Inspecteur primaire Trouvé à Théodore Chalmel, 29 novembre 1911, ibid., p. 159.

42Régulièrement récompensé par une médaille ou un rappel de médaille pour ses conférences populaires124, ses cours du soir125 ou son action en faveur de la Mutualité scolaire126, Théodore Chalmel était aussi apprécié, par sa hiérarchie, pour son travail d’érudit. Il fut cité en exemple dans un rapport de l’Inspecteur d’Académie au Conseil général que reproduisit le Bulletin scolaire de l’été 1907127. Ses supérieurs tenaient compte de la publication de ses monographies dans leurs appréciations128. Lorsque, en novembre 1911, l’Inspecteur d’Académie demanda à l’Inspecteur primaire de Saint-Malo de lui signaler « les initiatives vraiment originales et efficaces qui se sont produites depuis quelques années », ce dernier pensa immédiatement aux monographies communales de Chalmel : « Je possède dans les archives un exemplaire de votre Noyal-sous-Bazouges ; Saint-Père n’est pas édité, si je ne me trompe. M. L’Inspecteur d’Académie en a-t-il une copie ? Sinon, pourriez-vous me communiquer le manuscrit129 ? »

  • 130 L’Inspecteur primaire Trouvé à Théodore Chalmel, 2 mars 1914, Ibid., p. 188.
  • 131 Ibid., p. 286.
  • 132 Demande d’admission à la retraite, mars ( ?) 1924, ibid., p. 262-263.

43En mars 1914, c’est de nouveau vers Chalmel et ses monographies que se tournèrent les deux Inspecteurs à la recherche de travaux de maîtres susceptibles de figurer à l’exposition scolaire de Lyon130. C’est encore à lui qu’ils s’adressèrent en 1931 pour l’exposition du cinquantenaire de l’École laïque à Rennes131. Lorsque, à l’heure de la retraite, Chalmel fit le bilan de sa carrière, il put mentionner, comme récompenses honorifiques obtenues au titre de l’histoire locale, une citation au Bulletin scolaire et deux décorations : celle d’officier d’académie, et celle d’officier de l’Instruction publique132.

  • 133 Monographie de la commune de Noyal-sous-Bazouges : anciennes familles, Rennes, F. Simon, 1908. L’ou (...)
  • 134 Il s’agit de René, Félix Le Hérissé, député d’Ille-et-Vilaine de 1886 à 1913, sénateur de 1913 à 1 (...)
  • 135 Mémoires d’un instituteur rural, op. cit., p. 123-124.
  • 136 Numéros des 9 et 16 novembre 1913. Ibid., p. 184.
  • 137 Ibid., p. 142-143.
  • 138 Extrait du journal La Côte d’Émeraude, ibid., p. 68.
  • 139 Mémoires d’un instituteur rural, op. cit., p. 259.
  • 140 Nous avons utilisé la liste des 152 titulaires qui figure dans le volume correspondant à l’année 1 (...)
  • 141 Le 21 octobre 1924 (Le fort de Châteauneuf) ; le 15 décembre 1924 (Un ancien compte de fabrique de (...)

44En 1908, Chalmel publia la première de ses trois monographies. Elle était consacrée à Noyal-sous-Bazouges, sa commune natale133. Dans son Dossier d’un instituteur, l’auteur nous donne quelques indications concernant la manière dont il assura la promotion de ce petit opuscule (épais de 88 pages seulement). Le conservateur de la bibliothèque municipale de Saint-Malo, l’Inspecteur primaire Bourdon, le député de la première circonscription de Rennes (qui était également maire d’Antrain134) reçurent chacun un exemplaire de l’ouvrage. Le journal Le Républicain en fit un rapide compte rendu dans son édition du 20 mars 1908135. La Municipalité française en publia des extraits136. Pourtant Chalmel attendit deux ans avant d’envoyer son travail à la Société historique et archéologique de l’arrondissement de Saint-Malo. Au début du mois de mai 1910, il saisit l’occasion d’une visite-promenade des membres de la Société dans les environs de Noyal pour leur communiquer sa « modeste monographie ». Le président lui fit part, en sa qualité d’agrégé de grammaire, de quelques menues observations relatives à l’étymologie137. Neuf ans auparavant, notre instituteur avait établi un premier contact avec cette compagnie. En octobre 1901, plusieurs sociétaires en excursion firent une courte halte à Saint-Père pour y observer des pierres tombales : « Dans son étude, la Société trouve un distingué auxiliaire dans le vicaire de la paroisse, M. l’abbé François Jamet, ainsi que dans l’instituteur, très érudit138. » Grâce à ses monographies notamment, cet hôte d’un jour s’imposa progressivement comme une figure importante de l’érudition locale. En juillet 1923, il fut élu membre titulaire de la société139. C’était une consécration pour ce modeste instituteur. À la date de son admission, la Société historique de Saint-Malo était presque exclusivement composée de notables du cru. 46,6 % des sociétaires étaient des diplômés du supérieur140. À eux seuls, les médecins, les avocats et les notaires représentaient plus du tiers (35,1 %) des sociétaires. Les professions économiques (négociants, banquiers, industriels, armateurs), d’habitude assez mal représentées dans ce type d’institution, totalisaient ici 12,2 % de l’ensemble. 10,6 % des membres affichaient un titre ou une particule. Les ecclésiastiques n’étaient pas très nombreux (8,4 %). On relevait encore les noms de sept élus locaux (5,34 %), de six officiers (4,6 %), de quatre propriétaires ou rentiers, de deux journalistes et de plusieurs fonctionnaires de rang élevé (un directeur de l’enregistrement, un capitaine des douanes en retraite, un contrôleur principal des Tabacs). Chalmel, seul instituteur parmi ces bourgeois diplômés intervenait désormais régulièrement lors des séances de travail de la Société, essentiellement sur des sujets d’histoire141.

  • 142 Ibid., p. 190.

45L’étude de l’histoire locale n’avait cessé de prendre de l’importance dans l’existence de Théodore Chalmel. En juin 1914 il sollicita une mutation à Saint-Méen, afin, expliquait-il à l’Inspecteur, de pouvoir se rapprocher des archives départementales et de la bibliothèque de Rennes142. À cette date, il avait cependant achevé son grand œuvre : la monographie de Saint-Père-Marc-en-Poulet.

  • 143 « Les vacances me donnent quelques loisirs ; j’en profite pour écrire quelques chapitres de l’hist (...)
  • 144 Exposé devant la Société historique et archéologique de l’arrondissement de Saint-Malo, juillet 19 (...)
  • 145 Une commune rurale à travers les siècles, op. cit., p. 798.

46Il y avait travaillé depuis son installation dans la commune en 1895, consacrant notamment ses vacances à la collecte d’informations ou à la rédaction des différents chapitres143. L’ouvrage comprenait trois parties, à l’identité passablement floue (la dernière, cependant, était entièrement consacrée à l’histoire de la commune). Les vingt-huit chapitres abordaient à peu près tout ce qu’il était possible de savoir sur Saint-Père : le climat, le sol, le sous-sol, l’hydrographie, les communications, le commerce, l’agriculture et l’industrie, l’enseignement, les us et coutumes, les légendes locales, les personnages remarquables, le nom des maires, adjoints, instituteurs, notaires, trésoriers, marguilliers, sonneurs, gardes champêtres, curés « sub-curés » et vicaires… On y trouvait encore un inventaire des chapelles, la liste complète des vieilles croix et une description de tous les hameaux et écarts. Dans sa préface, mais aussi dans sa présentation de l’ouvrage devant la Société historique de Saint-Malo, Chalmel s’expliqua sur le sens de sa démarche. Il avait moins défini son travail comme une contribution à la connaissance de la géographie, de l’histoire, de l’économie, etc., d’une région, que comme un moyen de répandre, parmi les écoliers notamment, l’attachement à la petite patrie, la fidélité au terroir, et par ricochet, le sentiment patriotique : « Comme vous le constatez, les idées qui dominent ce travail, tendent à la concorde et à l’union entre tous les membres de la grande famille communale. Elles peuvent se résumer en peu de mots : respect du passé, amour du sol natal, principes que nous mettons à la base du véritable patriotisme144. » La monographie de Saint-Père s’achevait par un paragraphe à la gloire de « la noble profession de cultivateur », « la plus ancienne, la plus utile et la plus saine145 […]. Tous les grands génies du monde s’accordent à reconnaître que la classe rurale est la force, l’honneur, la gloire et l’avenir du pays. Avec le poète, qu’il nous soit permis de donner à la génération qui monte ce suprême conseil :

Petits paysans,
Restez à vos Champs ! »

  • 146 Mémoires d’un instituteur rural, op. cit., p. 123. La Revue historique mentionnait en 1911 l’existe (...)
  • 147 Il espérait récupérer 6 à 7000 francs de la vente des volumes, qui coûtaient chacun 65 francs (ibi (...)
  • 148 Ibid., p. 285-286 et 302-303.

47Le livre devait sans doute être en grande partie terminé vers 1908 : Chalmel s’adressa cette année-là à Henri Jouve, président d’une Association de l’Histoire générale des Communes de France, pour lui demander de publier son manuscrit146. Mais c’est la maison F. Simon, vers laquelle Chalmel s’était déjà tourné pour sa monographie de Noyal, qui édita en 1931 trois cents exemplaires de celle de Saint-Père, qui totalisait 815 pages. Chalmel avait investi toutes ses économies (30 000 francs) dans l’opération147. C’est dire l’importance qu’il y attachait. Il sollicita et obtint une souscription ministérielle : elle ne représentait sans doute pas grand-chose financièrement parlant (il ne s’agissait que de l’achat de dix exemplaires destinés à des bibliothèques publiques), mais signifiait la reconnaissance officielle de la valeur de ce travail. C’est pourquoi Chalmel en fit état dans son journal et dans sa correspondance (il transmit même l’information à La Vie Rennaise148).

  • 149 Et promettait à Chalmel de soumettre au conseil général une demande de crédit afin d’aider à la di (...)
  • 150 Le maire à Chalmel, 5 juillet 1932, ibid., p. 304.
  • 151 Ibid., p. 310-311.

48À qui Chalmel adressa-t-il son ouvrage ? L’auteur fournit quelques indications à ce sujet. Deux anciens élèves, au moins, reçurent un exemplaire : le premier était ingénieur des Ponts-et-chaussées à Saint-Brieuc, le second maître-torpilleur à Toulon. Une cousine de Combourg d’une part, et son filleul domicilié près de Paris d’autre part, lui adressèrent des remerciements. Parmi les destinataires, on relève encore les noms du rédacteur principal des archives départementales de Rennes, de l’Inspecteur primaire, d’un Inspecteur d’Académie honoraire, du directeur de l’école normale de Rennes, du directeur du personnel de la maison Worms et Cie, au Havre, de Paul Lebois, directeur d’école et romancier du terroir, du maire de Saint-Servan, qui était également conseiller général149, d’un ingénieur établi en Espagne enfin. Chalmel suggéra à plusieurs municipalités, notamment à celles de La Baussaine et de Pleugueneuc, communes où il avait exercé ses fonctions, de faire l’acquisition de sa monographie. Le conseil municipal de La Baussaine, dans sa réunion du 3 juillet 1932, et « malgré la pénurie de ses ressources », vota un crédit de 130 francs pour l’achat de deux exemplaires du livre150. La mairie de Noyal le reçut en cadeau151.

  • 152 Nos italiques. Pierre Déprès à Théodore Chalmel, 11 avril 1932, ibid., p. 299.

49Plusieurs ecclésiastiques figuraient également parmi les lecteurs de la monographie de Saint-Père qui écrivirent à Chalmel. Un ancien élève de Madame Chalmel d’abord, désormais séminariste à Angoulême, qui avait conservé un souvenir ému du maître et de sa femme, et une profonde nostalgie de sa petite patrie, « cette chère paroisse de Saint-Père que nous avons quittée à jamais sans doute152 ». Débourser soixante-cinq francs pour se procurer l’ouvrage (chose qu’il ne put faire qu’avec l’aide de sa mère), représentait pour ce jeune homme un très gros sacrifice. L’abbé Bailblé, chanoine honoraire, le curé de Saint-Père-Marc-en-Poulet, l’abbé Lemarchand, professeur à l’Institution Saint-Vincent, à Rennes, faisaient partie des interlocuteurs de Chalmel (ils reçurent chacun l’ouvrage, mais leurs remerciements étaient un peu tièdes). C’est encore un abbé, Julien Descottes, vicaire au Mont-Dol et président de la Société d’histoire et d’archéologie de Saint-Malo, qui insista auprès de Chalmel pour qu’il présente son ouvrage devant les collègues de cette compagnie. Le patriotisme de clocher, qui était l’une – sinon la – principale source d’inspiration des érudits locaux, rapprochait des hommes que par ailleurs tout opposait.

  • 153 19 mars 1932 (ibid., p. 296 sq.).
  • 154 29 mars 1932.
  • 155 1er avril 1932.
  • 156 25 juillet 1932.
  • 157 10 décembre 1931.
  • 158 Ouest-Éclair du 10 décembre 1931 (article de Pierre Cressard).
  • 159 Tome XLI, no 1-2, 1934, p. 295.

50Enfin l’ouvrage fit l’objet d’une série de comptes rendus élogieux dans plusieurs revues : La Vie Rennaise153, Le Salut154, L’Éveil155, Le Miroir du Monde156, L’Ouest-Éclair157. Aux yeux du journaliste, cette monographie était d’abord une mine d’informations. Mais davantage encore un monument à la gloire d’une petite patrie et « un éloge mérité de la race paysanne158 ». Le moderniste Armand Rébillon, professeur à l’université de Rennes, n’avait pas tout à fait la même lecture de l’ouvrage. Il était plus critique aussi. Son compte rendu des Annales de Bretagne159 soulignait les incohérences du plan. Il était encore reproché à Chalmel – objection classique – de ne pas avoir su « s’abstenir de rappeler des faits d’histoire générale qui n’ont que des rapports lointains avec l’histoire de Saint-Père […] ». Mais l’ouvrage vaut « par la masse des détails qui nous font saisir […] la composition, la manière de vivre et les sentiments de la population […]. C’est avec de pareils ouvrages que l’on peut vraiment pénétrer au cœur de la vie populaire sous toutes ses formes ». En dépit de ces critiques, Chalmel, très flatté, se fendit d’une lettre de remerciement pleine de déférence.

  • 160 Bloch M., « Sur quelques histoires de villages », art. cit.

51Notre auteur a-t-il jamais su qu’un professeur d’histoire médiévale de l’université de Strasbourg avait lu et commenté son ouvrage dans les Annales d’histoire économique et sociale, une revue qu’il avait créée quelques années auparavant avec un collègue de la même université ? Chalmel n’en fit pas mention dans son journal. Certes, le compte rendu de Marc Bloch n’était pas tendre160 : l’ouvrage est trop long, en regard de l’importance de l’objet, on y trouve trop d’allusions à l’histoire générale, trop de digressions inutiles sur les gloires du petit pays, pas assez d’informations relatives aux cultures et aux procédés agricoles, l’étude de l’économie rurale est sacrifiée au profit de l’aspect juridique des institutions – le plus aisément accessible dans les documents… Pourtant c’est une collaboration constructive entre historiens de métier et érudits de village que Bloch appelait de ses vœux. Il suffirait que les hommes compétents établissent un questionnaire de monographies communales.

Notes

1 Histoire de la paroisse de Saint-Aubin-de-Baubigné (Deux-Sèvres), Saint-Maixent, Maison de la bonne presse de l’Ouest, 1908.

2 Le Lot vu par ses maîtres d’école, op. cit., t. 3, p. 37.

3 E. Perchet, un ancien juge de paix, travailla douze ans à l’histoire de Pesmes [Haute-Saône]. L’ouvrage comptait il est vrai plus de cinq cents pages (Perchet E., Recherches sur Pesmes, Gray, Imprimerie G. Roux, 1896). L’historien de Sommevesle [Marne] enquêta pendant trente ans sur cette localité (Mémoires de la Soc. d’agric. de la Marne, 1924, p. 60). Celui de Sommeron [Aisne] pendant vingt ans (Revue historique, 1884, 1, p. 462). Joseph Janvier employa « trois ou quatre années » à étudier la petite paroisse de Saint-Jouan-de-l’Isle [Côtes-du-Nord] (Janvier J., « Les seigneurs de Saint-Jouan-de-l’Isle », Bull. archéologique de l’Association bretonne, 3e série, t. 11, 1893, p. 92.) Mais il suffisait de quelques semaines – et éventuellement d’un rapide voyage, si l’érudit ne résidait pas sur place – pour rédiger une courte notice (Audran F., « L’île de Seins [sic] ou de Sizun », Bull de la Soc. arch. du Finistère, t. IX, 1882, p. 14-25 ; Diverrès H., « Monographie de la commune de Guengat », Ibid., t. XVIII, 1891, p. 42-60). Les instituteurs de la Mayenne à qui l’inspection académique avait demandé, au début du mois de janvier 1899, de préparer la monographie de leur commune, rendirent leur copie entre avril et octobre de cette même année (la partie historique fut, il est vrai, bâclée). La Mayenne en 1900 vue par ses instituteurs, op. cit., t. 1 et 2, passim.

4 Il publia plusieurs articles sur la chanson populaire et l’alimentation paysanne dans les Mémoires de la Soc. des sciences naturelles et d’antiquités de la Creuse. On trouvera dans cette revue (1947, t. 30, p. 209-212) une courte biographie de l’auteur.

5 La Maurienne, notices historiques et géographiques par les instituteurs de la circonscription de Saint-Jean-de-Maurienne, Saint-Jean-de-Maurienne, 1904-1909, 2 vol.

6 L’arrondissement de Gannat et le canton de Montmarault par les instituteurs de la circonscription de Gannat, Gannat, F. Marion, 1909.

7 « Les monographies communales », Le Volume : journal des instituteurs, t. XVIII, 1905, 30 décembre, p. 163-170.

8 Sylvain Milbach observe que les monographies manuscrites circulaient parmi les prêtres du diocèse de Dijon (Milbach S., Prêtres historiens, op. cit., p. 192).

9 Bourgeois A., « Rapport de la commission d’histoire et d’archéologie », Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 70e année, 1894, p. xc.

10 Daugé C., Habas, op. cit.

11 Cauquil G. [instituteur], Petite histoire locale et monographie de la ville de Graulhet (Tarn), Albi, 1913 (cité dans le Bull. fédéral de la Soc. des études locales, 1914, 2, bibliographie courante).

12 Cité par Morel J., Biéville-sur-Orne. Histoire d’une petite commune du Calvados, Caen, Louis Jouan éd., 1911.

13 Sylvain Milbach constate la même absence de références aux grands auteurs chez les curés historiens du diocèse de Dijon (Milbach S., Prêtres historiens, op. cit., p. 189).

14 « Les monographies communales », art. cit., p. 166.

15 « Monographie de la paroisse de Plonévez-Porzay », Bull. de la Soc. arch. du Finistère, t. XVIII, 1891, not. p. 61-63.

16 Guilloux J.-M., « Études sur une paroisse bretonne. Brandivy », Revue historique de l’Ouest, 6e année, 1890, p. 427 sq.

17 Bouteville, « Histoire de la commune de Ponchon », Bull. de la Soc. d’études hist. et scient. de l’Oise, t. V, 1919, p. 338.

18 Audo, « Quelques notes sur Saint Caradec et son ancien monastère », Bull. de la Soc. d’émulation des Côtes-du-Nord, 1867, p. 10-19 ; Annales de la Soc. académ. de Nantes, 1895 (rapport sur la monographie d’Arthon-en-Retz, par l’instituteur-adjoint), p. xlvi. L’abbé Lebeurier, pour retrouver l’emplacement d’un fief dans la paroisse d’Acquigny [Eure], interrogea les vieillards (Lebeurier P.-F., Acquigny. Notice historique sur la commune avant 1790, Paris, 1992 [1862], 129 p.) À propos de l’étymologie de Chavagnes-en-Paillers [Vendée], A. de Villegille mentionnait une légende que racontaient les paysans (Bull. de la Soc. des Antiquaires de l’Ouest, 1841, série 1, t. 3, p. 281-312). Alexandre Hermand reconstitua le plan de Watten [Nord] à la fin de l’Ancien Régime en interrogeant les vieillards (Hermand A., « Notice historique sur Watten », Société des antiquaires de la Morinie, 1837, p. 168). On pourrait multiplier les exemples. Mentionnons encore, de l’abbé Massabie, « Douelle, d’après les registres de l’État civil et les traditions locales », Bull. de la Soc. des études du Lot, 1880, VI, p. 195-200.

19 Instituteur de Catus : « Nous avons consulté bien des vieillards ». Le Lot vu par ses maîtres d’école, op. cit., t. 3, p. 44.

20 Instituteurs de Catus et de Boissières. Ibid., t. 3, p. 48 et 66.

21 Instituteur de Catus. Ibid., t. 3, p. 51-52.

22 « Au dire des gens de Calamane, cette commune a eu renfermé dans son sein bien près de cinq cents habitants. » Ibid., p. 66. En 1834, Julien Dujay interrogea les vieux habitants de Mareuilles-Meaux au sujet du nombre de feux que comptait autrefois la commune. Dujay J., Statistique de Mareuil-les-Meaux, op. cit., p. 41.

23 Instituteur de Calamane. Le Lot vu par ses maîtres d’école, op. cit., t. 3, p. 74. Le « public » ne se souvenait que du nom du dernier seigneur.

24 La Révolution française, 1893, 1, p. 194 (« Discours à l’occasion de l’assemblée générale de la Société de l’histoire de la Révolution »). L’Inspecteur Mourlot relaya les recommandations du maître auprès des instituteurs de l’Oise (Mourlot, « Les sources de l’Histoire de la Révolution dans le département de l’Oise », Bull. de la Soc. d’études hist. et scient. de l’Oise, 1912, p. vii). L’historien de Montreuil-sur-Brèche se défiait de la tradition, « souvent loin de la vérité » (ibid., p. 82)

25 « L’histoire provinciale de la France contemporaine », op. cit., p. 487.

26 Ibid., p. 496.

27 La Révolution française, 1888, 2, p. 46-54.

28 Chatel-sur-Moselle pendant la Révolution, Cîteaux, imprimerie Saint-Joseph, 1896.

29 Sur cette question, voir infra, p. 250 et suivantes. Merle L.-L., « La commune de Soubran », art. cit., p. 233 sq. Sur la mémoire dans la tradition orale, voir Goody J., Pouvoirs et savoirs de l’écrit, Paris, La Dispute, 2007 (et en particulier p. 51-78).

30 Decorde J.-E., Histoire de Bures-en-Bray, Paris-Rouen, Derache-Le Brument, 1872, p. 154 not.

31 Le Lot vu par ses maîtres d’école, op. cit., t. 3, p. 93.

32 Ibid., p. 101.

33 Phelippe-Beaulieux, « Essai historique et statistique de la commune de Sautron », op. cit., p. 40-41.

34 Rivière A., « Rapport sur la notice historique et archéologique de Givry-en-Argonne (Marne) », Mémoires de la Soc. d’agric. de la Marne, 1886, p. 41.

35 Piederrière, « Noyal-Muzillac (Morbihan) », Revue de Bretagne et de Vendée, 1867, 2, p. 284.

36 Voir, dans les Mémoires de la Société d’agriculture de la Marne, le rapport du concours d’histoire pour l’année 1924 (not. p. 73).

37 L’historien Charles Petit-Dutaillis, alors Recteur de l’Académie de Grenoble, fut l’inspirateur de cette circulaire. Les Archives de la Charente ont conservé toute une collection de notices rédigées en réponse à cette missive (J 76 à 95 : ces documents sont consultables par internet).

38 Vendel H., « Notice sur la vie et les travaux de M. l’abbé Lallement », Mémoires de la Soc. d’agric. de la Marne, 1924, p. 402.

39 La classe ininterrompue, op. cit., p. 367.

40 L’Inspecteur La Balle, 28 mars 1900, dans La Mayenne en 1900, op. cit., p. 17.

41 Drouault R., « Recherches sur le couvent et le bourg de Saint-Pardoux-la-Rivière », Bull de la Soc. hist. et archéol. du Périgord, t. 26, 1899, p. 285-286.

42 Larive A., Essai historique sur la commune de Vendeuil, 1899 (réédition Paris, Le Livre d’histoire, 2005).

43 Audran F., « L’île de Seins ou de Sizun », art. cit., p. 22-23.

44 Exemple de la monographie de Born-les-Champs [Dordogne] par l’instituteur : Monographies des communes du canton de Beaumont, op. cit., t. 1.

45 Sur le projet d’éphémérides communales d’Arsène Thévenot, voir infra, p. 219 et suivantes.

46 Merlet L., Études sur les anciens registres de l’état civil, et en particulier sur ceux de la ville de Chartres, Chartres, Pétrot-Granier, 1861.

47 « De l’étude des registres de l’état civil des anciennes paroisses », Bull. de la Soc. des Antiquaires de l’Ouest, t. XI, 1868, p. 375-402.

48 Meignan T., « Une nouvelle source d’informations historiques. Les anciens registres paroissiaux de l’état civil », Revue des questions historiques, t. XXV, 1979, p. 131 sq.

49 Duvernoy E., « À propos des anciens registres paroissiaux », Journal de la Soc. d’archéol. lorraine et du musée hist. lorrain, 39e année, 1890, p. 134-140.

50 Maître L., « Nos historiens inconnus », Bull. de la Soc. d’hist. et d’archéol. de Nantes et de Loire-Atlantique, t. 59, 1920, p. 31-56.

51 Par histoire d’Hem, l’abbé entendait : des renseignements nombreux et curieux sur les marquis d’Hem, leur famille, leurs alliances, leur château, sur les personnages qualifiés qui séjournèrent dans la paroisse, sur les familles notables dans lesquelles se recrutait le corps échevinal, sur l’église, les pasteurs et les ermites. Bull de la Soc. d’études de la province de Cambrai, t. 1, 1899, p. 22-36. On trouvait dans le même numéro une communication de l’abbé Desilve sur « Les registres paroissiaux de Rumegies » (ibid., p. 144-148). Signalons encore, de Foureur P., les « Recherches sur l’État civil de la paroisse de Montfélix avant 1792 », Mémoires de la Soc. d’agricult. de la Marne, 1924, p. 151 sq. L’abbé Pâris-Jallobert consacra les dernières années de sa vie à publier les anciens registres paroissiaux de Bretagne (nécrologie par Guillotin de Corson dans Revue de Bretagne et de Vendée, 1905, p. 257-272)

52 « Il n’est pas de face de l’histoire, écrivait-il, que ces registres n’aident puissamment à éclairer » (De la composition d’une monographie communale, op. cit.)

53 À titre d’exemples : Dujarric-Descombes A., « La municipalité de Lisle-en-Périgord de 1300 à 1789 », Bull. de la Soc. hist. et arch. du Périgord, t. 3, 1876, p. 403-409 ; Drouault R., « Recherches sur le couvent et le bourg de Saint-Pardoux-la-Rivière », art. cit. ; Bayle E., « Une commune rurale du Périgord depuis le XIIIe siècle, Saint-Pierre-de-Chignac », Bull de la Soc. hist. et archéol. du Périgord, t. 35, 1908, p. 62-81.

54 Mémoire sur l’importance pour l’histoire intime des communes de France des actes notariés antérieurs à 1790 et sur la nécessité et les moyens d’en assurer la conservation et la publicité, Thiers, imprimerie et lithographie de Cuissac, 1861.

55 « Les monographies communales », art. cit., p. 167.

56 Guilloux J.-M., « Études sur une paroisse bretonne. Brandivy », art. cit., p. 428

57 « La Roque de Gajac », Bull. de la Soc. hist. et archéol. du Périgord, t. 8, 1881, p. 123 sq.

58 Pour les pièces rares ajoutait-il, consulter des « intermédiaires autorisés ».

59 Bull. de la Soc. d’émulation du Bourbonnais, 7e année, 1899, p. 64-67.

60 Bergès L., « Les Archives départementales », dans Amalvi C. (dir.), Les lieux de l’histoire, op. cit., p. 98-112.

61 Ibid., p. 111.

62 Milbach S., Prêtres historiens, op. cit., p. 190-191.

63 Rapports des concours de 1896 et 1902 : Annales de la Soc. acad. de Nantes, 1896, p. lxi et 1902, p. xli.

64 Histoire de la paroisse et commune de Ronchererolles-en-Bray, op. cit., p. vi.

65 « Les monographies communales », art. cit., p. 167.

66 Portal C., De la composition d’une monographie communale, op. cit.

67 Comment faire une monographie de village. Quelques conseils à mes confrères, Nancy, imprimerie A. Crépin-Leblanc, 1898.

68 Martin E., Pulligny. Étude historique et archéologique, op. cit.

69 Arch. départ. du Finistère, 34 J.

70 Comment préparer une étude d’histoire communale, esquisse d’un plan de travail, Angers, École supérieure d’agriculture, 1941. L’ouvrage fut plusieurs fois réédité, notamment en 1972 chez Gamma, à Paris (L’histoire communale : esquisse d’un plan de travail).

71 Ibid., p. 21

72 Levron y insistait : « Un auteur prudent […], avant de se lancer dans les dépouillements des archives […] fera bien de réfléchir avec soin et d’adopter une bonne méthode. Il tracera les tableaux de toutes les questions susceptibles d’être traitées, sans en oublier ; ce qui est moins facile que cela en a l’air. » Ibid., p. 23.

73 Furet F., Ozouf J., Lire et écrire, op. cit.

74 Lyons M., Le triomphe du livre. Une histoire sociologique de la lecture dans la France du XIXe siècle, Paris, Promodis-Éditions du cercle de la librairie, 1987, p. 25-42. Du même auteur : Readers and Society in Nineteenth-Century France. Workers, Women, Peasants, New York, Palgrave, 2001, chap. 6 (« Reading Peasants : the Pragmatic Uses of the Written Word »), p. 129-155.

75 Furet F., Ozouf J., op. cit., chapitre 4.

76 Monographies communales ou Étude statistique, historique et monumentale du département du Tarn, Toulouse, Delboy, 1864, t. 1. « Nous écrivons pour vulgariser la science, écrivait-il. » Quelques années plus tard, l’architecte bitterois Paul Fabre se lança dans une statistique archéologique de l’Hérault dont il espérait qu’elle contribue à « vulgariser […] l’histoire de nos communes ». Congrès archéologique de France. XLIIIe session (Séances générales tenues à Arles en 1876 par la Société française d’archéologie pour la conservation et la description des monuments), 1877, p. 672.

77 Fromentin, Hesdin. Étude historique (293-1865), Arras, typographie Rousseau-Leroy, 1865.

78 Monographie de la commune de Saint-Loubès, Bordeaux, impr. G. Gounouilhou, 1869.

79 En 1861, le Journal de la Soc. d’archéol. lorraine suggéra à l’instituteur d’Allain-aux-Bœufs [Meurtheet-Moselle] de déposer les documents qu’il avait découverts dans les archives de la commune, afin que les paysans puissent les consulter (1861, 10e année, p. 241). Mentionnons deux exemples postérieurs. L’abbé Goustat, qui publia pourtant sa monographie de La Linde [Dordogne] dans une revue savante, voulut lui donner un « caractère populaire ». Il s’adressait d’abord aux habitants de la localité (Bull. de la Soc. hist. et arch. du Périgord, t. X, 1883, p. 79).

80 Histoire de la commune des Chapelles-Bourbon, op. cit. « Il serait à souhaiter, écrivait en 1903 un membre de la Société d’émulation du département des Vosges, que la publication des ces notices [les monographies communales] pût être faite pour toutes les communes, et qu’un exemplaire du travail prît place dans chacune des maisons du village. » Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 79e année, 1903, p. l.

81 Baudiau J.-F., Histoire d’Entrains depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Entrains-sur-Nohain, R. Cotté, 1879.

82 Gabard T., Histoire de la paroisse de Saint-Aubin-de-Baubigné, op. cit.

83 Dublanchy M. C., « Monographie historique du village de Génicourt-sur-Meuse », Mémoires de la Soc. des lettres, sciences et arts de Bar-le-Duc, 4e série, t. IV, 1905-1906, p. 117.

84 Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 81e année, 1905, p. 41.

85 Grégoire P., Essais historiques sur la paroisse de Sucé (commune de la Loire-Inférieure), Nantes, Imprimerie de Vincent Forest et Émile Grimaud, 1876.

86 Larrondo H.-D., Une commune rurale avant la Révolution, op. cit.

87 Chaudé, Histoire de Saulx-lès-Chartreux, doyenné de Longjumeau, diocèse de Versailles, Paris, Victor Palmé, 1881, p. i-ii.

88 « Les bulletins paroissiaux. Rapport de M. l’abbé Brunet », Congrès diocésain de Vannes, Vannes, Lafolye, frères, 1908, p. 109-128.

89 « Les almanachs de paroisse », art. cit.

90 Chaline J.-P., Sociabilité et érudition, op. cit., p. 290. Voir encore Guillet F., Naissance de la Normandie, op. cit., p. 303.

91 Grégoire P., Histoire de Sucé. Paroisse et commune de la Loire-Inférieure, Nantes, Dupas et cie, 1922 [1876 pour la première édition]. C’était également le tirage de L’histoire communale de Moyemont, ouvrage publié grâce à une subvention de la Société d’émulation des Vosges (Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 1884, p. 369-406).

92 L’abbé Eugène Martin écrivit son histoire de Pulligny [Meurthe-et-Moselle] pour les habitants du village : « Il a généreusement tenu à ce que, dans Pulligny, chaque famille possédât un exemplaire de son instructive brochure. » Compte rendu de l’ouvrage dans les Annales de l’Est, 8e année, 1894, p. 268-239. Il s’agit de : Pulligny. Étude historique et archéologique, Nancy, Crépin Leblond, 1893, 111 p.

93 Il n’était pas rare qu’une monographie fasse l’objet d’une double publication : dans les Mémoires d’une société savante, puis sous forme de livre.

94 Chevreux P., « Monographies communales de 1889 », Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 67e sannée, 1891, p. lxxv. Les communes de Châtel, Corcieux et Landaville votèrent l’impression des monographies rédigées par leur instituteur à l’occasion de l’Exposition universelle de 1889. Les papiers de l’abbé Jeffredo, vicaire à Guéméné [Morbihan] nous renseignent sur le coût d’une impression. Cet érudit, désireux de publier des notes sur l’histoire de la paroisse, demanda un devis à l’imprimeur vannetais Lafolye. Pour l’impression de 500 exemplaires d’un ouvrage de 208 pages, la facture s’élevait à 3 900 francs. Pour 1000 exemplaires, il en coûtait 5 200 francs. Mais 1000 exemplaires d’une brochure de seize pages ne coûtaient que 375 francs. Arch. départ. du Morbihan, 1 J. 49.

95 Olivier C., Thaon-les-Vosges, op. cit., préface.

96 La commune de Limésy, op. cit., p. v.

97 « Et maintenant je vous livre ces annales, habitants de Limésy et chers compatriotes, avec l’espoir qu’elles recevront bon accueil à la faveur du patronage sous lequel elles se présentent à vous. C’est pour vous, et je dirais bien pour vous seuls, qu’elles ont été écrites, et c’est vous seuls qu’elles peuvent intéresser ; les étrangers qui ne connaissent pas le pays n’y trouveront aucun attrait » (ibid., p. vi-vii).

98 Par ordre chronologique : Lebredonchel M., Histoire de la paroisse de Néhou, op. cit. ; Delamare E., Histoire de la paroisse et commune de Roncherolles-en-Bray, Rouen, Cagniard, 1865 ; Gallet C.-E., La ville et la commune de Beauvoir-sur-Mer (Vendée). Monographie ou description générale, Nantes, Forest et Grimaud, 1868 ; Decorde J.-E., Histoire de Bures-en-Bray, op. cit. ; Duchemin P., Histoire de Bourgtheroulde et de sa collégiale, Pont-Audemer, imprimerie administrative, 1888 ; Simon C., Beaumont-sur-Oise, Beaumont-sur-Oise, imprimerie régionale, 1890 ; Michaux E., Histoire d’Origny-en-Thiérache et de ses environs, Origny-en-Thiérache, Lecerf, 1894 ; Corlieu A., Histoire de Charly-sur-Marne, Paris, H. Champion, 1881 ; Poulet S., Histoire de Forest (arrondissement d’Avesnes), Cambrai, 1905.

99 Les calculs portent sur un total de 1525 noms : la liste de souscripteurs de l’Histoire de Charly-sur-Marne, qui présente de nombreuses lacunes, fera l’objet d’une analyse particulière.

100 La classe ininterrompue, op. cit., p. 346 sq.

101 Ibid., p. v-vi.

102 Souvenirs et observations de l’abbé Duine, op. cit., p. 185.

103 Tel L’Antiquaire de Bernay de l’érudit normand Ernest Veuclin. On y trouvait de nombreuses monographies de commune. Dans le département du Nord, La Liberté publia, sous le Second Empire, l’histoire de plusieurs localités (Dervaux L., Bondues. Histoire de cette commune depuis son origine jusqu’à nos jours, Lille, Lefort, 1854, p. v). Le Réformateur du Lot publiait dans les années 1880 des monographies d’instituteurs (Bull. de la Soc. des études du Lot, 1880, VI, p. 294). Jean-Baptiste Renard de Saint-Malo, l’un des premiers auteurs de monographies communales, publia ses notices dans Le Publicateur des Pyrénées-Orientales, revue fondée en 1832 qui cessa de paraître en 1837 (Vidal P., « Notice sur la vie et les travaux de Julien-Bernard Alart, ancien archiviste des Pyrénées-Orientales », Bull. de la Soc. agric., scient. et litt. des Pyrénées-Orientales, 1896, vol. 37, p. 107-109).

104 La Municipalité française. Journal administratif des communes publia, à compter de son premier numéro de 1908, des monographies de village.

105 Poulat E., Les Semaines religieuses. Approche socio-historique et bibliographique des bulletins diocésains français, Lyon, Centre d’histoire du catholicisme, 1972.

106 Voir Abbé Maurice, L’histoire locale. Moyen d’apostolat rural. Justification et méthode, Rouen, chez Lestringant, 1937.

107 « Les bulletins paroissiaux. Rapport de M. l’abbé Brunet », art. cit. « Rapport sur les Bulletins paroissiaux, par M. l’abbé Gourhand, curé de Moison-la-Rivière », Congrès diocésain de Nantes, 2-5 décembre 1907, p. 169-182. Sur la diffusion des bulletins (plusieurs centaines de numéros par paroisse), voir la « Statistique des Bulletins Paroissiaux » publiée par l’Association des catholiques du diocèse de Reims, 1911. Les archives de la Vendée possèdent une belle collection de bulletins, consultable en ligne. Le bulletin d’Antigny, l’un des plus anciens, proposait dès 1900 des notes d’histoire locale.

108 Ibid. L’abbé Gabard, curé de Saint-Aubin-de-Baubigné, aurait diffusé 800 exemplaires de son travail dans cette localité.

109 Paroisse et commune de Gorges. Département de la Loire-Inférieure, Angers, J. Siradeau, 1912.

110 Brisbois H., Coulours (Yonne). Essai de monographie communale, Troyes, J.-L. Paton, 1942.

111 « Le passé des historiens locaux », art. cit.

112 Annales de l’Est, 1912, p. 76.

113 Association Théodore Chalmel, mairie de Saint-Père-Marc-en-Poulet, Ille-et-Vilaine.

114 Cette source a également été exploitée par Cos B., dans « Un instituteur de la IIIe République : Théodore Chalmel », Mémoires de la Soc. d’hist. et d’archéol. de Bretagne, 1990, p. 261-273.

115 « Nous avons pensé être utile aux futurs historiens », expliquait-il dans un avertissement rédigé à la fin de sa vie. Chalmel T., Mémoires d’un instituteur rural. 1885-1935, Saint-Malo, Association Théodore Chalmel, 1999, p. 10.

116 Une commune rurale à travers les siècles, op. cit., p. xvii-xviii.

117 Sur ce deuxième épisode de la querelle des manuels : Amalvi C., « La guerre des manuels autour de l’école primaire en France (1899-1904) », Revue historique, CCLXII, 2, 532, octobre-décembre 1979, p. 359-398 et Déloye Y., École et citoyenneté. L’individualisme républicain de Jules Ferry à Vichy : controverses, Paris, Presses de Sciences-Po, 1994.

118 Propos rapporté à Chalmel par trois conseillers municipaux. Mémoires d’un instituteur, op. cit., p. 93.

119 Un numéro du Courrier breton de décembre 1905 raillait les conférences de Saint-Père, où l’on enseignait aux paysans les théories de Darwin (ibid., p. 101). Un circulaire de l’Inspecteur primaire de Saint-Malo adressée aux maîtres et maîtresses laïques à la rentrée 1906 signalait l’offensive du clergé sur le terrain des œuvres complémentaires : cours d’adultes, patronages et sociétés diverses (ibid., p. 108).

120 Ibid., p. 71.

121 Rapport au Président de la Société nationale des Conférences populaires, ibid., p. 64. En 1906 et 1907, l’instituteur de La Gouesnière, qui avait étudié l’histoire de cette commune proche de Saint-Malo, présenta ses recherches à l’occasion des conférences populaires (Haize J., « Monographie de la commune de La Gouesnière », Annales de la Soc. de Saint-Malo, 1907, note 1, p. 69). L’instituteur-historiographe d’Uxegney (Vosges), avait également recours aux conférences populaires pour enseigner l’histoire locale : « À Uxegney […] j’ai enseigné aux enfants l’histoire de leur village natal, conformément à l’esprit et à la méthode indiqués dans la circulaire ministérielle du 25 février 1911 ; je l’ai exposée avec plus de détails aux jeunes qui fréquentaient les cours d’adultes ; je l’ai fait connaître à la population en des conférences fréquentées autant que goûtées. Et leçons, causeries, entretiens fixaient l’attention, piquaient la curiosité, captivaient l’esprit, provoquaient la réflexion, suscitaient l’émotion, mais surtout, laissaient des traces profondes et durables » (Martin E., [instituteur honoraire, bibliothécaire municipal d’Épinal], « Uxegney avant la Révolution », Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 100e et 101e années, 1926, p. 3).

122 Mémoires d’un instituteur, op. cit., p. 150.

123 Également réédité par les soins de l’association. Chalmel T., Saint-Père-Marc-en-Poulet. Bulletin communal. 1911-1918, Saint-Malo, Association Théodore Chalmel, 1997.

124 Chalmel en établit la liste en 1924. Diplôme d’honneur (juillet 1897) ; médaille de bronze (juillet 1900) ; médaille d’argent (juillet 1902) ; médaille de vermeil (juillet 1907) ; hors concours (juillet 1908). Mémoires d’un instituteur, op. cit., p. 263.

125 Diplôme d’honneur (juillet 1896) ; lettre de félicitation (juillet 1897) ; don de livre (août 1899) ; médaille de bronze (août 1899) ; médaille de bronze (août 1900) ; médaille d’argent (juillet 1907) ; médaille de vermeil (juillet 1912) ; prix hors concours de 100 francs (année 1920). Ibid., p. 263.

126 Mention honorable en juillet 1914 ; médaille de bronze en décembre 1901. Ibid., p. 263.

127 Ibid., p. 118.

128 Rapport de l’Inspecteur primaire Perrenot, 9 février 1911. Ibid., p. 150-151. Le même à Chalmel, 22 avril 1991 (Ibid., p. 151). Rapport de l’Inspecteur primaire Trouvé sur l’École publique de garçons de Saint-Père visitée ce jour, 4 novembre 1912, ibid., p. 173-174.

129 L’Inspecteur primaire Trouvé à Théodore Chalmel, 29 novembre 1911, ibid., p. 159.

130 L’Inspecteur primaire Trouvé à Théodore Chalmel, 2 mars 1914, Ibid., p. 188.

131 Ibid., p. 286.

132 Demande d’admission à la retraite, mars ( ?) 1924, ibid., p. 262-263.

133 Monographie de la commune de Noyal-sous-Bazouges : anciennes familles, Rennes, F. Simon, 1908. L’ouvrage fut réédité en 1939 par les soins de l’Imprimerie de l’Ouest-Éclair.

134 Il s’agit de René, Félix Le Hérissé, député d’Ille-et-Vilaine de 1886 à 1913, sénateur de 1913 à 1920. Il était inscrit au groupe de la gauche démocratique. Ibid., p. 175.

135 Mémoires d’un instituteur rural, op. cit., p. 123-124.

136 Numéros des 9 et 16 novembre 1913. Ibid., p. 184.

137 Ibid., p. 142-143.

138 Extrait du journal La Côte d’Émeraude, ibid., p. 68.

139 Mémoires d’un instituteur rural, op. cit., p. 259.

140 Nous avons utilisé la liste des 152 titulaires qui figure dans le volume correspondant à l’année 1921. Nos calculs portent sur 131 sociétaires pour lesquels nous disposons d’indications précises. Parmi les membres d’honneur, on relève les noms d’Anatole Le Braz, professeur à l’université de Rennes, de Charles Le Goffic, de Joseph Loth, professeur au collège de France et d’un maître de conférences à Oxford.

141 Le 21 octobre 1924 (Le fort de Châteauneuf) ; le 15 décembre 1924 (Un ancien compte de fabrique de la paroisse de Saint-Père) ; le 16 mars 1925 (Charles Delon, « célèbre pédagogue d’origine servannaise ») ; les 21 mars et 29 juin 1925 (Présentation de documents d’archive) ; le 15 mars 1928 (Lecture d’un document datant de la Révolution) ; en juin 1928 (Étude sur le hameau des Gastines, dépendant de la commune de Saint-Père) ; le 19 octobre 1928 (Le contreamiral Bénic, originaire de Saint-Père) ; le 17 mars 1930 (L’enseignement populaire autrefois) ; en 1931 (L’organisation scolaire dans le district de Saint-Malo en 1795), etc.

142 Ibid., p. 190.

143 « Les vacances me donnent quelques loisirs ; j’en profite pour écrire quelques chapitres de l’histoire locale : Étymologie du nom Saint-Père-Marc-en-Poulet ; origines, citations, situations, limites de la paroisse » (10 août 1897, ibid., p. 36).

144 Exposé devant la Société historique et archéologique de l’arrondissement de Saint-Malo, juillet 1932, Ibid., p. 308.

145 Une commune rurale à travers les siècles, op. cit., p. 798.

146 Mémoires d’un instituteur rural, op. cit., p. 123. La Revue historique mentionnait en 1911 l’existence de cette association (Revue historique, 1911, t. 108, p. 178).

147 Il espérait récupérer 6 à 7000 francs de la vente des volumes, qui coûtaient chacun 65 francs (ibid., p. 285-286).

148 Ibid., p. 285-286 et 302-303.

149 Et promettait à Chalmel de soumettre au conseil général une demande de crédit afin d’aider à la diffusion de l’ouvrage (Demalvilain à Chalmel, 23 mai 1932, ibid., p. 302).

150 Le maire à Chalmel, 5 juillet 1932, ibid., p. 304.

151 Ibid., p. 310-311.

152 Nos italiques. Pierre Déprès à Théodore Chalmel, 11 avril 1932, ibid., p. 299.

153 19 mars 1932 (ibid., p. 296 sq.).

154 29 mars 1932.

155 1er avril 1932.

156 25 juillet 1932.

157 10 décembre 1931.

158 Ouest-Éclair du 10 décembre 1931 (article de Pierre Cressard).

159 Tome XLI, no 1-2, 1934, p. 295.

160 Bloch M., « Sur quelques histoires de villages », art. cit.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/108485/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 257k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search