Version classiqueVersion mobile

Une mémoire de papier

 | 
François Ploux

Chapitre 3. La science indécise du monographe

Texte intégral

  • 1 Le Glay, Archives hist. et litt. du Nord de la France, p. 216 (à propos de Dervaux L., Bondues. Hi (...)

« On doit féliciter M. Louis Dervaux d’avoir su éviter le double écueil des banalités historiques qui, s’appliquant à tout, ne spécialisent rien, et des particularités tellement restreintes et minimes qu’elles font ressembler l’histoire à des entretiens du foyer, à des commérages de coin de rue1. »

1La parution des premières études communales précéda de peu la publication de textes à visée normative où étaient énoncés les grands principes de la méthode monographique. Les historiens de village ne contribuèrent pas directement à cette réflexion, tout à la fois théorique et pratique, sur le contenu et sur la forme. Les hommes qui s’efforcèrent de fixer les canons du genre occupaient en général des positions dominantes dans le champ historiographique : il s’agissait d’érudits à la réputation bien établie, de directeurs d’archives ou encore d’universitaires. Il faut noter qu’aucun d’entre eux ne prit jamais la peine de condenser dans un traité de synthèse les acquis de ce savoir. Quelques manuels virent bien le jour, mais ils ne comptaient guère plus d’une dizaine de pages. C’est essentiellement dans des recensions d’ouvrages et des rapports de concours, par conséquent dans le cadre d’une évaluation critique des travaux accomplis, qu’étaient distillées des recommandations, formulés des préceptes, signalées des imperfections… C’est par le biais de ces commentaires, conseils, louanges ou reproches que les figures marquantes de l’érudition locale et de la science historique tentèrent, mais en ordre dispersé, de codifier une pratique foisonnante. Il s’agissait d’imposer à l’amateur d’histoire locale des méthodes de travail conformes aux exigences de la haute science. Mais aussi de restreindre ses ambitions. De lui assigner un domaine de compétence adapté à son statut d’auxiliaire de la recherche. C’est pourquoi les conseils prodigués ne concernaient pas seulement les aspects pratiques du travail (sélection des sources, mise en ordre des documents, choix du style, etc.), mais également l’objet de l’enquête monographique. Érudits et universitaires s’efforcèrent de définir la science du monographe. C’est-à-dire de recenser les thématiques susceptibles d’être explorées dans le cadre d’une étude de commune. Mais surtout, et c’est là que résidait la difficulté, de caractériser le fait par essence local, dont l’érudit de village pouvait faire son miel. C’est bien entendu concernant l’étude de l’histoire, qui toujours se taillait la part du lion, que le problème de la démarcation du local et du national (du « général » disait-on plutôt) fit débat.

L’objet de la monographie

Un idéal de complétude

  • 2 La Mayenne en 1900 vue par ses instituteurs, Laval, Archives départementales de la Mayenne, 2000, t (...)
  • 3 Il s’agissait du docteur Villard, auteur de travaux sur Guéret et sur Saint-Christophe-en-Drouille (...)
  • 4 Rolin I., La commune de Limésy. Souvenirs du passé recueillis par M. Bourel, maire et complétés ap (...)
  • 5 Sur l’opposition de la « notice » et de la « monographie » : Audran F., « L’Ile de Seins ou de Siz (...)

2La monographie de commune fut d’abord conçue comme une procédure de collecte de données locales destinées à être exploitées dans le cadre d’un travail de plus grande ampleur. Cette assimilation de l’exercice à un inventaire partiel a longtemps orienté la pratique des chercheurs. L’enquête consistait à accumuler des informations, aucun domaine de la connaissance n’étant a priori exclu. En 1900, dans son introduction au recueil des monographies d’instituteurs de la Mayenne présentées à l’Exposition universelle de Paris, l’Inspecteur d’Académie Le Balle rendait hommage aux auteurs qui s’étaient livrés « aux recherches les plus minutieuses et les plus étendues […] de façon à donner à leur inventaire des richesses de tout ordre que contenaient leurs communes toute l’ampleur et toute l’exactitude désirables2 ». Le sens du détail et le souci de l’exhaustivité thématique étaient les deux principales qualités du bon monographe. Dans un article en hommage à un historien creusois récemment décédé, il était dit que « son désir d’arriver à l’entière possession de la vérité lui rendait insupportable l’idée d’une lacune dans son livre3 ». « Je me suis mis à l’œuvre, expliquait de son côté un curé normand, et après un labeur persévérant j’ai pu parvenir à rassembler dans ce recueil tout ce qu’il nous a été possible de découvrir de partout sur la commune de Limésy [Seine-Inférieure] depuis les temps les plus reculés4. » Le terme monographie ne pouvait s’appliquer à un travail lacunaire, en général qualifié de simple « notice5 ».

  • 6 Les travaux des ecclésiastiques étaient en règle générale davantage centrés sur l’histoire et l’ar (...)

3Cette conception très extensive du travail monographique tenait beaucoup au flou qui entourait la définition de l’objet de l’enquête. Car ce dont il était question, dans la plupart des monographies dites de commune, c’était bien moins d’une institution locale, ou du groupe primaire correspondant (la collectivité villageoise), que d’un lieu, d’une subdivision territoriale. D’une sous-composante géographique de la province et/ou de la nation, sur laquelle l’érudit local était censé accumuler des informations. Non pour les exploiter lui-même, mais pour préparer le travail de synthèse des savants d’envergure. En conséquence de quoi, tout ce qui avait trait à la portion de territoire étudiée, n’importe quel phénomène qui s’y était manifesté ou que l’on pouvait y observer, était susceptible d’être mentionné6.

  • 7 « Un plan d’études », Bull. mensuel des Soc. des lettres, sciences et arts de Bar-le-Duc et Commer (...)

4Au point de départ simple inventaire patrimonial, la monographie de commune fut peu à peu assimilée à un outil au service de la célébration de la France locale. On attendait de l’érudit de village qu’il explore les différentes facettes de la personnalité communale. Son rôle était de mettre en valeur les beautés et les richesses de son village. Ceci afin que les habitants apprennent à mieux connaître et à mieux apprécier leur petite patrie. Qu’ils s’y attachent et ne soient pas tentés de s’en éloigner. Cette conception de l’enquête monographique, qui était au demeurant parfaitement compatible avec la précédente, favorisait également la description exhaustive. Une bonne, une vraie monographie devait tout embrasser, et certains plans d’étude témoignent de l’ambition démesurée de leur concepteur. Le général de Villabet, membre de la Société des lettres de Bar-le-Duc, suggérait d’aborder les thèmes suivants : Géologie – Paléontologie – Minéralogie – Préhistoire – Histoire – Archéologie – Flore – Coutumes – Légendes – Traditions – Folklore – Industries anciennes et modernes – Agriculture (méthodes anciennes et actuelles), et terminait cette énumération par un énigmatique et cætera7.

L’histoire de France en raccourci

5Cet idéal d’exhaustivité thématique ne suscitait guère d’opposition dans le monde de l’érudition. On ne faisait qu’exceptionnellement reproche à l’auteur d’une monographie d’avoir voulu tout dire sur sa petite patrie. D’avoir cherché à étudier toutes les composantes de son identité. C’est plutôt la question de la délimitation, au sein d’une même catégorie de phénomènes, du local et du général qui était sujette à controverse. Comment en effet dissocier les faits (historiques notamment) qui, par définition « locaux », pouvaient légitimement trouver place dans une monographie de village, de ceux qui, au contraire, relevaient de l’histoire provinciale ou nationale ? Ce problème, parce qu’il recoupait celui du partage des compétences entre historiens locaux et historiens généralistes, préoccupait beaucoup les chercheurs.

  • 8 C’était un procédé parfaitement admis par certains auteurs de guide. Charles Portal conseillait mê (...)
  • 9 Le très conservateur abbé Daugé, auteur de la monographie d’Habas [Landes] dressait un portrait pa (...)
  • 10 Claudon F., compte rendu de Pérot F., Contigny, son histoire depuis les temps anciens jusqu’à nos (...)
  • 11 Simon M., Monographies communales et enquêtes rurales. Conseils, méthodes, cadre d’études, Reims, (...)

6Car il faut bien reconnaître que les monographes, lorsqu’ils abordaient les périodes les plus reculées de l’histoire, le haut Moyen Âge notamment, et faute de disposer d’informations précises relatives à la localité étudiée (pour la simple raison qu’elle n’existait pas encore) avaient tendance à proposer un abrégé d’histoire provinciale8. Mais la rareté des sources n’était pas seule en cause. En fait, l’une des caractéristiques majeures, et très paradoxale, de l’histoire communale, était la propension des auteurs à s’attarder sur des faits, des événements ou des personnages intéressant l’histoire de la province ou du royaume, pour peu qu’ils se rattachent, même par un lien ténu, à celle du village. Le moindre prétexte était bon pour parler d’autre chose que de la modeste localité dont on était censé retracer l’histoire. Pour privilégier, donc, le national sur le local. On pouvait par exemple consacrer des paragraphes entiers à l’enfant du pays devenu illustre, mais qui par conséquent – c’était pratiquement la condition pour qu’il accède à la notoriété – avait quitté son village9. Qu’une bataille se soit déroulée sur le territoire de la commune, ou même à proximité, et on lui réservait de longs développements. L’archiviste de l’Allier raillait l’auteur d’une monographie de Contigny parce qu’il mentionnait le passage de Jeanne d’Arc dans cette localité : si chaque historien procédait de la sorte, écrivait-il, on en arriverait à un saucissonnage de la grande histoire10. Et, pourtant, dans les modèles de plan proposés aux amateurs d’histoire locale figurait systématiquement une rubrique « personnages remarquables11 ». Tout ce qui pouvait accroître l’importance historique du village était bon à prendre.

  • 12 Sur ce point, Bloch C., « L’histoire locale de la France contemporaine ». Discours prononcé au con (...)
  • 13 « Discours du président Marbeau », Revue de la Soc. des études hist., 1890, p. 101.

7Cette tendance naturelle de l’historien de village à s’aventurer sur le terrain de la grande histoire était en totale contradiction avec l’un des objectifs assigné au travail monographique : à savoir la mise en valeur de l’infinie diversité de la France locale12. Pour la plupart des monographes, la commune n’était qu’une portion du territoire national. Et l’histoire des communes rurales peinait à être autre chose qu’une histoire nationale illustrée, miniaturisée. Ou, comme l’écrivait Eugène Marbeau, rendue plus concrète13.

  • 14 Thiesse A.-M., Ils apprenaient la France, op. cit.
  • 15 Colombel, « Rapport sur le tome II des Notes historiques et statistiques de M. Chevas sur le dépar (...)
  • 16 Régné J., Ce que doit être une monographie de commune ou de paroisse, Aubenas, Habauzit, 1914.

8L’immense majorité des historiens de village assumaient pleinement cette conception de l’histoire locale, au demeurant parfaitement conforme à la définition que l’idéologie des gigognes patriotiques14 proposait de la commune, « petite patrie » du paysan. Ainsi, pour l’érudit nantais Colombel, l’histoire des communes rurales était d’abord une histoire de France en raccourci. Le fait local, affirmait-il, n’est que le reflet de la vie entière : « La nation palpite au hameau15. » En 1914, l’archiviste Jean Régné définissait l’histoire locale comme l’« écho » de l’histoire nationale16.

  • 17 Bensa A., Fabre D., Une histoire à soi. Figurations du passé et localité, op. cit.
  • 18 Génin A., « Un village barrois. 1158-1900. Maxey-sur-Vaise (Meuse) », Mémoires de la Soc. des lett (...)

9Pour la plupart des auteurs, le local était avant toute chose du national en réduction. Les monographies de prêtre ou d’instituteur, par exemple, relataient les grandes étapes de l’histoire de France (la conquête des libertés ou les persécutions religieuses, selon le point de vue), mais dans le cadre restreint d’une commune ou d’une paroisse. Le choix des découpages chronologiques était révélateur de cette indexation du local sur le national17. Le plan des monographies historiques n’était le plus souvent qu’un simple décalque de la table des matières de n’importe quel ouvrage consacré à la France entière, ou à l’une ou l’autre de ses provinces. L’abbé Génin avait par exemple subdivisé la seconde partie de sa monographie de Maxey-sur-Vaise [Meuse] en six chapitres : Les origines – Maxey sous les comtes et ducs de Bar (1262-1431) – Maxey sous les ducs de Lorraine (1431-1766) – Maxey sous Louis XV et Louis XVI (1766-1789) – Maxey sous la Révolution (1789-1804) – Maxey de 1804 à nos jours (1804-1900)18. Le village, d’une certaine manière, n’avait pas d’histoire à lui : il subissait les pulsations de la vie politique nationale. Progressivement, il est vrai – nous reviendrons sur ce point – les érudits proposèrent de définir l’histoire des communes rurales comme une histoire du peuple des campagnes. Mais le problème de la caractérisation de l’événement local restait entier.

  • 19 La Mayenne en 1900, op. cit, t. 2, p. 226.
  • 20 Arch. départ du Morbihan, 1 J47. Même constat de la part de l’instituteur de Moréac : « L’histoire (...)
  • 21 Ledieu A., [conservateur de la Bibliothèque et des Musées d’Abbeville], Fransart et ses seigneurs. (...)
  • 22 « Notes sur l’histoire de Thouaré », Bull. de la Soc. d’histoire et d’archéol. de Nantes, 1893, p. (...)

10Par conséquent, faute d’avoir réussi à porter au jour le moindre fait saillant, certains historiens de village en arrivaient à la conclusion logique que leur commune n’avait pas eu d’histoire. « Houssay n’a point d’histoire locale, soutenait un instituteur mayennais, ou plutôt son histoire se confond avec celle des communes de l’arrondissement qui faisaient partie du Maine. Aucun fait historique important n’a été consigné dans les archives de la commune, ou rapporté par les habitants. Aucune famille digne d’une mention spéciale n’a habité dans la commune de Houssay19. » L’instituteur de Ploërdut [Morbihan] disait à peu près la même chose : « Aucun fait à relater, aucun nom remarquable à citer. La part qu’a prise cette population de laboureurs aux événements heureux ou malheureux dont notre pays a été le théâtre n’a pas été assez marquante pour laisser quelque trace. Heureux les pays qui n’ont point d’histoire20. » « Comme les peuples heureux, écrivait l’historiographe d’une commune de la Somme, le petit village de Fransart n’a pas d’histoire21. » J. Senot de Lode observait que la paisible existence de Thouaré [Loire-Inférieure] ne fut jamais troublée par le tumulte des révolutions qui « ensanglantèrent le sol breton » : « Nulle part […] nous ne voyons son nom mêlé aux fastes de nos annales bretonnes ; il n’apparaît pas davantage aux pages sanglantes de nos luttes22. » Il en tirait la conclusion que cette localité n’avait pas eu d’histoire. Et s’en réjouissait.

Les marges incertaines du local

  • 23 Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 65e année, 1889, p. 87.

11Quelques érudits s’efforcèrent pourtant de délimiter de manière plus rigoureuse le territoire de l’historien de village. Ceux qui, à l’image d’Arsène Thévenot, un monographe lorrain, proposaient que l’érudit local se spécialise dans l’étude des faits ou des événements n’ayant concerné qu’une commune en particulier, excluaient du champ de leurs investigations l’essentiel de ce dont traitaient les ouvrages d’histoire : « Les communes rurales n’ont pas, à proprement parler, d’histoire particulière, car, au point de vue des grands faits civils, politiques, militaires et autres, qui constituent l’histoire générale du pays, et dont elles ont à recueillir les avantages ou à subir les fluctuations, les vicissitudes et les charges, leur histoire se confond naturellement avec celle de toutes les localités de la même contrée, soumises aux mêmes lois et aux mêmes événements. Mais, en dehors et au-dessous de ces grands faits historiques, qui sont soigneusement enregistrés dans nos annales, chaque commune n’a-t-elle pas à constater et à noter quelques faits accidentels, tels que gelées, grêles, inondations, incendies, épidémies, crimes, suicides, fêtes, belles actions, etc ? Ce sont précisément les faits secondaires de cette nature, qui constituent l’histoire locale, et que nous avons recueillis, pour la commune de Chaumousey [Vosges], depuis la Révolution jusqu’à nos jours23. »

  • 24 Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 85e année, 1909, p. xxxv (rapport d’Émile Fle (...)
  • 25 Fleuriel E., « Rapport fait au nom de la commission d’histoire et d’archéologie », Annales de la S (...)
  • 26 Ibid., p. xl. Même observation adressée à l’auteur d’une monographie de Jeanménil, qui « sort compl (...)
  • 27 Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 83e année, 1907, p. 22. Le problème de l’éche (...)

12Très peu d’historiens, cependant, adoptèrent la définition minimaliste d’Arsène Thévenot. Nombreux étaient les commentateurs qui, à défaut de proposer une solution, insistaient sur la nécessité de définir le rôle de l’érudit local. Un Inspecteur d’Académie en retraite, rapporteur de la commission d’histoire et d’archéologie de la Société d’émulation du département des Vosges, saluait en 1909 « le soin judicieux avec lequel l’auteur [de la monographie de Wisembach] a su écarter tout ce qui n’a pas trait directement à la commune qu’il décrit. Il faut le féliciter d’avoir su éviter ce défaut trop fréquent chez les auteurs de monographies, de noyer l’histoire locale dans des flots d’histoire générale […]. La brochure de M. Cordier ne dépasse pas trente-deux pages, et nous apprend tout ce qu’il nous importe de savoir sur le Wisembach d’aujourd’hui et même une partie intéressante du Wisembach d’autrefois24 ». Le même commentateur savait gré à l’instituteur de Ramecourt, auteur de la monographie de Rainville [Vosges], d’avoir composé une œuvre ne dépassant pas « les limites que comporte une commune de moins de 400 habitants, et dont l’histoire n’offre rien de saillant, à aucune époque25 ». Il blâmait à l’inverse un maître d’école qui n’avait pas su faire le départ entre les coutumes, traditions, superstitions particulières à Viviers-le-Gras [Vosges] et celles que l’on pouvait rencontrer partout ailleurs26. Et, dans son compte rendu d’une histoire de Fontenoy-le-Château [Vosges] pendant la Révolution, il posait la question importante de l’adéquation entre l’échelle d’observation adoptée et le type de phénomène étudié. On se trouve ici, expliquait-il, « à l’arrière-plan de l’histoire, où les grands événements perdent leur caractère général, se teintent de couleur locale, et s’adaptent à la physionomie particulière des hommes et des choses du cru ». C’est de l’histoire intime, voire « familiale » qu’aurait proposé l’auteur. Autrement dit une histoire à usage privé : « L’ouvrage intéressera d’abord les descendants des acteurs du drame de la Révolution, qui aimeront retrouver le nom de leurs ancêtres. Mais ce livre ne s’adresse pas au public. Il restera manuscrit27. »

  • 28 Compte rendu de Teil J. du, Le Village de Saint-Momelin (Artois et Flandres), 640-1789. Notice his (...)
  • 29 Travaux de l’Académie de Rouen, 1855-1856, p. 249 et suiv. (à propos de l’histoire de Saint-Etienn (...)

13Cette remarque, toutefois, n’était pas très représentative. Il était clair pour tous que l’enquête monographique consistait à accumuler un matériau en vue de faciliter le travail de synthèse des savants. Restait à définir quelle contribution l’historien de village pouvait apporter à la connaissance de l’histoire nationale, mais sans empiéter sur ce domaine qui n’était pas de son ressort. Il y avait dans cette double exigence une contradiction que mettait en relief une remarque d’H. Lalande à propos d’un travail consacré à Saint-Momelin [Nord] : cette notice, écrivait-il, « prend une réelle importance quand [l’auteur] touche à des questions générales » (telles que l’histoire de la guerre de Trente Ans)28. L’idée, évidente pour nous, d’une plus-value heuristique propre à l’enquête localisée, n’était pas familière aux historiens du XIXe siècle. L’érudit normand André Pottier, à propos de l’histoire d’une commune normande publiée au début du Second Empire29, évoquait cependant les avantages du « point de vue rapproché », notamment pour l’étude de la féodalité : « La forme sociale, étudiée de plus près, s’y manifeste dans ses effets avec d’autant plus de netteté et de franchise. »

  • 30 Jusseraud F., Statistique agricole de la commune de Vensat (Puy-de-Dôme). Mémoire pour servir à un (...)
  • 31 Perchet E., Recherches sur Pesmes, Gray, G. Roux, 1896.
  • 32 Ibid., introduction.
  • 33 « Monographie d’une commune rurale. Saint-Ybard (Corrèze) », Bull. de la Soc. des lettres, science (...)

14Un peu plus nombreux étaient les auteurs qui assimilaient la monographie de village à un travail sur échantillon. En 1841, le docteur Jusseraud, maire de Vensat [Puy-de-Dôme] et vice-président du comice agricole de l’arrondissement de Riom, écrivit un mémoire sur l’agriculture dans la localité dont il était le premier magistrat. En multipliant les travaux de ce genre, expliquait-il, on pourrait dresser un tableau complet de l’économie du Puy-de-Dôme. Cependant il avait préféré s’en tenir à la seule commune de Vensat, très représentative de la Limagne, en raison notamment de l’extrême morcellement de la propriété qu’on y observait : « Présenter le tableau d’une agriculture dominée par une telle situation, c’est donc, pour ainsi dire, offrir sous des proportions amoindries l’histoire de l’état agricole de la Limagne, qui se trouve presque entière sous l’empire de conditions semblables30. » Étienne Perchet, un ancien juge de paix, publia tout à la fin du siècle des Recherches sur Pesmes [Haute-Saône]31. À ceux qui auraient été tentés de lui objecter que cette histoire ne pouvait guère intéresser que les habitants du village, il rétorquait : « La population de Pesmes vivait dans les mêmes conditions que les autres habitants de la Franche-Comté ; ses lois, ses coutumes, son industrie, son commerce existaient également dans toute la province. Son histoire se généralise ainsi et devient l’histoire du peuple dans le comté de Bourgogne : cette première partie pourrait être intitulée : “Les campagnes en Franche-Comté avant la Révolution française” : elle cesserait alors d’être une histoire locale32. » Enfin dans la préface de sa monographie de Saint-Ybard [Corrèze] publiée en 1900, Octave de la Roche-Sengense, mettait en avant le caractère représentatif de la localité pour justifier cette enquête sur une commune très quelconque : « Décrire Saint-Ybard au point de vue agronomique, moral, coutumier, etc., c’est en quelque sorte décrire sommairement les modes, les procédés, résultats des cultures, les mœurs, les habitudes, l’état social, l’état économique des 136 communes de la Corrèze33. » Toujours dans la préface, l’auteur mentionnait un plan de monographie communale élaboré en 1895 par Émile Cheysson, un disciple de Frédéric Le Play. Il s’agissait en fait d’un véritable programme d’études, dont s’inspirèrent, à la fin du siècle, de nombreux érudits.

Un programme leplaysien de monographies communales

  • 34 Kalaora B., Savoye A., Les inventeurs oubliés : Frédéric Le Play et ses continuateurs, Marseille, (...)
  • 35 Le Play F., Les Ouvriers européens, Paris, imprimerie impériale, 1855 (et Tours, Mame, 1877-1879 p (...)
  • 36 Tours, Mame, 1975, 2 volumes.
  • 37 Sur cette scission : Kalaora B., Savoye A., Les inventeurs oubliés, op. cit., p. 115 sq.
  • 38 Ozouf-Marignier M.-V., « La monographie de “pays” : le conflit entre science leplaysienne et géogr (...)
  • 39 Ozouf-Marignier M.-V., « La monographie de “pays” », art. cit. Paul Roux, auteur pourtant d’une en (...)

15La méthode monographique telle que l’avait conçue Le Play reposait sur l’association de deux grands principes : l’observation in situ des faits sociaux et l’exposé des résultats selon un cadre uniforme autorisant des comparaisons34. Le procédé fut d’abord appliqué à l’étude des familles ouvrières35. Dans les années 1870, Le Play, réfléchit à la possibilité de « monographies de société ». La publication, en 1875, de La Constitution de l’Angleterre36, s’inscrivit dans cette quête d’une nouvelle unité d’observation. Après la mort du maître, survenue en avril 1882, ses continuateurs expérimentèrent à leur tour d’autres formules. Le groupe de La Science sociale, qui, en 1886, avait rompu avec les orthodoxes de La Réforme sociale37, préconisait plutôt des monographies de région ou de « pays38 ». Edmond Demolins et Henri de Tourville, s’ils insistaient sur la nécessité de prendre en compte les contraintes de l’environnement géographique dans l’explication des phénomènes sociaux, n’envisageaient pas de travailler à l’échelle de la commune. Ils accordaient en revanche un statut privilégié au « pays ». Pour Demolins, le pays, dont l’existence était antérieure à celle des autres formations territoriales (provinces ou État), et qui, dans l’ordre social, correspondait à des groupements homogènes et complets, constituait l’unité d’étude idoine (la nation était trop complexe, la commune trop simple39). Plusieurs enquêtes sur les pays furent donc lancées.

  • 40 « Monographies des communes », La Réforme sociale, 2e série, t. VII, 9e année, janvier-juin 1889, (...)
  • 41 Cheysson E., « La monographie de commune », Institut international de Statistique. Session de Bern (...)
  • 42 Ozouf-Marignier M.-V., « Le pays des leplaysiens », art. cit., p. 33-34.
  • 43 Comptes rendus des travaux de la société des Agriculteurs de France. 28e session générale annuelle,(...)
  • 44 En 1919, la Société internationale d’économie sociale et des unions de la paix sociale lança auprè (...)

16C’est du côté de la Société d’économie sociale qu’il faut chercher une réflexion théorique sur la monographie de commune. Le numéro de La Réforme sociale de janvier-juin 1889 proposait un article non signé sur ce thème40. On y apprenait que plusieurs membres de la société avaient réalisé des monographies de communes, « dont Le Play recommandait si vivement l’étude comme l’un des moyens de ramener, par la constatation des faits, l’union entre les esprits droits sur les vraies conditions de la stabilité politique et de la paix sociale ». L’auteur de cette courte notice invitait les amateurs à s’inspirer des plans de monographie qu’avait élaborés Le Play. Mais c’est l’ingénieur Émile Cheysson qui fut le véritable initiateur de la monographie de commune d’inspiration leplaysienne. C’est à son initiative qu’en 1895 la Société des Agriculteurs de France organisa un grand concours de monographies communales. Ce projet n’était pas uniquement à finalité scientifique. En incitant les « autorités sociales », tentées de déserter la campagne, à étudier leur commune de résidence, on espérait les y fixer. Mais attachons-nous pour l’heure au volet épistémologique de la réflexion de Cheysson41. Notre ingénieur affirmait au point de départ de son exposé que l’homme « est le centre de plusieurs cercles concentriques » : la famille, l’atelier, la commune, la province, l’État. Adoptée comme cadre d’analyse, chacune de ces entités délimite un champ d’investigation spécifique, auquel correspond une classe particulière de phénomènes. Ainsi, en travaillant à l’échelle d’une commune, on pourra notamment observer les mouvements migratoires, les structures foncières et « les fondements de la vie publique ». En fait, Émile Cheysson, à l’image des géographes ou des émules de Le Play qui s’intéressaient aux « pays42 », reconnaissait à la subdivision dont il préconisait l’étude un double statut. La commune, à l’image de la famille, était à ses yeux une unité sociale élémentaire (une « cellule », un « organisme […] vivant, individuel, marqué par certains traits, qui constituent sa physionomie propre et persistante à travers les siècles43 »). La monographie de commune, d’autre part, était une méthode permettant d’observer de près des phénomènes généraux. C’est en travaillant à cette échelle que l’on pouvait étudier, par exemple, l’exode rural ou la dépopulation44.

  • 45 Il entendait par là : les habitudes morales, les rapports entre propriétaires et ouvriers ou tenan (...)

17Cheysson admettait l’existence d’un nombre incalculable de monographies de commune. Mais ces travaux d’« érudition pure », presque exclusivement consacrés à l’archéologie et à l’histoire, et qui péchaient par « dilettantisme littéraire », présentaient à ses yeux le vice rédhibitoire de n’avoir qu’un intérêt purement local. Chaque auteur en faisait à sa guise, ignorant les procédés d’investigation des autres chercheurs. Il était évidemment impossible, en présence d’une production très hétérogène, de procéder à des comparaisons, seul moyen de s’élever à des conclusions de portée générale. Cheysson suggérait donc d’imposer aux enquêteurs un plan uniforme. Et se chargea lui-même de définir ce cadre, qu’il soumit, le 12 avril 1897, aux membres de la très conservatrice Société des Agriculteurs de France. La partie historique (elle comprenait quatre rubriques : histoire générale, histoire démographique, histoire économique et histoire sociale) avait pour fonction de porter au jour l’origine des phénomènes contemporains, d’éclairer par conséquent le présent par un coup de sonde dans le passé. Elle était tout au plus une introduction à la monographie « proprement dite ». Cheysson proposait une liste de thèmes à développer : description du milieu physique, démographie, émigration-immigration, division de la propriété, modes d’exploitation, cultures, instruction agricole, industries rurales, salaires et main-d’œuvre, condition du personnel agricole, « résultats économiques », syndicats agricoles, prévoyance, assistance, état moral et social de la commune45.

  • 46 Arnold Mascarel proposa à son tour, en 1900, une réflexion sur la monographie de commune qui s’ins (...)
  • 47 Voguë L. de, « Rapport sur le concours de monographies communales », Comptes rendus des travaux de (...)

18Dans les longs comptes rendus qu’ils publiaient à l’occasion de la proclamation des résultats du concours annuel, les membres du jury reprenaient certains des thèmes développés par Cheysson, et apportaient leur contribution à la réflexion collective sur l’utilité des monographies communales46. Le comte Louis de Voguë, chargé en 1904 de rédiger le rapport du concours, y définissait les communes comme les « cellules primitives » du pays, dont l’étude devait permettre de remonter aux origines des phénomènes de la vie nationale47. Il comparait encore les villages à des êtres vivants, à des petits organismes que le monographe, à l’image du savant rivé à son microscope, devait patiemment disséquer. Toutefois ces rapports annuels étaient d’abord l’occasion de ressasser les grandes thématiques de l’agrarisme conservateur : dénonciation du péril de l’exode rural, apologie du paternalisme, insistance sur la nécessaire cohabitation de la petite et de la grande propriété, condamnation du centralisme étatique et de la bureaucratie, de l’affaiblissement du principe d’autorité dans la famille, éloge du métayage (ce magnifique instrument de paix sociale)…

  • 48 Petrucia-Peyrusse, Histoire politique, administrative, économique et sociale d’une commune français (...)
  • 49 Ibid., p. 5.
  • 50 Ibid., p. 5.

19Émile Cheysson n’accordait qu’une importance très secondaire à la partie historique des monographies. C’est à l’étude des problèmes contemporains qu’il entendait appliquer sa méthode fondée sur l’observation localisée de phénomènes généraux et sur la mise au jour de lois par rapprochement de données comparables. Toutefois il est probable que ses réflexions, souvent citées, attirèrent l’attention des érudits sur la nécessité de réfléchir au sens de la démarche monographique. Paul Gleyrose, notaire à Petrucia-Peyrusse [Aveyron], localité dont il était maire, participa au concours de 1896. Il faisait partie de ceux qui s’interrogeaient sur la légitimité d’une histoire communale48. En effet, affirmait-il, les événements qui se sont déroulés sur ce petit théâtre n’eurent aucune influence sur le cours de l’histoire de France. Et, à l’inverse, il est impossible d’écrire l’histoire d’une commune rurale sans la relier à l’histoire de France, « car tout ce qui se passe dans ce microcosme n’en est qu’un effet et le contrecoup49 ». Mais l’histoire nationale n’est-elle pas autre chose que le produit, ou plutôt l’addition de toutes les histoires locales ? « Quel profit n’y aurait-il pas pour l’histoire générale s’il était possible de retrouver et reproduire tous les textes et documents particuliers intéressant les provinces, cités, communes de la France, qui ont vécu leur vie propre et personnelle, pour les fondre ensuite en un seul corps et constituer ainsi l’histoire complète de la Nation, de ses origines à nos jours ? […] Sans doute, les faits et détails ainsi rapportés ne se rattacheraient pas tous à l’histoire générale. Ils n’ont pu exercer sur les destinées du pays, pas même sur celle d’une province, une influence palpable et immédiate, et cependant, reliés directement à ceux qui se sont produits dans d’autres cités ou communautés voisines, n’arriveraient-ils pas à former un faisceau qui a pu exercer son action sur la marche de l’ensemble des événements50 ? »

Savants et amateurs

  • 51 La méthode monographique fit également débat à l’intérieur du champ universitaire. La controverse (...)
  • 52 Ozouf-Marignier M.-V., « Les géographes et le découpage administratif de la France », art. cit. Cl (...)
  • 53 Pierre Foncin (1841-1916), professeur de géographie à la Faculté des Lettres de Bordeaux et consei (...)
  • 54 Ozouf-Marignier M.-V., « Les géographes et le découpage administratif de la France », art. cit., p (...)
  • 55 Penmarch aux XVIe et XVIIe siècles, thèse complémentaire de doctorat présentée à la Faculté des let (...)
  • 56 La Basse-Bretagne, étude de géographie humaine, thèse principale de doctorat présentée à la Faculté (...)
  • 57 Gachon L., Une commune rurale d’Auvergne du XVIIIe au XIXe siècle, thèse complémentaire pour le do (...)
  • 58 Vallaux C., « L’Évolution de la vie rurale en Basse Bretagne », Annales de géographie, 1905, p. 36 (...)

20L’histoire et la géographie universitaires ne restèrent pas à l’écart de la réflexion sur la monographie de commune qu’avaient engagée les sociétés d’émulation. L’intérêt que les enseignants du supérieur manifestèrent pour un exercice qu’ils ne pratiquaient pas doit être mis en relation avec la volonté qui animait cette nouvelle catégorie de chercheurs de fixer les rapports entre professionnels des sciences humaines et simples amateurs d’histoire locale ou de géographie51. Ces disciplines voulurent d’abord se doter d’objets propres. Ainsi l’École française de géographie, soucieuse de se démarquer de la géographie départementale des érudits, fit-elle du « pays », entité dotée d’une triple légitimité naturelle, culturelle et historique, l’unité d’observation élémentaire du chercheur52. Certains géographes ont pu, à l’image d’un Pierre Foncin53, englober la commune dans leur critique des divisions politico-administratives. Élisée Reclus, en revanche, s’il dénonçait, en 1877, l’arbitraire du découpage de l’espace en cantons, arrondissements et départements, qualifiait les communes et les « pays » de circonscriptions « naturelles54 ». Cependant les émules de Vidal de la Blache ne furent pas nombreux à pratiquer la monographie de commune. Quelques-uns – comme Camille Vallaux ou Lucien Gachon – consacrèrent leur thèse complémentaire à l’étude d’une commune : Penmarch [Finistère] pour Vallaux55 (dont la thèse principale, soutenue en 1905, portait sur la vie rurale en Basse-Bretagne56), Brousse [Puy-de-Dôme] pour Gachon57. Camille Vallaux publia également, dans les Annales de géographie, un article sur les campagnes bretonnes dont le cinquième paragraphe était une courte monographie d’une commune de l’intérieur (La Feuillée, dans le canton de Huelgoat58). Il justifiait ce choix d’une focale réduite par la nécessité d’éviter les « généralisations toujours un peu suspectes ».

  • 59 La rubrique bibliographie des Annales de géographie signalait à l’occasion la publication d’une mo (...)
  • 60 Demangeon A., « Monographie d’une commune bretonne », Annales de géographie, t. 44, no 249, 1935 ((...)

21Farouchement opposés au principe d’une géographie départementale, en raison du caractère supposé artificiel des circonscriptions créées en 1790, les disciples de Vidal ne semblent pas avoir manifesté une hostilité particulière à l’encontre de la monographie de commune59. Un certain nombre d’entre eux, nous l’avons vu, rédigèrent, des plans ou des guides à l’usage des instituteurs. C’est qu’il s’agissait à leurs yeux d’un exercice d’érudit, dont l’intérêt dépendait de l’usage que pouvaient en faire les chercheurs professionnels : « Tous ceux, écrivait Demangeon en 1935, qui ont eu à élaborer une étude régionale savent de quel prix peuvent être les bonnes monographies communales. En décrivant ce que nous pouvons appeler les cellules de la vie rurale, les auteurs de ces monographies nous donnent les éléments de base de l’étude géographique, et particulièrement de l’étude économique et sociale60. » Cette remarque de Demangeon témoigne de ce que dans l’entre-deux-guerres on commençait à associer la monographie de commune à l’étude des collectivités rurales. Pour autant, le principe de division du travail intellectuel n’était pas remis en cause.

  • 61 Keylor W. R., Academy and Community. The Foundation of the French Historical Profession, Cambridge (...)
  • 62 Sinon par Léon Maître, archiviste honoraire de la Loire-Inférieure, dans une polémique à propos d’ (...)
  • 63 Keylor W. R., Academy and Community, op. cit., p. 29-31 ; Carbonell C.-O., Histoire et historiens, (...)
  • 64 Compte rendu anonyme des « Notes historiques sur Trappes », extrait du XIe vol. des Mémoires de la (...)
  • 65 Compte rendu par Labande L. H. de Malaussène J.-E., L’Évolution d’un village-frontière de Provence (...)
  • 66 Le travail de M. Malaussène sur Saint-Jeannet, écrivait L.-H. Lalande, « est une bonne monographie (...)
  • 67 Thévenot A., Histoire de la ville et de la châtellenie de Pont-sur-Seine, Nogent-sur-Seine et Troy (...)
  • 68 Arthur Chuquet (1853-1925), élu au collège de France en 1893, était à cette date professeur à l’Éc (...)

22Les fondateurs de l’école historique française s’efforcèrent eux aussi d’asseoir leur légitimité sur la disqualification de l’histoire que pratiquaient les dilettantes61. Cependant la monographie de village ne fit, à notre connaissance, jamais l’objet d’une condamnation de principe62. Il est vrai que ce contre quoi les tenants de l’histoire dite positiviste s’insurgeaient, c’est une pratique jugée trop littéraire de leur discipline, qui n’était pas précisément celle des érudits locaux, habitués à travailler sur archive, et peu versés dans l’art de la généralisation. Reportons-nous aux différentes livraisons de la Revue critique d’histoire et de littérature. Fondé en 1866, dirigé notamment par Gaston Paris, Paul Meyer et Gabriel Monod, ce périodique, presque exclusivement consacré à la recension d’ouvrages, avait fait du compte rendu un instrument d’imposition des nouvelles normes scientifiques63. Dans la masse des travaux inventoriés figuraient des monographies historiques de communes rurales. L’analyse de ces textes, généralement assez courts, met en évidence le regard que le courant « méthodique » portait sur l’historiographie de village. Les appréciations n’étaient pas systématiquement négatives (« il serait à souhaiter, écrivait même un collaborateur de la revue, qu’on ait sur tous les villages de France une étude comme celle que M. Léon Hennet vient de consacrer au village de Trappes64 »). On goûtait tout particulièrement le recours aux documents originaux et l’abondance des références (la pénurie de notes de bas de page étant au contraire systématiquement sanctionnée65). Savoir « mettre en œuvre les documents » était l’une des principales qualités de l’historien local66. La monographie de village n’en demeurait pas moins un genre mineur. En 1874, Auguste Molinier, professeur à l’École des chartes, et auteur lui-même de travaux sur le Languedoc, rédigea une courte notice sur l’Histoire de Pont-sur-Seine qu’avait publiée Arsène Thévenot, un ancien instituteur devenu typographe : « M. Thévenot, écrivait l’universitaire, a droit à un éloge que ne méritent pas toujours les auteurs de monographies ; il est resté dans son sujet et ne s’est pas laissé aller à empiéter sur le terrain de l’histoire générale à propos d’une petite localité. En un mot, son livre est bien ce qu’on entend par monographie : point de phrases, point de dissertations politiques ou religieuses, mais l’histoire de Pont-sur-Seine, petite commune de moins de 1000 âmes67. » Molinier, en somme, tenait à peu près le même discours que les érudits qui pilotaient les Académies de province. Il admettait que des amateurs consacrent leurs loisirs à faire de l’histoire, mais à condition qu’ils ne se prennent pas pour des savants. Et il n’était pas beaucoup plus précis quant à la délimitation du champ de l’histoire locale. « Il y a de ci de là trop d’histoire générale, écrivait encore le professeur Arthur Chuquet à propos d’un ouvrage sur Saint-Chamond [Loire] qu’il avait cependant beaucoup apprécié ; c’est l’écueil du genre68. » En fait d’écueil, l’historien de village était condamné à louvoyer entre deux obstacles. Car s’il était exclu qu’il s’aventure sur le terrain des réflexions générales, s’il lui était d’abord demandé d’offrir au lecteur une brassée de détails curieux, aux yeux des professionnels, l’excès de détails nuisait à la qualité de l’ouvrage.

  • 69 « L’histoire provinciale de la France contemporaine », La Révolution française, t. XXXVIII, 1900, (...)

23Dans les toutes premières années du XXe siècle, les historiens de métier, ceux notamment qui animaient la Société d’histoire moderne, se préoccupèrent à leur tour de définir les rapports entre la science des universitaires et celle des érudits spécialisés dans le local. Sans contester le bien-fondé ni l’utilité du travail des amateurs, ils en soulignaient les déficiences, et affirmaient la nécessité de placer ces dilettantes – par ailleurs souvent suspects de conservatisme politique – sous l’autorité intellectuelle de l’université républicaine. Alphonse Aulard, dans un discours prononcé le 9 juin 1900 lors de la séance de clôture du Congrès des sociétés savantes, en appelait à une étude « complète et méthodique » de l’histoire des provinces69. S’il rendait hommage aux auteurs de monographies locales, il dénonçait le manque d’homogénéité de ces recherches. On perd son temps, ajoutait-il, à étudier « des faits insignifiants et des documents sans portée ». Les sociétés savantes « devraient former de véritables ateliers historiques, s’imposer un programme déterminé, diviser le labeur, et accomplir des enquête méthodiques ». Aulard rappelait au passage les principales « règles de la méthode historique ». Et suggérait de privilégier deux cadres d’étude : le département (une création révolutionnaire) d’une part ; la commune d’autre part, « issue (ou ressuscitée) spontanément du sol même de notre nation en juillet et août 1789, élément primitif de la France nouvelle, foyer de l’esprit démocratique et patriotique ».

  • 70 Bull. de la Société d’histoire moderne, octobre 1901, p. 5-7 et janvier 1902 p18-20 et Caron P., «  (...)
  • 71 Caron P., « L’organisation des études locales d’histoire moderne », art. cit.

24La question des relations entre professionnels et dilettante fut encore débattue après la publication d’un rapport de Camille Bloch, directeur des archives du Loiret, sur le thème de « L’organisation des études d’histoire locale70 ». Dans ce texte, présenté le 31 octobre 1901, Bloch suggérait d’imprimer aux sociétés savantes une direction conforme aux besoins de la science historique, et d’initier les instituteurs aux méthodes de la discipline. Une commission fut instituée, dans laquelle siégeaient notamment Alphonse Aulard, Gabriel Monod, Paul Mantoux, Albert Mathiez et Pierre Caron. Elle rédigea à son tour un rapport71, très sévère à l’égard des sociétés d’émulation (on leur reprochait de recruter leurs membres par cooptation « surtout dans la noblesse et la bourgeoisie », de ne pas accorder davantage de place aux fonctionnaires et aux universitaires, de ne pas tenir compte des avancées de la « méthode objective »). La commission ne contestait pas l’intérêt des monographies locales ; la multiplication de travaux de ce genre, « le seul recommandable en l’espèce », devant nécessairement précéder la réalisation de synthèses. La monographie locale ne se voyait par conséquent reconnaître aucune valeur heuristique particulière. Elle n’était qu’un instrument au service de l’accumulation des données. La méthode, cependant, était trop souvent défectueuse. Et on rappelait la nécessité de « substituer […] l’esprit scientifique au parti-pris et à l’esprit de curiosité et de dilettantisme ». Des solutions étaient proposées. Les universités devaient jouer le rôle de foyers intellectuels en province. On suggérait également que les archivistes interviennent dans les écoles normales afin d’initier les maîtres aux principes essentiels de la recherche en histoire : ainsi ces derniers seraient-ils en état de rédiger la monographie de leur commune et d’en enseigner eux-mêmes l’histoire. Enfin la diffusion d’un guide devait faciliter « la vulgarisation des saines méthodes ».

  • 72 On aurait tout aussi bien pu exploiter les numéros des Annales de Bretagne.
  • 73 Dumoulin O., « Immobilisme et invention : le paradoxe du « berceau » des Annales, 1919-1939 », dan (...)
  • 74 Duvernoy E., Annales de l’Est, 1888, p. 111. Dans un compte rendu sur l’histoire d’un village pend (...)
  • 75 Comte rendu de Abbé Pognon, Histoire de Montfaucon d’Argonne depuis son origine (597) jusqu’à nos (...)
  • 76 Robert U., compte rendu de Notice historique sur Cuissy-sur-Loire [Loiret], Paris, Parent, 1875, d (...)
  • 77 Exemples fournis par le concours de la Société d’agriculture du département de la Marne et celui d (...)

25Quantité de manuels, nous le verrons, furent en effet publiés. Mais ce sont d’abord les périodiques édités par les universités de province qui assumèrent ce rôle de guides. Prenons l’exemple des Annales de l’Est, une revue trimestrielle publiée, à compter de 1887, « sous la direction de la Faculté des lettres de Nancy72 ». On y trouvait de très nombreux comptes rendus de monographies d’amateurs (il s’agissait de châtelains, de maires, de conseillers généraux, d’instituteurs, de militaires en retraite et surtout d’ecclésiastiques…). Ces recensions étaient écrites par des universitaires de renom (les médiévistes Christian Pfister – dont Marc Bloch fut le disciple – et Robert Parisot). Mais la revue faisait aussi régulièrement appel à Émile Duvernoy, directeur des archives départementales de la Meurthe-et-Moselle de 1888 à 1927, ou à des érudits influents (Pierre Boyé, un avocat nancéen, président de la Société d’archéologie lorraine et secrétaire perpétuel de l’Académie de Stanislas, ou Léon Germain, qui appartenait à ces deux sociétés). À la fin du XIXe siècle la frontière entre le monde académique et la nébuleuse érudite était, en province, assez poreuse (situation qui traduisait peut-être la volonté des historiens professionnels de prendre le contrôle des activités intellectuelles des sociétés savantes73). Par ailleurs la revue, bien loin de dédaigner la production monographique, s’efforçait au contraire de l’encourager (« il est à désirer, écrivait Émile Duvernoy, qu’une monographie bien faite soit consacrée à toutes les communes de notre région74 »). Les auteurs de comptes rendus n’étaient pas avares de compliments. Cependant les qualités qu’on appréciait, chez un monographe, n’étaient pas des plus recherchées. Sur cet aspect particulier, d’ailleurs, le point de vue de l’universitaire ne différait guère de celui que les érudits développaient dans leurs propres revues, à l’occasion notamment des remises de prix. Le sérieux, la patience, la persévérance, le zèle, l’abnégation, la sobriété désignaient le bon monographe. C’est certainement le qualificatif de « consciencieux » qui revenait le plus souvent. Ce qu’on appréciait par-dessus tout, dans une monographie de village, c’est l’effort qu’avait dû fournir l’auteur pour venir à bout de son enquête. Pourvu qu’il ait été laborieux et « consciencieux » – suprême qualité du monographe – on lui pardonnait ses lacunes, ses approximations ou son absence de méthode. « Tel est ce livre, écrivait Christian Pfister, mal composé, souvent confus, parfois un peu enfantin. Mais cette œuvre est le fruit de longues et patientes recherches, faites par un honnête prêtre, épris de son sujet et très désireux de reconstituer en toute impartialité l’histoire de sa paroisse. Voilà pourquoi nous devons l’accueillir avec faveur ; voilà pourquoi nous l’avons signalé si longuement à la bienveillante attention de nos lecteurs75. » Un inspecteur général des bibliothèques, ancien élèves des Chartes, concluait son compte rendu d’une notice sur un village du Loiret par cette phrase : « Si l’auteur n’est pas parvenu à faire une œuvre historique de quelque valeur, il a du moins le mérite d’y avoir apporté beaucoup de patience et consacré de longues recherches76. » À lire certains des intitulés que les candidats à un concours de monographies donnaient à leur travail afin d’en préserver l’anonymat – par exemple : Bien Faire, Le travail dissipe l’ennui, Nihil sine labore, Nul bien sans peine, À cœur vaillant rien d’impossible…77 – il est clair qu’ils avaient profondément intériorisé cet idéal de vie laborieuse.

  • 78 L’auteur de la monographie de Monnières [Loire-Inférieure] se voyait reprocher le peu d’intérêt qu (...)
  • 79 Bull. de la Soc. des études du Lot, 1873.
  • 80 Mémoires de la Soc. d’agricult. de la Marne, 1924, p. 65 sq.

26Toutefois les universitaires portaient un regard assez sévère sur cette production historiographique. Leurs remarques concernaient notamment la forme, et plus particulièrement la construction du plan. L’attention extrême portée à l’organisation de l’ouvrage s’explique aisément si l’on veut bien considérer que c’étaient autant les qualités morales ou les vertus civiques78 de l’auteur qui étaient jaugées, que la portée scientifique de son travail. Une monographie bien charpentée révélait une âme bien faite, une vie bien réglée. Contentons-nous d’un exemple particulièrement explicite, emprunté non à une publication universitaire, mais au Bulletin de la Société des études du Lot. La notice nécrologique que cette revue publia à la mort de Joseph Bessières, historien et maire de Cambayrac, saluait l’« infatigable travailleur », le « fonctionnaire méritant », l’« homme de devoir autant que de savoir », qui « révélait en tout une propension régulière et méthodique ». Dans sa maison de Cambayrac, « tout respirait le bon goût, l’ordre et la symétrie », son intérieur était « plein de calme, de mesure et souvent de spirituelle bonhomie […]. Écrivain, Joseph Bessières avait mis dans son style la même correction, la même discrétion, la même régularité soutenue que dans sa vie79 ». Et si le rapporteur de la commission du concours d’histoire de la Société d’agriculture de la Marne ne tenait pas trop rigueur, à l’auteur d’une étude sur Suippes, du désordre de l’ouvrage, c’est parce qu’il s’agissait d’une femme, qui compensait les fautes, les exagérations, les approximations, par des qualités de sensibilité que l’on associait aux personnes de son sexe80.

  • 81 Germain L., compte rendu de abbé Paquatte, Notice sur Haussonville (Metz, 1895), Annales de l’Est,(...)

27Si les universitaires étaient tout aussi attentifs que les amateurs à l’harmonie des chapitres, ils dénonçaient plus systématiquement le choix d’un plan thématique, qui entraînait des redites. Le principe de la monographie-inventaire, qui justifiait les plans à tiroirs, était passé de mode à la fin du XIXe siècle81.

  • 82 Domaine où, il est vrai, ils ne brillaient guère. L’étymologie que proposaient les instituteurs du (...)
  • 83 Compte rendu de Abbé Pognon, Histoire de Montfaucon, op. cit., dans Annales de l’Est, 1893, p. 458
  • 84 Royé P., compte rendu de Martin E., Pulligny. Étude historique et archéologique, Nancy, Crépin-Leb (...)
  • 85 Parisot R., Annales de l’Est, 1911, p. 28.

28Les universitaires raillaient fréquemment l’amateurisme des érudits de village en matière d’étymologie82. Ou leur ignorance de la bibliographie. Mais c’est bien évidemment le problème de la délimitation du champ de compétence de l’historien local qui suscitait le plus de commentaires. Sans qu’aucune définition un peu rigoureuse de ce qui ressortissait à l’histoire locale ne soit proposée. Ainsi l’érudit de village était-il exposé au feu d’une double critique. D’un côté on lui reprochait l’excès de détails inutiles, ou en tout cas n’intéressant que les seuls habitants de la commune. De l’Histoire de Montfaucon [Meuse] que publia l’abbé Pognon, il était dit qu’elle était encombrée d’anecdotes laissant le lecteur indifférent. Les petits événements de la vie locale (nomination des curés, baptême des cloches de l’église, construction d’un nouvel hospice) sont « d’un intérêt général assez mince » écrivait Christian Pfister83. L’abbé Eugène Martin publia en 1893 une étude historique sur Pulligny [Meurthe-et-Moselle], qu’il destinait avant tout à ses paroissiens : « Ce louable motif excusera auprès de ses autres nombreux lecteurs ce que nous nous permettons d’appeler la minutie de certains détails ou la longueur de certaines citations d’un intérêt forcément peu général84. » Les collaborateurs des Annales de l’Est avaient du mal à se départir de l’idée que l’importance d’un travail était proportionnée à celle de la localité étudiée : « On ne peut s’empêcher de trouver que M. L’abbé Idoux s’est trop étendu sur un sujet en somme assez mince, et que c’est vraiment beaucoup de cent pages pour raconter l’histoire de Bonneval et de Chèvreroche85. »

  • 86 « L’histoire provinciale de la France contemporaine.. », art. cit., p. 487-488.

29Mais le monographe était sévèrement rappelé à l’ordre aussitôt qu’il s’aventurait sur les terres de l’histoire « générale ». Autrement dit qu’il empiétait sur le domaine de compétence de l’universitaire. Le pauvre abbé Pognon, à qui Pfister reprochait un goût trop prononcé pour l’anecdote locale, était également blâmé pour ses « digressions parasites ». Il tombe, écrivait Pfister, dans un travers propre aux auteurs de monographies locales, habitués à « remplir les vides que laissent leurs chartes au moyen de faits empruntés à l’histoire générale » : comment admettre qu’il puisse être question, dans l’histoire d’un village lorrain, de la généalogie des rois mérovingiens, du partage de l’empire de Charlemagne, de la vie de Jeanne d’Arc ! Cependant, au vu des comptes rendus publiés dans les revues universitaires, il est bien difficile de déterminer où se situait le juste milieu entre l’abus de détails et l’excès de généralisation, par où passait la voie médiane que l’érudit devait pouvoir emprunter sans risquer ni d’ennuyer ses lecteurs, ni d’outrepasser ses droits. Alphonse Aulard fut peut-être le seul historien à avoir pris la peine de proposer aux amateurs d’études locales un critère de sélection des faits historiques : « Ce signe [distinctif], affirmait-il dans son discours du 9 juin 1900, c’est le degré d’influence sur l’évolution du groupe ou de la société qu’on étudie. Si cette influence est évidente, importante, le fait est digne de l’histoire, il mérite une grande place. Si cette influence est douteuse, secondaire, il devra être relégué au second plan86. » Mais ce précepte ne fut guère relayé dans la littérature destinée aux érudits.

L’histoire des villages à l’heure des Annales

  • 87 Dumoulin O., « Les sciences humaines et la préhistoire du CNRS », Revue française de sociologie, X (...)
  • 88 Febvre L., « Le problème des études locales », Annales d’histoire économique et sociale, t. 5, no (...)

30Dans les années 1920, le fossé s’était encore creusé entre l’érudition, par essence locale, et la recherche, qui s’inscrivait dans une perspective nationale87. Lucien Febvre fit le constat de ce divorce dans le numéro des Annales du mois de mai 193388. La revue, pourtant, s’efforçait de suivre « le labeur méritoire […] de nos érudits locaux ». Mais, dans une critique de trois monographies consacrées la première à Villefranche-en-Beaujolais, la seconde à l’habitation rustique dans le Mâconnais, la troisième à la lexicologie du dialecte aurillacois, Lucien Febvre énumérait les principaux défauts du genre, tel qu’il était pratiqué en tout cas par la foule des amateurs : ignorance des acquis récents de la recherche, privilège accordé à la description, et ce au détriment de l’explication, absence de développements sur les thèmes chers aux fondateurs des Annales (les structures sociales, la culture matérielle…). Enfin, pour Lucien Febvre, la monographie locale n’avait d’intérêt qu’à condition d’être restituée dans un cadre plus large : « L’histoire locale ne prendra son sens, les monographies locales n’auront de valeur que le jour où ces larges cadres, que d’autres ont su dessiner hardiment à leur mesure propre, lui permettront à elle aussi de mettre à leur vraie place des faits qu’à saisir sur un domaine restreint nous déformons et privons, sans nous en bien douter, de leur sens véritable. » Le verdict énoncé par Febvre au terme de son rapport sur la monographie de Villefranche était particulièrement cruel : c’est, écrivait-il, une simple notice pour touriste, « et l’historien qui prend le livre n’y trouve rien, strictement rien qui puisse lui être utile ».

  • 89 « Un groupement rural : La Celle-Dunoise », Annales d’histoire économique et sociale, 1929, p. 303 (...)
  • 90 « Histoires de villages », Annales d’histoire économique et sociale, 1932, 4, 15, p. 320-321.
  • 91 Cambridge, Harvard University Press (Harvard Economic Studies, t. XXXIV), 1930.
  • 92 Bloch M., « Sur quelques histoires de villages », Annales d’histoire économique et sociale, t. 5, (...)
  • 93 « Villages de France et d’ailleurs », Annales d’histoire économique et sociale, 1936, p. 592-596. (...)
  • 94 Qu’eût-il pensé de l’enquête pluridiciplinaire sur Plozévet ? Bloch M., « Sur quelques histoires d (...)

31Marc Bloch se pencha à son tour sur la question des « histoires de villages ». En 1929, dans une note sur la monographie de La Celle-Dunoise [Creuse]89. En 1932, à propos notamment d’un travail sur Feuguerolles-sur-Orne [Eure]90. Dans un triple compte rendu publié l’année suivante. L’essentiel de l’article de 1933, il faut le noter, était consacré à une monographie de « professionnels éminents de la recherche historique » ; il s’agissait de The Economic and Social History of an English Village (Crawley, Hampshire) A. D. 909-192891 de Norman Scott Brian et Ethel Culbert Gras, ouvrage qui offrait cette singularité « de ne rien devoir, dans son inspiration, à l’amour de la terre natale » : il y avait beau temps que dans le monde anglo-saxon la monographie de village était entrée dans les mœurs académiques. Les deux autres volumes recensés étaient l’œuvre, le premier d’un instituteur en retraite, le second d’un curé de campagne92. Le quatrième compte rendu, publié en 1936, était consacré à plusieurs monographies d’amateurs (un employé municipal, un médecin et un juge de paix93). Marc Bloch était beaucoup plus indulgent que son ancien collègue de Strasbourg à l’égard de ces « travailleurs locaux » qui s’étaient trop souvent tenus à l’écart de la « grande histoire ». Leur œuvre lui paraissait utile. Cependant tous ces chercheurs avaient besoin de guides. Marc Bloch appelait de ses vœux une collaboration plus étroite entre les amateurs d’antiquités locales et les historiens de métier, « voués généralement à des recherches de rayons plus vastes ». Il ne contestait pas l’intérêt de la monographie de village, se bornant à constater tout ce qui pouvait opposer l’histoire locale et l’histoire générale. Les intentions de l’érudit de village, d’abord : elles diffèrent, écrivait-il, de celles du généraliste. L’amateur obéit en effet à « de pieux sentiments de fidélité envers le sol et les ancêtres ». C’est pour ses compatriotes qu’il écrit. D’où la profusion des anecdotes et des détails, pas nécessairement en rapport avec l’histoire du village. L’historien professionnel pourra s’irriter de cette accumulation d’informations. Il arrivait aussi à Bloch de perdre patience : « Quelque respect que m’inspire un goût légitime pour l’abondante précision du détail, on ne me persuadera jamais que 801 pages in-octavo étaient nécessaires pour retracer les destinées d’un petit village breton94. » Il stigmatisait encore l’abus de « généralités vagues », autre travers fréquent chez les amateurs de monographies locales. Mais on aurait tort, disait-il, de s’arrêter sur ces défauts. Ce serait mal comprendre les intentions profondes de l’historien de village, et faire preuve d’une grande injustice à l’égard d’un effort « très propre […], par les liens qu’il fait sentir entre le présent et le passé, à servir l’esprit historique […]. Il est naturel, il est sain que leurs livres abondent en détail dont l’intérêt n’a qu’une valeur locale : car c’est là que s’entretient, dans ces petits groupes, le sens du passé ». « Toute monographie locale, affirmait-il encore, est, à sa façon, un monument aux morts. »

32Marc Bloch soulignait encore deux différences majeures entre le travail de l’amateur et celui du professionnel. Si l’histoire générale est analytique, en ce sens qu’elle découpe dans le réel les divers ordres de phénomènes (le politique, le religieux, l’économique…), l’histoire locale est, quant à elle, totalisante. Ce qui n’est pas sans présenter certains dangers (l’exposé verse parfois dans le pêle-mêle), mais aussi de très grands avantages : cette méthode offre la possibilité d’atteindre, « dès les premiers sondages, la complexe, l’intégrale réalité ». Enfin, « penser par problèmes est peut-être ce qui manque le plus à ces érudits, par ailleurs si dignes d’une profonde estime ». L’histoire positiviste ne leur avait pas adressé ce type de critique.

33Pour le reste, Marc Bloch invitait les érudits locaux à prendre en considération ces domaines de l’histoire que l’école méthodique avait tant négligés : le social (« La recherche sociale doit demeurer la préoccupation essentielle des historiens de nos villages »), les techniques, l’économie. Autant de thèmes qui, dans l’entre-deux-guerres, avaient en réalité fait une timide apparition dans quelques travaux d’amateurs.

Une histoire du peuple

34Il est bien évident que la manière dont les érudits abordaient l’étude de l’histoire locale, qui formait le noyau dur de la plupart des monographies, variait considérablement d’un auteur à l’autre. Et il ne saurait être question de rendre compte de cette diversité. Essayons toutefois de dégager quelques propriétés très générales de l’historiographie villageoise.

Des villages sans histoire

  • 95 À titre d’exemple : Chanoine Peyron, « Plogonnec », Bull. de la Soc. archéol. du Finistère, t. XXV (...)
  • 96 Rollin I., La commune de Limésy, op. cit. Théodore Chalmel entamait la partie historique de sa mon (...)
  • 97 Beuve O., « Rapport sur le concours d’histoire » (Monographie de la commune de Saint-Martinsur-le- (...)
  • 98 Dijon, imprimerie Darantière, 1888 (extrait des Mémoires de la Soc. bourguignonne d’Histoire et de (...)
  • 99 De la composition d’une monographie communale dans le Tarn, Albi, Imprimerie Nouguiès, 1914 (extra (...)

35Ainsi que nous l’observions plus haut, les monographes n’hésitaient pas à faire débuter l’histoire de leur commune à des époques fort reculées, bien antérieures au processus d’encellulement des Xe et XIe siècles. Rares étaient ceux qui commençaient par évoquer la fondation de la paroisse ou de la commune au Moyen Âge. Un procédé classique consistait à rechercher la première mention du nom de la localité dans les sources écrites95. L’étymologie était une science très appréciée des érudits : ils multipliaient, comme par jeu, des hypothèses que les professionnels jugeaient souvent fantaisistes. Mais beaucoup, à l’image de l’historiographe de Limésy [Seine-Inférieure], qui intitula le deuxième chapitre de son ouvrage « Limésy préhistorique96 », ou de l’instituteur de Bussang [Vosges] qui consacra un paragraphe de sa monographie à « Bussang sous les premières races », remontaient bien plus haut encore. Et entamaient le récit de l’histoire de la commune par la description d’un sylex, d’un mégalithe ou de vestiges gallo-romains. Un érudit champenois osait même écrire qu’« à cette époque très reculée, voisine de l’apparition de l’homme sur la terre, Saint-Martinsur-le-Pré […] existait déjà. […] Dès la plus lointaine humanité, des hommes primitifs s’étaient fixés en cet endroit97 ». Henri Chabeuf, qui publia, en 1888, un « Plan de monographie communale98 » subdivisait la partie historique en dix chapitres. Le premier portait sur l’époque préhistorique. Le second sur l’époque celtique. Et parmi les thèmes à développer, l’auteur proposait : « Nation gauloise à laquelle appartenait la commune ». Charles Portal, directeur des archives du Tarn, publia lui aussi un guide. Il suggérait aux amateurs de remonter aux époques les plus anciennes, mais tout en prenant bien soin de dissocier le lieu (point dans l’espace, ou portion de territoire) du village : il convient, écrivait-il, de mentionner les découvertes résultant de fouilles qui ont mis au jour des objets ou restes remontant « à des époques antérieures à la naissance de l’agglomération étudiée (temps préhistoriques, protohistoriques, gallo-romains, mérovingiens99…) ». Si, pour certains, les villages n’avaient pas d’histoire, au sens où ils ne ressentaient pas l’onde de choc des grands événements, pour d’autres – en fait la plupart – cette histoire s’étirait au contraire à l’infini.

  • 100 Et c’est fort dommage, car les quelques monographies qui s’étendaient un peu sur cette période con (...)
  • 101 Gabard T., Histoire de la paroisse de Saint-Aubin-de-Baubigné (Deux-Sèvres), Saint-Maixent, Maison (...)

36On pouvait d’autre part constater une tendance assez générale à privilégier l’histoire médiévale ou moderne plutôt que celle des décennies postérieures à la Révolution. La partie historique des monographies s’achevait habituellement en 1789 ou en 1800. Ce n’est qu’à compter des années 1870 que la Révolution fit son apparition dans les monographies de village, nous y reviendrons. L’histoire immédiate du XIXe siècle ou de l’entre-deux-guerres, en revanche était sacrifiée100. Pas totalement cependant, puisque les chapitres consacrés à la géographie, à l’économie, à la démographie et aux coutumes paysannes traitaient de la période contemporaine. D’autre part, les ecclésiastiques aimaient relater l’action bienfaisante des notables, ou de ceux qui les avaient immédiatement précédés à la tête de la paroisse. Enfin certains auteurs se contentaient d’achever leur ouvrage par des éphémérides communales, où étaient rapportés, sans commentaires, les temps forts de la vie municipale (élections, désignations des maires, inauguration d’un monument, etc.101).

  • 102 Sylvain Milbach a consacré un long et passionnant chapitre à cette question dans : Prêtres histori (...)
  • 103 Ibid., p. 249.

37Mais les chapitres portant sur les siècles antérieurs à la Révolution étaient les plus denses, les plus travaillés, les plus touffus. La dimension ouvertement polémique de l’historiographie locale, sur laquelle il nous faudra revenir, explique en partie cet engouement pour l’étude du Moyen Âge et de l’Ancien Régime. Tandis que les uns – curés, châtelains – s’efforçaient de réhabiliter la monarchie chrétienne, les autres s’attachaient au contraire à démontrer la nécessité de 1789. La question des origines et de l’identité de la nation était à l’arrière-plan de cette querelle à laquelle participèrent, à leur manière et avec leurs moyens, les historiens de village. Les prêtres entendaient en particulier mettre en évidence le rôle de l’Église dans l’histoire nationale, et souligner sa contribution à la défense des libertés102. Le Moyen-Âge était à leurs yeux un âge d’or103, qu’ils aimaient faire revivre, ne serait-ce que pour oublier les tourments du présent.

  • 104 Cette fois encore à titre d’exemples : Rollin I., La commune de Limésy, op. cit. ; Abbé Fromentin,(...)

38Il faut ici observer que dans ces longs développements consacrés au Moyen-Âge et à l’époque moderne, il n’était pas beaucoup question du village et de ses habitants, mais bien davantage des seigneurs, de leurs possessions, mariages, faits d’armes, rivalités, stratégies d’alliances… L’organisation même des paragraphes, dont l’enchaînement reproduisait l’ordre de succession des familles ayant exercé leur emprise sur le village, était de ce point de vue fort révélatrice104.

  • 105 C’est en extrayant des notes généalogiques des registres paroissiaux que le vicomte Hervé du Halgo (...)
  • 106 Merle L.-L., « La commune de Soubran. Canton de Mirambeau (Chte-Infre) », Recueil des Actes de la (...)
  • 107 « La terre de Sion et ses seigneurs », Bull. de la Soc. d’hist. et d’archéol. de Nantes, 1885, 2, (...)
  • 108 « La seigneurie de Jayac en Sarladais », Bull. de la Soc. hist. et archéol. du Périgord, t. 29, 19 (...)
  • 109 Ibid.

39Cette focalisation sur l’histoire des dominants ne s’observait pas seulement chez les érudits nobles, pour qui l’histoire locale n’était que le prolongement de l’histoire généalogique105. Elle découlait en partie de la nature des sources exploitées. Peut-être aussi trouvait-on plus valorisant de mêler l’histoire de la localité à celle de prestigieuses lignées aristocratiques. Il n’en reste pas moins que l’histoire du village médiéval ou moderne n’était en réalité bien souvent qu’une histoire du pouvoir féodal. Quelques auteurs assumaient d’ailleurs ce choix : « À cette période de notre histoire nationale, écrivait un médecin charentais, la vie intérieure des localités se [confondait] avec celle des familles qui présidaient à leurs destinées. Aussi, c’est raconter leur histoire que de rappeler les faits et gestes de leurs anciens suzerains. En rapportant sur chacun d’eux ce que les chartes et la tradition nous ont transmis, en mentionnant les belles actions des uns, les mauvaises actions des autres, nous sauverons de l’oubli le passé de notre commune106. » L’abbé Josnin disait de Sion [Loire-Inférieure] que son histoire « n’est autre que celle des familles seigneuriales qui se sont succédé dans la possession de la terre de ce nom ; à elles revient l’honneur d’avoir donné de l’éclat à Sion aux yeux de l’historien et de l’archéologue107 ». Et pour le vicomte J. du Rieu de Maynadié, « Jayac [Dordogne] n’a d’autre histoire que celle de ses seigneurs. C’est dans leurs chartriers que je puiserai la matière de cette étude108 ». Une étude qui – s’agissait-il d’une provocation ou bien d’un lapsus ? – englobait les trois premiers quarts du XIXe siècle (l’auteur nous apprenait en effet que la vieille maison de Carbonnières conserva la possession de la seigneurie de Jayac « jusqu’en 1875, époque où le baron Christophe vendit ses terres à divers particuliers109 »).

  • 110 « La Linde », Bull. de la Soc. hist. et archéol. du Périgord, t. 2, 1875, p. 155-167.
  • 111 « Notes historiques sur la paroisse de Pluguffan (Finistère) », Revue historique de l’Ouest, 1895, (...)
  • 112 Notamment : Merlet L., « Notice sur la paroisse de Cordemais », Revue de Bretagne et de Vendée, 18 (...)

40À la limite, pour les érudits appartenant à l’aristocratie terrienne, l’histoire locale n’était qu’un prétexte pour parler de la noblesse provinciale. Le comte de Cumond publia en 1875 une courte notice dont le titre (« La Linde ») et les deux premières phrases semblaient indiquer qu’il s’agissait d’une monographie de la commune du Périgord portant ce nom : en réalité il n’y était question que des seigneurs du lieu110. Aveneau de la Grancière consacra l’essentiel de sa « Notice historique sur la paroisse de Pluguffan (Finistère) » à l’évocation des hauts personnages et des magistrats qui, à l’époque des guerres de religion, possédaient des manoirs, terres, seigneuries dans ce village proche de Quimper, ou « qui eurent plus ou moins de rapport avec la paroisse111 ». Dans les monographies que publia la Revue de Bretagne et de Vendée, l’histoire féodale absorbait totalement l’histoire locale112.

41En s’attachant à retracer la destinée des grandes familles qui, successivement, exercèrent leur emprise sur un village, mais en réalité gravitaient dans d’autres sphères, les monographes en venaient à oublier leur objet. L’habitude, très répandue, de combler les lacunes de la documentation par des emprunts à l’histoire régionale n’était pas faite pour arranger les choses.

Aux origines politiques des études rurales

  • 113 Le paysan était davantage présent dans les chapitres qui traitaient de la Révolution.

42Curieusement, le peuple des campagnes était le grand absent de cette historiographie locale. Certains auteurs réalisaient la prouesse de parler d’un village sans jamais évoquer ses habitants. D’autres en faisaient des acteurs secondaires, des spectateurs passifs, d’une histoire qu’ils se contentaient de subir. En fait il était surtout question des villageois dans les paragraphes qui traitaient des mœurs, du folklore ou de l’agriculture, c’est-à-dire de la période contemporaine113.

43Et pourtant l’histoire des villages fut très tôt définie comme une histoire du peuple. Les historiens libéraux de la monarchie censitaire avaient voulu raconter l’émancipation du Tiers-État en étudiant l’affranchissement des communes urbaines au Moyen-Âge. Pour les érudits de la seconde moitié du siècle, retracer l’histoire des communes rurales équivalait à faire l’histoire de la paysannerie. Il s’agissait par conséquent de compléter l’œuvre engagée par la génération romantique, en intégrant au grand récit des origines et du développement de la nation les strates inférieures de la société. Rechercher comment l’idée d’une histoire des « classes agricoles » a fait son chemin, en France, dans la seconde moitié du siècle ne serait pas dépourvu d’intérêt. Faute d’avoir mené à bien cette enquête, nous nous contenterons ici de quelques repères et d’une série d’hypothèses.

  • 114 Études sur la condition de la classe agricole et l’état de l’agriculture en Normandie au moyen-âge (...)
  • 115 Leymarie A., Histoire des paysans en France, Paris, Dumoulin, 1849.
  • 116 Histoire agricole de la France : l’agriculture, les cultivateurs et la vie rurale depuis l’époque (...)
  • 117 Janin J., « Histoire d’une famille bourgeoise – Alexis Monteil », Revue des deux mondes, janvierma (...)

44À en croire la préface de l’ouvrage que Léopold Delisle consacra, en 1851, à la condition des paysans normands au Moyen-Âge, peu de choses avaient été écrites avant le milieu du siècle114. Il mentionnait toutefois une Histoire des paysans en France d’Achille Leymarie, publiée deux ans plus tôt115. Il aurait pu encore citer le nom d’Amans-Alexis Monteil, dont l’Histoire des Français des divers états fut saluée par la critique, mais qui mourut avant d’avoir pu achever l’Histoire agricole de la France à laquelle il travaillait116 (on notera en passant que Monteil, retiré à Cély, dans la Seine-et-Marne, consacra les derniers mois de sa vie à l’histoire de cette bourgade117). Le travail de Delisle – un chartiste qui fut administrateur général de la Bibliothèque nationale – était une réponse à l’appel, lancé cette même année 1849, par la Société libre d’Agriculture, Sciences, Arts et Belles-Lettres de l’Eure. Le thème du concours (la Société demandait un Mémoire historique sur l’Agriculture et les Agriculteurs en Normandie pendant le moyen âge) témoigne de ce que l’histoire des populations rurales faisait désormais partie des centres d’intérêt des érudits normands. La découverte de ce nouvel objet d’étude n’est sans doute pas sans lien avec la vogue de l’agromanie.

  • 118 Dupâquier J. (dir.), Histoire de la population française, 3, De 1789 à 1914, Paris, Presses univer (...)
  • 119 Cornu P., Mayaud J.-L., « L’agrarisme, question d’histoire urbaine ? Approche comparée de la const (...)
  • 120 Sur le « délire agrarien » de 1848 : Puymège G. de, Chauvin, le soldat-laboureur. Contribution à l (...)
  • 121 Thiesse A.-M., La création des identités nationales. Europe, XVIIIe-XXe siècle, Paris, Le Seuil, 1 (...)

45Ces deux ouvrages furent publiés sous la Seconde République. S’agit-il d’une pure coïncidence ? Peut-être. Cependant il est clair que la proclamation du suffrage universel masculin en mars 1848 avait considérablement modifié la place des « paysans » dans la vie de la cité. Rappelons que la population urbaine ne représentait alors qu’un peu plus de 25 % de l’effectif global118. La révolution parisienne effraya les possédants, et fut à l’origine d’une détérioration de l’image fantasmée de la ville. L’apologie de la ruralité prit alors une autre tonalité – plus politique – et revêtit une nouvelle dimension. L’agrarisme procédait désormais « d’une stratégie sociale globale de pérennisation d’un ordre bousculé119 ». Mais les Républicains ne furent pas en reste, et célébrèrent à leur tour les vertus de l’homme des champs120. Et il est clair, nous tâcherons en tout cas d’en faire la démonstration, que l’historiographie des communes rurales fut l’un des vecteurs de la diffusion d’une représentation idéalisée de la ruralité. Cette attention nouvelle portée aux masses paysannes et à leur histoire est également à mettre en relation avec l’affirmation, dans l’ensemble de l’Europe, des idéologies nationales. La focalisation du discours patriotique sur la figure du paysan enraciné dans son terroir, et fidèle au savoir ancestral dont il était le dépositaire, visait à démontrer l’ancienneté et l’immuabilité de la patrie. Et aussi l’existence d’un lien indéfectible entre une nation et un territoire. Le laboureur, véritable incarnation du peuple, et antithèse du prolétaire instable, contestataire, immoral, chétif, était paré de toutes les vertus : sagesse, savoir-faire, abnégation, vitalité physique121. Il était le patriote par excellence. Le thème de la France-nation paysanne connut alors un premier apogée.

  • 122 Gérard de Puymège relève cette coïncidence dans Chauvin, op. cit., p. 216 et 217.
  • 123 Histoire des classes agricoles en France, depuis saint Louis jusqu’à Louis XVI, Paris, Guillaumin, (...)
  • 124 Genève, C. Gruaz, 1854.
  • 125 Histoire des paysans depuis la fin du Moyen Âge jusqu’à nos jours, 1200-1850, Paris, Chamerot, 185 (...)
  • 126 Lécuyer B.-P., « Historiens et enquêteurs sociaux : quelques réflexions sur leur ignorance mutuell (...)
  • 127 Histoire des classes rurales en France et de leurs progrès dans l’égalité civile et la propriété, (...)
  • 128 Économie rurale de la France depuis 1789, Paris, Guillaumin, 1860.
  • 129 Voir sur ce point la préface de Pierre Toubert à la réédition des Caractères originaux de l’histoi (...)

46C’est dans ce contexte propice à l’exacerbation de l’agrarisme que les traités d’histoire rurale se multiplièrent122. Camille Dareste de La Chavanne publia en 1854 une Histoire des classes agricoles en France123. La même année, J. Benoît achevait une Histoire des paysans et de leur condition à travers les siècles124. Deux ans plus tard Eugène Bonnemère signait une volumineuse Histoire des paysans125. Le Concours d’histoire de l’Académie des sciences morales et politiques portait, en 1857, sur la condition des classes agricoles depuis le XIIIe siècle jusqu’en 1789126. Il faut encore mentionner les travaux d’Henri Doniol127, de Léonce de Lavergne128, et bien entendu de Fustel de Coulanges. L’histoire agraire était désormais l’un des thèmes sur lesquels travaillaient les sociétés savantes. Elle restait cependant marginale dans le champ universitaire, alors que la recherche était foisonnante en Allemagne et en Angleterre. En 1883, Frederic Seebohm faisait le constat, dans la préface de son livre sur la communauté villageoise en Angleterre, du vide de l’historiographie française en cette matière129.

  • 130 Guiomar J.-Y., Le bretonisme, op. cit, p. 176.
  • 131 Bull. archéol. de l’Assoc. bretonne, 1851.
  • 132 Bull. archéol. de l’Assoc. bretonne, 1854, p. 14.
  • 133 Le Cerf R. « Le général d’une paroisse bretonne », Revue de Bretagne et de Vendée, 1888, 2, p. 54- (...)

47Quelques chercheurs s’étaient pourtant intéressés à l’histoire des institutions villageoises. Et, par ce biais, avaient découvert l’histoire rurale. Dans les départements de l’Ouest, Arthur de la Borderie contribua fortement au développement de ce nouveau champ de recherche. Admis à l’École des chartes en 1849, il y rencontra Léopold Delisle, et consacra sa thèse de sortie – soutenue en 1852 – à la paroisse rurale bretonne au IXe siècle130. Il exerça une grande influence intellectuelle au sein de l’Association bretonne. En 1851, la 26e question du programme de la section archéologique de cette société portait sur l’organisation intérieure des paroisses rurales avant la Révolution131. En 1854, plusieurs questions intéressaient l’histoire des campagnes (l’une d’elles était ainsi libellée : « Faire connaître tous les faits et documents que l’on pourra recueillir sur l’histoire des campagnes, de leurs habitants, de leurs institutions et de leurs pratiques agricoles en Bretagne au moyen âge132 »). Dans la seconde moitié du siècle, des érudits bretons publièrent des monographies qui, chose rare, nous l’avons dit, portaient sur le fonctionnement des institutions locales : paroisses, généraux de paroisses ou frairies133.

  • 134 Paris, Didier, 1883.
  • 135 Paris, Didier, 1878.
  • 136 Larrondo H.-D., Une commune rurale avant la Révolution ou Histoire de la baronnie de Merville. Pay (...)
  • 137 Ibid., avant-propos et p. 127-129. Rossignol E. A. (Monographies communales, op. cit., préface) dis (...)
  • 138 Jean Donnat utilisait le terme en 1926. Le mot apparaît également en 1930 dans le rapport du conco (...)

48Il faut également mentionner la personnalité d’Albert Babeau. Babeau, cependant, qui avait étudié le droit à Paris et vivait de la fortune que lui avait léguée sa mère, était un dilettante. Ce n’est qu’après avoir tâté de la peinture et de la poésie, qu’il se tourna vers l’histoire. Installé à Troyes dans les années 1860, il devint l’un des érudits les plus actifs et les plus influents du département de l’Aube. L’essentiel de ses recherches portait sur la Champagne. Mais il publia également plusieurs ouvrages de portée beaucoup plus large, notamment une Vie rurale dans l’ancienne France134 et, en 1878, un Village sous l’Ancien régime135. Ce livre faisait partie des références que citaient parfois les érudits de village. L’histoire de Merville [Haute-Garonne] de l’abbé Henri-Dominique Larrondo [1845-1916], débutait sur une définition de la communauté villageoise empruntée à Babeau : « La Communauté est la première forme de la société » ; elle est née de la nécessité, pour les hommes, de se grouper pour les besoins de l’agriculture136. Tout au long des 552 pages de son livre, l’abbé Larrondo s’en tenait peu ou prou au programme qu’il s’était fixé : écrire l’histoire d’une institution locale jusqu’au du XIXe siècle, c’est-à-dire jusqu’à l’abolition de toute forme d’autonomie locale. La centralisation, écrivait-il, avait mis fin au régime de liberté qui caractérisait l’Ancien Régime. Désormais, les communes n’avaient plus d’histoire. Ou plutôt, l’histoire de chaque commune se perdait « dans l’histoire générale de la nation137 ». Sans nécessairement conférer à cette option la dimension d’un choix épistémologique conscient, certains auteurs avaient donc imaginé une autre manière de pratiquer l’histoire locale. Il s’agissait d’étudier non pas un lieu, une portion de territoire, mais une institution locale : la communauté villageoise, explorée dans ses différentes dimensions. C’est la perspective qu’adoptaient souvent les curés de campagne dans leurs monographies paroissiales. En revanche, le concept de « communauté villageoise » ne fera qu’une tardive et timide apparition, dans l’entre-deux-guerres138.

  • 139 Voir par exemple le discours prononcé par M. Mézières lors d’une séance solennelle de distribution (...)
  • 140 Lettre du 26 mars 1904, reproduite dans Meulet J., [instituteur public], Monographie de la commune (...)
  • 141 Flament P., préface à Bideau L., Bellenaves [Allier], mon pays natal, Paris, Le livre d’histoire, (...)

49À la fin du XIXe siècle, il était évident pour beaucoup que la monographie communale était un outil parfaitement adapté à l’histoire des classes rurales139. « J’ajoute, écrivait l’Inspecteur primaire Villedieu dans une lettre de félicitation adressée à l’auteur de la monographie de Carlucet [Lot], qu’il serait vivement à désirer que votre exemple fût suivi par un grand nombre de vos collègues. Ainsi l’histoire de la Nation française pourrait se dégager peu à peu de ces travaux où seraient consignés la naissance et le développement de nos communes rurales et urbaines. À l’histoire des rois, on pourrait substituer alors l’histoire du peuple140. » L’archiviste du département de l’Allier, qui préfaça en 1909 une monographie de Bellenaves, ne disait pas autre chose. L’histoire ne s’est longtemps intéressée qu’à la gloire des puissants. Elle a ensuite découvert la foule silencieuse du peuple. Elle veut désormais connaître les douleurs et les rires des habitants des chaumières, leurs espérances et leurs larmes, comment ils sont nés, comment ils ont grandi, combien ils ont travaillé pour la grandeur de la France : « Et pour écrire cette humble et grande histoire, quel meilleur cadre que la paroisse, qui n’a presque rien changé en reprenant le nom ancien de commune141 ? »

  • 142 « Lettre adressée à M. Charles Arnauld, sur l’ancien État civil de la Commune de la Mothe-Saint-Hé (...)
  • 143 L’inspecteur de la Mayenne avait une conception très large de la démographie, puisqu’il classait d (...)
  • 144 Voir par exemple : Vigouroux E. [avocat], « Les actes de l’état civil de la commune de Sérignac. C (...)
  • 145 « Ercé près Liffré et le château du Bordage », Revue historique de l’Ouest, 10e année, 1894, p. 17 (...)

50Toutefois, cette assimilation de l’histoire des communes rurales à une histoire du peuple n’eut dans l’ensemble guère d’application pratique. Les érudits de village ne se donnèrent pas vraiment les moyens d’étudier la vie des paysans au Moyen-Âge ou sous l’Ancien Régime. Il faut malgré tout signaler l’apparition sporadique, dans les monographies, de thématiques davantage en relation avec ce programme de recherche. Parmi les thèmes dont on peut observer l’émergence progressive dans la littérature monographique, il faut mentionner la démographie – soit historique, soit contemporaine. Les érudits ne tardèrent pas à découvrir tout le parti qu’ils pouvaient tirer du dépouillement des registres de l’ancien état civil. L’avocat Jules Richard exploita par exemple ceux de la commune de la Mothe-Saint-Héray [Deux-Sèvres] dans deux notes publiées en 1844 et 1862142. À la fin du siècle, une rubrique « démographie » figurait dans tous les programmes composés pour les instituteurs143. La hantise de la dépopulation y était sans doute pour quelque chose144. On mentionnera encore, en raison de la richesse de ce travail et de la personnalité de l’auteur, les pages que Paul Sébillot consacra à cette question dans sa monographie d’Ercé-près-Liffé [Ille-et-Vilaine] : il y étudiait l’endogamie paroissiale, la mobilité géographique, la mortalité infantile ainsi que la fréquence des naissances, mariages et décès145.

  • 146 « L’histoire locale de la France contemporaine », art. cit.
  • 147 Voir les différentes livraisons de La Révolution française d’Alphonse Aulard.
  • 148 En 1910 par exemple (séance du 27 janvier), on indiquait aux instituteurs quelles sources exploite (...)
  • 149 Beuve O., « Rapport sur le Concours d’Histoire », Mémoires de la Soc. d’agric. de la Marne, 1919, (...)
  • 150 Donat J., Une communauté rurale à la fin de l’Ancien Régime, Montauban, Georges Forestié, 1926.
  • 151 On signalera par exemple le gros article que publia Jean Savina, professeur à l’école primaire sup (...)
  • 152 Qu’André Siegfried mentionnait déjà, en 1943, dans sa préface au livre de Thabault (Thabault R., M (...)

51L’histoire économique et sociale fit son apparition dans les monographies – d’instituteurs notamment – sous l’impulsion de l’école méthodique. Le discours sur « l’histoire locale de la France contemporaine » prononcé en 1911 par Camille Bloch lors du Congrès des sociétés savantes esquissait un programme d’histoire économique et sociale de la France au moyen de « monographies précises146 ». Mais dès les années 1890, les historiens de la Révolution avaient encouragé les amateurs d’histoire locale à étudier, à partir de sources locales, les communaux, la famille rurale, la vente des biens nationaux ou, pour mentionner certaines des questions figurant au programme du congrès des sociétés savantes, le fonctionnement des assemblées municipales de 1787, l’application des lois sur la mendicité, la démographie d’une commune de 1789 à 1801… Autant de thèmes développés dans les monographies récompensées par un prix ou par un compte rendu dans La Révolution française147. Dans les travaux signalés par la Société d’études historiques et scientifiques de l’Oise, qui relayait l’influence de l’histoire universitaire148, il était question des communaux, de l’affouage, ou de l’activité des sociétés populaires. Un érudit marnais, dans son rapport du concours d’histoire pour l’année 1919 suggérait aux monographes d’étudier la répercussion des ventes de biens nationaux sur le développement de la petite propriété paysanne149. En 1926, dans sa préface à Une communauté rurale à la fin de l’Ancien régime, œuvre d’un professeur de Lycée, Camille Bloch pouvait saluer un bel exemple du renouvellement du genre monographique. Sous l’impulsion de la Commission de l’histoire économique de la Révolution notamment, mais aussi d’auteurs comme Henri Sée, Marcel Marion, Loutschivsky ou Kareiev, les historiens de village avaient délaissé l’étude du religieux ou du féodal, pour se consacrer aux questions économiques et sociales150. Largement fondé sur l’exploitation du cadastre, l’ouvrage proposait une analyse fouillée des structures sociales d’un village du Midi. Les monographies attentives à ces questions devenaient plus nombreuses151. Mais le modèle traditionnel restait largement dominant, notamment chez les curés, moins perméables à l’influence de l’historiographie officielle. Il faudra attendre les années cinquante du XXe siècle, et l’influence, sur la sociologie, des community studies américaines152, pour que la monographie de commune devienne, chez les praticiens de la science sociale, une technique permettant d’étudier un groupe primaire, une collectivité villageoise.

Notes

1 Le Glay, Archives hist. et litt. du Nord de la France, p. 216 (à propos de Dervaux L., Bondues. Histoire de cette commune, depuis son origine jusqu’à nos jours, Lille, 1854).

2 La Mayenne en 1900 vue par ses instituteurs, Laval, Archives départementales de la Mayenne, 2000, t. 1, p. 17.

3 Il s’agissait du docteur Villard, auteur de travaux sur Guéret et sur Saint-Christophe-en-Drouilles (Mémoires de la Soc. des Sciences naturelles et d’Antiquités de la Creuse, 1907, p. 141).

4 Rolin I., La commune de Limésy. Souvenirs du passé recueillis par M. Bourel, maire et complétés après lui par un Enfant de Limésy, Rouen, Paul Le Prêtre, 1899, p. vi.

5 Sur l’opposition de la « notice » et de la « monographie » : Audran F., « L’Ile de Seins ou de Sizun », Bull. de la Soc. archéol. du Finistère, t. IX, 1882, p. 14. L’abbé Joseph Basset définissait la notice comme une monographie incomplète ou inachevée (Basset J., Paroisse de Chaussenac : notice historique, Saint-Flour, impr. de F. Boubounelle, 1898). Voir encore : Davillé L., « Les origines du village et de l’église d’Arnaville », Journal de la Soc. d’archéol. lorraine et du Musée hist. lorrain, 49e année, 1900, p. 194. Ou le rapport du concours de l’Académie de Nantes pour l’année 1898 : « Le mot [monographie] semble bien vaste pour un travail qui laisse de côté la topographie, la statistique, la géologie, la faune et la flore de la commune » (Annales de la Soc. acad. de Nantes, 1898, p. xxxiv).

6 Les travaux des ecclésiastiques étaient en règle générale davantage centrés sur l’histoire et l’archéologie que ceux des instituteurs laïques, fréquemment invités à enquêter sur une gamme d’objets très étendue. Voir par exemple les Instructions relatives aux monographies communales publiées dans le Bulletin de l’enseignement primaire dans le département du Lot en février 1884 (Le Lot vu par ses maîtres d’école, op. cit., vol. 1, p. 13-14). Ou le programme de monographies élaboré par l’Inspecteur de la Mayenne dans le cadre de la préparation de l’Exposition universelle de 1900 (La Mayenne en 1900 vue par ses instituteurs, Laval, Archives départementales de la Mayenne, 2000-2005, 2 vol.)

7 « Un plan d’études », Bull. mensuel des Soc. des lettres, sciences et arts de Bar-le-Duc et Commercy, 1913, p. 99-100.

8 C’était un procédé parfaitement admis par certains auteurs de guide. Charles Portal conseillait même de faire allusion, si besoin, à l’histoire nationale (Portal C., De la composition d’une monographie communale dans le Tarn, Albi, Nouguiès, 1914, p. 8).

9 Le très conservateur abbé Daugé, auteur de la monographie d’Habas [Landes] dressait un portrait particulièrement élogieux des deux frères Lanusse, natifs de la paroisse, et qui furent généraux d’empire (Daugé C., Habas. Son histoire, Dax, J. Pouyfaucon, 1906).

10 Claudon F., compte rendu de Pérot F., Contigny, son histoire depuis les temps anciens jusqu’à nos jours, Moulin, 1902 (Bull. de la Soc. d’émulation du Bourbonnais, 1902, 10e année, p. 23).

11 Simon M., Monographies communales et enquêtes rurales. Conseils, méthodes, cadre d’études, Reims, Rédaction et Administration, 1914. Portal C., De la composition d’une monographie communale, op. cit. (« Un paragraphe sera consacré aux célébrités issues de [la noblesse] ; les personnages célèbres ou notables de l’endroit constituent un élément de singularité et souvent l’unique titre de gloire de la localité » (ibid., p 14-15). Voir encore les « Instructions relatives aux monographies communales », Bull. de l’enseignement primaire dans le département du Lot, février 1880 (Le Lot vu par ses maîtres d’école, op. cit.) ou l’imprimé distribué aux instituteurs du Morbihan et de la Somme (Arch. départ. du Morbihan, 1J47).

12 Sur ce point, Bloch C., « L’histoire locale de la France contemporaine ». Discours prononcé au congrès des sociétés savantes de 1911, La Révolution française, 1911, 1, p. 486-503. Bloch réfutait l’objection, opposée aux historiens du local, selon laquelle la centralisation étatique aurait définitivement anéanti en France toute forme de vie locale autonome. La puissance des traditions, le poids des circonstances, la force des conditions économiques, l’influence du milieu étaient autant de facteurs qui avaient infléchi l’application de « la loi commune ». « La matière de l’histoire locale du XIXe siècle, écrivait-il, ce sont justement, sous l’uniformité extérieure du régime administratif, les modalités variables de l’application. »

13 « Discours du président Marbeau », Revue de la Soc. des études hist., 1890, p. 101.

14 Thiesse A.-M., Ils apprenaient la France, op. cit.

15 Colombel, « Rapport sur le tome II des Notes historiques et statistiques de M. Chevas sur le département de la Loire-Inférieure », Annales de la Soc. académ. de la Loire-Inférieure, 1855, p. 383-386.

16 Régné J., Ce que doit être une monographie de commune ou de paroisse, Aubenas, Habauzit, 1914.

17 Bensa A., Fabre D., Une histoire à soi. Figurations du passé et localité, op. cit.

18 Génin A., « Un village barrois. 1158-1900. Maxey-sur-Vaise (Meuse) », Mémoires de la Soc. des lettres, sciences et arts de Bar-le-Duc, 3e série, t. 10, 1901, p. 3-239.

19 La Mayenne en 1900, op. cit, t. 2, p. 226.

20 Arch. départ du Morbihan, 1 J47. Même constat de la part de l’instituteur de Moréac : « L’histoire de Moréac ne renferme aucun événement important. » Ibid.

21 Ledieu A., [conservateur de la Bibliothèque et des Musées d’Abbeville], Fransart et ses seigneurs. Notice historique et archéologique, Paris, Alphonse Picard et fils, 1895.

22 « Notes sur l’histoire de Thouaré », Bull. de la Soc. d’histoire et d’archéol. de Nantes, 1893, p. 174.

23 Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 65e année, 1889, p. 87.

24 Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 85e année, 1909, p. xxxv (rapport d’Émile Fleuriel).

25 Fleuriel E., « Rapport fait au nom de la commission d’histoire et d’archéologie », Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 82e année, 1906, p. liv et lix-lx.

26 Ibid., p. xl. Même observation adressée à l’auteur d’une monographie de Jeanménil, qui « sort complètement de ces étroites limites, et nous fait, à propos de Jeanménil, l’histoire des institutions, des coutumes, qui s’étendaient à toute la Lorraine ou même à toute la France » (Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 82e année, 1906, p. liv). E. Richard, dans un ouvrage sur Bussang, prit le parti de ne pas aborder l’étude du folklore, parce que ces pratiques ne différaient guère d’une localité à l’autre : quel intérêt, dès lors, de décrire ce que chacun pouvait observer ailleurs (Bull. de la Soc. philom. vosgienne, 34e année, 1909-1910, p. 5-370).

27 Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 83e année, 1907, p. 22. Le problème de l’échelle d’observation n’avait pas échappé au rapporteur du concours d’histoire organisé en 1875 par la Société d’histoire et d’archéologie de Nantes. Il ne contestait pas l’utilité des monographies locales. Car un jour peut-être, ces travaux d’amateurs, « réunis en un faisceau par quelque grand écrivain vulgarisateur », composeront les annales de la Bretagne. « Il ne faut pas cependant que ces monographies locales se bornent à un espace trop restreint, car alors l’auteur est tenté de recueillir tout ce qu’il rencontre, il exagère l’importance des moindres faits, tombe dans des lieux communs ou sort de son cadre […]. Les auteurs de la notice sur l’île de Bouin prenant une parcelle trop minime de territoire, ont craint d’offrir un récit monotone, et pour éviter l’écueil, il ont fait de fréquentes excursions sur leurs voisins ; leur talent eût été plus à l’aise, s’ils avaient réuni l’obscure unité de l’île de Bouin au marquisat de la Garnache, par exemple. » Bull. de la Soc. d’hist. et d’archéol. de Nantes, 1875, p. l.

28 Compte rendu de Teil J. du, Le Village de Saint-Momelin (Artois et Flandres), 640-1789. Notice historique, Paris, A. Picard, 1891, 134 p. dans Bibliothèque de l’École des Chartes, 1891, 52, 1, p. 634.

29 Travaux de l’Académie de Rouen, 1855-1856, p. 249 et suiv. (à propos de l’histoire de Saint-Etiennedu-Rouvray de Rondeux). Ce texte est repris dans la préface de Leroy F.-.N., Histoire de la commune de Montérollier, Rouen, Mégard et cie, 1859, p. 9-12

30 Jusseraud F., Statistique agricole de la commune de Vensat (Puy-de-Dôme). Mémoire pour servir à une description de l’agriculture de la Limagne d’Auvergne, Clermont-Riom, Perol-Salles, 1843, p. 1-2. Ce travail a également été publié dans le Bull. agric. du Puy-de-Dôme, années 1841-1842.

31 Perchet E., Recherches sur Pesmes, Gray, G. Roux, 1896.

32 Ibid., introduction.

33 « Monographie d’une commune rurale. Saint-Ybard (Corrèze) », Bull. de la Soc. des lettres, sciences et arts de la Corrèze, 1900, t. 22, p. 471-473.

34 Kalaora B., Savoye A., Les inventeurs oubliés : Frédéric Le Play et ses continuateurs, Marseille, Centre d’études, de recherches et de formations institutionnelles du Sud-Est, 1987.

35 Le Play F., Les Ouvriers européens, Paris, imprimerie impériale, 1855 (et Tours, Mame, 1877-1879 pour la deuxième édition en six volumes).

36 Tours, Mame, 1975, 2 volumes.

37 Sur cette scission : Kalaora B., Savoye A., Les inventeurs oubliés, op. cit., p. 115 sq.

38 Ozouf-Marignier M.-V., « La monographie de “pays” : le conflit entre science leplaysienne et géographie autour d’une monographie (1890-1910) », Revue d’histoire des Sciences humaines, 2003, 9, p. 13-35 et, du même auteur, « Le pays des leplaysiens : réalité sociale ou catégorie d’analyse ? », Les Études sociales, no 139-140, 1er et 2e semestres 2004, p. 7-38.

39 Ozouf-Marignier M.-V., « La monographie de “pays” », art. cit. Paul Roux, auteur pourtant d’une enquête sur une commune auvergnate (Roux P., Monographie d’une commune rurale de l’Auvergne, Paris, bureau de la Science sociale, coll. « Bibliothèque de la science sociale », 1912) estimait que cette subdivision était « surtout un objet d’étude qui offre de grandes commodités matérielles d’observation et d’enquête. Cependant, lorsque cela est possible, on doit lui préférer le pays : la commune n’est pas ordinairement une région naturelle. C’est plutôt seulement une circonscription administrative ; d’autre part, c’est une région trop restreinte qui ne renferme pas un aussi grand nombre de groupements que le pays. La monographie de commune a donc, en général, moins de portée scientifique que la monographie de pays ; mais en raison des facilités d’étude qu’elle offre, elle constitue un excellent exercice de début pour un observateur. Elle est en outre, après la monographie de famille, une étape vers la monographie de pays » (Précis de science sociale. Méthodes et enquêtes selon l’École de Frédéric Le Play, Paris, Société d’économie et de sciences sociales, 1985 [1914], p. 114-115).

40 « Monographies des communes », La Réforme sociale, 2e série, t. VII, 9e année, janvier-juin 1889, p. 516-517.

41 Cheysson E., « La monographie de commune », Institut international de Statistique. Session de Berne, août 1895 (communication faite dans la séance du vendredi 30 août), 10 p.

42 Ozouf-Marignier M.-V., « Le pays des leplaysiens », art. cit., p. 33-34.

43 Comptes rendus des travaux de la société des Agriculteurs de France. 28e session générale annuelle, t. XXVIII, Paris, hôtel de la Société, 1897, p. 243.

44 En 1919, la Société internationale d’économie sociale et des unions de la paix sociale lança auprès de ses correspondants un questionnaire communal portant sur les causes de la « désertion des campagnes » (Lepelletier F., « Rapport sur les monographies de communes et les observations locales envoyées au congrès », La désertion des campagnes. XXXIXe congrès de la Société internationale d’économie sociale et des unions de la paix sociale fondées par P. F. Le Play, Paris, Au secrétariat de la Société d’économie sociale, 1909, p. 143-151).

45 Il entendait par là : les habitudes morales, les rapports entre propriétaires et ouvriers ou tenanciers, le bien-être ou le malaise, l’avenir de la commune.

46 Arnold Mascarel proposa à son tour, en 1900, une réflexion sur la monographie de commune qui s’inspirait directement de la pensée de Le Play et des travaux de Cheysson. Mascarel A., De l’intérêt des monographies de communes, Ligugé (Vienne), Imp. Saint-Martin, 1900.

47 Voguë L. de, « Rapport sur le concours de monographies communales », Comptes rendus des travaux de la Société des Agriculteurs de France. 35e session générale annuelle, t. XXXV, Paris, hôtel de la Société, 1904, p. 74-90.

48 Petrucia-Peyrusse, Histoire politique, administrative, économique et sociale d’une commune française, Paris, V. Giard et E. Brière, 1901.

49 Ibid., p. 5.

50 Ibid., p. 5.

51 La méthode monographique fit également débat à l’intérieur du champ universitaire. La controverse opposait notamment la sociologie durkheimienne à la géographie de Vidal de la Blache. Müller B., « Écrire l’histoire locale : le genre monographique », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 2003, 9, p. 37-51.

52 Ozouf-Marignier M.-V., « Les géographes et le découpage administratif de la France », art. cit. Claval P. (dir.), Autour de Vidal de la Blache : la formation de l’école française de géographie, Paris, CNRS, 1993. Mais ce sont des monographies de région que réalisèrent les élèves de Vidal de la Blache (Albert Demangeon, Raoul Blanchard, Jules Sion ou Emmanuel de Martone).

53 Pierre Foncin (1841-1916), professeur de géographie à la Faculté des Lettres de Bordeaux et conseiller scientifique du mouvement régionaliste, s’efforça de promouvoir une géographie des « pays ». Sagnes S., « Les pays de Foncin », art. cit.

54 Ozouf-Marignier M.-V., « Les géographes et le découpage administratif de la France », art. cit., p. 6-7.

55 Penmarch aux XVIe et XVIIe siècles, thèse complémentaire de doctorat présentée à la Faculté des lettres de l’université de Paris, Paris, E. Cornély, 1906. Normalien, agrégé d’histoire et de géographie, Vallaux avait enseigné à l’École navale puis dans plusieurs grands lycées parisiens.

56 La Basse-Bretagne, étude de géographie humaine, thèse principale de doctorat présentée à la Faculté des lettres de l’université de Paris, Paris, E. Cornély, 1905.

57 Gachon L., Une commune rurale d’Auvergne du XVIIIe au XIXe siècle, thèse complémentaire pour le doctorat présentée à la Faculté des lettres de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, Imprimerie générale Jean de Bussac, 1939.

58 Vallaux C., « L’Évolution de la vie rurale en Basse Bretagne », Annales de géographie, 1905, p. 36-51.

59 La rubrique bibliographie des Annales de géographie signalait à l’occasion la publication d’une monographie communale (1894, p. 70 ; 1895, p. 77, 1926, p. 184, etc.).

60 Demangeon A., « Monographie d’une commune bretonne », Annales de géographie, t. 44, no 249, 1935 (Fournier L. [professeur à l’École primaire supérieure de Guingamp], Monographie de la commune de Bulat-Pestivien [Côtes-du-Nord], Saint-Brieuc, Les presses bretonnes, 1924). Demangeon rédigea plusieurs comptes rendus de monographies communales : dans le Bull. de la Soc. Haut-Marnaise des études locales dans l’enseignement public (no 3, décembre 1927, p 19-20) et dans les Annales de géographie (no 205, XXXVIIe année, janvier 1928, p. 82-83). Demangeon, il est vrai, s’était particulièrement intéressé au problème des communautés rurales : « Villages et communautés rurales », Annales de géographie, t. XLII, no 238, juillet 1933, p. 337-349.

61 Keylor W. R., Academy and Community. The Foundation of the French Historical Profession, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1975. Dumoulin O., « La professionnalisation de l’histoire en France (1919-1939) », dans Historiens et sociologues aujourd’hui. Journées d’études annuelles de la Société française de sociologie (Lille, 14-15 juin 1984), Paris, CNRS, 1986, p. 49-59.

62 Sinon par Léon Maître, archiviste honoraire de la Loire-Inférieure, dans une polémique à propos d’une monographie de Carquefou. Il est impossible, affirmait-il, d’« observer les grands mouvements de l’histoire si on travaille à l’échelle d’une paroisse ». Revue de Bretagne et de Vendée (« À propos de la méthode historique »), 1913, 1, p. 326-327.

63 Keylor W. R., Academy and Community, op. cit., p. 29-31 ; Carbonell C.-O., Histoire et historiens, op. cit., p. 409 ; Delacroix C., Dosse F., Garcia P., Les courants historiques en France. XIXe-XXe siècle, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2005, p. 133-134.

64 Compte rendu anonyme des « Notes historiques sur Trappes », extrait du XIe vol. des Mémoires de la Soc. archéol. de Rambouillet, 85 p., Revue critique, t. 42, 1896, 2, p. 499.

65 Compte rendu par Labande L. H. de Malaussène J.-E., L’Évolution d’un village-frontière de Provence. Saint-Jeannet (Alpes-Maritimes), Paris, A. Picard et fils, 1909, 429 p. dans Revue critique, t. 68, 1909, 2, p. 156.

66 Le travail de M. Malaussène sur Saint-Jeannet, écrivait L.-H. Lalande, « est une bonne monographie » : « Les historiens parviendront bien à découvrir les nombreux documents qui y sont mis en œuvre ; ils sauront gré à l’auteur de les leur avoir présentés d’une façon élégante » (ibid., p. 157).

67 Thévenot A., Histoire de la ville et de la châtellenie de Pont-sur-Seine, Nogent-sur-Seine et Troyes, Favreot, 1873. Revue critique, 1874, 2, p. 57-58

68 Arthur Chuquet (1853-1925), élu au collège de France en 1893, était à cette date professeur à l’École normale supérieure. Condamin J., Histoire de Saint-Chamond et de la seigneurie de Jarez depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Paris, Picard, 1890 dans Revue critique, t. 29, 1890, 1, p. 118.

69 « L’histoire provinciale de la France contemporaine », La Révolution française, t. XXXVIII, 1900, p. 481-499. Compte rendu détaillé de cette intervention dans : Revue de synthèse historique, décembre 1900, t. 1, no 3, p. 336-338.

70 Bull. de la Société d’histoire moderne, octobre 1901, p. 5-7 et janvier 1902 p18-20 et Caron P., « L’organisation des études locales d’histoire moderne », La Révolution française, t. XLII, 1902, p. 481-510.

71 Caron P., « L’organisation des études locales d’histoire moderne », art. cit.

72 On aurait tout aussi bien pu exploiter les numéros des Annales de Bretagne.

73 Dumoulin O., « Immobilisme et invention : le paradoxe du « berceau » des Annales, 1919-1939 », dans Amalvi C. (dir.), Les lieux de l’histoire, op. cit., p. 327, et « La professionnalisation de l’histoire en France… », art. cit.

74 Duvernoy E., Annales de l’Est, 1888, p. 111. Dans un compte rendu sur l’histoire d’un village pendant la Révolution, dont l’auteur affirmait qu’elle laissa les paysans indifférents, G. Pariset, professeur d’histoire moderne à Nancy, rejetait pourtant le principe de la monographie de commune : « C’est qu’il n’est pas de bonne méthode, pendant la période révolutionnaire, de procéder par “monographies communales”. Le groupement élémentaire rural sous la Révolution, c’est non pas la commune, mais le district, plus tard le canton. Et le meilleur moyen de ne pas comprendre la Révolution dans les campagnes consiste à encourager et multiplier les historiques de villages. » Annales de l’Est, 1912, 3, p. 75.

75 Comte rendu de Abbé Pognon, Histoire de Montfaucon d’Argonne depuis son origine (597) jusqu’à nos jours, Sedan, impr. Sohet-Laurent, 1890, 696 p. dans Annales de l’Est, 1893, p. 459.

76 Robert U., compte rendu de Notice historique sur Cuissy-sur-Loire [Loiret], Paris, Parent, 1875, dans Bibliothèque de l’École des chartes, 1875, 36, 1, p. 167-168.

77 Exemples fournis par le concours de la Société d’agriculture du département de la Marne et celui de la Société des agriculteurs de France.

78 L’auteur de la monographie de Monnières [Loire-Inférieure] se voyait reprocher le peu d’intérêt qu’il semblait éprouver pour cette commune : « On ne sent pas chez lui l’amour du clocher » (Annales de la Soc. académ. du départ. de la Loire-Inférieure, 1899, concours de 1899, p. 427-428). À l’inverse, on saluait l’« inspiration patriotique » de l’instituteur et monographe de Saint-Martin-sur-le-Pré [Marne]. Mémoires de la Soc. d’agricult. de la Marne, 1919, p. 65.

79 Bull. de la Soc. des études du Lot, 1873.

80 Mémoires de la Soc. d’agricult. de la Marne, 1924, p. 65 sq.

81 Germain L., compte rendu de abbé Paquatte, Notice sur Haussonville (Metz, 1895), Annales de l’Est, 1896, p. 473-477. Annales de l’Est, 1911, p. 33 (à propos d’une monographie de Vantoux) et 1912, 3, p. 28 et p. 29 (Abbé Génin, « Un village mi-barrois mi-champenois [1242-1909] : Épiez, près Mazey-sur-Vaise [Meuse] », Mémoires de la Soc. des lettres de Bar-le-Duc, 1911, p. 3-160).

82 Domaine où, il est vrai, ils ne brillaient guère. L’étymologie que proposaient les instituteurs du Lot, dans leurs monographies de 1881, était systématiquement fantaisiste (voir les recueils de monographies et les commentaires d’Étienne Baux : Le Lot vu par ses maîtres d’école, op. cit.). Duvernoy E. : compte rendu de Paté J.-B., Notice sur Brulange, Nancy, Sordoillet, 1886, dans Annales de l’Est, 1888, p. 110-111.

83 Compte rendu de Abbé Pognon, Histoire de Montfaucon, op. cit., dans Annales de l’Est, 1893, p. 458.

84 Royé P., compte rendu de Martin E., Pulligny. Étude historique et archéologique, Nancy, Crépin-Leblond, 1893, 111 p. dans Annales de l’Est, 1894, p. 269. Sur l’abus de détails, voir encore : Duvernoy E., compte rendu de Paté J.-B, Notice sur Brulange, Nancy, Sordoillet, 1886 dans Annales de l’Est, 1888, p. 110-111.

85 Parisot R., Annales de l’Est, 1911, p. 28.

86 « L’histoire provinciale de la France contemporaine.. », art. cit., p. 487-488.

87 Dumoulin O., « Les sciences humaines et la préhistoire du CNRS », Revue française de sociologie, XXVI, 1985, p. 353-374 ; Saunier P.-Y., « Les entrepreneurs du local. Actions érudites à Lyon sous la Troisième République », dans Dumons B., Pollet G. (dir.), Élites et pouvoirs locaux, op. cit., p. 277-299.

88 Febvre L., « Le problème des études locales », Annales d’histoire économique et sociale, t. 5, no 21, 1933, p. 304-308.

89 « Un groupement rural : La Celle-Dunoise », Annales d’histoire économique et sociale, 1929, p. 303-304. Il s’agissait du compte rendu de : Louis Lacrocq, Monographie de la commune de La Celle-Dunoise, Guéret, J. Lecomte, 1926.

90 « Histoires de villages », Annales d’histoire économique et sociale, 1932, 4, 15, p. 320-321.

91 Cambridge, Harvard University Press (Harvard Economic Studies, t. XXXIV), 1930.

92 Bloch M., « Sur quelques histoires de villages », Annales d’histoire économique et sociale, t. 5, no 23, 1933, p. 471-478. Chalmel T., Une commune rurale à travers les siècles. Saint-Père-Marc-en-Poulet [Ille-et-Vilaine], Rennes, F. Simon, 1931 (Sur Théodore Chalmel, voir infra, chap. 4). Espeut P., Une seigneurie ecclésiastique : Allauch des origines à 1595 d’après des documents inédits. Préface de R. Busquet, Marseille, Éditions Publiroc, 1932.

93 « Villages de France et d’ailleurs », Annales d’histoire économique et sociale, 1936, p. 592-596. Sur : Brinon E., Vaumas, Moulins, Crépin-Leblond, 1935 ; Morin A., Saint-Pouange (Aube), Préface d’Édouard Herriot, Troyes, J.-L. Paton, 1935 ; Garmy E., Histoire du canton de Marcillat-d’Allier, sans lieu ni date ; Sittig C., « La vie d’une commune alsacienne : Vendenheim depuis le début du XIXe siècle », Revue d’Alsace, t. LXXXI, 1934, p. 359-382 ; Fournier L., Monographie géographique de la commune de Bulat-Pestivien, Saint-Brieuc, Les Presses bretonnes, 1934 ; Orwin C. S, The History of Laxton, Oxford, John Jonhson at the university Press, 1935.

94 Qu’eût-il pensé de l’enquête pluridiciplinaire sur Plozévet ? Bloch M., « Sur quelques histoires de villages », art. cit., p. 473.

95 À titre d’exemple : Chanoine Peyron, « Plogonnec », Bull. de la Soc. archéol. du Finistère, t. XXVII, 1900, p. 24. L’abbé P. Ferret, curé et historien de Drée, datait précisément l’époque de la création de la paroisse à partir de sources médiévales. Ferret P., Histoire de Drée, de Verrey-sous-Drée et de la maison de Drée, Dijon, Eugène Jobard, 1890, p. 15 sq.

96 Rollin I., La commune de Limésy, op. cit. Théodore Chalmel entamait la partie historique de sa monographie de Saint-Père-Marc-en-Poulet [Ille-et-Vilaine] par quelques lignes sur « Saint-Père préhistorique ». Chalmel T., Une commune rurale à travers les siècles, op. cit., p. 699.

97 Beuve O., « Rapport sur le concours d’histoire » (Monographie de la commune de Saint-Martinsur-le-Pré par Arthur Loir, Mémoires de la Soc. d’agric. de la Marne, 1919, p. 62).

98 Dijon, imprimerie Darantière, 1888 (extrait des Mémoires de la Soc. bourguignonne d’Histoire et de Géographie, t. VI), 13 p.

99 De la composition d’une monographie communale dans le Tarn, Albi, Imprimerie Nouguiès, 1914 (extrait de l’Annuaire du Tarn pour 1914), 18 p.

100 Et c’est fort dommage, car les quelques monographies qui s’étendaient un peu sur cette période constituent une source de tout premier ordre. Voir en particulier les travaux de l’abbé Pierre Grégoire (notamment : Paroisse et commune de Gorges. Département de la Loire-Inférieure, Angers, J. Siraudeau, 1913) ou d’Alexandre Aubert (Monographie de la commune de Juvigny, Chalons-sur-Marne, Laurent, 1857). On pense aussi au Mazières de Roger Thabault (Mon village, op. cit.)

101 Gabard T., Histoire de la paroisse de Saint-Aubin-de-Baubigné (Deux-Sèvres), Saint-Maixent, Maison de la bonne presse de l’Ouest, 1908. La dernière partie de l’ouvrage était constituée de notes accumulées par l’auteur depuis qu’il avait pris la direction de la paroisse. Les événements marquants de la vie religieuse (jubilés, missions, érection d’un nouveau clocher…) s’y taillaient la part du lion. L’ouvrage s’achevait par un long récit des résistances aux inventaires et de l’enlèvement du crucifix qui ornait l’école des garçons.

102 Sylvain Milbach a consacré un long et passionnant chapitre à cette question dans : Prêtres historiens, op. cit., p. 226-257.

103 Ibid., p. 249.

104 Cette fois encore à titre d’exemples : Rollin I., La commune de Limésy, op. cit. ; Abbé Fromentin, Hesdin. Étude historique (293-1865), Arras, typographie Rousseau-Leroy, 1865 ; Abbé Bigot-Valentin, Histoire populaire de Fontès (diocèse de Béziers) et de ses environs, Montpellier, typographie Grollier, 1878. Ce dernier ouvrage comportait quatre grandes parties : les origines ; la maison de Lodève ; la maison des Vissec ; Fontès sous la Révolution. Ernest de Cornulier était opposé au principe d’une histoire des paroisses rurales, arguant de ce que cette division n’aurait « jamais formé une unité dans l’ordre politique ». La véritable « molécule élémentaire de la société », c’était la seigneurie, dont l’histoire n’était autre que celle des familles qui l’avaient possédée (« Essai sur le dictionnaire des terres et des seigneuries comprises dans l’ancien comté nantais et dans le territoire actuel du département de la Loire-Inférieure », Annales de la Soc. académ. de la Loire-Inférieure, 1857, p. 223-225).

105 C’est en extrayant des notes généalogiques des registres paroissiaux que le vicomte Hervé du Halgoët découvrit des documents sur la paroisse d’Evran, qu’il publia dans le Bull. de la Soc. d’émulation des Côtes-du-Nord (1908, p. 4 sq.).

106 Merle L.-L., « La commune de Soubran. Canton de Mirambeau (Chte-Infre) », Recueil des Actes de la commission des Arts et monuments de la Charente-Inférieure, 1895, p. 222.

107 « La terre de Sion et ses seigneurs », Bull. de la Soc. d’hist. et d’archéol. de Nantes, 1885, 2, p. 89.

108 « La seigneurie de Jayac en Sarladais », Bull. de la Soc. hist. et archéol. du Périgord, t. 29, 1902, p. 538-543.

109 Ibid.

110 « La Linde », Bull. de la Soc. hist. et archéol. du Périgord, t. 2, 1875, p. 155-167.

111 « Notes historiques sur la paroisse de Pluguffan (Finistère) », Revue historique de l’Ouest, 1895, p. 327-328.

112 Notamment : Merlet L., « Notice sur la paroisse de Cordemais », Revue de Bretagne et de Vendée, 1893, 2, p. 244-261 et 352-368 ; Baudry J., « Saint-Mars-la-Jaille et ses seigneurs », Revue de Bretagne et de Vendée, 1908, 2, p. 141-159 et 1909, 2, p. 80-95.

113 Le paysan était davantage présent dans les chapitres qui traitaient de la Révolution.

114 Études sur la condition de la classe agricole et l’état de l’agriculture en Normandie au moyen-âge, Paris, H. Champion, 1903 [1851 pour la première édition].

115 Leymarie A., Histoire des paysans en France, Paris, Dumoulin, 1849.

116 Histoire agricole de la France : l’agriculture, les cultivateurs et la vie rurale depuis l’époque gauloise jusqu’à nos jours. Avec introduction, supplément et notes, par Charles Louandre, Paris, P. Dupont, 1877. Et Histoire des Français des divers états aux cinq derniers siècles, Paris, Coquebert, 1842-1844, 10 vol.

117 Janin J., « Histoire d’une famille bourgeoise – Alexis Monteil », Revue des deux mondes, janviermars 1852, t. 13, p. 593 sq.

118 Dupâquier J. (dir.), Histoire de la population française, 3, De 1789 à 1914, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige », 1995, p. 130 et 132.

119 Cornu P., Mayaud J.-L., « L’agrarisme, question d’histoire urbaine ? Approche comparée de la construction des “campagnes” dans la France et l’Allemagne de l’ère industrielle », dans Caron J.-C., Chauvaud F. (dir.), Les campagnes dans les sociétés européennes : France, Allemagne, Espagne, Italie (1830-1930), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 41.

120 Sur le « délire agrarien » de 1848 : Puymège G. de, Chauvin, le soldat-laboureur. Contribution à l’étude des nationalismes, Paris, NRF-Gallimard, p. 208-226.

121 Thiesse A.-M., La création des identités nationales. Europe, XVIIIe-XXe siècle, Paris, Le Seuil, 1999, coll « L’Univers historique ».

122 Gérard de Puymège relève cette coïncidence dans Chauvin, op. cit., p. 216 et 217.

123 Histoire des classes agricoles en France, depuis saint Louis jusqu’à Louis XVI, Paris, Guillaumin, 1854.

124 Genève, C. Gruaz, 1854.

125 Histoire des paysans depuis la fin du Moyen Âge jusqu’à nos jours, 1200-1850, Paris, Chamerot, 1856, 2 vol.

126 Lécuyer B.-P., « Historiens et enquêteurs sociaux : quelques réflexions sur leur ignorance mutuelle sous la monarchie censitaire », dans Historiens et sociologues aujourd’hui, Paris, CNRS, 1986, p. 24.

127 Histoire des classes rurales en France et de leurs progrès dans l’égalité civile et la propriété, Paris, Guillaumin, 1857. Le sujet, observera Doniol en 1900, était alors « fort peu fouillé. Un petit nombre seulement d’érudits s’en étaient occupés » (Serfs et vilains au Moyen Âge, Paris, A. Picard et fils, 1900, p. v).

128 Économie rurale de la France depuis 1789, Paris, Guillaumin, 1860.

129 Voir sur ce point la préface de Pierre Toubert à la réédition des Caractères originaux de l’histoire rurale française, de Marc Bloch, Paris, Colin, 1988, p. 5-33.

130 Guiomar J.-Y., Le bretonisme, op. cit, p. 176.

131 Bull. archéol. de l’Assoc. bretonne, 1851.

132 Bull. archéol. de l’Assoc. bretonne, 1854, p. 14.

133 Le Cerf R. « Le général d’une paroisse bretonne », Revue de Bretagne et de Vendée, 1888, 2, p. 54-119 et 203-210. Merlet L., « Notice sur la paroisse de Cordemais », op. cit. Orieu E., Le général de la paroisse de Batz, 1732-1738, Vannes, Lafolye, 1899.

134 Paris, Didier, 1883.

135 Paris, Didier, 1878.

136 Larrondo H.-D., Une commune rurale avant la Révolution ou Histoire de la baronnie de Merville. Pays de Guyenne. Sénéchaussée et diocèse de Toulouse, Toulouse, Privat, 1891.

137 Ibid., avant-propos et p. 127-129. Rossignol E. A. (Monographies communales, op. cit., préface) disait à peu près la même chose.

138 Jean Donnat utilisait le terme en 1926. Le mot apparaît également en 1930 dans le rapport du concours d’histoire de la Société d’agriculture de la Marne (Mémoires de la Soc. d’agric. de la Marne, 1930, p. 216).

139 Voir par exemple le discours prononcé par M. Mézières lors d’une séance solennelle de distribution de récompenses aux instituteurs pour leurs monographies communales, le 30 novembre 1890. Bull. de la Soc. de géographie de l’Est, t. XII, 1890, p. 607-620.

140 Lettre du 26 mars 1904, reproduite dans Meulet J., [instituteur public], Monographie de la commune de Carlucet, Cahors, J. Girma.

141 Flament P., préface à Bideau L., Bellenaves [Allier], mon pays natal, Paris, Le livre d’histoire, 2004 [1909], t. 1, 1909, p. xiii-xv. Léon Bideau [1884-1967], qui se définissait dans l’avant-propos de son ouvrage comme « un simple instituteur adjoint, un tout modeste sous maître […] un de ceux dont on peut briser l’avenir d’un trait de plume », achèvera sa carrière comme professeur en Sorbonne.

142 « Lettre adressée à M. Charles Arnauld, sur l’ancien État civil de la Commune de la Mothe-Saint-Héray », Mémoires de la Soc. de Statistique, sciences, lettres et arts du département des Deux-Sèvres, 1844, p. 96-105 ; « De la population de la Mothe-Saint-Héray de 1676 à 1864 », ibid., 1862, p. 227-231.

143 L’inspecteur de la Mayenne avait une conception très large de la démographie, puisqu’il classait dans cette rubrique le genre de vie, la répartition des différentes catégories de propriétés, l’économie, l’état de l’instruction (La Mayenne en 1900 vue par ses instituteurs, op. cit, vol. 1, p. 16).

144 Voir par exemple : Vigouroux E. [avocat], « Les actes de l’état civil de la commune de Sérignac. Canton de Puy-l’Évêque (Lot) du 1er Janvier 1789 au 31 décembre 1888 », Revue de l’Agenais, 1896, p. 325 sq. et 431 sq.

145 « Ercé près Liffré et le château du Bordage », Revue historique de l’Ouest, 10e année, 1894, p. 17-30.

146 « L’histoire locale de la France contemporaine », art. cit.

147 Voir les différentes livraisons de La Révolution française d’Alphonse Aulard.

148 En 1910 par exemple (séance du 27 janvier), on indiquait aux instituteurs quelles sources exploiter pour écrire l’histoire économique et sociale de leur commune. Bull. de la Soc. d’études hist. et scient. de l’Oise, 1910, p. i sq.

149 Beuve O., « Rapport sur le Concours d’Histoire », Mémoires de la Soc. d’agric. de la Marne, 1919, p. 64.

150 Donat J., Une communauté rurale à la fin de l’Ancien Régime, Montauban, Georges Forestié, 1926.

151 On signalera par exemple le gros article que publia Jean Savina, professeur à l’école primaire supérieure de Douarnenez, sur Plogastel-Saint-Germain [Finistère] au XVIIIe siècle, qui s’intitulait « Essai d’histoire économique d’une paroisse rurale ». Bull de la Soc. archéol. du Finistère, t. XLVII, 1920, p. 127-159. Ou, du docteur Villard, « Mon village dans les temps passés. Saint-Christophe-en-Drouilles », Mémoires de la Soc. de sciences nat. et archéol. de la Creuse, t. 16, 1907, p. 1 sq. Ou encore, réalisée par Saumade, le maire de la commune, Une petite commune rurale du Languedoc sous l’ancien régime, Fabrègues (1650-1792), Montpellier, l’Abeille (imprimeries coopérative ouvrière), 1908.

152 Qu’André Siegfried mentionnait déjà, en 1943, dans sa préface au livre de Thabault (Thabault R., Mon village, op. cit.).

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search