Version classiqueVersion mobile

Une mémoire de papier

 | 
François Ploux

Chapitre 2. Des fantassins de l’érudition

Texte intégral

1Sous la Troisième République, les curés et les instituteurs ruraux formaient une véritable armée de réserve de l’érudition locale. À cette immense cohorte disséminée sur toute l’étendue du territoire national fut assignée une mission particulière : doter chaque commune française de sa monographie. Autrement dit écrire son histoire. Sans arrêt sollicités par leurs hiérarchies respectives ou par les institutions savantes, les maîtres et les prêtres répondirent massivement à l’appel. La publication d’innombrables monographies libres est un autre indice de l’engouement de la petite bourgeoisie rurale pour l’histoire des villages. Il faut par conséquent s’interroger sur les raisons de cette disposition très générale à s’investir et à s’accomplir dans ce type d’activité. Et tenter d’expliquer pourquoi les monographes adhéraient avec autant de conviction aux valeurs agrariennes et localistes dont leurs travaux faisaient l’apologie. Une fois franchi le milieu du siècle, l’érudition locale fut en effet définie comme une science instrumentale au service de la promotion d’une France paysanne, enracinée, respectueuse des traditions populaires. Curés et instituteurs acceptèrent d’endosser le rôle de propagateurs de cette idéologie.

  • 1 Collectivement dans la mesure où l’histoire locale était, au XIXe siècle, un terrain d’affrontemen (...)

2Ils s’en expliquaient souvent dans les paragraphes introductifs de leurs monographies. L’historien de village était toujours soucieux de justifier son travail, en en soulignant l’utilité concrète. Mais on ne saurait s’en tenir à l’examen de ces motivations conscientes. L’intérêt des prêtres et des maîtres d’école pour les études locales n’était pas sans rapport avec leur trajectoire sociale ascendante et leur identité de petits notables dotés d’une culture intellectuelle. L’érudition villageoise se développa à une époque où les rivalités notabiliaires s’exacerbaient au sein des micropolis communales. Et où les fondements de la notabilité rurale se transformaient radicalement. Or on ne peut ignorer les profits – essentiellement symboliques – qu’une activité intellectuelle telle que l’élaboration d’une monographie de commune pouvait engendrer. Le travail d’accumulation d’un savoir relatif au village, et destiné à la communauté des résidants, s’apparentait à une forme d’appropriation des lieux. C’est sa propre identité sociale que l’érudit construisait en associant son nom à l’entité territoriale dont il écrivait l’histoire, décrivait la géographie, recueillait la mémoire, inventoriait le patrimoine… L’érudition locale était au XIXe siècle une ressource que mobilisaient, à titre individuel ou collectivement1, des hommes qui aspiraient au statut de notable ou souhaitaient consolider leur position à l’intérieur d’un groupe. Les évêques ou les Inspecteurs d’Académie qui encourageaient leurs subordonnés à réaliser des monographies de commune avaient parfaitement conscience de ce que l’érudition était l’une des composantes d’un capital notabiliaire. Le savoir de l’historien de village était un élément de prestige, de considération, que recherchaient aussi bien ceux – les châtelains – qui observaient, impuissants, leur influence décliner, que ceux – curés ou instituteurs – qui entendaient tirer parti de conditions favorables à l’affirmation de nouvelles formes d’autorité sociale.

Une échappée sociale par le livre

  • 2 Ozouf J., Ozouf M., La République des instituteurs, Paris, Gallimard, coll. « Points histoire », 1 (...)

3Bien que positionnés de part et d’autre d’une ligne de fracture idéologique qui ne cessa de se durcir au cours du siècle, curés et instituteurs ruraux étaient par bien des aspects très proches. La vocation, l’aspiration à gouverner les esprits, un niveau d’instruction très supérieur à la moyenne, le statut d’intermédiaires culturels, la qualité de représentants locaux d’institutions englobantes et, bien souvent, l’inaptitude au travail manuel constituaient autant de caractéristiques communes2. Leurs trajectoires de vie présentaient d’évidentes homologies. D’origine modeste pour la plupart, et dépourvus du type de ressources (fortune, inscription dans une puissante parentèle, exercice d’un mandat représentatif) propres aux grands notables traditionnels, ils avaient fait l’expérience de la promotion sociale par le mérite intellectuel. La culture acquise au séminaire, sur les bancs de l’école normale ou lors de la préparation du brevet élémentaire était une composante essentielle de leur personnalité sociale. L’investissement de ces hommes du livre dans la recherche érudite, produit d’un habitus professionnel, était aussi une manière de faire fructifier ce capital spécifique.

La démocratisation du recrutement sacerdotal

  • 3 Pour une vue d’ensemble, on pourra en particulier se reporter à la synthèse de Gibson R., A Social (...)
  • 4 Julia D., « Le clergé paroissial du diocèse de Reims à la fin du XVIIIe siècle », art. cit.
  • 5 Sutherland D., Les chouans : les origines sociales de la Contre-Révolution populaire en Bretagne, (...)

4Quantité de travaux ont mis en évidence la démocratisation et la ruralisation du clergé après la Révolution3. Au XVIIIe siècle, les curés de campagne étaient majoritairement issus de la bourgeoisie des villes. Dans le diocèse de Reims, par exemple, plus de la moitié des prêtres étaient des fils de marchands ou d’officiers ; 19 % des fils de paysans fortunés ; 16 % des fils d’artisans4. La plupart des curés haut-bretons étaient nés en ville, Rennes fournissant à elle seule un quart du contingent ; leur niveau de fortune et leur culture intellectuelle les distinguaient nettement de la masse des paysans5.

  • 6 De l’ordre de 70 % dans le Morbihan et les Côtes-du-Nord – et même davantage au début du XXe siècl (...)
  • 7 Dans le diocèse du Mans, les villes fournissaient 40 % des prêtres sous la Restauration. En 1890 e (...)
  • 8 Boutry P., « “Vertus d’état” et clergé intellectuel : la crise du modèle “sulpicien” dans la forma (...)

5Mais après le rétablissement du culte en 1802 les classes aisées désertèrent le séminaire. Au XIXe siècle, les curés de campagne étaient dans leur immense majorité des fils d’artisans ou de cultivateurs. La proportion de prêtres nés en ville restait, il est vrai, supérieure à celle des urbains dans l’ensemble de la population. Cependant le contingent de curés originaires des campagnes dépassait généralement 50 %. La proportion de ruraux, plus élevée dans les diocèses fervents6, ne cessa par ailleurs d’augmenter au cours du siècle7. La part des fils de cultivateurs parmi les jeunes garçons admis au grand séminaire de Brou fut en constante augmentation dans les années 1820 : elle atteignait déjà 94 % à la fin de la Restauration8.

  • 9 Foucault P., « L’origine socio-professionnelle du clergé sarthois… », art. cit.
  • 10 Gibson R., Les notables et l’Église dans le diocèse de Périgueux, 1821-1905, thèse, université de (...)

6Toutefois les curés de campagne étaient rarement issus des catégories les plus pauvres de la société villageoise. On ne comptait parmi eux qu’une infime minorité de fils de domestiques ou de journaliers, quand bien même le nombre de prêtres issus du prolétariat rural tendit à augmenter au cours du siècle. Dans le diocèse du Mans, la proportion de fils d’agriculteurs, qui oscillait entre 20 et 30 %, s’accrût à partir des années 1880 ; elle atteignait 31 % à la veille de la Séparation. En revanche, les fils de journaliers ou de domestiques ne représentaient guère plus de 3 à 4 % du total, alors que la part de salariés agricoles dans la population active s’élevait à 25-30 %9. Cette sous-représentation des fils de paysans pauvres ou très pauvres explique sans doute pourquoi le niveau d’instruction des pères et mères de curés était nettement supérieur à la moyenne10.

  • 11 Launay M., Le bon prêtre, op. cit., p. 76. Voir encore Langlois C., « Le temps des séminaristes. L (...)
  • 12 La situation matérielle du recteur bas-breton, pourtant de modeste extraction, était plutôt enviab (...)

7L’ordination n’en était pas moins perçue, dans les campagnes, comme une forme de promotion sociale11. Cependant ces fils d’artisans ou de laboureurs qui imaginaient que le port de la soutane suffirait à leur conférer le prestige d’un notable couraient bien souvent au devant de cruelles désillusions. En effet, à défaut d’être pauvre12, le curé de campagne ne bénéficiait pas de l’ascendant que procurait, dans cette société, l’appartenance aux classes possédantes. Et bien des difficultés rencontrées par les prêtres confrontés à une population de plus en plus jalouse de son indépendance, et souvent même frondeuse, doivent être mises en relation avec la modestie de leurs origines familiales. Ils furent nombreux à chercher une source supplémentaire de considération dans l’élaboration d’un savoir relatif à la paroisse dont ils étaient titulaires. Et dans la fréquentation des cercles érudits.

La professionnalisation des maîtres d’école

  • 13 On n’entrera pas ici dans le détail des nuances régionales. Il est bien évident que l’ascendant mo (...)
  • 14 Sur ce point : Prost A., Histoire de l’enseignement en France, op. cit., p. 133-146 ; Meyers P. V. (...)
  • 15 Prost A., Histoire de l’enseignement en France, op. cit., p. 136.
  • 16 En juin 1833, une loi Guizot obligea chaque département à ouvrir une école normale de garçons. Mai (...)
  • 17 Furet F., Ozouf J., Lire et écrire. L’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, Paris, (...)
  • 18 L’ouvrage que Louis Devance a consacré à Pierre Vaux, instituteur à Longepierre [Saône-et-Loire], (...)
  • 19 Voir, à ce propos, le témoignage de Joseph Sandre, jeune enseignant à Montceaux-l’Étoile [Saôneet- (...)
  • 20 Prost A., Histoire de l’enseignement en France, op. cit., p. 144. « Cette recherche d’une égalité (...)

8Si le curé de campagne, leader incontesté de la communauté villageoise sous l’Ancien Régime – et encore au XIXe siècle dans les terres de chrétienté – éprouvait de plus en plus de difficulté à faire admettre son autorité à des paysans qui désertaient l’église13, le maître d’école au contraire, qui se différenciait à peine de la masse des villageois sous le règne des derniers Bourbons, s’affirma après 1860 comme une figure centrale de la micropolis communale14. Jusqu’au début des années 1830, l’enseignement primaire était un métier refuge, et fort peu attrayant, sinon pour des hommes frappés d’incapacité physique. Le maître d’école, mal payé, peu instruit, n’était pas considéré15. Simple auxiliaire du desservant, il ne contestait pas cette sujétion, plutôt valorisante à cette date. Les choses commencèrent à évoluer avec la création des premières écoles normales à la fin des années 182016. Les instituteurs, recrutés sur concours et formés dans des établissements spécialisés, purent acquérir une solide compétence. Leurs conditions matérielles d’existence s’améliorèrent également : obligation fut faite aux communes de les loger, et ils bénéficiaient d’un traitement fixe de 200 francs par an (que la loi Falloux porta à 600 francs). L’instituteur, qui jusqu’alors était souvent barbier, aubergiste, géomètre, écrivain public, chantre ou sacristain, devint enseignant à part entière. Son image publique s’en ressentit. À mesure que s’affirmait, dans la société paysanne, une demande sociale d’instruction17, le maître d’école devint un personnage estimé18. Il continua certes, jusqu’au vote des lois républicaines, d’être assujetti à l’autorité du maire comme à celle du curé. Par ailleurs ses émoluments lui permettaient à peine de faire face aux dépenses quotidiennes19. Mais, respecté par l’opinion villageoise, il avait un sentiment très vif de sa dignité. De là, d’ailleurs, les fréquentes querelles qui l’opposaient au curé, dont il rejetait la tutelle (naguère gratifiante, désormais vexatoire), et qui était à présent son rival. Le maître, dont l’influence grandissait, aspirait à être traité comme l’égal du prêtre ; lequel, au contraire, sentant son autorité contestée, tenait plus que jamais aux signes extérieurs de sa supériorité20.

  • 21 En 1861, le ministre Rouland lança auprès des instituteurs une vaste enquête sur les besoins de l’ (...)
  • 22 Day C. R., « The Rustic Man », art. cit, p. 31. L’auteur observe bien évidemment des nuances géogr (...)
  • 23 Les normaliens formaient une élite au sein du corps enseignant. Les maîtres entrés dans la carrièr (...)
  • 24 Ozouf J., Ozouf M., La République des instituteurs, op. cit, p. 39-70.
  • 25 Charle C., Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Le Seuil, coll. « Point histoire » (...)
  • 26 Nous reproduisons ici les résultats d’un travail de Francine Muel-Dreyfus basé sur l’échantillon c (...)
  • 27 Prost A., Histoire de l’enseignement en France, op. cit., p. 380.

9Cette soif de reconnaissance21, qui explique en partie l’énergie déployée par les enseignants pour se faire admettre dans les cercles érudits, n’était pas sans rapport avec la modestie de leurs origines familiales. Dans les années 1840-1870, 27 % des normaliens avaient un père agriculteur (il s’agissait en général d’un petit propriétaire terrien), 26 % un père artisan, 25 % étaient des fils d’instituteurs22. Les 20 % restant se répartissaient entre 9 % de fils de petits employés, 5 % de fils de boutiquiers et 2 % de fils de militaires. La plupart étaient nés dans un village ou dans une petite ville. On peut comparer ces données à celles qu’a recueillies Gilbert Nicolas dans une enquête portant cette fois sur 1108 instituteurs bretons admis à l’école normale de Rennes entre 1831 et 185223. Un gros tiers de l’effectif provenait du milieu agricole (31 % pour le Finistère et le Morbihan, 40 % pour l’Ille-et-Vilaine). Il s’agissait pour l’essentiel de fils d’agriculteurs aisés. Mais la plus grande partie des élèves-maîtres étaient des fils de petits fonctionnaires (17,2 % à 21,7 % selon les départements), de commerçants (13 à 20 %) ou d’artisans (22,2 % à 29 %). Les milieux urbains étaient surreprésentés, avec 60 % d’élèves originaires d’une commune de plus de 2 000 habitants. Enfin, il est à noter que le niveau d’alphabétisation des parents était nettement supérieur à la moyenne. Par conséquent les normaliens bretons étaient majoritairement issus d’une élite populaire, voire des franges inférieures de la petite bourgeoisie. Les instituteurs et les institutrices auprès desquels Jacques Ozouf a enquêté, – ils enseignèrent entre les années 1880 et la Première Guerre mondiale – avaient le sentiment d’être issus de milieux économiquement et culturellement très modestes (les femmes un peu moins que les hommes), et d’avoir effectué, en devenant maîtres ou maîtresses d’école, une échappée sociale par le haut24. La République officialisa cette assimilation de la carrière enseignante à une « voie royale de promotion pour les plus doués des enfants du peuple25 ». Pourtant, les instituteurs de la Belle Époque étaient rarement issus des catégories les plus pauvres de la société française. Dans plus de 50 % des cas, leurs parents appartenaient soit aux fractions inférieures de la classe moyenne (le père étant petit commerçant, employé, fonctionnaire rural), soit aux fractions supérieures de la classe ouvrière (père artisan ou ouvrier qualifié), soit enfin à la petite bourgeoisie (père instituteur, fonctionnaire ou cadre moyen26). Si la proportion de fils ou de filles d’agriculteurs était relativement faible, en revanche 55 % des enquêtés domiciliés dans la Seine signalaient une implantation rurale de leur famille. Et la proportion de grands-parents agriculteurs était assez élevée (25 % dans la Seine). Une étude portant sur l’origine sociale des normaliens de la Manche révèle que la part des fils de paysans, encore très forte au début des années 1880 (53 %), diminua fortement par la suite (26,1 % en 1910-1914, 9 % seulement dans les années 1920), tandis qu’au contraire le corps enseignant se recrutait de plus en plus dans le milieu des ouvriers et des employés (3,4 % en 1880-1884, 49,5 % en 1920-192427).

10Après 1880, tout contribuait à accroître encore le prestige du métier d’instituteur : les lois scolaires, le positivisme triomphant, la philosophie officielle du nouveau régime qui assignait à l’École la double mission de former des citoyens et d’offrir aux plus capables des perspectives de promotion, mais encore l’importance que revêtait, dans une société paysanne en crise, l’obtention du certificat d’études : l’analphabétisme était désormais porté comme un stigmate.

La formation d’un habitus

11Le goût très prononcé des prêtres et des enseignants pour les travaux de recherche est donc à mettre en relation avec leurs trajectoires de vie. La publication d’une monographie venait ratifier l’intégration de son auteur, souvent fils d’agriculteur ou d’artisan, à l’univers de la culture intellectuelle. C’est par ce biais, en particulier, que les historiens de village se faisaient connaître des notables qui animaient les sociétés d’émulation. Mais dans quelle mesure le monographe, simple amateur d’histoire ou d’archéologie locale, était-il un autodidacte ? Jusqu’à quel point la culture acquise au séminaire, à l’école normale, ou lors de la préparation d’un diplôme prédisposait-elle les ecclésiastiques et les enseignants du primaire à s’investir dans l’érudition locale ? Et à s’orienter vers des sujets réputés mineurs ? Telle est la question à laquelle nous voudrions tenter d’apporter quelques éléments de réponse.

Misère intellectuelle du séminaire

  • 28 Boutry P., « Vertus d’État et clergé intellectuel », art. cit., p. 216. Voir aussi, dans le même v (...)
  • 29 Gibson R., A Social History of French Catholicism, op. cit., p. 83
  • 30 Dumoulin C., Un séminaire français au XIXe siècle. Le recrutement, la formation, la vie des clercs (...)
  • 31 Milbach S., Prêtres historiens, op. cit., p. 161.
  • 32 Pérennès H., Au contact du passé. Notes et souvenirs [manuscrit non paginé], Arch. départ. du Fini (...)

12Concernant le clergé d’abord, il convient d’être attentif aux transformations qui, au cours du XIXe siècle, ont pu affecter le contenu et les finalités de l’enseignement dispensé dans les séminaires. Avant les années 1860, la place accordée aux sciences de la nature, à l’histoire et à la géographie dans la formation des prêtres était pratiquement nulle. Priorité était donnée à l’acquisition d’un savoir directement utile à l’exercice du ministère paroissial. Le reste était jugé accessoire. De manière générale, le grand séminaire était d’abord le lieu où le futur prêtre intériorisait les « vertus » propres à son état : la piété, la décence, la réserve, la chasteté… Le « bon prêtre » du XIXe siècle, écrit Philippe Boutry, apprenait au séminaire « une règle de vie, un mode spécifiquement clérical de comportement et de pensée fondé sur la discipline intérieure et extérieure, la maîtrise des gestes et des paroles, l’ordre et la mesure28 ». L’ambition de l’Église n’était pas de métamorphoser les jeunes ruraux qu’elle accueillait dans ses écoles en savants ou en intellectuels, mais de leur inculquer un « habitus sacerdotal » propre à les différencier du commun des mortels. D’où l’importance accordée à la discipline, et le souci de la mise à l’écart du monde. La docilité, l’humilité, la piété étaient des qualités particulièrement appréciées chez les jeunes séminaristes ; bien davantage en tout cas que l’esprit critique ou que la curiosité intellectuelle29. Au grand séminaire de Bourges, même l’enseignement de l’histoire de l’Église était perçu comme quelque chose de superflu30. Cette matière fut introduite après 1852, mais d’abord sous forme de lectures au réfectoire ; ce n’est qu’en 1882 qu’une classe hebdomadaire lui fut consacrée. Dans certains diocèses, la mise en place d’un enseignement de l’histoire fut cependant plus précoce : les élèves du petit séminaire de Dijon purent suivre des cours d’histoire dès 183131. À l’inverse, le témoignage du chanoine Henri Pérénnès, grand monographe finistérien, donne à penser qu’il n’y avait pas de professeur d’histoire au grand séminaire de Quimper dans les années 189032.

  • 33 Voir par exemple Gibson R., Les notables et l’Église, thèse citée, p. 400 sq. Et, du même auteur, (...)
  • 34 Pour les départements du Limousin : Corbin A., Archaïsme et modernité en Limousin au XIXe siècle. (...)

13Ajoutons que c’est aussi parce que l’Église fut contrainte, après la restauration du culte, de recruter dans l’urgence un très grand nombre de prêtres qu’elle sacrifia quelque peu leur formation intellectuelle. Les méthodes d’enseignement étaient en outre particulièrement frustes, les professeurs se contentant de lire un manuel. On comprend dans ces conditions que les premières générations de prêtres concordataires n’aient guère brillé par leur science33. Le niveau de culture du clergé paroissial était faible34.

  • 35 Sur la culture historique de l’épiscopat : Boudon J.-O., L’épiscopat français à l’époque concordat (...)

14Par conséquent les curés historiens qui écrivirent dans les années 1840-1870 étaient d’une certaine manière des autodidactes. L’enseignement délivré dans les séminaires ne fut pas directement à l’origine de leur vocation d’érudits. Il faut toutefois rappeler que dès cette époque un certain nombre d’évêques s’efforcèrent d’initier les prêtres à l’archéologie, dans le cadre notamment des conférences ecclésiastiques, ou en mettant en place un enseignement spécifique35. L’intérêt du clergé pour l’histoire locale fut l’expression de cette sensibilité patrimoniale nouvelle. La volonté de ne pas abandonner aux laïques l’étude et la sauvegarde des joyaux de l’architecture chrétienne fut également un puissant stimulant.

  • 36 La publication en 1864 de la Vie de Jésus fit l’effet d’un électrochoc. Milbach S., Prêtres histor (...)
  • 37 Ibid., p. 147-177.
  • 38 Par exemple à Évreux en 1902 : Guillaume J., « Comment concevoir une monographie paroissiale ? », (...)
  • 39 Ibid.
  • 40 Gibson R., A Social History of French Catholicism, op. cit., p. 67.

15À compter des années 1860, on prit conscience de la nécessité de relever le niveau des études. D’importants efforts furent consentis. L’Église réalisait en particulier que c’est sur le terrain de l’histoire qu’il lui fallait affronter ses adversaires36. L’étude du passé revêtait alors une dimension hautement polémique. D’où la réévaluation de la place accordée à cette discipline dans la formation des prêtres. L’histoire était désormais une arme de guerre, que le clergé devait savoir manipuler. Et l’on comprend dès lors pourquoi l’historiographie cléricale connut son apogée dans les premières décennies de la Troisième République. En Bourgogne par exemple, la production historiographique du clergé prit son envol après 1850, connut son âge d’or en 1880-1900 avant de s’effondrer littéralement au début du XXe siècle37. Les évêques encourageaient les prêtres à étudier l’histoire des paroisses, en organisant des concours38 ou en leur adressant des circulaires. La seconde moitié du siècle fut par conséquent marquée par un intense investissement du clergé paroissial dans la recherche historique, mais qui s’explique davantage par le contexte politique que par l’arrivée à l’âge adulte d’une nouvelle génération de prêtres39. Totalement absorbé, sous la monarchie constitutionnelle, par la restauration matérielle des paroisses, le clergé rural, une fois franchi le tournant du siècle, s’orienta vers l’animation des œuvres, des patronages, ou vers l’action syndicale. L’érudition locale fut, entre ces deux moments, le passe-temps favori des curés de campagne. On ajoutera, le fait n’est pas sans importance, que c’est précisément dans les années 1870 que l’encadrement clérical atteignit son niveau le plus élevé40 : le clergé, pléthorique, disposait de loisirs qu’il pouvait consacrer aux études historiques.

L’école républicaine et la pédagogie du terroir

  • 41 Ozouf J., Ozouf M., La République des instituteurs, op. cit., p. 404-413.

16Les instituteurs de campagne, d’extraction modeste pour la plupart, généralement peu fortunés, et qui ne devaient qu’à leur seule instruction d’être assimilés, dans leur commune, à des notables, aimaient eux aussi occuper leur temps libre à la lecture et à l’écriture41. Ils trouvaient là une manière d’affirmer leur identité sociale d’intellectuels de village. Depuis Guizot, d’ailleurs, l’institution scolaire n’avait cessé d’encourager les maîtres à étudier l’histoire et la géographie locales, à enquêter sur les patois, les mœurs ou les traditions paysannes. Tout en prenant bien soin de modérer leurs ambitions. La science de l’instituteur, à l’opposé de celle de l’érudit d’envergure, était doublement bornée. Spatialement d’abord : il était entendu que l’enseignant du primaire ne devait pas étendre ses investigations au-delà des frontières de sa commune d’adoption. Mais, d’autre part, l’instituteur était censé occuper une position subalterne dans le partage social du travail intellectuel : son rôle était de collecter des informations, pour ensuite les transmettre à des savants plus aguerris. La spécialisation des maîtres dans la monographie de commune témoigne de ce que les membres du corps enseignant avaient intériorisé ce statut d’intellectuels locaux.

  • 42 On n’oubliera pas cependant que les instituteurs n’étaient pas tous normaliens.
  • 43 Chanet J.-F., L’École républicaine et les petites patries, op. cit., p. 123 sq.
  • 44 Ibid., p. 125-126.

17Déjà familiarisés, lorsqu’ils étaient eux-mêmes élèves, avec les principaux topiques de l’idéologie agrarienne et localiste qu’ils étaient destinés à propager à leur tour – pour certains en réalisant une monographie de village – les futurs enseignants s’en imprégnaient encore en préparant le concours d’entrée à l’école normale42. Les sujets de composition proposés aux candidats étaient autant d’incitations à développer les thèmes de l’attachement à la petite patrie locale, de la supériorité des vertus paysannes et des dangers de l’émigration vers la ville43. Certains exercices avaient des allures de questionnaire ethnographique44. D’autres s’apparentaient à de véritables petites monographies de village :

  • 45 Ibid., p. 125.

« Décrivez un village de Picardie :
– 1° Sa situation ; l’aspect général du pays ;
– 2° Le caractère du village ; les habitations, leurs constructions, leur groupement.
– 3° Les habitants, leurs occupations, leurs mœurs.
– 4° Considérations personnelles sur la vie au village45. »

  • 46 Anne-Marie Thiesse mentionne l’exemple de F. Simon, auteur en 1926 d’un recueil de chants populair (...)

18On comprend que les maîtres, soumis, le temps de leur formation, à ce type d’épreuves, aient spontanément porté sur leur environnement un regard d’esthète et/ou d’érudit46. Qu’ils se soient faits, aussi, notamment dans leurs monographies de village, les apôtres de la ruralité et de l’enracinement.

  • 47 Ibid.
  • 48 L’Inspecteur d’Académie Mourlot aux instituteurs de l’Oise (Bull. de la Soc. d’études hist. et sci (...)
  • 49 Introduction à la monographie d’Uxegney : Annales de la Soc. d’émulation du département des Vosges (...)
  • 50 Ozouf-Marignier M.-V., « Les géographes et le découpage administratif de la France », dans Pertué (...)
  • 51 À la fin de la monarchie de Juillet, les élèves de l’école normale de Rennes se voyaient proposer (...)
  • 52 C’est en 1867 que l’histoire fit officiellement son entrée à l’école élémentaire. Cependant, d’apr (...)
  • 53 Ibid., p. 35.
  • 54 Article du 15 février 1882. Ibid., p. 50. Voir encore : Bruneau C. [professeur à la Faculté des Le (...)
  • 55 C’est l’auteur qui souligne. Cressot J., Initiation à la géographie locale, Metz, Librairie des Éc (...)

19Après 1870, l’exaltation des identités et des appartenances locales devint un leitmotiv du discours patriotique délivré par l’École républicaine47. Aux yeux des pédagogues, la nation était une idée trop abstraite, une réalité trop lointaine pour pouvoir être assimilée d’emblée par des écoliers n’ayant jamais quitté leur village. Par conséquent c’est en apprenant aux enfants à aimer et à connaître leur commune (ou toute autre entité assimilable à une petite patrie) qu’on pouvait leur expliquer ce qu’était la France. Deux solutions étaient envisagées. La première consistait à « éclairer, concrétiser, vivifier » l’enseignement de l’histoire ou de la géographie nationales par des exemples locaux48. Au début du XXe siècle, l’organe de vulgarisation de la Société lorraine des Études locales dans l’enseignement public publia des travaux d’instituteurs « relatant des faits d’histoire locale propres à illustrer, à étayer, à rendre concrète la grande histoire nationale qui, nourrie, pour ainsi dire, des sucs du terroir, [devient], pour les enfants, plus vivante et plus intelligible49 ». La seconde solution, déjà préconisée par le géographe Edme Mentelle à la fin du XVIIIe siècle50, était de faire de l’étude du local une propédeutique à l’étude du national51. Le jeune paysan, avant que d’aborder en classe l’histoire ou la géographie de son pays, devait étudier celles de sa commune, de son département ou de sa province. Cette démarche inductive ne consistait pas seulement à prendre comme point de départ d’une démonstration ce qui était connu, familier. Il s’agissait aussi de permettre à l’élève de comprendre des réalités complexes à partir de son expérience concrète de l’environnement immédiat. Cette méthode qualifiée d’« intuitive » fut officiellement préconisée en 1882, au moment où était réaffirmée la place de l’histoire et de la géographie dans les programmes du primaire52. Le maître devait procéder en allant du connu vers l’inconnu, du concret vers l’abstrait53. Ernest Lavisse, dans un article de la Revue des Deux-Mondes, fit l’éloge de l’enseignant expliquant la féodalité à ses élèves en leur montrant des vestiges médiévaux54. L’idée, reprise par le ministre Maurice Faure dans une circulaire fameuse du 25 février 1911, continua d’inspirer les pédagogues durant l’entre-deux-guerres. Dans une brochure de 1932 destinée à aider les instituteurs à réaliser des monographies communales, le directeur de l’école normale de la Moselle justifiait longuement cette démarche : « L’un des grands principes de l’éducation, c’est en effet que la connaissance doit pénétrer dans les esprits par la voie des sens, c’est que les choses – senties et perçues – doivent introduire les mots, c’est que l’intelligence de l’univers des hommes commence par l’intelligence du monde de l’enfant […]. Une certitude apparaît, de plus en plus ferme, aux éducateurs : toutes les initiations se font automatiquement et doivent se faire systématiquement, non par les livres, mais par le petit “univers” de l’enfant. Le domaine de l’initiation géographique, c’est le coin de terre où il vit, où il respire, où il promène ses yeux et ses jambes […]. Il n’est pas douteux en effet que tout se construise dans l’esprit par ressemblances et différences, à partir d’une expérience initiale. Le principe organisateur, la “cellule cristallisatrice” de toute connaissance géographique se trouve donc dans l’étude approfondie du milieu local55. »

  • 56 Arch. départ. du Loiret, O 2397.
  • 57 Journal lorrain, 1870, p. 69-77.
  • 58 Académie de Douai, Exposition scolaire du Pas-de-Calais. Saint-Omer. Juin 1884, Saint-Omer, imprime (...)
  • 59 « Chronique régionale. Les monographies communales à l’exposition scolaire », Revue de l’Agenais, (...)

20Ce principe d’une pédagogie inductive étant admis, l’institution scolaire incita les maîtres et les maîtresses à approfondir leur connaissance des milieux locaux. En juin 1873, une circulaire de l’Inspecteur d’Académie du Loiret recommandait aux instituteurs d’apporter un soin particulier à l’enseignement de la géographie, qu’on leur suggérait d’aborder à partir de l’étude de la commune. Les maîtres devaient à cet effet rédiger un mémoire portant sur la localité où ils résidaient. Le plan leur en était fourni. Près des trois quarts des maîtres concernés avaient achevé ce travail au mois de mai 187456. Il semble que ces monographies à usage pédagogique aient fréquemment été confectionnées à l’occasion de la tenue d’une exposition scolaire. En 1870, le Journal lorrain publia quelques-unes des courtes notices historiques que des instituteurs de l’arrondissement de Toul avaient rédigées dans le cadre d’une exposition scolaire57. En 1884, les instituteurs et institutrices du Pas-de-Calais furent invités à participer à l’exposition scolaire de l’enseignement public et libre organisée pendant la durée du concours régional d’agriculture. Sans doute à l’initiative d’un inspecteur, tous les enseignants de l’arrondissement de Saint-Omer réalisèrent la monographie de leur commune. Il en est résulté une collection de 82 notices, que le jury récompensa d’un grand diplôme d’honneur58. En 1886, l’inspection académique du Lot-et-Garonne demanda aux instituteurs de ce département de rédiger la monographie de leur commune, cette fois encore à l’occasion d’une exposition scolaire. Dix seulement achevèrent ce travail59.

  • 60 Bull. de l’Instruction primaire de la Haute-Garonne, janvier 1884. Cité dans Saulais B., « Les Mono (...)
  • 61 Saulais B., De mémoire d’instituteur, op. cit.
  • 62 Bull. de la Soc. des études du Lot, 1877, p. 462.
  • 63 Ces documents sont reproduits dans Le Lot vu par ses maîtres d’école. Recueil des monographies des (...)
  • 64 L’Inspecteur primaire Pujols à M. E. Bargeton, préfet du Lot, s. d. ibid., p. 17.

21Il est à noter que les monographies réalisées à l’occasion de ces expositions étaient souvent le fruit de la collaboration de l’École et d’un cercle d’érudits. Le culte des petites patries rurales était alors l’un des points de convergence idéologique des élites françaises, toutes tendances politiques confondues. Au mois de juin 1884 se tint à Toulouse le 7e congrès national de la Société française de géographie. Désireuse de « répandre et d’encourager l’étude de la géographie et de la topographie », cette association organisa un concours scolaire : « Aux maîtres seront demandés la monographie de la commune où ils exercent, son plan, des programmes de cours de géographie et de topographie, des moyens à employer pour vulgariser la connaissance de ces sciences, des cartes et plans en relief, enfin des cartes murales60. » Le programme du concours fut publié en février au Bulletin de l’instruction primaire, avec en annexe un plan de monographie. Trente-sept instituteurs ou institutrices de la Haute-Garonne rédigèrent un mémoire. Quelques mois plus tard, en mai 1885, devait se tenir dans la même ville une exposition scolaire. Dans sa séance du 6 avril, le Conseil général émit le vœu que tous les instituteurs du département participent à un concours de monographies communales. Ils furent cette fois plus de 500 à répondre à l’appel61. Prenons maintenant l’exemple, géographiquement proche, du département du Lot. Depuis 1877, la Société des études du Lot récompensait d’une médaille d’or, dont la valeur s’élevait à 100 francs, les auteurs soit d’une monographie (de commune, de région, de monument) soit d’une biographie « se rapportant au Quercy62 ». En 1881, ce concours annuel d’histoire locale coïncidait avec le concours régional agricole organisé à Cahors. L’Inspecteur primaire Pujols prit l’initiative de faire participer à l’épreuve les instituteurs du département. Il s’en expliqua dans deux lettres adressées l’une au préfet, l’autre à son supérieur hiérarchique direct63. Il importe, observait-il, de ne pas dissocier l’érudit du pédagogue : le maître, dont les investigations permettront de constituer une vaste base de données que d’autres savants pourront exploiter, doit puiser dans sa connaissance du milieu local de quoi alimenter son enseignement. Il faut « inspirer aux maîtres le goût de l’étude, les obliger à faire eux-mêmes l’histoire et la géographie de leur commune, puisqu’ils doivent les enseigner à leurs élèves, dégager de cet ensemble de travaux les progrès de l’enseignement primaire et ses souffrances ; former une source de renseignements topiques pour l’histoire du département du Lot en utilisant les connaissances des hommes qui peuvent être le mieux renseignés dans chaque localité64 ». Et pour qui doit enseigner aux jeunes villageois l’histoire et la géographie de leur petite patrie, rien de tel qu’une connaissance de première main : « On n’enseigne bien aux autres que ce que l’on sait soi-même. Que pourra dire de sa commune un maître qui ne l’aura pas étudiée ? Réduit à interroger des livres et ne les ayant pas sous la main, il trouvera plus commode de garder le silence sur une matière qu’il ne connaît pas. Si, au contraire, l’instituteur a fait un travail personnel, s’il a compulsé les archives, s’il a passé en revue tous les documents publics et pris des notes sur les manuscrits conservés dans les familles, si, à l’aide de recherches laborieuses, il est parvenu à reconstituer l’histoire locale, outre qu’il prend intérêt lui-même à son œuvre, il donne de la vie à chaque détail, il remplit l’âme des enfants de pieux souvenirs, il les attache au sol natal, éveille dans leur cœur le sentiment de la patrie, et, leur montrant ce qu’ont fait leurs pères dans les étroites limites de leur village, il les prépare à devenir fiers de leur titre de Français. »

  • 65 Bull. mensuel de l’Enseignement primaire dans le département du Lot, juin 1879, p. 47.
  • 66 Braquehais L., Les instituteurs écrivains du département de la Seine-Inférieure. Plan et bibliogra (...)

22On notera ici que l’inspecteur Pujols glissait insensiblement du registre de la pédagogie à un autre type de justification de l’enseignement du local à l’école : il s’agissait d’attacher les fils de paysans à leur terroir, et de puiser dans l’histoire des communes les ingrédients d’une pédagogie de la nation. Enfin, dans sa lettre à l’Inspecteur d’Académie, l’auteur recourait à un ultime argument : il est bon d’occuper les instituteurs à des tâches intellectuelles : « Il faut bien le dire, trop de maîtres négligent de perfectionner leur instruction, et c’est un service à leur rendre que de les soumettre à la discipline du travail en leur demandant autre chose que leurs six heures de classe par jour. » Déjà en 1879, l’Inspection académique du Lot, dans un éloge appuyé adressé à quelques instituteurs et institutrices qui avaient réalisé des notices communales, indiquait que « les auteurs (ou inspirateurs) de ces travaux scolaires ne doivent pas douter que nous leur en tiendrons compte, soit quand ils demanderont quelque faveur à l’Administration, soit quand il s’agira de présenter au Conseil départemental nos propositions pour la liste des premiers huitièmes, ce livre d’or des instituteurs65 ». Il convient d’ajouter que si l’administration scolaire insistait tant pour que les instituteurs ruraux se convertissent en érudits, c’est parce qu’elle s’inquiétait de les voir consacrer leurs loisirs à des occupations moins nobles. Certains le disaient sans détour : mieux vaut, pour l’instituteur, travailler à la confection d’une monographie locale plutôt que de perdre sont temps au cabaret ou à la chasse66.

  • 67 Thiesse A.-M., Ils apprenaient la France, op. cit., p. 8-9.
  • 68 Chanet J.-F., L’école républicaine et les petites patries, op. cit., p. 146-159. Voir encore, sur (...)
  • 69 Blanguernon E., « Écoles et clochers. Lettre ouverte à M. Maurice Barrès », Manuel Général de l’In (...)

23Si le jeune écolier était censé être spontanément, et comme par instinct, attaché à sa petite patrie locale, ce sentiment ayant quelque chose de l’amour que l’enfant éprouve pour sa mère, le patriotisme de clocher devait aussi être étayé par des connaissances67. C’est pourquoi l’institution scolaire se préoccupa de former des maîtres capables non seulement de transmettre à leurs élèves un savoir spécifiquement local, mais encore d’étudier par eux-mêmes, en érudits, la commune où ils exerçaient leur profession. Vidal de la Blache, qui, au début de la Troisième République, prononça plusieurs conférences à Fontenay, publia dans un numéro d’octobre 1907 du Manuel général un article où il préconisait un enseignement de la géographie fondé sur l’observation du milieu local : « Étudiez le pays dans lequel vous avez à enseigner », recommandait-il à ses lecteurs, auxquels il conseillait encore d’effectuer des sorties sur le terrain et de faire des recherches personnelles68. Archivistes et universitaires intervenaient de plus en plus régulièrement dans les écoles normales. Ils stimulaient le zèle des apprentis érudits et leur prodiguaient des conseils. Dans une lettre ouverte à Maurice Barrès publiée au Manuel général du 7 décembre 1912, l’Inspecteur d’Académie de la Haute-Marne mettait en évidence la contribution des instituteurs au renouveau de l’histoire locale à l’école primaire69. Deux ans auparavant, expliquait-il, l’archiviste départemental avait prononcé devant les élèves-maîtres trois conférences sur l’historiographie haut-marnaise, et le Bulletin de l’Instruction primaire publié à leur intention le catalogue raisonné des sources imprimées et manuscrites du département. Ce document était accompagné d’un plan-type de monographie communale. Plusieurs élèves, ajoutait-il, avaient choisi, pour sujet de mémoire de certificat de fin d’études normales, la monographie de leur commune : « Bien plus, les instituteurs et institutrices en exercice, dépositaires en beaucoup d’endroits des archives communales, se sont mis, eux aussi, à l’œuvre, ou plutôt ont continué, avec plus de sûreté, leur modeste et fière besogne. Je sais plus de cent monographies ou travaux d’histoire locale achevés ou sur le chantier dans nos maisons d’école haut-marnaises. » L’auteur rendit hommage à ces hommes et ces femmes qui « vivifient l’histoire de France par celle de la région, du petit pays, avec ses métiers, ses arts, et tout ce qui a caractérisé sur leur coin de terre la vie des ancêtres, qui a contribué à former lentement la physionomie de la race. Ils sortent de leurs écoles, et là où persistent de vieilles maisons, un vieux château, des restes de remparts, une vieille église, ils mènent leurs élèves, et font, devant leurs témoins, le commentaire des siècles ».

  • 70 Une circulaire ministérielle du 22 septembre 1898 stipulait déjà que « L’instituteur peut et doit (...)
  • 71 Et notamment d’Anfos Martin, un félibre rouge. Cet Inspecteur d’Académie, lié à Faure, Émile Loube (...)
  • 72 Celles de leur commune, de leur département ou de leur province : la notion de « petite patrie », (...)
  • 73 Cité par Dubuc A., « Les sociétés des études locales et l’enseignement public », dans Les sociétés (...)
  • 74 Ibid. et Thiesse A.-M., Ils apprenaient la France, op. cit., p. 11-12. Camille Jullian, Lucien Gall (...)
  • 75 Bull. fédéral de la Soc. des Études locales dans l’enseignement public. Le premier bulletin fut pub (...)
  • 76 Ibid.
  • 77 Ibid.
  • 78 Ibid.

24Le 25 février 1911, Maurice Faure, ministre de l’Instruction publique, adressait aux Recteurs d’Académies une circulaire qui venait consacrer cette célébration des petites patries locales par l’École républicaine70. L’auteur, proche des félibres71, après avoir stigmatisé l’ignorance des Français en matière d’histoire et de géographie, déploré leur manque d’intérêt pour les coutumes, mœurs et traditions locales72, faisait l’apologie d’une pédagogie par le proche (« il n’est pas un coin de terre qui n’ait son histoire particulière d’où se dégage presque toujours une vertu éducative, une leçon de civisme »). Et il en appelait aux instituteurs, tout désignés, de par leur fonction de secrétaires de mairie, pour mener à bonne fin d’intéressants travaux d’histoire locale : c’est en particulier sur l’histoire de leur commune qu’il souhaitait les voir travailler. Quelques jours à peine avant que le ministre ne signe sa circulaire, le député de centre-gauche Alexandre Lefas, prenant la parole à la Chambre dans le débat sur le budget de l’Instruction publique, insistait sur la nécessité pour les enseignants du primaire d’apprendre aux enfants à aimer leur petite patrie : « Trop rares sont encore les instituteurs qui travaillent à ces monographies intéressantes de communes, de hameaux, que le clergé ne dédaigne pas73. » C’est dans ce contexte que fut créée, sous le patronage notamment de Charles-Victor Langlois, la Société des études locales dans l’enseignement public, vouée à « encourager les études d’intérêt local parmi les membres de l’enseignement74 ». Des groupes d’étude se constituèrent dans les départements, et éditèrent des bulletins. On observera que ces comités locaux étaient en règle générale dirigés par des universitaires, des archivistes-paléographes ou des Inspecteurs primaires : les instituteurs étaient en position subalterne75. Les activités de la Société des études locales étaient largement orientées vers la publication de monographies de communes. En 1914, le groupe de la Charente-Inférieure réclama un plan-type76. Celui du Pas-de-Calais lança le projet d’un concours de monographies communales77. Plusieurs enseignants affiliés au comité de la Haute-Loire, sollicités par l’Inspecteur à l’occasion des conférences pédagogiques, rédigèrent des monographies de village78.

  • 79 Demangeon A., « La géographie d’un village », Le Volume, no 52, 28 septembre 1901.
  • 80 Sorre M., « Monographies communales (Instructions pour leur établissement en Bas-Languedoc) », Bul (...)
  • 81 Bull. fédéral de la Soc. des Études locales dans l’enseignement public, 2e année, no 1, 1914 ; Por (...)
  • 82 Bull. fédéral de la Soc. des Études locales dans l’enseignement public, 2e année, no 2, 1914.
  • 83 Chanet J.-F., L’école républicaine et les petites patries, op. cit., p. 151.
  • 84 Voir par exemple : Monographies des communes du canton de Beaumont [Dordogne] pour servir à l’ense (...)
  • 85 Chevalier J.-P., « Le lent déclin de la monographie géographique dans l’enseignement primaire », L (...)
  • 86 Chanet J.-F., L’École républicaine et les petites patries, op. cit.
  • 87 Clozier R., « Géographie locale : monographies communales », L’Information géographique, no 3, 194 (...)
  • 88 Bloch M., La terre et le paysan. Agriculture et vie rurale aux 17e et 18e siècles. Textes réunis e (...)

25À partir du début du XXe siècle, les chercheurs professionnels se mirent à éditer des guides, ou confectionnèrent des modèles de plan, à l’intention des instituteurs désireux de préparer un opuscule. Albert Demangeon, par exemple, publia en 1901, dans Le Volume, « La géographie d’un village79 ». Max Sorre se pencha également sur la question en 191080. Archivistes et universitaires donnaient fréquemment des conférences dans les écoles normales. En février 1912, Maurice Zimmermann, professeur à l’université de Lyon, exposa devant les élèves-maîtres un « Programme d’une monographie géographique de commune81 ». En 1914, le doyen de la Faculté des lettres de Clermont-Ferrand et l’archiviste du Tarn publièrent, chacun de leur côté, un plan de monographie communale82. Les élèves-maîtres visitaient les archives départementales et étaient initiés à l’étude des manuscrits83. C’est encore dans le cadre des conférences pédagogiques qu’ils apprenaient à réaliser des monographies communales84. Dans l’entre-deux-guerres, il était souvent demandé aux normaliens de réaliser, à titre d’exercice de fin d’études, une monographie de village85. On leur proposait également d’étudier leur commune pendant les vacances86. L’Information géographique, une revue destinée aux enseignants, accordait une large place à cette question (René Clozier y publia, en 1946, un guide de monographie locale87). Les formateurs avaient eux-mêmes été préparés à ce type d’exercice : le cours que Marc Bloch dispensa, en 1936, à Fontenay-aux-Roses portait sur la manière d’écrire l’histoire d’un village88.

  • 89 Ozouf J., Ozouf M., La République des instituteurs, op. cit., p. 412.

26Par ailleurs les témoignages recueillis par Jacques Ozouf révèlent l’extrême imbrication du travail et du loisir chez les instituteurs et les institutrices de la Belle Époque. N’importe quelle distraction (une promenade dans la campagne, la lecture d’un roman) offrait une occasion d’enrichir son enseignement89. On comprend pourquoi tant de maîtres aimèrent rédiger des monographies de commune : cette activité relevait tout autant du divertissement que de la pratique du métier.

  • 90 Mémoires d’un instituteur rural. 1885-1935, Saint-Père-Marc-en-Poulet, Association Théodore Chalmel (...)
  • 91 Thabault R., Mon village. Ses hommes, ses routes, son école, Paris, Presses de la Fondation nation (...)
  • 92 Ibid., p. 218 et 221.
  • 93 Ibid., p. 218-219. La contrainte de la préparation à un examen national explique peut-être en parti (...)

27Reste à savoir quelle fut l’influence, sur la pédagogie des instituteurs de campagne, de toutes ces incitations à enseigner le local. Dans quelle mesure l’instituteur breton Théodore Chalmel, qui exploitait ses recherches sur l’histoire de la commune de Saint-Père-Marc-en-Poulet [Ille-et-Vilaine] pour agrémenter ses leçons, était-il représentatif de l’ensemble de la profession90 ? Nous ne saurions le dire. On ne peut cependant s’empêcher d’évoquer ici le portrait que Roger Thabault dressa, en 1943, d’Auguste Bouet, qui fut directeur de l’école de Mazières-en-Gâtine91 [Deux-Sèvres]. Très élogieux à l’égard de ce fonctionnaire, auteur en 1899 d’une Monographie agricole de la commune, d’un Cours d’agriculture et de travaux d’histoire locale, Thabault lui reprochait pourtant de ne pas avoir davantage exploité sa connaissance intime du pays : « Tout excellent qu’il fût, il n’avait pas plus que son collègue de la classe précédente, le souci de rapprocher son enseignement des choses locales. […] Son enseignement restait, dans son ensemble, général, c’est-à-dire orienté vers la formation de l’homme en général et non de jeunes gens nés à Mazières, destinés, pour la plupart, à y vivre. Il y avait bien, dans sa classe, une carte du département des Deux-Sèvres ; mais il s’en servait rarement […]. Il utilisait peu, dans son enseignement de l’histoire, tout ce qu’il savait d’histoire locale92. » Thabault reconnaissait à Auguste Bouet et à ses adjoints le mérite d’avoir dissuadé les paysans de Mazières d’abandonner leur village. Mais leur enseignement ne joua qu’un rôle mineur dans ce combat contre la dépopulation rurale. C’est l’exemple qu’offraient ces hommes d’une existence heureuse parmi les agriculteurs qui fut déterminant93.

Le territoire intellectuel de l’érudit de village

Un savoir utile

  • 94 Dans années 1840, des membres de l’université et de l’Académie des sciences dénoncèrent le caractè (...)
  • 95 Levasseur E., L’enseignement primaire dans les pays civilisés, Paris, Berger-Levrault, 1897, p. 53 (...)
  • 96 Muel-Dreyfus F., Le métier d’éducateur, op. cit., p. 52
  • 97 Ibid., p. 58 et 61.

28Si l’on veut essayer de comprendre pourquoi tant d’instituteurs de village consacraient leurs loisirs à écrire des monographies de commune, pourquoi tout en manifestant un goût si prononcé pour les études locales ils s’orientaient spontanément vers les formes les moins valorisées de la recherche, ce n’est pas seulement le contenu de leur formation qu’il faut prendre en considération, mais encore le type de disposition intellectuelle qu’ils pouvaient acquérir en devenant enseignants. L’élève-maître, en même temps qu’il assimilait un ensemble de connaissances historiques, géographiques ou scientifiques, intériorisait un rapport à la haute culture que l’on pourrait qualifier de déférent. Bien des hommes du XIXe siècle (on pense bien sûr à Thiers), s’inquiétèrent des prétentions intellectuelles des « petits maîtres », fils de paysans frottés de grande culture94. De là la volonté, que n’exprimaient pas seulement les plus conservateurs, de cantonner ces intermédiaires culturels dans un juste milieu intellectuel. « Par bons maîtres, affirmait l’économiste Émile Levasseur en 1897, il faut entendre des maîtres […] dévoués à leurs fonctions parce qu’ils sentent l’importance de l’œuvre sociale à laquelle ils coopèrent sans avoir un sentiment exagéré de leur importance personnelle, ayant l’art de se tenir à leur place dans un milieu où ils vivent, ni trop bas, ni trop haut95. » Le savoir de l’instituteur, qui n’apprenait que pour apprendre, était essentiellement utilitaire, par opposition au savoir gratuit, désintéressé, du bourgeois. Et l’école normale était le lieu d’imposition de ce rapport à la culture dominante que Francine Muel-Dreyfus désigne comme un rapport de fascination-exclusion96 : « L’observation détaillée à la manière des sciences naturelles mais teintée d’une poésie qui “élève” le sentiment, l’étude précise mais limitée se gardant de la prétention à la synthèse, le souci du concret à la façon de la leçon de choses, la défense de la morale du travail bien fait au travers de la description du geste de l’artisan, du paysan et de la mère de famille, qui sont autant de règles de la “composition française”, telles sont les consignes culturelles données à l’instituteur […]. Voués et dévoués à la Culture, les instituteurs étaient dotés par l’École de territoires culturels légitimes, définis négativement par rapport aux conceptions dominantes de la culture dominante – local/national, concret/abstrait, collecte des données/synthèse, etc.97. »

  • 98 Les mémoires rédigés en 1860 à la demande du ministre Rouland révèlent à quel point les instituteu (...)
  • 99 Statistique de la commune de Frétoy, Château-Chinon, imp. G. Luquet, 1886.

29Il n’y a pas lieu de s’étonner, dans ces conditions, que les instituteurs de village, auxquels les ministres ou les sociétés savantes n’hésitaient pas à faire appel pour réaliser des enquêtes ou participer à des travaux collectifs, fussent en même temps relégués dans les tâches les moins gratifiantes : l’étude des toutes petites entités géographiques ou la collecte de données brutes. Ni surtout qu’ils se soient sentis à leur aise dans ce rôle subalterne, dans cette science strictement utilitaire98. Jean Simon, dont les parents étaient journaliers, et qui fut instituteur à Frétoy [Nièvre] avant d’être élu maire de la commune, publia en 1883 une « brochure » consacrée à cette localité (« Ce n’est pas une histoire, c’est une statistique, et ce titre modeste nous suffit99 »). Dans la préface de l’ouvrage, il se comparait à un glaneur, ou encore à un petit oiseau picorant quelques menus grains qu’avaient négligés les érudits – il mentionnait leur nom – qui composèrent des histoires « générales » du Morvan. « Il y a des oiseaux qui ont de grandes ailes et planent dans l’espace ; d’autres ne fréquentent que les haies et les bords des fossés. »

30La science des monographes était à l’image de leur savoir : instrumentale. Elle ne trouvait de justification que dans son utilité pratique : occuper l’instituteur pendant ses loisirs, développer parmi les paysans le sens du terroir, etc.

Des auxiliaires de la connaissance

31Les instituteurs, en leur qualité d’intellectuels locaux, étaient tout désignés pour faire office d’informateurs dans les grandes enquêtes diligentées par le pouvoir ou par les cercles d’érudits. Après le Second Empire, nous l’avons vu, certains archéologues se tournèrent vers eux pour réaliser des statistiques monumentales. Par la suite, et jusqu’à l’entre-deux-guerres, les maîtres d’école ne cessèrent d’être sollicités pour toutes sortes de travaux. Le fait mérite d’être souligné. D’abord parce que cette pratique de l’enquête a beaucoup contribué à développer chez les enseignants le goût des études locales. Ensuite parce que la mise à contribution, par les initiateurs de ces statistiques ou inventaires – qui se réservaient le travail de synthèse –, d’un réseau national de collecteurs de données brutes, instaurait un partage du travail intellectuel qui était au principe même de l’idée de monographie de commune.

  • 100 Furet F., Ozouf J., Lire et écrire, op. cit.
  • 101 Mémoires de la Soc. acad. d’agric., des sciences, arts et Belles-Lettres du départ. de l’Aube, t. X (...)

32Il n’y a pas grand intérêt, ici, à multiplier les exemples de ces enquêtes auxquelles les enseignants du primaire furent conviés, sinon pour signaler l’extrême diversité des thèmes abordés. On connaît l’initiative de Louis Maggiolo, redécouverte et abondamment exploitée par l’historiographie contemporaine100. Des érudits semblent s’en être inspirés. En 1875, M. Dautremant, ancien directeur de l’école normale de l’Aube, chargé par la Société académique de ce département, dont il était membre honoraire, de mettre sur pied une statistique communale de la circonscription, mentionnait, dans son rapport, le travail de Maggiolo sur l’alphabétisation des Français101. Le projet élaboré par la Société académique de l’Aube est intéressant en ce qu’il révèle en quoi pouvait consister la mise à contribution des instituteurs. Car c’est à eux que s’adressèrent les initiateurs du projet, via l’Inspection Académique (il s’agissait cependant d’un travail facultatif, que seule l’attribution d’une médaille pouvait récompenser). Il était proposé aux maîtres d’école de collecter un certain nombre d’informations dans les archives des mairies, d’en faire un résumé – en évitant, était-il bien précisé, les longs discours et les opinions personnelles – et de communiquer ces notes à la Société académique. Ceci « afin de permettre à l’économiste ou au philosophe d’en tirer des instructions intéressantes ». Pour mener à bien leurs investigations, les instituteurs étaient tenus de suivre un questionnaire élaboré par une commission. Ce document, qui abordait un ensemble très hétéroclite de thèmes, ressemblait à s’y méprendre à un plan de monographie communale.

  • 102 Un contre-exemple : la vaste enquête sur les antiquités, les monuments, les objets mobiliers, les (...)
  • 103 En 1900, un universitaire lyonnais qui s’intéressait aux parlers locaux sollicita, par le biais du(...)
  • 104 En juillet 1889, les instituteurs furent mis à contribution par le gouvernement dans le cadre d’un (...)
  • 105 Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 1905.
  • 106 Chalmel T., Mémoires d’un instituteur rural, op. cit., p. 99. Enquête organisée en 1905 par la Fac (...)

33Les enquêtes auxquelles le corps enseignant collabora portaient en général sur des objets plus ciblés102 : les patois103, les conditions sanitaires104, l’architecture et les mœurs105, la couleur des yeux et des cheveux des enfants106

  • 107 Voir La Révolution française, notamment les numéros 1890, 1 (p. 193-209), 1892, 1 (p. 289-290), 19 (...)
  • 108 Voir le discours de Jules Clarétie à l’occasion de la séance du 13 mars 1892 de la Société d’histo (...)
  • 109 Discours de clôture de la session du Congrès des Sociétés savantes, cité par Mourlot F., « Une vis (...)
  • 110 Circulaires ministérielles des 24 mars et 12 août 1904, reproduites dans La Révolution française, (...)
  • 111 La Révolution française, 1907, 2, p. 292.
  • 112 Voir le compte rendu des séances de la Société d’histoire de la Révolution (séance du 19 avril 191 (...)
  • 113 Voir par exemple les différents volumes du Bull. de la Soc. d’études hist. et scient. de l’Oise, f (...)

34L’université républicaine s’efforça elle aussi d’enrôler les bataillons d’instituteurs dans des programmes de recherche. Après 1890, l’histoire de la Révolution française fut le principal terrain de rencontre entre historiens de métier et érudits locaux. Alphonse Aulard, Camille Bloch et Pierre Caron souhaitèrent mobiliser l’érudition provinciale dans le combat qu’ils livraient contre l’histoire rétrograde des prêtres et des notables conservateurs107. Les maîtres d’école, outre leur mission de vulgarisation de l’historiographie officielle, furent invités à participer au grand travail de dénombrement des sources archivistiques. Ils devaient cependant se conformer aux règles de la critique historique, se garder de contester la vulgate officielle108, et respecter un strict partage des tâches : ainsi Aulard conviait-il « les légions de travailleurs provinciaux (il pensait d’abord aux maîtres d’école) à s’occuper d’histoire régionale, d’histoire locale, à établir de solides assises sur lesquelles s’appuieraient les constructeurs de génie, capables de généralisations hardies et puissantes109 ». La Commission de recherche et de publication des documents relatifs à la vie économique et sociale de la Révolution, créée en 1904 à l’initiative de Jaurès, fit appel, par l’intermédiaire des différents comités départementaux, à la bonne volonté des enseignants110. C’est ainsi que fut réalisé, selon le vœu d’Alphonse Aulard, « un plan d’organisation du travail collectif où les plus modestes ouvriers, qui sont les instituteurs archivistes des communes, collaborent avec les représentants du haut enseignement à une œuvre de vaste solidarité scientifique et nationale111 ». Chacun, on le voit, devait demeurer à sa place. Le souci de cadrer le travail des instituteurs, véritablement obsédant, trahissait une réelle inquiétude112. Cette déconcentration du travail historique n’en fut pas moins à l’origine de la publication de nombreuses monographies d’instituteurs, centrées sur la période révolutionnaire113.

  • 114 Wolff D., « Albert Demangeon : un géographe face au monde rural (jusqu’en 1914) », Ruralia, no 18- (...)
  • 115 Ibid., p. 196-197.
  • 116 Ibid., p. 198.
  • 117 Bromberger C., « Du grand au petit. Variations des échelles et des objets d’analyse dans l’histoir (...)
  • 118 Chevalier J.-P., « Le lent déclin de la monographie géographique… », art. cit.
  • 119 Van Gennep A., Le Folklore français [réédition du Manuel de folklore français contemporain], Paris (...)

35Au XXe siècle, les sciences sociales naissantes s’efforcèrent à leur tour de mobiliser les instituteurs. Les élèves de Vidal de la Blache firent largement appel aux enseignants pour préparer leur thèse. Demangeon collectait des documents auprès d’eux. Raoul de Félice, auteur d’une étude de géographie régionale sur la Basse-Normandie, leur adressa un questionnaire et reçut plus de 900 réponses114. Entre 1906 et 1911, Albert Demangeon se rendit chaque été dans le Limousin, région sur laquelle il préparait une étude. Il élabora à cet effet un questionnaire communal qu’il distribua à l’élite cultivée des villages, essentiellement des maîtres d’école, avec lesquels il aimait à s’entretenir (« dans un tout petit village, écrivait-il en 1910 à sa femme, j’ai trouvé l’institutrice […]. Elle m’a très bien renseigné, aussi bien qu’un homme115 »). Le formulaire de Demangeon fut reproduit en 1909, par les soins de Max Sorre, dans le Bulletin de la Société languedocienne de géographie : deux ans plus tard, cette revue publiait une monographie de Montagnac par l’instituteur de la commune116. Les instituteurs furent fréquemment sollicités, dans les années 1930, lorsque furent lancées des enquêtes collectives fondées sur le principe de la mise à contribution d’érudits locaux (les instituteurs participèrent notamment à l’enquête de 1931-1933 sur le folklore enfantin117). En 1938, Demangeon, toujours lui, ayant conçu le plan de deux enquêtes sur l’habitat rural et les structures agraires, invita les lecteurs de l’École libératrice à s’associer à cette recherche118. Dans l’introduction de son Manuel de folklore français, Van Gennep rendait hommage aux qualités d’informateurs des instituteurs de campagne : issus eux-mêmes du monde paysan, ils sont, affirmait-il, particulièrement bien placés pour apprécier les transformations des mœurs et des coutumes ; surtout, ayant été « dressés à écrire avec précision, […] ils sont […] plus aptes que n’importe quelle autre partie de la population, pour peu, comme c’est le cas depuis une vingtaine d’années, qu’ils veuillent rester en contact avec le “peuple”, à entreprendre de bonnes enquêtes119 ».

Une science bornée

  • 120 Chabeuf H., Plan de monographie communale, Dijon, Imprimerie Darantière, 1988 [extrait du tome VI (...)

36Au XIXe siècle, la pratique de l’histoire locale était fondée sur ce même principe d’un partage du labeur, d’une complémentarité entre ceux à qui il était demandé d’enregistrer des faits bruts (les auteurs de monographies de village) et ceux qui se réservaient le travail de synthèse, dans le cadre d’une monographie départementale ou provinciale. Et, de ce point de vue, instituteurs et curés de campagne étaient logés à la même enseigne : leur participation était admise, souhaitée même, mais à condition qu’ils acceptent de s’en tenir au rôle modeste – bien que jugé fort utile – de collecteurs de données locales. « Ceux qui entreprennent la monographie d’une commune doivent se considérer comme des témoins entendus dans une vaste enquête, à qui on demande sous une forme concise non des considérations générales mais des faits particuliers et des éléments d’information pour l’histoire supérieure. Ils doivent donc tenir pour connus les grands événements historiques, et ne les envisager que dans les rapports stricts de l’histoire particulière avec l’histoire nationale120. »

  • 121 Thiesse A.-M., Ils apprenaient la France, op. cit., passim.
  • 122 Germouty H. (éd.), La Maurienne, notices historiques et géographiques par les instituteurs de la c (...)
  • 123 Thiesse A.-M., Ils apprenaient la France, op. cit., p. 10.
  • 124 Tels Jean Chapalain, auteur d’ouvrages consacrés au Finistère, ou J. Rousselot, à qui l’on doit un (...)

37C’est lorsque le travail monographique s’inscrivait explicitement dans un projet collectif que ce principe de division du labeur apparaissait au grand jour. La représentation de la France comme emboîtement d’espaces d’appartenance121 impliquait d’ailleurs assez logiquement une organisation hiérarchisée du travail. En 1904, l’Inspecteur primaire Henri Germouty réunit une collection de monographies communales qui couvrait toute l’étendue de l’arrondissement de Saint-Jean-de-Maurienne122. L’architecture de l’ouvrage évoquait une construction en abyme : les différentes monographies communales (toutes bâties sur le même plan) étaient groupées par canton. Chacun des différents chapitres consacrés à un canton était précédé d’une courte synthèse. L’Inspecteur, on s’en serait douté, s’était réservé le chapitre liminaire (« Vue d’ensemble ») qui traitait de l’histoire, de la géographie et du folklore de la Maurienne. Il y avait bien coïncidence entre la position que le chercheur occupait dans la hiérarchie scolaire et l’étendue du territoire qu’il pouvait s’autoriser à étudier123. Les monographies de département étaient d’ailleurs souvent écrites par des Inspecteurs (il pouvait s’agir d’anciens normaliens124). Il était inconcevable qu’un simple instituteur de village se lance dans la préparation d’un ouvrage de cette nature.

  • 125 Rapport de la commission chargée de tracer à MM. Les Instituteurs le programme d’après lequel ils s (...)

38Les sociétés savantes faisaient fréquemment appel au savoir local des « primaires » ou des prêtres, et s’efforçaient d’instaurer avec ces chercheurs de seconde zone des rapports de complémentarité et de subordination. L’organisation d’un concours annuel de monographies pouvait être l’occasion d’officialiser ce type de coopération. En 1875, la Société d’émulation de Lisieux désigna une commission de sept membres, chargée de « tracer à MM. Les Instituteurs le Programme d’après lequel ils seront invités à écrire l’histoire de leur commune125 ». Après les habituelles considérations relatives aux liens affectifs que l’homme tisse avec les « lieux, […] l’étroit horizon où l’on a enfermé sa vie », et qui donnent toute leur saveur aux souvenirs historiques se rapportant « au pays où nous avons vécu et que nous avons aimé », le rapporteur de la commission – un magistrat – s’attacha à définir ce qu’on attendait des candidats. En effet, exposait-il, faire de l’histoire locale, « n’est-ce point courir vers un double écueil ? Ou bien l’auteur s’emprisonnera dans l’horizon de son clocher et n’aura que ses voisins pour lecteurs, ou bien voulant relever l’humilité de son sujet, il se noiera dans l’histoire générale, que d’autres cent fois ont mieux dite : là Charybe, ici Sylla ». En imposant à l’ensemble des contributeurs un cadre uniforme auquel ils seraient tenus de se soumettre, on surmonterait le premier obstacle. Les monographies communales n’ayant d’intérêt qu’à condition de s’insérer dans un tableau général de l’histoire du canton ou de l’arrondissement : « C’est l’histoire de sa commune et de sa commune seulement, que l’Instituteur écrira, mais de façon toutefois, que son exposé historique puisse facilement se réunir à la notice composée par son collègue de la commune voisine, et que de l’ensemble de ces études, naisse l’histoire du canton, qu’elles doivent contenir en germe. » D’où la nécessité de fournir un plan aux instituteurs sollicités. Cette contrainte, par ailleurs, était propre à dissuader les auteurs qui auraient été tentés d’aller au-delà du modeste rôle qui leur était assigné.

39Si le choix de la commission s’était porté sur les instituteurs, c’est en premier lieu parce qu’ils pouvaient facilement avoir accès aux sources locales, ensuite parce qu’ils avaient le goût du travail bien fait, enfin parce qu’ils étaient attachés à leur commune de résidence. Le maître d’école faisait figure d’interlocuteur idéal, à condition de ne pas outrepasser ses compétences : « La Société ne demande pas à MM. Les Instituteurs de se perdre dans l’histoire générale. Elle désire au contraire que s’inspirant du conseil du poëte, ils abandonnent à d’autres le souci de naviguer sur ses eaux parfois orageuses. Littus ama… Altum alii teneant dit Virgile. Ils s’emprisonneront donc dans l’horizon de leur clocher, évitant les appréciations, rappelant seulement des faits, et s’ils n’obtiennent ainsi le suffrage d’un bien grand nombre de lecteurs, ils auront au moins la satisfaction d’avoir recueilli et conservé la petite pierre, dont se serviront de plus habiles pour édifier un jour le grand œuvre de l’histoire générale de notre pays. »

  • 126 Tremsal M., « Rapport de la commission d’histoire et d’archéologie », Annales de la Soc. d’émulati (...)
  • 127 Les plus sévères étaient plein d’ironie et de condescendance. Très révélatrice à ce propos, la chr (...)
  • 128 Et qui peut s’expliquer par le nombre important de ses publications : travaux d’archéologie, monog (...)
  • 129 Journal lorrain 1885, 34e année, p. 142.

40Les rapports rédigés par les présidents des commissions chargées, au sein des sociétés savantes, de décerner des prix aux meilleurs historiens de village, étaient très révélateurs de cette conception strictement utilitaire du travail monographique. « Nos modestes récompenses n’ont pas la prétention de susciter des Michelets, des Duruys, des Rambauds : notre but est d’encourager les travailleurs qui mettent au jour les documents, les faits qui seront mis en œuvre par nos historiens126. » Ces comptes rendus annuels avaient d’ailleurs souvent des allures de remise des copies127. Les qualités qu’on savait apprécier chez les spécialistes d’histoire locale – à savoir la patience, l’ardeur au travail, la sobriété du style, la précision du détail – ne se situaient pas très haut dans l’échelle des valeurs intellectuelles. Elles évoquaient davantage la figure de l’artisan laborieux que celle du grand savant. Étienne-Dominique Olry, instituteur à Allain [Meurthe-et-Moselle], décédé en 1885 à l’âge de 55 ans, et à qui le Journal lorrain fit l’honneur d’une courte nécrologie (ce qui était assez exceptionnel pour un instituteur128) « n’était pas seulement un travailleur consciencieux et érudit mais encore un chercheur infatigable, un patient investigateur […]. Notre confrère joignait à des connaissances très variées une excessive simplicité, sous laquelle il cachait un véritable mérite. Ses chefs avaient su l’apprécier et lui avaient accordé une distinction qui se donne rarement aux instituteurs de la campagne. Il avait su s’élever bien au-dessus de cette position modeste et devenir archéologue et historien129 ».

  • 130 Voir notamment le procès-verbal de l’Assemblée générale du 14 novembre 1899 de la Société d’études (...)
  • 131 « La Linde et les libertés communales à Linde », Bull. de la Soc. hist. et archéol. du Périgord, 1 (...)
  • 132 Il ajoutait encore : « Pris à part, cet essai est un détail. Pour l’apprécier à sa juste valeur, c (...)

41La réalisation d’une monographie de diocèse sous l’impulsion d’un évêque reposait sur le même principe de déconcentration du labeur (tous les desservants étaient mis à contribution). L’entreprise était alors comparée à une ruche, ou à l’édification d’une cathédrale (chaque monographe apportant sa petite pierre)130. Les curés de campagne se satisfaisaient pleinement de leur affectation dans l’organisation collective du travail : « En publiant ce travail, écrivait l’abbé Goustat dans sa monographie de La Linde [Dordogne], je n’ai point la prétention de me présenter au public comme un historien qui vise les sommets de l’histoire, en décrit l’ensemble et en expose les lois générales. Mon rôle sera plus modeste […]. Voulant fouiller dans les ruines du passé, je m’arrêterai à la moindre pièce historique ; j’étudierai les minimes détails, afin de préparer ainsi, pour les offrir à l’historien, cet architecte du temps qui n’est plus, des matériaux qui servent à son édifice131. » Jean-Marie Guilloux, vicaire de Brandivy [Morbihan], filait la métaphore : « L’histoire générale, voilà le but ! L’étude locale, voilà le moyen ! J’apporte une petite pierre à la construction de l’édifice […] Lorsque les matériaux seront au complet sur les divers points du diocèse, le Dieu des sciences ne manquera pas, pour les rassembler, de toutes parts, de susciter un esprit d’élite. Cet ouvrier prédestiné taillera ces divers matériaux à loisir ; il les disposera d’une main discrète et savante ; il en fera sortir un ouvrage qui n’aura peut-être pas son semblable dans les autres contrées132. »

  • 133 Les ecclésiastiques affiliés à une société d’émulation faisaient en général une belle carrière (Gi (...)
  • 134 Bull. de la Soc. géographique de l’Est, t. XII, 1890, p. 607-620.

42Si donc l’invention de la monographie de commune s’est accompagnée d’une démocratisation du champ de l’érudition, c’est en catimini que les historiens de village pénétrèrent dans l’univers très fermé de la sociabilité érudite. Mais pour ces instituteurs et ces curés sortis du peuple ou de la petite bourgeoisie, qui ne pouvaient se prévaloir du titre de savant qu’à condition de se cantonner dans l’étude de l’infiniment petit, quoi de plus gratifiant que d’être admis, ne serait-ce que le temps d’une séance, dans un cercle aussi fermé. La rédaction d’un article, d’une notice ou d’un ouvrage d’histoire locale, travail qui, adressé au comité compétant d’une institution savante, pouvait être commenté, publié, et parfois récompensé par un prix, venait sanctionner l’accession de son modeste auteur à l’élite des gens instruits. Ce dont il pouvait d’ailleurs tirer bénéfice pour sa carrière professionnelle133. Il n’est pas difficile d’imaginer combien les maîtres d’école pouvaient se sentir honorés par l’attribution d’une médaille. Le 30 novembre 1890, la Société géographique de l’Est réunie en séance solennelle distribua des récompenses aux instituteurs qui avaient réalisé des monographies communales134. La cérémonie était placée sous la présidence d’Alfred Mézières, professeur honoraire de littérature étrangère à la faculté des lettres de Paris, et membre de l’Académie française. À ses côtés siégeaient le préfet, le recteur, l’Inspecteur d’Académie, les inspecteurs primaires, le vice-président du conseil général, le maire de Nancy, un général, le directeur de l’école normale, les membres du bureau et du comité de la Société. Les discours se succédèrent, au cours desquels furent rappelés les buts et l’utilité de ces monographies : il s’agissait de dresser une géographie complète du département, de faire connaître aux enfants des villages l’histoire de leur petite patrie et de les dissuader de quitter la campagne pour aller se perdre en ville. Le général Hanrion, président de la Société, prit la parole pour faire l’éloge des instituteurs, ces « modestes et rudes travailleurs, gens de labeur, d’intelligence, de dévouement, de bon sens et de savoir ».

  • 135 Nécrologie par Poussereau L-M., dans Bull. de la Soc. nivernaise des lettres, sc. et arts, XXIVe v (...)
  • 136 Médaille d’argent à l’Exposition universelle de Paris (1889) ; prix d’honneur au concours régional (...)
  • 137 La Société scientifique, historique et naturelle de l’Yonne, la Société historique, littéraire et (...)
  • 138 Poussereau L.-M., art. cit.

43Et il était des passionnés de monographie qui collectionnaient les honneurs. Gaston Gauthier, lui-même fils d’instituteur, commença à étudier l’histoire en 1887, alors qu’il venait d’être nommé dans la commune de Beaumont-la-Ferrière [Nièvre]. Ce fut le début d’une carrière bien remplie d’érudit local135. Gauthier publia, dans les revues savantes ou dans la presse locale (Revue du Nivernais, Journal de la Nièvre, Écho de Clamecy) quantité d’articles consacrés à l’archéologie, à l’histoire nivernaise ou aux usages anciens. Ses seules monographies communales lui valurent d’être décoré à huit reprises136. Grâce à cette abondante production il réussit, chose rare pour un simple instituteur – qui n’était même pas normalien – à être admis, comme membre correspondant, dans plusieurs sociétés savantes137. Il était en outre correspondant de la Société des antiquaires de France et du Ministère de l’instruction publique, et secrétaire-adjoint de la Société nivernaise des Lettres, sciences et arts. Cependant, en dépit de toute cette gloire, et « à l’encontre de certains historiens qui, pour se faire un renom, choisissent des sujets de grande envergure, notre collègue borna son ambition à traiter les sujets les plus simples et les plus arides de notre histoire locale, dont il trouvait les éléments dans les archives des communes où il était appelé à exercer les fonctions modestes et méritoires d’éducateur de la jeunesse […] Dans les travaux en commun, il demandait toujours à assumer la tâche la plus pénible, la plus ingrate besogne138 ». L’humilité comme habitus…

  • 139 Arch. départ. du Morbihan, 1J47. Les archives de la Somme possèdent toute une collection de notices (...)
  • 140 L’instituteur de Gindou [Lot] concluait sa squelettique notice sur cette commune par cette phrase  (...)

44Bien entendu il ne faudrait pas croire qu’en chaque instituteur de campagne sommeillait un érudit. Beaucoup d’enseignants ne devaient pas savoir grand-chose de l’histoire ou de la géographie de leur commune. La seule prise en compte des monographies libres ne permet pas d’apprécier le niveau de connaissance moyen des maîtres d’école. Ce sont les collections de notices réalisées à la demande expresse d’un inspecteur qu’il faut consulter. Contentons-nous d’un exemple. En 1896, A. Cottin, inspecteur de l’enseignement primaire à Coulommiers et G. Bourgoin, professeur d’histoire et de géographie à l’École normale de la Seine, élaborèrent un questionnaire communal destiné aux instituteurs. Sans doute s’agissait-il de les aider à préparer leurs leçons. Ce document de quatre pages reproduisait le plan de la Notice géographique et historique du département de la Seine-et-Marne qu’avaient rédigée les mêmes auteurs. Il comportait 36 rubriques, qui portaient sur des domaines variés : étymologie, population, superficie, géographie physique, géographie administrative, géographie économique, aperçu historique, vue générale et conclusion. Les Archives départementales du Morbihan ont conservé les notices que complétèrent les maîtres et maîtresses d’école de l’arrondissement de Pontivy139. Il est clair qu’un certain nombre d’entre eux ignoraient tout de la localité où ils résidaient et où ils travaillaient. À la question 14, portant sur l’« Administration et les finances municipales », l’instituteur de Bieuzy-les-Eaux ne trouva rien d’autre à dire que : « La commune est administrée par un maire et par un conseil municipal. » Invités à donner des informations relatives à l’histoire de la localité, certains se contentèrent de relever la présence de vestiges qu’ils dataient de la période féodale, ou d’une vague allusion à la chouannerie. Toute la science de l’institutrice de Malguénac tenait dans une phrase : « La commune qui paraît être une ancienne frairie n’a pas de passé historique140. »

L’autorité de la science

  • 141 Dont le montant se situait le plus souvent entre 100 et 300 francs.

45La réalisation d’une monographie de village, ou de n’importe quel travail du même type (mise au jour de vestiges, description d’un monument, étude d’un épisode de l’histoire locale…) parce qu’elle offrait aux petits érudits de village la possibilité de côtoyer les notabilités impliquées dans la sociabilité savante, était une source évidente de prestige. Surtout lorsque l’attribution d’une récompense141 venait sanctionner la compétence du chercheur. De ce capital symbolique accumulé au prix d’un labeur qui mettait en évidence des qualités très générales (amour du travail, patience, sacrifice de soi…), les historiens de village entendaient tirer un bénéfice local. À mesure que l’illettrisme régressait, les paysans, qui en percevaient désormais clairement la nécessité, accordèrent davantage d’importance à l’instruction. Le savoir, fût-il purement local, était une source de considération au village. Par conséquent l’émergence de la figure de l’historien de village doit être mise en relation avec la recomposition de la figure du notable dans la France rurale du XIXe siècle.

Les nouveaux paramètres de la notabilité

  • 142 Dans une abondante littérature, voir en particulier Cleary M. C., Peasants, Politicians and Produc (...)
  • 143 À défaut de développer ce point, on renverra le lecteur au chapitre préliminaire de l’ouvrage clas (...)
  • 144 Pour reprendre une formule de Philippe Grandcoing (Les demeures de la distinction. Châteaux et châ (...)
  • 145 Guionnet C., L’apprentissage de la politique moderne. Les élections municipales sous la monarchie (...)

46Le pouvoir municipal (dans ses dimensions institutionnelles ou informelles) était plus que jamais un enjeu de lutte. En effet les évolutions politiques et socio-économiques avaient bouleversé les rapports de force locaux. En dépit des efforts déployés par les grands propriétaires conservateurs, aussi bien au niveau local qu’à l’intérieur de la sphère politique nationale, pour maintenir les structures traditionnelles de domination dans les campagnes – par la mise en place de nouvelles formes d’encadrement, telles que le syndicalisme agraire142 – l’influence réelle de ce groupe ne cessait de décliner, plus ou moins rapidement il est vrai selon les régions143. Tout contribuait à saper les fondements même de la puissance châtelaine144 : la dislocation des grands domaines ; l’affirmation concomitante d’une petite propriété paysanne indépendante ; l’extinction, après 1850, du paupérisme rural, et par conséquent la disparition des catégories les plus vulnérables de la société villageoise, dont la présence justifiait la fonction caritative des propriétaires. À compter de 1831, le retour à intervalles réguliers des scrutins locaux et nationaux contraignit les notables à solliciter le suffrage d’électeurs qui prirent progressivement conscience de l’importance de leur vote. La politique électorale multipliait les occasions de conflits et rendait plus aisée, du fait du jeu de la concurrence entre candidats, la contestation des positions de pouvoir ; elle favorisait la pénétration dans les localités les plus reculées des idéologies « subversives » ; elle permettait aux électeurs de concevoir la possibilité d’une dissociation du pouvoir social et du pouvoir politique145. En outre, la multiplication des conflits municipaux à l’occasion des élections a pu contribuer à l’avènement d’une vie politique pluraliste au village : l’unanimisme communautaire cessa d’aller de soi pour des paysans constamment impliqués dans des querelles factionnelles. En dépit de toute l’énergie déployée par les grands propriétaires terriens pour faire admettre aux paysans la nécessité du patronage nobiliaire, les relations entre le village et le château ne cessèrent de se distendre.

  • 146 Dont l’intensité était à la mesure de l’importance que revêtait le pouvoir municipal depuis que la (...)
  • 147 17 % des instituteurs et des institutrices qui répondirent au questionnaire diffusé par Jacques et (...)
  • 148 Déloye Y., Les voix de Dieu. Pour une autre histoire du suffrage électoral : le clergé catholique (...)

47La petite bourgeoisie rurale sut en profiter, et s’empara peu à peu du pouvoir municipal. La conflictualité villageoise146 mettait désormais aux prises des notables de modeste envergure. La rivalité du prêtre et de l’instituteur laïque fut, sous la Troisième République, l’une des formes les plus banales de la dispute au village147. Les conditions particulières de l’entrée de la France en régime démocratique rendaient inéluctables ce type d’affrontements. Curés et instituteurs se situaient alors aux antipodes d’un champ politique profondément clivé. Ils étaient au cœur d’un conflit opposant deux conceptions totalement inconciliables de la citoyenneté. Tandis que la République assignait pour mission à l’École de contribuer à l’émancipation des sujets politiques, et entreprenait d’achever le processus de sécularisation des institutions entamé en 1789, l’Église refusait le principe même d’une dissociation du citoyen et du croyant, du religieux et du politique148. Instituteurs laïques et desservants de paroisse étaient aux avant-postes de ce combat. Tout au long du XIXe siècle l’affrontement des deux France prit, pour les paysans, la forme concrète d’un conflit binaire à l’intérieur de la commune : la rivalité de la municipalité et de la cure, de l’instituteur et du curé, la querelle des manuels scolaires ou la concurrence des deux écoles furent autant de modalités d’un seul et même antagonisme.

  • 149 Singer B., Village Notables in Nineteenth-Century France. Priests, Mayors, Schoolmasters, Albany, (...)

48Au-delà de sa dimension spécifiquement idéologique, l’opposition de l’instituteur républicain et du curé monarchiste recouvrait la rivalité de deux petits notables en concurrence sur la scène municipale. L’autorité du pasteur ne cessait de décliner. Sa sphère d’influence se rétractait, et elle finit par ne plus concerner qu’une vie spirituelle qui s’était privatisée. À l’inverse, le maître d’école, fort peu considéré au début de la période, jouissait, sous la Troisième République, de l’estime des villageois, convaincus de la nécessité d’instruire leurs enfants. L’instituteur devint le pivot d’une sociabilité désormais déconnectée des structures paroissiales. Presque toujours secrétaire de mairie, il exerçait de ce fait une influence décisive sur les affaires de la commune. Les paysans faisaient appel à lui pour remplir des papiers, écrire une lettre, régler un différend… Bien entendu ce passage d’un type de notabilité à l’autre149, qui ne s’est pas effectué partout au même rythme ni selon les mêmes modalités, provoqua une multitude de heurts et suscita toutes sortes d’oppositions et de résistances.

49Cette lutte aux enjeux multiples s’est en partie déroulée sur le terrain de l’érudition locale, chacun des deux camps s’attachant à faire valoir sa propre vision du passé et du cours de l’histoire. Il en est résulté une émulation collective, qui explique l’accroissement spectaculaire du nombre de monographies après 1860. Historiographie laïque et historiographie cléricale offraient bien quelques points de convergence (par exemple l’apologie de la ruralité). Et les emprunts réciproques n’étaient pas rares, nous y reviendrons. Pourtant, érudits monarchistes et érudits progressistes avaient une très claire conscience de leur antagonisme.

L’inconfort moral du transfuge

  • 150 Ozouf J., Ozouf M., La République des instituteurs, op. cit., p. 396-397.
  • 151 Muel-Dreyfus F., Le métier d’éducateur, op. cit., p. 93. Voir encore Prost A., Histoire de l’ensei (...)
  • 152 En raison de leur statut intermédiaire – à mi-chemin de la paysannerie et de la bourgeoisie – les (...)
  • 153 Ce point est notamment souligné par Singer B., Village Notables, op. cit., chap VI, p. 108-146.
  • 154 Ozouf J., Ozouf M., La République des instituteurs, op. cit., p. 399-400. La situation était parti (...)
  • 155 Prost A., Histoire de l’enseignement en France, op. cit., p. 382.

50Les protagonistes de ce conflit qui se déroulait simultanément sur le terrain municipal et à l’échelle du pays n’escomptaient pas seulement du travail de production monographique qu’il contribue à renforcer leur autorité locale. Il s’agissait aussi, mais les deux choses étaient étroitement liées, de permettre au curé ou à l’instituteur d’affirmer leur appartenance à la communauté villageoise. Ces petits notables vivaient mal leur statut de transfuges isolés au milieu d’une population dont ils ne partageaient pas tout à fait les valeurs. Issus dans leur immense majorité des classes populaires, et pour nombre d’entre eux de la paysannerie, ils quittaient le séminaire ou l’école normale dotés d’une culture qui les distinguait des villageois parmi lesquels ils étaient appelés à vivre. Tout avait été mis en œuvre, au cours de leur formation, pour oblitérer ce qui pouvait signaler une origine paysanne. L’une des missions de l’école normale était d’apprendre les « bonnes manières » aux élèves dont les directeurs déploraient les allures rustiques. La destinée sociale de ces hommes, qui n’étaient plus des paysans mais pas tout à fait des bourgeois150, était marquée par une rupture brutale avec « les manières de vivre, de sentir et de penser » propres à leur milieu d’origine151. C’est pourquoi la replongée dans l’univers du village pouvait s’avérer délicate, et même douloureuse. Les desservants et les maîtres d’école faisaient l’expérience amère, et quelque peu paradoxale, de l’isolement social. La distance au monde paysan se lisait d’abord dans le port du costume : soutane pour les uns, habit noir, col blanc, souliers cirés, pince-nez pour les autres152. Leur comportement se devant d’être exemplaire, curés et instituteurs vivaient en marge d’une sociabilité masculine fondée sur la fréquentation du cabaret et la consommation d’alcool153. Ils avaient une vision très négative de la civilisation paysanne, et, tout en exaltant les vertus de la ruralité, stigmatisaient, notamment dans leurs monographies, l’usage du patois, la routine, l’immoralité des filles, la grossièreté des mœurs… On comprend dans ces conditions quelle pouvait être la solitude de l’instituteur ou de l’institutrice, que l’École normale n’avait cessé de mettre en garde contre les risques d’une trop grande familiarité avec les parents d’élèves154. « L’instituteur est seul, écrit Antoine Prost. Il se fait des connaissances, des relations sympathiques ; il n’a pas de pair. Comme celle du curé, son rival, sa solitude est sans appel155. »

  • 156 Nous suivons ici les analyses très pénétrantes de Muel-Dreyfus F. (Le métier d’éducateur, op. cit, (...)

51Instituteurs et curés, peu impliqués dans la sociabilité paysanne ordinaire, se repliaient sur l’univers du livre. Quant à la recherche érudite, elle était davantage qu’un simple divertissement : la fréquentation des bibliothèques, des dépôts d’archives ou des cercles savants permettait à l’intellectuel de village de sortir de son isolement. D’autre part, pour ces hommes arrachés à leur univers social originel, dont l’histoire individuelle était traversée par une fracture, qui éprouvaient dans leur for intérieur la contradiction entre une identité héritée et une identité acquise, et qui enfin avaient fait l’expérience concrète du déracinement social, l’étude de l’histoire locale était une manière de se réapproprier leur propre passé156. De surmonter le traumatisme de la rupture. Le contenu même de maintes monographies d’instituteurs révèle d’ailleurs le statut ambigu de leur auteur. On y trouvait en effet une exaltation du local par des agents de l’intégration nationale (soupçonnés, pour ce qui concerne les instituteurs, de favoriser le dépeuplement des campagnes) ; une apologie de la ruralité et des vertus de l’homme des champs par des hommes qui méprisaient les paysans ; et le culte officiel du progrès se combinait à une profonde nostalgie du temps passé.

  • 157 Germouty H., « Les monographies communales », Le Volume : journal des instituteurs, t. XVII, 1905, (...)
  • 158 Rabot C., « Un programme de monographies de village », La Géographie, 1er semestre 1905, t. XI, p. (...)
  • 159 La géographie dans l’enseignement primaire, Paris, impr. nationale, 1889.

52L’écriture monographique était perçue comme un moyen d’intégration à la communauté villageoise : « L’instituteur, d’abord, y gagne du prestige, de l’autorité, voire de l’affection, affirmait un inspecteur. Les campagnards sont en général de braves gens et de dignes cœurs. Le jour où ils sauront que leur instituteur ou “notre maître” comme ils disent, s’occupe de leur pays, de ses curiosités, de son passé, de leurs ancêtres à eux, ils ne lui ménageront ni la considération, ni la sympathie157. » L’archéologie et l’histoire, notait un géographe, « assurent [à ceux qui s’y consacrent] une réputation locale et une considération mondaine158 ». Pour l’enseignant fraîchement installé dans un village, le travail de terrain comme la consultation des archives avait quelque chose de la prise de possession d’un territoire et d’un groupe : « Qui, mieux que l’instituteur, peut et doit être cet observateur patient et attentif [du milieu local] se demandait Paul Dupuy dans l’introduction d’une brochure consacrée à l’enseignement de la géographie. S’il arrive dans une commune avec un esprit curieux et réfléchi, s’il est animé du besoin fécond de comprendre quelque chose dans la résidence où l’envoient les puissances d’en haut, d’y acclimater son intelligence, d’y prendre possession de la nature pour son plaisir personnel et pour le profit de ses élèves, il fera sien ce pays, par l’exploration sur le terrain comme sur les cartes, par l’observation directe et méthodique comme par la lecture des documents et des livres, par une familiarité pénétrant avec le jeu des phénomènes naturels et avec ses répercussions sur les formes vie et de l’activité humaine159. »

  • 160 Thabault R., Mon village, op. cit., p. 212 sq.
  • 161 Ibid., p. 213.
  • 162 Ibid., p. 214.
  • 163 Ibid., p. 213.

53Si donc ces travaux témoignaient du malaise que pouvaient éprouver, dans leur existence quotidienne, les petits notables à l’identité indécise qui les réalisaient, il ne faudrait pas non plus forcer le trait. L’instituteur de Mazières-en-Gâtine déjà mentionné, offre l’exemple d’un érudit apparemment heureux160. Auguste Bouet, auteur d’une monographie de la commune et de travaux d’histoire locale, était né en 1858 à une quinzaine de kilomètres de Mazières. Ses parents étaient de tout petits cultivateurs. Élève brillant, il ne put, à cause d’une faute d’orthographe qu’il mettra sur le compte de ses origines paysannes, obtenir la bourse qui lui aurait ouvert les portes du lycée. En 1878 il sortit cependant major de l’école normale de Parthenay. En 1881 il fut nommé à Mazières. Il y épousa la fille d’un petit marchand du bourg. Et n’aspira dès lors qu’« à devenir un des notables estimés de la population à laquelle il s’était intégré161 ». Auguste Bouet était le type même de l’instituteur enraciné : « Il se montrait […] attaché au sol où il vivait et aux habitudes du pays […]. En histoire même, il était davantage intéressé par les faits que par les idées ; et sa curiosité d’esprit le poussait davantage à l’observation des choses locales qu’à des études générales162. » Roger Thabault décrivait un homme très à son aise dans sa commune d’adoption : il comprenait les paysans, pratiquait la pêche et le jardinage. Excellent instituteur, il était considéré par tous. Mais c’est son érudition qui lui donna accès aux strates supérieures de la société locale : « Il frayait de pair avec les fonctionnaires du bourg d’un rang plus élevé que le sien : le juge de paix, le percepteur, l’agent voyer. Il prenait part avec eux, vêtu comme eux, supérieur à eux souvent par l’intelligence et la culture, toujours par la connaissance intime des choses du pays, au plaisir noble de la chasse – où il excellait163. »

  • 164 Roger Thabault achevait son portrait du directeur de l’école de Mazières devenu premier magistrat (...)
  • 165 Jean Simon à Frétoy [Nièvre] (Statistique de la commune de Fretoy, op. cit.) ; Jean Genêt, beau-pè (...)

54Auguste Bouet sera élu maire en 1925164. Plusieurs autres instituteurs monographes connurent le même destin165.

L’histoire locale, moyen d’apostolat rural

  • 166 Boutry P., Prêtres et paroisses, op. cit.

55Peut-être les curés de campagne vivaient-ils un peu mieux que les instituteurs laïques la solitude morale au milieu des populations villageoises : la mise à distance du monde profane ayant, pour ce qui les concernait, quelque chose d’évident, d’inéluctable ; elle était au fondement de l’habitus clérical. Le prêtre, dans la paroisse qu’il administrait, était un homme à part, presque un étranger166. Cet isolement était cependant pesant, à une époque où l’influence morale du clergé régressait, et alors que les curés étaient de plus en plus fréquemment confrontés à l’hostilité des anticléricaux. En fait, pour les curés de campagne, l’histoire locale fut d’abord l’instrument d’une reconquête : celle d’une autorité chancelante.

  • 167 En particulier dans l’Ouest, où paroisse et communauté d’habitants étaient sous l’Ancien Régime de (...)
  • 168 Boutry P., Prêtres et paroisses, op. cit., passim.
  • 169 Ploux F., Guerres paysannes en Quercy. Violences, conciliations et répression pénale dans les camp (...)

56L’établissement, en vertu de la loi du 14 décembre 1789, d’un réseau de municipalités peu ou prou calqué sur celui des paroisses avait ouvert une première brèche dans le système d’emprise sur lequel reposait le pouvoir des curés167. Sous le régime du Concordat, bien des difficultés rencontrées par les prêtres dans leurs paroisses étaient à mettre en relation avec la dissociation du civil et du religieux qu’avait instaurée cette loi fondatrice168. La création des communes, qui furent supprimées sous le Directoire avant d’être rétablies en pluviôse an VIII, s’était en effet accompagnée du transfert à l’autorité civile d’une partie des anciennes prérogatives du curé (en matière par exemple d’assistance aux pauvres, ou de diffusion de l’information). Les curés de campagne, qu’un sentiment très vif de leur supériorité et de leur dignité incitait à se comporter en véritables chefs de village, rencontraient désormais en la personne du maire un concurrent sérieux. En effet les paysans semblent avoir très vite admis la légitimité de l’autorité des magistrats municipaux (en témoigne notamment le rôle joué par les édiles dans les formes négociées de règlement des différends privés169).

  • 170 Déloye Y., Les voix de Dieu, op. cit., p. 124 et passim.

57Le clergé post-révolutionnaire, tout imprégné d’une conception englobante du magistère religieux170, et animé d’un véritable esprit de reconquête, s’opposa farouchement au processus de sécularisation à l’œuvre. Cependant il se heurtait à une opinion qui percevait l’implication des ecclésiastiques dans des domaines de la vie sociale ou municipale autrefois régentés par le prêtre comme autant d’« ingérences » inadmissibles. La dissociation du pôle paroissial et du pôle municipal fut, après 1830, particulièrement douloureuse.

  • 171 Corbin A., Les cloches de la terre, op. cit., passim..
  • 172 Basdevant-Gaudemet B., Le jeu concordataire dans la France du XIXe siècle : le clergé devant le co (...)
  • 173 Ploux F., « Luttes de factions à la campagne ».

58Il est vrai que sous le régime du Concordat, les sphères de compétence respectives du prêtre et du maire continuaient de se superposer en partie. Cette indétermination relative quant au tracé de la ligne de partage entre le temporel et le spirituel, non seulement faisait surgir quantité de points de friction potentiels (la municipalité et la cure s’affrontaient au sujet de la sonnerie des cloches171, de la participation de la commune aux frais du culte172 …), mais en outre offrait la possibilité aux petites élites villageoises en concurrence dans l’arène communale de rationaliser leurs différends. La dénonciation, par le maire ou par un conseiller municipal ambitieux, de l’ingérence du curé dans les affaires de la communes – argument qui venait se superposer à des griefs plus traditionnels relatifs au rigorisme du clergé, au montant du casuel, à l’attribution des bancs d’église, etc. – ne servait souvent qu’à légitimer (en le travestissant) un plus prosaïque appétit de pouvoir173. Au XIXe siècle, le pouvoir local, entendu ici tant dans sa dimension symbolique (l’estime publique) qu’institutionnelle (le contrôle direct ou indirect de la mairie) constituait l’enjeu des innombrables conflits opposant la municipalité à la cure.

  • 174 Boutry P., « Remarques sur la laïcisation du territoire rural. Commune et paroisse en France au XI (...)
  • 175 Goujon P., Le vigneron citoyen. Mâconnais et Chalonnais (1848-1914), Paris, CTHS, 1993, p. 17 sq.

59Le recours, sans cesse plus systématique, dans les querelles villageoises, à une rhétorique anticléricale témoigne de l’affirmation d’une conscience municipale, et de la progressive laïcisation des appartenances territoriales. Si, comme l’affirme Philippe Boutry, la paroisse assumait en France, à la veille de la Révolution, « l’ensemble des fonctions dévolues à la territorialité », exprimait et définissait la communauté des habitants174, à mesure que la pratique religieuse et que la foi s’individualisaient, elle cessa de jouer ce rôle de matrice de la vie collective et des identités villageoises. La vie associative paroissiale dépérit, ou du moins se spécialisa dans les activités purement spirituelles175.

  • 176 Delpal B., Entre paroisse et commune. Les catholiques de la Drôme au milieu du XIXe siècle, Valenc (...)

60Au XIXe siècle, le pouvoir municipal s’efforça d’affirmer son emprise sur l’espace communautaire et de prendre le contrôle de la gestion du temps social176. La translation du cimetière, la construction d’une école, d’un lavoir, d’une mairie, furent autant d’occasions pour l’autorité civile de manifester sa prééminence sur une communauté laïcisée.

  • 177 Le Goff T. J. A., Sutherland D. M. G., « The Revolution and the Rural Community in Eighteenth-Cent (...)
  • 178 Voir par exemple Boutry P., Prêtres et paroisses, op. cit. La lecture du journal de l’abbé Jean-Ba (...)

61Il faut encore ajouter que le clergé catholique concevait la relation pastorale en se référant à un modèle – celui du berger menant son troupeau – que lui inspirait une conception contestée de l’ordre social. Cet idéal d’une communauté déférente et unanimiste177, où chacun était à sa place et en était satisfait, apparaissait de plus en plus difficile à atteindre. On trouverait certes bien des exemples de ces curés chefs de village capables de mobiliser toute une paroisse dans un ambitieux projet de construction d’une église neuve178. Mais les mutations qui affectaient la société française une fois franchi le mitan du siècle – accroissement de la mobilité résidentielle, pénétration dans les campagnes des idées démocratiques, affirmation d’une citoyenneté individualisée, consolidation de la petite exploitation indépendante… – rendaient illusoire la perpétuation des modes traditionnels de domination. D’où, peut-être, la propension des curés, confrontés à ces communautés laïcisées, de moins en moins dociles, plus conflictuelles, à imposer brutalement leur autorité. Mais cet « esprit de domination » – révélateur des difficultés rencontrées – ne faisait en réalité qu’alimenter une hostilité latente.

62L’essor sans précédent, à compter des années 1840, d’une érudition ecclésiastique au sein de laquelle le clergé paroissial se révéla particulièrement dynamique s’inscrivit dans ce contexte d’une émancipation des masses paysannes. Il participait d’une stratégie plus globale de reconquête d’une autorité battue en brèche. Car l’Église eut très tôt conscience de ce que la pratique de l’histoire micro-locale des paroisses, dont le clergé s’était fait une spécialité, parce qu’elle s’apparentait à une forme d’appropriation des lieux par une petite élite d’intellectuels de village, pouvait contribuer à renforcer l’emprise du clergé sur les collectivités villageoises.

  • 179 Prêtre et paroisses…, op. cit.
  • 180 Voir sur ce point les chapitres 4 et 7 de l’ouvrage. Le témoignage de l’abbé Duine, vicaire et mon (...)
  • 181 Abbé Elie, Histoire de la paroisse de Saint-Contest depuis le XIIIe siècle jusqu’à nos jours, Caen (...)

63Il était évidemment très difficile pour ces curés concordataires qui, observe Philippe Boutry, vivaient la relation pastorale « sur le mode de la distance et de l’exclusion179 », de réaliser dans leur paroisse l’idéal qu’ils ne cessaient de poursuivre d’un rapport fusionnel avec leurs ouailles. Mais précisément, la pratique de l’histoire, dès lors qu’il s’agissait d’une histoire locale, susceptible d’intéresser les paysans, offrait à ces curés cloîtrés dans leur presbytère la possibilité de nouer, avec la communauté des paroissiens, des relations d’un type nouveau. De réduire, sans toutefois l’abolir totalement, la distance sociale entre le prêtre et les agriculteurs. En premier lieu parce que le travail d’enquête fournissait un prétexte pour aller à la rencontre des anciens, interrogés au sujet d’un usage, d’une tradition, d’une légende, d’un épisode de l’histoire du village180. Pendant un quart de siècle, l’abbé Élie, curé de Saint-Contest [Calvados], recueillit quantité de faits relatifs à l’histoire de cette localité, s’enquérant en particulier auprès des vieillards des événements de la Révolution : « La paroisse, écrivait-il, est une famille et nous ne doutons pas que les enfants de cette famille de Saint-Contest n’accueillent avec joie et empressement son histoire. Puisse-t-elle resserrer de plus en plus les liens qui les rattachent à leurs pasteurs, qui les rattachent aussi les uns aux autres ! Puisse-t-elle enfin leur faire aimer davantage encore cette église où se sont passés pour eux les faits les plus importants de leur vie chrétienne181. » Mais c’est aussi en diffusant la somme de connaissances qu’ils avaient accumulées que les prêtres érudits manifestaient leur appartenance à la communauté villageoise.

  • 182 de l’Estoile M., « Notice sur la vie et les travaux de M. L’abbé Boudant curé-doyen de Chantelle » (...)
  • 183 L’histoire de la paroisse de Mauvezin [Lot-et-Garonne] de l’abbé Alis fut vendue au profit de la r (...)

64La rédaction d’ouvrages d’histoire s’intégrait par conséquent à un ensemble de pratiques qui visaient à renforcer l’autorité locale du clergé catholique. Dans sa nécrologie de l’abbé Boudant, curé-doyen de Chantelle [Allier] et auteur d’une monographie de cette localité, le comte Max de l’Estoile se refusait à séparer l’érudit du prêtre : « Ils ont été trop constamment unis pour que la chose me fût possible, quand même j’en aurais eu la pensée182. » En effet, la publication en 1862 de l’Histoire de Chantelle, aboutissement de sept années de recherches, ne pouvait être dissociée des grandes initiatives qui marquèrent le passage du curé à la tête de cette paroisse : instauration d’une fête en l’honneur de reliques, confection d’un recueil de légendes destiné avant tout à « retracer d’une main indulgente, mais ferme, le tableau des devoirs des jeunes personnes, principalement des domestiques, et de leur enseigner les vertus dont la pratique leur est le plus nécessaire », établissement d’une communauté de bénédictines, ouverture d’un hospice, publication d’une notice sur la châtellenie d’Ussel-en-Bourbonnais au profit de la fondation d’une école de filles et d’un ouvroir183… « Les recherches de l’abbé Boudant, écrivait encore son biographe, sont renfermées dans un cercle dont le rayon ne dépasse pas 12 ou 15 kilomètres. On dirait que le vigilant pasteur craint de s’éloigner, même par la pensée, de son troupeau chéri. » L’Histoire de Chantelle, vendue dans le commerce au profit de l’hôpital, fut un « témoignage durable de son amour pour sa paroisse chérie ».

  • 184 L’abbé Jean-Eugène Decorde y consacra trois pages de sa petite histoire de Bures-en-Bray (Seine-In (...)

65Très concrètement, la publication d’une monographie offrait à l’historien de village une opportunité de mettre en évidence son savoir, bien sûr, mais encore sa persévérance, son abnégation, son dévouement à la science, son amour du travail ou encore son attachement à sa petite patrie. Autant de qualités à l’honneur dans la société du XIXe siècle. Certains, non contents de rappeler leur action dans la commune, énuméraient leurs titres de gloire intellectuelle : affiliation à une ou plusieurs sociétés d’émulation, récompenses obtenues, encouragements prodigués par des sommités du monde académique184

  • 185 Martin E., Comment faire une monographie de village. Quelques conseils à mes confrères, Nancy, Imp (...)
  • 186 « Les almanachs de paroisse », Communication faite au Congrès de la Société d’économie sociale, da (...)
  • 187 Ibid., p. 588.
  • 188 Brunet A., « Les bulletins paroissiaux », Congrès diocésain de Vannes, t. 3, Vannes, Lafolye frère (...)

66Il est difficile d’apprécier dans quelle mesure les curés historiens de village avaient pleinement conscience de ce que leur statut d’érudits contribuait à fonder leur autorité locale ; d’évaluer jusqu’à quel point la volonté de conserver l’estime des villageois motivait effectivement leur investissement dans la recherche. Il est clair, en revanche, que ceux qui les encourageaient à écrire, en particulier les évêques, savaient tous les bénéfices que le curé pouvait tirer de la pratique de l’histoire. Pour l’abbé Eugène Martin, auteur lui-même d’une monographie paroissiale (entre autres nombreux travaux), le curé « peut trouver dans cette sollicitude pour l’histoire de sa terre d’adoption, dans le souci des souvenirs du passé, un moyen de gagner les sympathies de ses paroissiens, de grandir et de faciliter son ministère, de soutenir ses œuvres, de se ménager l’estime des gens instruits et de contribuer, pour sa bonne part, à la considération et à l’honneur du clergé185 ». En juin 1904, Arnold Mascarel présenta une communication au Congrès de la Société d’économie sociale186. Il y faisait l’éloge de l’« Œuvre » des almanachs de paroisse qui avait pris naissance dans le presbytère de Saint-Aubin-de-Baubigné [Deux-Sèvres] au printemps 1903. Plusieurs années auparavant, un certain nombre de prêtres « zélés » du diocèse de Niort, désireux d’utiliser la presse pour instruire et « moraliser » les paysans, avaient imaginé de confectionner des almanachs comportant deux parties : une partie dite générale et deux pages rédigées par chaque curé à l’intention de ses paroissiens. Dans cette partie spéciale étaient consignées des informations diverses relatives à la localité : données statistiques, description du genre de vie, des habitudes locales, des pratiques religieuses, et, surtout, recension des événements mémorables de l’année… « De manière générale, écrivait Mascarel, on excitait [les curés] à publier dans l’almanach tout ce qui était de nature à intéresser leurs paroissiens, à les rattacher les uns aux autres par la communauté des souvenirs et des affections187. » L’almanach de paroisse, sorte de Livre de Raison de la grande famille communale, présentait, du point de vue de Mascarel, une triple utilité : il entretenait l’amour du clocher ; il permettait la constitution d’une banque de données dans laquelle les érudits pouvaient puiser des informations ; enfin il fournissait aux membres du clergé « la possibilité d’entrer en communication intime avec leurs paroissiens, de leur donner d’utiles conseils et par là même de remplir leur rôle d’autorités sociales ». Le bulletin paroissial, où il n’était pas rare que le curé publie quelque note d’histoire locale, jouait exactement le même rôle : « Il est la carte de visite du prêtre, écrivait un abbé, son bonjour affectueux, sa main paternellement tendue et toujours accueillante188 ».

  • 189 Abbé Maurice, L’histoire locale. Moyen d’apostolat rural. Justification et méthode, Rouen, chez Le (...)
  • 190 Ibid.
  • 191 Ibid.
  • 192 Ibid., p. xix.
  • 193 Grente G., L’histoire locale et le clergé (Discours prononcé au IIe congrès d’histoire ecclésiasti (...)
  • 194 Ibid., p. 6.

67Les réactions enthousiastes que suscita la publication par l’abbé Maurice, curé de la paroisse de Fresquienne [Seine-Maritime], d’un petit ouvrage intitulé L’histoire locale. Moyen d’Apostolat rural189 témoignent encore de ce que les cadres dirigeants de l’Église savaient combien la pratique de l’histoire pouvait contribuer à renforcer le prestige local des prêtres. Dans une lettre de félicitation adressée à l’auteur, Mgr Ruch, évêque de Strasbourg, observait que le curé, « souvent fils et toujours père du peuple, en s’intéressant au sol, monuments, traditions, âme du pays, emploie à merveille ses loisirs, s’ouvre un prestige de bon aloi. Il se prépare à mieux connaître, donc à diriger plus parfaitement sa paroisse190 ». Jean Guiraud, rédacteur en chef de La Croix, affirmait de son côté que l’histoire pouvait contribuer à rapprocher le curé de ses ouailles : « En la leur transmettant, le prêtre aurait un contact plus étroit avec tous ses paroissiens, croyants ou incroyants. Il ne serait pas seulement celui qui parle à jour fixe du haut de sa chaire, mais l’ami de chaque famille à laquelle il raconterait son passé, et de tout le village à qui il expliquerait ses origines et sa vie191. » L’histoire, observaient encore plusieurs interlocuteurs de l’abbé Maurice, rend plus attrayant le bulletin paroissial : « Je connais des Bulletins paroissiaux, écrivait Mgr Grente, évêque du Mans, qui n’ont pénétré en des milieux hostiles que par les notes historiques publiées par le curé : l’histoire a fait passer les conseils du pasteur192. » Le même Georges Grente prononça, au mois de mai 1937, une conférence sur l’histoire locale dans laquelle il insistait sur la nécessité, pour l’apostolat, de cette discipline : « La réputation d’être instruit sert l’action spirituelle des curés ou des vicaires193. » Le prêtre qui s’avérerait incapable de soutenir, avec quelque paroissien cultivé, une conversation sur l’histoire, les lettres, la politique ou encore la science, se déconsidérerait194.

  • 195 Legoux J., Histoire de la commune des Chapelles-Bourbon (Seine-et-Marne), Paris, P. Dupont, 1886. (...)

68Curés et châtelains, en effet, n’avaient plus le monopole du savoir local. Ils étaient confrontés à la concurrence d’érudits laïques issus de la bourgeoisie rurale. Il arrivait que des maires se lancent, une fois élus, dans la rédaction d’une monographie communale : « Il y a cinq ans, expliquait Jules Legoux dans l’avant-propos d’un ouvrage consacré à l’histoire de sa commune, lorsque la confiance de mes collègues du conseil municipal m’appela à l’honneur de diriger la mairie des Chapelles-Bourbon [Seine-et-Marne], l’un de mes premiers soins a été de tenter la reconstitution du passé de notre commune195. »

  • 196 Le passé de Roquefixade par le maire de ce village, Paris, Ernest Leroux, 1884.

69Encore cet auteur, un magistrat qui avait fait une belle carrière dans la chancellerie, n’affichait-il pas une hostilité particulière à l’endroit du clergé. Tel n’était pas le cas d’Émile Darnaud, qui, en 1881 eut l’idée de publier une brochure intitulée Les affaires de la commune racontées aux habitants de Roquefixade [Ariège] par leur nouveau maire. Cette initiative ayant rencontré un vif succès, le magistrat réitéra l’expérience en 1882, 1883 et encore en 1884. Le vote de la loi du 5 avril 1884 prescrivant l’affichage du compte rendu des séances du conseil municipal rendit inutile la diffusion de cette brochure. Émile Darnaud décida alors de raconter à ses concitoyens l’histoire de leur commune, et ce « afin qu’ils puissent bien [en] apprécier le présent et l’avenir196 ». Il s’en prenait violemment, dans cette courte monographie, au clergé réactionnaire.

  • 197 Prêtres historiens, op. cit., p. 181 sq.

70Le récit qu’a donné l’abbé Jacques Denizot – l’un des érudits les plus prolixes du diocèse de Dijon – de son arrivée dans la paroisse de Morey, est une belle illustration de l’importance nouvelle que revêtit, dès le milieu du XIXe siècle, la connaissance de l’histoire locale : elle était devenue l’une des dimensions de la notabilité. Ce document, conservé à la bibliothèque municipale de Dijon, a été découvert et étudié par Sylvain Milbach197. L’abbé, nommé en 1856 à la tête de cette cure de l’arrondissement de Chalon, y relatait la traditionnelle visite que tout nouveau pasteur se devait de rendre aux paroissiens. À deux reprises, il croisa M. Montel, ancien plâtrier devenu vigneron, actif républicain qui avait été un meneur au temps de la Seconde République. Montel passait pour savant aux yeux des habitants : il avait, de ce fait, acquis un certain ascendant sur la population. D’emblée, Montel engagea avec le prêtre une discussion sur le thème de l’histoire, et en particulier de l’histoire locale. Bien évidemment, dans le récit qu’il livra de cet épisode, l’ecclésiastique se donnait le beau rôle : il raillait la culture approximative du vigneron, puisée dans de médiocres compilations, qu’il avait en outre mal assimilées – ce qui ne l’empêchait pas d’en faire étalage. Par contraste, Denizot incarnait le véritable érudit, au savoir précis, lisant le latin et compulsant les archives. Mais s’il triompha sans peine dans la brève joute qui l’opposa au demi-savant laïque, le prêtre n’en soulignait pas moins le danger que représentait ce type d’hommes : admirés du peuple, ils contribuaient à la propagation des mauvaises doctrines.

Notes

1 Collectivement dans la mesure où l’histoire locale était, au XIXe siècle, un terrain d’affrontement entre différentes catégories bien représentées dans le sous-champ de l’historiographie villageoise, en particulier les curés monarchistes et les instituteurs républicains.

2 Ozouf J., Ozouf M., La République des instituteurs, Paris, Gallimard, coll. « Points histoire », 1992, p. 86-87. Voir encore Chanet J.-F., « Vocation et traitement. Réflexions sur la « nature sociale » du métier d’instituteur dans la France de la IIIe République », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 47-3, juillet-septembre 2000, p. 582-583.

3 Pour une vue d’ensemble, on pourra en particulier se reporter à la synthèse de Gibson R., A Social History of French Catholicism, 1789-1914, London, Routledge, 1989, notamment p. 63 sq. Ou encore à celle de Launay M., Le bon prêtre. Le clergé rural au XIXe siècle, Paris, Aubier, 1986.

4 Julia D., « Le clergé paroissial du diocèse de Reims à la fin du XVIIIe siècle », art. cit.

5 Sutherland D., Les chouans : les origines sociales de la Contre-Révolution populaire en Bretagne, 1770-1796, Rennes, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1990, p. 193 sq.

6 De l’ordre de 70 % dans le Morbihan et les Côtes-du-Nord – et même davantage au début du XXe siècle (Gicquel S., Prêtres de Bretagne au XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 21-25).

7 Dans le diocèse du Mans, les villes fournissaient 40 % des prêtres sous la Restauration. En 1890 elles ne contribuaient plus qu’à hauteur de 22,8 % à la formation du clergé diocésain. Foucault P., « L’origine socio-professionnelle du clergé sarthois durant la période concordataire (1801-1905) », dans Mentalités religieuses dans la France de l’Ouest aux XIXe et XXe siècles. Études d’histoire sérielle, Cahiers des Annales de Normandie, no 8, 1976, p. 147-170.

8 Boutry P., « “Vertus d’état” et clergé intellectuel : la crise du modèle “sulpicien” dans la formation des prêtres français au XIXe siècle », dans Problèmes d’histoire de l’éducation. Actes du séminaire de l’École française de Rome et de l’Universita di Roma « La Sapienza », Rome, École française de Rome, 1988, p. 223. Même présence écrasante des ruraux au séminaire de Lyon (91 %) (ibid.).

9 Foucault P., « L’origine socio-professionnelle du clergé sarthois… », art. cit.

10 Gibson R., Les notables et l’Église dans le diocèse de Périgueux, 1821-1905, thèse, université de Lyon 3, 1979. Même constat dans le diocèse du Mans, où l’artisanat et le petit commerce fournissaient un grand nombre de prêtres (ils étaient fils de cordonniers, de tailleurs, de charpentiers, de bouchers, de boulangers). Leur niveau d’instruction était supérieur à celui de la paysannerie. Foucault P., « L’origine socio-professionnelle du clergé sarthois », art. cit.

11 Launay M., Le bon prêtre, op. cit., p. 76. Voir encore Langlois C., « Le temps des séminaristes. La formation cléricale en France aux XIXe et XXe siècles », dans Problèmes d’histoire de l’éducation, op. cit., p. 248.

12 La situation matérielle du recteur bas-breton, pourtant de modeste extraction, était plutôt enviable : il pouvait en effet compter sur le revenu des quêtes et du casuel. Cette relative aisance était une source de prestige et d’indépendance. Ford C., Creating the Nation in Provincial France : Religion and Political Identity in Brittany, Princeton (N. J.), Princeton University Press, 1993.

13 On n’entrera pas ici dans le détail des nuances régionales. Il est bien évident que l’ascendant moral du clergé n’était pas le même dans les paroisses du Léon et dans les campagnes déchristianisées de la périphérie parisienne.

14 Sur ce point : Prost A., Histoire de l’enseignement en France, op. cit., p. 133-146 ; Meyers P. V., « Professionalization and Societal Change : Rural Teachers in Nineteenth Century France », Journal of Social History, 4, summer 1976, p. 542-558 ; Day C. R., « The Rustic Man », art. cit.

15 Prost A., Histoire de l’enseignement en France, op. cit., p. 136.

16 En juin 1833, une loi Guizot obligea chaque département à ouvrir une école normale de garçons. Mais il existait déjà 36 écoles normales en 1832 (Day C. R., « The Rustic Man », art. cit., p. 28).

17 Furet F., Ozouf J., Lire et écrire. L’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, Paris, Éditions de Minuit, 1977, t. 1, passim.

18 L’ouvrage que Louis Devance a consacré à Pierre Vaux, instituteur à Longepierre [Saône-et-Loire], condamné pour une série d’incendies criminels dont il n’était pas l’auteur, donne une idée du rôle social d’un ancien normalien dans un village des années 1840 (Devance L., Entre les mains de l’injustice. L’affaire Vaux et Petit. 1851-1897, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2000).

19 Voir, à ce propos, le témoignage de Joseph Sandre, jeune enseignant à Montceaux-l’Étoile [Saôneet-Loire] dans les années 1870 : il était obligé, pour subsister, d’exercer des petits métiers d’appoint (Ozouf M. (éd.), La classe ininterrompue. Cahiers de la famille Sandre, enseignants. 1780-1960, présentés par Mona Ozouf, Paris, Hachette, 1979, p. 325 sq.).

20 Prost A., Histoire de l’enseignement en France, op. cit., p. 144. « Cette recherche d’une égalité de traitement et d’une parité de considération sous-tend la querelle scolaire » (ibid., p. 145).

21 En 1861, le ministre Rouland lança auprès des instituteurs une vaste enquête sur les besoins de l’instruction primaire dans les communes rurales. Les mémoires rédigés à cette occasion révélèrent un très fort besoin de reconnaissance au sein du corps enseignant (Nicolas G., Instituteurs entre politique et religion. La première génération de normaliens en Bretagne au XIXe siècle, Rennes, Apogée, 1993 et surtout Jacquet-Francillon F., Instituteurs avant la République. La profession d’instituteur et ses représentations de la monarchie de Juillet au second Empire, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1999).

22 Day C. R., « The Rustic Man », art. cit, p. 31. L’auteur observe bien évidemment des nuances géographiques sur lesquelles nous ne nous attarderons pas.

23 Les normaliens formaient une élite au sein du corps enseignant. Les maîtres entrés dans la carrière par la petite porte étaient en général issus de familles moins aisées. Nicolas G., Instituteurs entre politique et religion, op. cit.

24 Ozouf J., Ozouf M., La République des instituteurs, op. cit, p. 39-70.

25 Charle C., Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Le Seuil, coll. « Point histoire », 1991, p. 202.

26 Nous reproduisons ici les résultats d’un travail de Francine Muel-Dreyfus basé sur l’échantillon constitué par Jacques Ozouf (Muel-Dreyfus F., Le métier d’éducateur. Les instituteurs de 1900, les éducateurs spécialisés de 1968, Paris, Les Éditions de Minuit, 1983, p. 19 sq.).

27 Prost A., Histoire de l’enseignement en France, op. cit., p. 380.

28 Boutry P., « Vertus d’État et clergé intellectuel », art. cit., p. 216. Voir aussi, dans le même volume, Langlois C., « Le temps des séminaristes. La formation cléricale en France aux XIXe et XXe siècles », p. 229-255.

29 Gibson R., A Social History of French Catholicism, op. cit., p. 83

30 Dumoulin C., Un séminaire français au XIXe siècle. Le recrutement, la formation, la vie des clercs à Bourges, Paris, Téqui, 1977, p. 219-252.

31 Milbach S., Prêtres historiens, op. cit., p. 161.

32 Pérennès H., Au contact du passé. Notes et souvenirs [manuscrit non paginé], Arch. départ. du Finistère, 1J 58.

33 Voir par exemple Gibson R., Les notables et l’Église, thèse citée, p. 400 sq. Et, du même auteur, A Social History of French Catholicism, op. cit., p. 80 sq.

34 Pour les départements du Limousin : Corbin A., Archaïsme et modernité en Limousin au XIXe siècle. 1845-1880, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 1998, p. 641-647. Et Pérouas L., Refus d’une religion, religion d’un refus en Limousin rural. 1880-1940, Paris, Éditions des Hautes Études en Sciences Sociales, 1985, p. 110-114.

35 Sur la culture historique de l’épiscopat : Boudon J.-O., L’épiscopat français à l’époque concordataire, 1802-1905 : origines, formation, nomination, Paris, Le Cerf, 1996.

36 La publication en 1864 de la Vie de Jésus fit l’effet d’un électrochoc. Milbach S., Prêtres historiens, op. cit.

37 Ibid., p. 147-177.

38 Par exemple à Évreux en 1902 : Guillaume J., « Comment concevoir une monographie paroissiale ? », Revue d’histoire de l’Église de France, 1923, vol. 9, no 44, p. 380.

39 Ibid.

40 Gibson R., A Social History of French Catholicism, op. cit., p. 67.

41 Ozouf J., Ozouf M., La République des instituteurs, op. cit., p. 404-413.

42 On n’oubliera pas cependant que les instituteurs n’étaient pas tous normaliens.

43 Chanet J.-F., L’École républicaine et les petites patries, op. cit., p. 123 sq.

44 Ibid., p. 125-126.

45 Ibid., p. 125.

46 Anne-Marie Thiesse mentionne l’exemple de F. Simon, auteur en 1926 d’un recueil de chants populaires de l’Anjou, qui révélait dans la préface de son livre avoir pris goût à la collecte de chansons en préparant un devoir de vacances (Thiesse A.-M., Ils apprenaient la France, op. cit., p. 14).

47 Ibid.

48 L’Inspecteur d’Académie Mourlot aux instituteurs de l’Oise (Bull. de la Soc. d’études hist. et scient. de l’Oise, 1910, t. VI, séance du 27 janvier 1910, p. ii).

49 Introduction à la monographie d’Uxegney : Annales de la Soc. d’émulation du département des Vosges, 1926, 100e et 101e année, p. 1.

50 Ozouf-Marignier M.-V., « Les géographes et le découpage administratif de la France », dans Pertué M. (dir.), L’Administration territoriale de la France, 1750-1940, Actes du colloque d’Orléans, Orléans, Presses universitaires d’Orléans, 1998, p. 6-7.

51 À la fin de la monarchie de Juillet, les élèves de l’école normale de Rennes se voyaient proposer l’une ou l’autre de ces deux méthodes d’enseignement de la géographie. Ils pouvaient apprendre aux enfants la géographie de leur village, de leur arrondissement, de leur département, avant d’aborder l’étude des autres contrées. Ou alors commencer par un exposé global des grandes divisions du globe, et illustrer leur propos par des exemples locaux. Les enseignants privilégiaient la seconde solution. Nicolas G., Instituteurs entre politique et religion, op. cit., p. 62.

52 C’est en 1867 que l’histoire fit officiellement son entrée à l’école élémentaire. Cependant, d’après le rapport Himly-Levasseur de septembre 1871, l’histoire et la géographie n’étaient guère enseignées à l’école quatre ans après la réforme Duruy (Leduc J., « L’école des Hussards noirs et la République des professeurs d’histoire », dans Amalvi C. [dir.], Les lieux de l’histoire, Paris, Armand Colin, 2005, p. 307). En 1882 cinq heures hebdomadaires furent affectées à l’histoire, à la géographie et à l’instruction civique. Sur cette question : Dancel B., Enseigner l’histoire à l’école primaire de la IIIe République, Paris, Presses universitaires de France, 1996, not. p. 31 et suivantes.

53 Ibid., p. 35.

54 Article du 15 février 1882. Ibid., p. 50. Voir encore : Bruneau C. [professeur à la Faculté des Lettres de Nancy], « Comment l’instituteur peut-il écrire la monographie historique de son village ? Et quelle contribution peut-il apporter à la linguistique ? », Association française pour l’avancement de la science, conférences, 49e session, Grenoble, 1925, Paris, Masson, 1926, p. 853-856.

55 C’est l’auteur qui souligne. Cressot J., Initiation à la géographie locale, Metz, Librairie des Écoles, 1932. Sur Joseph Cressot, lauréat en 1943 du prix Sully récompensant les auteurs d’œuvres littéraires à la gloire de la paysannerie : Thiesse A.-M., Écrire la France, op. cit., p. 281-284.

56 Arch. départ. du Loiret, O 2397.

57 Journal lorrain, 1870, p. 69-77.

58 Académie de Douai, Exposition scolaire du Pas-de-Calais. Saint-Omer. Juin 1884, Saint-Omer, imprimerie Fleury-Lemaire, 1885.

59 « Chronique régionale. Les monographies communales à l’exposition scolaire », Revue de l’Agenais, 1886, t. 13, p. 264-271.

60 Bull. de l’Instruction primaire de la Haute-Garonne, janvier 1884. Cité dans Saulais B., « Les Monographies Communales de la Haute-Garonne, incunables de l’histoire locale », De mémoire d’instituteur : les monographies communales de la Haute-Garonne rédigées en 1885 ; origine et répertoire, Toulouse, Archives de la Haute-Garonne, 1993, 52 p.

61 Saulais B., De mémoire d’instituteur, op. cit.

62 Bull. de la Soc. des études du Lot, 1877, p. 462.

63 Ces documents sont reproduits dans Le Lot vu par ses maîtres d’école. Recueil des monographies des communes rédigées par les instituteurs de l’arrondissement de Cahors. 1880-1881, Cahors, Archives départementales du Lot, 2005-2010, 5 vol.

64 L’Inspecteur primaire Pujols à M. E. Bargeton, préfet du Lot, s. d. ibid., p. 17.

65 Bull. mensuel de l’Enseignement primaire dans le département du Lot, juin 1879, p. 47.

66 Braquehais L., Les instituteurs écrivains du département de la Seine-Inférieure. Plan et bibliographie d’une histoire communale. Réponse à une note de M. H. Métivier, Inspecteur d’Académie, Paris-Le Havre, Librairie normande E. Dumont, Librairie A. Bourdignin fils, 1890 (extrait du Recueil des Publications de la Soc. havraise d’études diverses, 2e semestre 1890).

67 Thiesse A.-M., Ils apprenaient la France, op. cit., p. 8-9.

68 Chanet J.-F., L’école républicaine et les petites patries, op. cit., p. 146-159. Voir encore, sur ces questions : Chanet J.-F., « La place et les fonctions du milieu local dans les revues d’enseignement primaire à la Belle Époque. L’exemple de la Revue de l’enseignement primaire supérieur, 1890-1914 », Jean Jaurès. Cahiers trimestriels, no 152, avril-juin 1999, p. 119-130. Le « pays » était pour Vidal de la Blache une subdivision territoriale à partir de laquelle ont pouvait former le regard et le sens de l’observation des élèves (Sagnes S., « Les pays de Foncin », Ethnologies comparées, no 8, printemps 2005, http://alor.univ-mont3.fr/cerce/r8/s.s.htm).

69 Blanguernon E., « Écoles et clochers. Lettre ouverte à M. Maurice Barrès », Manuel Général de l’Instruction primaire. Journal hebdomadaire des instituteurs et des institutrices, 80e année, no 13, 7 décembre 1912.

70 Une circulaire ministérielle du 22 septembre 1898 stipulait déjà que « L’instituteur peut et doit accommoder son enseignement au pays où il le donne ».

71 Et notamment d’Anfos Martin, un félibre rouge. Cet Inspecteur d’Académie, lié à Faure, Émile Loubet, Édouard Herriot, Philippe Arbos et Lucien Gachon, fit paraître, entre octobre 1909 et juillet 1914, une revue mensuelle destinée aux instituteurs du bassin du Rhône. On y trouvait notamment, dans la partie « extra-scolaire », des monographies communales. Grosso R., « Aux origines de l’enseignement de l’histoire et de la géographie locales : Anfos Martin et le Bassin du Rhône », Études vauclusiennes, juill.-déc. 1982, p. 13-22.

72 Celles de leur commune, de leur département ou de leur province : la notion de « petite patrie », on le voit, était à géométrie variable.

73 Cité par Dubuc A., « Les sociétés des études locales et l’enseignement public », dans Les sociétés savantes, Actes du 100e congrès national des sociétés savantes, Paris, Bibliothèque nationale, 1975, p. 79-90.

74 Ibid. et Thiesse A.-M., Ils apprenaient la France, op. cit., p. 11-12. Camille Jullian, Lucien Gallois, Vidal de la Blache, Lavisse étaient membres de la Société.

75 Bull. fédéral de la Soc. des Études locales dans l’enseignement public. Le premier bulletin fut publié en 1913.

76 Ibid.

77 Ibid.

78 Ibid.

79 Demangeon A., « La géographie d’un village », Le Volume, no 52, 28 septembre 1901.

80 Sorre M., « Monographies communales (Instructions pour leur établissement en Bas-Languedoc) », Bull. de la Soc. languedocienne de géographie, 1910.

81 Bull. fédéral de la Soc. des Études locales dans l’enseignement public, 2e année, no 1, 1914 ; Portal C. [archiviste départemental], De la composition d’une monographie communale dans le Tarn, Albi, Imprimerie Nouguières, 1914, 18 p. [extrait de l’Annuaire du Tarn, 1914].

82 Bull. fédéral de la Soc. des Études locales dans l’enseignement public, 2e année, no 2, 1914.

83 Chanet J.-F., L’école républicaine et les petites patries, op. cit., p. 151.

84 Voir par exemple : Monographies des communes du canton de Beaumont [Dordogne] pour servir à l’enseignement de l’histoire et de la géographie locales dressées sous la direction de M. Mayson Inspecteur Primaire, à propos des conférences pédagogiques de 1912, rééditées sous le titre : Beaumont. Monographies historiques et géographiques des communes du canton de Beaumont établies par les instituteurs respectifs des différentes communes en 1912, Bayac, Graphies Services, 1985, 2 vol.

85 Chevalier J.-P., « Le lent déclin de la monographie géographique dans l’enseignement primaire », Les Études sociales, no 113, 1er semestre 2001, p. 69-90.

86 Chanet J.-F., L’École républicaine et les petites patries, op. cit.

87 Clozier R., « Géographie locale : monographies communales », L’Information géographique, no 3, 1946, p. 114-118.

88 Bloch M., La terre et le paysan. Agriculture et vie rurale aux 17e et 18e siècles. Textes réunis et présentés par Étienne Bloch, Paris, Colin, 1999, p. 176-244.

89 Ozouf J., Ozouf M., La République des instituteurs, op. cit., p. 412.

90 Mémoires d’un instituteur rural. 1885-1935, Saint-Père-Marc-en-Poulet, Association Théodore Chalmel, 1999.

91 Thabault R., Mon village. Ses hommes, ses routes, son école, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1993 [1943], p. 212 sq.

92 Ibid., p. 218 et 221.

93 Ibid., p. 218-219. La contrainte de la préparation à un examen national explique peut-être en partie l’orientation très généraliste de l’enseignement : « Il eût enseigné avec joie et avec fruit l’histoire locale, la géographie locale, il eût fait observer les arbres, les plantes, les oiseaux, les insectes du pays, il eût poussé les élèves à réfléchir sur les mœurs locales si les compositions au Certificat d’études primaires élémentaires n’eussent point comporté des connaissances beaucoup plus générales. Et tout en donnant à ses élèves les moyens d’entrer en communication avec les autres Français, il les eût attachés plus fortement, plus consciemment à leur petit pays » (ibid., p. 224).

94 Dans années 1840, des membres de l’université et de l’Académie des sciences dénoncèrent le caractère à leurs yeux trop ambitieux de la formation des maîtres. Selon eux, point n’était besoin, pour enseigner aux jeunes des classes populaires quelques notions de base, de se gaver de science (Nicolas G., Instituteurs entre politique et religion, op. cit., p. 62).

95 Levasseur E., L’enseignement primaire dans les pays civilisés, Paris, Berger-Levrault, 1897, p. 530.

96 Muel-Dreyfus F., Le métier d’éducateur, op. cit., p. 52

97 Ibid., p. 58 et 61.

98 Les mémoires rédigés en 1860 à la demande du ministre Rouland révèlent à quel point les instituteurs avaient intériorisé ce rôle de représentants de la science au village, d’intermédiaires entre le savant et le rustique (Day C. R., « The Rustic Man », art. cit., p. 45).

99 Statistique de la commune de Frétoy, Château-Chinon, imp. G. Luquet, 1886.

100 Furet F., Ozouf J., Lire et écrire, op. cit.

101 Mémoires de la Soc. acad. d’agric., des sciences, arts et Belles-Lettres du départ. de l’Aube, t. XL de la collection, tome XIII, 3e série, année 1876 (séance du 16 juin 1876).

102 Un contre-exemple : la vaste enquête sur les antiquités, les monuments, les objets mobiliers, les curiosités naturelles, les sites pittoresques, les traditions, légendes, superstitions, croyances anciennes et vieilles coutumes ouverte en 1905 par la Société d’émulation du département des Vosges (Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 1905, p. 43-44).

103 En 1900, un universitaire lyonnais qui s’intéressait aux parlers locaux sollicita, par le biais du Bulletin départemental, l’aide des instituteurs. Locatelli R. et al., La Franche-Comté à la recherche de son histoire, op. cit., p. 176.

104 En juillet 1889, les instituteurs furent mis à contribution par le gouvernement dans le cadre d’une grande statistique relative à l’état sanitaire de toutes les parties du territoire de la République. Il leur était demandé de consigner sur des bulletins toutes les maladies épidémiques (Journal des instituteurs, 11 août 1889).

105 Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 1905.

106 Chalmel T., Mémoires d’un instituteur rural, op. cit., p. 99. Enquête organisée en 1905 par la Faculté des Lettres de Rennes.

107 Voir La Révolution française, notamment les numéros 1890, 1 (p. 193-209), 1892, 1 (p. 289-290), 1902, 1 (p. 481-510).

108 Voir le discours de Jules Clarétie à l’occasion de la séance du 13 mars 1892 de la Société d’histoire de la Révolution (La Révolution française, 1892, 1, p. 289-290). Aulard s’emporta à la lecture d’une note évoquant, dans une monographie d’instituteur, le vandalisme révolutionnaire : la tirade est un peu raide, écrivait-il, de la part d’un homme qui enseigne au nom et aux frais de l’État (La Révolution française, 1900, 2, p. 565-566).

109 Discours de clôture de la session du Congrès des Sociétés savantes, cité par Mourlot F., « Une visite aux archives départementales de l’Orne », La Révolution française, 1905, 1, p. 253.

110 Circulaires ministérielles des 24 mars et 12 août 1904, reproduites dans La Révolution française, année 1904.

111 La Révolution française, 1907, 2, p. 292.

112 Voir le compte rendu des séances de la Société d’histoire de la Révolution (séance du 19 avril 1911), La Révolution française, 1911, 1, p. 443.

113 Voir par exemple les différents volumes du Bull. de la Soc. d’études hist. et scient. de l’Oise, fondée en décembre 1904 par des érudits qui souhaitaient répondre à l’appel lancé par les universitaires. Pour l’Orne : Mourlot F., « Une visite aux archives départementales de l’Orne », La Révolution française, 1905, 1, p. 249-256. On pourra encore se reporter aux numéros de La Révolution française d’Aulard.

114 Wolff D., « Albert Demangeon : un géographe face au monde rural (jusqu’en 1914) », Ruralia, no 18-19, 2006, p. 192.

115 Ibid., p. 196-197.

116 Ibid., p. 198.

117 Bromberger C., « Du grand au petit. Variations des échelles et des objets d’analyse dans l’histoire récente de l’ethnologie de la France », dans Chiva I., Jeggle U. (dir.), Ethnologies en miroir. La France et les pays de langue allemande, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1987, p. 69. Schweitz D., Histoire des identités de pays en Touraine, XVIe-XXe siècles, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 286-287. Müller B., Weber F., « Réseaux de correspondants et missions folkloriques », Gradhiva, 33, 2003, p. 43-56. Au début des années 1950, Alfred Sauvy et Michel Fleury s’efforcèrent d’obtenir des directeurs d’écoles normales qu’ils orientent les élèves-maîtres vers l’étude des registres paroissiaux pour le mémoire qui clôturait leur scolarité (Rosental P.-A., « La nouveauté d’un genre ancien : Louis Henry et la fondation de la démographie historique », Population, 2003, vol. 58, no 1, p. 121).

118 Chevalier J.-P., « Le lent déclin de la monographie géographique… », art. cit.

119 Van Gennep A., Le Folklore français [réédition du Manuel de folklore français contemporain], Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquin », 1998, t. 1, p. 58-59.

120 Chabeuf H., Plan de monographie communale, Dijon, Imprimerie Darantière, 1988 [extrait du tome VI des Mémoires de la Soc. bourguignonne d’Histoire et de Géographie], 13 p. Voir encore Revue historique de l’Ouest, 1894, p. 209.

121 Thiesse A.-M., Ils apprenaient la France, op. cit., passim.

122 Germouty H. (éd.), La Maurienne, notices historiques et géographiques par les instituteurs de la circonscription de Saint-Jean-de-Maurienne, Saint-Jean-de-Maurienne, 1904-1909, 2 vol.

123 Thiesse A.-M., Ils apprenaient la France, op. cit., p. 10.

124 Tels Jean Chapalain, auteur d’ouvrages consacrés au Finistère, ou J. Rousselot, à qui l’on doit une Géographie départementale des Côtes-du-Nord (Nicolas G., Instituteurs entre politique et religion, op. cit., p. 138). On mentionnera encore la Géographie historique des Côtes-du-Nord de l’Inspecteur primaire Jean-Marie Rigaud, rédigée grâce au concours de l’agent-voyer en chef et de plusieurs instituteurs du département : elle était bâtie sur le même principe d’un découpage par circonscriptions administratives (Saint-Brieux, Imprimerie Francisque Guyon, 1890).

125 Rapport de la commission chargée de tracer à MM. Les Instituteurs le programme d’après lequel ils seront invités à écrire l’histoire de leur commune, Lisieux, Typographie de Mme Ve E. Piel, Grande-Rue, 1875. Ce document est consultable sur le le site de la Bibliothèque municipale de Lisieux : http://www.bmlisieux.com/normandie/histcomm.htm.

126 Tremsal M., « Rapport de la commission d’histoire et d’archéologie », Annales de la Soc. d’émulation du départ. des Vosges, 1893, 69e année, p. xxxvii.

127 Les plus sévères étaient plein d’ironie et de condescendance. Très révélatrice à ce propos, la chronique régionale que la Revue de l’Agenais consacra, en 1886, à une série de monographies communales d’instituteurs du Lot-et-Garonne (Revue de l’Agenais, 1886, t. 13, p. 264-271). L’auteur ne ménageait ni ses critiques ni ses conseils, et ne manqua pas de relever les nombreuses erreurs factuelles qui s’étaient glissées dans les notices. Voir aussi le rapport assez sévère des Mémoires de la Soc. des lettres de Bar-le-Duc, 1896, 3e série, t. 5, p. liv et suivantes.

128 Et qui peut s’expliquer par le nombre important de ses publications : travaux d’archéologie, monographies de villages, études de phénomènes météorologiques, catalogues de sobriquets et de dictons…

129 Journal lorrain 1885, 34e année, p. 142.

130 Voir notamment le procès-verbal de l’Assemblée générale du 14 novembre 1899 de la Société d’études de la province de Cambrai (tome 1, juillet 1899-juin 1900).

131 « La Linde et les libertés communales à Linde », Bull. de la Soc. hist. et archéol. du Périgord, 1883, t. 10, p. 76.

132 Il ajoutait encore : « Pris à part, cet essai est un détail. Pour l’apprécier à sa juste valeur, c’est l’ensemble de l’édifice à construire qu’il faut considérer. Aussi j’affirme en toute franchise que s’il devait rester isolé, ce travail particulier ne verrait jamais le jour ». Guilloux J.-M., « Études sur une paroisse bretonne. Brandivy », Revue historique de l’Ouest, 1890, p. 428-429.

133 Les ecclésiastiques affiliés à une société d’émulation faisaient en général une belle carrière (Gicquel S., Prêtres de Bretagne, op. cit., p. 232-233).

134 Bull. de la Soc. géographique de l’Est, t. XII, 1890, p. 607-620.

135 Nécrologie par Poussereau L-M., dans Bull. de la Soc. nivernaise des lettres, sc. et arts, XXIVe vol., 1913, p. 138-148.

136 Médaille d’argent à l’Exposition universelle de Paris (1889) ; prix d’honneur au concours régional d’Avignon (1891) ; diplôme d’honneur à l’Exposition internationale de Cannes (1892) ; médaille d’argent à l’Exposition nationale d’Auxerre (1893) ; médaille d’argent à l’Exposition universelle de Lyon (1894) ; médaille d’argent à l’Exposition nationale de Rouen (1896) ; médaille d’or au concours régional de Bourges (1897) ; médaille de bronze à l’Exposition universelle de Paris (1900).

137 La Société scientifique, historique et naturelle de l’Yonne, la Société historique, littéraire et scientifique du Cher, la Société éduenne des lettres, sciences et arts, la Société des sciences historiques et nationale de Semur, la Société archéologique du Gâtinais.

138 Poussereau L.-M., art. cit.

139 Arch. départ. du Morbihan, 1J47. Les archives de la Somme possèdent toute une collection de notices rédigées à partir du même modèle, que l’on peut consulter en ligne.

140 L’instituteur de Gindou [Lot] concluait sa squelettique notice sur cette commune par cette phrase : « Je ne puis malgré ma bonne volonté donner d’autres renseignements ; la commune étant dépourvue de tout fait historique » (Le Lot vu par ses maîtres d’école, op. cit., t. 4, p. 69). L’instituteur de Goujounac était à peine plus curieux : « Je ne connais ni légendes, ni proverbes, ni chansons populaires qui soient particuliers à cette localité » (ibid., p. 77). Il affirmait encore de l’église romane qu’elle n’offrait « rien de remarquable » (ibid., p. 75)

141 Dont le montant se situait le plus souvent entre 100 et 300 francs.

142 Dans une abondante littérature, voir en particulier Cleary M. C., Peasants, Politicians and Producers : the Organisation of Agriculture in France since 1918, Cambridge, Cambridge University Press, 1989. Du même auteur : « Priest, Squire and Peasant : the Development of Agricultural Syndicates in South-West France 1900-1914 », European History Quarterly, vol. 17, 1987, p. 145-163. Barral P., Les agrariens français de Méline à Pisani, Paris, A. Colin, coll. « Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiques », 1968, no 164.

143 À défaut de développer ce point, on renverra le lecteur au chapitre préliminaire de l’ouvrage classique de Pierre Barral (Les agrariens français, op. cit.), à sa typologie des sociétés rurales et à la carte qu’il a dressée. Pour une présentation synthétique de la question : Charle C., Histoire sociale de la France au XIXe siècle, op. cit., p. 229-239. Voir encore Gibson R., Blinkhorn M. (éd.), Landownership and Power in Modern Europe, London, Harper Collins, 1991 (contributions de Donald Sutherland, Ralph Gibson et Pierre Lévêque).

144 Pour reprendre une formule de Philippe Grandcoing (Les demeures de la distinction. Châteaux et châtelains au XIXe siècle en Haute-Vienne, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 1999).

145 Guionnet C., L’apprentissage de la politique moderne. Les élections municipales sous la monarchie de Juillet, Paris, L’Harmattan, 1997.

146 Dont l’intensité était à la mesure de l’importance que revêtait le pouvoir municipal depuis que la loi du 14 décembre 1789 avait fait de la commune la cellule de base de l’organisation administrative. Sur les conflits entre le pouvoir municipal et le pouvoir clérical : Ploux F., « Luttes de factions à la campagne. L’exemple du Lot au XIXe siècle », Histoire et Sociétés rurales, no 22, 2e semestre 2004, p. 105-136.

147 17 % des instituteurs et des institutrices qui répondirent au questionnaire diffusé par Jacques et Mona Ozouf affirmaient avoir eu maille à partir, au cours de leur carrière, avec les autorités ecclésiastiques. Rappelons qu’il s’agissait d’enseignants nés entre 1882 et 1893. Ozouf J., Ozouf M., La République des instituteurs, op. cit., p. 218 (voir notamment le chap. 7, p. 217-262 et p. 241 sq.). Voir encore Le Bras G., L’église et le village, Paris, Flammarion, 1976, p. 198-200 et Jacquet- Francillon F., Instituteurs avant la République, op. cit., p. 181-186.

148 Déloye Y., Les voix de Dieu. Pour une autre histoire du suffrage électoral : le clergé catholique français et le vote. XIXe-XXe siècle, Paris, Fayard, coll. « L’espace du politique », 2006.

149 Singer B., Village Notables in Nineteenth-Century France. Priests, Mayors, Schoolmasters, Albany, State University of New York Press, 1983.

150 Ozouf J., Ozouf M., La République des instituteurs, op. cit., p. 396-397.

151 Muel-Dreyfus F., Le métier d’éducateur, op. cit., p. 93. Voir encore Prost A., Histoire de l’enseignement en France, op. cit., p. 380-383. Voir à ce propos le beau témoignage d’Aimé Touchard : Roux L. (éd.), Mémoires d’instituteurs, Saint-Étienne, Ciérec, 1987.

152 En raison de leur statut intermédiaire – à mi-chemin de la paysannerie et de la bourgeoisie – les institutrices éprouvaient bien des difficultés dans le choix de leur tenue vestimentaire : elles devaient prendre soin de s’habiller décemment, mais sans coquetterie. Prost A., Histoire de l’enseignement en France, op. cit., p. 382.

153 Ce point est notamment souligné par Singer B., Village Notables, op. cit., chap VI, p. 108-146.

154 Ozouf J., Ozouf M., La République des instituteurs, op. cit., p. 399-400. La situation était particulièrement cruelle là où sévissait la concurrence scolaire.

155 Prost A., Histoire de l’enseignement en France, op. cit., p. 382.

156 Nous suivons ici les analyses très pénétrantes de Muel-Dreyfus F. (Le métier d’éducateur, op. cit, passim).

157 Germouty H., « Les monographies communales », Le Volume : journal des instituteurs, t. XVII, 1905, 30 décembre, p. 63-170.

158 Rabot C., « Un programme de monographies de village », La Géographie, 1er semestre 1905, t. XI, p. 60.

159 La géographie dans l’enseignement primaire, Paris, impr. nationale, 1889.

160 Thabault R., Mon village, op. cit., p. 212 sq.

161 Ibid., p. 213.

162 Ibid., p. 214.

163 Ibid., p. 213.

164 Roger Thabault achevait son portrait du directeur de l’école de Mazières devenu premier magistrat de la commune par l’évocation d’un discours de Barrès, dans lequel il était question de la position pathétique de l’instituteur « seul au milieu des paysans et des ouvriers, isolé dans sa maison d’école par sa demi-culture si incomplète, si chétive qu’elle soit ». Barrès se trompait, affirmait Thabault : « De nombreux instituteurs ressemblaient à M. Bouet. » Ibid., p. 216.

165 Jean Simon à Frétoy [Nièvre] (Statistique de la commune de Fretoy, op. cit.) ; Jean Genêt, beau-père d’Aimé Touchard à Mezeray [Sarthe] (Roux L. (éd.), Mémoires d’instituteurs, op. cit.).

166 Boutry P., Prêtres et paroisses, op. cit.

167 En particulier dans l’Ouest, où paroisse et communauté d’habitants étaient sous l’Ancien Régime deux institutions à peine différenciées. Sur le traumatisme consécutif aux réformes de 1789-1790, voir notamment Tilly C., La Vendée : Révolution et contre-révolution, Paris, Fayard, 1970 et Sutherland D., Les Chouans, op. cit.

168 Boutry P., Prêtres et paroisses, op. cit., passim.

169 Ploux F., Guerres paysannes en Quercy. Violences, conciliations et répression pénale dans les campagnes du Lot (1810-1860), Paris, La Boutique de l’Histoire, 2002, p. 230 sq. Sous l’Ancien Régime, on faisait bien davantage appel au curé (Castan N., Justice et répression en Languedoc à l’époque des Lumières, Paris, Flammarion, 1980, p. 34-47). Les élections locales de 1790 inaugurèrent ce « transfert de respectabilité ».

170 Déloye Y., Les voix de Dieu, op. cit., p. 124 et passim.

171 Corbin A., Les cloches de la terre, op. cit., passim..

172 Basdevant-Gaudemet B., Le jeu concordataire dans la France du XIXe siècle : le clergé devant le conseil d’État, Paris, Presses universitaires de France, 1988.

173 Ploux F., « Luttes de factions à la campagne ».

174 Boutry P., « Remarques sur la laïcisation du territoire rural. Commune et paroisse en France au XIXe siècle », dans Roncayolo M. (dir.), Territoire et territorialité, Paris, CNRS, no 1, 1983, p. 45. Cette symbiose était bien plus poussée dans l’Ouest que, par exemple, dans le Midi des consulats.

175 Goujon P., Le vigneron citoyen. Mâconnais et Chalonnais (1848-1914), Paris, CTHS, 1993, p. 17 sq.

176 Delpal B., Entre paroisse et commune. Les catholiques de la Drôme au milieu du XIXe siècle, Valence, Éditions du Peuple Libre, 1989.

177 Le Goff T. J. A., Sutherland D. M. G., « The Revolution and the Rural Community in Eighteenth-Century Brittany », Past and Present, 62, 1974, p. 96-119.

178 Voir par exemple Boutry P., Prêtres et paroisses, op. cit. La lecture du journal de l’abbé Jean-Baptiste Allain, curé de la paroisse de Crossac [Loire-Inférieure] permet d’observer comment se construisait l’autorité d’un curé de campagne dans une région où le poids de l’Eglise était considérable. À la fois bâtisseur d’une nouvelle église, défenseur des intérêts matériels de la communauté, censeur impitoyable des déviances morales, l’abbé régnait en maître absolu sur ses ouailles (Abbé Allain, Un seul pasteur, un seul troupeau, op. cit.).

179 Prêtre et paroisses…, op. cit.

180 Voir sur ce point les chapitres 4 et 7 de l’ouvrage. Le témoignage de l’abbé Duine, vicaire et monographe de Guipel [Ille-et-Vilaine] dans les premières années du XXe siècle, donne à penser le travail d’enquête a pu dans certains cas accroître la distance entre l’érudit et les villageois. Duine passait en effet pour un sorcier. Cette réputation, écrivait-il, « devait tenir, j’imagine, à ce que je me promenais toujours avec des livres et que je faisais une enquête sur les superstitions populaires ». Souvenirs et observations de l’abbé François Duine, texte édité par Bernard Heudré, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 176.

181 Abbé Elie, Histoire de la paroisse de Saint-Contest depuis le XIIIe siècle jusqu’à nos jours, Caen, L. Jouan, 1901.

182 de l’Estoile M., « Notice sur la vie et les travaux de M. L’abbé Boudant curé-doyen de Chantelle », Bulletin de la Soc. d’émulation du Bourbonnais, 1867, p. 140-164.

183 L’histoire de la paroisse de Mauvezin [Lot-et-Garonne] de l’abbé Alis fut vendue au profit de la restauration de l’église. Bibliothèque de l’école des Chartes, 1887, vol. 48, 1, p. 699.

184 L’abbé Jean-Eugène Decorde y consacra trois pages de sa petite histoire de Bures-en-Bray (Seine-Inférieure) : Histoire de Bures-en-Bray, op. cit., p. 107-109.

185 Martin E., Comment faire une monographie de village. Quelques conseils à mes confrères, Nancy, Imprimerie A. Crépin-Leblonc, 1898.

186 « Les almanachs de paroisse », Communication faite au Congrès de la Société d’économie sociale, dans la séance du 3 juin 1904, La Réforme sociale, 1904, p. 587-594.

187 Ibid., p. 588.

188 Brunet A., « Les bulletins paroissiaux », Congrès diocésain de Vannes, t. 3, Vannes, Lafolye frères, p. 112.

189 Abbé Maurice, L’histoire locale. Moyen d’apostolat rural. Justification et méthode, Rouen, chez Lestringant, 1937.

190 Ibid.

191 Ibid.

192 Ibid., p. xix.

193 Grente G., L’histoire locale et le clergé (Discours prononcé au IIe congrès d’histoire ecclésiastique de la France à l’institut catholique de Paris le 18 mai 1837), extrait de la Revue d’histoire de l’Église de France, t. XXIII, juillet 1937, p. 5.

194 Ibid., p. 6.

195 Legoux J., Histoire de la commune des Chapelles-Bourbon (Seine-et-Marne), Paris, P. Dupont, 1886. Sur Jules Legoux : Rieuzé Micheli di, Panthéon des lettres, des sciences et des arts, Paris, 1893, p. 94-95.

196 Le passé de Roquefixade par le maire de ce village, Paris, Ernest Leroux, 1884.

197 Prêtres historiens, op. cit., p. 181 sq.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search