Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une mémoire de papier

 | 
François Ploux

Chapitre 1. L’invention d’une formule

Texte intégral

1L’histoire de la monographie de village ne démarre véritablement en France qu’à l’aube des années 1830. Les premiers travaux exclusivement consacrés à une commune ou à une paroisse rurales furent réalisés par des antiquaires de province au tout début du règne de Louis-Philippe. On pourrait bien mentionner quelques lointains précédents. Au XVIIIe siècle, des curés de campagne s’intéressèrent à l’histoire de leur paroisse. Mais ces précurseurs, du reste fort peu nombreux, ne firent pas d’émules. Leurs recherches ne donnèrent pas naissance à une tradition d’études communales. Sous la monarchie de Juillet en revanche, les revues savantes se mirent à publier régulièrement des statistiques ou notices communales. Au même moment paraissaient les premiers ouvrages entièrement consacrés à l’histoire d’une commune. Ces travaux, pour la plupart réalisés par des chercheurs affiliés à une société d’émulation, furent présentés et commentés au sein de ces institutions. Une réflexion s’engagea sur l’intérêt que pouvait présenter ce type de recherches. Dans un climat intellectuel très propice à l’exploration de la France locale, archéologues et amateurs d’histoire furent de plus en plus nombreux à travailler à l’échelle d’un village. Un processus cumulatif s’était enclenché. À l’aube de la Troisième République, plus personne ne doutait de l’intérêt de la « monographie de commune ». Les érudits de village se comptaient désormais par centaines.

2Avant d’aborder l’histoire de cet âge d’or, essayons de comprendre comment les antiquaires du premier XIXe siècle en vinrent à imaginer la possibilité d’une science historique des villages. Il ne s’agira pas seulement de repérer les différentes matrices intellectuelles à partir desquelles fut forgé le concept de monographie locale : nous verrons aussi que l’adoption de cette échelle d’observation coïncida avec l’ouverture du champ de l’érudition à de nouvelles catégories d’auteurs.

La commune dans la tradition des statistiques descriptives

  • 1 Deux en 1796, une en 1803 et les deux dernières à une date non spécifiée. Analyse des travaux de l (...)
  • 2 Compte rendu des travaux de la Société d’Agriculture, Histoire naturelle et Arts utiles de Lyon, d (...)
  • 3 L’ouvrage sera publié en 1827 : Notice historique et statistique du canton de St-Symphorien-le-Châ (...)
  • 4 « Notice statistique sur la commune de Loire », Compte rendu des travaux de la Société d’Agricultu (...)

3En 1820, un bilan des travaux réalisés depuis 1794 par les membres de la Société royale des Arts du Mans indiquait, sous la rubrique « Statistique », cinq enquêtes communales1. Le paragraphe « Statistique » d’un inventaire des manuscrits conservés dans la bibliothèque de la Société d’agriculture de Lyon mentionnait en 1823, parmi de très nombreuses études portant sur le département du Rhône, sur un arrondissement ou sur un canton, trois statistiques communales2. La première, exécutée 1804, traitait de « L’agriculture du territoire de Montluel ». La seconde, consacrée à Irigny, datait de 1808. Enfin, en 1822, N. F. Cochard, avocat à la cour royale de Lyon, écrivit un mémoire de 34 pages in-octavo intitulé « Statistique de la commune de Longes et Trèves, canton de Ste-Colombe ». Cochard préparait un recueil portant sur toute l’étendue du canton de St-Symphorien-le-Château. Procédant par étapes, il accumulait les notices communales3. La statistique de Loire4, essentiellement consacrée à la description de l’agriculture et des industries de la localité, débutait par l’évocation de quelques épisodes de l’histoire du village. Il y était également fait mention d’usages populaires (tel le droit de rabondage, perçu lorsqu’une fille se mariait dans une paroisse voisine), dont l’auteur s’étonnait qu’ils aient survécu à l’ébranlement révolutionnaire.

  • 5 Perrot J-C., L’Âge d’or de la statistique régionale française (an iv-1804), Paris, Société des Étu (...)
  • 6 Dieudonné, préfet du Nord, et son secrétaire Bottin rédigèrent en l’an ix deux questionnaires à l’ (...)

4Il apparaît donc qu’au tout début du XIXe siècle quelques amateurs d’agronomie s’essayèrent à la monographie communale. Ces tentatives doivent être replacées dans le contexte de l’essor, depuis le Directoire, de la statistique descriptive de la France5. Au terme d’une décennie de réformes et de bouleversements, les hommes qui détenaient le pouvoir voulurent dresser un état des lieux du pays : les préfets furent chargés de collecter le matériau nécessaire à la confection de statistiques départementales. Pour accomplir cette tâche, ils firent appel à des informateurs locaux. Propriétaires fonciers, fonctionnaires, médecins, hommes de loi et enseignants répondirent à l’appel. Mais les notables de province, groupés dans des sociétés d’émulation dont le réseau se reconstituait progressivement, participèrent à cette œuvre indépendamment de toute sollicitation officielle. Par conséquent, et dès lors que la statistique régionale s’était organisée en fonction du découpage administratif issu des réformes de 1789 et de l’an VIII, il est logique que l’implication de ces informateurs ait débouché sur la confection de statistiques communales6. Nul doute qu’une recherche approfondie dans la table des matières des bulletins édités par les sociétés savantes de province permettrait de repérer d’autres occurrences de ces mémoires consacrés à des localités rurales. Il n’en reste pas moins que l’immense majorité des chercheurs travaillaient à l’échelle soit du département, soit de ses principales sous-composantes : l’arrondissement ou le canton.

  • 7 Ibid., p. 304.

5Dès l’établissement de l’empire, les services centraux de l’État abandonnèrent le projet d’une description départementalisée du territoire français. C’est peut-être ce qui explique que si peu de monographies communales aient été publiées après 1800. Une autre conception de la statistique avait désormais les faveurs du pouvoir : elle était fondée sur l’accumulation de données sectorielles quantifiables. Si le département restait le cadre ordinaire de la collecte, il n’était plus pensé comme un espace géographique singulier offert à la description7.

6Sous la monarchie de Juillet, la statistique redevint à la mode. L’État y fut pour quelque chose. Cependant la Statistique générale de la France réclamée par Thiers ne fut pas directement à l’origine de la publication de monographies communales. L’idée de Moreau de Jonès, maître d’œuvre du projet, était de centraliser des données chiffrées classées en une quinzaine de rubriques. Si le département continuait de servir de cadre à l’enquête, en aucun cas il n’était question d’en faire une description approfondie. Il s’agissait plutôt de dégager une géographie nationale des phénomènes observés. Une perspective peu propice à la miniaturisation de la description. Quant à la statistique morale, elle procédait davantage de la plongée dans les bas-fonds d’une société dont les élites cherchaient à percer l’opacité que de l’exploration d’un territoire particulier.

  • 8 Bull. des sciences géographiques, 1828, t. XIII, p. 308.
  • 9 Compte rendu des travaux de la Soc. royale d’agric. et des arts de Seine-et-Oise, 1835, p. 20-21.
  • 10 Dujay J., Statistique de Mareuil-lez-Meaux, Meaux, Imprimerie A. Dubois, 1834. Des extraits de ce (...)
  • 11 Bourguet M.-N., op. cit., p. 154.

7Quelques monographies de localités rurales furent cependant publiées à la fin des années 1820 et au début de la décennie suivante. Parmi les travaux réalisés dans le cadre du concours de statistique de l’Académie des sciences, on note, en 1827, une « monographie » de la commune de Callian (Var) par Étienne Garcin, instituteur8. En 1833, le préfet de la Seine-et-Oise, qui préparait une statistique complète du département, demanda aux maires de lui transmettre des informations sur leur commune. C’est à cette occasion que fut publiée une courte statistique de la Celle-lez-Saint-Cloud, rédigée non par le premier magistrat de la commune, mais par le vicomte Charles Gilbert Morel de Vindé, pair de France, membre de l’Académie des sciences, agronome réputé et propriétaire du château de la Celle9. En 1834, c’est le maire de Mareuil-lez-Meaux (Seine-et-Marne) qui réalisa une statistique de la commune10. Plus disert que le commun des monographes, Julien Dujay, par ailleurs auteur de traités d’arithmétique, commençait par préciser le sens de sa démarche. Il se plaçait d’emblée dans la perspective d’une Statistique nationale, qu’il définissait comme un tableau descriptif « de la population, des richesses d’un état », dont l’utilité résidait en ce qu’il permettait de conserver la mémoire des changements survenus au cours du temps (dans le domaine des « productions » et de l’histoire notamment). Mais « la Statistique exacte d’un état n’est pas un travail facile à faire », admettait Dujay, qui suggérait – l’idée sera mainte fois reprise – de commencer par dresser la statistique de chaque commune. Ces travaux « élémentaires », une fois éliminées toutes les informations d’un intérêt purement local, seraient résumés dans des Statistiques cantonales. Seraient ensuite compilées, selon le même principe d’élagage progressif des données recueillies, des statistiques d’arrondissement et de département. L’ultime étape étant la confection d’une Statistique générale du royaume. Un exemplaire de chaque monographie communale serait déposé dans les archives de la mairie pour être régulièrement complété. Mais, s’interrogeait Dujay, « trouvera-t-on dans chaque commune un homme qui réunira la capacité au loisir et à la volonté » ? Notre auteur en doutait, qui n’évoquait même pas la possibilité de mettre les instituteurs à contribution (celui de Mareuil était pourtant fort compétent). Et il ne songeait pas non plus aux magistrats municipaux, cependant tout désignés pour collaborer aux statistiques départementales impulsées par les préfets. Il est vrai que rares furent ceux qui saisirent l’occasion pour rédiger ne serait-ce qu’un opuscule sur leur commune. Ce manque d’empressement des maires ruraux, qui peut expliquer pourquoi si peu de statistiques de commune furent publiées sous la monarchie constitutionnelle, traduisait-il, de leur part, un sentiment d’indifférence ? Ou bien était-ce la marque d’une sourde défiance à l’égard des enquêtes diligentées par le pouvoir central, toujours soupçonné d’arrière-pensées fiscales11 ?

8Toujours est-il que c’est un modèle de statistique de commune que Dujay proposait à d’éventuels imitateurs. Extrêmement précis sur tout ce qui touchait à l’agriculture, très attentif aux changements qui affectaient, à son grand regret, les mœurs et coutumes populaires, il n’oubliait pas d’évoquer quelques points d’histoire.

  • 12 Ibid., p. 311.
  • 13 Dès l’An ix dans l’Almanach du Pas-de-Calais. Parsis-Barubé O., « Les représentations de la géogra (...)
  • 14 Ce choix ne semble pas avoir été dicté par des arrière-pensées politiques. Il n’en sera pas de mêm (...)
  • 15 Locatelli R. et al., La Franche-Comté à la recherche de son histoire, op. cit., chap. vii, p. 107- (...)
  • 16 Voir à ce propos, d’Odile Parsis-Barubé, Les représentations du Moyen-Âge au XIXe siècle dans les (...)
  • 17 Mentionnons à titre d’exemple l’ouvrage qu’en 1828 le jeune docteur Smyttère, diplômé de la facult (...)

9La notion de statistique, qu’on commençait à associer à l’idée d’un traitement mathématique de données quantifiables12, conservait cependant son sens premier d’inventaire complet des ressources d’un territoire. Couvrir toute l’étendue du département étudié nécessitait de prendre en compte la totalité des communes comprises dans les limites de la circonscription. C’est pourquoi on imagina très tôt13 de décomposer les statistiques de département en petites notices communales, éventuellement regroupées par canton et par arrondissement. Mais les seules monographies communales publiées dans les premiers recueils étaient consacrées aux localités principales. Il fallut attendre les années 1820 pour voir des chercheurs adopter plus systématiquement la commune comme cadre de saisie des données14. En Franche-Comté, par exemple, des érudits, à la fin du règne de Charles X, réunirent des matériaux destinés à la réalisation d’annuaires départementaux15. Épris de méthode, ils optèrent pour un découpage communal. Si les Annuaires départementaux dont les préfets supervisèrent la confection s’inscrivaient dans la tradition des statistiques descriptives, l’histoire locale y occupait une place importante16. Il n’est pas jusqu’aux topographies médicales de communes qui n’accordassent une place à l’histoire17.

10Ces quelques tentatives de statistique descriptive d’une commune rurale étaient trop éparpillées pour donner naissance à une tradition durable. Les antiquaires furent plus nombreux à travailler à cette échelle. Du coup, un point critique fut atteint à partir duquel la monographie de commune put se constituer en genre à part entière.

Les monographies d’antiquaires

De la statistique monumentale à la monographie de commune

11Dans les premières années du règne de Louis-Philippe, les bulletins et mémoires édités par les cercles d’érudits de province se mirent à publier de courtes « Notes », « Notices » ou « Notices historiques » consacrées à l’archéologie d’une localité rurale. La description de l’église, du château ou des vestiges gallo-romains constituait bien souvent la matière principale de l’article. Mais pas la seule. Il était bien rare que l’auteur n’évoquât un ou deux épisodes de l’histoire locale (celle en particulier des fiefs et des seigneurs). Ou ne mentionnât une coutume rustique, un usage pittoresque. La tradition des études de commune (on parlera bientôt de « monographies communales ») a pris naissance dans ces travaux d’archéologie locale.

  • 18 À titre d’exemple, les mémoires que publièrent entre 1807 et 1810 les correspondants de l’Académie (...)
  • 19 Sur ces questions, l’ouvrage de référence est celui de François Guillet, Naissance de la Normandie (...)
  • 20 Ozouf-Marignier M-V., La formation des départements. La représentation du territoire français à la (...)
  • 21 Ibid.

12Pourtant les érudits locaux, dont les activités, interrompues pendant la Révolution, reprirent de plus belle après 1815, n’assimilèrent pas d’emblée le village ou la commune à une entité historique à part entière. C’est pourquoi, jusqu’à l’extrême fin de la décennie 1820, ils ignorèrent pratiquement le réseau des petites subdivisions administratives, privilégiant des aires de collecte plus étendues18. Un très vif sentiment d’attachement à leur province animait en effet les notables impliqués dans la sociabilité savante19. Les projets d’histoire régionale qui virent le jour au siècle des Lumières étaient déjà l’expression de cette conscience provinciale en émergence. Le démembrement, en 1790, des anciennes divisions administratives, et l’abolition des particularismes juridiques, ne firent qu’exacerber ce patriotisme local20. La création du département, pièce maîtresse de l’entreprise de régénération engagée par les Constituants, était censée accélérer l’intégration des Français dans le grand tout national, en démantelant les circonscriptions héritées de la monarchie féodale21. Elle eut plutôt l’effet inverse. Une fois passée la tourmente, et rétabli le réseau des cercles d’érudits, les élites locales furent tentées de s’interroger sur les fondements historiques et culturels d’identités provinciales désormais dépourvues d’assise institutionnelle. D’où l’immense travail d’exploration des multiples facettes de cette identité accompli dans le cadre de la sociabilité post-révolutionnaire. Réagissant contre l’étouffante domination culturelle de la capitale, les antiquaires se fixèrent pour objectif de dresser l’inventaire méthodique du patrimoine historique et monumental de leur province. Et quand bien même cette collecte s’organisait, chose très paradoxale, dans les limites des départements, la province demeurait le principal référent identitaire des notables qui s’attelèrent à la tâche.

13Ce sont pourtant ces hommes qui réalisèrent les premières études de commune rurale. Et imaginèrent la possibilité d’une histoire des villages français. C’est la méthode préconisée par les historiens et, davantage encore, par les archéologues engagés dans le travail de recensement des patrimoines locaux qui explique cet intérêt nouveau pour l’étude de ce qui, auparavant, paraissait dérisoire. Le principal objectif que se fixèrent les sociétés d’antiquaires fondées après la Révolution était de procéder au dénombrement systématique du patrimoine – architectural, mais pas seulement – des départements où elles exerçaient leur activité. Les procédures d’inventaire se devaient d’être rigoureuses. Il fallait couvrir toute l’étendue du territoire étudié, limiter autant que possible les points aveugles, les angles morts. Un principe s’imposa de lui-même : celui de la décomposition de la monographie départementale en autant de petites notices que le ressort comprenait de sous-unités administratives. L’application de ce procédé à la « statistique monumentale » déboucha sur la réalisation de monographies de communes.

14Prenons, à titre d’illustration d’un processus très général, le cas particulier des sociétés savantes de l’ouest de la France.

Un exemple bas-breton

  • 22 Saint-Brieuc, vve Guyon, 1832-1836.
  • 23 Annuaire des Côtes-du-Nord, 1845, p. 81-85.
  • 24 Annales de la Soc. arch. et hist. des Côtes-du-Nord, 1, 1842, p. 51.
  • 25 Ibid.

15Pratiquement toutes les associations que les amateurs d’antiquités fondèrent, dans les départements de l’Ouest, après 1830, élaborèrent des projets de statistique ou d’inventaire communalisé du patrimoine local. François Habasque, président du tribunal de Saint-Brieuc, fut, en la matière, un précurseur. Entre 1837 et 1849, l’Annuaire des Côtes-du-Nord, revue dont il était le principal animateur, publia, parmi quantité d’informations pratiques et de biographies de célébrités locales, une trentaine de notices consacrées soit à des villes soit à des paroisses rurales du département. Ces petites monographies constituaient l’ébauche d’une statistique complète, amorcée déjà dans les trois volumes des Notions historiques, géographiques, statistiques et agronomiques sur le littoral des Côtes-du-Nord qu’Habasque avait publiés au début des années 183022. Les notices communales de l’Annuaire étaient rédigées dans un style léger, assez éloigné du sérieux caractéristique des travaux d’érudition pure. Cependant les objectifs de l’auteur, de même que la méthode qu’il avait adoptée pour mener à bien la grande enquête départementale dont il posait les jalons, étaient parfaitement conformes à ce que préconisaient les antiquaires. Habasque entendait dresser, commune après commune, un inventaire complet du patrimoine historique et naturel des Côtes-du-Nord23. Une tâche immense, dont il reconnaissait qu’elle ne pourrait être accomplie par un chercheur travaillant seul : « Deux à trois cents communes […] attendent leur historien » déclarait-il en 1842. Et « il y a des dolmens, des cromlec’h, des lichaven et des menhirs à signaler ; des voies romaines à découvrir ; des médailles, des blasons à déchiffrer, […] des terrains à sonder ; des pierres à briser ; des coquilles à classer ; des montagnes à herboriser24… » D’où la nécessité d’un effort collectif. Et Habasque de suggérer aux membres de la Société d’archéologie des Côtes-du-Nord que vingt d’entre eux se chargent de dresser chaque année « l’histoire et la statistique » de cinquante communes du département. En moins de dix ans, le travail serait achevé, et l’on pourrait s’enorgueillir d’avoir contribué à faire connaître « sous son vrai jour, ce pays si étrangement et parfois si ridiculement travesti, d’avoir rendu à notre Bretagne la place qu’elle mérite d’occuper dans cette belle France qui marche à la tête de la civilisation européenne25 ».

16Le programme d’enquêtes communales du président Habasque ne se distinguait en rien, sinon par son caractère précoce, de ceux qu’échafaudèrent les sociétés d’antiquaires créées après la Révolution. On y relevait en particulier quatre ingrédients presque toujours présents dans les entreprises de cette nature. Tout d’abord, une conscience provinciale bien affirmée. La volonté d’autre part d’explorer dans tous ses détails, et jusque dans ses moindres recoins, le terrain de l’enquête. L’adoption d’une grille d’observation fine calquée sur le réseau des petites circonscriptions administratives était la conséquence logique de cette aspiration à la complétude. Enfin l’immensité du travail à accomplir contraignit les érudits à faire appel à des collaborateurs.

  • 26 Discours inaugural du président, Athanase Saullay de L’Aistre, Annales de la Soc. arch. et hist. d (...)
  • 27 Ibid., p. 6.
  • 28 « On devrait peut-être admettre parmi les monuments historiques de Brestot [Eure] l’existence de s (...)

17Tandis que François Habasque progressait dans son ouvrage, au rythme d’une ou deux notices par an, la Société archéologique des Côtes-du-Nord élaborait un projet de dénombrement communal des antiquités du département. Parfaite illustration de l’ambition statistique qui caractérisait l’érudition post-révolutionnaire, ce programme mettait en outre en évidence le rôle incitatif du pouvoir central dans les innombrables entreprises similaires qui virent le jour à cette époque. C’est en effet à l’initiative du préfet, déjà fondateur en avril 1842 d’une commission archéologique que, le 25 juin de la même année, une trentaine d’érudits (membres du clergé, nobles ou représentants de la bourgeoisie intellectuelle) se réunirent dans la bibliothèque publique de Saint-Brieuc. L’assemblée se fixa comme objectif premier la confection d’une statistique des édifices civils et religieux du département26. Il ne s’agissait pas uniquement d’inventorier, de décrire et de sauvegarder le patrimoine archéologique local, mais aussi de procéder à un travail de déchiffrement de la Bretagne, qu’un des fondateurs comparait à une « médaille antique » encore insuffisamment expliquée27. Le discours inaugural du président révélait en outre une définition extensive du concept de « monument », très caractéristique de l’époque. La liste des objets susceptibles d’être étudiés incluait en effet les noms de lieux, les usages populaires, la musique, le costume, les divertissements, les coutumes juridiques… Le terme désignait n’importe quelle « empreinte des vieux temps », n’importe quelle trace matérielle, mentale, gestuelle, verbale perpétuant le souvenir d’une chose disparue. On comprend dans ces conditions comment des chercheurs initialement portés vers l’étude de l’archéologie monumentale ont pu inclure dans leurs monographies des paragraphes consacrés à l’histoire ou au folklore local28.

  • 29 Annales de la Soc. arch. et hist. des Côtes-du-Nord, 1, 1842, p. 19.
  • 30 Jullian C., « Augustin Thierry et le mouvement historique sous la Restauration », Revue de synthès (...)
  • 31 Ibid. À la fin du siècle, plus de 4000 articles d’histoire locale étaient publiés chaque année. Ibi (...)
  • 32 Annales de la Soc. arch. et hist. des Côtes-du-Nord, 1, 1842, p. 19.

18Le chanoine Souchet prit la parole à la suite du président Saullay de l’Aistre. Cet ecclésiastique, auteur déjà d’un travail sur l’église de Merdrignac, était plus spécialement chargé, au sein de la Société, du problème de la conservation des monuments. Son intervention, sorte d’exposé des motifs annonçant une série de propositions concrètes, est une bonne illustration de la sensibilité historique qui caractérisait les élites du premier XIXe siècle. Les contemporains du chanoine avaient le sentiment de vivre une rupture radicale dans le cours de l’histoire : « Après les violentes secousses qui ont tout ébranlé, après les bouleversements qui ont fait partout table rase, il semble que nous avons été transportés sur une autre terre, dans une autre atmosphère […]Jamais on ne vit une ère ressembler si peu à celle qui l’a précédée29. » Ayant été témoins d’une cascade d’événements dramatiques, assisté à l’effondrement d’un monde et à l’avènement d’un ordre politique nouveau, toute une génération voulut se donner les moyens de déchiffrer cette énigme, d’en apprécier la portée, d’en évaluer les conséquences30. L’histoire était au cœur des controverses politiques. Elle pénétrait tous les domaines de la production intellectuelle31. « On veut aujourd’hui trancher la barrière qui nous sépare de nos pères et converser avec eux32 », déclarait encore l’abbé Souchet. Seulement, entre la France d’avant 1789 et celle des années 1840, l’écart était tel, qu’il n’était désormais plus possible de connaître et comprendre ce qui avait à tout jamais disparu autrement que « par une étude spéciale ».

  • 33 C’est Alexandre de Laborde qui lui avait suggéré cette circulaire (Bercé F., « Les sociétés savant (...)
  • 34 Guillet F., Naissance de la Normandie, op. cit., p. 268-269. Le préfet du Maine-et-Loire transmit (...)
  • 35 Guillet F., Naissance de la Normandie, op. cit., p. 269.

19L’abbé Souchet rappela également dans son discours le rôle qu’avait joué l’État dans l’approfondissement d’une sensibilité patrimoniale au début du siècle. Souchet évoquait l’instruction ministérielle de 1818 établissant des commissions d’antiquités. Il aurait pu mentionner la directive du 10 mai 1810 dans laquelle le ministre de l’Intérieur Montalivet invitait les préfets à recueillir, par l’intermédiaire de collaborateurs compétents, des informations relatives aux châteaux, aux abbayes et aux tombeaux, c’est-à-dire aux monuments les plus affectés par le vandalisme révolutionnaire33. Decazes rappela cette circulaire en 1817, et – les résultats ayant été jugés médiocres – de nouveau en 181934. En 1818, le comte de Kergariou, préfet de la Seine-Inférieure, créa dans ce département une Commission des antiquités chargée de l’inventaire et de la sauvegarde des édifices35. Elle servit de modèle aux sociétés archéologiques fondées en Normandie sous la Restauration. Souchet ne manqua pas d’évoquer ce précédant dans son discours devant les membres de la société archéologique, dont le comte de Kergariou avait été désigné président d’honneur.

  • 36 Rosanvallon P., Le moment Guizot, Paris, Gallimard, 1985, p. 193-203.
  • 37 Theis L., « Guizot et les institutions de mémoire. Un historien au pouvoir », dans Nora P. (éd.), (...)
  • 38 Ce souhait fut très explicitement exprimé par Guizot dans un discours prononcé en 1837 devant les (...)
  • 39 L’échelle d’observation était ici le canton. Ce furent par conséquent des notables de moyenne enve (...)
  • 40 « Circulaire du 23 juillet 1834 relative aux rapports des sociétés savantes des départements avec (...)
  • 41 On ne décelait à cette date aucune volonté de propager l’amour du pays natal dans la classe labori (...)

20« Le gouvernement actuel est loin de rester étranger à ce noble élan, ajoutait le chanoine. Toujours il l’a favorisé par des instructions ministérielles, par des ordonnances, par des allocations. » Le besoin d’explorer la France locale, notamment dans sa dimension historique, perceptible chez les élites provinciales dès la Restauration, se fit en effet plus pressant après 1830. Sous Louis-Philippe, l’État s’impliqua davantage encore dans la recherche, encourageant les notables de province à s’y investir à leur tour. Ses motivations étaient en partie de nature politique. Le régime de Juillet souffrait d’un cruel déficit de légitimité. Non seulement en raison des conditions de son avènement (une révolte populaire confisquée par la grande bourgeoisie), mais aussi parce qu’il était confronté à la double hostilité des républicains et d’une aristocratie foncière restée fidèle à la branche aînée. D’où l’intérêt pour le pouvoir de démontrer que l’établissement de la monarchie bourgeoise n’était que l’aboutissement logique et nécessaire du développement historique. La progressive émancipation de la « classe moyenne » depuis le Moyen Âge, affirmait l’historiographie libérale, se confondait avec le processus de formation de l’unité nationale36. C’est dans ce contexte que Guizot chargea Augustin Thierry de superviser la collecte des chartes concédées aux communes : il s’agissait de porter au jour les origines de la bourgeoisie française37. Dans le même temps le ministre exhortait les provinciaux à étudier l’histoire et l’archéologie locales. Il s’agissait de détourner les notables légitimistes de la tentation contestataire, en les invitant à collaborer avec l’État sur un terrain – l’érudition locale – supposé hermétique aux divisions partisanes38. Soucieux de s’attacher une élite dont il espérait qu’elle accepte de relayer l’influence de l’État dans les provinces, le pouvoir fit appel aux notables pour toute une série de recherches ou de statistiques. Les juges de paix, les procureurs et les grands propriétaires furent par exemple sollicités dans les enquêtes relatives aux coutumes agraires39. Guizot, s’adressant aux sociétés savantes dans une circulaire de juillet 1834, brandissait un autre argument pour tenter de convaincre les membres des classes dominantes de s’adonner aux travaux d’érudition40. L’élite cultivée, observait-il, se trouve menacée dans son identité par le développement de l’instruction populaire. La démocratisation du savoir fait courir à la société le risque d’une « dangereuse perturbation ». Il est donc plus que jamais nécessaire que les hommes « remarquables », s’ils veulent se distinguer du commun, s’adonnent aux tâches intellectuelles les plus nobles41.

  • 42 « Circulaire relative à l’envoi d’instructions rédigées par le Comité », 1839, dans Charmes X., Le (...)
  • 43 Bercé F., « Les Sociétés savantes et la protection du patrimoine monumental », art. cit., p. 160.

21Les circulaires des ministres de Louis-Philippe, en insistant sur la nécessité d’un dénombrement exhaustif du patrimoine monumental des provinces, ont sans doute joué un rôle considérable dans la communalisation des enquêtes et des inventaires. L’abbé Souchet mentionna longuement une directive que Salvandy qui, s’adressant en 1839 aux correspondants du Ministère invités à faire l’inventaire des « monuments de toute espèce [qui] ont couvert le sol de la France », précisait qu’« il s’agit de dresser la carte monumentale de la France. Les 37,200 communes devront être visitées, explorées en tout sens. Il ne faut pas qu’il existe un seul monument, un seul fragment de ruine, à quelque siècle, à quelque civilisation qu’il appartienne, sans qu’il en soit fait mention, ne fût-ce que pour constater qu’il ne mérite pas qu’on l’étudie42 ». Et, en 1838, le Comité des Travaux historiques diffusait dans les départements un questionnaire sur les monuments qui fut tiré à 37 000 exemplaires, soit un par commune43.

  • 44 Annales de la Soc. archéol. et hist. des Côtes-du-Nord, 1883, p. xxxvii.
  • 45 « Fragment de la chronique de Merdrignac », Annales de la Soc. archéol. et hist. des Côtes-du-Nord (...)

22Toutefois, en 1842, la Société archéologique des Côtes-du-Nord n’avait pas les moyens humains de mettre en œuvre cette enquête communale. Le projet qui fut soumis à l’assemblée des adhérents ne prévoyait l’établissement que d’un correspondant par arrondissement. Ce dernier, ajoutait-on, « s’adjoindra autant de correspondants cantonaux qu’il le jugera utile ». L’abbé Souchet fit cependant appel aux curés du diocèse, leur demandant un relevé des monuments ou ruines de leur paroisse44. Il élabora par ailleurs le plan d’une Statistique religieuse du département (il s’agissait d’un inventaire des monuments, inscriptions, reliques, etc. des paroisses) et consacra ses loisirs à en accumuler les matériaux. Cette œuvre colossale est demeurée inédite, hormis un court « Fragment de la chronique de Merdrignac », histoire presque exclusivement féodale de cette localité publiée en 184245.

  • 46 Guiomar J.-Y., Le bretonisme. Les historiens bretons au XIXe siècle, Mayenne, Société d’histoire e (...)
  • 47 Séance du 20 septembre 1852, Annuaire des Côtes-du-Nord, 1853, p. v-vii

23La Société archéologique des Côtes-du-Nord ne connut qu’une faible activité46. Toutefois après la dissolution, en 1849, de la société fondatrice de l’Annuaire du département, elle prit en charge la publication de ce périodique47. À cette occasion, une commission établit un programme éditorial en quatre parties. La première rubrique de la principale section (Histoire et Mélanges) était intitulée « Histoire et statistique d’une commune ou d’une localité ». C’est par conséquent dans l’Annuaire des Côtes-du-Nord que plusieurs membres de la Société archéologique publièrent, au début des années 1850, quelques monographies communales. Ils prirent ainsi la relève d’Habasque, décédé en 1855, mais en donnant à leurs travaux une orientation beaucoup plus conforme aux canons de l’érudition.

  • 48 « Répertoire archéologique du département des Côtes-du-Nord », Mémoires de la Soc. archéol. et his (...)
  • 49 « Circulaire relative à la publication d’un répertoire archéologique de la France », dans Charmes (...)
  • 50 Mémoires de la Soc. archéol. des Côtes-du-Nord, séance du 25 juin 1882, 1883, p. v sq.
  • 51 Mémoires de la Soc. archéol. des Côtes-du-Nord, séance du 30 novembre 1883, 1883, p. xviii.

24Joachim Gaultier du Mottay, conseiller général et maire de Plérin, fut la figure centrale de cette seconde phase de l’histoire de l’Annuaire48. Les six monographies de communes rurales qu’il publia entre 1853 et 1878 n’étaient que des fragments d’un projet plus ambitieux. Gaultier du Mottay préparait en effet un répertoire archéologique du département. Bien qu’ayant commencé à travailler au tout début du Second Empire, Gaultier du Mottay reconnaissait volontiers le rôle incitatif du gouvernement. En 1859, le ministre de l’Instruction publique Rouland avait repris le projet Salvandy de coopération entre l’État et les sociétés d’émulation en vue d’établir un répertoire archéologique de chaque département. C’est à cet effet qu’il demanda à la section d’archéologie du Comité des travaux historiques de dresser un programme d’enquête. Une circulaire fut diffusée le 30 mars 1859. Elle comportait en annexe quelques notices de communes de l’arrondissement de Lorient49. Mais c’est en réponse à une circulaire du 4 février 1860 que Gaultier du Mottay entama ses courses archéologiques à travers le département50. Pendant vingt ans, il explora les Côtes-du-Nord, « commune par commune », guidé par des informateurs locaux (ecclésiastiques, agents-voyers ou instituteurs). Après la mort de Gaultier du Mottay, survenue en 1883, la Société d’archéologie voulut continuer son œuvre et inscrivit au programme de ses travaux la préparation de « monographies communales51 ».

  • 52 Qu’il faudrait compléter en évoquant les activités de la Société d’émulation, fondée en 1861, qui (...)
  • 53 Annales de la Soc. académ. du départ. de la Loire-Inférieure, 1835, p. 34.
  • 54 Guillet, « Rapport fait à la Société royale académique de Nantes, le 3 juillet 1834, sur la statis (...)
  • 55 Ibid., p. 392.
  • 56 Ibid., p. 385-399.
  • 57 Phelippe-Beaulieux E., « Essai historique et statistique de la commune de Sautron », Annales de la (...)

25Ce rapide panorama de l’activité des érudits briochins52 n’est qu’un exemple parmi quantité d’autres tentatives, certaines plus abouties, d’inventaires communalisés des patrimoines locaux. Évoquons encore celle des érudits nantais. Dès 1834, la Société académique de Loire-Inférieure se préoccupa de réaliser une statistique du département53. Il s’agissait, pour la bourgeoisie libérale qui animait ce cercle, d’élaborer un outil au service du progrès, la statistique descriptive offrant « des plans d’améliorations dans chacune des parties qu’elle embrasse54 ». Cependant la dimension historique n’était pas oubliée, puisqu’aussi bien il s’agissait d’apprécier l’ampleur des changements qui s’étaient opérés depuis 178955. Les sociétaires ressentaient en tout cas la nécessité d’accumuler des informations locales de toute nature. En témoigne le compte rendu extrêmement élogieux, par une commission, d’un Dictionnaire topographique, historique et statistique de la Sarthe publié en 182956. Les auteurs enviaient les habitants de la Sarthe, qui, grâce à ce guide « si riche de connaissances locales, […] ne peuvent faire un pas sur leur territoire qui ne leur rappelle un souvenir, qui ne flatte leur orgueil, qui n’émeuve leur sensibilité, qui n’éveille leur industrie, qui, dans la marche du passé, ne leur présente le tableau magique de l’avenir ». Tout en continuant de réfléchir aux moyens de réaliser cette statistique générale du département imaginée en 1833, la société publia quelques études communales. En 1842, un « Essai historique et statistique sur la commune de Sautron » fut présenté comme le premier fragment d’une statistique future57. Ce travail d’un peu plus d’une vingtaine de pages avait en fait été réalisé pour l’essentiel dix ans auparavant par le maire de Sautron. C’est sans doute le sentiment que des changements de toute nature s’opéraient sous ses yeux qui incita l’auteur, avocat de profession, à publier cette courte étude. Car il se montrait très attentif à l’évolution des mœurs, des techniques ou de l’architecture. En cela, il était représentatif de son époque.

  • 58 Nécrologie, Annales de Bretagne, 1898, t. XIV, p. 480-487.
  • 59 Notes historiques et statistiques sur les communes de la Loire-Inférieure, Nantes, L. et A. Guéraud
  • 60 Par M. Colombel, 1855, p. 383-386.

26Au moment où la Société académique de Loire-Inférieure publiait la monographie de Sautron, deux de ses membres s’associaient pour préparer un résumé statistique et historique sur chaque commune du département. L’un d’eux renonça bien vite devant la difficulté de l’entreprise. L’autre, Jean-Baptiste Chevas, employé à la préfecture, fut plus persévérant. En 1845, il achevait une première notice consacrée à sa commune natale de Pornic58. En 1852 paraissait un premier volume portant sur le canton de Paimboeuf59. Le volume consacré au canton du Pellerin valut à l’auteur un compte rendu élogieux dans les Annales de la Société : on y soulignait la nécessité absolue d’étudier la vie locale, où se reflète « la vie entière ». « La nation palpite au hameau », affirmait l’auteur60. Cependant Chevas mourut en novembre 1861 avant d’avoir pu achever son grand œuvre.

Le village, lieu de mémoire

  • 61 Pour le seul Morbihan, on mentionnera : un projet de statistique communale du département par Gail (...)
  • 62 Certains auteurs, tout en travaillant dans les limites d’un département ou d’un arrondissement, op (...)
  • 63 Caen, Hardel, 1849-1853.

27Tous les départements français eurent leur Jean-Baptiste-Louis Chevas. On ne compte pas les érudits qui, des années durant, accumulèrent des masses d’informations relatives à l’histoire ou à l’archéologie locales, et les publièrent dans des recueils dont le plan était calqué sur le découpage des circonscriptions territoriales61. Rares furent les chercheurs qui contestèrent ce principe de classement62. C’est d’ailleurs celui qu’avait adopté Arcisse de Caumont dans sa Statistique monumentale du Calvados63.

  • 64 Bulletin monumental, 1853, vol. XIX, p. 662.
  • 65 Comte A. de Villegile, Bull. de la Soc. des Antiquaires de l’Ouest, 1842, p. 281.

28En subdivisant le travail de recensement en autant d’inventaires partiels que le territoire exploré comprenait de communes, les antiquaires furent logiquement conduits à s’intéresser aux localités mineures. La plus petite commune, en tant qu’elle se définissait comme la partie d’un tout, était digne d’attention. « Pour l’observateur habile, affirmait Caumont, toute localité peut donner lieu à des recherches historiques, […] toutes ont leurs annales et […] il n’y a pas de paroisse quelque petite qu’elle soit, qui ne présente des faits à constater64. » En 1842, l’auteur d’une notice historique et archéologique sur la paroisse de Chavagnes-en-Paillers [Vendée], écrivait qu’« il serait à désirer […] que chaque commune […] eût son histoire et sa statistique monumentale65 ».

  • 66 Frère É., Manuel du biographe normand ou dictionnaire bibliographique et historique, Rouen, A. Le (...)
  • 67 On en trouvera un certain nombre dans le Manuel bibliographique d’Édouard Frère (op. cit.). Voir a (...)
  • 68 Notice biographique rédigée par Antoine Passy dans Le Prévost A., Histoire de Saint-Martin du Till (...)
  • 69 Département de l’Eure. Dictionnaire des communes, hameaux, écarts, châteaux, fermes, chapelles et a (...)
  • 70 Voir la note de M. Bordeaux, dans Bull. monumental, 1867, vol. XXXIII, p. 193-195.
  • 71 Histoire de Saint-Martin du Tilleul, op. cit. Homologue cambrésien de Le Prévost, et son quasiconte (...)

29Et, de fait, la plupart des « notes » ou « notices » communales publiées autour de 1830 n’étaient en réalité que des fragments détachés d’une statistique d’arrondissement ou départementale en cours d’élaboration. Frédéric Galeron, procureur du roi et fidèle correspondant de Caumont, rédigea en 1829, l’année où paraissait le dernier volume de sa statistique de l’arrondissement de Falaise, une courte Description de la commune de St-Quentinde-la-Roche : cette localité, qui fut d’ailleurs absorbée par une commune voisine en 1833, comptait à peine plus de 100 habitants66. Mais plutôt que de multiplier inutilement les exemples67, arrêtons-nous sur l’Histoire de Saint-Martin-du-Tilleul d’Auguste Le Prévost. Le Prévost était un parfait représentant de cette classe des notables provinciaux qui consacraient leurs loisirs à l’étude de leur pays. Fils d’un négociant de Bernay (Eure), localité où il naquit le 3 juin 1787, il avait étudié les lettres classiques et les langues vivantes à Rouen puis à Paris. Ses premières recherches portèrent sur l’histoire naturelle, domaine qui ne cessa de le passionner. Propriétaire terrien – il fit l’acquisition, au début de la Restauration, d’un domaine situé à Saint-Martin-du-Tilleul – il publia de nombreux mémoires consacrés au perfectionnement de l’économie rurale. Nommé sous-préfet de l’arrondissement de Rouen en 1814, il fut député de Bernay de 1834 à 1848. Il abandonna la politique après les journées de Février, et mourut peu de temps après. Ses centres d’intérêt étaient multiples, mais la véritable passion qu’il ne cessa d’éprouver pour la Normandie fut le principe dynamique de ses activités : « Tout ramenait sans cesse Le Prévost à la Normandie, et dans la Normandie à l’étude de l’histoire locale68. » En 1837, il publia un dictionnaire historique des communes du département de l’Eure69. Il mourut avant d’avoir pu mettre la dernière main à un recueil de documents extraits des cartulaires et des chartriers, qu’il avait classés par communes : l’ensemble devait former une histoire des communes de l’Eure70. Il avait cependant eu le temps d’achever une Histoire de Saint-Martin du Tilleul par un habitant de cette commune. Dans l’introduction de ce qu’il ne considérait que comme une « ébauche » (se réservant d’établir un jour une « statistique détaillée » du village), Le Prévost assignait à l’érudition villageoise une double mission : faire prendre conscience aux communautés locales de leur identité historique ; et accumuler des matériaux susceptibles d’être exploités par une science plus ambitieuse : « Dans notre opinion, l’humble commune rurale a les mêmes droits que les plus vastes cités à être mise en possession de tous les souvenirs qui pourraient être rattachés à sa circonscription, de toutes les probabilités, de tous les rapprochements qu’une saine critique sera en mesure de présenter sur son origine, la signification et la date approximative de son nom. Traitée avec ces soins et dans cet esprit, l’histoire locale ne saurait manquer de présenter un vif intérêt aux populations dont elle constituerait les annales domestiques ; nous pensons qu’elle pourrait souvent fournir des ressources, aussi utiles qu’inattendues, à des recherches et à des compositions d’un ordre plus élevé71. »

  • 72 Le seul fait d’adopter le découpage des circonscriptions administratives comme principe d’organisa (...)

30La commune n’était au point de départ qu’une unité d’observation. Qu’une portion de territoire à explorer au sein d’un ensemble plus vaste. La description des principaux vestiges ou édifices – l’église, les chapelles, la demeure seigneuriale – constituait bien souvent la matière principale des premières notices communales. Mais les auteurs, soucieux de replacer l’histoire des monuments dans leur contexte, en vinrent tout naturellement à évoquer, par exemple, les guerres de religions ou le vandalisme révolutionnaire. Il était difficile de signaler une relique ou une statue sans mentionner les traditions qui leur étaient associées. La découverte d’un manuscrit pouvait être l’occasion de rapporter quelque anecdote relative à l’histoire locale. Ainsi la commune, à l’origine simple cadre de saisie des données, fut-elle progressivement élevée au rang d’entité historique à part entière. Par ailleurs la définition très englobante de la notion de monument qui prévalait à l’époque explique le glissement progressif de la notice archéologique à la « monographie de commune ». L’usage du terme, dont nous verrons par la suite ce qu’il pouvait recouvrir, était devenu courant au mitan du siècle72.

Désir de terroir : ruralité et localisme

  • 73 Galles R., « Rosenzweig. Notice biographique », Bull. de la Soc. polym. du Morbihan, 1884, p. 202.
  • 74 Voir notamment les travaux de Stéphane Gerson : « L’État français et le culte malaisé des souvenir (...)
  • 75 On s’en inquiéta dès la monarchie de Juillet (voir plus bas la supplique du comte de Quatrebarbes (...)
  • 76 Chevalier L., Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris, pendant la première moitié du XI (...)
  • 77 Rosanvallon P., L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil, coll. « Point », 1990, p. 4 (...)
  • 78 Voir sur ce point les travaux de Stéphane Gerson déjà cités.

31Sans jamais délaisser l’histoire des agglomérations principales – pour les érudits, l’importance d’une enquête était proportionnée à la dimension de l’objet – les antiquaires commencèrent donc à s’intéresser aux petites localités rurales. La technique de la « course archéologique » contribua beaucoup à ce déplacement du regard. Louis-Théophile Rosenzweig, pour recueillir le matériau de sa statistique des paroisses du diocèse de Vannes, sillonnait la campagne morbihannaise : « Il s’écartait toujours des routes et des centres populeux », visitait « les villages, les écarts et les chapelles73 ». Mais il faut souligner que l’essor d’une historiographie villageoise après 1830 s’inscrivait dans un contexte de valorisation des appartenances locales et de la ruralité (deux notions que le XIXe siècle ne dissociera jamais totalement). Ce n’est pas un hasard si les premières monographies de communes rurales furent éditées au moment où l’idéologie dominante célébrait avec de plus en plus d’insistance les vertus de la civilisation agraire et de l’enracinement. Le goût des études historiques se nourrissait désormais d’un très vif sentiment d’attachement aux petites patries locales. Cette exaltation tous azimuts du local74 est à mettre en relation avec l’inquiétude que suscitait l’entrée de la France dans l’ère industrielle. Les membres de l’ancienne aristocratie n’étaient pas les seuls à s’émouvoir des transformations qui affectaient l’économie et la société. L’urbanisation, la montée du paupérisme, les premiers symptômes de ce que l’on appellera bien plus tard « l’exode rural75 », le poids écrasant de la capitale, et plus généralement le sentiment d’un ébranlement des fondements mêmes de l’ordre traditionnel engendrèrent une hantise généralisée du désordre. Il faut dire que la société était traversée par de très vives tensions : à l’agitation politique des années 1830-1834 succéda, après 1840, une vague d’émeutes et de conflits dans le monde du travail. La ville – et en premier lieu Paris – semblait de plus en plus menaçante. C’est à cette date que l’association de la société urbaine au crime devint véritablement obsédante76. L’étonnement et le malaise que provoqua l’avènement de ce nouvel ordre social fut à l’origine d’une véritable fièvre de connaissance qui se traduisit par la multiplication des statistiques morales77. Les travaux d’érudition spatiale n’avaient certes pas la même ambition que ces investigations destinées à explorer la société dans ses profondeurs. Cependant la valorisation du local dont ils furent en partie l’expression procédait d’une même anxiété diffuse au sein d’une classe de notables confrontée au surgissement brutal de la civilisation industrielle. Le culte du « pays natal », de la petite patrie provinciale traduisait un mouvement de repli sur un univers familier, rassurant, stable, harmonieux, pacifié78.

32Dans les années 1840, l’apologie de la ruralité et du local était rarement explicite chez les historiens de village. Peu à peu, le thème de l’amour du sol natal fit son apparition dans les avant-propos. La célébration des petites patries villageoises devint la raison d’être et la justification principale de l’historiographie locale. La monographie de village, nous le verrons, sera après 1850 l’un des principaux vecteurs de diffusion de ce discours.

  • 79 Lebredonchel M., Histoire de la paroisse de Néhou depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jo (...)

33C’est aussi le sentiment de la dilution des particularismes locaux qui incita des érudits à confectionner des monographies de commune. L’abbé Lebredonchel, auteur en 1835 de ce que l’on peut considérer comme l’une des premières monographies paroissiales, rappelait, dans la préface de son histoire de Nehou, le glorieux passé médiéval de cette localité du Cotentin : « Mais aujourd’hui surtout que l’uniformité se répand sur toutes les contrées de la France, tout semble conspirer à effacer jusqu’aux moindres vestiges des mœurs, des usages, des coutumes, des pratiques religieuses et des édifices de nos aïeux ; et, de toute part, la main des hommes détruit ce que le temps avait épargné. Pour sauver d’une destruction totale ce qui nous en reste, ou du moins en conserver le souvenir, il était donc urgent de recueillir les documents qui, chaque jour, disparaissent et s’anéantissent. Or, tel est le but que nous nous sommes proposé en écrivant cette petite histoire79. »

L’univers social de la première érudition

Sociologie des précurseurs

  • 80 Histoire communale de Criquetot-l’Esneval, rédigée d’après les mss. de l’abbé Lebret, Ingouville, L (...)
  • 81 Pajot H., Catalogue raisonné, op. cit.
  • 82 Ces calculs portent sur un échantillon de 59 auteurs (parmi les 70 recensés) dont la profession ou (...)
  • 83 Médecins, avocats, magistrats, professeurs, bibliothécaires, architectes.

34Les premiers auteurs à avoir étudié l’histoire d’un village n’étaient pas véritablement des spécialistes du genre. L’essentiel de leurs travaux portait sur des sujets réputés plus nobles. Les deux petites notices que l’abbé Cochet rédigea en 1840 sur Criquetot-l’Esneval et sur Le Tilleul – même pas quarante pages au total – représentaient bien peu de chose, noyées dans une œuvre immense80. Un inventaire raisonné des écrits du docteur Le Glay recensait 118 notices : trois seulement traitaient de l’histoire d’une commune rurale81. Rien ne distinguait ces précurseurs du commun des antiquaires. Affiliés pour la plupart à une ou plusieurs sociétés d’émulation, ils étaient issus des mêmes milieux sociaux. Près de 80 % des auteurs de statistiques ou notices communales publiées avant 1850 appartenaient à l’un des trois groupes suivants82 : noblesse (28,8 % des auteurs) ; bourgeoisie capacitaire83 (28,8 %) ; clergé (22 %). Dans les 20 % restant on trouvait des « propriétaires », quelques employés de rang modeste (deux greffiers, un clerc de notaire, un chef de bureau de l’état civil, un percepteur…), un ancien instituteur ayant exercé diverses professions dont celle d’imprimeur, enfin un entrepreneur de voitures publiques.

  • 84 Chaline J.-P., Sociabilité et érudition : les sociétés savantes en France, XIXe-XXe siècles, Paris (...)
  • 85 Sur cette typologie, voir les travaux d’Alain Guillemin, en particulier : « Aristocrates, propriét (...)
  • 86 Chaline J.-P., op. cit., p. 218.

35Par conséquent le profil sociologique de l’érudit de village était tout à fait identique à celui de l’antiquaire ou de l’agronome de province, avec toutefois une surreprésentation du clergé et surtout de la noblesse. Au XIXe siècle, les sociétés d’histoire et d’archéologie recrutaient l’essentiel de leurs adhérents dans la bourgeoisie des fonctionnaires, des professions libérales et des rentiers84. La plupart des hommes impliqués dans la sociabilité érudite avaient un niveau d’instruction élevé, et étaient détenteurs d’un diplôme universitaire. Il s’agissait de conservateurs, d’archivistes, de bibliothécaires, de professeurs du secondaire, d’universitaires, de magistrats, de médecins, d’architectes, d’avocats ou encore de notaires. Les propriétaires fonciers et les nobles étaient bien représentés dans les sociétés les plus anciennes (les Académies) et dans celles qui étaient spécialisées dans l’agriculture ou les études historiques. Le monde de l’érudition normande, par exemple, s’organisait, sous la monarchie censitaire, autour de deux noyaux, qui correspondaient à deux formes de notabilité : les membres de l’aristocratie, à la tête de grosses fortunes foncières, mais peu dotés en capital scolaire côtoyaient les représentants de la bourgeoisie capacitaire (fonctionnaires ou membres des professions libérales), moins riches, mais détenteurs d’un diplôme85. Les premiers exerçaient souvent une fonction de tutelle sur les cercles savants, mais y étaient moins actifs et moins productifs que les seconds. Le poids du clergé, enfin, était considérable dans les sociétés d’études historiques ou archéologiques, dont 20 % à 30 % des membres en moyenne appartenaient à l’église catholique86.

  • 87 Pour la Normandie : Guillet F., Naissance de la Normandie, op. cit., p. 30-47. Voir encore Revel J (...)
  • 88 Chaline J.-P., Sociabilité et érudition, op. cit., p. 228-232.

36La forte implantation de la bourgeoisie du diplôme dans les cercles d’études créés après 1810 témoigne d’une relative démocratisation du champ de l’érudition au lendemain de la Révolution. Il faut rappeler ici que dans les dernières décennies de l’Ancien Régime, la découverte de la province – entendons par là l’invention de ses particularismes, l’inventaire de ses traditions et la mise en récit de son histoire – fut essentiellement le fait d’une élite urbaine que la centralisation étatique dépossédait de ses anciennes prérogatives, et qui cherchait, dans la revendication d’une plus grande autonomie intellectuelle vis-à-vis des institutions culturelles parisiennes, une source nouvelle de légitimité. Le développement de la sociabilité savante au XVIIIe siècle reflétait l’affirmation d’une conscience provinciale au sein d’une élite d’officiers roturiers, de membres de la noblesse parlementaire, de professeurs de droit ou de médecine87. Au début du XIXe siècle, la bourgeoisie capacitaire investit massivement le champ de l’érudition locale. Cependant des pans entiers de la société française demeuraient exclus de la sociabilité à vocation érudite. On serait bien en peine de repérer, sur les listes de membres actifs, de membres honoraires ou de correspondants, la présence d’un employé, d’un petit commerçant, d’un ouvrier, d’un artisan ou d’un agriculteur. Le défaut d’instruction et l’absence de loisirs rendaient tout à fait improbable l’intégration de la petite bourgeoisie et des classes laborieuses à cet univers élitiste. En outre, les conditions formelles ou implicites – mais très codifiées – d’admission (exigence d’un double ou triple parrainage, visites d’usage, procédure d’élection, versement d’une cotisation dont le montant pouvait s’élever à 5 ou 10 francs-or, rituel du discours de réception) fonctionnaient comme autant de barrières ou de filtres. C’est pourquoi l’érudit-type était un homme aisé dont le niveau d’instruction, très supérieur à la moyenne, était fréquemment sanctionné par un diplôme, le baccalauréat ou un grade universitaire88. Les auteurs de notices ou de statistiques communales – propriétaires titrés, bourgeois diplômés ou curés amateurs d’antiquités – étaient jusqu’aux années 1850, parfaitement représentatifs de ce milieu. On notera toutefois que la forte présence du bas clergé rural était annonciatrice d’une démocratisation du champ de l’érudition : ces hommes étaient, pour la plupart, d’origine modeste, et dépourvus de fortune personnelle. Nous reviendrons sur ce point.

37Si la monographie communale fut d’abord une méthode imaginée par des hommes désireux d’explorer la France locale jusque dans ses plus infimes détails, la surreprésentation, parmi les initiateurs du genre, des curés et des propriétaires nobles, laisse supposer que ces deux catégories étaient plus spécialement portées, du fait de dispositions particulières ou parce qu’elles y avaient intérêt, à étudier l’histoire des communes rurales. Essayons d’y voir plus clair.

Le château et le village

  • 89 Carbonell C.-O., Histoires et historiens. Une mutation idéologique des historiens français. 1865-1 (...)
  • 90 Ils étaient nombreux à fréquenter l’École des Chartes en auditeurs libres. Carbonell C.-O., Histoi (...)
  • 91 Ibid., p. 238.
  • 92 On pourrait mentionner ici l’exemple, tardif, des travaux d’Édouard de Bergevin. Cet ancien saintc (...)

38Que l’aristocratie terrienne ait joué un rôle moteur dans le développement des études communales ne doit pas nous surprendre, lorsqu’on sait la position centrale que cette catégorie sociale occupait dans le champ historiographique. Dans les années 1860, 15 à 20 % des historiens étaient nobles89. Cette attirance pour l’étude du passé doit bien sûr être mise en relation avec la culture généalogique qui caractérise les aristocraties. Les historiens nobles, qui prenaient goût à l’archive au contact des papiers de famille90, s’intéressaient d’abord à leurs ancêtres, ou aux grandes lignées françaises91. Le glissement de l’histoire généalogique à l’histoire locale s’opérait naturellement, par la simple association d’un nom, ou d’une caste, à un territoire92. Dans les monographies communales de châtelains, il était surtout question des familles nobles dont la destinée semblait se confondre avec celle du village.

  • 93 L’historiographie nobiliaire ne se limitait pas à ce domaine. Sur les centres d’intérêt des érudit (...)
  • 94 Nous nous appuyons ici sur les travaux qu’Alain Guillemin a consacrés aux notables de la Manche : (...)

39Confrontée à l’avènement d’un monde moderne où elle peinait à trouver sa place, l’aristocratie alla chercher refuge dans l’étude d’un passé qu’elle idéalisait. La pratique de l’histoire était aussi une manière, pour cette caste, de faire la démonstration de son utilité sociale en dehors d’une sphère publique dont elle se trouvait progressivement exclue. Et si les provinciaux privilégiaient l’histoire locale93, c’est parce qu’ils voyaient dans ce type d’activité intellectuelle un moyen d’affirmer symboliquement leur emprise sur un territoire. Après 1830 en particulier, le local n’était pas seulement un espace de repli, un asile, pour les nobles qui avaient refusé de prêter allégeance au nouveau régime. L’influence que les notables traditionnels exerçaient localement était aussi une ressource, que certains tentèrent de mobiliser pour agir sur le pouvoir central (au moyen notamment d’un mandat électif). À l’inverse des représentants de la bourgeoisie capacitaire, dont le capital était fondé sur un titre universitaire, et qui occupaient une position de pouvoir dans l’appareil d’État, les nobles disposaient d’un capital très localisé, puisqu’il reposait sur la rente foncière, l’inscription dans un réseau familial, la pratique du patronage, l’animation des sociétés savantes ou d’agriculture, etc94. Le travail de production des identités régionales et de constitution d’une mémoire locale s’inscrivait dans cette stratégie plus globale d’enracinement.

  • 95 Au catalogue de la Bibliothèque nationale, la première édition de l’ouvrage porte pour titre Une c (...)
  • 96 Ce volume, précisait-il cependant dans l’Avertissement à la troisième édition, « formait le dernie (...)
  • 97 Ibid., p. 14.
  • 98 Ibid., p. 9.

40Appuyons-nous sur un exemple. Le comte Théodore de Quatrebarbes (1803-1871) publia en 1835 l’un des premiers ouvrages entièrement consacré à l’histoire d’un village. Une paroisse vendéenne sous la terreur95, dédié à la duchesse de Berry, différait sensiblement des monographies d’antiquaires éditées à la même époque. L’objet de cette étude, que Quatrebarbes acheva tandis qu’il purgeait une peine de prison pour son implication dans les troubles légitimistes de 1832, n’était pas de dresser l’inventaire des trésors archéologiques d’une localité (en l’occurrence Chanzeaux, commune de l’arrondissement d’Angers). L’auteur n’ambitionnait pas non plus de retracer l’histoire du village depuis ses origines96. Il s’agissait de rendre hommage aux martyrs de la répression vendéenne, et de transmettre aux jeunes générations le souvenir des vertus et de l’héroïsme de leurs pères (tâche d’autant plus nécessaire, affirmait Quatrebarbes, dans un siècle « où tout s’efface vite, où l’égoïsme et l’amour de l’or ont remplacé le dévouement, les saintes croyances97 »). L’ouvrage, par conséquent, fut écrit pour les « simples laboureurs » de Chanzeaux, chose assez exceptionnelle à cette date. « C’est une dette de reconnaissance, écrivait encore l’auteur, que j’acquitte en échange de l’amitié et du bienveillant accueil de ses habitants98. »

  • 99 Sur l’auteur : Falloux A., « Le comte de Quatrebarbes », dans Études et souvenirs, Paris, Perrin, (...)
  • 100 Falloux A, art. cit., p. 320.
  • 101 Wylie L., Chanzeaux, op. cit., p. 55. Ce que confirmait Falloux dans sa notice nécrologique : « Il (...)

41L’implantation de Quatrebarbes à Chanzeaux était en effet récente99. Le comte était né à Angers le 8 juillet 1803. Il appartenait à une famille de la vieille noblesse. « Tout naturellement appelé à la vocation des armes », écrivait l’un de ses biographes100, il fut admis à Saint-Cyr et entama une carrière militaire qui s’acheva en 1830, lorsqu’il refusa de prêter serment au nouveau roi. C’est alors qu’ayant épousé une proche parente, il devint propriétaire de l’ancienne seigneurie de Chanzeaux, où il se retira après l’épisode du soulèvement de 1832. Légitimiste intransigeant, il mobilisa sa fortune et son influence pour tenter, écrit Laurence Wylie, de recréer l’Ancien Régime à Chanzeaux101. Et plus précisément de perpétuer, à l’intérieur de la communauté locale, les formes de domination caractéristiques de la société féodale (telle que l’aristocratie postrévolutionnaire la rêvait). Il faut reconnaître que les structures socio-économiques locales se prêtaient merveilleusement à la réalisation de ce type de programme. Au début de la monarchie de Juillet, la propriété bourgeoise était presque inexistante à Chanzeaux. On dénombrait bien une vingtaine de fermes rentables appartenant à des roturiers (elles couvraient le quart de la superficie communale) ; mais, à deux exceptions près, les propriétaires de ces biens ne résidaient pas dans la localité. La masse des travailleurs de la terre était constituée de micro-propriétaires, de domestiques à l’année et de journaliers, à quoi il convenait d’ajouter une trentaine de vignerons plus indépendants. 15 % des Chanzéens étaient artisans, commerçants ou membres des professions libérales. Mais ce qui caractérisait, d’abord, la structure foncière de la commune, c’était le poids écrasant de la grande propriété aristocratique. Le seul domaine de Quatrebarbes couvrait 475 ha, soit 1/6e du territoire communal. Plusieurs autres familles légitimistes apparentées aux Quatrebarbes possédaient des biens-fonds dans la commune. Ces terres étaient exploitées en métairies.

  • 102 Une paroisse vendéenne, op. cit., p. 118.
  • 103 Ibid., p. 128.

42Le comte de Quatrebarbes, qui disposait d’une solide fortune (60 000 francs, dont le quart à peu près provenait des fermes du village) était le type même du châtelain paternaliste. Chaque année, il prélevait sur le produit du domaine des quantités importantes de farines destinées à l’alimentation des pauvres. La comtesse distribuait de son côté des aumônes pour un montant annuel de 1000 à 1500 francs. Quatrebarbes relayait au conseil général les doléances de la municipalité. Élu député de Cholet en août 1846, au moment où s’annonçait la grande crise frumentaire de la fin du règne, il réclama une loi qui aurait permis aux communes de lever des taxes pour employer les pauvres à des travaux de voirie. La rénovation du château, modeste manoir que Quatrebarbes transforma en vaste bâtisse dans le style Renaissance, s’inscrivit dans ce programme de reconstitution d’une communauté fondée sur des liens de dépendance paternaliste. De même que la publication de l’histoire de Chanzeaux. Au sixième chapitre de l’ouvrage, le récit des guerres de la Révolution s’interrompt. L’auteur évoque les « mœurs » locales. Il dresse un portait type du laboureur vendéen, qui apparaît, sous la plume de l’aristocrate légitimiste, comme l’incarnation du paysan déférent : pieux, laborieux, charitable, plein de bon sens, le laboureur vénère son curé – dont il sollicite les conseils dans les circonstances importantes de sa vie – autant que son propriétaire : « Rien de touchant comme la familiarité respectueuse et la probité à toute épreuve qui servent de base aux relations continuelles du métayer et du propriétaire. Si celui-ci sait comprendre tout ce qu’il y a de noblesse dans cet attachement héréditaire, il n’est pas une joie de famille, pas un chagrin de cœur qui ne retentisse du château à la chaumière102. » Quant à la communauté villageoise, unanime dans la fréquentation de l’église comme elle le fut dans le rejet de la Révolution, elle est un modèle d’harmonie et de solidarité : les habitants ignorent la jalousie, et par conséquent les conflits et les disputes ; l’« esprit de famille » règne sans partage ; le journalier dans le besoin peut toujours compter sur ses voisins, qui ne lui refusent jamais un secours. La paroisse du bocage est le lieu même du bonheur. Tandis que le vice et la corruption des grandes cités commencent à gangrener les bourgs et les petites villes, les mœurs villageoises ont conservé toute leur pureté : « Il y a des communes nombreuses où plusieurs années s’écoulent sans un seul scandale103. »

  • 104 Ibid., p. 130.

43Cependant Quatrebarbes savait les dangers de l’exode vers les villes. Et il adressa une mise en garde à ses lecteurs : « Bons habitants des campagnes, ne vous laissez point séduire par cet exemple. Restez laboureurs comme vos pères, et conservez religieusement leurs coutumes, leur probité, leur amour du travail. La terre est la source de richesse où vous devez toujours puiser ; que vos garçons n’abandonnent pas la charrue, ni vos filles leurs fuseaux pour le séjour des filatures ; défiez-vous des paroles trompeuses, et si jamais on cherchait à éveiller votre ambition en vous offrant l’appât de l’or, arrêtez vos regards, avant de partir, sur le toit de votre chaumière et sur la vieille église où vous avez été baptisés ; promenez-vous dans ces champs couverts de moissons, dans ces pâturages fertiles où bondissent vos troupeaux, voyez l’air de santé de vos enfants, et comparez ensuite votre condition avec celle de cette population irréligieuse, pâle et maladive, qui passe sa vie dans les ateliers, loin du grand air et du soleil, dont l’existence se consume tristement en efforts mécaniques, qui ne connaît ni les joies de famille, ni la prière, ni le repos du dimanche, mais s’enivre le lundi, blasphème tous les jours, et se plonge dans la débauche comme diversion au travail. Choisissez alors, et voyez de quel côté se trouvent la vertu et le bonheur104. »

44Quatrebarbes écrivit son histoire de Chanzeaux pour dissuader les paysans de partir, et leur désigner un modèle de comportement à imiter. Il n’y a rien d’étonnant à ce que ce type de discours ait été très répandu chez les aristocrates. Et que ceux-ci aient été très présents sur le terrain de l’historiographie locale.

  • 105 Hazareesingh S., From Subject to Citizen : the Second Empire and the Emergence of Modern French De (...)
  • 106 Brelot C-I., La noblesse réinventée : nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Paris, Les Belles le (...)
  • 107 Sur le parrainage des cloches : Corbin A., Les cloches de la terre. Paysage sonore et culture sens (...)

45Il faut en outre souligner ici l’importance que l’aristocratie terrienne accordait à la commune dans l’ensemble du dispositif qu’elle mit en place, après 1815, pour tenter de préserver ce qui restait de son ancienne influence. L’apologie de cette institution héritée de l’Ancien Régime était au cœur du discours que déploya la pensée conservatrice dans sa dénonciation des méfaits du centralisme et de l’individualisme. Depuis les premiers écrits des ultraroyalistes jusqu’aux projets réformistes des municipalistes de l’entre-deux-guerres, l’éloge des solidarités communales fut l’un des thèmes favoris de tous ceux qui s’acharnaient à défendre une société agraire, organique, fédéraliste, enracinée105. Mais les grands notables ne se contentèrent pas de cette vénération abstraite de l’entité communale. Les gros propriétaires fonciers inventèrent ou remirent au goût du jour toutes sortes de rites et de pratiques qui visaient à faire du château le cœur symbolique de la communauté d’habitants. Claude-Isabelle Brelot a montré que la noblesse franc-comtoise, soucieuse de rétablir les assises locales de son pouvoir – ébranlé par la vague des soulèvements antiseigneuriaux de la Grande Peur – fit du patronage municipal ou paroissial l’un des volets de cette stratégie de reconquête des masses rurales106. Dans une société où régnait une grande misère, l’assistance aux pauvres était l’un des principaux atouts dont disposait une aristocratie foncière en quête de reconnaissance. Cependant les rapports de domination paternaliste, parce qu’ils supposaient une certaine familiarité entre les partenaires de l’échange, faisaient courir au bienfaiteur du rustre le risque de la dérogeance. Il s’agissait par conséquent de trouver le bon équilibre entre identification et différenciation. La solution consistait à instaurer, entre le noble et le laboureur, un système d’échanges indirects : c’est le groupe dans son ensemble, davantage que les familles, qui bénéficiait de la générosité et de la protection du châtelain. Le patronage nobiliaire revêtait essentiellement la forme de l’évergétisme municipal ou – plus systématiquement encore – paroissial. L’institution locale médiatisait la relation entre le protecteur et le protégé. Ainsi le château, devant les grilles duquel vivres et secours étaient distribués, apparaissait comme le centre névralgique de la commune. Ajoutons que c’est aussi par le truchement de cet évergétisme que le châtelain et sa famille pouvaient s’impliquer dans la production des identités communales ou paroissiales (et créer un sentiment d’unanimisme qui était la condition d’une domination efficace). Le parrainage des cloches de l’église – qui venait consacrer l’existence d’un rapport de parenté spirituelle entre la grande famille paroissiale et ses protecteurs –, la participation financière à la reconstruction de l’église, le don d’un vitrail à la paroisse, étaient autant de manières d’associer un nom aux principaux marqueurs de l’identité territoriale107.

  • 108 Garrigou A., Histoire sociale du suffrage universel en France. 1848-2000, Paris, Le Seuil, 2002, p (...)

46Les représentants de l’aristocratie foncière traditionnelle, parce qu’ils avaient le sentiment que les positions de pouvoir qu’ils occupaient dans la société rurale étaient directement menacées par le développement de l’État central et le dépérissement concomitant des vieilles solidarités territoriales, s’efforcèrent, après la Révolution, de redonner vigueur et consistance à ces solidarités. Et ce par un travail de production d’identités patrimoniales et mémorielles. La force du sentiment d’appartenance à la communauté territoriale était l’une des conditions pour que se perpétue le type de domination qui caractérisait l’emprise des notables traditionnels. La domination notabiliaire ne s’exerçait jamais mieux que lorsqu’elle pouvait s’appuyer sur une forte identification communautaire108. Et l’exemple de l’histoire de la paroisse de Chanzeaux nous montre bien quel type de solidarité les érudits conservateurs entendaient promouvoir dans et par leurs travaux : une solidarité organique, fondée sur une relation de mutuelle dépendance entre le châtelain et une masse indifférenciée de paysans (pour Quatrebarbes, tous les habitants de Chanzeaux étaient des « laboureurs » ou des « paysans » ; il ignorait totalement les différences de fortune et de profession, il est vrai peu sensibles dans cette société polarisée).

47Tel est le sens de l’investissement des grands notables dans l’érudition locale (que cette érudition ait pris pour objet la province, la capitale régionale ou, plus modestement, une commune rurale). Jusqu’aux années trente du XXe siècle, l’aristocratie continua de jouer un rôle important dans l’historiographie villageoise. Les auteurs de monographies avaient fréquemment un nom à particule.

La contribution du clergé

  • 109 Le Bras G., Études de sociologie religieuse, t. I, Sociologie de la pratique religieuse dans les c (...)
  • 110 Julia D., « Le clergé paroissial du diocèse de Reims à la fin du XVIIIe siècle », Études ardennais (...)
  • 111 Perrot J.-C., L’Âge d’or de la statistique régionale, op. cit., p. 9. Faute de disposer d’un perso (...)
  • 112 du Four de Longuerue L., « Mémoire sur le village de Vieux et sur ses antiquités », Mercure, avril (...)
  • 113 Lebeuf commença à travailler sur cet immense chantier à la fin des années 1730. Lebeuf, Histoire d (...)

48Le bas clergé rural est également bien représenté dans notre échantillon de précurseurs : presque tous les 22 % d’ecclésiastiques que nous avons identifiés exerçaient un ministère paroissial. Dans l’ensemble des facteurs susceptibles d’expliquer l’investissement précoce de cette catégorie dans les études locales, il faut souligner le rôle incitatif des évêques. À force d’interroger les curés au sujet des antiquités locales, des mœurs paysannes ou de l’histoire des paroisses, ils finirent par éveiller leur curiosité. Sous l’Ancien Régime déjà, l’épiscopat s’enquérait régulièrement auprès des prêtres de la vie religieuse des paroisses, des usages locaux et des « superstitions109 ». Dans les années 1770, plusieurs jeunes prélats, imprégnés de la culture du dénombrement caractéristique de cette époque, diffusèrent, au moment de leur intronisation, des questionnaires imprimés que les curés furent invités à remplir110. Mais les prêtres étaient également mis à contribution par les intendants ou les subdélégués enquêtant dans leur ressort111. Il n’y a pas lieu de s’étonner de ce qu’au XVIIIe siècle quelques curés de campagne aient étudié l’histoire de leur paroisse112. Et les recherches de l’abbé Lebeuf sur les paroisses du diocèse de Paris évoquent par bien des aspects les travaux des érudits de la monarchie censitaire113. Cependant l’abbé Lebeuf n’eut pas de disciple. Dans le domaine des études paroissiales, il y a une solution de continuité entre la fin des années 1770 et le règne de Louis-Philippe.

  • 114 Milbach S., Prêtres historiens et pèlerinages du diocèse de Dijon (1860-1914), Dijon, Éditions uni (...)
  • 115 Des extraits de cette circulaire sont reproduits dans : Mémoires de la Soc. des Antiquaires de Nor (...)
  • 116 Instructions et mandements de Mgr l’évêque de Rodez, transféré à l’archevêché de Cambrai sur les p (...)
  • 117 Document reproduit dans le Bulletin monumental, 1839, p. 228-236.
  • 118 Hilaire Y.-M., « L’intérêt des registres historiques de paroisse aux XIXe et XXe siècles. L’exempl (...)
  • 119 Rapporté dans : Bulletin de la Soc. des études de la province de Cambrai, t. II, deuxième année, 1 (...)
  • 120 Les curés furent invités à continuer l’enquête lancée en 1847 en s’attachant à la période 1802-185 (...)

49À compter des années 1830, les évêques français s’efforcèrent d’impliquer le clergé séculier dans la recherche historique et archéologique. L’épiscopat était en effet soucieux de redorer le blason intellectuel d’un bas clergé désormais recruté dans la classe paysanne ou dans l’artisanat, et dont on avait bien conscience qu’il ne brillait guère par la qualité de sa culture. L’Église, en outre, entendait affirmer ses droits à participer à la sauvegarde d’une architecture chrétienne que l’érudition laïque était en train de découvrir et, d’une certaine manière, de séculariser, puisqu’elle en faisait le patrimoine collectif de la nation114. D’où une série d’initiatives de la part de prélats désireux de stimuler le goût des curés de campagne pour l’étude du passé. L’évêque du Mans adressa en 1835 une lettre pastorale aux desservants du diocèse pour les inviter à écrire l’histoire de leur paroisse. Tous les événements notables dont la localité avait été le théâtre pouvaient être mentionnés, y compris ce qui touchait à l’« ordre purement temporel115 » (accident climatique, disette, incendie, divisions ou troubles…). En 1835 toujours, l’évêque de Rodez demanda aux curés et vicaires du diocèse de rechercher tout ce qui, dans leur paroisse, pouvait intéresser la religion, l’histoire, les sciences, les beaux-arts ou encore l’étude des traditions populaires, et de coucher par écrit les résultats de leurs investigations116. Dans une circulaire de 1839, l’évêque du Puy, par ailleurs conservateur des Monuments historiques de la Haute-Loire, invitait ses curés à lui signaler d’éventuelles découvertes archéologiques dans leur paroisse117. L’évêque d’Arras, en 1838 puis en 1843, demanda à ses curés de lui communiquer des renseignements historiques118. En 1845, ce fut au tour de l’évêque de Cambrai de prescrire à son clergé la tenue de Registres historiques des paroisses119. Le diocèse de Poitiers fut l’un des plus actifs dans le domaine de l’histoire et de l’archéologie. Mgr Guitton, qui introduisit l’enseignement de l’archéologie au séminaire, institua en 1844 une commission chargée de surveiller les travaux de rénovation des églises : il s’agissait de lutter contre le vandalisme contemporain, non moins nocif que le vandalisme révolutionnaire, et dont certains curés peu éclairés pouvaient se faire les complices. Le programme des conférences ecclésiastiques pour 1847 indiquait, au titre des travaux historiques, un récit des événements dont chaque paroisse avait été le théâtre entre 1790 et 1802. Après 1849, Mgr Pie continua en ce domaine l’œuvre de son prédécesseur120.

  • 121 Notice historique sur Montsalvy, sur son église et sur son ancien monastère, accompagnée de remarqu (...)
  • 122 L’abbé Jean-Eugène Decorde a écrit son histoire de Bures-en-Bray pour se conformer à la Lettrecirc (...)

50Ces demandes répétées furent à l’origine de vocations de monographe. G. Muratet, curé de Montsalvy, dans le Cantal, publia en 1843 une Notice historique sur cette localité121. Ce petit opuscule, expliquait-il dans la préface, fut rédigé en réponse à une double sollicitation : celle du préfet qui, en novembre 1841, avait créé une commission scientifique pour la recherche et la conservation des monuments historiques du département ; celle de l’évêque, dont une circulaire de 1842 invitait les prêtres du diocèse à participer à cette action122.

  • 123 Philippe Boutry souligne cette extrême sensibilité du clergé rural aux tempéraments locaux : Prêtr (...)
  • 124 Ordonnance de Mgr Claude-Louis de Lesquen, évêque de Rennes, pour régler la discipline ecclésiastiq (...)
  • 125 Recueil d’avis divers publiés par l’ordre de Mgr l’évêque, Nantes, 1871, p. 133-136, cité par Launa (...)
  • 126 Ibid. Voir encore Hilaire Y.-M., « L’intérêt des registres historiques de paroisse », art. cit.
  • 127 On mentionnera le questionnaire diffusé par Dupanloup au lendemain de sa prise de possession du si (...)

51Il faut dissocier les enquêtes centrées sur l’histoire et l’archéologie de celles qui portaient sur les mœurs et la vie religieuse locales. Les évêques avaient pleinement conscience de la nécessité pour le clergé de bien connaître le tempérament et les habitudes des fidèles. On sait, par exemple, combien l’insertion d’un nouveau pasteur dans le microcosme paroissial pouvait s’avérer délicate. Le desservant trop zélé qui bouleversait des traditions bien enracinées courrait le risque de se mettre les paysans à dos. Il était donc essentiel, aux yeux de l’Église, qu’un curé pût avoir une connaissance aussi fine que possible des coutumes, des mœurs, des usages locaux – dont on savait l’infinie diversité123 – des « abus » aussi, contre lesquels il était censé lutter. Essentiel aussi qu’il transmette à son successeur cette connaissance intime du terroir, fruit d’une longue familiarité avec la communauté des paroissiens. La qualité de l’encadrement des fidèles en dépendait. C’est pourquoi nombre d’évêques, dans les années 1830-1840, invitèrent les prêtres de leur diocèse à rédiger des chroniques – ou annales – paroissiales, qui devaient être conservées dans les archives de l’église. Une ordonnance de l’évêque de Rennes du mois d’août 1828 stipulait que « pour faciliter à leurs successeurs le service de la paroisse, MM. Les Recteurs dresseront un registre de paroisse », dont l’objet était « de conserver les traditions les plus reculées de la paroisse, ses usages, la mémoire des faits qui l’intéressent particulièrement, ses privilèges et les grâces qui lui ont été accordées124 ». Tout au long du XIXe siècle, les statuts du diocèse de Nantes rappelèrent au clergé l’obligation de la tenue des registres paroissiaux125. Il devait y être fait mention de l’époque à laquelle la paroisse avait été érigée, du nom des pasteurs et des vicaires, des usages et solennités particulières, des chapelles autorisées, des reliques, des confréries, des processions, de la célébration de la fête patronale, « enfin MM. Les curés et desservants indiqueront les diverses coutumes de leurs paroisses, et tout ce qui pourrait mettre parfaitement au courant de ces usages un successeur qui y serait entièrement étranger ; ils auront soin de laisser quelques pages en blanc entre les différents articles, pour y insérer les changements qui pourraient avoir lieu dans la suite126 ». À ces travaux à usage strictement local, il faudrait encore ajouter les enquêtes lancées par les évêques curieux de s’informer de la vie religieuse, mais aussi sociale, économique et culturelle des populations villageoises127.

  • 128 Sylvain Milbach estime qu’il ne faut pas exagérer le rôle de l’épiscopat dans l’essor de l’histori (...)
  • 129 Notice historique sur la paroisse de Lapalud (Vaucluse) pour servir à l’histoire religieuse de ce d (...)
  • 130 Boutry P., Prêtres et paroisses, op. cit.
  • 131 Ils consacraient habituellement de longs paragraphes à la description de l’église. Cette conscienc (...)

52Les questionnaires et les recommandations des évêques, de même que l’obligation faite aux desservants de tenir des registres, contribuèrent à aiguiser la curiosité ethnographique, historique et archéologique d’un bas clergé que ni ses origines sociales ni sa formation intellectuelle ne prédisposaient à s’intéresser à ces questions128. On peut raisonnablement faire l’hypothèse que le goût qu’une multitude de prêtres ne cessa de manifester pour la monographie paroissiale s’est enraciné dans cette habitude prise de consigner toutes sortes de faits intéressant les paroisses. Au début du Second Empire, l’abbé Elzéar-Véran Rose publia une Notice historique sur Lapalud, aboutissement de vingt-cinq années d’enquête129. Arrivé dans la paroisse au début des années 1830, l’abbé, obtempérant à une directive de l’évêque qui préparait une histoire religieuse du département, accumula des notes sur l’histoire de la localité : « Quoique engagé dans les occupations incessantes du ministère pastoral, je n’hésitai pas me conformer à ses désirs, dans la pensée qu’en contribuant à une œuvre utile à l’Église, je pourrais en même temps donner à ma paroisse quelque relief par l’exhibition des faits instructifs de son passé. » On notera au passage l’expression, chez l’auteur, d’une sensibilité localiste très caractéristique du clergé concordataire130. L’érudition locale fut une dimension de cet esprit de clocher. Les curés monographes, à l’image des prêtres bâtisseurs, œuvraient à la gloire de leur paroisse131.

  • 132 Histoire de la paroisse de Saint-Contest depuis le XIIIe siècle jusqu’à nos jours, Caen, L. Jouan, (...)
  • 133 La plupart de ces notices historiques n’ont sans doute jamais été publiées. L’abbé C. Olivier, qui (...)

53L’Histoire de la paroisse de Saint-Contest [Calvados] de l’abbé Élie offre un autre exemple, plus tardif mais très parlant, du glissement qui s’opéra, chez certains prêtres, de la simple chronique à usage personnel ou professionnel à la monographie historique132. Ce travail, expliquait l’auteur dans sa préface, n’était pas initialement destiné à la publication. L’abbé Élie, arrivé à la tête de la paroisse en 1875, avait simplement voulu consigner sur un manuscrit, déposé aux archives de la fabrique, les faits dont il avait été témoin, ceux que lui avaient révélés la tradition ou encore ses découvertes dans les archives de la mairie. Pendant un quart de siècle, il ne cessa d’interroger les anciens au sujet des événements de la Révolution ou des premières années du XIXe siècle. « J’ai recueilli ces souvenirs qui étaient exposés à se perdre, écrivait-il, et je les ai fixés133. »

L’identité sociale de l’historien de village

En quête d’informateurs enracinés

  • 134 Mémoires de la Soc. hist. et archéol. des Côtes-du-Nord, 1883, p. xv-xvi. Sous l’Empire et la Resta (...)
  • 135 Ibid., passim.
  • 136 Guillet F., « Entre stratégie sociale et quête érudite : les notables normands et la fabrication d (...)
  • 137 Guillet F., Naissance de la Normandie, op. cit., p. 123.
  • 138 Pinson G., « L’Association normande au XIXe » art. cit.

54Les antiquaires de province eurent très tôt conscience de ce que les programmes de recensement patrimonial qu’ils tentaient de mettre en œuvre n’avaient de chance d’aboutir qu’à condition que fût mobilisé un vaste réseau d’informateurs locaux. Faute de disposer de ces relais, les premiers archéologues arpentaient seuls, ou en petit groupe, le territoire d’un arrondissement ou d’un département. « Pendant plus de vingt ans, écrivait Gaultier du Mottay, j’ai visité le département […] commune par commune, le plus souvent à pied qu’en voiture, guidé presque toujours par une personne capable de me donner les meilleurs renseignements, principalement un ecclésiastique, un agent-voyer, un instituteur, et souvent en compagnie d’érudits que je pourrais nommer134. » Cependant cette technique de la « course archéologique » ne pouvait tout à fait satisfaire ces hommes épris de méthode. C’est pourquoi ils s’efforcèrent d’associer à leur travail exploratoire des représentants de l’élite provinciale. Il s’agissait en outre d’encourager un mouvement de décentralisation intellectuelle propre à redonner aux notables traditionnels le sentiment de leur utilité sociale135. Arcisse de Caumont tenta notamment d’établir en Normandie un réseau d’inspecteurs chargés de prospecter les différents arrondissements136. Les statuts de l’Association normande prévoyaient la mise en place d’une pyramide d’informateurs calquée sur celle des circonscriptions administratives137. Caumont éprouva cependant les pires difficultés à recruter des inspecteurs cantonaux, surtout en Haute-Normandie138.

  • 139 « Instructions à MM. les Inspecteurs », Recueil des Actes de la commission des arts et monuments d (...)

55Dès les années 1840 pourtant, l’ensemble des institutions publiques ou privées spécialisées dans l’étude du local tentèrent d’élargir le cercle de leurs collaborateurs en faisant appel, mais en qualité de simples pourvoyeurs d’information, à des petits notables de village jusqu’alors tenus à l’écart de la sociabilité érudite. L’enracinement dans un terroir était en effet perçu comme l’une des principales qualités du bon informateur : « Une contrée n’est bien connue que par ceux qui l’habitent, par des gens du sol. Causeries de famille, légendes, désignations de certains lieux, idées souvent superstitieuses attachées à tel édifice, à tel champ, tout leur vient en aide ; le moindre indice est un trait de lumière ; c’est un fil directeur qui se rattache à mille autres documents, intelligibles pour eux, et qu’un étranger à la localité laisserait passer inaperçus139. »

  • 140 Rarement vers les maires. Françoise Bercé mentionne un contre-exemple : « Arcisse de Caumont et le (...)
  • 141 Mémoires de la Soc. des Antiquaires de Normandie, 1835, p. xxxii.

56Les antiquaires en quête d’informateurs locaux se tournèrent logiquement vers les hommes d’église140. Les curés de campagne étaient tout désignés pour fournir des renseignements relatifs aux édifices religieux dont la sauvegarde constituait l’une des priorités des archéologues. Ainsi Arcisse de Caumont, commentant, en 1835, une Notice historique rédigée par un curé du Cotentin, émettait-il le vœu que les desservants des paroisses fussent associés aux travaux des sociétés savantes : « Il serait à désirer que MM. Les curés s’occupassent chacun dans leur paroisse de rédiger de pareils mémoires, et les fissent parvenir au chef-lieu du diocèse, ou aux sociétés savantes qui recueillent les éléments d’une histoire générale141. » Il est clair que le grand érudit normand assignait aux savants de village auxquels il souhaitait faire appel un rôle bien spécifique : collecter des données qui, une fois centralisées, pourraient être exploitées, dans la perspective d’une synthèse, par des chercheurs plus aguerris. La division du travail que préconisait Caumont était fondée sur un principe profondément inégalitaire.

  • 142 Prost A., Histoire de l’enseignement en France, 1800-1867, Paris, Colin, 1968.
  • 143 Charmes X., Le Comité des travaux historiques et scientifiques, op. cit., t. 2, p. 21.
  • 144 Ibid., p. 157-158.
  • 145 Bull. monumental, 1870, p. 42.

57Les instituteurs de campagne furent également mis à contribution, mais plus tard. Le « maître d’école » de la Restauration ou des premières années de la monarchie de Juillet, dont le niveau de culture était à peine supérieur à celui du commun des villageois142, ne pouvait faire figure d’interlocuteur valable. C’est aux Inspecteurs primaires que Salvandy s’adressa, en 1838, pour une enquête sur les monuments historiques des communes143. Mais la politique scolaire de Guizot allait modifier l’image et le statut du maître. Et en 1852, Fortoul, qui préparait un recueil général des poésies et chants populaires de France, demanda aux inspecteurs primaires de solliciter les instituteurs (et éventuellement les curés144). La 82e question du programme du Congrès archéologique de Vendôme de 1870 était ainsi formulée : « Quels services les instituteurs primaires peuvent-ils rendre à l’archéologie ? Moyen d’utiliser leur concours145 ? »

  • 146 Bull. de la Soc. archéol. du Finistère, 1875, t. II, p. 149-156. Sur la Société archéologique du F (...)
  • 147 « À. MM les Instituteurs publics et libres, titulaires et adjoints du département », Bull. de la S (...)
  • 148 Instituteurs de Plougourvest, Loc-Mélard, Plouguin, Landunvez, Saint-Pol-de-Léon, Saint-Divy, Plou (...)

58À la fin de l’empire, plus personne ne doutait des qualités d’informateurs des instituteurs de campagne. C’est à leur intention que le bureau de la Société archéologique du Finistère élabora, en 1875, un questionnaire archéologique. Il s’agissait de recenser le patrimoine monumental des communes du département (les dernières rubriques du formulaire portaient cependant sur les « croyances religieuses, médicales ou superstitieuses » ainsi que sur les légendes146). L’Inspecteur d’Académie publia ce document dans le Bulletin de l’Instruction primaire : « Dans vos promenades des vacances ou des jours de congé, vous chercherez seuls, ou, de préférence, avec quelques-uns de vos meilleurs élèves, des monnaies, des médailles, des armes, des poteries, des vases, des statuettes et autres objets anciens. […] Mais là ne se bornera pas la coopération intelligente que j’attends de votre zèle. Vous étudierez sérieusement le programme qui suit, et vous vous en servirez comme d’un flambeau pour examiner avec attention les lieux où vous êtes, leur configuration, les monuments en ruines ou debout qui s’y trouvent, les souvenirs qui s’y sont transmis de génération en génération, les chroniques, les légendes, les chants et les balades, enfin tout ce qui se rapporte à l’histoire de vos ancêtres, car vous êtes pour la plupart Bretons, et vous avez raison de vous en faire honneur. […] Le temps que vous consacrerez à ces recherches récréatives, à ces études intéressantes, sera bien employé. Vous contracterez, si vous ne l’avez déjà, et vous communiquerez à vos élèves le goût de l’histoire, dont l’archéologie est, sans contredit, le guide le plus fidèle et l’oracle le plus vrai147. » En réponse à cette missive, plusieurs maîtres rédigèrent des rapports que la Société publia dans son Bulletin148.

59Sous la Troisième République, les instituteurs et les curés furent sans arrêt sollicités par les sociétés savantes, les Inspecteurs d’Académie, les évêques, à l’occasion de concours, d’enquêtes, de statistiques, et plus fréquemment encore dans le cadre de la préparation d’une monographie diocésaine ou départementale. Nous aurons l’occasion de revenir sur ce point. Mais il importe ici de souligner qu’en faisant appel à ces innombrables petits notables ruraux, d’origine modeste pour la plupart, les sociétés savantes et les pouvoirs institués contribuèrent à la démocratisation de la nébuleuse érudite.

La démocratisation du champ des études locales

60Les premiers historiens de village, nous l’avons souligné, étaient issus des mêmes milieux sociaux que l’ensemble des antiquaires. Ce n’était plus tout à fait le cas sous la Troisième République. S’il arrivait encore à des chercheurs appartenant aux strates supérieures de la société provinciale de se prêter au jeu de la monographie de commune, la plupart des auteurs se classaient dans la catégorie des petits notables. C’est ce que révèle l’examen d’un échantillon de 289 monographes ayant publié après 1851.

61Précisons d’emblée que nous avons pris le parti d’exclure de nos calculs la masse des monographies réalisées par des curés ou des instituteurs dans le cadre d’un concours académique, d’une exposition scolaire, de la préparation de conférences ecclésiastiques, et plus généralement à la demande expresse d’un évêque ou d’un Inspecteur d’Académie. On ne pouvait envisager de mettre sur un pied d’égalité ces exercices qui revêtaient un caractère obligatoire et les monographies « libres », rédigées par des érudits motivés par leur seule passion pour l’histoire locale. Il faudra cependant tenir compte de ce choix au moment du bilan.

62Par ailleurs, plutôt que de travailler à partir du catalogue de la Bibliothèque nationale, et de restreindre le corpus aux seuls ouvrages ayant trouvé éditeur, nous avons préféré exploiter le filon des bulletins périodiques des sociétés savantes. C’est souvent par le biais d’une publication dans l’une de ces revues que les auteurs d’articles, de notices, voire de volumineux mémoires consacrés à l’histoire d’une localité rurale parvenaient à faire connaître leurs travaux.

63Nous avons procédé au dépouillement de 46 revues totalement ou partiellement spécialisées dans les études historiques. La publication de ces bulletins sur le site Gallica de la Bibliothèque nationale a été l’un des critères qui a présidé à leur sélection. Le dossier « sociétés savantes » de cette bibliothèque numérique permet en effet de consulter la quasi-totalité des périodiques édités notamment par les groupements érudits d’Aquitaine, de Lorraine, de Bretagne et de Vendée, ce qui permet d’amorcer une comparaison entre ces trois grands ensembles régionaux (on trouvera en annexe la liste des revues consultées).

  • 149 En l’absence d’indication systématique du titre, le repérage des historiens nobles n’est pas sans (...)

64L’exploitation de cette source nous a permis d’identifier plus de 300 auteurs de travaux consacrés à l’histoire d’une commune ou d’une paroisse. Nous possédons des informations relatives à la profession ou au statut social de 289 d’entre eux. [Voir le tableau page suivante]. La présentation des résultats a parfois nécessité de procéder à des choix. Dans quelle catégorie classer Charles-Joseph-Ernest de Bouteiller (1826-1883), co-fondateur de la Société d’archéologie et d’histoire de la Moselle, auteur, entre autres travaux, de plusieurs monographies de village (Ennery, Lorry-Lès-Metz, Chatel-Saint-Germain), qui fut capitaine d’artillerie, député de Metz, et adjoint au maire de cette ville ? Où faire figurer l’historien de Trélissac [Dordogne], qui dirigea la commune pendant trente-cinq ans, mais était aussi licencié en droit, industriel à Périgueux, ancien chef de cabinet du ministre de l’Instruction publique et ancien juge au tribunal civil de Bordeaux ? En présence de ces identités multiples nous avons privilégié la profession plutôt que le mandat. En revanche nous avons pensé que les historiens nobles (qui étaient souvent officiers en retraite ou élus locaux) devaient être classés comme tels dans nos tableaux : l’appartenance à la noblesse constituant un élément prépondérant de leur identité sociale149.

65De ces données, il ressort que les historiens de village, dans leur immense majorité (87,5 %) se répartissaient entre quatre grandes catégories sociales ou professionnelles : un peu plus d’un tiers étaient enseignants, 19,7 % étaient membres du clergé catholique, 15,5 % étaient nobles, 17,3 % étaient des bourgeois titulaires d’un diplôme universitaire qui exerçaient soit une profession libérale soit une profession intellectuelle. Mais il est possible de proposer une autre classification, plus conforme peut-être aux stratifications sociales réelles. En effet la catégorie « Métiers de l’enseignement » est très hétéroclite, puisqu’on y trouve aussi bien des instituteurs de campagne que des maîtres répétiteurs de collège, des professeurs agrégés, des directeurs d’établissements secondaires, et même un universitaire. Les enseignants du secondaire et du supérieur pourraient tout aussi bien être assimilés à des représentants de la bourgeoisie intellectuelle. Le groupe des ecclésiastiques devrait en toute rigueur faire l’objet du même type de reclassement. Il conviendrait en effet de dissocier le simple succursaliste du professeur de séminaire par exemple. Toutefois il est assez difficile de déterminer avec exactitude la proportion réelle des membres du clergé paroissial : les 23 abbés au sujet desquels nous ne disposons d’aucune information étaient sans doute pour la plupart vicaires ou desservants d’une succursale. Le chiffre de 8,6 % de curés historiens de leur paroisse doit de toute évidence être réévalué à la hausse (la réalité se situant probablement autour de 15 ou 16 %).

66Reste qu’en dissociant les instituteurs de l’ensemble de leurs collègues enseignants, on obtient les résultats suivants :

Ecclésiastiques

19,7 %

Instituteurs

29 %

Diplômés du supérieur

20,4 %

Noblesse

15,5 %

Autre

15,2 %

  • 150 carbonell C.-O., Histoires et historiens, op. cit., p. 291-292.

67Il faut maintenant confronter ces quelques chiffres à des données relatives à l’ensemble du champ historiographique. Dans son travail sur les historiens français au XIXe siècle, Charles-Olivier Carbonnell indique incidemment la profession ou le statut social d’un échantillon de 1095 auteurs ayant publié dans la décennie 1866-1876150. Nous avons converti ces données brutes en pourcentages :

  • 151 Les industriels, les banquiers, les négociants, les grands patrons ne fréquentaient guère les soci (...)
  • 152 Elle est mentionnée dans L’Avenir du Morbihan du 12 octobre 1907.
  • 153 Vendel H., « Rapport sur le concours d’histoire », Mémoires de la Soc. d’agric. du départ. de la M (...)
  • 154 Il s’agit de Georges Bodard (1863-1941). Visites aux paysans du Centre, Paris, Librairie Générale (...)

68La comparaison des deux tableaux fait apparaître certaines concordances. On observera d’abord la quasi-absence de la bourgeoisie économique dans le champ historiographique. De manière générale, d’ailleurs, les milieux d’affaires étaient très mal représentés dans le monde de l’érudition151. On s’étonnera moins de ce qu’à l’extrême opposé de la pyramide sociale, les couches les plus modestes de la société française, totalement exclues du monde de la sociabilité érudite, aient été peu impliquées dans la production historiographique. Si, sous la Troisième République, l’histoire des villages de France était fréquemment assimilée, nous aurons l’occasion d’y revenir, à une histoire du peuple des campagnes, ce n’était jamais des paysans qui faisaient le récit de cette épopée. Le premier « cultivateur » que nous ayons rencontré publia, en 1907, une monographie de sa commune de Camoël, dans la Morbihan152. Octave Lallement, de Sommevesle [Marne], également « agriculteur », fut lauréat en 1924 du concours de monographie de la Société d’agriculture, commerce, sciences et arts du département de la Marne153. Les commerçants ou artisans des bourgs n’étaient guère mieux représentés. L’historien de Cérilly [Allier] que Daniel Halévy rencontra, en 1910, à l’occasion d’un voyage-enquête dans le Bourbonnais, était charcutier154. Mais c’est bien le seul petit commerçant que nous ayons croisé dans le cours de nos recherches, et cet exemple tardif témoigne d’abord de ce que le processus de démocratisation du champ de l’érudition villageoise se prolongea au commencement du XXe siècle.

69En revanche plusieurs auteurs de monographies communales appartenaient à l’élite des vieux métiers de l’artisanat urbain ou à la toute petite bourgeoisie des chefs-lieux de canton ou d’arrondissement. Un typographe (Claude Bonnabelle), joua un rôle actif, en Lorraine, dans l’essor d’une historiographie villageoise. Parmi nos onze « fonctionnaires », plusieurs étaient de rang modeste. Il s’agit d’un contrôleur des contributions directes, d’un receveur principal des douanes, d’un agent-voyer cantonal, d’un agent-voyer en chef, d’un percepteur. Cette présence d’une poignée de représentants de la petite bourgeoise, même si elle est à peine perceptible, est cependant révélatrice d’une étroite corrélation entre deux variables : la valeur attribuée à l’objet étudié d’une part (en matière d’histoire locale, elle était proportionnée à la dimension de l’entité territoriale) ; la position de l’auteur dans la hiérarchie sociale d’autre part. N’oublions pas, en effet, que nous avons ici affaire à des amateurs : aucun titre ni diplôme ne venait sanctionner leurs compétences d’historiens ; et en l’absence de critères spécifiques de hiérarchisation, la position qu’ils occupaient à l’intérieur du champ de l’érudition était étroitement dépendante de leur statut social. En dépit de la forte présence de représentants de l’aristocratie terrienne parmi les auteurs de monographies villageoise, il semble que l’apparition, dans la gamme des exercices habituellement pratiqués par les érudits de province, de cette nouvelle formule, offrait désormais la possibilité à des personnes de rang très modeste de faire de l’histoire.

  • 155 Carbonell C.-O., Histoires et historiens, op. cit., p. 260-261.
  • 156 Ibid., p. 262.

70La distribution sociale des érudits de village diffère en effet sensiblement de celle des historiens pris dans leur ensemble. Si la proportion de nobles est à peu de choses près identique dans les deux échantillons (15,5 % des producteurs de monographies de village pour 19,9 % des historiens), en revanche les diplômés du supérieur, qui dominaient largement le champ des études historiques (près de 40 %) ne représentent que 17,3 % des auteurs de monographies communales. La surreprésentation du monde de l’enseignement dans l’ensemble des érudits ayant travaillé sur une localité rurale (34,9 % des monographes pour 10,95 % seulement de « professeurs » historiens) s’explique par l’importance, au sein de cette catégorie, des instituteurs de village (29 % du total). À l’inverse, les enseignants du primaire étaient ultraminoritaires dans le champ historiographique (0,01 %155). En fait, si la proportion d’enseignants parmi les historiens de village décroît à mesure qu’on s’élève dans la hiérarchie scolaire (29 % d’instituteurs, 2,8 % de professeurs du secondaire, 0,3 % d’universitaires), on observe exactement l’inverse dès lors qu’on prend en considération l’ensemble des historiens (0,01 % d’enseignants du primaire, 0,6 % d’enseignants du secondaire, 6,4 % d’universitaires). Les analyses de Charles-Olivier Carbonell montrent bien qu’il existait une corrélation entre la hiérarchie des professions et le choix du thème traité : les professeurs de faculté privilégiaient les sujets nobles (par exemple l’histoire des origines du christianisme ou de l’Antiquité), tandis que les professeurs de lycée, qui ne s’aventuraient qu’exceptionnellement sur ce terrain, étaient plus nombreux à produire des ouvrages pour la jeunesse ou des monographies locales156. Quant aux instituteurs, ils se cantonnaient dans des statistiques communales dont la diffusion restait confidentielle. Ajoutons que la part des maîtres d’école dans l’ensemble des historiens de village serait beaucoup plus grande – infiniment plus grande – si, plutôt que de s’en tenir aux travaux figurant dans des revues savantes, on avait pris en compte la masse des notices communales « sollicitées » qui ne furent jamais éditées.

71Quant au chiffre de 16 % de curés de village, il est lui aussi très inférieur à la réalité. Beaucoup de monographies de paroisses préparées à la demande de l’évêque sont restées manuscrites, ou furent publiées par bribes dans quelque Semaine religieuse.

  • 157 Sur le prestige de l’instruction dans les départements de l’Est : Day C. R., « The Rustic Man : Th (...)

72On observera enfin, mais c’est là un point qui mériterait à lui seul une étude spéciale, d’importantes disparités géographiques. L’érudition villageoise était nettement plus aristocratique et cléricale dans l’Ouest (25,3 % de nobles, 29,9 % d’ecclésiastiques, pour 15 % d’instituteurs) que dans l’Est (6,2 % de nobles, 19,6 % d’ecclésiastiques, 35,7 % d’instituteurs157).

73À eux seuls, en tout cas, les curés et les instituteurs publièrent un peu moins de la moitié (45,6 %) de l’ensemble des monographies locales. C’est la présence massive de ces petits notables de village au sein d’une sous-spécialité historiographique en plein essor une fois franchi la mi-temps du siècle qui explique son caractère socialement plus ouvert. Ces hommes étaient pour la plupart fils de cultivateur ou d’artisan. D’origine modeste par conséquent. Admis au séminaire ou – pour l’élite des maîtres – à l’école normale, ils purent accéder aux strates inférieures de la bourgeoisie rurale.

74Mais en dépit de cette promotion par le mérite, ils se situaient très en retrait, socialement parlant, des bourgeois diplômés de l’université et bien entendu des nobles. L’univers très fermé des sociétés savantes entr’ouvrait bien ses portes aux enseignants du primaire ou aux simples succursalistes, mais à condition qu’ils se cantonnent dans l’histoire micro-locale des villages. Transfuges du peuple davantage que représentants des milieux populaires, ils faisaient figure d’exception dans cet univers de notables.

75Les curés et les instituteurs de campagne qui rédigèrent un mémoire sur leur commune, à défaut d’être admis, ou alors en qualité de membres correspondants, dans une société d’émulation, pouvaient au moins y présenter leurs travaux. Mais c’est par la petite porte que ces chercheurs de village pénétraient dans cet univers élitiste. Car si les cadres dirigeants de la sociabilité savante, de même que les inspecteurs d’Académie ou encore les évêques férus d’histoire ne cessèrent d’encourager l’étude des localités rurales (par exemple en organisant des concours de monographies), ce type d’exercice ne s’en situait pas moins au dernier degré de l’échelle du prestige intellectuel. La rédaction d’une monographie de village n’était d’ailleurs jamais une fin en soi : elle s’inscrivait toujours dans une entreprise plus ambitieuse, telle que l’élaboration de l’histoire d’un diocèse, d’un département ou d’une province… Des érudits de village, on attendait d’abord qu’ils fournissent des détails, un matériau brut, que d’autres, plus savants et plus habiles, sauraient exploiter. Ils devaient s’interdire toute considération personnelle, résister à la tentation absurde d’énoncer des généralités. Les qualités requises pour réaliser une bonne monographie étaient la patience, le labeur, l’exactitude, bien plus que la hauteur de vue. La plupart des auteurs semblaient d’ailleurs avoir accepté ce statut subalterne qui leur était assigné. Les historiens de village, nous le verrons, aimaient à se comparer à des ouvriers apportant leur petite pierre à l’édification d’un vaste monument (assimilé, dans le cas des monographies des paroisses d’un diocèse, à une cathédrale).

  • 158 Annales de la Soc. acad. de la Loire-Inférieure, 1895, p. lxxiv.
  • 159 Annales de la Soc. acad. de la Loire-Inférieure, 1898, p. xxxii.
  • 160 Annales de la Soc. acad. de la Loire-Inférieure, 1911, p. lii.

76C’est pourquoi les curés, et davantage encore les instituteurs, furent si nombreux à participer aux concours de monographies qu’organisaient les sociétés d’émulation. La formule du concours annuel, qui se généralisa à compter des années 1850, était une autre manière d’instaurer, parmi les amateurs d’histoire travaillant sur un même département, une division du travail. Les monographes étaient invités à recueillir des données locales dans les archives de la mairie ou en enquêtant sur le terrain. Il n’était pas rare qu’on leur transmette un plan d’étude, ou qu’on leur indique un modèle à imiter. Ces informations étaient en tout cas destinées à être exploitées par d’autres chercheurs. L’exercice, par conséquent, n’était pas particulièrement gratifiant. Et n’était pas destiné aux historiens reconnus. Prenons un exemple. En 1895, la Société académique de Nantes mentionnait pour la première fois dans la liste des questions du concours annuel : « Monographie d’un canton ou d’une commune du département158. » Le compte rendu rédigé à l’occasion du concours de 1898 précisait les attentes des organisateurs : « Dans l’état actuel de la science, c’est par [les monographies], c’est par leurs recherches souvent ardues et toujours obscures, que s’assemblent en secret les matériaux nécessaires aux découvertes. Leurs modestes analyses préparent les synthèses que des talents supérieurs mettront en lumière159. » Le rapporteur du concours de 1911 écrivait quant à lui : « Nombreux […] sont ceux qui, sans prétention à la haute littérature, sont néanmoins capables d’écrire une bonne monographie et d’apporter ainsi un précieux concours à l’histoire locale160. » Il est surprenant, dans ces conditions, que le chanoine Guillotin de Corson, grand érudit breton, ait proposé, en 1898, une Monographie d’Abbaretz. On s’étonnera moins de ce que sur un total de treize monographes récompensés entre 1895 et 1911, huit aient exercé la profession d’instituteur communal. L’immense majorité des lauréats des concours de monographies organisés par la Société d’agriculture, commerce, sciences et arts de la Marne, par l’Académie de Reims et par la Société d’émulation du département des Vosges, étaient instituteurs ou curés de village. Les notables de la Société des agriculteurs de France organisèrent eux aussi un concours, dont le programme avait été élaboré à la fin du siècle par l’ingénieur Émile Cheysson. Il était destiné aux « autorités sociales », qu’on voulait intéresser à leur commune. Quelques barons de l’agrarisme envoyèrent un manuscrit. Mais la plupart des lauréats étaient, là encore, des maîtres d’école (54 %) et des desservants de paroisse (10 %).

77Pour les antiquaires qui, au cours des années 1830, publièrent des statistiques monumentales ou des dictionnaires historiques dont l’organisation interne était calquée sur le découpage des circonscriptions administratives, la commune n’était rien d’autre qu’une subdivision territoriale délimitant une aire à explorer. Une entité spatiale sans qualité particulière, et dépourvue d’épaisseur temporelle. Les érudits cependant ne tardèrent pas à affirmer que chaque village était doté d’une personnalité historique. Et qu’il méritait par conséquent d’être étudié pour lui-même. Dès les années 1860, la nécessité d’une histoire des petites communes était partout proclamée. Les grandes figures de l’érudition, de même que toutes sortes d’institutions privées ou publiques encouragèrent les amateurs d’histoire locale à publier des monographies de commune. Les sociétés d’émulation jouèrent un rôle moteur dans le développement d’une historiographie des villages, organisant des concours, distribuant des éloges et des récompenses. Mais la monographie communale, dont on ne cessait pourtant d’affirmer l’utilité, se voyait pourtant assigner un statut subalterne dans l’ensemble des travaux apparentés. C’est pourquoi l’invention de ce genre mineur coïncide avec l’affirmation, dans le champ de l’érudition locale, de nouvelles catégories d’auteurs, sortis des rangs de la petite notabilité villageoise, et qui ne pouvaient se prévaloir du titre de savant qu’à condition de se cantonner dans l’étude de l’infiniment petit. La déconcentration du labeur que préconisaient ceux qui souhaitaient associer un réseau d’érudits de village à l’élaboration collective d’une histoire provinciale ou nationale reposait sur le principe d’un partage social du travail intellectuel. Les postulants furent nombreux, comme en témoigne la croissance exponentielle du nombre de monographies sous la Troisième République. Et leur investissement souvent passionné dans la recherche historique n’était pas sans rapport avec une trajectoire sociale ascendante.

Notes

1 Deux en 1796, une en 1803 et les deux dernières à une date non spécifiée. Analyse des travaux de la Société royale des arts du Mans, depuis l’époque de son Institution, en 1794, jusqu’à la fin de 1819, Le Mans, Imprimerie de Monnoyer, 1820, p. 299-300.

2 Compte rendu des travaux de la Société d’Agriculture, Histoire naturelle et Arts utiles de Lyon, depuis le mois de Décembre 1807, jusqu’au mois de Septembre 1808, p. 36.

3 L’ouvrage sera publié en 1827 : Notice historique et statistique du canton de St-Symphorien-le-Château, Lyon, impr. J.-M. Barret, 1827.

4 « Notice statistique sur la commune de Loire », Compte rendu des travaux de la Société d’Agriculture, Histoire naturelle et Arts utiles de Lyon, 1er février 1819-1er mars 1820, p. 12-22.

5 Perrot J-C., L’Âge d’or de la statistique régionale française (an iv-1804), Paris, Société des Études robespierristes, 1977 ; Bourguet M.-N., Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 1989.

6 Dieudonné, préfet du Nord, et son secrétaire Bottin rédigèrent en l’an ix deux questionnaires à l’intention des maires, notables, magistrats, juges de paix et médecins : une vingtaine de monographies cantonales ou communales remontèrent jusqu’à la préfecture (Bourguet M.-N., Déchiffrer la France, op. cit., p. 196).

7 Ibid., p. 304.

8 Bull. des sciences géographiques, 1828, t. XIII, p. 308.

9 Compte rendu des travaux de la Soc. royale d’agric. et des arts de Seine-et-Oise, 1835, p. 20-21.

10 Dujay J., Statistique de Mareuil-lez-Meaux, Meaux, Imprimerie A. Dubois, 1834. Des extraits de ce petit ouvrage furent publiés dans les Publications. de la Soc. d’agric., sciences et arts de Meaux (1834-1835, p. 151 sq.).

11 Bourguet M.-N., op. cit., p. 154.

12 Ibid., p. 311.

13 Dès l’An ix dans l’Almanach du Pas-de-Calais. Parsis-Barubé O., « Les représentations de la géographie administrative dans la statistique historique et archéologique des départements de la Somme, du Pas-de-Calais et du Nord au XIXe siècle », Revue du Nord, t. 82, 335-336, avril-septembre 2000, p. 285-302.

14 Ce choix ne semble pas avoir été dicté par des arrière-pensées politiques. Il n’en sera pas de même en 1848, lorsque sera décidée une Enquête sur le travail agricole et industriel, qui s’inscrivait alors dans un projet de réforme sociale et de recherche des espaces socio-politiques intermédiaires appropriés à la mise en œuvre d’une nouvelle dynamique sociale. Les débats (qui prolongeaient les controverses relatives au lieu du vote) portèrent sur le niveau administratif à mobiliser. Ils opposèrent les défenseurs de la commune et du département (les notables censitaires) aux partisans du canton (représentants de la bourgeoisie républicaine). Voir Bleton-Ruget A., « Travail et territoires : du bon usage de la nation. À propos de l’enquête de 1848 sur le travail agricole et industriel », Cahiers d’économie et sociologie rurales, no 76, 2005, p. 30-48.

15 Locatelli R. et al., La Franche-Comté à la recherche de son histoire, op. cit., chap. vii, p. 107-110 et chap. xxi, p. 261 sq.

16 Voir à ce propos, d’Odile Parsis-Barubé, Les représentations du Moyen-Âge au XIXe siècle dans les anciens Pays-Bas français et leurs confins picards. Essai d’historiographie comparée, Villeneuve-d’Asq, Presses universitaires du Septentrion, 1999.

17 Mentionnons à titre d’exemple l’ouvrage qu’en 1828 le jeune docteur Smyttère, diplômé de la faculté de Paris, consacra à son pays natal, Cassel [Nord], petite ville plutôt que commune rurale. Ce travail, « contribution au Tableau général de la Statistique de la France voulu par le gouvernement », abordait à la fois la topographie médicale, la statistique descriptive et l’histoire. Topographie historique, physique, statistique et médicale de la ville et des environs de Cassel (département du Nord), Lille, Vanackere, 1828.

18 À titre d’exemple, les mémoires que publièrent entre 1807 et 1810 les correspondants de l’Académie celtique portaient pour la plupart sur une ville, sur un département, sur une province ou sur une fraction de province. Parmi toutes ces notices, une seule s’apparentait à une monographie de commune : il s’agit de « L’Archéologie du lieu de la Tombe, et de ses environs », par l’ancien conventionnel Jacques-Antoine Dulaure (Mémoires de l’Académie celtique, t. V, no XIV, 1810, p. 181 sq.). Pourtant, la plupart des coutumes mentionnées dans le questionnaire de l’Académie (quêtes rituelles, carnaval, fête des brandons, érection de mais, feux de la Saint-Jean) désignaient la commune ou la paroisse comme unité d’observation.

19 Sur ces questions, l’ouvrage de référence est celui de François Guillet, Naissance de la Normandie. Genèse et épanouissement d’une image régionale en France, 1750-1850, Caen, Annales de Normandie-Fédération des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie, 2000.

20 Ozouf-Marignier M-V., La formation des départements. La représentation du territoire français à la fin du XVIIIe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1992.

21 Ibid.

22 Saint-Brieuc, vve Guyon, 1832-1836.

23 Annuaire des Côtes-du-Nord, 1845, p. 81-85.

24 Annales de la Soc. arch. et hist. des Côtes-du-Nord, 1, 1842, p. 51.

25 Ibid.

26 Discours inaugural du président, Athanase Saullay de L’Aistre, Annales de la Soc. arch. et hist. des Côtes-du-Nord, 1, 1842, p. 12.

27 Ibid., p. 6.

28 « On devrait peut-être admettre parmi les monuments historiques de Brestot [Eure] l’existence de sa confrérie de charité, qui est une des plus anciennes du canton », écrivait Delphine Philippe-Lemaître dans sa notice sur la commune de Brestot (Bull. monumental, 1854, vol. XX, p. 659). Un autre érudit normand comparait les traditions à des « monuments moraux » (Le Hardy G., « Tradition et monument d’une paroisse de la plaine de Caen », Mémoires de la Soc. des antiquaires de Normandie, 1867, p. 606).

29 Annales de la Soc. arch. et hist. des Côtes-du-Nord, 1, 1842, p. 19.

30 Jullian C., « Augustin Thierry et le mouvement historique sous la Restauration », Revue de synthèse, 13, 1906, p. 29-142. Voir en particulier : den Boer P., History as a Profession : the Study of History in France (1818-1914), Princeton, Princeton University Press, 1998.

31 Ibid. À la fin du siècle, plus de 4000 articles d’histoire locale étaient publiés chaque année. Ibid., p. 18.

32 Annales de la Soc. arch. et hist. des Côtes-du-Nord, 1, 1842, p. 19.

33 C’est Alexandre de Laborde qui lui avait suggéré cette circulaire (Bercé F., « Les sociétés savantes et la protection du patrimoine monumental », Actes du 100e congrès national des sociétés savantes, Paris, 1975, Colloque interdisciplinaire sur les sociétés savantes, Paris, Bibliothèque nationale, 1976, p. 155-167).

34 Guillet F., Naissance de la Normandie, op. cit., p. 268-269. Le préfet du Maine-et-Loire transmit la circulaire aux maires du département. Si très peu d’édiles signalèrent la présence de monuments dans leur commune, ce qui révèle une conscience patrimoniale encore peu développée, le maire de Rochefort-sur-Loire – qui exerçait la profession de notaire – rédigea à cette occasion une histoire de sa commune : il pourrait bien s’agir de l’une des toutes premières tentatives d’historiographie villageoise (Giraud-Labalte C., Les Angevins et leurs monuments : 1800-1840. L’invention du patrimoine, Angers, Société d’études angevines, 1996, p. 121). Sur cette question : Chastel A., « La notion de patrimoine », dans Nora P. (éd.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1997, t. 1, p. 1433-1469.

35 Guillet F., Naissance de la Normandie, op. cit., p. 269.

36 Rosanvallon P., Le moment Guizot, Paris, Gallimard, 1985, p. 193-203.

37 Theis L., « Guizot et les institutions de mémoire. Un historien au pouvoir », dans Nora P. (éd.), Les lieux de mémoire, op. cit., t. 1, p. 1575-1597.

38 Ce souhait fut très explicitement exprimé par Guizot dans un discours prononcé en 1837 devant les membres de la Société des Antiquaires de Normandie. Discours reproduit dans les Mémoires de la Soc. des Antiquaires de Normandie, 1837-1839, p. xliv.

39 L’échelle d’observation était ici le canton. Ce furent par conséquent des notables de moyenne envergure qui collectèrent les informations relatives à la vaine pâture, au glanage ou à l’usage des communaux. Pour le département du Lot : Arch. départ du Lot, 4M 36.

40 « Circulaire du 23 juillet 1834 relative aux rapports des sociétés savantes des départements avec le ministère », dans Charmes X., Le Comité des travaux historiques et scientifiques (histoire et documents), Paris, imprimerie nationale, 1886, t. 2, p. 10.

41 On ne décelait à cette date aucune volonté de propager l’amour du pays natal dans la classe laborieuse. Gerson S., The Pride of Place, op. cit.

42 « Circulaire relative à l’envoi d’instructions rédigées par le Comité », 1839, dans Charmes X., Le Comité des travaux historiques et scientifiques, op. cit., t. 2, p. 95.

43 Bercé F., « Les Sociétés savantes et la protection du patrimoine monumental », art. cit., p. 160.

44 Annales de la Soc. archéol. et hist. des Côtes-du-Nord, 1883, p. xxxvii.

45 « Fragment de la chronique de Merdrignac », Annales de la Soc. archéol. et hist. des Côtes-du-Nord, 1842, 1, p. 14 sq.

46 Guiomar J.-Y., Le bretonisme. Les historiens bretons au XIXe siècle, Mayenne, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1987.

47 Séance du 20 septembre 1852, Annuaire des Côtes-du-Nord, 1853, p. v-vii

48 « Répertoire archéologique du département des Côtes-du-Nord », Mémoires de la Soc. archéol. et hist. des Côtes-du-Nord, 1883, p. xxxvi-xl. Nécrologie dans Bull. archéol. de l’Assoc. bretonne, 1884, p. lix-lxi.

49 « Circulaire relative à la publication d’un répertoire archéologique de la France », dans Charmes X., op. cit., t. 2, p. 202-203.

50 Mémoires de la Soc. archéol. des Côtes-du-Nord, séance du 25 juin 1882, 1883, p. v sq.

51 Mémoires de la Soc. archéol. des Côtes-du-Nord, séance du 30 novembre 1883, 1883, p. xviii.

52 Qu’il faudrait compléter en évoquant les activités de la Société d’émulation, fondée en 1861, qui reçut des subsides du conseil général pour dresser une statistique monumentale et une carte archéologique du département. Un questionnaire fut préparé à cet effet. Il ne portait pas exclusivement sur les monuments, mais également sur les traditions, les légendes, les chants populaires… Cependant aucune circonscription territoriale ne fut désignée comme cadre spécifique de l’enquête. Et le bulletin de la société ne publia que fort peu de monographies de village.

53 Annales de la Soc. académ. du départ. de la Loire-Inférieure, 1835, p. 34.

54 Guillet, « Rapport fait à la Société royale académique de Nantes, le 3 juillet 1834, sur la statistique de M. Pesche », Annales de la Soc. royale académ. du départ de la Loire-Inférieure, 1834, p. 387.

55 Ibid., p. 392.

56 Ibid., p. 385-399.

57 Phelippe-Beaulieux E., « Essai historique et statistique de la commune de Sautron », Annales de la Soc. royale académ. du départ de la Loire-Inférieure, 1842, p. 22-44 (et p. 416).

58 Nécrologie, Annales de Bretagne, 1898, t. XIV, p. 480-487.

59 Notes historiques et statistiques sur les communes de la Loire-Inférieure, Nantes, L. et A. Guéraud.

60 Par M. Colombel, 1855, p. 383-386.

61 Pour le seul Morbihan, on mentionnera : un projet de statistique communale du département par Gaillard au début des années 1830 ; la statistique paroissiale que Rosenzweig publia sous le Second Empire dans le Bulletin de la Société polymathique ; les notices paroissiales de l’abbé Luco en 1875 ; l’Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes de Joseph-Marie Le Mené (Vannes, impr. De Galles, 1891-1894) également publiées dans la Semaine religieuse du diocèse.

62 Certains auteurs, tout en travaillant dans les limites d’un département ou d’un arrondissement, optèrent pour une présentation chronologique, les différentes parties de l’inventaire correspondant aux ères celtique, romaine et chrétienne. À titre d’exemple : voir le « Rapport sur les monuments historiques de l’arrondissement d’Alençon » dans les Mémoires de la Soc. des antiq. de Normandie (t. IX, 1835, p. 1-49). Ou, dans le Bulletin monumental, l’« Abrégé de la statistique monumentale de l’arrondissement de Nevers » du comte Georges de Soultrait (1851, t. VII, vol. XVII, p. 215 sq.). Le principe de la décomposition de la statistique archéologique en notices communales fit débat au sein de la Société archéologique de Nantes, à la suite d’un rapport présenté le 19 décembre 1845 par le notaire Bizeul. Bizeul reconnaissait la nécessité d’un partage du labeur (« Pour bien travailler, il faut diviser la besogne »), mais préconisait une spécialisation par période des différents contributeurs. L’un de ses collègues objecta que « la première chose serait de former la statistique de chaque commune ». On opta finalement pour une division thématique. Bull. de la Soc. archéol de Nantes, t. 1, 1859-1862, p. 38-39. Ernest de Cornulier, dans son compte rendu d’un Dictionnaire des terres et des seigneuries comprises […] dans le territoire actuel du département de la Loire-Inférieure, contestait le principe d’une subdivision en paroisses : cette circonscription « n’a jamais formé une unité dans l’ordre politique et ne présente dès lors aucun corps saisissable pour l’histoire ». Annales de la soc. acad. Loire-Inférieure, 1857, p. 223.

63 Caen, Hardel, 1849-1853.

64 Bulletin monumental, 1853, vol. XIX, p. 662.

65 Comte A. de Villegile, Bull. de la Soc. des Antiquaires de l’Ouest, 1842, p. 281.

66 Frère É., Manuel du biographe normand ou dictionnaire bibliographique et historique, Rouen, A. Le Brument, t. 2, 1860, p. 6-7. Sur Galeron et la statistique normande sous les monarchies censitaires, voir Guillet F., Naissance de la Normandie, op. cit, p. 115 sq.

67 On en trouvera un certain nombre dans le Manuel bibliographique d’Édouard Frère (op. cit.). Voir aussi les numéros du Bulletin Monumental, des Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest, ou des Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie.

68 Notice biographique rédigée par Antoine Passy dans Le Prévost A., Histoire de Saint-Martin du Tilleul par un habitant de cette commune, Paris, Imp. de Crapelet, 1848, p. 5. Voir Guillet F., Naissance de la Normandie, op. cit., passim.

69 Département de l’Eure. Dictionnaire des communes, hameaux, écarts, châteaux, fermes, chapelles et autres lieux habités ou bâtis quelconques, portant un nom particulier, Évreux, Imp. de Ancelle fils, 1837.

70 Voir la note de M. Bordeaux, dans Bull. monumental, 1867, vol. XXXIII, p. 193-195.

71 Histoire de Saint-Martin du Tilleul, op. cit. Homologue cambrésien de Le Prévost, et son quasicontemporain, le docteur Le Glay publia également, noyées dans une œuvre abondante, au moins deux petites notices communales : sur Honnecourt en 1833 et sur le village d’Esnes en 1835. Pajot H., Catalogue raisonné des écrits de feu André Le Glay archiviste du département du Nord, Lille, L. Danel, 1864. Sur Le Glay : Gerson S., The Pride of Place, op. cit., passim.

72 Le seul fait d’adopter le découpage des circonscriptions administratives comme principe d’organisation de l’inventaire monumental devait mécaniquement déboucher sur la publication de monographies de communes. C’est pourquoi on observe, dans les départements où les amateurs d’archéologie se regroupèrent, bien après les pionniers du genre, pour confectionner des statistiques départementales, des réinventions tardives de la monographie de village. Ceci à une époque où la formule était déjà entrée dans les mœurs intellectuelles. Voir par exemple les activités de la Commission des Arts et monuments de la Charente-Inférieure après 1860 (Recueil des Actes de la Commission). Ou les travaux de la Société historique et archéologique du Périgord fondée en 1874 (dont rendent compte les numéros du Bulletin).

73 Galles R., « Rosenzweig. Notice biographique », Bull. de la Soc. polym. du Morbihan, 1884, p. 202.

74 Voir notamment les travaux de Stéphane Gerson : « L’État français et le culte malaisé des souvenirs locaux, 1830-1870 », Revue d’histoire du XIXe siècle, no 29, 2004, p. 13-29 ; « La représentation historique du pays, entre l’État et la société civile », Romantisme. Revue du XIXe siècle, no 110, XXXe année, 2000-4, p. 39-49 ; The Pride of Place, op. cit.

75 On s’en inquiéta dès la monarchie de Juillet (voir plus bas la supplique du comte de Quatrebarbes aux paysans de Chanzeaux). En 1846, la Société académique de Nantes organisa un concours sur la question (Annales de la Soc. académ. de la Loire-Inférieure, 1847, p. 442 sq.).

76 Chevalier L., Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris, pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, Hachette, 1984 [1978]. Voir aussi : Dominique Kalifa, « Délinquance et insécurité aux XIXe et XXe siècles : une perspective », dans Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, 2005, p. 315-331.

77 Rosanvallon P., L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil, coll. « Point », 1990, p. 40-48. L’italien Giovanni Arrivabene fut sans doute l’un des seuls enquêteurs sociaux de cette génération à avoir travaillé à l’échelle d’un village. Il publia en 1839 une « Notice sur le canton de Tessin. État des travailleurs dans la commune de Vira-Magadino », Revue étrangère et française de législation et d’économie politique, t. VI, 1839. Quelques années auparavant il avait réalisé une statistique de la commune de Gaesbeck, dans le Brabant (Savoye A., « La monographie sociologique : jalons pour son histoire [1855-1974] », Les Études sociales, no 131-132, 1er et 2e semestres 2000, p. 11-46).

78 Voir sur ce point les travaux de Stéphane Gerson déjà cités.

79 Lebredonchel M., Histoire de la paroisse de Néhou depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Cherbourg, Noblet, 1835, p. v-vi.

80 Histoire communale de Criquetot-l’Esneval, rédigée d’après les mss. de l’abbé Lebret, Ingouville, Le Petit, 1840 et Histoire communale du Tilleul, Ingouville, Le Petit, 1840.

81 Pajot H., Catalogue raisonné, op. cit.

82 Ces calculs portent sur un échantillon de 59 auteurs (parmi les 70 recensés) dont la profession ou le statut nous sont connus.

83 Médecins, avocats, magistrats, professeurs, bibliothécaires, architectes.

84 Chaline J.-P., Sociabilité et érudition : les sociétés savantes en France, XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions du CTHS, 1995 (en particulier chap. V, p. 146-220). Sur le recrutement des sociétés savantes, voir encore : Locatelli R. et al., La Franche-Comté à la recherche de son histoire, op. cit., chap. v, p. 67 sq. ; Guiomar J.-Y., Le bretonisme, op. cit., p. 240 sq., ou encore Barrera C., Les sociétés savantes de Toulouse au XIXe siècle (1797-1865), Paris, Éditions du CTHS, 2003, p. 125 sq.

85 Sur cette typologie, voir les travaux d’Alain Guillemin, en particulier : « Aristocrates, propriétaires et diplômés. La lutte pour le pouvoir local dans le département de la Manche. 1830-1875 », Actes de la recherche en sciences sociales, 1982, p. 33-60 ; « Patrimoine foncier et pouvoir nobiliaire : la noblesse de la Manche sous la monarchie de Juillet », Études rurales, 1976, juillet-décembre, 63-64, p. 117-140. Et sur la sociologie du milieu érudit : Guillet F., Naissance de la Normandie, op cit., p. 266-268 et passim.

86 Chaline J.-P., op. cit., p. 218.

87 Pour la Normandie : Guillet F., Naissance de la Normandie, op. cit., p. 30-47. Voir encore Revel J., « La région », dans Nora P. (éd.), Les lieux de mémoire, op. cit., t. 2, p. 2907-2936 ; Roche D., Le Siècle des Lumières en province : académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Paris, Éditions de l’EHESS, 1989, 2 vol. 

88 Chaline J.-P., Sociabilité et érudition, op. cit., p. 228-232.

89 Carbonell C.-O., Histoires et historiens. Une mutation idéologique des historiens français. 1865-1885, Toulouse, Privat, 1976, p. 226-250. Voir encore den Boer P., History as a Profession, op. cit., p. 33-39.

90 Ils étaient nombreux à fréquenter l’École des Chartes en auditeurs libres. Carbonell C.-O., Histoires et historiens, op. cit., p. 240.

91 Ibid., p. 238.

92 On pourrait mentionner ici l’exemple, tardif, des travaux d’Édouard de Bergevin. Cet ancien saintcyrien, retiré à Lanmeur [Finistère] après la défaite de 1870, consacra ses loisirs à la généalogie et à l’héraldique. Il amassa quantité de notes sur les vieilles familles du Trégor et du Léon. En 1895 il publia un Dictionnaire héraldique de la Bretagne, et deux monographies de commune : sur Guimaëc et sur Lanmeur (respectivement dans la Revue historique de l’Ouest, 1891, p. 227-274 et dans le Bull. de la Soc. archéol. du Finistère, 1903, p. 46 sq.). Ces deux notices étaient principalement consacrées à l’histoire des seigneurs. Nécrologie (par Le Guennec L.), dans Bull. de la Soc. archéol. du Finistère, 1915, p. xxxviii-xl. Dans les « Documents pour servir à l’histoire de la Paroisse d’Evran (Côtes-du-Nord) », Bull. de la Soc. d’émul. des Côtes-du-Nord, 1908, p. 4 sq, le vicomte Hervé du Halgoët mêlait étude généalogique et histoire locale.

93 L’historiographie nobiliaire ne se limitait pas à ce domaine. Sur les centres d’intérêt des érudits titrés : voir Carbonell C.-O., Histoires et historiens, op. cit., p. 238.

94 Nous nous appuyons ici sur les travaux qu’Alain Guillemin a consacrés aux notables de la Manche : « Aristocrates, propriétaires et diplômés », art. cit. et « Patrimoine foncier et pouvoir nobiliaire », art. cit.

95 Au catalogue de la Bibliothèque nationale, la première édition de l’ouvrage porte pour titre Une commune vendéenne sous la terreur (Angers, Launay-Gagnot, 1837). L’ouvrage sera plusieurs fois réédité, à Lyon et Paris, chez Périsse frères en 1838, puis chez Lecoffre en 1857 et 1877. En 1980, les éditions Yves Salmon ont publié un fac-similé de l’édition de 1877.

96 Ce volume, précisait-il cependant dans l’Avertissement à la troisième édition, « formait le dernier chapitre d’un voyage historique commencé en 1833 », qu’il n’acheva jamais.

97 Ibid., p. 14.

98 Ibid., p. 9.

99 Sur l’auteur : Falloux A., « Le comte de Quatrebarbes », dans Études et souvenirs, Paris, Perrin, 1885, p. 319-332 et, bien entendu, Wylie L., Chanzeaux, un village d’Anjou, Paris, Gallimard, 1970.

100 Falloux A, art. cit., p. 320.

101 Wylie L., Chanzeaux, op. cit., p. 55. Ce que confirmait Falloux dans sa notice nécrologique : « Il donna d’abord [à sa demeure de Chanzeaux] un caractère féodal, mais de la féodalité appropriée à son cœur et à notre époque, de la féodalité sans fossés et sans pont-levis, accessible à tous venants, et la main toujours pleine de bienfaits » (art. cit., p. 323).

102 Une paroisse vendéenne, op. cit., p. 118.

103 Ibid., p. 128.

104 Ibid., p. 130.

105 Hazareesingh S., From Subject to Citizen : the Second Empire and the Emergence of Modern French Democraty, Princeton, Princeton University Press, 1998, p. 96-161.

106 Brelot C-I., La noblesse réinventée : nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Paris, Les Belles lettres, 1992, 2 vol. Voir encore « Châteaux, communautés de village et paysans dans une province française au XIXe siècle », dans Faure A., Plessis A., Farcy J.-C. (éd.), La Terre et la Cité, mélanges offerts à Philippe Vigier, Grâne, Créaphis, 1994, p. 53-65.

107 Sur le parrainage des cloches : Corbin A., Les cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1994, en particulier p. 79-97. La création, en 1857, de L’Œuvre des campagnes, s’inscrivit dans cette tentative de reconstitution d’une société déférente placée sous l’égide du presbytère et du château. L’abbé Jean-Marie Vandel, qui fut à l’origine de cet organisme, voulait inciter les familles de l’aristocratie à accroître leur présence dans les villages, afin qu’elles se portent au secours des pauvres, appuient l’action du clergé, et donnent l’exemple d’une vie chrétienne. Mansion-Rigau E., Le donjon et le clocher. Nobles et curés de campagne de 1850 à nos jours, Paris, Perrin, 2003.

108 Garrigou A., Histoire sociale du suffrage universel en France. 1848-2000, Paris, Le Seuil, 2002, p. 81. Cette question est développée dans Newby H., The Deferential Worker. A Study of Farm Workers in East Anglia, Madisson, The University of Wisconsin Press, 1977.

109 Le Bras G., Études de sociologie religieuse, t. I, Sociologie de la pratique religieuse dans les campagnes françaises, Paris, Presses universitaires de France, 1955.

110 Julia D., « Le clergé paroissial du diocèse de Reims à la fin du XVIIIe siècle », Études ardennaises, no 49, avril-juin 1967, p. 19-35 et no 55, octobre-décembre 1968, p. 41-65.

111 Perrot J.-C., L’Âge d’or de la statistique régionale, op. cit., p. 9. Faute de disposer d’un personnel spécialisé, les préfets du Premier Empire eurent eux aussi recours au savoir des hommes d’église.

112 du Four de Longuerue L., « Mémoire sur le village de Vieux et sur ses antiquités », Mercure, avril 1732 p. 641 sq. Abbé Marie, Essai sur l’histoire de Condé-sur-Noireau, Caen, Le Roy, 1785. L’abbé Jean Lebret, vicaire de Criquetot-l’Esneval a laissé des manuscrits que l’abbé Cochet utilisa pour écrire sa notice sur cette paroisse.

113 Lebeuf commença à travailler sur cet immense chantier à la fin des années 1730. Lebeuf, Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, Paris, Féchoz et Letouzey, 1883-1893. En 1785 et 1786, l’abbé Baurein, prêtre du diocèse de Bordeaux, distribua aux curés du ressort un questionnaire relatif à la statistique, aux antiquités et aux traditions de leur paroisse (Essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux, Bordeaux, Labottière, 1784-1786, 6 vol. ). Sur l’historiographie ecclésiastique : Carrière V., « Essai sur l’historiographie ecclésiastique locale », Revue d’histoire de l’Église de France, 1939, vol. 25, 109, p. 425-472.

114 Milbach S., Prêtres historiens et pèlerinages du diocèse de Dijon (1860-1914), Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2000, p. 97 sq. et passim.

115 Des extraits de cette circulaire sont reproduits dans : Mémoires de la Soc. des Antiquaires de Normandie, 1835, p. xxxii-xxxiv. Denis M., Les royalistes de la Mayenne et le monde moderne (XIXe-XXe siècles), Paris, C. Klincksieck, 1977, p. 222.

116 Instructions et mandements de Mgr l’évêque de Rodez, transféré à l’archevêché de Cambrai sur les principaux objets de la sollicitude pastorale, Lille, L. Lefort, 1842, t. I, p. 364-365.

117 Document reproduit dans le Bulletin monumental, 1839, p. 228-236.

118 Hilaire Y.-M., « L’intérêt des registres historiques de paroisse aux XIXe et XXe siècles. L’exemple du diocèse d’Arras », Actes du 91e congrès national des sociétés savantes (Rennes, 1966). Section d’histoire moderne et contemporaine, t. III (De la Restauration à la deuxième Guerre mondiale), Paris, Bibliothèque nationale, 1969, p. 7-21 et « Daniel Haigneré et les prêtres érudits du Boulonnais et de l’Artois entre 1850 et 1890 », Revue d’histoire de l’Église de France, t. LXXXI, 1985, p. 65-71. On mentionnera encore l’action de Mgr Dufêtre dans le diocèse de Nevers entre 1842 et 1860 (Milbach S., Prêtres historiens, op. cit., p. 104-106).

119 Rapporté dans : Bulletin de la Soc. des études de la province de Cambrai, t. II, deuxième année, 1900-1901 (procès-verbal de la séance du 13 novembre 1900).

120 Les curés furent invités à continuer l’enquête lancée en 1847 en s’attachant à la période 1802-1851. Carrière V., Introduction aux études d’histoire ecclésiastique locale, op. cit. ; Mémoires de la Soc. des Antiquaires de l’Ouest, 1844, p. 24-26. En 1850, les évêques de la province ecclésiastique de Bordeaux exprimèrent le désir que tout curé enregistre chaque année les faits mémorables accomplis dans sa paroisse, en y ajoutant le résultat de ses recherches sur les temps antérieurs. L’année suivante, l’évêque de Luçon créait une société d’archéologie religieuse pour réaliser ce vœu (Annuaire de Vendée, 1887, p. 187, introduction à la chronique paroissiale de Talmond).

121 Notice historique sur Montsalvy, sur son église et sur son ancien monastère, accompagnée de remarques, de notes sur divers sujets, et de quelques traits relatifs à l’antiquité sacrée et profane, Aurillac, impr. de Picut, 1843.

122 L’abbé Jean-Eugène Decorde a écrit son histoire de Bures-en-Bray pour se conformer à la Lettrecirculaire du cardinal-archevêque de Rouen prescrivant en 1864 à chaque curé de consigner sur un registre spécial « tout fait qui paraîtra digne de remarque » (Histoire de Bures-en-Bray, Paris-Rouen, Derache-Le Brument, 1872).

123 Philippe Boutry souligne cette extrême sensibilité du clergé rural aux tempéraments locaux : Prêtres et paroisses au pays du curé d’Ars, Paris, Cerf, 1986, chap. 1 (« L’esprit de clocher »).

124 Ordonnance de Mgr Claude-Louis de Lesquen, évêque de Rennes, pour régler la discipline ecclésiastique de son diocèse, août 1828 (titre neuvième, paragraphe 1er). Ce document est conservé aux Archives départementales de l’Îlle-et-Vilaine.

125 Recueil d’avis divers publiés par l’ordre de Mgr l’évêque, Nantes, 1871, p. 133-136, cité par Launay M., préface à abbé Allain, Un seul pasteur, un seul troupeau, op. cit., p. 9.

126 Ibid. Voir encore Hilaire Y.-M., « L’intérêt des registres historiques de paroisse », art. cit.

127 On mentionnera le questionnaire diffusé par Dupanloup au lendemain de sa prise de possession du siège d’Orléans, en 1850 (Marcilhacy C., « Émile Zola « historien » des paysans beaucerons », Annales ESC, 1957, p. 573-586). Ou encore la passionnante enquête sur les mœurs et coutumes des paroisses de la Savoie lancée en 1845 par Mgr Rendu, évêque d’Annecy (Devos R., Joisten C. (éd.), Mœurs et coutumes de la Savoie du Nord au XIXe siècle : l’enquête de Mgr Rendu, Annecy-Grenoble, 1978).

128 Sylvain Milbach estime qu’il ne faut pas exagérer le rôle de l’épiscopat dans l’essor de l’historiographie cléricale après 1840 : le mouvement serait parti du bas (Prêtres historiens et pèlerinages, op. cit., p. 97 sq.)

129 Notice historique sur la paroisse de Lapalud (Vaucluse) pour servir à l’histoire religieuse de ce département, Carpentras, L. Devillario, 1854.

130 Boutry P., Prêtres et paroisses, op. cit.

131 Ils consacraient habituellement de longs paragraphes à la description de l’église. Cette conscience historique n’allait pas nécessairement de pair avec une conscience patrimoniale. L’abbé Rollier, recteur de Trégon qui, à partir de 1839, commença à réunir le matériau d’une histoire de cette paroisse, fut aussi celui qui décida la destruction complète de l’église médiévale. Le Masson A., « Trégon autrefois », Bull. arch. et agric. de l’Assoc. bretonne, 1912, p. 378.

132 Histoire de la paroisse de Saint-Contest depuis le XIIIe siècle jusqu’à nos jours, Caen, L. Jouan, 1901.

133 La plupart de ces notices historiques n’ont sans doute jamais été publiées. L’abbé C. Olivier, qui publia en 1904 une monographie de Thaon-les-Vosges, avait découvert au presbytère un registre sur lequel l’abbé Fiel, à la tête de la paroisse de 1828 à 1877, avait rédigé une histoire abrégée de cette localité, pour l’« édification personnelle et exclusive » de ses successeurs (Olivier C., Thaon-les-Vosges, Épinal, imprimerie et lithographie Henry Fricotel, 1904, avant-propos, p. i-v).

134 Mémoires de la Soc. hist. et archéol. des Côtes-du-Nord, 1883, p. xv-xvi. Sous l’Empire et la Restauration, Charles Duhérissier de Gerville sillonnait le Cotentin dont il entreprenait d’étudier la flore, la faune, les monuments, les mœurs, les usages agricoles et industriels… Chacune de ses excursions, au cours desquelles il interrogeait les châtelains, les prêtres, les paysans, les anciens des paroisses, durait plusieurs semaines (Guillet F., Naissance de la Normandie, op. cit., p. 117).

135 Ibid., passim.

136 Guillet F., « Entre stratégie sociale et quête érudite : les notables normands et la fabrication de la Normandie au XIXe siècle », Le Mouvement social, 203, avril-juin 2003, p. 99. Pinson G., « L’Association normande au XIXe siècle, réussite et déclin d’un modèle de société savante », Mélanges offerts à Gabriel Désert, Cahiers des Annales de Normandie, 24, 1992, p. 43-63.

137 Guillet F., Naissance de la Normandie, op. cit., p. 123.

138 Pinson G., « L’Association normande au XIXe » art. cit.

139 « Instructions à MM. les Inspecteurs », Recueil des Actes de la commission des arts et monuments de la Charente-Inférieure, tome 1er, 1860-1867, p. 16. (Le texte est de 1859).

140 Rarement vers les maires. Françoise Bercé mentionne un contre-exemple : « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes », dans Nora P. (éd.), Les lieux de mémoire, op. cit., t. 1, p. 1545-1573.

141 Mémoires de la Soc. des Antiquaires de Normandie, 1835, p. xxxii.

142 Prost A., Histoire de l’enseignement en France, 1800-1867, Paris, Colin, 1968.

143 Charmes X., Le Comité des travaux historiques et scientifiques, op. cit., t. 2, p. 21.

144 Ibid., p. 157-158.

145 Bull. monumental, 1870, p. 42.

146 Bull. de la Soc. archéol. du Finistère, 1875, t. II, p. 149-156. Sur la Société archéologique du Finistère, créée en 1845, mais qui ne prit véritablement son essor qu’à compter de 1873 : Guiomar J.-Y., Le bretonisme, op. cit., p. 270 sq.

147 « À. MM les Instituteurs publics et libres, titulaires et adjoints du département », Bull. de la Soc. archéol. du Finistère, 1875-1876, séance du 19 juin 1875, p. 34-35.

148 Instituteurs de Plougourvest, Loc-Mélard, Plouguin, Landunvez, Saint-Pol-de-Léon, Saint-Divy, Plougar, Plouescat, Carantec.

149 En l’absence d’indication systématique du titre, le repérage des historiens nobles n’est pas sans poser problème. Gibson R., « The French Nobility in the Nineteenth Century, particularly in the Dordogne », dans Howorth J., Cerny P., Elites in France. Origins, Reproduction and Power, London, Pinter, 1981, p. 5-45.

150 carbonell C.-O., Histoires et historiens, op. cit., p. 291-292.

151 Les industriels, les banquiers, les négociants, les grands patrons ne fréquentaient guère les sociétés savantes, à l’exception de celles qui étaient spécialisées dans les questions commerciales et industrielles. Chaline J.-P., Sociabilité et érudition, op. cit., p. 177-179. On notera toutefois que le monde de l’industrie et celui du grand commerce étaient bien représentés dans l’ensemble des sociétés savantes du département de la Loire, y compris au sein de la Société historique et archéologique (La Diana). Après 1870, les professions intellectuelles supplantèrent cependant les grands propriétaires fonciers, les négociants et les patrons. Nourrisson D., « Les élites “savantes” de la Loire (1860-1880) », dans Dumons B., Pollet G. (dir.), Élites et pouvoirs locaux : la France du Sud-Est sous la Troisième République, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1999, p. 239-257.

152 Elle est mentionnée dans L’Avenir du Morbihan du 12 octobre 1907.

153 Vendel H., « Rapport sur le concours d’histoire », Mémoires de la Soc. d’agric. du départ. de la Marne, 1924, p. 59-65

154 Il s’agit de Georges Bodard (1863-1941). Visites aux paysans du Centre, Paris, Librairie Générale française, 1978 [1934], coll. « Pluriel », p. 109-118.

155 Carbonell C.-O., Histoires et historiens, op. cit., p. 260-261.

156 Ibid., p. 262.

157 Sur le prestige de l’instruction dans les départements de l’Est : Day C. R., « The Rustic Man : The Rural Schoolmaster in Nineteenth-Century France », Comparative Studies in Society and History, vol. 25, no 1, jan. 1983, p. 26-49.

158 Annales de la Soc. acad. de la Loire-Inférieure, 1895, p. lxxiv.

159 Annales de la Soc. acad. de la Loire-Inférieure, 1898, p. xxxii.

160 Annales de la Soc. acad. de la Loire-Inférieure, 1911, p. lii.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540