Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une mémoire de papier

 | 
François Ploux

Introduction

Texte intégral

  • 1 Hervieu B., Viard J., Au bonheur des campagnes (et des provinces), Paris, éditions de l’Aube, coll (...)
  • 2 Girard A., Bastide H., Pourcher G., « Mobilité géographique et concentration urbaine en France. Un (...)

1Quantité d’enquêtes ou de sondages ont montré que les Français domiciliés dans les zones de peuplement rural ou péri-urbain sont très attachés à leur commune de résidence. Une étude de 1994 portant sur « l’insertion sociale et géographique » révèle par exemple la force de l’identification à la commune ou au quartier1. Au début des années 1960 une équipe de chercheurs observait en outre que c’est dans les localités les moins peuplées que l’opposition au principe de regroupement des communes était la plus forte2. Dès lors surgit une question. Comment un certain niveau de conscience communale a-t-il pu subsister jusqu’à nos jours alors que depuis deux cents ans au moins les campagnes françaises ont connu une série de mutations dont il est admis qu’elles ont, chacune à sa manière, contribué à l’affaiblissement des attaches locales, à la dilution des solidarités territoriales ? Comment expliquer que le sentiment d’appartenance à la commune ait survécu à la révolution des transports et des communications, au désenclavement des campagnes, à l’élargissement de l’horizon social des ruraux, à la disparition des coutumes locales, etc. Les manuels de socio-histoire ne nous apprennent-ils pas que l’avènement de l’État moderne et d’une citoyenneté « stato-nationale » a provoqué le dépérissement des solidarités intermédiaires, la désagrégation des groupes primaires d’appartenance, le délaissement des attaches territoriales au profit d’affiliations plus larges ?

  • 3 Meynier A., « La commune rurale française », Annales de géographie, no 295, LIII-LIVe année, juill (...)
  • 4 Ainsi le nombre total de circonscriptions municipales a-t-il fluctué au cours du temps : de 40 431 (...)
  • 5 Ou de certains géographes : Pinchemel P., op. cit., p. 214.
  • 6 Frémont A., La France : géographie d’une société, Paris, Flammarion, 1988 p. 15.
  • 7 L’exode rural a eu pour conséquence d’accroître le nombre de communes « sous-peuplées ». En 1975, (...)

2Pour qui douterait de ce que l’intégration des villages à l’État-nation n’a pas entraîné la dissolution des identités communales, il n’est qu’à considérer l’histoire des circonscriptions municipales. Depuis maintenant plus de deux siècles, la géographie administrative de la France présente cette particularité de reposer, à la base, sur une trame communale à peu près stable3. Certes, le réseau des communes ne fut jamais totalement figé. D’innombrables fusions, scissions ou suppressions d’enclaves ont progressivement modifié le détail de son tracé4. Mais la plupart des 36 565 subdivisions recensées en 1999 existaient déjà sous la Révolution. Par conséquent, en dépit de ces menus ajustements, le maillage communal n’a pas connu de grands bouleversements à l’époque contemporaine. Ce qui ne laisse pas d’étonner. Car ce découpage est un legs de l’Ancien Régime. Il épouse peu ou prou le réseau des communautés d’habitants tel qu’il s’était constitué au cours du Moyen-Âge. Et, aux yeux des experts en aménagement du territoire5, il est anachronique. Totalement inadapté en tout cas aux réalités du monde moderne. Le mouvement de concentration progressive de la population française dans des zones urbaines densément peuplées, de même que l’extension de l’espace des relations sociales comme des échanges économiques auraient rendu caduque cet antique maillage, véritable « défi à une organisation rationnelle de l’espace6 ». À la commune rurale, il est reproché d’être trop petite, trop peu peuplée7, trop pauvre, mal administrée…

  • 8 La loi du 14 décembre 1789 portant création des municipalités de commune permit de découvrir l’exi (...)
  • 9 Meynier A., « La commune rurale française », art. cit., p. 169.

3Mais c’est ce que disaient déjà, au XIXe siècle, les fonctionnaires des administrations départementales et certains agents du pouvoir central. À peine le réseau des communes avait-il été mis en place, qu’on s’efforça d’en modifier la structure, en supprimant les circonscriptions les plus petites8. André Meynier observait dans un article publié en 1945 que « la vie territoriale des communes est commandée par deux tendances contradictoires. D’une part les gouvernements centralisateurs poussent à la création de circonscriptions plus étendues, comme plus faciles et moins coûteuses à administrer et à surveiller […]. En face, la tendance des administrés est, au contraire, de morceler la grande commune, de donner l’autonomie à la section, à la trève, au hameau9 ».

  • 10 Voir notamment : Follain A., « Le contentieux des réunions de communes en France au début du XIXe (...)

4Il faut en effet attribuer l’échec de la politique deux fois séculaire de regroupement de communes aux farouches résistances que provoquèrent dans les campagnes ces tentatives plus ou moins autoritaires de suppression des petites entités communales10. Au XIXe siècle, les incitations au regroupement allaient à contre-courant des aspirations profondes des populations. Les identités communales s’alimentaient en effet d’une hostilité latente entre localités voisines.

  • 11 Kervasdoué J. de et al., « La loi et le changement social : un diagnostic. La loi du 16 juillet 19 (...)

5Les choses ont-elles beaucoup changé ? Certes, il y a beau temps que les jeunesses villageoises ont perdu l’habitude de s’affronter les soirs de fête patronale. L’usage du sobriquet collectif, ou de toute autre forme de désignation fondée sur la moquerie, est également passé de mode. Pourtant ce qu’un groupe de chercheurs a retenu de l’échec de la loi « Marcellin » du 16 juillet 1971 sur les fusions et regroupements de communes, c’est « la persistance d’un fort sentiment de communauté dans la France rurale11 ».

  • 12 Rappelons quand même que les municipalités de communes n’eurent pas d’existence légale sous le Dir (...)
  • 13 Lebeau B.-M., Deux siècles de monographies communales en Bretagne historique, 2002, dactyl. Un exe (...)

6L’engouement actuel pour l’histoire des villages est un autre indice de la persistance de cet attachement à la commune, circonscription que d’audacieux réformateurs, prenant prétexte de son « archaïsme », voudraient rayer de la carte12. Deux instruments de travail d’élaboration récente permettent d’apprécier les fluctuations annuelles de la production historiographique locale, et en particulier communale. Et donc de situer dans le temps l’essor de cette passion de nos contemporains pour l’étude des villages. Il s’agit d’abord d’un inventaire des monographies des communes de la Bretagne et de la Loire-Atlantique13. Du graphique que nous avons construit, il ressort que le nombre de publications n’a cessé d’augmenter depuis les années soixante-dix du XXe siècle, pour culminer au moment du bicentenaire de la Révolution française.

  • 14 ESAUPE (Entente pour la sauvegarde du patrimoine écrit en Seine-et-Marne), Pages de terroir, t. 2, (...)

7L’exploitation d’un catalogue de monographies des communes de la Seineet-Marne donne des résultats un peu différents14. La chronologie semble ici plus hésitante. On observe en effet deux pics, autour du jubilé de 1889 et au début du XXe siècle. La publication de monographies de commune se fait ensuite plus rare, avant que la courbe ne reparte à la hausse, comme dans l’Ouest, dans les années 1970, pour plafonner, ici aussi, en 1989.

  • 15 Bensa A., Fabre D. (éd.), Une histoire à soi. Figurations du passé et localités, Paris, Éditions d (...)
  • 16 Carteron B. (dir.), L’engouement associatif pour l’histoire locale, op. cit., p. 7. Ainsi que nous (...)

8Ces deux diagrammes, à vrai dire, ne font que confirmer ce que plusieurs enquêtes de terrain ont mis en évidence depuis un certain nombre d’années déjà15. Les Français sont de plus en plus nombreux à se passionner pour l’histoire locale des villes, des « pays », des provinces, mais aussi – et surtout, peut-être – des petites communes rurales. De plus en plus nombreux, aussi, à participer activement à l’élaboration de cette histoire. Les historiens amateurs se recrutent désormais jusque dans les catégories faiblement scolarisées16. De là un foisonnement d’associations, souvent de très petite dimension, spécialisées dans l’étude du passé local, et qui s’appliquent à diffuser dans le public la somme de connaissances qu’elles ont accumulées : au moyen de revues et d’ouvrages bien sûr, mais aussi en organisant des conférences, des expositions, des spectacles, etc.

  • 17 L’expression est d’Alban Bensa. Bensa A., « Fièvres d’histoire dans la France contemporaine », dan (...)
  • 18 Binot J.-M., « Pourquoi les collectivités partent à la recherche de leur histoire », La Gazette de (...)
  • 19 Certains chercheurs mettent en relation l’engouement pour l’histoire locale avec les réformes de l (...)
  • 20 Présentation de : Déguignet J.-M., Mémoires d’un paysan bas-breton, Le Releck-Kerhuon, An Here, 19 (...)

9Il y a plusieurs manières d’analyser et d’interpréter ce que d’aucuns n’hésitent pas à qualifier de « frénésie d’histoire17 ». Contentons-nous d’observer que du point de vue de ceux qui s’y consacrent, toutes ces activités trouvent leur justification dans la nécessité d’alimenter le sens du groupe. Cette dimension de l’histoire locale est parfois exposée en termes très explicites par certains auteurs, qui, par exemple, affirment vouloir donner aux habitants d’une commune dont la population est très hétérogène le sentiment de leur unité ou – lorsqu’il s’agit d’une agglomération en pleine expansion – de leur appartenance à une communauté solidaire18. Il se pourrait bien que cet intérêt du public pour l’histoire des communautés rurales soit une réaction aux effets perturbateurs, ou vécus comme tels, du changement social19. « Tout a commencé en 1979, écrit l’éditeur des Mémoires du paysan breton Jean-Marie Déguignet : l’association de recherches historiques Arkae s’est attelée à créer un fond [sic] d’archives de la commune d’Ergué-Gabéric, aux portes de Quimper. De 2500 habitants en 1962, cette commune dépasse les 7000 en cette fin de siècle. Il y avait urgence à collecter la mémoire d’une communauté où l’autochtone était devenu minorité20. »

10Il apparaît en tout cas que l’ouverture des sociétés locales sur le monde n’est pas nécessairement synonyme de dilution des sentiments d’appartenance aux communautés territoriales. Y compris aux communautés – villages, petites communes – apparemment les moins bien adaptées aux transformations de la société moderne.

  • 21 Voir en particulier les travaux d’Hilton Root, pour qui la communauté villageoise devint au XVIIIe(...)
  • 22 Cohen A. P., The Symbolic Contruction of Community, London and New York, Routledge, 1985.
  • 23 La sociologie rurale britannique a beaucoup travaillé cette question des dimensions idéologiques d (...)

11Il faut rappeler ici qu’à l’encontre d’une vision tocquevillienne de l’évolution des rapports entre le pouvoir central et les périphéries provinciales, vision selon laquelle l’accroissement progressif des pouvoirs de l’État depuis le XVIIe siècle aurait provoqué le dépérissement inexorable des institutions locales, toute une historiographie attentive aux mécanismes concrets de la construction de l’État moderne a souligné la fonction médiatrice des municipalités dans ce processus. À partir de 1789 notamment, les communes se sont trouvées investies de la mise en œuvre de pans entiers de la politique nationale, ce qui a contribué à pérenniser les formes locales d’organisation de la vie collective21. Par ailleurs, évoquer, à propos des décennies fondatrices de la Troisième République, la « fin des terroirs », c’est faire bien peu de cas de la capacité des groupes et des cultures à produire, dans des univers qui s’uniformisent, des frontières symboliques, immatérielles22. Les communautés sont aussi des communautés imaginées23. Il ne s’agit pas d’affirmer que la représentation subjective que les paysans du XIXe siècle se faisaient du groupe local était entièrement indépendante des conditions objectives d’existence dans les campagnes. Le sentiment communautaire s’enracinait dans l’expérience quotidienne des contacts et des échanges à l’intérieur des frontières du terroir. Mais la conscience collective n’était pas non plus le simple reflet, la traduction dans l’ordre de l’idéel, de ces conditions concrètes. Le village n’était pas seulement un système social. C’était aussi une construction idéologique. D’ailleurs, les communautés rurales n’étaient pas des entités autonomes, fermées sur elles-mêmes, autarciques, pas plus qu’elles ne constituaient des solidarités « naturelles ».

  • 24 On mentionnera le bel article de Baboulet-Flourens P. (« 1989 : variations sur un événement annonc (...)
  • 25 La période contemporaine fut également caractérisée, en Angleterre, par l’exacerbation des identit (...)
  • 26 Sur le culte des petites patries locales : Thiesse A.-M., Ils apprenaient la France : l’exaltation (...)
  • 27 Nous faisons bien sûr référence au titre original du fameux essai d’Eugen Weber : Weber E., Peasan (...)
  • 28 Chaline J.-P., Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France. XIXe-XXe siècles, Paris, (...)

12Enfin les cultures nationales produisent elles-mêmes du local. On observera que c’est au moment où la France commémorait le bicentenaire de la Révolution, c’est-à-dire un tournant majeur de sa propre histoire, que la mise en valeur de la spécificité historique des lieux semble avoir atteint son point culminant24. C’est en tout cas ce que suggèrent nos deux courbes. Cette exaltation paradoxale du local à l’heure du national, le XIXe siècle en avait déjà fait l’expérience25. Jamais, sans doute, les vertus du terroir ne furent à ce point célébrées, encensées, vénérées, qu’au moment où s’achevait le processus d’intégration des périphéries rurales à l’État-Nation26. Les premières décennies de la Troisième République, au cours desquelles les paysans se métamorphosèrent en citoyens français27, marquèrent l’apogée du culte des petites patries communales. C’est dans cette période d’affirmation d’une identité et d’une culture nationales que l’historiographie de village connût sa plus grande activité. On sait l’importance qu’a revêtue, dès la fin de l’Ancien Régime, mais davantage encore après la Restauration, une érudition locale dont on peut dire qu’elle a largement contribué à la fabrication des identités provinciales ou de « pays28 ». Les bourgeois ou les grands propriétaires terriens qui animaient ces sociétés savantes, dont le réseau couvrait toute l’étendue du territoire national, travaillaient à la gloire de leur petite patrie provinciale. On s’est moins préoccupé des strates inférieures de cette nébuleuse intellectuelle. Or des milliers d’érudits de village, le plus souvent – bien que pas toujours – issus des rangs de la petite notabilité rurale, écrivirent, au XIXe siècle et dans l’entre-deux-guerres, l’histoire de leur commune. Ou, plus fréquemment encore, en confectionnèrent une monographie complète. La monographie de commune, dont les premiers spécimen datent des années 1835-1840, fut l’instrument par excellence de la célébration du local dans son acception la plus étroite. Ce ne fut bien sûr pas le seul. Les érudits de province publiaient également des biographies de célébrités locales, s’intéressaient à l’histoire des abbayes, monastères, seigneuries, baronnies…, exhumaient des vestiges, dressaient des inventaires de coutumes rustiques, etc. Cependant la monographie de commune constituait un genre bien spécifique dans l’ensemble de ces travaux. Un genre, surtout, auquel était assigné une fonction particulière : développer, dans le cœur des paysans, un sentiment d’appartenance à la communauté locale. À une époque où les solidarités villageoises tendaient à se distendre, à mesure que dépérissaient les formes coutumières de la vie sociale, les monographes tentèrent de jeter les bases d’une nouvelle territorialité, fondée sur la connaissance, par les habitants des communes, du patrimoine et de l’histoire de leur petite patrie.

  • 29 Collection « Monographies des villes et villages de France » des éditions Le Livre d’histoire, 17 (...)
  • 30 Voir le site des Archives départementales de la Somme.
  • 31 La Mayenne en 1900 vue par ses instituteurs, Laval, Archives départementales de la Mayenne, 2 vol. (...)
  • 32 On en trouve un inventaire (sans doute partiel) sur le site : http://pagesperso-orange.fr/delbraye (...)

13Il est à noter que la redécouverte, par les amateurs d’histoire, de ces travaux qui étaient pour la plupart tombés dans l’oubli, est un autre indice de l’engouement actuel pour l’étude du local. Une maison d’édition fondée en 1986 réédite en fac simile des monographies publiées au XIXe siècle ou au début du XXe siècle ; son catalogue compte près de trois mille titres29. Plusieurs services d’archives départementales ont mis en ligne30 ou publié les monographies manuscrites d’instituteurs qu’elles avaient conservées dans leurs cartons31. Ce sont parfois des particuliers qui éditent sur internet la monographie de leur commune qu’avait réalisée, il y a cent ou centcinquante ans, l’instituteur du village32.

  • 33 La plupart de ces périodiques figurent au catalogue de la bibliothèque numérique Gallica. On en tr (...)
  • 34 Nous avons surtout exploité celles qui ont fait l’objet d’une édition récente.

14C’est à ces monographies, et à ceux qui les ont écrites, qu’est consacré ce travail. Cette littérature est aussi homogène quant à son objet (l’étude d’une commune ou d’une paroisse rurale) et quant à ses intentions (faire l’apologie des petites patries villageoises) qu’elle est disparate quant à son aspect matériel. Que désigne le terme générique « monographie communale » ? Des livres, bien sûr, pour certains très touffus. Des notices aussi, éditées dans le bulletin d’une société savante ou dans les pages d’un périodique local. Des manuscrits parfois, que leurs auteurs n’eurent jamais l’intention de rendre publics. Enfin des questionnaires ou des formulaires imprimés que se contentèrent de renseigner ceux à qui ils étaient destinés. De ces milliers de textes (quelle commune, quelle paroisse ne peut s’enorgueillir de son historiographe ?) il n’était bien entendu possible que d’étudier un échantillon. Nous avons commencé par dépouiller les bulletins ou mémoires de plus de trente sociétés savantes réparties sur l’ensemble du territoire national33. Ce premier filon nous a permis de constituer un corpus de plus de trois cents titres. Nous avons également eu recours, de manière forcément plus impressionniste, au catalogue général de la Bibliothèque nationale. Les collections de monographies manuscrites, dispersées dans les fonds départementaux, ont été sélectionnées en fonction de leur accessibilité34.

15Face à cette masse énorme de documents surgit toute une série de questions. Elles concernent en premier lieu les auteurs. Ils se recrutaient pour la plupart dans quelques catégories sociales aisément identifiables. Nous avons cherché à comprendre dans quelle mesure la trajectoire sociale de ces hommes, leur positionnement dans l’espace social, mais encore leur formation intellectuelle pouvaient expliquer une disposition particulière d’abord à s’investir dans la recherche érudite, ensuite à s’orienter vers l’étude des petites entités rurales plutôt que vers des sujets plus nobles (la monographie de commune étant perçue comme un genre mineur, avant que la science sociale ne s’approprie la formule à compter de la fin des années 1950). Nous verrons que la naissance de l’historiographie de village, sousspécialité qui recrutait la majeure partie de ses praticiens dans des groupes jusque-là tenus à l’écart de l’univers de la recherche locale, a coïncidé avec une reconfiguration du champ de l’érudition.

16Il n’était pas rare que les monographes exposent, dans une préface ou un avant-propos, leurs intentions et leurs motivations. Ce faisant ils se contentaient le plus souvent de reformuler, de relayer donc, un discours (auquel ils adhéraient sans réserve) qui de déployait ailleurs : dans les comptes rendus d’ouvrages, les plans ou guides à l’usage des amateurs d’histoire locale, les rapports des concours qu’organisaient certaines sociétés d’émulation, ou encore dans les circulaires des Inspecteurs d’Académie qui demandaient aux instituteurs d’écrire l’histoire de leur commune, etc. Ce discours, dont nous nous efforcerons de dégager les principales articulations, insistait sur la nécessité et sur l’utilité sociale de la monographie de commune, assimilée à un instrument de promotion du patriotisme local. Et du patriotisme tout court. Le culte des petites patries locales, dont les travaux d’érudition villageoise ne furent pas seulement l’expression, mais aussi l’un des principaux vecteurs, ne s’est pas développé seulement en réaction contre un processus d’intégration nationale dont on redoutait certaines conséquences (l’exode rural, la déterritorialisation…). Il en fut également une modalité. En apprenant aux petits paysans à connaître et à aimer leur village, on voulut leur apprendre la France. Car l’invention de cette nouvelle catégorie historiographique (c’est surtout d’histoire qu’il était question dans les monographies) fut concomitante de l’accession des masses paysannes à la culture écrite. C’est pour les paysans qu’écrivaient les monographes. Ils voulurent fabriquer des Français, mais des Français attachés, par des liens intellectuels et affectifs, à leur petite patrie communale.

Notes

1 Hervieu B., Viard J., Au bonheur des campagnes (et des provinces), Paris, éditions de l’Aube, coll. « Poche essai », 2005, p. 120.

2 Girard A., Bastide H., Pourcher G., « Mobilité géographique et concentration urbaine en France. Une enquête en province », Population, 1964, 19e année, no 2 (avril-mai), p. 227-260.

3 Meynier A., « La commune rurale française », Annales de géographie, no 295, LIII-LIVe année, juillet-septembre 1945, p. 161-179 ; Meynier A. et al., « La carte des communes de France », Annales ESC, 1958, no 3, p. 447-487.

4 Ainsi le nombre total de circonscriptions municipales a-t-il fluctué au cours du temps : de 40 431 communes en 1793 on est passé à 37 745 en 1876 et à un peu plus de 38 000 en 1936. Chiffres fournis par le site http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/ 8. Ils diffèrent quelque peu de ceux que donne Philippe Pinchemel dans Pinchemel P., La France, tome 1, Les conditions naturelles et humaines, Paris, A. Colin, 1969, p. 211-217 : d’après cette source, la France métropolitaine comptait 36 835 communes en 1851, 38 000 en 1954, 36 394 en 1975.

5 Ou de certains géographes : Pinchemel P., op. cit., p. 214.

6 Frémont A., La France : géographie d’une société, Paris, Flammarion, 1988 p. 15.

7 L’exode rural a eu pour conséquence d’accroître le nombre de communes « sous-peuplées ». En 1975, 16 732 communes comptaient moins de trois cents habitants. Ibid., p. 214.

8 La loi du 14 décembre 1789 portant création des municipalités de commune permit de découvrir l’existence de très petites entités, qui furent d’emblée réunies à des localités plus importantes. D’où la diminution brutale du nombre de municipalités dans les premières années de la Révolution : il s’élevait en effet à 44 000 en 1789 (Meynier A., « La commune rurale française », art. cit., p. 167). Certains des arguments utilisés à l’époque pour justifier la suppression des petites communes (manque de ressources financières, impossibilité de trouver des maires compétents) étaient les mêmes que ceux qu’avance, par exemple, Philippe Pinchemel.

9 Meynier A., « La commune rurale française », art. cit., p. 169.

10 Voir notamment : Follain A., « Le contentieux des réunions de communes en France au début du XIXe siècle : l’exemple normand », Histoire et sociétés rurales, no 25, 1er semestre 2006, p. 131-157 ; Woloch I., The New Regime. Transformation of the French Civic Order. 1789-1820, New York-London, WW. Norton and Company, 1994, p. 31 sq. ; Fauvel D., Histoire des circonscriptions territoriales du canton de Goderville, 1750-1914, thèse de IIIe cycle, Rouen, 1981 ; Dréano J.-M., Idéologies spatiales et créations de communes : le cas du Midi méditerranéen de 1884 à nos jours, thèse de géographie, université de Provence, 1997. Les circonscriptions paroissiales ont connu le même destin. Boutry P., « Le clocher », dans Nora P. (éd.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1997, t. 3, p. 3081-3107).

11 Kervasdoué J. de et al., « La loi et le changement social : un diagnostic. La loi du 16 juillet 1971 sur les fusions et les regroupements de communes », Revue française de sociologie, XVII, 1976, p. 423-450. Sur ce point, voir l’article récent de Bussi M., « La France : une démocratie rurale ? », Enquêtes rurales, no 11, 2007, p. 145-157. L’étude la plus approfondie est à ce jour celle de Jean-Claude Farcy : Farcy J.-C., « Un problème d’histoire administrative : l’échec du regroupement des communes aux XIXe et XXe siècles. L’exemple de l’Eure-et-Loir », Bull. de la Soc. archéol. d’Eure-et-Loir, sept-déc. 2006, p. 1-56.

12 Rappelons quand même que les municipalités de communes n’eurent pas d’existence légale sous le Directoire. Abolies en l’an III, elles furent rétablies en l’an VIII. Nous verrons qu’au XIXe siècle l’hostilité à l’égard de la commune était également fondée sur des considérations d’ordre politique.

13 Lebeau B.-M., Deux siècles de monographies communales en Bretagne historique, 2002, dactyl. Un exemplaire de ce travail est consultable à la bibliothèque du Centre de recherche bretonne et celtique. Nous n’avons pris en compte que les seules monographies de communes rurales.

14 ESAUPE (Entente pour la sauvegarde du patrimoine écrit en Seine-et-Marne), Pages de terroir, t. 2, Monographies communales, Provins, diff. Médiathèque départementale de Seine-et-Marne, 1997.

15 Bensa A., Fabre D. (éd.), Une histoire à soi. Figurations du passé et localités, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie de la France », cahier 18, 2001 ; L’Estoile B. de, « Le goût du passé. Érudition locale et appropriation du territoire », Terrain, no 97, 2001, p. 123-138 ; Sagnes S., « Le passé des historiens locaux », Ethnologies comparées, no 4, printemps 2002, « Mémoires des lieux », http://alor.univ-montp3.fr/cerce/revue.htm ; du même auteur : « Le spectacle de l’histoire. Mises en fête et en scène de l’histoire locale dans un village audois », dans Bonniol J.-L., Crivello M., Façonner le passé. Représentations et cultures de l’histoire. XVIe-XXe siècle, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 2004, p. 65-84 ; Carteron B. (dir.), L’engouement associatif pour l’histoire locale. Les cas du Maine-et-Loire, Paris, L’Harmattan, 2004.

16 Carteron B. (dir.), L’engouement associatif pour l’histoire locale, op. cit., p. 7. Ainsi que nous le verrons, la pratique de l’histoire locale a commencé à se démocratiser après la Révolution.

17 L’expression est d’Alban Bensa. Bensa A., « Fièvres d’histoire dans la France contemporaine », dans Bensa A., Fabre D. (éd.), Une histoire à soi, op. cit., p. 1-12.

18 Binot J.-M., « Pourquoi les collectivités partent à la recherche de leur histoire », La Gazette des communes, 13 juillet 1998, p. 18-25.

19 Certains chercheurs mettent en relation l’engouement pour l’histoire locale avec les réformes de l’administration territoriale engagées sous le premier septennat de F. Mitterrand (Bensa A. dans « Fièvres d’histoire dans la France contemporaine », art. cit. ; Carteron B., L’engouement associatif pour l’histoire locale, op. cit., p. 9). Sur cette question, voir l’introduction de Garcia P., à Grivello M., Garcia P., Offenstadt N. (éd.), Concurrence des passés. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 2006, p. 12-21.

20 Présentation de : Déguignet J.-M., Mémoires d’un paysan bas-breton, Le Releck-Kerhuon, An Here, 1998, p. 14.

21 Voir en particulier les travaux d’Hilton Root, pour qui la communauté villageoise devint au XVIIIe siècle une composante essentielle de l’État centralisé. Root H. L., Peasants and King in Burgundy : Agrarian Foundations of French Absolutism, Berkeley, University of California Press, 1992. Voir encore les réflexions de Jessenne J.-P., notamment : « Synergie nationale et dynamique communautaire dans l’évolution politique rurale par-delà la Révolution française (vers 1780-vers 1830) », dans La politisation des campagnes au XIXe siècle, France, Italie, Espagne, Portugal. Actes du Colloque international organisé par l’École française de Rome en collaboration avec l’École normale supérieure (Paris), l’Universitat de Girona et l’Università degli studi della Tuscia-Viterbo, Rome, 20-22 février 1997, Rome, École française de Rome, 2000, p. 57-79. Les données du problème sont bien exposées dans l’introduction de Baker A. R. H., Fraternity Among the French Peasantry : Sociability and Voluntary Associations in the Loire Valley, 1815-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 1999.

22 Cohen A. P., The Symbolic Contruction of Community, London and New York, Routledge, 1985.

23 La sociologie rurale britannique a beaucoup travaillé cette question des dimensions idéologiques de la conscience territoriale. Dans une très abondante bibliographie, on mentionnera : Strathern M., « The Village as an Idea : Constructs of Village-ness in Eldom, Essex », dans Cohen A. P. (ed.), Belonging. Identity and Social Organisation in British Rural Cultures, Manchester, Manchester University Press, 1982, p. 247-277 ; Harper S., « The British Rural Community. An Overview of Perspectives », Journal of Rural Studies, 5 (2), 1989, p. 161-184 ; Pahl R., « Toutes les communautés sont-elles imaginées ? », Ethnologie française, XXXVII, 2007, 2, p. 223-232.

24 On mentionnera le bel article de Baboulet-Flourens P. (« 1989 : variations sur un événement annoncé. Les manifestations du bicentenaire de la Révolution dans le Lot », Ethnologie française, XXIX, 1999, 1, p. 111-120) qui montre notamment le rôle actif, dans l’organisation des festivités, des habitants récemment installés dans la commune : leur stratégie d’insertion dans le milieu local passait notamment par la valorisation du patrimoine historique de la localité. Pascale Baboulet-Flourens souligne également que l’intérêt pour l’histoire locale s’est généralisé dans les années 1980.

25 La période contemporaine fut également caractérisée, en Angleterre, par l’exacerbation des identités paroissiales. Snell K. D. M., Parish and Belonging. Community, Identity and Welfare in England and Wales, 1700-1950, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

26 Sur le culte des petites patries locales : Thiesse A.-M., Ils apprenaient la France : l’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997 ; du même auteur, Écrire la France : le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, Presses universitaires de France, 1991. ; Chanet J.-F., L’École républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996 ; Gerson S., The Pride of Place. Local Memories and Political Culture in Nineteenth-Centuy France, Ithaca, Cornell University Press, 2003 ; Bowles B. C., « La République régionale : stade occulté de la « synthèse républicaine » », The French Review, vol. 69, no 1, october 1995, p. 103-117.

27 Nous faisons bien sûr référence au titre original du fameux essai d’Eugen Weber : Weber E., Peasants into Frenchmen : the Modernization of Rural France, 1870-1914, Stanford, Stanford University Press, 1976 [traduction française : La fin des terroirs : la modernisation de la France rurale, 1870-1914, Paris, Fayard, 1983].

28 Chaline J.-P., Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France. XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions du CTHS, 1998 ; Schweitz D., Histoire des identités de pays en Touraine, XVIe-XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2001 ; Guillet F., Naissance de la Normandie. Genèse et épanouissement d’une image régionale en France, 1750-1850, Caen, Annales de Normandie, 2000 ; Bertho C., « L’invention de la Bretagne, genèse sociale d’un stéréotype », Actes de la recherche en sciences sociales, no 35, novembre 1980, p. 45-62.

29 Collection « Monographies des villes et villages de France » des éditions Le Livre d’histoire, 17 rue de la Citadelle, à Autremencourt (Aisne). Certaines monographies sont rééditées par des petites maisons locales (à Rennes, Rue des Scribes édition s’est lancée en 1984 dans le reprint de monographies de village). Ces ouvrages figurent en bonne place dans les rayons « régionalisme » des libraires de province.

30 Voir le site des Archives départementales de la Somme.

31 La Mayenne en 1900 vue par ses instituteurs, Laval, Archives départementales de la Mayenne, 2 vol. (cantons de Montsûrs et de Château-Gontier), 2000 et 2005 ; Le Lot vu par ses maîtres d’école. Recueil des monographies des communes rédigées par les instituteurs de l’arrondissement de Cahors. 1880-1881, Cahors, Archives départementales du Lot, 3 vol. (cantons de Cahors, de Castelnau-Montratier et de Catus), 2005-2007.

32 On en trouve un inventaire (sans doute partiel) sur le site : http://pagesperso-orange.fr/delbrayelle/monographies_des_instituteurs.htm.

33 La plupart de ces périodiques figurent au catalogue de la bibliothèque numérique Gallica. On en trouvera la liste complète en annexe.

34 Nous avons surtout exploité celles qui ont fait l’objet d’une édition récente.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540