Version classiqueVersion mobile

Corps en jeu

 | 
Marie-Hélène Garelli
, 
Valérie Visa-Ondarçuhu

Quatrième partie. Corps au gymnase

Le corps de l’athlète (Grèce, Étrurie, Rome) : représentations et realia

Jean-Paul Thuillier

Texte intégral

  • 1 Visa-Ondarçuhu V., L’image de l’athlète d’Homère à la fin du Ve siècle avant J.-C., Paris, 1999, p (...)
  • 2 Ibid., p. 114. Cf. aussi Fisher N., « The Pleasures of Reciprocity : Charis and the Athletic Body (...)
  • 3 Ibid., p. 410.

1Même si le mot de « sport » n’est pas prononcé – il faut dire que les antiquisants s’en méfient et que les spécialistes du sport moderne et contemporain leur refusent souvent, pour de mauvaises raisons, le droit d’utiliser ce terme – le titre de ce colloque incite sans conteste à se pencher sur l’entraînement athlétique dans les palestres et les épreuves sportives dans les stades. Tentons donc quelques définitions et descriptions de ces corps jouant dans divers édifices à vocation sportive. Le corps de l’athlète grec est un corps évidemment masculin, un corps nu, huilé, bronzé, plutôt jeune et esthétiquement parfait : c’est ainsi que la plupart des Modernes le voient, et ils pensent avoir ainsi identifié les critères qui distinguent cet athlète de ses congénères rencontrés dans d’autres cultures de la Méditerranée antique. De surcroît, on estime être là en accord avec, précisément, les sources antiques. Sur le dernier point par exemple, les choses ne sont-elles pas claires ? La beauté joue en effet un rôle de premier plan dans l’univers du gymnase et du stade helléniques. Valérie Visa-Ondarçuhu n’avait pu que le rappeler à plusieurs reprises dans son ouvrage sur l’image de l’athlète dans la littérature grecque, ouvrage publié il y a exactement dix ans. Chez tous les auteurs d’épinicies en particulier, chez Simonide, Pindare et Bacchylide, la beauté athlétique revient comme un leitmotiv ; Pindare a presque un usage immodéré de l’adjectif kalos pour le lutteur Alcimédon, pour le pancratiaste Aristocleidès, tous deux d’Égine, et aussi pour le boxeur Agésidamos et le lutteur Epharmostos – remarquons au passage qu’il s’agit à chaque fois d’athlètes lourds, participant à des sports de combat1 : cette qualité n’est pas réservée dans la littérature grecque aux seuls pentathloniens qu’on imaginerait à priori plus volontiers comme ayant développé quant à eux des proportions plus harmonieuses. On voit déjà par là que nos critères modernes de la beauté sportive antique ne sont peut-être pas tout à fait identiques à ceux des Grecs… En tout cas, « c’est une idée chère à Pindare que cette conformité de la valeur sportive et de la beauté physique puisqu’il y revient en d’autres passages : “Il était beau à voir et ses exploits ne démentaient pas son physique”2 … » Et on est assez tenté de mettre ici en avant les inscriptions érotiques qui désignent sur des vases à figures rouges certains athlètes comme « kalos », mais les destinataires de ces inscriptions ne sont pas toujours faciles à identifier3.

  • 4 Sur les aspects techniques de la boxe illustrés par le cas de Mélancomas, voir les articles de Pol (...)
  • 5 Voir par exemple Or., 28, 2-3 ; 29, 3-6. Sur ce point, bonne analyse de König J., Athletics and Li (...)
  • 6 Aurigemma S., dans Musée National Romain, Rome, 1970, n o 382, p. 152.
  • 7 L’erreur traditionnelle sur l’expression « jeux du cirque » considérés comme étant des munera est (...)

2Plusieurs siècles plus tard, ce thème de la beauté de l’athlète est encore traité avec une singulière insistance dans les deux discours, 28 et 29, que Dion de Pruse a consacrés au jeune boxeur qu’est Mélancomas4 : c’était l’homme le plus beau de tous les temps, le plus beau de tous les athlètes qui sont eux-mêmes les plus beaux des hommes, et cette beauté est en effet directement liée à son activité et à sa réussite sportives5. Comme sa carrière se déroule sous l’Empire romain, on pourrait en déduire que les choses étaient restées presque identiques de ce point de vue. Mais les Modernes ne l’entendent pas de cette oreille et ils retiennent une image bien différente du sport romain, en contraste marqué avec celle qui est donnée de l’activité gymnique en Grèce. Ainsi, parmi les documents iconographiques de Rome nous montrant des athlètes, un des plus emblématiques, si l’on ose dire, est la mosaïque des Thermes de Caracalla qui nous offre en effet, en ce début du IIIe siècle de notre ère, une belle galerie d’athlètes, en buste ou en pied. Hélas ou plutôt heureusement, les restaurations nombreuses subies par cette mosaïque n’ont pas redonné à ces athlètes une apparence d’éphèbes apolliniens, et les archéologues et historiens d’art modernes n’ont pas de mots assez durs pour les qualifier : « L’athlète a le front bas et un visage que n’éclaire aucune lueur d’intelligence. Les mâchoires puissantes, le cou de taureau, les muscles de la poitrine extraordinairement développés témoignent uniquement d’une force brutale, faite pour triompher même sans l’aide de l’intelligence6. » En somme, face à l’athlète « amateur » grec dont la beauté physique ne fait que refléter une valeur spirituelle éclatante, le professionnel romain aux muscles hypertrophiés se distingue surtout par une force brute, quasi animale, et on aurait volontiers tendance à le confondre avec le gladiateur sanguinaire7. L’opposition sur ce point entre les deux cultures relève peut-être du cliché, mais ces clichés ont souvent la vie dure.

  • 8 Heurgon J., La vie quotidienne chez les Étrusques, Paris, 1961, p. 257-258.

3Quant aux athlètes étrusques, que l’image choisie pour l’affiche de ce colloque incite à ne pas oublier, ils sont clairement placés sur le plan de la beauté du côté romain. Décrivant les lutteurs de la tombe des Augures de Tarquinia, une image d’ailleurs souvent reprise sur des couvertures de livres, J. Heurgon n’écrivait-il pas dans sa remarquable Vie Quotidienne : « … on les a dotés non seulement d’une puissante musculature, mais d’un type oriental accusé : cheveux et barbe d’ébène, cils très longs, grosses lèvres et front fuyant ; on croirait qu’ils ont été ramassés dans un marché d’esclaves levantin, mais c’est sans doute un modèle ionien, lui-même déjà caricatural, qui a inspiré le peintre8 ». Que n’aurait-il pas dit alors des boxeurs de la tombe Cardarelli, à Tarquinia toujours, une tombe découverte plus récemment grâce aux méthodes de prospection électrique de la Fondation Lerici ? Ces deux pugilistes ont en effet un ventre et des fesses rebondis comme des ballons de football, et l’adjectif caricatural semble s’imposer encore plus pour les dépeindre. On est bien loin là encore de l’athlète grec dont la beauté parfaite est reconnue par tous sur les peintures de vases et sur nombre d’œuvres d’art.

  • 9 Becatti G., Magi F., Le pitture delle tombe degli Auguri e del Pulcinella dans Monumenti della pit (...)
  • 10 Le pitture delle tombe arcaiche dans Monumenti della pittura antica…, Clusium, fasc. 1, Rome, 1939 (...)
  • 11 Oratio, 28, 3: « He was like a carefully wrought statue. His complexion was like blended bronze. »
  • 12 Jean Chrysostome, Nom. mut., 2,1 (PG 51.125) : dans la traduction latine « … quasi statuas quasdam (...)
  • 13 Voir Fisher N., art. cit. (n. 2), p. 236-237; Steiner D., Moving Images: Fifth-century Victory Mon (...)
  • 14 On renverra bien sûr à la très belle étude de L. Robert, « Les épigrammes satiriques de Lucillius (...)

4On pourrait multiplier les citations sur ces sportifs étrusques à la musculature brutale et massive, et à l’intellect limité : ces descriptions débouchent en général sur des conclusions tenant au statut social de ces athlètes qui ne peuvent être que des professionnels de rang servile, tout au moins au début de leur carrière. Toujours sur les lutteurs de la Tombe des Augures : « Nei lottatori tutta la espressione si concentra nei corpi muscolosi e pesanti, mentre le teste fisse e attonite sembrano senza pensiero… Teste rasate e incolte di lottatori di mestiere, ambedue di una atona brutalità… Quelle (forme) voluminose e turgidamente muscolose di tutti gli altri… li caratterizano come atleti di professione9. » La messe est dite : face à l’« amateur » distingué du gymnase, le professionnel de bas étage… Les athlètes de la Tombe du Singe à Chiusi, qui sont en plus « victimes » d’un schéma reversible qui ne les avantage pas, sont décrits dans les mêmes termes par R. Bianchi Bandinelli, mais celui-ci a le mérite d’ajouter des conclusions très justes : « Questa accentuazione della corporeità massicia, adiposa e levigata degli atleti, le nuche cotennose con i profondi solchi trasversali, l’aria intenta e l’ansare bovino, sono aspetti resi con il gusto per l’osservazione della realtà che gli Etruschi particolarmente si compiacquero di fermare nelle loro opere, senza cercare di risalire da quella a una forma assoluta10. » En revanche, que ce corps nu du bel athlète ait été une source d’inspiration permanente pour l’art et d’abord pour l’art grec est d’une telle évidence qu’il est inutile d’insister outre-mesure. On se contentera de rappeler le cas particulier de la sculpture, le Discobole de Myron étant en quelque sorte emblématique de ce point de vue – et l’on voit donc que les pentathloniens ne sont évidemment pas oubliés. Mais le rapport entre l’homme et l’œuvre d’art n’est pas à sens unique : les athlètes eux-mêmes, dans tout l’éclat de leur nudité bronzée et huilée, sont souvent comparés à des statues de bronze. Ainsi Dion de Pruse le dit-il explicitement de Mélancomas11. Et il est loin d’être le seul : « … les athlètes olympiques debout au milieu du théâtre en plein midi, sur la piste comme dans un four, et recevant les rayons du soleil sur leur corps nu, comme des statues de bronze12 ». Ces athlètes-statues au corps brillant parce que recouvert d’huile dégagent une grande charge érotique dont on retrouverait facilement l’équivalent à l’époque moderne13. Mais bien sûr, quand ce type d’éloge devient si banal, il est facilement repris de façon parodique, ce que ne manque pas de faire Lucillius dans son Épigramme 85 : le coureur armé Marcus court si lentement qu’il en devient presque immobile, et les employés du stade ferment l’édifice à la nuit tombée, prenant l’« athlète » pour une de ces statues qui ornaient régulièrement ces lieux dans les grands sanctuaires14 !

  • 15 Guyot A., Respellini P., L’art nazi. Un art de propagande, Bruxelles, 1983. Sous le nazisme, le ph (...)

5Mais la métamorphose inverse existe aussi, qui va cette fois de la matière inerte vers le vivant. On pense évidemment au début de la première partie du film de Leni Riefenstahl, « Les dieux du stade », consacré aux Jeux olympiques de Berlin et véritable hymne au corps aryen : dans cette partie intitulée « La fête des peuples » – et la seconde s’appelle de façon significative « La fête de la beauté » – un long travelling (et la cinéaste avait bénéficié de moyens techniques exceptionnels pour l’époque) permet de voir de nombreuses statues antiques, dont le Discobole qui se fait chair pour porter la flamme olympique de Grèce jusqu’à Berlin. La carrière de Leni Riefenstahl, en tant que cinéaste et photographe – qu’on pense à ses photos de lutteurs Noubas du Soudan – est, de ce point de vue en tout cas, typique de l’art nazi, fasciné par la nudité athlétique à la grecque (les statues d’Arno Breker) et la mystique du corps huilé et bronzé15.

  • 16 Voir le livre très séduisant de de Biasi P.-M., Histoire de l’érotisme. De l’Olympe au cybersexe, (...)
  • 17 Kühnst P. (éd.), Corps d’athlètes. Sport et naturisme dans la photographie, Paris, Éditions du Reg (...)

6Mais il est vrai aussi que cette source d’inspiration déborde largement l’esthétique nazie des corps. Sans vouloir reprendre toute la question des modèles constitués par la sculpture de l’Antiquité grecque au cours des siècles et l’exaltation du corps viril – on ne peut éviter de rappeler le cas de Michel Ange16 – on peut au moins prendre l’exemple de la photographie qui a fait du nu athlétique, masculin et féminin, son thème favori17. Cette fascination pour le corps nu et surtout le corps de l’athlète se manifeste dès les débuts de la photographie, en tout cas dès le milieu du XIXe siècle : avec la chronophotographie, avec le développement des mouvements hygiénistes et du naturisme européen, et bien sûr l’Allemagne est souvent là à la pointe du combat, on retrouve les mêmes inspirations pendant un siècle. Et on ne peut pas dire qu’il en soit autrement aujourd’hui, même si les impératifs commerciaux ont définitivement pris le pas sur les recherches artistiques : il suffit de penser aux calendriers ou aux ouvrages composés avec des photos de rugbymen nus, et vendus comme des best-sellers. L’utilisation du corps des sportifs représenté d’une façon sensuelle et érotique est devenue aujourd’hui une banalité, mais on oublie bien souvent qu’on se place alors dans la tradition de l’Antiquité classique.

  • 18 Voir par exemple El deporte en la Grecia antigua (Vanhove D. éd.), Barcelone, 1992, no 198, p. 330 (...)
  • 19 Sur la gymnastique, 34 : « … le ventre qui avance n’est pas inutile pour le pugilat car il préserv (...)

7Beauté athlétique donc dans la Grèce antique : mais de quel type de beauté parlons-nous ? À feuilleter un recueil de photos de vases attiques montrant des athlètes, par exemple un catalogue d’exposition sur le sport antique, on est frappé par la représentation, assez fréquente, d’athlètes dont la morphologie n’est en rien celle d’éphèbes à la musculature parfaite, c’est-à-dire celle que nous nous attendons à voir dans le gymnase hellénique18. On peut en effet découvrir, entre autres sur des amphores panathénaïques, des lutteurs, boxeurs ou pancratiastes très lourds, massifs, sans la moindre taille marquée, et même souvent affublés d’un ventre énorme, proéminent : en somme l’antithèse de notre idéal occidental de beauté athlétique, et un sportif assez proche des sumotoris du Japon que nous avons tendance à regarder parfois avec une certaine commisération. Bref, on se croirait presque en Étrurie ou dans des thermes romains. Mais on aurait bien tort de considérer que ces images sont caricaturales : ce sont au contraire celles qui se rapprochaient sans doute le plus de la réalité. Il faut en effet se souvenir que les Grecs ne connaissaient pas les catégories par poids et que dans les sports de combat, les sports dits « lourds », seuls les athlètes corpulents et massifs avaient quelque chance de l’emporter. Mieux même, un texte de Philostrate nous incite à accepter et à apprécier le ventre en forme de ballon de certains de ces athlètes bedonnants19 : dans le pugilat antique, comme les coups n’étaient portés qu’à la tête, le fait d’avoir un ventre rebondi était évidemment un avantage puisqu’il fallait avoir une « allonge » considérable pour toucher son adversaire !

  • 20 Voir Golden M., Sport in the ancient World from A to Z, Londres-New York, 2004, p. 123-127 : si l’ (...)
  • 21 Sur la beauté du pentathlonien, on cite en général Aristote, Rhétorique, 1361b.

8Bien sûr, ces images se rencontrent très majoritairement sur des vases attiques du VIe ou du début du Ve siècle – mais il est aussi des amphores panathénaïques du IVe siècle qui rentrent facilement dans cette catégorie. Bien sûr, il s’agit presque toujours d’athlètes participant aux sports de combat, pour les raisons que nous venons d’indiquer – mais on aurait tort d’en conclure que ceux-ci étaient moins appréciés des Grecs que les pentathloniens élancés : à voir les prix donnés aux concurrents des Panathénées20, on constate que les vainqueurs dans les épreuves lourdes reçoivent autant d’amphores d’huile d’olive que les « beaux » pentathloniens, et ceux-ci ne sont pas l’objet d’un traitement spécialement favorable chez un auteur comme Platon21. Bien sûr, ces athlètes grecs à la musculature de catcheur (de « wrestler ») moderne sont généralement barbus et font partie de la classe d’âge des « andres », des adultes, des seniors. Sans refaire toute l’histoire du beau athlétique dans l’art, à travers les siècles et même dans son seul rapport avec la Grèce antique, c’est donc un choix précis qui a été fait par les Modernes : celui d’une période particulière, le cœur du classicisme, celui d’un âge particulier, l’athlète imberbe, préadulte (ou en tout cas jeune adulte), celui de compétitions « légères » (mais le pentathlon comportait aussi une épreuve de lutte, qui n’était certes pas aussi violente que la boxe). C’est ainsi qu’on a abouti à une image d’athlète idéal, au modèle que propose entre autres le Discobole.

  • 22 Sur le sujet, Thuillier J.-P., « La nudité athlétique, le pagne et les Étrusques », dans Nikephoro (...)
  • 23 « … the work of the Michigan and Beaune painters – il s’agit des peintres des “Perizoma vases” dan (...)
  • 24 Cf. l’article de McDonnell M., « Athletic nudity among the Greeks and Etruscans : the evidence of (...)

9On voit ainsi que les choses ne sont pas aussi tranchées qu’on pouvait le croire, et qu’une volonté d’idéalisation, souvent présente chez les artistes et artisans grecs comme chez les historiens d’aujourd’hui, peut masquer certaines réalités. De ce point de vue, un des cas les plus typiques est celui de cet ensemble de vases attiques à figures noires qu’on a appelé le « Groupe au Périzôma » parce que les athlètes qui sont souvent représentés sur les parois de ces céramiques sont affublés d’un grand pagne surpeint en blanc22. Ces vases, qui appartiennent à la dernière décennie du VIe siècle, semblent donc nous montrer au premier abord que l’athlète grec n’était pas nu à cette époque : voilà un autre élément qui viendrait contredire ou modifier l’image de l’athlète que nous avons mise en évidence au début. Aussi la plupart des céramologues et historiens du sport antique ont-ils voulu réduire la portée d’un tel document en affirmant d’emblée que cette production était destinée à l’Étrurie et non à une clientèle d’Hellènes. Comme la qualité esthétique de ces vases est jugée « médiocre », que les athlètes représentés sont lourds, disgracieux, plutôt âgés (et en tout cas barbus), en somme très éloignés de l’image du « jeune et bel éphèbe », il y avait là toute une série d’arguments pour attribuer le goût pour ces images à d’autres que des Grecs, autrement dit à des Étrusques, des semi-barbares23. Mais, à supposer que ces vases aient été spécialement faits pour le marché étrusque, ce qui est possible, cela n’expliquerait en rien la présence du pagne puisque les Étrusques achetaient au même moment – et déjà des décennies auparavant – des milliers de vases attiques montrant des athlètes entièrement nus. Et l’idée qu’il pourrait y avoir eu à satisfaire des goûts et des exigences différents au sein de la clientèle étrusque, elle-même répartie dans plusieurs cités, relève d’une conception imaginaire du « commerce international » à cette époque24.

  • 25 Thuillier J.-P., « La nudité athlétique (Grèce, Étrurie, Rome) », dans Nikephoros, 1, 1988, p. 29- (...)

10En fait, comme le confirment Thucydide et Platon, la nudité athlétique n’avait pas encore été adoptée à cette époque dans la palestre et le stade : les images d’athlètes entièrement nus relèvent alors d’une volonté d’idéalisation esthétique. Lorsque par la suite les athlètes seront vraiment nus – il n’est pas question d’aborder ici l’épineuse question des raisons de cette nudité – et que cette nudité sera même un critère opposant Grecs et Barbares, ils seront amenés bien souvent à porter un suspensoir (kunodesmè) comme on le voit à titre exceptionnel sur un cratère d’Euphronios : or, celui-ci sera très rarement représenté par les peintres qui ne voulaient en rien attenter à la beauté parfaite du corps athlétique nu, en l’affublant d’un objet grossièrement technique. En fait, un examen plus attentif révèle que de nombreux athlètes sont « infibulés » comme on le dit souvent de façon erronée, mais leur suspensoir n’est pas montré avec beaucoup de réalisme, au contraire de ce que l’on constate sur des fresques étrusques de Chiusi (Tombe du Singe) – les artisans étrusques ne craignaient pas quant à eux le réalisme et n’avaient sûrement pas le même sens de l’idéalisation25. Ainsi, non seulement la nudité athlétique, qui a été certes érigée par la suite en critère de l’hellénisme, n’appartient pas à toutes les grandes périodes de la Grèce, mais c’est encore un athlète idéal que ce sportif complètement nu qui est représenté en plein âge classique.

  • 26 Voir Decker W. et Thuillier J.-P., Le sport dans l’Antiquité (Égypte, Grèce, Rome), Paris, 2004, p (...)

11Critère de l’hellénisme peut-être, mais alors que dire des Étrusques qui, après avoir certes figuré des athlètes portant un pagne, présentent sur leurs fresques ou leurs vases peints des athlètes nus dès le dernier tiers du VIe siècle ? L’athlète nu, en dépit de l’opinion commune, n’est donc pas une spécificité grecque : et lorsque ces mêmes Étrusques nous montrent avec une grande précision un suspensoir athlétique sur les fresques de la Tombe du Singe à Chiusi vers 470, ils ne sauraient emprunter cette image à la Grèce qui se garde d’un tel réalisme, et c’est la preuve que la nudité athlétique était pratiquée en Étrurie. À regarder les images et les textes, on aurait même l’impression étrange que cette pratique existait dans cette culture avant d’être observée par les Grecs. Quant aux Romains, ils ont bien refusé cette nudité athlétique pendant longtemps, puisqu’ils voyaient dans cette coutume grecque le début de tous les vices : les textes, de Cicéron à Tacite en passant par Cornelius Nepos, ne manquent pas sur ce point, et par là, ils étaient aux yeux des Hellènes des Barbares caractérisés. Mais, à partir du IIe siècle de notre ère au moins, la « mode » change et pour ainsi dire on ne voit plus dans l’iconographie romaine que des athlètes nus : il serait surprenant que toutes les images (mosaïques, reliefs, etc.) ne montrent, sans exception, que des athlètes engagés dans des concours à la grecque, des agônes ou certamina26.

  • 27 Cette absence de sources littéraires directes n’empêche pas certains étruscologues de tirer des co (...)
  • 28 Cf. de Biasi P.-M., op. cit. (n.o 16), qui cite par exemple Giorgione et sa Vénus endormie, Titien (...)

12Et du coup il faut bien revenir sur cette idée que la beauté serait entièrement du côté de la Grèce. L’absence ou plutôt la disparition des textes nous empêche de savoir ce que les Étrusques pouvaient bien penser de la question (car les anciens Toscans n’avaient pas qu’une littérature religieuse)27. Mais les Romains ne négligeaient en rien la beauté masculine : dans son épitaphe qui remonte au IIIe siècle avant notre ère, le digne censeur et consul Scipion Barbatus se voit attribuer une forma, une beauté qui est mise sur le même plan que sa virtus. Quand on connaît l’importance à Rome de cette dernière valeur, on apprécie pleinement le rôle dévolu à la beauté – même si une ambiance hellénique peut expliquer un certain nombre de choses. Comme le rapprochement avec la virtus le suggère, il s’agit d’une beauté virile qui n’a rien à voir avec la venustas toute féminine (on pense avec ce terme à toutes ces vénustés que les peintres du XVIe siècle vont faire admirer à l’Italie et à l’Europe28).

  • 29 Cicéron, De Officiis, 1, 36, 130.
  • 30 Fuscentur corpora campo (Ovide, Art d’aimer, 1, 511)
  • 31 De brevitate vitae, 13, 1. On peut supposer que le poète satirique Perse, autre stoïcien, inclut a (...)

13Cette beauté masculine était de l’ordre de la dignitas, et un passage de Cicéron la met en rapport direct avec la pratique de l’athlétisme : « … la dignité de l’aspect physique doit être sauvegardée par la qualité du teint et ce teint par les exercices du corps29 ». D’où la nécessité pour le citoyen romain de pratiquer assidûment le sport, au Champ-de-Mars quand on est à Rome, dans différents campus, dans les palestres des thermes quand on habite dans des villes italiennes ou dans les provinces : une réalité souvent oblitérée dans les études modernes qui veulent réserver cette pratique aux seuls Grecs du gymnase. Cette allusion au teint est aussi l’occasion de rappeler que les Romains attachaient une grande importance au fait d’avoir un corps bronzé, un bronzage qui s’obtenait justement grâce au sport pratiqué en plein air30 : ce serait même pour certains Romains, qui trouveraient facilement leurs semblables dans notre société contemporaine, une véritable obsession que le stoïcien Sénèque ne manquait pas de dénoncer et de mettre sur le même plan que la folie du jeu31 !

  • 32 Thuillier J.-P., Les jeux athlétiques dans la civilisation étrusque, Rome, 1985, p. 241-243, fig. (...)

14On constate ainsi que l’athlète grec, que nous avons tenté de décrire au début de cet exposé, loin de correspondre à une image générale, est en dernier ressort un cas tout à fait particulier. Même si cette image semble unanimement acceptée, et cela depuis des siècles, elle résulte d’un choix très limité sur le plan chronologique, celui de la période classique, et très limité aussi sur le plan des épreuves gymniques : on élimine à priori de notre vision les athlètes massifs participant aux épreuves de combat pour ne retenir que les pentathloniens à la morphologie moins agressive. On n’a pas insisté ici, sauf pour le cas de la nudité, sur la distorsion entre la représentation fortement idéalisée et la réalité. Mais, sans même parler des pugilistes et des pancratiastes au nez écrasé, aux oreilles en chou-fleur, le visage en sang et le corps couvert de cicatrices (le Pugiliste assis du Musée des Thermes est assez emblématique de ce point de vue32), il faut aussi imaginer des athlètes légers comme les coureurs à pied ou les lanceurs de javelot couverts de poussière et de sueur, et donc assez loin de l’image donnée par la sculpture ou la céramique figurée.

  • 33 Crowther N.B., « Male “beauty” contests in Greece: the Euandria and Euexia », dans AC, 54, 1985, p (...)
  • 34 Op. cit., p. 57. Les préférences de Michel-Ange vont incontestablement vers des corps d’athlètes m (...)
  • 35 Cf. encore les réflexions de Newby Z., Greek Athletics in the Roman World. Victory and Virtue, Oxf (...)

15Mais pour ce qui est des « concours de beauté » (on sait d’ailleurs qu’il en a existé33), les Anciens n’excluaient pas a priori les athlètes lourds, comme on le voit bien par l’exemple de Mélancomas. Cette conception n’est-elle pas restée en vigueur pendant longtemps ? Les analyses de P.-M. de Biasi sur l’érotisme sont éclairantes : au XVIe siècle, lorsque la beauté est désormais tout entière du côté féminin, « l’homme “au corps robuste fait de puissance, le menton et les joues garnies de poils” séduit par “un visage altier, renfrogné et inhumain” » (J. Liébault, 1582)34. Une description qui pourrait presque nous faire songer aux athlètes romains des Thermes de Caracalla ! Mais, de la palestre athénienne ou du stade d’Olympie, nous n’avons gardé que le Discobole nu et nous avons écarté de notre champ de vision le boxeur barbu du Groupe au Périzôma… Enfin, il nous a paru nécessaire de rappeler que différents traits, attribués par l’opinion commune exclusivement à la Grèce, n’étaient pas ignorés d’autres peuples : les Étrusques, ces barbares à la langue incompréhensible, n’ont pas rejeté la nudité athlétique, peut-être même l’ont-ils adoptée en même temps que les Grecs, et les Romains, que l’on soupçonne volontiers d’avoir refusé tout exercice sportif, n’hésitaient pas à affirmer que la beauté virile n’était pas sans lien avec la pratique du sport. Mais certains rétorqueront alors que ces faits et ces idées ne s’expliquent que par l’influence de l’hellénisme35.

Figure 1. – Mosaïque des Thermes de Caracalla (IIIe siècle ap. J.-C.) : athlète romain.

Figure 2. – Fresque de Tarquinia. Tombe des Augures (vers 530 av. J. -C.) : lutteurs.

Figure 3. –Amphore panathénaïque (vers 540 av. J.-C.) : lutteurs.

Figure 4. – Vases attiques du Groupe au Périzôma (vers 510 av. J.-C.) : athlètes avec pagne.

Figure 5. – Fresque de Chiusi, Tombe du Singe (vers 480 av. J.-C.) : athlète au suspensoir.

Notes

1 Visa-Ondarçuhu V., L’image de l’athlète d’Homère à la fin du Ve siècle avant J.-C., Paris, 1999, p. 114-115.

2 Ibid., p. 114. Cf. aussi Fisher N., « The Pleasures of Reciprocity : Charis and the Athletic Body in Pindar », dans Prost F. et Wilgaux J. (éd.), Penser et représenter le corps dans l’Antiquité, Rennes, 2006, p. 227-245.

3 Ibid., p. 410.

4 Sur les aspects techniques de la boxe illustrés par le cas de Mélancomas, voir les articles de Poliakoff M. dans AJPh, 108, 1987, p. 511-518 et de Visa-Ondarçuhu V. dans Nikephoros, 16, 2003, p. 97-114.

5 Voir par exemple Or., 28, 2-3 ; 29, 3-6. Sur ce point, bonne analyse de König J., Athletics and Literature in the Roman Empire, Cambridge, 2005, chapitre 3 et en particulier p. 147-152.

6 Aurigemma S., dans Musée National Romain, Rome, 1970, n o 382, p. 152.

7 L’erreur traditionnelle sur l’expression « jeux du cirque » considérés comme étant des munera est de ce point de vue révélatrice. Cf. encore Lee H.M., dans Nikephoros, 10, 1977, p. 177-178, sur l’opposition stéréotypée entre athlète grec et athlète romain.

8 Heurgon J., La vie quotidienne chez les Étrusques, Paris, 1961, p. 257-258.

9 Becatti G., Magi F., Le pitture delle tombe degli Auguri e del Pulcinella dans Monumenti della pittura antica scoperti in Italia, fasc. 3-4, Rome, 1955, p. 24.

10 Le pitture delle tombe arcaiche dans Monumenti della pittura antica…, Clusium, fasc. 1, Rome, 1939, p. 29. Cf. déjà Braun E. dans Ann. Inst., 1850, p. 268.

11 Oratio, 28, 3: « He was like a carefully wrought statue. His complexion was like blended bronze. »

12 Jean Chrysostome, Nom. mut., 2,1 (PG 51.125) : dans la traduction latine « … quasi statuas quasdam aereas… »

13 Voir Fisher N., art. cit. (n. 2), p. 236-237; Steiner D., Moving Images: Fifth-century Victory Monuments and the Athlete’s Allure, dans Class. Ant., 17, 1998, p. 139-140.

14 On renverra bien sûr à la très belle étude de L. Robert, « Les épigrammes satiriques de Lucillius sur les athlètes : parodie et réalités », dans L’épigramme grecque, Entretiens sur l’Antiquité classique, 14, Genève, 1967, p. 181-291.

15 Guyot A., Respellini P., L’art nazi. Un art de propagande, Bruxelles, 1983. Sous le nazisme, le photographe Hans Suren insistait sur le fait d’être hâlé par le soleil et tenait à se photographier lui-même « nu et le corps huilé » (cf. n.o 17).

16 Voir le livre très séduisant de de Biasi P.-M., Histoire de l’érotisme. De l’Olympe au cybersexe, Paris, Découvertes-Gallimard, 2007, p. 65 : « Michel-Ange sculpteur exalte la beauté athlétique du corps viril dans un retour classicisant à la Grèce qui n’est pas sans rapport avec l’inspiration homosexuelle de son art… »

17 Kühnst P. (éd.), Corps d’athlètes. Sport et naturisme dans la photographie, Paris, Éditions du Regard, 2004.

18 Voir par exemple El deporte en la Grecia antigua (Vanhove D. éd.), Barcelone, 1992, no 198, p. 330-331 (lutteurs, amphore panathénaïque d’Exechias, 550-540), no 220, p. 353 (pugilistes, amphore, 480), no 223, p. 355 et 357 (boxeurs, amphore panathénaïque, 510) : mais on pourrait encore en citer d’autres dans ce seul catalogue et il n’y a aucune raison de penser que les éditeurs aient fait un choix orienté.

19 Sur la gymnastique, 34 : « … le ventre qui avance n’est pas inutile pour le pugilat car il préserve la figure de l’athlète des coups que l’adversaire peut lui appliquer… »

20 Voir Golden M., Sport in the ancient World from A to Z, Londres-New York, 2004, p. 123-127 : si l’on prend la catégorie des paides, on constate que les vainqueurs au pentathlon, à la lutte et à la boxe reçoivent 30 amphores d’huile, que le vainqueur au pancrace en reçoit 40, et c’est la course du stade qui offre le meilleur prix (50 amphores). Les autres catégories reproduisent à peu près cette hiérarchie des récompenses.

21 Sur la beauté du pentathlonien, on cite en général Aristote, Rhétorique, 1361b.

22 Sur le sujet, Thuillier J.-P., « La nudité athlétique, le pagne et les Étrusques », dans Nikephoros, 17, 2004, p. 171-180 (où l’on trouvera une partie de la bibliographie précédente).

23 « … the work of the Michigan and Beaune painters – il s’agit des peintres des “Perizoma vases” dans la classification de Beazley – were meant to meet the needs of clients who could not afford to buy anything better » (Philippaki B., The Attic stamnos, Oxford, 1967, p. 15).

24 Cf. l’article de McDonnell M., « Athletic nudity among the Greeks and Etruscans : the evidence of the “Perizoma vases” », dans Thuillier J.-P. (éd.), Spectacles sportifs et scéniques dans le monde étrusco-italique, Rome, 1993, p. 395-407.

25 Thuillier J.-P., « La nudité athlétique (Grèce, Étrurie, Rome) », dans Nikephoros, 1, 1988, p. 29-48, pl. 1-4. On se reportera aussi à différents articles de l’ouvrage Penser et représenter le corps dans l’Antiquité, Prost F. et Wilgaux J. (éd.), Rennes, 2006, en particulier à ceux de Fisher N. (cf. note 2), de Vendries Chr., « Abstinence sexuelle et infibulation des chanteurs dans la Rome impériale », p. 247-261, et de Brulé P., « Le corps sportif », p. 263-287. « Explicit sexual arousal was avoided among the competitors : athletes who were not confident that “self-control” or the natural processes of the retraction of genitals when concentrating on the athletic effort would do the job might resort to ligatures of the penis (kunodesme) » (Fisher N., art. cit., p. 237) : mais il n’est pas sûr que cette dernière pratique ait été exceptionnelle, on peut plutôt penser qu’elle était la règle, et que ce sont les représentations qui ne traduisent pas la réalité.

26 Voir Decker W. et Thuillier J.-P., Le sport dans l’Antiquité (Égypte, Grèce, Rome), Paris, 2004, p. 224 sq.

27 Cette absence de sources littéraires directes n’empêche pas certains étruscologues de tirer des conclusions à propos d’images étrusques en se référant à un modèle grec. Ainsi, L. Cerchiai écrit-il dans un article à paraître sur la tombe des Olympiades de Tarquinia : « Les scènes athlétiques [il s’agit des pentathloniens, coureurs, discobole, lanceur de javelot, figurés sur la paroi droite de la tombe] figurent la beauté et la force viriles, dans la fleur de l’âge, en parallèle avec l’univers de la jeunesse représenté sur la paroi opposée » (dans Etruria e Italia preromana, Studi in onore di G. Camporeale, Pise-Rome, 2009). Cette analyse nous paraît difficilement acceptable mais elle montre que la question n’est pas absente des études sur les jeux athlétiques en Étrurie.

28 Cf. de Biasi P.-M., op. cit. (n.o 16), qui cite par exemple Giorgione et sa Vénus endormie, Titien et sa Vénus d’Urbin, Lorenzo Lotto et son Vénus et Cupidon.

29 Cicéron, De Officiis, 1, 36, 130.

30 Fuscentur corpora campo (Ovide, Art d’aimer, 1, 511)

31 De brevitate vitae, 13, 1. On peut supposer que le poète satirique Perse, autre stoïcien, inclut aussi cette manie du bronzage lorsqu’il s’en prend à ceux qui sont « fous du Champ-de-Mars » (hic campo indulget, Sat., 5, 57-58) : il rapproche en effet à son tour ces fanatiques de l’effort sportif de ceux « qui se brûlent aux dés » et même des débauchés « qui vont se pourrir dans les plaisirs de Vénus ».

32 Thuillier J.-P., Les jeux athlétiques dans la civilisation étrusque, Rome, 1985, p. 241-243, fig. 32.

33 Crowther N.B., « Male “beauty” contests in Greece: the Euandria and Euexia », dans AC, 54, 1985, p. 285-291.

34 Op. cit., p. 57. Les préférences de Michel-Ange vont incontestablement vers des corps d’athlètes massifs. Et sur l’image qui est désormais celle de la femme, voir la citation suivante choisie encore par P.-M. de Biasi, ibid. : « Elle est le spectacle le plus admirable, la merveille la plus rare et à moins d’être aveugle, chacun avouera que Dieu a rassemblé chez la femme ce que l’univers possède de plus beau. » (Agrippa H.C., De la supériorité des femmes, 1509.)

35 Cf. encore les réflexions de Newby Z., Greek Athletics in the Roman World. Victory and Virtue, Oxford, 2005, p. 135-136, à propos des statues athlétiques ornant villas et thermes romains : « Athletic imagery is no exception. The statues which decorated Roman villas are notable for their anonymous youthful beauty. Rather than conjuring up the achievements of specific individual athletes, as did the Greek originals which they copy or evoke, these statues instead provide access to a fantasy world of idealized beauty and moral perfection. »

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Mosaïque des Thermes de Caracalla (IIIe siècle ap. J.-C.) : athlète romain.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/108224/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 2. – Fresque de Tarquinia. Tombe des Augures (vers 530 av. J. -C.) : lutteurs.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/108224/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Figure 3. –Amphore panathénaïque (vers 540 av. J.-C.) : lutteurs.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/108224/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Figure 4. – Vases attiques du Groupe au Périzôma (vers 510 av. J.-C.) : athlètes avec pagne.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/108224/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Figure 5. – Fresque de Chiusi, Tombe du Singe (vers 480 av. J.-C.) : athlète au suspensoir.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/108224/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search