Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cultures enfantines

 | 
Andy Arleo
, 
Julie Delalande

Quatrième partie. Comment les enfants perçoivent et disent le monde

Usage enfantin des traits sociolectaux au sein du réseau familial et amical

Une étude de cas dans un village de Haute-Savoie

Nathaël Martin, Stéphanie Barbu et Jean-Pierre Chevrot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

INTRODUCTION

Les cultures enfantines reflètent de multiples identités, sociales, sexuées, régionales ou encore nationales, qui s’inscrivent dans le discours de jeunes locuteurs. Chaque enfant naît dans un contexte socioculturel particulier et acquiert à la fois la maîtrise de sa langue et un mode de pensée spécifique à sa culture. La langue de l’environnement linguistique est apprise à travers les rapports sociaux entretenus avec l’entourage (Tomasello, 2003). Ce principe est universel mais chaque individu tisse sa propre toile de liens de réseau sur le temps ontogénétique (Milroy, 1987). Dans les situations d’interaction habituelles, les différences dans la personnalité, le statut et les moyens des partenaires font de la communication un lieu d’enjeux, de conflits, d’inégalités (Van den Straten, 1990). Dans les interactions entre adultes, les locuteurs semblent utiliser certains comportements stratégiques pour négocier une distance sociale durant l’interaction : des stratégies d’acc...

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540