Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Justice et sociétés rurales

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Yves Jean
, 
Laurent Willemez

Prolongement

La justice et les frustrations paysannes dans l’œuvre de Barthélemy Gautier (deuxième moitié du XIXe siècle)

Solange Vernois

Texte intégral

  • 1 Léonce Petit (1839-1884) et Paul Léonnec (1842-1899) ont travaillé l’un et l’autre pour Le Journal (...)

1Dans les représentations qu’ils ont effectuées du monde rural, les caricaturistes de la deuxième moitié du XIXe siècle n’ont pas ignoré la place que tenait la justice au sein des communautés villageoises. Toutefois, Léonce Petit, Paul Léonnec, comme les illustrateurs des cartes postales au début du XXe siècle, ont cherché avant tout à offrir de la figure du Juge de paix en particulier, une vision paternaliste, la comparution devant le magistrat donnant lieu à mettre en scène la traditionnelle naïveté des paysans1.

2Il n’en est pas de même pour le dessinateur saintongeais Barthélemy Gautier. Né à Paris en 1846, celui-ci fut à l’origine en 1874 de La Cigale un éphémère journal, où il produisit ses premiers croquis.

  • 2 Cf. Rémy Tessonneau, Barthélemy Gautier témoin de son temps, 1846-1683, Anthologie, 1 600 dessins (...)
  • 3 Cf. Ibid., p. 10. Solange Vernois, « Barthélemy Gautier et l’identité saintongeaise (1846-1896) », (...)

3Puis, il illustra les contes balzatois de Chapelot, manifestant ainsi son militantisme en faveur de sa région, en utilisant un style dit patoisant2. Il fonda Les Croquis Saintongeais en 1876-78, journal qui lui valut de sérieux problèmes avec les autorités. Après trois ans passés à Bordeaux, le dessinateur « monta » en 1880 à Paris et travailla en particulier pour Le Journal Amusant. Malgré sa relative courte existence, il a eu une production de 2000 croquis sans compter les 191 illustrations non légendées conçues pour les Contes Balzatois3.

4Ces dessins réunis en 16 albums sont un témoignage de première importance sur la vie rurale de la région. De tendance caricaturale, ils révèlent sous l’exagération une extrême lucidité et une connaissance hors pair de la psychologie paysanne.

  • 4 Tessonneau, op. cit., p. 129. Selon Rémy Tessonneau, les 14 albums publiés par B. Gautier contienn (...)
  • 5 Cf. Une justice de proximité, la justice de paix (1790-1958), sous la direction de Jacques-Guy Pet (...)

5Or, le monde de la Justice de paix fait partie des thèmes abordés par l’artiste. Pour Barthélemy Gautier, la justice, aux yeux des paysans, loin d’être cantonnée à la résolution impartiale de querelles de clocher, fait partie intégrante de la société rurale, qu’elle tend à conforter dans ses modes de fonctionnement. Dans tous les cas c’est bien souvent le paysan qui a le dernier mot, cherchant dans les procès à laisser libre cours à son esprit de chicane, à son talent de bonimenteur et parfois à ses haines. Ne se moque-t-il pas volontiers de l’avocat lorsqu’il l’interpelle avec malice : « J’aurais bein besoin de vous causer deux mots, mais j’voë que vous êtes à même à étudier vout’rôle4 ». Afin de mettre à l’épreuve ces témoignages destinés surtout à faire sourire les contemporains, nous les confronterons à ceux qui ont été fournis par d’autres historiens pour d’autres régions : la Normandie, la Beauce, la Bourgogne en particulier5.

La justice à l’aune de l’esprit de chicane

  • 6 Tessonneau, op. cit., p. 133, p. 130-130.

6Lorsqu’il évoque le Juge de paix, Barthélemy Gautier est en terrain connu. Le visage de monsieur Saint Genis avec son nez court, ses yeux exorbités et son menton fuyant au milieu d’une barbe épaisse, est en effet, aisément reconnaissable d’un dessin à l’autre6. La silhouette est celle du notable de province, plus à l’aise dans l’habit de petit-bourgeois que dans la toge d’avocat. Exhibant un certain embonpoint, le haut-de-forme en arrière, il apparaît à la fois vaniteux et débonnaire. Barthélemy Gautier entend, sans conteste, montrer que le notable rural dont l’extraction sociale et la fortune sont souvent modestes, a une prétention sans commune mesure avec sa réelle envergure. Et pourtant, il ne serait pas indifférent à la culture, comme on peut le deviner à travers les quelques vers qui lui sont consacrés, non sans ironie :

« Toi qui de la magistrature
Si longtemps a fait l’ornement,
Héros digne de la sculpture,
Je t’élève ce monument ».

  • 7 Guy de Maupassant, Tribunaux rustiques, in Œuvres complètes illustrées de Guy de Maupassant, Monsie (...)

7Sensiblement à la même époque, les Tribunaux Rustiques7 (1883) de Maupassant se situent dans cette veine, même si la scène se passe en Normandie. L’auteur décrit ainsi le Juge de paix : « Il est ventru, coloré et il secoue, dans son pas rapide de gros homme pressé, sa grande robe noire de magistrat. Il s’assied, pose sa toque sur la table et regarde l’assistance avec un profond mépris.

  • 8 Maupassant, op. cit., p. 191

8C’est un lettré de province et un bel esprit d’arrondissement, un de ceux qui traduisent Horace, goûtent de petits vers de Voltaire et savent par cœur Vert-Vert ainsi que les poésies grivoises de Parny8. »

  • 9 Tessonneau, op. cit., p. 131.

9Moins alerte dans l’exercice de sa fonction, M. Saint Genis montre des signes évidents de lassitude, voire d’assoupissement9. À un commerçant en colère se plaignant qu’un individu ne lui ait pas payé une barrique de vin, il répond sans vergogne : « Il fallait la vendre à un autre. La cause est entendue ; allez vous as-seoir ! ».

  • 10 Maupassant, op. cit., p. 195-196.

10Le Juge entend camoufler sous l’impatience et l’autorité son parti pris en faveur d’un coupable un peu trop sûr de lui. Il substitue une forme dévoyée de bon sens à la maîtrise du code, afin d’expédier promptement et sans ménagement les affaires. En fait, Barthélemy Gautier semble plutôt attester une utilisation désinvolte du Droit, alors que, dans les Tribunaux Rustiques, le Juge se réfugie derrière un respect scrupuleux de la Loi, en répondant à Madame Bascule, qui a donné inconsidérément à Isidore Paturon sa terre de Bec-de-Martin : « Il avait le droit incontestable de faire ce qu’il a fait et de l’apporter en dot à sa femme […]. Je ne peux envisager les faits qu’au point de vue de la loi. Je n’y peux rien. » Le Père Paturon s’en va alors, « sous les regards sympathiques des paysans comme des gens dont la cause est gagnée10 ».

  • 11 Odette Comandon, Les Dessins de Gautier, croquis saintongeais, La Rochelle, Éd. Mélusine, 1978, p. (...)

11En cas d’échec, ou lorsque l’affaire se présente mal, le paysan charentais pour sa part, ainsi que le note Odette Comandon, est acculé à faire d’amères réflexions sur le fonctionnement de la justice11. Une Saintongeaise confie ses inquiétudes à son mari en ces termes :

  • 12 Tessonneau, op. cit., p. 133. Nous respectons l’orthographe des légendes de l’artiste. Le Juge de (...)

« – T’as vu Monsieu le Juge de paix, qu’a-t-i dit d’noutre affaire ?
– I m’a dit qu’î dit : « Moun’ami, c’est-t-hors de ma complétence12. »

  • 13 Jacques-Guy Petit, Une justice de proximité, la Justice de paix, op. cit., p. 13. Cf. aussi Serge (...)
  • 14 Tessonneau, op. cit., p. 128.
  • 15 Frédéric Chauvaud, op. cit., p. 165. Voir le chap. V « La saveur de l’argent », (p. 151-181).
  • 16 Tessonneau, op. cit., p. 132.
  • 17 Jacques-Guy Petit, op. cit., in Une justice de proximité, la Justice de paix, op. cit., p. 111-117
  • 18 Tessonneau, op. cit., p. 132.

12En jouant sur l’ambiguïté du mot, l’humoriste pose indirectement la question, non des attributions, mais des capacités du magistrat. Cette impertinence de la part de Barthélemy Gautier est aussi révélatrice de sa clairvoyance. Dans un ouvrage consacré à la Justice de paix, Jacques-Guy Petit note, en effet, qu’au XIXe siècle les notables de ce type étaient souvent peu diplômés, et que, tout en connaissant bien les usages locaux, ils laissaient une large place à l’interprétation libre du Droit13. En fait, les populations rurales entendent savoir si une action en justice va favoriser leurs intérêts financiers et si l’opération est en quelque sorte « rentable ». C’est la leçon que l’on peut tirer d’une scène où l’on peut voir deux paysans à propos d’une affaire de bornage14. Le plus riche se plaint à son voisin en ces termes : « Y a-t’in canaille que m’devait dans les deux cents francs, i n’payait point. J’l’ai poursuit. Savez-vous c’que j’ai gagné ?… L’autre jour, j m’en vas chez l’huissier : Je comptis toucher mes fonds, point du tout ! a fallu que j’payisse les frais ! – Cent six francs neuf sous, si vous plaît ! – Is peurssoune que cret toucher vingt pistoles et qui débourse cent six francs neufs sous, crêyez-vous qu’en fait plaisir ? » À une époque où, comme le note Frédéric Chauvaud dans son ouvrage sur les passions villageoises au XIXe siècle, il n’existe guère d’épargne et de monnaie en circulation, on comprend que le paysan répugne à ouvrir sa bourse « inutilement15 ». Traditionnellement près de ses intérêts, le paysan saintongeais paraît âpre au gain, voire avare, et les frais de justice, comme les émoluments du notaire, sont la plupart du temps mal acceptés. « Qui va chercher de la laine, revient quelquefois tondu », constate dépité un vieux couple en sortant de l’étude de maître Chamoisel16. En effet, à la différence de la petite conciliation qui donnait lieu, suite à un simple avertissement, à une rencontre hors audience, la grande conciliation commanditée par le Juge de paix exigeait une citation rédigée et remise sur papier timbré, dont le coût pouvait paraître prohibitif dans le cas d’un petit litige17. Sans doute est-ce la cause de la rage de ce paysan sortant de l’étude de Maître Lesourd, le bien nommé, huissier de son état : « Encore in que j’veins de recommander aux prières. Il est bon d’êtr’bon, mais si la bourse doët n’en souffrit, bonjour18 ! »

  • 19 Ibid., p. 132.

13La Justice de paix s’inscrit donc dans le cadre d’une économie rurale spécifique qui a forgé les mentalités au fil du temps. D’une manière générale, il est inconcevable pour le plaideur de n’être pas gagnant et c’est donc avec cette arrière-pensée que le magistrat sera jugé tout autant que l’avocat. En contrepartie, un succès donne aux paysans l’occasion de manifester promptement une reconnaissance obséquieuse, qui suscite, malgré tout, le mépris de l’homme de Loi. « Pardon, Monsieur l’Juge de paix ; Pu’s que vous nous avez fait gâgner notre procès, faisé nous don l’plaisit, à moi-z-et à la bourgeoise, de v’nit dimanche à noutr’festin d’cochon (en vous respectant) », affirme l’hypocrite, selon la formule consacrée dans la région et il ajoute pour mieux accréditer sa proposition : « C’est d’bon cœur, Monsieur l’Juge de paix19. »

La Tribune des bonimenteurs

  • 20 Odette Comandon, op. cit., p. 20.
  • 21 Tessonneau, op. cit., p. 130.
  • 22 Tessonneau, op. cit., p. 279.
  • 23 Cf. Jacques-Guy Petit, « Une justice de conciliation dans le Maine-et-Loire » in Une Justice de pr (...)
  • 24 Tessonneau, op. cit., p. 55.
  • 25 On retrouve également ce thème dans les caricatures du tourangeau Baric.
  • 26 Tessonneau, op. cit., p. 134.
  • 27 Jacques-Guy Petit, « Une justice de conciliation dans le Maine-et-Loire », in Une justice de proxi (...)
  • 28 Cf. Frédéric Chauvaud, op. cit., chap. II « Le Désordre des mœurs », p. 52-84 ; « Mariages, amours (...)

14Face aux lois de l’État, le droit des campagnes est souvent synonyme de liberté. Ainsi le compère revendique-t-il volontiers une certaine tolérance à l’égard du braconnage et du chapardage, tout en trafiquant un peu la vérité face au juge. Odette Comandon confirme que le paysan charentais, enclin à avoir raison à tout prix, pratiquait volontiers le mensonge lors des procès20. Le dénommé Broutard, par exemple, accusé d’avoir volé deux lapins à son voisin Lajavelle se défend avec malice : « Monsieur l’Juge de paix, j’y en ai pris qu’in !… aussi vrai qu’vous êtes un brave homme et moi étou21. » Le compère déguise son aplomb sous la flatterie, invitant le juge à la complicité. Cette justice de proximité implique donc souvent des relations fondées sur la force et la connivence à la fois. Le paysan profite de la bonhomie et de la familiarité des magistrats pour renverser la situation à son avantage. Il entend manifester son privilège de mâle, ainsi qu’il l’exerce dans la communauté familiale. C’est donc tout naturellement qu’il se rend au tribunal à la place, dit-il, de sa « bourgeoise », surtout quand les intérêts s’ajoutent au bon droit du paterfamilias. Ignorant l’hilarité des hommes de loi de la capitale, il lance : « Pour lors, comme j’avions l’occasion d’venir à Paris pour vendre mes denrées, j’la remplaçons… ça nous économisera d’la dépense22. » L’homme, en l’occurrence, fait valoir effrontément son droit en tant que mari, libre de ne pas autoriser son épouse à comparaître à l’audience23. L’intérêt financier peut cependant aller aussi à l’encontre des devoirs familiaux. Non sans égoïsme, un fils se défend, en vertu de l’équité, de ne pas subvenir aux besoins de son vieux père, quitte à le laisser mourir de faim, de la façon suivante : « Je refuse point de payer mon dret, mais j’veux que les autres payant étout. Dois-j’i nourrit tout seul ? Je sens sûr et çartain que l’biâ-frère a point payé sa portion. Tant qui dounera reun’, j’dounerai reun’non peus24 ! » Barthélemy Gautier aborde ici un sujet fréquemment traité dans le roman rustique de l’époque, celui du devoir d’assistance envers les personnes âgées, auquel la progéniture, considérant qu’il s’agissait là de bouches inutiles à nourrir, s’acquittait de mauvaise grâce. Il n’est pas rare également de voir dans les caricatures de Gautier des enfants attendant la mort de leurs vieux parents25. Il n’en demeure pas moins que le Juge de paix, étant amené à régler des affaires de famille de tous ordres, entre de plain-pied dans la sphère privée, devenant ainsi sous le Second Empire un agent de renseignements. Dans les dessins, les aveux plus ou moins candides prennent l’allure de confessions publiques. Les questions d’honneur y jouent un rôle de tout premier plan, mais ne sont pas les mêmes pour les hommes et pour les femmes. En témoigne une scène où l’on peut voir un paysan prendre à parti le juge attentif et amusé : « J’venons ici devant vous, Monsieur l’Juge de paix, concernant ma bourgeoise qu’est – en vous respectant – prête à m’en avoir in’autre, comme vous-voyez par vous-même ; dont que tielle canaille de Chardonnet a dit peurtout qui n’en était l’auteur, soi-disant ; mais que c’est une vraie menterie, puiss’que la pauv’chrétienne est ici présente pour vous dire que non26. » Sachant que la procédure de petite conciliation privilégiait le compromis, pour permettre aux femmes d’éviter une audience publique trop solennelle et éventuellement le discrédit, on saisit toute la saveur de l’argumentation du compère27. Sans complexe, la « bourgeoise » en question tricote la layette du futur « drôle ». Préoccupé davantage par son intérêt que par le cocufiage (ce qui n’était guère habituel), le mari allègue la sincérité de cette bonne chrétienne pour certifier que l’enfant est bien du sieur Chardonnet devant une assistance passablement amusée, qui reconstitue en réduction la communauté rurale. En filigrane, nous percevons un pan caché de la vie villageoise, celui des enfants naturels et de la dignité des femmes, si souvent évoqué faisant ici l’objet non sans quelque désinvolture de marchandage28. Toutefois, si le Juge de paix est volontiers le porte-parole des femmes, celles-ci ne sont pas toujours présentées à leur avantage. La tribune du bonimenteur laisse à l’occasion poindre la misogynie ambiante, assurant la complicité des magistrats et du public masculin.

  • 29 Tessonneau, op. cit., p. 129.
  • 30 Frédéric Chauvaud, op. cit., p. 20-21.

15Comme chez Courteline, ou chez Maupassant, et pour tout dire également comme dans la caricature en général, la femme d’un âge certain est l’objet de tous les quolibets. Il en est ainsi dans un dessin : « C’est vrai, M’sieu l’Juge de paix, j’ai été un p’tit peu insolent… pas insolent si vous voulez, mais enfin j’lai traitée de vieille moulue… en vous respectant, M’sieur le Juge de paix29. » La franchise du personnage permet opportunément la réitération de l’affront, à la grande satisfaction de quelques joyeux lurons de l’assistance. Or, là encore, Barthélemy Gautier pointe l’importance de l’injure à autrui, de l’humiliation dans sa personne et sa réputation, au sein de la société paysanne. « Moyen d’assouvir une rancœur, l’offense verbale constitue aussi une partie du langage qui n’est pas indépendant des structures et des représentations sociales qui le façonnent », note l’auteur de l’ouvrage sur les passions villageoises, la grivoiserie, dit-il, étant le meilleur moyen pour atteindre les femmes, sans distinction de rang30.

16Mais de l’agressivité verbale, on passe facilement à la violence physique, y compris à l’égard du sexe dit faible. Celle-ci s’inscrit dans la réalité quotidienne. Les marchandages du bonimenteur dont on ne sait pas trop dans un dessin s’il fait amende honorable ou s’il est prêt à nouveau à montrer les poings, sont volontiers cyniques !

17« J’la rabâte ine fois par mois, tout-au-plus Monsieur l’Juge de paix », dit-il à propos de sa femme.

  • 31 Tessonneau, op. cit., p. 134.

18– « Une fois par mois ? », répond le magistrat sceptique, « … les témoins assurent que vous n’êtes pas si raisonnable31. »

  • 32 Frédéric Chauvaud, op. cit., p. 31.
  • 33 Ibid., p. 50. Selon Frédéric Chauvaud, les violences verbales et physiques constituent d’une certa (...)
  • 34 Tessonneau, op. cit., p. 130.
  • 35 Cf. Odette Comandon, op. cit., p. 15. Gautier sans y prendre garde fit le succès de ce candidat en (...)

19Manifestement, comme dans le cas de la Beauce, la communauté villageoise en Saintonge ne semble pas scandalisée outre mesure par la brutalité, qui sévit au sein des ménages en particulier, à condition que « la force physique déployée ne soit pas excessive et reste cantonnée dans certaines limites32 ». Si, par ailleurs, les rixes sont du ressort de la Justice de paix, les violences, qu’elles soient physiques ou verbales, bénéficient au sein du monde rural d’une grande tolérance. La brutalité accompagne souvent l’injure verbale, qui entame la bonne réputation. La réplique spontanée est en même temps considérée comme une affaire d’honneur de la plus haute importance : « I’mavait douné in châfre, Monsieur le Juge de paix ; I’m’appelait Frispoulet, sauf vout’respe’ct, en vélait, à ce qu’i disait, me feire couer ses œuf… Moé, j’y ait fouetté ma main sû la goule33. » Même si l’amour propre masculin semble en jeu, la sanction infligée par le compère semble bien disproportionnée par rapport à la cause. Face à la loi du talion, la présence du Juge de paix paraît par ailleurs peu efficiente. Dans un autre dessin, un gaillard qui vient de rosser copieusement son voisin semble encore prêt à en découdre devant le magistrat médusé. Bien campé sur ses jambes et sur ses positions, il est sûr de son fait et clame : « I m’a t’appelé Jolibois… là-dessus, vous comprenez, M’sieu l’Juge de paix… dam’j’ai cougné34 ! » Lorsque l’on sait que Jolibois était le nom d’un candidat aux élections de 1876, il paraît évident qu’aux yeux du personnage, et surtout de Barthélemy Gautier, l’argument était de poids35.

La mise en scène de la « litigiosité » et le renforcement des haines sociales

20Conçue dans un esprit de conciliation, la Justice de paix n’apaise pas pour autant les conflits, aux yeux de Barthélemy Gautier. Bien au contraire, elle tendrait à les alimenter en les concrétisant. C’est le sens que l’on peut donner à deux dessins dont la composition est à la fois similaire et inversée.

  • 36 Tessonneau, op. cit., p. 129. Nous empruntons le terme « litigiosité » à Jacques-Guy Petit, « Une (...)

21Dans le premier, un homme invective son voisin, lui reprochant de laisser pousser son « coudinier » sur son mur : « O s’en faut au moins d’six pouzes qu’i seye dans le boune limite. Si j’étis méchant, j’te l’f’ris b’n abattre. » L’autre, selon la stratégie du plus fort, répond à la colère par l’arrogance, et l’appel à la justice : « Si t’as des droits, fais les valoir ! – Ah est-ou d’même ? Eh bein ! t’auras bientôt d’mes nouvelles, n’aie pas pour36 ! », réplique l’autre, relevant le défi. Le ressentiment rentré du plaignant qui dirige vers son interlocuteur un doigt vengeur est sans commune mesure avec l’objet du litige. Visiblement, la cause de cette dissension est plus ancienne et plus profonde. La proximité physique des deux personnages exaspère la tension et laisse présager un conflit plus ouvert. C’est le cas dans le second dessin. Deux paysannes font en effet éclater sans retenue leur haine dans l’enceinte même du tribunal : « T’es bein fière, pas vrai, pass’que t’as gagné devant tieu juge incomplétent », vocifère la perdante en brandissant son parapluie.

  • 37 Tessonneau, op. cit., p. 128.
  • 38 Frédéric Chauvaud, op. cit., p. 189, p. 194.
  • 39 Ibid., p. 194, p. 257.

22« O, n’est pas fini, va ; j’sons de r’vue37 », réplique l’autre paysanne, les mains sur les hanches, en position d’attente, et arborant un masque de mépris et de méchanceté. La scénographie est ici particulièrement significative : face au public, séparées du magistrat indifférent par une barrière « infranchissable », les deux commères, et sur ce point elles sont d’accord, n’ont pas de doute sur la poursuite de leur affaire, au-delà même de la décision qui vient d’être prise. C’est la partie gagnante qui envisage même cette éventualité, cautionnant ainsi par une curieuse fatalité une haine éternelle. Ainsi, pour Barthélemy Gautier, les querelles de voisinage qui empoisonnent les relations villageoises ne sont que des alibis. Seule compte la joute entre les protagonistes. Nous retrouvons la confirmation en Saintonge d’un état de fait constaté pour la Beauce à partir de l’étude des archives judiciaires : « La justice est évoquée à titre de menace, sorte d’argument carnavalesque supplémentaire, afin de prendre un avantage définitif sur son adversaire38. » Ainsi la justice devient-elle un épouvantail, une arme au service des querelles privées39.

23Parfois, la conciliation est réalisée au désavantage des deux protagonistes, ce qui permet à l’humoriste narquois de tirer la morale suivante :

  • 40 Tessonneau, op. cit., p. 131.

« Dos à dos, dépens compensés
J’avons fait fin, à c’t heure, té, aussi bein l’in qu’l’autre40. »

24En revanche, la décision en faveur d’une des parties met la balle dans le camp des villageois en relançant la possibilité d’un recours et par là même du renouvellement du conflit. C’est le cas dans un dessin dans lequel deux paysans sortent d’un procès : « Est-ou à cause que t’es riche ?… J’te f’rai manger ta goulée d’terre, va ; j’hérons à Saintes, si i faut », lance le perdant, désignant son voisin d’un doigt menaçant.

  • 41 Ibid., p. 129.
  • 42 Cf. Jean-Claude Farcy, « Les Juges de paix et la politique au XIXe siècle », in Une justice de pro (...)

25« J’t’attends à v’nit », répond l’autre avec arrogance41. En l’absence du juge, non sans ironie, les deux protagonistes sont présentés se lançant des « mots doux » de part et d’autre de la porte entrouverte du cabinet du magistrat. Sans aucun doute, l’affaire n’est pas finie et l’avenir laisse envisager un appel en haut lieu, au tribunal d’arrondissement vraisemblablement. Barthélemy Gautier insiste de surcroît sur l’opposition flagrante entre les deux personnages : le plaignant, sabots aux pieds, dissimule mal sa rancœur face à un adversaire plein de forfanterie, ventre en avant et cigare au bec. Si le pauvre paysan en veut à son voisin, c’est autant parce que la bonne chance liée à la richesse de celui-ci lui semble inscrite dans les faits, que parce qu’elle est cautionnée par la justice. Barthélemy Gautier laisse deviner une réalité sous-jacente dans ses dessins, celle des inégalités économiques et sociales au sein de la campagne charentaise, ressentie souvent de manière douloureuse par les plus démunis. Se profile ainsi l’idée de lutte des classes, avec son corollaire au plan politique, le fantasme du parti républicain42. Une scène est particulièrement éclairante à cet égard : deux hommes s’invectivent devant un Juge de paix somnolent.

26« I m’at appelé in républicain, Monsieu l’Juge de paix, en vous respectant », dit le plaignant.

  • 43 Tessonneau, op. cit., p. 130. Nous pouvons citer aussi un autre dessin où l’on peut voir un paysan (...)
  • 44 Odette Comandon, op. cit., p. 19.
  • 45 Jean-Claude Farcy, « Les Juges de paix et la politique au XIXe siècle », in Une justice de proximi (...)
  • 46 Tessonneau, op. cit., p. 148.
  • 47 Odette Comandon, op. cit., p. 19.

27« N’acoutez pas tieul homme, Monsieur l’Juge de paix, i’n’a pas dix sous vaillant43 », répond un homme ventripotent désignant d’un index accusateur l’adolescent qui se frotte le séant, comme s’il avait reçu une correction préventive. Le caricaturiste pose ici explicitement la question de l’identification de la pauvreté aux convictions républicaines. L’injure se double d’une provocation, celle de n’avoir pas assez d’argent pour mener à bien le procès. De fait, la Justice de paix était alors fréquemment accusée de collusion avec le pouvoir conservateur. Odette Comandon rapporte à cet égard une maxime de la région : « La Justice, mon ami, c’est une toile d’araignée, elle ne prend que les moustiques (ou petits insectes) mais le taon perce la toile44 » (sous-entendu parce qu’il est gros et fort). De plus, selon Jean-Claude Farcy, les Juges de paix ont contribué à l’encadrement du monde rural sous le Second Empire en particulier, au grand dam parfois du parti républicain45. D’où la vision manichéenne, pauvres – républicains, riches – conservateurs, dont Gautier se fait le témoin, non sans quelque sourire de sa part46. Ainsi à l’animosité des nantis envers les républicains, répond la méfiance et le ressentiment des pauvres envers la justice suspectée, comme le note Odette Comandon de favoriser les « Gros » au détriment des petits47. Les uns et les autres s’entendent cependant pour entretenir le goût de la procédure.

  • 48 Tessonneau, op. cit., p. 131.

« – Qu’est-ce que vous faites donc là, vous ? », demande M. Tirauclair, avocat, dérangé de petit matin par un paysan importun, arpenteur d’occasion.
« – J’vas vous dire, faudrait quasiment bein qu’j’ayisse encore in procès, alors, je mesuris vout’porte48… »

  • 49 Frédéric Chauvaud, op. cit., p. 9.
  • 50 Cité par Jean-Claude Farcy, « Les Juges de paix et la politique au XIXe siècle », in Une justice d (...)
  • 51 Jacques-Guy Petit, « Une justice de conciliation dans le Maine-et-Loire », in Justice de proximité (...)

28Ces témoignages confirment cette persistance de haines tenaces dans les campagnes, relevées par Frédéric Chauvaud49. Jean-Claude Farcy de son côté rapporte les propos d’un procureur de Dijon le 28 janvier 1857 relatifs aux plaintes des juges de paix quant aux recours intempestifs des paysans à l’autorité judiciaire et ce pour les causes les plus minimes50. Aussi, Jacques-Guy Petit pose-t-il à propos de l’institution la question suivante : « Mais cet étonnant succès de billets d’avertissement ne cache-il pas de nombreux abus et, tout autant qu’une volonté de pacification, ne traduit-il pas le paroxysme de la litigiosité rurale51 ? »

*

  • 52 Henri Meunier, Le Juge de paix, Paris, Librairie Henri Goulet, 1925, 128 p., p. 14 cité par Gilles (...)
  • 53 Tessonneau, op. cit., p. 11.

29Les dessins de Barthélemy Gautier reflètent donc la mentalité paysanne telle qu’elle apparaît dans d’autres régions et à travers d’autres témoignages. Ils sont cependant bien loin de donner une vision angélique de la justice, la Justice de paix en particulier, considérée parfois comme paternelle, tournée vers la conciliation, tenue même pour un apostolat52. Ces scènes révèlent au contraire la comédie, la rouerie, de ces paysans toujours maîtres du jeu, qui fluctuent entre la déférence et l’insolence ; certes, nous devinons en arrière-plan les positions politiques de l’artiste, favorable aux idées républicaines et son esprit railleur à l’égard des mesquineries et des haines sociales53. Néanmoins, on ne peut qu’être frappé par la justesse de ton de ces dessins qui donnent à la notion de justice de proximité toute sa dimension psychologique. Sans souci d’anecdote, c’est le paysan qui est mis en vedette, dans son parler patoisant, alors que le juge, toujours en retrait, est traité quelque peu en grisaille.

  • 54 Cf. Frédéric Chauvaud, op. cit., p. 50.
  • 55 Odette Comandon, op. cit., p. 19.

30Le croisement avec d’autres témoignages nous conforte dans l’idée développée par Frédéric Chauvaud54 que le villageois appartient à une société d’interconnaissance. Toutefois, comme le note Odette Comandon « Nos gens critiquaient ces tribunaux, mais ils y venaient55. » Ainsi, la justice renforce-t-elle tout à la fois les inimitiés et le lien social.

31Il n’en reste pas moins que lorsque la haine est plus tenace que l’argent, les plaideurs, à savoir le paysan et l’avocat qui alimentent les procédures, par-delà la traditionnelle méfiance du monde rural à l’égard des gens de justice. Telle est la leçon que nous pouvons tirer d’un dessin intitulé « Les Plaideurs » :

32« – C’est pas in sac de cent pistoles que me rouinera ; si faut les manger de les mangerons, vingt dieu ! mais j’saurons qui qu’a raison et qui qu’a tort ! », lance le paysan rageur.

  • 56 Tessonneau, op. cit., p. 128.

33« – A la bonne heure ! voilà comme j’aime les hommes, moi ! », répond l’avocat réjoui56.

Notes

1 Léonce Petit (1839-1884) et Paul Léonnec (1842-1899) ont travaillé l’un et l’autre pour Le Journal Amusant. Il convient de prendre en compte le caractère subjectif de ce type de sources, la caricature ayant pour but l’humour et la démystification.

2 Cf. Rémy Tessonneau, Barthélemy Gautier témoin de son temps, 1846-1683, Anthologie, 1 600 dessins saintongeais ou parisiens, Saint-Jean-d’Angély, Éd. Bordessoules, 1992, p. 10-11.

3 Cf. Ibid., p. 10. Solange Vernois, « Barthélemy Gautier et l’identité saintongeaise (1846-1896) », in Revue Historique du Centre-Ouest, t. IV, 2009, p. 161-171. Barthélemy Gautier est mort en 1893.

4 Tessonneau, op. cit., p. 129. Selon Rémy Tessonneau, les 14 albums publiés par B. Gautier contiennent les croquis publiés de 1880 à 1893 dans les gazettes locales. Ils peuvent être regroupés en deux séries. L’auteur ne mentionnant pas les dates précises des dessins, nous signalerons la page de l’anthologie où figurent les dessins.

5 Cf. Une justice de proximité, la justice de paix (1790-1958), sous la direction de Jacques-Guy Petit, publié avec le concours du GIP, Mission de recherche « Droit et justice », Paris, PUF, 2003, 334 p. Frédéric Chauvaud, Les Passions villageoises au XIXe siècle, préface d’Alain Corbin, Paris, Publisud, 1995, 272 p.

6 Tessonneau, op. cit., p. 133, p. 130-130.

7 Guy de Maupassant, Tribunaux rustiques, in Œuvres complètes illustrées de Guy de Maupassant, Monsieur Parent, illustrations de Julian-Damazy, gravure sur bois de G. Lemoine, Paris, Société d’éditions littéraires et artistiques, Ollendorf, 1906, p. 189-196.

8 Maupassant, op. cit., p. 191

9 Tessonneau, op. cit., p. 131.

10 Maupassant, op. cit., p. 195-196.

11 Odette Comandon, Les Dessins de Gautier, croquis saintongeais, La Rochelle, Éd. Mélusine, 1978, p. 19.

12 Tessonneau, op. cit., p. 133. Nous respectons l’orthographe des légendes de l’artiste. Le Juge de paix va être assisté par un bureau de paix. La loi du 16-24 août 1790 stipule que pour les affaires qui dépassent la compétence de la Justice de paix, la conciliation doit d’abord être tentée avant d’être portée au Tribunal civil supérieur. Cf. Jacques-Guy Petit : « Une justice de conciliation dans le Maine-et-Loire » in Une justice de proximité, la Justice de paix, op. cit., p. 111-112.

13 Jacques-Guy Petit, Une justice de proximité, la Justice de paix, op. cit., p. 13. Cf. aussi Serge Defois, Vincent Bernaudeau, « Les Juges de paix de Loire-Atlantique (1895-1958), une magistrature de proximité », op. cit., p. 195-223.

14 Tessonneau, op. cit., p. 128.

15 Frédéric Chauvaud, op. cit., p. 165. Voir le chap. V « La saveur de l’argent », (p. 151-181).

16 Tessonneau, op. cit., p. 132.

17 Jacques-Guy Petit, op. cit., in Une justice de proximité, la Justice de paix, op. cit., p. 111-117.

18 Tessonneau, op. cit., p. 132.

19 Ibid., p. 132.

20 Odette Comandon, op. cit., p. 20.

21 Tessonneau, op. cit., p. 130.

22 Tessonneau, op. cit., p. 279.

23 Cf. Jacques-Guy Petit, « Une justice de conciliation dans le Maine-et-Loire » in Une Justice de proximité, la Justice de paix, op. cit., p. 117.

24 Tessonneau, op. cit., p. 55.

25 On retrouve également ce thème dans les caricatures du tourangeau Baric.

26 Tessonneau, op. cit., p. 134.

27 Jacques-Guy Petit, « Une justice de conciliation dans le Maine-et-Loire », in Une justice de proximité, la Justice de paix, op. cit., p. 119.

28 Cf. Frédéric Chauvaud, op. cit., chap. II « Le Désordre des mœurs », p. 52-84 ; « Mariages, amours illégitimes et plaisirs défendus », p. 52 ; « La souillure des femmes et le mythe du libre assentiment », p. 72.

29 Tessonneau, op. cit., p. 129.

30 Frédéric Chauvaud, op. cit., p. 20-21.

31 Tessonneau, op. cit., p. 134.

32 Frédéric Chauvaud, op. cit., p. 31.

33 Ibid., p. 50. Selon Frédéric Chauvaud, les violences verbales et physiques constituent d’une certaine manière la configuration de « l’homme-en-compte ». Tessonneau, op. cit., p. 130.

34 Tessonneau, op. cit., p. 130.

35 Cf. Odette Comandon, op. cit., p. 15. Gautier sans y prendre garde fit le succès de ce candidat en 1876.

36 Tessonneau, op. cit., p. 129. Nous empruntons le terme « litigiosité » à Jacques-Guy Petit, « Une justice de conciliation dans le Maine-et-Loire », in Justice de proximité, Justice de paix, p. 120.

37 Tessonneau, op. cit., p. 128.

38 Frédéric Chauvaud, op. cit., p. 189, p. 194.

39 Ibid., p. 194, p. 257.

40 Tessonneau, op. cit., p. 131.

41 Ibid., p. 129.

42 Cf. Jean-Claude Farcy, « Les Juges de paix et la politique au XIXe siècle », in Une justice de proximité, la Justice de paix, op. cit., p. 156. Cf. aussi, Jean-Claude Farcy, « Justice, paysannerie et État et France au XIXe siècle », in Xavier Rousseau et René Lévy, Le pénal dans tous ses états, justice, états et sociétés en Europe, Bruxelles, Facultés universitaire Saint-Louis, 1997, p. 191-207.

43 Tessonneau, op. cit., p. 130. Nous pouvons citer aussi un autre dessin où l’on peut voir un paysan riche, furieux, s’adressant à son avocat en ces termes : « Le ménagez point dans vout’sarmon ; foutez-y-en ben, à tieu chétit ! tieille canaille ! ! tieu républicain ! ! ! » dessin, Tessonneau, op. cit., p. 148.

44 Odette Comandon, op. cit., p. 19.

45 Jean-Claude Farcy, « Les Juges de paix et la politique au XIXe siècle », in Une justice de proximité, la Justice de paix, op. cit., p. 143-162.

46 Tessonneau, op. cit., p. 148.

47 Odette Comandon, op. cit., p. 19.

48 Tessonneau, op. cit., p. 131.

49 Frédéric Chauvaud, op. cit., p. 9.

50 Cité par Jean-Claude Farcy, « Les Juges de paix et la politique au XIXe siècle », in Une justice de proximité, la Justice de paix, p. 160.

51 Jacques-Guy Petit, « Une justice de conciliation dans le Maine-et-Loire », in Justice de proximité, la Justice de paix, p. 120.

52 Henri Meunier, Le Juge de paix, Paris, Librairie Henri Goulet, 1925, 128 p., p. 14 cité par Gilles Rouet « La Justice de paix en France entre 1834 et 1850 : une exploration spatiale », in Une justice de proximité, la Justice de paix, op. cit., p. 68.

53 Tessonneau, op. cit., p. 11.

54 Cf. Frédéric Chauvaud, op. cit., p. 50.

55 Odette Comandon, op. cit., p. 19.

56 Tessonneau, op. cit., p. 128.

Auteur

Maître de Conférence d’histoire de l’art contemporain à l’université de Poitiers, fait partie du Laboratoire de recherche Gerhico-Cerhutim et participe en particulier aux travaux entrepris dans les axes « Transferts artistiques » et « Justice et conflits ». Ses domaines d’étude sont les rapports entre les arts, l’illustration et le dessin de presse à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Elle prépare actuellement un ouvrage sur les dessins satiriques mettant en scène les paysans de l’Ouest de la France entre 1848 et 1914.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540