Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Circulations maritimes : l'Espagne et son empire

 | 
Michel Bertrand
, 
Jean-Philippe Priotti

Conclusion

Michel Bertrand

Texte intégral

  • 1 Gruzinski S., La pensée métisse, Paris, Fayard, 1999 ; Les quatre parties du Monde, Les quatre part (...)

1Les textes réunis dans cet ouvrage collectif offrent une vision à la fois diverse et cohérente du fonctionnement des sociétés marchandes au sein de la monarchie hispanique de l’époque moderne. La diversité est inhérente à l’hétérogénéité d’un empire sur lequel « le soleil ne se couchait jamais ». Quoi de commun en effet entre, par exemple, une dynastie commerçante issue d’un port méditerranéen comme Gênes, étudiée ici par Carlos Alvarez Nogal et les commerçants de Mexico sur lesquels se penche Guillermina del Valle ? On ne se situe en effet ni à la même époque, ni dans le même contexte économique, ni dans la même réalité sociale voire culturelle. Et pourtant, les modes de fonctionnement des uns et des autres sont non seulement relativement proches mais surtout en partie étroitement dépendants. Sans Mexico, étroitement associée à l’image d’un Eldorado américain en vertu de sa capacité à capter, inégalement certes, la production argentifère du Nouveau Monde vers le port sévillan, pas de parcours brillant en Espagne, centré sur Séville, du fils d’une famille génoise enracinée, elle, dans l’activité financière tournée plutôt vers le commerce méditerranéen. La mise en relation de ces deux histoires rend manifeste la première mondialisation réalisée au cours du XVIe siècle dans le cadre de l’empire espagnol. C’est bien elle que tous les textes réunis ici reflètent, expriment voire analysent, à leur manière et au-delà de la spécificité des études de cas proposées. Cette première mondialisation renvoie sans doute aux « métissages » étudiés par S. Gruzinski, métissages des peuples autant que de leurs cultures ou de leurs religions1. Mais, comme l’avait déjà mis en évidence F. Braudel en inventant son concept d’« économie-monde », le soubassement économique et commercial de cette mondialisation reste essentiel à la compréhension du phénomène. Et c’est l’étude des modalités de fonctionnement de cette économie-monde qui constitue le cœur des réflexions développées dans cet ouvrage centrant la focale sur les acteurs de cette mondialisation économique de l’époque moderne.

  • 2 Chaunu P., Séville et l’Atlantique, XVIe-XVIIe siècles, Paris, Flammarion, 1977, p. 236-239.

2Cette dernière se construit à partir de routes commerciales progressivement explorées par des hommes partis dans le sillage de Christophe Colomb, routes commerciales rapidement institutionnalisées par une Monarchie hispanique soucieuse de protéger son monopole américain. Comme toute route, et comme l’a montré P. Chaunu pour l’espace atlantique, elles mesurent en distance-temps leur adaptation aux flux d’échanges qu’elles suscitent autant qu’elles les structurent2. Elles se traduisent aussi par l’identification de passages obligés qui, de Séville – ou Cadix à compter du XVIIIe siècle – à Veracruz, Portobelo ou La Havane, dessinent des circuits de circulation via lesquels s’opèrent les échanges transocéaniques.

3Cependant, une telle mondialisation économique n’est possible que parce que des hommes, et pas seulement des marchandises, circulent, effectivement ou symboliquement via des services qu’ils échangent, à l’intérieur de cette structure. C’est cette dimension humaine et sociale qu’explorent les textes réunis afin de donner à comprendre les modes de fonctionnement des acteurs de cette mondialisation économique à l’échelle de la Monarchie hispanique. À cette fin, ils mobilisent des instruments d’analyse communs parmi lesquels deux prédominent : d’abord la catégorie de « stratégie », ensuite l’outil de « réseau ».

4Si l’on se reporte à la définition qu’en donne le dictionnaire, une stratégie est constituée de l’ensemble des actions coordonnées ou des manœuvres engagées en vue du succès ou de la victoire si l’on se place dans le contexte d’un affrontement, quel qu’il soit. Ce faisant, l’analyse développée ici, en choisissant de se situer au niveau des acteurs et de leurs univers familiaux ou professionnels, se fonde, implicitement ou explicitement, sur les théories développées depuis les années 70 dans le cadre de la sociologie des organisations. Sans nier le poids des structures ou, plus largement, des facteurs externes, les auteurs choisissent d’explorer dans leurs contributions la construction d’actions collectives – celles menées au niveau d’une famille, d’une compagnie, d’une confrérie ou d’un groupe de négociants – à partir de comportements et d’intérêts individuels éventuellement contradictoires entre eux. C’est donc le choix commun de l’individualisme méthodologique au détriment d’une approche de type structuraliste qui assure une première cohérence aux études proposées.

  • 3 Bessin M., Bidart C. et Grossetti M., Comprendre les bifurcations, Les sciences sociales face aux r (...)

5Cette reconstruction, le plus souvent linéaire, des stratégies individuelles au service de projets qui peuvent être collectifs court le risque de donner à ces choix une dimension rationnelle dont ils sont bien souvent privés. Si les comportements observés sont rarement absurdes, s’ils ont le plus souvent un sens intrinsèque, ils peuvent être aussi le fruit de hasards ou, bien plus, d’erreurs d’interprétation de la réalité quand ce n’est pas d’une méconnaissance de cette réalité en raison d’informations partielles ou parcellaires. La reconstruction par l’historien de ces stratégies risque alors d’offrir une certaine déformation de ce passé faute de pouvoir effectivement prendre en compte les hésitations ou les erreurs de choix de ces acteurs. On se doit en effet de souligner que ces stratégies ne résultent pas, le plus souvent, d’objectifs clairs ou précis – si ce n’est celui, général, d’améliorer une capacité d’action ou de renforcer des marges de manœuvres – mais qu’elles se construisent le plus souvent en situation, au gré des atouts dont les acteurs disposent et des relations qu’ils sont susceptibles de mobiliser au moment considéré. C’est clairement cette difficulté à laquelle se heurte l’historien – bien plus que le sociologue toujours à même de revenir vers ses acteurs – que met en évidence Z. Moutoukias quand il invite à prendre en compte, dans la reconstruction du passé, sa complexité au détriment de la linéarité propre à la démarche historique. De fait, compte tenu des sources dont ils disposent, c’est plus naturellement la seconde que les textes restituent lorsqu’ils reconstituent les processus d’ascension sociale à Séville, à Soria ou encore entre Gênes et l’Espagne. Tel n’est pas le cas des commerçants français de Cadix à propos desquels A. Bartoloméi s’efforce explicitement de reconstruire les « stratégies individuelles ». Celles-ci surgissent précisément du moment d’observation choisi, à savoir la rupture du Pacte de Famille imposant à ces commerçants français en Espagne une alternative dans le cadre d’une véritable « bifurcation3 ». Un tel contexte, radicalement nouveau par rapport à celui qui avait vu la communauté française de Cadix croître et s’enrichir tout au long du siècle, leur impose des réactions rapides au gré de leurs analyses de la situation. En fonction des choix effectués à cette occasion, bien souvent dans l’urgence, ce sont bien des « stratégies » qui se révèlent à l’observateur. Ce faisant, ces commerçants français démontrent leur relative autonomie à l’égard de leurs institutions « nationales », à savoir leur Consulat, pour faire primer au contraire des choix plus individuels, guidés d’abord par la vision qu’ils ont de leur intérêt personnel mais aussi par un ensemble de valeurs associées au métier exercé.

6Au service de cette approche centrée sur la question de la stratégie des acteurs sociaux le recours au réseau se révèle être l’outil d’analyse auquel les textes font, implicitement ou explicitement, référence. Mais qu’est-ce qu’un réseau ? Comme le montrent ici les auteurs, un réseau doit d’abord se comprendre comme un système de liens qui permet de mettre en relation des individus n’appartenant pas tous ni systématiquement à un même univers social. Dans les espaces sociaux reconstruits par les divers textes, où tous s’adonnent à l’activité commerciale, certains sont des « locaux », d’autres des étrangers ; certains sont « créoles », d’autres au contraire arborent fièrement leur appartenance à la mère-patrie ; certains sont enracinés depuis plusieurs générations dans les institutions du pouvoir local, parfois même d’État, d’autres y aspirent avec constance ; certains enfin sont vieux-chrétiens, d’autres judéo-convers. Mais au-delà de ces différences fortes qui ont longtemps été perçues par l’historiographie comme autant d’éléments de rivalité, voire d’affrontement, au sein de ces élites sociales hispaniques, les textes mettent en évidence la capacité des divers acteurs observés à surmonter les aversions « naturelles » ou « identitaires » de leur groupe d’appartenance pour se rapprocher éventuellement de l’Autre qui, finalement, ne s’avère pas si radicalement différent de soi. Ce que les auteurs reconstituent donc ici, ce ne sont pas des groupes figés, en quelque sorte essentialisés à partir d’une identité revendiquée, mais des ensembles sociaux construits sur la base d’adhésions clairement exprimées, assumées ou revendiquées.

7C’est cette dynamique que l’on voit à l’œuvre tant à Soria qu’à Séville. Dans cette dernière, l’adhésion à la confrérie dite des « caballeros de la calle Castro » sert les ambitions d’une intégration à laquelle aspirent des commerçants dont nombre sont précisément d’origine étrangère... Or ce projet d’assimilation aux élites locales est d’autant plus difficile que, dans cette ville, ces dernières fonctionnent comme une oligarchie particulièrement fermée. En adhérant à cette confrérie, ses nouveaux membres voyaient en retour se transformer leur identité et se renforcer leur valeur symbolique sur le « marché des alliances », condition préalable à la promotion recherchée. À Soria, si les modalités de l’intégration ne sont pas les mêmes qu’à Séville, les effets n’en sont pas radicalement différents. Au cœur d’une région castillane soumise à la prégnance des droits de la Mesta, commande l’activité économique associée à l’élevage. L’enrichissement qu’elle assure aux grands propriétaires mesteños leur garantit, au cours du XVIe siècle, l’accès aux regimientos – il est vrai mis en vente par la Monarchie toujours à la recherche d’argent frais pour financer sa politique extérieure –, ces offices municipaux prestigieux dont ils étaient jusqu’alors exclus. À l’inverse, cette promotion sociale était refusée aux commerçants de ces mêmes laines en raison de leur position, subalterne ou dépendante, dans les réseaux de distribution assurant l’exportation outre-Pyrénées. Dans les deux cas, la position occupée au sein du réseau considéré rendait possible – ou impossible – la reconnaissance recherchée.

8La capacité à s’intégrer au monde des élites locales de ces commerçants de Soria ou de Séville via leurs réseaux est, sans doute, le résultat le plus tangible que nous pouvons aujourd’hui reconstituer à travers les sources disponibles. Il est cependant loin d’être exclusif, comme le montre le cas des Doria de Gênes. Certes, on retrouve ici un lignage solidement établi dans le port méditerranéen qui, via son réseau, démontre sa capacité à assoir, à renforcer ou à rétablir, en fonction de l’époque considérée, une position dominante. Mais dans ce cas de figure, cet aspect est loin d’être l’essentiel. Bien plus que leur intégration aux élites locales assurée notamment grâce à des stratégies relationnelles maîtrisées, c’est leur position d’intermédiaire entre la ville et le royaume de Castille qui constitue leur principal atout. En d’autres termes, à l’échelle de la géopolitique méditerranéenne de la fin du XVIe siècle, c’est la capacité de l’un d’entre eux, Giovanni Andrea Doria, à occuper une place stratégique, celle d’intermédiaire tant vis-à-vis de la Castille que de sa propre cité, qui devient l’élément essentiel dont l’ensemble du groupe tire bénéfice. Côté castillan, Giovanni Andrea Doria en obtient fonctions, titres et honneurs, pour lui d’abord mais aussi pour sa famille. Côté génois, il redistribue avantages, revenus et privilèges parmi « ses » gens. Ce faisant, il assure d’abord le renforcement de la position de ses parents, de ses proches et de ses clients à l’échelle de la cité. Mais il y a plus. Le « broker » qu’est Giovanni Andrea au sein du système ici reconstitué oriente, grâce à la position qui est la sienne, la politique militaire méditerranéenne de son interlocuteur et protecteur castillan en fonction de ses intérêts : distillant l’information sur la situation régionale, le Génois guide les décisions du Castillan... L’analyse de réseau, en termes d’agencement et de construction, permet ainsi de mettre en évidence, au sein d’une structure qui peut être complexe, des positions-clés autour desquelles l’ensemble du système s’organise.

9Cependant, et comme le montre les autres textes ici réunis, un réseau ne se réduit pas à n’être qu’une structure, pour essentielle qu’elle se révèle. Au-delà de l’architecture relationnelle que dessinent des points reliés par des lignes, un réseau se définit aussi en fonction des échanges de biens qui circulent entre les individus reliés. Cette dimension qualitative, et non plus structurale, de l’analyse des réseaux est un autre aspect largement pris en considération par les divers textes réunis, même si les contenus accordés à cette seconde approche insistent prioritairement sur un type de liens – fondamentalement familiaux – au détriment d’autres relations non familiales. Tous les textes soulignent en effet à plaisir l’importance jouée par la mobilisation des liens familiaux de ces commerçants au service de leurs activités économiques et de leurs projets, individuels ou non. L’étude de cas proposée par C. Alvarez Nogal à partir du parcours de Bartolomé Spinola au sein de la Monarchie hispanique illustre parfaitement l’apport essentiel à notre compréhension d’un parcours individuel que représente la reconstruction de l’environnement familial. Ce Génois n’est pas un héritier, dans la mesure où la position qu’il acquiert en Espagne ne lui est pas transmise par ses ascendants. Dans le même temps, son ascension sociale est indissociable de la mobilisation d’un capital social familial accumulé par une dynastie de commerçants et agents financiers solidement implantée dans le port péninsulaire. La place décisive dans la mobilisation de ces liens est clairement incarnée par l’omniprésence autour de lui de ses proches parents avec lesquels il maintient, des années durant, des liens forts. Certes ces derniers n’empêchent pas la présence d’autres partenaires, mais par les redoublements de liens auxquels ils donnent lieu au sein de son réseau, ils constituent la véritable armature relationnelle égocentrée.

10Pourtant, si les liens familiaux sont essentiels dans la structuration de ces réseaux personnels, ils sont loin d’en constituer la seule manifestation relationnelle, voire même la plus importante en termes d’impacts ou de capacité de mobilisation. C’est ainsi que des liens, d’une nature et/ou d’une intensité différentes, émergent des réseaux reconstitués dans les diverses contributions. Dans le cas de Bartolomé Spinola, l’associé avec lequel il monte sa compagnie à Madrid est choisi sur la base d’une appartenance « ethnique » ou « nationale » puisqu’il s’associe à un « compatriote ». De même, on voit ce même Spinola nouer des relations clientélaires auprès d’un grand d’Espagne, le duc d’Albe, lui garantissant ainsi de solides protections devenues décisives au moment d’accéder à certaines hautes fonctions administratives. Cette capacité à s’extraire de son cercle familial se retrouve avec la même efficacité chez les « marchands d’argent » – autrement dit les banquiers – de Nouvelle Espagne étudiés par G. del Valle. Chez eux les « stratégies matrimoniales » occupent de toute évidence une place essentielle dans la mise en place et le déploiement de leurs activités économiques, comme le confirme une endogamie quasi systématique. Il en va de même pour les liens familiaux dans le développement de leurs entreprises financières. Pourtant ils n’en construisent pas moins des réseaux personnels étendus qui dépassent très largement cette seule dimension lignagère. Ces banquiers, via leurs réseaux, échafaudent de véritables organigrammes parallèles aux structures administratives officielles en intégrant des officiers qui, en raison de leurs fonctions, sont leurs interlocuteurs obligés. Bien plus, ils intègrent de nombreux agents économiques, divers et complémentaires, souvent lointains, leur garantissant ainsi un pouvoir d’action et une capacité d’initiative peu communs susceptibles de garantir leur approvisionnement en métal, condition de leur richesse autant que de leur pouvoir. Leurs initiatives, conçues initialement à des fins purement personnelles, se répercutent sur le développement de l’activité minière, leur assurant ainsi la bienveillance des autorités coloniales. Ce faisant, dans ces vastes réseaux construits par des agents économiques de premier plan, la dimension familiale autant qu’ethnique a ainsi tendance à se diluer, sans jamais disparaître totalement.

11Les acteurs qui servent d’objet d’étude à cet ouvrage – des commerçants réalisant leurs affaires à l’échelle d’une Monarchie impériale entre les XVe et XVIe siècles – démontrent leur capacité à prendre des initiatives pour défendre au mieux leurs intérêts commerciaux. Dans le même temps, ils ne sont pas les maîtres du jeu, contraints qu’ils se voient à s’adapter aux divers contextes auxquels ils se confrontent. Face aux logiques commerciales, face aux intérêts individuels ou familiaux, les logiques d’État ou d’institutions ne sont jamais totalement absentes. Bien plus, elles s’imposent même parfois, tout spécialement en temps de guerre. C’est ce que vient rappeler F. Brumont avec sa contribution sur la Compagnie du Sauf-conduit. Depuis la fin du XVe siècle, la rivalité franco-espagnole est une des constantes des relations internationales européennes. Elle ne prend temporairement fin qu’avec la paix de Cateau-Cambrésis, signée en 1559. Ce sont les dernières années de ce long affrontement qui servent de cadre à l’étude d’une compagnie de commerce tout à fait originale. Sa mission est en effet d’approvisionner l’Espagne en marchandises jugées absolument nécessaires, quitte à se fournir dans les ports du voisin septentrional et ennemi, ici très concrètement Bordeaux. Ce type de compagnie revient à légaliser ce qui, en raison de la guerre, s’apparenterait à de la contrebande puisque le commerce avec l’ennemi est logiquement et officiellement interdit. Les commerçants bénéficiaires de ces dérogations très profitables ne peuvent alors que susciter l’ire de leurs concurrents...

  • 4 C’est ce même type de situation que nous avons nous-même étudiée dans le cadre de la ville de Guat (...)

12Dans le même temps, le commerçant n’est pas nécessairement démuni face aux enjeux que recouvrent ces questions relevant des relations internationales. C’est clairement ce que révèle la situation de Giovani Andrea Doria, dans la seconde moitié du XVIe siècle. Mêmes causes, mêmes effets ! Il s’agit bien ici pour le roi d’Espagne de faire face, cette fois-ci en Méditerranée, aux aléas commerciaux que signifie la rivalité avec le voisin du nord et ses alliés méditerranéens, notamment italiens, mais surtout face aux Turc, aux Maures et autres « Infidèles ». Là encore, ce sont bien des « arrangements », parfois avec la réglementation en vigueur, qu’il faut organiser pour satisfaire les intérêts du Monarque. Dans les deux cas, face à une situation dont le commerçant n’a que très incomplètement la maîtrise, c’est sa réactivité afin de répondre aux attentes du politique qui fait la différence : être capable de souscrire à un asiento de plusieurs centaines de milliers de ducats dans le premier cas ; être à même d’offrir une ample gamme de services allant de versements de fonds à la mise à disposition d’une solide logistique navale à partir de la place génoise. En d’autres termes, les aléas politiques, et ici très explicitement la guerre, peuvent jeter à bas les « stratégies » commerciales les plus longuement mûries. C’est alors la capacité réactive des agents économiques, associée le plus souvent à leurs contacts avec les cercles du pouvoir comme le montre très précisément de cas de Giovani Andrea Doria, qui établit les différences4. Dans ce dernier cas, grâce à son réseau relationnel, le commerçant inverse même une situation initialement défavorable en orientant la politique du partenaire au gré de ses propres intérêts.

13Les textes ici réunis n’ont d’autre ambition que de proposer une réflexion sur les modes de fonctionnement d’une société marchande à l’échelle de la monarchie hispanique. Au-delà de la diversité de situations concrètes qui renvoient à la prise en considération des enracinements factuels des divers exemples développés, les auteurs offrent une vision particulièrement homogène des pratiques marchandes à partir des questionnements communs qu’ils mobilisent, à savoir une approche fondamentalement relationnelle. Centrées sur les acteurs, leurs stratégies et leurs réseaux, les analyses développées permettent de conclure à la forte capacité d’adaptation de ces agents d’un capitalisme commercial naissant afin d’atteindre leurs objectifs. Dans le même temps, les nombreux périls ou obstacles auxquels ils faisaient face, écueils dont ceux liés aux guerres étaient sans doute les plus fréquents, sont une invitation à une reconstruction historique s’éloignant d’une vision linéaire du passé mais renvoyant, au contraire, à un « éloge de la complexité ».

Notes

1 Gruzinski S., La pensée métisse, Paris, Fayard, 1999 ; Les quatre parties du Monde, Les quatre parties du Monde, Histoire d’une mondialisation, Paris, La Martinière, 2004.

2 Chaunu P., Séville et l’Atlantique, XVIe-XVIIe siècles, Paris, Flammarion, 1977, p. 236-239.

3 Bessin M., Bidart C. et Grossetti M., Comprendre les bifurcations, Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2010.

4 C’est ce même type de situation que nous avons nous-même étudiée dans le cadre de la ville de Guatemala au moment où l’établissement du commerce avec les pays neutres suscite une profonde crise à la fois sociale et politique. Véritable fracture au sein des hommes de commerce de la cité, elle se traduit par la mobilisation de leurs réseaux respectifs. Elle n’est surmontée que par la défaite d’un camp et l’exil de son leader. Bertrand M., « Poder, negocios y familia en Guatemala a principios del siglo XIX », Historia Mexicana, 2007, no 223, vol. 56, no 3, p. 863-919.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540