Version classiqueVersion mobile

Circulations maritimes : l'Espagne et son empire

 | 
Michel Bertrand
, 
Jean-Philippe Priotti

Troisième partie. Du local au global : jeux d'acteurs et jeux d'échelles

La dimension sociale et politique d’un banquier génois dans l’Espagne du XVIIe siècle

Carlos Álvarez Nogal
Traduction de Francis Brumont

Texte intégral

1Le succès de l’activité économique des banquiers génois qui travaillèrent en Espagne aux XVIe et XVIIe siècles, dans le secteur privé comme au service de la Couronne, reposait sur l’énorme avantage que leur procurait leur avance technique par rapport à leurs concurrents : les banquiers génois étant capables d’offrir de meilleurs services financiers que ces derniers. Le secret de ce succès repose en grande partie sur la manière d’obtenir et de traiter l’information, aussi bien en ce qui concerne leurs investissements que pour leur relations personnelles. Mais, au-delà de leurs connaissances techniques et de l’abondance de leurs capitaux, nous ne devons pas oublier l’importance de la situation sociale de ces financiers. L’entourage familial et social fut fondamental à l’heure de définir leur stratégie et leur organisation. La famille fut à l’origine de leur fortune et de leurs relations professionnelles, même si elle n’explique pas tout.

2Une littérature abondante présente la Cour comme un lieu plein de chercheurs de revenus, de personnes disposées à recevoir des avantages financiers en contrepartie de faveurs faites au pouvoir. Et, dans cet ordre d’idées, on peut dire que les banquiers étrangers furent un des principaux groupes de pression dans l’appareil financier de l’État. Mais dans cette perspective, on oublie que la Cour attirait un grand nombre de personnes, non seulement parce que l’on y obtenait des grâces de la monarchie mais encore parce que l’on pouvait y jouir de biens qui n’existaient pas ailleurs ou que, simplement, on ne pouvait acheter. Pour beaucoup d’entre eux, il ne s’agissait même pas de biens matériels, la reconnaissance sociale, par exemple, pour laquelle beaucoup de banquiers étaient prêts à risquer leur fortune.

3Les banquiers la demandaient comme récompense à leurs efforts mais elle avait elle-même des conséquences économiques car, dans de nombreux cas, elle donnait l’occasion d’entreprendre de nouvelles affaires ou de consolider celles qui étaient en cours. La confiance, et pas seulement l’argent, était le moteur de beaucoup d’initiatives. Cependant, au-delà du fait que la reconnaissance sociale ait une rentabilité économique, se trouvait la satisfaction personnelle du banquier. On peut affirmer que, dans de nombreux cas, c’est la recherche de cette reconnaissance, et non du profit, qui justifiait la prise de risque. Et c’est dans ce sens que l’on peut dire que les banquiers génois qui travaillèrent pour la Couronne furent des consommateurs de reconnaissance sociale.

  • 1 J’ai mis en évidence ailleurs l’importance de son activité et les services qu’il rendit à la Couro (...)

4Quand on étudie les banquiers génois de Madrid au XVIIe siècle, les données économiques sont les plus intéressantes pour comprendre leurs activités : chiffre d’affaire, bénéfices, coûts, types d’opérations, méthodes utilisées pour la gestion des différents produits financiers. Cependant, il existe d’autres aspects de leur activité dont la quantification est plus difficile mais qui ne sont pas moins importants quand il s’agit de comprendre leur stratégie. Parmi eux, la dimension politique qui se concrétise dans les titres et les nominations qu’ils reçurent des autorités. Dans les pages qui suivent je décrirai quelques aspects de la vie politique et sociale de l’un des banquiers les plus importants de la monarchie espagnole au XVIIe siècle : Bartolomé Spínola1. J’apporterai des informations sur ce personnage et sur certains de ses plus proches collaborateurs, essentiels dans l’organisation de son activité bancaire à Madrid.

Bartolomé Spínola : sa famille et son séjour à Madrid

  • 2 Piferrer F., Nobiliario, t. III, no 1427, p. 209.
  • 3 Ibid., p. 209. Ses armes sont : un écu d’or et une bande écartelée d’argent et de gueules, et au ch (...)

5Le patronyme Spínola est très fréquent dans le monde des finances et du commerce castillans depuis la fin du Moyen Âge, mais la famille de Bartolomé ne commença son activité que lors de son installation à Madrid durant la première moitié du XVIIe siècle. Le nom de Spínola a été castillanisé en lui ajoutant un e, et fréquemment, c’est le terme Espínola qui apparaît dans la documentation. C’est sous cette forme qu’il figure dans la bibliographie nobiliaire espagnole en lien avec une branche qui se distingua, non seulement par la renommée de son lignage, mais également par son rôle de premier plan sur les champs de bataille2. Une des branches de ce lignage les plus connues en Espagne au milieu du XVIe siècle fut celle de Felipe Spínola, premier marquis de Sesto. Son épouse était la fille de Nicolas Grimaldo, prince de Salerne et deux de leurs fils, Federico et Ambrosio, se distinguèrent au service de la monarchie espagnole dans la guerre des Flandres. Son frère, don Ambrosio Spínola, servit le roi d’Espagne comme banquier et militaire, accumulant plusieurs charges et titres, parmi lesquels gouverneur et capitaine général des armées d’Italie et de Flandres, surintendant général des Finances Royales, vice-roi en Italie, chevalier de la Toison d’Or, grand d’Espagne, deuxième marquis de Sesto et premier marquis de Los Balbases. Ce dernier titre lui fut concédé par Philippe III en 16213.

  • 4 C’est ce que l’on peut déduire d’un document de septembre 1627 où l’on déclare qu’il a 40 ans. Arc (...)
  • 5 AHPNM, Protocolo 4305, f° 393, procuration, 04/03/1614. Son père avait un frère appelé Paulo Spíno (...)
  • 6 AHPNM, Protocolo 4504, f° 332, procuration, 22/12/1616. Testament de son père devant Andrea Monjar (...)

6Bartolomé Spínola n’avait aucun lien de parenté direct avec le fameux général Ambrosio, ni avec aucun des Spínola qui jusqu’alors avaient travaillé pour la Couronne comme banquiers. Sa fortune et sa position au sein de la monarchie espagnole furent le fruit de son travail préalable dans le monde des finances et non l’héritage d’une position. Dans son cas, il n’y a pas continuation, mais habileté pour occuper la place laissée vacante par d’autres. Il naquit à Gênes, vers 15874 de Gerónimo Spínola et Aurelia Spínola Pinelo. Son père mourut lorsqu’il avait un peu plus de 20 ans5. Il avait trois frères qui résidaient à Gênes : Gregorio, l’aîné, María Eugenia et Pelegrina. Quand leurs parents moururent, Gregorio et Bartolomé furent héritiers à parts égales, mais Gregorio se chargea d’administrer les biens6. Ce dernier se consacra également aux finances et collabora étroitement avec Bartolomé depuis l’Italie. Cette collaboration consista, non seulement à assumer l’administration de la part d’héritage qui lui était échue à la mort de ses parents mais encore les participations conjointes des entreprises que chacun fonda dans sa ville de résidence.

  • 7 AHPNM, Protocolo 4515, f° 376, attestation de paiement, 05/12/1630. Bartolomé avança 100 ducats co (...)
  • 8 En décembre 1634, il paya 5 000 réaux de billon pour 4 ans à partir de la Saint-Jean 1633 jusqu’au (...)

7Même si la documentation conservée en Espagne sur Bartolomé Spínola est fondamentalement de caractère économique, certains traits de son caractère ou de sa personnalité apparaissent, qui vont plus loin que sa condition de financier ou d’entrepreneur. Par exemple, Bartolomé est amateur de théâtre, une des activités les plus prisées des Madrilènes d’alors. En 1630, il loua à doña Juana Velásquez, veuve de Francisco de Salvatierra, un appartement dont le balcon permettait d’assister aux représentations qui étaient données dans le corral de comédies de la rue de la Cruz. Le montant annuel de cette location s’élevait à 110 ducats mais, à cause de la forte demande, le banquier se vit obligé d’en payer pratiquement tout le prix par avance et en monnaies d’argent7. Il se chargea, en outre, de payer les impôts afférents à cette location, environ 113 ducats de billon à l’année8.

  • 9 AHPNM, Protocolo 4530, f° 248, liquidation, 09/06/1644.

8Bartolomé se maria en Espagne avec doña María de Benavides mais le couple n’eut pas d’enfants9. C’est sans doute pour cette raison qu’il favorisa et aida tant qu’il le put son neveu Gerónimo Gentil. Malheureusement, son protégé mourut quelques années avant lui. Bartolomé résida de façon permanente à Madrid, bien que, tout au long de sa vie, il se vit obligé à réaliser plusieurs voyages, dont un certain nombre en relation avec les services qu’il rendit au roi d’Espagne dans divers lieux de la péninsule ibérique.

  • 10 Álvarez Nogal C., « Las compañías bancarias », p. 67-90.

9Il n’eut jamais une seule résidence dans la capitale. Comme beaucoup d’autres banquiers de la Cour, il vivait généralement en location. Ceci est un indicateur de la stratégie de ces compagnies dans la péninsule. Les banquiers génois n’édifièrent pas de palais à Madrid et il n’y eut jamais une rue comparable à la via Garibaldi de Gênes. Nous ne devons pas oublier que, souvent, malgré leur importance, les Génois n’étaient que les agents ou les succursales des principales maisons de négoce de la République. Ce qui confirme, par ailleurs, le renouvellement constant des maisons qui travaillaient pour la Couronne espagnole. Il ne s’agissait pas de dynasties de banquiers, mais de familles distinctes qui profitaient de la chance de servir le roi quand celle-ci se présentait. Ils savaient que leur présence à Madrid pouvait ne pas se prolonger et les documents montrent qu’effectivement il n’y eut que très peu de continuité générationnelle dans les maisons de négoce madrilènes10.

  • 11 AHPNM, Protocolo 4505, f° 479, attestation de paiement, 14/07/1618. Ils payèrent 600 réaux à Sebas (...)
  • 12 AHPNM, Protocolo 4505, f° 301, 30/04/1618.

10C’est de 1618 que date le plus ancien renseignement que nous possédions sur le lieu de résidence de Bartolomé à Madrid. C’est au sujet de la propriété d’une maison située au Prado de San Gerónimo qu’il partageait avec son associé Juan Andrea. Ils avaient fait divers aménagements dans le jardin dont ils se partagèrent les frais11. Cependant, à cette époque, Juan Andrea vivait déjà avec sa famille dans une autre maison, ce qui signifie sans doute que celle-là fut occupée par le seul Bartolomé. Très tôt, il put disposer de revenus suffisants pour acheter des meubles et décorer sa demeure dans le style de la haute bourgeoisie qui résidait alors à la Cour. C’est ainsi qu’en avril 1618, il acheta à doña Luisa Vicentelo Leça une tapisserie de laine et soie de Flandres de six pièces pour 6 680 réaux d’argent12.

  • 13 AHPNM, Protocolo 4516, f° 17, contrat, 11/1/1631. La maison était contiguë des deux côtés avec cel (...)
  • 14 AHPNM, Protocolo 4517, f° 738, contrat, 26/10/1633. On payait d’habitude un semestre d’avance. Fel (...)
  • 15 AHPNM, Protocolo 4527, f° 54, 8/02/1641. Il lui en coûta 53 596 réaux pour l’arranger et, pour la (...)
  • 16 AHPNM, Protocolo 4529, f° 137, 17/03/1643. Par contrat du 26 janvier 1642, Bartolomé commanda à Lo (...)

11En 1629, Bartolomé loua une maison principale dans la rue del Baño à Rutilio Garci, d’abord pour deux ans puis dont il renouvela le bail à la fin de cette période. Le loyer en était de 700 ducats, payables par avance13. Á l’issue de cette location, Bartolomé déménagea de nouveau en 1633. La maison se situait dans la calle du Prado. Il la loua à doña Feliciana de Aro, veuve de Simón Vázquez de Arce, procureur fiscal du tribunal de la Contaduría Mayor de Cuentas, pour 7 000 réaux annuels14. Un dernier déménagement date de 1639, quand il décida d’occuper l’ancienne maison de don Antonio de Negro, administrée alors par Luis Spínola15. À la fin de sa vie, après avoir obtenu le titre de comte de Pezuela de las Tores, il commença à faire construire un manoir dans cette ville. Cependant, peu après avoir commandé tous les matériaux nécessaires pour commencer les travaux, il se repentit16. Il se sentait peut-être déjà trop fatigué ou malade pour s’embarquer dans ce nouveau projet ou, peut-être, ses engagements vis-à-vis de la Couronne l’occupèrent tellement qu’il ne put le mener à son terme.

Les voyages de Bartolomé Spínola

12Bien que la direction d’une compagnie commerciale exigeait qu’on s’en occupât à temps complet avec une présence permanente dans la ville où elle était établie, son association avec une autre personne, en l’occurrence Juan Andrea Spínola, permit à Bartolomé de voyager vers d’autres villes et, en particulier, d’aller à Séville, une de ses destinations préférées, aussi bien pour ses propres affaires qu’à la demande du Conseil des Finances.

  • 17 AHPNM, Protocolo 4504, f° 84, procuration, 20/02/1617.
  • 18 AHPNM, Protocolo 4504, f° 89, procuration d’Octavio Centurión, 21/02/1617 : pour qu’il recouvre le (...)

13Le premier voyage documenté date du printemps 1617 : en février, avant de partir, il donna plusieurs procurations à son associé Juan Andrea pour qu’il puisse prendre la direction de la compagnie en son nom17. Le 21 février, Bartolomé partait pour Séville. Son voyage était justifié, en cette occasion, par la charge qu’il avait reçue d’un autre banquier de la Cour, Octavio Centurión, de recouvrer la rente de l’Almojarifazgo Mayor de Séville et de régler les comptes avec le trésorier de cette rente18. Trois ans plus tard, en 1620, il retournait à Séville pour s’occuper des affaires relatives à l’administration de la ville d’Almonaster.

14Au bout de deux ans, une fois sa position à la Cour consolidée, les motifs de ses déplacements furent autres. En 1629, il accompagnait le roi dans sa visite aux Cortés d’Aragon et de Valence, étant chargé de l’organisation financière de ce voyage. Deux années plus tard, en octobre 1628, la Couronne lui demandait de nouveau d’accompagner le roi et sa sœur à Barcelone, port d’où l’infante embarquait pour Vienne. Comme lors de deux occasions précédentes, Bartolomé fut chargé de s’occuper de toutes les dépenses du voyage. Il avait essayé de s’en faire dispenser, à cause de ses nombreuses occupations, vu que l’année précédente il avait été nommé Facteur Général du roi et, qu’en outre, il était malade, mais aucune de ces raisons ne fut suffisante pour lui éviter ce déplacement.

  • 19 Archivo General de Simancas (AGS), Consejo y Juntas de Hacienda 643, requête, 9/12/1628. On voulai (...)

15Quand ils apprirent que Bartolomé allait être absent de Madrid durant plusieurs mois à cause de cet engagement, ses correspondants à Gênes et dans les Flandres furent très mécontents et demandèrent à la Couronne de le dispenser de cette tâche. Ils pensaient qu’il allait rester trop longtemps en dehors de Madrid. Il faut savoir qu’à cette période, Bartolomé, comme Facteur Général du roi, avait une dette d’un montant de 500 000 écus, et aucun de ses créanciers croyait convenable qu’une autre personne puisse le remplacer, même temporairement. Ils subissaient des retards de paiement, ce qui mettait en danger le crédit et la réputation de Bartolomé comme la leur19.

  • 20 AGS, Consejo y Juntas de Hacienda 677, requête, 25/03/1631. Le Génois devait transmettre des mises (...)

16Á la fin du mois du mars de 1631, Bartolomé réalisa un autre voyage à Séville. Une des tâches les plus compliquées dont fut chargé le Facteur Général durant les années où il fut au service des finances royales fut la vente des vassaux. Il s’agissait d’un expédient sur lequel la Monarchie avait fondé de grandes espérances pour obtenir des fonds extraordinaires. En même temps, la Couronne avait entamé une nouvelle campagne pour demander plus d’argent aux villes castillanes et Séville résistait. C’est pour ces motifs que le Conseil des Finances et le roi jugèrent convenable que Bartolomé se déplaçât à Séville pour faire pression directement sur les échevins et sur les personnes les plus influentes de la cité20. Bartolomé demeura à Séville entre la fin du mois de mars et le début septembre.

  • 21 Gelabert J. E., Castilla convulsa (1631-1652), p. 191.

17En juillet 1641, Bartolomé fit valoir auprès du Conseil des Finances qu’il était malade et qu’il connaissait une période de difficultés économiques, ce pour quoi il sollicitait qu’on lui accordât une aide. Il semble qu’il réussit à surmonter ses difficultés puisque, l’année suivante, il accompagnait de nouveau le roi lors d’une nouvelle visite en Aragon. Sa Majesté voulait se porter à la tête de ses troupes et mettre en déroute les Français qui assiégeaient alors Saragosse21. Á cette occasion, Bartolomé avait laissé à Madrid, à la tête de l’ensemble de ses affaires, son neveu Pablo, fils de Gregorio. Le 20 novembre 1643, il était de retour à Madrid.

Présence de la famille au début des activités de l’entreprise

18Il n’est pas facile de retracer les débuts d’une entreprise au XVIIe siècle en Espagne à cause, principalement, de la rareté des documents : on ne conserve ni livres de compte ni correspondance de beaucoup de compagnies qui exercèrent à Madrid. Quant aux traces laissées dans la documentation notariale au commencement des opérations marchandes, elles sont plutôt rares.

  • 22 A.H.N., Órdenes Militares, Santiago, exp. 7910. Procès-verbal de l’enquête pour entrer dans l’Ordr (...)

19Le fait d’appartenir à une riche famille de Gênes ayant une certaine tradition dans les affaires financières fut un facteur favorable pour les débuts de Bartolomé. La vocation commerciale de sa famille lui permit de faire les premiers pas dans sa ville natale, profitant du fait que son père était connu comme homme d’affaires, parce qu’il avait l’habitude, comme beaucoup d’autres nobles, de négocier des crédits gagés sur sa fortune22. Cependant, très rapidement, peut-être sur le conseil de son propre père, il décida de tenter sa chance à Madrid où il fonda une affaire en compagnie d’un autre Génois, Juan Andrea Spínola. Cette compagnie lui permit de développer une intense activité commerciale dans ses premières années d’homme d’affaire, élargir son réseau de contacts personnels et emmagasiner une grande expérience.

  • 23 A.H.N., Órdenes Militares, Santiago, exp. 7910.

20Á Gênes, il bénéficia, dès le début, de la très importante collaboration de son frère Gregorio, avec lequel il maintint toujours des relations très étroites. Son patrimoine augmenta lors du partage des biens de sa tante Barbara Spínola Lomelín23. En 1612, les deux frères se partagèrent une importante donation de leur mère : 4 187 écus et 11 sous donnés à change à Gênes. Quand Bartolomé Spínola eut besoin de liquidités pour ses affaires madrilènes, ce fut son frère qui se chargea de vendre quelques-uns des bons du trésor (juros) qu’il avait hérités de son père.

21La gestion des biens d’autres riches Génois disposant de rentes et d’investissements dans la Péninsule ibérique, et ayant besoin de quelqu’un pour en percevoir les revenus et les remettre à Gênes, fut une des premières activités de Bartolomé à son arrivée en Espagne.

22Les activités privées de Bartolomé Spínola à Madrid passèrent par deux phases différentes. La première comprend le commencement de son activité en compagnie d’un autre Génois Juan Andrea Spínola. Ce dernier disparu, Bartolomé continua en solitaire. C’est durant cette deuxième étape qu’il consolida son prestige, ce qui le conduisit à devenir Facteur Général du roi, une des charges les plus éminentes dans l’histoire des finances de la monarchie hispanique. Cette seconde phase coïncida avec le début du règne de Philippe IV, à un moment de développement de l’activité militaire espagnole en Europe, avec pour conséquences un plus grand besoin d’argent et de services financiers spécialisés.

Reconnaissance sociale de Bartolomé en Espagne

  • 24 Elliott J., El Conde-Duque de Olivares, p. 308.

23En conséquence des importants services qu’il rendit au roi d’Espagne, Bartolomé Spínola acquit peu à peu dans la péninsule ibérique une reconnaissance sociale qui se concrétisa dans toute une série de charges, titres et nominations24. Ces charges et distinctions lui permirent de renforcer son nom dans les affaires où la reconnaissance des autres était une des clés du succès dans les finances. La confiance et la réputation étaient des nécessités de base pour tout banquier. En même temps, ces distinctions furent aussi une partie du salaire reçu pour ses services et sans aucun doute, une partie essentielle de la fonction d’utilité de Bartolomé Spínola.

  • 25 Archivio di Stato di Genova (A. S. G.), Archivio Secreto 2430, lettre de Bartolomé Spínola à la Sé (...)

24Sa réputation en Espagne s’étendait également à la république de Gênes où son nom était toujours précédé du titre de magnífico. Quand mourut l’ambassadeur génois Constantino Pinello, en août 1622, la République chargea Bartolomé d’occuper provisoirement ce poste en attendant d’envoyer à Madrid un autre représentant25. Á partir de cette date, Bartolomé se chargea à la Cour de toutes les questions diplomatiques de Gênes et d’informer de tout ce qui se passait à Madrid. Cette charge politique lui permit de fortifier les liens qu’il avait déjà avec des membres importants du gouvernement de la monarchie espagnole.

  • 26 AGS, CCGG, 200. Comptes de logement, 1625. Son secrétaire se nommait Juan Jácome Banquero.
  • 27 A.S.G., Archivio Segreto 2430, lettre de l’ambassadeur à la Séréníssime République, 06/02/1626.

25Avant même d’être nommé ambassadeur par intérim, Bartolomé avait reconnu devant la République qu’une grande amitié le liait au duc d’Albe et, surtout, au marquis de Montesclaros, le président du Conseil des Finances durant plusieurs années. Le 4 février 1623, le gouvernement de la République nomma finalement son nouvel ambassadeur, Baltasar Serra26, mais Bartolomé continua d’informer par son intermédiaire. Il avait reçu, par exemple, des informations de première main sur les délibérations du comte-duc avec ses ministres au sujet de l’Union des Armes de 1625 et sur les difficultés rencontrées pour mettre ce projet en pratique27.

  • 28 AGS, Consejo y Juntas de Hacienda 623, billet, 06/11/1626.
  • 29 AHPNM, Protocolo 5786, f° 148, 9/09/1623 : comptabilité des sommes recouvrées entre 1618 et 1623.
  • 30 AHPNM, Protocolo 4511, 2/12/1625. AHPNM, Protocolo 4513, 12/1628 : nominations de 1629.
  • 31 AGS, Consejo y Juntas de Hacienda 667, ordre, 02/03/1630.

26L’activité politique de Bartolomé ne se limita pas à la période de huit mois durant laquelle il fut au service de la République de Gênes. En réalité, ce ne fut que le commencement d’une activité qui se déroula ensuite au service de la monarchie espagnole. Les charges qu’il occupa au service du roi d’Espagne furent fort diverses. Très tôt, il fut lié à la ville d’Almonaster, dans la région de Séville. Déjà, en 1618, il avait été chargé par le Génois Julio Gentil de recouvrer et d’administrer en son nom plusieurs rentes qu’il avait dans cette ville. Quelques années plus tard, à partir d’août 1622, Bartolomé commença à administrer tous les revenus royaux dans cette ville, au nom des finances royales, en vertu d’un asiento de 500 000 écus en Flandres28. Logiquement, il ne pouvait faire cette gestion personnellement puisqu’il résidait habituellement à Madrid ; il la délégua donc à un habitant de cette ville, Antonio San Martín, qui en devint plus tard l’alcalde mayor. Cet administrateur envoyait à Madrid l’argent qu’il recouvrait29 et, quand il le recevait, Bartolomé le plaçait ou l’envoyait à Gênes. En 1625, il accentua sa présence dans la ville en en acquérant la juridiction civile et criminelle, les charges de notaire public et d’administration municipale. Cela lui permit de créer et de vendre dès l’année suivante diverses charges d’officiers municipaux (deux alcaldes ordinaires, deux alcaldes de la Hermandad, quatre regidores, un sergent major et un majordome du conseil)30. Enfin, en 1630, le roi lui octroya la vente de la ville pour la modique somme de 2 000 ducats alors que sa valeur réelle était estimée à 20 00031. On le dispensa du reste en guise de gratification pour un asiento et de récompense pour les services qu’il avait rendus comme Facteur Général.

  • 32 Bartolomé Spínola nomma pour Osuna et Arahal Juan Alonso Buitrón, et pour Alburquerque, Diego de E (...)
  • 33 AHPNM, Protocolo 4530, f° 206, liquidation, 12/05/1644. Il s’obligea à payer 15 000 maravédis pour (...)
  • 34 AHPNM, Protocolo 4528, f° 3, 1642 : Affermage des fruits de la commanderie pour deux ans, moyennan (...)
  • 35 AHPNM, Protocolo 4530, f° 79, testament de Bartolomé Spínola, 14/02/1644.

27En 1622, toujours suite à un asiento conclu avec la Couronne, Bartolomé reçut les alcabalas et rentes royales des villes d’Osuna, Alburquerque et Arahal, à la tête desquelles il plaça un administrateur32. Ce ne fut pas les seules villes auxquelles le nom de Bartolomé fut lié tout au long de sa trajectoire comme banquier. En août 1626, à titre personnel, pour accroître son patrimoine, il acheta Espinar en la détachant de la juridiction de Ségovie et en lui octroyant le statut de ville33. En avril 1634, il reçut le titre de commandeur de la ville d’Oliva34 et, à la fin de sa vie, on lui concéda le titre de comte de Pezuela de las Torres, ce qui lui permit d’incorporer à son patrimoine cette ville située au sud-est de l’actuelle province de Madrid. Il semble que c’est là que, finalement, reposent ses restes35.

  • 36 A. H. N., Órdenes Militares, Santiago, exp. 7910, cédule du Conseil des Ordres, 22/06/1627 ; il fu (...)
  • 37 AHPNM, Protocolo 4512, f° 339, décret, 11/12/1627.
  • 38 AGS, Quitaciones de Corte, 9, titre, 5/02/1629. Bartolomé prêta serment le 15 février 1631. AGS, Q (...)

28En plus de son patrimoine immobilier et des charges administratives qui y étaient rattachées, Bartolomé accumula tout au long de sa vie une ample série de responsabilités et de titres, parmi lesquels il faut signaler celui de Facteur Général du roi. Peu après sa nomination, il reçut un habit de l’ordre militaire de Santiago36. En outre, à cause de ses responsabilités comme Facteur Général, il fut jugé convenable de l’intégrer immédiatement au Conseil des Finances, comme membre de plein droit. C’est pour cela que, bien qu’en décembre 1627, il n’y eut aucune place vacante, on le nomma en lui demandant d’assister aux réunions37. Quand une place fut enfin disponible, on lui notifia sa nomination officielle, avec prise d’effet à partir de janvier 163138.

29Ces deux charges posèrent un problème de hiérarchie dans la prise de décisions, puisque, théoriquement l’activité du Facteur Général était soumise aux délibérations du Conseil des Finances mais, en tant que membre de plein droit de cet organisme, il pouvait aussi imposer son point de vue. Pour éviter un possible conflit, il lui fut demandé de présenter ses mémoriaux au Conseil comme tous les autres membres pour qu’ils y soient étudiés, et de ne pas assister aux sessions où étaient traités les sujets qu’il avait proposés en tant que Facteur Général. Au cas où il aurait été présent, il lui fallait sortir de la salle.

  • 39 AHPNM, Protocolo 4518, f° 116, obligation, 14/2/1634.
  • 40 AGS, Estado 3596, mémorial, 1641.

30Peu de temps après son entrée au Conseil, il fut nommé membre de la Junte du nouveau droit pesant sur les exportations de sel de Castille39. En avril 1634, il fut également nommé membre du Conseil de Guerre, puisque la majeure partie des décisions militaires devaient être prises en tenant compte des disponibilités de fonds du Trésor Royal. Á la fin de sa vie, avant que son titre nobiliaire ne lui fût concédé, il faisait suivre d’habitude son nom, dans les actes officiels de la mention des Conseil de Guerre et des Finances de Votre Majesté et Facteur Général40. Grâce à ces trois charges qu’il conserva jusqu’à la fin de sa vie, Bartolomé intervint directement dans la prise de décisions politiques et économiques d’une grande importance dans l’histoire de l’Espagne.

  • 41 AGS, Consejo y Juntas de Hacienda 674.
  • 42 Priotti J. P., « Uso material e inmaterial del dinero », p. 64-66. En fait, ces juros n’étaient pas (...)
  • 43 AHPNM, Protocolo 4512, f° 56, procuration, 21/03/1627. Bartolomé avait droit de léguer cette rente (...)
  • 44 AGS, Consejo y Juntas de Hacienda, 714, consultation du 11/11/1634.

31Bartolomé fut une des rares personnes qui jouirent de la confiance permanente du roi, à qui il avait accès directement. Il traita personnellement avec lui beaucoup d’affaires de gouvernement, comme par exemple l’échange argent contre billon en juillet 163041. On ajouta à ces charges de gouvernement celle de Trésorier Général des demi-annates et celle de Dépositaire Général de la Révérende Chambre Apostolique. Il accumula un important patrimoine dont la composition est semblable à celle d’autres grands patrimoines de l’époque, où ne manquent pas les rentes perpétuelles et les juros42. Il bénéficiait, en outre, de plusieurs rentes en Italie, dont l’administration et le recouvrement étaient à la charge de son frère Gregorio. On signalera les 300 écus en monnaie de Milan qui lui revenaient annuellement à vie sur la rente du sel de ce duché43. On lui concéda également, pour prix de ses services, l’office de Trésorier de Naples, mais cette nomination fut annulée peu après contre 30 000 ducats44.

Ses collaborateurs les plus proches

  • 45 AHPNM, Protocolo 4530, f° 79, testament de Bartolomé Spínola, 14/02/1644.

32L’activité de tous les hommes d’affaires de l’époque s’appuyait sur leur famille et sur un étroit réseau d’amitiés. La famille n’était pas une fin en soi, mais un instrument pour fortifier la confiance. Parmi les personnes que Bartolomé considérait comme ses plus proches, nous trouvons un de ses vieux amis, Juan Pío Marín, qui avait travaillé pour son associé Juan Andrea Spínola et, après sa mort, continua à le faire pour lui45. Il fut l’un de ses exécuteurs testamentaires en compagnie de son confesseur, frère Pedro de los Ángeles, prieur du couvent des Carmes Déchaux de Madrid, de Jacome María Spínola, dont nous avons déjà parlé, et d’Alejandro Palavesin, associé de son neveu Gerónimo Gentil. Á côté de ceux-là, il faut mettre en exergue deux personnes, dont les relations avec Bartolomé Spínola furent décisives et sans lesquels il n’aurait pas pu mener à bien ses activités : Gregorio Spínola et Juan Andrea Spínola.

Son associé à Madrid : Juan Andrea Spínola

33Juan Andrea et Bartolomé donnèrent forme à l’entreprise qu’ils fondèrent en 1611 et ils le firent en suivant le modèle de celles qui travaillaient alors à Madrid. Le succès de chacun d’eux résida dans sa capacité à préserver la cohésion interne entre experts financiers, afin de garantir une action coordonnée. Les deux associés partageaient les responsabilités dans la direction et dans les résultats de leurs affaires. Juan Andrea Spínola était le fils de Pablo Spínola et de Virginia Pinelo. Il était né à Gênes, mais comme Bartolomé et beaucoup d’autres Génois, il était parti très tôt à Madrid pour se consacrer aux affaires. La compagnie qu’il fonda en 1611 lui permit d’étendre son influence à la Cour et de fournir des provisions au Trésor Royal.

  • 46 AHPNM, Protocolo 4504, f° 56-67.
  • 47 AHPNM, Protocolo 1381, f° 114, procuration, 12/02/1616.

34Á la différence de Bartolomé, Juan Andrea avait de très bonnes relations à la Cour. En février 1615, il épousa doña Pelegrina María Spínola, l’un des cinq enfants de Julio Spínola et d’Octavia Spínola ; son beau-père était un important homme d’affaires, banquier du roi dont le prestige était reconnu à Madrid. Parmi ses amis, se trouvait Octavio Centurión, autre grand banquier de la monarchie depuis le commencement du règne de Philippe III. Et, de fait, Octavio et Juan Andrea furent les exécuteurs testamentaires de Julio Spínola46. Une autre des filles de Julio Spínola était mariée avec Nicolao Balbi, autre important banquier. Avec Pedro de Lorca et Francisco de Sotot, il fut témoin de la banque d’Agustín Spínola47. Julio et Agustín Spínola, Octavio Centurión et Nicolao Balbi furent, à cette époque, les piliers fondamentaux du crédit de la monarchie.

  • 48 AHPNM, Protocolo 4503, f° 287 : attestation de paiement, 1/12/1615. La réparation de la façade et (...)
  • 49 AHPNM, Protocolo 4504, f° 156.
  • 50 AHPNM, Protocolo 2870, f° 514. Testament de Juan Andrea Spínola. Il possédait 178 ducats, 3 tomine (...)

35Le mariage de Juan Andrea dura peu puisqu’il mourut cinq après l’avoir conclu, ayant eu deux enfants, Pablo et Virginia. Sa femme était enceinte quand il tomba gravement malade et elle perdit l’enfant quand Juan Andrea mourut. Ils avaient vécu quelques années dans une maison de la calle d’Alcalá, à côté du monastère des Vallecas, qu’ils louaient pour 8 000 réaux par an à doña Francisca de Salazar. En 1615, il avait fait des travaux dans ce logement48. En 1617, il sous-loua ce logement à don Luis de Velasco, marquis de Salinas, alors président du Conseil des Indes, et à sa femme, doña María de Velasco, comtesse de Santiago49. Juan Andrea disposait d’un important patrimoine à Gênes, comme il apparaît dans son testament : il était propriétaire d’une maison dans le quartier appelé des Spínolas de Lucoli, qui jouxtait une autre maison appartenant aux héritiers d’Esteban Spínola. Il possédait une autre maison avec jardin dans la vallée de Polcevera, dans la banlieue de la cité, à côté d’une autre qui appartenait aux héritiers de Marco Doria et, juste à côté, il avait acheté un bout de jardin avec son propre patrimoine. Il possédait aussi un autre jardin au-dessous de l’église Notre-Dame de la Encoronata. C’était Luis de la Serna qui administrait toutes ses propriétés génoises, qui se chargeait d’en recouvrer les loyers comme de percevoir d’autres rentes situées sur divers revenus à Naples et à Milan50.

  • 51 AHPNM, Protocolo 4503, f° 254 : obligation, 13/10/1615. Doña Ángela Geldre bénéficia d’un prêt de (...)
  • 52 Doña Ángela Geldre le chargea de recouvrer une rente constituée sur la maison que don Juan del Cas (...)
  • 53 AHPNM, Protocolo 4503, f° 381 : obligation, 15/04/1616. En 1616, achat à titre personnel de 200 fa (...)
  • 54 AHPNM, Protocolo 4504, f° 469 : attestation de paiement, 10/11/1617.
  • 55 AHPNM, Protocolo 2870, f° 514 : testament de Juan Andrea Spínola, non daté.

36Ses affaires personnelles étaient marquées du sceau de la diversité : crédit51, recouvrement de créances52, achat de fournitures pour sa maison53 et ainsi de suite54. Á plusieurs occasions, il intervint en tant que prête-nom dans des affaires pour lesquelles l’intéressé voulait rester dans l’anonymat. Dans les dernières années de sa vie, par exemple, il avait acheté à Antonioto Spínola des intérêts de juros situés sur la rente du servicio y montazgo, achats qui avaient été effectués pour le compte de certaine personne dont il ne convenait pas de déclarer le nom55. De même, dans son grand livre de Cour, il inscrivit une somme à son nom qui ne lui appartenait pas, vu que quelqu’un l’avait déposée contre le paiement d’un intérêt, en lui demandant la discrétion la plus absolue. Dans ces deux cas, son associé Bartolomé connaissait les intéressés et fut chargé de restituer ces sommes à leur propriétaire anonyme, après la mort de Juan Andrea.

  • 56 AHPNM, Protocolo 2870, f° 510 : déclaration, 19/10/1620.
  • 57 AHPNM, Protocolo 4508, f° 201 : mémorial, 14/10/1620.
  • 58 AHPNM, Protocolo 4509, f° 389 : attestation de paiement, 28/02/1622.
  • 59 AHPNM, Protocolo 4508, f° 213 : écriture, 30/10/1620. Bien que la tutrice fut son épouse, il deman (...)

37Ce dernier mourut entre le 16 et le 19 octobre 162056 et voulut être enterré à Madrid dans l’église de Notre Dame de Lorette. Une partie de ses biens, les bijoux, l’argenterie, les habits furent vendus aux enchères pour un montant de 69 082 réaux et furent acquis par don Iñigo Carrillo Altamirano et son épouse, doña Isabel de Mendoza, qui payèrent en imposant sur leurs biens une rente constituée à 3,33 % d’intérêt57. Il laissa 6 000 ducats d’argent à son épouse, legs que Bartolomé se chargea d’honorer avec l’argent qui proviendrait de la liquidation des biens. Il lui donna une partie de la somme en rachetant les bijoux et l’argenterie lors des enchères, en ajoutant une rente de 969 782 maravédis (à 3,3 %) et 22 159 réaux en monnaie d’argent. Doña Peregrina remit cette somme en dépôt à un autre banquier, Esteban Spínola, qui lui rapporterait 6 % l’an58. Elle reçut également la tutelle du patrimoine que son mari avait laissé à ses enfants et nomma comme caution Bartolomé Spínola lui-même59.

L’agent principal à Gênes : Gregorio Spínola

  • 60 Sa dot s’élevait à 20 000 livres, monnaie de cartulaire de Gênes.
  • 61 Gregorio déclara qu’il avait 30 ans en 1616.

38Son frère aîné, Gregorio, résidait habituellement à Gênes, où il était également homme d’affaires et où il fonda une famille avec Juana Spínola60, fille de Polonia Spínola, dont il eut trois enfants, Pablo, Francisco María et Antonia María. Sa proximité avec son frère Bartolomé apparaît clairement quand on observe la confiance et la collaboration qui s’installèrent entre eux dès le début. Sans Gregorio, il est possible que Bartolomé n’eût pas pu développer ni le type, ni le nombre d’opérations qu’il réalisa au long de sa trajectoire comme banquier du roi d’Espagne. Gregorio fut toujours son appui le plus fidèle, même dans les moments les plus durs quand Bartolomé connaissait des difficultés à cause des risques qu’il prenait. Les deux avaient à peu près le même âge ; Gregorio avait probablement un an de plus que Bartolomé et c’est pour cette raison qu’il était destiné à rester à Gênes aux côtés de son père61.

  • 62 AHPNM, Protocolo 4530, f° 232, copie certifiée du testament de Gregorio Spínola, 7/04/1642. Parmi (...)

39Bien qu’il résidât habituellement à Gênes, Gregorio, comme son frère, entreprit de nombreux voyages, la plupart en Espagne, où la mort finit par le surprendre. En avril 1642, il était à Alicante pour expédier certaines affaires quand il tomba malade. C’est là, loin de sa famille, qu’il décida de faire son testament, dans la maison d’un de ses amis, don Pablo Vicente Lomelín62. Pablo, son fils aîné, fit le voyage d’Alicante pour accepter le testament paternel et s’occuper de ses dernières volontés. Il avait voulu être enterré dans la chapelle du Santo Cristo, dans le couvent de Jesús María, de l’ordre de Saint-François de Paule.

  • 63 AHPNM, Protocolo 4504, f° 332, procuration, 22/12/1616.

40Gregorio avait fondé à Gênes une compagnie avec Juan Lucas Spínola, avec lequel il n’avait aucun lien de parenté. Cet investissement l’obligea à vendre une partie de l’héritage de son père, son frère, Bartolomé, se chargeant, pour sa part, de vendre un juro dont il avait hérité63. Cette compagnie était semblable à celle qu’il avait constituée avec Bartolomé ; toute son activité d’homme d’affaires passa à travers elle. Il se préoccupa aussi de consolider les relations qu’il avait avec son associé en organisant le mariage de son fils aîné, Pablo, avec doña Pelina Spínola, fille de Juan Lucas. Dans le mariage tout resta aux mains de Juan Lucas et de son frère Juan Bautista. Pablo reçut 25 000 écus, monnaie de Gênes, et une maison derrière celle de son père, conformément au majorat qu’il avait fondé. Cette fortune fut peut-être la compensation que reçut Pablo, parce que, si cette alliance semblait être la meilleure stratégie pour renforcer l’entreprise, ce n’était peut-être pas le choix qu’aurait fait le jeune marié.

41Gregorio avait prévu dès le début que son fils allait lui succéder s’il mourait, afin que son décès ne cause aucune difficulté à l’entreprise. C’est pour cela qu’il avait certifié devant notaire que son fils devrait lui succéder, mais comme il manquait deux ans à Pablo pour avoir l’âge légal requis par les lois de la République, il dut demander une licence au Sénat pour lever cet obstacle. Comme Bartolomé, Gregorio voyagea aussi à diverses reprises pour ses affaires. Il se rendit plusieurs fois en Espagne pour aider son frère, surtout lorsque celui-ci dut s’absenter sur l’ordre du roi. Cette capacité à remplacer son frère lui permettait de connaître parfaitement l’état de la compagnie et de disposer de la même information que Bartolomé pour diriger la compagnie. Le personnage de Gregorio est important, non seulement à cause de la collaboration qu’il maintint toujours avec son frère, mais aussi parce que, à titre personnel, il fut une des pièces essentielles des finances de la monarchie espagnole à Gênes. Travailler à côté de son frère lui permit de passer au premier plan dans les négociations et la gestion de l’argent de la Couronne, si bien qu’à la fin de sa vie, il put fournir plusieurs sommes au Trésor Royal en son nom propre.

  • 64 AGS, Estado 3594, lettre du comte de Siruela au Conseil d’État, 5/01/1638.
  • 65 AGS, Estado 3594, minutes de lettres, 1/02/1638.

42Ces services financiers le mirent plusieurs fois dans l’embarras comme à la fin de 1637, quand la remise de l’argent qui lui avait été promis fut retardée. Le comte de Siruela, alors ambassadeur d’Espagne à Gênes, lui recommanda de continuer à servir la Couronne et de ne pas se retirer, car, ainsi, il lui serait plus facile d’obtenir une aide. L’ambassadeur lui-même promit d’intercéder en sa faveur auprès du Conseil d’État64 qui lui concéda, par voie extraordinaire 100 000 écus65.

  • 66 AGS, Estado 3337, consultation, 08/06/1632.

43Don Francisco de Melo, marquis de Torrelaguna, fut l’agent de la Couronne chargé de rechercher du crédit pour le Trésor Royal à Gênes à partir de juin 1632, quand il fut nommé ambassadeur extraordinaire, à la mort de Juan Bautista Zapata66. Entre autres fonctions, il devait administrer l’argent qu’on lui remettait depuis l’Espagne pour faire face aux dépenses en Italie. Il demanda à disposer d’un fondé de pouvoir qui se chargerait de tenir les comptes et de régler les détails des opérations de crédit avec les correspondants des hommes d’affaire. Bien que le Conseil des Finances ne fût pas d’accord, le roi lui concéda l’aide qu’il sollicitait. Ce chargé d’affaires recevrait un salaire maximum de 4 000 écus à l’année. On proposa plusieurs noms : Gregorio Spínola, Lucas Justiniano, Francisco M. Lomelín, Jacome Felipe Duraço, Octavio Palavesín ou le marquis Pablo Gerónimo Palavesín. Selon Bartolomé qui, avec délicatesse, ne parla pas de son propre frère au Conseil, il s’agissait des financiers les plus riches et accrédités de Gênes à ce moment là.

  • 67 Marsilio C., « Nel XVII secolo dei genovesi » (sous presse).
  • 68 AGS, Estado 3595, lettre du comte de Siruela, 30/05/1639.

44Pablo Gerónimo Palavesín avait déjà rendu de nombreux services à la Couronne67 ; l’année précédente, il s’était chargé de fournir 300 000 écus qu’avait demandés directement don Francisco de Melo. C’est peut-être pour cela qu’il fut d’abord proposé pour le poste, mais son refus fit retomber cette responsabilité sur Gregorio qui, comme nous l’avons dit, avait déjà fourni certaines quantités d’urgence au marquis de Leganés, 200 000 écus, parce que, bien que les hommes d’affaire à Madrid aient conclu plusieurs asientos et livré leurs lettres de change, il était tout aussi certain que leurs correspondants en Europe n’en finissaient pas de remettre l’argent. Don Francisco se servit de plusieurs cédules provenant de Naples, grâce à quoi il demanda un prêt de 150 000 écus à Gênes. Ce furent Gregorio Spínola et Octavio Palavesín qui s’occupèrent de cette affaire, lesquels, selon l’ambassadeur, « ont montré en cette occasion, plus que jamais, l’affection qu’ils portent au royal service de Votre Majesté68 ».

  • 69 AGS, Estado 3595, mémorial de Francisco de Melo à Gregorio Spínola, 9/10/1639.

45Finalement, en octobre 1639, Gregorio Spínola fut nommé fondé de pouvoir du Trésor Royal à Gênes avec un salaire annuel de 3 000 écus. Son travail consistait essentiellement à recouvrer toutes les lettres qui arrivaient à Gênes pour être payées à don Francisco de Melo, qui provenaient généralement d’Espagne, de Naples et de Sicile. Ensuite, avec cet argent, il devait effectuer les paiements qui dérivaient des obligations qu’y avait la Monarchie. Ce poste lui permit d’avoir accès aux fonds de la Couronne qui, depuis l’extérieur et d’Italie, étaient mis à disposition de l’agent royal à Gênes69 et aussi d’informer directement le comte-duc d’Olivares de ses démarches. Il devait notamment régler les dépenses de l’administration, prendre de l’argent à change, payer les intérêts et envoyer les courriers. Pour mener à bien toutes ces tâches, il jouissait d’une grande autonomie, mais on lui demanda d’exiger un reçu pour tous les versements qu’il effectuerait, alors qu’il n’y était pas obligé, puisque sa relation jurée suffisait, mais il était important qu’il puisse justifier du mieux possible ses comptes à Madrid. On lui permit aussi de négocier avec sa propre compagnie, Juan Lucas y Gregorio Spínola, si cela pouvait faciliter l’obtention de crédit et la ponctualité des paiements. On lui ordonna de tenir des livres comptables avec l’aide d’un employé qui sache écrire en espagnol pour pouvoir remettre les relations de ses opérations. Á la fin de chaque année, il devait rendre compte de tout ce qu’il avait réalisé, en présentant les preuves nécessaires.

  • 70 AGS, Estado 3596, lettre du comte de Siruela au comte-duc d’Olivares, 24/02/1640.
  • 71 AGS, Estado 3456 y 3358, consultation, 18/06/1643.

46En février 1640, le comte de Siruela avertissait le Conseil d’État que Gregorio était en mauvaise posture à cause de la grande quantité de dettes qu’il avait accumulées à cause de son administration : « il avait pris sur lui plus de 250 000 écus sans ce qu’il apportait pour les secours actuels ». Il ajoutait que Gregorio Spínola « pourvoit bien à tout » et « qu’il faut, dans la mesure du possible, diviser les risques (...) et le soutenir »70. Dans la relation jurée de don Francisco de Melo, datée de mars 1641, on réglait les comptes de la compagnie Juan Lucas y Gregorio Spínola pour la foire de Toussaint de 1640, leur créance montant à 140 623 ducats d’argent. La charge était tellement lourde que, de crainte de mettre en question sa réputation et avec elle, celle de la Couronne, le Conseil d’État ordonna au Facteur Général, son frère Bartolomé, de le soutenir dans cette foire avec 45 333 ducats. On utilisa pour ce faire une partie des fonds de la factorerie générale de cette année-là71.

  • 72 AGS, Estado 3597, lettre de Juan de Eraso, 1/12/1641

47Les problèmes continuèrent l’année suivante, à cause de la précarité des ressources du Trésor Royal en décembre 1641. Il connaissait de grandes difficultés dans les négociations avec ses banquiers et pour s’occuper des fronts ouverts en Catalogne et au Portugal. On demanda à Gregorio 8 000 écus pour faire face aux dépenses secrètes de l’ambassade de Gênes, mais il refusa, alléguant son manque d’argent72.

Son neveu Gerónimo Gentil

  • 73 AHPNM, Protocolo 4527, f° 82, testament, 20/02/1641. Julio fut l’héritier de son frère Vicencio ; (...)

48Á côté de Juan Lucas et de Gregorio, l’une des personnes les plus proches de Bartolomé à Madrid fut son neveu, Gerónimo Gentil, peut-être le neveu avec lequel il fut le plus en relation. Ses parents étaient Julio Gentil, fils de Nicolao, lui-même fils d’Ambrosio, et doña Pelegrina Spínola qui résidaient tous deux à Gênes73.

49Bien qu’au départ Gerónimo reçut l’aide de son oncle Gregorio pour pouvoir s’établir à Madrid, tout semble indiquer qu’il commença à négocier aux côtés de son oncle Bartolomé. Conformément à la pratique de l’époque, il le fit seul, assumant sous son nom toute la responsabilité de l’entreprise, bien que l’appui de ses oncles ne dut pas lui faire défaut le faisant bénéficier du réseau d’amitiés et d’influences qu’ils avaient à Madrid. C’est ce que montre le fait que le caissier de sa compagnie soit Alonso de Carrión, un des plus proches collaborateurs de Bartolomé et, qu’en outre, il travaillait avec le même notaire que son oncle. Cette relation, au fil des ans, ne put qu’aller en s’intensifiant, d’autant plus que Bartolomé, nous l’avons dit, n’eut pas d’enfants.

  • 74 Bartolomé lui avait laissé une chaîne en or, une bague en diamants et une coquille Saint-Jacques.

50Au moment de sa mort, Gerónimo explique que Bartolomé l’avait élevé quand il était petit, avait aidé sa famille et lui avait prêté de l’argent à de nombreuses reprises quand il commençait à faire des affaires. Il s’agit d’un échange mutuel qui, se renouvela avec fréquence, sans être garanti par une écriture. Et, de fait, sa dette envers Bartolomé s’élevait à 52 192 réaux d’argent quand il décéda. Son oncle lui avait cédé également une série de juros et des bijoux que Gerónimo conservait en dépôt74.

51Comme l’avait fait son oncle quelques années auparavant, Gerónimo fonda une compagnie avec un autre Génois, Alejandro Palavesín, qui finit par être lui aussi un important banquier du roi. Comme il était habituel la compagnie portait le nom des deux associés, Alejandro Palavesín y Gerónimo Gentil.

52La compagnie Juan Lucas y Gregorio Spínola fut celle qui l’aida au début à monter sa propre affaire, en apportant une partie du capital initial. Bartolomé n’en parle pas dans son testament, mais ce fut certainement lui qui fut derrière toute son activité financière à la Cour. Cependant, comme son office de Facteur Général ne lui permettait pas de multiplier les affaires privées, ni de montrer une préférence pour un autre banquier, Gerónimo fut très discret pour ne pas compromettre son oncle.

53Les deux tiers de la compagnie appartenaient à Gerónimo et l’autre tiers à son associé Alejandro Palavesín ; la compagnie Juan Lucas y Gregorio Spínola était propriétaire des deux tiers de la part de Gerónimo. Comme l’avait fait Bartolomé, il travailla étroitement avec cette compagnie pour tout ce qui touchait les provisions d’argent à la Couronne, en particulier pour toutes les opérations liées avec les foires italiennes de change.

  • 75 AHPNM, Protocolo 4527, f° 398, comptes de liquidation avec le caissier de la compagnie, 23/07/1641 (...)

54Gerónimo connut le succès dans ses affaires et la compagnie grandit. Le chiffre d’affaires dans les deux dernières années de sa vie s’éleva à environ 350 000 ducats d’argent et 250 000 de billon75. Bien que ses bénéfices ne provenaient que de la commission qu’il prenait pour la gestion et le transfert de ces sommes, le solde s’éleva toujours à une somme respectable. De plus, la marge obtenue par les banquiers opérant dans les foires de paiement sur les opérations de change était beaucoup plus élevée que les petites commissions du courtage.

  • 76 AHPNM, Protocolo 4527, f° 566, procuration, 2/10/1641. Bartolomé Spínola chargea Francisco Micón d (...)

55Ce succès lui permit de jouir d’un niveau de vie élevé à Madrid. Il disposait dans sa maison de plusieurs domestiques, un majordome, un valet de chambre, une gouvernante, deux pages, un laquais, un cuisinier et une servante. Certains d’entre eux furent également au service de Bartolomé ou ensuite passèrent à celui de son cousin Pablo Spínola. Son vestiaire fut évalué à 1 190 réaux d’argent. Comme beaucoup de ses compatriotes résidant à Madrid, il disposait aussi d’un patrimoine dans sa ville natale : une maison et des boutiques que son bisaïeul possédait sur la place San Ciro, mais elles étaient occupées par les héritiers de sa tante Julia, sœur de son père, avec lesquels il était en procès à ce sujet76.

56La mort le surprit le 26 février 1641. Gerónimo chargea son oncle de liquider ses dettes et de percevoir tout ce qu’on lui devait, aussi bien ce qui provenait de son patrimoine que de la liquidation des comptes de la compagnie. Comme il mourait sans descendance, il laissa 1 000 réaux d’argent à sa sœur Aurelia pour entrer dans un couvent génois, et diverses sommes au reste de ses frères. Les deux tiers de son patrimoine furent dévolus à sa mère et le reste à Bartolomé, lequel les céda à son frère Gregorio, ce legs étant incompatible avec sa charge de facteur Général, car beaucoup des bénéfices provenaient d’asientos conclus avec la Couronne.

  • 77 AGS, CCGG, 136, asiento, 1/1/1641.

57C’est pour cette même raison que ce fut la compagnie génoise Juan Lucas y Gregorio Spínola qui fut chargée d’administrer les comptes et les liquider quand arriverait le moment fixé par l’écriture de constitution. On avait intérêt à éviter une liquidation trop rapide à cause des créances sur le Trésor Royal, une stratégie qu’avait également suivie Juan Andrea Spínola quand, à son décès, il déposa dans les mains de Bartolomé la direction et la responsabilité pleine de la compagnie qu’ils avaient fondée ensemble. Une liquidation prématurée aurait supposé des pertes pour les affaires financières de son associé. Bartolomé prit à son compte les asientos en cours avec le Trésor Royal, l’un de 800 000 écus conclu le 19 avril 1641 et l’autre de 640 000 écus77.

  • 78 AGS, CJH, 828, consultation du Conseil des Finances, 12/03/1641.

58Venu le moment de la liquidation de la société, la part du bénéfice qui devait revenir à Gerónimo passerait intégralement à la compagnie Juan Lucas y Gregorio Spínola, avec exclusion des autres héritiers. Gerónimo voulait éviter l’intrusion des membres de sa famille dans ses affaires, sachant que s’il en était arrivé là où il était, cela avait été grâce à ses oncles Gregorio et Bartolomé. Ses sentiments de reconnaissance envers eux transparaissent dans l’ensemble du testament78. C’était, en outre, un moyen pour favoriser la bonne exécution des affaires en cours, puisque le résultat reviendrait à ceux-là même qui étaient chargés de s’en occuper.

Conclusion

59En étudiant la vie de quelques-uns des plus importants banquiers de la Couronne au XVIIe siècle, nous avons pu mettre en valeur la dimension politique et sociale qu’eurent leurs affaires, ainsi que les principaux traits de la vie de personnes qui contrôlaient les finances du Trésor Royal, aspects qui jusqu’à présent avaient été très peu étudiés.

60Les grands banquiers génois de Madrid cherchèrent un équilibre permanent entre trois fronts distincts. D’un côté, étendre leurs relations à la Cour, surtout auprès des personnages politiquement et socialement les plus importants ; d’un autre, consolider leurs contacts dans l’ensemble de la péninsule ibérique pour pouvoir répondre aux besoins financiers de leurs clients génois ou castillans, et, enfin, maintenir et fortifier leurs liens avec Gênes, place dont ils dépendaient pour obtenir du crédit chez d’autres agents. Ce dernier front comprenait aussi bien une relation personnelle avec d’autres compagnies comme les liens avec les gouvernants de la République. C’est pour cette raison que Bartolomé n’hésite pas à se convertir de manière temporaire en ambassadeur à Madrid, bien que cette responsabilité lui enlève du temps pour son activité professionnelle et n’ait pas une compensation économique directe.

61La famille joua un rôle important quand il s’agit de fortifier les liens entre les différents agents et créer de la confiance entre eux, mais elle ne fut pas la clé de leurs affaires. Elle ne sert pas non plus comme élément explicatif de beaucoup de leurs décisions. La majeure partie de leurs collaborateurs n’étaient pas membres de leur famille et les grandes compagnies ne se perpétuèrent pas chez les descendants des fondateurs.

62La communauté génoise de Madrid forma un groupe qui permit à ses membres d’entrecroiser beaucoup de leurs intérêts personnels et familiaux, tout en leur donnant une vie sociale qui leur était peut-être refusée dans d’autres milieux. Le groupe échangeait des informations entre ses membres, ce qui était essentiel pour fortifier leurs affaires, créant des contacts, captant des clients ou l’utilisant comme marché pour offrir leurs services.

63Comme les Génois essayaient de s’intégrer dans les cercles castillans ou courtisans à travers des relations avec des membres distingués de la monarchie, la Couronne se servit de certains Génois pour accéder au groupe des Génois de Madrid et maintenir ses liens avec Gênes. Bartolomé Spínola en est un bon exemple et sa nomination comme Facteur Général du roi et membre des Conseils des Finances et de Guerre est le moyen trouvé par la Trésor Royal pour mettre à son service, non seulement sa personne, mais aussi tout un réseau d’agents et de collaborateurs dans l’Europe entière.

Notes

1 J’ai mis en évidence ailleurs l’importance de son activité et les services qu’il rendit à la Couronne espagnole, Álvarez Nogal C., « El Factor General », p. 507-539, Álvarez Nogal C., « I banchieri », p. 107-121 ; Álvarez Nogal C., « Las compañías bancarias », p. 67-90. On a également analysé les raisons de son succès en fonction de l’organisation de son entreprise, Álvarez Nogal C., Lo Basso M. et Marsilio C., « La red financiera de la familia Spínola : España, Génova y las ferias de cambio (1627-1656) ».

2 Piferrer F., Nobiliario, t. III, no 1427, p. 209.

3 Ibid., p. 209. Ses armes sont : un écu d’or et une bande écartelée d’argent et de gueules, et au chef, demi fleur de lys de gueules, Rivarola J. F., Monarquía Española, t. 2, cap. 4, p. 51-56, Esteban Estríngana A., Guerra y finanzas.

4 C’est ce que l’on peut déduire d’un document de septembre 1627 où l’on déclare qu’il a 40 ans. Archivo Histórico Nacional (A.H.N.), Órdenes Militares, Santiago, exp. 7910, 1/09/1627.

5 AHPNM, Protocolo 4305, f° 393, procuration, 04/03/1614. Son père avait un frère appelé Paulo Spínola (parent de Gerónimo Vivaldo). Ses grands parents paternels furent Gregorio Spínola et Pelegrina Grillo. A. H. N. Órdenes Militares, Santiago, exp. 7910, cédule, 22/06/1627.

6 AHPNM, Protocolo 4504, f° 332, procuration, 22/12/1616. Testament de son père devant Andrea Monjardim, notaire génois, 22/09/1603. Doña Aurelia mourut en 1618, elle avait fait son testament devant Lorenzo Paravagna, le 28/04/1618. AHPNM, Protocolo 4505, f° 455, procuration, 2/07/1618. Gregorio fut chargé, entre autres, de recouvrer à Milan 1 350 livres de monnaie impériale que sa mère possédait sur le dallo de la marchandise de cette ville, correspondant aux intérêts d’un capital de 22 500 livres investi dans cette rente, et 450 ducats en monnaie de Naples situés sur l’alcabala des cartes de cette ville.

7 AHPNM, Protocolo 4515, f° 376, attestation de paiement, 05/12/1630. Bartolomé avança 100 ducats conformément au contrat signé avec la propriétaire pour une valeur de 110 ducats par an, à partir du 1er juillet 1631.

8 En décembre 1634, il paya 5 000 réaux de billon pour 4 ans à partir de la Saint-Jean 1633 jusqu’au même jour de 1637. AHPNM, Protocolo 4518, f° 1218, attestation de paiement, 4/12/1634. Cette somme fut recouvrée par D. Juan de la Serna y Haro, receveur des profits des corrales de comédie de la Cour, sur ordre de Joseph González, membre du Conseil y Chambre de sa Majesté, protecteur des hôpitaux de Madrid.

9 AHPNM, Protocolo 4530, f° 248, liquidation, 09/06/1644.

10 Álvarez Nogal C., « Las compañías bancarias », p. 67-90.

11 AHPNM, Protocolo 4505, f° 479, attestation de paiement, 14/07/1618. Ils payèrent 600 réaux à Sebastián García, maître d’œuvre.

12 AHPNM, Protocolo 4505, f° 301, 30/04/1618.

13 AHPNM, Protocolo 4516, f° 17, contrat, 11/1/1631. La maison était contiguë des deux côtés avec celle du docteur Céspedes.

14 AHPNM, Protocolo 4517, f° 738, contrat, 26/10/1633. On payait d’habitude un semestre d’avance. Feliciana engagea Carlos Strata, autre banquier génois pour mener à bien ce travail.

15 AHPNM, Protocolo 4527, f° 54, 8/02/1641. Il lui en coûta 53 596 réaux pour l’arranger et, pour la décorer, il acheta au comte de Fuensalida, en 1641, une tenture de Bruxelles. Elle était composée de 9 pièces de six aunes de hauteur et racontait l’histoire des prophètes. Bartolomé la paya 24 000 réaux de billon payés comptant.

16 AHPNM, Protocolo 4529, f° 137, 17/03/1643. Par contrat du 26 janvier 1642, Bartolomé commanda à Lorenzo de Castañeda, de Madrid, maître tuilier et briquetier, et Juan de Gárate, son compagnon, toutes les briques et les tuiles nécessaires pour la maison principale et les dépendances qu’il faisait construire à Pezuela. Ils reçurent en échange 2 000 réaux. Quelques mois plus tard, Bartolomé dénonça le contrat, et bien qu’au début, ils ne voulaient pas rendre l’argent, ils se contentèrent finalement de 1 200 réaux.

17 AHPNM, Protocolo 4504, f° 84, procuration, 20/02/1617.

18 AHPNM, Protocolo 4504, f° 89, procuration d’Octavio Centurión, 21/02/1617 : pour qu’il recouvre les revenus du trésorier ou du receveur de la rente de l’Almojarifazgo Mayor de Séville.

19 Archivo General de Simancas (AGS), Consejo y Juntas de Hacienda 643, requête, 9/12/1628. On voulait que la vente des vassaux et des alcabalas reste entre les mains de Miguel de Ypeñarrieta. Dans le cas où il devait finalement partir, Bartolomé demanda au Conseil à être accompagné par un comptable, un grand officier, un scribe, deux caissiers, et d’avoir un carrosse pour lui et un autre pour l’argent et les officiers.

20 AGS, Consejo y Juntas de Hacienda 677, requête, 25/03/1631. Le Génois devait transmettre des mises à prix pour d’éventuels affermages, toujours plus basses que les antérieures.

21 Gelabert J. E., Castilla convulsa (1631-1652), p. 191.

22 A.H.N., Órdenes Militares, Santiago, exp. 7910. Procès-verbal de l’enquête pour entrer dans l’Ordre de Santiago, 1/09/1627.

23 A.H.N., Órdenes Militares, Santiago, exp. 7910.

24 Elliott J., El Conde-Duque de Olivares, p. 308.

25 Archivio di Stato di Genova (A. S. G.), Archivio Secreto 2430, lettre de Bartolomé Spínola à la Séréníssime République, 28/08/1622. L’ambassadeur fut enterré dans l’église San Jerónimo de Madrid. Par lettre du 28 ou 30 septembre, Bartolomé exprima sa reconnaissance à la République à ce sujet, « pour le bien qu’on lui a fait, en le plaçant devant d’autres qui l’auraient mérité mieux que lui ».

26 AGS, CCGG, 200. Comptes de logement, 1625. Son secrétaire se nommait Juan Jácome Banquero.

27 A.S.G., Archivio Segreto 2430, lettre de l’ambassadeur à la Séréníssime République, 06/02/1626.

28 AGS, Consejo y Juntas de Hacienda 623, billet, 06/11/1626.

29 AHPNM, Protocolo 5786, f° 148, 9/09/1623 : comptabilité des sommes recouvrées entre 1618 et 1623.

30 AHPNM, Protocolo 4511, 2/12/1625. AHPNM, Protocolo 4513, 12/1628 : nominations de 1629.

31 AGS, Consejo y Juntas de Hacienda 667, ordre, 02/03/1630.

32 Bartolomé Spínola nomma pour Osuna et Arahal Juan Alonso Buitrón, et pour Alburquerque, Diego de Espínola. AHPNM, Protocolo 4509, f° 237, 23/7/1622.

33 AHPNM, Protocolo 4530, f° 206, liquidation, 12/05/1644. Il s’obligea à payer 15 000 maravédis pour chaque feu et 5 600 ducats par lieue légale et à verser la totalité en réaux d’argent double, plus un intérêt annuel de 8 %. L’enquête montra qu’il y avait 372 feux tandis que l’arpenteur déclara que le terroir mesurait 139 740 564 varas carrées.

34 AHPNM, Protocolo 4528, f° 3, 1642 : Affermage des fruits de la commanderie pour deux ans, moyennant 7 000 réaux de billon et un porc salé chaque année depuis le 1er janvier 1642. Les fermiers étaient deux habitants de la ville, don Alonso Montero y Francisco Ximénez.

35 AHPNM, Protocolo 4530, f° 79, testament de Bartolomé Spínola, 14/02/1644.

36 A. H. N., Órdenes Militares, Santiago, exp. 7910, cédule du Conseil des Ordres, 22/06/1627 ; il fut nommé le 10/11/1627.

37 AHPNM, Protocolo 4512, f° 339, décret, 11/12/1627.

38 AGS, Quitaciones de Corte, 9, titre, 5/02/1629. Bartolomé prêta serment le 15 février 1631. AGS, Quitaciones de Corte, 9, transcription, 14/06/1631.

39 AHPNM, Protocolo 4518, f° 116, obligation, 14/2/1634.

40 AGS, Estado 3596, mémorial, 1641.

41 AGS, Consejo y Juntas de Hacienda 674.

42 Priotti J. P., « Uso material e inmaterial del dinero », p. 64-66. En fait, ces juros n’étaient pas tous de bonne qualité, comme, par exemple, celui qui était situé sur la Monnaie de Séville. Il rapportait 5 % à l’année, environ 178 380 maravédis, mais en 1633, on lui devait déjà deux années de retard, ce pour quoi il sollicita son paiement sur un autre revenu. AGS, CJH, 701, mémorial, 20/02/1633.

43 AHPNM, Protocolo 4512, f° 56, procuration, 21/03/1627. Bartolomé avait droit de léguer cette rente à son neveu Pablo Spínola et après sa mort à une autre personne, avant de retourner à la Couronne.

44 AGS, Consejo y Juntas de Hacienda, 714, consultation du 11/11/1634.

45 AHPNM, Protocolo 4530, f° 79, testament de Bartolomé Spínola, 14/02/1644.

46 AHPNM, Protocolo 4504, f° 56-67.

47 AHPNM, Protocolo 1381, f° 114, procuration, 12/02/1616.

48 AHPNM, Protocolo 4503, f° 287 : attestation de paiement, 1/12/1615. La réparation de la façade et d’une chambre lui avait coûté 5 723 réaux.

49 AHPNM, Protocolo 4504, f° 156.

50 AHPNM, Protocolo 2870, f° 514. Testament de Juan Andrea Spínola. Il possédait 178 ducats, 3 tomines et 15 grains d’une rente située sur le royaume de Naples, et une autre rente à Milan sur la ferme du sel qui rapportait 135 livres.

51 AHPNM, Protocolo 4503, f° 254 : obligation, 13/10/1615. Doña Ángela Geldre bénéficia d’un prêt de 700 écus d’or.

52 Doña Ángela Geldre le chargea de recouvrer une rente constituée sur la maison que don Juan del Castillo possédait place du Salvador à Madrid.

53 AHPNM, Protocolo 4503, f° 381 : obligation, 15/04/1616. En 1616, achat à titre personnel de 200 fanègues de blé, 200 d’orge et 80 sacs de paille pour su maison.

54 AHPNM, Protocolo 4504, f° 469 : attestation de paiement, 10/11/1617.

55 AHPNM, Protocolo 2870, f° 514 : testament de Juan Andrea Spínola, non daté.

56 AHPNM, Protocolo 2870, f° 510 : déclaration, 19/10/1620.

57 AHPNM, Protocolo 4508, f° 201 : mémorial, 14/10/1620.

58 AHPNM, Protocolo 4509, f° 389 : attestation de paiement, 28/02/1622.

59 AHPNM, Protocolo 4508, f° 213 : écriture, 30/10/1620. Bien que la tutrice fut son épouse, il demanda à doña Octavia Spínola et à Tomás Pinelo, qui résidaient à Naples, et à Franca Spínola, résidant à Gênes, de les protéger et les aider en cas de nécessité. Ses exécuteurs testamentaires furent son épouse, sa belle-mère, doña Octavia Spínola, son beau-frère Nicolao Balbi, et son associé, Bartolomé Spínola. AHPNM, Protocolo 2870, f° 510 : déclaration, 19/10/1620. La tutelle de ses enfants obligea doña Pelegrina à tenir des livres de comptes et à poursuivre les procès qu’avait engagés son mari.

60 Sa dot s’élevait à 20 000 livres, monnaie de cartulaire de Gênes.

61 Gregorio déclara qu’il avait 30 ans en 1616.

62 AHPNM, Protocolo 4530, f° 232, copie certifiée du testament de Gregorio Spínola, 7/04/1642. Parmi les témoins qui figurent dans ce testament citons Godrofredo Lomelin et Sinivaldo de Carli, Génois résidant à Alicante. Le notaire fut Bautista Boyer. Deux années après, une copie de ce testament fut annexée à celui de Bartolomé Spínola. AHPNM, Protocolo 4530, f° 237, certificat du testament de Gregorio Spínola, 16/03/1644.

63 AHPNM, Protocolo 4504, f° 332, procuration, 22/12/1616.

64 AGS, Estado 3594, lettre du comte de Siruela au Conseil d’État, 5/01/1638.

65 AGS, Estado 3594, minutes de lettres, 1/02/1638.

66 AGS, Estado 3337, consultation, 08/06/1632.

67 Marsilio C., « Nel XVII secolo dei genovesi » (sous presse).

68 AGS, Estado 3595, lettre du comte de Siruela, 30/05/1639.

69 AGS, Estado 3595, mémorial de Francisco de Melo à Gregorio Spínola, 9/10/1639.

70 AGS, Estado 3596, lettre du comte de Siruela au comte-duc d’Olivares, 24/02/1640.

71 AGS, Estado 3456 y 3358, consultation, 18/06/1643.

72 AGS, Estado 3597, lettre de Juan de Eraso, 1/12/1641

73 AHPNM, Protocolo 4527, f° 82, testament, 20/02/1641. Julio fut l’héritier de son frère Vicencio ; il avait une sœur, Julia Palavesín.

74 Bartolomé lui avait laissé une chaîne en or, une bague en diamants et une coquille Saint-Jacques.

75 AHPNM, Protocolo 4527, f° 398, comptes de liquidation avec le caissier de la compagnie, 23/07/1641. Après avoir liquidé les comptes et payé les frais d’obsèques il resta 1 101 106 maravédis en argent et 975 133 en billon. Il laissa également 78 750 maravédis de rente d’un juro situé sur les puertos secos de Castille et un dépôt d’environ 100 000 réaux d’argent, dans sa propre compagnie, dont il devait recevoir des intérêts.

76 AHPNM, Protocolo 4527, f° 566, procuration, 2/10/1641. Bartolomé Spínola chargea Francisco Micón de percevoir les loyers des maisons et des boutiques depuis la date de la mort de Gerónimo jusqu’à ce que les nouveaux locataires les occupent.

77 AGS, CCGG, 136, asiento, 1/1/1641.

78 AGS, CJH, 828, consultation du Conseil des Finances, 12/03/1641.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search