Version classiqueVersion mobile

Circulations maritimes : l'Espagne et son empire

 | 
Michel Bertrand
, 
Jean-Philippe Priotti

Troisième partie. Du local au global : jeux d'acteurs et jeux d'échelles

Philippe II, Giovanni Andrea Doria et le contrôle militaire de la Méditerranée à la fin du XVIe siècle

Bastien Carpentier et Jean-Philippe Priotti

À Mali Feraoun
À Mina Bentaleb

Texte intégral

  • 1 Nous nous référons ici et par la suite – sauf indication contraire – à l’édition de 1966, Paris, A (...)
  • 2 Neri, Enrica, Uomini d’affari e di governo tra Genova e Madrid, Milano, Pubblicazioni della Univer (...)

1L’autorité de l’œuvre de Fernand Braudel, « La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II »1, a quelque peu dissuadé les chercheurs de s’intéresser à certains aspects de cet immense sujet, notamment celui de la guerre en Mer Intérieure à la fin du XVIe siècle. Comme on le sait, la partition de ce livre en trois grands thèmes laisse dans un premier temps une large place à une histoire immobile des rapports de l’homme et de l’espace tandis que dans un second temps sont examinées les structures, à travers une histoire des groupes sociaux. Quant à la troisième partie, elle est une histoire événementielle durant le règne de Philippe II, un demi-siècle environ, dans laquelle les guerres entre le Turc et l’Espagnol occupent une place importante. Braudel distingue donc dans son œuvre, temps géographique, temps social et temps individuel. Ce troisième volet nous intéresse plus particulièrement. Y figurent les grands hommes dans leur rapport aux chaînes des événements politiques et économiques, comme le note Braudel lui-même dans l’édition de 1966. Et les mécanismes décrits se basent souvent sur la collecte d’informations macro ou quantitatives. Il avoue avoir négligé les chaînes de faits sociaux et culturels, autrement dit, les hommes dans leurs rapports entre eux, les hommes en tant comme système relationnel. Il ne s’agit nullement de critiquer les choix de Braudel – ne serait-ce que parce qu’ils datent de plus d’un demi-siècle et revêtaient pour l’époque un caractère très novateur – mais plus simplement de préciser l’axe de travail qui retient notre attention aujourd’hui. Ainsi, le substrat social qui permet à Philippe II de maîtriser le bassin occidental de la Méditerranée, ou en tout cas de mettre la Mer Intérieure au service de ses ambitions, a été peu étudié. Les rapports entre Philippe II et les hommes de guerre, génois en particulier, les clientèles de ces derniers à Gênes même, le pouvoir décisionnel des uns et des autres, ont été peu analysés et peu corrélés avec l’activité guerrière en Méditerranée. De même, s’il existe des études concernant les banquiers génois et leurs liens avec l’Espagne, le rôle décisif qu’ils eurent sur le plan militaire en Méditerranée occidentale reste assez largement méconnu2.

  • 3 Jean Bérenger parle de « l’élimination de la flotte ottomane » après la bataille de Lépante, voir (...)
  • 4 Braudel, Fernand, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, t. 2, p. 16 (...)

2L’intérêt d’une étude – qui en est à ses débuts – de la fin du XVIe siècle réside dans le fait que l’historiographie a longtemps sous-évalué l’activité guerrière maritime de l’Espagne en Méditerranée occidentale, après Lépante. Les historiens ont souvent minimisé le danger ottoman durant cette période3. L’absence de grands combats navals n’a pourtant pas été synonyme d’inactivité maritime. En fait, ces grandes batailles ne représentaient qu’une infime partie de l’activité militaire maritime générale. Contrairement aux idées communément admises d’une Méditerranée occidentale paisible en cette fin de XVIe siècle, la Mer Intérieure fut le théâtre d’opérations de grande ampleur : de chassés-croisés de convois d’hommes et de numéraire, d’expéditions corsaires, d’escadres italiennes ou espagnoles cherchant à harceler l’ennemi, qu’il soit ottoman, français ou anglais. Pour les années 1590, Braudel avait déjà signalé les quelques opérations militaires qui devaient opposer les flottes espagnoles et ottomanes. Il négligea cependant leur importance, estimant que des batailles qui n’avaient jamais lieu ne pouvaient avoir de conséquences directes. Si cela pouvait être le cas du point de vue politique et militaire, il n’en était pas de même du point de vue social et économique. Bien que Braudel ait qualifié de « fausses alertes » ces situations particulières où des flottes ennemies passaient de longs mois à se chercher dans l’immensité méditerranéenne, le monarque castillan se préoccupa de faire de la Méditerranée occidentale un lac espagnol bien défendu. Il s’agit justement pour nous d’étudier les préparatifs qui y participaient et de manière générale le système défensif espagnol et les stratégies que Philippe II et son capitaine général de la mer, Giovanni Andrea Doria, mirent en place pour assurer la défense de leurs intérêts respectifs. En effet, l’entretien annuel d’une galère coûtait autant que sa construction, soit 6 000 ducats vers 1560, et le chiffre devait par la suite grandir encore4. La recrudescence de la course barbaresque après 1580, engendra l’amélioration de l’organisation défensive côté chrétien.

  • 5 Publiée par Vargas-Hidalgo, Rafael, Guerra y diplomacia en el Mediterráneo : correspondencia inédi (...)
  • 6 Boissevain, Jeremy, Friends of Friends. Network, Manipulations and Coalitions, Oxford, B. Blackwel (...)
  • 7 Levi, Giovanni, « Les usages de la biographie » Annales, ESC, no 6, novembre-décembre 1989, p. 133 (...)

3À partir de la correspondance épistolaire de Philippe II à Giovanni Andrea Doria5, notre objectif est de proposer l’ébauche d’une lecture de la guerre en Méditerranée à la fin du XVIe siècle, à travers le prisme social de ceux qui la décidaient, l’organisaient et la faisaient. La correspondance exploitée donne la possibilité d’observer les acteurs, leurs relations et les logiques de fonctionnement qu’elles décrivent. Elles nous permettent de mieux comprendre le rôle de broker6 que joua Giovanni Andrea Doria entre, d’un côté, le roi castillan, son patron à Madrid et, de l’autre, sa famille, ses amis et ses clients établis à Gênes, et d’appréhender les ressources alimentant la communication entre des personnes issues de milieux culturels distincts7. Cette relation était primordiale pour l’Espagne dans la mesure où les Génois assuraient en bonne partie la sécurité de la frontière méditerranéenne de la monarchie hispanique. En effet, l’État castillan instrumentalisa les élites militaro-bancaires ligures afin de consolider son empire et d’en sécuriser la défense et, au début du XVIe siècle, lorsque la cité de Gênes fut intégrée au système impérial espagnol, elle en devint une des pièces maîtresses abritant l’armada génoise ainsi des corsaires particuliers, serviteurs zélés de la cause castillane. République indépendante, la cité ligure fut amenée à remplir plusieurs fonctions politique, diplomatique et guerrière en échange de la protection qu’elle recevait des souverains castillans. Elle était la clé et la porte de l’Italie, un lieu où se concentraient argent, informations et forces maritimes. À ce titre, elle constituait un maillon essentiel du chemin espagnol qui menait du Levant ibérique aux Pays-Bas et à travers lequel circulaient argent, vivres et soldats, fonction vitale pour la sauvegarde de l’empire dans le Nord-ouest européen. Gênes était par conséquent chargée de maintenir la paix en Italie en collaboration avec le duché de Milan, fort de son potentiel militaire, et avec les armadas des royaumes de Naples et de Sicile. Mais les banquiers génois furent aussi les principaux banquiers de la monarchie pendant la seconde moitié du XVIe et au début du XVIIe siècle, ce qui constituait un lien d’interdépendance fort entre les deux alliés.

  • 8 Allegra, Luciano, « À propos de micro-macro », dans Bellavitis, Anna, Croq, Laurence, Martinat, Mo (...)
  • 9 Gómez-Centurión, Carlos, La Invencible y la empresa de Inglaterra, Madrid, Nerea, 1988, p. 127.

4À travers une première analyse du réseau relationnel du capitaine-général de la mer génois de Philippe II, il s’agit de mieux connaître le système militaire qui permit au souverain castillan de dominer la Méditerranée au XVIe siècle. Luciano Allegra rappelait d’ailleurs récemment que micro et macro ne pouvaient être disjoints8. Il s’agit également de comprendre comment Philippe II réussissait à vaincre la distance et à contrôler les marges de son empire par-delà les mers. Il ne semble pas qu’il y ait eu un abandon de la Méditerranée dans le dernier tiers du XVIe siècle au profit des affaires atlantiques. De fait, en 1593, la majeure partie des procureurs des Cortes de Castille, surtout ceux de Burgos, de Madrid et de Séville, défendaient la nécessité de protéger la Méditerranée et le détroit de Gibraltar, ainsi que le littoral péninsulaire et la Carrera de Indias9.

Philippe II, Giovanni Andrea Doria et les Génois : ébauche d’un système relationnel

  • 10 Bertrand, Michel, « Du bon usage des solidarités. Étude du facteur familial dans l’administration (...)

5Depuis le Moyen Âge, avec les Spinola, traditionnellement leurs alliés, la famille Doria avait été l’un des quatre piliers de la noblesse génoise, et les Grimaldi et les Fieschi, leurs ennemis déclarés. En 1528, Charles Quint s’appuya sur Andrea Doria – issu d’une des branches familiales en mal de richesse et de pouvoir – pour attirer Gênes dans son orbite. Il s’instaura entre les deux hommes une alliance qui ne fut jamais démentie et Charles Quint récompensa la fidélité d’Andrea Doria en l’aidant à retrouver une place de premier rang dans la société génoise. Giovanni Andrea Doria, héritier politique des galères de son proche parent (il était le fils d’un neveu d’Andrea Doria) poursuivit cette relation privilégiée avec Philippe II, les liens tissés passant ainsi d’une génération à une autre à l’instar de tout autre élément patrimonial10.

  • 11 Notons qu’il n’existe toutefois pas de biographie à son sujet.
  • 12 Mira Caballos, Esteban, Las armadas imperiales. La guerra en el mar en tiempos de Carlos V y Felip (...)

6Cet héritage a d’autant plus d’intérêt que l’historiographie a souvent présenté Giovanni Andrea Doria comme totalement dépourvu de l’aura qu’avait son parent à Gênes et dans le monde méditerranéen11. Afin de tester cette affirmation, nous avons cherché à définir le rôle de Giovanni Andrea dans la ville de Gênes et auprès des autres « grands » génois, afin de comprendre de quelle façon il parvint à se maintenir à la tête de la Méditerranée de Philippe II. Dans cette optique, il nous a paru opportun de tirer de la correspondance l’ensemble des noms génois auxquels Giovanni Andrea Doria et Philippe II furent régulièrement associés entre 1571 et 1598. Par le biais de Philippe II, Giovanni Andrea Doria fut en mesure d’octroyer des privilèges et avantages à des personnes qu’il choisissait, et de les faire entrer dans le cercle des bénéficiaires de la monarchie. En retour du service militaire et informatif que Doria offrait à Philippe II, le roi le laissa placer qui il voulait à des postes-clé, ou contracter des emprunts avec qui il le souhaitait, l’autorisant ainsi à gérer un réseau de clients et à former à Gênes une faction lui étant favorable. Cela était particulièrement nécessaire si l’on prend en compte les longs déplacements que Doria effectuait en mer, loin de la République. De même, Philippe II déléguait bonne part de son autorité pour les opérations militaires, de course et de convoyage de numéraire, ce qui coïncidait d’ailleurs avec la liberté de manœuvre dont le prédécesseur et parent de Giovanni, Andrea Doria, avait joui durant ses années de service12. Deux éléments qui visent à reconsidérer un tant soit peu la façon dont les décisions politiques importantes étaient prises et appliquées.

  • 13 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, San Lorenzo, le 28 décembre 1572 dans Vargas-Hidalg (...)
  • 14 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Madrid, le 3 février 1588 dans ibid., p. 1221.
  • 15 Lettre de Philippe II à Andrea II Doria, San Lorenzo, le 19 août 1591 dans ibid., p. 1316. En 1594 (...)
  • 16 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, San Lorenzo, le 7 août 1595 dans ibid., p. 1413.
  • 17 Un dictionnaire sur la course et les corsaires dirigé par Gilbert Buti et Philippe Hrodej traitera (...)
  • 18 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, San Lorenço, le 7 août 1590 dans ibid., p. 1287.

7Giovanni Andrea Doria profita de sa relation avec le monarque pour appuyer des membres de sa famille. Ainsi, il introduisit son frère et ses fils dans l’orbite directe de Philippe II. En 1572, il recommanda son frère Pagano Doria au service du Roi Prudent, lequel fut nommé colonel d’une compagnie d’infanterie italienne quelques mois plus tard, dirigeant un tercio de 3 000 fantassins13. Et dès 1588, Philippe II souhaita que le fils aîné de Giovanni Andrea, Andrea II, fût formé comme son père l’avait été, c’est-à-dire à bord des galères, naviguant entre les deux portes de la Méditerranée philippine, Messine et Gibraltar14. Trois ans plus tard, Andrea II obtint la charge de capitaine général des galères des particuliers de Gênes15. Carlo Doria, pour sa part, le deuxième fils de Giovanni Andrea, fut élevé à la cour auprès du futur Philippe III16. Il pratiqua la course en Méditerranée17, activité tremplin pour la formation maritime et guerrière, l’enrichissement, ainsi que pour se faire remarquer par le souverain castillan et prétendre à une ascension sociale rapide. À partir de 1590, il dirigea au nom de l’Espagne des galères (dont le contrat ou asiento lui avait été transmis par son père avec l’autorisation de Philippe II)18.

8En vue de la transmission de la charge de capitaine-général et de la passation des galères à la génération suivante, les Doria exploitaient donc deux voies privilégiées : la première concernait le souci de lien direct avec le monarque et la cour pour pénétrer la culture castillane et mieux comprendre les exigences et les besoins de leurs patrons, et le second la nécessité de l’acte guerrier, de bravoure en mer (course et prises), marqueur de noblesse, pour attirer la libéralité du souverain à leur endroit. Si Giovanni Andrea s’efforça d’intégrer ses fils dans les activités maritimo-guerrières au service de l’Espagne, Philippe II en eut tout autant satisfaction et même intérêt : il était primordial pour le souverain castillan d’assurer le renouvellement de l’alliance avec Gênes, pièce capitale du système de gestion des frontières de l’empire, et de se préoccuper le plus tôt possible du successeur de Giovanni Andrea.

  • 19 Lettre de Giovanni Andrea Doria à Philippe II, Gênes, le 17 mars 1573 dans ibid., p. 891.
  • 20 Lettre de Giovanni Andrea Doria à Philippe II, Gênes, le 14 novembre 1572 dans ibid., p. 842.
  • 21 Lettre de Giovanni Andrea Doria à Philippe II, Gênes, le 25 décembre 1572 dans ibid., p. 854.
  • 22 Ambrogio Doria fut chargé d’un convoi monétaire de 600 000 ducats à Agostino Spinola, lettre de Ph (...)
  • 23 Giannettino Doria est présenté dans la correspondance par Philippe II comme le neveu de Giovanni A (...)
  • 24 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, San Lorenzo, le 10 juillet 1598 dans ibid., p. 1554
  • 25 Lettre du Prince Philippe, futur Philippe III (Philippe II étant indisposé de sa main) au pape Clé (...)

9D’autres membres de la maison Doria bénéficièrent de la relation établie entre Giovanni Andrea et Philippe II. À partir de mars 1573, Giovanni Andrea voulut récompenser Marcelo Doria et demanda au Roi Prudent que des privilèges lui fussent attribués19. S’il était un parent, Marcelo était aussi l’homme de confiance de Giovanni Andrea, chargé de gérer ses galères en son absence20, ainsi que de se rendre à la Cour pour parler en son nom à Philippe II21. C’était une manière de l’introduire dans le service royal. Un autre Doria, Ambrogio, navigua au nom de l’Espagne et fut chargé en 1589 de convoyer des fonds depuis l’Espagne jusqu’à Gênes22. Autre élément intéressant : en juillet 1598, Giannettino Doria, le fils de Giovanni Andrea23 – mentionné comme son neveu dans la correspondance –, fut envoyé auprès du Pape pour y exercer en tant que cardinal24. Avoir des émissaires à Rome accroissait considérablement l’aire d’influence familiale. Précisons qu’un an plus tôt Philippe II avait demandé au Pape de lui accorder ce cardinalat25. Cette nomination montre la multipolarité des activités de la maison Doria, qui comptait dans ses rangs non seulement des gens de mer et de guerre mais également des ecclésiastiques et des banquiers, on en dira quelques mots.

  • 26 Pour en savoir davantage sur Nicolò Doria, Dizionario biografico degli italiani, XVI, Roma, Istitu (...)

10A contrario, Giovanni Andrea utilisa son lien avec Philippe II pour exclure ses opposants et rivaux du cercle des privilégiés de l’alliance entre Gênes et la Castille, et ce au sein même de sa famille. En 1573, par exemple, il s’opposa à ce qu’un de ses parents possédât des galères à Gênes. En effet, Nicolò Doria avait été proche de Gian Luigi Fieschi, lequel avait tué le père de Giovanni Andrea Doria lors de la conjuration de 154726, complot qui prétendait renverser le pouvoir des Doria à Gênes.

11Philippe II avait bien entendu intérêt à accéder aux requêtes de Giovanni Andrea, mais ce dernier avait aussi de l’entregent à la Cour de Madrid. Juan de Idiáquez, également issu d’un groupe d’hommes de guerre et d’affaires, et qui allait devenir un des personnages les plus influents de la fin du règne de Philippe II, dut en partie son poste d’ambassadeur dans la République ligure aux appréciations positives de Doria. Et ce fut lui qui, devenu secrétaire d’État, entretint depuis Madrid la correspondance avec Giovanni Andrea.

  • 27 Le cinquième, Giannettino, ne fut pas marié car il suivit une carrière ecclésiastique.
  • 28 Son nom ne figure pas dans la liste des familles nobles génoises de Thomas Kirk.

12Dans un second temps, intéressons-nous aux alliances familiales que Giovanni Andrea scella pour ses quatre enfants27. Il maria sa fille aînée, Vittoria, à Ferrante Gonzague en 1580, fils de Ferrante Gonzague, amiral et général de Charles Quint, originaire de Mantoue. Artemisia, quant à elle, épousa Carlo Velasco, marquis de Lombay. Son fils, Andrea II, fut marié à Giovanna Colonna, sœur de Marcantonio Colonna, général des galères pontificales et qui ne semble pas non plus être d’origine génoise28. Et son deuxième fils, Carlo, se maria à Placidia Spinola, marquise de Calize, d’une famille de banquiers et d’hommes de guerre, démontrant la volonté de resserrer les liens déjà denses entre les maisons Doria et Spinola. Ces mariages entendaient donc renforcer les liens avec des lignages nobles dont les activités se combinaient idéalement avec celles des Doria puisque, comme eux, ils faisaient office d’hommes de guerre et d’hommes d’affaires. Ils permettaient aussi la consolidation d’un pouvoir « régional » important dans le nord de l’Italie, porte du « chemin espagnol ». Toutefois, à ce stade de notre recherche, nous ne savons si ces liens matrimoniaux furent tissés sur la base de liens professionnels ou vice-versa. Quoi qu’il en fût, il y avait souvent superposition de liens, ce qui renforçait la qualité des alliances.

  • 29 Les Centurioni étaient reconnus comme étant de grands banquiers génois. La correspondance permet d (...)
  • 30 Eduardo Cigala fut asentista : ses deux galères furent intégrées à l’escadre des galères de partic (...)
  • 31 Des Marini furent également impliqués dans les grands consortiums financiers européens avec des Sp (...)
  • 32 Agabito Grillo fut asentista de galères génois.
  • 33 Horacio Lercaro fut appuyé par Giovanni Andrea Doria auprès de Philippe II, lettre de Philippe II (...)
  • 34 Les Lomellini étaient considérés comme faisant partie des grands consortiums financiers, associés (...)
  • 35 La relation avec les Grimaldi fut particulière. Au début des années 1570, Giorgio Grimaldi navigua (...)

13En effet, les liens de dépendance économique étaient forts et nombreux au sein de cette société de guerriers, de marchands et de banquiers. Parmi les patronymes nobles pouvant être admis comme clients de Giovanni Andrea Doria, on retrouve de nombreux membres des familles recensées dans la liste des 28 alberghi de 1528, pour lesquels il est possible de dégager des indices d’échanges de services avec les Doria. Figurent parmi ces noms, les Centurioni29, Cigala30, Marini31, Grillo32, Lercaro33, Lomellini34, Sauli, Grimaldi (seulement quelques individus)35. Tout comme les Doria, ces alberghi étaient majoritairement issus des nobles « anciens ».

Calvi
Cattaneo
Centurione
Cibo
Cigala
De Franchi*
De Marini

Di Negro
Doria
Fieschi
Fornari *
Gentile
Giustiniani *
Grillo

Grimaldi Imperiale
Interiano
Lercaro
Lomellini
Negrone

Pallavicino

Pinelli
Promontorio*
Salvago
Sauli*
Spinola
usodimare
Vivadi

  • 36 Ibid.

Tableau 1. – Les 28 alberghi créés par la réforme de 152836.
* Les 5 Alberghi issues du popolo.

  • 37 Kirk, Thomas allison, Genoa and the Sea, London, The Johns Hopkins University Press, 2005, p. 25.
  • 38 Bendinello Sauli fut asentista de galères intégrées à la flotte des particuliers de Gênes, dirigée (...)
  • 39 Graziani, Antoine-Marie, Histoire de Gênes, Paris, Fayard, 2009, p. 354.
  • 40 À l’exception de Giorgio Grimaldi au début des années 1570.

14Toutefois, les Sauli étaient l’une des cinq familles des 28 alberghi de 1528 à provenir des popolari37. Bendinello Sauli38 était fort apprécié des autres popolari génois et disposait à cet égard d’un soutien sans pareil39. L’avoir sous son aile permettait à Doria d’avoir une influence indirecte sur les groupes « populaires » de la société génoise. Giovanni Andrea Doria ne structura donc pas à cent pour cent son réseau clientélaire avec des familles nobles qui, comme la sienne, étaient dites « anciennes ». Mais tous les lignages génois faisant partie de la noblesse « ancienne » ne collaboraient pas à la puissance des Doria. Les inimitiés, elles aussi, étaient héritées (sur fond d’opposition entre « blancs » et « noirs »). Les Fieschi et les Grimaldi, étroitement liés, entretenaient la plupart du temps des relations conflictuelles avec les Doria. En 1571, par exemple, Giovanni Andrea avait eu l’intention de vendre des galères à Philippe II, mais il y renonça lorsqu’il apprit que ce dernier avait l’intention de les revendre au banquier Nicolò Grimaldi, un des principaux opposants de Giovanni Andrea, rappelant ainsi à quel point la possession de galères était un élément essentiel des rapports de force dans la République au XVIe siècle. En outre, Giovanni Andrea pouvait choisir de ne pas les inclure dans les programmes le liant personnellement à Philippe II et à l’Espagne. Les Fieschi et les Grimaldi ne participèrent que très rarement à la conclusion d’asientos de galères des particuliers génois40, que Giovanni Andrea, puis Andrea II Doria, dirigèrent. Et les Doria ne les nommèrent pas non plus en tant que corsaires particuliers, autre privilège qu’ils détenaient par délégation royale.

15Ces oppositions entre les têtes des partis (Doria-Spinola pour les « blancs », Grimaldi-Fieschi pour les « noirs ») prouvent que l’on n’est pas uniquement en présence d’une répartition dualiste horizontale des factions à Gênes. La division sociale ne fut pas simplement effective entre nobles « anciens » et « nouveaux », entre strates « supérieures » et « inférieures » de la pyramide sociale génoise. Une opposition entre différents réseaux transcendait les échelons horizontaux de la société génoise.

Alberghi clients de Doria rencontrés dans la correspondance

Appartenance au parti*

Alberghi nobili de la liste des 28 alberghi de 1528

Centurioni
Cigala
Grillo
Grimaldi
Lercaro
Lomellini
Marini

Blanc
Blanc
Blanc
Noir
Blanc/Noir
Noir
Noir

Alberghi popolari de la liste des 28 alberghi de 1528

Sauli

Tableau 2. – Répartition des clients de Giovanni Andrea Doria selon leur(s) appartenance(s) de « couleur ».
* Jacques Heers dresse la répartition des alberghi nobles « blancs » et « noirs » à travers la liste suivante. Blancs : Doria, Spinola, Vivaldi, Grillo, Nigrono, Gentile, Cattaneo, Squarzafico, Cigala, Imperiale, Pinello, Centurione, de Mari, Italiano, Guisulfo, Lercario, Marchiono, Savignono, Pansano. Noirs : Fieschi, Grimaldi, Salvaigo, Nigro, Lercario, Usodimare, Marini, Calvo, Lomellini, Italiano, Dentuto, Gentile, Ritilario, Heers, Jacques, Gênes au XVe siècle. Activité économique et problèmes sociaux, Paris, SEVPEN, 1961, p. 586.

  • 41 Jacques Heers rappelle l’importance des Lomellini pour les « noirs ». Si, au quattrocento, les Dor (...)

16Si les Doria-Spinola, à la tête des « blancs », refusèrent de partager leurs avantages avec les Grimaldi-Fieschi – qui représentaient les « noirs » –, ils intégrèrent parmi leurs clients des membres nobles du parti adverse. À ce titre, la présence des Marini et des Lomellini ne laisse pas de susciter l’intérêt. En effet, ces deux alberghi étaient issus du parti des « noirs », c’est-à-dire de familles traditionnellement attachées aux Grimaldi-Fieschi41.

  • 42 Un exemple démontre bien les liens d’interdépendance et de clientélisme entre les Doria et les Lom (...)

17La formation du réseau de clientèle de Giovanni Andrea Doria était donc basée sur l’établissement d’un groupe de personnes ayant pour noyau principal des alberghi nobili du parti « blanc », essentiellement donc des membres du parti des Doria-Spinola. Cependant, la présence de certains Sauli, Marini, Lomellini, démontre que ce réseau social était « mixte ». Les liens directs établis avec les popolari par le biais de Sauli, et ceux visant à intégrer certains Grimaldi, ainsi que le plus puissant allié des Grimaldi et des Fieschi, l’albergo des Lomellini42, permettaient d’affaiblir le parti « noir » ainsi que les alberghi popolari. En définitive, Doria protégeait sa faction en intégrant les forces vives de la faction ennemie créant ainsi des possibilités de rupture de coopération en son sein. La répartition de privilèges et de bénéfices qu’exerça Giovanni Andrea Doria auprès de certains Génois fut rendue possible grâce à son lien fort avec Philippe II. Sans cette délégation de la grâce royale, il aurait rencontré des difficultés majeures pour former et rester à la tête de sa faction « mixte », qui lui permit de maintenir son pouvoir et sa richesse à l’intérieur des murs de Gênes.

18Mais, à leur tour, pour mériter les largesses dont ils bénéficiaient de la part du monarque espagnol, les Doria, leurs parents et leurs clients devaient offrir une ample gamme de services. Les liens qu’ils entretenaient entre eux et avec le souverain s’articulaient autour du rôle d’armateur, d’homme de guerre et de banquier. Ils offraient donc au souverain castillan des fonds, une logistique de guerre navale et la place de Gênes, carrefour militaire, financier et bancaire du camino español. Ces hommes, leur patrimoine et leur potentiel militaire représentaient un enjeu pour le monarque et en utilisant leurs services, le souverain contribuait à fondre ces différentes activités dans un même moule, augmentant la cohérence d’un groupe de « guerriers-banquiers ».

  • 43 Voir Herrero Sánchez, Manuel, « La República de Génova y la Monarquía Hispánica (siglos XVI-XVII)  (...)

19Réhabiliter la jonction, le trait d’union entre les deux pôles de l’économie bicéphale de tout un pan de la société génoise, l’activité marchande-bancaire et l’activité guerrière, permet de porter un regard nouveau sur le rôle joué par les Génois et leurs réseaux dans la guerre en Méditerranée au XVIe siècle, car habituellement l’historiographie s’est cantonnée à étudier soit les banquiers, soit, plus rarement, les hommes de guerre43.

  • 44 Vázquez de Prada, Valentín, Lettres marchandes d’Anvers, t. I, Paris, SEVPEN, 1960, p. 191.
  • 45 Un autre banquier Spinola, Carlo, fit partie d’une compagnie à Anvers en 1592, la compagnie « Giov (...)
  • 46 La firme « Andrea Spinola, Thomas Spinola et Hector Doria » fut impliquée dans des transactions mo (...)
  • 47 Ibid., p. 2.

20Au sein même de la maison Doria, l’activité marchande-bancaire imprégna les activités familiales, au même titre que l’activité guerrière et maritime. Tout au long du XVIe siècle, des Doria furent présents sur les plus grandes places européennes de change et menèrent avec leurs parents et alliés nombre d’activités commerciales. À Anvers, ils établirent une grande compagnie financière avec des Spinola et des Lomellini44 et à la fin du siècle, une compagnie établie dans le port de l’Escaut se nommait « Giacomo Doria, Federigo et Carlo Spinola ». Mais ces associations n’étaient nullement exclusives. Les Spinola, par exemple, les Cattaneo et les Lomellini furent à la tête du plus grand consortium financier d’Anvers avec des succursales sur diverses places européennes45. Quoi qu’il en fût, les activités commerciales des Doria ne se limitaient pas à l’Europe du Nord-Ouest puisque certains d’entre eux étaient implantés à Séville et formaient des firmes avec des Spinola dans les années 155046. La principale maison alliée des Doria, celle des Spinola, fut d’ailleurs la maison marchande génoise la plus importante de Séville47.

  • 48 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, San Lorenzo, le 1er août 1590 dans ibid., p. 1286.
  • 49 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, San Lorenzo, le 31 août 1591 dans ibid., p. 1318.

21Mais le clan des Doria-Spinola ne réalisait pas seulement des activités commerciales et bancaires : certains de ses membres, comme on l’a vu, escortaient les transferts monétaires d’Espagne à Gênes. Un asiento conclu par un Spinola en novembre 1589, élevé à 600 000 ducats, fut acheminé par Ambrogio Doria sous les ordres de Giovanni Andrea. Il est intéressant de noter ici la une double complémentarité, entre les familles Spinola et Doria liées entre elles par le sang, et par la même occasion entre ceux qui concluaient des asientos et ceux qui organisaient les circuits monétaires réels. De même, en août 1590, Philippe II pria Giovanni Andrea Doria de laisser deux galères à disposition pour un transfert de numéraire issu de la conclusion d’un asiento avec Ambrogio Spinola, lui-même lié en affaires à ses parents d’Anvers ainsi qu’aux Lomellini et aux Cattaneo évoqués plus haut48. Les mêmes personnages intervinrent de la même façon en 1591 dans un asiento signé en vue d’approvisionner la Flandre49.

  • 50 Les galères étaient construites comme il le souhaitait. Le vice-roi de Naples et les autorités de (...)

22Lorsqu’il y avait nécessité d’opérer un convoi maritime, Philippe II en référait à Giovanni Andrea Doria, dont les galères constituaient le gros de l’escorte entre l’Espagne et l’Italie. En tant que capitaine général de la mer, Giovanni Andrea Doria avait la responsabilité des convois d’argent, de vivres et de soldats en Méditerranée occidentale, particulièrement sur l’axe Barcelone-Gênes, maillon essentiel du chemin espagnol qui conduisait en Flandre et permettait à la monarchie hispanique de maintenir sa présence et de défendre ses possessions dans le nord-ouest européen. Giovanni Andrea était un des grands armateurs de Gênes et Philippe II lui donnait également des responsabilités dans d’autres arsenaux, comme à Barcelone où il avait la possibilité de décider du type de bateau à construire et de nommer lui-même celui qui supervisait l’ouvrage50.

23Le fait qu’en dehors de leurs liens de sang les Doria et les Spinola fussent associés dans le milieu de la banque et de la guerre sur mer tout en en contrôlant les postes-clé, révélait de la part de ce front de parenté et de leurs alliés une intégration verticale de leurs activités. Ils étaient des manieurs d’argent de haut vol, utilisaient leurs propres galères armées pour les transporter, et ces deux activités étaient mises au service du roi castillan afin de construire un système de défense à l’échelle de la Méditerranée. En échange de quoi, ils recevaient des privilèges et des transferts partiels d’autorité et de grâce royales dont ils se servaient pour entretenir leurs parents et clients à Gênes. Ces logiques de fonctionnement, basées sur l’argent et la force armée, garantissaient une grande indépendance de ces guerriers-banquiers vis-à-vis du souverain. Bien entendu, le retrait de la libéralité royale pouvait avoir des conséquences néfastes sur leurs affaires, mais ces banquiers-guerriers pouvaient au besoin chercher un autre patron.

  • 51 Kirk, Thomas Allison, op. cit., p. 77.

24En dirigeant la flotte de galères des particuliers de Gênes, Giovanni Andrea Doria contrôlait par ailleurs le choix des particuliers génois autorisés à signer des contrats de location de galères au roi castillan. Comme le fait de louer une ou plusieurs galères à l’Espagne de Philippe II était pour un particulier une grande source de revenus, Giovanni Andrea donnait de façon privilégiée cette faculté à des membres de son réseau relationnel. De ce fait, Doria disposait de la faculté d’enrichir ou non certains propriétaires de galères génois, outil fort utile lors de la mise en place et de l’entretien d’un réseau clientélaire. Le pouvoir naval et militaire à Gênes était donc détenu par des particuliers sous le patronage de Doria. En 1559, la République créa le Magistrato delle galere, donnant pour la première fois à Gênes une institution permanente pour l’entretien d’une escadre de galères publiques. Elle se dota de 4 galères qui appartenaient déjà à la ville, ce qui paraissait bien peu pour défendre la ville par rapport aux 12 galères de Doria. En fait, depuis le passage de Gênes dans l’orbite espagnole, les forces navales de la ville s’étaient réduites, de 12 à 2 ou à 4. Dans les années 1530 comme dans les années 1550, la présence génoise en mer était représentée par des navires privés. Et la défense de la République reposait donc sur sa capacité à louer les services de ces navires privés, puisque les 4 navires dont elle disposait représentaient bien peu face aux corsaires et aux pirates. La ville ne pouvait donc se passer de la flotte privée et la flotte publique participa avec les Espagnols aux attaques anti-corsaires dans les années 1560 et après Lépante, bien que son rôle fût en général non militaire. Une rivalité s’opéra à Gênes entre l’escadre publique des galères de la ville de Gênes et la flotte des particuliers menée par les Doria, sur fond de confrontation entre les différentes factions génoises. En effet, à la fin du XVIe siècle, Francesco Grimaldi menait l’escadre publique génoise, et il est probable que l’hostilité dont les Doria faisaient preuve à l’encontre de l’escadre publique de la ville de Gênes fût avant tout une hostilité envers l’albergo des Grimaldi51.

  • 52 Giannetino Spinola s’illustra en 1587 dans la course face aux Anglais, à la demande de son oncle G (...)
  • 53 Lettres du 10 mai 1572, p. 792 et du 4 juillet 1572, p. 807.
  • 54 Lettres du 28 janvier 1573, p. 869 et du 23 février 1573, p. 886.
  • 55 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, San Lorenzo, le 17 avril 1593 dans ibid., p. 1349.
  • 56 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Madrid, le 18 mars 1588 dans ibid., p. 1225.
  • 57 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Tolède, le 20 juin 1596 dans ibid., p. 1462.

25La correspondance permet d’identifier chez les asentistas de galères, alliés de Giovanni Andrea Doria, le développement d’activités liées à la navigation, à la course et surtout à la mise à disposition de galères au service de l’Espagne. Philippe II confia à plusieurs reprises à Doria la tâche de gérer les asientos avec les particuliers génois ; il servit d’intermédiaire entre la monarchie et les asentistas. Bien entendu, la principale maison alliée des Doria, les Spinola, participa activement à l’activité maritime génoise52. D’autres noms génois associés au réseau clientélaire de Doria apparaissent en tant qu’asentistas ou corsaires, les galères étant autorisées à armer en course devant également obtenir l’autorisation de Doria. En 1572, l’escadre des particuliers de Gênes comprenait essentiellement 12 galères de Giovanni Andrea Doria, 4 des Centurioni, 4 des Lomellini, 2 des De Mari, et 2 de Giorgio Grimaldi53. Au printemps 1573, une galère de Bendinello Sauli y fut ajoutée54. D’autres membres de ces mêmes alberghi poursuivirent l’activité d’asentista jusqu’à la fin du XVIe siècle. Des négociations étaient en cours avec Philippe II en 1590 et en 1593 au sujet des asientos de galères de Cosme Centurione et de ceux de Giovanni Antonio de Marini et d’Agabito Grillo55. Eduardo Cigala devint aussi asentista et racheta en 1588 deux galères à Esteban de Mari56. Plus tard, mécontent de ne pas suffisamment servir avec l’escadre de Naples, il demanda, de même que Bendinello Sauli, de faire transférer l’asiento de ses deux galères à l’escadre génoise, menée par le fils de Giovanni Andrea, Andrea II Doria57.

  • 58 Thompson, Ian A. A., « Las galeras en la política militar española en el Mediterráneo durante el s (...)

26Ces constructions navales avaient des effets multiplicateurs et permettaient à tout un pan de l’économie génoise de vivre de l’argent royal. À partir des années 1580, les intérêts économiques en jeu étaient considérables pour les Catalans, les Siciliens, les Napolitains dans l’activité de construction navale58, mais aussi et surtout pour les Génois. Ils s’enrichissaient grâce à la construction de galères, laquelle entraînait un besoin accru de main d’œuvre, de matières premières, d’armes et de gréements sur place, mais également d’entretien et de ravitaillements divers. Et ce qui n’était pas produit dans la région devait être importé, densifiant et diversifiant ainsi les flux commerciaux que la ville contrôlait.

  • 59 Kirk, Thomas Allison, op. cit., p. 77.

27La stratégie défensive de la Méditerranée occidentale que Giovanni Andrea Doria et Philippe II mirent en place à la fin du XVIe siècle apporta des bénéfices importants à un bon nombre d’industriels et d’entrepreneurs guerriers. Le tissage étroit des liens entre les activités financières et maritimes fut directement lié à Doria, dont le rang dans la hiérarchie espagnole lui permit la gestion d’un système clientélaire sur les galères, et lui donna les opportunités d’introduire des financiers à la Cour59.

Le contrôle de la Méditerranée et les logiques d’une stratégie globale (1595-1598)

  • 60 Thompson, Ian A. A., War and Government in Habsburg Spain 1560-1620, London, The Athlone Press, 19 (...)

28Pourquoi étudier la trame événementielle méditerranéenne d’une période bien connue ? Essentiellement pour deux raisons. En premier lieu, la fin du siècle ne témoigne pas, comme on l’a trop souvent affirmé, d’un retrait espagnol de Méditerranée, car le danger était réel et la monarchie hispanique fut obligée de lutter contre plusieurs ennemis, lesquels n’hésitaient pas à se liguer. Ce qui en témoigne le mieux est la constance de l’engagement financier que l’organisation défensive exigeait. En 1575, les dépenses ordinaires allouées aux galères s’élevaient à 496 000 ducats. En 1585 et en 1590, elles s’élevèrent à 600 000 ducats, malgré la dépense en 1590 de 1 297 000 ducats pour les flottes atlantiques. À la fin du XVIe siècle, les budgets restaient relativement constants et atteignirent même 646 760 ducats en 162060.

  • 61 Parker, Geoffrey, La gran estrategia de Felipe II, Madrid, Alianza Editorial, 1998.

29Ensuite, les lettres de Philippe II à Giovanni Andrea Doria donnent – nous semble-t-il – matière à mieux comprendre la conception qu’avait Philippe II de la Mer Intérieure. Afin d’analyser la stratégie philippine face au Turc en Méditerranée dans les années 1590, Fernand Braudel a surtout utilisé la correspondance de Francisco de Vera, basé à Venise et spécialiste des questions ottomanes, à Philippe II. Il se servit également de quelques lettres de Giovanni Andrea Doria à Philippe II afin d’avoir un point de vue complémentaire sur le déroulement des événements en Mer Intérieure. En revanche, il n’utilisa pas les lettres envoyées en sens inverse, de Philippe II à son capitaine général de la mer, dans lesquelles transparaît le point de vue personnel du Roi Prudent, sa conception de la Mer Intérieure, sa manière de la gouverner, et surtout les limites de son champ d’action direct. Une lecture attentive de ces missives permet d’analyser comment Giovanni Andrea Doria sut profiter des contraintes dues à la lenteur des communications entre Madrid et les différentes régions méditerranéennes pour s’octroyer une grande liberté d’initiative. En définitive, cela contribue à nuancer l’image d’un roi castillan absolu prenant seul ses décisions, comme l’a présentée Geoffrey Parker pour Philippe II61, par exemple, laissant de côté l’existence de réseaux et de groupes de pression qui y participaient.

30L’intervalle 1595-1598 nous a paru digne d’intérêt, car pendant cette période Philippe II et Doria se trouvèrent dans l’obligation de gérer trois ennemis à la fois et de globaliser leur stratégie en mutualisant risques et manœuvres maritimes des escadres. Dans les lettres de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, nous croyons déceler – mais il faudrait en avoir confirmation – trois évolutions liées entre elles, entre les années 1570 et les années 1590. Tout d’abord, le rôle croissant de Giovanni Andrea dans les multiples secteurs de la guerre en Méditerranée, avec le soutien du monarque castillan, et l’extension de son autorité bien au-delà de Gênes, dans les territoires italiens sous contrôle espagnol comme en Espagne même, du côté méditerranéen comme du côté atlantique. Le capitaine général de la mer ne fut pas seulement un militaire capable de remporter des batailles décisives, mais également un excellent gestionnaire apte à superviser des préparatifs militaires colossaux (armement, fortification, formation technique, etc.) de part et d’autre de la Méditerranée. L’importance grandissante de Giovanni Andrea se répercuta sur la façon dont la logistique était pensée. Dans les années 1590, les différentes escadres d’Espagne et d’Italie étaient solidaires les unes des autres et, de même, leur territoire d’origine ravitaillait les flottes qui en avaient besoin. La globalisation de la défense de la Mer Intérieure se combina idéalement avec la concentration de pouvoir et de richesse aux mains de Giovanni Andrea Doria.

L’ennemi ottoman en Méditerranée et en Hongrie

  • 62 Lettre de Philippe II au Comte d’Olivares, Madrid, le 3 janvier 1595 et lettre de Philippe II au C (...)
  • 63 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Madrid, le 25 février 1595 dans ibid., p. 1392.
  • 64 Philippe II voulait que Doria usât de son autorité pour faire obéir les galères de Malte, de Gênes (...)

31Les 3 et 13 janvier 1595, Philippe II demanda au vice-roi de Sicile et au capitaine-général du royaume de Naples, respectivement les comtes d’Olivares et de Miranda, de se préparer à contrer une importante descente turque. Outre les préparatifs des galères, de l’artillerie et des munitions, la Sicile dut fournir 25 000 à 30 000 quintaux de biscuits tandis que Naples devait se préparer à embarquer ses fantassins sur les galères de Giovanni Andrea Doria62. Le 25 février, Philippe II envoya une multitude de lettres afin de préparer les défenses à Messine, insistant sur l’importance d’être présent sur les lieux avant le Turc63. Philippe II ne souhaitait pas que Doria utilisât les galères d’Espagne cette année-là, indispensables à la défense des côtes espagnoles (certainement à cause de la multiplication des incursions anglaises) et l’encouragea donc à utiliser un maximum de navires extraordinaires et de corsaires, ainsi que de finaliser les constructions de galères en cours. Outre les galères génoises, il pouvait utiliser celles de Toscane et de la papauté, de Sicile et de Naples. Au besoin, toutes les forces navales d’Italie se soumettaient aux ordres de Giovanni Andrea Doria. Pour l’infanterie de bord, Philippe II prévoyait l’embarquement des Espagnols présents dans les tercios de Sicile et de Naples, ainsi que la levée de 4 000 Espagnols qui devaient être embarqués à Carthagène en avril. Dans l’optique de mener efficacement des préparatifs militaires de part et d’autre de la Méditerranée, Philippe II comptait donc sur l’autorité et le prestige de Doria, qui surpassaient à bien des égards ceux que certains vice-rois possédaient dans leur propre vice-royauté64. De même, il semble que l’ambassadeur espagnol à Gênes – qui avait un rôle militaire certain jusque dans les années 1570 – perdit par la suite une part de ses prérogatives au profit de Giovanni Andrea. Tout se passait comme si en l’espace d’une vingtaine d’années, grâce à l’appui de Philippe II et à l’absence de concurrents sérieux, Giovanni Andrea Doria s’était érigé en seul maître possible de la Méditerranée occidentale.

  • 65 Philippe II, dans une lettre du 30 avril 1595, annonce à Giovanni Andrea Doria, non sans cynisme, (...)
  • 66 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Madrid, le 11 juin 1595 dans ibid., p. 1403.

32Braudel affirme que Philippe II avait appris la sortie du Turc de sus mares par une lettre du comte de Miranda écrite le 19 août 1595. En fait, la correspondance examinée nous apprend que fin avril la tension s’était relâchée et que la peur de Philippe II de voir descendre une armada turque s’était considérablement amenuisée65. Malgré cela, le Roi Prudent préféra maintenir son armée mobilisée, tout en justifiant la décision prise quelques mois plus tôt de ne pas laisser les galères d’Espagne aller à Messine, étant donné que le Turc ne « descendrait » pas66. Par précaution – et parce que l’on savait que les préparatifs de Messine seraient reconduits en 1596 –, les fantassins furent logés dans la région de Naples, en Sicile et dans le duché de Milan.

  • 67 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, le 18 mai 1596 dans ibid., p. 1460.

33Malgré la reprise de la concentration de l’effort de guerre ottoman sur le front hongrois, la menace maritime persista en 1596 et Philippe II demanda à Giovanni Andrea Doria de reconduire les préparatifs défensifs sur le même modèle, avec une fois de plus l’octroi de lettres royales permettant à Doria de demander leurs galères aux provinces italiennes s’il le pensait utile. Une fois encore, l’avitaillement était originaire des quatre coins de la Méditerranée philippine, même si le gros de l’approvisionnement en biscuits venait de Sicile et une partie était embarquée par Doria à Barcelone et à Valence. Un avis vénitien annonça que le Turc sortirait avec une centaine de galères l’été venu. Philippe II demanda donc à Doria de se rendre à Naples pour y superviser les préparatifs et lui envoya 300 000 ducats destinés au renouvellement des asientos, afin que les galères soient bien en ordre. Cette année également, la priorité fut d’être sur les lieux avant le Turc67. Giovanni Andrea Doria se contenta d’envoyer quelques galères en Méditerranée orientale pour distraire l’ennemi puis se focalisa sur la défense de la Méditerranée occidentale en campant sur ses positions à Messine, car Messine était considéré comme le verrou de la Méditerranée occidentale dont il fallait à tout prix de garder le contrôle.

  • 68 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, San Lorenzo, le 30 septembre 1596 dans ibid., p. 14 (...)

34L’ennemi ne se montrant pas, Doria prit l’initiative d’envoyer des galères courir les côtes calabraises et repérer l’armada ennemie, ce dont Philippe II le félicita68. À leur retour, avec un certain nombre de prises, Pedro de Toledo et Pedro de Leyba annoncèrent que le Turc, une fois de plus, ne « descendrait » pas.

  • 69 Parker, Geoffrey, Europa en crisis, 1598-1648, México D. F., Siglo XXI Editores, 1981, p. 90.

35Il existe une adéquation certaine entre l’intensification des opérations terrestres turques en Hongrie et le ralentissement des grandes opérations maritimes qu’ils menèrent en Méditerranée occidentale. La pression ottomane en Hongrie recommença en 1593 mais elle atteignit son zénith en 1596 avec la levée de 100 000 hommes69, au moment même où la dernière grosse opération préventive de Messine avait lieu. La concentration ottomane sur le front hongrois permit-elle à Philippe II de moins craindre une descente ennemie en Méditerranée occidentale ? C’est probable. En tout cas, la logistique maritime soutenant les opérations terrestres ottomanes en Hongrie ne concerna pas la Méditerranée occidentale mais l’Adriatique, le golfe de Venise.

  • 70 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Madrid, le 27 mai 1594 dans ibid., p. 1362.

36Côté chrétien, la réponse devant être faite à cette avancée ennemie posa problème. Braudel a parlé de la volonté de Rome de pousser Doria à mener une offensive maritime en parallèle au conflit terrestre hongrois, durant l’été 1596. Mais Giovanni Andrea Doria s’y refusa, tout en en informant Philippe II qui s’opposait en principe à ce type d’intervention en Méditerranée orientale ou en Adriatique, l’Adriatique étant selon lui l’affaire des Vénitiens. Mais le souverain castillan revint sur sa position et missionna son capitaine-général dans le golfe de Venise. Il utilisait l’image de Giovanni Andrea Doria pour intimider l’adversaire, s’en remettant en grande partie à son capitaine-général de la Mer70. Le Roi Prudent espérait que la simple présence de Doria pousserait le Turc à ralentir son avancée. Dans le cas contraire, il lui demandait d’attendre que le Turc débarquât ses fantassins pour ensuite attaquer sa flotte, affaiblie par le manque de troupes à bord. On assiste donc à un double glissement du conflit ottomano-habsbourgeois : depuis l’aire de la Méditerranée occidentale à celle des Balkans, et d’un conflit maritime vers un conflit essentiellement terrestre. Outre ces manœuvres militaires, des transferts monétaires importants eurent lieu de Madrid vers Vienne, Philippe II prenant à sa charge une partie du coût financier du conflit, avec notamment l’envoi de 100 000 ducats en sep-tembre 1597, année pendant laquelle Philippe II ne renouvela pas la mission préventive de Messine. Ainsi le financement de la guerre contre le Turc se vit également transposé de la Méditerranée occidentale vers la Hongrie.

  • 71 Neuf ans auparavant, le corsaire Francis Drake avait détruit les munitions et provisions espagnole (...)

37On savait depuis Braudel que les descentes turques n’avaient jamais eu réellement lieu entre 1595 et 1598. Toutefois, il est intéressant de voir que Philippe II émettait sérieusement l’hypothèse que cela pût être le cas, et que, de ce fait, d’importantes manœuvres maritimes et d’infanterie devaient être réalisées. Les stratégies et les préparatifs étaient en place, les soldats et les galères prêts à agir. Cela modifie ainsi l’image d’une Méditerranée paisible, voire immobile, dans la dernière décennie du XVIe siècle où l’absence de descente turque provoquait l’inutilité d’un système défensif habsbourgeois. Surtout que l’Ottoman ne fut pas le seul ennemi à menacer les intérêts de l’Espagne en Méditerranée occidentale. À partir de 1596, les Anglais attaquèrent les ports d’Andalousie71, essayèrent de contrôler le détroit de Gibraltar et lancèrent des opérations corsaires en Mer Intérieure, obligeant ainsi Philippe II et Doria à défendre la monarchie hispanique aux deux extrémités de la mer. Quelques mois plus tard, Philippe II considérait que la défense de Naples et de la Sicile se suffisait à elle-même et que Giovanni Andrea devait se rendre à Carthagène. Ce fut à cette occasion qu’il passa à Cadix pour épauler Aramburu dans la lutte contre l’Anglais et qu’il réalisa une tournée d’inspection des fortifications espagnoles.

38En effet, à une échelle plus globale, le décalage partiel de la question ottomane vers l’aire hongroise en 1596 (ainsi que la cession partielle du conflit aux Habsbourg d’Autriche) permettait théoriquement à Philippe II de porter son effort de guerre dans l’Atlantique.

La présence anglaise aux portes de la Mer Intérieure

  • 72 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Tolède, le 12 juillet 1596 dans ibid., p. 1466.

39L’Angleterre déclara officiellement la guerre à l’Espagne en 1595 et, dès 1596, Charles Howard of Effingham et ses troupes assiégèrent Cadix. La Méditerranée philippine était alors prise en tenaille à ses deux portes, Messine par les Ottomans, Gibraltar par les Anglais. La volonté de contrôler le détroit de Gibraltar par le biais de Cadix menaçait à la fois la circulation entre Méditerranée et Atlantique et l’accès maritime à Séville, ce qui représentait un danger pour les convois de numéraire venant des Indes occidentales. L’occupation de Cadix par les Anglais en 1596 aurait pu ainsi mener à de lourdes pertes. La réaction rapide du Roi Prudent le confirme. Il fit immédiatement part à Doria de la nécessité d’y envoyer des troupes, tout en lui demandant des conseils72.

  • 73 La documentation fait mention d’échanges de prisonniers et de rançons à plusieurs reprises. Les An (...)
  • 74 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Tolède, le 12 juillet 1596 dans ibid., p. 1467.
  • 75 Ricardo Cerezo Martínez signale la décision de retirer les navires marchands de la ligne défensive (...)
  • 76 Ibid.

40Étant donné la faiblesse d’une réelle flotte anglaise, la guerre de course prit toute son importance dans cette phase méditerranéenne du conflit anglo-hispanique. Le caractère privé des incursions militaires permit à la couronne d’Angleterre de mener des opérations malgré l’infériorité de ses forces maritimes. Dans ce conflit, la course fut pratiquée du côté anglais comme du côté espagnol73. Cette intrusion anglaise à Cadix poussa Philippe II à réviser sa stratégie turque. Il demanda à Doria de venir nettoyer les côtes espagnoles méditerranéennes jusqu’à Gibraltar lorsqu’il en aurait terminé avec le Turc à Messine, plutôt que de rentrer directement avec sa flotte à Gênes pour hiverner74. Mais la défense de Cadix fut un échec tactique75 et Howard parvint à revenir en Angleterre en possession d’un butin supérieur à vingt millions de pesos, tirés des prises et des rançons76.

  • 77 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Madrid, le 26 décembre 1596 dans ibid., p. 1482.
  • 78 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, San Lorenzo, le 3 juillet 1597 dans ibid., p. 1498  (...)

41Philippe II demanda conseil à Doria quant à la réaction à avoir face à l’intrusion anglaise. Grâce à une lettre du 26 décembre 1596, nous apprenons que le projet d’envoyer une flotte depuis Lisbonne pour attaquer l’Angleterre dans ses eaux était une idée de Doria. Philippe II ordonna la réalisation de cette opération, mais la flotte fut contrainte de se replier au Ferrol à cause d’une tempête au large du cap du Finisterre77. Cela démontre l’importance de l’influence de Giovanni Andrea Doria auprès de Philippe II, puisqu’il était même sollicité pour des actions à mener en Atlantique. Son autorité et son aura s’étendaient au-delà de son champ d’action, centré sur la Méditerranée. En 1597, un rassemblement militaire important eut lieu à nouveau pour mener une expédition – dirigée par Marcos de Aramburu – contre l’Angleterre, depuis le Ferrol en Galice. La tâche matérielle de Doria dans cette opération – acheminement des hommes et du matériel depuis la Méditerranée à la Galice – fut complétée d’un rôle plus immatériel. En effet, il fut chargé de la formation d’Aramburu et de lui donner des instructions concernant sa navigation78.

  • 79 Giovanni Andrea Doria inspecta les ports et fortifications de Carthagène, Malaga, Gibraltar, Cadix (...)
  • 80 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, San Lorenzo, le 4 octobre 1597 dans ibid., p. 1536.

42En 1597, à la demande de Philippe II, Doria géra également le renforcement et la rénovation du réseau de fortifications des ports du Levant espagnol79 et le monarque l’invita l’été suivant à aller purger les eaux sardes des corsaires anglais et français80. La présence anglaise en Méditerranée était tout à la fois continue et sporadique, dans la mesure où des flottilles corsaires y étaient envoyées de façon continue, parasitant ainsi le système méditerranéen de défense de Philippe II et de Giovanni Andrea Doria, et les communications entre l’Espagne et les territoires sous son contrôle.

Le conflit avec le Français

  • 81 Fernández-Conti, Santiago, Los Consejos de Estado y Guerra de la Monarquía Hispana en tiempos de F (...)
  • 82 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, le 22 avril 1596 dans ibid., p. 1457.
  • 83 Doria fut chargé de cette affaire dès le 4 février 1596.

43La guerre officielle franco-espagnole eut lieu de 1595 à 1598. À Madrid, le monarque, ses collaborateurs les plus proches, Cristóbal de Moura et Juan de Idiáquez, déclarèrent la nécessité de continuer d’appuyer les catholiques français de manière « souterraine »81. Dans ce conflit, le rôle de Doria restait le même : harcèlement des ennemis, course aux dépens des hérétiques français, essai de domination totale de l’espace méditerranéen occidental. Lorsque les hostilités furent déclarées en janvier 1595, Philippe II suivit une stratégie offensive visant à encercler la France et donc à attaquer Henri IV sur plusieurs fronts : en Bretagne, dans le nord de la France par le biais de la Flandre, et sur l’aire méditerranéenne. On a beaucoup insisté sur les différents fronts terrestres de ce conflit, moins en revanche de ce qui se passa sur mer, surtout en Méditerranée. Doria mena des raids corsaires cherchant à harceler et à étouffer l’ennemi français. Il prenait systématiquement les navires ennemis et coupait ainsi les communications des protestants et des loyalistes avec les villes côtières. Par ailleurs, Doria devait chercher à aider les Ligueurs. En 1596 et en 1597, les galères sous son commandement firent de nombreuses prises à l’encontre des navires français dans les eaux provençales. C’était l’occasion pour les membres de la famille Doria de gagner la confiance du souverain. Aussi, Giovanni Andrea envoya son fils Carlo pourchasser les corsaires, lequel fit quelques prises82. Le conflit provençal fut étroitement lié à la question marseillaise. Une fois encore, Philippe fit appel à Doria pour gérer le soutien logistique devant être apporté aux Ligueurs marseillais83. Pour rompre le blocus dont ils étaient victimes, il prit la décision de ravitailler en blé catalan les Ligueurs marseillais.

  • 84 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Madrid, le 21 janvier 1596 dans ibid., p. 1443.
  • 85 Kaiser, Wolfgang, Marseille au temps des troubles. Morphologie sociale et luttes de factions 1559- (...)
  • 86 Il est juste de penser que Casaulx et d’Aix commencèrent à appliquer les revendications de Philipp (...)

44Dès septembre 1595, Doria commença à mener des négociations avec les Marseillais à travers un émissaire et avec le soutien de Philippe II. La manière dont le monarque lui délégua la gestion des opérations démontre qu’en plus d’être son homme de confiance pour les questions maritimes, Doria le fut aussi pour certains aspects diplomatiques. S’occuper de la question marseillaise ne se limitait pas à la gestion de forces navales, il fallait également être un fin politique et un habile stratège pour mener une opération de cette ampleur. Giovanni Andrea était chargé de satisfaire les attentes des députés marseillais, pro-hispaniques, et de s’assurer qu’en retour il fût possible de tirer avantage de cette collaboration. Philippe II fit transmettre 6 000 écus par mois aux députés marseillais à partir de janvier 1596. En échange, il souhaitait que Marseille devînt une république libre, sous protection castillane84, situation similaire à celle de la ville de Gênes. À la même époque, le consul Casaulx aurait fait rédiger les futurs statuts d’une république urbaine qui devait « hiverner » sous la protection espagnole dans l’attente d’un seigneur catholique et roi de France qui ne serait pas Henri de Navarre85. Cependant, le 10 janvier 1596, Mayenne signait la paix avec Henri IV et Marseille se retrouvait sans Ligue86.

  • 87 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Madrid, le 21 janvier 1596 dans ibid., p. 1443.
  • 88 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, San Lorenzo, le 15 octobre 1597 dans ibid., p. 1540 (...)

45Afin de mener à bien ces opérations, sans être gêné par le pape, Doria fut chargé de s’entendre avec le Duc de Sessa, ambassadeur à Rome, afin de dissuader le souverain pontife de faire pression sur les députés marseillais pour qu’ils se soumettent à Henri IV87. En 1597, sur recommandation de Doria, Philippe II accorda à ses collaborateurs ligueurs de Marseille un soutien financier mensuel88. Pour pouvoir rester sur place, Doria devait évaluer ses besoins de vivres et matériels en provenance de Milan, de Naples et de Sicile, et une galère assurait leur transport en faisant des va-et-vient entre l’Italie et le sud de la France.

46Entre 1595 et 1598, les ennemis turcs, anglais et français de l’Espagne menacèrent l’intégrité de la Méditerranée philippine à ses portes occidentale et orientale, à Gibraltar et à Messine. Ces intrusions mettaient en péril les routes reliant les ports méditerranéens espagnols (surtout ceux de Catalogne et de Valence) à Gênes, à la fois porte vers la Flandre, carrefour d’informations, économique et monétaire, et un des centres névralgiques de l’économie et de l’effort de guerre de Philippe II en Europe. C’était également dans cette optique que la sécurité de la Méditerranée occidentale était une priorité, de laquelle Doria était chargée.

Le temps de circulation de l’information, acteur déterminant de la guerre en Méditerranée

  • 89 Voir en annexe 1e tableau de calcul du temps de circulation de l’information entre Giovanni Andrea (...)
  • 90 Padgett John F., Ansell Christopher K, « Robust Action and the Rise of the Medici, 1400-1434 », Am (...)

47Philippe II laissait une marge de manœuvre importante à son capitaine-général de la mer. Cela était dû à plusieurs facteurs. La confiance établie entre les deux hommes avait certainement grandi, confiance rendue par ailleurs nécessaire par la forte complémentarité de prestations et contreprestations qui existait entre eux. Mais Philippe II n’avait pas réellement le choix, car il y avait peu de marins aussi expérimentés et polyvalents que Doria en Espagne. Le facteur spatio-temporel jouait aussi un rôle primordial, car c’était par la République de Gênes que transitaient tous les renseignements relatifs à Venise et surtout à la question ottomane. L’axe de communication turco-hispanique au XVIe siècle allait de Constantinople à Madrid en passant par Venise, Gênes et Barcelone. En calculant la durée de transmission des lettres envoyées par Philippe II à Giovanni Andrea Doria entre 1595 et 159889, on s’aperçoit que le courrier mettait environ 3 semaines pour aller de Castille à Gênes et également une vingtaine de jours en sens inverse, ce qui faisait qu’une question au départ de Gênes n’obtenait réponse qu’un mois plus tard, au plus vite. Et ce problème était encore plus aigu lorsqu’il s’agissait d’informations relatives à la situation à Constantinople. Qu’un avis vénitien, par exemple, mentionnât une sortie turque et Giovanni Andrea prenait des initiatives de son propre chef pour contenir l’ennemi, car les circonstances réclamaient une décision immédiate. Il sortait à leur poursuite avant même que Philippe II ne fût au courant de la venue des ennemis, et en profitait souvent pour faire des prises. C’était une manière pour lui de tirer profit de son alliance avec l’Espagne au-delà des murs de Gênes. Il utilisait ainsi la situation géographique de la ville, ses réseaux informatifs propres et ceux de l’Espagne tout en exploitant les impondérables temporels liés à la grandeur de l’empire et à la lenteur des communications. Doria sut exploiter les contraintes de temps de communication auxquelles Philippe II était confronté pour augmenter ses propres libertés décisionnelles et accroître ses ressources. En effet, les possibilités de contrôle du monarque sur Doria, l’utilisation de la coercition à son encontre (robust action)90, étaient assez limitées. Ses activités de guerrier, d’organisateur des armées, d’armateur, de corsaire, de superviseur des forteresses ainsi que ses liens dans le milieu de la banque en faisaient un entrepreneur indépendant duquel on pouvait difficilement se passer. Outre l’obstacle lié à la lenteur des communications, le contexte de guerre simultanée contre plusieurs ennemis, lesquels se liguaient volontiers contre Philippe II, poussait à la fois à une réaction globale et, pour ce faire, à confier la coordination de cette réaction globale à un seul homme.

48En définitive, les décisions ne se prenaient pas uniquement à Madrid, mais aussi à Gênes. Tout ne dépendait donc pas d’un seul centre et les conditions locales, à Gênes, étaient déterminantes dans la lutte contre les ennemis de Philippe II. D’une certaine façon, en stimulant la course et les conflits avec les ennemis, Doria poussait le Roi Prudent à renouveler les asientos des galères, à consentir de nouveaux emprunts, à relancer des programmes de construction navale à Gênes, mais aussi à Naples, en Sicile ou à Barcelone. Au premier rang des bénéficiaires, figuraient donc ses parents, ses amis et ses clients : asentistas de galères, banquiers, corsaires, etc. Sa faction s’enrichit des guerres que lui-même entreprenait. En témoignent les nombreux préparatifs défensifs organisés par Doria, notamment les très coûteuses opérations de Messine dans les années 1590, lesquelles permirent à Philippe II de fermer sa Méditerranée. Les coûts que cela supposait pour la monarchie castillane étaient autant de bénéfices de rentrées d’argent pour la faction génoise des Doria-Spinola. C’était au sein du même groupe qu’étaient réunis ceux qui décidaient de faire la guerre, ceux qui l’organisaient, ceux qui la faisaient, et ceux qui s’en enrichissaient.

49Tandis qu’à la fin du XVe siècle, la branche d’Andrea Doria appartenait à la noblesse d’aisance relative, la fortune de son héritier, Giovanni Andrea Doria, se montait à 1 620 000 écus d’or en 1606, ce qui laisse entendre l’immense patrimoine accumulé sous la protection habsbourgeoise. Cet enrichissement devait beaucoup à son rôle de broker entre la République et Madrid. Son influence à Gênes dépendait grandement de sa position dans la hiérarchie espagnole – il fut entre autres titres prince de Melfi et conseiller d’État –, du système clientélaire que les galères représentaient, de son habileté à introduire des financiers à la cour d’Espagne et de la menace latente sur Gênes des forces militaires sous son contrôle. Et sa position dans la hiérarchie espagnole dépendait à son tour de son influence à Gênes et de sa capacité à garantir que la République restât pro-castillane.

Annexe. – Temps de circulation de l’information entre Giovanni Andrea Doria et Philippe II de 1595 à 1598.
* Pour l’intégralité des lettres, Philippe II se trouvait toujours en Castille. Il était soit à Madrid, soit à San Lorenzo, Aranjuez, Aceca ou Tolède.

Notes

1 Nous nous référons ici et par la suite – sauf indication contraire – à l’édition de 1966, Paris, Armand Colin, 2 tomes.

2 Neri, Enrica, Uomini d’affari e di governo tra Genova e Madrid, Milano, Pubblicazioni della Università Cattolica del Sacro Cuore, 1989 ; Álvarez Nogal, Carlos, « Le coût de l’information : l’exemple de l’entreprise Bartolomé Spinola en Espagne au XVIIe siècle » Rives nord-méditerranéennes, no 27, 2007 ; ibid., Sevilla y la monarquía hispánica en el siglo XVII : dinero, crédito y privilegios en tiempos de Felipe IV, Sevilla, Ayuntamiento de Sevilla, 2000 ; Álvarez Nogal, Carlos, « las compañías bancarias genovesas en Madrid a comienzos del siglo XVII » Hispania, no 219, Madrid, janvier-avril 2005.

3 Jean Bérenger parle de « l’élimination de la flotte ottomane » après la bataille de Lépante, voir « La politique française en Méditerranée au XVIe siècle et l’alliance Ottomane » dans Vergé-Franceschi, Michel et Graziani, Antoine-Marie (dir.) La guerre de course en Méditerranée (1515-1830), Ajaccio, Édition Alain Piazzola, 1999.

4 Braudel, Fernand, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, t. 2, p. 168-169.

5 Publiée par Vargas-Hidalgo, Rafael, Guerra y diplomacia en el Mediterráneo : correspondencia inédita de Felipe II con Andrea Doria y Juan Andrea Doria, Madrid, Ediciones Polifemo, 2002.

6 Boissevain, Jeremy, Friends of Friends. Network, Manipulations and Coalitions, Oxford, B. Blackwell, 1974; Kettering, Sharon, Patrons, Brokers and Clients in Seventeenth Century France, New York-Oxford, Oxford University Press, 1986.

7 Levi, Giovanni, « Les usages de la biographie » Annales, ESC, no 6, novembre-décembre 1989, p. 1332.

8 Allegra, Luciano, « À propos de micro-macro », dans Bellavitis, Anna, Croq, Laurence, Martinat, Monica (dir.), Mobilité et transmission dans les sociétés de l’Europe moderne, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, p. 72.

9 Gómez-Centurión, Carlos, La Invencible y la empresa de Inglaterra, Madrid, Nerea, 1988, p. 127.

10 Bertrand, Michel, « Du bon usage des solidarités. Étude du facteur familial dans l’administration des finances de Nouvelle Espagne, XVIIe-XVIIIe siècle » dans Robert Descimon, Jean-Frédéric Schaub, Bernard Vincent (dir.), Les figures de l’administrateur. Institutions, réseaux, pouvoirs en Espagne, en France et au Portugal, XVIe-XIXe siècle, Paris, Éditions de l’École Pratique des Hautes Études en Sciences Sociales, 1997, p. 57.

11 Notons qu’il n’existe toutefois pas de biographie à son sujet.

12 Mira Caballos, Esteban, Las armadas imperiales. La guerra en el mar en tiempos de Carlos V y Felipe II, Madrid, La Esfera de los Libros, 2005, p. 74-75. En général, les instructions qui étaient données aux capitaines-généraux étaient peu précises, car soumises aux circonstances de chaque instant.

13 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, San Lorenzo, le 28 décembre 1572 dans Vargas-Hidalgo, Rafael, Guerra y diplomacia en el Mediterráneo : correspondencia inédita de Felipe II con Andrea Doria y Juan Andrea Doria, Madrid, Ediciones Polifemo, 2002, p. 858.

14 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Madrid, le 3 février 1588 dans ibid., p. 1221.

15 Lettre de Philippe II à Andrea II Doria, San Lorenzo, le 19 août 1591 dans ibid., p. 1316. En 1594, Andrea II, le fils de Giovanni, prêta aussi de l’argent à la Couronne de Castille, lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, San Lorenzo, le 17 septembre 1594 dans ibid., p. 1377 et à Madrid, le 31 janvier 1595 dans ibid., p. 1390.

16 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, San Lorenzo, le 7 août 1595 dans ibid., p. 1413.

17 Un dictionnaire sur la course et les corsaires dirigé par Gilbert Buti et Philippe Hrodej traitera les membres les plus importants de la famille Doria en tant que corsaires génois. Il est à paraître aux éditions du CNRS.

18 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, San Lorenço, le 7 août 1590 dans ibid., p. 1287.

19 Lettre de Giovanni Andrea Doria à Philippe II, Gênes, le 17 mars 1573 dans ibid., p. 891.

20 Lettre de Giovanni Andrea Doria à Philippe II, Gênes, le 14 novembre 1572 dans ibid., p. 842.

21 Lettre de Giovanni Andrea Doria à Philippe II, Gênes, le 25 décembre 1572 dans ibid., p. 854.

22 Ambrogio Doria fut chargé d’un convoi monétaire de 600 000 ducats à Agostino Spinola, lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Madrid, le 21 décembre 1589 dans ibid., p. 1266.

23 Giannettino Doria est présenté dans la correspondance par Philippe II comme le neveu de Giovanni Andrea. Toutefois, dans la bibliographie, il est toujours mentionné comme étant son fils. Philippe II peut-être se trompait-il ? Une étude plus fouillée des liens familiaux devrait nous permettre de le préciser.

24 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, San Lorenzo, le 10 juillet 1598 dans ibid., p. 1554.

25 Lettre du Prince Philippe, futur Philippe III (Philippe II étant indisposé de sa main) au pape Clément VIII, San Lorenzo, le 25 juillet 1597 dans ibid., p. 1504.

26 Pour en savoir davantage sur Nicolò Doria, Dizionario biografico degli italiani, XVI, Roma, Istituto della enciclopedia italiana, 1973.

27 Le cinquième, Giannettino, ne fut pas marié car il suivit une carrière ecclésiastique.

28 Son nom ne figure pas dans la liste des familles nobles génoises de Thomas Kirk.

29 Les Centurioni étaient reconnus comme étant de grands banquiers génois. La correspondance permet de dégager que Cosme et Luciano Centurioni furent également asentistas de galères déjà intégrés dans l’escadre dirigée par Giovanni Andrea Doria en 1571.

30 Eduardo Cigala fut asentista : ses deux galères furent intégrées à l’escadre des galères de particuliers de Gênes sous le commandement d’Andrea II Doria.

31 Des Marini furent également impliqués dans les grands consortiums financiers européens avec des Spinola et des Doria. Juan Antonio de Marin fut également asentista de galères, tout comme Stefano, en 1572.

32 Agabito Grillo fut asentista de galères génois.

33 Horacio Lercaro fut appuyé par Giovanni Andrea Doria auprès de Philippe II, lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Madrid, le 6 février 1588 dans ibid., p. 1222.

34 Les Lomellini étaient considérés comme faisant partie des grands consortiums financiers, associés aux Doria et aux Spinola, nous y reviendrons. Baltasar Lomellini conclut en 1588 un asiento pour la Flandre de 30 000 écus, lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria ibid., p. 1249. Un autre Lomellini, Horacio, fut le lieutenant d’un Spinola, Kirk, Thomas allison, Genoa and the Sea, London, The Johns Hopkins university Press, 2005, p. 77. Certains Lomellini avaient également des galères et étaient intégrés dans l’escadre des particuliers de Gênes dirigée par Doria. Ce fut le cas déjà en 1572 pour Agostino et Nicolò Lomellini.

35 La relation avec les Grimaldi fut particulière. Au début des années 1570, Giorgio Grimaldi navigua aux cotés de Doria comme asentista de galères et fut totalement intégré dans les opérations menées par l’escadre des particuliers de Gênes, sous le commandement de Giovanni Andrea Doria puis sous celui de son fils Andrea II à partir de 1591. Un autre Grimadi, Francisco, fut également client de Doria, nous y reviendrons. Néanmoins, la maison Grimaldi, tout comme la maison des Fieschi, resta traditionnellement l’ennemie des maisons Doria et Spinola.

36 Ibid.

37 Kirk, Thomas allison, Genoa and the Sea, London, The Johns Hopkins University Press, 2005, p. 25.

38 Bendinello Sauli fut asentista de galères intégrées à la flotte des particuliers de Gênes, dirigée par Doria. Un autre Sauli, archevêque de Gênes et cardinal, devint en 1588 général des galères du Pape, avec Horacio Lercaro comme lieutenant, Kirk, Thomas allison, op. cit., p. 76. Ces liens avec des proches de la papauté renforcèrent les qualités informatives du réseau de Giovanni Andrea Doria.

39 Graziani, Antoine-Marie, Histoire de Gênes, Paris, Fayard, 2009, p. 354.

40 À l’exception de Giorgio Grimaldi au début des années 1570.

41 Jacques Heers rappelle l’importance des Lomellini pour les « noirs ». Si, au quattrocento, les Doria et Spinola avaient avec eux des maisons très puissantes telles que les Vivaldi, Cattaneo, Grillo ou Centurioni ; du côté des Noirs, les Grimaldi et Fieschi n’avaient avec eux que la maison des Lomellini, op. cit., p. 588.

42 Un exemple démontre bien les liens d’interdépendance et de clientélisme entre les Doria et les Lomellini. Des Lomellini, dont Francisco, ainsi que Francisco Grimaldi, basèrent leurs intérêts économiques dans la pêche à Tabarca. À partir de 1570, ils se plaignirent de plus en plus des menaces barbaresques venues d’Alger et surtout à partir de la conquête de Tunis le 21 janvier 1570 par le renégat Uluj Ali. Après cela, il est intéressant de remarquer que les Lomillini opérèrent une reconversion économique : ils délaissèrent la pêche et eurent à partir de 1571 la charge de la production des biscuits, aliment de base des équipages des galères. En effet, Giovanni Andrea Doria écrivit à Philippe II en avril 1571 pour demander une production supplémentaire de biscuits, estimant les quantités produites insuffisantes et les Lomellini en furent chargés. À Gênes, les Lomellini s’enrichirent de l’industrie guerrière grâce au soutien de Giovanni Andrea Doria, créant ainsi de forts liens de dépendance économique entre eux.

43 Voir Herrero Sánchez, Manuel, « La República de Génova y la Monarquía Hispánica (siglos XVI-XVII) » et Álvarez Nogal, Carlos, « las compañías bancarias genovesas en Madrid a comienzos del siglo XVII », Hispania, no 219, janvier-avril 2005, Madrid.

44 Vázquez de Prada, Valentín, Lettres marchandes d’Anvers, t. I, Paris, SEVPEN, 1960, p. 191.

45 Un autre banquier Spinola, Carlo, fit partie d’une compagnie à Anvers en 1592, la compagnie « Giovanni et Giovan Battista Grillo et Carlo Spinola ». La compagnie était liée par ses affaires à Ottavio de Marini et Ettore Picameglio à Madrid. Il est intéressant ici de remarquer une fois de plus les alliances entretenues entre grandes familles génoises, les Grillo et les Marini faisaient en effet partie du cercle des bénéficiaires de la monarchie et de la clientèle de Giovanni Andrea Doria, Vázquez de Prada, Valentín, op. cit., t. 1, p. 192.

46 La firme « Andrea Spinola, Thomas Spinola et Hector Doria » fut impliquée dans des transactions monétaires, Pike, Ruth, Enterprise and adventure. The Genoese in Seville and the opening of the New World, New-York, Cornell University Press, 1966.

47 Ibid., p. 2.

48 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, San Lorenzo, le 1er août 1590 dans ibid., p. 1286.

49 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, San Lorenzo, le 31 août 1591 dans ibid., p. 1318.

50 Les galères étaient construites comme il le souhaitait. Le vice-roi de Naples et les autorités de Barcelone étaient mis en relation directe avec le capitaine-général de la mer, pour le tenir informé de l’avancée de l’ouvrage. La reprise des constructions navales à Barcelone avait été décidée en 1594, et Doria nomma lui-même le chef de construction à la demande de Philippe II. Il s’agit de Geronimo Verde, avec lequel les négociations pour sa venue à Barcelone avaient commencé en février 1595. En septembre, Philippe II demanda à Doria de juger son travail, dans ibid., p. 1390, p. 1428.

51 Kirk, Thomas Allison, op. cit., p. 77.

52 Giannetino Spinola s’illustra en 1587 dans la course face aux Anglais, à la demande de son oncle Giovanni Andrea Doria et au commandement de deux de ses galères. À sa mort, en 1588, il fut remplacé par Leonardo Spinola qui à son tour offrit ses services de marin à la couronne castillane, lettres du 28 mai 1587, p. 1208, du 5 septembre 1589, p. 1261 et du 17 avril 1593, p. 1349.

53 Lettres du 10 mai 1572, p. 792 et du 4 juillet 1572, p. 807.

54 Lettres du 28 janvier 1573, p. 869 et du 23 février 1573, p. 886.

55 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, San Lorenzo, le 17 avril 1593 dans ibid., p. 1349.

56 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Madrid, le 18 mars 1588 dans ibid., p. 1225.

57 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Tolède, le 20 juin 1596 dans ibid., p. 1462.

58 Thompson, Ian A. A., « Las galeras en la política militar española en el Mediterráneo durante el siglo XVI » Manuscrits. Revista d’historia moderna, 2006, num. 24, p. 119.

59 Kirk, Thomas Allison, op. cit., p. 77.

60 Thompson, Ian A. A., War and Government in Habsburg Spain 1560-1620, London, The Athlone Press, 1976, p. 191; 289-290. Pour les dépenses ordinaires des flottes atlantiques, bien que plus élevées, les budgets étaient du même ordre de grandeur : 1 655 437 en 1587, 1 297 000 en 1590, 954 604 en 1592, 1 475 000 en 1597, 890 250 en 1599, 861 912 en 1606, 650 000 en 1608, 804 988 en 1620.

61 Parker, Geoffrey, La gran estrategia de Felipe II, Madrid, Alianza Editorial, 1998.

62 Lettre de Philippe II au Comte d’Olivares, Madrid, le 3 janvier 1595 et lettre de Philippe II au Comte de Miranda, Madrid, le 13 janvier 1595 dans ibid., p. 1387-1389.

63 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Madrid, le 25 février 1595 dans ibid., p. 1392.

64 Philippe II voulait que Doria usât de son autorité pour faire obéir les galères de Malte, de Gênes et de Florence qui n’avaient pas soutenu, comme il aurait fallu, le Comte d’Olivares, vice-roi et capitaine général de Sicile, en 1594, lorsque Doria n’était pas présent sur les lieux, lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Madrid, le 25 février 1595 dans ibid., p. 1392.

65 Philippe II, dans une lettre du 30 avril 1595, annonce à Giovanni Andrea Doria, non sans cynisme, la mort de Murad III et la montée sur le trône de son fils aîné Mohammed III qui, trop préoccupé à s’établir, ne pourra certainement pas mener d’expédition de grande envergure cette année. Et Philippe II se réjouit de la mort de tous les autres fils de Murad III, lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Madrid, le 30 avril 1595 dans ibid., p. 1400-1401.

66 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Madrid, le 11 juin 1595 dans ibid., p. 1403.

67 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, le 18 mai 1596 dans ibid., p. 1460.

68 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, San Lorenzo, le 30 septembre 1596 dans ibid., p. 1471.

69 Parker, Geoffrey, Europa en crisis, 1598-1648, México D. F., Siglo XXI Editores, 1981, p. 90.

70 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Madrid, le 27 mai 1594 dans ibid., p. 1362.

71 Neuf ans auparavant, le corsaire Francis Drake avait détruit les munitions et provisions espagnoles à Cadix.

72 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Tolède, le 12 juillet 1596 dans ibid., p. 1466.

73 La documentation fait mention d’échanges de prisonniers et de rançons à plusieurs reprises. Les Anglais libérèrent les sujets de Philippe II les plus pauvres qu’ils avaient en otage, pour les plus riches ils demandèrent des rançons. Le Roi Prudent pensait utiliser les prises anglaises faites par Pedro de Toledo afin d’en demander des rançons ou d’organiser des échanges, dans ibid., p. 1476.

74 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Tolède, le 12 juillet 1596 dans ibid., p. 1467.

75 Ricardo Cerezo Martínez signale la décision de retirer les navires marchands de la ligne défensive et l’incapacité du fort San Felipe de repousser les navires anglais avec son artillerie comme responsables en grande partie de la facilité avec laquelle les Anglais pénétrèrent dans la baie de Cadix, Las armadas de Felipe II, Madrid, Editorial San Martín, 1988, p. 408.

76 Ibid.

77 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Madrid, le 26 décembre 1596 dans ibid., p. 1482.

78 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, San Lorenzo, le 3 juillet 1597 dans ibid., p. 1498 ; lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, à San Lorenzo, le 5 octobre 1597 dans ibid., p. 1537.

79 Giovanni Andrea Doria inspecta les ports et fortifications de Carthagène, Malaga, Gibraltar, Cadix, puis termina par Alicante durant l’été 1597.

80 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, San Lorenzo, le 4 octobre 1597 dans ibid., p. 1536.

81 Fernández-Conti, Santiago, Los Consejos de Estado y Guerra de la Monarquía Hispana en tiempos de Felipe II, 1548-1598, Junta de Castilla y León, 1998, p. 219.

82 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, le 22 avril 1596 dans ibid., p. 1457.

83 Doria fut chargé de cette affaire dès le 4 février 1596.

84 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Madrid, le 21 janvier 1596 dans ibid., p. 1443.

85 Kaiser, Wolfgang, Marseille au temps des troubles. Morphologie sociale et luttes de factions 1559-1596, Paris, Éditions de l’EHESS, 1992, p. 339-340.

86 Il est juste de penser que Casaulx et d’Aix commencèrent à appliquer les revendications de Philippe II, car comme le précise Wolfgang Kaiser, dans leur lettre au duc de Mayenne du 5 janvier 1596, ils rejetèrent toutes les propositions de Henri IV et réaffirmèrent leur fidélité au duc et à la Sainte Union, op. cit., p. 339.

87 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, Madrid, le 21 janvier 1596 dans ibid., p. 1443.

88 Lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, San Lorenzo, le 15 octobre 1597 dans ibid., p. 1540. 40 ducats mensuels furent alloués à Louis d’Aix, François de Casaulx, David Nicolin. 30 ducats pour Fabio Casaulx et 30 également pour sa mère, 25 ducats furent attribués au capitaine Joseph Salela, 15 à Jacques de la Sonsa et 10 à Jehan Poytier, lettre de Philippe II à Giovanni Andrea Doria, San Lorenzo, le 15 octobre 1597 dans ibid., p. 1540.

89 Voir en annexe 1e tableau de calcul du temps de circulation de l’information entre Giovanni Andrea Doria et Philippe II.

90 Padgett John F., Ansell Christopher K, « Robust Action and the Rise of the Medici, 1400-1434 », American Journal of Sociology, 1993, vol. 98, no 6.

Table des illustrations

Légende Annexe. – Temps de circulation de l’information entre Giovanni Andrea Doria et Philippe II de 1595 à 1598.* Pour l’intégralité des lettres, Philippe II se trouvait toujours en Castille. Il était soit à Madrid, soit à San Lorenzo, Aranjuez, Aceca ou Tolède.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/107556/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 345k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search