Version classiqueVersion mobile

Circulations maritimes : l'Espagne et son empire

 | 
Michel Bertrand
, 
Jean-Philippe Priotti

Troisième partie. Du local au global : jeux d'acteurs et jeux d'échelles

L’accès au pouvoir local dans une région castillane tournée vers l’exportation. Soria aux XVe et XVIe siècles

Máximo Diago Hernando
Traduction de Michel Bertrand

Texte intégral

  • 1 Bien que ce constat soit admis de manière assez commune, nous ne se disposons pas d’étude globale (...)

1Du début du XVe siècle jusqu’au XIXe siècle, les laines fines obtenues de la tonte du bétail transhumant ont représenté la principale source de revenus obtenus par la Couronne de Castille de ses exportations1. Ce faisant, l’élevage des ovins soumis au régime de la grande transhumance et orienté vers la production de laines destinées à l’exportation a représenté une activité d’une énorme importance économique durant toute cette période. Une telle situation eut d’importantes répercussions, non seulement sur les structures économiques, mais aussi sur les sociétés et les choix politiques de nombreuses communes castillanes qui, d’une manière ou d’une autre, se trouvaient associées à une telle spécialisation.

  • 2 Quelques exemples de grands propriétaires de bétail transhumants à Madrid aux XVIIe et XVIIIe sièc (...)

2Les plus affectées par un tel contexte furent d’abord, de toute évidence, les communes montagnardes offrant des estives sur lesquels les troupeaux s’installaient pour les mois d’été. Mais il en allait de même pour les régions méridionales périphériques de la Meseta – qu’il s’agisse du nord de l’Andalousie, du royaume de Murcie, et même du royaume du Portugal – où s’installait ce même bétail durant les mois d’hiver. Encore faut-il préciser qu’il ne s’agit pas des seules régions concernées, tant les propriétaires de bétail ovin transhumant se retrouvent dans presque toutes les régions de la géographie castillane, et même dans certaines villes, comme à Madrid où, ne se contentant pas d’y être nombreux, ils concentraient entre leurs mains une énorme quantité de têtes de bétail2. Plus largement encore, l’élevage du bétail transhumant, indépendamment du lieu de résidence des propriétaires, eut aussi d’importantes répercussions sur l’économie d’autres lieux encore, tout spécialement en raison du développement des activités mercantiles et financières qu’il générait. Cela concernait un certain nombre d’autres zones d’habitat, le plus souvent assez éloignées des territoires qui concentraient les pâturages, aussi bien ceux d’hiver que ceux d’été.

3L’activité liée à l’élevage transhumant généra d’importants flux financiers progressivement canalisés par un certain nombre de centres urbains parmi lesquels on se doit de distinguer Medina del Campo au XVIe siècle et Madrid à partir du XVIIe siècle. En effet, les éleveurs se devaient fréquemment de mobiliser de grandes sommes d’argent afin d’effectuer les paiements des loyers des pâturages, plus particulièrement de ceux d’hiver, ainsi que les impôts perçus par la monarchie, très concrètement le servicio et le montazgo. Ne disposant pas toujours des sommes pour les dates où elles étaient exigibles, ils se voyaient fréquemment obligés de recourir au crédit. En conséquence, ces éleveurs faisaient appel à des financiers professionnels qui, d’un côté, leur permettaient d’effectuer les importants paiements dus et, de l’autre, leur fournissaient le crédit à court, moyen et long terme lorsqu’ils en avaient besoin. Ces financiers se trouvaient rarement sur les lieux de résidence des éleveurs mais plutôt installés de préférence sur des places spécialisées dans la prestation de ce type de services. Au XVIe siècle, la principale de ces places était celle de Medina de Campo, suivie d’assez loin par d’autres comme Medina de Ríoseco ou Villalón. Les foires qui s’y tenaient servaient alors non seulement à la commercialisation de marchandises mais aussi à la mise en place d’importantes opérations financières. Les fonds conservés dans les archives notariales confirment que tant les grands éleveurs transhumants que les plus modestes y étaient très présents, afin de mettre en place ces opérations de financement. Cependant, à partir des dernières décennies du XVIe siècle, ces foires déclinèrent et le relais fut pris par la villa de Madrid, appelée à assumer la fonction de principal centre prestataire de services financiers aux éleveurs.

4Cependant, plus que par l’augmentation de services financiers qu’il exigeait, le développement de l’élevage transhumant fut important en raison de la croissance des échanges commerciaux qu’il signifiait, stimulant alors la croissance économique de certains centres urbains. Fréquemment, ces derniers se localisaient à une certaine distance des villages où se concentraient les pâturages. Tout au long du XVe siècle et durant une grande partie du XVIe siècle, le principal de ces noyaux urbains fut celui de Burgos. C’est là que se concentrèrent les principaux marchands exportateurs de laines de la couronne de Castille. Ils se fournissaient dans les secteurs les plus variés du royaume et exportaient, soit via les ports de la région cantabrique vers les Pays Bas et la France, soit à travers les ports de l’Atlantique andalous et ceux de la Méditerranée vers l’Italie. À partir des dernières décennies du XVIe siècle, les commerçants de Burgos perdirent progressivement le contrôle des exportations lainières castillanes, au profit le plus souvent de commerçants étrangers, d’origines les plus diverses, judéo-convers portugais, Italiens, Français, Flamands et Anglais. C’est alors que d’autres villes profitèrent des incitations que, pour leur propre développement économique, pouvait signifier la participation au financement de cette activité lainière. Parmi elles, dès le début du XVIIe siècle, s’affirma celle de Madrid. C’est là que de nombreux commerçants, tout spécialement parmi les principaux exportateurs du royaume, nombre d’entre eux étrangers, choisirent de fixer leur résidence. Mais il en alla de même avec d’autres cités, comme Bilbao, Saint-Sébastien ou Vitoria, ainsi que pour des villes navarraises plus modestes comme Corella, Tudela o Estella : toutes finirent par compter d’importantes colonies de marchands.

  • 3 On connaît bien quelques exemples de propriétaires dans la province actuelle de Cáceres. En tout p (...)

5On comprend que les régions les plus affectées par la croissance de l’élevage transhumant dans la couronne de Castille à partir du XVe siècle furent d’abord celles disposant de pâturages. Cependant, les transformations déclenchées en raison de l’important développement de cette activité, elle-même stimulée par une forte demande de laines fines sur les marchés extérieurs, ne furent pas partout les mêmes ni de même portée. On se doit ici de souligner que, dans les régions de pâturages hivernaux, cette augmentation de la demande de laines fines sur les marchés extérieurs n’incita pas d’amples secteurs de la population à orienter leurs investissements vers l’élevage transhumant. Certes, dans ces régions, on constate à partir du XVe siècle, et surtout du XVIe siècle, la présence de quelques grands éleveurs de bétail transhumant3. Cependant, ils n’en représentent pas moins une minorité. La majorité des propriétaires de pâturages, plutôt que de les exploiter directement eux-mêmes avec leurs propres troupeaux, optaient pour leur location à des éleveurs extérieurs provenant essentiellement de communes montagnardes. En conséquence, les effets du développement d’un élevage transhumant sur la croissance économique de ces régions furent beaucoup plus réduits, se traduisant en termes de rentes au seul profit de propriétaires de pâturages qui, le plus souvent d’ailleurs, n’y résidaient même pas.

6À l’inverse, dans les régions où se concentraient les estives, les investissements dans l’élevage transhumant atteignirent des dimensions bien plus importantes, leurs effets concernant un spectre social beaucoup plus large et diversifié. L’immense majorité des bergers qui veillaient sur ce bétail transhumant à travers la Castille à cette époque procédaient de ces villages montagnards. Les grands propriétaires du sud, qui exploitaient leurs propres troupeaux dans le cadre de la transhumance, recrutaient d’ailleurs parmi eux bergers et contremaîtres. Par ailleurs, dans ces mêmes villages, abondaient les petits ou moyens propriétaires de bétail ovin transhumant alors qu’ils étaient peu présents dans les terres du sud. Enfin, toujours dans ces mêmes régions septentrionales, proliféraient les grands propriétaires de bétail réunissant plusieurs milliers de têtes. Ils contribuèrent à y développer une exploitation au caractère spéculatif affirmé qui, durant les périodes les plus favorables, dont la plus grande partie des XVe et XVIe siècles, leur rapportait d’importants bénéfices. Ces derniers représentèrent une impulsion indirecte à la croissance économique de ces mêmes régions, notamment à travers le biais de la construction de grands travaux d’architecture civile et religieuse, ainsi que par celui de la consommation somptuaire.

  • 4 Sur la présence de troupeaux appartenant à de propriétaires de Ségovie dans la zone des cols de Le (...)
  • 5 Des travaux ont attiré notre attention sur l’importance des zones de tonte du bétail dans la régio (...)

7Cependant, on se doit de préciser que ce modèle d’évolution ne se réalise pas dans toutes les régions d’estives, ni que les changements qu’il suppose se déclenchèrent simultanément dans chacune d’entre elles. À ce propos, il faut souligner tout particulièrement le cas de la montagne de la région de León ainsi que celui de tous les territoires montagnards du versant méridional de la cordillère cantabrique d’une manière plus générale. En effet, à travers les données en notre possession, dans aucun de ces villages ne se produisit aux XVe et XVIe siècles, ni même plus tard, une hausse de la pratique de l’élevage transhumant impulsée par la population autochtone, comparable à celle que l’on peut constater dans de nombreux autres villages montagnards des chaînes Ibériques et Centrales. Bien au contraire, nous savons que les estives dans les zones des cols de la province de León, considérées à l’époque comme les meilleures de toute la couronne de Castille, furent presque totalement exploitées, à partir du XVIe siècle, par des éleveurs extérieurs à la région provenant de Ségovie4, de Madrid et d’autres lieux de la Meseta périphérique. À l’inverse, la population autochtone se limita à offrir sa force de travail aux éleveurs, leur servant de contremaîtres et de bergers. C’est la raison pour laquelle le développement de l’élevage transhumant eut des effets plus limités sur la croissance économique de la région montagnarde du León durant l’époque moderne. L’essentiel des bénéfices générés par cette activité n’y restèrent pas. Au-delà, les effets de dynamisation de l’activité économique générée par le commerce de la laine ne s’y firent pratiquement pas sentir puisque, lorsque les troupeaux arrivaient dans la région, la tonte avait déjà été pratiquée, le plus souvent près de Ségovie. À ce titre, cette ville vit son rôle de centre commercial spécialisé dans la laine s’accroître considérablement5.

  • 6 Voir Asenjo González M., « Los espacios ganaderos. Desarrollo e impacto de la ganadería trashumant (...)

8Le contexte de notre propre recherche ainsi dessiné, nous chercherons à préciser maintenant son objectif principal. Très concrètement, nous nous proposons de rendre compte des conséquences que put avoir sur les structures du pouvoir local d’une région précise de la couronne de Castille le développement de l’élevage du bétail transhumant orienté vers la production de laines fines aux XVe et XVIe siècles. À cette fin, nous avons retenu le cas de la ville de Soria et de sa région, un ensemble couvrant un espace étendu dans lequel abondent les estives. Ces dernières permettaient le maintien d’un bétail nombreux appartenant, pour l’essentiel, à des éleveurs locaux6. Soria fut ainsi la capitale de l’une des quatre juridictions montagnardes au sein desquelles s’organisa la Mesta, signe explicite de l’importance que cette ville occupait dans l’activité de transhumance jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. C’est la raison pour laquelle son étude se révèle d’un très grand intérêt à partir du prisme d’analyse qui nous intéresse ici, tant l’impact de cette activité d’élevage, centrée sur la production de laine destinée à l’exportation, put avoir des effets énormes sur ses structures politiques, sociales et économiques.

Le développement de la demande de laines fines et ses effets sur les structures socioéconomiques de la circonscription montagnarde de Soria

  • 7 Asenjo González M., op. cit. et Diago Hernando M., « El desarrollo de la trashumancia y los orígene (...)

9Faute de documentation, les premières phases du développement, dans la couronne de Castille, des activités associées à la transhumance nous sont très mal connues. De ce point de vue, la région de Soria ne représente pas une exception, compte tenu de la rareté des sources d’informations dont nous disposons pour connaître, avec un minimum de détails, les activités économiques qui s’y pratiquaient entre les XIIe et XIVe siècles. À partir de quelques indices, on peut cependant émettre l’hypothèse que cette région compta parmi les pionnières dans la mise en place de la pratique de la grande transhumance ovine. Parmi eux, on se doit de souligner le fait que la circonscription mesteña de la région de Soria, l’une des quatre circonscriptions montagnardes parmi lesquelles se recrutaient les membres du « Honrado Concejo de la Mesta », jouissait de certaines prééminences au sein de cette institution. Ses représentants disposaient notamment, à titre permanent, du premier siège à la droite du président, privilège justifié du fait que ses habitants avaient joué un rôle pionnier dans l’élevage du bétail transhumant ainsi que dans l’organisation de l’appareil institutionnel de la Mesta7.

10Le précoce intérêt des habitants de la région pour la pratique de la grande transhumance est probablement à mettre en relation, pour l’essentiel, avec leur adaptation à des conditions naturelles peu favorables à la culture des céréales, les obligeant à rechercher leur subsistance en se consacrant à d’autres activités. Au cours des premiers siècles durant lesquels cette activité est pratiquée, elle ne semble pas l’avoir été à très grande échelle ni orientée systématiquement vers le marché, comme cela le deviendra par la suite. En effet, nous ne savons presque rien sur les débouchés de la laine produite durant ces premiers siècles alors que, par la suite, elle devient la principale source de revenus des exploitations se consacrant à l’élevage transhumant. Malgré l’absence de données, on peut cependant formuler l’hypothèse, assez probable, que jusqu’aux XIIIe et XIVe siècles, ces éleveurs transhumants tiraient une part importante de leurs revenus de la vente de fromages, attestée par la documentation pour le XIVe siècle, ainsi que d’agneaux et de vieilles brebis destinés à la consommation de la viande.

  • 8 Pour connaître avec plus de détails le contexte dans lequel se produisit aux Pays-Bas la substitut (...)
  • 9 Spufford P., Power and Profit. The Merchant in Medieval Europe, New York, Thames and Hudson, 2002, (...)

11Cependant, la situation s’altère radicalement au début du XVe siècle, quand se produit une forte hausse de la demande extérieure de laines fines castillanes en provenance des Pays-Bas. Les laines anglaises se trouvent en effet concurrencées par ces laines castillanes, de qualité légèrement inférieure, destinées à la fabrication d’un nouveau type de drap, plus léger, qui signifia une véritable révolution dans la draperie régionale8. La première mention, en provenance du Brabant, de l’utilisation de laine castillane pour la fabrication de ces draps aux Pays-Bas, date de l’année 14079.

  • 10 Spufford P, ibid., p. 330-1.

12À partir de cette date, la part de ces laines dans les matières premières des draperies de la région augmente très rapidement. C’est ainsi que, dès le second quart du XVe siècle, les New Draperies de la vallée de la Lys utilisaient presque exclusivement de la laine espagnole, n’empêchant pas les traditionnelles Old Draperies urbaines de continuer à utiliser la laine anglaise pour de longues années encore. À la fin des années 1430 le Libelle of Englyshe Polyce attirait l’attention sur l’étroite interconnexion existant alors entre les Flandres et la couronne de Castille, conséquence du recours prédominant à la laine castillane par la draperie du sud des Pays-Bas10.

  • 11 Munro J. H., « The Symbiosis of Towns and Textiles: Urban Institutions and the Changing Fortunes of (...)
  • 12 Häbler K., « Der Hansisch-Spanische Konflikt von 1419 und die älteren spanischen Bestände », Hansis (...)

13D’après Munro, c’est vers 1420 que les laines des mérinos de Castille commencèrent à supplanter les laines anglaises dans les ateliers textiles flamands et c’est vers le milieu du siècle que leur utilisation se généralisa11. Mais des indices montrent que les exportations de laines castillanes vers la région avaient atteint, dès les années 1420, une grande importance pour son économie. Très concrètement, on peut souligner la décision prise par l’assemblée de la Hanse en janvier 1431 décrétant, à titre de représailles contre la couronne de Castille en réponse aux préjudices économiques causés à des commerçants hanséatiques par les Castillans, l’interdiction d’importation des laines castillanes ainsi que celle de tissus fabriqués avec cette matière première pour toute la région de la Hanse. Le choix de la marchandise sur lequel pesait l’interdiction ne relevait pas du hasard. Il s’agissait de provoquer l’impact le plus fort possible, non seulement en Castille mais aussi dans les Pays-Bas eux-mêmes, afin de faire pression sur leurs autorités pour qu’elles interviennent dans la recherche d’un arrangement avec les Castillans. De fait, c’est ce qui arriva. Aussitôt connue la décision de l’assemblée de la Hanse, les autorités de Bruges s’empressèrent de solliciter auprès de cette dernière la suspension, à titre provisoire, de la mesure pour au moins 18 mois. Elles s’engageaient entre temps à envoyer un ambassadeur-médiateur à la cour de Castille afin de négocier un accord qui mette fin aux tensions entre Castillans et Hanséates. Cependant, et malgré l’urgence, le négociateur ne partit pour la Castille qu’en mars 143312.

  • 13 Mollat M., Le commerce de la Haute Normandie au XVe et au début du XVIe siècle, Paris, Librairie Pl (...)
  • 14 Touchard H., Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, Les Belles Lettres, 1967 et (...)
  • 15 Sur l’irruption de la laine castillane sur le marché florentin à partir des dernières décennies du (...)
  • 16 Childs W. R., Anglo-Castilian Trade in the Later Middle Ages, Manchester, University Press, 1978.

14La montée en puissance aux Pays-Bas d’une forte demande de laines fines en provenance de Castille au début du XVe siècle constitua une importante incitation à investir dans l’élevage ovin, activité déjà présente dans de nombreuses régions castillanes, notamment dans celle de Soria, en vertu d’impératifs de nature écologique. D’autant que, à cette demande flamande vint s’ajouter celle d’autres régions européennes qui, elles aussi, en vinrent à utiliser cette même laine dans la fabrication de leurs toiles. Parmi elles, on peut souligner la place prise par la Normandie13, la Bretagne14, et l’Italie15 dans ces exportations. L’Angleterre elle-même, principal exportateur de laines en Europe durant tout le Moyen Âge, en vint, au cours du XVe siècle, à importer ces laines castillanes16 même si les volumes concernés restaient encore modestes, à la différence de ce qu’il en sera à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle. À tout cela s’ajouta enfin la demande suscitée par la draperie en Castille même où elle connut aussi un développement considérable au cours du XVe siècle. Pourtant, un pourcentage important de la laine qu’utilisait cette dernière provenait de l’élevage non transhumant, qu’il s’agisse des troupeaux sédentaires ou de ceux pratiquant la petite transhumance, laine d’une valeur très inférieure et qui s’achetait très facilement sur le marché local.

15Au cours du XVe siècle, la demande de laines fines connut donc une hausse sans précédent dans la couronne de Castille. Pour la première fois dans l’histoire, s’imposaient les conditions propices à la transformation de l’élevage ovin transhumant en une activité commerciale spéculative, assise sur une production à grande échelle malgré tous les risques que cette orientation pouvait présenter. Tel fut le cas dans de nombreuses régions, dans des proportions certes différentes, et même si nous limiterons notre étude à mesurer l’importance du phénomène dans les environs de la ville de Soria. Ici, cette forte croissance de la demande de laines fines au début du XVe siècle agit comme un véritable stimulant sur les structures économiques, sociales et politiques.

16En effet, la pratique de l’élevage ovin transhumant, qui se pratiquait déjà depuis plusieurs siècles, tout spécialement dans les hameaux de montagne de la région de Soria, connut alors une intensification sensible. Nombreux furent ceux qui, devant les perspectives d’une commercialisation rémunératrice des laines, réalisèrent d’importants investissements soit en augmentant la taille de leurs cheptels, soit en les créant de toutes pièces. Le nombre de grands et moyens propriétaires de bétail transhumant augmenta peu à peu, nombre d’entre eux provenant de familles qui pratiquaient cette activité de longue date avec de petits troupeaux. Les autres provenaient de groupes sociaux qui, jusqu’alors, n’avaient aucun rapport avec cette activité.

17Dans les recherches que nous avons consacrées à l’identification des grands propriétaires de troupeaux transhumants de la région de Soria des XVe et XVIe siècles, nous avons pu vérifier qu’une partie d’entre eux descendaient de familles paysannes, enracinées dans les villages montagnards, souvent d’origines roturières. Grâce à la richesse accumulée dans l’exploitation de leurs troupeaux, ils finirent par accéder au rang d’hidalgo. De nombreux autres arrivèrent à Soria en provenance de régions très éloignées du royaume de Castille, qu’il s’agisse de la Galice, de l’Andalousie ou de la montagne de Santander. Après s’être installés dans la région, ils implantèrent de prospères exploitations d’élevage transhumant qui, dans de nombreux cas, restèrent entre les mains de leurs descendants jusqu’au XVIIIe siècle et parfois même bien au-delà.

  • 17 Diago Hernando M., « Ganaderos trashumantes y mercaderes de lanas en Molina y su tierra durante el (...)

18Dans les montagnes de la région de Soria, au cours du XVe siècle et de la première moitié du XVIe siècle, se consacrer à l’élevage de bétails ovins transhumants devint le moyen d’ascension sociale le plus efficace. Il permit la promotion d’individus dotés d’un état d’esprit « entrepreneurial » et doués d’une capacité d’adaptation aux exigences du marché. Ces qualités étaient bien plus présentes chez eux que parmi ceux qui se consacraient à l’activité commerciale et financière, cette dernière ne donnant, à l’époque, pas lieu à la constitution de très grandes fortunes, situation exactement inverse à celle que l’on observe parmi les éleveurs transhumants les plus entreprenants. Cependant, il ne s’agit pas ici d’un phénomène propre à cette région même si l’on ne dispose pas encore de synthèses permettant d’identifier les grands éleveurs mesteños de cette période. Certains résultats, encore partiels, permettent au moins de constater que le processus d’ascension sociale, très proche de celui abondamment observé dans les montagnes de Soria, se manifeste au cours de la seconde moitié du XVe siècle dans la juridiction de Molina de Aragón17, ainsi que, comme le donnent à penser quelques indices, dans les hameaux de la région de Ségovie comme Villacastín ou El Espinar.

19Dans les montagnes de la région de Soria, les changements qui accompagnent la hausse de la demande de laines fines castillanes sur les marchés européens au début du XVe siècle ne se limitèrent pas au processus d’ascension sociale et politique des individus les plus entreprenants ou de ceux qui réussirent le mieux à s’adapter aux nouvelles circonstances. Ils incluent un spectre social beaucoup plus large que ceux profitant de la nouvelle situation. Cette assertion est confirmée par le fait que, dans la juridiction de Soria, au cours de la seconde moitié du XVe siècle et tout au long du suivant, les hameaux du secteur montagnard, les moins aptes au développement de la culture céréalière et où abondait déjà l’élevage transhumant, connurent la plus forte prospérité et le taux de croissance démographique le plus élevé de toute la région.

Les conséquences du développement de l’activité de l’élevage transhumant sur la composition du groupe oligarchique dans la région de Soria

  • 18 Asenjo González M., Espacio y sociedad en la Soria Medieval. Siglos XIII-XV, Diputación Provincial, (...)

20Les données à notre disposition pour connaître la composition du groupe oligarchique de la région étudiée pour les XIVe et XVe siècles sont très fragmentaires. En conséquence, nos certitudes sur le profil socioéconomique de ces familles que le composaient sont maigres. On peut cependant conclure, en s’appuyant sur l’état actuel de la recherche, qu’il s’agissait d’une oligarchie dont l’origine est à rechercher parmi des « Chevaliers Urbains » qui, au cours de la première moitié du XIVe siècle, s’étaient faits reconnaître comme nobles dotés de privilèges grâce à la stabilisation de l’institution des Doce Linajes, fondement de leur reconnaissance comme propriétaires de solares nobles18. Ces chevaliers étaient propriétaires de terres qu’ils exploitaient avant tout en les louant contre une rente. Cependant les plus aisés d’entre eux, et précisément ceux qui constituèrent le noyau dur de l’oligarchie, complétaient leurs modestes revenus tirés de la rente foncière avec la perception d’importantes sommes d’argent ainsi que de compensations économiques de natures diverses, droits obtenus auprès des monarques à titre de remerciements pour services rendus. De fait, les membres les plus influents de l’oligarchie régionale du XVe siècle et de la première moitié du XVIe siècle furent, dans leur grande majorité, des individus se plaçant au service des monarques qui, en retour, les comblaient de donations et les désignaient dans l’exercice de missions très variées, tant politiques que militaires.

  • 19 Pastor de Togneri R., « La lana en Castilla y León antes de la organización de la Mesta », Moneda y (...)
  • 20 C’est ainsi que le regidor Juan Morales, l’un des personnages les plus influents de la ville de So (...)

21Malgré ce qui a été dit sur le rôle central de ces « Chevaliers Urbains » issus des juridictions castillanes du sud du Duero dans l’expansion de l’élevage transhumant, avant puis après l’institutionnalisation de la Mesta par Alfonso X19, la documentation conservée pour Soria ne nous permet pas de constater parmi leurs descendants du XVe siècle un intérêt fort et généralisé pour cette activité. Bien au contraire nous avons pu constater que certains lignages, parmi les plus influents sur la scène politique locale durant cette période, restèrent totalement en marge de cette activité économique. C’est ce que nous laissent voir, d’une manière paradigmatique, le cas des Torres, ainsi que celui des Álvarez de Calatañazor, des Ruiz de Caravantes, des San Clemente, des Gil de Miranda, de plusieurs branches des Barrionuevo, et même des Morales20.

22Bien entendu, au sein de ces familles de l’oligarchie qui ne manifestèrent que peu ou pas d’intérêt pour l’élevage ovin transhumant, il y eut aussi des individus qui peuvent être identifiés comme d’importants propriétaires d’élevage transhumant. Tel est bien le cas de Rodrigo de Vera, seigneur de Hinojosa de la Sierra, de Pedro García Calderón, du docteur Pedro Álvarez de Morales, de Gonzalo de Beteta et de son fils Jorge, responsables de la forteresse royale de la ville de Soria. Tous ces noms, auxquels on pourrait en ajouter plusieurs autres, ne réussirent pas à constituer un groupe majoritaire, ni, sauf exception, à compter parmi les principaux propriétaires de bétail de la circonscription mesteña de Soria, ni parmi ceux qui déployaient une intense activité au sein de la Mesta. Bien au contraire, les individus que l’on trouve cités le plus fréquemment dans les sources de la mesta du XVe siècle, fort rares, ou dans celles des premières décennies du XVIe siècle, beaucoup plus abondantes, et dont nous savons par ailleurs qu’ils sont effectivement de grands propriétaires de bétail ovin transhumant, résidaient, dans leur majorité, dans des hameaux des montagnes de la juridiction de Soria ou dans des lieux proches de seigneuries voisines comme, par exemple, Yanguas, lesquelles, la plupart du temps, n’étaient pas reconnues comme nobles.

23Tel est le cas de la famille Vinuesa, originaire de Gallinero, hameau montagnard de la juridiction de Soria, dont plusieurs membres se distinguèrent, à compter des premières décennies du XVe siècle, comme membres influents dans les institutions de la Mesta, plusieurs générations durant. Plus tard, au début du XVIe siècle, ils comptaient ainsi parmi les principaux propriétaires de têtes de bétail de la région de Soria. À cet exemple paradigmatique, il serait possible d’en ajouter bien d’autres, notamment ceux dont nous avons déjà rendu compte dans plusieurs publications. Il faudrait y ajouter aussi ceux d’autres familles installées sur des seigneuries voisines de cette juridiction de Soria, notamment dans la villa de Yanguas. C’est là que la famille De Los Río commença son ascension. Originaire de l’évêché de Mondoñedo, en Galice, elle s’imposa au cours du XVIe siècle comme la principale propriétaire d’élevage transhumant de la circonscription mesteña de Soria, et comme la plus influente au sein de la Mesta.

24Toutes ces familles de grands propriétaires de bétail transhumant restèrent en marge du groupe oligarchique de Soria jusqu’au milieu du XVIe siècle même si nombre d’entre elles, en raison de leur position économique, sur-passaient largement presque toutes celles qui le composaient à cette époque. Cependant, cette situation d’exclusion ne se prolongea pas indéfiniment : la mise en vente en 1543, par la monarchie, de quatre charges de regidor, au prix raisonnable de 375 000 maravédis, leur offrit l’opportunité d’accéder enfin au principal organe de gouvernement de la ville de Soria. De fait, elles se hâtèrent d’en profiter puisque, parmi les quatre acheteurs de ces charges vendues par le roi, trois peuvent être identifiés comme des éleveurs parmi les plus importants en têtes de bétail transhumant et les plus influents au sein de la Mesta en provenance de la région de Soria. Il s’agit de Juan de Vinuesa, Juan de Río et de Antón de Río le jeune. Le premier était originaire du hameau montagnard de Gallinero, membre de la famille évoquée précédemment, et possédait dans les années 1560, disait-on, plus de 30 000 têtes de bétail ovin et une fortune qui dépassait les 250 000 ducats. Les deux autres étaient oncle et neveu. Ils s’étaient installés à Soria en provenance de la villa de la seigneurie de Yanguas vers 1520. À cette date ils avaient déjà réussi à occuper une place prédominante au sein de la Mesta, situation qui ne fit que se renforcer avec le temps.

25Seul parmi les quatre acheteurs de ces charges de regidor en 1543, Juan de Torres de Mendoza ne maintenait aucune relation avec l’économie de la transhumance. Mais on se doit de préciser que cet homme ne garda l’office que peu de temps : en 1556 il y renonça en faveur de Juan de Neila qui, lui, était bien un important éleveur transhumant. Il appartenait lui aussi à une famille originaire du hameau montagnard de Gallinero qui, depuis le XVe siècle, occupait une position prééminente au sein de la circonscription mesteña de Soria.

  • 21 Diago Hernando M., « Caballeros y ganaderos », op. cit.

26L’entrée simultanée, dans la municipalité de la ville de Soria, des trois principaux propriétaires de bétail transhumant de la juridiction en 1543, suivie postérieurement de plusieurs autres dont celle de Juan de Neila, renvoie selon nous à un changement profond dans la composition du groupe oligarchique régional21. À compter de cette période il acquiert un profil de plus en plus marqué en raison de la prééminence de familles devant leur fortune à la propriété de grands cheptels transhumants. Elles supplantent alors les vieilles familles nobles qui devaient avant tout leur position à leurs liens privilégiés avec la monarchie. Ces nouvelles familles ne se contentèrent pas d’en rester au niveau des vieilles familles qu’ils supplantaient en accédant à la municipalité. Ils s’efforcèrent d’utiliser toutes les opportunités que la monarchie leur offrait à travers la vente de nouveaux offices afin de renforcer leur position au sein des élites locales et de maintenir ainsi leurs distances avec le reste de ces familles. Ceux qui y parvinrent le mieux furent les De Los Río, originaires de Galice. Non content de l’acquisition des deux offices de 1543, ce lignage réussit à mettre la main un peu plus tard, à titre perpétuel, sur la charge d’alférez mayor. Elle leur donnait le droit d’occuper la première place parmi les membres du cabildo ayant droit de vote, juste après le corregidor et le depositario general, qui, eux aussi, jouissaient de ce même droit de vote. De plus, il acquit le droit de seigneurie sur deux des plus importantes villas très proches de la ville de Soria, à savoir Almenar et Gómara.

27L’intégration des principaux propriétaires de bétail transhumant aux postes les plus influents de l’institution municipale de Soria à partir du milieu du XVIe siècle impliqua toujours plus le cabildo dans la défense des intérêts des grands éleveurs mesteños, tout spécialement dans tout ce qui avait trait à la régulation de l’accès aux pâturages dans la vaste juridiction de Soria, là où précisément abondaient les estives. Nous ne pouvons aborder ici l’étude détaillée de ces décisions qui traduisent cette nouvelle orientation de la principale institution du gouvernement local de Soria et de sa région. Mais nous pouvons souligner qu’elles entrèrent fréquemment en conflit avec les intérêts de la « corporation terrienne » représentant la paysannerie installée dans les hameaux. À titre simplement illustratif, nous nous limiterons à rappeler que la municipalité de Soria imposa de considérer comme prioritaire, et ce jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, l’utilisation des terres incultes du domaine royal comme pâturages. Cette décision fut prise au détriment d’autres usages alternatifs possibles, qu’il s’agisse de l’exploitation du bois ou du défrichement de ces terres à destination des cultures céréalières. C’est elle aussi qui encouragea le renforcement d’un mode d’exploitation des chaumes ouvertement favorable aux grands propriétaires mesteños : ils réussirent à en monopoliser l’accès durant les semaines qui suivaient les récoltes, au détriment des paysans propriétaires de bétail sédentaire ainsi que des petits et moyens propriétaires s’adonnant à la petite transhumance.

Les commerçants de Soria dans le commerce des laines et leur place dans la hiérarchie sociopolitique locale

  • 22 Casado Alonso H., « El comercio internacional burgalés en los siglos XV y XVI », en Actas del V Cen (...)

28La région de Soria a été l’une des principales régions productrices du produit ayant le plus contribué à grossir la rubrique des exportations de Castille jusqu’au début du XIXe siècle, à savoir la laine fine. Pourtant elle n’a pas connu de développement d’un groupe nourri et dynamique de commerçants à même d’occuper une place de premier plan sur la scène internationale. Ni à Soria, ni dans aucun des centres urbains ou semi-urbains de la région, un groupe de commerçants exportateurs de laine, nombreux et influents, ne parvient à émerger, comme cela se vérifie dans la ville voisine de Burgos pour les XVe et XVIe siècles22. On trouve bien, dans la ville des bords du Duero, et dans une moindre mesure dans les autres centres urbains environnants, des commerçants qui, entre autres activités très variées, s’adonnaient au commerce des laines. On peut même considérer que, à Soria, parmi tous ceux qui se distinguèrent dans l’exercice du métier de commerçant, réussirent à amasser des fortunes significatives leur assurant une promotion sociale, tous participèrent activement à ce commerce. Ce constat confirme que c’était là le meilleur moyen d’accumuler de confortables bénéfices. Cependant, il est vrai aussi que très peu parmi ces commerçants réussirent à participer activement à de grandes opérations d’exportation, diminuant d’autant leurs opportunités de réaliser de grosses opérations commerciales.

  • 23 En 1516 plusieurs témoins déclarèrent que Antonio Beltrán était un homme très riche, réputé posséd (...)

29Seules se distinguent quelques rares exceptions, parmi lesquelles une mention spéciale concerne le parcours de la famille, d’origine juive, des Beltranes. Tant avant sa conversion au christianisme qu’après, elle s’intéressa au commerce de la laine, et réussit même à s’y distinguer en raison de sa participation active aux exportations de laines vers la Flandre23. Nous ne savons pas grand chose de la taille de leur entreprise commerciale, ni de son mode de fonctionnement. Mais c’est un autre aspect que nous souhaitons ici mettre en évidence. Leur succès dans l’exportation des laines, combiné à leur participation dans d’autres activités spéculatives, telles que la perception des rentes royales, et d’institutions ecclésiastiques, permit aux membres de cette famille, dès la seconde génération après leur conversion, l’acquisition du statut de seigneur. Elle se concrétisa en 1492 par l’achat de la seigneurie de Tejado puis, à la génération suivante, par l’accès à la municipalité de Soria au sein de laquelle deux frères occupèrent simultanément les fonctions de regidor. Aucune autre famille de commerçants de Soria ne témoigne d’un tel processus d’ascension sociale et politique aussi rapide et aux effets aussi durables. De fait, des membres de ce lignage restèrent présents dans les regimientos de Soria jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Bien plus, au XVIIIe siècle, ils s’ouvrirent même l’accès à la noblesse titrée en obtenant le titre de marquis de La Vilueña. Il faut cependant préciser que la pleine intégration de cette famille à l’oligarchie locale s’accompagna de l’abandon total de l’activité commerciale de la laine qui, en fonction de ce que nous savons, n’intéressait déjà plus les membres de la troisième génération, à savoir précisément celle qui accéda à la municipalité de Soria.

  • 24 AChV, P. C. Lapuerta F. C. 337-8. Martín de Vertendona exigea de Juan de Río le remboursement de t (...)
  • 25 Sur l’embargo décrété en novembre 1598 par le roi interdisant toute exportation de laines vers les (...)

30À l’exception des membres de la famille Beltrán, aucun autre commerçant à Soria des XVe, XVIe et XVIIe siècles ne parvint à amasser une telle fortune, susceptible de lui assurer une rapide incorporation au sein du groupe oligarchique. Cela n’empêcha pas plusieurs d’entre eux de démontrer une capacité d’initiative évidente qui les amena à participer, tout au moins occasionnellement, à des opérations d’exportation de laines hors de la Péninsule, principalement vers les Pays-Bas, la France et l’Italie. Tel est bien le cas de personnages comme Pedro Larios, des frères Juan et Alonso Núñez, de Domingo del Águila et de Juan García de Tardajos, même si aucun d’entre eux ne réussit, soit pour lui-même, soit pour ses enfants, à accéder aux regimientos de la ville de Soria. À ces quelques noms, on pourrait aussi ajouter celui de l’un ou l’autre parmi les plus grands propriétaires de troupeaux puisque, même si cela restait très exceptionnel, nous avons pu constater leur participation à des opérations commerciales d’exportation. Tel a été le cas de Juan de Río, l’un des éleveurs qui acheta l’un des quatre offices de regidor vendus en 1543. Nous savons en effet que peu après, en 1546, il envoya à Bilbao, depuis la juridiction de Soria, 280 sacs de laines, chargeant son commissionnaire local Martín de Vertendona de régler son expédition pour les Flandres24. Cependant, en fonction des informations dont nous disposons, il semble s’agir d’une action isolée, obéissant à des facteurs conjoncturels difficiles, pour l’instant, à identifier. L’immense majorité des données relatives aux ventes de laines effectuées par les grands propriétaires de bétail de la région de Soria dont nous disposons nous les montrent préférant se défaire de la marchandise brute, même après avoir parfois stocké le produit de plusieurs tontes dans leurs entrepôts. Ce n’est que dans certaines occasions très ponctuelles, lorsqu’ils rencontraient des difficultés pour écouler leurs balles de laines et lorsqu’ils ne pouvaient les écouler dans les marchés qui leur étaient habituels, qu’on les voit se charger personnellement de négocier la vente hors de la Péninsule. Très concrètement, c’est ce que l’on observe à partir de 1599 pour plusieurs saisons de tonte. Un décret royal ayant interdit l’exportation des laines vers les Pays-Bas25, quelques-uns des principaux propriétaires de bétail transhumant de la région, tels l’alférez Antonio López de Río, seigneur de Gómara y Almenar, et le regidor Iñigo López de Salcedo, expédièrent leurs laines vers l’Italie afin de les vendre là-bas en leur nom et de s’en faire renvoyer le produit en Castille par le biais de lettres de changes.

31La principale raison de l’incapacité des hommes se consacrant au commerce des laines à accéder aux fonctions dirigeantes de la ville de Soria, et leur relégation au second plan sur la scène sociopolitique locale derrière les familles de l’oligarchie noble, est à rechercher dans leur position subordonnée dans les réseaux commerciaux de niveau international. Entre le XVe et le XIXe siècles, l’exportation des laines castillanes se réalisa en effet d’abord par ce biais. Faute d’y collaborer, ces commerçants restèrent à l’écart, à la différence des grands propriétaires de bétail transhumant qui, eux, réussirent facilement cette intégration dans les cercles oligarchiques. De fait, et même si l’on peut toujours trouver à Soria des commerçants participant directement aux importants bénéfices générés par la vente de laines sur les marchés extérieurs, l’essentiel de leur activité se limitait à servir d’intermédiaires à d’autres commerçants mieux placés dans le contrôle des échanges commerciaux avec l’extérieur.

32Dans la région de Soria, mises à part les laines fines obtenues du bétail transhumant, on commercialisait aussi des laines de qualité inférieure, produites tant par la tonte du bétail sédentaire que par celui pratiquant la petite transhumance. Elles étaient destinées pour l’essentiel à la satisfaction de la demande des drapiers locaux et des villas proches de la région de Cameros. Cependant, au XVIe siècle, on constate l’existence d’exportation de ce type de laines, via les ports Cantabriques, en quantités relativement importantes, puisqu’il semble que la production de laines fines provenant du bétail transhumant ne suffisait pas à satisfaire une demande extérieure croissante. Dans le commerce de ces laines de qualité et de prix inférieurs, connues sous le nom de churras, destinées pour l’essentiel au marché intérieur, et quel que soit le bétail à partir desquelles elles étaient obtenues, les commerçants résidant dans la ville de Soria et dans les autres centres urbains proches comme Ágreda, Yanguas ou San Pedro Manrique, jouaient le rôle principal. On peut même considérer qu’ils contrôlaient presque totalement ce commerce. Il se fondait sur l’achat anticipé des laines à des petits propriétaires paysans auxquels le commerçant versait, plusieurs mois à l’avance, la presque totalité de la valeur de la marchandise. Dans un second temps ils les revendaient à des drapiers des régions de Soria et Cameros, lesquels disposaient habituellement d’un délai de paiement. Ces commerçants devaient donc disposer de moyens financiers susceptibles de rester inutilisés durant plusieurs mois. Cependant, compte tenu des quantités de laines toujours modestes qui étaient en jeu, ce système ne leur demandait pas non plus de moyens financiers très importants. Dans le même temps et très logiquement, les bénéfices obtenus restaient le plus souvent à des niveaux tout aussi modestes, d’autant plus que les marges bénéficiaires étaient ici bien plus réduites que dans le commerce des laines fines, au caractère spéculatif affirmé.

33De fait, à Soria, le négoce des laines grossières était à la portée d’un nombre de personnes bien plus important que celui des marchands s’adonnant au commerce des laines fines du bétail transhumant, connues à l’époque sous le nom d’extremeñas. Nombre de ces acheteurs de laines churras n’étaient même pas de véritables commerçants. Dans de nombreux cas, leur véritable activité professionnelle était tout autre, de chirurgien jusqu’à oculiste en passant par barbier ou apothicaire. À l’inverse, dans le commerce des laines extremeñas, le nombre des participants était sensiblement réduit même si, dans la majorité des cas, ces derniers s’adonnaient aussi bien au commerce des deux qualités de laines. Telle était la situation caractéristique de l’homme de négoce de la ville de Soria des XVIe et XVIIe siècles, eux dont les investissements étaient généralement très diversifiés.

34Tous les commerçants de laines fines ou extremeñas ne répondaient pas, par ailleurs, à un seul et même profil. On peut observer parmi eux d’importantes différences, tant en raison du volume de marchandises négociées que des types de contrats dans lesquels ils se spécialisaient. Les plus obscurs centraient leur activité sur l’achat de modestes quantités de laines à de petits propriétaires des communes montagnardes de la région de Soria. Ils recouraient le plus souvent à des contrats qui supposaient des avances aux éleveurs avant de vendre les laines brutes à d’autres commerçants, voire parfois à des drapiers de la région, n’obtenant que de très maigres marges de bénéfice par arrobe. Une seconde catégorie franchissait un niveau supérieur. Ils se chargeaient du nettoyage et de l’emballage des laines acquises lors d’opérations d’achat payées à l’avance auprès de petits ou moyens éleveurs transhumants. Une fois lavées dans les lavoirs de la région de Soria puis ensachées, ils les revendaient à d’autres commerçants. Un dernier groupe enfin se chargeait du transport des balles de laine jusque dans les ports cantabriques où ils s’engageaient à les vendre à la personne indiquée par le commerçant. Dans un dernier temps, la marchandise était alors chargée sur des navires pour être exportée.

35Dans tous les cas, les risques que couraient ces marchands étaient relativement limités. Avant que les laines ne quittent Soria vers les ports, les ventes étaient déjà réglées et une bonne partie des paiements souvent effectuée. Bien plus risqué était le transport des laines jusqu’aux ports alors que la vente n’avait pas encore été négociée. Le risque était d’avoir à les y laisser entreposées entre les mains d’un intermédiaire, pour une durée qui pouvait être longue. Cela supposait alors des frais d’entrepôt et de surveillance, voire la nécessité de devoir vendre à vil prix si la demande venait à baisser brusquement. En contrepartie, dans ces opérations négociées directement dans les ports avec les négociants exportateurs, les possibilités d’obtenir de plus grands profits étaient bien plus importantes. C’est la raison pour laquelle on trouvait à Soria des commerçants qui s’aventuraient dans ce type d’opérations, même s’ils étaient minoritaires.

36Pour finir, existait aussi la possibilité de charger les laines pour leur propre compte, sur des bateaux en partance depuis les ports cantabriques ou depuis la Méditerranée. Elles étaient alors expédiées à des commerçants avec lesquels ils maintenaient des relations d’affaires dans les ports de destination, aux Pays-Bas, en France ou en Italie. Ces derniers réexpédiaient alors vers la Péninsule le produit de la vente, déduction faite des frais et droits de commission. Comme nous l’avons déjà précisé, on trouve à Soria des commerçants qui prirent une part active dans ce type d’opérations, les plus difficiles parce qu’elles supposaient d’avoir des contacts dans des lieux très divers et éloignés les uns des autres. C’est la raison pour laquelle elles n’étaient généralement à la portée que de quelques personnes bien insérées dans les réseaux du commerce international. Ces marchands ne pouvaient être nombreux et le nombre d’opérations engagées par chacun d’entre eux faible, au point qu’elles sont peu fréquentes quand on les rapporte à l’ensemble des opérations commerciales qu’ils réalisaient. D’autant que, dans un certain nombre de cas, les plus actifs sur ce terrain préféraient intervenir dans le cadre de compagnies avec des commerçants étrangers.

37La grande majorité des laines fines en provenance de la tonte du bétail transhumant des montagnes de Soria fut exportée, par l’intermédiaire des commerçants qui ne résidaient pas à Soria. C’étaient bien ces derniers, et non ceux de Soria, qui disposaient des contacts nécessaires sur les principales places mercantiles de la scène internationale afin de mener à terme et avec succès de telles opérations. L’origine de ces commerçants qui contrôlaient l’essentiel des exportations changea considérablement avec le temps, mais le manque d’études systématiques nous empêche, pour l’instant, de la connaître avec précision. Au risque de simplifier, on peut affirmer que, durant le XVe siècle et la première moitié du XVIe siècle, la majorité de ces négociants résidaient à Burgos. Postérieurement aux années 1570, ils perdirent leur position dominante au profit de commerçants judéo-convers portugais. Ces derniers firent preuve d’une importante activité durant toute la première moitié du XVIIe siècle. Cependant et avec le temps, ils durent à leur tour partager de plus en plus souvent cette position dominante avec d’autres groupes de commerçants étrangers, parmi lesquels on retrouve des Français, des Italiens, des Flamands, des Anglais ainsi que des Lorrains, en plus de quelques péninsulaires, tout spécialement des Navarrais et des Basques.

  • 26 Voir AChV, P. C. Ceballos, F. leg. 36.

38Tous ces marchands étrangers achetaient habituellement les tas de laine des principaux propriétaires d’élevages transhumants de la région de Soria. Dans le même temps, ils étaient aussi ceux qui vendaient les laines de meilleure qualité. Cependant, pour pouvoir entrer en contact avec ces propriétaires, ils avaient besoin de la collaboration des commerçants installés dans la ville de Soria ou dans les villes environnantes. Ils étaient de bons connaisseurs des dessous du commerce lainier dans la région, se montraient capables d’estimer la qualité des laines et de distinguer, parmi elles, celles qui méritaient que l’on payât les prix les plus élevés. Parmi les principaux commerçants de Soria, nombreux servirent comme facteurs auprès de négociants étrangers durant les XVIe et XVIIe siècles, même si les relations qu’ils établirent avec eux varièrent, de manière très significative, d’un cas à l’autre. D’un côté, nous trouvons le cas de commerçants de Burgos, qui, durant le XVIe siècle, négociaient les laines dans la région de Soria. Ils recouraient pour cela aux services de ces facteurs de la ville, leur confiant les multiples tâches en relation avec l’achat des laines et leur préparation jusqu’à leur envoi vers les ports d’embarquement. Mais dans le même temps ils participaient aussi, à titre personnel et très activement, à certaines de ces tâches. Cela leur demandait de voyager assez fréquemment dans les montagnes de la région de Soria, surtout lors de la saison du lavage des laines, afin de superviser directement le suivi de leurs affaires. Cette fréquentation régulière par ces commerçants de Burgos de la société de Soria se traduisit par des alliances matrimoniales avec des filles de la région. C’est ce dont témoigne, de manière paradigmatique, le cas de Cristóbal Cerezo, l’un de ces marchands de Burgos parmi les plus actifs dans le commerce lainier au milieu du XVIe siècle : il épousa Ana de Vinuesa, veuve du chevalier local Francisco de Solier, à la suite de quoi il s’installa temporairement dans la ville des bords du Duero26.

  • 27 Diago Hernando M., « Actividad mercantil y financiera de los hombres de negocios flamencos en Madri (...)

39Dans un second temps, par contre, les commerçants qui achetaient la majeure partie de la production des laines fines de la région de Soria en vue de l’exporter, participèrent de plus en plus souvent à cette activité sans jamais se déplacer jusqu’à Soria ni dans sa région proche. Ils prirent l’habitude de recourir systématiquement à la collaboration d’agents résidant dans la ville. Ils se chargeaient de veiller sur toutes les étapes qu’exigeait la participation au commerce des laines fines, depuis les contrats établis avec les éleveurs jusqu’à l’ensachage et au transport vers les ports d’embarquement. Un bon exemple nous en est offert par quelques compagnies de marchands flamands qui se trouvaient à Madrid au milieu du XVIIe siècle, dont nous avons par le passé étudié l’activité dans un article auquel nous renvoyons27. Loin d’être exceptionnel, cet exemple pourrait être étayé par beaucoup d’autres, tout spécialement parmi la communauté marchande de la villa du Manzanares au XVIIe siècle. On y trouve en effet nombre d’individus d’origine étrangère qui, lorsqu’ils décidèrent d’investir dans l’achat de laines de Soria en vue de les exporter, firent preuve de bien peu d’enthousiasme à l’idée de se déplacer personnellement dans la région afin de mener à bien leurs affaires.

40Indépendamment du fait que les commerçants exportateurs déléguèrent plus ou moins la responsabilité des différentes tâches associées au commerce des laines fines à des commerçants de Soria, un autre facteur fondamental eut une incidence essentielle. Il renvoie à la nature des relations nouées entre les uns et les autres, fondées sur le degré d’implication financière des seconds dans les opérations conçues par les premiers. En effet, il apparaît que certains des marchands de Soria qui agissaient comme des agents au service des marchands étrangers engagèrent leurs propres capitaux dans des opérations réalisées au nom de ces derniers, en agissant comme leurs garants. Il s’agissait alors d’opérations très risquées puisque, au cas où son principal responsable ne respectait pas ses engagements, il était possible de recourir à la saisie des biens de son garant. Pratique dont on constate dans les sources qu’elle était tout sauf rare. Aussi n’est-il pas totalement infondé de considérer que les espoirs de profits attendus par ces agents, qui risquaient de la sorte une partie de leur propre capital dans des opérations dont ils apparaissaient comme garants, devaient être bien plus importants que ceux d’un simple commissionnaire. Cependant, les sources disponibles ne permettent pas, à ce jour, de confirmer cette hypothèse.

41Pour le reste, dans la région de Soria, les commerçants de laines fines tirées du bétail transhumant ne se concentraient pas exclusivement dans cette ville même si, sans aucun doute, c’était là que se comptait la communauté marchande la plus importante. Bien au contraire, on en trouve dans beaucoup d’autres centres urbains des environs, et pas seulement d’ailleurs parmi ceux qui présentaient une structure socio-économique que l’on peut caractériser comme urbaine mais aussi parmi ceux ayant un caractère rural affirmé. À ce propos, on se doit de souligner très concrètement la singularité des hameaux de la juridiction de la villa montagnarde de Yanguas. Dans plusieurs d’entre eux, nous constatons que résidèrent, au cours des dernières décennies du XVIe siècle et les premières du suivant, de nombreux individus qui, non seulement se consacrèrent intensément au commerce lainier mais participèrent à certaines opérations exportatrices ambitieuses. À ce titre, nous les voyons franchir la frontière avec la France et signer des contrats à Bayonne, Saint-Jean de Luz, Biarritz ainsi que dans les villes environ - nantes.

42Dans tous les cas, il s’agissait de commerçants aux origines sociales modestes qui, grâce à leur participation au commerce qu’ils combinaient à l’exploitation d’importants troupeaux de bétail transhumant, parvinrent dans certains cas à amasser de solides fortunes. L’importance de ces dernières peut résulter surprenante si l’on considère qu’il s’agissait de personnes résidant dans de modestes hameaux de montagne, la plupart d’entre eux étant aujourd’hui totalement dépeuplés. À titre de simple exemple, on peut mentionner ici le cas de la famille de La Puente, installée dans le petit hameau de Diustes, appartenant à la circonscription de Yanguas. Aujourd’hui complètement déserté, on y retrouve des indices qui témoignent d’un passé extraordinairement riche. C’est ce que confirment d’abord les conditions qui accompagnèrent la conclusion du mariage de la fille et unique héritière du commerçant Francisco de La Puente avec le chevalier Alonso de Torres y La Cerda, seigneur de la villa de Retortillo : elle reçut une dot fixée à 30 000 ducats. Un peu plus tard, la même fille hérita de son oncle, le licencié Martín de la Puente, un clerc qui avait maintenu une intense participation dans le commerce des biens pour une valeur de 100 000 ducats. Entre autres, cet ensemble comprenait un cheptel de bétail transhumant de plus de 12 000 têtes.

43La destinée de la famille de La Puente offre un bel exemple d’ascension sociale obtenue associant une participation au commerce à l’exploitation d’un troupeau d’ovins transhumants. D’autres exemples semblables, peutêtre moins spectaculaires, nous sont offerts par d’autres familles de même profil. Originaires des hameaux de la même juridiction de Yanguas, nombre de leurs membres finirent par être admis au sein des « Doce Linajes de Caballeros Hidalgos » de la ville de Soria, la principale organisation corporative de la noblesse de la cité. Cependant, leur prise en compte ici nous obligerait à approfondir l’histoire politique et sociale de la région au XVIIe siècle, dépassant alors le cadre chronologique du présent travail. Quelles que soient les observations effectuées, ces commerçants de Yanguas qui parvinrent au sommet de la prospérité au début du XVIIe siècle représentent des cas exceptionnels. Ils s’opposent au rôle secondaire sur les marchés internationaux que, d’une manière générale, occupent les commerçants de la région de Soria, et très concrètement de ceux de la ville de Soria même. C’est la raison pour laquelle ils restèrent relégués dans des positions de second plan dans le domaine sociopolitique, tant au niveau local que régional.

44C’est précisément la raison pour laquelle dans cette ville les commerçants, malgré leur nombre relativement élevé, ne constituèrent pas un groupe de pression à l’influence comparable à celle du groupe formé par les propriétaires de troupeaux transhumants. Groupe auquel appartenaient d’ailleurs certains d’entre eux puisqu’il n’était pas inhabituel que les commerçants les plus fortunés investissent une partie de leur capital dans l’achat de troupeaux d’ovins transhumants. Les principaux éleveurs transhumants de la région assistaient d’ailleurs assez régulièrement aux sessions du conseil de Soria à partir du milieu du XVIe siècle. Ils disposèrent ainsi d’une capacité de contrôle sur l’institution afin de s’assurer un statut privilégié dans l’exploitation des abondantes estives qui existaient sur le vaste territoire relevant de la juridiction de cette ville. À l’inverse, les commerçants assistaient rarement à ces sessions. Quant à ceux qui s’y retrouvèrent, ils y participaient généralement au titre de représentants du « Tiers-État ». Ils exerçaient leurs charges pour des périodes courtes, ne disposant alors que d’une faible capacité pour influer sur la prise de décisions puisqu’ils étaient minoritaires. Nous ne disposons pas pour le moment d’études précises sur l’activité politique déployée par ces commerçants en vue de défendre leurs intérêts économiques tout au long du XVIe siècle. Pourtant, et dans la perspective qui nous intéresse ici, cette période pourrait être étudiée avec une réelle précision puisque nous disposons des registres de délibérations du conseil pour de nombreuses années. De telle sorte que nous ne savons que peu de choses sur leurs réactions face aux décisions de la municipalité contraires à leurs intérêts, tout spécialement dans le domaine fiscal. Ce sont des questions qu’il conviendra de reprendre dans le futur par le biais d’une analyse approfondie de la documentation disponible, à ce jour bien peu mobilisée par les chercheurs dans la perspective qui est ici la nôtre.

Notes

1 Bien que ce constat soit admis de manière assez commune, nous ne se disposons pas d’étude globale qui analyse de manière détaillée le rôle du commerce des laines fines dans l’économie castillane du XVe au XIXe siècle. L’étude la plus récente qui aborde cette question, bien que de manière très partielle, en laissant de côté un grand nombre de questions sans réponse satisfaisante, est celle de Phillips C. R. and Phillips W. D. Jr., Spain’s Golden Fleece. Wool Production and the Wool Trade from the Middle Ages to the Nineteenth Century, Baltimore, The John Hopkins University Press, 1997.

2 Quelques exemples de grands propriétaires de bétail transhumants à Madrid aux XVIIe et XVIIIe siècles dans Hernández Benítez M., « Señores trashumantes entre Madrid y Segovia : los Negrete », en Extremadura y la trashumancia (Siglos XVI-XX), Junta de Extremadura, Mérida, 1999, p. 55-66 et A la sombra de la Corona. Poder local y oligarquía urbana (Madrid, 1606-1808), Madrid, Siglo XXI, 1995.

3 On connaît bien quelques exemples de propriétaires dans la province actuelle de Cáceres. En tout premier lieu, on peut signaler le monastère de Santa María de Guadalupe, l’un des principaux propriétaires de troupeaux transhumants du royaume. Voir Llopis Agelán E. y Pavón Casar F., « Notas sobre las cabañas ovinas del monasterio de Guadalupe en los siglos XV y XVI », en Extremadura y la trashumancia (Siglos XVI-XX), Mérida, Junta de Extremadura, 1999, p. 67-77. Nous avons aussi pu identifier plusieurs propriétaires de bétail transhumant parmi les résidents de villes de cette région comme Alcántara, Cáceres ou Trujillo au XVIe siècle. Mais un travail systématique qui permette d’en connaître leur nombre et leur origine sociale reste à faire. Quelques exemples de grands propriétaires de troupeaux transhumants dans la région de Ciudad Real dans López-Salazar Pérez J., Estructuras agrarias y sociedad rural en La Mancha (Siglos XVI-XVII), Ciudad Real, Instituto de Estudios Manchegos, 1986. Par contre, à ce jour, on n’a pas retrouvé de cas de propriétaire de tels troupeaux provenant d’Andalousie.

4 Sur la présence de troupeaux appartenant à de propriétaires de Ségovie dans la zone des cols de León, voir Pérez Moreda V., « La transhumance estivale des mérinos de Segovia : le pleito de la Montaña », Mélanges de la Casa de Velázquez, 14, 1978, p. 285-312.

5 Des travaux ont attiré notre attention sur l’importance des zones de tonte du bétail dans la région de Ségovie. Voir García Sanz A., Desarrollo y crisis del Antiguo Régimen en Castilla la Vieja. Economía y sociedad en tierras de Segovia de 1500 a 1814, Madrid, Akal, 1977. Voir aussi sa contribution dans García Sanz A. y Anes G. (eds.), Mesta, trashumancia y vida pastoril, Madrid, Junta de Castilla y León (Sociedad V Centenario del Tratado de Tordesillas), 1994.

6 Voir Asenjo González M., « Los espacios ganaderos. Desarrollo e impacto de la ganadería trashumante en la Extremadura castellano-oriental a fines de la Edad Media », en Los rebaños de Gerión. Pastores y trashumancia en Iberia antigua y medieval, Casa de Velázquez, Madrid, 2001. Diago Hernando M., Soria en la Baja Edad Media : Espacio rural y economía agraria, Madrid, Editorial de la Universidad Complutense, 1993. Díez sanz E., Soria. Un universo urbano en la España de los Austrias, Caja Duero, Salamanca, 2009. Pérez romero E., Patrimonios comunales, ganadería trashumante y sociedad en la Tierra de Soria. Siglos XVIII-XIX, Junta de Castilla y León, Valladolid, 1995. Et Alcalde Jiménez J. M., « Señorío, trashumancia y conflictividad social en la sierra de Yanguas (Siglos XVIII-XIX) », Historia Social, 38, 2000, p. 73-94.

7 Asenjo González M., op. cit. et Diago Hernando M., « El desarrollo de la trashumancia y los orígenes medievales de la cuadrilla mesteña soriana », Hispania, 218, 2004, p. 1045-1078.

8 Pour connaître avec plus de détails le contexte dans lequel se produisit aux Pays-Bas la substitution progressive des laines anglaises par celles de Castille, voire même par celles d’autres provenances, voir tout spécialement Munro J. H., Wool, cloth and gold. The struggle for bullion in Anglo-Burgundian Trade. 1340-1378, Brussels-Toronto, 1972.

9 Spufford P., Power and Profit. The Merchant in Medieval Europe, New York, Thames and Hudson, 2002, p. 330. Cet auteur insiste sur le fait que dans le Livre des Mestiers, datant de 1369, on ne fait encore aucune mention des laines castillanes parmi toutes celles qui étaient disponibles dans la ville de Bruges.

10 Spufford P, ibid., p. 330-1.

11 Munro J. H., « The Symbiosis of Towns and Textiles: Urban Institutions and the Changing Fortunes of Cloth Manufacturing in the Low Countries and England, 1270-1570 », The Journal of Early Modern History: Contacts, Comparisons, Contracts, 3, 1, 1999, p. 1-74. Voir aussi sur cette question, Van Der Wee H., « Structural Changes and Specialization in Southern Netherlands Industry, 1100-1600 » en The Low Countries in the early modern world, Aldershot, Variorum Reprints, 1993, p. 201-222 et plus spécialement p. 215.

12 Häbler K., « Der Hansisch-Spanische Konflikt von 1419 und die älteren spanischen Bestände », Hansische Geschichtsblätter, XXII, 1894, p. 49-93, plus spécialement les p. 72-3.

13 Mollat M., Le commerce de la Haute Normandie au XVe et au début du XVIe siècle, Paris, Librairie Plon, 1952.

14 Touchard H., Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, Les Belles Lettres, 1967 et Casado Alonso H., « La Bretagne dans le commerce castillan aux XVe et XVIe siècles », Daniel T. et Kerhervé J. (Éd.), La Bretagne, terre d’Europe, Brest-Quimper, 1992, p. 81-98.

15 Sur l’irruption de la laine castillane sur le marché florentin à partir des dernières décennies du XVe siècle, supplantant la laine des Abruzzes, voir Dini B., « Mercaderes españoles en Florencia (1480-1530) », Hilario Casado Alonso (Ed.), Actas del V Centenario del Consulado de Burgos, Burgos, Diputación Provincial, 1994, p. 323-47.

16 Childs W. R., Anglo-Castilian Trade in the Later Middle Ages, Manchester, University Press, 1978.

17 Diago Hernando M., « Ganaderos trashumantes y mercaderes de lanas en Molina y su tierra durante el reinado de los Reyes Católicos », Wad-al-Hayara, 19, 1992, p. 129-149.

18 Asenjo González M., Espacio y sociedad en la Soria Medieval. Siglos XIII-XV, Diputación Provincial, Soria, 1999 ; Sobaler Seco M. A., Oligarquía y poder en Soria : La institución de los « Doce Linajes » en los siglos XVI y XVII, Junta de Castilla y León, Valladolid, 2007 ; Diago Hernando M., « Caballeros e hidalgos en la Extremadura castellana medieval (siglos XII-XV) », En la España Medieval, 15, 1992, p. 31-62.

19 Pastor de Togneri R., « La lana en Castilla y León antes de la organización de la Mesta », Moneda y Crédito, 112, 1970, p. 47-70.

20 C’est ainsi que le regidor Juan Morales, l’un des personnages les plus influents de la ville de Soria au cours des premières décennies du XVIe siècle, lequel avait établi une relation très étroite avec les Rois Catholiques, qui le désignèrent à plusieurs reprises pour exercer la fonction de corregidor de Arévalo, ne laissa à sa mort en 1520 que 700 têtes d’ovins, nombre très inférieur à ce que possédait habituellement les grands propriétaires de bétail transhumant de Soria. Ces données proviennent de l’inventaire post mortem de ses biens, Archivo de la Chancillería de Valladolid (dorénavant AChV), Pleitos Civiles (dorénavant P. C.), Fernando Alonso, Fenecidos (dorénavant F.), C. 344-1 y 345-1.

21 Diago Hernando M., « Caballeros y ganaderos », op. cit.

22 Casado Alonso H., « El comercio internacional burgalés en los siglos XV y XVI », en Actas del V Centenario del Consulado de Burgos, Diputación Provincial, Burgos, 1994, vol. I, p. 175-247 et Basas Fernández M., El Consulado de Burgos en el siglo XVI, Madrid, CSIC, 1963.

23 En 1516 plusieurs témoins déclarèrent que Antonio Beltrán était un homme très riche, réputé posséder plus de 30 000 ducats « en dineros y en sacas de lana que envía a Flandes ». Archivo General de Simancas, Escribanía Mayor de Rentas, leg. 577-1º. Dans un inventaire de ses biens réalisé en 1547 sont consignées de grosses quantités d’argent que lui devaient des personnes résidant en Flandres. Voir Archivo Histórico Provincial de Soria, C. 3519-7.

24 AChV, P. C. Lapuerta F. C. 337-8. Martín de Vertendona exigea de Juan de Río le remboursement de tout ce qu’il avait dû dépenser dans la négociation des expéditions des sacs de laine vers la Flandre.

25 Sur l’embargo décrété en novembre 1598 par le roi interdisant toute exportation de laines vers les Pays-Bas, avec des mentions expresses à la Hollande et à la Zélande, voir Archivo Histórico Nacional, Consejos, leg. 37.912.

26 Voir AChV, P. C. Ceballos, F. leg. 36.

27 Diago Hernando M., « Actividad mercantil y financiera de los hombres de negocios flamencos en Madrid a mediados del siglo XVII », Anales del Instituto de Estudios Madrileños, 41, 2001, p. 165-206.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search