Version classiqueVersion mobile

Circulations maritimes : l'Espagne et son empire

 | 
Michel Bertrand
, 
Jean-Philippe Priotti

Deuxième partie. Stratégies commerciales, réseaux, institutions locales

Réseaux commerciaux des marchands d’argent de Mexico à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle

Guillermina del Valle Pavón
Traduction de Michel Bertrand

Texte intégral

1Tout au long du XVIIe siècle, la Nouvelle Espagne acquit une autonomie de plus en plus grande vis-à-vis de la métropole. Pendant que le pouvoir de la Couronne s’affaiblissait, les corporations et les oligarchies de la vice-royauté augmentaient leur emprise sur l’économie et la politique. La patrimonialisation des ressources de la monarchie eut une influence sur ce processus comme l’étroite relation entre les autorités et les marchands. La vénalité des offices publics dans l’empire espagnol fut en vigueur durant le XVIIe siècle et les premières décennies du XVIIIe siècle et eut une forte influence sur la configuration de l’appareil politique de la monarchie. L’historiographie a montré comment les marchands de Mexico qui étaient regroupés dans le consulat, depuis les premières années du XVIIe siècle, acquirent certains offices publics et prêtèrent à d’autres individus pour en acheter ou payer la caution nécessaire pour leur acquisition. Ces pratiques leur permirent d’accroître leur hégémonie commerciale et financière comme de réaffirmer leur position politique.

  • 1 Pour l’analyse des réseaux et des acteurs sociaux dans la Monarchie hispanique, voir Imizcoz J. M. (...)
  • 2 Michel Bertrand propose une définition pertinente des réseaux de sociabilité quand il écrit : « el (...)

2Le propos de cette contribution est d’analyser les bases du pouvoir économique et politique d’une poignée de commerçants qui concentraient entre leurs mains le commerce de l’argent et réussirent à contrôler le consulat de Mexico ainsi que le seul Hôtel des monnaies de la vice-royauté à la fin du XVIIe siècle. L’historiographie a souligné l’importance qu’eurent les liens interpersonnels ainsi que les réseaux sociaux dans la configuration du système politique de la monarchie hispanique1. Pour ce qui est de la Nouvelle Espagne, l’analyse des complexes réseaux de sociabilité2 dans lesquels s’inséraient ces commerçants spécialisés de la capitale souligne l’étroite relation qu’ils entretenaient avec les structures de pouvoir de la vice-royauté. Ils établirent en effet des liens interpersonnels avec les vice-rois, formèrent des associations avec les membres de l’appareil judiciaire et administratif et tissèrent des relations de confiance avec la hiérarchie ecclésiastique ainsi qu’avec les officiers du roi. De la sorte, ils réussirent à exercer un contrôle sur les institutions qui jouaient un rôle central dans la marche de l’économie de la vice-royauté.

3L’objectif principal de cet essai est de montrer le rôle central joué par les marchands situés à la tête du consulat de Mexico dans la production de métaux dans les dernières décennies du XVIIe siècle. Ceux que l’on appelait « les marchands d’argent » tissèrent des réseaux d’affaires complexes dans les principaux centres miniers dans le but de concentrer les métaux précieux. Les officiers du trésor public, les juges provinciaux et les autorités locales des centres miniers étaient les principaux agents de ces marchands auxquels ils permirent d’obtenir des bénéfices extraordinaires. Quelques marchands firent l’acquisition de magistratures et d’offices royaux ou unirent leur famille avec ceux qui les détenaient par le biais du mariage.

4Nous analyserons également la structure des affaires des marchands d’argent qui se consacraient à l’introduction de métaux à la Monnaie pour qu’ils y soient frappés. Provenant dans leur majorité de Biscaye et de Cantabrie, ils tissèrent des liens de parenté pour fortifier les réseaux qui nourrissaient leurs affaires. Nous verrons, par ailleurs, comment dans les principales banques d’argent, à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle, les relations financières basées sur la confiance jouèrent également un rôle central.

5L’un des principaux problèmes auquel se heurta l’activité minière depuis les années 1660 fut la raréfaction du mercure utilisé pour mettre en œuvre les minerais à faible concentration en argent. Nous verrons comment les marchands d’argent, qui réussirent à dominer le consulat de Mexico, appuyèrent les vice-rois dans le but de faire acheter du mercure en métropole ou au Pérou. La croissance de l’activité minière qui se produisit dans la dernière décennie du siècle exigeait un approvisionnement régulier en mercure. Afin d’avoir une vision plus exacte de la coïncidence des intérêts de la Couronne et de ceux des marchands les plus riches de la Nouvelle Espagne, nous analyserons la participation de ces derniers dans la gestion de la Monnaie, moyennant l’achat des principaux offices.

Les marchands d’argent et leurs réseaux commerciaux

6Les marchands du consulat de Mexico s’efforcèrent de concentrer l’argent pour réaliser de manière avantageuse le commerce de gros, à l’intérieur comme à l’extérieur de la Nouvelle Espagne. Le métal blanc était le principal moyen de paiement des produits locaux comme de ceux qui provenaient de la métropole, des Philippines, du Pérou et des autres possessions américaines. Les marchands d’argent, comme on les appelait, accordaient des crédits aux producteurs de minerai et achetaient le métal dans les places minières, moyennant l’établissement de sociétés et l’envoi d’agents et d’intermédiaires. Une grande partie de ces relations d’affaires s’appuyait sur des liens de parenté, d’origine ou de clientèle. Comme nous le verrons par la suite, les principaux membres des réseaux de marchands d’argent dans les centres miniers étaient officiers du Trésor Royal, des justices locales et membres des gouvernements municipaux ; de même, ils utilisaient commerçants et transporteurs.

  • 3 On appelait rescatadores les commerçants qui achetaient l’argent brut pour le faire raffiner, auss (...)

7Les associés et agents des marchands d’argent agissaient comme rescatadores du métal blanc grâce à l’habilitation de mineurs ou d’autres moyens3. La production de métaux précieux exigeait des investissements élevés en infrastructures, moyens de production et monnaie pour payer les salaires. Cet état de fait, ajouté à la rareté de liquidités habituelle en Nouvelle Espagne, rendait les mineurs dépendants du crédit accordé par les commerçants, qui, en outre, leur servaient de caution pour l’achat du mercure, denrée fondamentale pour l’exploitation minière.

  • 4 Bakewell P., ibid. ; Lang M. F., Las flotas de la Nueva España (1630-1710) : despacho, azogue, come (...)
  • 5 García-abasolo A., Martín Enríquez y la reforma de 1568 en Nueva España, Séville, Excma. Diputación (...)
  • 6 Les cautions étaient calculées en fonction des droits que les agents du Trésor devaient percevoir (...)
  • 7 Les corregidors de la ville de Zacatecas et de son district accordaient des crédits aux mineurs, a (...)
  • 8 Sur les risques que couraient les marchands en finançant les juges provinciaux et les officiers du (...)

8Les marchands de Mexico tâchaient de s’associer ou d’employer comme agents les officiers du trésor et les juges provinciaux parce que cela leur procurait des bénéfices extraordinaires. Les alcaldes mayores et les corregidors se chargeaient du recouvrement des droits sur la production du métal et des ventes de mercure sur les places où il n’y avait pas de caisse du Trésor Royal4. Depuis que les agents du Trésor et les alcaldes mayores avaient pris à leur compte la distribution du mercure, en 15735 ; ils devaient fournir des garanties pour pouvoir obtenir leur nomination, le montant de la caution variant selon l’importance du district qui leur était assigné6. Les marchands avançaient d’ordinaire à ceux qui détenaient les charges en question le montant de la caution et leur accordaient du crédit pour qu’ils agissent comme leurs agents, une pratique considérée comme illégale7. Dans certains cas, le montant de la garantie était si élevé que plusieurs individus devaient se réunir en formant des associations de cautions8.

  • 9 Hoberman L. S., ibid., p. 155-156, 174-176. Il semble que l’office de corregidor de Zacatecas comme (...)

9Par ailleurs, aussi bien le monarque que les vice-rois mirent en vente les offices du Trésor et les magistratures locales, à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle. Les bénéfices considérables obtenus par les affaires illicites qu’ils réalisaient peuvent être déduits de la taille des sommes qu’il fallait débourser pour ces charges9.

  • 10 Sur les réseaux complexes d’interdépendance que les fonctionnaires royaux établissaient avec les m (...)
  • 11 Il est très probable que les fondés de pouvoir des alcaldes mayores et des officiers du Trésor au (...)

10En échange du risque que couraient les marchands en apportant des financements aux officiers royaux et à ceux des justices locales, ceux-ci agissaient comme leurs agents et leur permettaient d’autres bénéfices illicites10. Parmi les faveurs qu’ils octroyaient, on peut souligner celles de caractère fiscal comme le paiement du droit de « dîme » qui pesait sur les mineurs alors que les rescatadores payaient le « quinto », l’exemption totale du paiement des droits et la fourniture prioritaire de mercure dans un contexte marqué par la rareté11.

  • 12 Langue F., Los señores de Zacatecas. Una aristocracia minera del siglo XVIII novohispano, México, F (...)

11Les regidores (échevins) et sergents des municipalités minières étaient aussi des associés souhaitables pour les marchands d’argent parce qu’ils disposaient d’informations privilégiées. La connaissance qu’avaient ces autorités sur la situation des mines et des compagnies qui les exploitaient pouvait diminuer le risque qu’impliquait l’octroi de fonds à la production minière. Certaines municipalités en arrivaient même à distribuer la main-d’œuvre en fonction de leurs intérêts et de ceux de leurs proches12.

  • 13 Bertrand M., op. cit., p. 247-262.

12D’après Peter Bakewell, les plaintes des municipalités contre les abus des premiers corregidors de Zacatecas disparurent au XVIIe siècle, ce qui lui fit supposer que les habitants acceptèrent les bénéfices dérivés du financement que les alcaldes accordaient aux mineurs. Cependant, comme nous verrons plus bas, ce qui peut s’être passé, c’est que d’autres membres importants de la corporation municipale s’engagèrent dans l’habilitation des mineurs. La fraude envers le patrimoine royal était plus facile quand les officiers du Trésor dans les centres miniers étaient alliés à leurs collègues de la même caisse royale, avec les alcaldes mayores ou les membres de la municipalité. Michel Bertrand a signalé des cas où ces derniers collaborèrent pour que l’officier royal achète la charge ou paie la caution, tandis que d’autres agents locaux du Trésor Royal comptaient sur l’appui des officiers du Trésor dans la capitale pour réaliser leurs affaires illicites13.

  • 14 Bakewell P., op. cit, p. 294-295 ; Huerta M. T., « Los Retes, prototipo del mercader de plata novoh (...)
  • 15 Bakewell P., ibid., p. 294.
  • 16 Huerta M. T., ibid., p. 74 et p. 17-20. Sur le rôle central du riche Sánchez de Salas dans les cerc (...)

13Selon Bakewell et Huerta, les principaux marchands d’argent de la seconde moitié du XVIIe siècle furent José de Retes Lagarcha, Diego del Castillo, Juan de Urrutia Retes et Luis Sánchez de Tagle. Pour acquérir de grandes quantités d’argent de rescate, ils utilisèrent le capitaine José de Villareal, alguazil majeur de la municipalité de Zacatecas de 1654 à 168014. Entre 1659 et 1669, Retes Lagarcha remit à José de Villareal 609 800 réaux d’argent en échange de 601 750 pesos de métal brut15. Retes acheta aussi de l’argent de rescate au général García Vargas Manrique, corregidor de Zacatecas de 1662 à 1667, qui opérait grâce à ses alliés dans la municipalité, José de Villareal et l’alférez Juan Fernández de Sañudo, le regidor et trésorier de la Sainte Croisade José de Arroyo Santerváez et, surtout, l’officier du Trésor Royal Diego Sánchez de Salas. Il opéra aussi avec l’appui des corregidors de Zacatecas, le maître de camp Juan Niño de Tabora y Zaldivar et le général Andrés de Estrada, qui détint ledit office jusqu’à 168416.

  • 17 Hoberman L. S., op. cit., p. 148.
  • 18 Bertrand M., op. cit., p. 262-264. Selon Huerta, les affaires frauduleuses réalisées par Gómez Rend (...)

14Comme l’a expliqué Hoberman, quand on arrivait à prouver les manœuvres illicites que les officiers réalisaient avec le patrimoine royal, on n’appliquait pas nécessairement des châtiments sévères. Cela s’explique aussi bien par le fait que les autorités imposaient aux coupables des amendes ou d’autres formes de restitution17 que par l’influence qu’arrivèrent à tenir quelques officiers du Trésor en incorporant à leurs réseaux des membres clefs de l’administration royale. Le trésorier de Zacarecas, Francisco Gómez Rendón qui contrôla la caisse royale de cette localité durant plus de cinquante ans, réalisa un intense trafic de métaux avec la collaboration du facteur de la même caisse et des membres de la municipalité, surtout José de Villareal qui, comme nous l’avons vu, était habilité par les principaux marchands de Mexico. Les relations fortes et étendues établies par Gómez Rendón, qui incluaient les auditeurs de l’Audience de Guadalajara, lui permirent de se tirer avec honneur de l’inspection dont il fut l’objet à la fin des années 1660, dont il sortit renforcé18.

  • 19 Huerta M. T., ibid., p. 76 et p. 105-106.

15Les tableaux 1 et 2 concernant les agents de José de Retes Largacha et Luis Sánchez de Tagle dans les centres miniers montrent l’importance qu’eurent les officiers du Trésor, les justices et les autorités locales dans les réseaux établis par les marchands d’argent. Dans les années 1670, José Sáenz de Retes et Dámaso de Zaldivar y Retes formèrent une société avec le gouverneur de la Nouvelle Biscaye, José García de Salcedo, qui dominait le commerce régional en s’appuyant sur les services des alcaldes mayores19.

  • 20 En 1660, le Conseil des Indes représentait à la Couronne que « ceux qui achètent des offices qui s (...)
  • 21 Sombrerete occupa le devant de la scène entre 1665 et 1690. Huerta M. T., « Comerciantes en tierra (...)
  • 22 José Retes Largacha s’était marié, au début des années 1670, avec María de Paz y Vera, fille du co (...)
  • 23 Rubial García A., « Un mercader de plata andaluz en Nueva España, Diego del Castillo (161 ?-1683) » (...)
  • 24 Juan de Larrea était, en outre, le fermier de l’asiento du pulque depuis 1683, année de la mort de (...)

16L’importance du rôle joué par les représentants de la Couronne dans les affaires réalisées par les marchands d’argent, conduisit ces derniers à acquérir les offices en question pour quelque proche parent20 et, par la voie du mariage, à intégrer les familles de ceux qui détenaient déjà ces postes. Le marchand d’argent Juan García Ramón, d’origine biscayenne, constitua en 1664 une société avec son compatriote Felipe Vélez Escalante, alcalde mayor de Sombrerete, à qui il donna sa fille Francisca en mariage21. Le beau-frère de Dámaso Zaldivar y Retes, originaire d’Álava, Buenaventura de Paz, était comptable de la caisse de San Luis Potosí, place dans laquelle se trouvait l’agence de l’office d’Apartador d’argent et d’or qui appartenait à la famille Retes-Zaldivar22. Un autre Basque, Domingo Larrea, qui avait formé une compagnie en 1678 pour avitailler les mineurs et acheter de l’argent avec son beau-père Diego del Castillo23 réussit à faire obtenir à son frère cadet, le capitaine Juan de Larrea, la charge de comptable de la caisse royale de Pachuca24. Nous verrons plus loin que Pedro Sánchez de Tagle, de Santander, neveu du marchand d’argent Luis Sánchez de Tagle, maria une de ses filles avec le trésorier du Trésor Royal de Pachuca et quels bénéfices il retira de cette union.

Tableau i. – Agents de Luis Sánchez de Tagle dans les centres miniers de Nouvelle-Espagne.
Sources : Huerta M. T., « Comerciantes en tierra adentro, 1690-1720 », in Valle Pavón G., coord., Mercaderes, comercio y consulados de Nueva España en el siglo XVIII, México, Instituto de Investigaciones Doctor José María Luis Mora, 2003, p. 17-40 et Bakewell P. J., Minería y sociedad en el México Colonial. Zacatecas (1546‑1700), México, Fondo de Cultura Económica, 1976, p. 294.

Tableau ii Agents de José de Retes Largacha dans les centres miniers de Nouvelle-Espagne.
Sources :Huerta Sources M. T., « Los Retes, prototipo del mercader de plata novohispano en la segunda mitad del siglo XVII », in Los vascos en las regiones de México, siglos XVI-XX, México, Universidad Nacional Autónoma de México, Ministerio de Cultura del Gobierno Vasco, t. III, 1997, p. 71-85 et Langue F., Los señores de Zacatecas. Una aristocracia minera del siglo XVIII novohispano, México, Fondo de Cultura Económica, 1999.

Marchands monnayeurs

  • 25 Huerta M. T., op. cit.; Rubial Garcia A., op. cit. Beaucoup de commerçants arrivaient en Nouvelle E (...)
  • 26 Domínguez Martín R., ibid., p. 17-18, 63.
  • 27 Bertrand M., op. cit. Sur la compagnie formée par Diego del Castillo et son gendre Domingo Larrea, (...)

17Une grande partie des marchands d’argent du dernier tiers du XVIIe siècle et du début du XVIIIe siècle étaient originaires des montagnes de Santander ou des provinces basques, même si certains provenaient d’autres régions de Castille ou étaient créoles25. Les marchands prospères, en particulier ceux du nord de la péninsule, faisaient venir en Nouvelle Espagne leurs neveux de leur village d’origine dans le but de les former au commerce et de les intégrer en tant qu’associés dans les réseaux qu’ils formaient. Cette pratique favorisa la formation de chaînes migratoires qui se reproduisirent au cours de plusieurs générations26. Dans le but de renforcer les liens familiaux et les affaires, les marchands tâchaient d’établir des liens par le biais du mariage, afin d’assurer la conservation du patrimoine à l’intérieur du lignage. Ainsi, à la mort de l’oncle, le neveu et gendre se chargeait de l’administration des affaires héritées par la fille. La « transmission indirecte » des entreprises et l’endogamie garantissaient la conservation du patrimoine, donnaient de la cohésion au groupe familial et favorisaient l’intégration de l’Empire, en maintenant le commerce entre les mains de péninsulaires intéressés à la conservation des liens avec la famille d’origine27.

  • 28 Huerta M. T., op. cit., p. 17-39.

18On peut trouver des exemples pour illustrer la constitution de réseaux d’affaires basés sur la famille, dans deux des familles des principaux marchands d’argent de la seconde moitié du XVIIe siècle, déjà amplement citées ici : José de Retes Lagarcha, provenant du village d’Arciniega, en Álava, et Luis Sánchez de Tagle, originaire du village de Santillana, dans les montagnes de Burgos. Ces deux marchands purent se concentrer dans l’habilitation de la production minière et l’achat de métaux parce qu’ils déléguèrent une partie de leurs affaires à leurs neveux qu’ils avaient accueillis chez eux et formés aux pratiques commerciales28.

  • 29 Pour remédier aux urgences de la monarchie, Retes paya 60 000 pesos pour ledit office, qui consist (...)
  • 30 Huerta M. T., op. cit. Le trésorier de la Monnaie se chargeait de superviser les processus de fonte (...)
  • 31 Huerta M. T., op. cit. Comme Simón de Haro, Retes Largacha et Quesada Cabreros furent les banquiers (...)
  • 32 La mort de Haro entraîna la confiscation de ses biens, à cause des malversations qu’il avait commi (...)
  • 33 L’apartador général avait des bureaux à Mexico et à San Luis Potosí, où les mines fournissaient de (...)
  • 34 Retes Largacha apporta le capital de ladite entreprise moyennant la concession d’un prêt de 400 00 (...)

19José de Retes Lagarcha se distingua comme marchand d’argent et monnayeur depuis qu’en 1655, il acheta à la Couronne l’office d’apartador général des métaux29 et s’associa avec José de Quesada Cabreros qui avait été lieutenant du trésorier de la Monnaie durant de nombreuses années30. La société formée par Retes Lagarcha et Quesada Cabreros prit la place du marchand Simón de Haro31, qui, avant de mourir en 1655, avait été le plus grand monnayeur de la Nouvelle Espagne32. Retes Lagarcha fit venir à Mexico les fils de sa sœur, Dámaso y Damián de Zaldivar y Retes, qui l’aidèrent dans ses affaires, depuis leur arrivée en 1662. Au bout de quelques mois, le patriarche s’associa avec Damián, qu’il nomma lieutenant général de l’office d’apartador et qu’il mit à la tête de son agence à San Luis Potosí33. Retes Lagarcha et Quesada Cabreros se retirèrent des affaires en 1667. Deux années plus tard, Retes accueillit les fils de son frère aîné, Gabriel et José Sáenz de Retes ; il plaça le premier comme administrateur de la bou-tique qu’il possédait à San Luis Potosí, associé avec Dámaso Zaldivar. En 1677, Retes Lagarcha fonda une nouvelle compagnie avec ses neveux José Sáenz de Retes et Dámaso Zaldivar, pour financer l’industrie minière, acheter de l’argent et le monnayer34.

  • 35 En 1706, Díaz de Tagle avait toujours la charge du magasin de son oncle. Valle Pavón G., « El resp (...)

20Quant à Luis Sánchez de Tagle, il délaissa en 1684 l’administration de sa boutique d’épicerie de Mexico à son neveu Francisco Díaz de Tagle35 ; dorénavant, Luis se consacra au financement des mineurs et à l’achat d’argent en vue de son monnayage. Entre 1690 et 1710, il remit entre 30 000 et 130 000 pesos annuellement à ses agents à Zacatecas qui était le principal centre de redistribution de marchandises du nord de la Nouvelle Espagne. De tels chiffres donnent une idée du montant des opérations que Sánchez de Tagle réalisait quand il se trouvait au sommet de sa carrière.

  • 36 Huerta M. T., op. cit., p. 24, 29-31.

21Comme on peut le voir dans les Tableaux 1 et 2, Retes Lagarcha et Sánchez de Tagle, qui se consacraient à l’achat de métaux pour les monnayer, étendirent de vastes réseaux pour le ravitaillement des mineurs et l’achat de métaux précieux dans les principaux centres miniers. Ces réseaux s’étendaient depuis les centres miniers les plus proches de Mexico, comme Pachuca, jusqu’aux plus lointains, comme Cusihuiriachic, village situé sur le chemin qui conduisait de Parral à Sonora, qui connut une bonne période entre 1690 et 170236. Il est difficile de vérifier l’origine des individus qui composèrent ce maillage si bien qu’on ne peut savoir quel rôle y jouait l’origine géographique commune.

  • 37 C’est pour cette raison que l’on installa à Parral la capitale de la Nouvelle Biscaye, en 1667, Hu (...)
  • 38 Huerta M. T., op. cit., p. 24, 30-31.

22Le maniement de grandes sommes conduisit les monnayeurs à prêter de l’argent aux marchands d’argent de Mexico pour qu’ils le répartissent dans les centres miniers où ils opéraient par le truchement de leurs facteurs. José de Retes Lagarcha envoya la majeure partie de ses capitaux à Parral depuis la fin des années 1660, quand il commença à agir pour son propre compte. En 1674, année durant laquelle il fut prieur du consulat, il prêta à Diego García Cano, membre de la même institution, de grandes sommes pour installer un commerçant à Parral, qui était alors le centre le plus productif de la vice-royauté37. Luis Sánchez de Tagle, pour sa part, suite à la demande du marchand d’argent Juan de Bassoco, prêta à Cristobal de Orrantia, Pedro de Bassoco et Manuel Iriarte, commerçants de Parral, par l’intermédiaire de l’agent de Juan de Bassoco dans cette ville38.

  • 39 Les marchands d’argent établissaient d’importantes relations avec muletiers et charretiers, dont b (...)

23Les monnayeurs intégrèrent dans leurs réseaux les plus importants transporteurs de l’époque, les propriétaires de charrettes. Ceux-ci assuraient la fourniture d’argent et de marchandises aux centres miniers ainsi que le retour des métaux précieux. José Sáenz de Retes et son associé Quesada Zaldivar finançaient des charretiers qui possédaient entre dix et treize véhicules. Sánchez de Tagle habilita la compagnie de charrettes du général Juan Fernández de Retana qui utilisait son neveu, le capitaine Juan González de Retana pour négocier le crédit du marchand. L’importance acquise par le transport des marchandises permit à certains individus de monter de grandes entreprises. José Mejía de Aguilar, qui conduisait les marchandises à Parral, entre autres destinations, finit par posséder trente charrettes, mille mules, quarante chevaux et dix esclaves39.

  • 40 Langue F., op. cit., p. 88.

24Même si le rôle joué par les transporteurs était central, la pénurie de monnaie, habituelle en Nouvelle Espagne, et les dangers qu’impliquait le transport de métaux, rendirent indispensables l’utilisation de papiers pour réaliser les affaires. Sánchez de Tagle eut recours à l’utilisation de tels documents pour fournir du ravitaillement aux propriétaires des mines. En 1692, le comte de Santa Rosa, mineur de Zacatecas, dut faire face à une dette de 6 000 pesos en faveur du Trésor Royal, sans doute pour l’achat de mercure. Le comte remboursa le fisc avec un billet signé d’un commerçant local, que couvraient Luis Sánchez de Tagle et un autre important avitailleur de Mexico40.

25Il n’existait pas, en Nouvelle Espagne, des institutions de crédit formellement établies. Pour mener à bien leurs affaires, les marchands d’argent obtenaient des prêts et acceptaient des dépôts portant intérêts. Luis Sánchez de Tagle reçut des capitaux d’individus ou d’institutions avec qui il était en relation, pour des raisons personnelles ou professionnelles. Il obtint de l’argent contre intérêt d’autres marchands, une pratique habituelle entre marchands, de mineurs et d’un individu « mêlé aux affaires de distribution de mercure », sans doute un officier royal. Il obtint ainsi en dépôt 12 000 pesos en 1687 et 20 000 pesos supplémentaires en 1699. Comme beaucoup d’autres membres du consulat de Mexico, il leur donnait comme unique garantie sa parole, la confiance découlant de la renommée de sa maison ou de ses affaires.

  • 41 Huerta M. T., op. cit., p. 20-23.
  • 42 Dans ce couvent, avait professé une orpheline que don Luis avait recueillie chez lui, avec la dot (...)

26Les institutions ecclésiastiques figuraient parmi les principaux rentiers à cette époque parce que les religieux vivaient des intérêts produits par les capitaux qui faisaient partie de leur patrimoine. Le chantre de la cathédrale de Mexico, Manuel Escalante Mendoza, plaça 17 000 pesos dans l’affaire de Sánchez de Tagle41. Il est possible que l’exemple du chantre ait poussé certains couvents de moniales à agir de même, comme les monastères de la Conception42, de l’Incarnation et de Sainte-Thérèse.

  • 43 Á sa mort, don Luis fut enterré dans la chapelle de Notre Dame du Rosaire, siège de ladite confrér (...)
  • 44 Vargas-Lobsinger (María), Formación y decadencia de una fortuna. Los mayorazgos de San Miguel de Ag (...)
  • 45 Il devait aussi 416 734 pesos pour des comptes ne portant pas intérêts. Procuration pour tester, M (...)

27Le prestige de Luis Sánchez de Tagle, ses relations avec la haute hiérarchie ecclésiastique et sa proximité avec les dominicains, facilitèrent sa nomination comme député de la direction de l’Archiconfrérie de Notre Dame du Rosaire43, qui déposa dans son affaire 30 000 pesos44. Á sa mort, en 1710, une partie de ses affaires formait ce que l’on appelait « la banque de l’argent », nom que l’on donnait aux grandes entreprises qui se consacraient à l’exploitation de ce métal, moyennant la concession de crédits aux mineurs et l’achat à grande échelle d’argent pour le monnayage. Il n’y a pas d’enregistrement des opérations réalisées par la banque d’argent du marchand cantabre mais, dans l’inventaire de ses biens réalisé après sa mort, on comptabilisa 740 000 pesos en dépôts et autres contrats portant intérêts45. Pour ce que nous en savons, Sánchez de Tagle payait pour ces capitaux 5 % d’intérêts, mais il devait octroyer des prêts à des taux beaucoup plus élevés.

  • 46 Don Pedro était né le 7 juillet 1661 à Santillana, comme son oncle Luis. Procuration pour tester d (...)
  • 47 Testament de Luis Sánchez de Tagle, Mexico, 28 avril 1714. AGNM, notario 692 Francisco de Valdés, (...)

28Pedro Sánchez de Tagle y Bustamante, neveu de don Luis, après s’être établi chez son oncle depuis le début des années 1680, se maria avec sa cousine Luisa en 169146. Comme elle était l’unique fille de don Luis, à la mort de ce dernier, en 1710, elle fut l’héritière de tous ses biens et du titre de marquis d’Altamira, obtenu par son père en 1704. Don Pedro se chargea de l’administration de l’ensemble de ce patrimoine, y compris la banque d’argent47.

  • 48 En 1723 Torres y Vergara était également chanoine doctoral écolâtre de la cathédrale de Mexico, su (...)
  • 49 Selon Bertrand, ce type de relations se transmettait d’une génération à l’autre et constituait une (...)
  • 50 Testament de Pedro Sánchez de Tagle, 18 décembre 1723. AGNM, notario 392, Antonio Alejo Mendoza, v (...)

29En 1702, Pedro Sánchez de Tagle commença à acheter des terres pour élever du bétail et le commercialiser, une activité très rentable et sûre face aux risques qu’engendraient l’avitaillement des mineurs et le commerce d’outremer. Don Pedro fit partie du petit groupe d’éleveurs et de marchands de petit bétail qui afferma les boucheries de Mexico, au moins entre 1708 et 1716. Faisait aussi partie de ce groupe un autre membre important, Joseph de Torres y Vergara, juge au tribunal des testaments, chapellenies et œuvres pieuses de l’archevêché de Mexico et commissaire principal de la bulle de la Sainte Croisade48. On peut supposer qu’il dirigea vers la banque d’argent de Sánchez de Tagle une partie des capitaux administrés par le tribunal ecclésiastique dont il avait la charge49. Peu avant sa mort, don Pedro nomma Torres y Vergara comme l’un de ses exécuteurs testamentaires et déclara qu’il détenait 20 000 pesos qui lui appartenaient « si je me souviens bien » et ordonna « que la quantité que réclamerait ce monsieur lui soit payée » avec les intérêts en retard50.

Financement du mercure

  • 51 Entre 1640 et 1660 furent envoyés de Cadix à Mexico 11795 quintaux de mercure par quinquennat, en (...)
  • 52 Lang M. F., ibid., p. 176.
  • 53 La loi Lxxviii du 18 mars 1620 qui prohibait le commerce entre le Pérou et la Nouvelle Espagne fut (...)
  • 54 Le procureur de l’audience de Mexico présenta un rapport, en 1669, où il montrait que les toiles c (...)
  • 55 Le mercure fut envoyé sur des navires de commerce parce que la flotte du Callao devait défendre le (...)
  • 56 En 1678, on envoya seulement 1 580 quintaux de mercure d’Almadén et, en 1677, 3 500 de Huancavelic (...)
  • 57 Le capitaine du navire en question fut condamné à quatre ans d’exil. Lettre du vice-roi Melchor de (...)

30Au début des années 1660, se produisit une grave pénurie de mercure en Nouvelle Espagne due aux problèmes posés par le financement de la production des mines d’Almadén51. Le minerai de qualité moyenne ou faible pouvait être transformé uniquement par le procédé de l’amalgame, si bien que cette pénurie posait des problèmes pour son exploitation. En 1663, le commandant de la flotte de la Nouvelle Espagne se plaignit des difficultés qu’il rencontrait pour placer ses marchandises à Veracruz à cause de la rareté d’argent due à la pénurie de mercure52. Les marchands de Mexico firent pression sur le marquis de Mancera pour qu’il obtienne du mercure d’Huancavelica, dont le commerce était interdit car il couvrait un échange illicite d’argent andin et de marchandises orientales53. Le mercure péruvien n’était pas de si bonne qualité que celui d’Almadén et son prix beaucoup plus élevé. Néanmoins, la nécessité poussa le marquis de Mancera à demander au vice-roi du Pérou de le ravitailler d’urgence en mercure en 1666. Quelques années plus tard, Charles II, persuadé par les fonctionnaires et les marchands de la vice-royauté, autorisa cette remise54. Quand le mercure arriva à Acapulco, en 1670, il y eut de graves problèmes pour le décharger : il ne put être livré pour des raisons bureaucratiques et à cause du danger qu’il y avait à envoyer de l’argent par la Mer du Sud, à cause de la menace des pirates55. En 1676 et 1678, du mercure accosta à Veracruz en provenance de Cadix et en 1677 on en reçut de Huancavelica56. Le navire qui avait conduit le mercure à Acapulco fut découvert à son retour au Callao avec une charge de marchandises asiatiques illégales57, fait qui dut contribuer à renforcer l’opposition des autorités au ravitaillement de la Nouvelle Espagne en mercure de Huancavelica.

  • 58 On reçut de Cadix 6 919 quintaux de mercure entre 1681 et 1685 et 8 000 quintaux entre 1686 et 169 (...)
  • 59 Lang M. F., ibid., p. 105.
  • 60 Sur la politique de maintien de réserves de mercure à Mexico et les conflits qui en découlèrent, v (...)
  • 61 Gutiérrez Lorenzo M. P., « La real hacienda en la época del conde de Galve, 1688-1696 », Novahispan (...)

31Dans les années 1680, le mercure continua à arriver en Nouvelle Espagne de manière irrégulière, ce qui maintint la production d’argent à un bas niveau58. En 1682, le monarque ordonna qu’on ne puisse demander du mercure péruvien qu’en cas « d’extrême nécessité » comme il l’avait déjà ordonné en 167859. Quand le comte de la Monclova prit en charge la gestion de la Nouvelle Espagne, en novembre 1686, il se rendit compte qu’il y avait des réserves de mercure dans l’arsenal royal alors que beaucoup de mines avaient dû cesser leur activité60. Ce vice-roi s’efforça d’obtenir du mercure andin, qui devait être payé lorsqu’il débarquait au port d’Acapulco. Il semble que le comte de la Monclova comme le comte de Galve qui lui succéda en la fin de 1688, payèrent les remises de mercure à leur arrivée avec l’appui financier des marchands d’argent61.

  • 62 Hoberman L. S., op. cit., p. 176-177.

32Comme l’a montré Hoberman, depuis au moins le début du XVIIe siècle, les marchands les plus riches octroyaient des prêts à court terme aux vice-rois sans intérêts. Quand les fonds des caisses royales de l’intérieur n’étaient pas arrivés à Mexico, les marchands finançaient la trésorerie de la capitale pour faire face aux dépenses ordinaires et extraordinaires. On peut supposer que José de Retes Lagarcha et son associé José de Quesada Cabreros firent partie du petit groupe des « banquiers des vice-rois » dans les années 165062.

  • 63 Dans les années 1670-1690, Luis Sánchez de Tagle s’associa avec les principaux marchands d’argent (...)
  • 64 Quand on accorda le titre de marquis d’Altamira à Luis Sánchez de Tagle, on mit en exergue ces deu (...)
  • 65 Gutiérrez Lorenzo M. P., op. cit., p. 355-356.
  • 66 Son décès se produisit en 1690. Huerta M. T., op. cit., p. 100. Urrutia y Retes s’était marié avec (...)

33Dans les années 1670-1690, les principaux collaborateurs des vicerois furent Juan de Urrutia Retes, originaire de Biscaye, et le cantabre Luis Sánchez de Tagle, qui fut consul du tribunal de commerce en 1686 et 1687. Les deux se consacraient au monnayage et formèrent une compagnie pour acheter de l’argent et ravitailler les mineurs de Zacatecas63. Entre 1683 et 1690, ils prêtèrent aux vice-rois 378 000 pesos, sans intérêts, pour faire face à diverses urgences64. En raison de son intérêt pour la production d’argent, on peut présumer que Sánchez de Tagle et Urrutia Retes contribuèrent de manière importante au crédit de 100 000 pesos accordé par les marchands de Mexico pour payer plus de 1 600 quintaux de mercure, des 3 258 apportés par le flotte de 1689, comme au coût de leur transport à Mexico65. Les services financiers rendus par Urrutia Retes durent être pris en compte quand le monarque lui accorda le titre de marquis de Villar del Águila en 1689 ; il mourut quelques mois après66.

  • 67 Valle Pavón, op. cit., p. 69-70.

34Comme on peut le voir dans le Tableau 3, sur les prieurs et consuls du Tribunal de Commerce, de 1686 à 1703, les marchands d’argent unirent à leur pouvoir financier et commercial le contrôle de la représentation au sein du consulat de Mexico, au moins depuis le milieu des années 1680. Les marchands qui se trouvaient à la tête de l’institution au milieu des années 1670, entre autres José de Retes Lagarcha, réussirent à faire modifier les règles électorales afin que le prieur et les consuls en fonction puissent assurer la désignation de leurs successeurs aux charges représentatives67.

Tableau iii. – Prieurs et consuls du consulat des marchands de Mexico, 1686-1703.
Légende : P : Prieur ; C : Consul.

  • 68 En 1692, le comte de Galve permit que le mercure provenant du Pérou fût remis directement d’Acapul (...)
  • 69 Sur les tentatives de décentralisation de la distribution du mercure, voir Lang M. F., op. cit., p (...)
  • 70 Gutiérrez Lorenzo M. T., ibid., p. 353-355.
  • 71 Une partie de ces crédits fut destinée à financer la défense des forts de La Havane et Saint Domin (...)
  • 72 Les deux marchands moururent la même année. Huerta M. T., op. cit., p. 100.

35Quand Luis Sánchez de Tagle était prieur du consulat, en 1691, 3 000 quintaux de mercure provenant de Huancavelica arrivèrent et près de 3 048 quintaux en 1692. Les 309 000 pesos que valait celui de 1692 furent payés à leur réception moyennant la cession de lettres sur les marchands de la capitale68. Il est possible, qu’en guise de compensation, le vice-roi ait donné l’autorisation aux commerçants et aux mineurs d’acheter du mercure à Mexico et de le revendre, ce qui facilita sa concentration entre les mains des mineurs les plus riches qui pouvaient donner les meilleures garanties aux marchands69. En 1691, on reçut encore 3 000 quintaux de mercure andin qui coûtèrent près de 292 500 pesos70. Il se peut que cette somme ait été avancée par le marchand d’argent Dámaso Zaldivar y Retes, qui se trouvait à la tête du consulat, vu que, avec son cousin Joseph Sanz de Retes, il avait prêté à la Couronne 627 000 pesos en diverses occasions71 avant de mourir en 169572.

  • 73 Lang M. F., op. cit., p. 102-103, 105-106.

36Les problèmes techniques qui se produisirent dans les mines d’Huancavelica obligèrent à suspendre les envois de mercure à la Nouvelle Espagne, peu avant le milieu des années 1690. En 1699, il fut ordonné d’envoyer à Acapulco tout l’excédent d’Huancavelica, mais la réactivation des mines d’Almadén rendit finalement cette mesure inutile73.

  • 74 Gutiérrez Lorenzo M. P., op. cit., p. 352.
  • 75 En 1692, le vice-roi avait remis 12 000 pesos à Manille pour l’achat de 100 quintaux de mercure ma (...)

37En 1692, le comte de Galve représenta au Conseil des Indes les risques que faisait courir la rareté du mercure à l’exploitation minière et s’efforça d’obtenir le métal de diverses sources74. Le vice-roi favorisa l’achat de mercure chinois avec l’appui de Fausto Cruzat y Góngora Rada, gouverneur des Philippines (1690-1702) qui était en relations étroites avec Luis Sánchez de Tagle. En Chine, le commerce du mercure était très réduit si bien que l’on n’obtint que peu de livraisons, qui cessèrent en 1693 quand le galion « El Santo Cristo de Burgos » brûla avant d’arriver à Acapulco75.

  • 76 Auparavant, on avait essayé d’exploiter d’autres gisements dans la même zone de Chilapa. Bakewell (...)
  • 77 AGN, AHH, 635-20. Deux années plus tard, 20 quintaux de mercure furent produits dans la « promette (...)

38Incité par le vice-roi, le consulat favorisa l’exploitation de gisements de mercure dans la vice-royauté. Alors que Dámaso Zaldivar y Retes était prieur, un contrat fut signé avec deux mineurs péruviens pour qu’ils essaient d’extraire du mercure avec le financement du consulat. Les experts s’efforcèrent de rendre productives les mines de Chilapa et Temascaltepec, mais le métal n’abondait pas dans leurs veines76. En 1696, Pedro Sánchez de Tagle et Felipe Vélez Escalante étant consuls, tous deux marchands d’argent d’origine cantabre, le Tribunal de commerce offrit une gratification de 2 000 pesos d’or pour la découverte et la production de mercure, mais les résultats furent minimes77.

  • 78 Lang M. F., op. cit., p. 70 et 78-85.
  • 79 Lang M. F., ibid., p. 85.
  • 80 AGN, AHH, 213-17.
  • 81 Lang M. F., Las flotas de la Nueva España (1630-1710) : despacho, azogue, comercio, Séville, Muñoz (...)
  • 82 Lohmann Villena G., Las minas de Huancavelica en los siglos XVI y XVII, Lima, Pontificia Universida (...)
  • 83 « Représentation des consuls et députés du consulat de Mexico au roi par laquelle ils sollicitent (...)

39L’importance de la production minière en Nouvelle Espagne pour le commerce atlantique poussa les marchands de Séville à jouer un rôle de premier plan dans la réhabilitation des mines d’Almadén. En 1690, le consulat de Séville prêta 400 000 pesos pour surmonter la crise économique dont souffraient ces mines. Malgré tout, les résultats immédiats furent minimes78. Le préjudice occasionné par le manque de mercure conduisit le consulat de Séville à prendre en charge la gestion des mines d’Almadén en 169479. La même année, les prieurs et consuls de Mexico, Dámaso de Zaldivar, Joseph de Larribas et Felipe Vélez de Escalante, s’engagèrent à payer dans les six mois le prix du mercure qu’ils recevraient80. Entre 1695 et 1699 arrivèrent de la métropole diverses quantités de ce métal, dont nous n’avons pas mention du paiement81. En 1700, le prieur Pedro Sánchez de Tagle eut des difficultés à répartir les 320 000 pesos qui étaient dus par les membres du Tribunal de Commerce, les députés et les électeurs qui avaient contracté la dette, si bien qu’il avança l’argent sur ses propres deniers. Quelques mois plus tard, il déboursa un peu plus de 258 000 pesos82, prix de 3 000 quintaux de mercure provenant de Huancavelica83.

  • 84 Livre des élections du Tribunal du consulat, AGN, AHH, 215-7 ; « Représentation du consulat au roi (...)
  • 85 Sánchez de Tagle fut destitué de l’office de prieur par le vice-roi, duc d’Alburquerque, en raison (...)

40En 1701, se manifesta une forte opposition à la réélection de Sánchez de Tagle, mais les consuls et les députés qui l’appuyaient reçurent l’autorisation du monarque pour le nommer de nouveau prieur en raison de l’importance des sommes qu’ils fournissaient pour solder les remises de mercure84. Il se maintint comme prieur jusqu’en 1703, soit durant près de quatre ans85 alors que cet office ne devait être exercé que pendant deux ans, selon les normes électorales de la corporation.

  • 86 On peut se faire une idée de l’importance de ce montant, en le comparant, à la somme remise durant (...)
  • 87 Dans les années 1690, la production d’argent connut une croissance extraordinaire, que l’on n’avai (...)
  • 88 Pour constater la diminution des recettes fiscales de l’activité minière dans les années 1690, par (...)

41La générosité dont fit preuve Pedro Sánchez de Tagle en déboursant l’impressionnante somme de 580 800 pesos86 pour payer les remises de mercure peut s’expliquer par la convergence entre les intérêts de la Couronne et ceux des Tagle. Á la fin du XVIIe siècle, les Tagle étaient, très probablement, les principaux avitailleurs de l’activité minière et les plus gros monnayeurs, raison pour laquelle ils s’efforcèrent de garantir la production d’argent par un approvisionnement régulier en mercure. Nous pensons que la régularité obtenue dans la fourniture de mercure dans les années 1690 eut pour conséquence la hausse de la production minière constatée durant cette décennie87. Cependant, il n’en fut pas de même en ce qui concerne les envois de fonds du Trésor à la métropole ; au contraire, les recettes sur la production d’argent diminuèrent88, très probablement à cause des fraudes des mineurs et des marchands.

42Par ailleurs, les prêts consentis par Pedro Sánchez de Tagle pour payer les remises de mercure ne présentaient pas de grands risques. En 1694, le consulat avait pris en main la gestion du droit d’alcabala imposé à Mexico sur la circulation, troc et échange de marchandises : Sánchez de Tagle, prieur du consulat, s’assurait ainsi la restitution de ses capitaux avec le produit de cette taxe.

Les marchands de la Monnaie

  • 89 Le braceaje était un pourcentage du montant officiel des métaux monnayés destiné à rétribuer le tr (...)
  • 90 Hoberman L. S., op. cit., cap. II et « Crédito », p. 73-79.

43Les officiers royaux de la Monnaie de Mexico avaient pour charge de fondre et de frapper les métaux précieux, et d’en décompter les droits de seigneuriage et de braceaje89. Hoberman a exposé les mécanismes grâce auxquels certains marchands investirent la Monnaie depuis la fin du XVIe siècle : acquisition des principaux offices, octroi de prêts aux officiers nommés par le vice-roi et aux lieutenants qui faisaient le travail et contrôle des processus de fonte et de frappe. Les « marchands de la Monnaie » déterminaient la quantité et la qualité des réaux qui étaient produits en Nouvelle Espagne. Ils s’enrichissaient, en outre, par la perception des revenus des offices qu’ils avaient acquis et des commissions du monnayage, ainsi que par les fraudes commises dans le processus de frappe et par l’évasion des droits correspondants90.

  • 91 En 1585 l’office de trésorier fut acquis pour 130 000 pesos, plus 20 000 pesos pour les esclaves e (...)
  • 92 Hoberman L. S., ibid., p. 76-77.

44Le processus de frappe était contrôlé par ceux qui détenaient ce que l’on appelait les offices majeurs de la Monnaie : trésorier, essayeur, peseur, graveur et garde majeur. Au XVIIe et au début du XVIIIe siècle, ils furent vendus surtout à des marchands91, puisque c’était ceux qui pouvaient disposer des sommes élevées que l’on demandait. Les marchands de l’Hôtel des Monnaies se chargeaient de frapper les métaux qu’ils négociaient pour leur propre compte et ceux des autres marchands moyennant une commission. Le monnayage variait en fonction de la rareté ou de l’abondance des métaux précieux dans la vice-royauté92.

  • 93 Le trésorier engageait les monnayeurs, qui lui rendaient des comptes périodiquement. « Memorial de (...)
  • 94 L’office appartint au marchand Juan Lorenzo de Vera durant trente et un ans ; peu après sa mort, e (...)
  • 95 Sur les liens étroits qu’établissaient les marchands avec les officiers de Veracruz, et comment ce (...)
  • 96 Huerta M. T., op. cit.
  • 97 Sur la répartition de travailleurs pour l’hacienda en 1708 et sa confirmation en 1713. Le roi, Mad (...)
  • 98 Cédule royale de l’asiento des alcabalas de Veracruz, San Lorenzo 28 août 1723. AGI, Escribanía 19 (...)

45Á la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle, les principaux marchands d’origine basque ou cantabre étaient propriétaires de plusieurs offices de la Monnaie. Le trésorier était le plus élevé dans la hiérarchie et sa fonction consister à superviser les processus de fonte et de frappe93. Dans les dernières décennies du XVIIe siècle, Francisco Antonio de Medina Picazo possèda cet office94 ; il se maria en 1682 avec la fille du trésorier de la caisse royale de Veracruz, Francisco de Amilibia95. Peu après sa sœur, Juana de Medina Picazo épousa Joaquín de Zavaleta, marchand d’origine biscayenne. Ce dernier réalisait de grandes transactions sur les marchandises européennes et orientales96, possédait une hacienda et plusieurs moulins à Chalco97 et finit par être prieur du consulat en 1710 et 1711. José de Zabaleta, parent de Joaquín, fut regidor et alcalde ordinaire de Veracruz et afferma la recette des alcabalas du port, en compagnie de son beau-père Francisco de Aguirre Gomendio, au moins entre 1704 et 172298.

  • 99 Actes sur des fraudes à l’Hôtel des Monnaies. AGN, Casa de Moneda, 311-6.

46Le marchand d’origine biscayenne Juan de Urrutia Retes acquit l’office de garde majeur de la Monnaie ; à sa mort, en 1690, son neveu Juan Antonio de Urrutia hérita de tous ses biens y compris le titre de marquis del Villar del Águila. En 1728, Juan Antonio possédait toujours l’office, dont le lieutenant était don Ignacio Antonio de Bustamante99.

  • 100 Nous ne savons pas quand il fut désigné. Expediente sobre la restitución de « los Tagles », AGI, M (...)
  • 101 Il est important de faire remarquer qu’au début du XVIIe siècle, quatre ou cinq marchands se charg (...)

47Luis Sánchez de Tagle fut nommé « monnayeur de l’argent du monarque », sans doute grâce aux étroites relations qu’il entretenait avec le vice-roi et aux services financiers qu’il rendit au Trésor Royal, en son nom propre ou en tant que représentant du consulat100. La trésorerie de Mexico fournissait à Sánchez de Tagle l’argent en barres qu’elle recevait pour le paiement de droits pour qu’il se charge de le travailler et de rendre des réaux monnayés. Cette activité rapportait gros à cause des grandes quantités de métaux précieux qu’il recevait. En outre, comme cela se passait pour l’argent appartenant à d’autres marchands, Sánchez de Tagle tirait profit des variations de l’aloi que l’argent brut présentait naturellement101.

  • 102 Á la mort de Luis Sánchez de Tagle, en 1710, son neveu n’avait pas soldé la dette en question. Tes (...)
  • 103 Gemelli Careri G. F., Viaje a la Nueva España, México, Universidad Nacional Autónoma de México, 198 (...)
  • 104 Le propriétaire de l’office de graveur majeur, Diego Manuel Carvallido, demanda à Pedro Sánchez de (...)
  • 105 Testament de Luis Sánchez de Tagle, Mexico, 28 avril 1714. AGNM, notario 692 Francisco de Valdés, (...)

48Dans le but d’exercer un contrôle plus important sur les métaux qu’il faisait frapper, Luis Sánchez de Tagle prêta en 1700 à son neveu Pedro Sánchez de Tagle y Bustamante 55 000 pesos pour atteindre les 90 000 qu’il devait payer pour le tranfert de l’office de graveur majeur de l’Hôtel de la Monnaie102. On calculait alors que cet office offrait un rendement de 10 000 à 11 000 pesos annuels103. Sept années plus tard, Pedro Sánchez de Tagle obtint la possession de l’office de graveur majeur à perpétuité, moyennant le paiement au roi de 32 000 pesos104. On peut avoir une idée de la quantité de réaux que frappaient les tagle si on considère qu’en 1719, année de la mort de don Luis, il possédait 307 288 pesos « en argent et or frappés et à frapper »105.

  • 106 AGN, Casa de Moneda, 311-6 ; Fonseca F. y Urrutia C., Historia General de la Real Hacienda, México (...)
  • 107 Fagoaga fut alors autorisé à supprimer le bureau de tri de San Luis et, en cas de nécessité, à agr (...)

49L’office de trieur général des métaux était également rattaché à l’Hôtel de la Monnaie106. Comme nous l’avons vu, José de Retes Lagarcha l’avait acheté en 1655 et la possession à perpétuité lui en fut confirmée en 1680. Quand Retes mourut, en 1685, son neveu Dámaso Zaldivar y Retes en hérita ; à sa mort en 1695, il laissa l’office à son fils Francisco Antonio Bernardino de Zaldivar, cession qui fut ratifiée en 1696. Comme il était mineur, Diego de Zaldivar se chargea de l’administration de la Maison du Tri et quand il s’engagea dans la prêtrise en 1706, il afferma l’office à son compatriote Francisco de Fagoaga, qui en reçut la cession et le transfert en 1718107.

  • 108 Année 1754. Témoignage donné par un notaire de l’Hôtel Royal des Monnaies, du décret royal obtenu (...)
  • 109 Sur les difficultés que causaient à la fin du XVIIe siècle à Cadix les réaux qui n’avaient pas la (...)

50La domination qu’exerçaient les marchands de l’Hôtel des Monnaies sur le processus de frappe et les relations qu’ils avaient avec les autres officiers de l’institution leur permettaient de mener à bien certaines pratiques illicites. On peut signaler celle qui consister à fusionner l’argent légalisé et gravé, dont l’aloi avait été prouvé, avec de l’argent de rescate, qui ne remplissait pas ces conditions, ou avec de l’argent moins pur, comme le péruvien108. Ce qui fait que toutes les pièces élaborées par la Monnaie de Mexico ne remplissaient pas les conditions imposées par la Couronne109.

  • 110 Miranda y Solís avait acquis cette charge en 1684, après avoir exercé des fonctions subalternes da (...)
  • 111 En 1714, quand on exécuta le testament de Luis Sánchez de Tagle, les deux mines valaient 10 000 pe (...)
  • 112 Bertrand M., op. cit., p. 226-227. Les officiers et les alcaldes qui distribuaient le mercure devai (...)

51Comme nous l’avons vu, pour les marchands d’argent, il était fondamental de pouvoir compter sur l’appui des officiers du Trésor et des alcaldes mayores pour obtenir de l’argent de rescate, qui n’avait pas payé les droits au roi. Pedro Sánchez de Tagle, le graveur majeur de la Monnaie, maria sa seconde fille María Manuela à Juan Manuel Argëlles y Miranda, neveu de Melchor de Miranda y Solís, propriétaire de l’office de trésorier de la caisse royale de Pachuca110. Dans cet important district, Luis Sánchez de Tagle possédait deux mines111. En 1710, peu de temps avant sa mort, Miranda y Solís, dont les fils étaient mineurs, désigna son neveu Juan Manuel Argüelles y Miranda comme son successeur dans l’office de trésorier de la caisse royale de Pachuca112.

  • 113 En 1712 l’enquêteur Francisco de Pagave informa le roi qu’à la Monnaie « on travaillait de l’argen (...)
  • 114 Don Pedro prêta à son gendre de grandes sommes pour qu’il se lance dans l’élevage, une branche des (...)

52En 1712, on découvrit que Pedro Sánchez de Tagle avait envoyé à Pachuca plusieurs barres d’argent sans payer le quint, affaire dont « on n’a pas parlé parce que c’est très commun et ordinaire »113. Nous pensons que don pedro pouvait faire sortir de pachuca de l’argent qui n’avait pas payé les droits à cause de sa parenté avec Juan Manuel Argëlles y Miranda, qui finit par être comptable et juge du Trésor Royal de cette ville114. Il est aussi possible que le métal qui avait échappé aux droits ait été travaillé à la Monnaie où la possession de l’office de graveur majeur offrait à Sánchez de Tagle de nombreuses facilités.

  • 115 Le duc recommanda Sánchez de Tagle à son successeur, comme l’un des rares sujets sur qui il pouvai (...)
  • 116 Les marchands Domingo de la Canal et Luis de Monterde avaient également offert leur appui au vice- (...)
  • 117 Walker G. J., Política española y comercio colonial, 1700-1789, Barcelone, Éditorial Ariel, 1979, p (...)
  • 118 Gómez A., op. cit., p. 78-80, 88-89.

53Par ailleurs, il était protégé par les liens étroits qui l’unissaient au vice-roi, le duc de Linares (1711-1716) qui l’appréciait tout spécialement115, entre autres parce qu’il lui avait offert son appui quand s’était perdu le navire amiral de Barlovento, durant la guerre de Succession et quand la flotte commandée par Juan de Uvilla116 avait été atteinte par un ouragan au large des Bahamas117. La confiance manifestée par le duc envers don Pedro apparut au grand jour en 1712 quand il lui demanda d’inviter les mineurs et marchands d’argent de Pachuca de se soummettre « au pardon qu’il leur accordait » pour empêcher que l’enquêteur Francisco de Pagave, qui réalisait une information sur la situation du Trésor Royal, ne leur applique de sévères sanctions comme il venait de la faire à Zacatecas118.

Conclusion

54Les marchands d’argent tissèrent de vastes et complexes réseaux dans le but de s’assurer l’achat des métaux précieux dans les mines et d’obtenir des bénéfices extraordinaires. Les marchands de Mexico fournissaient aux officiers du Trésor Royal et aux juges provinciaux les cautions nécessaires à l’acquisition de leurs charges et leur offrait des financements pour pratiquer le commerce. Ils obtenaient, en échange, des facilités pour obtenir le mercure et des diminutions ou des exemptions du paiement des droits sur la production d’argent. Certains marchands acquirent des charges d’alcaldes mayores, en leur nom ou à celui de leurs fils, ou incorporèrent dans leur parenté ceux qui les détenaient par des alliances matrimoniales. Par ailleurs, la constitution de sociétés avec des membres des oligarchies municipales leur donnait accès à des informations privilégiées.

55Au fur et à mesure que se développait la production de métaux, les marchands centrèrent leurs activités sur l’avitaillement des mines, l’achat de métaux et leur monnayage. Afin de mieux administrer leurs affaires, ils faisaient venir leurs neveux de la Péninsule, les formaient et montaient des sociétés avec eux. Pour concentrer entre leurs mains le métal blanc, les fournisseurs d’argent à l’Hôtel des Monnaies accordaient des crédits à d’autres marchands liés aux places minières et aux transporteurs tout en prenant en dépôt des capitaux fournis par les fonctionnaires royaux, les institutions religieuses ou les membres du haut clergé. Ces derniers, en outre, purent leur fournir des capitaux qui faisaient partie du patrimoine des institutions dont ils avaient la charge. Les réseaux de financement montés par les marchands d’argent étaient basés sur la confiance.

56La pénurie de mercure d’Almadén dans les années 1660 affecta la production minière de la Nouvelle Espagne. Les vice-rois et les marchands firent pression sur le monarque pour qu’il permette l’envoi de mercure d’Huancavelica, un trafic qui était interdit parce qu’il donnait lieu à une fuite d’argent vers l’Orient. Jusqu’à la fin des années 1680, les vice-rois s’efforcèrent d’assurer la fourniture de mercure avec l’appui financier des marchands d’argent qui s’étaient placés à la tête du consulat de Mexico.

57Afin d’assurer la production d’argent en Nouvelle Espagne, les représentants de ce consulat garantirent le paiement du mercure. Une grande partie des envois qui arrivèrent en provenance du Pérou ou de la métropole fut payée par Pedro Sánchez de Tagle, ce qui lui valut sa réélection au poste de prieur, malgré l’opposition d’une grande partie du consulat. Ainsi, dans les dernières années du XVIIe siècle, la communauté d’intérêts entre la monarchie et les marchands qui dominaient le consulat permit d’assurer le ravitaillement en mercure.

58Grâce à la vente des offices, une poignée de marchands put contrôler le processus de monnayage en Nouvelle Espagne. Ils s’enrichissaient moyennant la perception de commissions grâce à des pratiques illicites comme la frappe de métaux qui n’avaient pas payé les droits, la confection de réaux de moindre qualité et le non paiement des droits dus pour la frappe. Les réseaux de parenté établis par le trésorier et le graveur majeur de la Monnaie sont un témoignage de la manière dont les clans de marchands incorporaient en leur sein les officiers royaux des noyaux commerciaux stratégies, comme Veracruz et Pachuca, qui les appuyaient pour réaliser des trafics illicites, comme le non paiement des droits et la contrebande. D’autres membres de ces réseaux familiaux obtinrent la gestion des impôts sur la circulation pour obtenir des rabais, des exemptions et une information privilégiée. L’alliance établie entre les autorités du royaume et les marchands d’argent qui contrôlaient le consulat et la Monnaie permit la réactivation de l’activité minière à la fin du XVIIe siècle.

Sigles et références

AGN

Archivo General de la Nación.

AGNM

Archivo General de Notarías, México.

AGI

Archivo General de Indias.

AHH

Archivo Histórico de Hacienda.

BNMa

Biblioteca Nacional de Madrid.

Notes

1 Pour l’analyse des réseaux et des acteurs sociaux dans la Monarchie hispanique, voir Imizcoz J. M., « Comunidad, red social y élites. Un análisis de la vertebración social en el Antiguo Régimen », Elites, poder y red social. Las élites del País Vasco y Navarra en la Edad Moderna, 1996, Imízcoz J. M. (dir.), Bilbao, Universidad del País Vasco, 1996, p. 13-50 ; Ponce Leiva P. y Amadori A., « Redes sociales y ejercicio del poder en la América Hispánica : consideraciones teóricas y propuestas de análisis », Revista Complutense de Historia de América, v° 34, 2008, p. 15-42.

2 Michel Bertrand propose une définition pertinente des réseaux de sociabilité quand il écrit : « el conjunto permanente o temporal de vínculos de naturaleza diversa que unen a los individuos entre sí [...] y los lleva a actuar de manera colectiva en una misma dirección para la obtención de resultados que interesan, si no directa y simultáneamente a la totalidad de sus miembros, por lo menos a una fracción importante de ellos. » Bertrand, M., « Las redes de sociabilidad en la Nueva España : fundamentos de un modelo familiar en México (siglos XVII-XVIII) », en Arnauld C., G. Baudot, Bertrand M., Langue F. (comps.), Poder y desviaciones : génesis de una sociedad mestiza en Mesoamérica, México, Siglo xxi editores/Centro Francés de Estudios Mexicanos y Centroamericanos, CEMCA, 1998, p. 103-133. Des historiens ont mené à bien des études sur les réseaux en utilisant les ressources qui permettent de traduire graphiquement ces structures relationnelles afin de montrer la forme de ces configurations sociales et les positions qu’y occupaient leurs membres les uns par rapport aux autres. Voir à titre d’exemple les travaux publiés sous la coordination de Ibarra A. y del Valle Pavón G. (coords.), Redes sociales e instituciones comerciales en el Imperio Español, siglos XVII a XIX, México, Universidad Nacional Autónoma de México, Facultad de Economía/Instituto de Investigaciones Dr. José María Luis Mora, 2007 et Ponce Leiva P. y Amadori A. (coords.) « Dossier : Factores imprevisibles y márgenes de libertad de las redes sociales en la América Hispana », Revista Complutense de Historia de América, 2008, v° 34, p. 11-128.

3 On appelait rescatadores les commerçants qui achetaient l’argent brut pour le faire raffiner, aussi bien aux mineurs qu’ils tenaient par l’octroi de crédit, comme aux travailleurs des mines qui vendaient le minerai et les résidus de triage. Bakewell P., Minería y sociedad en el México Colonial. Zacatecas (1546-1700), México, Fondo de Cultura Económica, 1976, p. 290.

4 Bakewell P., ibid. ; Lang M. F., Las flotas de la Nueva España (1630-1710) : despacho, azogue, comercio, Séville, Muñoz Moya, 1998., p. 211-213, 233-239 ; Hoberman L. S., « El crédito colonial y el sector minero en el siglo xvii : aportación del mercader de plata a la economía colonial », inMartínez López-Cano P. et Valle Pavón G., coord., El crédito en Nueva España, Mexico, Instituto Mora, El Colegio de Michoacán, El Colegio de México, Instituto Investigaciones Históricas, UNAM. (Lecturas de historia económica mexicana), 1998, p. 61-82, p. 73.

5 García-abasolo A., Martín Enríquez y la reforma de 1568 en Nueva España, Séville, Excma. Diputación Provincial de Sevilla, 1983, p. 102 ; Fonseca F. de y Urrutia C. de, Historia General de la Real Hacienda, Mexico, Imprenta de Vicente García Torres, en el ex-convento del Espíritu Santo, tomo I, 1845, p. 299.

6 Les cautions étaient calculées en fonction des droits que les agents du Trésor devaient percevoir et de la valeur du mercure qui leur était assigné chaque année, certaines de ces cautions pouvant atteindre 40 000 pesos. Hoberman L. S., Mexico’s merchant elite, 1590-1660. Silver, state and society, Durham, Duke University Press, 1991, p. 174 ; Bertrand M., Grandeur et misères de l’office. Les officiers de finances de Nouvelle Espagne (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, no 21, p. 244. Voir le tableau du montant des cautions exigées des alcaldes de plusieurs districts miniers de 1600 à 1630 dans Lang M. F., El monopolio estatal del mercurio en el México colonial (1550-1710), Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1977, p. 231-232.

7 Les corregidors de la ville de Zacatecas et de son district accordaient des crédits aux mineurs, agissant comme agents des marchands d’argent de la capitale. Fernando Valdés, premier corregidor de Zacatecas, dont on sait qu’il agit comme bailleur des fonds des mineurs, entre 1595 et 1605, avait garanti l’opération des propriétaires des mines de Zacatecas, alors qu’il n’était pas très riche, ce qui permet de supposer qu’il était financé par les marchands de Mexico, comme le furent ses successeurs. Bakewell P., op. cit., p. 126, 132-133, 135-136, n. 30, p. 132. Sur les opérations commerciales des alcaldes mayores de San Luis, voir Lang M. F., ibid., p. 233-234.

8 Sur les risques que couraient les marchands en finançant les juges provinciaux et les officiers du Trésor, comme les sociétés qu’ils formaient quand les « prix » des cautions étaient très élevés, voir Hoberman L. S., ibid., p. 166, 173-176. Une partie d’un document de garantie donné par une caution de l’alcalde mayor de Taxco en 1769, peut être vu dans Lang M. F., ibid., p. 232.

9 Hoberman L. S., ibid., p. 155-156, 174-176. Il semble que l’office de corregidor de Zacatecas commença à se vendre vers 1670 ; en 1675, Bernardo Zumbil y Echaurri reçut la charge contre un don à la Couronne de 10 000 pesos. Bakewell P., op. cit, p. 132-133.

10 Sur les réseaux complexes d’interdépendance que les fonctionnaires royaux établissaient avec les marchands qui les finançaient, voir Bertrand M., ibid., p. 236-254.

11 Il est très probable que les fondés de pouvoir des alcaldes mayores et des officiers du Trésor au niveau local, qui étaient chargés de leur distribuer le mercure depuis Mexico, étaient les mêmes marchands que les agréaient. Lang M. F., ibid., p. 207-208, 210.

12 Langue F., Los señores de Zacatecas. Una aristocracia minera del siglo XVIII novohispano, México, Fondo de Cultura Económica, 1999, p. 48-49.

13 Bertrand M., op. cit., p. 247-262.

14 Bakewell P., op. cit, p. 294-295 ; Huerta M. T., « Los Retes, prototipo del mercader de plata novohispano en la segunda mitad del siglo XVII », in Los vascos en las regiones de México, siglos XVI-XX, México, Universidad Nacional Autónoma de México, Ministerio de Cultura del Gobierno Vasco, t. III, 1997, p. 71-85, voir p. 73-75 ; Huerta M. T., « Redes mercantiles en torno a la plata en el norte minero novohispano. Segunda mitad del siglo XVII », in Redes sociales e instituciones consulares en el Imperio Español, siglos XVII a XIX, Ibarra A., Valle Pavón G. (coordinadores), Mexico, Facultad de Economía, UNAM ; Instituto de Investigaciones Dr. José Ma. Luis Mora, 2007, p. 104-105.

15 Bakewell P., ibid., p. 294.

16 Huerta M. T., ibid., p. 74 et p. 17-20. Sur le rôle central du riche Sánchez de Salas dans les cercles du pouvoir à Zacatecas, voir Bertrand M., op. cit, p. 265-266.

17 Hoberman L. S., op. cit., p. 148.

18 Bertrand M., op. cit., p. 262-264. Selon Huerta, les affaires frauduleuses réalisées par Gómez Rendón et Villarreal cessèrent à la fin des années 1670, quand ils furent emprisonnés. Huerta M. T., ibid., p. 74 et p. 104-105.

19 Huerta M. T., ibid., p. 76 et p. 105-106.

20 En 1660, le Conseil des Indes représentait à la Couronne que « ceux qui achètent des offices qui se vendent pour 8 000 pesos sont, pour la plupart, de riches marchands qui le font pour favoriser leurs affaires et frauder le fisc », parce que, aux Indes, « il suffit d’avoir l’apparence d’un officier royal pour jouir d’immunité en cas de poursuite ». Hoberman L. S., op. cit., p. 155. Cet auteur étudie en profondeur les marchands qui achetèrent des offices du Trésor Real et d’alcaldes mayores à partir des années 1620 et 1630. Hoberman L. S., ibid., p. 154-157, 174-176.

21 Sombrerete occupa le devant de la scène entre 1665 et 1690. Huerta M. T., « Comerciantes en tierra adentro, 1690-1720 », inValle Pavón G., coord., Mercaderes, comercio y consulados de Nueva España en el siglo XVIII, México, Instituto de Investigaciones Doctor José María Luis Mora, 2003, p. 17-40, p. 25.

22 José Retes Largacha s’était marié, au début des années 1670, avec María de Paz y Vera, fille du commerçant galicien Pedro de Paz, cousin de son ancien associé Quesada Cabreros. En 1677, quand Retes Largacha s’associa avec ses neveux José Sáenz de Retes et Dámaso Zaldívar y Retes, il arrangea le mariage de ce dernier avec la sœur cadette de son épouse Beatriz de Paz y Vera, laquelle n’apporta pas de dot au couple. Huerta M. T., op. cit., p. 78-80.

23 Rubial García A., « Un mercader de plata andaluz en Nueva España, Diego del Castillo (161 ?-1683) », Anuario de Estudios Americanos, t. XLIX, 1992, p. 143-170, p. 7, 14-16.

24 Juan de Larrea était, en outre, le fermier de l’asiento du pulque depuis 1683, année de la mort de son beau-père, Roque Alfonso de Valverde, le précédent fermier. Il percevait les droits d’entrée et de vente du pulque à Mexico. Rubial Garcia A., ibid., p. 7, 14-16 ; Gutiérrez Lorenzo M. P., « La real hacienda en la época del conde de Galve, 1688-1696 », Novahispania, núm. 2, Instituto de Investigaciones Filológicas, Seminario de Cultura Novohispana, UNAM, 1995, p. 283-378. p. 299-300. Sur l’asiento du pulque, voir Hernández Palomo J., La renta del pulque en Nueva España, 1663-1810, Séville, Escuela de Estudios Hispano-Americanos, CSIC-Facultad de Filosofía y Letras, 1979. p. 130-132.

25 Huerta M. T., op. cit.; Rubial Garcia A., op. cit. Beaucoup de commerçants arrivaient en Nouvelle Espagne après s’être formés à Séville, dont le consulat, comme celui de Mexico, était divisé entre Biscayens et Cantabres. Domínguez Martín R. (éd.), Cántabros en México. Historia de un éxito colectivo, Santander, Gobierno de Cantabria, 2005, p. 22.

26 Domínguez Martín R., ibid., p. 17-18, 63.

27 Bertrand M., op. cit. Sur la compagnie formée par Diego del Castillo et son gendre Domingo Larrea, voir Rubial Garcia A., op. cit., p. 7 et 14-16.

28 Huerta M. T., op. cit., p. 17-39.

29 Pour remédier aux urgences de la monarchie, Retes paya 60 000 pesos pour ledit office, qui consistait à séparer de l’argent les petites quantités d’or, ce qui lui rapportait 6 réaux par marc d’argent. Elhuyar F., Indagaciones sobre la amonedación en Nueva España, Mexico, Miguel Ángel Porrúa, 1979, [Facsimil de 1818], p. 48-49.

30 Huerta M. T., op. cit. Le trésorier de la Monnaie se chargeait de superviser les processus de fonte et de monnayage de l’argent. Depuis 1637, le titulaire de cet office était José Lorenzo de Vera, office que son père, Diego Matías de Vera, avait acheté en 1607 pour son fils Melchor, qui mourut en 1629 sans héritier. Hoberman L. S., op. cit., p. 67-87 ; Pazos y Pazos M. L., El Ayuntamiento de la ciudad de México en el siglo XVII : continuidad institucional y cambio social, Séville, Diputación de Sevilla, 1999, p. 299.

31 Huerta M. T., op. cit. Comme Simón de Haro, Retes Largacha et Quesada Cabreros furent les banquiers des vice-rois dans les années 1640 et 1650. Hoberman L. S., op. cit., p. 177.

32 La mort de Haro entraîna la confiscation de ses biens, à cause des malversations qu’il avait commises dans le monnayage et l’extraction des métaux comme dans l’administration du revenu des alcabalas, quand il avait été prieur du consulat. Sur les affaires réalisées par Simón de Haro et le rôle de premier plan qu’il joua dans le consulat, voir Valle Pavón G., « Conflictos por la representación y gestión del derecho de alcabalas, la transformación de la normatividad electoral del Consulado de México en el siglo XVII », in Comercio y poder en América colonial : los consulados de comercio siglos XVIII y XIX. Elites comerciales, instituciones corporativas y gestión del cambio económico colonial, p. 53-57.

33 L’apartador général avait des bureaux à Mexico et à San Luis Potosí, où les mines fournissaient des quantités considérables d’or. Elhuyar F., op. cit., p. 47-48.

34 Retes Largacha apporta le capital de ladite entreprise moyennant la concession d’un prêt de 400 000 pesos à ses neveux, à 5 %, tandis que ces derniers n’apportèrent que 16 000 pesos chacun. Huerta M. T., op. cit., p. et p. 25-26.

35 En 1706, Díaz de Tagle avait toujours la charge du magasin de son oncle. Valle Pavón G., « El respaldo económico del Consulado de México para la Guerra de Sucesión Dinástica », en Acosta Rodríguez A., González Rodríguez A. y Vila Vilar E. (coords), La Casa de la Contratación y la navegación entre España y las Indias, Sevilla, Universidad de Sevilla ; Consejo Superior de Investigaciones Científicas, Escuela de Estudios Hispanoamericanos/Fundación El Monte, 2004, p. 955.

36 Huerta M. T., op. cit., p. 24, 29-31.

37 C’est pour cette raison que l’on installa à Parral la capitale de la Nouvelle Biscaye, en 1667, Huerta M. T., op. cit., p. 70-78.

38 Huerta M. T., op. cit., p. 24, 30-31.

39 Les marchands d’argent établissaient d’importantes relations avec muletiers et charretiers, dont beaucoup étaient les garants des commerçants des places minières qui demandaient des crédits aux marchands de Mexico. Huerta M. T., op. cit., p. 73-74, 76 et p. 26-27.

40 Langue F., op. cit., p. 88.

41 Huerta M. T., op. cit., p. 20-23.

42 Dans ce couvent, avait professé une orpheline que don Luis avait recueillie chez lui, avec la dot qu’il lui avait accordée. Testament de Luis Sánchez de Tagle, Mexico, 28 avril 1714. AGNM, notario 692 Francisco de Valdés, v° 4705, s/f.

43 Á sa mort, don Luis fut enterré dans la chapelle de Notre Dame du Rosaire, siège de ladite confrérie, qui était située dans le Couvent de Santo Domingo. Testamento de Luis Sánchez de Tagle, Mexico, 28 de abril de 1714. AGNM, notario 692 Francisco de Valdés, v° 4705, s/f.

44 Vargas-Lobsinger (María), Formación y decadencia de una fortuna. Los mayorazgos de San Miguel de Aguayo y de San Pedro del Álamo, 1583-1823, Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México, Instituto de Investigaciones Históricas, 1992, p. 40.

45 Il devait aussi 416 734 pesos pour des comptes ne portant pas intérêts. Procuration pour tester, Mexico, 30 juin 1710 et testament de Luis Sánchez de Tagle, Mexico, 28 avril 1714. AGNM, notario 692 Francisco de Valdés, v° 4705, s/f.

46 Don Pedro était né le 7 juillet 1661 à Santillana, comme son oncle Luis. Procuration pour tester donnée par Pedro Sánchez de Tagle, Mexico, 15 décembre 1723 et testament de Pedro Sánchez de Tagle, 18 décembre 1723. AGNM, notario 392, Antonio Alejo Mendoza, v° 2605.

47 Testament de Luis Sánchez de Tagle, Mexico, 28 avril 1714. AGNM, notario 692 Francisco de Valdés, v° 4705, s/f.

48 En 1723 Torres y Vergara était également chanoine doctoral écolâtre de la cathédrale de Mexico, subdélégué apostolique et royal, et professeur retraité de l’Université de Mexico, Valle Pavón G., « Negocios y redes familiares y sociales de los Sánchez de Tagle, mercaderes de plata de México (1660-1724) », inDomínguez Martín R. y Cerutti M., editores, De la Colonia a la globalización. Empresarios cántabros en México, Santander, Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cantabria, 2006, p. 15-46, p. 32-34.

49 Selon Bertrand, ce type de relations se transmettait d’une génération à l’autre et constituait une partie du capital humain de la famille ; Bertrand M., « Poder, negocios y familia en Guatemala a principios del siglo XIX », Historia Mexicana, no 223, vol. 56, no 3, p. 863-919.

50 Testament de Pedro Sánchez de Tagle, 18 décembre 1723. AGNM, notario 392, Antonio Alejo Mendoza, v° 2605.

51 Entre 1640 et 1660 furent envoyés de Cadix à Mexico 11795 quintaux de mercure par quinquennat, en moyenne, tandis que de 1661 à 1665 la moyenne quinquennale s’éleva seulement à 6 505 quintaux ; Lang M. F. op. cit., p. 353.

52 Lang M. F., ibid., p. 176.

53 La loi Lxxviii du 18 mars 1620 qui prohibait le commerce entre le Pérou et la Nouvelle Espagne fut réitérée en novembre 1634 et en mars 1636 ; Recopilación de las leyes, 1681, Libro IX, tit. 45. Au sujet de ce trafic, voir Valle Pavón G., op. cit. En 1667, le procureur de Mexico s’opposa à l’emploi de mercure de Huancavelica parce qu’il cachait le commerce illégal de marchandises orientales et en 1674, il réitéra l’interdiction du commerce entre les vice-royautés Lang M. F., ibid., p. 104.

54 Le procureur de l’audience de Mexico présenta un rapport, en 1669, où il montrait que les toiles chinoises ne pouvaient concurrencer les européennes, tandis que la prohibition du commerce avec le Pérou avait fait chuter les revenus fiscaux du trafic avec les Philippines. Lang M. F., ibid, p. 107-117.

55 Le mercure fut envoyé sur des navires de commerce parce que la flotte du Callao devait défendre le littoral péruvien. Avec le navire du mercure, arriva un bateau escorte chargé de produits agricoles, parmi lesquels 162 grands tonneaux de vin, 50 d’olives, 50 d’huile et 335 livres de cacao. Lang M. F., ibid., p. 101-105, 108-121.

56 En 1678, on envoya seulement 1 580 quintaux de mercure d’Almadén et, en 1677, 3 500 de Huancavelica. Lang M. F., ibid., p. 107-121; Bakewell P., op. cit., p. 234-236, 304.

57 Le capitaine du navire en question fut condamné à quatre ans d’exil. Lettre du vice-roi Melchor de Liñan y Cisneros au Roi, 27 août 1678. AGI, Lima. 76.

58 On reçut de Cadix 6 919 quintaux de mercure entre 1681 et 1685 et 8 000 quintaux entre 1686 et 1690. De Huancavelica, arrivèrent 3 000 quintaux en 1683 et autant en 1685. Lang, ibid., p. 102, 107-121, 353 ; Bakewell P., ibid., p. 234-236, 304.

59 Lang M. F., ibid., p. 105.

60 Sur la politique de maintien de réserves de mercure à Mexico et les conflits qui en découlèrent, voir Lang M. F., ibid., p. 205-207.

61 Gutiérrez Lorenzo M. P., « La real hacienda en la época del conde de Galve, 1688-1696 », Novahispania, núm. 2, Instituto de Investigaciones Filológicas, Seminario de Cultura Novohispana, UNAM, 1995, p. 283-378, voir p. 354. En 1688, on reçut 3 000 quintaux de mercure du Pérou. Lang M. F., ibid., p. 102.

62 Hoberman L. S., op. cit., p. 176-177.

63 Dans les années 1670-1690, Luis Sánchez de Tagle s’associa avec les principaux marchands d’argent de l’époque, Juan de Urrutia Retes et Diego del Castillo. Bakewell P., op. cit., p. 294-295 ; Huerta M. T., op. cit., p. 70-78 et p. 17-20.

64 Quand on accorda le titre de marquis d’Altamira à Luis Sánchez de Tagle, on mit en exergue ces deux prêts parmi les principaux services qu’il avait rendus à la Couronne. Concession du titre de marquis d’Altamira, Madrid, 23 de diciembre de 1704. AGN, Vínculos 112-9.

65 Gutiérrez Lorenzo M. P., op. cit., p. 355-356.

66 Son décès se produisit en 1690. Huerta M. T., op. cit., p. 100. Urrutia y Retes s’était marié avec María Juana Jerónima López de Peralta, quatrième héritière du majorat fondé par Francisco López de Peralta au début du XVIIe siècle. Fernández de Recas G. S., Mayorazgos de la Nueva España, Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México, 1965, p. 78-79.

67 Valle Pavón, op. cit., p. 69-70.

68 En 1692, le comte de Galve permit que le mercure provenant du Pérou fût remis directement d’Acapulco aux caisses royales des centres miniers. Gutiérrez Lorenzo M. T., op. cit., p. 357-359.

69 Sur les tentatives de décentralisation de la distribution du mercure, voir Lang M. F., op. cit., p. 206-210.

70 Gutiérrez Lorenzo M. T., ibid., p. 353-355.

71 Une partie de ces crédits fut destinée à financer la défense des forts de La Havane et Saint Domingue, comme la flotte de Barlovento. Langue F., op. cit., p. 211.

72 Les deux marchands moururent la même année. Huerta M. T., op. cit., p. 100.

73 Lang M. F., op. cit., p. 102-103, 105-106.

74 Gutiérrez Lorenzo M. P., op. cit., p. 352.

75 En 1692, le vice-roi avait remis 12 000 pesos à Manille pour l’achat de 100 quintaux de mercure mais on ne put en acheter que 53 quintaux. En 1704, le gouverneur des Philippines envoya à Acapulco 79 quintaux de mercure. En 1709, ce trafic fut interdit en arguant qu’il favorisait la sortie de l’argent sans payer le quinto.Lang M. F., op. cit., p. 141-144; Bakewell P., op. cit., p. 213-214.

76 Auparavant, on avait essayé d’exploiter d’autres gisements dans la même zone de Chilapa. Bakewell P., ibid., p. 211; Lang M. F., op. cit., p. 301-309, 330.

77 AGN, AHH, 635-20. Deux années plus tard, 20 quintaux de mercure furent produits dans la « prometteuse » mine de San Gregorio. AGN, AHH, 213-218.

78 Lang M. F., op. cit., p. 70 et 78-85.

79 Lang M. F., ibid., p. 85.

80 AGN, AHH, 213-17.

81 Lang M. F., Las flotas de la Nueva España (1630-1710) : despacho, azogue, comercio, Séville, Muñoz Moya, 1998, p. 328-329.

82 Lohmann Villena G., Las minas de Huancavelica en los siglos XVI y XVII, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú, 1999, p. 461-462.

83 « Représentation des consuls et députés du consulat de Mexico au roi par laquelle ils sollicitent la prorogation presque perpétuelle de la charge de prieur en la personne de Pedro Sánchez de Tagle (1701) », Comerciantes mexicanos en el siglo XVIII, Sélection de documents et introduction Carmen Yuste López, Mexico, Instituto de Investigaciones Históricas, UNAM, 1991, p. 20-21. « Raison simple, mais véritable de la franchise d’argent du consulat de Mexico ». AGN, Consulados, 12-4, f° 13.

84 Livre des élections du Tribunal du consulat, AGN, AHH, 215-7 ; « Représentation du consulat au roi par laquelle ils sollicitent la prorogation presque perpétuelle de la charge de prieur en la personne de Pedro Sánchez de Tagle », ibid., p. 19-22. Selon Robles, lors de l’élection de 1702 « il se produisit plusieurs disputes en raison des rivalités entre Cantabres et Biscayens ». Robles A., Diario de sucesos notables (1665-1703), édition et prologue d’Antonio Castro Leal, Mexico, Éditorial Porrúa, 3 tomos, 1946, v° 3, p. 191.

85 Sánchez de Tagle fut destitué de l’office de prieur par le vice-roi, duc d’Alburquerque, en raison d’un affrontement personnel avec les Tagle. Voir à ce sujet, Escamilla I., « La nueva Alianza : el Consulado de México y la monarquía borbónica durante la guerra de sucesión », inValle Pavón G. (coordinadora), Mercaderes, comercio y consulados de Nueva España en el siglo XVIII, Mexico, Instituto de Investigaciones Doctor José María Luis Mora/CONACyT, 2003, p. 41-66, p. 49-50 ; Valle Pavón G., op. cit., p. 955.

86 On peut se faire une idée de l’importance de ce montant, en le comparant, à la somme remise durant la décennie 1690, par le Trésor royal de Nouvelle Espagne à la métropole, soit un peu plus de 2 740 000 pesos. Voir le tableau 5.1 : « Calcul de l’argent gouvernemental embarqué vers l’Espagne et les Philippines depuis le Pérou et la Nouvelle Espagne, 1591-1750 », Klein H. S., Las finanzas americanas del Imperio Español, 1680-1809, Mexico, Instituto de Investigaciones Dr. José María Luis Mora/Universidad Autónoma Metropolitana-Iztapalapa, 1994, p. 134.

87 Dans les années 1690, la production d’argent connut une croissance extraordinaire, que l’on n’avait pas vue depuis 1620. Dans les mines de Sombrerete et Zacatecas on attint le niveau maximum, tandis qu’à Sonora, le filon de Nuestra Señora de la Concepción de los Frailes, découvert en 1683-1684, était en pleine croissance en 1698, comme la mine de Santa Eulalia à partir de 1703. Bakewell P., op. cit., p. 267-270; Garner R., « Long-Term Silver Mining in Spanish America: A Comparative Analisis of Peru and Mexico », American Historical Review, t. 93, no 4, 1998, p. 898-935, p. 904; Huerta M. T., op. cit.

88 Pour constater la diminution des recettes fiscales de l’activité minière dans les années 1690, par rapport à la décennie antérieure voir Klein H. S., op. cit, p. 96.

89 Le braceaje était un pourcentage du montant officiel des métaux monnayés destiné à rétribuer le trésorier qui contrôlait cette institution.

90 Hoberman L. S., op. cit., cap. II et « Crédito », p. 73-79.

91 En 1585 l’office de trésorier fut acquis pour 130 000 pesos, plus 20 000 pesos pour les esclaves et les outils. En 1629, on paya 275 000 pesos pour le même office. Hoberman L. S., ibid., 1991, p. 85.

92 Hoberman L. S., ibid., p. 76-77.

93 Le trésorier engageait les monnayeurs, qui lui rendaient des comptes périodiquement. « Memorial de las noticias Sacras y reales escrito por D. Juan Diez de la Calle, impreso en 1696 », en Vetancurt A., « Tratado de la ciudad de México y las grandezas que la ilustran después que la fundaron españoles », in La ciudad de México en el siglo XVIII (1690-1780). Tres crónicas, prologue et bibliographie Rubial García A., México, Consejo Nacional para la Cultura y las Artes (Cien de México), 1990, p. 103.

94 L’office appartint au marchand Juan Lorenzo de Vera durant trente et un ans ; peu après sa mort, en 1659 ou 1660, il fut adjugé aux enchères au marchand Juan Vásquez de Medina, qui l’acheta au nom de son fils, Francisco Antonio de Medina Picazo. Bien qu’il y eut une contestation pour l’attribution de l’office, finalement Francisco Antonio Medina Picazo fut confirmé comme trésorier de la Monnaie. Artís Espriu (Gloria), « La tierra y sus dueños : Chalco durante el siglo XVIII », in Entre lagos y volcanes. Chalco Amecameca : pasado y presente, Tortolero A. (coord.), Mexico, El Colegio Mexiquense/H. Ayuntamiento constitucional de Chalco (1991-1993), 1993, p. 195-225, p. 224 ; Hoberman L. S., op. cit., p. 87 ; Guijo G., Diario 1648-1664, Édition et prologue de Manuel Romero de Terreros, México, Éditorial Porrúa, 1953, t. II, p. 193 ; Huerta M. T., op. cit.

95 Sur les liens étroits qu’établissaient les marchands avec les officiers de Veracruz, et comment ces relations favorisaient la contrebande et la fraude fiscale, voir Bertrand M., op. cit., p. 237-239.

96 Huerta M. T., op. cit.

97 Sur la répartition de travailleurs pour l’hacienda en 1708 et sa confirmation en 1713. Le roi, Madrid 29 septembre 1713. AGI, México, 407.

98 Cédule royale de l’asiento des alcabalas de Veracruz, San Lorenzo 28 août 1723. AGI, Escribanía 198B, 84r-105r. Acte des officiers royaux de Veracruz, 17 septembre 1723. AGI. México 770. Je remercie Bernd Hausberger pour m’avoir donné généreusement cette référence et la précédente.

99 Actes sur des fraudes à l’Hôtel des Monnaies. AGN, Casa de Moneda, 311-6.

100 Nous ne savons pas quand il fut désigné. Expediente sobre la restitución de « los Tagles », AGI, México, 479.

101 Il est important de faire remarquer qu’au début du XVIIe siècle, quatre ou cinq marchands se chargeaient de monnayer l’argent du Trésor de la vice-royauté. Hoberman L. S., op. cit., p. 91-93 et « El crédito colonial y el sector minero en el siglo XVII : aportación del mercader de plata a la economía colonial », inMartínez López-Cano (Pilar) et Valle Pavón G., coord., El crédito en Nueva España, Mexico, Instituto Mora, El Colegio de Michoacán, El Colegio de México, Instituto Investigaciones Históricas, UNAM. (Lecturas de historia económica mexicana), 1998, p. 61-82, p. 76-78.

102 Á la mort de Luis Sánchez de Tagle, en 1710, son neveu n’avait pas soldé la dette en question. Testament de Luis Sánchez de Tagle, 28 avril 1714, clause 38. AGNM, Francisco de Valdés, v° 4705.

103 Gemelli Careri G. F., Viaje a la Nueva España, México, Universidad Nacional Autónoma de México, 1983, p. 100-103.

104 Le propriétaire de l’office de graveur majeur, Diego Manuel Carvallido, demanda à Pedro Sánchez de Tagle 94 000 pasos pour payer ses dettes, en échange de quoi il lui transféra l’office susdit avec tous ses émoluments et utilités et la prérogative de nommer des lieutenants. « Títre de graveur de l’Hôtel des Monnaies de Mexico, concédé par Philippe V à D. Pedro Sánchez de Tagle et à ses héritiers. Madrid, 29 janvier 1708 ». BNMa, mss. 18646, 9.

105 Testament de Luis Sánchez de Tagle, Mexico, 28 avril 1714. AGNM, notario 692 Francisco de Valdés, v° 4705, s/f.

106 AGN, Casa de Moneda, 311-6 ; Fonseca F. y Urrutia C., Historia General de la Real Hacienda, México, Imprenta de Vicente García Torres, en el ex-convento del Espíritu Santo, tomo I, 1845, p. 142.

107 Fagoaga fut alors autorisé à supprimer le bureau de tri de San Luis et, en cas de nécessité, à agrandir celui de Mexico. Huerta M. T., op. cit., p. 85 ; Elhuyar F., op. cit., p. 47-48 ; Fonseca F. y Urrutia C., p. 156-158.

108 Année 1754. Témoignage donné par un notaire de l’Hôtel Royal des Monnaies, du décret royal obtenu par Don Francisco Fagoaga. AGN, Casa de Moneda, 311-6.

109 Sur les difficultés que causaient à la fin du XVIIe siècle à Cadix les réaux qui n’avaient pas la valeur requise, voir Un comerciante saboyano en el Cádiz de Carlos II, Edictiones de la caja de Aharros de Cádiz, p. 167-168, s. d.

110 Miranda y Solís avait acquis cette charge en 1684, après avoir exercé des fonctions subalternes dans cette caisse durant plusieurs années. Bertrand M., op. cit., p. 225-227.

111 En 1714, quand on exécuta le testament de Luis Sánchez de Tagle, les deux mines valaient 10 000 pesos. Clause 39. Testament de Luis Sánchez de Tagle, Mexico, 28 avril 1714. AGNM, notario 692 Francisco de Valdés, v° 4705, s/f.

112 Bertrand M., op. cit., p. 226-227. Les officiers et les alcaldes qui distribuaient le mercure devaient payer une caution pour obtenir leur nomination et celle qu’on exigeait à Pachuca était parmi les plus élevées. Lang M. F., op. cit., p. 231 ; Bertrand M., ibid., note 21, p. 244.

113 En 1712 l’enquêteur Francisco de Pagave informa le roi qu’à la Monnaie « on travaillait de l’argent qui n’avait pas payé le quinto » dont une partie était vendue aux armateurs et aux orfèvres de Mexico. Gómez A., Visitas de la Real Hacienda novohispana en el reinado de Felipe V, Séville, Escuela de Estudios Hispanoamericanos, Centro Superior de Investigaciones Científicas, 1979, p. 88-89.

114 Don Pedro prêta à son gendre de grandes sommes pour qu’il se lance dans l’élevage, une branche des activités de la famille. Valle Pavón G., op. cit., p. 32-34.

115 Le duc recommanda Sánchez de Tagle à son successeur, comme l’un des rares sujets sur qui il pouvait compter pour le conseiller sur le ravitaillement en maïs de la capitale, afin de prévenir les épisodes de disette.

116 Les marchands Domingo de la Canal et Luis de Monterde avaient également offert leur appui au vice-roi, qui critiquait le reste des « principaux » parce qu’ils ne pensaient qu’à « amasser des trésors et à faire parader leur cavalerie » et qu’ils ne participaient pas en cas de véritable nécessité. Instruction du duc de Linares gouverneur de la Nouvelle Espagne, pour son successeur, avec la description géographique et politique de son gouvernement et une information au sujet des maux dont il souffre, Mexico, 22 mars 1723, BNMa, mss, 2929, fs. 80, 127.

117 Walker G. J., Política española y comercio colonial, 1700-1789, Barcelone, Éditorial Ariel, 1979, p. 84-90.

118 Gómez A., op. cit., p. 78-80, 88-89.

Table des illustrations

Légende Tableau i. – Agents de Luis Sánchez de Tagle dans les centres miniers de Nouvelle-Espagne.Sources : Huerta M. T., « Comerciantes en tierra adentro, 1690-1720 », in Valle Pavón G., coord., Mercaderes, comercio y consulados de Nueva España en el siglo XVIII, México, Instituto de Investigaciones Doctor José María Luis Mora, 2003, p. 17-40 et Bakewell P. J., Minería y sociedad en el México Colonial. Zacatecas (1546‑1700), México, Fondo de Cultura Económica, 1976, p. 294.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/107538/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Légende Tableau ii – Agents de José de Retes Largacha dans les centres miniers de Nouvelle-Espagne.Sources :Huerta Sources M. T., « Los Retes, prototipo del mercader de plata novohispano en la segunda mitad del siglo XVII », in Los vascos en las regiones de México, siglos XVI-XX, México, Universidad Nacional Autónoma de México, Ministerio de Cultura del Gobierno Vasco, t. III, 1997, p. 71-85 et Langue F., Los señores de Zacatecas. Una aristocracia minera del siglo XVIII novohispano, México, Fondo de Cultura Económica, 1999.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/107538/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Légende Tableau iii. – Prieurs et consuls du consulat des marchands de Mexico, 1686-1703.Légende : P : Prieur ; C : Consul.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/107538/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 198k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search