Version classiqueVersion mobile

Circulations maritimes : l'Espagne et son empire

 | 
Michel Bertrand
, 
Jean-Philippe Priotti

Deuxième partie. Stratégies commerciales, réseaux, institutions locales

La confrérie des Chevaliers de la rue de Castro de Séville : une stratégie de marchands au XVIe siècle

María Matilde Hermoso Mellado-Damas
Traduction de Jean-Philippe Priotti

Texte intégral

Je remercie Mara Arambarri Hermoso de son optimisme et de ses encouragements.

Des mots aux faits

  • 1 L’intérêt d’étudier les confréries transparaît dans une ordonnance royale donnée à Madrid le 21 av (...)
  • 2 Le 17 août 1584, les alarifes de la ville, Alonso Tiscarreño et Juan Felipe, estimèrent la maison- (...)
  • 3 Le contrôle des propriétés de ces institutions fut immédiat. En ce mois d’août, le jurat sollicita (...)
  • 4 Hermoso Mellado-Damas, « Transformaciones en las cofradías » y « The Confraternities in Seville dur (...)

1Le dimanche 5 août 1584, treize membres de la confrérie de l’Asunción de Nuestra Señora, plus connue comme la confrérie des Chevaliers de la rue Castro, donnèrent procuration à ses majordomes, le jurat Alonso de Ávila et Francisco Pérez Romero. Ils devaient représenter la confrérie lors d’une citation à comparaître ordonnée par l’archevêque, Rodrigo de Castro, et faire des déclarations au sujet d’une enquête préalable à l’exécution de la « réduction » des Hôpitaux1. Neuf jours plus tard, Alonso de Ávila répondait aux questions qui lui étaient faites dans le palais de l’archevêque. De même que quatre-vingts autres qui possédaient une maison-hôpital2 à Séville, la confrérie courait le danger de disparaître. Cette menace n’était pas une nouveauté puisqu’à la fin du XVe siècle les tentatives et les rumeurs concernant la « réduction » du nombre des hôpitaux s’étaient succédées. Cependant, les confrères n’imaginaient pas les conséquences que cette nouvelle tentative de Philippe II et de l’archevêque don Rodrigo de Castro allait avoir dans les trois ans. D’autant que cela supposa le séquestre des biens meubles et immeubles, ainsi que celui des rentes de soixante-seize confréries, avec leur maison-hôpital, sur les quatre-vingt-dix environ qu’il y avait dans la ville3 – y compris celle des Chevaliers de la rue Castro –, et la disparition d’un certain type d’associationnisme4.

  • 5 Alonso de Ávila fut marié avec deux sœurs Alfaro, Juana et Luisa lorsque cette dernière devint veu (...)

2Le 14 août 1584, le jurat Alonso de Ávila5, âgé de 54 ans, confrère depuis 25 ans, se présenta devant l’archevêque de Séville qui était assisté du licencié Barrionuevo de Peralta, avec commission du roi. Lorsqu’on lui posa la question de l’origine de la confrérie et de sa maison-hôpital, il répondit :

  • 6 Il se référait à une tentative de « réduction » antérieure. ADPS, Amor de Dios, leg. 1.

« Que había oído decir a cofrades antiguos, particularmente al difunto Sebastián Pinelo que el hospital tenía algún documento relativo a su fundación pero que se presentó ante un juez que estaba en Cádiz hace muchos años y se perdió6. »

  • 7 Sur eux, voir Ortiz de Zúñiga, Anales eclesiásticos, p. 184-95.
  • 8 Le témoignage le plus ancien que j’ai pu trouver est un document réalisé chez le notaire Juan Sánc (...)
  • 9 Cette procession continue à être célébrée à Séville aujourd’hui.
  • 10 ADPS, Amor de Dios, leg. 1. En 1515, l’archevêque de Séville, le frère Diego de Deza, dota du stat (...)

3Alonso de Ávila fit référence à la tradition orale, transmise de génération en génération, selon laquelle la confrérie plus connue comme celle des Chevaliers de la rue Castro dans Santa María la Mayor, avait été fondée par les deux cents chevaliers7 qui avaient accompagné Fernando III dans la conquête de la ville en 1248, et qui avaient bénéficié du repartimiento d’Alfonso X. De plus, seuls leurs descendants pouvaient en faire partie8. Alonso de Ávila mentionna également la forte dévotion qu’ils avaient pour l’image de la Vierge des Rois, pour laquelle ils organisaient, avec les membres du cabildo de la cathédrale, une procession le jour de l’Assomption, au mois d’août9. Pour clore l’explication des caractéristiques de la confrérie, il signala qu’elle possédait le statut de Pureté de Sang, « como lo tienen los colegios e inquisiciones y algunas iglesias catedrales de España10 ». Les propos de l’autre majordome, Francisco Pérez Romero, rendirent encore plus explicites le caractère noble et la pureté de sang des membres de la confrérie :

  • 11 ADPS, Amor de Dios, leg. 1.

« Porque teniendo como tenemos la gente noble limpia de esta ciudad una casa congregación donde nos juntamos y somos conocidos, la cual vamos heredando y sucediendo en ella de padres a hijos de suerte que quien hacen reducción de nosotros sería, en cierta manera, un despojo y hacer una notable injuria a la nobleza que ahora tiene esta ciudad, y a la que hubiese en ella de aquí adelante, privándoles de que no fueran cofrades en ella y fuesen conocidos por tales11. »

  • 12 Confrères de la confrérie des Chevaliers. Règlement de 1533. Juan Aguado, jurat ; Bernardo de Alma (...)
  • 13 Je dois dire qu’une partie des individus qui figurent dans la liste des confrères de 1533 étaient (...)
  • 14 Je voudrais remercier Jean-Philippe Priotti d’avoir partagé avec moi ses connaissances sur le comm (...)

4Le jurat Alonso de Alfaro savait que la réalité était bien différente que celle relatée devant l’archevêque et il était certainement au courant de ce qu’il était advenu en 1533 lorsque cinquante-quatre individus12 s’étaient réunis13 afin de réaliser un nouveau règlement pour la confrérie des Chevaliers, parmi lesquels se trouvaient des membres de sa famille. Les caractéristiques principales des cinquante-quatre confrères étaient leur activité mercantile associée à leur volonté d’ascension sociale. Parmi eux, il y avait d’importants marchands, prêteurs, banquiers, armateurs et maîtres de navires qui au début du XVIe siècle organisaient le commerce avec le Nouveau Monde14. La grande majorité d’entre eux jouissaient de privilèges particuliers liés à leurs charges et ils intégraient dans leurs rangs de nombreux confrères judéo-convers et étrangers au royaume de Castille, surtout ceux d’origine italienne, particulièrement les Génois. Loin donc de la noblesse séculaire de Vieux Chrétiens qu’Alonso de Ávila avait exposée dans sa déclaration.

Les confrères

  • 15 Luisa avait été la femme d’Alonso de Morillo, lui aussi confrère, voir GIL, Los conversos y la Inq (...)
  • 16 Sur les Centurión, voir Pulido Bueno, El gran mercader y la corte real del renacimiento.
  • 17 Le 28 mai 1511, Franco Leardo, habitant de Séville, chargea 500 caisses de sucre à destination de (...)
  • 18 Pike, Enterprise and adventure, p. 91. À son tour, la famille des Godos était liée à la confrérie d (...)
  • 19 Pedro Juan Leardo, au nom de Franco Leardo et compagnie, avec Rodrigo Bolante et son beau-père Jua (...)
  • 20 Un d’eux fut don Jorge de Portugal. Le 12 décembre 1525, don Jorge de Portugal, alcaide mayor des (...)
  • 21 Pedro Juan de Riberol, Franco Leardo, Pedro Benito de Basinana, Esteban de Forne, Leonardo Cataño, (...)
  • 22 Le 23 mai 1519, on ordonna au majordome, Nicoloso de Espindola, de payer 7 430 maravédis aux monas (...)
  • 23 Le 14 janvier 1519, on ordonna à Nicoloso Espíndola, majordome du conseil municipal durant cette a (...)
  • 24 Le 15 mai 1506. Andrés Cataño, habitant de Santa María et Diego de Alvarado, résidant sur l’île de (...)
  • 25 L’origine du succès de cette famille est due à leur relation avec les Centurión. Sur Francisco Pin (...)
  • 26 Boscolo, « Il genovese Francesco Pinelli amico a Siviglia di Cristoforo Colombo », p. 250.
  • 27 Francisco Pinelo et Bautista Pinelo furent mêlés à l’affaire suivante : le 24 avril 1482, le licen (...)
  • 28 Voir Otte, Sevilla y sus mercaderes, p. 175.
  • 29 Gil, Los conversos y la Inquisición Sevillana, vol. I, p. 269 y vol. III, p. 529.
  • 30 Sur les activités de Francisco Pinelo et sa famille, voir Boscolo, « Il genovese Francesco Pinelli (...)
  • 31 Dans l’adjudication des élections des consuls et l’« adjudication du tomín et sauf-conduit de la l (...)
  • 32 Morales Padrón, La ciudad del Quinientos, p. 82.

5Les confrères appartenaient à un collectif à fort pouvoir économique, mais ils avaient cependant des difficultés d’intégration sociale. Le montant des dots des femmes des familles de confrères prouve aisément leur puissance économique. Ainsi, Pedro de Ávila, marié à Isabel de Alfaro, dota ses deux filles de 2 625 000 maravédis et de 2 725 000 maravédis respectivement. Son frère, le jurat Alonso de Ávila, marié avec Juana de Alfaro et plus tard avec sa belle-sœur Luisa de Alfaro15, dota la sienne de 1 500 000 maravédis. Au sujet de leurs difficultés d’intégration sociale, on évoquera plus avant les attaques et les réactions hostiles dont ils furent victimes. La majorité des Italiens effectuaient d’importantes opérations financières et commerciales. Gaspar Centurión16 fonda une banque pour trois ans par le biais d’une compagnie dans laquelle il était associé à Juan Francisco Grimaldo, et plus tard à Adán de Vivaldo, à Franco Leardo, banquier qui participa activement au commerce international17, lui même en relation avec la famille des Farfán de los Godos18, et à Pedro Juan Leardo, banquier19. Gaspar Centurión et Franco Leardo eurent ensemble les mêmes clients20 et ils partagèrent des affaires21. De même que Gaspar Centurión, Niculoso de Espínola22 participa aux finances municipales, les deux ayant été majordomes du conseil municipal23. Andrés Cataño commerça avec l’Amérique24, comme les Pinelo : Francisco et ses enfants25. Francisco Pinelo, marié à María de la Torre, membre de la noblesse cordouanne26, fut le premier facteur de la Casa de la Contratación. Ces hommes d’affaires participèrent à certains grands événements de leur époque. En 1488, Francisco Pinelo fut, avec Luis de Santángel, receveur des biens des Musulmans de Málaga ; en 1492, il finança27 le transport du monarque vaincu en prêtant un million de maravédis aux Rois Catholiques et il organisa avec Luis de Santángel la déportation des Juifs expulsés28. Gaspar Centurión participa, de son côté, à la collecte des fonds issus des arrangements et des condamnations que les judéo-convers devaient payer29. Les Pinelo représentent un exemple clair de la capacité d’intégration d’une famille étrangère dans la ville et ses institutions. Francisco fut trésorier de la Sainte Confrérie, premier facteur de la Casa de la Contratación, jurat et fiel exécuteur, et le roi Ferdinand lui concéda le titre de commandeur en 1506. Parmi ses enfants, il y eut deux chanoines et un jurat. Son petitfils, Sebastián Pinelo, fut procureur sévillan aux cortès et sa petite-fille Luisa, mariée avec Juan Mexía de Guzmán, fut amante de don Pedro Enríquez de Ribera, premier duc d’Alcalá, et leur fils, Juan de Ribera, devint évêque de Badajoz30. Ces confrères italiens appartenaient en même temps au consulat génois de Séville31, situé dans la rue de Gênes, une parallèle à la rue de Castro32.

  • 33 Bien qu’Enriqueta Vila Vilar affirme : « Selon les rares informations que l’on possède sur eux – e (...)
  • 34 Gil, Los conversos y la Inquisición Sevillana, vol. IV, p. 496.
  • 35 Gil, Los conversos y la Inquisición Sevillana, vol. V, p. 10.
  • 36 Catálogo, t. VIII, no 632.
  • 37 Catálogo, t. VIII, no 651. 7 de diciembre de 1509. Jácome Grimaldo, marchand génois résidant à Sévi (...)
  • 38 Catálogo, t. V, no 323. Ante Manuel Sigura. 19 de diciembre de 1523. Luis Fernández de Alfaro, comi (...)

6Les groupes d’Italiens entraient aussi en relation avec la confrérie de façon indirecte, puisque par voie matrimoniale et commerciale, certains confrères avaient établi des liens avec eux33. Par exemple, le docteur en médecine Francisco Sánchez de Morillo était fils d’Ana de Espínola et de Micer Antonio de Morillo34. Juan Cataño, de son côté, était marié à Catalina de Pineda, sœur du confrère Pedro de Pineda, doncel du roi, chevalier de l’Ordre de Calatrava, notaire principal du conseil municipal, et mari de doña Beatriz Ponce de León, fille du comte don Juan de Arcos35. Francisco de Morillo, facteur de Francisco de Riberol, était marié à Isabel Cataño. À son frère le bachelier Alonso de Morillo, Bautista Cataño donna procuration pour récupérer le produit d’une créance sur l’île Española36, tout comme Jácome Grimaldo37. Luis Fernández de Alfaro, mari d’Ana Ramírez, était beau-frère de Jerónimo de Riberol, marié avec la sœur d’Ana. Les beaux-frères renforcèrent leur relation familiale par le commerce puisque Jerónimo fut facteur de Luis à Santo Domingo38. Luis Zomeno, licencié et teniente de asistente, était marié à Jerónima de Monardes et Pedro Ruiz de Porras à Violante Scoto.

  • 39 « El 23 de marzo de 1512 Jácome de Riberol, mercader genovés, estante en Sevilla, otorga poder a J (...)
  • 40 Cristóbal de Alfaro, libraire, fournisseur de la Casa de la Contratación, dans Giménez Fernández, (...)

7Il était également fréquent que les familles de marchands étrangers se lient à une même famille comme c’est le cas pour les Alfaro. Parmi eux il y eut de nombreux imprimeurs et libraires : Juan Varela de Salamanca, imprimeur, marchand qui investit aussi dans des prêts39, mari d’Isabel de Alfaro, Niculoso Monardis, libraire, marié à Ana de Alfaro, Jacome Cromberger, imprimeur, marié à Inés de Alfaro, Cristóbal de Alfaro, libraire, et son fils Alfonso de Alfaro40.

  • 41 ADPS, Amor de Dios, leg. 3b.
  • 42 María de Molina était la fille du judéo-convers Lope de Molina, marchand, qui avait fait du commer (...)
  • 43 À la fin de ce travail, j’ai fait figurer la liste des confrères connus de moi pour le XVIe siècle (...)
  • 44 « El 30 de enero de 1512. Bernardino de Isla, Luis Fernández de Alfaro, Gonzalo de Montoro, García (...)

8Comme je l’ai mentionné plus haut, les judéo-convers participaient activement à la confrérie. Ils se manifestaient particulièrement par leur activité commerciale et par les liens avec la confrérie, entre autres familles converses celle des Molina liés aux Molina de Baeza. Les confrères Lope de Molina, fiel exécuteur, habitant de Santa Catalina, mari d’Inés de Morales41, et Juan Ramírez de Molina, habitant San Román, mari de doña Juana de Molina, étaient fils de María de Molina, femme de Gonzalo de Molina, jurat et fiel exécuteur42. Deux des familles converses qui eurent le plus de relations avec la confrérie furent celles des Alfaro43 et des Porras. Au total, onze confrères y participèrent. On pourrait aussi faire mention des relations entre Italiens et judéo-convers44.

  • 45 Pike, Aristócratas y comerciantes, p. 103.
  • 46 Le travail de Herzog, Inmigrants and citizens in early Modern Spain and Spanish America, p. 119-14 (...)
  • 47 Contreras Contreras, « El poder de la ciudad », p. 323-346.

9Bien qu’elle fût un important instrument de mobilité sociale, la richesse, comme l’a remarqué Ruth Pike45, ne signifiait en elle-même ni honneur ni prestige. Les deux groupes, de judéo-convers et d’étrangers, se trouvaient dans une situation particulière46. Jaime Contreras explique comment la définition de l’Autre servait à identifier ce qui était identifiable : « De esta forma el converso creó el cristiano viejo. Fue así como la ficción construyó la realidad. El tribunal del Santo Oficio fue su construcción preferida », dit-il littéralement47. Il n’est donc pas étrange que ces collectifs se regroupent puisqu’ils avaient des buts et des intérêts communs outre ceux purement commerciaux ou financiers. L’intégration sociale était un de leurs objectifs prioritaires. Comme je l’ai précisé, les liens de parenté entre eux, et entre les membres de la confrérie s’opèrent par le biais de liens matrimoniaux. Les liens familiaux renforçaient les relations commerciales et vice versa, et ceux noués à l’intérieur de la confrérie renforçaient ces deux derniers. Les Italiens utilisèrent les judéo-convers comme agents d’affaires aux Indes et, avec le temps, le contraire eut également lieu.

  • 48 Juan Gutiérrez Tello acheta la charge de trésorier de la Casa de la Contratación pour 3 375 000 ma (...)

10Le pouvoir des judéo-convers et des Italiens s’en trouva accru dans la ville. Leur présence au sein du pouvoir municipal, à travers la vente d’offices – et bien qu’ils aient été les plus chers de la Couronne de Castille48 –, en constitue une preuve tangible. Parmi les confrères qui rédigèrent le nouveau règlement de 1533 il y avait treize jurats, deux d’entre eux étaient aussi fieles exécuteurs, onze notaires, un maire principal, un alguacil mayor, un procureur aux cortès et deux majordomes du conseil municipal.

  • 49 En même temps que s’organisait la confrérie des Chevaliers de la rue de Castro au début du XVIe si (...)
  • 50 Son fils Antón Ruiz de Porras, notaire, fut un des 54 confrères si l’on en croit le nouveau règlem (...)
  • 51 Giménez Fernández, Bartolomé de las Casas, t. II, p. 963-64 et 967-68.

11Ce pouvoir qu’accumulaient marchands et banquiers ne passait pas inaperçu et les groupes qui détenaient le pouvoir municipal depuis longtemps réagirent contre eux49. Le 2 septembre 1520, la maison des Arcos leva contre les judéo-convers une centaine de chevaliers, avec à leur tête, don Juan de Figueroa, frère du duc. Le principal opposant à cette attaque fut le notaire et Juan Ruiz de Porras50 qui obtint 100 lances pour faire face aux assaillants. Les concernés prirent l’initiative et se réunirent le dimanche 16 septembre chez un important marchand judéo-convers de la rue de Gênes, l’orfèvre Juan de Córdoba, associé de Luis Fernández de Alfaro. Plusieurs confrères s’y trouvaient : Juan Varela de Salamanca et le notaire Francisco de Castellano, lequel rédigea le document de la confrérie pour organiser sa défense et solliciter l’appui du monarque51. On en déduit que ces personnages à fort pouvoir économique se sentaient peu sûrs et avaient besoin de s’organiser et de s’appuyer mutuellement.

La Confrérie de l’Asunción de Nuestra Señora ou des Chevaliers de la rue de Castro

12Les difficultés d’intégration, les mouvements de rejet et la menace de l’appareil inquisitorial allaient pousser ce collectif à conforter son union, à utiliser des stratégies et à emprunter des voies d’intégration dans la société sévillane. Nous savons que certains jouirent de commanderies d’ordres militaires, que d’autres fondèrent des majorats, achetèrent des seigneuries, firent montre de leurs titres tandis que d’autres encore furent parés de dignités ecclésiastiques, etc. Pour ce faire, la logique à suivre était de faire partie de l’activité associative et publique la plus répandue de l’époque : appartenir à une confrérie. Cela étant, il ne s’agissait pas de n’importe quelle confrérie. La Confrérie de l’Asunción de Nuestra Señora, à côté de la rue de Gênes, était « la cofradía de los descendientes de los caballeros incluidos en el repartimiento de Alfonso X » – comme on le disait habituellement –, et elle organisait avec le conseil de la Cathédrale une des processions les plus importantes de la ville le jour de l’assomption, la procession de la Vierge des Rois. Elle possédait par ailleurs le statut de pureté de sang. Comme je l’ai suggéré, il est facile de déduire qu’à travers elle ses membres se définissaient comme devotos, nobles caballeros, y cristianos viejos. C’est ici qu’est incorporée la fiction si je me réfère à la citation de Jaime Conterras évoquée plus haut. Le dicton populaire del dicho al hecho hay un buen trecho (des mots aux faits, il y a du chemin) est également explicite.

13Parmi les protocoles notariés de l’Archivo de la Diputación Provincial il y en a un du milieu du XIVe siècle avec les noms de dix confrères. Aucun d’eux n’appartenait au groupe des « fameux » deux cents chevaliers. Un siècle plus tard, au milieu du XVe siècle, sur les vingt-cinq confrères il n’y avait pas non plus de traces de ces patronymes. De fait, la valeur de cette confrérie était la valeur de « fiction » ou de « représentation » qui aidait à catégoriser certains individus en leur faisant gravir les échelons de la société. Les possibilités que donnait la détention de privilèges particuliers et spécifiques intégrés à différents niveaux de réciprocité, dérivés de services et de récompenses, constituaient des opportunités de mobilité au sein de la structure sociale.

  • 52 Levi, « Reciprocidad mediterránea », p. 112-13. Je remercie ici mon maître de tout ce qu’il m’a ens (...)

14Je cite les mots de Giovanni Levi52 :

« ... il me semble que l’équité – ou mieux les équités – sont le fondement d’un système juridique qui aspire à organiser une société stratifiée, mais mobile, dans laquelle cohabitent de nombreux systèmes normatifs afin de connaître ce qui est juste pour chacun. »
« En outre, il me semble que porter l’accent sur l’équité contribue à expliquer les efforts de classification qui caractérisent la société d’Ancien Régime, efforts déployés justement pour définir de manière stable les conditions sociales auxquelles on reconnaît des privilèges spécifiques. »

  • 53 Domínguez Ortiz, « Los estamentos privilegiados », p. 175-189.
  • 54 Le 25 octobre 1436, il existait grâce à une franchise royale plus de 50 comites « francs » dans la (...)
  • 55 AMS, Sección 15, carpeta 39.
  • 56 Domínguez Ortiz, « Los estamentos ».

15L’obtention de privilèges spécifiques dépendait de plusieurs facteurs : de la possession d’un office par lequel était établi un statut privilégié par rapport à la situation fiscale ou juridique, ou bien du prestige social, comme celui émanant de la fondation de majorat, de l’appartenance à des ordres militaires ou du lien matrimonial, ou bien de l’achat de charges publiques et de seigneuries, pour laquelle on n’exigeait pas de titre nobiliaire. Domínguez Ortiz53 cite parmi les privilégiés les militaires, titulaires de magistratures et d’offices publics, commissaires et familiers de l’Inquisition, grands professionnels, possesseurs de majorats, marchands, riches éleveurs, et ceux qui possédaient certains privilèges spécifiques comme les officiers de l’hôtel des monnaies, les comites54, entre autres. Cependant, dans la société castillane, il existait un autre critère de différentiation sociale : celui de la pureté de sang, lequel était, comme le mentionne Domínguez Ortiz55, un critère de division et de séparation qui n’avait rien à voir avec ceux de la société d’ordres, et même s’opposaient à eux dans certains cas concrets. Cet autre « obstacle » n’était pas de mise au sein de la confrérie car elle possédait le statut de pureté de sang. Celui qui en devenait membre se convertissait en un individu dont la « pureté » était prouvée. À mesure que le siècle avançait, il y eut même dans la confrérie des officiers inquisitoriaux. De cette façon, il existait une dualité entre la « réalité » légale et la « réalité » de fait56. Le statut que les confrères acquéraient ou prétendaient acquérir en devenant membre de la confrérie des Chevaliers de la rue de Castro représentait vis-à-vis de la société castillane un avantage pour l’obtention des conditions qui les convertissaient en privilégiés.

  • 57 Otte, Sevilla y sus mercaderes.
  • 58 Ana de Alfaro, femme de Nicoloso Monardis, était la nièce de Luis Fernández de Alfaro. De fait, le (...)
  • 59 Le prouvent les données suivantes : le 8 mai 1510, Luis Fernández de Alfaro, comite de la reine, h (...)
  • 60 « Ante Manuel Sigura. 19 de diciembre de 1523. Luis Fernández de Alfaro, Comite de SS. MM., vecino (...)
  • 61 Gil, Los conversos y la Inquisición Sevillana, vol. III, p. 226.
  • 62 « 9 de diciembre de 1510. Luis Fernández de Alfaro, Cristóbal Sánchez, Fernando Sánchez, Diego Rod (...)
  • 63 « Manuel Sigura. 5 de diciembre de 1522. Juan López de Arechuleta, vecino de Sevilla en San Vicent (...)
  • 64 « El 22 de noviembre de 1510 Luis Fernández de Alfaro, comite de la reina, vecino de Santa María e (...)
  • 65 Il acheta 13 pièces de « hollande » au marchand burgalais Pedro de Espinosa pour 33 557 maravédis, (...)
  • 66 « Ante Manuel Sigura. 18 de julio de 1522. Contrato de fletamento entre Diego Rodríguez Pepino, co (...)
  • 67 Il existe un document daté du 13 août 1520 de la compagnie entre Juan Herver, fils de Juan de Córd (...)
  • 68 Il existe un document de cette relation avec la famille de Cortés daté du 9 janvier 1519. Connaiss (...)
  • 69 Le 31 mars 1531 Alfonso Núñez, habitant de Séville, dans le quartier de Santa María, au nom du com (...)

16La confrérie renforçait aussi les liens à l’intérieur du collectif qui la formait. Le degré d’engagement de tous ceux qui la composaient était particulièrement fort en son sein. Enrique Otte57 a montré qu’au milieu du XVIe siècle une réduction significative du nombre de documents notariés sévillans relatifs à des contrats mercantiles eut lieu. Cela pourrait avoir un rapport avec le nouveau niveau relationnel acquis par les commerçants, confrères et leurs parents. Par exemple, le jurat Alonso de Ávila avait de nombreux parents qui étaient comme lui membres de la confrérie, tous mariés à des femmes issues de la famille Alfaro, entre lesquels je citerai Juan Varela de Salamanca, imprimeur, jurat et marchand, Pedro Farfán, notaire et marchand, le bachelier Alonso de Morillo, frère et associé du changeur Francisco de Morillo ainsi que son propre frère Pedro de Ávila. Les filles Alfaro descendaient entre autres de Luis Fernández de Alfaro58, comite du roi, prêteur, commerçant et comptable de la Casa de la Contratación en 1532. Luis participa à la Carrera de Indias durant les années 1503-1506 en tant que maître de la nave « San Juan », plus tard, il acheta le « Santiago » duquel fut maître son beau-frère, également comite, Diego Rodríguez Pepino59 et il eut comme facteur aux Indes un de ses autres beaux-frères, le Génois Jerónimo de Riberol60. Il eut une participation active dans les affaires de sa charge et représenta aux côtés de Cristóbal Sánchez Colchero la communauté des comites en 150961 et un an plus tard il fit partie du groupe qui se réunit pour résoudre les affaires les concernant62. Il réalisa du négoce avec des marchands et des maîtres de navire basques63, catalans64, burgalais65, anglais66, génois, entre autres, mais surtout avec l’orfèvre Juan de Córdoba67 et ils financèrent ensemble la famille de Hernán Cortés68. Il fut député de la flotte que les monarques castillans envoyèrent de l’autre côté de l’Océan, commandée par don Pedro Manrique et il participa au commerce des esclaves69.

  • 70 Il est difficile de savoir jusqu’à quel point les notaires « utilisèrent » l’information à laquell (...)

17La complexité des activités mercantiles et financières provoquait inévitablement un besoin accru de confiance et de consolidation des engagements. Il n’est pas étonnant que les descendants uniques des Alfaro, dans ce cas précis des femmes mariées avec des marchands, renforçassent leurs liens familiaux, mais pas ceux de sang entre des hommes affiliés à la famille par voie matrimoniale, à travers une institution dans laquelle on devait régler les conflits à caractère juridique entre ses membres, de façon ouverte, et à l’insu de la justice ordinaire. La perte de confiance ou l’infraction aux « normes » d’un marchand était immédiatement connue de tous les confrères. La forte participation des notaires dans la confrérie permet d’imaginer le degré d’information sur les activités et les contrats atteint par le groupe70.

  • 71 Le nombre de confrères fut limité à 50, avec une préférence pour les descendants lorsque l’un d’en (...)

18À travers le nouveau règlement rédigé en 1533, on sait qu’en devenant confrère l’on s’engageait à maintenir secrètes toutes les affaires qui se traitaient au sein de la confrérie – pratique courante dans ces associations –, et que l’on précisait les critères, les mécanismes et les juges pour résoudre les problèmes qui pourraient surgir entre les membres à l’intérieur de la confrérie, interdisant, de façon explicite, de dénoncer un confrère à la justice civile ordinaire, outre l’établissement d’une série d’engagements au sujet d’appuis et d’aides aux veuves et descendants des confrères71.

  • 72 Par exemple, le confrère Andrés de Lugo fut curateur des fils de Diego de Añasco, jurat et frère d (...)

19De même, lors de vicissitudes familiales, surtout en cas de mort, on voyait fonctionner ces contacts et appuis entre les confrères, lorsque dans les testaments se glissaient les noms de ceux qui agiraient en tant que futurs exécuteurs testamentaires, tuteurs et curateurs72, laissant entrevoir qu’ils avaient été confrères au sein de la confrérie. De nouveau, on cherchait à renforcer la confiance déposée dans ces intermédiaires.

  • 73 ADPS ; Amor de Dios, leg. 1. Le fait que cette confrérie puisse placer un des confrères en situati (...)

20Le pouvoir de ces associations est visible au travers l’intérêt que le Concile de Trente eut à les contrôler. Une de ses conséquences fut l’insistance avec laquelle le Concile envoya des visiteurs épiscopaux pour les inspecter, approuver et modifier leur règlement. Ce fut de cette façon que le 16 juillet 1572, presque 40 ans après la mise en vigueur du règlement de la confrérie, le proviseur de l’archevêché de Séville, le docteur Bal (sic) de Cañas y Arellano, révisa, changea et finalement approuva le règlement. Il annula le chapitre 22 qui faisait référence au secret et aussi celui qui faisait de la désobéissance d’un confrère à quelque chapitre du règlement que ce fût un péché mortel73.

La centralisation à l’œuvre : le roi et l’archevêque

  • 74 ADPS ; Amor de Dios, leg. 1.

21Revenons au mois d’août 1584. Après la déclaration du jurat et confrère Alonso de Ávila, l’archevêque ordonna que l’information recueillie fût enregistrée devant notaire et que les titres de propriété de la confrérie fussent présentés aux autorités de la « réduction » avec pour condition de les mettre en dépôt sous peine de 50 000 maravédis d’amende. De cette façon, les rentes, les biens meubles et immeubles étaient exempts d’une hypothétique vente : on « gelait » le patrimoine. Pour Alonso de Ávila tout cela n’était pas tellement nouveau car, comme il avait entendu dire aux anciens confrères et concrètement à Sebastián Pinelo, une tentative similaire avait eu lieu cent ans auparavant. Les conséquences s’étaient alors limitées à la perte importante d’une grande partie des écritures de la confrérie puisqu’elles furent envoyées à Cadix et jamais récupérées. Au fil du temps des agissements similaires se succédèrent. Cependant, dans ce dernier cas, après avoir généré un notable volume de papier écrit avec des déclarations de témoins confrères et non-confrères, envoyé de nombreuses lettres à l’archevêque, et nommé des procureurs, rien ne put se faire contre le but clair et répété de la sentence du procureur de l’Oficio de la Reducción de Hospitales, employé de l’archevêque, le licencié García de Sotomayor, galicien comme son Illustrissime, qui sollicita la réduction de la confrérie, prétextant ce qui se prétextait toujours en pareil cas : sa mauvaise hospitalité et le gaspillage de ses rentes entre les confrères74.

  • 75 En ce sens, Philippe II émit le 19 avril 1587 (donnée à Madrid le 27 janvier 1587), l’ordonnance d (...)
  • 76 Fernández Terricabras, Felipe II y el clero secular.
  • 77 Les confréries et leur chapelle avaient été des lieux importants pour le culte populaire. On y cél (...)
  • 78 L’activité de bienfaisance passerait sous le contrôle de l’archevêché jusqu’à la « désamortisation (...)
  • 79 Hermoso Mellado-Damas, « Transformaciones en las cofradías ».

22La sentence du procureur put atteindre son but en cette occasion à cause – entre autres raisons – des différences entre les diverses procédures. Cent ans auparavant, la « réduction » avait impliqué la participation des différents pouvoirs locaux, les conseils – municipal et de la cathédrale –, et l’archevêché. Les affrontements et rivalités entre eux avaient été une des causes grâce auxquelles les confréries s’étaient maintenues jusqu’alors. Cependant, durant la « réduction » de 1584-1587, le monarque laissa de côté les pouvoirs locaux et interdit même à l’audience de mettre en forme les dénonciations relatives à cette affaire75. Le pacte entre la monarchie et l’église, et l’établissement des canons de Trente de la main de Philippe II, comme l’a démontré Ignasi Fernández Terricabras76, en plus de l’étroite relation du roi avec les sièges épiscopaux, renforcée par le patronage royal, déterminèrent une nouvelle force dans la ville. Le pouvoir central prétendait dominer les oligarchies locales représentées au sein des conseils municipaux et des conseils de la cathédrale, et enlever de l’autonomie aux habitants et aux nouveaux groupes puissants économiquement qui deviendraient de la sorte plus dépendants du pouvoir royal et ecclésiastique. Dans le domaine politique et administratif, ils devenaient dépendants vis-à-vis du monarque, surtout les corporations, et dans le domaine religieux, ces dernières dépendaient de plus en plus du culte et de la dévotion77, de l’éducation, de l’assistance et de l’entraide78, du contrôle social, et de la gestion du patrimoine investi dans le salut des âmes, entre autres aspects. La sentence définitive fut donnée au conseil de Castille le 27 janvier 158779. Soixante seize, nombre d’entre elles issues de métiers, ainsi que celle des Chevaliers de la rue de Castro, furent « réduites ». La « réduction » n’affecta aucun des hôpitaux considérés comme tels.

  • 80 Les biens meubles, immeubles et les rentes remplirent les caisses de l’Oficio de la Reducción de H (...)
  • 81 Le 5 avril 1588, le peintre Pedro de Bonilla, évalua le retable de l’Assomption de la confrérie de (...)

23La maison de la confrérie fut évaluée par deux alarifes de la ville, Alfonso Tiscarreño et Juan Felipe, et fut estimée à 1 736 250 maravédis. La confrérie possédait des maisons qu’elle louait à vie, outre une série de tributs et de rentes constituées perpétuelles qui se montaient à 165 249 maravédis et 556 poules l’an. Tous les biens de la confrérie furent séquestrés80. Les couvents et les églises paroissiales furent les lieux désignés pour abriter les confréries « postridentines » : les sacramentales et les pénitentes, qui se multipliaient en ville par le biais des desseins tridentins et l’appui du monarque81. Le système de contrôle urbain bénéficiait d’une nouvelle dimension centralisatrice et contre-réformiste : le pacte de la monarchie et de l’église catholique dans lequel, très certainement, les descendants de ces marchands-confrères chercheraient à avoir un rôle majeur.

Confrères de la Confrérie de L’Asunción de Nuestra Señora, plus connue comme la Confrérie des Chevaliers de la Rue De Castro (XVIe siècle)82

  • 82 Cette liste contient les confrères que j’ai trouvés dans le règlement de 1533, dans ADPS, Amor de (...)

24Aguado, Juan, jurat, mari d’Isabel Torres.

25Almansa Bernardo de, jurat.

26Álvarez de Aguilera, Gómez, notaire, mari de Luisa de Medina.

27Álvarez Osorio, Alonso, jurat, mari de Leonor de Porras.

28Añasco, Francisco de.

29Anaya*, Melchor de.

30Ávila*, Alonso de, jurat, mari de Juana de Alfaro et de Luisa de Alfaro.

31Ávila*, Pedro de, mari d’Ana de Alfaro.

32Ávila, Bartolomé de, mari de Luisa Bernal.

33Ayala, Antonio, procureur de causes à l’Audience de l’archevêché.

34Ballesteros, Francisco de.

35Barba de Vallecillo, Juan, notaire.

36Barba Coronado, Alonso.

37Bermúdez de Castro, Alonso.

38Bermúdez de Guzmán, Don Diego.

39Bermúdez de Castro, Cristóbal.

40Bermúdez, Rodrigo.

41Bernal, Gonzalo.

42Bernal de la Becerra, Gonzalo.

43Biedma, Cristóbal de.

  • 83 Il mourut en 1514.

44Carranza, Sancho de, jurat, mari de doña Mayor de Osorio83.

45Casso, Francisco de, jurat.

46Castellanos*, Pedro de, notaire, mari de Isabel Ruiz de la Gruesa et de Inés Díaz de Soto.

47Castellanos*, Francisco de, notaire, mari de Brígida Torres.

48Cataño, Andrés, jurat.

49Centurión, Gaspar, majordome du Conseil.

50Cervantes, Guillén de, docteur.

51Coronado, Gonzalo de, majordome du Conseil.

52Coronado, Juan de, majordome du Conseil.

53Coronado, Pedro de, notaire du Cabildo.

54Cuadros, Diego de.

55Cueva, Andrés de.

56Cueva, Juan de.

57Delgado de Acosta, Luis.

58Espínola, Niculoso de, majordome du Conseil.

59Espinosa, Virgilio de, mari de Mayor de Pineda.

60Espinosa Briceño*, Ortuño de, notaire du Saint-Office.

61Esquivel, Pedro.

62Esquivel, jurat.

63Farfán de Lugo, Pedro.

64Farfán, Cristóbal, commandeur de l’ordre de Rodas.

65Farfán, Pedro, notaire, mari d’Ana de Alfaro.

66Fernández de Nubes, Pedro.

67Godos, Antonio de los, « chevalier ».

68González de Paredes, Andrés.

69Grajeda, Rodrigo de, commandeur, mari de doña Leonor de los Ríos.

70Guzmán, Diego de, jurat.

71Hernández de Viedma, Gonzalo.

72Hernández de Brederías ?, Gonzalo.

73Hoces, Fernando de, jurat et fiel exécuteur.

74Infante, Rodrigo ?, docteur, mari de Leonor de Barrios ?.

75Laredo, Francisco de, jurat, mari de doña Juana de Espinosa.

76Laredo, Juan de.

77Leardo, Francisco, bachelier.

78Loarca, Gaspar de.

79Lugo, Alonso de.

80Lugo, Pedro de.

81Márquez Girón, Diego, mari d’Isabel Guillén et de Beatriz Girón.

82Martín de Alaraz*, Esteban, licencié, mari d’Ana de Alfaro.

83Martínez de Carnacedo, Bartolomé.

84Martínez de Avilés, Bartolomé.

85Martínez de Funes, Antón.

86Molina Ramírez, Lope de.

  • 84 Frère du confrère Juan Ramírez de Molina.

87Molina84, Lope de, fiel exécuteur.

88Morales, Rafael de, docteur.

89Morales, Martín de.

90Morillo, docteur. [Il s’agit peut-être de Francisco Sánchez de Morillo, docteur en médecine, mari de doña Francisca de Cervantes]

91Morillo*, Francisco de, mari d’Isabel Cataño.

  • 85 Frère du précédent.
  • 86 Quand elle devint veuve, elle se remaria avec son beau-frère, Alfonso de Ávila, qui avait été le m (...)

92Morillo*85, Alonso de, bachelier, mari de Luisa de Alfaro86.

93Núñez de Ayasa o Ayala ?, Pedro.

94Ortiz de Anguren o Langunen ?, Luis.

95Ortiz de Zumasirre, Juan.

96Osorio, Rodrigo.

97Padxco, Francisco.

98Pérez Romero, Francisco.

99Pineda, Fernando.

100Pineda, Pedro de, Chevalier de l’ordre de Calatrava, notaire principal du conseil municipal de Séville.

101Pinelo, Francisco, jurat et fiel exécuteur.

102Pinelo, Juan Bautista.

103Pinelo, Luis, jurat.

104Pinelo, Luis.

  • 87 Fils de Sebastián Pinelo.

105Pinelo de Soto, Pedro87.

106Pinelo, Sebastián, procureur aux Cortès, mari de doña Beatriz de Sotomayor.

107Ponce de León, Don Pedro.

108Porras, Diego de.

109Porras, Gimeno de.

110Porras, Jimeno de, maire.

111Porras, Corneno de, licencié.

112Porras, Diego de.

113Porras, Corneno Jimeno ? de.

114Quijada, Alonso.

115Ramírez de Molina, Juan, jurat, mari de doña Juana de Molina, 05/08/1584

  • 88 Père de Pedro Farfán.

116Rodríguez Farfán*, Martín88.

117Ruiz de Biedma, Gonzalo.

118Ruiz de Porras, Antón, notaire, mari d’Ana de la Fuente et de Inés de Cardona.

119Ruiz Porras*, Juan, licencié, mari de doña Inés de Zomeno.

120Ruiz de Porras, Pedro, notaire, mari de Violante Escoto.

  • 89 Fils du confrère, le licencié Bartolomé de Zamora.

121Sánchez de Zamora89, Francisco ?, jurat et comptable principal de Séville, mari de doña María de Riberol.

122Sánchez de Porras, Rodrigo, notaire, mari de Leonor de Cuadros.

  • 90 Une de ses filles s’appelait Juana de Alfaro.

123Sigura, Manuel de, notaire, mari d’Isabel de Morales90.

124Solís Farfán, Diego de, suisse de l’église principale.

125Sotelo, Luis, alguacil mayor du Saint-Office mari de doña Isabel Pinelo.

126Suárez de Toledo, Luis, mari de doña Luisa de Ribera.

127Suárez, Fernán.

128Valdevieso, Milian de.

129Varela de Salamanca*, Juan, jurat [imprimeur et marchand], mari d’Isabel de Alfaro.

130Vejer, Fernando de, jurat, mari de Catalina Carvajal.

131Vera, Jerónimo de.

132Villa, Alonso de.

133Vique Fierro ? o Fiesco ?, Pedro de, jurat, mari de Catalina Pinedo et d’Elvira de Velandia.

  • 91 Fils du confrère Bartolomé de Zamora et frère du confrère Francisco Sánchez de Zamora.

134Zamora, Alonso de, licencié, jurat et comptable principal, mari de doña Juana de Hoces91.

135Zamora, Bartolomé de, licencié, maire principal.

136Zamudio de Alfaro*, Andrés, docteur.

  • 92 Il dut répondre de l’accusation de judaïsant.
  • 93 Descendant des Alfaro.

137Zomeno de Porras*, Luis, licencié, teniente de asistente, procureur de la Casa de la Contratación, procureur de l’Inquisition92, mari de doña Jerónima de Monardes93.

Notes

1 L’intérêt d’étudier les confréries transparaît dans une ordonnance royale donnée à Madrid le 21 avril 1584. Il y est fait référence à ce qu’antérieurement, dans une lettre datée de 1577, la même demande fut réalisée sans plus de résultats. Le document que j’ai consulté est une copie de l’ordonnance royale de Séville, daté du 22 mars 1591, Juan de Jerez, notaire royal et Bartolomé de Herrera, de Séville, faisant office de témoins devant Francisco de Carrión, notaire royal et notaire apostolique pour la commission de la « réduction » d’hôpitaux. Archivo de la Diputación Provincial de Sevilla (ADPS), Espíritu Santo, leg. 1-a. à la demande de Philippe II, le pape Pie V octroya deux brefs dans lesquels il donnait autorisation au roi de réaliser la « réduction » du nombre des hôpitaux. Le premier bref date du 6 décembre 1566 et le second du 8 avril 1567. Archivo Palacio Arzobispal de Sevilla (APAS), leg. 3330-B. En avril 1587, le roi donna l’ordonnance royale définitive pour que commence l’exécution de la « réduction » d’hôpitaux dans la ville de Séville. ADPS, Espíritu Santo, leg. 1-a.

2 Le 17 août 1584, les alarifes de la ville, Alonso Tiscarreño et Juan Felipe, estimèrent la maison-hôpital de la confrérie des Chevaliers de la rue de Castro à 1 736 250 maravédis. ADPS, Amor de Dios, leg. 1.

3 Le contrôle des propriétés de ces institutions fut immédiat. En ce mois d’août, le jurat sollicita de l’archevêque une autorisation pour louer une petite maison, propriété de la confrérie, puisqu’on avait expressément interdit aux confréries de réaliser de nouvelles locations de propriétés. Finalement, le 25 de ce même mois, l’archevêque concéda une licence pour qu’elle soit louée pour une durée de un an, et pas plus, ADPS, Amor de Dios, leg. 1.

4 Hermoso Mellado-Damas, « Transformaciones en las cofradías » y « The Confraternities in Seville during the XVI century » (à paraître).

5 Alonso de Ávila fut marié avec deux sœurs Alfaro, Juana et Luisa lorsque cette dernière devint veuve de son premier mari, le confrère Alonso de Morillo.

6 Il se référait à une tentative de « réduction » antérieure. ADPS, Amor de Dios, leg. 1.

7 Sur eux, voir Ortiz de Zúñiga, Anales eclesiásticos, p. 184-95.

8 Le témoignage le plus ancien que j’ai pu trouver est un document réalisé chez le notaire Juan Sánchez et daté du 29 juillet 1366 dans lequel la confrérie acquiert une propriété à Leonor Márquez, veuve du tonnelier Gonzalo Martín. ADPS, Amor de Dios, leg. 1.

9 Cette procession continue à être célébrée à Séville aujourd’hui.

10 ADPS, Amor de Dios, leg. 1. En 1515, l’archevêque de Séville, le frère Diego de Deza, dota du statut de pureté de sang le collège de Saint-Thomas qu’il fonda, et deux plus tard, il l’introduisit dans le conseil de la cathédrale, bien que dans ce cas il fut moins rigide que dans les autres cathédrales, puisqu’on y admettait les judéo-convers qui n’avaient pas de liens avec ceux qui avaient été punis par l’Inquisition. Plus influent fut le statut de pureté de sang du collège de Sainte-Marie de Jésus, à l’origine de l’université de Séville, fondé par Maese Rodrigo de Santaella, voir Domínguez Ortiz, Orto y Ocaso de Sevilla, p. 97-99. Ruth Pike signale comment, cependant, le statut n’empêcha pas que de nombreux judéo-convers fissent partie du conseil de la cathédrale, Aristócratas y comerciantes, p. 60-62. Les présents à cette approbation dans la cathédrale de Séville, convoqués par l’archevêque de Séville, don Diego de Deza furent : le doyen du chapitre don Álvaro de la Torre, l’archidiacre de Séville Diego López de Corte, le maître d’école de Séville don Jerónimo Pinelo, l’archidiacre d’Ecija don Gonzalo Cabezas, l’archidiacre de Jerez don Íñigo Villalobos, l’archidiacre de Niebla. Les chanoines Pedro Pinelo, Alonso Álvarez, le docteur Sancho de Matienzo, Manuel Cataño, Fernando de Alfaro, Pedro ? de Magazela, Fernán Gómez de Solís, Marco Caña, Luis Fernández de Soria, Pedro Alonso de Bobadilla, Diego Rodríguez Lucero, Juan de Herrera, Alonso de Molina, Francisco de Peñalosa, Diego Vázquez de Alderete, Diego de Maoras, le licencié Diego Flores, Bernardino de Isla, Diego Ramos, Francisco de Medina et Alonso de Porras. Certaines de ces personnes avaient des relations avec la confrérie et avec ses membres, voir Archivo de la Catedral de Sevilla, Sección I, libro 8, fol. 110 v° Bernardino de la Isla était fils du jurat Bernardino de la Isla, marchand burgalais, habitant de Séville dans le quartier de Santa María. Voir son testament, Palenzuela Domínguez, Los mercaderes burgaleses en Sevilla a fines de la Edad Media, Sevilla, Universidad de Sevilla. Secretariado de Publicaciones, 2003, p. 252-280.

11 ADPS, Amor de Dios, leg. 1.

12 Confrères de la confrérie des Chevaliers. Règlement de 1533. Juan Aguado, jurat ; Bernardo de Almansa, jurat ; Gómez Álvarez de Aguilera, notaire ; Francisco de Añasco ; Juan Barba de Vallecillo, notaire ; Gonzalo Bernal de la Becerra ; Gonzalo Bernal ; Sancho de Carranza, jurat ; Francisco de Casso, jurat ; Pedro de Castellanos ; Francisco de Castellanos, notaire ; Andrés Cataño, jurat ; Gaspar Centurión, banquier, majordome du conseil ; Pedro de Coronado, notaire du conseil ; Juan de Cueva ; Niculoso de Espínola ; Virgilio de Espinosa ; Cristóbal Farfán, commandeur de l’ordre de Rodas ; Pedro Farfán, notaire ; Pedro Fernández de Nubes ; Rodrigo de Grajeda, commandeur ; Fernando de Hoces, jurat et fiel exécuteur ; Infante ?, docteur ; Francisco de Laredo, jurat ; Franco Leardo, bachelier ; Gaspar de Loarca ; Alonso de Lugo ; Pedro de Lugo ; Antón Martínez de Funes ; Alonso de Morillo, bachelier ; Francisco de Morillo ; Pedro Núñez de Ayasa o Ayala ? ; Juan Ortiz de Zumasirre ; Alonso Osorio, jurat ; Rodrigo Osorio ; Francisco Padxco ; Fernando Pineda ; Juan Bautista Pinelo ; Francisco Pinelo, jurat et fiel exécuteur ; Sebastián Pinelo, procureur ; Luis Pinelo ; Martín Rodríguez Farfán ; Rodrigo Sánchez de Porras, notaire ; Francisco Sánchez de Zamora, jurat ; Manuel de Sigura, notaire ; Diego de Solís Farfán, suisse de l’église principale ; Luis Suárez de Toledo ; Fernán Suárez ; Antón Ruiz de Porras, notaire ; Pedro Ruiz de Porras ; Juan Varela de Salamanca, jurat, imprimeur, marchand ; Fernando de Vejer ; Pedro Vique de Fierro ?, jurat ; Bartolomé de Zamora, licencié, maire principal.

13 Je dois dire qu’une partie des individus qui figurent dans la liste des confrères de 1533 étaient déjà morts. La confrérie dut donc s’organiser dans la première décennie du XVIe siècle, époque à laquelle certains moururent et la liste qui fut utilisée lors de la rédaction du règlement fut celle des confrères qui étaient et avaient été jusqu’alors. L’ancienneté et la descendance étaient deux paramètres importants pour les confrères.

14 Je voudrais remercier Jean-Philippe Priotti d’avoir partagé avec moi ses connaissances sur le commerce et les marchands d’Europe et d’Amérique.

15 Luisa avait été la femme d’Alonso de Morillo, lui aussi confrère, voir GIL, Los conversos y la Inquisición Sevillana, vol. III, p. 227.

16 Sur les Centurión, voir Pulido Bueno, El gran mercader y la corte real del renacimiento.

17 Le 28 mai 1511, Franco Leardo, habitant de Séville, chargea 500 caisses de sucre à destination de Cadix, Chio, Venise, Arnemuiden ?, Rome, Naples, Aigues-Mortes ou Gênes sur le navire « Santa María de la Antigua » duquel Lope Sánchez, habitant de Triana, était maître, voir Otte, Sevilla y sus mercaderes, annexe VI année 24.

18 Pike, Enterprise and adventure, p. 91. À son tour, la famille des Godos était liée à la confrérie de l’« Asunción de Nuestra Señora », selon la déclaration du 10 juillet 1585 faite par Juan Martín, maître d’école, habitant de Santa María, âgé de 55 ans. ADPS, Amor de Dios, leg. 1.

19 Pedro Juan Leardo, au nom de Franco Leardo et compagnie, avec Rodrigo Bolante et son beau-père Juan Rodríguez, créèrent une société pour le commerce avec Santo Domingo, avec un capital de 3 200 ducats : Franco Leardo apporta 2 000 ducats, Rodríguez 400 et Bolante 800 ; ce dernier alla s’établir aux Indes, Archivo Provincial de Sevilla (APS), I 1539, [=57], al 18 de julio ; I 1539 [= 58], al 19 de septiembre], voir Gil, Los conversos y la Inquisición Sevillana, vol. III, p. 375. Malheureusement, la façon de citer les sources dans la majeure partie du travail de Juan Gil ne permet pas de localiser le document.

20 Un d’eux fut don Jorge de Portugal. Le 12 décembre 1525, don Jorge de Portugal, alcaide mayor des Alcázares et Atarazanas Reales de Séville, conseiller municipal de la ville, reconnaît devoir à Silvestre de Briven et à Franco Leardo, marchands génois, résidant à Séville, 500 ducats qu’ils lui avaient prêtés pour certaines affaires bancaires passées devant Alonso de la Barrera, notaire de Séville, voir Catálogo, t. V, no 869. Don Jorge de Portugal et le bachelier Ruy López, son majordome, doivent encore de l’argent à cette compagnie (celle de Gaspar Centurión et de Juan Francisco Grimaldi) et le compte n’a pas été soldé, voir APS. 9.123, f° 272.

21 Pedro Juan de Riberol, Franco Leardo, Pedro Benito de Basinana, Esteban de Forne, Leonardo Cataño, fils de Miguel Ángel, marchands génois, résidant à Séville, pour eux et au nom de Agustín de Riberol, Esteban Centurión, Adán de Vivaldo et Gaspar Centurión, également marchands génois, donnent pouvoir aux juges et officiers de la Casa de la Contratación de las Indias, et déclarent que des Français dérobèrent l’or d’un navire qui venait des Indes et duquel était maître Alonso de la Algaba, habitant de Séville, mais qu’il fut repris aux Français par une flotte du roi du Portugal que le conduisit à Lisbonne. Ils font état du fait qu’un procès est en cours devant le roi et la justice portugaise pour que leur soit rendu ce qui leur a été enlevé, et que pour preuve du droit de récupération ils sollicitent des juges de la Casa une copie des quantités qui venaient des Indes et qui leur étaient consignées, s’obligeant, dans le cas où quelque chose leur serait rendu à le déposer à la Casa de la Contratación, pour que cette dernière procède à l’enregistrement de l’or, des perles, sucres et autres marchandises qui venaient en Espagne et prélèvent les droits fiscaux correspondants, voir Catálogo, t. V devant Manuel Sigura, 17 décembre 1522, no 180.

22 Le 23 mai 1519, on ordonna au majordome, Nicoloso de Espindola, de payer 7 430 maravédis aux monastères pour qu’ils prient pour la « santé » de la ville, voir Archivo Municipal de Sevilla (AMS), Sección 15, carpeta 103. Selon Juan Gil, Niculosos de Espínola était cousin de Cristóbal Pinelo, fils de Francisco Pinelo, Gil, Los conversos y la Inquisición Sevillana, vol. IV, p. 461.

23 Le 14 janvier 1519, on ordonna à Nicoloso Espíndola, majordome du conseil municipal durant cette année-là, qu’il paye une somme de maravédis pour des messes concernant le fléau qui touchait la ville, AMS, Sección 15 caja 104. Le 18 septembre 1521, la ville chargea Gaspar Centurión, majordome de Séville, de payer à l’hôpital de las Bubas et à son majordome 50 000 maravédis à la demande de la reine. Le 1er février 1521, ordre est donné à Gaspar Centurión, majordome de Séville, de reverser 50 000 maravédis de dons pour les pauvres, issus de l’argent des amendes sur les héritages de Séville et sa terre appartenant à ladite ville de Séville, voir AMS, Sección 15, caja 106.

24 Le 15 mai 1506. Andrés Cataño, habitant de Santa María et Diego de Alvarado, résidant sur l’île de La Española, s’engagèrent à servir pendant trois ans sur ladite île, Pedro de Hortigosa, originaire de Almendralejo et Alonso Rodríguez, habitant de Talavera de la Reina. Catálogo, t. VIII, no 240. 2 de diciembre de 1506. Procuration de Rafael Cataño, habitant de San Nicolás, à son frère Andrés Cataño, résidant aux Indes, pour qu’il demande compte à Diego de Alvarado, Pedro de Baltanás, et leurs associés résidant aux Indes, de la compagnie qu’ils ont fondée, Catálogo, t. VIII, no 303.

25 L’origine du succès de cette famille est due à leur relation avec les Centurión. Sur Francisco Pinelo et ses descendants, voir Boscolo, « Il genovese Francesco Pinelli amico a Siviglia di Cristoforo Colombo », p. 249-266.

26 Boscolo, « Il genovese Francesco Pinelli amico a Siviglia di Cristoforo Colombo », p. 250.

27 Francisco Pinelo et Bautista Pinelo furent mêlés à l’affaire suivante : le 24 avril 1482, le licencié Fernandiáñez de Lobón, récepteur des biens confisqués pour le compte du roi et de la reine, leva – en raison de la légèreté de leur hérésie – l’embargo sur les biens de certains judéo-convers afin qu’ils puissent payer ce qu’ils devaient au cardinal d’Espagne, don Pedro González de Mendoza. Les quantités restantes devaient être données sur le change de Bautista et Francisco Pinelo, « depositarios de las semejantes cosas », dans Gil, Los conversos y la Inquisición Sevillana, vol. I, et Boscolo, « Il genovese Francesco Pinelli amico a Siviglia di Cristoforo Colombo », p. 253.

28 Voir Otte, Sevilla y sus mercaderes, p. 175.

29 Gil, Los conversos y la Inquisición Sevillana, vol. I, p. 269 y vol. III, p. 529.

30 Sur les activités de Francisco Pinelo et sa famille, voir Boscolo, « Il genovese Francesco Pinelli amico a Siviglia di Cristoforo Colombo » et Gil, Los conversos y la Inquisición Sevillana, vol. V, p. 345.

31 Dans l’adjudication des élections des consuls et l’« adjudication du tomín et sauf-conduit de la lonja » de 1513 furent présents outre les deux consuls Jacobo Sopranis et Francisco Espínola, 25 autres marchands : Giuliano Calvo, Ottario Calvo, Batista Cataño, Leonardo Cataño, Nicoloso Cataño, Gaspar Centurión, Melchor Centurión, Benedetto Doria, Melchor Doria, Rafael Doria, Antonio Garibaldi, [...], Jerónimo Grimaldo, Juan Francisco Grimaldo, Franco Leardo, Ottombo Lerca, et Niculoso Espínola, voir Otte, Sevilla y sus mercaderes, p. 188. En 1493, les Rois Catholiques lui concédèrent l’autorisation d’avoir son consulat, Vila Vilar, « Colonias extranjeras », p. 33-48.

32 Morales Padrón, La ciudad del Quinientos, p. 82.

33 Bien qu’Enriqueta Vila Vilar affirme : « Selon les rares informations que l’on possède sur eux – elle fait référence aux Génois –, ils apparaissent comme un groupe fermé, les plus puissants possèdent des juros, peu de biens meubles et ils se mêlent rarement à la population locale » dans Vila Vilar, « Colonias extranjeras », p. 36, je me permets de faire deux commentaires qui ne me paraissent pas concorder avec cette affirmation. Premièrement, je suis étonné du peu de références à des sources directes et s’il existe – comme elle le dit – peu de données, il est risqué de formuler des conclusions tranchées ; deuxièmement, je crois nécessaire d’examiner en profondeur la présence des Génois dans la société de cette époque et dans les différentes institutions pour comprendre le degré de relation qui exista entre eux et la société sévillane.

34 Gil, Los conversos y la Inquisición Sevillana, vol. IV, p. 496.

35 Gil, Los conversos y la Inquisición Sevillana, vol. V, p. 10.

36 Catálogo, t. VIII, no 632.

37 Catálogo, t. VIII, no 651. 7 de diciembre de 1509. Jácome Grimaldo, marchand génois résidant à Séville, donne procuration à Alonso de Morillo et à Simón de Burgos, résidant aux Indes, pour qu’ils récupèrent ses créances.

38 Catálogo, t. V, no 323. Ante Manuel Sigura. 19 de diciembre de 1523. Luis Fernández de Alfaro, comite de SS. MM., habitant de Santa María d’une part et de l’autre Jerónimo de Riberol, marchand, habitant aux Indes, résidant à Séville, soldent leurs comptes en raison de l’activité de facteur que Riberol a menée pour Luis Fernández de Alfaro dans le port de Santo Domingo.

39 « El 23 de marzo de 1512 Jácome de Riberol, mercader genovés, estante en Sevilla, otorga poder a Juan Varela de Salamanca, mercader, vecino de Santa María, para que cobre a Diego de Pedroso, estante en las Indias, 43 500 maravedíes que le debía al primero [...] », dans Catálogo, t. XI, no 87. « El 30 de junio de 1525, ante Francisco de Castellanos, escribano público de Sevilla, [también cofrade], Alfonso de Arenas, vecino de Sevilla, en la collación de Santa María, se obliga a sacar en paz y salvo a Juan Batista Pinelo, maestre de la nao Santa María de la Luz, cargada en el río Guadalquivir, dispuesta para emprender viaje a las Indias, de la obligación de deuda que, en unión del otorgante, contrajo a favor de Juan Varela de Salamanca, vecino de Sevilla y, en su nombre, de Juan de Alfaro, estante en Santo Domingo, por valor de 45 ducados de oro que al citado otorgante había prestado el susodicho Juan Varela de Salamanca para despacho de mercaderías cargadas en la dicha nao », en Catálogo, t. V, no 658.

40 Cristóbal de Alfaro, libraire, fournisseur de la Casa de la Contratación, dans Giménez Fernández, Bartolomé de las Casas, t. II, p. 963-64 y 967-68. (S/F) « Niculoso de Monardis, genovés librero, [casado con Ana de Alfaro] y Pedro Gentil, alcalde ordinario, vecinos de Sevilla en Santa María, se constituyen ante los oficiales de la Casa de la Contratación de Indias, y especialmente ante el doctor Sancho de Matienzo, por fiadores de Bautista de Ferrar, o Ferral, tinorerero, en el cobro de 22700 maravedíes », dans Catálogo, t. VII, no 380. « El 16 de marzo de 1517. Luis Fernández Salido, labrador, vecino de Jaén, en San Juan, como uno de los herederos de su hermano Juan Salido, recibe de Cristóbal de Alfaro, librero, vecino de Santa María en la calle Génova, 6 632 maravedíes el cual los ha cobrado en su nombre a Juan Francisco y Gaspar Centurión, cambiadores públicos de Sevilla », dans Catálogo, t. VII, no 923. « El 8 de marzo de 1530. Rodrigo de Ayala, beneficiado de la iglesia de Aznalcázar, y su hermano Alonso de Alfaro, librero, vecino de Sevilla, en Santa María, como herederos universales de su padre, Cristóbal de Alfaro, librero, difunto, otorgan poder a Fernando López Caldera, vecino de Sevilla, para que solicite al bachiller Pedro Díaz, estante en Nueva España, la entrega de los 12 000 maravedíes que le debía a Cristóbal de Alfaro », dans Catálogo, t. VI, no 1099. « Ante Francisco de Castellanos. 23 de abril de 1526 Gonzalo Fernández de Oviedo, capitán y gobernador de la provincia de Cartagena, vecino de la ciudad de Santo Domingo, cede y traspasa a Rodrigo de Ayala, beneficiado de la villa de Aznalcázar y a su hermano Alfonso de Alfaro, librero, vecino de Sevilla en la collación de Santa María, la autorización y merced real que el otorgante tenía concedida para imprimir durante 10 años el libro « Oviedo » De la natural Historia de las Indias : y les otorga poder para todo los asuntos relacionados con la referida impresión », dans Catálogo, t. V, no 1061. « Ante Manuel Sigura. 6 de marzo de 1525, Jácomo Cromberguer, alemán, impresor de libros, vecino de San Isidoro, [marido Inés de Alfaro] reconoce al licenciado Alonso de Céspedes, veinticuatro, vecino de Santa María la Blanca, 400 cahíces de trigo en pago de una obligación que entre ellos y Diego de Mendieta, mercader, vecino de Santa María, había pasado en el año de 1523, para llevar ciertas mercancías y ropas, por valor de 379 222 maravedíes a la Nueva España, en la nao de Antón Darmas, vecino de Triana », dans Catálogo, t. V, no 551.

41 ADPS, Amor de Dios, leg. 3b.

42 María de Molina était la fille du judéo-convers Lope de Molina, marchand, qui avait fait du commerce avec les îles atlantiques. Catálogo, t. V, no 331. Francisco Castellanos, 30 de enero de 1524. « El bachiller Alonso de Baeza, vecino de Sevilla en San Nicolás, cede y traspasa a Lope de Molina, mercader, vecino de la Magdalena, fiador del canónigo Luis Fernández de Soria en la obligación de deuda otorgada por ambos, a favor de Alonso de Baeza, en nombre de Don Diego Colón, Almirante de las Indias, por valor de 127 640 maravedíes ; el derecho y acción que contra el referido señor Almirante tenía y le otorga poder para que pudiera cobrar a éste ciertas cantidades, ya que él como tal fiador la había abonado al otorgante ».

43 À la fin de ce travail, j’ai fait figurer la liste des confrères connus de moi pour le XVIe siècle. J’y ai ajouté, le cas échéant, le nom de leur femme, et ceux qui sont en relation avec cette famille judéoconverse ont un astérisque [*]. À partir de 1508, les changeurs sévillans affinèrent l’or américain destiné à la Casa de la Contratación. Les trois premiers contrats furent faits à trois changeurs andalous : Fernando de Córdoba, Pedro de Jerez et Juan Díaz de Alfaro, dans Otte, « Sevilla plaza bancaria europea en el siglo XVI », p. 94. Le changeur Fernando de Córdoba fut enjoint à comparaître devant les inquisiteurs le 28 janvier 1482, dans Catálogo, V. III, p. 529.

44 « El 30 de enero de 1512. Bernardino de Isla, Luis Fernández de Alfaro, Gonzalo de Montoro, García de la Isla, Lope Fernández de Eyvar, Juan Díaz de Alfaro, cambiador, Diego Rondinely, mercader florentino, García de Sevilla, cambiador, Juan Fernández de las Varas y Fernando de la Coruña, vecinos y estantes en Sevilla, otorgan poder a Gaspar de Villafranca, contino de la reina, a Baltasar de Agramonte, contino del rey y a Francisco Destrago, mercader burgalés, para que comparezcan ante la reina y los señores jueces de las cosas tocantes a Indias y ante los representantes en la apelación de cierto pleito que sostienen contra Rafael Espínola y Rodrigo Romero (¿) [debía estar difunto para esta fecha] sobre cierto oro que para los primeros venía de las Indias », dans Catálogo, t. XI, no 75. Bernardino de Isla, marchand burgalais avait une origine converse, Pike, Aristócratas y comerciantes, p. 108. « El 22 de octubre de 1505. Cosme de Riberol y Silvestre de Ryvera, mercaderes genoveses, estantes en Sevilla, otorgan poder a Francisco de Morillo y a Juan de Argumendo, vecinos de Sevilla estantes en la isla Española, para que cobren en su nombre », dans Catálogo, t. XI, no 7. « El 24 de enero de 1519 Juan Francisco de Grimaldo, otorga poder a Tomé de Morillo, estante en el puerto de Santo Domingo para que cobre lo que le deben », dans Catálogo, t. VII, no 1246.

45 Pike, Aristócratas y comerciantes, p. 103.

46 Le travail de Herzog, Inmigrants and citizens in early Modern Spain and Spanish America, p. 119-140 est très intéressant à ce sujet.

47 Contreras Contreras, « El poder de la ciudad », p. 323-346.

48 Juan Gutiérrez Tello acheta la charge de trésorier de la Casa de la Contratación pour 3 375 000 maravédis. Le prix des offices de régidor à Séville – les plus chers – avoisinait les 1 000 000 de maravédis tandis qu’à l’autre extrême ceux d’Oviedo se vendaient pour 56 250 maravédis. Il en était de même avec les juraderías qui atteignaient parfois à Séville 243 750 maravédis, une somme importante à côté des 75 000 maravédis qu’elles valaient à Ciudad Real, voir Cuartas Rivero, « La venta de oficios públicos en el siglo XVI », p. 225-261.

49 En même temps que s’organisait la confrérie des Chevaliers de la rue de Castro au début du XVIe siècle, s’organisaient aussi les confrères de la confrérie des Chevaliers de l’hôpital de Saint-Côme et de Saint-Damien, plus connue comme l’hôpital de las Bubas, situé dans le quartier du Salvador de Séville, lieu où se réunissait la vieille noblesse de la ville, Hermoso Mellado-Damas, « Las Cofradías de « Los Caballeros » y el Concejo de Sevilla ».

50 Son fils Antón Ruiz de Porras, notaire, fut un des 54 confrères si l’on en croit le nouveau règlement de 1533.

51 Giménez Fernández, Bartolomé de las Casas, t. II, p. 963-64 et 967-68.

52 Levi, « Reciprocidad mediterránea », p. 112-13. Je remercie ici mon maître de tout ce qu’il m’a enseigné.

53 Domínguez Ortiz, « Los estamentos privilegiados », p. 175-189.

54 Le 25 octobre 1436, il existait grâce à une franchise royale plus de 50 comites « francs » dans la ville. 33 veuves qui gardaient leur « chasteté » jouissaient de la même condition ; elles se répartissaient géographiquement dans les quartiers suivants : 10 dans Santa María, 10 dans la Magdalena, 1 dans El Salvador, 7 dans San Vicente, 1 dans San Lorenzo, 1 dans San Martín, 1 dans Omnium Sanctorum, 1 dans Santa Marina et 1 dans Santa Cruz. AMS, Sección 15, carpeta 39.

55 AMS, Sección 15, carpeta 39.

56 Domínguez Ortiz, « Los estamentos ».

57 Otte, Sevilla y sus mercaderes.

58 Ana de Alfaro, femme de Nicoloso Monardis, était la nièce de Luis Fernández de Alfaro. De fait, le 10 mai 1522, elle le nomma tuteur et curateur de ses petits-enfants, et à son défaut, Jacome Alemán, imprimeur de livres habitant à San Isidoro, APS. leg. 2239, fol. 526r.

59 Le prouvent les données suivantes : le 8 mai 1510, Luis Fernández de Alfaro, comite de la reine, habitant de Santa María, dans la Carretería, propriétaire des trois quarts du navire « Santiago », donne une procuration à son beau-frère, Diego Rodríguez Pepino, habitant de Triana, maître et propriétaire du quart restant. Le 4 mai 1512, Diego Hernández de Soria, habitant de Triana, maître du navire « Santiago » et Luis Fernández de Alfaro, comite de la reine, habitant de Santa María, dans la Carretería, et Diego Rodríguez Pepino, comite, habitant de Triana, s’engagent vis-à-vis des juges et officiers de la Casa de la Contratación à ce que le premier remplisse sa fonction dans le voyage qu’il effectuera à Santo Domingo avec ledit navire. Le 10 novembre 1512, Luis Fernández de Alfaro et Diego Rodríguez Pepino, propriétaires du navire « Santiago », donnent procuration à Diego Hernández de Soria pour qu’il puisse emprunter 350 ducats afin d’avitailler ledit navire. Le 17 août 1513, Luis Fernández de Alfaro, propriétaire de la moitié de « La María », susnommée le « Santiago », donne procuration à Diego Rodríguez Pepino, propriétaire de l’autre moitié et maître du navire, pour qu’en son nom il puisse recevoir de l’argent sous forme de prêt en vue d’approvisionner le navire dans son voyage à la Española, dans Catálogo, t. IV, numéros 19, 139, 169 y 270.

60 « Ante Manuel Sigura. 19 de diciembre de 1523. Luis Fernández de Alfaro, Comite de SS. MM., vecino de Santa María, de una parte y de la otra Jerónimo de Riberol, mercader (este era su cuñado estaba casado con una hermana de su mujer), habitante en las Indias, estante en Sevilla de la otra, liquidan las cuentas que entre ellos había con motivo de haber sido el dicho Riberol factor del citado Luis Fernández de Alfaro, en el puerto de Santo Domingo », Catálogo, t. V, no 323. « 21 de junio de 1512. Cristóbal Bezos, maestre de la nao Santa María de Gracia, se obliga a pagar a Jerónimo de Grimaldo, mercader genovés, estante en el puerto de Santo Domingo, 126 ducados que Luis Fernández de Alfaro, comite de la reina, le prestó en nombre de Gaspar de Villadiego, residente en el dicho puerto », Catálogo, t. IV, no 144.

61 Gil, Los conversos y la Inquisición Sevillana, vol. III, p. 226.

62 « 9 de diciembre de 1510. Luis Fernández de Alfaro, Cristóbal Sánchez, Fernando Sánchez, Diego Rodríguez, Ambrosio Sánchez, Sebastián Rocero, Juan Cantarranas, Diego Rodríguez Pepino, y Mateo Sánchez, comites de la Reyna, dan poder a Bartolomé Díaz, comite, vecino de Triana para todos los asuntos tocantes a su oficio », Catálogo, t. IV.

63 « Manuel Sigura. 5 de diciembre de 1522. Juan López de Arechuleta, vecino de Sevilla en San Vicente, maestre de la nao San Andrés, fleta en la dicha nao a Luis Fernández de Alfaro, comite de SS. MM., vecino en Santa María, para que en ella cargue 45 toneladas de vinos, harinas, etc. Con destino al puerto de Santo Domingo », en Catálogo, t. V, no 179. « Fecha ?. Pedro de Sarasúa, vecino de la villa de Elgoyvar en Guipúzcoa, en Sevilla, declara que las mercancías que llevó a la isla de San Juan y allí las vendió en parte, pertenecen a Luis Fernández de Alfaro, comite ; al contador Juan López de Recalde y al doctor Sancho de Matienzo, canónigo de Sevilla », dans Catálogo, t. IV, no 186.

64 « El 22 de noviembre de 1510 Luis Fernández de Alfaro, comite de la reina, vecino de Santa María en la Carretería, da poder a Pedro de Sarasúa, vizcaíno, para que cobre a Antonio Catalán, vecino de Blanes (Condado de Barcelona), maestre de la nao Santa Cruz, las mercancías que en dicha nao cargó el primero con destino a la isla de San Juan ; y el 13 de enero de 1514, Luis Fernández de Alfaro, comite, da poder a Pedro de Sarazúa, vecino de Elgoybar, provincia de Guipúzcoa, para que cobre lo procedido de las mercancías que cargó en la nao de Miguel Díaz, de la que es maestre Antonio Catalán, con destino a las isla de San Juan de las Indias », en Catálogo, t. IV, numéros 93 et 311.

65 Il acheta 13 pièces de « hollande » au marchand burgalais Pedro de Espinosa pour 33 557 maravédis, Gil, Los conversos y la Inquisición Sevillana, vol. III, p. 226. Il fit compagnie avec le marchand burgalais Fernando de Carrión, résidant à Séville, dans le quartier de Santa María, Palenzuela Domínguez, Los mercaderes burgaleses en Sevilla a fines de la Edad Media, Sevilla, Universidad de Sevilla. Secretariado de Publicaciones, 2003, p. 289.

66 « Ante Manuel Sigura. 18 de julio de 1522. Contrato de fletamento entre Diego Rodríguez Pepino, comite de SS. MM., vecino de Triana, maestre de la nao San Antón, y Rogel Baral, mercader inglés, estante en Sevilla y Luis Fernández de Alfaro, mercader, vecino de Sevilla para levar en dicha nao ciertas mercancías al puerto de Santo Domingo », dans Catálogo, t. V, no 147.

67 Il existe un document daté du 13 août 1520 de la compagnie entre Juan Herver, fils de Juan de Córdoba, orfèvre, et Francisco de Rosales, employé de Luis Fernández de Alfaro, comite du roi, habitant dans le quartier de Santa María, dans lequel il est question que ledit employé parte sur l’île de Santo Domingo de la Indias, avec des marchandises (1 275 390 maravédis) appartenant à Herver et à Alfaro et continue ensuite son voyage jusqu’au Yucatan avec Jerónimo de Riberol, résidant à Santo Domingo, à bord du navire « Santa María » dont le propriétaire est Francisco Alcaparreos et le maître Juan de Salamanca, dans Catálogo, t. IV, no 711. « El 15 de septiembre de 1525 en el que Luis Fernández de Alfaro, comite de S. M., vecino de Santa María, de una parte y de la otra Francisco de Rosales, mercader, vecino de la misma, de la otra parte, liquidan las cuentas de ciertas mercaderías que el primero y Juan de Córdoba, platero, habían entregado al segundo y a Juan de Herver, hijo del dicho Juan de Córdoba, cuyo valor ascendía a 1 275 390 maravedíes de los que correspondían tres cuartas partes a Luis de Alfaro y el resto a Juan de Córdoba, para llevarlas el año de 1520 en el navío de Santa María de que era señor Francisco Alcaparrero y maestre Juan de Salamanca, a la ciudad de Santo Domingo y al Yucatán de las Indias del Mar Océano para allí venderlas a sus mejores precios », dans Catálogo, t. V, no 765. Juan Herver fut un important acheteur de métaux précieux, Donoso Anes, El mercado de oro y plata de Sevilla en la segunda mitad del siglo XVI. Una investigación histórico-contable. Sevilla, Excmo. Ayuntamiento de Sevilla. Servicio de Publicaciones, 1992.

68 Il existe un document de cette relation avec la famille de Cortés daté du 9 janvier 1519. Connaissement entre Juan Bautista, habitant de l’île Fernandina, c’est-à-dire Cuba, maître du navire « Santa María de la Concepción », Luis Fernández de Alfaro, comite de ses Altesses, Juan de Córdoba, orfèvre, habitant de Séville, dans le quartier de Santa María, pour embarquer certaines marchandises au « Puerto de San Juan que es en la provincia de Couaca en Tierra Nueva ganada por sus Altezas en las partes de las Indias del mar océano » et avec Fernando de Herrera, habitant de Medellín et Martín Cortés, également habitant de cette ville, pour apporter des tissus à Fernando Cortés, son fils, capitaine des terres récemment conquises. Le même jour : Juan Bautista, habitant de Cuba, maître de la « Santa María de la Concepción », au nom de Fernando Cortés, capitaine général et justicia mayor, des îles nouvellement découvertes, Martín Cortés et Fernando de Herrera, habitants de Medellín, s’engagent tous avec Luis Fernández de Alfaro, comite, et Juan de Córdoba, orfèvre, habitant de Séville, dans le quartier de Santa María, à charger sur ledit navire pour 200 000 maravédis de marchandises consignées en leur nom et en ceux de Martín Cortés, Fernando de Ferrara et Antón Ruago, à Fernando Cortés, habitant de Tierra Nueva, dans Catálogo, t. VII, numéros 1577 et 1578. Le 24 juin 1520, Fernando de Herrera, habitant de Medellín, au nom de Martín Cortés, habitant de ladite ville, en vertu d’une procuration, nomme Luis Fernández de Alfaro, comite, habitant de Santa María, comme son substitut, pour qu’il vende la caravelle « Santa María de la Concepción » (de 70 tonneaux), de laquelle est maître Juan Batista, habitant de Cuba, et qui est amarrée dans le port de las Muelas du Guadalquivir. Cette caravelle a été envoyée depuis les Indes à Séville par Fernando Cortés, fils de Martín Cortés. Le 15 septembre 1520 Martín Cortés, habitant de Medellín, reconnaît que Luis Fernández de Alfaro a vendu le navire « Santa María concepción » pour 30 000 maravédis, dans Catálogo, t. IV, numéros 678 et 725. Martín Cortés, habitant de Medellín, débiteur de 200 pesos d’or de Luis Fernández de Alfaro, comite, et de Juan de Córdoba, orfèvre, tous deux habitant dans le quartier de Santa María, cèdent en sa faveur une créance contre Alonso de Céspedes, de Séville, dans le quartier de Santa María la Blanca, relative à une certaine quantité de pesos d’or que Fernando Cortés, son fils, lui avait envoyée depuis les Indes, et était en dépôt chez Alonso de Céspedes. Catálogo, t. IV, no 746.

69 Le 31 mars 1531 Alfonso Núñez, habitant de Séville, dans le quartier de Santa María, au nom du commandeur Alfonso Torres, habitant Lisbonne, vend à Luis Fernández de Alfaro et à son fils 100 esclaves noirs. Catálogo, t. VI, no 1547.

70 Il est difficile de savoir jusqu’à quel point les notaires « utilisèrent » l’information à laquelle ils avaient accès grâce à leur office. Toutefois, nous savons que le notaire et confrère Pedro Farfán, marié à Ana de Alfaro, fille de Juan Varela de Salamanca, subit une accusation criminelle pour avoir commis certaines irrégularités dans sa charge. D’ailleurs, le 4 novembre 1525, Charles Quint ordonna que l’on procède à l’enquête de son étude, dans Gil, Los conversos y la Inquisición Sevillana, vol. IV, p. 40.

71 Le nombre de confrères fut limité à 50, avec une préférence pour les descendants lorsque l’un d’entre eux mourait.

72 Par exemple, le confrère Andrés de Lugo fut curateur des fils de Diego de Añasco, jurat et frère du confrère Francisco de Añasco et le confrère Pedro de Vique, docteur, jurat et habitant de San Isidoro, nomma le confrère Lorenzo Zomeno comme un de ses exécuteurs testamentaires.

73 ADPS ; Amor de Dios, leg. 1. Le fait que cette confrérie puisse placer un des confrères en situation de péché mortel explique ce dont il est question ici, à savoir l’utilisation de l’association pour renforcer les engagements entre ses différents membres.

74 ADPS ; Amor de Dios, leg. 1.

75 En ce sens, Philippe II émit le 19 avril 1587 (donnée à Madrid le 27 janvier 1587), l’ordonnance définitive pour rendre effective la « réduction », empêchant que le licencié Juan de Espinosa, avocat de l’Audience Royale de Séville, puisse effectuer la tâche commandée par la ville et les confréries affectées, à savoir éviter la vente des biens des confréries, ADPS, Espíritu Santo, leg. 151.

76 Fernández Terricabras, Felipe II y el clero secular.

77 Les confréries et leur chapelle avaient été des lieux importants pour le culte populaire. On y célébrait le souvenir et les messes pour les morts. Elles servaient aussi comme lieux d’enterrement.

78 L’activité de bienfaisance passerait sous le contrôle de l’archevêché jusqu’à la « désamortisation ».

79 Hermoso Mellado-Damas, « Transformaciones en las cofradías ».

80 Les biens meubles, immeubles et les rentes remplirent les caisses de l’Oficio de la Reducción de Hospitales.

81 Le 5 avril 1588, le peintre Pedro de Bonilla, évalua le retable de l’Assomption de la confrérie des Chevaliers à 12 000 maravédis, et deux jours plus tard Elvira Marín, doncella, l’acheta. Parmi les acheteurs d’importance, il y eut les couvents récemment fondés qui se multipliaient au sein de la ville. ADPS, AD, leg. 1. Les nouveaux couvents purent acheter de nombreux objets de culte à bon marché. Les ventes publiques répétées pour vendre les objets du culte pendant quatre siècles environ firent baisser les prix grâce à l’offre abondante que cela supposait.

82 Cette liste contient les confrères que j’ai trouvés dans le règlement de 1533, dans ADPS, Amor de Dios, leg. 1 et dans de nombreux actes notariés sur l’administration des propriétés de la confrérie, sur des témoignages et sur la documentation qui émana de la « réduction » des Hôpitaux, dans ADPS, Amor de Dios, legs, 12-a, 30, 40, y 64. En aucun cas cette liste n’est limitative. Les confrères qui ont des relations avec la famille Alfaro sont marqués d’un astérisque [*]. J’ai inclus, le cas échéant, la date des mariages.

83 Il mourut en 1514.

84 Frère du confrère Juan Ramírez de Molina.

85 Frère du précédent.

86 Quand elle devint veuve, elle se remaria avec son beau-frère, Alfonso de Ávila, qui avait été le mari de sa défunte sœur.

87 Fils de Sebastián Pinelo.

88 Père de Pedro Farfán.

89 Fils du confrère, le licencié Bartolomé de Zamora.

90 Une de ses filles s’appelait Juana de Alfaro.

91 Fils du confrère Bartolomé de Zamora et frère du confrère Francisco Sánchez de Zamora.

92 Il dut répondre de l’accusation de judaïsant.

93 Descendant des Alfaro.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search