Version classiqueVersion mobile

Circulations maritimes : l'Espagne et son empire

 | 
Michel Bertrand
, 
Jean-Philippe Priotti

Première partie. Logiques marchandes et logiques d'État

La Compagnie du sauf-conduit et le commerce franco-espagnol (1552-1559)

Francis Brumont

Texte intégral

  • 1 Lapeyre H., Une famille de marchands : les Ruiz. Contribution à l’étude du commerce entre la France (...)
  • 2 Priotti J. P., Bilbao et ses marchands au XVIe siècle. Genèse d’une croissance, Villeneuve d’Ascq, (...)
  • 3 Brumont F., « Des relations sans frontières : le commerce franco-navarrais au début du XVIIe siècle (...)
  • 4 Mollat M., Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge. Étude d’histoire économique et socia (...)
  • 5 Mollat M., op. cit., p. 82.
  • 6 Select Pleas in the court of admiralty. vol. 2: The High Court of admiralty (A. D. 1547-1602), Lond (...)
  • 7 Ibid., p. 23.

1Les relations commerciales entre la France et l’Espagne sont si importantes à l’époque moderne, et notamment au XVIe siècle, qu’elles ne peuvent cesser durablement en période de guerre1. Certaines zones de la péninsule bénéficient de privilèges qui leur permettent de continuer ces relations envers et contre tout ; c’est le cas des provinces basques qui signent régulièrement des traités dits de conversa ou « de bonne correspondance » avec la province voisine du Labourd et avec Bayonne, mais aussi, à l’occasion, avec Capbreton, Bordeaux ou la Bretagne2. C’est le cas de la Navarre qui, après son annexion, ne manque pas de s’opposer à toute tentative des Castillans d’entraver ce commerce3. Cependant, face aux situations de guerre, ceux qui ne disposent pas de ces facilités, liées à la géographie et à l’histoire, peuvent envisager diverses solutions ; la contrebande, bien entendu, mais surtout l’obtention de passe-droits, de privilèges, de sauf-conduits officiels, parfois signés des deux monarques en guerre, parfois de l’un d’eux, parfois de responsables locaux (vice-rois, gouverneurs, etc.). Les exemples sont innombrables à toutes les époques et toutes les études sur le commerce international, maritime en particulier, les mentionnent : contentons-nous de citer Michel Mollat ou Jacques Bernard4. Il faut noter, cependant, que, quelle que soit l’autorité qui les délivre, la protection apportée par ces documents est bien aléatoire, pour ne pas dire illusoire : contre pirates et corsaires, ces mesures de défense sont « inefficaces5 ». On a donc recours à des moyens plus ou moins frauduleux, comme de faire conduire les marchandises dans des navires neutres, ou de « naturaliser » les marchandises, c’est-à-dire de déclarer qu’elles appartiennent à un tiers, neutre, ou même habitant du pays ennemi. Ces subtilités n’échappent pas cependant à la vigilance des autorités : d’où des ordonnances royales contre les marchandises « amies » transportées par des vaisseaux ennemis, ou vice-versa, comme celle-ci, datant de 1560, prise contre les Anglais : « lors qu’il y avoyt aucune prinse faicte par mer par noz subjectz plusieurs procès se suscitoyent par nos ditz alliez voulant dire que les biens prins en guerre leur appartiennent soubz ombre de quelque part et porcion qu’ilz avoyent avecques nosditz ennemies6 ». Cet arrêt cependant n’était pas le premier, puisque les Anglais avaient répliqué par des mesures semblables en 1557, réputant de bonne prise les marchandises ennemies saisies dans des bateaux amis et les marchandises amies saisies dans des bateaux ennemis7.

  • 8 Archivo Real y General de Navarra (ci-après AGN), Tablas y Aduanas, legajo 1, carpeta 31.

2Pour les monarques toujours à court d’argent, surtout en temps de guerre, la tentation était forte de monnayer les sauf-conduits ou des licences pour commercer avec l’ennemi ; puisque, de toute façon, les échanges continueront, légalement ou non, autant les organiser au profit de la Couronne. Ces licences pouvaient porter sur des opérations ponctuelles mais, dans le cas qui va nous intéresser ici, il s’agit d’une licence globale, prenant une forme juridique différente, puisqu’il s’agit d’un contrat, d’un asiento, passé entre un groupe de marchands (qui obtient le monopole des échanges) et le monarque. Quelles sont les modalités de cet accord ? Comment a-t-il été exécuté ? Quelles ont été les réactions des marchands évincés de cet asiento ? Quels sont les moyens utilisés pour pallier les effets négatifs des hostilités ? C’est à ces questions que nous allons répondre en nous appuyant principalement sur deux types de sources : d’une part, les exportations à partir de Bordeaux, un port en relations étroites avec l’Espagne pour au moins un des produits phare du commerce franco-espagnol à cette époque, le pastel et, d’autre part, les procès suscités par la non-observation du monopole en Navarre, royaume qui avait été lui aussi inclus dans l’asiento. Les syndics de ce royaume avaient d’ailleurs crié au contrafuero, mais le vice-roi, le 27 juillet 1552, leur avait répondu qu’il ne pouvait rien faire, car il avait un ordre exprès du roi8.

L’asiento de Miguel de Zamora

  • 9 Carande R., Carlos V y sus banqueros, Barcelone, Crítica (édition abrégée), 1977, t. I, p. 576-577.
  • 10 de Azaola J. J., « Elementos de analisis cuantitativos de los registros privados : ejemplo de los (...)
  • 11 Jones Mathers C., « Family, Partnerships and International Trade in Early Moderne Europe: Merchants (...)
  • 12 Priotti J. P., « Nantes et le commerce atlantique : les relations avec Bilbao au XVIe siècle », Ann (...)

3Ramón Carande a signalé que, déjà en 1544, avait eu lieu une tentative d’imposer un monopole (estanco) des importations au profit d’un marchand de Valladolid, Diego de Carrión, lequel en échange d’un prêt à la couronne devait monnayer les licences d’importation9. C’est à un système de ce genre que l’on recourt encore en 1552 avec ce que l’on appelle la compagnie du sauf-conduit, un titre qui en a intrigué plus d’un et qui se trouve sur la couverture d’un registre des archives municipales de Nantes, titre retranscrit par Juan Javier de Azaola qui a été le premier à comprendre l’origine de ces documents (en 1973)10 : Libro de las mercaderías que se cargan por quenta de los seňores de la companía del salvoconducto ; mais cet auteur pensait que cette compagnie n’avait duré qu’une seule année alors que le contrat avait été signé pour quatre ans ainsi que l’indique Constance Jones Mathers dans un article publié en 198811. Elle avait vu dans les archives de Burgos une copie du contrat signé entre la Couronne et Miguel de Zamora, représentant des associés titulaires de cet asiento. Ces informations ont été reprises par la suite, notamment par Jean-Philippe Priotti et Hilario Casado12.

  • 13 Carande R., op. cit., t. 2 p. 236 et t. 1 p. 577.
  • 14 Archivo Histórico Provincial de Valladolid, Protocolos, liasse 6828. Je remercie J. P. Priotti de (...)
  • 15 AGN, Procesos, no 10050.

4Comme nous l’avons dit plus haut, Ramón Carande avait signalé cet asiento, daté du 17 juin 1552, mais, d’une part, il indique qu’il a rapporté à la couronne 300 000 ducats, et de l’autre, il déclare qu’il n’a jamais dépassé le stade du projet13. Il semble que la première solution soit la bonne comme le montre le livre de comptabilité de Nantes dont nous avons parlé. Jean-Philippe Priotti a même retrouvé un deuxième asiento entre la Couronne et la même compagnie daté du 19 septembre 1552 avec les mêmes conditions, mais cette grande différence que les associés doivent cette fois fournir 800 000 ducats, un nouvel asiento qui fait référence explicitement à celui du 17 juin14. Ce deuxième asiento se substitue au premier. Dans les deux cas, l’intérêt pour la Couronne est qu’elle ne rembourse que le capital, la société retirant son bénéfice de l’exploitation du monopole. Ce dernier concernait non seulement le royaume de Castille, mais aussi la Navarre, et c’est à travers un procès intenté par Miguel de Zamora à un marchand navarrais que nous avons eu connaissance du texte du premier contrat15.

5Il avait été précédé par l’interdiction de commercer avec la France, une interdiction que rappelle la provision royale qui précède l’asiento et datée comme lui du 17 juin 1552 :

  • 16 Ibid. (Toro, 17-VI-1552).

« Somos ynformados que a causa de la guerra que ay entre nos y el rey de Francia e nuestros subdittos y los suyos e de la proybicion e vedamiento que por razon de la dicha guerre avemos hecho y cartas que avemos dado para que los dichos nuestros subdittos no pueden tratar ny contratar en el dicho reyno de Francia ni traer del ningund genero de mercadurias a los nuestros reynos y senorios, no se an traydo ni traen a ellos del dicho reyno de Francia los lienços y mercaderias y ganados y mantenimientos y pastel y papel y otras mercaderias que se solian traer, por lo qual se an encarecido e subido mucho los precios de las dichas mercaderias e cesa el trato e comercio dellas e que al bien universal destos dichos reynos de Castilla e Navarra y de los subdittos y naturales dellos combiene que se de licencia para traer las dichas mercaderias e que si no se hiziese se les siguiria mucho daño e perjuyzio16... »

6On ne saurait mieux dire que l’Espagne ne peut se passer de ces importations, tout comme, pour la France, l’Espagne est un marché vital. Notons que dans l’intitulé de cette provision, c’est le terme sauf-conduit qui est utilisé pour désigner la licence générale accordée aux membres de la compagnie :

« Salvoconducto a Miguel de Çamora para que el y las personas que tubieren su poder puedan traer del reyno de Francia a estos reynos qualesquier mercadurias que no esten vedadas. »

7Ce contrat spécifie que moyennant le paiement des 300 000 ducats en trois foires de Medina (de celle de mai 1552 à celle de mai 1553), remboursables à partir de mai 1556, Miguel de Zamora « et ses compagnies » auraient seuls le droit d’importer de France, à partir du jour de la Saint Jacques 1552, des toiles, du pastel, du papier et autres marchandises :

  • 17 Ibid.

« Que durante los dichos quatro años del dicho asiento ningund natural destos reynos ni estrangero dellos no pueda traer ni trayga a estos reynos de Castilla y Navarra ningund genero de mercaderias ni ganados de todas suertes de los dichos reynos de Francia sino los que el dicho Miguel de Çamora y sus conpanyas o quien su poder oviere metieren e hizieron meter17. »

8Ce monopole ne concerne pas le ravitaillement que les côtes et zones frontières ont l’habitude de faire venir de France (vin, viande, blé). Pour éviter que les associés ne profitent de leur monopole pour faire monter les prix, le contrat fixe les prix des diverses marchandises à un tarif qui correspond à celui qui avait cours avant la guerre, augmenté de la variation des changes entre les deux pays, l’écu valant alors 390 maravédis et maintenant 440.

9Les autres clauses protègent Miguel de Zamora et ses associés contre les importations qui pourraient venir des pays limitrophes, de l’Italie et des Pays-Bas, et le garantissent contre une cessation prématurée des hostilités qui mettrait fin ipso facto à son monopole ; dans ce cas, il aurait quatre mois pour écouler ses marchandises (six mois pour le pastel). De même, si le roi de France n’autorisait pas la sortie des marchandises, éventualité bien improbable, ou les chargeait d’une imposition extraordinaire, chose plus plausible, des dédommagements sont prévus pour la compagnie. Enfin, Miguel de Zamora a fait inclure une clause primordiale pour lui : on ne pourrait lui retirer cet asiento, même si quelqu’un d’autre proposait une quantité plus importante au monarque.

  • 18 Casado Alonso H., op. cit., p. 33 et 37.
  • 19 Ibid., p. 33.

10Si le seul Miguel de Zamora apparaît dans cet asiento, nous connaissons un certain nombre de ses associés, qui sont parmi les plus riches marchands de l’époque : Diego de Bernuy, Vitores Ruiz, Francisco de la Presa et autres18. Par ailleurs, ils pouvaient monnayer des licences d’importation auprès de ceux qui ne faisaient pas partie de la société, possibilité dont profita Simon Ruiz, qui n’était pas encore le grand marchand qu’il devint par la suite19.

11Si un groupe de marchands est disposé à avancer 300 000 ducats à la Couronne (et même 800 000) en échange d’un sauf-conduit, cela signifie deux choses :

  • d’une part, que les marchandises qu’ils vont importer sont absolument nécessaires à l’Espagne, comme le sous-entend la provision royale, et qu’ils vont trouver des clients, même à un prix que l’on peut supposer supérieur à la normale et des marchands disposés à leur acheter des licences, ce qui leur garantit des bénéfices suffisants pour compenser la perte due à l’immobilisation des capitaux prêtés au roi et aux frais qu’ils ont dû faire pour emprunter ces capitaux sur le marché, dans l’hypothèse, probable, où ils ne disposent pas de cet argent en liquide ;
  • d’autre part, que la guerre perturbe vraiment le commerce entre les deux nations.

12C’est ce deuxième point que nous allons vérifier en étudiant les exportations du port de Bordeaux pendant la période de la guerre.

Le témoignage de Bordeaux

  • 20 Bernard J., op. cit., 1968, p. 12-13, 382-683 et t. III.
  • 21 Marchand S., Géographie du commerce exportateur du port de Bordeaux vers le milieu du XVIe siècle ( (...)

13Pour cette période, nous ne disposons pas de registres de sorties du port girondin, si bien que l’on doit s’appuyer sur les registres notariés, notamment ceux des notaires du port. Quelle est la représentativité de cette source ? Les études menées par Jacques Bernard sur une large période, se terminant justement vers 1550 et, notamment, le dépouillement intégral des registres antérieurs à 1520, ont montré que les notaires du port avaient un monopole de fait des écritures concernant le grand commerce20. Les sondages que j’ai effectués moi-même ou ceux qui ont été effectués par Stéphane Marchand, ont abouti aux mêmes conclusions : deux ou trois, au maximum quatre notaires, ceux des paroisses Saint-Michel et Saint-Rémy en avaient pratiquement l’exclusivité21. Bien peu d’affrètements ou de connaissements, les actes qui nous intéressent au plus haut point, surtout les seconds, sont rédigés en dehors de ces études.

  • 22 Archives départementales de la Gironde (ci-après ADG), 3 E 2387-2425.
  • 23 ADG, 3 E 4752-4754.
  • 24 ADG, 3 E 4749-4751.
  • 25 Marchand S., op. cit., p. 103 et suiv.

14J’ai donc dépouillé les registres du notaire Raoul Brigot, qui couvre la période 1552-157122. Mais, comme pour les années 1552-1554, ce notaire n’avait enregistré qu’un nombre infime d’actes concernant le pastel, l’objet le plus important du commerce vers l’Espagne, j’ai étudié aussi ceux de Jean Donzeau, qui officiait depuis 1518 et dont je soupçonnais, à juste titre, qu’il avait la clientèle des grands chargeurs de pastel qui passeront chez Brigot quand Donzeau cessera son activité23. Pour la période antérieure à la guerre, j’ai dépouillé les années 1549-155124 ; la comparaison avec les données fournies par Stéphane Marchand pour 1549 montre que Donzeau enregistrait pratiquement toutes les sorties de pastel25. Les actes que nous avons pris en compte sont exclusivement les connaissements, une attestation fournie par le maître d’un navire de ce qui a été effectivement chargé sur ce navire, par qui et pour quelle destination. On en compte en moyenne 140 par an pour la période considérée, 289 pour l’année 1549.

  • 26 Bernard J., op. cit., p. 13 ; voir également l’utilisation de ses dépouillements pour évaluer le mo (...)

15Cette source ne peut prétendre enregistrer toutes les sorties ; tous les actes ne nous sont pas parvenus et tous n’ont sans doute pas figuré dans les minutiers ayant existé ; néanmoins, quelque 150 sorties de navires par an, c’est un bon échantillon et nous ne pouvons que nous ranger à l’avis de meilleur connaisseur de cette documentation, Jacques Bernard : « ce rapport [du nombre d’actes au nombre de navires effectivement sortis] n’est pas dérisoire, et il n’interdit pas l’espoir d’atteindre au moins l’évolution générale, les tendances, les variations du mouvement de la navigation26 ». Si nous devons être très prudent en ce qui concerne les chiffres absolus, même si nous verrons que l’on peut tirer certains enseignements aussi sur les quantités exportées, l’homogénéité de la source (le même notaire, les mêmes actes, un volume équivalent d’actes tous les ans) apportent quelque garantie.

16Bordeaux, qui n’exporte que du vin, du pastel, parfois des grains, et quelques produits de la forêt landaise ne saurait témoigner que sur deux points : les vicissitudes des exportations du colorant toulousain vers le royaume de Castille, où ce sont les ports biscayens (Bilbao et Portugalete) qui le reçoivent presque toujours, parfois Santander ou Laredo, et celles des importations de vin par les Pays-Bas, l’Espagne, hormis le Pays Basque certaines années, ne se fournissant pas sur les quais de la Gironde. Pour l’autre grand poste castillan d’importation, c’est-à-dire les toiles, nous devrons nous appuyer sur les données publiées pour le port de Nantes qui, comme Bordeaux pour le pastel, concentre la plupart de ce commerce. Mais voyons d’abord les résultats concernant le port girondin.

  • 27 D’après les données publiées par Marchand S., op. cit., p. 103 et suiv.

17En premier lieu, voyons la situation normale, reflétée par l’année1549, qui apparaît résumée dans le tableau ci-dessous27 :

Tableau i. – Expéditions de vin et de pastel par Bordeaux (1549).
* Nombre de balles pour le pastel et de tonneaux pour levin.
** Pays Basque (nord) : 529 tonneaux, Picardie : 1 020 tonneaux.

18Ce qui apparaît clairement, c’est que l’essentiel du commerce de Bordeaux, à la sortie, se fait avec des pays dont le souverain est Charles Quint.

19Les Pays-Bas en premier lieu : une petite moitié des exportations de vin et de pastel se dirige vers les rives de l’Escaut, l’Espagne ensuite : 20 % environ des sorties auxquelles il faudrait ajouter le blé et les autres céréales qui, les années de pénurie, se dirigent exclusivement vers la côte cantabrique, parfois par l’intermédiaire de Saint-Jean de Luz.

20Dans ces conditions, il est certain que Bordeaux est un bon observatoire pour l’étude des répercussions de la guerre sur le commerce entre les deux belligérants. A priori, les exportations de vin et de céréales vers le Pays Basque ne devraient pas en pâtir, selon les termes mêmes de l’asiento ; en ce qui concerne le pastel nous serons à même de constater les effets du saufconduit, Bordeaux étant, nous l’avons dit, pratiquement la seule porte de sortie vers l’Atlantique de ce produit.

21L’évolution générale des sorties de vin et de pastel pendant les années 1549-1564 est représentée sur le graphique ci-dessous :

Graphique i. – Vin et pastel expédiés par Bordeaux (1549-1564).

22Dans la mesure où les données tirées des registres notariés reflètent le mouvement général, le graphique montre que le commerce du vin est moins fluctuant que celui du pastel ; compte tenu des variations des récoltes, il semble qu’il soit assez peu affecté par la guerre. En ce qui concerne le pastel, notons qu’il est lui aussi soumis aux variations des récoltes, mais que ce phénomène est atténué par la possibilité de le conserver plusieurs années. Nous admettrons donc que ce facteur est neutre ; en fait, en temps de paix, c’est surtout la demande des industries drapières et toilières qui détermine ce mouvement. Pour notre période, les vicissitudes de la guerre expliquent bien les variations de la courbe : trêve de Vaucelles en 1556 et paix de Cateau-Cambrésis le 3 avril 1559 qui relance le commerce du pastel. C’est une autre cause, la brusque baisse de la demande des Pays-Bas, à laquelle s’ajoute l’apparition de l’indigo, qui, lors de la crise dite de 1561, cause l’effondrement de ce commerce, tant et si bien qu’aucun envoi de pastel n’est mentionné par le notaire Brigot en 1564 et bien peu par la suite.

23Pour la première période, celle qui est couverte par le sauf-conduit, il faut aller regarder de plus près ; le graphique 2 montre l’évolution trimestrielle des sorties de pastel entre 1551 et 1563.

Graphique ii. Expéditions trimestrielles de pastel par Bordeaux (1551-1563).

  • 28 ADG, 3 E 4753, f° 244 à 326.
  • 29 Ibid., f° 425v°-456.
  • 30 De Azaola, op. cit., p. 785 ; des chiffres quelque peu différents sont avancés par Casado Alonso H. (...)

24On y voit clairement que dès le début de leur monopole, soit le 25 juillet 1552, jour de Saint Jacques, les bénéficiaires du sauf-conduit ont chargé de grandes quantités de pastel. Effectivement, c’est à partir du 2 août que François Malbosc commence à charger pour Diego et surtout Jean de Bernuy en direction de Bilbao ou Laredo : le notaire Donzeau enregistre ainsi 29 envois entre cette date et le 5 octobre, plus quatre autres en novembre pour les mêmes vers Santander28. Plus de 40 000 balles de pastel sont ainsi expédiées en deux mois pour le compte de la compagnie. Par la suite, en décembre, les envois se font en direction de la Normandie (Rouen) et de l’Île de France (Paris, Orléans, Blois)29 L’effet sauf-conduit est ici manifeste ; qu’en est-il en ce qui concerne les toiles exportées depuis Nantes par André Ruiz au nom de la compagnie ? C’est en septembre qu’il commence à envoyer les fardeaux : presque 4 000 fardeaux (3 846) dans les trois derniers mois de 1552 et 14 500 en 1553, les envois tombant à un niveau très bas par la suite : moins de 2 000 en 1554 et aucun en 155530.

Graphique iii. Expéditions de toiles et de pastel (1552-1560).

25Tout se passe donc comme si la compagnie avait voulu prendre son bénéfice tout de suite et profiter de la pénurie de marchandises qu’a dû provoquer l’interdiction de commercer consécutive à la déclaration de guerre. Peut-être aussi exploiter son privilège dès le début, afin d’éviter les mauvaises surprises : une trêve ou une paix toujours possibles, l’assaut de la contrebande, la possible apparition de concurrents... Faits qui sont documentés comme nous le verrons plus bas.

  • 31 Casado Alonso H., ibid., p. 37-38.
  • 32 AGN, Procesos, no 36843, f° 335-344 : extrait d’un livre de comptes de Carlos de Lizarazu.
  • 33 Casado Alonso H., ibid., p. 33.
  • 34 AGN, Procesos, no 13292, f° 2 et 9.
  • 35 Ibid., f° 90, 106.

26Mais, c’est certainement le premier facteur, la possibilité de faire des bénéfices substantiels et de rentrer rapidement dans ses fonds qui a joué le plus fortement : l’asiento autorisait les associés à vendre les marchandises en gros, aux foires de Medina. Hilario Casado, qui a étudié le livre de comptes de la compagnie concernant les envois de Nantes, a calculé que les ventes de ces marchandises s’élevaient à 971 500 ducats31. Ajoutons-y les ventes de pastel : 40 000 balles, nous l’avons dit, sont enregistrées par Donzeau ; il ne peut s’agir là que d’un minimum, étant donné les caractéristiques de la source. L’asiento spécifie que le pastel doit être vendu à 6 500 maravédis la charge, ou 17,33 ducats, soit pour cet article environ 700 000 ducats. Ce tarif correspond à peu près à ce qui apparaît dans des ventes réelles de cette époque : c’est à 18 ducats la charge que Carlos de Lizarazu, marchand de Pampelune, a vendu en juillet 1552 plus de 600 charges de pastel à des marchands et teinturiers originaires de Navarre et de la Rioja32. Ajoutons-y encore les ventes de licences : celle qu’achète Simon Ruiz, en 1553, pour le droit d’introduire 627 paquets de toiles, lui coûte 32 155 ducats33. Comme il faut supposer que Simon Ruiz n’a pas été le seul à bénéficier de ces licences, on voit que le chiffre d’affaires a dû dépasser très largement le million et demi de ducats et atteindre peut-être deux millions. Il est donc probable que les bénéfices ont largement dépassé les intérêts que les associés auraient dû percevoir de la Couronne, s’il s’était agi d’un asiento ordinaire. À titre d’exemple, signalons que la compagnie fondée à Pampelune le 8 avril 1552, pour commercer en laines et marchandises de France, par Juan de Urtasun et Juan de Arteta avec un modeste capital de 2 000 ducats aurait rapporté au bout de trois ans (reddition des comptes en décembre 1554) 1 800 ducats : novecientos ducados y más por cada millar, quitas costas34. Ce chiffre doit cependant être pris avec précaution, car il a été avancé lors d’un procès, mais les marchands concernés disent bien que les profits habituels étaient estimés à 15 %35.

  • 36 Priotti J. P., op. cit., p. 269; Casado Alonso H., op. cit., p. 35.

27Passé ce premier moment de fièvre, les quantités chutent fortement et il est probable que la vente de sauf-conduits par la compagnie à d’autres marchands ne compense pas leur retrait des affaires. Il se peut d’ailleurs qu’en 1554 et 1555 les importations soient peu importantes : peu de sorties de textile de Nantes, peu de sortie de pastel de Bordeaux, tout cela ne plaide pas en faveur d’un marché très animé36. Il est possible que les entrées massives de 1553 aient saturé momentanément le marché espagnol,

  • 37 ADG, 3 E 2407, f° 1056 (9-XI-1555).
  • 38 Ibid, f° 1093 (16-XI-1555).
  • 39 Ibid., f° 1264 v° (14-XII-1555).
  • 40 Brumont F., « Pierre Assézat, un marchand dans son siècle », in Louis Peyrusse et Bruno Tollon, éds (...)

28Cependant, ce ne sont pas seulement les quantités exportées qui sont touchées ; en ce qui concerne les destinations du commerce, si l’Espagne est en partie épargnée, ce sont les Pays-Bas qui disparaissent de l’horizon des marchands bordelais pendant cette première partie de la guerre : les seuls envois documentés vers Anvers se situent à l’extrême fin de la période : au mois de novembre 1555, les Bernuy chargent 2400 balles sur un navire de Hambourg à destination d’Emden en Frise orientale ou, s’il y avait des glaces, d’Amsterdam37. Il s’agit sans doute là d’un envoi déguisé à Anvers comme cet autre envoi où l’on demande au maître du navire d’attendre trois jours à Douvres pour savoir s’il ira à Londres ou décharger en Flandres, Zélande ou Anvers38. On a d’autres exemples semblables à la même époque. Finalement, les négociations sur la trêve étant sur le point d’aboutir, c’est dûment muni d’un sauf-conduit du roi et de l’empereur que, le 14 décembre 1555, François Malbosc charge, encore sur un navire de Hambourg, pour Pierre Assézat, 3000 balles de pastel destinées à la firme Arnolfini-Michaeli d’Anvers, habituels importateurs de pastel de cette ville39. Il faut dire que quelque temps auparavant, les Malouins avaient arraisonné trois navires d’Hambourg chargés de pastel appartenant à pierre Assézat et destiné à Gaspard Schetz, d’Anvers, en prétextant que le pastel était à ce dernier40. On remarque que les navires envoyés, légalement ou non, à Anvers sont tous anglais ou allemands, un moyen sans nul doute de tâcher de se maintenir à l’abri des corsaires.

  • 41 ADG, 3 E 2407, f° 1701.

29Mais il n’y a pas que le pastel : le vin lui aussi est touché ; s’ils continuent à alimenter normalement les ports de la côte cantabrique, les Bordelais ont cessé totalement d’approvisionner les Pays-Bas : pas un seul envoi de vin n’est documenté en direction de Middelbourg entre 1552 et le 27 février 1556, ce dernier sur un navire anglais41.

30C’est que le 5 février la trêve avait été conclue ; l’année 1556 présente donc toutes les apparences d’une année normale.

Tableau ii. – Expéditions de vin et de pastel par Bordeaux (1556).
* Pastel en balles et vin entonneaux.
** Dont Picardie : 907 tonneaux ; Écosse : 377 tonneaux ; Irlande : 445 tonneaux.

  • 42 Tanguy J., op. cit., p. 27-28.

31Plus encore qu’en 1549, puisque Philippe II règne conjointement en Angleterre avec son épouse Marie Tudor, c’est vers les territoires dominés par ce prince que se dirigent les expéditions bordelaises de pastel : les Pays-Bas, c’est-à-dire Anvers, sont alors, mais pour peu de temps, les plus grands consommateurs. Mais l’Angleterre absorbe aussi de grandes quantités, supérieures, cette année-là, à celles que consomme la draperie castillane. Cependant, je ne pense pas, étant donné les caractères de notre source, qu’il faille attacher trop d’importance à la précision des chiffres. Ce qu’ils nous disent presque certainement, toutefois, c’est que le commerce vers le Nord est bien reparti pendant la trêve. En ce qui concerne le vin, le redressement est moins net, mais les Pays-Bas disposaient de plusieurs sources de ravitaillement alternatives ; quoi qu’il en soit, les navires chargés de vin girondin retrouvent le chemin de l’Escaut qu’ils avaient oublié depuis quatre ans. Il en va de même pour le fer importé par Nantes : c’est en février 1556 qu’arrive le premier bateau depuis Bilbao ; ils se succèdent ensuite à un bon rythme jusqu’en février 1557, quand reprennent les hostilités42.

32Les années 1557-1559, jusqu’à la conclusion de la paix (3 avril) présentent des caractéristiques originales ; on aurait pu croire que nous allions retrouver la situation des années 1552-56, sans les facilités du sauf-conduit. Il n’en est rien, et d’abord parce que l’Angleterre entre à son tour dans la guerre. Cela n’empêche pas les cargaisons de se diriger vers ce pays : 10 % des envois de vin et 36 % du pastel sont destinées à ce royaume. Notons cependant qu’entre le 31 mars 1557 et le 13 mai 1559 pas un navire anglais n’est mentionné dans les registres du notaire Brigot, alors qu’en année normale on en compte une trentaine. Ce sont les Allemands, les Hollandais et les Bretons qui se chargent d’y acheminer les marchandises. En revanche, les Pays-Bas ne reçoivent pratiquement pas de vin, à moins qu’une partie de celui qui abreuve la Picardie n’y soit acheminée par voie de terre.

Tableau iii. Expéditions de vin par Bordeaux (1557-1559).
* Dont Pays basque (nord) : 532 tonneaux et Écosse : 181 tonneaux.

  • 43 ADG, 3 E 2409, f° 941 et 951 (22-X-1557).
  • 44 ADG, 3 E 2410, f° 499 (8-VII-1558).
  • 45 Sur ces personnages, Brumont F., op. cit., p. 45-46 et 55-56.
  • 46 Ibid., f° 423 (10-VI-1558).

33Mais contrairement à ce qui s’était passé entre 1552 et 1556, un peu de pastel arrive à Anvers, tout à fait légalement grâce à des sauf-conduits octroyés par les deux monarques aux marchands Claude Tilly de Paris et Jean Has de Lille43, à Jean Grenier44 ou Pierre Moucheron, d’Anvers et à d’autres aussi sans doute, les Arnolfini-Michaeli ou Christophe Pruynen45. On soupçonne aussi quelques envois clandestins, sur des navires allemands comme le Pitres, de Hambourg, chargé par François Malbosc de 1154 balles de pastel, appartenant à Jean Grenier et dont la destination ne figure pas sur le connaissement, mais seulement sur l’affrètement que détient le capitaine ; on est quand même fondé à penser qu’il se dirige vers la capitale du Brabant46.

  • 47 Brumont F., « La commercialisation du pastel toulousain (1350-1600) », Annales du Midi, t. 106, no (...)

34La situation n’est donc pas aussi mauvaise qu’au début de la guerre où les Pays-Bas avaient été abandonnés par leur souverain. Il faut attendre cependant la signature de la paix pour qu’ils retrouvent un approvisionnement normal et leur part dans le marché du vin et du pastel : 18 % du premier et 65 % du second sont acheminés vers les rives de l’Escaut pendant la période 1559-63, avant que le marché du pastel ne s’effondre pour des raisons que nous ne pouvons détailler ici47.

Pendant la guerre, les échanges continuent

35La guerre perturbe donc le commerce, mais tout le monde prend des mesures pour pallier ces difficultés. Constituer une compagnie privilégiée comme celle du sauf-conduit est une mesure peu courante, justifiée par les nécessités financières du monarque et par la masse et la régularité du trafic entre la France et l’Espagne. Mais c’est un cas exceptionnel et nous pouvons évoquer des aspects plus traditionnels de ces perturbations et des mesures qui sont prises pour les atténuer.

  • 48 ADG, 3 E 4754, f° 250, 5-X-1553 (le croissant de Bordeaux) ; 3 E 2392, f° 380 vo, 29-VI-1552 (le s (...)
  • 49 Select Pleas in the court of admiralty, 1897, p. 104-105 (1557).
  • 50 ADG, 3 E 2410, f° 744 (21-X-1558). La cargaison, du vin, du miel et du sel, appartenait pourtant à (...)

36Du côté offensif, si l’on peut dire, c’est l’armement en guerre de navires normalement destinés à la pêche hauturière : les marins de Bordeaux, de Saint-Jean de Luz, de la côte saintongeaise, sont ainsi embauchés « au service du roy en ses guerres »48. Quelle est l’efficacité de ces mesures ? Il est probable que cette activité était plus rentable que la pêche à la morue, puisque ce sont les mêmes bateaux qui la pratiquent et les mêmes avitailleurs qui les arment. Il est difficile cependant d’en mesurer les résultats ; notons pourtant, comme nous l’avons vu, l’absence de navires anglais à Bordeaux durant les années 1557-59, qui semble signifier que ceux-ci ne veulent pas se risquer à effectuer la traversée. D’autres la tentent en prenant de nombreuses précautions : ainsi, le maître du jésus de Lowestoft, Thomas besfield, avait garanti son chargement de 40 tonneaux de vin de Bordeaux contre sa capture par les Anglais tandis que le propriétaire du vin, John Mackeleyn, avait assuré ledit chargement, jusqu’à un montant de 300 £, contre la capture par les Français et les Écossais, le vin étant destiné à Kirkcudbright en Écosse49. On note aussi quelques mentions de départs groupés, sans doute pour éviter les corsaires. Ceux-ci ne s’en prennent d’ailleurs pas seulement aux ennemis, puisque l’unique mention que j’ai rencontrée dans les registres de Raoul Brigot d’accident de ce genre concerne un navire de Hambourg, l’esprit volant, arraisonné par les Anglais au large de l’Irlande50.

  • 51 ADG, 3 E 3290, f° 220, 220 v°, entre autres nombreux exemples (avril 1552).
  • 52 ADG, 3 E 2393, f° 397 v° (25-VI-1552) entre autres exemples.

37D’autres mesures de rétorsion sont plus habituelles comme les interdictions d’exporter le blé et autres céréales. Si le commerce du vin continue sans problème avec la côte cantabrique, il n’en va pas de même en ce qui concerne les grains. En 1552, en particulier, tout le blé est chargé pour Saint-Jean de Luz, parfois à l’initiative et pour le compte des maîtres des navires, ce qui signifie que la demande est forte et le gain assuré51. Et ce, d’autant plus que la destination finale de ces grains n’est pas toujours cette ville ; en effet, il est parfois stipulé que le blé devra être vendu aux habitants dudit lieu et que le marchand doit en apporter le certificat au comptable de Bordeaux52. C’est qu’on pense que ce grain ne va pas séjourner longtemps à Saint-Jean et qu’il ne tardera pas à passer la frontière. D’ailleurs, les Espagnols n’hésitent pas à se servir eux-mêmes comme il résulte de cette clause d’assurance insérée dans le connaissement du navire la jehanne de Marennes où le marchand bayonnais Arnaudguilhem de Lafite déclare au capitaine Jean Lebœuf :

  • 53 ADG, 3 E 2392, f° 305 (24-V-1552) ; notons au passage que cela dénote de bonnes relations entre le (...)

« Au cas que ledit navire fust prins par les Espagnous en faisant ledit voyage ledit de Lafite a promis audit maître de luy faire rendre et délivrer dedans deux mois après qu’il sera duement adverty de ladite prinse ou à faulte de ce a promis de luy payer... la somme de trois cens trente sept livres dix sols tournois53. »

  • 54 AGN, Tablas y Aduanas, legajo 1, carpetas no 34 et 35.

38Ils utilisent aussi des moyens légaux, le Guipúzcoa obtenant ainsi en mai 1558 la permission d’importer 2000 robos de blé et toute la viande que la province nécessite du Pays Basque ou du Béarn54.

  • 55 ADG, 3 E 2409, f° 1032, 24-XI-1557 ; le blé est destiné à Lisbonne.

39Cette interdiction est renouvelée en 1557-58, mais le roi de France accorda des dérogations assortis de certaines conditions : acheter le blé sur la côte nord de la Bretagne (« au-delà le Ras »)55.

  • 56 Ibid., f° 949 et 951 (22-X-1557).
  • 57 Ibid., f° 1016 à 1117vº (nov. -déc. 1557).
  • 58 AGN, Procesos, no 10050.

40Pour lutter contre ces interdictions, plusieurs mesures sont possibles. Comme nous l’avons indiqué plus haut, l’obtention de sauf-conduits est une des plus courantes. On s’aperçoit alors que toutes sortes d’autorités sont habilitées à en délivrer : ainsi, c’est suyvant les sauf conduitz des roys de France et d’Espagne que Claude Tilly, de Paris, et Jean de Has, de Lille, peuvent envoyer 2336 balles de pastel à Anvers en octobre 155756 ; mais, il n’est pas nécessaire de s’appuyer sur de si hautes autorités. La même année, le roi de Navarre, Henri d’Albret, lieutenant-général du roi en Guyenne, suivant la permission, congé et octroy [à lui] donné par le Roy notre sire octroie à son tour de nombreux congés pour envoyer depuis Bordeaux du vin et quelque peu de grain à Saint-Sébastien57. Un peu plus tard, ce sera son successeur, le comte de Villars qui agira de même. Si dans ces cas, le paiement d’un droit n’est pas explicite, il n’en va pas de même dans cet autre exemple où l’on voit le marchand de Pampelune Sancho de Abaurrea obtenir du vice-roi de Navarre, duc d’Alburquerque, le 23 juillet 1552, une licence pour importer 50 charges de toiles, 50 charges de pastel et 100 charges de cuirs (et exporter 4 charges de poivre) moyennant le paiement d’un ducat par charge de toiles, et 4 réaux par charge de pastel et de cuir, ces sommes étant destinées à la réparation des murailles de Pampelune58.

41On peut agir de façon plus ou moins clandestine. Plus ou moins, car le passage, bien attesté, par la Navarre procurait une forme d’entrée légale ou presque :

« Como entre los de Bascos y Bearne y este dicho Reyno [la Navarre] hasta ahora no a abido este bedamiento y pasan libremente los de la una parte a la otra y los de la otra a la otra sus mercaderias so color de lo qual soi informado que pasan y lleben mercaderias a Francia y de Francia a este Reyno »,

  • 59 AGN, Procesos, no 184687, f° 39 et 43 ; Bascos c’est la Tierra de vascos, c’est-à-dire la Basse na (...)

42déclare le vice-roi de Navarre en juin 1552, non pour interdire ce commerce d’ailleurs, mais pour le soumettre à son autorisation moyennant les 5 % dont je parlais plus haut59.

  • 60 ADG, 3 E 4753, f° 33 (9-IV-1552).
  • 61 Sur ce personnage, oncle par alliance de Pierre Assézat, Caster G., Le commerce du pastel et de l’ (...)
  • 62 Uriarte Melo C., « Los negocios de Martín Sáez de Anuncibay a mediados del siglo XVI », Bidebarriet (...)

43Il n’est donc pas extraordinaire de voir des transports par voie terrestre qui peuvent paraître aberrants, comme cet envoi de 400 balles de pastel de Bordeaux à Bayonne, via Mont-de-Marsan où elles étaient sans doute embarquées sur la Midouze, transport qui n’aurait nécessité qu’un petit navire, mais va utiliser des dizaines de charrettes60. Le destinataire de ces charges, le marchand Jacmot Cheverry, de Bayonne, est lié aux plus grands marchands de Toulouse et il ne fait pas de doute que cette marchandise est destinée au marché espagnol61. Remarquons néanmoins qu’en temps de guerre, la voie terrestre peut être plus sûre et qu’elle est couramment utilisée62.

  • 63 AGN, Tribunales Reales, no 13292, passim (années 1552-1555).
  • 64 Ibid., f° 4v° et 146v°.

44D’autres échanges se passent à la frontière même : c’est entre Urdax et Ainhoa, ou entre Sare et Vera, que Juan Arteta et Juan de urtasun troquent de la laine contre des toiles et des cuirs que leur fournissent Juanes de Écheverría, marchand de Sare, et Sancho de Abaurrea, marchand de Pampelune63. Les marchandises provenaient de La Rochelle et étaient revendues à Medina del Campo. Le très long procès qui détaille ces échanges est curieusement presque muet sur les difficultés liées à la guerre si ce n’est pour signaler que, suite à la trêve de Vaucelles, le prix des toiles a baissé à Medina si bien que les ventes se sont effectuées à perte alors qu’à cause des hostilités, la laine s’était vendue moins bien en France64. Il est difficile cependant de se prononcer sur le caractère licite ou non de ces échanges.

45On n’insistera pas ici sur les autres formes de la contrebande que, malgré son caractère clandestin, de multiples documents navarrais nous présentent mais, ceux que j’ai en ma possession, ne sont pas liés exactement à l’épisode que j’étudie ici.

Conclusion

  • 65 AGN Tribunales Reales, no 10050.
  • 66 Ibid., no 184687, f° 22 vo-23.

46Il y a donc pendant les guerres des moyens de s’arranger avec le ciel ; les gouvernements, connaissant la nécessité du commerce et l’universalité de la fraude, préfèrent la canaliser à leur profit en faisant payer les licences et sauf-conduits : si le prix est raisonnable, il peut être plus facile et plus profitable d’agir légalement que de frauder. Cela entraîne parfois des contradictions au sein même du système comme le montrent les plaintes de l’asentista Miguel de Zamora contre certains marchands basques et navarrais qui ont introduit du bétail avec licence du vice-roi de Navarre65. Il ne faut pas exagérer les faiblesses du système : on n’obtient pas toujours les autorisations nécessaires et la monarchie sait défendre les privilèges qu’elle accorde, témoin Sancho de Abaurrea, associé de Pierre Assézat, qui fera le pied de grue pendant trois mois à Valladolid pour obtenir une licence pour importer 900 charges de pastel en mars 1554, mais n’obtiendra rien, si bien que les pastels, chargés à Bordeaux, durent être débarqués66.

47Pour finir, il faut nous interroger sur la représentativité de notre étude. En quoi le pastel, et accessoirement le vin, est-il représentatif de l’évolution des relations commerciales entre la France et l’Espagne ? Nous disposons d’un moyen de comparaison, c’est l’exportation des toiles par le port de Nantes, les toiles, c’est-à-dire le grand produit de ce commerce. Comme nous l’avons dit plus haut, il y a un certain parallélisme entre les envois de ces deux grands produits du commerce franco-espagnol. Cela ne peut que nous inciter à poursuivre ces recherches.

Notes

1 Lapeyre H., Une famille de marchands : les Ruiz. Contribution à l’étude du commerce entre la France et l’Espagne au temps de Philippe II, Paris, Armand Colin, 1955, p. 373-374.

2 Priotti J. P., Bilbao et ses marchands au XVIe siècle. Genèse d’une croissance, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2004, p. 97-112 avec reprise de la bibliographie antérieure ; Alberdi Lonbide X., Conflictos de intereses en la economía marítima guipuzcoana durante la edad moderna, Thèse de l’université de Vitoria, 2006, p. 653-671 ; Lugat C., « Les traités de Bonne Correspondance entre Bayonne, le Labourd et le Guipuzcoa aux XVIe et XVIIe siècles », Azkoaga, no 11, 2001 et « Les Traités de Bonne Correspondance : une dérogation aux règles de droit maritime international ? (XVIe-XVIIe siècles) », Itsas Memoria. Revista de Estudios Marítimos del País Vasco, 5, 2006, ce dernier traitant essentiellement du XVIIe siècle.

3 Brumont F., « Des relations sans frontières : le commerce franco-navarrais au début du XVIIe siècle », inDesplat C., dir., Frontières, Paris, Éditions du CTHS, 2002, p. 225-226 et « La Navarre, plaque tournante du commerce international au XVIe siècle », inMinovez J. M. et Poujade P., éd., Circulation des marchandises et réseaux commerciaux dans les Pyrénées (XIIIe-XIXe siècles), Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, coll. Méridiennes, 2005, p. 323-337.

4 Mollat M., Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge. Étude d’histoire économique et sociale, Paris, Plon, 1952, p. 76-82 ; Bernard J., Navires et gens de mer à Bordeaux (vers 1400-vers 1550), Paris, SEVPEN, 1968, p. 694-695.

5 Mollat M., op. cit., p. 82.

6 Select Pleas in the court of admiralty. vol. 2: The High Court of admiralty (A. D. 1547-1602), Londres, The Selden Society, 1897, p. 119.

7 Ibid., p. 23.

8 Archivo Real y General de Navarra (ci-après AGN), Tablas y Aduanas, legajo 1, carpeta 31.

9 Carande R., Carlos V y sus banqueros, Barcelone, Crítica (édition abrégée), 1977, t. I, p. 576-577.

10 de Azaola J. J., « Elementos de analisis cuantitativos de los registros privados : ejemplo de los registros Ruiz de Nantes », Actas de las I Jornadas de Metodología Aplicada de las Ciencias Históricas. III. Historia Moderna, Saint-Jacques de Compostelle, 1975, p. 785.

11 Jones Mathers C., « Family, Partnerships and International Trade in Early Moderne Europe: Merchants from Burgos in England and France », 1470-1570, Business History Review, no 62, 1988, p. 382.

12 Priotti J. P., « Nantes et le commerce atlantique : les relations avec Bilbao au XVIe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 100, 1993, p. 265-283 ; Priotti J. P., op. cit., p. 69-70 ; Casado Alonso H., « Le commerce des “marchandises de Bretagne” en Espagne au XVIe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 107, no 2, 2000, p. 30-33 et 37-39. Jean Tanguy avait utilisé auparavant d’autres documents pour la même période et propose lui aussi quelques chiffres. Voit Tanguy J., Le commerce du port de Nantes au milieu du XVIe siècle, Paris, Armand Colin, 1956.

13 Carande R., op. cit., t. 2 p. 236 et t. 1 p. 577.

14 Archivo Histórico Provincial de Valladolid, Protocolos, liasse 6828. Je remercie J. P. Priotti de m’avoir signalé ce document.

15 AGN, Procesos, no 10050.

16 Ibid. (Toro, 17-VI-1552).

17 Ibid.

18 Casado Alonso H., op. cit., p. 33 et 37.

19 Ibid., p. 33.

20 Bernard J., op. cit., 1968, p. 12-13, 382-683 et t. III.

21 Marchand S., Géographie du commerce exportateur du port de Bordeaux vers le milieu du XVIe siècle (1520-1561), Mémoire de DEA, Université de Toulouse-Le Mirail, 2005, p. 58-61. Je remercie S. Marchand de m’avoir autorisé à utiliser les données contenues dans ce mémoire.

22 Archives départementales de la Gironde (ci-après ADG), 3 E 2387-2425.

23 ADG, 3 E 4752-4754.

24 ADG, 3 E 4749-4751.

25 Marchand S., op. cit., p. 103 et suiv.

26 Bernard J., op. cit., p. 13 ; voir également l’utilisation de ses dépouillements pour évaluer le mouvement du port : Bernard J., « Le mouvement économique. Horizons nationaux et internationaux », in Robert Boutruche, dir. Bordeaux de 1453 à 1715, Bordeaux, Fédération Historique du Sud-Ouest, 1966, p. 113-115.

27 D’après les données publiées par Marchand S., op. cit., p. 103 et suiv.

28 ADG, 3 E 4753, f° 244 à 326.

29 Ibid., f° 425v°-456.

30 De Azaola, op. cit., p. 785 ; des chiffres quelque peu différents sont avancés par Casado Alonso H., op. cit., 2000, p. 35 et par Priotti J. P., op. cit., p. 269 et p. 69.

31 Casado Alonso H., ibid., p. 37-38.

32 AGN, Procesos, no 36843, f° 335-344 : extrait d’un livre de comptes de Carlos de Lizarazu.

33 Casado Alonso H., ibid., p. 33.

34 AGN, Procesos, no 13292, f° 2 et 9.

35 Ibid., f° 90, 106.

36 Priotti J. P., op. cit., p. 269; Casado Alonso H., op. cit., p. 35.

37 ADG, 3 E 2407, f° 1056 (9-XI-1555).

38 Ibid, f° 1093 (16-XI-1555).

39 Ibid., f° 1264 v° (14-XII-1555).

40 Brumont F., « Pierre Assézat, un marchand dans son siècle », in Louis Peyrusse et Bruno Tollon, éds. L’hôtel d’Assézat, Toulouse, Association des Amis de l’Hôtel d’Assézat, 2002, p. 46.

41 ADG, 3 E 2407, f° 1701.

42 Tanguy J., op. cit., p. 27-28.

43 ADG, 3 E 2409, f° 941 et 951 (22-X-1557).

44 ADG, 3 E 2410, f° 499 (8-VII-1558).

45 Sur ces personnages, Brumont F., op. cit., p. 45-46 et 55-56.

46 Ibid., f° 423 (10-VI-1558).

47 Brumont F., « La commercialisation du pastel toulousain (1350-1600) », Annales du Midi, t. 106, no 205, 1994, p. 35-39.

48 ADG, 3 E 4754, f° 250, 5-X-1553 (le croissant de Bordeaux) ; 3 E 2392, f° 380 vo, 29-VI-1552 (le saint-esprit et la marie de St-Jean de Luz).

49 Select Pleas in the court of admiralty, 1897, p. 104-105 (1557).

50 ADG, 3 E 2410, f° 744 (21-X-1558). La cargaison, du vin, du miel et du sel, appartenait pourtant à un marchand de Hambourg (ibid., f° 301, connaissement du 13-V-1558).

51 ADG, 3 E 3290, f° 220, 220 v°, entre autres nombreux exemples (avril 1552).

52 ADG, 3 E 2393, f° 397 v° (25-VI-1552) entre autres exemples.

53 ADG, 3 E 2392, f° 305 (24-V-1552) ; notons au passage que cela dénote de bonnes relations entre le marchand bayonnais et les Espagnols.

54 AGN, Tablas y Aduanas, legajo 1, carpetas no 34 et 35.

55 ADG, 3 E 2409, f° 1032, 24-XI-1557 ; le blé est destiné à Lisbonne.

56 Ibid., f° 949 et 951 (22-X-1557).

57 Ibid., f° 1016 à 1117vº (nov. -déc. 1557).

58 AGN, Procesos, no 10050.

59 AGN, Procesos, no 184687, f° 39 et 43 ; Bascos c’est la Tierra de vascos, c’est-à-dire la Basse navarre.

60 ADG, 3 E 4753, f° 33 (9-IV-1552).

61 Sur ce personnage, oncle par alliance de Pierre Assézat, Caster G., Le commerce du pastel et de l’épicerie à Toulouse de 1450 environ à 1561, Toulouse, privat, 1962, p. 177.

62 Uriarte Melo C., « Los negocios de Martín Sáez de Anuncibay a mediados del siglo XVI », Bidebarrieta, no 17, 2006, p. 35 ; Brumont F., « Oloron, au centre du commerce des toiles de Laval au XVIe siècle », Revue de Pau et de Béarn, no 32, 2005, p. 169.

63 AGN, Tribunales Reales, no 13292, passim (années 1552-1555).

64 Ibid., f° 4v° et 146v°.

65 AGN Tribunales Reales, no 10050.

66 Ibid., no 184687, f° 22 vo-23.

Table des illustrations

Légende Tableau i. – Expéditions de vin et de pastel par Bordeaux (1549).* Nombre de balles pour le pastel et de tonneaux pour levin.** Pays Basque (nord) : 529 tonneaux, Picardie : 1 020 tonneaux.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/107526/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Graphique i. – Vin et pastel expédiés par Bordeaux (1549-1564).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/107526/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Graphique ii. – Expéditions trimestrielles de pastel par Bordeaux (1551-1563).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/107526/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Graphique iii. – Expéditions de toiles et de pastel (1552-1560).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/107526/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Tableau ii. – Expéditions de vin et de pastel par Bordeaux (1556).* Pastel en balles et vin entonneaux.** Dont Picardie : 907 tonneaux ; Écosse : 377 tonneaux ; Irlande : 445 tonneaux.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/107526/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Tableau iii. – Expéditions de vin par Bordeaux (1557-1559).* Dont Pays basque (nord) : 532 tonneaux et Écosse : 181 tonneaux.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/107526/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search