Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Circulations maritimes : l'Espagne et son empire

 | 
Michel Bertrand
, 
Jean-Philippe Priotti

Première partie. Logiques marchandes et logiques d'État

Dépendances temporelles et changements institutionnels en Amérique hispanique, fin XVIIIe-début XIXe siècles

Zacarías Moutoukias

Texte intégral

  • 1 Il n’est pas très difficile de trouver des exemples, récents ou anciens, de travaux qui évitent ce (...)

1Les études sur l’Amérique hispanique durant la deuxième moitié du XVIIIe siècle ont à la fois souffert et bénéficié du futur immédiat de cette période, l’ébranlement de la monarchie au début du XIXe siècle. Bénéficié, car, comme chacun sait, depuis le XIXe siècle, on y est allé chercher les racines des révolutions libérales qui ont parcouru le monde hispanique, faisant de ce demi siècle un des espaces historiographiques le plus visités de l’Amérique latine. Et cela quels que soient les objectifs et les approches des différentes générations d’historiens qui par la suite allaient l’étudier. Si la remarque semble trop banale pour la souligner ou s’y attarder, ce futur s’est installé comme le destin majeur de différentes évolutions des années précédentes, organisant ainsi une syntaxe de la temporalité et une vision corrélative des processus historiques, partagées par ces différentes générations d’historiens1. Encore aujourd’hui, nombre des études les plus récentes en histoire politique et économique, qui renouvellent à bien des égards leur domaine spécifique, souffrent de cette perception linéaire de la temporalité et d’une conception des processus comme un devenir unique, qui structure les questionnaires et les topoi.

2Ces visions affectent notre manière d’aborder, entre autres objets historiographiques, l’évolution des liens entre les oligarchies coloniales et la monarchie. La volonté de centralisation régalienne de cette dernière et l’action de ses agents locaux ; les réactions des premières – sujets d’un ordre statutaire en mutation autant que agents de transformations culturelles, économiques et politiques ; ainsi que les dynamiques institutionnelles qui articulent les rapports entre les unes et les autres ; tous ces aspects ont été interrogés à partir d’approches fort différentes, parfois même se contredisant, mais le plus souvent partageant une même image des séquences et des ruptures.

3L’objectif de ce texte est d’examiner, d’abord, la logique des visions linéaires de la temporalité et du processus historiques et, ensuite, de proposer un schéma non linéaire pour reconstituer les dynamiques institutionnelles, dans une sphère centrale des rapports entre les oligarchies coloniales et les agents de la monarchie, comme la fiscalité.

Échelle, intrigue et récit

  • 2 Veyne P., Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil, 1971, p. 182 ; voir aussi l’ensemble du chapit (...)

4Dans son célèbre essai sur l’écriture de l’histoire, Veyne décortique le contrepoint entre l’idée de processus et celle d’événement, en s’interrogeant sur la pertinence même de la seconde (« l’événement n’est pas un atome »). « Comment décomposer les causes et conditions dans « Jacques n’a pu prendre le train parce qu’il était bondé » ? Ce serait aligner les mille et une façons possibles de raconter ce petit incident. Comment énumérer toutes les conditions nécessaires pour qu’on ne puise prendre un train, y compris qu’il existe des trains2 ». La question, aux airs joyciens, qui au début des années 1970 renvoyait à une réflexion bien balisée sur l’explication en sciences sociales, introduit un certain trouble lorsqu’on la juxtapose à des idées comme « changement institutionnel » ou d’autres manières de signifier un processus unique. Ces dernières évoquent une trame, à la fois unitaire et complexe, de phénomènes interconnectés, dont le récit serait la forme naturelle de restitution. Cette image, proche par certains aspects d’une métanarration, est bien présente lorsqu’on emploie des expressions comme « processus de développement économique » ou « le processus de l’indépendance ».

5Très souvent, ces expressions ne constituent que de simples raccourcis ou des résumés anodins d’un contexte, rappelé par la logique d’une explication. Pourtant, même dans ce cas, elles véhiculent la représentation d’un devenir, dont l’unité et la globalité sont mises en arrière-plan, en même temps que données comme évidentes. Mais ces articulations sont loin d’être transparentes. Notre objectif ici est d’examiner les liens qui entretiennent certains objets locaux propres à la recherche historique et les processus où ils sont censés s’insérer.

  • 3 Aninno A., « Cádiz y la revolución territorial de los pueblos. 1812-1821 », dans Antonio Annino (co (...)
  • 4 Haber S. (ed.)., How Latin America Fell Behind. Essays on the Economic Histories of Brazil and Mexi (...)

6Deux exemples nous permettent d’illustrer ces questions. Les élections municipales de 1813, réalisés en Amérique hispanique en application de la constitution de Cadix, constituent un des grands sujets qui composent le « processus de l’indépendance ». Elles renvoient, à leur tour, à une matrice supposée cohérente de thèmes et de questions : l’émergence d’une citoyenneté et le statut des indiens, les visions politiques du territoire, le contrepoint entre formes modernes et anciennes de représentation, etc.3. Dans un registre bien différent, nous trouvons un emboîtement homologue de thèmes dans les travaux qui analysent les conséquences économiques de l’indépendance, soit à l’intérieur de narrations plus larges, soit dans des études particulières. Ces travaux, directement inspirés par les conceptualisations propres au néo-institutionnalisme ou placées à l’intérieur de ses problématiques et références, tous racontent les rapports entre la configuration institutionnelle des sociétés latino-américaines et leur évolution économique sur le long terme4.

  • 5 Coatsworth J. H., Los orígenes del atraso, nueve ensayos de historia económica de México en los sig (...)

7Il importe de souligner ici l’évident : la disposition spécifique des questions appréhendées par ces exemples, dans une multiplicité de plans et d’échelles. En ce qui concerne le deuxième, le thème s’organise – depuis les premiers travaux de J. Costworth et les références faites par D. North, jusqu’aux études plus récentes de Haber – comme une comparaison entre les États-Unis et l’Amérique latine, qui tente d’expliquer le retard relatif de la seconde par rapport aux premiers5. Le processus ainsi reconstitué et analysé est défini par cette comparaison, dont la pertinence repose sur le bon sens d’une apparente proximité historique. Les explications oscillent, en simplifiant beaucoup, entre celles qui soulignent le rôle des institutions héritées des métropoles respectives et celles qui cherchent à affiner la chronologie de l’évolution divergente de deux économies. Des approches exo ou endogènes sur l’évolution institutionnelle, traversent ces explications, qui renvoient ainsi à des temporalités contradictoires. À leur tour, ces dernières mettent en évidence l’absence d’une réflexion sur le phénomène institutionnel, qui implique une multiplicité de processus.

  • 6 North, D. C., Institutions, Institutional change, op. cit., chap I.
  • 7 Pour un débat avec le concept d’institution de North, avec un échange de lettres sur cette questio (...)

8En ce sens, l’ambivalence des notions de « cadre » ou « changement » institutionnel est déjà présente lorsque D. North – pour rester avec la principale référence commune à l’historiographie mentionnée – insiste sur la distinction entre institution et organisation, pour se concentrer sur les premières6. C’est-à-dire les dispositifs qui déterminent les coûts des transactions et les régularités qui stabilisent les attentes réciproques et les stratégies, avec sa série bien connue de topoi : les droits de propriété ; les modalités des contrats ; les mécanismes qui assurent l’exécution de ces derniers et ceux qui règlent l’accès à l’information ; les formes d’interaction qui émergent en fonction des différents degrés de connaissance locale et d’asymétrie dans l’accès à l’information, etc.7. Dans la vision de D. North du « cadre institutionnel », ces différents aspects sont évidemment interdépendants. Mais il est également évident qu’ils renvoient à autant de séquences, chacune avec sa propre temporalité. Et par rapport à ces séquences, on peut s’interroger sur la pertinence d’un découpage appuyé sur des « conséquences économiques de l’indépendance ». Cependant, la distinction entre institutions et organisations s’estompe lorsque le même auteur aborde le fonctionnement de l’État afin d’examiner les mécanismes qui assurent l’exécution des contrats ainsi que les effets de la fiscalité sur les droits de propriété ou sur les marchés financiers et, donc, sur la croissance économique à long terme.

  • 8 Prados de la Escosura L., « Assessing the economic... », op. cit., p. 17-19.

9Alors, la chronologie des « conséquences économiques » retrouve sa place, par l’incorporation d’une séquence qui comprend l’action politique. Quelle que soit notre opinion sur ces analyses, elles justifient la pertinence d’un édifice situé entre la sphère micro des transactions, les mécanismes de la construction impériale et les effets de son ébranlement sur l’ordre économique. Un édifice disposé sur une multiplicité de plans et d’échelles. Si nous nous approchons de ses différentes séquences, l’image du processus sur laquelle il repose perd le naturalisme d’un dessin réaliste. Il prend l’apparence d’une dynamique cubiste avec sa pluralité de plans entrecroisés, ou celle d’une intrigue qui articule différentes échelles. Et l’histoire racontée par les travaux dont il est question, finit par éclater avec l’étude de L. Prados de la Escosura : le parallèle entre l’Amérique latine et les États-Unis n’est pas forcément pertinent, car ces derniers sont trop exceptionnels par rapport à toutes les économies occidentales. Comparé à d’autres sociétés au lendemain de leur indépendance (y compris, évidemment, à d’autres territoires colonisés par l’Angleterre) et – surtout – comparé aux économies de l’Europe du Sud et de l’Est à la même époque, c’est parmi les grands pays de l’Amérique hispanique et portugaise qu’on retrouve les taux de croissance les plus élevés entre 1810 et 18708. Ainsi, le processus retrouvé dans la comparaison Amérique latine/États-Unis, se métamorphose par un déplacement de l’intrigue qui lui sert de référence.

  • 9 Wachtel N., Le retour des ancêtres. Les Indiens Urus de Bolivie XXe-XVIe siècle, essai d’histoire r (...)
  • 10 Revel J., Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Hautes Études et Gallimard/Seuil (...)

10On peut compléter ces idées avec le premier exemple mentionné. La matrice de questions évoquées à propos des élections municipales de 1813 se situe elle-même à l’intérieur d’une trame plus large de séquences. On connaît bien l’opposition entre les statuts d’Ancien Régime et les conceptions modernes de la nation, qui organise la séquence commune aux principales études récentes d’histoire politique sur l’indépendance latino-américaine. Mais ces études ne s’attardent pas beaucoup sur les rapports complexes entre lesdits statuts et les dynamiques sociales des communautés indiennes, dont le problème du tribut n’est qu’une expression. Peut-on, par exemple, séparer le processus électoral et l’institution des nouvelles municipalités d’autres évolutions, ou plutôt, les attitudes des acteurs du monde indien face à ces institutions, des évolutions longues des communautés comme celles étudiées par N. Wachtel et J. Poloni, pour les Andes du Sud et l’Équateur, respectivement9 ? Et si la réponse est négative, la mise en évidence de ce lien, est-il un problème d’échelle ? Autrement dit, si on admet un lien entre ce qui est identifié comme deux processus distincts, ces rapports peuvent-ils ressortir par une variation de focale ou d’un déplacement entre deux échelles également différentes10 ?

  • 11 Cette perspective est présente aussi bien dans les travaux qui adoptent un point de vue global – c (...)
  • 12 Guerra F. X. et Demélas-Bohy M. D., « Un processus révolutionnaire... », op. cit.

11On peut reprendre ces interrogations par les travaux qui ont ponctué les renouveaux successifs de l’historiographie sur les indépendances hispano-américaines, depuis le début des années 70. On y souligne souvent la dimension continentale ou atlantique des processus politiques et cette échelle apparaît comme nécessaire à la compréhension des phénomènes locaux11. C’est par exemple le cas de l’article de F. X. Guerra et M. D. Demelas sur les élections des représentants Américains à la Junte centrale et aux Cortès espagnoles qui synthétise une version de cette vision d’ensemble du processus d’indépendance. Le démantèlement de la monarchie hispanique y est traité comme une implosion produite par la contradiction créée, d’une part, par l’adoption progressive de formes modernes de représentation et, de l’autre, par la résistance des représentants péninsulaires à accepter les conclusions évidentes sur le poids qui revient aux américains à l’intérieur de cette nation espagnole située encore entre les deux rivages de l’Atlantique12.

  • 13 Guerra F. X., Modernidad e Independencias, op. cit.

12Malgré les différences entre auteurs, cette historiographie dessine un répertoire bien connu de problématiques : l’émergence de nouvelles élites dans un empire travaillé par les crises politiques ; l’apparition de nouveaux acteurs ; l’évolution des imaginaires politiques ; le passage des formes traditionnelles aux formes modernes de représentation ; les pratiques électorales ; le rôle des cités hispaniques dans les nouveaux contextes politiques ou celui de la création de nouvelles municipalités ou des nouveaux territoire provinciaux par le constitutionalisme gaditan ; et, plus généralement, le passage d’un monde de souverainetés multiples et segmentées, à celui d’une unique souveraineté nationale ; etc. En général, chacune de ces problématiques s’ordonne selon un modèle des processus politiques et des changements institutionnels : celui de la lente diffusion de la modernité, entendue comme « un ensemble de mutations multiples dans le domaine des idées, de l’imaginaire, des valeurs, des comportements » ; « c’est seulement dans l’expansion des acteurs sociaux modernes, dans la diffusion des nouvelles formes de sociabilité, et dans les imaginaires que celles-ci transmettent, où sont réunies les conditions pour accéder à la politique moderne13 ». Linéaire et téléologique, ce schéma estompe les confrontations de projets alternatifs au dénouement incertain, dont on peut aisément distinguer la multiplication à partir des dernières décennies du XVIIIe siècle, dès qu’on réduit notre observation à l’échelle locale. Pourtant, la complexité des conflits et des dynamiques locales est généralement bien restituée dans les études qui adoptent ce modèle. Ainsi, d’une part une multitude de conflits locaux en Espagne et en Amérique – au dénouement assez disparate – configurent le premier cycle de crise et restauration de la monarchie hispanique, entre 1808 et 1814 (ou depuis 1806, si on intègre les effets de la guerre avec l’Angleterre) ; de l’autre, c’est la forme globale de ce cycle qui confère, par rétrodiction, des significations spécifiques aux différentes cristallisations locales. Cela voudrait-il dire que la vision linéaire est l’inéluctable résultat d’un récit situé à l’échelle atlantique, qui ne serait à son tour qu’un artefact de l’observateur ? On peut poser la même question par rapport aux approches fondées sur l’idée d’un lien direct entre la trame institutionnelle héritée de l’empire hispanique et la performance économique, après sa disparition, des territoires américains qu’il comprenait. Dans un cas comme dans l’autre, l’échelle adoptée semblerait trouver son expression naturelle dans une vision linéaire et téléologique des processus qu’ils restituent. Les différentes dimensions resteraient ainsi irréductibles l’une à l’autre, chacune d’entre elles ne devant respecter un impératif de cohérence qu’avec son propre registre narratif.

  • 14 Veyne P., Comment on écrit..., op. cit., ch. VI. On peut se servir de la notion d’intrigue sans par (...)
  • 15 Ibid., ch. III.

13Pourtant, ce contrepoint entre dimensions, plus qu’à un jeu d’échelles, renvoie à un déplacement d’intrigues14. Attardons-nous un instant sur le couple récit/intrigue qui structure le bel essaie de Veyne sur l’écriture de l’histoire. Si cette dernière est une expérience clinique, c’est qu’elle résulte d’une association de compétences – un art – qui permet de tirer les lignes nécessaires à l’abstraction d’une particularité, à partir des singularités contenues dans les sources. Ainsi se dessine une intrigue, une trame sublunaire d’occurrences, de processus et d’échelles, liés par une disposition qui n’a de sens que par rapport à la perspective dictée par ces lignes. Elle est le résultat d’un choix subjectif mais non arbitraire – justifiable – qui, une fois adopté, impose le répertoire des items et des séquences à expliquer. Dans cette construction, le récit d’une intrigue oscille entre la description et la recherche rétrospective de la bonne hypothèse – la rétrodiction –, l’un et l’autre reposant sur une combinaison toujours spécifique de conceptualisation théorique et de narration15.

14Avec ces notions, on peut revenir aux interrogations sur les rapports entre les mutations signalées des sociétés andines sur le long ou le très long terme et les élections aux nouvelles municipalités constitutionnelles de 1813-1814. Au début du XIXe siècle, la position des acteurs politiques du monde indien ainsi que les mécanismes de mobilisation politique qui articulent leur intervention, s’inscrivent dans l’évolution longue illustrée par les études mentionnées de N. Wachtel et J. Poloni : pour les Andes du Sud du milieu du XVIIIe siècle, l’effacement des identités ethniques qui accompagne le brassage des populations amérindiennes, triomphe progressif de la logique espagnole de la résidence et la corrélative restructuration des hiérarchies communautaires ; pour la région de Cuenca, segmentation corporative de communautés avec la redéfinition de la catégorie d’Indien, et par contre coup, de celle de métis, ainsi que l’émergence de nouvelles hiérarchies, avec la consolidation de l’autorité des cabildos indiens. Évolution longue qu’on ne peut enfermer dans les termes des catégories dites d’Ancien Régime, tellement ces dynamiques imposent une redéfinition des statuts propres au régime de deux républiques.

  • 16 Demélas-Bohy M. D., « Modalidades y significación de las elecciones... », op. cit., p. 291-314 ; vo (...)
  • 17 Veyne P., Comment on écrit..., op. cit., p 42.

15En dépit de leur pertinence, ces processus ne sont pas visibles dans les analyses sur les élections municipales. Mais on ne les verrait pas non plus si on se limite à combiner le temps du politique avec l’échelle des évolutions sociales ou à passer de l’un à l’autre. Car ce qui les rends invisibles, ce n’est pas une certaine focale mais la structure d’une intrigue, qui combine plusieurs temporalités et se construit comme le déploiement, à partir des élites, des formes hispaniques de la modernité politique, qui n’était pas le destin unique des évolutions étudiés par N. Wachtel et J. Poloni. Ce n’est pas qu’on ne s’y réfère pas aux structures communautaires ou à certains aspects de transformations longues. Mais ces références – parfois très fines – contribuent, elles aussi, à couvrir ou à estomper les dynamiques propres aux communautés. Car elles sont introduites pour illustrer la difficulté que rencontre l’institution des nouvelles formes fondées sur la souveraineté homogène d’un peuple unique – ou leur combinaison avec des formes traditionnelles – par la persistance des liens et de fidélités de type ancien16. Alors, si « chaque fait n’a de sens que dans son intrigue et renvoie à un nombre indéfini d’intrigues17 », on peut la déplacer pour s’interroger sur la pertinence de sa configuration. Ce qui peut aussi faire imploser son objet, comme dans le cas des conséquences économiques de l’indépendance.

  • 18 Voir note du traducteur (note 1) in GREIF A., « Théorie des jeux et analyse historique des institu (...)

16Le constat des exemples commentés est à la fois trivial et riche en conséquences : tout processus comprend une série infinie de séquences et il n’a de sens qu’à l’intérieur d’une intrigue qui définit l’articulation spécifique de ces dernières avec les échelles dans lesquelles elles se situent. Prise à l’intérieur de ces notions, la vision linéaire de la révolution hispanique non seulement n’est pas le résultat nécessaire de son échelle atlantique, elle décale notre perception des évolutions locales, car elle voile la confrontation de projets alternatifs. Tout autant que l’idée de construction institutionnelle qui repose sur la notion de coûts de transaction. Alors, comment intégrer les observations du local dans un schéma global ou dans une forme de généralisation, qui tienne compte du dénuement incertain de ces confrontations ? Comment combiner les échelles par des formes de généralisation différentes de celles utilisées dans la littérature mentionnée ? Aux visions linéaires de l’historicité, on peut opposer l’idée de dépendance temporelle (path dependency) qui conceptualise les processus marqués par des indéterminations au départ d’un parcours, où les événements historiques sélectionnent un des équilibres ou des dénouements possibles, qui à son tour fixe l’évolution ultérieure18.

  • 19 Lesourne J., Economie de l’ordre et du désordre, Paris, Economica, 1991.

17En fonction des arguments développés de ce texte, il est intéressant de s’attarder sur les termes dans lesquels J. Lesourne formule le concept : « La référence à l’histoire ne renvoie pas à la succession des événements d’hier mais évoque les processus par lesquels le temps transforme en un passé unique la multiplicité des avenirs possibles. Des processus où, en plus du hasard et de la nécessité comme en biologie, s’exprime la volonté des hommes par les projets qu’ils tentent d’inscrire dans le futur. Le hasard, la nécessité, la volonté, cette trilogie de la création et de la destruction, du changement et de la permanence, de l’adaptation et de la sclérose. » Cette vision non linéaire de la temporalité est associée à une idée du processus évolutif et suppose une structuration des acteurs qui interviennent par « la volonté de leurs projets19 ».

  • 20 Voir évidement, Grenier J. Y., « Du bon usage du modèle » dans Grenier J. Y., Grignon C., Menger P (...)
  • 21 David P., « Clio and the Economics of Qwerty », American Economic Review, vol. 75, 1985, p. 332-337 (...)

18L’intérêt de ces notions dans la discussion qu’on essaie de présenter est assez évident. Néanmoins, le passage des notions associées à l’idée de dépendance temporelle, de l’analyse économique où elles ont été formulées vers leur application à l’étude des institutions ou de processus historiques, ne se fait pas aisément20. Les expressions linéaire/non linéaire n’ont pas dans un récit la même signification que dans les modèles mathématiques dont elles sont issues. Cela vaut aussi pour « séquence » ou « suite ». Il n’est donc pas inutile de s’arrêter un instant sur quelques aspects du cheminement de ces notions. Les travaux de P. David et P. Krugman se trouvent parmi les références classiques qui résument l’essentiel des premières formulations. Comme chacun sait, dans le modèle dynamique du premier, l’adoption d’une forme technologique particulière peut obéir à des logiques non économiques. Mais dès lors qu’une matrice technologique cristallise, elle détermine son évolution ultérieure. Le second emprunte l’idée d’une sélection entre équilibres multiples faite par l’histoire, pour montrer comment les anticipations auto-confirmées peuvent engendrer des économies d’échelle croissantes qui, à leur tour, expliquent la disposition des ressources dans un centre et une périphérie21. Ainsi, si l’idée de dépendance temporelle conceptualise les processus marqués par des indéterminations au départ d’un parcours, où les événements historiques sélectionnent un des équilibres possibles, elle énonce aussi l’irréversibilité de son évolution ultérieure.

  • 22 Grenier J. Y., « Du bon usage du modèle... », op. cit., p 44.
  • 23 North D. C., « Economic Performance... », p. 359-368. Il s’agit de sa conférence pour le prix Nobe (...)
  • 24 Aymard M., Postel-Vinay G., « Développement, croissance et cycle, ou L’histoire en porte-à-faux », (...)

19Les risques d’un usage métaphorique et non contrôlé de ces notions dans un récit historique, ont été fort soulignés22. Tantôt cet usage peut dénaturer les articulations du montage intellectuel qui a permis leur formulation ; tantôt il peut créer l’illusion d’une explication, sans rien ajouter aux recours habituels du récit. Mais ces derniers ne constituent pas le seul contexte ou l’utilisation de ces outils conceptuels peut poser problème. Les images de l’irréversibilité ont été transposées à l’analyse des institutions. D. North affirme avec force que ces dernières sont « porteuses d’histoire23 ». Si, par rapport aux analyses des institutions fondées sur des modèles d’équilibre général, l’idée a le mérite d’intégrer le temps, elle ne peut que décontenancer l’historien par sa banalité. Par ailleurs, les risques vont aussi dans l’autre sens, comme le montrent M. Aymard et G. Postel-Vinay, qui soulignent les problèmes posés aux historiens, par l’appel, d’une partie de la pensée économique, au temps et à l’histoire. La référence à ces derniers a souvent une valeur instrumentale : celle d’une métaphore des situations présentes24. Malgré des accents parfois trop simplificateurs ou le fait de réaffirmer des notions qui, à première vue, font partie de l’apanage le plus évident des historiens, ces appels touchent, par leur stylisation, un problème central de nos réflexions : celui de l’intérêt d’une vision non métaphorique de la temporalité.

20Cela nous ramène à la trilogie de la création et du changement de J. Lessourne : une image du processus nécessite d’une vision de la structure des acteurs. Car l’idée d’un espace qui rend possible la confrontation des « projets » suppose, d’une part, des dispositifs institutionnels et, de l’autre, une trame de rapports sociaux. Si les premiers constituent le réservoir de solutions possibles, chacune avec ses propres enjeux, les secondes structurent l’action qui, en sélectionnant les projets, construit, reproduit ou transforme les configurations. C’est ce contrepoint qu’on essayera de présenter maintenant.

Dépendances temporelles et constructions institutionnelles

  • 25 Reder M., « The tension between strong history and strong economics », dans Guinnane (Timothy W.), (...)

21Quelques-uns des exemples analysés comportent donc des visions linéaires et téléologiques des processus, eux-mêmes restitués comme un plan homogène où s’enchaînent les actions économiques ou politiques. Ceux relatifs aux transformations politiques le font par le récit d’une modernité, dont la diffusion affecte de manière homogène les représentations des acteurs, elles-mêmes se traduisant en formes cohérentes d’action politique. Tandis que dans les études commentées sur les liens entre environnement institutionnel et croissance économique inspirées des modèles néoclassiques, le processus historique est téléologique par définition. Car ils l’envisagent comme le mouvement d’un ensemble interdépendant de variables, guidé par ou attiré vers un but – l’équilibre –, qui est indépendant des positions initiales et de toute autre position intermédiaire des variables25. En revanche, nous venons de suggérer que les modèles de la dépendance temporelle doivent nous permettre d’ordonner une multiplicité de séquences dans des intrigues qui comprennent, en même temps, les dénouements incertains des dynamiques locales et la forme globale d’un processus. À son tour, cela permettrait de répondre – pour en rester aux approches inspirées du néo-institutionnalisme – à l’absence de réflexion sur le phénomène institutionnel lui-même qui suppose, comme on l’a également signalé, une pluralité de dynamiques entrecroisées.

22Néanmoins, les réserves exprimées sur une utilisation métaphorique des instruments de la path dependency invitent à nous attarder davantage sur leur transposition à l’analyse des institutions. Entre les références présentées à la fin de la section précédente, l’une – J. Lessourne – met l’accent sur l’indétermination des séquences de sélection, au cours d’un jeu ouvert, d’un des équilibres ou solutions possibles ; tandis que d’autres – comme D. North – soulignent l’irréversibilité de la solution adoptée, même si elle n’était pas optimale ou si le changement de l’environnement la rend moins efficace que d’autres.

23La séduction de cette construction conceptuelle ne doit donc pas éclipser les difficultés de sa transposition à d’autres domaines, ne serait-ce qu’afin d’évaluer son intérêt ailleurs que dans ces analyses économiques. En dépit de ces réserves, l’appel à la notion de dépendance temporelle, pour conclure l’analyse des exemples de la section précédente, n’avait pas seulement une valeur heuristique. L’examen plus détaillé d’un autre exemple – l’adoption de la liberté de commerce à Buenos Aires à 1809, à la veille du processus politique qui conduit la vice-royauté du Rio de la Plata vers l’indépendance – servira à montrer comment les outils de cette notion permettent d’ordonner une multiplicité de séquences ou la pluralité de dynamiques entrecroisées, propre à tout phénomène institutionnel.

  • 26 Les matériaux concernant l’histoire commerciale de Buenos Aires entre la fin du XVIIIe et le début (...)
  • 27 Fugier A., Napoléon et l’Espagne, 1799-1808, Paris, 2 vols., 1930 ; Halperin Donghi T., Guerra y fi (...)

24Décidée par le dernier vice-roi de Buenos Aires vers la fin de 1809, la « Tolérance provisoire avec le Commerce des étrangers » autorisant les importations étrangères, répond à une demande présentée par des négociants anglais dont les embarcations mouillaient devant le port. Malgré la banalité des circonstances qui en sont à l’origine, la mesure modifie en profondeur le fonctionnement local de l’exclusif castillan, réglé par les réformes commerciales de 177626. Mais son intérêt pour les arguments de ce texte, se trouve dans l’extrême volatilité politique qui entoure son adoption, ainsi que dans sa perpétuation dans un contexte politique et économique complètement changé. Nommé par la Junta Central, l’organe qui incarne la résistance aux armées napoléoniennes au nom du roi légitime Ferdinand VII, le vice-roi Cisneros remplace celui qui avait été choisi deux ans plus tôt par les pouvoirs locaux, à l’issue de la crise politique provoquée par la réaction de la ville aux deux tentatives d’occupation militaire des Anglais. Parallèlement, la crise fiscale non seulement menace de paralyser la vice-royauté, mais provoque la suspension des transferts fiscaux vers la métropole depuis 1803. Ainsi, avec les autorisations commerciales, Cisneros cherche des nouveaux revenus fiscaux pour corriger ces déséquilibres et rétablir les transferts vers l’Espagne, à un moment où l’offensive de la Junte Centrale et ses alliés anglais, commencée vers la fin 1808, n’est pas encore détruite par les forces françaises, au moins vu depuis Buenos Aires. Les besoins des autorités qui y résistent à l’occupant les avaient rendus précieux et prioritaires par rapport à toute autre considération27.

  • 28 Halperin Donghi T., « La expansión ganadera en la campaña de Buenos Aires, 1810-1850 », Desarrollo (...)

25Dans les autorisations commerciales de 1809, il n’y a donc aucun défi à l’ordre politique de la monarchie en dépit des nouveautés qu’elles introduisent dans le fonctionnement de l’économie locale et la réglementation impériale sur le commerce colonial. Leur approbation arrive au terme d’une de ces procédures qui révèlent les articulations de cet ordre et les éléments de la culture juridique qui l’exprime : invocation au droit et devoir de conseil, appel aux corps, présentation des requêtes et doléances, proclamation de la mesure comme un privilège temporaire justifié par l’urgence des circonstances. Et la mesure ne manque pas des succès : en 1810 les revenus de la douane doublent ceux de 1805. Seulement qu’au début de cette même année, l’autorité qui a nommé le dernier vice-roi a cessé d’exister sous la pression militaire des Français. Et la crise de légitimité ainsi ouverte provoque la récupération des pouvoirs souverains par la cité de Buenos Aires. Les autorités successives de cette dernière remplacent d’abord le dernier vice-roi et entreprennent ensuite un processus de progressive construction républicaine dans la région. Elles gardent aussi la liberté de commerce – on continue à s’y référer comme à une « tolérance provisoire » au moins jusqu’à 1812 – qui constitue désormais un élément central de la future restructuration économique de la région. Grâce à cette dernière, un secteur externe fondé sur les avantages comparées de l’exportation des produits de l’élevage local, non seulement se substitue au système reposant sur l’exportation de métaux précieux à l’intérieur de l’exclusif – compensé par la contrebande – et intégrant de vastes espaces intérieurs, mais il devient surtout le moteur d’une croissance et d’une nouvelle prospérité qui va s’accélérer à partir de 182028.

  • 29 En réalité, l’image héritée de l’historiographie du XIXe siècle, dont Mitre est le principal repré (...)

26Si on se limite à prendre, rétrospectivement, ces conséquences comme critère d’interprétation, il n’y a apparemment nul besoin de path dependency pour expliquer la mesure de 1809 et la liberté commerciale en général. Car elle ferait partie d’un schéma où son double succès, fiscal et économique, traduirait la rationalité des acteurs ayant œuvré pour adopter ce cadre institutionnel dont l’efficacité répare les distorsions du système colonial et l’équilibre économique. Tel est aussi le récit linéaire de la république depuis la deuxième moitié du XIXe siècle, dont la structure narrative n’est pas très différente de celui de la modernité. Pour les premiers, les débats produits au sein du consulat de commerce dans les années 1790, par la demande d’autres autorisations commerciales, anticiperaient déjà ce destin. Ce schéma confine les mesures de 1809 dans une intrigue dotée d’un futur unique que, pourtant, rien n’annonçait29. Il masque l’essentiel de la dynamique institutionnelle. Non seulement parce qu’il manque les mécanismes de confrontation de projets alternatifs, traduisant chacun des visions opposées de la structuration politique de l’économie. Nous verrons qu’il estompe surtout le changement des règles du jeu, et donc celui des enjeux et de la perception de ce qu’on peut perdre ou gagner, provoqué par la volatilité politique.

  • 30 Halperin Donghi T., Guerra y finanza...,op. cit., Chap. I et Revolución y Guerra..., op. cit., Chap (...)

27Du nombre de séquences qui se croisent dans l’adoption des libertés commerciales de 1809, comme dans tout événement, il intéresse ici d’en examiner trois, qui chacune évolue selon sa propre logique. D’abord celles qui intègrent l’armature des interprétations de T. Halperin Donghi sur l’indépendance au Rio de la Plata30 : la crise fiscale ou l’épuisement du montage qui assurait, depuis le XVIIe siècle, le financement de la défense du Rio de la Plata et son articulation avec la révolution et la militarisation provoquée par la réaction de la ville aux tentatives d’occupation anglaises. Ensuite le contexte dans lequel partisans et opposants à la mesure pressentent leurs projets respectifs, les rendant ainsi visibles et envisageables comme solutions alternatives. Enfin, les mécanismes de mobilisation politique qui forment et reconfigurent les coalitions, définissant les chances de ceux qui portent chacun des projets.

  • 31 Tandeter E., « El eje Potosi-Buenos Aires en el Imperio español », dans Romano R. et Ganci M. Gover (...)

28Le mécanisme qui subventionne l’ensemble de l’administration vice royale à Buenos Aires repose sur le transfert de fonds, depuis les caisses qui – comme au Chili ou au Haut-Pérou – bénéficient des taxes à la production de métaux précieux, vers celles du port-capitale. Ces dernières sont à leur tour tenues à faire de même en direction de l’Espagne, exprimant ainsi la solidarité à l’intérieur et entre royaumes de la monarchie. Le situado des caisses royales de Potosí assure le principal transfert vers celle de Buenos Aires. À son tour, le fonctionnement du système renvoie à l’emboîtement d’une foule de dispositifs – y compris juridiques et culturels –, dont le tribut des Indiens n’était pas le moins important – non pas tant par sa contribution aux revenus des caisses de Potosí, mais par son rôle primordial dans les mécanismes qui assuraient la participation des communautés indiennes dans l’économie coloniale et, donc, la production de métaux précieux31.

  • 32 Cespedes del Castillo G., « Lima y Buenos Aires. Repercuciones económicas y políticas de la creació (...)

29Il ne s’agit pas de décrire ici cette mécanique fiscale d’Ancien Régime – ce qui nous mènerait à expliquer autant les facteurs qui affectent le niveau de production minière et donc des revenus fiscaux, que les effets d’un tel système sur l’ensemble de l’économie32. Mais de souligner l’indépendance de ses mécanismes par rapport aux autres séquences, ainsi que les chocs extérieurs qu’ils subissent, affectant l’évolution de l’ensemble du montage fiscal. En effet, les conflits frontaliers avec les possessions portugaises au milieu du XVIIIe siècle, les épisodes locaux de la Guerre de Sept Ans, la création de la nouvelle vice-royauté (qui accompagne l’entrée de l’Espagne dans la guerre des États-Unis) ; chacune de ces séries d’évènements contribue à renforcer le dispositif militaire au Rio de la Plata, à augmenter son coût et à intensifier les pressions sur les caisses qui contribuent à son soutien. Ainsi, la trésorerie de Buenos Aires reçoit d’autres caisses les aides mentionnées et doit effectuer à son tour des renvois de fonds vers l’Espagne. Durant les dernières décennies du XVIIIe siècle, le solde positif couvrait 80 % des dépenses administratives et militaires locales. Mais cet équilibre ne cesse de s’éroder sous le double effet de l’évolution interne du dispositif fiscal et des chocs externes mentionnés. Les envois depuis Buenos Aires vers l’Espagne sont d’abord suspendus comme conséquence de la défaite navale franco-espagnole de Trafalgar ; ensuite, c’est la propre faiblesse des caisses de Buenos Aires qui prolonge cette suspension. Car, malgré le fait de retenir sur place la totalité des apports des autres trésoreries, ces dernières couvrent vers 1803 moins du 30 % des dépenses de Buenos Aires. C’est ce tableau qui est aggravé par les répercussions fiscales de la militarisation et de la révolution provoquées par la réaction de la ville aux tentatives anglaises d’occupation en 1806 et 1807. Elle recompose aussi le contexte politique dans lequel sont traitées les questions fiscales.

30Pour leur part, ces tentatives d’occupation militaire, effectuées dans le cadre de la politique conduite par Pitt, met en évidence l’univers institutionnel qui organise la constitution de la cité et ses rapports avec la monarchie, en même temps que les voies de sa subversion. Elle révèle surtout le rôle des milices à l’intérieur de cet ordre politique, où la participation des chefs des familles notables – le plus souvent des grands négociants – qui assurent l’encadrement, traduit toujours le principe du service à la monarchie, sa récompense à la personne ou à son lignage, ainsi que la formalisation du statut des officiers avec les privilèges définissant ces derniers. Les milices bénéficient, depuis des ordonnances de 1730, de la juridiction militaire au même titre que les corps permanents présents dans la région et s’intègrent aux jeux de factions de la ville. Comme cela arrive lors de la profonde réorganisation des années 1760, exécutée par le gouverneur Cevallos au milieu d’un intense affrontement entre, d’une part, la faction qui soutient et son action et la politique des jésuites et, de l’autre, celle incarnée par l’évêque de Buenos Aires et ses partisans. Encore une fois, il ne s’agit pas de retracer leur histoire, ce qui nous conduirait chaque fois vers de nouvelles régressions. Mais de montrer la combinaison spécifique de mécanismes institutionnels qui définissent un évènement et structurent son intrigue.

31Comme chacun sait, la première des tentatives militaires des Anglais se termine avec l’occupation temporaire de Buenos Aires. Mal protégée par sa garnison et abandonnée par l’autorité vice-royale, qui se replie vers l’intérieur, Buenos Aires tombe rapidement entre les mains des Anglais en juin 1806. Également rapide est sa reconquête, grâce à l’action des forces qui combinent des corps permanents, des milices et des corps de milices nouvellement créées. Au lendemain, c’est à un vice-roi affaibli par sa propre attitude que la corporation municipale (cabildo) impose la formation d’une Junte de Guerre dirigée par l’officier – Liniers – qui avait organisé et commandé la dite reconquête. Ni l’attitude du cabildo, ni la réponse à la crise militaire n’échappent à la tradition institutionnelle des royaumes castillans des Indes. Cependant, la nouvelle Junte met en place une politique de militarisation qui, d’une part renvoie au rôle mentionné des milices et traduit toujours la constitution traditionnelle de la cité ; de l’autre elle ne cesse de transformer les jeux politiques et institutionnels locaux. Ces accidents déterminent bien « la nature à long terme du système ». En effet, lors de la deuxième tentative des Anglais en 1807, les décisions sur le mouvement des troupes laissent à la ville elle-même le rôle principal de la défense. Sa population – y compris les esclaves – ses corps et ses régiments sont les protagonistes du succès. Tandis que, une fois la victoire de la ville assurée, la Junte de Guerre sanctionne l’incompétence renouvelée du vice-roi avec sa destitution et nomme à sa place Liniers, le chef militaire de la reconquête de 1806. Quoiqu’exceptionnel et accompagné d’une importante mobilisation populaire, le geste reste encore dans les limites de l’ordre institutionnel. Parallèlement, la militarisation non seulement s’inscrit, comme au début des années 1760, dans le jeu des factions qui traverse la cité, mais reconfigure profondément les relations et dynamiques politiques. Car elle atteint des dimensions considérables et produit l’émergence de nouveaux acteurs, les coalitions dans lesquelles interviennent les chefs des corps nouvellement constitués – en général des membres des familles notables, mais dans des nouveaux rôles politiques.

  • 33 Pour l’évolution politique depuis les années 1760, voir : Moutoukias Z., « Gobierno y sociedad en (...)
  • 34 Halperin Donghi T., Guerra y finanz..., op. cit., p. 73-100.

32Cela apparaît clairement dans le coup de force contre le nouveau vice-roi Liniers, tenté par une coalition formée par le corps du cabildo, son titulaire Martín de Alzaga et quelques autres chefs d’unités militaires, au début de 1809. Pendant l’année précédente, d’une part, la traditionnelle concurrence pour les grâces autorisant le commerce avec le Brésil alimentait un langage de confrontation ancienne et bien ritualisé entre le vice-roi et un groupe de grands commerçants qui contrôlaient ce corps municipal ; tandis que, de l’autre, le contexte international et les tentatives d’intervention de la cour portugaise récemment installée au Brésil changent les significations du jeu local. Et les acteurs, comme on vient de le dire, sont totalement inédits : c’est le refus de la majorité des chefs d’unité, intégrés à une coalition que la même action du cabildo avait contribué à former, qui marque l’échec du coup de force conduit par le négociant Martín de Alzaga, un ancien titulaire du consulat de commerce qui puise sa force dans son rôle central pendant la défense de Buenos Aires33. Le nouveau jeu politique non seulement préserve la militarisation contre les tentatives pour la réduire, de la part des autorités métropolitaines et de ses partisans les plus fidèles en Amérique. Il la rend aussi très chère34. Les corps créées à partir de 1806 consomment 31 % des revenus fiscaux entre 1806 et 1810 et représentent environ 60 % du total des dépenses militaires (y compris celles des corps de frontière). C’est dans ces circonstances que le nouveau vice-roi Cisneros cherchera à résoudre la crise fiscale.

  • 35 Pour les lignes qui suivent, voir Moutoukias Z., « Las formas complejas de la acción política : ju (...)

33De la riche reconstruction de cette séquence faite par Halperin, on a choisi de présenter une synthèse qui accentue l’emboîtement des conflits aux dénouements incertains, au point d’avoir un peu dénaturé ses analyses. Ce biais cherche à souligner l’enchaînement aléatoire des évènements où se croisent les différentes logiques sociales et institutionnelles, mais où il est possible de distinguer une structuration pertinente à l’intelligence d’une intrigue. L’autre séquence mentionnée, qui se croise dans l’ouverture commerciale de novembre 1809, c’est l’articulation des discours, favorables ou hostiles, à ces mesures35. Le dernier vice-roi et les acteurs de la cité manifestent leur conscience sur le fait de devoir choisir, de façon exceptionnelle et temporaire, entre déroger ou non à un aspect central de l’ordre légal du commerce atlantique pour répondre à la crise fiscale. Mais le contrepoint entre opposants – le titulaire du Consulat et le représentant du commerce de Cadix – et partisans – le conseil du consulat, le Cabildo restructuré après la crise de janvier 1809 et le représentant des propriétaires et producteurs ruraux – traduit aussi une querelle ancienne sur la structuration des négociants en tant que corps. Cela concernait autant le fonctionnement de la justice commerciale, que l’articulation de ses hiérarchies internes. Ces dernières résultent de la distribution de privilèges comme le droit exclusif d’être commissionnaire du négoce de Cadix, dont la prééminence était évidemment mise à mal par la distribution locale de grâces, comme les autorisations à importer des esclaves, ou la pratique de routes alternatives – que ce soit avec le Brésil, les puissances neutres ou à présent l’Angleterre. Nous venons de voir qu’en 1808, une des sources des frictions entre Martín de Alzaga – le titulaire du Cabildo – et le vice-roi, était précisément l’ancien commerce avec le Brésil, que la présence de la cour de Lisbonne et son interventionnisme dans les possessions castillanes, charge d’une nouvelle signification politique.

  • 36 Moutoukias Z., « Networks, Coalitions... », op. cit.

34Opposants et partisans s’accordaient sur le caractère exceptionnel des circonstances politiques auxquelles il fallait répondre et sur la nécessité de générer des ressources fiscales. Pour cela les uns proposent de renforcer les procédés de l’exclusif, propres à un empire qui est en train de ne plus exister, les autres de généraliser les libertés commerciales – ce qui signifie de leur faire perdre leur nature de grâce ou privilèges. Classer les arguments économiques des uns et des autres en mercantilistes et libéraux ou partisans des nouveautés de l’économie politique, trahirait les articulations des discours, même s’ils renvoient à ces univers intellectuels respectifs. Durant les débats et conflits au sein du consulat de commerce entre 1796 et 1802 – lorsque Martín de Alzaga était son titulaire – à propos d’autorisations analogues, les partisans d’une libéralisation qui contrediraient même les dispositions royales, réclament ces mesures dans le langage des récompenses et privilèges octroyés par la grâce royale. Tandis que les partisans des restrictions – en 1796 comme en 1809 – partagent une vision de l’unité des territoires hispaniques qui, dans un certain sens, les rapproche des libéraux de Cadix de 1812. Cela est peut-être une des clefs, la commune volonté de préserver l’unité de la monarchie s’accompagne des visions différentes sur l’autonomie des régions qui devaient ou non bénéficier des libertés commerciales36. Quoi qu’il en soit, on est bien en présence de deux projets différents avec des conséquences également différentes sur l’ordre économique et politique.

35On a suggéré plus haut que les doubles performances des mesures de 1809 pourraient servir de clef pour les expliquer. Ainsi, la liberté commerciale se serait imposée par ses effets vertueux sur la fiscalité et la croissance économique, anticipée par les acteurs qui la soutiennent. Dans un registre plus complexe, on dirait qu’il s’agissait de la solution fiscale optimale. Ensuite, les bénéficiaires des rentes fiscales et du nouvel ordre économique contribuent à la perpétuer, quels que soient les effets – négatifs ou positifs – que les comportements de ses partisans et la mesure elle-même, puissent avoir sur l’ensemble de l’économie. Par ailleurs, si on avance que l’adoption du nouveau dispositif institutionnel va de soi dans le contexte d’une certaine culture politique, cela n’affecte pas les explications précédentes. On vient de voir que ces trois registres explicatifs linéaires manquent un aspect essentiel de son adoption. D’une part, elle a été précédée par une confrontation de projets alternatifs, traduisant chacun des visions opposées de la structuration politique de l’économie ; de l’autre la volatilité politique modifie constamment les enjeux et les stratégies associés à un dispositif institutionnel donné. De toute évidence les acteurs qui dominent la vie politique de la ville, des grands négociants, cherchent à multiplier les occasions d’activité commerciale. De cette évidence banale nous ne pouvons pas déduire des stratégies communes au groupe de grands commerçants, car non seulement chacun de ses segments se situent différemment face aux privilèges commerciaux, mais ces derniers supposent des anticipations différentes en 1808, en 1809 et en 1810. Sur le plus long terme, le succès à Buenos Aires de la liberté du commerce extérieur sur le plan fiscal, transforme la douane en un nouvel enjeu destiné à peser lourd sur les conflits politiques pendant plusieurs décennies, dans un contexte où d’autres unités territoriales de l’ancienne vice-royauté perpétuent ou renforcent les structures fiscales coloniales.

  • 37 Hayek F. « Rules, perseption and Intelligibility » et « The result of human action », dans Hayek F. (...)

36La description de ce processus politique, si agité, montre également la multiplicité des sphères d’action des acteurs dont les stratégies se situent sur une diversité de contextes. Le recours à une approche fondée sur la notion de dépendance temporelle oblige – comme nous l’avons vu – à distinguer les dessins des acteurs des résultats de leurs actions, et les uns et les autres des mécanismes qui assurent l’adhésion à ce résultat ou sa reproduction37. Cette notion permet de penser des situations où les raisons poussant les agents à participer à des actions qui imposent un certain ordre politico-institutionnel, se trouve ailleurs que dans les objectifs de cet ordre. Plus encore, que les mécanismes de mobilisation capables d’assurer l’imposition, la stabilité et la reproduction de cet ordre, soient à leurs tours indépendants. Autrement dit, les raisons du triomphe de la faction des partisans de la liberté commerciale sur celle de ses opposants ne sont liées ni aux vertus de la mesure ni aux mécanismes qui contribuent à sa perpétuation. En effet, la convergence d’une séquence « militarisation et crise fiscale », avec celle de « confrontations des projets sur la structuration locale du commerce atlantique », ne peut expliquer les autorisations de 1809. Cisneros ne choisit pas simplement entre deux mesures alternatives, en estimant la singulière structure des coûts et la nature des bénéfices créés par les circonstances politiques – y compris celles du destinataire de l’excédent fiscal recherché et la difficulté de refuser un privilège à des anciens rivaux et nouveaux alliés de la résistance anti-française, comme les commerçants anglais à l’origine de toute la procédure. La composition de la junta convoquée pour traiter de cette question – suivant la procédure corporative habituelle – surprend par la présence de sept chefs de garnison, dont cinq grands négociants, chefs de familles notables. Elle exprime les nouveaux équilibres politiques, autant que l’absence de Martín de Alzaga. À ce moment, cet ancien titulaire du Consulat depuis 1796 et chef de file des partisans des restrictions, héros de la Défense, titulaire du cabildo et ennemi du commerce avec le Brésil ainsi que des contacts avec la cour portugaise – était interné en Patagonie après l’échec de janvier 1809. L’adoption d’un des projets en concurrence traduit donc la différente capacité de mobilisation politique – la troisième séquence mentionnée – de ceux qui les incarnent à l’intérieur du jeu de factions. Et cette aptitude à mobiliser ne peut s’exprimer, comme en théorie des jeux, en termes de la capacité des objectifs à produire des récompenses stabilisant la coalition qui les porte.

  • 38 Pour une critique à l’usage des notions comme « lignage patriarcal », « groupe ou famille corporat (...)

37Dans une certaine littérature on identifie ces mécanismes de mobilisation politique au rôle des acteurs collectifs et à celui des liens dits traditionnels. Le « jeu de factions » serait dans cette approche le résultat de la segmentation périodique des corps constituant la trame politique des cités, tandis que les actions politiques décrites supposent des liens traversant ces corps. Ce débat dépasse évidement les objectifs de ce texte. Ses arguments demandent néanmoins d’en rappeler quelques aspects, car on y identifie parfois les hiérarchies politiques et juridiques exprimées par les représentations d’un ordre politique, avec les mécanismes d’adhésion qui sous-tendent toute mobilisation politique. Avec les évidentes différences entre régions, le phénomène des factions est associé au rôle, à la tête d’ensembles d’actions plus ou moins stables, de ces personnages bien connus du monde colonial : titulaires d’offices, chefs de maison et parentèles importantes, et seigneurs de vassaux. La plupart des chefs d’unité militaire mentionnés font partie de cet univers. Dans la structuration de leur action politique, on souligne aussi le rôle des solidarités des liens dits traditionnels : origine commune en Espagne, clientèle et fidélité ou dépendance personnelle, filiation et alliance à l’intérieur d’un réseau de familles apparentées etc. Et cela renvoie aux familles notables considérées comme des unités corporatives, dans l’abondante littérature qu’on connaît38. Cependant, ces mécanismes corporatifs devraient structurer, le jeu politique comme un système de concurrence ou coopération entre clans lignagers, chacun avec ses mécanismes d’identification et solidarité, qui est complètement absent dans ce contexte.

38Évidemment, tous les membres d’une famille notable sont conscients du prestige que confère l’exercice d’une charge ecclésiastique, une magistrature ou le commandement militaire. Ils sont aussi explicites sur combien ce prestige retentit sur l’ensemble de la maison. Cela n’est que trop connu. Par ailleurs, si le prestige d’une charge retombe sur un ensemble familial c’est par les mérites, les services à la monarchie et les récompenses octroyées à un individu auquel s’identifie un groupe parmi toutes les personnes liées par la parenté. Et cette identification reconfigure – ou peut reconfigurer – les mémoires généalogiques et donc la structure d’une parentèle de façon indéterminée. On ne trouve ainsi aucun système de droits et devoirs – y compris devoirs de protection – assignés selon un ensemble de positions – de proximités réelles ou symboliques, mais équivalentes – par rapport à un ancêtre commun. Par conséquence, les grandes familles sont souvent en concurrence pour toute reconnaissance formelle d’autorité. Elles dépensent beaucoup de ressources à les acquérir, autant qu’à se confronter en termes d’honneur et réputation. Mais, si ces mécanismes recouvrent souvent le jeu politique, ils ne le structurent pas, au sens de lui fournir des objectifs et produire des enjeux. Ils se superposent dans la mesure où l’action de ces individus se situe sur une pluralité de contextes normatifs. Il n’y a donc pas de trace de factions lignagères clairement délimitées ou segmentées. Ce qu’on retrouve, ce sont des coalitions plus ou moins stables, dont la réitération des confrontations politiques peut engendrer la forme d’une faction et où les réseaux des familles notables constituent un des éléments qui les stabilise. Autrement dit, des ensembles d’action articulés par des réseaux egocentrés, dont la structure détermine leur accès aux ressources et leur capacité de mobilisation.

  • 39 Padgett J., Ansell C., « Robust Action and the Rise of the Medici, 1400-1434 » dans American Journa (...)

39Les acteurs décrits participent simultanément à diverses coalitions ou ensembles d’actions ; soit parce qu’elles correspondent à différents contextes de concurrence ou coopération ; soit parce que sur un même plan politique, ils interviennent souvent dans plusieurs coalitions. Et dans chacune d’entre elles, les raisons pour lesquelles ses membres y interviennent sont différentes de ses objectifs. La notion de réseau egocentré permet d’appréhender cette pluralité d’engagements. C’est aussi l’objectif du concept d’action robuste, que J. Padgett et C. Ansell utilisent pour interpréter l’articulation du pouvoir des Médicis pendant le premier tiers du XVe siècle. Selon les auteurs, la clef pour comprendre l’idiosyncrasie politique de Cosimo de Médicis c’est la « multivocalité ». C’est-à-dire, « le fait que les actions singulières puissent être interprétées, de manière cohérente et simultanée, à partir de perspectives multiples, le fait que les actions individuelles puissent évoluer dans plusieurs jeux en même temps, et le fait que les motivations publiques et privées ne puissent pas être décomposées pour leur attribuer un sens particulier... » Depuis la perspective d’ego, cela débouche sur un opportunisme souple qui maintient « des options discrètes à travers des futurs imprévisibles, face aux tentatives des autres pour réduire ces options39 ».

  • 40 Ibid., note 10.

40Mais les auteurs ne cherchent pas à reconstituer l’intersection des réseaux égocentrés, qui restituent la multiplicité de liens entre les acteurs et entre les différentes composantes de leurs réseaux. Cette unité, J. Padgett et C. Ansell ne la trouvent guère pertinente comme domaine d’analyse. Car l’action n’est que les stratégies développées à l’intérieur des différents contextes considérés séparément. « Dans la position particulière de Cosimo, il n’était vraiment pas transparent quel rôle était en jeu, en quel moment précis. Plus encore, il est impossible de décider dans quelle mesure Cosimo de Médicis était réellement une personne – comme le libéralisme moderne le conçoit – avec les moyens disponibles pour eux et pour nous40 ». Ce démembrement des acteurs en plans autonomes leur permet d’interpréter leur action en termes de positions structurelles calculées avec la méthode du modèle de blocs. Cependant, en gommant les interactions entre acteurs qui occupent une même position structurelle, l’action robuste est plus postulée que restituée. Car la compréhension du tempérament particulier de l’action politique demande l’analyse des structures réticulaires spécifiques.

  • 41 Greif A., « Théorie des jeux et analyse historique », in Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. (...)

41Nous rencontrons des difficultés analogues avec l’application de la théorie des jeux, faîte par A. Greif pour expliquer la logique de la coopération entre les factions constituées par les clans aristocratiques, qui conduit à l’institution du gouvernement du podestat à Gênes. Cette difficulté n’est pas dans l’hypothèse d’agents maximisateurs supposée par ces modèles, dont il n’est pas inutile de rappeler qu’elle renvoie aux moyens et non pas aux objectifs. Mais dans les liens que la théorie établie entre la stabilité et la force d’une coalition et ses objectifs, en fonction de la capacité de ces derniers à récompenser les stratégies des participants. Ce qui suppose des registres stratégiques univoques41. Transposé à notre exemple du Rio de la Plata, une telle approche conduirait à estomper la configuration des acteurs. Celle d’une trame des relations entre personnes réelles dont l’action s’inscrit sur une pluralité de processus.

42Dans les confrontations qui conduisent à adopter les libertés de 1809 à Buenos Aires, cette structure relationnelle constitue bien la troisième séquence qui détermine la capacité à mobiliser et imposer un projet. Auparavant, les débats mentionnés dans le consulat entre 1796 et 1802 avaient donné lieu à des affrontements factieux. Et la capacité des parties à s’imposer ne dépendait pas des rapports entre les coalisés à l’intérieur de la corporation, mais aux liens extérieurs au consulat, entre les personnes liées à chacun de ses membres, mais indépendamment d’eux : les parents des parents, les amis des amis... Les factions au sein du consulat ne constituent qu’une partie des factions que cristallisent, à l’intérieur de réseaux traversant, les différents segments corporatifs. Plus tard, l’autorité de ces seigneurs de la caserne ou du bataillon qui émergent avec la crise de 1806, dépend autant d’une nouvelle légitimité que de la structure des réseaux qui les situent par rapport à leurs pairs et les relient avec d’autres segments sociaux. Si la vision d’un processus suppose la structuration des acteurs qui interviennent « par la volonté de leurs projets », la reconstruction de ces réseaux egocentrés permet d’expliquer les mécanismes de médiation politique qui produit leur agrégation en coalitions.

  • 42 Moutoukias Z., « Fenómeno institucional e historia económica : debates para un enfoque renovado », (...)

43L’analyse des trois séquences nous conduit ainsi à l’idée de dispositifs institutionnels, qui cherche à formaliser deux aspects des dynamiques institutionnelles. D’une part, l’existence de formes simples – comme l’association entre corps et juridiction segmentée, par rapport auxquelles ont été formulés les différents projets d’organisation commerciale, ou le service au roi et sa récompense, présentes dans la mobilisation militaire – qui font partie des ressources et solutions alternatives propres à une culture politique. De l’autre, la combinaison de ces formes simples dans des processus politiques, dont les conflits et coopérations entre acteurs imposent l’adoption de certaines et l’innovation d’autres. Ils produisent ainsi des séquences de sélection entre combinaisons alternatives, générant chacune sa propre dépendance temporelle42. Mais, dans le contexte examiné, si ces combinaisons de formes simples fabriquent les enjeux, les objectifs et les projets donnent sens et définissent les gains et les pertes de la coopération et du conflit ; elles ne déterminent pas les possibilités d’imposer une combinaison particulière. Cela dépend des mécanismes spécifiques de la mobilisation politique. C’est cette convergence qui délimite un processus path dependent de construction institutionnelle, comme celui qu’on vient d’analyser, où les accidents déterminent effectivement l’évolution du système sur le long terme.

Croiser les intrigues

44Prises dans leur dimension metanarrative, les idées de « processus de changement institutionnel » ou « processus d’indépendance » estompent la multitude de conflits locaux en Espagne et en Amérique qui, non seulement configurent le premier cycle de crise et restauration de la monarchie hispanique entre 1808 et 1814, mais traduisent aussi différentes voies de construction institutionnelle, comme celle que nous venons de voir pour Buenos Aires. On s’y est largement attardé pour y insister d’avantage. Cependant, on a aussi affirmé que les caractéristiques globales de ce cycle confèrent des significations spécifiques aux différentes cristallisations locales. Par exemple, le transfert de la couronne portugaise au Brésil par les Anglais, modifie rétrospectivement la signification du succès des milices de Buenos Aires en ouvrant la perspective des évolutions institutionnelles évoquées. Pour conclure, nous pouvons revenir sur cette tension à propos des problèmes fiscaux entre la vielle et la Nouvelle Espagne.

  • 43 Andújar Castillo F., El sonido del dinero. Monarquía, ejército y venalidad en la España del siglo X (...)
  • 44 Floridablanca (conde de), « Instrucción reservada » ; voir aussi Castro C. de, Campomanes, Estado y (...)

45L’évolution de la fiscalité en Espagne et au Mexique pendant la deuxième moitié du XVIIIe siècle constitue un terrain historiographique abondamment visité43. Pour la première, nous disposons des données quantitatives et des descriptions sur la structure du système fiscal, qui nous permettent de suivre les lignes de cette évolution depuis l’équilibre d’une prospérité réelle mais précaire que Charles III hérite de son prédécesseur sur le trône, jusqu’à l’explosion catastrophique de la dette publique des dernières années du royaume de son successeur, Charles IV. Si le premier apparaît dans l’historiographie comme le meilleur représentant d’une volonté régalienne qui cherche à restaurer les forces de l’empire, c’est paradoxalement l’incapacité de son équipe ministérielle à mettre en place un impôt universel (contribución única), qui expliquent, d’une part, les modalités de sa politique de centralisation qui multiplie les structures corporatives et cherchent à augmenter le rendement fiscal des possessions américaines, ainsi que, de l’autre, le recours à la dette publique44. Ce dernier commence et devient régulier pendant la période des guerres de 1776 à 1783, quand le déficit conduit à l’émission des titres royaux (Vales reales), qui ont la double modalité de prêt à intérêt (4 %) et moyen de paiement. Pour répondre à leur dévalorisation provoquée par l’émission excessive, on charge Francisco Cabantús de créer la Banque de Saint Charles dont la principale mission est de rédimer les vales. Pendant ces années, une première vague de prêts et donations provenant du Mexique contribue aussi à palier le déséquilibre.

46Avec la paix de 1783 et la reprise des échanges avec l’Amérique, le système fiscal espagnol, dont les principaux revenus proviennent des différentes taxes à la consommation et au commerce, retrouve un certain équilibre qui devait durer un peu moins de 13 ans. Comme chacun sait, le nouveau cycle de guerre qui lui succède – contre la France en 1793-95, et deux fois contre l’Angleterre, en 1796-1802 et 1804-1809 – met à mal les finances royales. Et l’imposition par Napoléon, d’un traité obligeant l’Espagne à livrer un important subside annuel à la France, aggrave encore plus la débâcle. Vers 1808 la dette représente dix années de revenus. Pour leur part, les émissions massives des titres à partir de 1794 ont l’effet habituel : sa dévaluation oscille entre 25 % et 65 % de sa valeur nominale durant les années 1798 et 1808. Les différentes mesures destinées à palier cette crise – dérogation temporaire de l’exclusif par des autorisations à commercer avec les puissances neutres, nouvelle vague de prêts et donations mexicaines etc. – étant complètement insuffisantes, ce sont des différents types de biens ecclésiastiques que la monarchie s’approprie, avec la bienveillance de Pie VII, pour stabiliser sa dette et restaurer le crédit. On commence par la vente des propriétés des hôpitaux et des institutions de charité, suivie du neuvième de la dîme, pour continuer avec des nouvelles ventes. La caisse de consolidation crée en 1800 pour centraliser ces ressources, toujours destinées à stabiliser la dette et restaurer le crédit, devient une sorte de deuxième trésorerie. Entre 1798 et 1808 sont vendus un peu moins de 14 % des biens d’origine ecclésiastique, mais leur produit ne représente jamais plus de 12 % ou 13 % des vales en cours. Ainsi, après avoir subi l’appel à ses prêts et donations, le Mexique reçoit aussi l’ensemble des dispositifs à partir de 1805 : neuvième de la dîme, prélèvements destinés à la caisse de consolidation.

47Ce schéma ne représente qu’une partie de l’évolution que l’on peut abstraire de l’historiographie mentionnée. Mais il résume le résultat du processus qui, le plus souvent sert de référence aux interprétations de l’ensemble de l’évolution. Ces interprétations rétrospectives sont pourtant cohérentes et fructueuses à l’intérieur des intrigues qui justifient ces études. La composante fiscale de la crise de l’Ancien Régime, l’incapacité de la monarchie à réformer son empire ou l’État, les limites de la politique des Bourbon, les interdépendances entre guerre, fiscalité et ordre social, etc., constituent ses motifs les plus fréquents. Ils apparaissent aussi bien dans des textes comme ceux de M. Artola ou J. Fontana, où le destin de l’Espagne constitue une préoccupation explicite, que dans des études plus techniques, comme celles de Barbier et Klein. Il ne reste pas moins que, dans ces intrigues, on répond mal à la double question de pourquoi l’église et pourquoi persister dans un système qui conduit à l’autodestruction. On a souvent répondu par l’identification de la monarchie à l’ordre aristocratique. Un autre type de réponse serait qu’à chaque moment, ces mesures sont les plus rationnelles, mais que le rapide changement de l’environnement les rendent inefficaces ou catastrophiques. Une telle hypothèse suppose évidement d’évaluer les coûts à mettre en place un système de crédit public comparés à ceux d’autres solutions possibles. Cela revoie à la difficulté d’envisager la solution de l’impôt universel, déjà formulée et tentée sous Ferdinand VI. Évidement, on peut répondre aussi par les contraintes de la culture juridique, sauf que le statut de l’église constitue un de ses dispositifs centraux.

48Avec l’historiographie mexicaniste on retrouve des apories comparables. Mis à part les travaux où l’analyse de la fiscalité s’intègre aux débats sur l’évolution économique de la Nouvelle Espagne, ses motifs principaux sont, d’une part, la place ou la contribution – l’effort – de la vice-royauté dans l’ensemble impérial, de l’autre reconstituer la composante fiscale des griefs qui affectent l’attitude des différents groupes sociaux au moment de l’indépendance. Ainsi, le riche livre de C. Marichal traite sur le même plan la contribution des caisses mexicaines au financement de la défense de la Caraïbe et l’ensemble des transferts vers la métropole. Sa vision renverse les perspectives centrées sur l’Espagne et sa cour, par une analyse qui estompe l’opposition centre/périphérie. Il prête aussi attention à une particularité bien connue de la structure patrimoniale des institutions religieuses en Nouvelle Espagne : l’importance relative des biens mobiliers et de cens rachetables placés parmi les membres de l’oligarchie coloniale. Ainsi, lorsque l’administration fiscale s’approprie des fonds gérés par les tribunaux des chapellenies et œuvres pieuses, ces personnages sont contraints de rembourser le principal de ces cens. Aussi attentifs à l’attitude des différents groupes sociaux, d’autres travaux étudient la transformation des circuits marchands dans lesquels participent les indiens, ainsi que les réformes dans la gestion des biens des communautés destinées à augmenter leur contribution dans l’effort fiscal. Communautés indiennes qui constituent par ailleurs un élément fondamental de la structure fiscale de la Nouvelle Espagne. Si l’idée d’une collaboration des élites coloniales – y compris les élites indiennes – à cet effort fiscal est cohérente avec le récit des intrigues délimitées par ces études, leur attitude politique aux différents moments du processus reste sans explication. À moins de faire appel à l’idée d’un souverain prédateur et omnipotent, démentie par l’ensemble des mécanismes décrits.

  • 45 Bertrand M., Grandeur et misère de l’office. Les officiers de finances de Nouvelle Espagne XVIIe-XV (...)
  • 46 Dedieu J. P. « Familles, majorats, réseaux de pouvoir. Estrémadure, XVe-XVIIIe siècle », dans Dedie (...)
  • 47 Imízcoz J. M., « Actores en contexto. Individuos, normas y autoridad : algunas reflexiones sobre lo (...)

49Ces points aveugles des approches mentionnées invitent à croiser les intrigues. Cela ne veut pas dire se limiter à une approche comparative des structures fiscales et des attitudes politiques. Mais de restituer l’agencement des choses qui relie l’équipe ministérielle à un propriétaire terrien ou aux membres des communautés indiennes ou religieuses. Croiser les intrigues suppose aussi faire appel à d’autres approches comme celle de M. Bertrand qui analyse – pour la fin du XVIIe et la première moitié du XVIIIe siècle – la circulation de faveurs et médiations politiques entre le Conseil des Indes à Madrid et le milieu de l’office de finances de Mexico. Elle était créée par l’action d’un complexe réseau de coopération et conflits, qui servait à des opérations illégales. Tandis que, les liens et alliances locales des officiers de finances affectent la hiérarchie administrative, en même temps ils facilitent son fonctionnement grâce précisément à ces alliances45. En ce sens, les travaux de J. M. Imizcoz et J. P. Dedieu présentent pour les XVIIe et XVIIIe siècles un modèle expliquant la circulation des agents de la monarchie à l’échelle de l’empire, fondé sur l’échange de grâces et de services qui structurent la couronne. Le second part d’une analyse du fonctionnement et la transmission des majorats en Estrémadure, pour montrer comment l’arbitrage du monarque met à sa disposition des nobles tenus de servir, dont les carrières dans l’armée ou l’administration les conduisent d’Italie en Amérique46. Pour sa part, J. M. Imízcoz reconstruit les mécanismes qui – au XVIIIe siècle – reliaient des communautés basques à la cour de Madrid, grâce aussi au trafic d’hommes et faveurs politiques, qui transporte ces hommes dans de multiples instances de l’administration en Amérique, la Maison du roi, l’armée, le clergé, les finances d’État et le commerce colonial. Si ces réseaux « à l’échelle de l’empire » structurent l’action de la monarchie, ils articulent aussi les oligarchies locales à la cour47.

50Si on applique les notions de dépendance temporelle sur les intrigues ainsi croisées, cela oblige à envisager les différents futurs incertains par lesquels transite l’action des acteurs, c’est-à-dire les conditions qui expliquent le sens de leur choix à différent moment d’un processus. Cela oblige aussi à formuler une double hypothèse concernant l’ensemble du dispositif fiscal. Du côté américain, l’existence de dispositifs institutionnels, comme ceux évoqués pour Buenos Aires qui, d’une part, rendent possible la convergence des entrepreneurs locaux et les agents de la monarchie dans un même espace d’action politique et, de l’autre, permet d’estimer la pression fiscale qu’on peut supporter en termes d’avantages qu’on peut tirer de cet agencement. Du côté espagnol, l’existence d’irréversibilités qui bloquent le recours à des nouvelles solutions fiscales à la crise, dont les mécanismes renforcent l’appel toujours possible à l’ensemble colonial.

Notes

1 Il n’est pas très difficile de trouver des exemples, récents ou anciens, de travaux qui évitent cette vision linéaire de la temporalité, comme « l’essai d’histoire régressive » de N. Wachtel ou les études de M. Bertrand ou J. Poloni-Simard, citées plus bas. Cela ne contredit pas l’idée d’un schéma ou d’une syntaxe de l’évolution historique partagé par différentes cultures historiographiques et affectant l’organisation de ses objets.

2 Veyne P., Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil, 1971, p. 182 ; voir aussi l’ensemble du chapitre VIII.

3 Aninno A., « Cádiz y la revolución territorial de los pueblos. 1812-1821 », dans Antonio Annino (coord.), Historia de las elecciones en Iberoamérica, siglo XIX, Buenos Aires, F.C.E., 1995 et Demélas-Bohy M. D.), « Modalidades y significación de las elecciones generales en los pueblos andinos, 1813-1814 » dans Antonio Annino (coord.), Historia de las elecciones en Iberoamérica, siglo XIX, Buenos Aires, F.C.E., 1995 ; Voir aussi Rodriguez O. J. E, La independencia de la América española, México, F.C.E./El Colegio de México, 1996.

4 Haber S. (ed.)., How Latin America Fell Behind. Essays on the Economic Histories of Brazil and Mexico, 1800-1914, Stanford, 1997; Coatsworth J. H., « Notes on the Comparative Economic History of Latin America and the United States », dans W. L. Bernecker and H. Werner Tobler (eds.), Development and Underdevelopment in America: Contrasts in Economic Growth in North America and Latin America in Historical Perspective, New York, 1993; Prados de la Escosura L., « Assessing the economic effects of Latin American indépendance », Universidad Carlos III de Madrid, Working Paper, 12-2003;Prados de la Escosura L. et Amaral S. (eds), La independencia americana: consecuencias económicas, Madrid, Alianza, 1993 ;North D. C., Understanding the process of economic change, Princeton/Oxford, Princeton University Press, 2005; North D. C., Institutions, Institutional change and Economic performance, Cambridge/New York, Cambridge University press, 1996.

5 Coatsworth J. H., Los orígenes del atraso, nueve ensayos de historia económica de México en los siglos XVIII y XIX, Alianza Editorial Mexicana, México, 1990; North D. C., Structure and change in economic history, New-York/London, W. W. Norton, 1981; Haber S. (ed.)., op. cit.

6 North, D. C., Institutions, Institutional change, op. cit., chap I.

7 Pour un débat avec le concept d’institution de North, avec un échange de lettres sur cette question, voir Hodgson G. M., « What Are Institutions ? », Journal of Economic Issues, vol. XL, no 1, mars 2006.

8 Prados de la Escosura L., « Assessing the economic... », op. cit., p. 17-19.

9 Wachtel N., Le retour des ancêtres. Les Indiens Urus de Bolivie XXe-XVIe siècle, essai d’histoire régressive, Paris, Gallimard, 1990 ; Poloni (Jacques), La mosaïque indienne : mobilité, stratification sociale et métissage dans le corregimiento de Cuenca, du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, EHESS, 2000 ; voir aussi, Carmagnani M., El regreso de los dioses. El proceso de reconstitución de la identidad etnica en Oaxaca, siglos XVII y XVIII, México, Fondo de Cultura Económica, 1988.

10 Revel J., Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Hautes Études et Gallimard/Seuil, 1996.

11 Cette perspective est présente aussi bien dans les travaux qui adoptent un point de vue global – comme ceux de Dominguez J., Insurrection or loyalty : The breakdown of the Spanish American Empire, Cambridge, Harvard University Press, 1980 ; Halpering Donghi T., Reforma y disolución de los imperios ibéricos : 1750-1850, Madrid, Critica, 1985 ; Guerra F. X., Modernidad e Independencias, Madrid, Mapfre, 1992 ; Guerra F. X. et Demélas-Bohy M. D., « Un processus révolutionnaire méconnu : l’adoption des formes représentatives modernes en Espagne et en Amérique (1808-1810) », Caravelle, no 60, Toulouse 1993 ; Rodriguez O. J. E., La independencia de la América española, México, F. C. E./El Colegio de México, 1996 ;Chust Calero M., La cuestión nacional americana en las Cortes de Cádiz (1810-1814), Valencia, FIHS/IIH-UNAM, 1999 ; Chiaramonte, J. C., Nación y Estado en Iberoamérica. El lenguaje político en tiempos de las independencias, Buenos Aires, Sudamericana, 2004 ; Portillo J. M., « La Federación imposible : los territorios europeos y americanos ante la crisis de la Monarquía Hispana » dans Rodriguez O. J. E., Revolución, Independencia y las nuevas naciones de América, Madrid, MapfreTavera, 2005 ; Quijada, Mónica, « Las « dos tradiciones ». Soberanía popular e imaginarios compartidos en el mundo Hispánico en tiempos de las grandes revoluciones atlánticas » dans Rodriguez O. J., Revolución, Independencia y las nuevas naciones de América, Madrid, MAPFRE-Tavera, 2005 ; – que dans les études locales – comme celles d’Halpering Donghi T., Revolución y Guerra. Formación de una elite y dirigente en la Argentina criolla, Buenos Aires, Siglo XXI, 1971 ; Rodriguez M., The Cádiz Experiment in Central America, Berkeley, University of Californai Press, 1978 ; Annino A., « Cádiz y la revolución territorial... », op. cit. ; Ternavasio M., La revolución del voto. Política y elecciones en Buenos Aires, 1810-1852, Buenos Aires, Siglo XXI, 2002 ;Morelli F., Territorio o nación. Reforma y disolución del espacio imperial en Ecuador, 1765-1830. Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2005 ; Thibaud C., « Formas de guerra y mutación del Ejercito durante las guerras de la independencia en Colombia y Venezuela », dans Rodriguez O. J. E., Revolución, Independencia y las nuevas naciones de América, Madrid, MAPFRE-Tavera, 2005 ;Verdo G., L’indépendance argentine entre cités et nation, 1808-1821, Paris, Sorbonne, 2006 ; il faudrait aussi rappeler l’exception du livre de Van Young E., The Other Rebellion : Popular Violence, Ideology, and the Struggle for Mexican Independence, 1810-1821., Stanford, Stanford University Press, 2001.

12 Guerra F. X. et Demélas-Bohy M. D., « Un processus révolutionnaire... », op. cit.

13 Guerra F. X., Modernidad e Independencias, op. cit.

14 Veyne P., Comment on écrit..., op. cit., ch. VI. On peut se servir de la notion d’intrigue sans partager l’ensemble de ses analyses, en particulier celles consacrées à l’usage des concepts et modèles en histoire.

15 Ibid., ch. III.

16 Demélas-Bohy M. D., « Modalidades y significación de las elecciones... », op. cit., p. 291-314 ; voir aussi les belles pages de Morelli F., Territorio o nación, op. cit., p. 113-122. Qu’il s’agisse bien d’une question d’intrigue et non pas d’échelle, le montre également le livre de Nuria Sala, sur l’action politique des communautés indiennes du Bas-Pérou, entre 1784 et 1814. Elle suit la logique de ces actions à partir des problèmes propres aux communautés, en particulier la complexité des questions juridiques, symboliques et économiques liées au tribut. Ce qui lui permet d’analyser leur attitude face aux projets qui se succèdent ou se superposent (dont certains issus des élites indiennes) entre 1805 et 1814, à partir des stratégies déployées par les différents acteurs du monde indien. Ainsi, mais la trame des problèmes de Sala retrouve quelques-unes des questions de N. Wachtel (tout en leur donnant une réponse différente) sur l’évolution longue des communautés, malgré le fait de ne pas le citer et en dépit du temps court de son étude. Sala i Vila N., Y se armó el tole tole. Tributo indígena y conflictos sociales en el virreinato del Perú, 1784-1814, Huamanga, IER, José María Arguedas, 1996 ; voir aussi, Glave L. M., Vida, símbolos y batallas. Creación y recreación de la comunidad indígena. Cuzco, siglos XVI-XIX, Lima, FCE, 1992.

17 Veyne P., Comment on écrit..., op. cit., p 42.

18 Voir note du traducteur (note 1) in GREIF A., « Théorie des jeux et analyse historique des institutions. Les institutions économiques du Moyen Age », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 53, no 3, mai-juin 1998, p. 537. La formulation reprend celle de J. Y. Grenier, traducteur du texte de Greif, qui transpose path dependency en français par dépendances temporelles.

19 Lesourne J., Economie de l’ordre et du désordre, Paris, Economica, 1991.

20 Voir évidement, Grenier J. Y., « Du bon usage du modèle » dans Grenier J. Y., Grignon C., Menger P. M. (sous la direction de), Le modèle et le récit, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 2001 ; pour des réserves depuis la sociologie historique, Mahoney J., « Path dependency in historical sociology », Theory and Society, vol. 29, no 4, août 2000, p. 507-548.

21 David P., « Clio and the Economics of Qwerty », American Economic Review, vol. 75, 1985, p. 332-337; Krugman P., Geography and Trade, MIT, 1991.; Artur B., « Positive feedbacks in the economy », Scientific American, no 262, février 1990, p. 92-99; pour un état récent du débat, voir Guinnane T. W., Sundstrom A. W., Whatley W., Historiy Matters. Essays on Economic Growth, Technology, an Demographic Change, Stanford, Stanford University Press, 2004.

22 Grenier J. Y., « Du bon usage du modèle... », op. cit., p 44.

23 North D. C., « Economic Performance... », p. 359-368. Il s’agit de sa conférence pour le prix Nobel en économie en 1993. On retrouve aussi un usage non contrôlé de la path dependency dans son dernier ouvrage déjà cité, North D. C., Understanding the process, op. cit.

24 Aymard M., Postel-Vinay G., « Développement, croissance et cycle, ou L’histoire en porte-à-faux », dans Boyer R., Chavance B., Godard O., Les figures de l’irréversibilité en économie, Paris, Éditions de l’EHESS, 1991, p. 373.

25 Reder M., « The tension between strong history and strong economics », dans Guinnane (Timothy W.), A. Sundstrom (William), Whatley (Warrant), History Matters. Essays on Economic Growth, Technology, an Demographic Change, Stanford, Stanford University Press, 2004, p. 96.

26 Les matériaux concernant l’histoire commerciale de Buenos Aires entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle ont été pris de Documentos para la historia argentina, Tomo VII, p. 379-391 ; Tjarks G., El Consulado de Buenos Aires y sus proyecciones en la historia del Río de la Plata, Buenos Aires, Universidad de Buenos Aires, Facultad de Filosofía y Letras, 1962, Chap 6 ; voir aussi : Consulado de Buenos Aires. Antecedentes. Actas. Documentos, 4 vols., Buenos Aires, Archivo General de la Nación, Kraft, 1936-47. Archivo General de Indias (ci-après AGI), Audiencia de Buenos Aires, Expedientes del Consulado, legajos 584 y 585 et Correspondencia de Virreyes, legajos 96-99.

27 Fugier A., Napoléon et l’Espagne, 1799-1808, Paris, 2 vols., 1930 ; Halperin Donghi T., Guerra y finanzas en los orígenes del Estado argentino (1791-1850), Buenos Aires, Editorial Belgrano, 1982 ;Halperin Donghi T., Revolución y Guerra, op. cit. ; Gallo K., De la invasión al reconocimiento : Gran Bretaña y el Río de la Plata, 1806-1826, Buenos Aires, A-Z, 1996 ;Hocquellet R., Résistance et révolution durant l’occupation napoléonienne en Espagne. 1808-1812, Paris, la Boutique de l’Histoire, 2001 ; Aymes J. R., L’Espagne contre Napoléon. La Guerre d’indépendance espagnole (1808-1814), Paris, Nouveau Monde/Fondation Napoléon, 2003 ; Artola Gallego M., La guerra de la Independencia, Madrid, 2008. Voir aussi, Costeloe M. P., « Spain and Latin American Wars of Independence: the Free Trade Controversy, 1810-1820 », The Hispanic American Historical Review, vol. 61, no 2, mai 1981, en particulier p. 210-212.

28 Halperin Donghi T., « La expansión ganadera en la campaña de Buenos Aires, 1810-1850 », Desarrollo Económico, vol. 3, no 1-2, 1961.

29 En réalité, l’image héritée de l’historiographie du XIXe siècle, dont Mitre est le principal représentant, associe l’adoption de la liberté de commerce aux efforts de construction républicaine des régimes de Buenos Aires postérieures à 1810. Ainsi, les débats mentionnés de la fin du XVIIIe siècle au sein du consulat, ainsi que l’action de son secrétaire Belgrano, plus tard protagoniste central des constructions politiques postérieures à 1810, retrouvent une place naturelle dans le récit de la république. Répondant à une historiographie qui perpétue cette vision jusqu’à la fin des années 1960, Halperin signale l’anachronisme de placer les débats antérieurs à 1809, à l’intérieur d’un projet d’indépendance républicaine encore inexistant. Mais cet aspect dépasse largement les objetifs du texte. Halperin Donghi T., Revolución y guerra..., op. cit., p. 129-142 ; voir aussi : Amaral S., « Del mercantilismo a la libertad : las consecuencias económicas de la independencia argentina », dans Prados de la Escosura (Leandro et Amaral (Samuel), eds, La independencia americana : consecuencias económicas,. Madrid, Alianza, 1993, p. 201-217.

30 Halperin Donghi T., Guerra y finanza...,op. cit., Chap. I et Revolución y Guerra..., op. cit., Chap. p. 142-168.

31 Tandeter E., « El eje Potosi-Buenos Aires en el Imperio español », dans Romano R. et Ganci M. Governare il mondo : l’imperio spagnolo del XV al XIX secolo, Palerme, Società Siciliana per la Storia Patria, 1991.

32 Cespedes del Castillo G., « Lima y Buenos Aires. Repercuciones económicas y políticas de la creación del virreynato del Plata », Anuario de Estudios Americanos, 1947 ; Halperin Donghi T., « La Revolución y la crisis de la estructura mercantil en el Río de la Plata », Estudios de Historia Social, vol. 2, no 2, Buenos Aires, UBA-Fac. de Fil. y Let., 1966 ; Tandeter E., Miletich V., Ruibal B., « Mercado interno de Potosí a fines del siglo XVIII » dans Harris O. B. L., Tandeter E. (Éd.), La participación indígena en el mercado surandino, La Paz, CERES, 1987 ; Wachtel N., Le retour des ancêtres..., op. cit., 2e partie, chapitres III et IV ; Stern S., « Nuevas direcciones en la historia económica de los Andes. Un dialogo crítico con Carlos Sempat Assadourian », HISLA, no 3, Lima, 1er semestre 1983. Tandeter E., L’argent de Potosí. Coercition et marché dans l’Amérique coloniale, Paris, Éditions EHESS, 1997 (1re édition en espagnol, 1992).

33 Pour l’évolution politique depuis les années 1760, voir : Moutoukias Z., « Gobierno y sociedad en el Tucuman y Rio de la Plata, 1550-1800 », dans Tandeter E. (dir.), Nueva Historia Argentina, vol. II, Buenos Aires, Éd. Sudamericana, 2000 ; Moutoukias Z., « Networks, Coalitions and Unstable Relationships : Buenos Aires on the Eve of Independence » dans Roniger L., Herzog T. (eds), The Collective and the Public in Latin America : Cultural Identities and Political Order, Sussex Academic Press, 2000 ; Moutoukias Z., « Réseaux personnels et autorité coloniale : les négociants de Buenos Aires au XVIIIe siècle », Annales, ESC, no 4-5, Paris 1992. Sur les invasions anglaises et les actuations de Liniers et Alzaga, ainsi que les relations entre la cour portugaise au Brésil et le Rio de la Plata : Halperin Donghi T., Revolución y guerra..., op. cit., p. 142-168 ; voir aussi, Roberts C., Las Invasíones Inglesas del Rio de la Plata (1806-1807) y la influencia inglesa en la independencia y organización de las Provincias Unidas, Buenos Aires, Peuser, 1937 ; Gallo K., De la invasión al reconocimiento..., op. cit. ; Segreti C., Un caos de intrigas. El Rio de la Plata, 1808-1812, Buenos Aires, Academia Nacional de la Historia, 1997 ; Archivo General de la Nación (ci-après AGN), procès de Martin de Alzaga Buenos Aires, Sala IX, 23-4-1 et 23-4-2.

34 Halperin Donghi T., Guerra y finanz..., op. cit., p. 73-100.

35 Pour les lignes qui suivent, voir Moutoukias Z., « Las formas complejas de la acción política : justicia corporativa, faccionalismo y redes sociales (Buenos Aires, 1750– 1760) », in Jahrbuch Für Geschichte von Staat, Wirtschaft und Gesellschaft Lateinamerikas, Cologne-Weimar-Vienne, 2002 et « Networks, Coalitions... », op. cit.

36 Moutoukias Z., « Networks, Coalitions... », op. cit.

37 Hayek F. « Rules, perseption and Intelligibility » et « The result of human action », dans Hayek F., Studies in Philosophiy, respectivement p. 23– 42 et 111– 137 ; Hayek F., Law, legislation et liberty, vol. 1, Rules & Order, London, Routledge & Kegan Paul, 1973, vol. 1 ; voir aussi Ramella F., « Por un uso fuerte del concepto de red en los estudios migratorios », dans María Bjerg y Hernán Otero (ed.) Inmigración y redes sociales en la Argentina moderna, Tandil, IHES, 1995 et Moutoukias Z., « Narración y análisis en la observación de vínculos y dinámicas sociales : el concepto de red personal en historia social y económica », dans Bjerg M. y Otero H. (ed.), Inmigración y redes sociales en la Argentina moderna, Tandil, IHES, 1995, respectivement p. 9-21 et 221-241 ; Moutoukias Z., « Réseaux et parcours. La construction ordinaire d’un tissu de liens personnels à Madrid », dans Gribaudi M., Espaces, temporalités, stratifications. Exercices sur les réseaux sociaux, Paris, Éditions de l’EHESS, 1998, p. 255– 288.

38 Pour une critique à l’usage des notions comme « lignage patriarcal », « groupe ou famille corporative », voir Moutoukias Z., « Familia patriarcal o redes sociales : balance de una imagen de la estratificación social », dans ANUARIO/IEHS, no 15, Tandil, 2000.

39 Padgett J., Ansell C., « Robust Action and the Rise of the Medici, 1400-1434 » dans American Journal of Sociology, vol. 98, no 6, p. 1263. Je suis évidemment incompétent pour commenter le matériel historique de ce dense article.

40 Ibid., note 10.

41 Greif A., « Théorie des jeux et analyse historique », in Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 53, no 3, mai-juin 1998, p. 597-633.

42 Moutoukias Z., « Fenómeno institucional e historia económica : debates para un enfoque renovado », dans Gelman J. (coord.), La Historia Económica Argentina en la Encrucijada. Balances y Perspectivas, Buenos Aires, Ed. Prometeo Libros/AAHE, 2006. On retrouve ici la notion de processus propre à une anthropologie sociale des années 60-70, présente dans l’expression « conflit as process », voir Barth F., Models of social organisation, Louches, 1969 ; Boissevain J., Friends of friends. Networks, manipulation and coalitions, Oxford, Basil Blackwell, 1974; Thoden van Velsen H. U. E., « Coalitions and Network analysis », dans Boissevain J. et Mitchell C., Network Analysis. Studies in Human Interaction, La Haye/Paris, Mouton, 1973; Blok A., The mafia in a Sicilian Village, 1860-1960, Oxford, Basil Beakwell, 1974. Pour un bilan récent sur l’École de Manchester, voir, Eve M., « Deux traditions d’analyse des réseaux sociaux », Réseaux, 2002/5, no 115, p. 183-212.

43 Andújar Castillo F., El sonido del dinero. Monarquía, ejército y venalidad en la España del siglo XVIII, Madrid, 2004; Artola M., La Hacienda del Antiguo Régimen, Madrid, 1982; Barbier J. A., Klein H. S., « Revolutionary wars and public finance: the Madrid Treasury, 1784-1807 », The Journal of Economic History, juin 1981, vol. XLI, p. 315-339 ; Barbier J. A., Klein H. S., « Las prioridades de un monarca ilustrado : el gasto público bajo el reinado de Carlos III », Revista de Historia Económica, 1985, no 3, p. 473-495 ; Comín Comín F., Hacienda y economía en la España contemporánea (1800-1936), Madrid, 2 t., 1988 ; Del Valle Pavón G., El Consulado de comerciantes de la ciudad de México y las finanzas novohispanas, 1592-1827, Tesis de El Colegio de México, 1997 ; Fontana J., Hacienda y Estado en la crisis final del Antiguo Régimen español, 1823-1833, Madrid, Instituto de Estudios Fiscales, Madrid, 1973 ; Garner R., « Reformas borbónicas y operaciones hacendarias – la Real Caja de Zacatecas – 1750-1821 », Historia Mexicana, 108, vol. 28, no 4, 1978 ; Jáuregui L., La Real Hacienda de Nueva España : su administración en la época de los Intendentes, 1786-1821, México, Facultad de Economía de la UNAM, 1999 ; Jáuregui L., Serrano Ortega A., Las finanzas públicas en los siglos XVIII-XIX, México, Instituto Mora, 1998 ; Marichal C., Souto M., « Silver and Situados : New-Spain and the Financing of the Spanish Empire in the Caribbean in the Eigthteenth Century », dans Hispanic American Historical Review, vol 74, no 4, 1994, p. 587-613 ; Marichal C., La bancarrota del virreinato. La Nueva España y las finanzas del Imperio español, 1780-1810, México, Fondo de Cultura Económica, 1999 ; Menegus Borneman M., « Las Reformas borbónicas en las comunidades de indios », dans Estructuras agrarias y Reformismo Ilustrado, Madrid, Ministerio de Agricultura, 1989, p. 383-390 ; Menegus Borneman M., « Los bienes de comunidad de los pueblos de indios a fines del periodo colonial » dans Menegus Borneman M., Tortolero A. (coord.), Agricultura mexicana : crecimiento e innovaciones, México, Instituto José Maria Luis Mora – Instituto de Investigaciones Históricas de la UNAM – El Colegio de Michoacán – El Colegio de México, 1999 ; Menegus Borneman M., « Alcabala o tributo. Los indios y el fisco (siglos XVI al XIX). Una encrucijada fiscal », dans Jáuregui L., Serrano Ortega A., Las finanzas públicas en los siglos XVIII-XIX, México, Instituto Mora, 1998 ; Pérez Herrero P., Las libranzas en Nueva España durante la segunda mitad del siglo XVIII, México, El Colegio de México, 1988 ; Von Wobeser G., Dominación colonial : la consolidación de los vales reales en Nueva España, 1804-1812, México, Instituto de Investigaciones Históricas de la UNAM, 2003.

44 Floridablanca (conde de), « Instrucción reservada » ; voir aussi Castro C. de, Campomanes, Estado y reformismo ilustrado, Madrid, Alianza, 1996, chap. 4 et 5 sur la composante corporative des réformes et les limites d’une société de statuts.

45 Bertrand M., Grandeur et misère de l’office. Les officiers de finances de Nouvelle Espagne XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Sorbonne, 1999, chap. 5, 6 et 9. Voir aussi Herzog T., La administración como fenómeno social : la justicia penal de la ciudad de Quito (1650-1750), Madrid, Centro de Estudio constitucionales, 1995, chap. 4.

46 Dedieu J. P. « Familles, majorats, réseaux de pouvoir. Estrémadure, XVe-XVIIIe siècle », dans Dedieu (Jean-Pierre), Castellano (Juan Luis) (dir.), Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, Paris, Éditions du CNRS, 1998, p. 111-146.

47 Imízcoz J. M., « Actores en contexto. Individuos, normas y autoridad : algunas reflexiones sobre los análisis de red social en Historia », manuscrit aimablement facilité par l’auteur et non encoré publié. Voir aussi Imízcoz J. M. (dir.), Elites, poder y red social. Las élites del País Vasco y Navarra en la Edad Moderna, Bilbao, 1996. Elites, poder y red social. Las élites del País Vasco y Navarra en la Edad Moderna, Bilbao, 1996 ; Imízcoz J. M., Guerrero R., « A escala de Imperio. Familias, carreras y empresas de las elites vascas y navarras en la Monarquía borbónica », dans Imízcoz J. M. (dir.), Redes familiares y patronazgo. Aproximación al entramado social del País Vasco y Navarra en el Antiguo Régimen (siglos XV-XIX), Bilbao, Universidad del País Vasco, 2001.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540