Version classiqueVersion mobile

Circulations maritimes : l'Espagne et son empire

 | 
Michel Bertrand
, 
Jean-Philippe Priotti

Introduction

Jean-Philippe Priotti

Texte intégral

  • 1 Au sujet de l’étude des rapports des acteurs aux territoires dans le domaine historique, Ormrod D. (...)

1Les huit communications contenues dans cet ouvrage concrétisent les présentations et les débats qui ont eu lieu à la Casa de Velázquez les 26 et 27 janvier 2006, à l’occasion d’un colloque sur la thématique Pratiques sociales, espaces maritimes et pouvoirs dans la monarchie hispanique (XVe -XVIIIe siècles). Le but de cette réunion était d’essayer de mieux com-prendre comment les différentes composantes territoriales de la monarchie hispanique étaient solidaires les unes des autres et formaient un tout1. Au-delà des cadres régionaux et « nationaux », l’autorité s’exerçant sur des territoires distants les uns des autres, la prise en compte de la question relative à la maîtrise de l’espace maritime constituait un élément crucial de l’analyse des modalités de fonctionnement de l’exercice du pouvoir. Dans cette optique, gens de mer et de guerre tout autant qu’hommes d’affaires figuraient au centre de nos préoccupations.

2Outre leur rareté, les tentatives produites selon cette approche ont souvent été établies à partir d’une vision macro de l’économie et/ou du politique. De plus, dans les travaux réalisés, la structure économique ou politique a souvent été définie a priori, négligeant quelque peu les dynamiques sociales. Il résulte de ces caractéristiques une double fragmentation des savoirs, à l’intérieur du champ de la recherche historique et entre les différentes disciplines des sciences humaines. Une approche à partir des liens interindividuels apparaît mieux à même de rendre compte de la complexité des rapports politico-économiques. Autrement dit, l’ensemble géographique abordé et les liens sociaux étudiés paraissent de nature à mieux expliquer les logiques d’intégration sociale, économique et politique des différentes composantes de la monarchie hispanique ainsi que la teneur des relations entretenues avec certains de ses alliés, comme la République de Gênes.

  • 2 Les précurseurs en la matière ont été les contemporains eux-mêmes. Dès la seconde moitié du XVIe s (...)
  • 3 Par exemple, les travaux réunis sous la direction de Martínez Millán J. (dir.), La corte de Felipe (...)

3L’intérêt de la communauté scientifique pour ces questions n’est certes pas nouveau. Le développement des États dits modernes et celui du premier capitalisme à partir du XVIe siècle constituent deux grands thèmes qui ont nourri au fil du temps de nombreux débats2, mais un problème de taille est resté en suspens : celui de leur articulation, le débat ayant souvent porté sur une thématique à l’exclusion de l’autre ou sur un lien de causalité guère plus éclairant entre les deux3. Les historiens spécialistes des institutions politiques et de leur formation se sont généralement peu occupés d’économie et vice-versa.

4Plutôt que de décrier cette littérature et de prétendre remédier à ses manques, ces constats entendent baliser les choix effectués lors de l’élaboration de la thématique du colloque. Multiplier les points de vue et les approches, tel a été notre but initial. Croiser relations familiales et relations professionnelles des acteurs, changer d’observatoire et étudier l’économie aussi bien à partir de l’Europe que de l’Amérique, rapprocher formation des États modernes et économie commerciale répond effectivement à ce besoin.

  • 4 Sassen S., Globalization and its Discontents, New York, New York University Press, 1998; Granovette (...)
  • 5 Comme point de départ, Levi G., L’eredità immateriale. Carriera di un esorcista nel Piemonte del s (...)

5La nouvelle sociologie économique4 ainsi que la micro-histoire5 permettent de traiter ensemble ces différents aspects. L’étude de marchands, de militaires, de marins et de leurs relations, organisée sous forme de réseaux égocentrés connectés entre eux, plutôt qu’à partir des structures, constitue un bon point de départ. L’analyse de l’interrelation des individus et des actions dans lesquelles ils s’engagent, observées à différents niveaux d’échelle, restitue des processus de transformation sur un temps court mais continu et définit la profondeur du changement entre deux situations distinctes.

  • 6 De l’article pionnier de Barth F., « Les groupes ethniques et leur frontière », Poutignat Ph. et S (...)

6La compréhension de ces dynamiques passe par l’étude des jeux de coopération et de conflit des acteurs qui intéressent les contributions réunies dans ce volume. La coopération et la rivalité entre les membres de groupes et de réseaux dont on suit la formation ouvrent d’autres débats, notamment celui des frontières sociales ainsi que des processus d’assimilation et d’exclusion au sein de ces institutions et entre elles. La formation des identités et leur modification sont directement concernées, thèmes de première importance pour la sociologie contemporaine6.

  • 7 Pour Adam Smith, la dilatation de l’Europe sur le monde et le développement des échanges qui y fit (...)

7Grâce à l’étude des fonctionnements relationnels, et dans la mesure où ils possèdent une forte capacité structurante dans les champs et les contextes d’actions considérés, il devient possible d’utiliser ces résultats afin de tester la validité des théories largement diffusées, l’analyse micro permettant une reconsidération du modèle général7.

  • 8 Tracy J. D. (dir), The Political Economy of Merchant Empires : State Power and World Trade, 1350-17 (...)

8Sous l’Ancien Régime, l’efficacité économique de puissants groupes et réseaux d’acteurs, leur organisation et leur structure étaient mises au service des souverains en contrepartie de certaines immunités et privilèges qui étaient accordés à titre individuel, collectif et/ou à leur ville d’origine, car les grandes monarchies entendaient se nourrir de la manne financière détenue par les individus ou groupes d’individus, dont ils avaient tant besoin pour couvrir les dépenses de leur politique de guerre. La question de l’interaction entre les deux trajectoires, économique et politique, se pose donc avec une vigueur particulière. Les débats oscillent entre un État qui facilitait ou au mieux aidait au bon fonctionnement de l’économie, sans jouer pour autant un rôle interventionniste ou déterminant, en tout cas pas sur la base d’une doctrine cohérente, et un État qui établissait les conditions préalables au développement économique, en rendant sûrs les droits de propriété, en uniformisant le territoire ou en garantissant de faibles coûts de transaction8.

9Plus près des individus, il convenait de comprendre la relation entre acteurs, groupes et réseaux d’acteurs, et les agents de la monarchie, ainsi que les dynamiques sociales qui créaient et transformaient les institutions, question abordée dans la première contribution. Ces « fonctionnaires » – parfois aussi négociants et/ou militaires – parvenaient à façonner les institutions, à en tirer parti, et à personnaliser le pouvoir dont ils n’étaient officiellement que les dépositaires temporaires. Afin de formuler des hypothèses sur les causes du changement institutionnel, il était nécessaire d’explorer les formes de collusion d’intérêts entre les agents de la monarchie et les entrepreneurs locaux, parfois membres des mêmes groupes familiaux. Ce qui conduit à une autre interrogation : dans quelle mesure les liens entre les participants à une institution politique influençaient-ils davantage les décisions prises par les acteurs que leurs liens avec des personnes extérieures à cette institution ?

  • 9 Parmi les travaux qui font autorité : Parker G., La révolution militaire. La guerre et l’essor de (...)

10Les rapports entre guerre et économie ou entre guerre et formation de l’État concernent aussi la première partie de l’ouvrage que nous présentons9. En effet, avec la mise en place des empires ibériques, la guerre entre puissances européennes n’apparaissait plus seulement comme un moyen de domination politique, mais aussi comme une arme économique vis-à-vis de l’ennemi, la guerre entre la France et la Castille constituant, par exemple, une autre facette de l’activité commerciale.

Logiques marchandes et logiques d’État

11Dans une approche où théorie et pratique, micro et macro analyses se font écho, Zacarías Moutoukias questionne la linéarité de la temporalité et des processus historiques. Grâce à l’étude des relations fiscales entre les oligarchies coloniales de Buenos Aires et les agents de la monarchie hispanique à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, l’auteur propose un schéma non linéaire de la temporalité qui prend en compte la multiplicité des processus et des échelles, et restitue les projets alternatifs au dénouement incertain. Il précise la notion de dépendance temporelle (path dependency), selon laquelle les événements historiques sélectionnent un des équilibres ou dénouements possibles qui à son tour fixe l’évolution ultérieure.

12Cette sélection dépend des mécanismes spécifiques de la mobilisation politique. C’est la convergence des entrepreneurs locaux et des agents de la monarchie dans un même espace d’action politique qui délimite un processus path dependent de construction institutionnelle.

13Francis Brumont, pour sa part, démontre la capacité des grands marchands castillans faisant le commerce avec la France au milieu du XVIe siècle à profiter des périodes de guerre entre la Castille et le royaume voisin, et de leur entregent à la cour, pour s’associer, créer des monopoles d’importations de marchandises – par le biais de sauf-conduits – et tirer profit de la demande accrue de produits français dans les royaumes d’Espagne, demande liée aux perturbations voire aux prohibitions commerciales en époque de conflits. Outre qu’il vendait ces passe-droits, le monarque et la situation de guerre créée donnaient naissance à d’authentiques consortiums marchands et financiers. Les arguments développés suggèrent donc que la guerre était l’occasion pour les monarchies de modifier la structure du champ économique en promouvant la concentration de capitaux, d’organisations sociales et de savoir-faire, c’est-à-dire de groupes de pression à fort pouvoir de négociation avec l’État.

  • 10 Sen A., Éthique et économie, Paris, PUF, 2002 ; Hayek F., Droit, législation et liberté, Paris, PUF (...)

14La collecte intensive et exhaustive d’informations sur les individus et sur leurs relations donne l’occasion de s’intéresser à une seconde thématique, celle de leur place dans la cité, au sein des conseils municipaux, des consulats marchands ou de confréries, car leur rôle dans le domaine commercial, militaire ou celui de la navigation, ainsi que leurs stratégies, influençaient leur place dans leur ville d’origine ou d’installation. Étudier le rôle de ces individus à l’interface de sphères de compétences diverses, économique, politique ou technique facilite la compréhension du jeu de réciprocité qui existait entre ces différentes sphères, entre affaires et institutions locales en particulier, et des enjeux que ces dernières représentaient pour le pouvoir royal. Toutefois, l’intérêt personnel, les stratégies des acteurs, leurs fonctions dans la cité, ne doivent gommer ni la pluralité de leurs motivations, ni la complexité de leur prise de décision et le caractère aléatoire de sa réalisation, sans oublier la dynamique propre des institutions10.

Stratégies commerciales, réseaux, institutions locales

15María Hermoso examine le cas de la confrérie des chevaliers de la rue Castro au cœur du XVIe siècle sévillan. En 1533, de nouveaux membres – la majorité marchands et maîtres de navire, parmi lesquels de nombreux Génois et des judéo-convers – dotèrent cette institution d’une nouvelle réglementation, en vue de faciliter leur intégration et leur ascension sociales et de se protéger contre ceux qui jalousaient leur pouvoir économique. Ils noyautèrent une institution médiévale prestigieuse, se prévalant des valeurs de noblesse et de pureté de sang y étant historiquement associées, ce qui signifiait pour eux l’appartenance au groupe des privilégiés.

16À travers des liens matrimoniaux, les associations commerciales des différents membres de la confrérie se renforçaient, ce qui permit aux parentèles formées d’affirmer leur pouvoir dans la ville, notamment grâce à l’achat d’offices publics. Comme Philippe II et la papauté voyaient d’un mauvais œil l’autonomie des pouvoirs locaux et des nouveaux groupes économiquement forts, la « Réduction » de cette confrérie eut lieu dans les années 1584-1587.

17Guillermina del Valle définit le rôle des marchands d’argent-métal dans la production argentifère de la Nouvelle-Espagne à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle. Pour pouvoir établir leur mainmise sur la production, ils prêtaient de l’argent aux futurs maires, corregidors et officiers des finances, leur servaient de caution, puis s’associaient à certains d’entre eux, ou utilisaient leurs services comme facteurs, car les détenteurs de ces charges organisaient des activités illicites autour de la vente de mercure et de la collecte des droits sur la production de métal, et obtenaient ainsi des bénéfices frauduleux. Les marchands d’argent-métal les plus importants achetaient même les offices en question pour de proches parents.

18Vers 1685, ces marchands parvinrent à contrôler le consulat de Mexico, notamment grâce à la modification de la normative électorale qui officialisa la cooptation. De plus, les prêts consentis à la Couronne pour l’achat et l’acheminement de mercure étaient garantis par le fait que le consulat de Mexico était chargé de gérer les droits de l’alcabala. Il existait donc une convergence entre les intérêts de la Couronne et celui des grands marchands d’argent-métal qui dirigeaient le consulat.

19Arnaud Bartolomei analyse la teneur des relations entre les négociants français de Cadix, les États français et castillan pendant la tourmente révolutionnaire. Les négociants français de Cadix bénéficiaient d’une chaîne de protection de la part de leurs autorités consulaires, de l’ambassadeur en Espagne et du ministre en France, laquelle sauvegardait leurs privilèges. Le consul français de Cadix jouait le rôle d’interface entre les négociants français et les autorités, françaises ou espagnoles. Pourtant, les relations avec ce personnage différaient selon chaque marchand et pouvaient être aussi bien loyales qu’hostiles. En moyenne, seul un tiers des représentants de l’élite marchande assistait aux séances des assemblées de la nation, les marchands français se désintéressant de l’institution lorsque celle-ci avait pour seul objet d’exprimer une allégeance envers le consul et la monarchie, et se mobilisant lorsqu’elle devenait un organe de défense de leurs intérêts particuliers et collectifs. Des liens complexes attachaient donc les marchands aux autorités françaises, ce qui invite à prendre en considération leur dimension morale et culturelle.

  • 11 Bourdieu P., op. cit.

20L’intérêt pour cette relation entre acteurs et institutions locales n’est pas une fin en soi, car les stratégies des individus et des groupes d’individus se déployaient à diverses échelles et investissaient différents contextes d’action. Les membres éminents de ces institutions, par exemple, directement ou par le relais d’institutions municipales, pénétraient le cœur de l’État, jusqu’au centre du pouvoir de décision, en affectant même la teneur, et/ou étaient le mieux à même de tirer avantage du commerce global. Ces jeux d’échelles et cette multiplicité des contextes d’action dans lesquels les acteurs s’engageaient ou se trouvaient engagés renvoyaient d’une certaine façon à la coexistence en tout individu de plusieurs identités (familiale, professionnelle, communautaire, etc.), lesquelles influençaient leurs intérêts, leurs objectifs et leur comportement. Il est important d’insister sur ce point, car les études où l’aspect interactionnel et le changement d’échelles priment, doivent aussi tenir compte de l’influence du cadre culturel, politique et institutionnel plus large dans lequel les pratiques économiques et politiques sont enchâssées11.

Du local au global : jeux d’acteurs et jeux d’échelles

21Máximo Diago rend compte des conséquences du développement de la production et de l’exportation de la laine fine sur le pouvoir local de Soria. Cette activité fut au XVe siècle et dans la première moitié du siècle suivant la voie la plus efficace de promotion sociale. Néanmoins, les familles de grands propriétaires de bétail ovin furent maintenues à l’écart de l’oligarchie soriana jusqu’au milieu du XVIe siècle. En 1543, les éleveurs sorianos les plus puissants de la Mesta achetèrent trois des quatre offices de régidors mis en vente, et le quatrième ne tarda pas à être cédé à un autre éleveur en 1556. Cette tendance s’affirma avec de nouveaux achats de charges municipales, ce qui signifia un changement radical et profond dans la composition de l’élite locale, et la fin de la prééminence de vieilles familles de chevaliers. Les éleveurs profitèrent de la place occupée au sein de la municipalité pour se réserver les pâtures abondantes d’été existant dans sa juridiction.

22A contrario, les marchands de laine à Soria n’eurent pas de rôle particulier dans le gouvernement de la ville, car ils occupaient une place de subordonnés dans les circuits de commercialisation de la laine et ne parvinrent pas à constituer un groupe de pression similaire à celui des éleveurs.

23Bastien Carpentier et Jean-Philippe Priotti, quant à eux, se penchent sur le rôle de broker que joua Giovanni Andrea Doria entre Philippe II d’un côté et la famille et les clients du Génois de l’autre. Il précise la façon dont la gestion et le commandement des galères par le capitaine-général de la Mer génois furent un des enjeux qui permit la captation de la grâce royale et la distribution de faveurs à des parents et clients. Le soutien de son patron à Madrid et celui de sa parentèle à Gênes lui donnèrent l’opportunité de contrôler militairement la Méditerranée occidentale à la fin du XVIe siècle. Outre la puissance militaire liée à la possession de galères, Doria tirait aussi son pouvoir de son lien avec les Spínola, grande famille de banquiers dont il est également question dans la dernière communication, créant ainsi l’association d’activités militaires et bancaires au sein d’un même groupe familial. Cela assurait aux Doria une certaine indépendance vis-à-vis de Philippe II, d’autant que ce dernier poussait à la concentration des pouvoirs aux mains de Giovanni Andrea Doria pour maintenir la paix en Italie et contenir le Turc. Le Génois utilisa par ailleurs la distance et la lenteur des courriers pour accroître sa capacité d’initiative propre, initiative prise conformément à ses intérêts personnels et aux objectifs de la monarchie qui en assumait globalement le coût.

24Dans son travail, Carlos Álvarez Nogal analyse la trajectoire sociale de banquiers génois à Madrid. En contrepartie des différents services qu’il prêta au roi, Bartolomé Spínola reçut charges, titres et nominations. Cette reconnaissance sociale assura sa réputation dans toute la Péninsule et le succès dans le domaine financier et bancaire où la confiance était essentielle. Son influence s’étendit à un troisième front, à Gênes, et il n’est pas étonnant qu’il ait officié à Madrid en tant qu’ambassadeur par intérim de la République. Il en profita pour consolider les contacts avec d’importants membres du gouvernement castillan. Bartolomé fut Facteur Général du roi, membre des conseils des finances et de guerre, et chevalier de l’ordre de Saint-Jacques, de sorte qu’il intervint directement dans les prises de décisions politiques et économiques majeures.

25L’activité de cet homme d’affaires s’appuyait sur sa famille et un réseau d’amitié. La famille n’était pas une fin en-soi, mais un instrument pour renforcer la confiance. Bartolomé s’associa à un Génois, à Madrid, avec lequel il coordonnait les affaires financières et il compta aussi sur son frère aîné résidant habituellement à Gênes, qui effectua de nombreux voyages en Espagne pour le remplacer, preuve de l’importance de la patrie d’origine dans la réussite financière et sociale de ces banquiers.

26Au-delà les différences, les réflexions présentées dans ce volume montrent bien l’importance de la complémentarité des différents niveaux d’échelle ainsi que la nécessaire prise en compte des approches théorique et empirique. L’analyse des dynamiques sociales, lesquelles – par-delà les mers – traversaient et structuraient champs économique et politique, permet de mieux comprendre comment certains réseaux d’acteurs contrôlaient les connexions entre ces deux domaines de compétences.

  • 12 Au sujet des coûts de protection, lane, F. C., « Economic consequences of organized violence », Th (...)
  • 13 Voir entre autres, les références citées en bibliographie.
  • 14 La participation active des Basques et des Gênois, exemples type de ces « marchands-guerriers », p (...)

27La justification de la problématique et de l’organisation des textes posée, j’ajouterai un commentaire sur la nature des domaines de compétence considérés dans les différentes contributions : le commerce y apparaît surreprésenté par rapport aux activités maritime, diplomatique et guerrière, lesquelles sont traitées plus marginalement. Ce déséquilibre relatif mérite d’être noté car, outre leur existence propre, ces activités soutiennent les réseaux marchands dont il est largement question dans cet ouvrage. En effet, suivre les va-et-vient de marchandises entre les différents territoires de la monarchie hispanique, les métaux précieux qui voyageaient d’Amérique jusqu’à Séville et dont la route se prolongeait à travers Barcelone et Gênes vers le nord-ouest européen, ou qui, à partir des ports atlantiques, rejoignaient la France, l’Angleterre et les Pays-Bas invite à considérer la force armée, son organisation, son coût et ceux qui la contrôlaient12. Tant la protection armée de la Carrera de Indias et des circuits européens de l’argent espagnol que la guerre, la diplomatie, et le développement institutionnel qu’elles supposaient, étaient une des composantes essentielles de la cohésion de la monarchie hispanique. Même si rares sont les études qui envisagent la structure et l’efficacité des réseaux sociaux en la matière, nombreuses, en revanche, sont celles pointant l’importance de la guerre et des entrepreneurs qui l’organisent dans la formation de l’État et le devenir des sociétés13. Si j’emploie le terme d’entrepreneurs c’est parce qu’ils étaient rarement spécialisés dans l’activité guerrière. Leurs entreprises, souvent d’une double et même d’une triple nature concernaient à la fois le commerce (marchand et/ou de l’argent), la guerre et la politique14. L’efficacité et l’articulation des réseaux ayant un pouvoir de négociation avec les États, qui en orientaient la politique et conditionnaient partie de l’évolution institutionnelle reposaient souvent sur la position sociale polyvalente de certaines de ces figures, de leur famille, parentèle et communauté d’origine, qui combinaient les fonctions de marchands, d’armateurs et d’hommes de guerre avec celles de conseillers municipaux et/ou d’agents de la monarchie. L’Espagne ne pouvait défendre son empire, organiser et financer la guerre, qu’avec le concours de ces réseaux sociaux à fort pouvoir de commandement local, contrôlant ressources humaines et matérielles. Autant que possible, à travers la concession de titres et privilèges divers le monarque castillan essayait d’« institutionnaliser » les têtes de ces réseaux sociaux pour amenuiser leur homogénéité et de centraliser leurs activités. Même si ces têtes de réseaux devaient beaucoup au roi, elles n’en continuaient pas moins à être étroitement liées aux groupes de pouvoir qui les avaient portées sur le devant de la scène politique, à l’ancrage local affirmé. La souveraineté et l’absolutisme royal devaient composer en permanence avec ces personnages de premier plan et leur réseau social.

Notes

1 Au sujet de l’étude des rapports des acteurs aux territoires dans le domaine historique, Ormrod D., The Rise of Commercial Empires. England and the Netherlands in the Age of Mercantilism, 1650-1770, Cambridge, Cambridge University Press, 2003; Minard Ph. (dir.), « Les territoires de l’économie, XVe -XIXe siècles », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, avril-septembre 2001 ; Epstein S. R., Freedom and Growth. The rise of States and markets in Europe, 1300-1750, London-New York, 2000. Pour le rôle des foires et des marchés dans l’intégration européenne – même si cette étude n’est guère tournée vers les acteurs et les réseaux d’acteurs –, Cavaciocchi S. (éd.), Fiere e mercati nella integrazione delle economie europee, secc. XIII-XVIII. Atti della « Trentaduesima Settimana di Studi », 8-12 maggio 2000, Firenze, 2001.

2 Les précurseurs en la matière ont été les contemporains eux-mêmes. Dès la seconde moitié du XVIe siècle, toute une littérature apparut sur les théories politiques et les questions économiques qui partageaient les penseurs, particulièrement sur les formes du pouvoir royal et l’influence des métaux précieux américains sur l’inflation en France. En Espagne, par exemple, on réfutait les idées développées dans Le Prince de Nicolas Machiavel et dans les Six livres de la République (1576) de Jean Bodin, selon lesquelles au nom de la raison d’État le monarque ne devait pas partager sa souveraineté. Pour ce qui est des débats économiques, on peut évoquer ceux entre Bodin, De Malestroit et De la Tourette autour des causes de l’inflation en France au XVIe siècle, voir Hauser H., La vie chère au XVIe siècle (introduction à la réponse de Jean Bodin à Monsieur de Malestroit, 1568, Paris, A. Colin, 1932 ; Einaudi L., Introduzione ai « Paradoxes inédits du seigneur de Malestroit touchant les monnoyes avec la response du président de La Tourette », Torino, G. Einaudi, 1937.

3 Par exemple, les travaux réunis sous la direction de Martínez Millán J. (dir.), La corte de Felipe II, Madrid, Alianza Editorial, 1994, exemplaires à bien des égards, traitent les questions de la politique à la cour comme si elles se suffisaient à elles-mêmes et n’étaient nullement influencées par les réseaux et groupes de pression économiques à fort ancrage local.

4 Sassen S., Globalization and its Discontents, New York, New York University Press, 1998; Granovetter M., Le marché autrement. Les réseaux dans l’économie, Paris, Desclée de Brouwer, 2000 ; Bourdieu P., Les structures sociales de l’économie, Paris, Éditions du Seuil, 2000.

5 Comme point de départ, Levi G., L’eredità immateriale. Carriera di un esorcista nel Piemonte del seicento, Torino, G. Einaudi, 1985 et Ginzburg C., Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier du XVIe siècle, Paris, Flammarion, 1980.

6 De l’article pionnier de Barth F., « Les groupes ethniques et leur frontière », Poutignat Ph. et Streiff-Fenart J. (éd.), Théories de l’ethnicité, Paris, PUF, 2005 (1re éd. en 1995), p. 202-249 aux travaux récents de Du Gay P. et Pryke M. (éd.), Cultural Economy, London-Thousand Oaks-New Delhi, Sage Publications, 2002.

7 Pour Adam Smith, la dilatation de l’Europe sur le monde et le développement des échanges qui y fit suite provoquèrent la spécialisation des marchés, La Richesse des nations, Paris, Flammarion Poche, 1999 (1re éd. en 1776), t. I. Douglass North, de son côté, conteste ce point de vue, donnant la première place aux coûts de transaction, principal agent du changement institutionnel et de l’efficience économique, Institutions, Institutional Change and Economic Performance, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

8 Tracy J. D. (dir), The Political Economy of Merchant Empires : State Power and World Trade, 1350-1750, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, notamment les textes de North et de Pearson ; Baechler J., Le capitalisme. Les origines, Paris, Éditions Gallimard, 1995. Plus récemment, bien que de façon différente, de nouvelles propositions confortaient le rôle essentiel de l’État, North D., op. cit. ; Epstein S. R., Freedom and Growth. The rise of States and markets in Europe, 1300-1750, London-New York, 2000.

9 Parmi les travaux qui font autorité : Parker G., La révolution militaire. La guerre et l’essor de l’occident, 1500-1800, Paris, Gallimard, 1993 (1re éd. en anglais 1988) ; Tilly C., Coercion, Capital and European States. A. D. 990-1990, Oxford, Basil Blackwell, 1990; Glete J., War and the State in Early Modern Europe. Spain, the Dutch Republic and Sweden as Fiscal-Military States, 1500-1600, London-New York, Routledge, 2002.

10 Sen A., Éthique et économie, Paris, PUF, 2002 ; Hayek F., Droit, législation et liberté, Paris, PUF, 1995 (1re éd. en anglais, 1973). Voir également le texte d’Arnaud Bartolomei contenu dans ce volume.

11 Bourdieu P., op. cit.

12 Au sujet des coûts de protection, lane, F. C., « Economic consequences of organized violence », The Journal of Economic History, 1958, p. 401-17.

13 Voir entre autres, les références citées en bibliographie.

14 La participation active des Basques et des Gênois, exemples type de ces « marchands-guerriers », placés à la tête de puissants réseaux militaro-marchands orientant les décisions de l’État castillan pour les premiers, ou qui contrôlaient la banque et les asientos sur une longue période en même temps qu’ils commandaient militairement la Méditerranée pour les seconds, en donne des indices forts. Les protagonistes de ces deux communautés ont accédé de façon privilégiée à la bureaucratie castillane, outil de promotion par excellence de la monarchie hispanique. Pour un livre récent sur Gênes et l’importance de l’ambivalence des activités génoises dans leur réussite économique et politique, Van Doosselaere Q., Commercial Agreements and Social Dynamics in Medieval Genoa, Cambridge, Cambridge University Press, 2009 ; voir aussi Angiolini F., « Nobles et marchands dans l’Italie moderne », Angiolini F, Roche D. (dir.), Cultures et formations négociantes dans l’Europe Moderne, Paris, EHESS, 1995, p. 98-110. En ce qui concerne les Basques et la figure de « marchands-guerriers », Priotti, J.-P., « Formación de la élite empresarial bilbaína (1560-1700) », Bidebarrieta. Revista de Humanidades y Ciencias Sociales de Bilbao, Bilbao, 2006, t. XVII, p. 83-92.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search