Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mobilisations de victimes

 | 
Sandrine Lefranc
, 
Lilian Mathieu

Troisième partie. Les victimes, entre émotions et stratégies

13. « Vous ne respectez pas les morts d’AZF » Ordonner l’émotion dans les situations commémoratives

Stéphane Latté

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si l’on suit les théoriciens de la « victimisation de la société1 », la multiplication récente des associations de victimes illustrerait un retour à des formes « pré-politiques » d’action collective. Décrites dans le registre de la « dérive » ou de « l’excès », les mobilisations de victimes tiendraient de la réaction plutôt que de l’action collective. « Enfermées dans leur propre victimité », repliées sur leur subjectivité, les victimes sont animées par la « haine » ou le « ressentiment », « l’ardeur vindicative » ou « le désir archaïque de vengeance ». Les finalités de leur action se bornent au mieux à une quête éperdue de compassion et de pitié, au pire à la recherche « d’un face à face vengeur et mortifère » avec le responsable supposé de leurs maux. « Inconsolables », les victimes limitent ainsi leur prise de parole à un « cri », à l’expression débridée d’une indignation et à l’exposition brute de la douleur qu’aucune architecture idéologique ne viendrait soutenir. Le rôle attri...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540