Version classiqueVersion mobile

Mobilisations de victimes

 | 
Sandrine Lefranc
, 
Lilian Mathieu

Troisième partie. Les victimes, entre émotions et stratégies

12. Oublier la politique ? L’entreprise victimaire du mouvement pour le Khalistan

Laurent Gayer

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Confronté à l’hostilité du pouvoir moghol du XVIe au XVIIIe siècle, puis aux velléités d’absorption des nationalistes hindous, aux massacres de la Partition2 et plus récemment à un épisode insurrectionnel brutalement réprimé (1984-1995), le Panth sikh3 s’est formé dans l’adversité. La récurrence de la violence politique dans l’histoire sikhe a placé l’expérience de la souffrance au cœur des récits identitaires de cette minorité religieuse du Pendjab. Ces mises en récit des souffrances collectives du Panth se sont trouvées formalisées par le mouvement des Singh Sabhas à la fin du XIXe siècle. Ce mouvement de réforme socioreligieuse, cherchant à arracher les sikhs au giron de l’hindouisme, emprunta la thématique musulmane du martyre (la shahadat) pour donner une lecture militante de l’histoire sikhe, parsemée de morts glorieux dont l’exemplarité devait inciter les vivants à les honorer et émuler leurs actions dans le présent. À la fin du XIXe siècle, les réformistes sikhs ont donc faç...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search