Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mobilisations de victimes

 | 
Sandrine Lefranc
, 
Lilian Mathieu

Deuxième partie. Déplacements, concurrences et mimétismes

10. Malades, victimes ou coupables ? Les dilemmes des luttes contre le sida

Gwenola Le Naour et Sandrine Musso

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Commentant l’entrée de l’association Act Up Paris dans l’arène des acteurs engagés sur la question du sida en France, Michaël Pollak faisait en 1991 la réflexion suivante : « Pour passer du sentiment de subir un destin biologique à celui d’être victime d’une injustice, il faut qu’un responsable humain soit désigné aux côtés du virus1. » L’histoire de l’épidémie et celle des mobilisations collectives face à celle-ci ont en effet donné à voir à de nombreuses reprises les enjeux soulevés par la qualification des malades comme « victimes ». Les premières associations ont rapidement mis en garde contre les distinctions faciles entre « bons » et « mauvais » malades : entre ceux qui seraient « victimes » d’une contamination (les hémophiles, les transfusés et les enfants nés de mères séropositives), et ceux qui seraient « responsables » de celle-ci du fait de leur « comportement sexuel » ou de leurs « pratiques » et « mode de vie » (les usagers de drogues par voie intraveineuse).

À partir de...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540