Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À chacun son Mai ?

 | 
Gilles Morin
, 
Gilles Richard
, 
Gilles Vergnon
, 
et al.

Troisième partie. Le Mai des politiques. Notables et adversaires de Mai

Les droites nationalistes en Mai 68

Olivier Dard

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68. Une histoire collective (...)
  • 2 Jean-Paul Gautier, Les extrêmes droites en France. De la traversée du désert à l’ascension du Fron (...)

1Le bilan historiographique sur les attitudes et les réactions des droites nationalistes en 1968 est mince et ce à un double titre. Les travaux portant sur Mai 68, y compris certaines des synthèses documentées les plus récentes, font l’impasse sur les ultra-droites et se contentent de mentionner la loi d’amnistie concernant les activistes de l’OAS1. Pour ce qui est des études portant spécifiquement sur ces dernières, la situation est comparable. L’ouvrage récent et documenté de Jean-Paul Gautier portant sur les extrêmes droites en France depuis 1945 constitue une rare exception. Son auteur dresse un constat lapidaire de la situation des droites radicales en mai 1968 : « Complètement dépassée et surprise par le déclenchement de Mai 1968, l’extrême droite est incapable d’adopter une position commune et de peser de manière significative sur la situation2. » Pour étayer son propos, J.-P. Gautier met en avant les prises de positions antinomiques des dirigeants et des militants, les tensions au sein de groupements au bord de l’éclatement et la divergence finale qui voit certains des militants, notamment d’Occident, défiler sur les Champs-Élysées le 30 mai, rompant ainsi avec un antigaullisme pourtant virulent depuis la tragédie de la fin de l’Algérie française.

2Le constat de carence dressé sur l’état des droites radicales en Mai 68 est incontestable mais il doit être à la fois questionné et revisité eu égard à l’histoire même des droites nationalistes dont on peut considérer qu’elles sont alors, à l’instar de forces politiques opposées, à un tournant tant générationnel que programmatique. Pour le saisir, nous articulerons notre propos en trois temps. Nous dresserons un état des lieux de la situation des droites nationalistes au printemps 1968, puis nous analyserons les divergences des prises de positions et ce qu’elles traduisent, avant d’évoquer l’empreinte de Mai 68 sur l’histoire des droites nationalistes.

Les droites nationalistes à la veille de Mai 68 : un champ de ruines et de divisions

  • 3 Alain de Benoist, « La France aurait mieux fait de garder Daniel Cohn-Bendit… », Le Mai 68 de la N (...)
  • 4 Les premiers groupes se réclamant du GRECE sont lancés en septembre octobre 1968 et le bulletin de (...)

3L’émiettement et la division sont sans doute deux des caractéristiques majeures de l’histoire des droites nationalistes françaises jusqu’à la poussée électorale du Front national au milieu des années 1980. Ce constat général vaut bien évidemment pour l’avant Mai 68 mais il est encore plus marqué qu’à d’autres moments. Il faut rappeler, même si les choses sont connues, que les droites nationalistes viennent d’essuyer coup sur coup deux échecs électoraux retentissants. Le premier est celui du candidat de l’« opposition nationale », Jean-Louis Tixier-Vignancour, à l’élection présidentielle de décembre 1965. Alors que certains sondages prometteurs avaient annoncé un score à deux chiffres, il obtient 1 253 958 voix (5,2 % des suffrages exprimés), résultat nettement inférieur à celui obtenu par le non le 8 avril 1962 (1 795 061 voix). L’effondrement du « tixiérisme », sur fond d’éclatement du Comité Tixier-Vignancour au début de 1966, s’accompagne de la naissance d’une kyrielle de formations parmi lesquelles on compte l’Alliance républicaine pour les libertés et le progrès (ARLP), dominée par la figure de J.-L. Tixier-Vignancour, et le Mouvement nationaliste du progrès (MNP), lancé en grande pompe les 30 avril et 1er mai 1966 par Dominique Venner et l’équipe d’Europe Action. L’objectif commun de ces formations concurrentes est de s’implanter sur le plan militant et de se présenter, dans les meilleures conditions, aux élections législatives de 1967. Si ces dernières ont été difficiles pour la majorité gaulliste, elles n’ont nullement profité aux droites nationalistes. L’ARLP ne décolle pas et J.-L. Tixier-Vignancour lui-même, qui se présente à Toulon, n’arrive qu’en troisième position au soir du premier tour. De son côté, le MNP n’a pu se développer au plan militant et la création d’une nouvelle association en vue de la campagne de 1967, le Rassemblement européen de la liberté (REL), ne crée aucune dynamique : 24 candidats sont présentés qui obtiennent au total 30 000 voix. Le double échec de l’ARLP et du REL signe celui d’une vieille garde « nationale » (J.-L. Tixier-Vignancour) comme de la rénovation « nationaliste » inspirée par la « critique positive » de Dominique Venner, Europe Action et la Fédération des étudiants nationalistes. Tandis que les « nationaux » sont démonétisés, une grande partie des cadres des années cinquante et soixante, de Dominique Venner à Alain de Benoist, quittent la politique active. Ce dernier a choisi à l’automne 1967 de « tirer définitivement un trait sur l’action politique » et de lancer une revue théorique qui, après quelques tâtonnements (elle aurait pu s’appeler la Revue grise – allusion à l’Action française – ou Plein soleil – en référence au film) se nomme Nouvelle École. Faute d’argent, elle est à l’origine ronéotypée et sort son premier numéro, tiré à 500 exemplaires, en février-mars 19683. Une des publications phares de la Nouvelle Droite est née à la veille de 1968 mais à l’heure des événements, elle ne pèse pas. Il en va de même du Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne (GRECE) – auquel participe Alain de Benoist – qui est en gestation au début de 1968 : un secrétariat provisoire est créé à Nice en janvier, une première réunion nationale des futurs animateurs est organisée à Lyon les 4 et 5 mai 19684.

  • 5 Voir en particulier l’article de Gilbert Comte, « Un prophète du XIXe siècle », paru dans Le Monde(...)

4Ces mises à l’écart, forcées ou volontaires, sont un élément marquant des années 1967-1968 qui sont d’abord celles d’un vide. Certains aspirent à le combler, des militants de Jeune Révolution (anciens de l’OAS Métro-Jeunes) à ceux d’Occident en passant par les monarchistes de la Restauration nationale, galvanisés par l’écho donné au centenaire de Maurras5. Mais quel que soit le dynamisme de certains de leurs dirigeants ou de certains de leurs foyers d’implantation, ils n’ont pour aucun d’entre eux les moyens de se poser en porte paroles représentatifs et fédératifs des droites nationalistes.

Interprétations à chaud et attitudes face à l’événement

  • 6 Si elle est moins célèbre que celle de Charlie Hebdo (« Bal tragique à Colombey »), la manchette d (...)
  • 7 Rivarol, 23 mai 1968, p. 3.

5L’examen des réactions suscitées par Mai 68 au sein des droites nationalistes montre qu’elles ne se désintéressent pas d’un événement qui suscite des analyses ambigües, variables selon les tendances et les générations. Pour une part, Mai rend possible l’effondrement du gaullisme, quasi-unanimement exécré6 et accusé d’être le responsable de la situation : comme le résume ce titre de Rivarol du 23 mai 1968, « la “chienlit” : il en a de bonne ! Qui nous y a mis ? ». La satisfaction de voir le gaullisme en difficulté, si ce n’est en péril, est contrebalancée par les discours et les pratiques soixante-huitards. Que ce soit dans sa version anarchiste, trotskiste ou maoïste, le gauchisme génère un rejet où le politique se confond avec l’esthétique pour fustiger le débraillement des costumes et le désordre des modes de protestation. Lucien Rebatet, qui renoue ici avec la verve polémiste des Décombres, traduit bien cette ambiguïté dans un article intitulé, en référence à Céline, « Les beaux draps7 ». Il y présente l’occupation de l’Odéon par les étudiants comme « une de ces nouvelles propres à nous combler de joie » : « Que le plus “engagé”, le plus démagogue – et en même temps le plus mauvais – des comédiens parisiens, fût la première victime de la révolte qu’il a si souvent mimée sur les planches, quel ineffable symbole, quelle charmante préfiguration de ce qui attend tous les masochistes de notre culture. […] On admirera encore le sort réservé aux favoris, aux hommes de confiance de M. Malraux… » L. Rebatet va donc au Quartier latin pour « voir sur le vif les vainqueurs de l’Odéon et de la Sorbonne » mais ne goûte guère « ce spectacle » :

« Je ne cacherai pas que ma sympathie naturelle pour la jeunesse a reçu […] un coup sérieux. Hormis l’état civil, quels attributs de la jeunesse cette horde conserve-t-elle ? Ces barbasses, ces tignasses pouilleuses, ces pieds sales, ces petites femelles à ne pas toucher avec des pincettes, ce brouhaha d’utopies jargonnantes, ce sont les Phalanstériens d’Enfantin, les éternels croûtons de brasseries, les comitards les plus fumeux et les plus ridicules de 1848. De jolis modèles pour la nouvelle génération ! »

  • 8 Jacques Sauvageot y participait mais L. Rebatet le trouve « bien plus terne ».

6Ce constat méprisant s’accompagne d’une question qui traverse l’ensemble de l’ultra-droite en 1968 : celle des véritables dirigeants d’un mouvement qui ne sauraient être assimilés aux militants du Quartier latin. Elle se décline en deux interrogations complémentaires. En premier lieu, le rôle du parti communiste français, considéré comme la seule organisation dont il faut sérieusement décrypter les intentions puisqu’il est réputé tenir en mains les leviers d’une révolution ; ajoutons-y les interrogations suscitées par des envoyés, à Paris, de représentants du bloc communiste, en particulier d’Allemagne de l’Est. Dans son style imagé, L. Rebatet livre une analyse largement partagée tant pour ce qui concerne son état d’esprit que pour les questions qu’il se pose. Évoquant le « spectacle » de l’Odéon, il se demande s’il n’est pas qu’« une simple figuration derrière laquelle les meneurs s’activent méthodiquement ». Il songe au débat télévisé réunissant « l’illustre Cohn-Bendit et ce singulier représentant des enseignants qui a nom Geismar8 » et « deux mannequins du journalisme » (Michel Bassi du Figaro et Pierre Charpy de Paris-Presse). L. Rebatet se déclare « stupéfait de l’aisance de ces deux jeunes “enragés” pour clouer sur place les pisse-copie, les renvoyer aux textes exacts de Marx, s’offrir leurs figures, pulvériser leurs pauvres arguments ». Le « talent redoutable » de ces « deux gaillards » laisse songeur l’auteur des Décombres : « Il est impossible de ne pas penser […] qu’ils ont été soigneusement éduqués pour une tâche précise », ce qui imposerait de savoir « quels sont leurs éducateurs et manipulateurs » et « que signifient les libertés qu’on leur laisse, la publicité officielle qu’on leur accorde ». Il faudrait la comprendre comme un « effondrement de l’autorité », la fin d’un « régime qui est, après dix ans, à bout de course, ruiné par son bluff, son inertie dans l’économique et ses faveurs prodiguées à toutes les formes de subversion ». De Gaulle chassé par Cohn-Bendit ? Le scénario inspire à L. Rebatet une forme de jubilation : « L’idée de pouvoir être abattu par une explosion qu’aurait allumée un Cohn-Bendit de vingt-trois ans ne peut évidemment pas effleurer Monsieur de Gaulle. Et pourtant, un tel épilogue de sa carrière ne serait-il pas le plus adéquat à sa fausse grandeur ? »

  • 9 Sur cette dernière, Frédéric Charpier, Génération Occident, Seuil, 2005, p. 155-159.
  • 10 Selon R. Gaucher, Jean-Marie Le Pen, la figure majeure de ce « club », était absent ce soir-là.
  • 11 Sur l’itinéraire de Raymond Bourgine, voir Michel Jamet, L’alternative libérale. La droite paradox (...)
  • 12 Sur cette citation et les suivantes, Roland Gaucher, Les nationalistes en France, t. i, La travers (...)

7Publiciste spectateur, L. Rebatet n’est pas engagé dans l’action militante. Sur le terrain, il faut choisir entre les deux ennemis, le gaullisme et le gauchisme, et désigner, pour reprendre une formule du temps, quel est « l’ennemi principal ». C’est là que les choix divergent et que les heurts se produisent. Roland Gaucher a raconté « une discussion plutôt houleuse », qualifiée de « crise », qui éclata au club du Panthéon au soir du 3 mai 1968 après une manifestation organisée par Occident9. Outre lui-même10, elle mit en scène notamment François Brigneau, Dominique Venner et Raymond Bourgine, patron de Valeurs actuelles11. Ancien du Comité Tixier, ce dernier « intervint brutalement, et, d’une voix tranchante, affirma que ceux qui opéraient dans la rue contre les manifestants gauchistes n’étaient que des “petits cons !” et que, pour sa part, il “était prêt à mourir sur les barricades aux côtés de Mitterrand”12 » ! À lire Roland Gaucher, « cette déclaration fut accueillie dans un silence stupéfait » et suscita une « discussion » qui « se poursuivit dans la confusion » et dont « rien ne sortit ». Elle traduit cependant, comme l’a relevé R. Gaucher, les « divergences qui traversaient les milieux nationalistes et qui se ramenaient à un choix stratégique capital : s’allier aux gaullistes qui venaient de brader l’Algérie française ou bien marcher avec les émeutiers pour abattre le pouvoir gaulliste ».

  • 13 Gilbert Lecavelier, proche de Roger Holeindre et qui a rejoint le Service d’action civique quelque (...)

8À Occident, après quelques jours de tangage où les dirigeants du mouvement ont assisté, incrédules sur le moment, au déclenchement des événements, les dirigeants, Alain Madelin et Alain Robert, ont arrêté une position définie ainsi au soir du 7 mai : non seulement il n’est pas question de rejoindre les gauchistes dans l’agitation mais la priorité serait de lutter contre le danger gauchiste, y compris en appuyant le régime. Cette prise de position de la direction rencontre chez bien des cadres d’Occident une gêne mêlée de scepticisme quand elle ne suscite pas une opposition frontale. Pour reprendre une formule de Frédéric Charpier, « Madelin et Robert pilotent alors un vaisseau à la dérive et plus que jamais schizophrénique » puisque dans la nuit du 10 au 11 mai, des militants d’Occident, au vu de tous, ont participé à l’érection de barricades rue Gay-Lussac. Le Mai 68 des militants n’est donc qu’une succession de contre-manifestations squelettiques ou de coups manqués comme la « reconquête » avortée de l’Institut d’études politiques de Paris le 21 mai 1968. Au lendemain de ce nouvel échec, la question d’un rapprochement avec le pouvoir13 est de nouveau posée par Alain Madelin et Alain Robert qui se heurtent à l’antigaullisme radical des autres membres du secrétariat central comme Philippe Asselin ou Alexandre Chabanis. Par neuf voix contre trois, l’offre de service du pouvoir est rejetée. Occident est exsangue.

  • 14 Jean-Paul Gautier, La Restauration nationale. Un mouvement royaliste sous la Ve République, Éditio (...)

9Les monarchistes ont également été démarchés par un ancien de l’Action française, devenu un gaulliste de choc, Alexandre Sanguinetti. Les maurrassiens, qui n’ont pas oublié son rôle auprès de Roger Frey dans la lutte anti-OAS, refusent ses avances. La Restauration nationale espère d’ailleurs tirer son épingle du jeu à l’occasion de la crise. Seule organisation monarchiste à être implantée sur l’ensemble du territoire, elle a le vent en poupe et dispose, via le journal Aspects de la France, de moyens en matière d’action et de propagande. Depuis le printemps, centenaire de la naissance de Charles Maurras oblige, les militants ont été actifs dans les universités. En mai, il s’agit pour la Restauration nationale de mettre sur pied une réaction anti-gauchiste dans la rue ou dans les universités14, sans pour autant paraître cautionner et encore moins soutenir le gaullisme. Dans un premier temps, la rhétorique permet de tenir la part égale entre la lutte contre la « subversion » et le combat contre le gaullisme, qualifié de « danger no 1 bis ». Pour le reste, Mai 68 est interprété selon les canons maurrassiens traditionnels (le « pays réel » opposé au « pays légal ») ; non moins classiquement, les héritiers de l’Action française entendent garder le contact avec la jeunesse : « nous croyons que dans l’excès de son anarchie elle [la jeunesse] aspire à construire quelque chose de grand et de beau face au désordre intellectuel que couvre le désordre établi », proclame Patrice Sicard (Patrice de Plunkett) dans Aspects de la France le 5 mai 1968. Les discours sont ici relayés sur le terrain et, malgré les difficultés, un travail de propagande se développe à partir du 20 mai sous la forme de stands dressés dans des universités ou des lycées.

  • 15 François Audigier, Histoire du SAC. La part d’ombre du gaullisme, Stock, 2003, p. 174.
  • 16 François Audigier, « Des gaullistes engagés contre la “subversion marxiste”, le cas des Comités po (...)
  • 17 Numéro des 6-12 juin 1968.

10Certains anciens de l’OAS (via le CNR installé à Bruxelles) ont également été démarchés et la Ve République promet des libérations de dirigeants majeurs de l’OAS, à commencer par le général Salan. En province, le SAC a pris également des contacts avec des anciens activistes, notamment Jean-Jacques Susini et Jean-Marcel Zagamé à Marseille, tandis que la presse gaulliste en appelle à l’union sacrée, Jacques de Montalais expliquant dans la Nation que « toutes les divergences doivent s’effacer quand la patrie est en danger15 ». L’anticommunisme associé à la stigmatisation de la subversion est une des nouveautés marquantes du « gaullisme d’ordre » (François Audigier) né de 1968 et développé en particulier par les Comités pour la défense de la République (CDR)16. Il suscite à l’ultra-droite l’ironie de certains, notamment de François Brigneau qui dans Minute publie un célèbre « Anticommunistes, je vous ai compris17 » mais trouve chez d’autres un écho incontestable. Alain de Benoist a ainsi souligné comment il a découvert, à travers la réaction à 1968,

« une coupure irrémédiable entre deux types d’hommes de droite. D’un côté ceux qui, sans doute, n’aimaient guère la société bourgeoise, mais détestaient plus encore le communisme (la “subversion”) et qui, précisément, reprochaient avant tout aux sociétés libérales de créer les conditions propices à son instauration : ceux-là, lorsqu’ils n’ont pas d’autre choix, deviennent toujours les chiens de garde du système. De l’autre, ceux pour qui la société bourgeoise était bel et bien l’ennemi principal et qui regardaient les communistes comme des compétiteurs, des concurrents, plutôt que comme des ennemis ».

  • 18 Alain de Benoist, « La France aurait mieux fait de garder Cohn-Bendit… », dans Le Mai 68 de la Nou (...)

11Et d’ajouter : « J’ai toujours appartenu à la seconde catégorie. J’ai combattu le marxisme comme une idée fausse, mais je n’ai jamais été un anticommuniste primaire. Ma conviction est que tous ceux qui veulent abattre la société bourgeoise sont objectivement alliés, sinon solidaires. Ils ne se partagent que sur les motifs et les moyens de leur action18. »

L’ombre portée de Mai 68 sur les droites nationalistes au seuil des années 1970

  • 19 L’Année politique (1968) ne décompte pas l’extrême droite en donnant les résultats des élections l (...)
  • 20 Frédéric Charpier, op. cit., p. 171.
  • 21 L’article de P. Sergent, « Sortir de la tranchée », est reproduit en annexe du mémoire de François (...)

12La sortie de crise via la dissolution et les élections législatives marque une étape supplémentaire dans le reflux des droites nationalistes. « Piège à cons » pour les gauchistes, les élections de juin 1968 le sont aussi pour les droites nationalistes. Elles n’y gagnent rien, n’obtenant qu’un score national dérisoire19. Pire encore, à défaut de pouvoir présenter des candidats issus de leurs rangs, les militants nationalistes font campagne pour d’autres, y compris pour des candidats gaullistes, ce qui conduit certains militants d’Occident à proclamer qu’ils ne sont pas des « mercenaires20 ». On pourrait donc en conclure que la crise du printemps 1968 sonne définitivement le glas des droites nationalistes après les échecs de 1962, 1965 et de 1967. Cette vision serait pourtant doublement schématique. D’abord, parce que les droites nationalistes peuvent s’enorgueillir d’un succès lié à Mai 68, à savoir le vote d’une loi d’amnistie d’envergure qui permet la libération des militants de l’OAS emprisonnés et le retour en France de l’ensemble de ceux qui le souhaitent. Surtout, parce que la coupure chronologique de Mai n’est pas parfaitement opératoire pour une partie des droites nationalistes restée viscéralement attachée au combat pour la défense de l’Algérie française. Pour ces militants, la date qui compte est celle du référendum du 27 avril 1969 perdu par Charles de Gaulle et dont beaucoup croient, de Jean Reimbold à Jean-Jacques Susini ou à Pierre Sergent, icône de Jeune Révolution, qu’il ouvre des perspectives politiques. Pierre Sergent proclame dans un nouveau journal, Le Défi, que « la famille des “patriotes” ou des “nationaux” […] appartient aujourd’hui au camp des vainqueurs (celui des 52,41 % du non), assise de plein droit et à part entière à (leur) table21 ». Bien compris en interne, cet argumentaire peine à séduire la masse de ceux qui ont voté non et dont l’antigaullisme est fort éloigné de celui du capitaine et de ses proches. Il le mesure à ses propres dépens et Le Défi disparaît au bout de trois numéros. Cet échec du retour de P. Sergent n’est pas isolé et, pour des raisons différentes, aussi bien Jean-Jacques Susini que Georges Bidault ne parviennent pas à réoccuper le devant de la scène politique. D’un certain point de vue, Mai 68 signifie, pour les droites nationalistes, une deuxième mort du combat pour l’Algérie française qui, dorénavant, ne mobilise plus, en particulier du côté des jeunes générations. L’évolution du MJR lui-même, qui passe de la défense de l’héritage de l’OAS au solidarisme, est significative. Les temps sont venus pour d’autres références et d’autres combats.

  • 22 Gérard Longuet, Le Choc du Mois, no 22, mai 2008, p. 37. Le numéro s’intitule : « Mai 68 vu de dro (...)

13En cela Mai 68 marque sans doute un tournant pour les droites nationalistes. Un tournant subi plus que voulu mais incontestable. Mai 68 a en effet accusé un écart entre des générations militantes et il est significatif de constater le décalage qui existe à ce sujet dans un hebdomadaire comme Rivarol entre le vétéran du « fascisme français » Lucien Rebatet et François Duprat, maître à penser du néo-fascisme à la française. On ajoutera que tous les témoignages publiés ont insisté sur la question de cette proximité générationnelle quel que soit le rejet politique inspiré par les soixante-huitards : au mensuel Le Choc du mois qui l’interroge en 2008, Gérard Longuet, qui revient sur Mai, explique : « Ne négligez pas la question de l’âge. Les critiques de la société de consommation, du matérialisme tranquille, nous les partageons. Et dans les milieux que je fréquente, la liberté sexuelle ne fait peur à personne ! Occident n’est pas conservateur22… »

14Penser dans et pour son temps devient à l’ordre du jour et se décline au moins de trois façons différentes.

  • 23 Claude Goasguen et Gérard Longuet sont ainsi membres du bureau politique secret d’Ordre nouveau (N (...)

15La première est de faire le deuil, une fois pour toutes, de l’activisme et d’entrer dans les institutions. La formule (« marche à travers les institutions ») a eu l’écho qu’on lui connaît en Allemagne fédérale à l’ultra-gauche. Elle peut se lire, différemment certes, mais de façon un peu comparable via l’exemple des droites nationalistes françaises si on songe aux évolutions d’hommes comme Alain Madelin, Gérard Longuet, Alain Robert ou Claude Goasguen. Tous intègrent, au fur et à mesure, le jeu politique institutionnel à des moments différents, par des canaux différents (républicains indépendants ou gaullisme) et selon des processus complexes où ils peuvent avoir un pied dans chacun des deux milieux, celui du monde politique respectable et celui de « l’underground » ultra-droitier23. Cette intégration fut cependant sans retour, en particulier lors de l’émergence électorale du Front national au milieu des années 1980. Pour une partie de leurs anciens amis, elle signifie un opportunisme et une notabilisation détestables qu’il serait facile de mettre en parallèle avec l’intégration de dirigeants ex-maoïstes ou trotskystes au parti socialiste. On ne peut s’en tenir à une telle analyse et considérer que la part d’ambition, incontestable, s’accompagne d’une volonté d’agir en politique par le biais de l’exercice du pouvoir, ce qui passe par l’intégration à une Ve République vue aussi comme un rempart de l’ordre et un régime en mutation possible, une fois le général de Gaulle hors jeu. Ajoutons que les événements de 1968 et ses suites ont montré la dispersion et l’impuissance des droites nationalistes atomisées en groupuscules pour ne pas dire en « bandes » (Roland Gaucher). Cette attitude perceptible chez ceux qui aspirent à faire de la politique une carrière et un métier n’est par ailleurs pas fondamentalement nouvelle. Tout au long du XXe siècle, les groupements étudiants et les ligues nationalistes ont servi de vivier et de lieu d’apprentissage pour des futurs dirigeants politiques modérés.

  • 24 Sur le cas de F. Duprat, Nicolas Lebourg, Les nationalismes-révolutionnaires en mouvements : idéol (...)
  • 25 Les Journées de Mai 68. Les dessous d’une révolution, introduction et postface de Maurice Bardèche (...)
  • 26 Ibid., p. 54.
  • 27 Ibid., p. 59-60.

16D’autres figures des droites nationalistes françaises des années 1960 refusent cette intégration et, en même temps qu’elles tentent d’interpréter Mai 68, s’efforcent de l’utiliser quand ce n’est de se le réapproprier. La plus significative est sans doute celle de François Duprat (1940-1978). Il aurait milité à l’extrême gauche avant de rejoindre Jeune Nation en 1957, participé à la fondation d’Occident en 1964, combattu au Congo auprès de Moïse Tshombé. En rupture de ban avec Occident dès 1967, F. Duprat écrit dans Rivarol et surtout dans Défense de l’Occident de Maurice Bardèche24. Fasciné par le gauchisme et surtout par ses méthodes, il publie deux livres sur 1968 : Les journées de Mai 68, sous-titré Les dessous d’une révolution, et L’Internationale étudiante révolutionnaire. Marqué par le caractère international d’un mouvement et soucieux de comprendre les modalités de sa pénétration en France, F. Duprat analyse classiquement Mai 68 comme un « complot », y voit l’emprise de la « subversion » et d’un « chef d’orchestre clandestin25 » qu’il pense avoir trouvé à Pankow (il pointe ici notamment « les envois d’instructeurs, de matériel, de films, d’informations techniques », la présence dans les manifestations et sur les barricades d’un petit nombre d’étrangers, notamment allemands, « les guidant dans l’action, leur donnant des conseils et des directives26 », etc.). Il ne veut cependant pas se contenter de cette seule clé interprétative : « Il ne faut pas aller trop loin dans l’explication subversive de la révolution de mai. Celle-ci avait de nombreuses causes objectives et n’a nullement été tirée du néant par Pankow27. » Ces « causes objectives », c’est Maurice Bardèche qui les expose dans sa postface en stigmatisant la « société de consommation » : il

« faut donner à cette protestation toute sa signification. Pour la première fois, la jeunesse contestait, en effet, la “société de consommation”, non au profit de quelque bloc politique constitué, elle la repoussait en tant que telle, elle la repoussait sous ses deux formes, la forme américaine et la forme soviétique […]. Le communisme orthodoxe était mis en accusation tout comme le capitalisme, il apparaissait comme une autre variété de l’aliénation, comme un autre ennemi. C’est une troisième voie que l’on cherchait. On s’élançait non pas seulement vers une autre politique mais vers un autre climat de la vie, vers une autre formation de la culture, vers une autre conception de toutes choses ».

  • 28 L’Internationale étudiante révolutionnaire, Nouvelles Éditions latines, 1968, p. 30.
  • 29 Ibid., p. 183-196.
  • 30 Ghislaine Desbuissons, op. cit., p. 29 et suiv. ; Joseph Algazy, La tentation néo-fasciste en Fran (...)
  • 31 F. Duprat a publié L’ascension du MSI, Les Sept Couleurs, 1972, et a participé pour le compte d’Or (...)
  • 32 François Duprat, « Le redressement moral en Europe », Défense de l’Occident, no 91-92, octobre-nov (...)
  • 33 Ibid., p. 70.

17Par ces quelques phrases, le beau-frère de Robert Brasillach qui n’a pas oublié son compagnonnage avec la Jeune Droite, se réapproprie une approche anticonsumériste déjà à l’honneur parmi les relèves des années 1930 et souligne que « parmi les slogans qui couvraient les murs de la Sorbonne, il y en a que des hommes très éloignés des groupements “gauchistes” auraient pu signer ». Quelques mois plus tard, dans L’Internationale étudiante révolutionnaire, F. Duprat reprend l’analyse à son compte et fait du rejet de la société de consommation le premier motif de la révolte étudiante. Il discute cependant moins du fond que des potentialités qu’offre la critique de la société de consommation : elle a « un caractère négatif et non positif », « amène ceux qui en acceptent les conclusions à rejeter les dogmes de leur société, mais elle ne saurait les conduire à une véritable action ». Cela étant, la « société crée les conditions idéales pour le recrutement des mouvements révolutionnaires. Par le dégoût qu’elle soulève chez de nombreux jeunes gens, elle contribue puissamment à leur faire admettre la justesse du point de vue des révolutionnaires. Mais seule l’existence desdits mouvements permet à la révolte de démarrer et de se réaliser positivement »28. On est ici au cœur de la démarche de F. Duprat : prendre la mesure des potentialités offertes par le gauchisme et examiner comment retourner la situation au profit du néofascisme. Contre une internationale étudiante révolutionnaire prétendument en voie de constitution29, une internationale néo-fasciste devrait se former. S’il connaît les tentatives de M. Bardèche et du congrès de Malmö de 195130, il raisonne avec en ligne de mire l’expérience italienne et l’évolution du Movimento Sociale Italiano (MSI)31. Dans un numéro spécial de Défense de l’Occident d’octobre-novembre 1970, intitulé « Le fascisme dans le monde », il se fait l’apologiste d’une « internationale “néofasciste” » réputée être la seule structure « capable de planifier à l’échelon européen la contre-offensive internationale qui s’amorce » et dont le gauchisme signerait l’avènement32. Il faudrait appliquer à la France la démarche en cours en Italie, ce qui signifie, dans l’attente d’une nouvelle crise jugée inévitable, mettre sur pied des « organisations structurées » pour ne pas voir se reproduire « l’extraordinaire escroquerie de la promenade des Champs-Élysées » (la manifestation du 30 mai) et le triomphe de la « clique UDR », rendues possibles par « la tragique faiblesse des nationalistes et la trahison pure et simple des grands chefs à la Tixier33 ». La « contestation gauchiste » est donc jugée profitable par les troubles qu’elle génère. Elle n’inquiète nullement F. Duprat qui la juge « incapable de renverser » l’ordre existant. À l’inverse, la possibilité existerait bel et bien pour le néofascisme d’effacer de l’histoire « la Croisade des démocraties » et de montrer « qu’entre l’ordre bourgeois et l’anarchie gauchiste, un ordre nouveau peut être édifié ». Cet Ordre nouveau, F. Duprat tente de le forger en France en participant de très prêt à la fondation et au développement d’un mouvement éponyme, qui est tout autant un héritier d’Occident que de Mai 68.

  • 34 Jean-Paul Gautier, La Restauration nationale. Un mouvement royaliste sous la Ve République, op. ci (...)
  • 35 Un autre Maurras, Institut de politique nationale, 1974, p. 8.

18Il reste encore à évoquer le cas des maurrassiens. Au sortir de mai, la Restauration nationale, en particulier son secteur « Jeunes », enregistre un afflux d’adhérents qu’il faut former et auxquels il faut donner des objectifs adaptés aux enjeux de l’heure. C’est l’ambition des Dossiers d’Action française lancés à l’automne, dirigés à l’origine par Hilaire de Crémiers et qui traitent d’un thème par numéro (le capitalisme, etc.)34. Réfléchir sur Mai 68 et ses perspectives invite aussi à revisiter Ch. Maurras et ses enseignements, ce qui conduit à mettre l’accent sur le Maurras de l’avant-1914 et de l’époque du Cercle Proudhon. Cette démarche est largement étrangère aux aînés, de Pierre Pujo à Pierre Debray en passant par Pierre Juhel, qui s’en désintéressent largement avant de la dénoncer. Elle est en revanche au cœur de la démarche de Bertrand Renouvin ou de Gérard Leclerc, les futurs maîtres d’œuvre de la Nouvelle Action française (NAF) lancée en avril 1971. Le couronnement doctrinal de cette entreprise est sans doute le livre de Gérard Leclerc, Un autre Maurras, dans lequel il explique que « les événements de mai 68 ont servi de point de départ à une nouvelle lecture de Maurras, à une révélation de son œuvre dans la mesure où cette œuvre illuminait, restituait son sens à une crise dont Maurice Clavel écrivait qu’elle constituait une véritable rupture sismique dans le cours profond de l’histoire35 ».

*

19Considérer que les droites nationalistes pèsent peu dans la crise de 1968 est incontestable. On aurait tort cependant d’en inférer une absence de conséquences quant à la relation entre la crise de Mai et l’évolution, au moins à court terme, des droites nationalistes. Mai 68 entendu dans une moyenne durée, c’est-à-dire en y rattachant le départ du pouvoir du général de Gaulle, a contribué à redessiner le paysage des droites nationalistes en France. Certes, à première vue, rien ne paraît avoir changé et le début des années 1970 est toujours marqué par l’émiettement de cette nébuleuse. Pourtant, à y regarder d’un peu plus près, Mai 68 a contribué à un redécoupage qui débouche sur une atomisation encore plus marquée. Quelles que soient cependant les rivalités de personnes, cette dernière tient aussi et peut-être surtout à des oppositions stratégiques et idéologiques. Le destin des animateurs d’Occident est de ce point de vue fort instructif. L’option en faveur de l’intégration au système ou de la mise en place d’un néofascisme à la française montre une rupture avec bien des modes de faire antérieurs et signifie, pense-t-on, la fin programmée des « nationaux » marqués par l’héritage ligueur, le poujadisme ou l’OAS. L’échec du retour sur la scène politique de certains de ses anciens fers de lance montre aussi qu’une page est en train de se tourner et qu’une interprétation générationnelle de Mai 68 n’est pas infondée, y compris à l’ultra-droite. Il suffit pour s’en convaincre de se référer à la crise que s’apprête à connaître l’Action française avec la NAF et qui peut être lue aussi bien comme l’expression d’une dissidence supplémentaire que comme un produit de Mai 68. Ne pas avoir participé activement à Mai n’a donc nullement empêché les droites nationalistes d’en subir l’onde de choc.

Notes

1 Voir notamment Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68. Une histoire collective (1962-1981), La Découverte, 2008, Gilles Richard, Mai 68… et après ? Une nouvelle donne politique, CRDP Aquitaine, 2008, p. 82-83, et Jean-François Sirinelli, Mai 68. L’événement Janus, Fayard, 2008.

2 Jean-Paul Gautier, Les extrêmes droites en France. De la traversée du désert à l’ascension du Front national (1945-2008), Syllepse, 2009, p. 142.

3 Alain de Benoist, « La France aurait mieux fait de garder Daniel Cohn-Bendit… », Le Mai 68 de la Nouvelle Droite, Éditions du Labyrinthe, 1998, p. 10-15.

4 Les premiers groupes se réclamant du GRECE sont lancés en septembre octobre 1968 et le bulletin de liaison originel, édité à Nice, se transforme en bulletin intérieur du GRECE et prend le titre d’Éléments (Dix ans de combat culturel pour une renaissance, GRECE, 1977, p. 13-15).

5 Voir en particulier l’article de Gilbert Comte, « Un prophète du XIXe siècle », paru dans Le Monde, le 20 avril 1968 (pour des développements sur ce point : Olivier Dard, « Mai 68 vu des droites nationalistes (1968-2008) ; une première approche », dans Jean Vigreux et Xaxier Vigna (dir.), Mai-juin 68, conflictualité sociale et politique, EUD (sous presse).

6 Si elle est moins célèbre que celle de Charlie Hebdo (« Bal tragique à Colombey »), la manchette de Rivarol au lendemain de la mort du général de Gaulle est fort instructive : « Morte la bête. Mort le venin ? »

7 Rivarol, 23 mai 1968, p. 3.

8 Jacques Sauvageot y participait mais L. Rebatet le trouve « bien plus terne ».

9 Sur cette dernière, Frédéric Charpier, Génération Occident, Seuil, 2005, p. 155-159.

10 Selon R. Gaucher, Jean-Marie Le Pen, la figure majeure de ce « club », était absent ce soir-là.

11 Sur l’itinéraire de Raymond Bourgine, voir Michel Jamet, L’alternative libérale. La droite paradoxale de Raymond Bourgine, La Table ronde, 1986. Dans ce volume, l’auteur consacre un chapitre à son antigaullisme après la guerre d’Algérie (X, « “Non” au général de Gaulle ») mais n’évoque quasiment pas Mai 68.

12 Sur cette citation et les suivantes, Roland Gaucher, Les nationalistes en France, t. i, La traversée du désert (1945-1983), Roland Gaucher Éditeur, 1995, p. 193-194.

13 Gilbert Lecavelier, proche de Roger Holeindre et qui a rejoint le Service d’action civique quelques jours plus tôt, a joué les intermédiaires.

14 Jean-Paul Gautier, La Restauration nationale. Un mouvement royaliste sous la Ve République, Éditions Syllepse, 2002, p. 97-102.

15 François Audigier, Histoire du SAC. La part d’ombre du gaullisme, Stock, 2003, p. 174.

16 François Audigier, « Des gaullistes engagés contre la “subversion marxiste”, le cas des Comités pour la défense de la République (CDR) en mai-juin 1968 », dans François Cochet et Olivier Dard (dir), Subversion, anti-subversion, contre-subversion, Riveneuve éditions, 2009, p. 79-94.

17 Numéro des 6-12 juin 1968.

18 Alain de Benoist, « La France aurait mieux fait de garder Cohn-Bendit… », dans Le Mai 68 de la Nouvelle Droite, Éditions du Labyrinthe, 1998, p. 15.

19 L’Année politique (1968) ne décompte pas l’extrême droite en donnant les résultats des élections législatives de 1968. Jacques Chapsal, La vie politique sous la Ve République, PUF, 1984 (2e édition, p. 906) fait de même et classe « l’extrême droite » parmi les 0,6 % des suffrages exprimés d’une rubrique « divers » où se mêlent le Mouvement pour la Réforme (E. Pisani), Technique et démocratie (J. Barets), etc. À l’échelle locale, les choses sont plus complexes. Ainsi, J.-M. Le Pen dans le Ve arrondissement de Paris obtient 1 947 voix, soit 5 % des suffrages exprimés.

20 Frédéric Charpier, op. cit., p. 171.

21 L’article de P. Sergent, « Sortir de la tranchée », est reproduit en annexe du mémoire de François Backman, Le Mouvement Jeune Révolution (1966-1971), de l’OAS au « solidarisme » (Genèse, transformations et postérité d’une organisation politique « marginale »), mémoire de DEA de l’IEP de Paris, 1993.

22 Gérard Longuet, Le Choc du Mois, no 22, mai 2008, p. 37. Le numéro s’intitule : « Mai 68 vu de droite ».

23 Claude Goasguen et Gérard Longuet sont ainsi membres du bureau politique secret d’Ordre nouveau (Nicolas Lebourg, « La subversion de l’extrême droite radicale face à l’État durant la Ve République », dans François Cochet, et Olivier Dard [dir], Subversion, anti-subversion, contre-subversion, op. cit., p. 314).

24 Sur le cas de F. Duprat, Nicolas Lebourg, Les nationalismes-révolutionnaires en mouvements : idéologies, propagandes et influences (France 1962-2002), thèse de doctorat d’histoire contemporaine, université de Perpignan, 2005, p. 110 et suiv. Ce travail essaie de démêler un écheveau passablement embrouillé et compliqué par les soupçons pesant sur F. Duprat d’avoir été un « indicateur multi-cartes ». Sur M. Bardèche, Ghislaine Desbuissons, Itinéraire d’un intellectuel fasciste : Maurice Bardèche, thèse de doctorat d’histoire du XXe siècle, IEP de Paris, 1990.

25 Les Journées de Mai 68. Les dessous d’une révolution, introduction et postface de Maurice Bardèche, Nouvelles éditions latines, 1968, p. 50.

26 Ibid., p. 54.

27 Ibid., p. 59-60.

28 L’Internationale étudiante révolutionnaire, Nouvelles Éditions latines, 1968, p. 30.

29 Ibid., p. 183-196.

30 Ghislaine Desbuissons, op. cit., p. 29 et suiv. ; Joseph Algazy, La tentation néo-fasciste en France 1944-1965, Fayard, 1984, p. 294 et suiv.

31 F. Duprat a publié L’ascension du MSI, Les Sept Couleurs, 1972, et a participé pour le compte d’Ordre nouveau à son congrès de février 1971 (p. 118).

32 François Duprat, « Le redressement moral en Europe », Défense de l’Occident, no 91-92, octobre-novembre 1970, p. 28.

33 Ibid., p. 70.

34 Jean-Paul Gautier, La Restauration nationale. Un mouvement royaliste sous la Ve République, op. cit., p. 105-106.

35 Un autre Maurras, Institut de politique nationale, 1974, p. 8.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540