Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À chacun son Mai ?

 | 
Gilles Morin
, 
Gilles Richard
, 
Gilles Vergnon
, 
et al.

Troisième partie. Le Mai des politiques. Notables et adversaires de Mai

Les giscardiens et le moment 68 : les libéraux à l’offensive (1968-1974)

Gilles Richard

Texte intégral

  • 1 Bernard Lecomte et Christian Sauvage Les giscardiens, Albin Michel, 1978.

1Traiter des giscardiens dans les années 1968, c’est d’abord constater la place grandissante que ce courant sut conquérir dans les années qui suivirent Mai 68, mais aussi la quasi-absence d’études historiques sur ce phénomène décisif dans la vie politique française de la fin du XXe siècle. Au printemps 1968, la Fédération nationale des républicains indépendants, petite formation présidée par Valéry Giscard d’Estaing et alliée aux gaullistes, n’eut pas de prise véritable sur le cours des événements. Sur le moment en effet, l’essentiel de la crise sociale se joua dans l’affrontement entre les syndicats de salariés, au premier rang desquels la CGT, et le grand patronat maître du CNPF. Au plan politique, les gaullistes furent à la manœuvre du début à la fin, que ce fussent les ministres de l’Intérieur et de l’Éducation à partir du 2 mai, le Premier ministre à son retour d’Afghanistan, le président de la République lorsqu’il revint de Roumanie ou, plus largement, les réseaux gaullistes, mobilisés dès les premiers jours de mai pour animer la contre-offensive face aux gauches désunies. Six ans plus tard cependant, ce fut Valéry Giscard d’Estaing, un libéral non gaulliste, qui entra à l’Élysée. Force est donc d’en conclure qu’il s’était, dans l’intervalle, passé quelque chose d’important du côté de ceux que l’on nommait de plus en plus désormais « les giscardiens1 », leur permettant de passer du statut de force d’appoint à celui de force de premier plan.

  • 2 Jean-Claude Colliard, Les républicains indépendants : Valéry Giscard d’Estaing, PUF (Science polit (...)
  • 3 François Audigier, Les jeunes giscardiens de 1966 à 1974 ou une tentative d’instrumentalisation po (...)
  • 4 Actes publiés chez Armand Colin pour les trois premiers colloques (les deux derniers sont à paraît (...)

2À ce jour toutefois, l’histoire de cette mutation reste à écrire. En plus de l’ouvrage – daté – de Jean-Claude Colliard sur les débuts des républicains indépendants2, seules quelques rares études ponctuelles – au demeurant solides – existent, dont celle de François Audigier sur les Jeunes giscardiens entre 1966 et 1974 est la plus remarquable3. Mon objectif est donc de faire le point sur cet épisode, à mon sens décisif pour comprendre la vie politique française contemporaine, que fut l’essor de la FNRI entre 1968 et 1974 en proposant une première analyse, sur la base des connaissances disponibles, de la stratégie que les libéraux élaborèrent dans le double but d’empêcher un nouveau Mai 68 et de prendre le pas sur leurs alliés gaullistes. Il s’agit là, bien évidemment, de contribuer à mieux appréhender les conséquences des événements du printemps 1968 dans leur infinie complexité tout en continuant de combler le déficit de connaissances sur l’histoire du courant libéral en France dans la période allant de l’effondrement du CNIP en 1962 – d’où sortit précisément la FNRI – jusqu’au septennat giscardien, mieux connu grâce aux cinq colloques organisé par le Centre d’histoire de Sciences-Po entre 2002 et 20094.

3Mon analyse s’articulera en trois temps chronologiques, chacun démarrant sur l’un des trois moments-clefs qui permirent aux giscardiens d’infléchir dans le sens qu’ils souhaitaient le cours de l’histoire politique du pays : le soutien critique apporté au pouvoir gaulliste le 22 mai 1968 ; l’accession de Georges Pompidou à la présidence de la République le 15 juin 1969 ; le remplacement de Jacques Chaban-Delmas par Pierre Messmer au poste de Premier ministre le 5 juillet 1972.

Le soutien critique comme mode de relation institutionnalisé de la FNRI aux gaullistes (printemps 1968-printemps 1969)

  • 5 Texte intégral dans le Journal officiel des débats parlementaires, vol. 9, 3e législature, 2e sess (...)
  • 6 Le JO note que plusieurs de ces propos soulevèrent les applaudissements des RI, parfois des centri (...)

4Le soutien apporté par les RI au gouvernement de Georges Pompidou, auquel ils étaient associés, lors du vote le 22 mai 1968 sur la motion de censure fut expliqué à la tribune du Palais-Bourbon par Valéry Giscard d’Estaing en personne. Dernier orateur avant la brève conclusion du Premier ministre et le scrutin proprement dit, l’ancien ministre des Finances expliqua d’abord, sans surprise, que son groupe ne voterait pas la motion déposée par les députés de gauche afin de ne « pas ajouter l’aventure au désordre5 ». Puis il développa longuement son analyse de la situation, bien différente de celle des gaullistes. Il dit sa préoccupation de ne pas sentir au sommet de l’État une vraie réflexion sur ce qui se produisait depuis trois semaines : « Nous ne sommes pas sûrs que la leçon de ces événements ait été entendue. » Il exprima sa méfiance face à la montée d’un parti certes immense et qui soutiendrait le pouvoir, mais peu fiable à son avis : « Le parti de la crainte. » Il rendit un hommage appuyé à la jeunesse en recherche, de façon tâtonnante, d’une nouvelle civilisation « qui rejette enfin les deux éléments médiocres de ces dernières années, c’est-à-dire la ruée effrénée des appétits et le masque abêti du conformisme ». Il apostropha enfin directement le chef de l’État, appelé à changer sa manière de conduire le pays, à « passer d’une méthode [de gouvernement] conçue en temps de guerre pour le redressement national à une méthode de temps de paix prévue pour l’évolution nationale6 ».

  • 7 « Union pour la défense de la République » fut l’intitulé officiel choisi pour l’investiture des c (...)
  • 8 Raymond Marcellin (Intérieur), André Bettencourt (Industrie), Jean Chamant (Transports) et Philipp (...)
  • 9 La Nation l’attaqua rudement dans son numéro du 18 octobre 1968 (« pensée superficielle et dangereu (...)

5À compter de ce jour, Charles de Gaulle considéra officiellement le président de la FNRI comme un « ennemi » à combattre au même titre que les autres. Il poussa en juin à multiplier les investitures « UDR7 » contre les RI, même sortants – y compris contre Michel Poniatowski, secrétaire général de la FNRI et député de la 1e circonscription du Val-d’Oise – malgré les réticences de Georges Pompidou qui obtint tout de même qu’on épargnât Valéry Giscard d’Estaing. Certes, le contexte électoral permit aux giscardiens de revenir au Palais-Bourbon plus nombreux qu’ils n’y étaient entrés en mars 1967 mais le raz-de-marée gaulliste fut tel qu’ils n’étaient plus désormais la force d’appoint indispensable pour voter les projets de loi. Des ministres républicains indépendants continuèrent néanmoins de figurer dans le nouveau gouvernement formé le 31 juillet par Maurice Couve de Murville8, mais le principal d’entre eux, Raymond Marcellin, n’était à l’évidence pas sur la même longueur d’onde que la direction de son parti, ce qui expliquait partiellement sa promotion. Le 16 juillet, les députés UDR éliminèrent Valéry Giscard d’Estaing de la présidence de la commission des Finances9.

  • 10 51 membres et 3 apparentés.

6Plus fondamentalement, la FNRI ne fut en rien associée au grand dessein participationniste du président de la République. La participation dans les entreprises de plus de 100 salariés telle que la préparait Maurice Schumann, prévoyant l’encadrement par la loi de la gestion quotidienne des entreprises au risque de la « politiser », était totalement étrangère à la culture politique libérale. Quant au projet de suppression du Sénat, il heurtait de front les libéraux, attachés au bicaméralisme dans le cadre d’un parlementarisme rationalisé. Cela d’autant plus que le groupe RI au palais du Luxembourg, au sein duquel cohabitaient sénateurs giscardiens et sénateurs restés fidèles au CNIP, était le plus nombreux10. Et ce n’était pas la création de régions sans réels moyens ni autonomie qui pouvait contrebalancer leur méfiance grandissante face à Charles de Gaulle.

  • 11 En septembre 1968, Alain Griotteray, député du Val-de-Marne, définit les RI comme « en réserve de (...)
  • 12 Elle devint la formule résumant le projet de Jacques Chaban-Delmas lors de sa déclaration de polit (...)
  • 13 Une délégation des RI se rendit à Matignon le 25 septembre 1968.

7La direction de la FNRI comprit sur-le-champ le danger que tout cela représentait pour son existence même à moyen terme. Mais comment agir alors que les députés RI, présidés par Raymond Mondon, n’étaient pas unanimes11 et que le parti était représenté au gouvernement par quatre de ses membres ? La marge de manœuvre était étroite. La ligne de conduite adoptée par la direction n’en fut pas moins résolue et audacieuse. D’abord, poursuivre l’analyse approfondie de la crise de Mai 68 : ce fut l’objet de « l’université d’été » des Jeunes giscardiens tenue à Courbevoie où la formule de « nouvelle société » fut lancée12. Puis, s’inscrire, d’une façon modérée mais ferme, dans le mouvement multiforme des opposants à la suppression d’un « Sénat législatif13 ». À partir de décembre, exposer publiquement, par la voix de Valéry Giscard d’Estaing et d’autres, le refus de voir organisée « une consultation nationale » en 1969 au nom de l’urgence qu’il y avait à se concentrer sur le redressement économique et social. Ce nouvel angle d’attaque se révéla vite redoutable pour le chef de l’État car il entrait en résonance avec une conviction affirmée dès le mois de mai 1968 par Georges Pompidou, quand il avait pesé de tout son poids pour repousser sine die le référendum annoncé par Charles de Gaulle à son retour de Roumanie. Cela permit de nouer des liens avec tous ceux qui parmi les gaullistes n’étaient pas vraiment convaincus du bien-fondé du projet référendaire.

  • 14 Au comité directeur, 21 membres votèrent en faveur de la liberté de vote, 19 en faveur du « oui », (...)

8À la mi-mars, Michel Poniatowski exprima sans fard dans L’Économie que l’ancien Premier ministre serait un bon recours en cas de victoire du « non ». Le 10 avril, jour où le chef de l’État, dans un entretien télévisé avec Michel Droit, mit officiellement son mandat en jeu, le comité directeur de la FNRI se réunit. On y décida de laisser la liberté de vote aux adhérents. Cela pouvait être interprété comme une solution de repli afin d’éviter une crise majeure, tant les affrontements internes étaient forts14. Mais cela était aussi une façon habile de ménager les différentes sensibilités en attendant que les électeurs eussent tranché en faveur de la direction contre la tendance de Raymond Marcellin en faisant triompher le « non ». Tout dépendrait du résultat le 27 avril. Les ministres s’engagèrent publiquement en faveur du « oui » tandis que plusieurs fédérations, dont celle des Alpes-Maritimes dirigée par Olivier Giscard d’Estaing, faisaient campagne pour le « non ». Le 14 avril, le président du parti, depuis sa mairie de Chamalières, jeta tout son poids dans la bataille, appelant en son nom personnel, « avec regret mais avec certitude », à voter « non ».

9Le 28 avril 1969 à midi, Charles de Gaulle n’était plus président de la République. La FNRI voyait ainsi son adversaire le plus résolu – avec les gaullistes de gauche – mis hors jeu sans avoir été pour autant contrainte de sortir de la majorité au pouvoir. Une brèche était ouverte. Il restait à l’élargir.

Le retour à part entière des giscardiens dans la majorité au pouvoir (juin 1969-juillet 1972)

  • 15 Un court moment, Valéry Giscard d’Estaing envisagea sa propre candidature ou un éventuel soutien à (...)

10Dès l’annonce de la candidature de Georges Pompidou à la succession de Charles de Gaulle, la FNRI retrouva son unité et fit tout pour soutenir l’ancien Premier ministre15. Valéry Giscard d’Estaing fut particulièrement actif. Il multiplia les interventions pour tenter de désarmer les partisans d’Alain Poher et s’investit avec fougue dans une série de débats publics, notamment contre Pierre Mendès France. Le 15 juin 1969, Georges Pompidou emporta la victoire. Le 17, il nomma Jacques Chaban-Delmas à Matignon. Le 22, le président de la FNRI retrouva le ministère des Finances, perdu après l’élection présidentielle de 1965. Le parti giscardien entra dès lors dans une phase de développement discret mais continu.

  • 16 La dévaluation du mois d’août contribua sur-le-champ à cette mise en valeur du ministre.
  • 17 Raymond Marcellin, Valéry Giscard d’Estaing, Philippe Malaud : mêmes postes ; André Bettencourt, m (...)
  • 18 Composée de 9 UDR, 6 RI, 3 CDP.

11Son président apparut immédiatement comme l’un des principaux ministres, tant du fait de ses qualités personnelles que du fait de ses fonctions qui le plaçaient au cœur de l’action gouvernementale dont « l’expansion économique » était la priorité16. Il s’attacha à construire patiemment son image d’homme jeune, moderne et compétent, aimant user des méthodes de « communication » de l’homme politique états-unien qu’il s’était donné comme modèle : « JFK ». Les RI, avec sept ministres et secrétaires d’État17, contrôlaient près d’un cinquième des postes du gouvernement et se trouvaient officiellement reconnus comme les partenaires privilégiés de l’UDR au sein de la nouvelle majorité élargie à une petite fraction du centre. Le 2 octobre se réunit pour la première fois la délégation permanente des trois groupes parlementaires soutenant le gouvernement18.

  • 19 110 conseillers généraux (+ 5) selon les résultats du ministère de l’Intérieur, l’UDR en ayant 206
  • 20 Contre les gaullistes, les RI surent capter l’héritage de ce grand notable centriste : Jean-Marie (...)
  • 21 57 membres et 3 apparentés.
  • 22 Celui-ci, sénateur depuis 1952, passé chez les giscardiens après 1962, avait été le premier présid (...)

12Le dynamisme des giscardiens se traduisit vite sur le plan électoral, aux élections cantonales de mars 197019 puis dans une série d’élections partielles à l’été suivant, provoquées par le décès de Jean-Marie Louvel, sénateur-maire de Caen20. En mars 1971, ils remportèrent quelques succès remarqués : Jean-Pierre Soisson devint maire d’Auxerre et Pierre Baudis remplaça le socialiste Louis Bazerque à la mairie de Toulouse. Enfin, le 26 septembre 1971, la FNRI gagna plusieurs sièges de sénateurs et, au sein du groupe RI – toujours le plus nombreux au palais du Luxembourg21 – y conquit la majorité sur les adhérents du CNIP maintenu. Louis Courroy, sénateur des Vosges, fut porté à la présidence du groupe22.

  • 23 En décembre 1969 au comité directeur puis au cours d’un séminaire, Valéry Giscard d’Estaing propos (...)

13Cette expansion électorale était le résultat d’une démarche politique conquérante dont Michel Poniatowski était l’inspirateur principal. Il s’agissait de poser la FNRI en aile marchante de « la nouvelle société », en pôle « réformiste » de la majorité23. Le succès de cette démarche n’était pas acquis d’avance car nombre de parlementaires et plusieurs ministres, au premier rang desquels Raymond Marcellin, étaient proches des positions conservatrices dominantes au sein de l’UDR. Mais la direction du parti, majoritairement dévouée à son président, faisait le pari que l’avenir se jouerait sur la capacité à « moderniser » la société, ce que le Premier ministre, lesté par un parti de plus en plus réticent, ne parviendrait pas à faire. D’où les prises de position, souvent assez fracassantes, de Michel Poniatowski sur des questions de société toujours soigneusement choisies car jugées importantes mais sans que jamais les fondements de l’organisation économique fussent en cause dans les débats suscités. En février 1970, il dénonça Michel Debré, ministre de la Défense, comme « fournisseur de mort », à l’occasion d’un contrat de vente d’avions Mirage à la Libye. En février 1971, il refusa fermement de s’associer à René Tomasini, le nouveau secrétaire général de l’UDR, qui avait dénoncé la « lâcheté des magistrats ». En novembre 1970, quand Raymond Marcellin avait fait interdire Hara-Kiri quelques jours après le décès de Charles de Gaulle, ce furent les Jeunes giscardiens qui montèrent en première ligne, critiquant « la répression et les autodafés ».

14Au-delà de l’actualité habilement utilisée, il s’agissait d’imposer l’idée de « l’ouverture » nécessaire de la majorité : ouverture aux aspirations – tout au moins certaines – de la société et d’abord de la jeunesse scolarisée, et ouverture aux partis centristes, inquiets des progrès de l’union des gauches et soucieux, comme les giscardiens, de l’intégration de la France dans l’Europe, de la « réforme régionale » et d’une nouvelle manière de gouverner qui fût moins « militaire ».

15Prenant date dès mai 1971 en faveur d’un certain nombre de « primaires » dans la majorité aux prochaines élections législatives, Michel Poniatowski appela ouvertement en août à construire une « grande fédération du centre ». Tollé à l’UDR, où l’on cria à la rupture de l’alliance, et protestations de quelques parlementaires républicains indépendants. Mais le congrès du parti, tenu en octobre 1971 à Toulouse, ville récemment conquise par les RI, entérina sans difficulté cette stratégie. Le secrétaire général avait la voie libre pour amorcer des négociations tandis que Valéry Giscard d’Estaing s’engageait à ne plus faire de déclaration de politique générale pendant un an afin de calmer le jeu vis-à-vis de l’UDR. Un bon moyen aussi de ménager ses futurs effets.

  • 24 Le « oui » l’emporta mais il y eut 40 % d’abstentions et 7 % de bulletins blancs ou nuls.

16En mars 1972, le président de la République lança, à la surprise générale, la campagne-éclair du référendum sur l’élargissement de l’Europe des Six. La manœuvre, fort habile au premier abord, échoua piteusement. PCF et PS poursuivirent leurs négociations d’union et les réformateurs ne se rapprochèrent pas durablement de la majorité qui, elle, subit un évident revers électoral24. Cet échec servit les RI. Le renvoi de Jacques Chaban-Delmas huit jours après la signature du « Programme commun de gouvernement » puis l’arrivée à Matignon du gaulliste conservateur Pierre Messmer accusèrent davantage encore la différence d’image entre FNRI et UDR, sans que celle-ci, de plus en plus inquiète de son avenir électoral, ne pût pour autant se débarrasser de son encombrant partenaire.

La FNRI, force motrice de « l’ouverture au centre » (été 1972-printemps 1974)

  • 25 Raymond Marcellin, Valéry Giscard d’Estaing, André Bettencourt et Philippe Malaud reconduits, et C (...)

17Pierre Messmer, à la tête d’un gouvernement « resserré » où les giscardiens gardaient la même proportion de ministres qu’auparavant25, s’attela à la préparation des élections législatives de mars 1973 sur la base d’une restauration de l’autorité de l’État et d’une réaffirmation des principes gaullistes. La direction de la FNRI n’en fut que plus fermement convaincue qu’il lui fallait pousser les feux afin de se rapprocher des centristes.

  • 26 Le 26 septembre 1972, au cours d’une conférence de presse, Jean Lecanuet et Jean-Jacques Servan-Sc (...)
  • 27 Valéry Giscard d’Estaing l’expliqua publiquement lors du premier des colloques consacrés à son sep (...)
  • 28 La signature du Programme commun par une partie des parlementaires radicaux en juillet 1972 débouc (...)
  • 29 Michel Poniatowski en voulait 80. Il y en eut 67.

18Le 8 octobre 1972, Valéry Giscard d’Estaing fit sa « rentrée politique » à l’occasion d’une réunion des cadres républicains indépendants à Charenton, y prononçant cette phrase dont l’écho fut important : « La France souhaite être gouvernée au centre. » En soi, rien de bien nouveau par rapport aux propos publics tenus un an plus tôt à Toulouse. La nouveauté était en fait ailleurs, sans qu’on le sût dans l’immédiat. Depuis la fin de l’été 1972, et pendant que Centre démocrate et radicaux « valoisiens » relançaient le Mouvement réformateur26, avaient débuté les rencontres aussi régulières que discrètes entre le président et le secrétaire général de la FNRI d’un côté, Jean Lecanuet et Pierre Abelin de l’autre, respectivement président et secrétaire général du CD, au domicile parisien de ce dernier27. Tout cela avait été mis au point par Michel Poniatowski qui souhaitait agir avec précaution, exclure pour l’heure les radicaux en pleine crise interne28 et tout miser sur le CD, colonne vertébrale de la mouvance centriste et dont la direction partageait bien des points de vue avec les giscardiens. Ces négociations, alors inconnues de l’immense majorité des Français, aident à comprendre les relations et rapports de forces internes au Mouvement réformateur. Du côté giscardien, elles s’accompagnèrent du maintien d’exigences fortes à l’égard de l’UDR : nécessité de l’élargissement de la majorité et demande d’un certain nombre de « primaires » en mars 197329.

  • 30 Un cinquième des élus au 1er tour, tous partis confondus.
  • 31 En nombre de sièges : - 89 par rapport à 1968, - 17 par rapport à 1967. Et en pourcentage des suff (...)

19Les élections législatives des 4 et 11 mars 1973 furent un triple succès pour les giscardiens. Ils tinrent toute leur place dans l’échec des gauches unies. Ils démontrèrent leur dynamisme électoral, avec 55 élus dont 13 dès le premier tour30, au moment où l’UDR subissait un net recul non seulement par rapport à juin 1968 mais aussi par rapport à mars 196731. Enfin, et peut-être surtout, le CD, sous la conduite de son président, démontra dans les faits qu’il était une force politique fiable. Contre l’avis de « JJSS », prêt à faire des concessions aux gauches afin d’abattre « l’État-UDR », Jean Lecanuet, dont l’anticommunisme était sans faille, accepta en effet de négocier les désistements entre les deux tours directement avec le Premier ministre, et contribua ainsi à la défaite des tenants du Programme commun. Il obtint en échange la possibilité de créer un groupe réformateur homogène, les gaullistes laissant élire un certain nombre de centristes.

  • 32 Aux noms cités, il fallait ajouter Paul Dijoud, secrétaire d’État auprès du Premier ministre, Aimé (...)
  • 33 Il jouait plutôt la carte Edgar Faure.
  • 34 Larges extraits dans Michel Bassi et André Campana, Le grand tournoi. Naissance de la VIe Républiq (...)

20Le succès de la stratégie giscardienne – travailler à une alliance durable des forces « libérales, sociales et européennes » – déboucha sur un accroissement sensible du nombre de leurs ministres et secrétaires d’État dans le deuxième gouvernement de Pierre Messmer, formé les 5 et 12 avril 1973 : 8 sur 38, une proportion jamais atteinte par les libéraux depuis 1958. Michel Poniatowski devint ministre de la Santé publique tandis que Michel Debré n’était plus au gouvernement32. Le 4 avril, au cours d’un déjeuner offert aux députés RI à l’Élysée, Georges Pompidou, pourtant partisan d’une autre stratégie pour élargir la majorité après l’échec du référendum sur l’Europe33, tint à féliciter publiquement le ministre des Finances et à saluer les choix de son parti34.

  • 35 L’exemple le plus frappant fut l’abandon forcé, en décembre 1973, du projet de loi sur l’avortemen (...)
  • 36 « L’affaire » éclata le 3 décembre 1973.

21Puis commença cette période particulièrement complexe, à la fois dense et incertaine, allant du printemps 1973 au printemps 1974. Personne alors n’en connaissait bien sûr à l’avance l’issue – la mort de Georges Pompidou le 2 avril 1974 et l’entrée précipitée en campagne électorale – mais tout le monde avait conscience des enjeux. Quatre séries d’éléments caractérisèrent ce moment crucial. La montée en puissance des luttes sociales tout d’abord : première manifestation en faveur du droit à l’avortement en mai, à peine calmée l’impressionnante agitation lycéenne contre la réforme des sursis militaires ; occupation de l’usine Lip à Besançon en juin ; première manifestation d’ampleur nationale au Larzac en juillet, etc. À l’automne, l’augmentation du chômage s’accéléra et le prix du pétrole brut quadrupla. Le chef de l’État échoua à réduire le mandat présidentiel à cinq ans – annoncé en avril, le projet fut abandonné en octobre – en même temps que progressait rapidement sa maladie. Enfin s’accéléra la délégitimation du pouvoir gaulliste, sans projet clair face aux périls, incapable de maîtriser sa majorité35 et profondément discrédité par l’affaire des micros installés au Canard enchaîné36.

22Ainsi, aux yeux des classes dirigeantes, le danger se précisait chaque jour un peu plus d’un nouveau Mai 68 avec la redoutable perspective qu’il débouchât cette fois-ci politiquement sur l’accession au pouvoir des gauches unies autour du Programme commun. Face à ce qui apparaissait de plus en plus comme une impuissance des gaullistes, le « giscardisme » se constitua au cours de ces quelques mois décisifs en solution de rechange crédible. À partir de janvier 1974, la grande presse, L’Express en tête, commença à poser ouvertement « VGE », promu ministre d’État en mars dans le troisième gouvernement de Pierre Messmer, en futur président de la République.

  • 37 Gilles Richard, « L’élection présidentielle de 1974 : un événement », dans Serge Bertein et al. (d (...)

23On sait qu’en avril suivant, le ministre des Finances s’imposa rapidement à droite comme le candidat le mieux placé pour battre François Mitterrand. Même si sa campagne électorale fut, par bien des aspects, improvisée, le succès de Valéry Giscard d’Estaing ne fut pas le fruit du hasard mais le résultat d’uns stratégie politique subtile et méthodique, conduite depuis 1968 en s’adaptant aux circonstances, appuyée sur la FNRI, petite formation libérale héritière du CNIP, solidement tenue en main par son secrétaire général, unie derrière son président et sûre de son projet, en phase avec les aspirations de larges secteurs de la société, à commencer par les classes moyennes urbaines salariées37. Ce fut la capacité à articuler projet de « modernisation » sociale maîtrisée et élargissement de la majorité au pouvoir depuis seize ans – « le changement dans la continuité » – qui fit la différence entre Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d’Estaing. Une capacité fondée avant tout sur l’analyse approfondie de la grande crise sociale de Mai 68 et de ses conséquences, que les giscardiens avaient su mener collectivement, au contraire des gaullistes écartelés entre diverses tendances depuis 1968.

*

24Dimension essentielle du moment 68, l’élaboration par les giscardiens d’une stratégie de contre-offensive politique renvoie à trois phénomènes historiques de grande ampleur que je voudrais signaler pour conclure : la concomitance de cette élaboration politique à la FNRI et des réflexions menées au sein du CNPF sur les nécessaires adaptations du pouvoir patronal dans les entreprises ; l’obligation de penser les classes dirigeantes comme un ensemble social complexe, parcouru de fortes contradictions mais tout entier tendu vers le maintien de son pouvoir collectif sur la société, l’élection présidentielle étant devenue en 1965 l’arbitre ultime pour départager les différentes stratégies en présence ; le moment 68 comme quatrième et dernier moment intense – après 1947-1948, 1952-1953 et 1958-1962 – de ce que l’on pourrait qualifier de « guerre de trente ans » entre gaullistes et libéraux, ceux-là s’étant imposés comme force politique de premier plan à la Libération et ceux-ci les ayant supplantés définitivement en 1974.

25Autant de phénomènes dont, il va sans dire, l’analyse est loin d’être terminée.

Notes

1 Bernard Lecomte et Christian Sauvage Les giscardiens, Albin Michel, 1978.

2 Jean-Claude Colliard, Les républicains indépendants : Valéry Giscard d’Estaing, PUF (Science politique), 1971.

3 François Audigier, Les jeunes giscardiens de 1966 à 1974 ou une tentative d’instrumentalisation politique de la jeunesse, DEA d’histoire, IEP de Paris, 1994. Lire aussi Corinne Hulot de Mazerny, Les républicains indépendants dans le Rhône de 1962 à 1974, maîtrise d’histoire sous la direction de Xavier Pérouse de Montclos, Lyon 2, 1976. Outre le programme officiel du parti (Un sens à la vie, Fédération nationale des républicains indépendants, 1972), les giscardiens écrivirent après Mai 68 plusieurs ouvrages qui permettent de mieux comprendre le projet politique de la FNRI. Deux furent préfacés par Valéry Giscard d’Estaing : Alain Griotteray, Des barricades ou des réformes ? Fayard, 1968 ; Charles-Noël Hardy, Imaginer l’avenir : propositions libérales établées par les Clubs Perspectives et Réalités, Grasset, 1972. Lire aussi Michel Poniatowski, Les choix de l’espoir, Grasset, 1970, et Cartes sur table, Fayard, 1972.

4 Actes publiés chez Armand Colin pour les trois premiers colloques (les deux derniers sont à paraître) sous la direction de Serge Berstein et Jean-François Sirinelli, et sous le titre générique Les années Giscard. Sur les débuts des républicains indépendants, lire Mathias Bernard « La restructuration des droites non gaullistes de 1962 à 1967 » dans Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (dir.), Les partis et la République. La recomposition du système partisan, 1956-1967, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 31-42.

5 Texte intégral dans le Journal officiel des débats parlementaires, vol. 9, 3e législature, 2e session ordinaire de 1967-1968, séances du 10 au 30 mai 1968, p. 2048-2050. Un seul député RI était préalablement intervenu dans le débat, Jean de Broglie, dans un sens comparable à celui du président du parti : cf. JO, op. cit., p. 2003-2006.

6 Le JO note que plusieurs de ces propos soulevèrent les applaudissements des RI, parfois des centristes, rarement de l’UNR, et provoquèrent nombre de « mouvements divers ». Sur les députés RI en mai-juin 1968, lire Mathias Bernard, « Le groupe des Républicains indépendants : “l’ordre et le dialogue” », dans Parlement[s], no 9, 2008, p. 31-43.

7 « Union pour la défense de la République » fut l’intitulé officiel choisi pour l’investiture des candidats gaullistes.

8 Raymond Marcellin (Intérieur), André Bettencourt (Industrie), Jean Chamant (Transports) et Philippe Malaud (secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé de la Fonction publique).

9 La Nation l’attaqua rudement dans son numéro du 18 octobre 1968 (« pensée superficielle et dangereuse »). En retour, celui-ci s’abstint volontairement lors du vote du budget en première lecture le 2 novembre suivant.

10 51 membres et 3 apparentés.

11 En septembre 1968, Alain Griotteray, député du Val-de-Marne, définit les RI comme « en réserve de la majorité », n’étant « plus un appoint » mais « un point de rencontre ». Jacques Dominati, député de la 2e circonscription de Paris, s’éleva publiquement contre ce point de vue, avant de se rapprocher par la suite de la direction.

12 Elle devint la formule résumant le projet de Jacques Chaban-Delmas lors de sa déclaration de politique générale le 16 septembre 1969. Le 16 septembre 2009, le Centre d’histoire de Sciences-Po a consacré une journée d’étude à cet événement (actes à paraître).

13 Une délégation des RI se rendit à Matignon le 25 septembre 1968.

14 Au comité directeur, 21 membres votèrent en faveur de la liberté de vote, 19 en faveur du « oui », 5 en faveur du « non » et 3 s’abstinrent.

15 Un court moment, Valéry Giscard d’Estaing envisagea sa propre candidature ou un éventuel soutien à Antoine Pinay. Tout cela fut rapidement oublié.

16 La dévaluation du mois d’août contribua sur-le-champ à cette mise en valeur du ministre.

17 Raymond Marcellin, Valéry Giscard d’Estaing, Philippe Malaud : mêmes postes ; André Bettencourt, ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé du Plan et de l’Aménagement du territoire ; Raymond Mondon : ministre des Transports (décédé le 31 décembre 1970 et remplacé par Jean Chamant) ; Marcel Anthonioz, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Équipement et du Logement ; Jean-Louis Tinaud (sénateur des Pyrénées-Atlantiques, apparenté au groupe RI) : secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement.

18 Composée de 9 UDR, 6 RI, 3 CDP.

19 110 conseillers généraux (+ 5) selon les résultats du ministère de l’Intérieur, l’UDR en ayant 206.

20 Contre les gaullistes, les RI surent capter l’héritage de ce grand notable centriste : Jean-Marie Girault devint maire de Caen en juillet 1970 et conseiller général de Caen-Ouest en septembre tandis que Philippe de Bourgoing devenait au même moment sénateur du Calvados. Un an plus tard, le maire de Caen devint à son tour sénateur, remplaçant le sénateur sortant RI Louis André.

21 57 membres et 3 apparentés.

22 Celui-ci, sénateur depuis 1952, passé chez les giscardiens après 1962, avait été le premier président des JIP (Jeunesses indépendantes et paysannes).

23 En décembre 1969 au comité directeur puis au cours d’un séminaire, Valéry Giscard d’Estaing proposa de « délatiniser la vie politique » nationale. En septembre 1970, Alain Griotteray proposa un séminaire de travail en commun aux différents partenaires de la majorité.

24 Le « oui » l’emporta mais il y eut 40 % d’abstentions et 7 % de bulletins blancs ou nuls.

25 Raymond Marcellin, Valéry Giscard d’Estaing, André Bettencourt et Philippe Malaud reconduits, et Christian Bonnet nommé secrétaire d’État auprès du ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Équipement, du Logement et du Tourisme.

26 Le 26 septembre 1972, au cours d’une conférence de presse, Jean Lecanuet et Jean-Jacques Servan-Schreiber firent une offre publique de négociations avec la majorité. Sans succès.

27 Valéry Giscard d’Estaing l’expliqua publiquement lors du premier des colloques consacrés à son septennat, en 2002. Serge Berstein, René Rémond et Jean-François Sirinelli (dir.), Les années Giscard. Institutions et pratiques politiques, 1974-1978, Fayard, 2003, p. 42-49.

28 La signature du Programme commun par une partie des parlementaires radicaux en juillet 1972 déboucha sur une scission du parti radical et la création du Mouvement des radicaux de gauche, sous la conduite de Robert Fabre.

29 Michel Poniatowski en voulait 80. Il y en eut 67.

30 Un cinquième des élus au 1er tour, tous partis confondus.

31 En nombre de sièges : - 89 par rapport à 1968, - 17 par rapport à 1967. Et en pourcentage des suffrages exprimés : avec 23,6 % des voix, l’UDR faisait à peine plus que giscardiens et réformateurs additionnés. Ce fut le premier « décrochage » électoral gaulliste avant celui du printemps 1974.

32 Aux noms cités, il fallait ajouter Paul Dijoud, secrétaire d’État auprès du Premier ministre, Aimé Paquet, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Équipement, du Logement et du Tourisme.

33 Il jouait plutôt la carte Edgar Faure.

34 Larges extraits dans Michel Bassi et André Campana, Le grand tournoi. Naissance de la VIe République, Grasset, 1974, p. 209-212.

35 L’exemple le plus frappant fut l’abandon forcé, en décembre 1973, du projet de loi sur l’avortement défendu par Jean Taittinger, Garde des Sceaux, et Michel Poniatowski, ministre de la Santé, mais combattu par un grand nombre de députés gaullistes emmenés par Jean Foyer.

36 « L’affaire » éclata le 3 décembre 1973.

37 Gilles Richard, « L’élection présidentielle de 1974 : un événement », dans Serge Bertein et al. (dir.), op. cit., p. 15-33.

Auteur

Professeur des universités en histoire contemporaine à Sciences-Po Rennes – CRAPE (Centre de recherche sur l’action politique en Europe).

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540