Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À chacun son Mai ?

 | 
Gilles Morin
, 
Gilles Richard
, 
Gilles Vergnon
, 
et al.

Troisième partie. Le Mai des politiques. Notables et adversaires de Mai

Les gaullistes de gauche en mai-juin 1968 : la fin d’une certaine ambiguïté ?

François Audigier

Texte intégral

« Il est difficile d’être quand on est gaulliste de gauche »
Philippe Dechartre

  • 1 Edmond Michelet, La querelle de la fidélité, peut-on être gaulliste aujourd’hui ?, Fayard, 1971, p (...)
  • 2 La guerre des Six Jours contribua aussi à cet éclatement entre ceux qui défendirent Israël (comme (...)

1Selon l’heureuse formule d’Edmond Michelet rappelée par Bernard Lachaise lors d’un récent colloque, les gaullistes de gauche constituaient les « clous de girofle du gaullisme1 ». Ils l’épiçaient par leur forte personnalité, leur goût pour la polémique et leur défense parfois radicale de la « Participation » (le terme se diffusa surtout à partir de 1965). Au milieu des années 1960, cet univers politique issu de la matrice de l’Union démocratique du travail (UDT) semblait déjà éclaté. Des oppositions doctrinales parfois byzantines sur le contenu exact de l’association Capital-Travail, des divergences stratégiques souvent politiciennes sur les liens avec le parti gaulliste et le gouvernement de Georges Pompidou, comme d’incessantes querelles de personnes expliquaient cette tendance à la dispersion2.

  • 3 Dans une thèse récente (Les mouvements gaullistes de 1958 à 1976 : la diversité d’une famille poli (...)
  • 4 François Audigier, Génération gaulliste. L’Union des jeunes pour le progrès, une école de formatio (...)

2Pour simplifier une histoire complexe3, le gaullisme de gauche se résumait en 1967 à quelques formations moins modestes que d’autres et à quelques grandes figures. Parmi les formations, citons l’Union gaulliste pour la Ve République (UGVe), fondée en novembre 1967 par Philippe Dechartre, le Front du progrès (FP) de Jacques Dauer, qui remontait à 1964, et le Front travailliste (FT), lancé en 1965 par Yvon Morandat. Apparue en 1965, l’Union des Jeunes pour le Progrès (UJP) relevait aussi globalement de cet horizon, même si sa reprise en main par Robert Grossmann à la rentrée 1967 en avait tempéré le progressisme contestataire4. Pour le grand public toutefois, le gaullisme de gauche s’incarnait surtout dans des personnalités médiatiques plutôt indépendantes comme René Capitant, Louis Vallon, Léo Hamon, Edgard Pisani, et, dans une moindre mesure, Jacques Debû-Bridel, David Rousset, Pierre Hervé, Marcel Loichot ou Philippe de Saint-Robert. Le poids des gaullistes de gauche ne s’exprimait pas quantitativement. Leur influence résidait d’abord dans l’autorité « morale », la notoriété et la liberté de parole de leurs représentants les plus célèbres. Elle s’exprimait aussi dans l’écho bienveillant que trouvaient les gaullistes de gauche dans les médias (à commencer par Le Monde, satisfait d’exposer les divisions gaullistes). Ils bénéficiaient enfin à l’Assemblée nationale d’un temps de parole ne reflétant pas leur poids exact dans le groupe.

  • 5 François Vuillemin, Georges Pompidou et les gaullistes de gauche : conflits idéologiques et enjeux (...)

3Les gaullistes de gauche se divisaient sur la stratégie à suivre. Certains, comme Ph. Dechartre, estimaient qu’il fallait par réalisme rester un satellite du parti gaulliste pour mieux peser lors des investitures électorales et influencer le gouvernement dans le sens du progrès social. Comme L. Hamon, il entretenait avec le Premier ministre de bonnes relations et l’UGVe avait participé aux assises du parti gaulliste, l’Union pour la nouvelle République (UNR), devenue l’Union des démocrates pour la Ve République (UDVe) à la fin 1967, constituant ainsi le troisième volet du triptyque majoritaire avec le parti gaulliste et les giscardiens5. D’autres gaullistes de gauche en revanche, comme J. Dauer, instruits par le rapide délitement de l’UDT après sa fusion dans l’UNR en 1962, pensaient qu’il fallait conserver leur indépendance et ne pas hésiter à engager le rapport de force avec un parti gaulliste et plus encore un gouvernement pompidolien, jugés trop conservateurs. R. Capitant et L. Vallon, qui n’étaient pas allés aux assises de Lille, se situaient sur cette même ligne dure, persuadés de défendre la Participation du Général contre des pompidoliens qui trahissaient l’esprit du gaullisme en le « droitisant ».

  • 6 Jacques Dauer, Le hussard du Général. Entretiens avec Stéphane Giocanti, La Table ronde, 1994, p.  (...)

4Tous se retrouvaient au moins dans le constat amer et lucide dressé par Ph. Dechartre : « Il est difficile d’être quand on est gaulliste de gauche. Notre gauche n’est pas tellement reconnue par la gauche traditionnelle, elle ne l’est pas non plus par le gaullisme traditionnel. Le problème est de savoir si nous pouvons exister seuls ou s’il vaut mieux exister avec6. » De fait, considérés avec une curiosité sceptique ou condescendante par la gauche, tenus à distance par les gaullistes officiels que ce progressisme critique déconcertait et agaçait, les gaullistes de gauche cherchaient leurs marques. Ils peinaient à exister dans un monde politique désormais binaire qui ne se prêtait pas à la nuance ou à la synthèse. Mai 68 allait obliger les gaullistes de gauche à sortir d’une certaine ambiguïté.

  • 7 Brigitte Gaïti, « Le charisme en partage : mai-juin 1968 chez les gaullistes », dans Dominique Dam (...)

5Minoritaires et marginalisés, ils profitèrent en mai 1968 du malaise puis de l’évanescence du gaullisme officiel pour exister dans le débat d’une manière disproportionnée à leur poids réel7. Les interventions de R. Capitant et d’E. Pisani à l’Assemblée nationale au moment du vote sur la motion de censure furent très relayées dans la presse et à la radio. Le moindre communiqué d’organisations pourtant souvent groupusculaires était repris par les médias, sans doute pas mécontents pour certains d’affaiblir ainsi le régime. La crise offrit ainsi une visibilité particulière à ce courant du gaullisme.

6Mai 68 posa aussi le problème fondamental du gaullisme de gauche : jusqu’où peut-on aller ? Ces gaullistes durent plus que jamais s’interroger sur leur identité et donc leur positionnement paradoxal (gaulliste et de gauche). La crise les obligea à affronter un dilemme longtemps occulté : fallait-il continuer à critiquer un régime affaibli dont on détestait certes l’exécutant (G. Pompidou) mais dont on admirait l’inspirateur (de Gaulle) ? La tentation était grande de profiter du chaos pour faire tomber le Premier ministre et imposer enfin la Participation, d’autant que beaucoup de gaullistes de gauche se sentaient par nature en accord avec la révolte des jeunes puis des salariés. Mais la stratégie était risquée. Il fallait d’abord que la gauche (si tant est qu’on pût la globaliser) fût intéressée par cette offre d’un gouvernement d’union autour du gaullisme social. Le désintérêt suscité par la proposition gaullienne de référendum sur la Participation révéla vite que l’affaire n’était pas gagnée d’avance. Expliquer que la Révolution était possible avec de Gaulle n’était pas évident. Ni les gauchistes des barricades, ni les appareils des partis de la gauche parlementaire n’étaient preneurs d’une solution qui semblait décalée. Il fallait aussi pour les gaullistes de gauche se garder d’aller trop loin, de faire tomber le Général et d’installer l’extrême gauche au pouvoir.

  • 8 Le Monde, 1er juin 1968. Le lendemain, Pierre Viansson-Ponté se demanda avec ironie « qui du garde (...)

7Mai 68 souligna une fois de plus l’impossibilité de globaliser les gaullistes de gauche. L’événement révéla au contraire la diversité conflictuelle de ce petit monde entre ceux qui soutenaient G. Pompidou (Ph. Dechartre et L. Hamon), ceux qui critiquaient Matignon mais restaient fidèles au Général (J. Dauer, R. Capitant, L. Vallon), ceux qui basculèrent définitivement dans l’opposition (E. Pisani). La crise, en accentuant les clivages, provoqua à moyen terme une cassure durable au sein du gaullisme de gauche. À chaud, très peu quittèrent le gaullisme officiel pour entrer dans l’opposition. Par réalisme politique et fidélité au Général, ils préférèrent « avaler la couleuvre Pompidou », pour reprendre la formule de R. Capitant début juin8. D’autant que les gaullistes de gauche firent une belle entrée dans le dernier gouvernement de G. Pompidou. Avec R. Capitant à la Justice, Y. Morandat aux Affaires sociales et Ph. Dechartre au Logement, ils pensaient avoir enfin les moyens institutionnels d’imposer la Participation. Ce fut donc dans un deuxième temps seulement, après le référendum manqué et le départ du Général au printemps 1969, que la cassure s’opéra. L’épisode de la pré-candidature de R. Capitant contre G. Pompidou lors de la présidentielle, tout comme l’éclosion deux ans plus tard de plusieurs petits mouvements gaullistes de gauche radicaux et contestataires, représenta finalement l’héritage différé de Mai 68.

Une crise pressentie ?

  • 9 Archives du Centre d’histoire de Sciences-Po-FNSP, Fonds Jacques Dauer, carton 5, Discours de clôt (...)

8Certains gaullistes de gauche semblent avoir deviné que le malaise diffus ressenti par une partie de la jeunesse des années 1960 risquait d’aboutir à une crise politique sévère. Lors de la première convention du Front du progrès en avril 1964, J. Dauer avait eu cette phrase prémonitoire : « Les excès actuels de la jeunesse, nos aînés les ont mérités, et si un jour cela tourne à l’insurrection, c’est nous qui l’aurons cherché9. » De fait, le réquisitoire que dressaient régulièrement dans leur presse ces gaullistes contre les excès de la société de consommation, les injustices du système capitaliste, les violences américaines au Vietnam, les souffrances du Tiers-Monde, les rigidités morales de la société pompidolienne, les pesanteurs du modèle éducatif et plus généralement ce que J. Dauer appelait « les dangers de la civilisation de masse », correspondaient grosso modo aux thématiques des révoltés du Quartier latin. Le 5 janvier 1968, la mise en garde se précisa dans les colonnes de Notre République. Évoquant une politique socio-économique insuffisamment ambitieuse à ses yeux, le leader du FP ajouta : « Le gouvernement sait ce qu’il doit faire, ou alors… on me permettra de ne pas tirer de conclusion… »

  • 10 Fonds J. Dauer, carton 3, Note d’information du Front du progrès, no 25, 21 février 1968.

9Favorable à la démocratisation de l’éducation comme à une certaine libération des mœurs, J. Dauer suivait l’actualité universitaire. En février 1968, observant les premières secousses dans les universités espagnoles, allemandes et japonaises, il expliquait ces mouvements par le rejet de « la civilisation des adultes, de l’argent et de l’hypocrisie ». Son adjoint, Michel Rodet, en tira fin février une Note d’information sur « la révolte des universités » où il appelait de ses vœux « la liberté de discussion au lycée et la liberté de la personne dans les résidences universitaires10 ». Le fait que les étudiants et professeurs étaient sur-représentés chez les gaullistes de gauche explique sans doute leur attention particulière portée à ces questions. À la différence du parti gaulliste dont la sociologie et la stratification générationnelle ne le prédisposaient pas à se pencher sur les problèmes éducatifs.

  • 11 Interview de R. Grossmann, le 16 décembre 1998.

10Pour autant, les gaullistes de gauche ne pressentirent pas plus l’explosion de mai que le reste des gaullistes et de la classe politique en général. Leurs périodiques, pour être globalement critiques à l’égard de l’action gouvernementale, ne mettaient pas l’accent sur les tensions universitaires ou la « crise de civilisation ». Ils privilégiaient classiquement une double thématique socio-économique sur la Participation et diplomatique sur le tiers-monde. Jusqu’en mai compris, le plan Loichot et l’amendement Vallon restèrent au cœur des discours. Or, ces préoccupations ne correspondaient pas vraiment aux ferments de Mai 68, crise plutôt morale et sociétale. Les gaullistes de gauche se trouvaient eux aussi en décalage par rapport aux émeutiers de mai. L’aveuglement tenait enfin à la représentation du chef de l’État chez les gaullistes de gauche. La figure du Général leur paraissait incontestable, moins pour sa légitimité historique de Libérateur que pour son engagement dans la décolonisation et surtout sa sensibilité sociale supposée. Tous étaient persuadés que le chef de l’État, fort de son autorité, finirait par imposer l’association Capital-Travail à des notables conservateurs responsables des pesanteurs du pays. Dès lors, comment la jeunesse aurait-elle pu contester ce « visionnaire » qui partageait ses aspirations et lui garantissait le progrès ? Parce que l’explosion de mai s’accompagna vite d’une remise en cause personnelle du Général (« 10 ans, ça suffit »), la révolte ne pouvait ni être pressentie ni être totalement acceptée. R. Grossmann résuma a posteriori la situation : « En Mai 68, on était stupéfait. Tout ce qui se passait était contre nos schémas. Pour nous, de Gaulle était un homme progressiste, d’avant-garde, un homme de la jeunesse et voilà que tout d’un coup, la jeunesse se mettait contre lui11. » Les gaullistes de gauche ne devinèrent pas Mai 68 parce qu’au fond ils ne pouvaient le concevoir.

Plusieurs parcours en Mai 68

Soutien au gouvernement de G. Pompidou

  • 12 Le Monde, 12-13 mai 1968.
  • 13 Le Monde, 18 mai 1968.
  • 14 Interview de Ph. Dechartre au Conseil économique et social le 6 mars 2009.
  • 15 Le Monde, 21 mai 1968.
  • 16 Le Monde, 22 juin 1968.

11Responsable d’une organisation (l’UGVe) liée organiquement au parti gaulliste et connue pour ses bonnes relations avec G. Pompidou, Ph. Dechartre resta sur une ligne de fidélité et de soutien constants au Premier ministre durant toute la crise. Bien qu’en contact quotidien avec Matignon, il demeura silencieux durant les deux premières semaines de la crise étudiante. Un silence partagé par L. Hamon qui, invité par l’UJP à Poitiers à la mi-mai, se contenta de formules équilibrées (« s’il est vrai que l’ordre doit être maintenu, rien ne servirait de le maintenir par des solutions de force ») et de considérations vagues (« c’est l’absence de participation qui favorise l’influence des extrémistes, rien n’est plus dangereux que le vide »)12. Quand la contestation gagna le monde salarié, domaine où l’UGVe était plus à l’aise, l’organisation multiplia les communiqués favorables à G. Pompidou : « Nous faisons une confiance totale à G. Pompidou, nous l’assurons de notre entière fidélité. Il a ouvert un dialogue pacifique avec les étudiants, on sait qu’il fera de même avec le monde du travail. Dans ces heures graves, l’UGVe est tout entière, sans réserves, à ses côtés13. » Ayant des contacts dans les milieux syndicaux (notamment Georges Séguy et André Bergeron), Ph. Dechartre fit bénéficier l’équipe des accords de Grenelle de ses entrées à la CGT et à FO14. Partageant l’analyse de G. Pompidou, il estimait qu’il fallait sortir de la crise en privilégiant la négociation avec les organisations syndicales reconnues, de manière à contourner la rue. La position de ces gaullistes de gauche était claire : « Les revendications peuvent et doivent être négociées, la politisation de la grève ou un débordement incontrôlable placerait la Nation dans l’affrontement entre l’anarchie et l’ordre conservateur. La démocratie doit l’emporter dans un dialogue ouvert sans tarder entre le monde du travail et le gouvernement, dans une France qui veut la justice mais aussi la paix civile15. » L’alignement sur la position gouvernementale était total (on notera l’absence de références au chef de l’État) et logiquement Ph. Dechartre signa la déclaration commune des organisations gaullistes le 25 mai (UDVe, Association pour la Ve République d’André Malraux, UJP et Association pour le soutien à l’action du général de Gaulle) qui soutenait les réformes engagées et condamnait l’anarchie comme les provocations. Si l’UGVe déclara son « accord et sa confiance » après le discours du Général évoquant un référendum sur la Participation, la réaction restait mesurée comme si Ph. Dechartre ne croyait pas au fond à cette sortie de crise. Convoqués le matin, les militants participèrent à la contre-manifestation gaulliste des Champs-Élysées qualifiée par Ph. Dechartre de « réponse sans ambiguïté aux insultes de Mitterrand, un avertissement aux factieux, un non très ferme aux offres de service de Mendès France ». Lors du dernier meeting gaulliste à la veille du premier tour, le 22 juin, il renouvela ses attaques contre François Mitterrand (« ce mauvais athée qui a oublié son catéchisme ») et, bien qu’ancien mendésiste, s’en prit aussi à l’ancien Président du conseil (« Mendès France, complice des enragés de la rue et propagandiste des piquets de grève »)16. Alors qu’il avait été battu à Paris aux législatives de 1958, Ph. Dechartre profita de la vague légitimiste de juin pour se faire élire en Charente-Maritime.

Critique du gouvernement, solidarité partielle avec la contestation mais fidélité à de Gaulle

12Plusieurs gaullistes de gauche adoptèrent en mai une ligne paradoxale consistant à reconnaître la légitimité de la contestation étudiante et ouvrière tout en affirmant leur soutien au régime. Ce fut le cas du Front du Progrès qui se radicalisa progressivement durant la crise. Le premier communiqué paru dans Le Monde du 5-6 mai ménageait encore le gouvernement puisque tout en s’élevant contre les tenants de la « répression policière brutale », le texte rappelait les efforts du gouvernement pour améliorer le système universitaire et appelait au dialogue. Le 8 mai, la même organisation prit encore acte des « déclarations libérales » du ministre de l’Éducation et de la « modération du préfet de police » tout en demandant au pouvoir de faire un geste à l’égard des étudiants arrêtés. Cette position médiane autorisait un rôle d’intermédiaire entre les étudiants et le gouvernement. De fait, dès les premières barricades, J. Dauer fit recevoir une délégation par Louis Joxe (qui assurait l’intérim de G. Pompidou, alors en Afghanistan) mais l’initiative resta sans lendemain.

  • 17 Notre République, 11 mai 1968.
  • 18 Le Monde, 12-13 mai 1968.

13À partir du 11 mai, devant l’aggravation de la situation au Quartier latin, plusieurs organisations gaullistes de gauche comme le FP, le Front travailliste, le Cercle Jules Vallès et des figures de cette même mouvance (J. Debû-Bridel, Ph. de Saint-Robert, D. Rousset) se démarquèrent du pouvoir pour se rapprocher des contestataires. Tout en réclamant encore l’ouverture de pourparlers, ces progressistes refusaient « de se faire les agents de la classe dominante des notables » et se déclaraient « solidaires des aspirations les plus nobles de la jeunesse étudiante ». Si l’esprit était toujours à la médiation, le ton s’était radicalisé. Un article enflammé de D. Rousset dans Notre République témoignait de cette évolution où il comparait les barricades à « un souffle de vie17 ». « Parce qu’ils se situent à l’avant-garde de la lutte pour les réformes révolutionnaires, parce qu’ils constituent la force de frappe de la nouvelle génération, brimer physiquement le mouvement révolutionnaire étudiant reviendrait à travailler à notre propre défaite. » Le fait que le fils de D. Rousset, le trotskiste Pierre Rousset, participât aux barricades où il avait été blessé par la police, expliquait peut-être en partie cette radicalisation. Au même moment, R. Capitant bascula dans une ligne oppositionnelle, estimant que l’on vivait une « crise profonde, peut-être le tournant de cette législature18 ».

  • 19 Le Monde, 18 mai 1968.
  • 20 Notre République, 23 mai 1968.

14Dans cette dynamique unitaire, J. Dauer et ses amis lancèrent la seule organisation gaulliste de gauche créée à l’occasion de Mai 68, le Comité de la démocratie combattante. On y retrouvait l’équipe qui avait fondé en mars 1968 le Comité de soutien à la résistance vietnamienne (J. Debû-Bridel, P. Hervé, J. Dauer, Ph. de Saint-Robert, M. Cazenave). En réalité, les Mémoires de J. Dauer révèlent un gaulliste qui pour être solidaire presque par instinct de ces jeunes révoltés, n’en restait pas moins agacé par leur emphase lyrique et leur irrespect de la figure gaullienne. Pour le FP, l’essentiel restait en effet le chef de l’État, non seulement parce qu’il incarnait l’unité nationale et l’esprit de la Résistance mais aussi parce qu’il représentait aux yeux de ces gaullistes « le seul potentiel révolutionnaire dans l’immédiat », pour reprendre la formule d’un tract du Comité de la démocratie combattante. Il fallait donc à la fois sensibiliser de Gaulle aux revendications des étudiants et rapprocher ces derniers du chef de l’État. Ce fut dans cette double perspective que le FP lança le 16 mai un appel à de Gaulle alors en Roumanie se concluant par cette invitation solennelle : « Nous en appelons au général de Gaulle pour éviter l’irréparable19. » Quelques jours plus tard, L. Vallon renouvela ce message aux tonalités anti-pompidoliennes dans les colonnes de Notre République. « Si le président de la République apprécie objectivement les erreurs et les fautes commises et sait tirer toutes les conséquences positives de cet examen, je suis convaincu qu’il peut rapidement procéder à l’indispensable réforme dans une paix progressivement rétablie20. » Il fut suivi par Lucien Junillon, secrétaire général du Front travailliste, qui assurait de Gaulle du soutien des travailleurs français « dans la réalisation des réformes que le pays attend de lui pour garantir la paix civile et le situer au-delà du capitalisme dans un nouvel ordre social exemplaire ».

  • 21 François Audigier, « Le groupe gaulliste, quand les godillots doutent », dans Parlements, no 9, 20 (...)
  • 22 Évoquant la motion de censure, R. Capitant déclarait : « Je la voterai en tant que gaulliste parce (...)
  • 23 Jacques Foccart, Journal de l’Élysée, t. ii, Le Général en mai, Fayard/Jeune Afrique, 1998, p. 116

15La décision de R. Capitant de voter la censure s’inscrivit dans ce contexte. La cassure entre les gaullistes de gauche et le reste du groupe devint alors plus visible21. En monopolisant l’attention des médias, cette initiative annula en partie les efforts du pouvoir pour reprendre la main (lancement des Comités de défense de la République (CDR), formule du Général sur « la chienlit non, les réformes oui »). Même si R. Capitant semblait isolé, sa notoriété et son autorité morale faisaient de sa désobéissance un acte politique fort. L’intéressé se justifia devant le bureau du groupe en y faisant le procès de la politique gouvernementale. « Je ne pardonnerai jamais aux ministres qui ont fait huer de Gaulle par la rue22. » Son cas embarrassait les responsables de l’UDVe. La veille, Jacques Foccart l’avait mentionné auprès du Général en demandant des « instructions23 ». En le condamnant, on risquait d’en faire un martyr. En le laissant parler, on validait l’impression de dissensions au sein des gaullistes. Après un rappel à l’ordre du chef de l’État et de Jacques Chaban-Delmas, le député frondeur, sans doute pas mécontent de ne pas mettre sa menace à exécution, annonça qu’il s’abstiendrait puis démissionnerait.

  • 24 « À la fois enthousiasmé par l’idée et affligé par le ton », le jeune militant du FP Jean-Jacques (...)
  • 25 Le Monde, 26-27 mai 1968. « À l’époque, on a pensé que c’était encore une alliance droite/Pompidou (...)

16Croyant avoir enfin touché au but avec l’annonce du référendum sur la Participation, le Comité de la démocratie combattante approuva naturellement l’initiative du chef de l’État. Mais le communiqué qui exigeait de connaître le détail des mesures proposées au pays, qui estimait que ces réformes ne sauraient être « appliquées par l’équipe actuelle », et qui renouvelait son « soutien actif » aux étudiants, révélait l’ampleur de la défiance désormais installée. De toute façon, le peu d’intérêt suscité par l’initiative gaullienne fit déchanter l’équipe du Comité24. J. Dauer constata que son champion avait perdu la main sur le terrain du social où G. Pompidou marquait des points avec les négociations de Grenelle. Le Front du Progrès répliqua par un communiqué aigri où l’on estimait que la crise ne se résoudrait pas « par une révision, même importante, des rémunérations ou des conditions de travail », avant d’ajouter : « L’équipe au pouvoir a consenti pour se maintenir en place des sacrifices exorbitants aux dépens du pays25. »

  • 26 Dans les heures qui suivirent le discours du Général, le changement de ton était déjà manifeste ch (...)
  • 27 Le Monde, 16-17 juin 1968.

17Choqué par l’atmosphère revancharde et réactionnaire qui animait à ses yeux la contre-manifestation du 30 mai, le Front du Progrès s’en démarqua symboliquement en descendant les Champs-Élysées au lieu de les remonter. Protégés par le service d’ordre maoïste, ses jeunes militants distribuèrent plusieurs milliers de tracts appelant à « la Révolution avec de Gaulle » sous les regards d’incompréhension souvent hostiles des autres manifestants. Début juin, constatant la grâce de Raoul Salan, la loi d’amnistie, le retour en France de Georges Bidault et de Jacques Soustelle, le FP condamna « le ralliement de l’extrême droite vichyste et activiste obtenu par des moyens qui frisent l’indignité, la transformation des associations d’anciens combattants les plus réactionnaires en rempart du régime, la quasi-liquidation des positions gaullistes dans les manifestations de type Défense de la République ». Ces crispations furent de courte durée. Visiblement revenu à la raison et pardonné pour ses dérapages26, R. Capitant fut investi dans le Quartier latin où il remporta une facile victoire, sans renoncer à ses paradoxes. Protégé des partisans de Jean-Marie Le Pen par les gros bras du SAC, il reconnut qu’il y avait « quelque chose de juste dans les revendications des étudiants et ouvriers », dénonça « la droite et Giscard qui veulent maintenir le capitalisme », opposa « les élections de 1967 qui étaient celles de Pompidou à celles d’aujourd’hui qui sont celles du Général27 ».

18À Vienne, D. Rousset s’imposa face à Louis Mermaz en agitant la menace de « la conspiration communiste » tandis qu’à Paris, L. Vallon l’emporta facilement. Seul Y. Morandat échoua dans l’Ain. En dépit de leur discours critique en mai, les gaullistes de gauche « réalistes » ne furent donc pas oubliés lors des négociations d’investiture. Si en plusieurs endroits, des progressistes se retirèrent au profit d’un « orthodoxe » (comme à Paris Robert Bonneville de l’Union gaulliste progressiste), les retraits s’opérèrent aussi dans l’autre sens (en Savoie, le candidat UDVe Jean Aillot s’effaça au profit de Victor Coudurier du Front travailliste).

La rupture avec le régime

  • 28 Journal Officiel des Débats Parlementaires, Assemblée nationale, avril-mai 1968, p. 1605.

19E. Pisani fit partie de ces rares gaullistes de gauche qui rompirent avec le régime en Mai 68. L’ancien ministre de l’Équipement était déjà en tension avec le gaullisme officiel depuis son départ du gouvernement de G. Pompidou en avril 1967. Dès le premier débat à l’Assemblée, il sortit des problématiques immédiates du maintien de l’ordre pour placer la discussion sur le terrain plus philosophique du choix de société et des conflits de générations. Évoquant son propre fils, il notait : « Tout se passe comme si la jeunesse de tous les pays récusait en bloc tout ce que nous tentons de lui transmettre, comme si cette jeunesse semblait considérer que nous sommes au fond des complices devant elle, jouant chacun notre rôle dans une comédie humaine à laquelle elle n’entend rien et ne veut rien entendre28. » Refusant la lecture des gaullistes d’ordre limitant la contestation à une manipulation orchestrée par des groupuscules subversifs, il voyait « entre ces agités et la masse de ceux qui manifestent, une identité d’angoisse, une réelle solidarité » avant d’interpeller ses collègues : « Votre tâche est de faire en sorte que la masse ne se sente pas nécessairement solidaire du petit nombre de ceux que vous stigmatisez. »

  • 29 Interview d’Alain Terrenoire le 7 janvier 2008 (témoignage publié dans Parlements, no 9, 2008).
  • 30 Michèle Cotta, Cahiers secrets de la Ve République, Fayard, 2007, p. 120.
  • 31 JODP, AN, avril-mai 1968, p. 2036.

20Lors du débat sur la censure, E. Pisani alla jusqu’au bout de sa logique de rupture en dénonçant à la tribune (et sur le temps de parole du groupe gaulliste !) un gouvernement qui jouait le pourrissement. Refusant les applaudissements des députés FGDS, il médita sur les maux de la société moderne, reprochant à ses amis gaullistes de ne pas « remettre en cause une société qui est justement remise en cause ». À ceux qui lui reprochaient de trahir son camp, il rétorqua : « J’ai pourtant le sentiment d’être plus fidèle que vous, ce faisant, à l’homme que j’ai soutenu depuis la Résistance. » Avait-il fait le choix de la censure depuis le début ? Selon l’ancien député gaulliste Alain Terrenoire, l’orateur, incertain jusqu’au bout, avait préparé deux discours, l’un favorable à la censure, l’autre défavorable, avant de se décider en montant à la tribune29. Cette version est confirmée par Michèle Cotta dans ses Mémoires30. G. Pompidou rebondit avec habileté en reconnaissant à E. Pisani le droit « de s’interroger sur les voies à suivre et les décisions à prendre » mais en lui contestant la possibilité « de parler au nom du gaullisme contre de Gaulle31 ».

21Il fut le seul gaulliste à voter la censure et démissionna de son mandat aussitôt. Contrairement à R. Capitant, il ne revint pas dans le giron du gaullisme officiel et lança en juin 1968 une petite organisation, le Mouvement pour la réforme, dont le programme restait assez vague (une éducation moins autoritaire, des collectivités locales autonomes et une information libre). Battu lui-même dans le Maine-et-Loire, il présenta en juin 28 candidats. Sans succès.

Des gaullistes de gauche qui rejoignent les barricades

  • 32 Comme dans le choix des thématiques. Interrogé sur les différences entre aînés et cadets chez les (...)

22Le facteur générationnel a joué dans la variété des réactions face à la crise32. Si les aînés se contentèrent de discours de soutien, leurs cadets allèrent souvent plus loin dans la solidarité active. Plus radicaux dans leur progressisme et plus engagés dans la dénonciation de la collusion supposée du régime avec la droite, ils choisirent parfois de participer aux barricades. L’analyse était toujours la même : le renversement du Premier ministre permettrait à un Général jugé « révolutionnaire » d’imposer la Participation aux notables gaullistes réactionnaires dans le cadre d’un nouveau gouvernement d’union avec la gauche dominé par les gaullistes « sociaux ».

  • 33 Témoignage de J.-J. Rassial, op. cit.
  • 34 CHEVS, FNSP, Fonds Jacques Chapsal, 2SP56.

23Le responsable des jeunes du Front du progrès, Nicolas Martin, représentait cette tendance extrême. Installé au 21 de la rue Cujas dans un local « squatté » de la conservatrice Action étudiante gaulliste (AEG), il colla sur les vitres deux photos : de Gaulle et Castro, avec comme légende sous l’image du leader cubain : « De Gaulle est un rebelle comme moi. » On y soignait chaque soir les blessés des barricades tout en essayant sans grand succès de les amener au gaullisme contestataire. La petite équipe (Jean-Jacques Rassial, Gérard Massé, François-Michel Gathelier, Martine Baumgarten et quelques autres33) hissa un drapeau rouge sur le fronton de Sciences-Po34. La tonalité gauchisante de leurs tracts indiquait le ralliement à la contestation. On y dénonçait « la répression policière » et « le gouvernement de la démagogie ». On y exaltait « la solidarité avec le Tiers-Monde » et la « lutte contre l’ordre social et culturel qui marque l’asservissement de l’homme à de prétendus fatalités économiques qui ne sont que l’incarnation de la classe technocratique ». On faisait enfin « appel à de Gaulle pour assurer la victoire de la Révolution ». Ces exhortations rencontrèrent peu de succès, sinon auprès de certains maoïstes sensibles à la thématique de l’indépendance nationale.

  • 35 Notre République, 21 juin 1968.
  • 36 Notre République, 14 juin 1968.

24Pour ces gaullistes de gauche, la contestation n’était même pas tournée contre le gaullisme et son premier représentant. Cette véritable révolution trouvait son origine dans le malaise ressenti par la jeunesse devant les mirages de la société moderne où la recherche du confort matériel tenait lieu d’unique idéal. Au nom du Cercle gaullisme et prospective, Michel Cazenave notait : « Il s’agit d’un refus de la société contemporaine caractérisé partout, en Amérique comme en Europe, par une aliénation contraignante, une civilisation de la productivité et de la consommation, une évacuation progressive de la liberté35. » On reprenait explicitement les schémas marcusiens. Le prolétariat, domestiqué par la société de consommation au point de perdre toute conscience de classe, ne pouvait plus constituer l’avant-garde de la révolution. Les étudiants en revanche, plus ouverts intellectuellement sur les idéologies de lutte et rendus revendicatifs par des conditions de vie difficiles, formaient les nouveaux révolutionnaires. D’autant plus réticents aux pesanteurs bureaucratiques du communisme orthodoxe qu’ils étaient plus critiques des conformismes de toute sorte. Hervé Fischer, l’autre normalien philosophe du Cercle, concluait : « On nous permettra de penser que l’analyse de Marcuse rejoint incontestablement la solution politique qu’appellent les gaullistes de gauche. » Marcel Loichot lui-même dans un article intitulé « Contestante jeunesse », après avoir dressé un parallèle entre la révolution culturelle chinoise de 1966 et l’explosion du Quartier latin, suggérait que de Gaulle, nouveau timonier, s’appuyât sur la jeunesse étudiante comme Mao l’avait fait pour « casser le conformisme du Parti ». « La seule classe révolutionnaire subsistante, c’est la jeunesse36. »

  • 37 Olivier Germain-Thomas, Les rats capitaines, Édition J.-E. Hallier, 1978, p. 13-16. Le même orateu (...)

25La révolution, loin d’être incompatible avec le gaullisme, en réalisait donc la dynamique libératrice. Les deux mouvements pouvaient se rejoindre puisque de Gaulle, avec la Participation, avait voulu casser la logique de classe. Le chef de l’État s’appuierait sur les étudiants pour briser les carcans politiques, socio-économiques et culturels. Ce fut l’analyse paradoxale que présenta à la Sorbonne le 29 mai l’étudiant en philosophie orientale Olivier Germain-Thomas. Après avoir commencé son discours par la formule de Lénine « seule la vérité est révolutionnaire », et rassuré son public avec des clichés de la sémantique marxiste (aliénations, contradictions, dialectique), il se mit à jour par une conclusion osée : « Cette révolution contre l’agent, contre l’Internationale capitaliste et son argent monétaire le dollar, pour la libération des peuples opprimés comme cela a été fait à Phnom Penh et à Montréal, cette révolution, nous la ferons avec de Gaulle37. » Il fut expulsé de la salle, avec une brutalité qui révélait les limites de l’alliance contre-nature entre Marx et de Gaulle.

  • 38 Le Monde, 22 juin.

26Certains de ces cadets ne renoncèrent pas à l’illusion d’une « révolution avec de Gaulle ». Ce slogan ambigu fut encore employé lors de la manifestation de l’UJP au Trocadéro le 4 juin. À l’occasion du grand meeting parisien du 20 juin, Dominique Gallet, chef de file de l’aile progressiste de l’UJP, et O. Germain-Thomas prirent la parole pour chauffer la salle avant le discours d’André Malraux. Apparemment réconciliés avec le gouvernement, les deux Nanterrois dénoncèrent le nihilisme des révoltés du Quartier latin. « Vous ne voulez ni enseignants ni enseignement, vous ne voulez rien, vous avez joué aux révolutionnaires, nous vous accusons d’égoïsme et d’impuissance ». Alors que le public très remonté contre les « casseurs des barricades » croyait applaudir des jeunes gaullistes acquis à l’ordre, il avait devant lui en réalité des déçus de mai, d’autant plus sévères avec les émeutiers qu’ils avaient partagé leurs rêves. La dernière formule de D. Gallet et d’O. Germain-Thomas trahissait bien le paradoxe : « Lénine serait le premier à vous condamner38. »

L’héritage différé de Mai 68 pour les gaullistes de gauche : de la tension au divorce

  • 39 Michel-Antoine Burnier, La chute du Général et la prise de l’Élysée par Pompidou, JC Lattès, 1969.

27Ce fut à partir de 1969, quand le départ du Général et l’arrivée au pouvoir de G. Pompidou dissipèrent l’illusion d’un gaullisme social, que nombre de gaullistes progressistes commencèrent à franchir le pas de l’opposition au régime. La fracture apparut dès la campagne présidentielle de G. Pompidou. Ce dernier, qui avait besoin du soutien des gaullistes de gauche pour recentrer une image trop conservatrice et apparaître pleinement comme « l’héritier », multiplia les pressions. Ph. Dechartre et l’UGVe, Paul-Marie de La Gorce et son club « Nouvelle Frontière », lui apportèrent rapidement et comme attendu leur appui. Y. Morandat et son Front travailliste se rallièrent aussi. Mais L. Vallon resta critique, tout comme R. Capitant. Concernant ce dernier, pour reprendre la formule de Michel-Antoine Burnier, « de Gaulle parti, il ne restait plus personne pour lui faire avaler la couleuvre Pompidou39 ». Le 1er mai 1969, Pierre Julitte et d’autres gaullistes de gauche réunis rue de Château-Landon, siège du FP, que le Garde des Sceaux avait rejoint au lendemain de la victoire du « non », lancèrent l’idée d’une candidature de R. Capitant à la présidentielle. Certains, comme le professeur Picard, pensaient que les voix populaires autrefois attirées par la politique sociale du général de Gaulle, pouvaient se reporter sur le gaulliste de gauche. Conscients du danger, A. Malraux, E. Michelet, M. Debré et J. Chaban-Delmas persuadèrent R. Capitant de reculer. Dans une déclaration au Monde, ce dernier concéda un ralliement sans conviction avant de démissionner du gouvernement.

  • 40 Dominique Villemot et Dominique Nayves, Le gaullo-gauchisme, mémoire IEP de Paris, 1975.

28À l’automne 1971, ce petit monde se recomposa autour des mêmes lignes de faille. Ceux qui soutenaient encore G. Pompidou suivirent en novembre Pierre Billotte et Ph. Dechartre dans leur Mouvement pour le socialisme par la participation (MSP). Ceux qui entendaient le combattre au sein de l’opposition de gauche avaient rejoint le mois précédant l’Union travailliste de Gilbert Grandval, J. Dauer et D. Rousset. Ce mouvement se renforça d’éléments du Front travailliste d’Y. Morandat, du Front des jeunes progressistes de D. Gallet (transfuge de l’UJP) et de l’Union gaulliste populaire de Philippe Luc-Verbon. Les cadets du FJP, estimant que l’Union travailliste restait encore trop modérée, firent scission en avril 1972 pour évoluer vers des positions gaullo-gauchistes40. Lors de la campagne présidentielle de 1974, François Binoche, J. Debû-Bridel et D. Gallet, unis dans le Front progressiste depuis 1973, appelèrent à voter pour F. Mitterrand dès le premier tour. Le gaullisme de gauche s’affaiblit toutefois considérablement durant la période 1968-1974. Ses multiples scissions et recompositions, l’extrémisme de certains de ses leaders et notamment des convergences discutables avec les gauchistes post-68 (autour de thématiques tiers-mondistes comme le soutien à la cause palestinienne) achevèrent de le marginaliser auprès de l’opinion et sur la scène politique.

29Comme le notait déjà le cardinal de Retz, « on ne sort de l’ambiguïté qu’à son détriment ». Il est par ailleurs certain que l’attitude de plus en plus critique de la majeure partie des gaullistes de gauche à l’égard du président G. Pompidou constitua l’une des causes de l’érosion électorale subie par le gaullisme entre 1968 et 1974, au profit des gauches et d’abord du parti socialiste.

Notes

1 Edmond Michelet, La querelle de la fidélité, peut-on être gaulliste aujourd’hui ?, Fayard, 1971, p. 119. La formule fut rappelée par Bernard Lachaise, « Les clous de girofle du gaullisme », dans Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (dir.), Les partis et la République. La recomposition du système partisan, 1956-1967, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p 63-73.

2 La guerre des Six Jours contribua aussi à cet éclatement entre ceux qui défendirent Israël (comme L. Hamon) et ceux qui optèrent pour la cause arabe au nom d’un antisionisme parfois ambigu (Ph. de Saint-Robert).

3 Dans une thèse récente (Les mouvements gaullistes de 1958 à 1976 : la diversité d’une famille politique, réseaux, cultures et conflits, doctorat d’histoire, Nancy, 2008), Jérôme Pozzi en fait la synthèse dans les deux premiers tomes.

4 François Audigier, Génération gaulliste. L’Union des jeunes pour le progrès, une école de formation politique (1965-1975), Nancy, PUN, 1965.

5 François Vuillemin, Georges Pompidou et les gaullistes de gauche : conflits idéologiques et enjeux de pouvoir, 1962-1968, DEA, IEP Paris, 1985.

6 Jacques Dauer, Le hussard du Général. Entretiens avec Stéphane Giocanti, La Table ronde, 1994, p. 169.

7 Brigitte Gaïti, « Le charisme en partage : mai-juin 1968 chez les gaullistes », dans Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal (dir.), Mai-juin 68, Les Éditions de l’Atelier, 2008, p. 259-273.

8 Le Monde, 1er juin 1968. Le lendemain, Pierre Viansson-Ponté se demanda avec ironie « qui du garde des Sceaux ou du Premier ministre allait avaler l’autre ».

9 Archives du Centre d’histoire de Sciences-Po-FNSP, Fonds Jacques Dauer, carton 5, Discours de clôture de J. Dauer à la Convention nationale de Saint-Maur-des-Fossés le 5 avril 1964 (cité par François Denord, Le Front du progrès, 1964-1976. Un proto-parti de gaullistes de gauche, mémoire de l’IEP Paris, 1998, p 105).

10 Fonds J. Dauer, carton 3, Note d’information du Front du progrès, no 25, 21 février 1968.

11 Interview de R. Grossmann, le 16 décembre 1998.

12 Le Monde, 12-13 mai 1968.

13 Le Monde, 18 mai 1968.

14 Interview de Ph. Dechartre au Conseil économique et social le 6 mars 2009.

15 Le Monde, 21 mai 1968.

16 Le Monde, 22 juin 1968.

17 Notre République, 11 mai 1968.

18 Le Monde, 12-13 mai 1968.

19 Le Monde, 18 mai 1968.

20 Notre République, 23 mai 1968.

21 François Audigier, « Le groupe gaulliste, quand les godillots doutent », dans Parlements, no 9, 2008, p. 12-30 (numéro spécial sur Mai 68).

22 Évoquant la motion de censure, R. Capitant déclarait : « Je la voterai en tant que gaulliste parce que le gouvernement a accumulé une série d’erreurs et qu’il est à l’origine des troubles » (Le Monde, 2-3 juin 1968).

23 Jacques Foccart, Journal de l’Élysée, t. ii, Le Général en mai, Fayard/Jeune Afrique, 1998, p. 116.

24 « À la fois enthousiasmé par l’idée et affligé par le ton », le jeune militant du FP Jean-Jacques Rassial se rendit le soir même sur les barricades. Arrêté par la police, il finit la nuit à Beaujon dont il sortit grâce à l’intervention de J. Debû-Bridel (témoignage de J.-J. Rassial, les 21 septembre 2008 et 10 mars 2009).

25 Le Monde, 26-27 mai 1968. « À l’époque, on a pensé que c’était encore une alliance droite/Pompidou/PC/CGT contre le mouvement, notre ennemi principal, c’était Pompidou, donc nous condamnions toutes ses initiatives » (témoignage de J.-J. Rassial, op. cit.).

26 Dans les heures qui suivirent le discours du Général, le changement de ton était déjà manifeste chez R. Capitant (« C’est le de Gaulle des grands jours, chacun l’a compris dans le pays et moi le premier […]. Si des partis ou des groupements voulaient empêcher le pays d’exprimer sa volonté, il sera parfaitement légitime de mettre la force au service de la liberté » (Le Monde, 1er juin 1968).

27 Le Monde, 16-17 juin 1968.

28 Journal Officiel des Débats Parlementaires, Assemblée nationale, avril-mai 1968, p. 1605.

29 Interview d’Alain Terrenoire le 7 janvier 2008 (témoignage publié dans Parlements, no 9, 2008).

30 Michèle Cotta, Cahiers secrets de la Ve République, Fayard, 2007, p. 120.

31 JODP, AN, avril-mai 1968, p. 2036.

32 Comme dans le choix des thématiques. Interrogé sur les différences entre aînés et cadets chez les gaullistes de gauche, J.-J. Rassial note : « Les jeunes étaient… des jeunes, donc assez sensibles aux questions de liberté sexuelle, de liberté par rapport à la famille et de critique du système scolaire. »

33 Témoignage de J.-J. Rassial, op. cit.

34 CHEVS, FNSP, Fonds Jacques Chapsal, 2SP56.

35 Notre République, 21 juin 1968.

36 Notre République, 14 juin 1968.

37 Olivier Germain-Thomas, Les rats capitaines, Édition J.-E. Hallier, 1978, p. 13-16. Le même orateur avait connu quelques jours plus tôt une autre déconvenue en essayant de rallier au gaullisme des étudiants sur une barricade. Un jeune d’extrême gauche lui avait rétorqué : « Puisque tu n’as pas l’air con et que tu ne profites pas du système alors que tu es gaulliste, tu devrais te faire psychanalyser. »

38 Le Monde, 22 juin.

39 Michel-Antoine Burnier, La chute du Général et la prise de l’Élysée par Pompidou, JC Lattès, 1969.

40 Dominique Villemot et Dominique Nayves, Le gaullo-gauchisme, mémoire IEP de Paris, 1975.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540