Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À chacun son Mai ?

 | 
Gilles Morin
, 
Gilles Richard
, 
Gilles Vergnon
, 
et al.

Troisième partie. Le Mai des politiques. Notables et adversaires de Mai

Les centristes face à Mai 68 : du désenchantement à la révolte, « l’explosion finale de dix ans d’une fausse stabilité1 »

Muriel Montero-Rolland de Rengervé

Texte intégral

  • 1 Communiqué de Bertrand Motte, 18 mai 1968 (archives du Centre démocrate).
  • 2 Bertrand Motte, « Rencontre sur l’essentiel », 24 mai 1968.

« Étrange époque ! Combien difficile à appréhender ! Depuis des années, et hier encore aux élections législatives de 1967, l’antienne des observateurs politiques était pressante et catégorique : “Alerte ! La jeunesse s’installe dans la vie publique ; à ses yeux, les généralisations faciles et les débats doctrinaux, si chers à la démocratie, sont des routines dépassées. […] Apportez-lui des réalités concrètes, des plans étudiés, des définitions, des chiffres, sinon elle ne vous entendra pas.” Et voici qu’en moins d’une semaine, le pays se trouve parcouru par une sorte de secousse sismique qui déconnecte toutes ses transmissions, même les plus vitales ! Et, contrairement à toutes les prévisions, le détonateur de cette explosion gigantesque, mis au point à Nanterre, est fourni précisément par le romantisme le plus passionné, le plus échevelé et le plus imprécis : la contestation globale de toutes les sociétés, du socialisme moscoutaire au capitalisme yankee. Voilà qui donne à réfléchir à ceux qui aspirent au gouvernement des hommes2… »

  • 3 Pour aller plus loin sur le sujet du centrisme de 1962 à 1976, on pourra se référer à ma thèse de (...)

1Ces phrases de Bertrand Motte, vice-président du Centre démocrate (CD), donnent un premier éclairage de l’attitude des centristes face à Mai 683.

2Le centre, au printemps 1968, était multiple : il y avait d’abord les amis de Jacques Duhamel et de Jean Lecanuet, réunis pour l’essentiel au Centre démocrate et représentés à l’Assemblée nationale par le groupe Progrès et Démocratie moderne (PDM) ; il y avait aussi un courant centriste à l’intérieur de la majorité ; et enfin quelques centristes épars dans la Fédération de la gauche démocratique et socialiste (FGDS), Félix Gaillard ou Maurice Faure, marginalisés depuis l’accord entre François Mitterrand et Waldeck Rochet, le 24 février 1968. Pour certains Français, ces jeux rappelaient la IVe République. Les centristes étaient en tout cas dans une situation incertaine en face d’une encore confortable majorité.

  • 4 Le Monde, 29 mars 1968.
  • 5 Éditorial de Pierre Abelin, « Veillée d’armes », Démocratie moderne, 4 avril 1968.
  • 6 Guy Mollet, Le Populaire, 19 mars 1968 ; Michel Rocard, Le Monde, 30 mars 1968.

3Vue du côté des centristes, la tornade de Mai 68 se déclencha dans une conjoncture politique particulière. Ils continuaient de lancer des appels à la gauche, tel Pierre Sudreau déclarant le 29 mars « aucune frontière sérieuse ne sépare notre groupe des parlementaires de gauche4 », ou Pierre Abelin proposant en avril5 de déposer une motion de censure sur la politique étrangère, sujet sur lequel la FGDS avait une position voisine de celle des centristes. Mais l’horizon du centre se fermait toujours davantage à gauche : les hommes de gauche, de Guy Mollet à Michel Rocard6, rejetaient toute alliance avec le centre, la FGDS s’unifiait, une mystique de la gauche unie progressait, les radicaux eux-mêmes étaient emportés par le courant et les nostalgiques d’une alliance au centre, tel Félix Gaillard, étaient marginalisés.

  • 7 Le Monde, 28 février 1968 (Pierre Viansson-Ponté, « M. Pompidou lance un nouvel appel aux centriste (...)
  • 8 Joseph Fontanet, « La compétition des équipes », Le Monde, 10-11 décembre 1967.
  • 9 Lettre de Jacques Rigaud à Pierre Abelin, 31 décembre 1967 (arch. du CD).
  • 10 René Pleven, Le Petit Bleu des Côtes-du-Nord, 2 mars 1968.
  • 11 Communiqué du comité directeur du Centre démocrate, 6 mars 1968 (arch. du CD) ; Le Figaro, 7 mars (...)

4De l’autre côté, le pouvoir gaulliste multipliait les appels du pied en direction des centristes. Régulièrement, le Premier ministre les appelait à rejoindre la maison-mère, en agitant l’épouvantail de l’anticommunisme7. Georges Pompidou, comme Guy Mollet, comptait qu’une tentation de la fatalité inclinerait le centre, les nécessités électorales aidant, à entrer un jour ou l’autre dans l’un des deux camps. Plusieurs centristes n’étaient pas insensibles à ces appels des gaullistes : Jacques Duhamel, Joseph Fontanet8, Jacques Rigaud9, René Pleven10, Aymar Achille-Fould, à l’inverse d’hommes tels que Pierre Abelin, Pierre Baudis ou Pierre Sudreau. Le Centre démocrate, en mars11, rejeta fermement l’invitation de Georges Pompidou, invitation qui ne concernait d’ailleurs que les députés PDM. L’important, pour Jean Lecanuet, était de ne pas se laisser entraîner dans ce jeu de la bipolarisation, alors qu’il entendait réunir des hommes actuellement répartis dans les deux camps.

5Les députés centristes pratiquaient une politique à éclipses, tantôt votant la motion de censure sur l’ORTF déposée par la gauche en avril 1968, tantôt votant le collectif budgétaire présenté par le gouvernement. Mais, dans l’ensemble, ils étaient critiques envers la politique gaulliste. Au début de l’année 1968, ils dénonçaient déjà la crise économique et sociale que subissaient les Français, et réclamaient une action vigoureuse du gouvernement :

« Accepter passivement le chômage d’un demi-million de nos compatriotes, admettre le petit doigt sur la couture du pantalon, que le pays connaisse la récession dans la hausse du coût de la vie, c’est manquer au premier devoir d’une république moderne. C’est faire preuve du pire obscurantisme. Le temps de “l’État-gendarme” n’est plus. […] Le chômage et le marasme économique peuvent être résorbés rapidement, à condition que le pouvoir politique ne soit pas paralysé par des querelles intestines ou par des préjugés d’un autre âge. »

6On le voit, le thème du pouvoir aveugle et âgé était déjà là. Et le Centre de proposer une vaste politique de relance : allègement de l’impôt sur le revenu des salariés, importants investissements publics dans les constructions scolaires et universitaires et le logement, mais aussi transformation des structures (décentralisation, réforme de la gestion des entreprises publiques, assouplissement de la planification, création d’une monnaie européenne, etc.).

7Autre exemple de cette position centriste : quand, en avril, le gouvernement proposa quelques mesures concernant le problème de l’emploi des jeunes, portant notamment sur un aménagement du service militaire, les Jeunes démocrates – c’est-à-dire l’organisation des jeunes du Centre démocrate – considérèrent que le vrai problème n’était pas là et proposèrent des mesures plus vastes : la création d’un congé de formation professionnelle accordé par les employeurs, la possibilité pour les jeunes de percevoir l’allocation chômage dès la fin de l’obligation scolaire, et plus globalement la relance de l’expansion dans un cadre européen.

  • 12 Pierre Abelin, « Le drame », Démocratie moderne, 16 mai 1968 ; rapport de politique générale de Pi (...)
  • 13 Communiqué de Jean Lecanuet, 7 mai 1968 (arch. du CD).

8C’est dans ce contexte que survint ce que Pierre Abelin appela le « drame »12 de Mai 68. Comment réagirent les centristes ? Ils expliquèrent le malaise étudiant d’abord par des raisons propres à l’université, mais aussi par une insatisfaction ambiante. Ainsi Jean Lecanuet : « Les étudiants ne s’ennuient pas, ils sont inquiets, et cette inquiétude ne tient pas seulement à des conditions de travail et de vie difficiles, mais aussi à leur contestation d’une société dans laquelle ils ne discernent pas clairement leur place13. » Ils insistèrent sur le manque de « motifs suffisants de réflexion et d’espoir » : « Les perspectives offertes à notre jeunesse sont déprimantes », dans la mesure où « la France après de Gaulle serait condamnée à la régression, voire à l’anarchie, les Américains se voient chargés de toutes les fautes, la Russie soviétique ne fournit plus un modèle qui même transposé soit valable, les partis politiques sont décriés. L’Europe ne soulève plus qu’un mince intérêt puisqu’elle est réputée ne pas réussir. Les adultes sont considérés comme se satisfaisant de cet état de choses et, par là même, ils deviennent de plus en plus étrangers ».

  • 14 Communiqué de Bertrand Motte, 18 mai 1968 (arch. du CD).
  • 15 Déclaration de Pierre Abelin, 18 mai 1968 (arch. du CD).
  • 16 Pierre Abelin, « Le drame », Démocratie moderne, 16 mai 1968.

9Les centristes rendaient le pouvoir gaulliste responsable de ce désenchantement, parce qu’il avait refusé le dialogue, « impératif de notre temps », et négligé de mettre en place, ou méprisé quand elles existaient, les institutions sociales, économiques ou universitaires indispensables à ce dialogue : « Conférences de presse et allocutions télévisées peuvent neutraliser les organes intermédiaires et responsables du corps social, elles ne les remplacent pas14. » C’était « l’explosion finale de dix ans d’une fausse stabilité ». Pierre Abelin, de même, déclara le 18 mai 1968 : « La France est devenue un pays plus jeune où l’enthousiasme et la passion ont forcément leur part. Or, l’exécutif est froid, solennel, technocrate, fermé sur lui-même15. » Pour lui, la manière dont le pouvoir avait traité l’Université depuis plusieurs années révélait les vices fondamentaux du système politique en place : un exécutif habitué à tout trancher, se refusant au dialogue et contestant la notion d’intermédiaire. Dès lors, les problèmes demeureraient non résolus tant que le « système » ne changerait pas radicalement : « Il faudrait que le Pouvoir modifiât sa politique et son style, reconnût qu’un exécutif fort ne peut se maintenir dans notre temps que s’il se soumet aux règles de la démocratie16. »

  • 17 Bertrand Motte, « Rencontre sur l’essentiel », 24 mai 1968 (arch. du CD).

10La crise manifestait, selon Bertrand Motte17,

« à la manière d’une explosion nucléaire, la rencontre de deux masses critiques : celle du refus et de la révolte des inassimilables, qu’une civilisation exigeante laisse impitoyablement derrière elle, et la masse des mécontentements, des injustices et des déceptions accumulés dans tous les corps sociaux de notre pays par un système aux évolutions trop lentes et par dix ans d’un pouvoir personnel, centralisé, distant, maintes fois irréaliste et qui, au surplus, a établi autour de lui un désert institutionnel offert à l’invasion. […] Ceux auxquels la porte n’a pas été ouverte en temps utile entrent aujourd’hui par les fenêtres ».

  • 18 Conseil politique du Centre démocrate, 18-19 mai 1968, déclaration de Jean Lecanuet, communiqué et (...)

11Pierre Abelin, quant à lui, analysait la crise comme un simple décalage entre le pays et son pouvoir, sa réflexion se cantonnant au domaine politique, sans évoquer une « crise de civilisation ». Les centristes considéraient que beaucoup des propositions faites par la jeunesse étaient « constructives » et que « seules des réformes audacieuses, profondément novatrices peuvent rétablir la paix publique, la démocratisation des structures universitaires, une active participation des étudiants, une autonomie réelle des universités18 ».

  • 19 Communiqué publié à l’issue de la Commission nationale des Jeunes démocrates, 18 mai 1968 (arch. d (...)

12Il est intéressant de noter que les Jeunes démocrates ne se situaient pas sur la même ligne que leurs aînés. Ils se montraient enthousiastes et « solidaires des jeunes ouvriers et étudiants dans leur juste revendication19 » :

« À travers les manifestations, bouleversements des données établies et remises en question de la société actuelle, un immense espoir a saisi les jeunes générations. […] Cette contestation, phénomène international et surtout européen, […] démontre à l’évidence l’identité des problèmes dans des régimes d’idéologies fondamentalement différentes lorsque les structures deviennent telles que la représentation trahit sa mission. Les remises en cause qui se produisent ne s’apparentent pas à la volonté d’un simple changement de direction dont le seul effet serait de transférer le pouvoir aux représentants de l’une ou l’autre idéologie, mais expriment des mutations qualitatives bouleversant les termes mêmes de l’action politique. »

  • 20 Communiqué des Jeunes démocrates, 23 mai 1968 (arch. du CD).

13Et d’accuser aussitôt le pouvoir gaulliste : « Pour les générations nouvelles, la recherche de leur intégration dans la société a été systématiquement brisée, en France, par un régime autoritaire qui a dépouillé Parlement, partis politiques, syndicats, mouvements de jeunes, de leurs moyens et de leur rayonnement. » Les jeunes centristes condamnèrent fermement la mesure d’interdiction contre Daniel Cohn-Bendit : « En refusant une nouvelle fois les possibilités de dialogue, le gouvernement démontre son incapacité et porte par avance la responsabilité des événements que sa décision pourra déclencher20. »

  • 21 Ibid.
  • 22 Déclaration de Pierre Abelin, 18 mai 1968 (arch. du CD).

14Les centristes21 espéraient que la crise rendrait possible un renouvellement politique, « dans un pays alourdi par une sclérose chronique ». Pour eux, il ne faisait aucun doute que le problème du gouvernement était posé, mais ils hésitaient à voter la censure, étant partagés entre le désir de voir disparaître le gouvernement et la crainte d’accroître le désordre. Ils ne souhaitaient pas de nouvelles élections, mais un changement de Premier ministre et « une nouvelle équipe gouvernementale », « rassemblant les forces démocratiques et républicaines », à laquelle ils participeraient. Ce gouvernement de transition aurait pour première tâche « de présenter des réformes, d’ouvrir le dialogue avec les forces représentatives de la Nation, et de mettre fin à la dégradation de l’autorité de l’État », et organiserait, ensuite seulement, des élections. Les centristes souhaitaient que le chef de l’État confiât la direction du gouvernement à Pierre Mendès France, « capable de promouvoir une action plus démocratique, plus sociale et plus européenne que les ministres actuels22 », mais le député de l’Isère coupa court à toutes les supputations, le 19 mai : il souhaitait le départ de Charles de Gaulle lui-même.

15Face à la motion de censure déposée par la gauche contre le gouvernement de Georges Pompidou, ce fut chez les députés PDM que l’incertitude et le flottement furent les plus grands, et beaucoup attendirent les déclarations du Premier ministre pour se prononcer. Le 21 mai, Jacques Duhamel se plaça à mi-chemin des gaullistes et de l’opposition : il fit le procès du gouvernement – « à quoi sert la stabilité, si ce n’est à faciliter l’exercice du courage. Vous n’avez pas su trouver l’équilibre entre l’autorité de l’État et la participation des citoyens » –, mais il ne remit pas en cause le régime lui-même, souligna que la crise actuelle était un problème de générations, qui se posait dans tous les pays, sous tous les régimes. Et d’ajouter que la motion de censure, véritable vote bloqué à l’envers, ne permettait pas à toutes les nuances de s’exprimer. Il convia responsables politiques et syndicaux à prendre en compte une partie des revendications actuelles : « Le rôle des adultes et d’abord des élus n’est pas d’ignorer ou de se dissimuler tout ce qui est novateur. Notre tâche à tous est de transformer des idées confuses en réformes réalistes. » Il ajouta, en direction du gouvernement :

  • 23 Intervention de Jacques Duhamel dans le débat sur la motion de censure, Le Figaro, 22 mai 1968.

« Un changement est nécessaire pour pouvoir associer discussion et autorité. Un changement de méthodes ; et je ne dis pas qu’il ne faut pas que quelqu’un décide, mais la discussion doit être élaborée et ne doit pas toujours venir d’en haut. Un changement de politique ; et l’accent doit être mis sur une meilleure répartition des crédits pour l’emploi et les équipements, pour une meilleure justice dans la répartition entre les hommes et entre les régions. En un mot, il faut parvenir, dans le respect des institutions, à un changement de politique23. »

16En souhaitant la formation d’un gouvernement où se retrouveraient des hommes désireux de réforme, il recueillit les applaudissements d’une partie notable de la majorité, notamment chez les Républicains indépendants.

  • 24 Parmi les députés qui ne votèrent pas la censure, figurait René Pleven qui se défendit ensuite d’a (...)
  • 25 Le Figaro, 23 mai 1968.

17Le 22 mai, à la surprise générale, la majorité du groupe PDM vota la censure : 34 députés sur 4224, soit 5 de moins que pour la motion de censure sur les problèmes de l’information, le 25 avril 1968. Jacques Duhamel s’en expliqua ainsi : « Notre action est menée pour éviter un affrontement entre deux blocs hostiles, affrontement qui a si souvent marqué notre histoire. Cela demeure notre volonté unanime, à nous qui ne sommes enfermés dans aucune inconditionnalité. La crise profonde qui bouleverse la nation fait surgir un profond besoin de renouveau. S’il s’exprime dans la révolte, c’est que vous n’avez pas voulu qu’il s’exprime dans le dialogue25. » Il regretta surtout que Charles de Gaulle fût resté silencieux et n’eût pas adressé depuis son retour de Roumanie un message à l’Assemblée nationale, et conclut : « Parce qu’il faut un changement pour éviter l’aventure, nous votons la censure. » Le groupe PDM eut donc un cheminement identique à celui des giscardiens, développa la même réflexion, mais en tira une conclusion opposée.

  • 26 Déclaration de Jean Lecanuet au comité directeur du 29 mai 1968 (arch. du CD).

18Les centristes désapprouvèrent ensuite l’annonce, le 24 mai, d’un référendum sur la participation26. Selon eux, il arrivait trop tard, soulignait « la tendance autoritaire du régime », « ne répondait pas au dialogue souhaité par le pays », entraînait une perte de temps et une source supplémentaire d’agitation, n’apportait « pas de vraie solution aux graves problèmes » auxquels la France était confrontée ; enfin, l’offre d’une démocratie de participation et de mesures plus libérales était contradictoire avec la volonté centralisatrice du pouvoir et la pesanteur du système gouvernemental et administratif. Les centristes craignaient surtout que le référendum ne fût transformé par Charles de Gaulle en plébiscite.

  • 27 Communiqué du comité directeur du CD, 24 mai 1968 (Le Monde, 26-27 mai 1968).
  • 28 Bertrand Motte, « Rencontre sur l’essentiel », 24 mai 1968 (arch. du CD).
  • 29 Déclaration de Jean Lecanuet au comité directeur du 29 mai 1968 (arch. du CD).
  • 30 Le Figaro, 30 mai 1968.

19Pour les centristes, celui-ci était victime de l’interprétation qu’il avait donnée de la constitution27 : « Ayant voulu confondre en la personne du président de la République tous les pouvoirs, il a ainsi participé à la dégradation de l’État et c’est une des raisons pour lesquelles une crise de régime risque de s’ajouter à la crise psychologique et sociale que nous connaissons. » Bertrand Motte28 était catégorique : « Après l’appel du 24 mai, nul n’en peut douter : la trajectoire historique du Général de Gaulle touche à son terme. » Les centristes réclamèrent à nouveau la constitution d’un « gouvernement de salut public29 », « pour sauver les libertés », les libertés politiques, syndicales, professionnelles et la liberté d’information, cheval de bataille des centristes. À nouveau gouvernement, nouvelle politique économique : révision du budget « mettant fin à tant de dépenses de prestige et les mettant au service de l’expansion » ; baisse de l’impôt sur le revenu ; monnaie européenne ; nouvelle politique sociale réalisant la participation complète et généreuse, ouverte aux aspirations de la jeunesse qui, dans sa masse, aspire à la responsabilité, à la dignité ; nouvelle politique pour relancer l’Europe. Les centristes se disaient prêts à participer à ce gouvernement réunissant les hommes de progrès, même au côté de ministres socialistes. Jacques Duhamel y voyait le « seul moyen légal de dégager une majorité nouvelle et de mettre un terme à une inconditionnalité qui a faussé le jeu normal des institutions. Ainsi, assurés qu’ils pourront dans les prochaines semaines se prononcer d’une manière claire, les Français auront la certitude qu’en reprenant le travail ils reprennent aussi la parole30 ». Les centristes approuvèrent donc l’annonce, le 30 mai 1968, de l’ajournement du référendum et de la tenue d’élections législatives : « Donner la parole au peuple est la seule issue démocratique. »

  • 31 Communiqué de Jacques Duhamel, Pierre Sudreau, Pierre Abelin et Jean Lecanuet, 4 juin 1968.

20Les centristes revendiquaient la voie du changement, contre la révolution et la stagnation, et étaient confiants, espérant que, après le bouleversement de Mai, les Français dépasseraient des clivages factices. Mais les conditions de la dissolution, la brièveté des délais, délimitaient deux camps bien distincts, la majorité et l’opposition. Quelle place restait-il pour le centre ? Ils considéraient que la crise de Mai 68 était une des conséquences de l’affrontement entre deux blocs qu’ils n’avaient cessé de dénoncer depuis des années, du refus du dialogue du gouvernement et de sa majorité. « Si nous retrouvons dans l’Assemblée de demain les mêmes blocs antagonistes, tout recommencera31. » La bipolarisation, présentée à tort comme un facteur de stabilité, avait fait faillite, elle conduirait par la suite à un affrontement encore plus violent.

  • 32 Conférence de presse de Jean Lecanuet à Rouen, 20 juin 1968 (Le Figaro, 21 juin 1968).

21L’annonce de la tenue d’élections en juin signifia le passage, en quelques jours, de la stratégie des combats de rue aux grandes manœuvres électorales. Conscients du risque d’une nouvelle simplification politique, les centristes défendirent pendant toute la campagne un seul et même message : il ne fallait pas couper la France en deux camps irréductiblement opposés, en y ajoutant un peu d’anticommunisme. Les principaux thèmes de la campagne centriste furent les institutions (application de la constitution), l’information (réforme de l’ORTF), la participation (à l’université, dans les entreprises, les professions, les collectivités locales ou les régions), la relance de l’expansion, la construction européenne. Jacques Duhamel déclara ainsi : « Oui, il y a une autre voie pour que le changement évite l’aventure, pour que le changement évite le drame, cette voie qu’ensemble nous pouvons ouvrir : c’est celle que vous offre le centre. » Il s’agissait de convaincre les Français qu’ils devaient refuser le dilemme approuver ou détruire, inconditionnalité ou anarchisme. Les centristes espéraient aussi, contre toute attente, voir les socialistes entonner l’air de la Troisième Force. Jean Lecanuet reprenait le ton de 1967 : « Avec les hommes de la gauche démocrate, avec des hommes comme Félix Gaillard et Gaston Defferre, qui ne manqueront pas de couper des liens témérairement noués avec les communistes, j’espère voir se constituer une grande équipe de gouvernement, sans exclusive et sans souvenir des luttes d’hier. […] Nous ne mettons pas en cause le chef de l’État, élu du peuple. Nous gardons le navire, nous demandons à changer de cap et d’équipage32. »

  • 33 Éric Roussel, Georges Pompidou, Paris, Jean-Claude Lattès, 1994, p. 253.

22Les gaullistes ne facilitèrent pas le jeu des centristes : Georges Pompidou brocarda « les centres » et, le 18 juin, fut sévère pour les centristes qui avaient voté la censure quand l’émeute grondait dans la rue. Les chefs du PDM eurent une entrevue avec le Premier ministre au début de la campagne. Le Premier ministre avait été très atteint par l’attitude des centristes lors du vote sur la motion de censure et refusa fermement de leur faire des cadeaux lors des élections. Denis Baudouin, qui faisait partie de la délégation qu’il reçut, rapporta que l’accueil fut glacial. Plus tard, Georges Pompidou lui confia : « Je voulais me les payer, ces centristes33. » Centristes et gaullistes s’opposaient sur l’avenir : pour les gaullistes, le Parlement n’avait qu’un rôle d’écran et la majorité devait marcher au canon ; pour les centristes, rejoignant ici les RI, il devait y avoir un changement dans les méthodes de gouvernement : il fallait rétablir ou même établir des corps intermédiaires, assemblées régionales, etc., tous ces plombs de sécurité qui, en sautant, évitent que le feu ne gagne le « central ».

23L’attitude du centre dans ces élections marqua donc un double souci : s’opposer résolument au communisme – en espérant une rupture de l’alliance de la FGDS et du PCF après les élections – et ne pas tomber au pouvoir du gaullisme. Jacques Duhamel donnait toutefois l’impression que ses amis et lui accepteraient de devenir un jour l’aile marchante du gaullisme.

24L’échec fut cuisant pour les centristes, à qui le pouvoir ne pouvait imputer aucune responsabilité dans la révolution de Mai, mais qui furent accusés par les gaullistes d’affaiblir le camp de la légalité. Dans une conjoncture nettement polarisée, le centre ne recueillit que 10,8 % des suffrages exprimés. Les électeurs avaient cédé au réflexe de la crainte et réagi selon leurs réflexes profonds, dans le sens de la simplification et de la bipolarisation, du fait du traumatisme créé dans la population par la secousse, et aussi de la rapidité de la campagne électorale. Le bipartisme avait perdu son caractère technique pour devenir affrontement. Les événements de Mai 68 eurent pour effet de délimiter deux camps opposés. Il y avait les « oui » et les « non » ; les « oui mais », les « non si », les « peut-être » se trouvaient du même coup relégués au second plan et en position délicate. C’était l’échec des illusions de Jean Lecanuet quant à un « arbitrage centriste ». Les beaux résultats de quelques personnalités, Jacques Duhamel ou Pierre Sudreau, ne modifiaient guère l’impression d’ensemble. Ce déclin constant affectait surtout les bastions traditionnels de la France conservatrice qui avaient mieux résisté à l’ébranlement de 1962 mais qui, depuis lors, se ralliaient progressivement au gaullisme, voire à la gauche. Un décalage grandissait entre des militants déjà divisés entre eux suivant leurs options socialistes ou libérales, et le corps électoral constitué en grande partie d’électeurs qui, s’ils désiraient le progrès social, le voulaient dans la liberté et dans l’ordre.

25Si les centristes perdirent relativement peu de sièges, leur importance fut nettement réduite, puisque la majorité n’avait plus besoin d’appoint à l’Assemblée nationale : ils avaient perdu le rôle que voulait leur faire jouer Georges Pompidou, celui de relais en cas de défection des giscardiens.

26Le principal effet de Mai 68 sur le centre fut, avec les élections législatives, une modification profonde du rapport de forces, comme l’attendaient les centristes depuis plusieurs années, mais pas dans le sens espéré. La place du centre dans la vie politique changea d’autant plus dans l’après-1968 que, les divergences internes sur la stratégie se cristallisant, deux pôles se dessinaient de plus en plus nettement. D’un côté, ceux qui s’accommodaient du fait majoritaire, tels René Pleven, Jacques Duhamel ou Joseph Fontanet, et envisageaient à plus ou moins long terme de rejoindre les gaullistes, attendant un geste du gouvernement, une inflexion vers le centre ; de l’autre, ceux qui, comme Pierre Abelin et Jean Lecanuet, refusaient tout rapprochement avec la majorité et entendaient constituer un recours dans l’après-gaullisme. Les positions différentes prises par les uns et les autres lors du référendum d’avril 1969 suivirent ces lignes de force, mettant en évidence la complexité de la constellation centriste. Mai 68 signifia donc pour le centre, sur le strict plan politique, la rupture définitive des ponts avec la gauche, mais aussi l’impossibilité d’un rapprochement avec la majorité gaulliste. L’accentuation de la bipolarisation réduisit encore leur marge d’influence et les réduisit à l’isolement. Sur un plan plus électoral, ils durent également constater que, quand le climat était plutôt à la défense de l’ordre, ils voyaient leurs électeurs déserter leurs rangs et rejoindre ceux de la droite.

*

  • 34 « Note à Pierre Ysmal concernant l’avenir des Jeunes Démocrates », août 1968 (arch. du Centre démo (...)

27Épilogue – provisoire – de Mai 68 pour les centristes : au Centre démocrate aussi, les jeunes voulaient donner de la voix et prendre leur « autonomie ». En août 1968, les Jeunes démocrates réclamèrent plus d’autonomie vis-à-vis du Centre et voulurent constituer une nouvelle structure, à l’approche des élections municipales : « Il ne s’agirait en aucun cas de créer soit un “mouvement de jeunes”, soit un “parti de jeunes”, mais bien d’organiser de façon indépendante […] l’accession des couches nouvelles aux responsabilités qui leur reviennent34. » Mais leurs revendications ne furent pas entendues.

Notes

1 Communiqué de Bertrand Motte, 18 mai 1968 (archives du Centre démocrate).

2 Bertrand Motte, « Rencontre sur l’essentiel », 24 mai 1968.

3 Pour aller plus loin sur le sujet du centrisme de 1962 à 1976, on pourra se référer à ma thèse de doctorat en histoire, soutenue en décembre 2003 : « Le centrisme sous la Ve République, de 1962 à 1976. L’affirmation d’une force politique et la conquête du pouvoir : deux défis impossibles ? »

4 Le Monde, 29 mars 1968.

5 Éditorial de Pierre Abelin, « Veillée d’armes », Démocratie moderne, 4 avril 1968.

6 Guy Mollet, Le Populaire, 19 mars 1968 ; Michel Rocard, Le Monde, 30 mars 1968.

7 Le Monde, 28 février 1968 (Pierre Viansson-Ponté, « M. Pompidou lance un nouvel appel aux centristes »), 29 février 1968 ; Le Figaro, 28 février 1968.

8 Joseph Fontanet, « La compétition des équipes », Le Monde, 10-11 décembre 1967.

9 Lettre de Jacques Rigaud à Pierre Abelin, 31 décembre 1967 (arch. du CD).

10 René Pleven, Le Petit Bleu des Côtes-du-Nord, 2 mars 1968.

11 Communiqué du comité directeur du Centre démocrate, 6 mars 1968 (arch. du CD) ; Le Figaro, 7 mars 1968 ; Le Monde, 8 mars 1968 ; L’Année politique 1968, PUF, 1969, p. 24.

12 Pierre Abelin, « Le drame », Démocratie moderne, 16 mai 1968 ; rapport de politique générale de Pierre Abelin au Conseil politique des 18 et 19 mai 1968 (arch. du CD).

13 Communiqué de Jean Lecanuet, 7 mai 1968 (arch. du CD).

14 Communiqué de Bertrand Motte, 18 mai 1968 (arch. du CD).

15 Déclaration de Pierre Abelin, 18 mai 1968 (arch. du CD).

16 Pierre Abelin, « Le drame », Démocratie moderne, 16 mai 1968.

17 Bertrand Motte, « Rencontre sur l’essentiel », 24 mai 1968 (arch. du CD).

18 Conseil politique du Centre démocrate, 18-19 mai 1968, déclaration de Jean Lecanuet, communiqué et résolution (arch. du CD).

19 Communiqué publié à l’issue de la Commission nationale des Jeunes démocrates, 18 mai 1968 (arch. du CD).

20 Communiqué des Jeunes démocrates, 23 mai 1968 (arch. du CD).

21 Ibid.

22 Déclaration de Pierre Abelin, 18 mai 1968 (arch. du CD).

23 Intervention de Jacques Duhamel dans le débat sur la motion de censure, Le Figaro, 22 mai 1968.

24 Parmi les députés qui ne votèrent pas la censure, figurait René Pleven qui se défendit ensuite d’avoir rallié la majorité : « Si je n’ai pas voté la motion de censure à ce moment-là, c’est parce que je me refusais à renverser le gouvernement sous la pression de la rue. C’est tout. Je ne suis pas dans la majorité. J’y reste. J’ai montré, je pense, que mes idées sur la politique atlantique et européenne du gouvernement ne changeraient pas » (interview par Jean-Pierre Sicre, Revue politique et parlementaire, no 794, décembre 1968, p. 41).

25 Le Figaro, 23 mai 1968.

26 Déclaration de Jean Lecanuet au comité directeur du 29 mai 1968 (arch. du CD).

27 Communiqué du comité directeur du CD, 24 mai 1968 (Le Monde, 26-27 mai 1968).

28 Bertrand Motte, « Rencontre sur l’essentiel », 24 mai 1968 (arch. du CD).

29 Déclaration de Jean Lecanuet au comité directeur du 29 mai 1968 (arch. du CD).

30 Le Figaro, 30 mai 1968.

31 Communiqué de Jacques Duhamel, Pierre Sudreau, Pierre Abelin et Jean Lecanuet, 4 juin 1968.

32 Conférence de presse de Jean Lecanuet à Rouen, 20 juin 1968 (Le Figaro, 21 juin 1968).

33 Éric Roussel, Georges Pompidou, Paris, Jean-Claude Lattès, 1994, p. 253.

34 « Note à Pierre Ysmal concernant l’avenir des Jeunes Démocrates », août 1968 (arch. du Centre démocrate).

Auteur

Docteure en histoire contemporaine.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540