Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À chacun son Mai ?

 | 
Gilles Morin
, 
Gilles Richard
, 
Gilles Vergnon
, 
et al.

Troisième partie. Le Mai des politiques. Notables et adversaires de Mai

La CIR, un levain présidentialiste de gauche

Gilles Morin

Texte intégral

1Mai 68 a tout d’abord été un grand mouvement social remettant en cause une société, ses valeurs, sa hiérarchie, son organisation et son orientation. En cela c’est un mouvement éminemment politique ; mais pas seulement pour cela, bien sûr. Sur le plan strictement politique, les événements ont aussi, et peut-être avant tout, représenté une mise en cause d’un pouvoir gaulliste triomphant moins de dix ans auparavant. On sait l’importance dans les défilés du slogan « dix ans, ça suffit » et la charge symbolique de la grande manifestation du 13 mai 1968 pour effacer le souvenir de 1958, honni par beaucoup. Si la contestation sociale fut fondamentale, et surprit par son ampleur, elle apparaît mieux préparée sur le plan politique. Le pouvoir avait été fragilisé depuis 1965 par l’élection présidentielle qui avait vu le général de Gaulle mis en ballottage, devant affronter au deuxième tour le candidat unique de la gauche. De fait, toutes les forces politiques sont engagées depuis 1965 au moins dans la préparation de « l’après-gaullisme ». Dans cette perspective, la gauche se positionne, après son relatif succès aux législatives de 1967, en vue des prochaines échéances politiques majeures, les élections présidentielles et législatives prévues en 1972 ; encore que beaucoup parient pour des échéances plus proches. L’après gaullisme est un thème récurrent.

2La « gauche non communiste », selon la formule de l’époque, connaît une situation paradoxale : pouvant potentiellement arriver au pouvoir – on l’a vu en 1967 –, elle est éparpillée, et d’une faiblesse organisationnelle congénitale. Depuis la guerre froide, les effectifs de toutes ses organisations se sont effondrés, alors que dans le même temps elle entrait dans une crise que la décolonisation, mal gérée, tournant à la semi-faillite avec la guerre d’Algérie, puis le soutien apporté au général de Gaulle en 1958 ont approfondi. Mais, depuis la campagne présidentielle de 1965, une Fédération de la gauche démocrate et socialiste (FGDS) a été mise en place pour contribuer au rassemblement des socialistes SFIO, des radicaux et d’une « troisième famille », centrée autour de la Convention des institutions républicaines (CIR, dite aussi Convention). Elle a remporté des succès prometteurs : aux élections législatives de 1967, les tenants du régime ont conservé la majorité parlementaire d’une courte tête, puis les élections cantonales de l’automne 1967 ont conforté un rapport de force plus favorable. Seul le PSU, et son plus illustre membre Pierre Mendès France, est resté à l’écart de ce mouvement qui attire aussi de nombreux « indépendants de gauche » ou « divers gauche ». Une recomposition semble en marche, la victoire électorale possible. François Mitterrand à la tête de la CIR, petite formation de gauche, travaille en ce sens depuis dix ans, en jouant la carte du rassemblement de toute la gauche démocratique, en pariant sur un rééquilibrage de la gauche, comme condition de son alliance nécessaire avec le PCF.

3À cet égard, Mai 68 bouleverse tous les plans, impose par ses contrecoups de nouvelles échéances à partir de 1969, révèle pour certains acteurs leur solidité ou leur fragilité, impose la prise en compte de nouvelles forces, en marginalise définitivement d’autres, comme le gaullisme de gauche et le radicalisme. Tel n’est pas le cas de la Convention des institutions républicaines, en dépit d’un très difficile passage de l’été 1968 à 1971.

  • 1 Danièle Loschak, La Convention des institutions républicaines, PUF, 1971.
  • 2 Des dossiers de Renseignements généraux, consultables au CAC à Fontainebleau, ont été ouverts. Mai (...)
  • 3 Laurent Jalabert, « La reconstruction des gauches socialistes entre 1965 et 1981 », HDR soutenue à (...)
  • 4 Annie Desgranges (pseudonyme de Françoise Carle), Un Éveil : journal d’une militante socialiste (1 (...)

4Dans ce paysage de la gauche non communiste, la Convention des institutions républicaines reste une organisation peu ou mal connue, évoquée régulièrement au passage dans les histoires générales de la gauche de ces années et dans une seule étude spécifique. Il s’agit d’un petit ouvrage, pratiquement militant, de Danièle Loschak, publié dans le contexte d’Épinay, contemporain de la prise du PS par F. Mitterrand et les siens1. Comme dans les mémoires de la plupart des acteurs publiés depuis, la CIR y est présentée comme une vraie organisation, jeune et dynamique, en opposition aux vieux appareils vermoulus, comme le véritable creuset du PS, le symbole de la modernité en marche et triomphante, en rupture avec la vieille gauche, molletiste, radicale ou stalinienne. Cette lecture pour le moins manichéenne n’a guère été contestée dans l’historiographie ultérieure, mais il est vrai que la réflexion sur la Convention a longtemps été limitée par un manque de sources. Or, celles-ci se sont multipliées en quelques années2. Le récent travail de Laurent Jalabert sur la reconstruction de la gauche renouvelle partiellement le sujet3. Son propos est plus particulièrement stimulant sur les années 1969-1971, où il analyse les efforts de rénovation intellectuelle de l’organisation et son nouveau discours socialiste. Mais il voit la CIR comme un parti classique. Une autre lecture est possible à partir des mêmes sources et des ouvrages publiés par deux acteurs majeurs de la Convention, Louis Mexandeau et Françoise Carle, qui permettent d’avoir une vision plus critique de la CIR. L. Mexandeau décrit ainsi l’organisation avant 1967-1968 : « Au départ, la Convention, c’était la spontanéité, l’improvisation, la fantaisie parfois. Ici coalescence de clubs aux frontières indécises, là organisation structurée avec des cartes, des cotisations, des groupes analogues au parti socialiste. C’était le cas du Calvados. Le ciment, c’était moins une doctrine qu’un homme, François Mitterrand4. »

5Pour nous, si l’organisation s’est progressivement structurée et renforcée, elle n’a pas changé de nature, restant l’instrument présidentialiste d’un homme et non un parti politique de type traditionnel. C’est en ce sens que sera relue ici son histoire.

La création d’une organisation inscrite dans le processus de recomposition des gauches

Un leader sans troupes, mais au cœur de réseaux diversifiés

6Danièle Loschak résume ainsi le processus de naissance de la CIR : à l’origine, des clubs, en recherche d’une nouvelle voie face au gaullisme, se réunissent, réfléchissent, puis ils se fédèrent en une organisation nouvelle, la Convention et, enfin, ils se choisissent un leader, François Mitterrand. Cette reconstruction constitue une inversion de la réalité : au départ de tout, il y a le député de la Nièvre et ses amis, dont Charles Hernu.

  • 5 Voir les travaux d’Éric Duhamel, notamment François Mitterrand, l’unité d’un homme, Flammarion, 19 (...)
  • 6 Si on ne trouve rien de tel dans les comptes rendus officiels déposés par Robert Verdier à l’OURS, (...)
  • 7 Gilles Martinet, Cassandre et les tueurs, Grasset, 1986.

7L’année 1958 a marqué un tournant dans la vie de François Mitterrand en en faisant potentiellement l’un des leaders majeurs de l’opposition non communiste au gaullisme, avec Pierre Mendès France, l’un des rares avec lui à ne pas s’être compromis avec le nouveau régime après le 13 mai. Un regard cavalier – qui oublie la séquence 1959-1964 – tend à montrer le génie de l’homme, qui fait le bon pari sur la possible relève du gaullisme. Le brillant rédacteur du Coup d’État permanent a effectivement compris l’un des premiers le rôle de l’élection du président de la République au suffrage universel. Rien de cela n’est faux, mais la chronologie impose de rappeler que cette période fut pour le parlementaire de la Nièvre une traversée du désert éprouvante, qui ne peut être réduite à l’épisode de l’Observatoire5, même si celui-ci a contribué à le marginaliser pour plusieurs années. Rappelons que fin 1958, en dépit de son rôle de fondateur de l’Union des forces démocratiques (UFD), il perd successivement la réalité de la direction de son propre petit parti, l’UDSR, réduit à quelques fidèles, son siège de député, puis se voit, l’année suivante, refuser l’adhésion au PSA. Il en sera de même au PSU, ce qui a été probablement sa chance. Les motifs de ce rejet personnel soulignent ses handicaps pour une grande partie des cadres de la première opposition à de Gaulle : ses ambiguïtés vichystes avec le rappel de sa Francisque, sa réputation de Rastignac et de Machiavel, son assimilation à la IVe République, son ambivalence politique, ses relations douteuses, son rôle de ministre de la Justice dans le gouvernement Guy Mollet. Le rejet est brutal : « Nous n’avons besoin ni d’un porteur de Francisque ni d’un franciscain » conclut Alain Savary devant la direction du PSA6 ; et Gilles Martinet n’est guère plus tendre7. Après l’Observatoire, il subit plus encore l’opprobre général.

8Il ne reste à l’ancien député de la Nièvre, battu en novembre 1958, mais élu sénateur l’année suivante, que des réseaux composés d’amis fidèles, un minuscule appareil politique, maintenu et fantomatique, l’UDSR, que ne remplace pas la Ligue pour le combat républicain, fondée en 1958 avec deux sénateurs marginaux de la SFIO, Émile Aubert et Ludovic Tron, l’un industriel, l’autre financier. De son élection au Sénat de 1959 à 1962, date de sa réélection à l’Assemblée, Mitterrand ronge son frein et assiste, passif, aux manifestations de l’opposition. Il est toujours présent en fond de salle selon des témoins. La crise du PSU, après la fin de la guerre d’Algérie lui amène de nouveaux fidèles souvent en rupture de mendésisme et à la recherche d’une structure d’accueil. Parmi eux, Roland Dumas et surtout Charles Hernu, Léon Hovnanian et Pierre Bassan, disposant d’actifs réseaux maçonniques liés au Club des Jacobins. Et, en ce temps où se développent les clubs, ils construisent autour de ce dernier une structure quelque peu fictive dans un premier temps, la Convention des institutions républicaines, en y intégrant ce qui reste de l’UDSR.

  • 8 CAC, 1986021/1, note du 28 avril 1965.
  • 9 Laurent Jalabert, op. cit.
  • 10 Jean Battut, op. cit., voir notamment, p. 138, note 407.
  • 11 Celles-ci, comme le faisaient les mouvements de résistance, gonflent leur réalité militante et doi (...)

9Après avoir fondé en mars 1963 le Centre d’action institutionnelle – qui fédère les proches de Mitterrand mais ne perce pas – est mise en place, en juin 1964, une « Convention préparatoire des institutions républicaines ». Elle est censée regrouper une cinquantaine de clubs, situés politiquement au centre ou à gauche. C’est une confédération qui revendique 5 000 adhérents, que les Renseignements généraux présentent un an plus tard comme « un organisme destiné à maintenir une liaison entre les différents groupements dans l’intervalle des conventions, qui est également chargé d’entretenir des relations avec les partis politiques de gauche8 ». Le congrès constitutif a lieu à Orsay en juillet 1965. De longue date, des témoignages ont rapporté le caractère de bluffde l’opération, avec l’invention d’une série de clubs qui n’ont existé que sur le papier, afin de démontrer un mouvement d’adhésions utile au plan médiatique. Elle est essentiellement alors « un club de réflexion fédératif », selon le mot de Laurent Jalabert9, mais de très modeste dimension. Même dans la Nièvre, selon Jean Battut, ce n’est qu’en 1967 qu’une organisation par canton « va se dessiner de manière très souple avec les sympathisants, avant qu’apparaissent en gros deux entités, Val de Loire et Morvan ». Auparavant, depuis 1959, existaient théoriquement des groupes locaux de la Ligue pour le combat républicain, « mais c’est autour d’un repas, avec François Mitterrand où il prend la parole, que se regroupent le plus souvent ses partisans10 ». Des adversaires de la Convention ont vu dans cette construction médiatique une preuve de la duplicité de son leader et de ses amis. Il s’agit en fait de pratiques courantes des petites organisations11 ; et parfois des grandes.

  • 12 François Lafon, Guy Mollet, Fayard, 2006. Olivier Duhamel, La gauche et la Ve République, PUF, 198 (...)

10La CIR apporte début 1965 son soutien à la candidature de Gaston Defferre à la présidence de la République, puis, après l’échec de celle-ci, F. Mitterrand, qui a obtenu le feu vert des leaders du PS et du PCF, pose à son tour sa candidature. L’hypothèse d’un choix par défaut est plausible, sa faiblesse jouant en sa faveur, G. Mollet et le PCF ayant intérêt à écarter les autres candidatures possibles, celles de P. Mendès France, de Daniel Mayer ou d’autres socialistes par exemple12. D’autant que la SFIO et P. Mendès France condamnent l’élection du président de la République au suffrage universel et qu’il s’agit avant tout pour leur candidat de « dévaloriser » la fonction. Dans cette perspective, il vaut mieux une candidature d’un homme presque seul qui ne les engage pas complètement. Il n’est pas besoin de rappeler que la mise en ballottage du général de Gaulle, le bon score du deuxième tour donnent patron de la CIR une stature nouvelle : il a été le candidat de « l’Union de la gauche » pour lequel ont voté 45 % des Français le 19 décembre 1965. Son succès révèle l’erreur de stratégie de la SFIO et de P. Mendès France, d’autant que la participation au scrutin confirme l’intérêt des Français pour cette consultation.

La construction d’un appareil

  • 13 Arch. du CAS-FJJ, fonds Paul Legatte (en cours de classement).

11Dans la campagne présidentielle, F. Mitterrand a fait une rencontre majeure avec le peuple et ses aspirations à l’unité. Revenant d’un voyage en province, il constate lors d’une réunion interne le 15 février 1966 : « C’est le même climat que pendant la campagne présidentielle. On rencontre partout de l’enthousiasme ; à Auch, plus de 3 000 personnes, à Mirepoix, plus de 4 000 personnes venues de toute la région13. » Et il conclut : « Il existe un courant populaire pour l’unité. Le fait politique majeur, c’est l’union, qui peut être le début d’un mouvement majoritaire. » Il propose une stratégie claire et crédible : rassembler la gauche non communiste, « surfer » sur la dynamique de la gauche unie et l’entretenir, s’inscrire dans la bipolarisation et la logique de la Ve République.

  • 14 Idem. Le premier noyau des conventionnels tel qu’il apparaît dans les réunions chez F. Mitterrand, (...)

12Avec ses amis14, il s’efforce donc de constituer une organisation pour exister, avec l’appui implicite de la SFIO et des radicaux qui ont besoin d’un partenaire d’apparence nouvelle pour ne pas faire de leur rapprochement l’alliance de vieilles forces politiques à bout de souffle. C’est en fait début 1966, après la campagne présidentielle et en bénéficiant de sa dynamique, que la CIR naît vraiment. À la lueur des notes de Paul Legatte, des rapports de police et des témoignages, il est clair qu’elle n’était pas organisée avant, ayant au mieux des correspondants locaux provisoires et très souvent isolés dans une quarantaine de départements au printemps 1966 et quelques élus locaux, pour l’essentiel hérités de l’UDSR. F. Mitterrand est le seul parlementaire de la Convention jusqu’en mars 1967.

  • 15 Fin 1968 : F. Mitterrand président de la CIR ; Ch. Hernu, président du présidium ; Cl. Estier, sec (...)
  • 16 Patron de presse et dirigeant du cercle Le Siècle, hiérarque radical et de la maçonnerie, trésorie (...)
  • 17 Voir Annie Desgranges, Un éveil : journal d’une militante socialiste (1967-1974), op. cit., et Lou (...)

13Une véritable organisation est mise en place, inventée pour l’occasion, avec un présidium15, un groupe permanent, un conseil national. Mais cet organigramme ne respecte que partiellement la réalité du pouvoir interne. Un secrétariat est installé 25 rue du Louvre, dans des locaux fournis par Berard-Quelin16 ; un mensuel diffuse sa parole : Le Combat républicain. Désormais, la CIR commence à être considérée comme un parti en devenir. Signe parmi d’autres, en février 1966, le PSU interdit la double appartenance. Mais, en mars 1966, il n’y a pas encore de fédération parisienne et un travail très actif est fait pour en créer une dans le Rhône où se tient la Convention de Lyon, les 13 et 14 mars 1966. Les ambitions sont modestes et révélatrices : « il suffit de disposer d’une dizaine d’hommes décidés à devenir conventionnels pour constituer une fédération » dit-on lors d’une réunion le 1er mars 1966. Il en faut dix fois plus à la SFIO17.

14Le deuxième motif de croissance de la CIR est la FGDS.

La CIR atout de la FGDS et réponse à un besoin de nouveauté

15La FGDS est née à la fin d’octobre 1965 pendant la campagne présidentielle. Un groupe permanent, formé par les délégations du PS-SFIO, du parti radical et des Clubs, adopte une charte et signe un accord sur les structures. Il est ratifié ensuite en octobre par chacune des composantes. À peine constituée, la Fédération participe à la campagne présidentielle, officiellement tout au moins.

  • 18 Par exemple, la Fédération a présenté des rapports communs préparés par l’exécutif pour les congrè (...)

16Après les élections, la Fédération est confrontée à trois tâches principales. La mise en place d’un fonctionnement de type fédéral au niveau national, la création de structures de même type au niveau départemental et, enfin, la préparation des élections législatives pour mars 1967. Le but de la Fédération dépasse le simple accord électoral : il est, dès le départ, d’aboutir à une union irréversible entre « démocrates à vocation socialiste » pour aboutir à une formation démocrate socialiste « d’un type nouveau ». Il s’agit d’établir des orientations communes, mais surtout des contacts permanents, d’apprendre à vivre en commun pour rendre les progrès possibles18.

  • 19 Note sur la FGDS, 1966, fonds Paul Legatte, arch. de la Fondation Jean-Jaurès.
  • 20 Ajoutons Paul Alduy, maire de Perpignan, ex-SFIO.

17Pour les élections législatives, la Fédération présente des candidats uniques dans pratiquement chacune des circonscriptions. Elle n’a pas respecté une parité théorique de candidature entre les trois composantes mais a reconduit les députés sortants et, pour le reste, s’est fondée sur « une prévision raisonnable des résultats électoraux et le besoin d’équilibrer le futur groupe parlementaire19 ». La SFIO et le parti radical ont donc été privilégiés de fait en nombre de circonscriptions gagnables. Si les conventionnels n’ont pas bénéficié de la parité, ils se sont néanmoins vus proposer un nombre de candidatures qui excédait leur force réelle sur le terrain et surtout un nombre de circonscriptions gagnables qui les favorisait nettement. Ce qui provoqua des tensions dans les autres organisations. Pour aboutir à un résultat qui ne soit pas ridiculement bas pour la CIR, il fallut de plus « étiqueter » des candidats « conventionnels » alors qu’ils provenaient d’autres horizons. Candidats uniques de la Fédération, ils se voyaient offrir ainsi des chances d’être élus qu’ils n’auraient pas pu espérer sans la Fédération et sans ce besoin d’élus CIR. Citons à ce titre en 1967, Paul Fouet et Paul Cléricy, élus députés respectivement dans la Sarthe et dans les Alpes-Maritimes20.

  • 21 Il fédère plusieurs clubs : l’Association des jeunes cadres (Jacques-Antoine Gau), les Cercles Toc (...)
  • 22 Jean Poperen et Guy Desson les représentent à l’exécutif de la FGDS.

18La FGDS étant organisée en trois grandes « familles », la CIR se voit attribuer automatiquement tous les « adhérents directs » qui ne rejoignent pas nominalement la SFIO ou le parti radical. Certes, l’appellation CIR était probablement la plus attractive par sa nouveauté, mais cette structure de la FGDS joue en sa faveur. D’autant que beaucoup de « divers gauche », « socialistes indépendants » ou dissidents plus ou moins anciens des vieux partis ont intérêt à rallier la bannière unitaire, du fait de l’unité de candidature dans la FGDS et de l’appui automatique du PCF au 2e tour pour les candidats FGDS arrivés en tête à gauche. Nouveaux adhérents et élus auparavant dispersés rejoignent ainsi la Convention. De plus, elle se voit rattacher tous les clubs qui s’associaient progressivement à la Fédération : en 1966, adhèrent Citoyen 60 (Gabriel Bergougnoux), le Club Jean Moulin, le club « Droit et démocratie » du bâtonnier William Thorp, ainsi que des membres de la tendance syndicale Reconstruction. Le renforcement de la Fédération lui profite donc au premier chef. Non sans contradiction parfois : deux autres clubs se joignent à la Fédération dans le courant de 1967 et entrent donc dans la « troisième famille » où la CIR tient les commandes, alors qu’ils lui sont hostiles dans les faits. Le premier est le club animé par A. Savary, l’UCRG (Union des clubs pour le renouveau de la gauche)21, qui regroupe des organismes qui veulent adhérer à la FGDS en contournant la CIR, le second est l’UGCS (Union des groupes et clubs socialistes), nettement marxiste, fondée le 7 octobre 1967 par d’autres anciens membres du PSU22.

  • 23 Sans que l’on soit obligé de suivre la note de la Direction centrale des RG de Paris qui attribuai (...)
  • 24 Sur les représentations en jeu et sur l’air du temps, on renverra au témoignage de Louis Mexandeau(...)

19Ainsi, la CIR s’est développée depuis 1965 en profitant de la dynamique unitaire, en attirant ou en regroupant sous sa bannière les autres clubs et les adhérents individuels, en faisant élire des hommes qui ne l’auraient pas été en se présentant sans le soutien de la FGDS. En 1968, elle a des correspondants dans tous les départements ou presque et plusieurs milliers d’adhérents, effectifs cette fois23. Au printemps 1968, elle semble encore dans un mouvement ascendant : l’accord entre la FGDS et le PCF, signé en mars 1968, a créé un dynamisme certain, renforcé la perspective de l’union des gauches et l’espoir de relève du régime ouvert par les élections de 1967. Mais sa cohérence et celle la FGDS sont fragiles, et les tensions s’accumulent dans la Fédération. Comme souvent dans l’histoire du mouvement socialiste, les divergences internes priment, masquant à l’attention de ses responsables et de ceux de la FGDS la vie réelle au-dehors. La discussion sur la transformation des structures de la Fédération, pour aboutir à une pondération qui permette une représentation plus conforme de ses composantes avant d’aller vers une unification totale, entretient un climat de tension permanente, si ce n’est des conflits ouverts. Des responsables de la CIR affirment que l’on veut la marginaliser à la base, qu’on refuse de lui accorder une place équivalente à son influence réelle, aux potentialités qu’elle représente. Ses partenaires accusent les membres de la CIR de surestimer, pour le moins, leurs effectifs, d’exiger une place disproportionnée par rapport à leur influence réelle. Ces tensions internes sont à leur maximum lorsque débutent les événements24.

20La CIR, structure jeune, et ses partenaires de la FGDS, sont rapidement mis hors-jeu en 1968 ; il importe de comprendre pourquoi.

La CIR en Mai : un échec cuisant

La CIR et de la FGDS au début des événements

  • 25 Gilles Morin, « Georges Pompidou et la gauche, 1958-1974 », dans Jean-Paul Cointet et alii, George (...)

21Au printemps 1968 un fossé infranchissable sépare le pouvoir et la Fédération. Depuis 1962, dans la logique des institutions et du mode de scrutin, la bipolarisation s’est installée dans la vie politique : toute la gauche est rejetée dans une opposition totale. Par la volonté de Georges Pompidou, l’affrontement est devenu la règle25. L’opposition se voit renvoyée aux turpitudes de son passé au mieux, à l’anti-France au pire. Confinée qu’elle le veuille ou non dans l’opposition complète, la FGDS n’a pas été en décalage immédiat avec les événements.

22Tout d’abord, depuis le printemps 1968, la Convention a entamé une campagne sur des thèmes qui sont au cœur des événements de 1968 : la dénonciation du pouvoir personnel, la réforme de l’éducation et la question de la mainmise du pouvoir sur l’ORTF. Sur ce point, la FGDS a déposé une motion de censure avant les événements. Ensuite, sans approuver les violences, les responsables et députés de la FGDS sont en sympathie avec les manifestants. Ils appellent dès les premiers jours le gouvernement à la modération de la répression, dénoncent les violences policières, puis font sans cesse campagne pour l’amnistie. Beaucoup, probablement, partagent l’analyse de Pierre Mendès France selon laquelle un régime né de la rue ne peut finir que par la rue. En tout cas, pour les fédérés, la responsabilité première des événements est celle du régime né du coup d’État de 1958, attentatoire aux libertés. Et ils se gardent de tout ce qui peut les opposer aux contestataires, sans pour autant chercher à récupérer le mouvement.

  • 26 Gilles Morin, « 1968, les raisons d’un hors-jeu de la FGDS », dans « Mai 1968 en débats », numéro (...)

23La question pour les fédérés, en mai, est d’une part de poursuivre efficacement leur lutte contre le gaullisme, d’autre part de proposer une sortie politique à la crise ; mais aussi, très vite, de ne pas se fondre dans les événements, ni d’en être totalement exclus. Sans grands succès : ils sont ignorés, méprisés, exclus par les étudiants, marginalisés chez les ouvriers, enfermés dans le Parlement par leur culture républicaine héritée de la IVe République. En effet, pour la CIR et tous ses partenaires de la FGDS, l’épicentre de l’action, c’est le Parlement26. C’est l’élément essentiel dans leur mise hors-jeu rapide, d’autant qu’après l’échec de la motion de censure, ils demandent la tenue de nouvelles élections, fournissant une arme que le pouvoir sait saisir, contre le mouvement et contre eux. Leur obsession parlementaire les éloigne du Quartier latin et des usines en grève. Mais, pour autant, ces mouvements les préoccupent grandement ; n’exagérons donc pas leur « cécité ».

Le piège de l’hôtel Continental

  • 27 233 voix pour, il en fallait 244 pour son adoption.

24Fin mai, après l’échec de la motion de censure27 qui marque les limites de l’action parlementaire, le pouvoir paraît s’effondrer. La proposition gaulliste de référendum – un « plébiscite » dit la gauche – fait long feu, les accords de Grenelle sont rejetés par les ouvriers, les affrontements dans les rues se durcissent, la vie économique est bloquée et l’administration ne répond plus. Le 27 mai, au stade Charléty, en présence de Pierre Mendès France, l’UNEF, le PSU, la CFDT et des militants en rupture du PCF réussissent une manifestation impressionnante qui inquiète le PCF et les fédérés. Une nouvelle force de gauche va-t-elle naître ? Devant le vide politique qui s’affirme avec la démission d’Alain Peyrefitte et la menace de double pouvoir, les responsables de la FGDS tiennent une conférence de presse le 28 mai. Le président de la Convention et de la FGDS, tenant pour possible le rejet du référendum prévu le 16 juin, envisage une nouvelle élection présidentielle et se porte candidat à la présidence de la République, entraînant dans son sillage Pierre Mendès France en proposant de former un gouvernement provisoire. Le pouvoir gaulliste se saisit de cet épisode pour le présenter comme un antirépublicain, ne respectant pas les institutions, candidat à la dictature populaire. Et cela au moment où s’organise le retour en force des gaullistes avec la mise en scène du départ puis du retour du général de Gaulle. Le 30 mai, il annonce la dissolution de l’Assemblée nationale et de nouvelles élections dont on sait quelle défaite elles représentent pour la Fédération et surtout pour la CIR.

25On peut tirer trois enseignements de cet épisode connu.

26Premièrement, s’il y a, dans une certaine mesure, « manipulation » du pouvoir – les télévisions passant en boucle des extraits choisis de la conférence de presse, montrant un F. Mitterrand mal rasé et inquiétant, filmé à son désavantage évident –, il y a aussi une erreur de communication des fédérés. L’événement révèle surtout que la FGDS et son dirigeant ne disposent pas de relais médiatiques pour contrecarrer une campagne hostile du pouvoir. L’absence d’organe d’information autonome est une vieille faiblesse de la gauche, amplifiée par l’impact des images projetées par la télévision reprise en main par les gaullistes.

  • 28 André Chandernagor, La liberté en héritage, Pygmalion, 2004.
  • 29 Louis Mexandeau veut oublier par « un reste de charité socialiste », « “ces amis” ventripotents et (...)

27Deuxièmement, alors que tous les responsables de la FGDS sont présents à cette conférence de presse et l’approuvent sur l’instant, beaucoup participent ensuite à la diabolisation du député de la Nièvre, coupable de les avoir pris en otage, d’être responsable de la marginalisation de la FGDS et d’avoir donné une arme aux gaullistes28. L’épisode laissa des traces profondes et durables29, mais, si F. Mitterrand sert de bouc émissaire commode à une partie de ses « camarades », il serait insuffisant de n’y voir que la simple recherche d’un coupable expiatoire. D’une part parce que se mettent alors en avant ceux qui sont opposés à l’union des gauches. D’autre part parce que l’affaire révèle surtout les limites de la FGDS : elle est sans discipline, traversée de divisions et minée par des rancoeurs accumulées. De ce point de vue, Mai 68 révèle les fractures latentes, une exaspération vis-à-vis des conventionnels qui aurait probablement éclaté tôt ou tard.

28Il faut enfin évoquer les faiblesses structurelles de la Fédération et de la Convention.

Mai 68, révélateur de la faiblesse structurelle de la FGDS et de la CIR

  • 30 Pour les socialistes, voir Noëlline Castagnez et Gilles Morin, « Du parlementarisme au régime prés (...)
  • 31 Il compte un seul élu à Paris, Claude Estier, et deux en Seine-et-Oise, Pierre Métayer et Jacqueli (...)
  • 32 Sur la sociologie de la CIR, voir, faute de mieux, Danièle Loschak, op. cit. Selon cette dernière, (...)

29La première déficience structurelle de la Fédération est liée au très fort vieillissement de ses principales composantes et à sa très faible représentation dans la jeunesse et les milieux les plus en pointe dans le mouvement de Mai. Certes la SFIO, pour ce que l’on en sait à partir d’une enquête datant du début des années 1960, reste un parti à base populaire, mais très peu représentée dans les milieux étudiants et dans les nouvelles couches d’ouvriers et de cols blancs les plus actifs. La situation est pire encore pour les radicaux de ce point de vue. De plus, ces deux partis sont surtout profondément déconsidérés dans de nombreux milieux et pas seulement dans la jeunesse, assimilés aux faillites des régimes politiques précédents et stigmatisés par les souvenirs proches de la guerre d’Algérie. Enfin, la représentation de la FGDS dans la région parisienne aggrave ces déficits. Déjà très faible depuis 1920 et la création du PCF, l’atonie de la gauche démocratique d’Ile-de-France a été renforcée par la scission de la SFIO en 1958 et la formation postérieure du PSA puis du PSU, très actifs, à Paris et en banlieue. Le groupe parlementaire FGDS concentre toutes ces faiblesses : âgé30, essentiellement provincial31, il se trouve en décalage générationnel, politique et culturel avec le centre de l’agitation parisienne et étudiante. La Convention ne compense pas cette fragilité structurelle. Certes, ses militants semblent plus jeunes pour partie, mais la sociologie de la CIR, composée principalement de cadres et de hauts fonctionnaires, l’éloigne de la réalité du mouvement de Mai32.

30L’autre faiblesse majeure de la FGDS est l’absence de relais dans les milieux sociaux en pointe du mouvement et une coupure avec les milieux du pouvoir. Celle-ci est encore plus forte pour la CIR et son leader que pour ses partenaires, qui ont une base populaire, des relations sociales et un réseau d’élus qui leur ont permis, sinon de mieux suivre les choses, en tout cas de ne pas être absents localement des événements. Pour la CIR, l’écran est quasi total avec les syndicats : le PCF contrôle la CGT, la SFIO a des liens privilégiés avec FO et les enseignants de la FEN – et surtout ceux du SNI –, les jeunes du PSU dominent l’UNEF et le vieux rival Pierre Mendès France est courtisé par la CFDT, par ailleurs proche du PSU. La CIR n’a aucun relais de ce type.

31La comparaison avec le PCF et le PSU est inévitable : la CIR et la FGDS ont été incomparablement moins présentes qu’eux dans le mouvement social durant mai. Le PSU s’y est en partie noyé, mais il a su apparaître comme un acteur réel. Le PCF, qui n’a pas voulu l’événement et ne l’a pas plus vu venir, l’a rapidement encadré et a co-géré le retour à l’ordre. La CIR, elle, plus encore que la FGDS, a subi les événements, mais, contrairement au PCF et aux mouvements gauchistes, qui se sont refusés pour des raisons différentes à proposer une issue politique à la crise, la « gauche non communiste » a cherché une voie de sortie démocratique à l’anomie qui pouvait tourner au bain de sang. La crise sociale ne pouvait se passer de réponse politique sans, de fait, laisser le pouvoir au régime gaulliste.

32Dans l’immédiat, un reflux violent remet en cause les efforts de plusieurs années, car cet échec apparaît être au premier chef celui du président de la FGDS et de la CIR. Mais des leçons en seront tirées.

Les leçons de la défaite, base de la stratégie d’Épinay

Repli immédiat et désarroi militant

  • 33 Frédéric Fogacci, op. cit.

33En juin 1968, pour la deuxième fois depuis 1958, la gauche non communiste se trouve laminée aux élections. La SFIO compte quarante-deux députés, les radicaux sont plus à la peine encore33 et la CIR ne conserve que deux parlementaires : François Mitterrand et Paul Alduy, ce dernier non intégré réellement et à la fidélité douteuse. Certes, la plupart des candidats de la CIR ont vu leurs suffrages augmenter, mais c’est une bien piètre consolation.

  • 34 Louis mexandeau, François Mitterrand…, op. cit., confirme ce recul. Il est vrai que celui-ci valor (...)
  • 35 À prendre avec encore plus de circonspection qu’à l’habitude dès qu’il s’agit d’estimation des eff (...)

34Après cette déroute – où tous ont dû faire front commun bon gré mal gré –, vient le temps des règlements de compte, puis de la liquidation de la FGDS. Le leadership de Mitterrand sur la Fédération est contesté par les membres de la SFIO dès la première réunion du groupe parlementaire le 10 juillet. Puis les radicaux, dont l’électorat n’a pas supporté les événements, se rallient à leur base – comme après juin 1936 sous le Front populaire – et se retirent de la FGDS. Un an plus tard, en octobre 1969, il n’en reste plus rien, son ancien président, qui a démissionné de la présidence le 7 novembre de l’année précédente, siège parmi les « non inscrits ». La Fédération achevée, la stratégie de l’union progressive des « trois familles » en une seule organisation des démocrates a échoué, et désormais l’unique problématique est celle de l’union limitée aux socialistes, en espérant reconstituer « l’union de la gauche ». Mais, dans ce cadre, la CIR diabolisée perd sa place privilégiée. Désormais, l’UCRG, l’UGCS et Citoyen 60, clubs liés auparavant à la Convention dans de la Troisième composante de la FGDS, discutent directement avec la SFIO, contribuant encore à marginaliser la CIR et son leader. Les rapports de police34 évoquent une perte de 5 000 adhérents en 1969 par rapport à l’année précédente35. Probablement reprennent-ils une source interne : le trésorier national André Rousselet, ancien député, évoquait ce chiffre en l’expliquant par le retour à leurs clubs d’origine de 3 000 adhérents. Quoi qu’il en soit, les finances de l’organisation sont exsangues, d’autant qu’elle n’a plus les rentrées apportées par les 15 parlementaires battus. Les cotisations – signe révélateur – augmentent toutes d’environ 30 % au début de 1969, ce qui ne facilite pas le recrutement et le maintien des anciens adhérents en période de recul.

  • 36 Lors du congrès fédéral, A. Labarrère demande un « nouveau parti avec de nouveaux leaders », « les (...)
  • 37 Archives CAS-FJJ, fonds F. Carle, op. cit.
  • 38 CAC, 1986021/1. Voir aussi les écoutes téléphoniques conservées dans le fonds Guy Mollet, à l’OURS

35La Convention est aussi fragilisée de l’intérieur et des désaccords de certains de ses membres après 1968 s’affichent ouvertement, par exemple dans les Pyrénées-Atlantiques36. Le doute s’exprime d’autres fois plus discrètement, comme dans cette correspondance d’Yvette Roudy à Françoise Carle du 14 janvier 1969 : « Ton désarroi, ta morosité est celle de beaucoup de conventionnels. Après l’exaltation de la candidature unique et tout l’éclat – il faut bien le dire – que nous apportait F. Mitterrand, nous traversons le désert. C’est que nous nous rendons compte que nous sommes un très petit groupe de gens sincères, mais sans aucune discipline ni formation politique sérieuse37. » Les écoutes téléphoniques du ministère de l’Intérieur livrent d’autres témoignages crus sur les tensions internes et l’absence de perspectives qui troublent les militants38. Aux Assises de la CIR, à Levallois-Perret les 5 et 6 octobre 1968, son fondateur annonce qu’il se met à l’écart pour faciliter la création du Nouveau parti socialiste. G. Mollet en fait autant de son côté, il est vrai, mais son départ était attendu.

  • 39 Louis Mexandeau écrit : « L’histoire abonde, depuis César, avant César, de ces partisans les plus (...)

36Lorsque commencent les discussions d’unification, la place accordée à la Convention est réduite. Elle se retire alors du processus qui aboutit à la naissance du nouveau parti socialiste à Alfortville. Certains de ses animateurs locaux la quittent, comme Jean-Jacques Queyranne à Lyon, ou A. Labarrère, dans les Pyrénées-Atlantiques. Pour L. Mexandeau et les siens, ils passent pour l’éternité dans la catégorie des « faux amis », voire des traîtres ou demi-traîtres39, et la Convention est à reconstruire. De nombreuses fédérations disparaissent alors, comme celle des Vosges qui s’intègre au nouveau parti socialiste. Il ne reste une représentation de la CIR que dans la moitié des départements, au mieux. Après l’échec du référendum, F. Mitterrand est exclu de la candidature à la présidentielle par le nouveau parti socialiste.

Les raisons d’un rebond

37La CIR, force politique pratiquement exclue du mouvement de Mai 68, a été capable de le récupérer, puis s’étant emparée de la direction du parti socialiste, elle a porté les aspirations de 1968 dans les années 1970. Différentes raisons ont concouru à ce paradoxe.

38Il faut tout d’abord citer des éléments s’inscrivant dans le long terme. Les conventionnels ont bénéficié d’atouts fondamentaux : l’épuisement du gaullisme historique mais aussi de la génération socialiste née de la Résistance. Il faut le répéter, la reconstruction du mouvement socialiste commence avant 1971, et même avant 1968. Le processus de rassemblement était en cours. Il s’opposait au mouvement précédent de dilution, de dispersion, entamé depuis les années cinquante. Il était lié à la crise permanente de la SFIO depuis 1947, au lent déclin du radicalisme, à l’épuisement de l’UDSR et même au reflux du communisme depuis 1958, puis du PSU depuis 1962, à la logique institutionnelle enfin. Dès le début des années 1960, par les colloques, les rencontres des clubs, l’expérience de la FGDS, des hommes dispersés ont appris à se connaître, à travailler ensemble, à se partager le territoire, à délimiter les champs d’influence respectifs.

39Les circonstances conjoncturelles ne sont pas moins importantes : en 1969, au moment le plus difficile pour la CIR, l’échec flagrant de la double candidature G. Defferre-P. Mendès France à la présidence de la République relance la Convention, autant qu’elle noircit l’avenir du nouveau parti socialiste d’A. Savary. F. Mitterrand a su maintenir, avec la fragile CIR, une organisation autonome dont la seule existence fait apparaître incomplète l’union des socialistes. Le congrès d’Épinay, par certains côtés, solde les comptes de la FGDS et de l’échec de 1968. Il marque le premier triomphe, avant d’autres, des anciens vaincus et exclus de 1968-1969.

40Ensuite, la CIR a bénéficié de la solidité de son leader. La CIR existe grâce au dynamisme de son président, exceptionnel battant et militant, même et surtout lorsqu’il semble abattu ; on l’a vu déjà après l’Observatoire, on le reverra à la fin des années 1970 et en 1988. Surtout, F. Mitterrand incarne l’opposition résolue au régime depuis 1958, et l’union des gauches depuis la campagne de 1965. Ses partenaires sont moins crédibles, même s’ils tiennent le même discours, car une partie d’entre eux se sont compromis avec le régime dans ses premières années, et du fait du maintien d’alliances de type de Troisième Force au plan local.

  • 40 Hélène Hatzfeld, Faire de la politique autrement. Les expériences inachevées des années 1970, Renn (...)

41Enfin, F. Mitterrand tire les leçons de la fragilité collective de la gauche non communiste en 1968 : il lui faut un appareil dévoué à sa personne, mais élargi et un minimum discipliné, créer une image nouvelle de l’organisation et de son leader, et pour cela clarifier ses choix, disposer d’une communication dynamique face au gaullisme, moderniser son expression politique. C’est dans ce cadre qu’il va récupérer les aspirations de Mai40.

  • 41 Laurent Jalabert, La CIR, op. cit.
  • 42 Le deuxième point portait sur la gestion des entreprises, avec une planification et l’instauration (...)
  • 43 Le Monde, 30-31 mars 1969.

42Le discours sur « la rupture avec le capitalisme » d’Épinay n’est pas un simple discours de circonstance : il se préparait depuis deux ans au moins. Laurent Jalabert a analysé cette radicalisation et cette préparation intellectuelle de la Convention après Mai41. Les 5-6 octobre 1968, le rapport de Marc Paillet aux Assises nationales de la CIR tire déjà un bilan peu complaisant des événements, résumant l’impuissance de la gauche par cette formule : « Nous n’avons pas manqué de programme. Disons simplement que nous avons manqué singulièrement d’imagination. » Son texte sur « les bases du socialisme » comporte sept points. Le premier s’intitule « la transformation de la propriété des moyens de production », et envisage une collectivisation « allant jusqu’au point où la société disposera des leviers essentiels pour imposer une volonté de bien commun ». Mais, M. Paillet – qui a fréquenté l’extrême gauche marxiste antitotalitaire – prend soin au lendemain des événements de Prague de la distinguer de « l’étatisation42 ». Dans le même temps, dans la perspective encore présente de la fusion, Pierre Joxe et Claude Fuzier réécrivent la déclaration de principe du PS, validée en décembre 1968 par la SFIO. La CIR et ses hommes réalisent en fait un « alignement » sur le fond commun socialiste, en tenant compte dans leurs discours de l’air du temps. F. Mitterrand, comme le dit avec irritation G. Mollet, apprend « à parler socialiste ». À la fin du mois de mars 1969, hôte des journalistes économiques et financiers, il a « visiblement surpris ses auditeurs », tenant, selon Le Monde, « un langage auquel on était peu habitué de sa part ». Il prône « l’autogestion » (qu’il assimile au partage des responsabilités) à tous les échelons, la nationalisation « de tous les grands moyens de production et d’échange », la lutte contre la gauche libérale, qu’il estime proche du capitalisme, « la priorité absolue du plan sur le profit », ainsi « qu’une recherche sur les valeurs ou les revendications qualitatives que la gauche traditionnelle a trop longtemps négligées43 ». Dix mois après Mai 68, on mesure le chemin parcouru. Quelques mois plus tard, le 11 septembre 1969, à Europe 1, le député de la Nièvre a recours à un vocabulaire marxiste, durcit son discours vis-à-vis du pouvoir, le gauchise encore. Il y dénonce l’oppression de l’homme par l’homme et celle du travail par l’argent. Par contre, la CIR refuse d’aller plus loin dans la radicalisation gauchiste qui marginalise alors le PSU. Aux Assises de Saint-Gratien, en mars 1969, un rapport de Gisèle Halimi sur « les voix de passage au socialisme », très autogestionnaire, voire insurrectionnaliste, met au centre des perspectives « la grève démocratique ». Il est repoussé par une majorité des délégués. La répartition des votes, 80 mandats contre 70 et 11 abstentions, montre que cette tentation gauchiste a existé dans les rangs de la Convention.

  • 44 Ibid., p. 130.

43La radicalisation verbale de la CIR, qui contraste avec le peu de place accordée à la doctrine avant les événements, ne suffit pas à expliquer la victoire de F. Mitterrand dans le PS. S’il s’appuie, faute de mieux entre 1968 et 1971, sur ses grognards de la CIR, un noyau qui partage ses convictions, fait d’inconditionnels, qui se voient comme « le bataillon sacré des fidèles44 », l’ancien président de la FGDS prépare longuement et soigneusement, soit la conquête du parti socialiste, soit pour le moins, son entrée à une place majeure.

  • 45 Refusant ce choix et cette logique, Georges Guille démissionne du nouveau parti. Voir Jacques Fleu (...)
  • 46 On citera cette savoureuse formule de Louis Mexandeau. Évoquant A. Savary, ancien enseigne de vais (...)

44Certes, cela a été beaucoup écrit, la CIR aurait usé d’artifices lors de la préparation du congrès d’Épinay pour prendre le pouvoir (trucages de mandats, négociations secrètes, alliances complexes et contradictoires) avec un objectif unique, la conquête du parti. Mais on aurait tort de sous-estimer la volonté d’A. Savary et des siens d’achever la « rénovation socialiste » et donc d’accueillir tous les socialistes dans le nouveau parti. La surestimation des mandats de la CIR, bien au-delà de son poids militant réel, provient pour l’essentiel d’un choix politique assumé par le parti socialiste : c’est la condition de l’unité, et nul n’en est dupe car les Conventionnels ont su imposer l’idée que sans eux, l’unité n’est pas achevée45. Il n’y a pas eu « trucages » massifs, même si on reconstitue ainsi l’épisode pour rehausser l’image de « stratège » de F. Mitterrand. Épinay, est-il besoin de le dire, a certes été une victoire des anciens de la CIR, mais le congrès a surtout été une défaite de G. Mollet et une revanche sur l’ancien dirigeant socialiste. L’incapacité du nouveau parti socialiste à incarner le changement, en rupture avec le passé et la personne de G. Mollet, a permis à F. Mitterrand de rassembler tous les opposants ou adversaires personnels de l’ancien secrétaire général. Les affrontements internes au parti socialiste ont ouvert la voie à la prise du PS en 197146, d’autant plus facilement que la CIR n’apparaissait pas comme une force dangereuse, du fait de la faiblesse de cette organisation.

*

45La naissance du parti d’Épinay ne doit rien à une génération spontanée. Mai 68 n’a pas été un événement fondateur pour la reconstruction de la gauche : il a bouleversé les plans et calendriers, obligé à des remises en cause profondes, brisé des dynamiques difficilement mises en place, contrarié provisoirement le processus de rassemblement et de recomposition de la gauche non communiste. Cependant, Mai 68 a démontré, par-delà l’échec immédiat, la double nécessité d’une ouverture à la société et d’un appareil politique moderne et unifié. La CIR, dans ce processus, n’a été qu’un instrument de transition.

  • 47 Louis Mexandeau, François Mitterrand, op. cit., p. 88 et 98.

46Appareil transitoire et peu structuré, la CIR a compté par son rôle dans l’apprentissage politique et la sélection d’une partie des futures élites mitterrandistes. Après la crise de Mai, la CIR a été « allégée de quelques touristes à appétits électoraux d’avant mars 1967 » et de ceux que L. Mexandeau qualifie de « faux amis » pour avoir joué le jeu de l’unité en 1969. F. Mitterrand qui, « avec sa phénoménale mémoire se souvenait encore, un quart de siècle après, des membres de la Convention des années héroïques »47, a sélectionné de véritables fidèles, des hommes et des femmes qui se sont attachés à lui, des inconditionnels véritables dont il fera – avec les hommes nouveaux du PS, les « sabras » – le cœur du PS et de ses réseaux.

47On doit s’interroger pour finir sur la place du moment 1968 dans la perspective de la reconstruction du champ politique en général et celui des gauches en particulier. Alors que les deux forces politiques principales en 1968 étaient le gaullisme et le communisme, le renouvellement sur le moyen terme est passé à droite comme à gauche par de petites formations centrées autour de deux hommes très différents, Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand, qui les utilisèrent ensuite pour féconder leurs deux familles opposées, la droite et la gauche modérées. De fait, la CIR, comme les Républicains indépendants, a été plus l’instrument d’un homme qu’un parti politique structuré au sens traditionnel du terme, même si, progressivement, la formation a pris consistance. Elle s’inscrit comme une des pionnières dans la pleine logique de la Ve République, mais n’avait pas la dimension adéquate ni la légitimité suffisante à gauche. Le parti socialiste – dont elle a conquis la direction –, parti de masse à l’échelle française, apparaît à bien des égards comme plus complexe et donc comme plus efficace : ce caractère purement présidentialiste y est mieux dissimulé. La solidité de l’équipe formée au temps de la CIR a permis de se déployer sur une autre échelle. La CIR n’a donc pas été la matrice du nouveau PS, mais le levain et le liant présidentialiste nécessaire à François Mitterrand pour gagner son pari : la conquête du pouvoir par la victoire à l’élection présidentielle. En l’intégrant, le vieux mouvement socialiste a pu s’adapter aux nouvelles logiques politiques induites par la Ve République, lui permettant de conquérir l’hégémonie à gauche. Cependant, cette greffe porte aussi en elle les difficultés à venir du PS, lorsqu’il n’arrive plus à se réunir derrière un leader national. Il redevient alors, au mieux, un instrument pour lui-même et pour ses élus, au pire un champ d’affrontements internes, un parti qui a connu au cours de son histoire plus de scissions que de rénovations. Comme d’autres partis de type traditionnel, le PS a toujours rencontré les pires difficultés à se rénover de l’intérieur.

Notes

1 Danièle Loschak, La Convention des institutions républicaines, PUF, 1971.

2 Des dossiers de Renseignements généraux, consultables au CAC à Fontainebleau, ont été ouverts. Mais l’essentiel se trouve dans des centres privés, la Fondation François Mitterrand, la Fondation Jean Jaurès (fonds Claude Estier, Françoise Carle et Paul Legatte) et l’OURS (fonds FGDS principalement). À cela, il faut ajouter les archives de Jean Battut déposées aux archives départementales de la Nièvre, que nous n’avons pas encore pu consulter.

3 Laurent Jalabert, « La reconstruction des gauches socialistes entre 1965 et 1981 », HDR soutenue à l’IEP de Paris en 2008, en cours de publication, et « La Convention des institutions républicaines (1964-1971) », Vingtième Siècle, revue d’histoire, no 104, octobre-décembre 2009, p. 123-139.

4 Annie Desgranges (pseudonyme de Françoise Carle), Un Éveil : journal d’une militante socialiste (1967-1974), Fayard, 1977. Louis Mexandeau, François Mitterrand le militant, trente années de complicité, Le Cherche-Midi, p. 160. La thèse de Jean Battut, responsable fédéral du courant mitterrandiste dans la Nièvre, permet elle aussi d’ouvrir de nouvelles lectures. Jean Battut, Itinéraire d’un instituteur socialiste nivernais, thèse d’histoire, université Paris 13, sous la direction de Jacques Girault, 2009, 629 p.

5 Voir les travaux d’Éric Duhamel, notamment François Mitterrand, l’unité d’un homme, Flammarion, 1998, 260 p.

6 Si on ne trouve rien de tel dans les comptes rendus officiels déposés par Robert Verdier à l’OURS, nous avions recueilli des témoignages concordants d’anciens responsables du PSA qui avaient gardé le souvenir de la violence de l’opposition d’A. Savary : Gilles Morin, « L’opposition socialiste à la guerre d’Algérie, de la SFIO au PSU, histoire d’un courant politique (1954-1960) », thèse d’histoire, université de Paris I-Sorbonne 1992.

7 Gilles Martinet, Cassandre et les tueurs, Grasset, 1986.

8 CAC, 1986021/1, note du 28 avril 1965.

9 Laurent Jalabert, op. cit.

10 Jean Battut, op. cit., voir notamment, p. 138, note 407.

11 Celles-ci, comme le faisaient les mouvements de résistance, gonflent leur réalité militante et doivent se créer une image nationale pour espérer attirer. Les mouvements gauchistes pratiqueront ce bluff en permanence et, pour s’en tenir aux débuts des années soixante, le PSU et les organisations qui sont à son origine, le PSA et l’UGS, n’ont cessé d’annoncer des effectifs fictifs, enjeu de la place à obtenir au terme du processus de fusion.

12 François Lafon, Guy Mollet, Fayard, 2006. Olivier Duhamel, La gauche et la Ve République, PUF, 1980.

13 Arch. du CAS-FJJ, fonds Paul Legatte (en cours de classement).

14 Idem. Le premier noyau des conventionnels tel qu’il apparaît dans les réunions chez F. Mitterrand, rue Guynemer, est le suivant : Émile Aubert, Georges Beauchamp, Paul Bordier, Roger Chipot, Georges Dayan, Roland Dumas, Claude Estier, Marie-Thérèse Eyquem, Charles Hernu, Paul Legatte, Louis Mermaz, Marc Paillet, André Rousselet, Ludovic Tron, Robert Mitterrand.

15 Fin 1968 : F. Mitterrand président de la CIR ; Ch. Hernu, président du présidium ; Cl. Estier, secrétaire général ; Marc Paillet, Louis Mermaz, Roland Dumas, Gabriel Bergougnoux, Marie-Thérèse Eyquem, membres.

16 Patron de presse et dirigeant du cercle Le Siècle, hiérarque radical et de la maçonnerie, trésorier de la FGDS.

17 Voir Annie Desgranges, Un éveil : journal d’une militante socialiste (1967-1974), op. cit., et Louis Mexandeau, François Mitterrand le militant, trente années de complicité, op. cit.

18 Par exemple, la Fédération a présenté des rapports communs préparés par l’exécutif pour les congrès de toutes les organisations constitutives, ce qui imposait un rapprochement des dates des congrès et réunions nationales des organisations, ainsi que des ordres du jour harmonisés. Des règles disciplinaires ont aussi été adoptées et les organisations se sont engagées à ne pas accepter dans leurs rangs des membres d’autres familles exclues depuis moins de trois ans. La mise en place de structures départementales fédérales n’alla pas sans problèmes. Les comités départementaux devaient comprendre une représentation paritaire des trois familles et les structures départementales devaient êtres homologués par l’exécutif national. Si une famille est absente du département, un comité peut être constitué, à condition de lui réserver les places prévues. Les modes de fonctionnements diffèrent d’un département à l’autre. Dans certains, la présidence est collégiale, dans d’autres, elle est tournante. Le nombre des membres des exécutifs étant laissé libre sous réserve de respecter la parité, la taille des exécutifs départementaux variait fin 1966 entre 9 et 54 membres.

19 Note sur la FGDS, 1966, fonds Paul Legatte, arch. de la Fondation Jean-Jaurès.

20 Ajoutons Paul Alduy, maire de Perpignan, ex-SFIO.

21 Il fédère plusieurs clubs : l’Association des jeunes cadres (Jacques-Antoine Gau), les Cercles Tocqueville de Lyon, Démocratie nouvelle de Marseille, le Cercle d’action politique de Toulouse, Le Club pour le renouveau socialiste (Robert Verdier), le Club pour le socialisme moderne (Pierre Bérégovoy).

22 Jean Poperen et Guy Desson les représentent à l’exécutif de la FGDS.

23 Sans que l’on soit obligé de suivre la note de la Direction centrale des RG de Paris qui attribuait à la CIR 15 000 à 20 000 adhérents fin 1968, soit pratiquement l’équivalent en adhérents du parti radical. CAC, 1986021/1, note du 10 décembre 1968.

24 Sur les représentations en jeu et sur l’air du temps, on renverra au témoignage de Louis Mexandeau, François Mitterrand le militant, trente années de complicité, op. cit., et pour la mémoire mollétiste au livre de Denis Lefebvre, 1969 et la rénovation socialiste, L’Encyclopédie du socialisme, 2009.

25 Gilles Morin, « Georges Pompidou et la gauche, 1958-1974 », dans Jean-Paul Cointet et alii, Georges Pompidou, politique, PUF, 2001, p. 239-258. Rappelons les meetings de Grenoble et de la Nièvre durant la violente campagne électorale de 1967 où des nervis de l’UNR ont chahuté P. Mendès France et F. Mitterrand sous l’œil goguenard de G. Pompidou, les heurts publics spectaculaires au Palais-Bourbon entre G. Pompidou et F. Mitterrand notamment.

26 Gilles Morin, « 1968, les raisons d’un hors-jeu de la FGDS », dans « Mai 1968 en débats », numéro coordonné par François Audigier, Parlement[s], no 9, 2008, p. 62-79.

27 233 voix pour, il en fallait 244 pour son adoption.

28 André Chandernagor, La liberté en héritage, Pygmalion, 2004.

29 Louis Mexandeau veut oublier par « un reste de charité socialiste », « “ces amis” ventripotents et colorés qui manquèrent alors de courage et de dignité ». Il citait néanmoins Max Lejeune et Arthur Notebart, « “Cicérons de brocante”, comme les appelait Mitterrand ». Louis Mexandeau, François Mitterrand, op. cit., p. 85. On notera sous la plume de ce hiérarque socialiste la reprise du topoï du notable de province « ventripotent ». Le thème des « gros » n’est pas loin.

30 Pour les socialistes, voir Noëlline Castagnez et Gilles Morin, « Du parlementarisme au régime présidentialiste, mutations et adaptation des parlementaires socialistes », dans Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (dir.), Les Partis et la République, la recomposition du système partisan, 1956-1967, Rennes, PUR, 2007, p. 75-88. Sur les radicaux, voir la thèse de Frédéric Fogacci et son article « Totalement passifs, totalement négatifs ? Le parti radical, la FGDS et la crise de mai-juin 1968 », Parlement[s], no 9, 2008, p. 44-61.

31 Il compte un seul élu à Paris, Claude Estier, et deux en Seine-et-Oise, Pierre Métayer et Jacqueline Thôme-Patenôtre.

32 Sur la sociologie de la CIR, voir, faute de mieux, Danièle Loschak, op. cit. Selon cette dernière, la CIR qui comprendrait 4 % d’étudiants est composée à plus de 50 % par des professions intellectuelles, dont un tiers d’enseignants et 13 % d’ingénieurs. Les ouvriers et employés, qui sont au centre du mouvement social, seraient sous-représentés avec 11 % des adhérents.

33 Frédéric Fogacci, op. cit.

34 Louis mexandeau, François Mitterrand…, op. cit., confirme ce recul. Il est vrai que celui-ci valorise dans son récit les « fidèles », face aux « traîtres » comme André Labarrère.

35 À prendre avec encore plus de circonspection qu’à l’habitude dès qu’il s’agit d’estimation des effectifs, mais qui sont corroborés par d’autres témoignages. CAC, 1986021/1, note RG 26 février 1969. Louis Mexandeau, citant Claude Estier, estime que l’organisation n’a jamais dépassé 12 000 adhérents, idem, p. 120.

36 Lors du congrès fédéral, A. Labarrère demande un « nouveau parti avec de nouveaux leaders », « les anciens ayant fait leur temps ». Pour finir, il est décidé par 13 voix contre 11 de voter pour le président de la CIR au prochain congrès, A. Labarrère votant contre. Les militants du Loiret proposent la rotation tous les cinq ans des responsables à tous les niveaux (de même dans l’Indre) et la réservation d’une place (un quart ou un tiers) aux moins de 30 ans dans les organismes responsables. CAC, 1986021/1.

37 Archives CAS-FJJ, fonds F. Carle, op. cit.

38 CAC, 1986021/1. Voir aussi les écoutes téléphoniques conservées dans le fonds Guy Mollet, à l’OURS.

39 Louis Mexandeau écrit : « L’histoire abonde, depuis César, avant César, de ces partisans les plus éprouvés qui, un jour, fléchissent par ambition, par flatterie, dépit secret, et finissent par trahir ou par trahir à demi en faisant mine de rester loyal. En juin 1969, nous eûmes affaire à quelques-uns de ces faux amis », François Mitterrand, op. cit., p. 118.

40 Hélène Hatzfeld, Faire de la politique autrement. Les expériences inachevées des années 1970, Rennes, ADELS, Presses universitaires de Rennes, 2005.

41 Laurent Jalabert, La CIR, op. cit.

42 Le deuxième point portait sur la gestion des entreprises, avec une planification et l’instauration d’une démocratie économique dans l’entreprise. Le troisième proposait de faire reposer la société socialiste sur une reprise des luttes et la dénonciation du pouvoir technocratique et de ses effets.

43 Le Monde, 30-31 mars 1969.

44 Ibid., p. 130.

45 Refusant ce choix et cette logique, Georges Guille démissionne du nouveau parti. Voir Jacques Fleury, Georges Guille, le socialisme au cœur, Mémoire(s) du socialisme, 2009.

46 On citera cette savoureuse formule de Louis Mexandeau. Évoquant A. Savary, ancien enseigne de vaisseau, scrutant l’horizon, à la proue du vaisseau socialiste dont « aucun vent sérieux ne venait donc gonfler les voiles », il note : « Il n’entendait pas des officiers aux allures de mutins bavarder à l’arrière du pont. Surtout, il ne voyait pas sur la jetée s’agiter les corsaires de la Convention attendant qu’on leur jette les échelles. » Louis Mexandeau, François Mitterrand, op. cit., p. 144.

47 Louis Mexandeau, François Mitterrand, op. cit., p. 88 et 98.

Auteur

Docteur en histoire contemporaine, professeur d’histoire-géographie à la cité scolaire de Sceaux – CHS (Centre de recherche sociale du XXe siècle), Paris 1.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540