Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mobilisations de victimes

 | 
Sandrine Lefranc
, 
Lilian Mathieu

Deuxième partie. Déplacements, concurrences et mimétismes

6. Les « victimes » : label ou groupe mobilisé ? Éléments de discussion des effets sociaux de la catégorisation

Violaine Roussel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cette contribution se propose de tracer des pistes de réflexion sur les mécanismes et les effets sociaux de l’identification de groupes de « victimes » dans des conflits et des mobilisations diversifiés. L’émergence de la « figure de la victime » apparaît souvent, dans les travaux savants, mais également désormais dans la presse et, plus généralement, en dehors du monde de la science, comme une évidence factuelle qui révélerait des transformations sociétales, mais dont la signification elle-même est rarement directement interrogée. Lorsque le caractère mensonger de la déclaration d’une jeune femme qui avait rapporté l’agression dont elle avait été victime dans le RER est révélé en août 2004, une journaliste du Monde affirme que cette affaire « illustre les dérives du processus de reconnaissance des victimes, lancé depuis vingt ans1 ». Et le journal d’interroger deux sociologues, un philosophe et un historien sur « cette sacralisation de la victime2 » qui serait devenue le propre de ...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540