Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

À chacun son Mai ?

 | 
Gilles Morin
, 
Gilles Richard
, 
Gilles Vergnon
, 
et al.

Deuxième partie. Le Mai des métiers. Des militaires aux cheminots

Les manifestations paysannes en mai 68 : « Si loin, si proche ? »

Édouard Lynch

Texto completo

  • 1 Centre des archives contemporaines (CAC), 19820599 art 42 – Bulletin périodique d’information sur (...)

« Ce matin à 6 heures 30, à Aiguillon, toujours dans le Lot-et-Garonne, un paysan a été écrasé par un camion qui surgissait au moment où, aidé de quelques autres agriculteurs, il disposait un barrage de pneus sur la RN731. »

1Dans l’étude des grands mouvements politiques et sociaux qui scandent l’histoire de la France contemporaine, depuis la révolution de 1789, la paysannerie et les sociétés rurales apparaissent le plus souvent, dans les représentations dominantes, comme des forces passives ou hostiles aux combats menées par les « avant-gardes » ouvrières et urbaines. De la Révolution de 1848 à la Semaine sanglante, en passant par le Front populaire, la paysannerie n’est que rarement convoquée aux avant-postes des lendemains qui chantent.

  • 2 Michelle Zancarini-Fournel, Le moment 68, une histoire contestée, Paris, Le Seuil, 2008, 313 p.

2Les « événements » de 1968 ne dérogent pas à cette règle2, bien au contraire puisque dans la trilogie du mai étudiant, social et politique, le monde rural n’apparaît qu’à la marge, sauf peut-être pour porter, lors des élections législatives de 1968, un coup décisif aux espérances révolutionnaires ! La mort accidentelle d’un manifestant lors d’une action contre les importations de produits espagnols illustre tragiquement ce décalage. Incontestablement, à la fin des années soixante, l’agriculture française semble bien éloignée des débats révolutionnaires qui agitent les milieux universitaires et intellectuels parisiens. Il faut ainsi attendre le début des années soixante-dix, en particulier le livre manifeste de Bernard Lambert, Les paysans dans la lutte des classes pour que ce soit théorisé et popularisé le rapport entre la transformation à marche forcée de l’agriculture et la dénonciation du capitalisme.

  • 3 Yvan Bruneau, « Quand des paysans deviennent “soixante-huitards” », dans Bernard Pudal, Boris Gobi (...)

3Faut-il pour autant se limiter à une approche « en creux » des relations entre le monde agricole et le mouvement de Mai 1968, dès lors qu’on s’intéresse aux identités confrontées à Mai 1968 ? Interroger de telles relations n’est pourtant pas seulement un exercice obligé, et il serait particulièrement inexact de peindre le monde agricole des années soixante comme seulement préoccupé de croissance, de parité et de modernisation, imperméable aux mutations profondes de la société française3. En réalité, celui-ci est traversé par des tensions très fortes, liées à l’impact des transformations sociales, qui sont au cœur de la « révolution silencieuse ». Celle-ci, que popularise Michel Debatisse, s’achève au tournant des années soixante, date de publication de l’ouvrage, pour laisser la place à une « révolution bruyante », qui se traduit notamment par la multiplication des manifestations, en nombre et en intensité. Dans ces manifestations, la jeunesse tient une place centrale, à la fois dans la spécificité de ses positionnements politiques, mais aussi par la radicalisation des formes de la lutte, en particulier dans les villes. On assiste également, avant, pendant et après Mai 1968 à des rapprochements entre la mobilisation agricole et la mobilisation ouvrière et syndicale, dans le prolongement de ce qui se produit en Bretagne dès le début des années soixante. Enfin, en dépit de son échec, Mai 68, pour la paysannerie comme pour l’ensemble de la société, marque comme un tournant dans la structuration des forces opposées au modèle économique et politique dominant.

  • 4 C’est l’occasion de remercier les responsables de l’INA Centre-Est (Lyon) qui m’ont permis de trav (...)

4Il ne s’agit pas ici d’évoquer l’impact politique et symbolique de mai 1968 sur la paysannerie française dans son ensemble, mais bien davantage de s’intéresser, à partir de recherches en cours sur les manifestations paysannes dans la France contemporaine, sur le point de rencontre – ou de non-rencontre – entre ces deux mouvements sociaux, en mettant en particulier l’accent sur la porosité des répertoires d’actions collectives4.

La radicalisation des luttes et rôle de la jeunesse : un avant-goût de Mai 68

L’autonomisation de la jeunesse

  • 5 Anne-Marie Sohn, Âge tendre et tête de bois : histoire des jeunes des années 1960, Paris, Hachette (...)

5La France agricole des années soixante n’échappe pas aux effets structurels de la révolution démographique et économique5. La baisse de la population active agricole n’empêche pas les tensions de s’accroître entre les générations, tant sur le plan de la formation que de la revendication de nouvelles conditions d’existence. D’un point de vue professionnel, cela passe par le processus d’autonomisation du Centre national des jeunes agriculteurs (CNJA), qui prend ses distances par rapport à la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), à la fin des années 1950. Structurellement, l’accélération de l’exode rural qui « envoie » de nombreux fils d’agriculteurs ou de viticulteurs dans les villes favorise les contacts et l’émergence d’une « contre culture » commune qui trouve à s’épanouir dans les mouvements contestataires.

6Ce processus d’émancipation de la jeunesse s’est très largement nourri, dans les années cinquante, de la dynamique impulsée par les organisations de jeunesses et notamment la Jeunesse agricole catholique (JAC), dans les régions de l’Ouest et du Lyonnais, offrant un espace de socialisation, d’échange et de reconnaissance sociale, à une jeunesse rurale encore très largement exclue du système de l’enseignement secondaire. Un processus dont le ressort n’est pas seulement confessionnel, mais plus large, comme en témoigne la similitude avec la mobilisation de la jeunesse dans les régions viticoles du Midi, où l’influence de la JAC est bien moindre. Il s’agit donc d’un processus plus nettement structurel de montée en puissance d’une nouvelle classe d’âge sur la scène économique et sociale.

7Cette irruption de la jeunesse est sensible dans le cadre des mobilisations protestataires du début de la Ve République. La première phase d’agitation, entre 1953 et 1958, où se côtoient des protestations multiformes, afin d’obtenir la fixation de prix garantis indexés sur l’inflation par les décrets Laborde, ne mobilise pas particulièrement la jeunesse, mais l’ensemble de la profession, dans des actions à la fois innovantes, comme les barrages routiers, mais aussi plus classiques, comme les grands meetings de protestation, devant les préfectures ou les bâtiments officiels. À la fin des années cinquante, la mobilisation est relancée suite à l’inflexion politique donnée par le nouveau régime en matière de politique agricole : la suppression des prix garantis est d’autant plus mal acceptée que le développement économique et les réformes structurelles prônées par les pouvoirs publics provoquent de fréquentes tensions sectorielles. Les actions se multiplient et prennent des formes nouvelles, souvent plus radicales, où les jeunes agriculteurs tiennent une place déterminante.

Un impact décisif dans la radicalisation

8Dans l’Ouest, en 1961 et 1962, les actions les plus spectaculaires et les plus violentes sont conduites par les jeunes agriculteurs, à l’image du vol et de la destruction d’urnes électorales ou la « prise » de la sous-préfecture de Morlaix, en 1961, où s’illustre Alexis Gourvennec, âgé alors de 25 ans et qui s’impose comme une des figures emblématiques de la contestation paysanne. Dans les actions menées contre les « cumulards », en particulier lors du vote de la loi complémentaire en août 1962, les sections de jeunes agriculteurs sont particulièrement actives, face à une FNSEA moins prompte à s’en prendre à la propriété privée. Cela provoque parfois des tensions, comme dans l’Aveyron, où Marcel Bruel parvient néanmoins à contrôler ses « troupes » selon le rapport du préfet :

  • 6 CAC, 19770128 art. 52, rapport du préfet de l’Aveyron au ministre de l’Intérieur, 9 août 1962.

« La manifestation de Rodez, dont l’organisation a été tenue clandestine et s’est opérée pour la première fois suivant un plan très étudié, a été préférée en toute dernière heure aux opérations de commando préconisées par le Cercle des jeunes agriculteurs, attestant ainsi le prestige de M. Marcel Bruel qui a réussi à imposer ses vues à ses troupes les plus turbulentes6. »

9Le Midi viticole connaît un processus identique, à l’image du développement des Comités d’action viticole, dont l’activisme éclate au grand jour à partir de 1961, lors d’opérations particulièrement violentes, à la fois de sabotages de voies ferrées ou de poteaux télégraphiques, de représailles contre les négociants mais aussi d’affrontements avec les forces de l’ordre, radicalisation dans laquelle la responsabilité des jeunes viticulteurs est clairement établie. Tel est le cas dans l’Hérault, le 5 décembre 1963 :

  • 7 CAC, 19770128 art. 58, rapport du préfet de l’Hérault au ministre de l’Intérieur, 6 décembre 1963.

« La participation des viticulteurs à ces rassemblements et manifestations a été relativement importante mais en général, leur attitude a été calme et exempte de violence, sauf aux endroits où la responsabilité était confiée à des membres des jeunes viticulteurs, et où ceux-ci étaient nombreux ; c’est le cas du carrefour de Cartels, du barrage de Nissan et de celui de Vendargues7. »

10De nombreux rapports – et pas seulement dans le Midi – témoignent du caractère incontrôlable de l’action de la jeunesse :

  • 8 Ibid., 8 décembre 1963.

« Ces diverses raisons aboutissent chez ces jeunes à créer une attitude ou un état d’esprit qui n’est pas sans rappeler certaines formes de poujadisme et qui se caractérise par un refus global, la disparition de tout respect des valeurs traditionnelles et le recours délibéré à des solutions violentes8. »

11La manifestation du 12 novembre 1963 à Montpellier illustre bien l’insertion de la paysannerie dans un registre protestataire nouveau. Suite à la manifestation « corporative », organisée par les organisations syndicales, en périphérie de la ville, un groupe d’environ 300 jeunes investit le centre-ville et affronte pendant plusieurs heures les forces de l’ordre. Parmi eux, de nombreux étudiants :

  • 9 Ibid., 13 novembre 1963.

« Mais c’est à ce moment que des éléments étrangers à la viticulture, constitués surtout par des jeunes gens et des étudiants membres ou sympathisants de la Fédération des étudiants nationalistes, ont essayé d’exploiter la situation et ont pris à partie les gendarmes mobiles par jets de pierres et autres objets. Alors que le contact à cet endroit entre le service d’ordre et les viticulteurs s’est borné à quelques bousculades et invectives, l’affrontement avec les quelque 300 jeunes a nécessité plusieurs interventions et s’est prolongé jusqu’à 18 h 30 environ autour de la place de la Comédie9. »

12La responsabilité effective des jeunes viticulteurs dans ce type d’action est loin d’être totale, comme en témoignent les 12 arrestations opérées, où dominent les étudiants. Toutefois, les discours des autorités visant à faire endosser les dérives à la seule action des étudiants nationalistes contraste avec les discours précédents s’inquiétant de la radicalisation de la jeunesse viticole.

La permanence des actions revendicatives et violentes

13Loin d’être un épiphénomène, lié à une conjoncture sociale et politique spécifique, la radicalisation des actions menées par les jeunes agriculteurs se prolonge dans les années ultérieures. Ainsi, en 1966, à Morlaix, dans le cadre d’une manifestation des producteurs avicoles, et après l’échec d’une rencontre avec le sous-préfet, l’Hôtel de Ville est investi par des manifestants et de nombreuses dégradations sont commises :

« Une vingtaine d’individus armés de gourdins ont défoncé la porte de l’Hôtel de Ville et se sont répandus dans les bureaux qu’ils ont mis à sac. Ils ont tenté de pénétrer dans les locaux du Commissariat de Police qui occupe l’aile droite de l’Hôtel de Ville, par un couloir communiquant avec le hall central de la mairie. Ils ont été repoussés à l’aide de grenades lacrymogènes. Dans le même temps, d’autres manifestants ont retourné le véhicule de la police et y ont mis le feu. »

14Selon les autorités, ce déchaînement de la violence ressort d’un plan largement concerté :

  • 10 CAC, 19800349 art. 24], rapport du procureur général de Rennes au ministre de la Justice, 22 décem (...)

« La plupart des manifestants qui se sont lancés à l’assaut de l’Hôtel de Ville étaient suivant des renseignements émanant de la gendarmerie, de jeunes aviculteurs qui étaient visiblement organisés en commandos et obéissaient à des mots d’ordre. Ils avaient été recrutés principalement dans le Morbihan pour éviter leur identification. Des dégâts matériels importants ont été enregistrés. […] Cette manifestation a été précédée et suivie d’autres faits qui montrent l’intention des aviculteurs de poursuivre par la violence leur mouvement revendicatif10. »

15Quelques mois plus tard, le 26 juin 1967, une manifestation organisée à Redon par la FDSEA et dont le « service d’ordre » est assuré par les membres du CDJA, est suivie d’un déchaînement de violence qui surprend les autorités :

  • 11 CAC, 19800350 art. 15, rapport du procureur général de Rennes au ministre de la Justice, 1er juill (...)

« Il n’est pas possible de déterminer exactement les motifs qui ont conduit les manifestants à se livrer à des actes de violence : il n’apparaît pas qu’ils y aient été poussés par les organisateurs. D’ailleurs, les interventions qu’ils firent pour essayer de rétablir l’ordre et le calme demeurèrent vaines, car ils avaient perdu tout contrôle et toute autorité. Mais il a été observé qu’un certain nombre de manifestants se trouvaient pris de boisson et fort surexcités : l’état de ces manifestants pourrait donc expliquer les violences constatées et l’entraînement des autres11. »

16Enfin, la fin de l’année 1967 est marquée par une nouvelle flambée de violences et de manifestations paysannes, dans l’Ouest, mais aussi dans le Sud-ouest, où la situation des petits exploitants reste fragile et où les inquiétudes ne cessent de croître face à l’évolution de la politique agricole commune. Là encore, l’action des jeunes est souvent novatrice, comme dans les Hautes-Pyrénées, en octobre 1967, où court la rumeur d’un enlèvement du préfet. La virulence des modes d’action choisies par les agriculteurs n’est pas sans inquiéter les autorités, comme le confirment les propos du procureur de la République d’Angers qui craint la contagion du radicalisme paysan :

  • 12 CAC, 19800350 art. 19, Action publique, rapport du procureur de la République d’Angers, 9 novembre (...)

« Enfin, les manifestations paysannes du 2 octobre n’ont pas manqué d’impressionner fortement les travailleurs de l’industrie et de la métallurgie du Mans. Ces manifestations ont trouvé chez eux, et notamment à la Régie nationale Renault une raisonnance [sic] d’autant plus grande que beaucoup sont d’origines rurales et que leurs parents proches ou lointains sont des cultivateurs. Il s’est ainsi créé une sorte d’émulation qui a conduit les ouvriers à se montrer dans l’action aussi vigoureux et décidés que s’étaient montrés les paysans12. »

Mai 68 et la France agricole : brève rencontre

1968 : une mobilisation affaiblie

17L’effervescence sensible à la fin de 1967 ne s’amplifie pas l’année suivante : 1968 apparaît comme une année « normale » en matière d’agitation agricole, et plus encore relativement « autonome » par rapport aux événements du printemps 1968. Il y a bien quelques échos au malaise social ambiant, comme cette manifestation à Fougère (Ille-et-Vilaine) le 26 janvier, par les syndicats ouvriers et agricoles : « Cette manifestation avait pour objet d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur le chômage provoqué par la suppression d’un certain nombre d’emplois, elle-même due à la fermeture de certains établissements industriels ou la réduction de personnel. »

18Après l’entrevue des délégations avec le sous-préfet, des violences sont commises par les manifestants :

  • 13 CAC, 19800351 art. 4, Action publique, rapport du procureur général de Rennes au GDS, 1er février (...)

« À la fin de la matinée, vers 12 h 30, les manifestants se dispersèrent, mais à 15 h, deux cent jeunes manifestants environ, attaquèrent à nouveau les grilles de la sous-préfecture, qu’ils mirent à bas, après avoir scié les gonds ; ils furent dispersés après sommations. Vers 17 h, un nouvel attroupement de 150 manifestants tenta d’approcher la sous-préfecture ; des œufs et des pierres furent lancés sur le service d’ordre. Un adjudant de gendarmerie fut blessé à la main droite ; des grenades lacrymogènes furent jetées pour dégager les lieux13. »

  • 14 France Forum, février 1968.

19Au début de l’année 1968, si la France semble s’ennuyer, c’est pour certains observateurs du côté agricole que peut renaître l’agitation sociale, comme le constate L’Express qui consacre, le 1er avril 1968, un article au « drame paysan », tandis que dans France Forum, Lucien Douroux se penche sur « le temps des révoltes14 ».

20Pourtant, le calendrier des mobilisations initié par la FNSEA doit tenir compte des nouvelles contraintes de la négociation à l’échelle européenne, qui semble pleine d’incertitude et surtout des hésitations quant à la riposte à mettre en œuvre. On redoute, du côté des dirigeants, les effets d’une « action directe » qui ne ferait que renforcer les fédérations régionales les plus contestataires, dans l’Ouest et dans le Midi. Tel est le sentiment qui ressort d’une réunion du conseil d’administration de la FNSEA, le 18 avril 1968 :

  • 15 CAC, 19820599 art. 39, Renseignements généraux, bulletin quotidien du 19 avril 1968.

« Devant cette situation, le bureau de la FNSEA, qui redoute encore une fois des manifestations sporadiques et la cessation de fait de certaines régions, a décidé de convoquer son conseil national pour le 17 mai15. »

  • 16 Ibidem, 22 mai 1968.
  • 17 Le cas le plus abouti est incontestablement celui de la Bretagne, analysé dans ce volume par Chris (...)

21À cette date, le contexte a radicalement changé, et les dirigeants agricoles ne souhaitent nullement cautionner l’évolution du mouvement en cours, en particulier à l’occasion de la préparation de la journée nationale du 24 mai. C’est ce qui fait dire aux Renseignements généraux que « la manifestation de vendredi devrait se dérouler dans le calme, car la grande masse des paysans veut se tenir en dehors des mouvements en cours, et n’approuve pas la tournure politique prise par les événements16 ». Ce jugement, qui se vérifie à l’échelle nationale, n’empêche pas, en de nombreux endroits17, les manifestations de solidarité avec les mobilisations qui s’opèrent sur l’ensemble du territoire.

Des mouvements ponctuels de solidarité

22De fait, la fin du mois de mai et la mobilisation ouvrière dans tous le pays rencontre nécessairement des échos dans le monde rural. Un certain nombre de manifestations « unitaires » sont organisées à la fin du mois de mai 1968, en particulier le 24 mai, dans le Sud-Ouest, à Limoges, à Cahors, mais aussi et surtout dans l’Ouest, où la solidarité entre paysans et ouvriers est une pratique ancienne. À Caen, un reportage diffuse des images de distribution de lait aux grévistes par les jeunes agriculteurs, le 27 mai.

  • 18 CAC, 19820599 art. 40, Renseignements généraux, actualité sociale, bulletin quotidien du 6 mai 196 (...)

23La journée du 24 mai est aussi l’occasion de voir se mêler, dans les cortèges de manifestants, des représentants de la paysannerie, qui affirment ainsi leur solidarité avec le mouvement. L’existence de liens antérieurement tissés entre les différents acteurs du mouvement social explique la convergence des luttes. Ainsi, dans le Lot, où de nombreux barrages sont dressés lors de la journée du 24 mai, la mobilisation a été précédée, lors de la tenue du congrès de la FDSEA à Gourdon, le 5 mai 1968, d’une rencontre entre des dirigeants syndicaux et Bernard Lambert, secrétaire de la FRSEA de l’Ouest qui a « lancé un appel pour une action concertée des paysans, ouvriers, enseignants et étudiants des régions européennes qui refusent de mourir sans avoir combattu pour leur survie18 ».

  • 19 INA, manifestations paysannes dans le Gers, 24 mai 1968.

24Ces manifestations sont l’occasion de voir se mêler les répertoires contestataires des différentes professions, en particulier les barrages routiers, qui, dans le Sud-Ouest, sont, depuis 1953, l’un des marqueurs forts de l’identité de la paysannerie. C’est ainsi que dans le Gers19, les routes sont barrées par des arbres abattus, des pneus ou des obstacles divers, tandis que des tracts sont distribués aux automobilistes. Puis les agriculteurs participent à la manifestation, au sein du cortège interprofessionnel, défendant tout à la fois des slogans « traditionnels », sur les prix agricoles, mais aussi des aspects plus politiques, comme l’illustre cette banderole, brandie au bout de fourches et qui provoque l’intervention des forces de l’ordre.

25Cette porosité des répertoires s’observe également par la participation de représentants paysans à des pratiques plus ouvrières, comme dans ce reportage non localisé mettant en scène des agriculteurs réunis par le « comité de grève », au sein de la bourse du travail d’une localité du Sud-Ouest.

26L’exemplarité de la contestation étudiante est également invoquée par certaines catégories d’agriculteurs, et en particulier les viticulteurs, dont on a évoqué l’importance dans la structuration du répertoire de la protestation paysanne, sous l’angle de la jeunesse et de la violence. Sous la houlette d’André Cases, le comité d’action des syndicats des vignerons de Carcassonne-Limoux diffuse un communiqué qui sonne comme un écho à l’efficacité du mouvement étudiant :

  • 20 CAC, 19820599 art. 40, bulletin quotidien du 14 mai 1968, nouvelle no 10.

« Nous venons de vivre les manifestations d’étudiants, manifestations de plus en plus violentes, jusqu’à la capitulation des autorités responsables. Par leur action et leur détermination, ces mêmes étudiants, que l’on a qualifiés au début “d’extrémistes” sont aujourd’hui “compris” et ces mêmes autorités qui ont essayé de les dissuader à tout jamais de protester en employant contre eux le dialogue de la matraque et des grenades admettent maintenant qu’il y a eu un problème grave20. »

27Un mouvement qui conserve son autonomie : « les manifestations paysannes d’aujourd’hui ne diffèrent pas de leurs devancières »

  • 21 INA, manifestation à Besançon, le 24 mai 1968.

28En dépit de ces espaces ponctuels de rapprochement, il est certain que le mouvement paysan conserve une réelle autonomie, comme l’illustre la manifestation qui se déroule dans le département du Doubs, le 24 mai 1968. Prévue depuis plusieurs semaines afin de protester contre les choix opérés à Bruxelles en matière de prix du lait, cette manifestation prend une ampleur nouvelle en raison du contexte21. D’abord, la manifestation, initialement voulue par les seuls membres du CNJA reçoit finalement le soutien de la fédération départementale. Elle s’efforce ensuite de se rattacher, mais de manière assez confuse, au contexte national :

  • 22 Ibidem.

« – M. Bouvresse, pourquoi sont-ils réunis ?
– Eh bien, il semblerait qu’il ne soit pas nécessaire de l’expliquer. Voici assez longtemps que même par la télévision et par les agriculteurs, on a situé le revenu des agriculteurs et que dans la situation actuelle ils ne peuvent plus rester en dehors du contexte actuel des manifestations parce que ils sont complètement en arrière comme prix et comme revenus.
– Alors cette manifestation, je crois, était prévue depuis très longtemps.
– Cette manifestation était prévue bien avant les grèves actuelles puisqu’elle, puisqu’on avait déjà pratiquement annoncé au congrès du 13 mai ici en disant qu’il y aurait des mesures de prises le 17 et même le 10 à Paris elles étaient déjà prises. Ça se trouve dans un contexte général que nous prévoyions, parce que dans la situation actuelle, ce contexte général devait arriver vu nos prévisions22. »

29Mais la logique « agricole » reprend le dessus, puisque, à l’issue de ce défilé dans les rues de Besançon, une délégation est reçue à la préfecture, selon le mode de la manifestation paysanne « apaisée » et consensuelle, bien loin du contexte quasi révolutionnaire de la France de mai 1968.

30Et de manière significative, les producteurs de lait de la région et notamment les jeunes du CDJA, face à l’échec de la manière « douce », entreprendront une action d’éclat en septembre 1968, en envahissant la préfecture en pleine nuit.

31Dans les semaines qui suivent, d’autres opérations se déroulent, mais de manière nettement plus autonome, rejoignant le calendrier des crises sectorielles. Au début du mois de juin, les producteurs de fruits et légumes et en particulier les producteurs de pêches organisent des barrages contre les camions espagnols chargés de fruits. D’autres actions spécifiques sont organisées, comme le 31 mai 1968, à Blaye :

  • 23 CAC, 19800351 art. 13], 68-981 – Manifestation de paysans à Blayes, devant la perception, 31 mai 1 (...)

« Vers 10 h, le cortège se rendait dans l’ordre à la sous-préfecture où une délégation était reçue. Ensuite, les manifestants se regroupaient sur la place de la poste, à 10 h 55, ou un orateur prenait la parole. À 11 h 10, au moment de la dislocation, un groupe évalué à une trentaine de manifestants se précipitait rue Saint Sauveur, à proximité de la Poste et se rendait devant les locaux des contributions directes. Après s’être emparé d’un marteau, d’un burin et d’un élément d’échafaudage métallique sur un chantier en cours, situé à proximité, des manifestants ont fracassé la porte d’entrée des contributions directes et ont pénétré dans les locaux, jetant à la rue, classeurs, bureaux, chaises, fauteuils et documents et tentant d’y mettre le feu. Quatre foyers d’incendies ont également été constatés à l’intérieur des locaux où de nombreux documents étaient épars et en partie brûlés23. »

32On est ici dans une manifestation « classique » de viticulteurs, peut-être radicalisée par le contexte politique, mais qui obéit à une logique parfaitement autonome.

  • 24 CAC, 19820599 art. 42, Renseignements généraux, bulletin quotidien du 5 juillet 1970.
  • 25 INA, Craponne, 25 mai 1968.

33Dans ces conditions, l’agitation paysanne durant les événements de Mai 1968 peut apparaître comme en partie déconnectée du contexte social et politique. Mieux encore, l’attitude réservée de la paysannerie cacherait une hostilité plus profonde : telle est la position affichée par la – très – conservatrice assemblée des présidents de chambres d’agriculture dont le président, M. Blondelle, « a déclaré que l’appui massif apporté par les ruraux à la majorité ne pouvait surprendre que les observateurs non avertis, qui ne connaissent pas la mentalité profonde des paysans et leur aversion pour le désordre24 ». Et les grèves en particuliers sont pointées du doigt comme mettant en danger le revenu paysan. Une prise de position qui fait écho, sur un mode plus léger, à un reportage des actualités régionales de la région lyonnaise montrant les citadins allant se ravitailler en pommes de terre chez un paysan, à Craponne, au lendemain de la grande journée nationale de manifestation25… remise à goût du jour d’un autre stéréotype…

Craponne, 25 mai 1968.

Une postérité en débat : renaissance de la gauche paysanne et convergence des thématiques

Les luttes paysannes, une autonomie maintenue

34Une fois retombée la fièvre de mai 1968, l’agitation paysanne se poursuit de manière autonome. Nous l’avons évoqué, l’année 1968 apparaît plutôt comme une année en demi-teinte dans la mobilisation paysanne, et la rentrée de septembre, contrairement aux inquiétudes des Renseignements généraux, ne débouche pas sur une reprise générale du conflit, ce qui est certainement favorisé par la prudence de la direction de la FNSEA qui ne souhaite pas jouer les trublions et surtout craint de perdre le contrôle d’une partie de ses troupes dans les régions contestataires. Mais les raisons profondes du mécontentement demeurent, et en particulier la mise en place du marché commun :

  • 26 CAC, 19820599 art. 89, Renseignements généraux, bulletin mensuel, septembre 1968.

« En effet, seul le secteur des céréales, dans les régions de grande culture, bénéficie largement du marché commun, et paraît capable de supporter l’augmentation des coûts consécutifs aux accords de Grenelle et de Varenne. Dans les autres secteurs, notamment celui de l’élevage (viande et produits laitiers), les prochains mois seront difficiles : la crise est permanente en raison de la surproduction et elle frappe particulièrement les régions déjà en difficulté de l’Ouest, du Centre, du Sud-Ouest et du Massif central. Elle paraît, pour l’instant, sans issue et c’est du gouvernement que les paysans attendent une aide directe26. »

35Ainsi l’année 1969, après des agitations sporadiques et localisées, est marquée par une nouvelle phase de mobilisation, en novembre 1969, dans de très nombreux départements. Celle-ci s’opère de manière relativement « traditionnelle », entre barrages, manifestations et opérations coup-de-poing contre les symboles de l’État, à l’image de la « séquestration » provisoire du ministre Olivier Guichard. Et il en sera de même dans les années ultérieures, dans le sens d’une intensification de la mobilisation paysanne et sans que l’on puisse percevoir de véritable infléchissement lié à l’impact de Mai 1968, tout au moins sur le plan des pratiques, la paysannerie disposant déjà d’un vaste répertoire protestataire. D’un point de vue idéologique, cependant, l’impact de Mai 1968 n’est pas négligeable, pour une fraction de la gauche paysanne tout au moins.

Les illusions du « travail à la campagne »

36Il serait toutefois excessif de conclure à une étanchéité absolue entre les villes et les campagnes. Comme nous l’avons vu, un certain nombre d’actions de solidarité sont mises en place, notamment lors des grèves de mai-juin 1968. Mais, au début des années soixante-dix, l’extrême gauche s’intéresse de manière nouvelle à la campagne, en particulier chez les maoïstes :

« Durant les mois de juillet et août 1970, des éléments maoïstes s’embauchèrent comme stagiaires dans certaines exploitations agricoles des départements de la Mayenne, de la Sarthe et du Morbihan. Si cette première tentative n’avait pas abouti à une véritable implantation de l’extrême-gauche prolétarienne dans les milieux paysans, elle avait cependant permis aux militants maoïstes de prendre contact avec des dirigeants des CDJA, membres ou sympathisants du PSU. […] Les militants seront répartis en “équipes” de 4 à 6 personnes. Certains groupes se feront embaucher chez des agriculteurs et partageront totalement leur vie quotidienne durant trois semaines ou un mois. D’autres “équipes” seront mobiles et se déplaceront dans les départements agricoles avec du matériel de propagande (magnétophones, affiches, tracts, ronéo portative. En dépit de l’absence de résultats, les militants ne se découragent pas et de nouvelles opérations sont prévues durant l’été 1971. »

37Si l’on en croit les Renseignements généraux, le choix des zones de prospection repose sur l’appréciation des mobilisations antérieures :

« L’action de l’ex-gauche prolétarienne en direction des paysans vise plus principalement les départements de l’Ouest (Morbihan, Mayenne, Loire-Atlantique, Finistère), de la région Languedoc-Roussillon et du Sud-Ouest. Ces secteurs ont été choisis par les dirigeants maoïstes en raison des mouvements revendicatifs, parfois accompagnés d’action violente ou de heurts avec le service d’ordre, qui s’y sont déjà développés. »

  • 27 Yannick Drouet, Jean-Philippe Martin, « Les maoïstes et les Paysans-Travailleurs (fin des années 1 (...)

38En ce domaine, incontestablement, il existe des facteurs « objectifs » de convergence et la perspective de luttes communes27. Toutefois, comme le reconnaît l’auteur de la note, il existe quelques obstacles au succès d’une telle stratégie :

  • 28 CAC, 19910194 art. 13, manifestations d’agriculteurs (1969-1971), note des RG du 3 juillet 1971.

« L’écueil demeure toutefois dans la présentation beaucoup trop doctrinale des thèmes ainsi développés par les intellectuels marqués par la dialectique et le vocabulaire maoïstes. Même compte tenu de ce handicap, les prochinois tiennent cependant pour utiles et profitables à long terme les contacts avec les exploitants ruraux28. »

Un coup d’accélérateur à la gauche paysanne ?

39Si les initiatives de l’extrême gauche ne sont pas couronnées de succès, l’impact de Mai 1968 sur les stratégies paysannes est également sensible.

  • 29 Bernard Lambert, Les paysans dans la lutte des classes, Paris, Le Seuil, 1970.

40Par la maturation d’un certain nombre de concepts politiques chez les dirigeants de la gauche paysanne, qui vont accélérer le processus de rupture avec le discours dominant de la FNSEA. En 1970, Bernard Lambert rédige son livre manifeste, Les paysans dans la lutte des classes, à partir duquel il s’efforce de proposer une alternative au syndicalisme dominant29. Ces thèses manquent, à deux reprises, de faire basculer le CNJA dans l’opposition à la majorité de la FNSEA, aux congrès de 1970 et de 1971.

  • 30 Sur ce basculement, on peut lire le témoignage de Bernard Lambert, recueilli en 1981, Bernard Lamb (...)

41Ces échecs aboutissent à la mise en place des groupements de paysans travailleurs qui vont s’engager dans de nouveaux combats, dénonçant avec toujours plus de vigueur l’impasse économique et sociale que représente la transformation capitaliste30. Ils participent aux actions professionnelles, dans le cadre de la guerre du lait (1972), mais investissent des thèmes plus politiques, en se trouvant au cœur de la lutte pour la défense du Larzac, puis dans la conduite d’un certain nombre de manifestations de protestation, plus directement centrées que la question de la possession de la terre ou de la dénonciation des intermédiaires. Pour le Larzac, en particulier la convergence est très forte avec les thématiques de Mai 1968, même si, l’un des paradoxes repose peut-être dans le choix d’une action non violente.

*

42La confrontation entre Mai 68 et le monde agricole est ainsi loin d’être un simple exercice de style, puisqu’en se tenant aux seules formes de la protestation, on observe, avant, comme après 1968, des fortes similitudes entre les villes et les campagnes, et plus exactement entre les manifestations paysannes – notamment celles où les jeunes agriculteurs occupent une place dominante – et les manifestations étudiantes, en particulier dans le recours à la violence et la recherche de l’affrontement avec les forces de l’ordre. Cette radicalisation illustre les frustrations communes des nouvelles générations, face à l’impact des transformations sociales et des luttes communes qui apparaissent dès le début des années soixante.

43Cette convergence ne doit cependant pas être surestimée. D’abord parce que la contestation du modèle productiviste dans le syndicalisme agricole reste minoritaire et ne parvient à peser, ni sur l’orientation de la ligne syndicale et encore moins sur l’orientation de la politique agricole nationale. Mais aussi parce que l’usage de la violence dans la manifestation agricole se perpétue et demeure un facteur identitaire fort, alors qu’il tend à s’atténuer chez les étudiants et dans les mouvements gauchistes, soumis, il est vrai, à une répression beaucoup plus virulente.

Notas

1 Centre des archives contemporaines (CAC), 19820599 art 42 – Bulletin périodique d’information sur la situation politique, économique et sociale, « La crise sur le marché de la pêche », 12 juillet 1968.

2 Michelle Zancarini-Fournel, Le moment 68, une histoire contestée, Paris, Le Seuil, 2008, 313 p.

3 Yvan Bruneau, « Quand des paysans deviennent “soixante-huitards” », dans Bernard Pudal, Boris Gobille, Frédérique Matonti, Dominique Damamme (dir.), Mai-juin 1968, Paris, Éditions de l’Atelier, 2008, p. 344-356.

4 C’est l’occasion de remercier les responsables de l’INA Centre-Est (Lyon) qui m’ont permis de travailler avec profit sur les fonds audiovisuels des manifestations agricoles des années soixante, et autorisé la reproduction des images qui figurent dans cet article.

5 Anne-Marie Sohn, Âge tendre et tête de bois : histoire des jeunes des années 1960, Paris, Hachette, 2001, 430 p.

6 CAC, 19770128 art. 52, rapport du préfet de l’Aveyron au ministre de l’Intérieur, 9 août 1962.

7 CAC, 19770128 art. 58, rapport du préfet de l’Hérault au ministre de l’Intérieur, 6 décembre 1963.

8 Ibid., 8 décembre 1963.

9 Ibid., 13 novembre 1963.

10 CAC, 19800349 art. 24], rapport du procureur général de Rennes au ministre de la Justice, 22 décembre 1966.

11 CAC, 19800350 art. 15, rapport du procureur général de Rennes au ministre de la Justice, 1er juillet 1967.

12 CAC, 19800350 art. 19, Action publique, rapport du procureur de la République d’Angers, 9 novembre 1967.

13 CAC, 19800351 art. 4, Action publique, rapport du procureur général de Rennes au GDS, 1er février 1968.

14 France Forum, février 1968.

15 CAC, 19820599 art. 39, Renseignements généraux, bulletin quotidien du 19 avril 1968.

16 Ibidem, 22 mai 1968.

17 Le cas le plus abouti est incontestablement celui de la Bretagne, analysé dans ce volume par Christian Bougeard.

18 CAC, 19820599 art. 40, Renseignements généraux, actualité sociale, bulletin quotidien du 6 mai 1968.

19 INA, manifestations paysannes dans le Gers, 24 mai 1968.

20 CAC, 19820599 art. 40, bulletin quotidien du 14 mai 1968, nouvelle no 10.

21 INA, manifestation à Besançon, le 24 mai 1968.

22 Ibidem.

23 CAC, 19800351 art. 13], 68-981 – Manifestation de paysans à Blayes, devant la perception, 31 mai 1968.

24 CAC, 19820599 art. 42, Renseignements généraux, bulletin quotidien du 5 juillet 1970.

25 INA, Craponne, 25 mai 1968.

26 CAC, 19820599 art. 89, Renseignements généraux, bulletin mensuel, septembre 1968.

27 Yannick Drouet, Jean-Philippe Martin, « Les maoïstes et les Paysans-Travailleurs (fin des années 1960-1970) », Dissidence, no 9, 2010 (à paraître).

28 CAC, 19910194 art. 13, manifestations d’agriculteurs (1969-1971), note des RG du 3 juillet 1971.

29 Bernard Lambert, Les paysans dans la lutte des classes, Paris, Le Seuil, 1970.

30 Sur ce basculement, on peut lire le témoignage de Bernard Lambert, recueilli en 1981, Bernard Lambert, Françoise Bourquelot et Nicole Mathieu, « Paroles de Bernard Lambert : un paysan révolutionnaire », Strates [en ligne], numéro 4-1989 – Dossier : images réfléchies. Paroles d’un paysan révolutionnaire.

Índice de ilustraciones

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106890/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106890/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 166k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106890/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 148k
Leyenda Craponne, 25 mai 1968.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/106890/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 59k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540