Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À chacun son Mai ?

 | 
Gilles Morin
, 
Gilles Richard
, 
Gilles Vergnon
, 
et al.

Deuxième partie. Le Mai des métiers. Des militaires aux cheminots

D’une gare parisienne à l’autre, vues singulières sur Mai 68

Georges Ribeill

Texte intégral

  • 1 Jean Gacon et alii, Batailles du rail, Paris, Fédération CGT des cheminots/Messidor, 1986 (« Le gr (...)
  • 2 « La grève des cheminots de mai 1968. Entretien avec Daniel Moreau », Matériaux pour l’histoire de (...)
  • 3 CGT-IHS Cheminots, Les cahiers de l’Institut, no 34, spécial Mai 68, 2e trimestre 2008.
  • 4 Paul Cambioni, Francis Aghedu, Cheminots à Marseille. Notre journal de lutte en mai-juin 1968, IHD (...)
  • 5 Georges Ribeill, « SNCF : une grève dans la tradition de la corporation du rail », dans R. Mouriau (...)
  • 6 Christian Chevandier, Cheminots en grève, ou la construction d’une identité (1848-2001), Paris, Ma (...)
  • 7 Christine Fauré, Mai 68 en France, ou la révolte du citoyen disparu, Paris, Les Empêcheurs de pens (...)
  • 8 Mai 68. Histoire des événements, Le Seuil, 1988, p. 175.

1Le « Mai 68 des cheminots » a suscité de nombreuses publications d’origine syndicale, cégétiste principalement : histoire collective1, témoignages des dirigeants centraux2, et souvent entreprises collectives de commémorations, centrales3 ou régionales4, rassemblant des témoignages d’anciens grévistes. Deux contributions émanent d’historiens : successivement la nôtre5, puis celle de Christian Chevandier6 ; une troisième, bien plus récente, est celle de la sociologue Christine Fauré7 qui, consacrant plusieurs pages de son ouvrage général aux cheminots, pointe d’emblée un défaut propre aux travaux qui l’ont précédé : « La grève à la SNCF a été la colonne vertébrale de la grève nationale. Pourtant, dans leur majorité, les ouvrages généraux sur Mai 68 n’y ont accordé qu’une faible attention. » À l’exception toutefois, selon elle, du livre du journaliste Laurent Joffrin8, ainsi cité : « L’arrêt des trains, c’est l’arrêt du pays. Les entreprises ne seront plus livrées. Les voyages deviendront difficiles. Les grossistes seront étranglés et l’industrie asphyxiée… »

  • 9 Fédération CFDT, « Note d’information aux militants », no 13, 30 mai 1968, Archives K 43 (cité par (...)
  • 10 Op. cit., p. 115-116.

2Soulignant l’enjeu stratégique et politique de la grève des cheminots (« Avec la grève à la SNCF, la question de la survie de l’État était engagée »), elle suggère une possible reprise des chemins de fer manu militari (« Au moindre signe de débordement des grévistes, il aurait été fait appel à la réquisition et à l’armée »), scénario auquel d’ailleurs la fédération CFDT, citée, était ainsi préparée : « Pas d’affolement ni de provocations, s’il devait y avoir réquisition ou occupation des locaux par la police ou par l’armée, alertez la fédération », dicte-t-elle comme consigne à ses militants9. Évidemment, de l’analyse des archives syndicales consultées, elle relève « la méfiance à l’égard d’une euphorie révolutionnaire gauchiste, qui privilégierait les contacts horizontaux entre les personnes et les comités », avant de conclure son chapitre dédié aux cheminots par une lecture somme toute plutôt corporative de leur mouvement consensuel10 :

« L’appel commun du 25 mai des organisations syndicales de la SNCF ne demandait pas le renversement du gouvernement. Il se bornait à constater sa faillite et réclamait son remplacement par une union des partis politiques de gauche (PCF, FGDS, PSU) estimés plus proches des revendications de la classe ouvrière et “intimement liés aux organisations syndicales”, du propre aveu des signataires. »

  • 11 Son ouvrage suscitera un bref compte-rendu dans la très professionnelle et sérieuse Revue générale (...)

3En fait, Christine Fauré n’a guère développé ou illustré en quoi la grève des cheminots avait constitué selon elle « la colonne vertébrale de la grève nationale11 ».

  • 12 Aux élections des délégués indiciels, en 1967, la CGT recueille 67 % des voix à l’Exécution (loin (...)

4Notre propos rebondit pourtant sur cet attribut historique bien reconnu aux cheminots, celui d’être une corporation-clef dans les mouvements sociaux plus larges. Tout en tenant pour acquises nos premières interprétations corporatives, nous proposons une nouvelle lecture complémentaire des événements, focalisée sur la seule scène parisienne, foyer où, en France, toujours se nouent et dénouent les révolutions politiques ou sociales, avortées ou réussies. Notre attention s’est portée en effet sur l’importance qu’eurent certaines gares parisiennes comme lieux stratégiques inédits, points de rassemblements, départs ou terminus de défilés. De même, des séries de photos récemment exhumées, les souvenirs publiés d’anciens militants, la relecture aussi de certaines enquêtes journalistiques menées à chaud, nous ont incité à élaborer une interprétation renouvelée de ces diverses photos et nombreux témoignages, révélant le fort contraste de ce qui se joue entre l’endroit et l’envers de la gare : de ces vues et récits d’outre-gare, nous proposons en somme une lecture subliminale, un second sens qui prend forme et cohérence, sorte de fil rouge qui met en avant la puissante et influente Fédération CGT des cheminots, ses bastions parisiens plus précisément. Sous la houlette de cette très puissante fédération12 et de la Confédération dont le secrétaire général, Georges Séguy, émane, les gares occupées par les militants cégétistes auraient constitué un pion stratégique sur l’échiquier des mouvements étudiants, luttes sociales et antagonismes politiques qui s’affrontent sur la scène parisienne.

De l’arrêt des trains à la mise en grève générale

5Sur l’échelle de Richter des séismes sociaux qu’ont connus les chemins de fer français, la grande grève de 1968, du 17 mai au 6 juin, n’est certes pas la plus longue (mai 1920 détenant toujours le record), mais c’est bien la plus massive. Alors qu’en 1936, les cheminots n’avaient pas fait grève et donc pas rejoint le mouvement inédit d’occupation des usines, en Mai 68, le bouclage rapide des établissements de la SNCF par des piquets de grève a bien facilité l’arrêt total du travail, la fermeture des bureaux administratifs du personnel empêchant toute pesée distincte des grévistes « déclarés » et des agents condamnés à l’oisiveté chez eux…

  • 13 La veille, le licenciement de deux jeunes auxiliaires avait déclenché une grève illimitée au triag (...)
  • 14 Georges Séguy, Le mai de la CGT, Paris, Julliard, 1972, p. 38.
  • 15 Philippe Alexandre, L’Élysée en péril. Les coulisses de Mai 68, Paris, Fayard, 1969, p. 97-98.

6Lancée sans préavis le lundi 13 mai, à l’appel des fédérations CGT, CFDT et FO, la grève de solidarité contre la répression du mouvement des étudiants enregistre une participation très élevée à la SNCF, évaluée à 36 % ! Le vendredi suivant, le 17, la grande grève démarre dans la région parisienne depuis le dépôt d’Achères, nœud ferroviaire à la croisée de la ligne de banlieue la plus chargée et de la Grande Ceinture… : le drapeau rouge fixé sur le château d’eau donne le signal de la grève, vite répercuté dans tous les autres établissements ferroviaires de la région parisienne13. À la CGT, on n’ignore pas le rôle déterminant de la corporation du rail pour catalyser la mise en grève générale. Georges Séguy, à sa tête, n’a pas de mal à mobiliser ses anciens camarades : « Je téléphone à mes camarades cheminots. Le dépôt d’Achères entre en grève, on peut prévoir une extension rapide du mouvement, la température monte très vite […]. Je connais bien ma corporation. Dans un tel climat, le trafic sera entièrement stoppé avant 48 heures14. » Il en est de même à Matignon, comme le rappellera Georges Pompidou. L’ancien conseiller de Guy de Rothschild, dont trois générations d’ascendants avaient présidé la Compagnie du chemin de fer du Nord, est fort conscient du rôle traditionnel de « locomotive » que les cheminots ont souvent joué dans les grandes grèves historiques nationales ; ce qu’il rappellera plus tard au journaliste Philippe Alexandre : « Dès lors que la CGT se lançait dans la grève, il devenait évident, pour moi, que la SNCF serait le fer de lance du mouvement15. »

Des gares vidées

  • 16 Militant de Saint-Lazare, en 1998, Bernard David résume ainsi les innovations propres à chacun des (...)

7Le mouvement connaît des formes inédites, telle l’importance des piquets de grève assurant par roulement la fermeture des installations et bâtiments ferroviaires, bloquant ainsi toute tentative de reprise par l’encadrement16. En bouclant les établissements vidés de leur personnel à l’exception de quelques cadres dirigeants dotés de laissez-passer prudemment contingentés et soigneusement contrôlés, en assurant la garde permanente par la rotation en 3 x 8 d’équipes de volontaires, les grévistes ont affirmé et assuré une appropriation symbolique, responsable, de leur « outil de travail » technique et institutionnel, à la fois machinerie ferroviaire et service public. Au nom de la coutume « humanitaire » propre au service public ferroviaire, quelques convois exceptionnels sont autorisés, conduits par des grévistes. Des trains d’enfants, de pèlerins, de bétail ou autres marchandises périssables, seront préservés de la paralysie.

  • 17 Daniel Théron, « Le parti de la légitimité : une analyse de L’Humanité-Dimanche », Partisans, no 4 (...)

8Cette bonne garde de bâtiments vidés relève aussi d’un certain syndicalisme dans une posture plus défensive que révolutionnaire : nulle tentation de reprise autogestionnaire du rail, nulle visée de débordement politique par les partis de gauche, a fortiori de mains tendues aux mouvements gauchistes. Si bien que du point de vue de ces derniers, tant de ménagements trahissent clairement l’absence de toute volonté de subversion de la part de ces traditionnelles prétendues « forces révolutionnaires » de gauche ? Un gauchiste se livre à chaud à la critique féroce de L’Humanité-Dimanche du 26 mai17. À en croire le contenu du journal, « la tâche du Parti, celle de la CGT sont de poursuivre et de perpétuer l’ORDRE ». Ce qu’illustre à ses yeux une « CGT qui se préoccupe d’assurer à la population l’électricité, l’eau, le pain dont elle a besoin ». Et de citer les propos enthousiastes de L’Huma : « Non seulement la CGT s’en préoccupe, mais elle règle les questions à la différence d’un gouvernement dont les ministres se contentent de parler, à la différence d’un président de la République qui attend près de huit jours pour… ne rien dire. […] Simple détail, mais combien significatif : voilà les cheminots en grève de Saint-Lazare, prévenant un habitant de Normandie de venir chercher les petits chiens qu’on lui avait envoyés par le train et qui étaient “en souffrance” à la gare. » Initiative proprement époustouflante pour notre gauchiste : « On notera par quelle anecdote futile et pleurnicharde, on caractérise un mouvement d’émancipation de la classe ouvrière. Évidemment pas un mot sur Saint-Nazaire où de larges secteurs de l’économie sont passés sous le contrôle ouvrier ! »

9Faute d’occupation massive des lieux, il faut donc organiser diverses manières de tuer le temps entre les assemblées générales périodiquement convoquées, chaque matin sous les halles des grandes gares parisiennes. Le détournement du réseau de télétransmissions propre à la SNCF (postes téléphoniques et télex équipant notamment les permanences et les PC) permet de précieux échanges horizontaux et verticaux d’informations et d’instructions. Dans une ambiance bonhomme, extra muros, on joue aux cartes devant l’une des entrées gardées des ateliers du Mans, ou intra muros, on prépare les repas quotidiens, servis autour d’une grande table dressée sur le grand quai transversal de la gare Saint-Lazare : avec l’autorisation de la direction, on a puisé dans les réserves périssables des cantines, et les repas payés 3 francs, ce qui permettra de rembourser la SNCF.

Des gares défendues

  • 18 Alain Delale, Gilles Ragache, La France de 68, Paris, Le Seuil, 1978, p. 127.

10Outre l’empêchement de toute velléité de reprise du travail, la protection des sites stratégiques dont dépendent la circulation de trains et leur accès (gares, dépôts, PC et postes d’aiguillage) a une seconde fonction : elle doit les préserver de toute incursion extérieure, qu’il s’agisse de gauchistes ou de nervis d’extrême droite, scénarios peu probables tant l’on ne pénètre pas facilement et impunément dans la forteresse complexe du rail. Du moins, faut-il être paré contre toute provocation. Le 19 mai, des incidents sérieux opposent en effet des manifestants « nationalistes » venus provoquer les cheminots grévistes de Saint-Lazare18, attisant un souci de vigilance accru à l’égard de ce genre d’affrontement avec les groupements réactionnaires, ou des cadres de la SNCF mobilisés pour briser la grève. Et le 1er juin, le piquet de grève devant l’entrée de l’escalier de la tour de l’horloge de la gare de Lyon est confronté à un prétendu comité d’action civique.

  • 19 30 ans après Mai 68, les cheminots de Saint-Lazare se souviennent et témoignent, 1998, p. 42.

11Mesure préventive, les cheminots ont rapatrié sous la verrière de la gare de Lyon, les locomotives trop vulnérables du dépôt voisin du Charolais, exposées à une incursion de la rue voisine, comme à un sabotage malintentionné de l’intérieur. Les clés de traction et de frein ont été retirées des cabines de conduite et soigneusement enfermées dans un coffre de bureau. Évidemment, le symbolisme de la démarche est lourd : à la fois, la locomotive, c’est du matériel vulnérable et précieux ; mais c’est aussi l’instrument sans lequel toute reprise du trafic est vaine, comme celle de la reprise économique. Au sein de l’arsenal corporatif des luttes, la locomotive, qu’on l’arrête ou qu’on la remette en route, est le composant de l’outil de travail ferroviaire qui symbolise le mieux cette appropriation de la grève par les cheminots. La coupure des courants de traction dans les postes de commande des sous-stations, le verrouillage des postes d’aiguillage, toutes ces mesures redondantes renforcent ce contrôle absolu de l’outil de travail, réduit à l’arrêt. Puisant dans les ressources de la profession, un petit arsenal complémentaire défensif a été fourbi : matraques confectionnées à partir de gros câbles électriques, solides manches de bois ôtés des clés à éclisses, que complètent des bouteilles vides entassées dans des caisses… Plusieurs barrières d’obstacles, intra et extra muros, sont constituées commodément avec les chariots de gare renversés, entassés en barricades dérisoires, plus symboliques qu’efficaces, mais bien révélatrices des fantasmes d’assauts et d’affrontements menaçant, jaillis de la rue. Il n’y a même aucun risque de contamination idéologique venue de l’extérieur, comme l’atteste un fait survenu à Saint-Lazare19 : une délégation d’étudiants de l’école des Beaux-Arts est venue remettre au responsable CGT un lot de leurs affiches militantes ; sitôt le dos tourné, celui-ci s’empressera de balancer à la poubelle cette dangereuse propagande gauchiste, qu’un gréviste, plus avisé, s’empressera toutefois de récupérer à titre de souvenir…

Vendredi 24 mai, retranchés en gare de Lyon « aux avant-postes de la lutte nationale »…

  • 20 L’Élysée en péril. Les coulisses de mai 68, Paris, Fayard, 1969 ; rééd. 2008, p. 56-57.
  • 21 Georges Pompidou a expliqué cette stratégie, échouant et dégénérant en nuit d’émeute : « Les étudi (...)
  • 22 Jean Perrault, Mai 1968 en gare de Paris-Lyon, CGT-IHS Cheminots, 2005, p. 24-25.

12Comme l’a révélé le préfet de police Maurice Grimaud, la topographie réglementée des espaces et parcours accordés aux manifestations n’était pas anodine. S’agissant de la manifestation gauchiste UNEF, SNESup et PSU du vendredi 24 mai, elle fera « l’objet d’innombrables conciliabules entre la place de Beauvau, l’hôtel Matignon, le préfet de police et les étudiants », nous rappelle le journaliste Philippe Alexandre bien informé20. Voulant bloquer tout accès au Quartier latin, le ministre de l’Intérieur Fouchet ordonnera à Grimaud de consigner les étudiants de l’autre côté de la Seine : « Je ne veux pas d’une “grosse” manifestation. Vous laisserez aux étudiants tout ce qui est à l’est de la gare de Lyon21… » En début d’après-midi, des militants ont distribué des tracts aux alentours de la gare et annoncé aux responsables de Paris-Lyon leur ferme intention de « faire la révolution » ! Ce soir, « Paris brûlera » ! D’où la mobilisation défensive de la gare, fort bien narrée par Jean Perrault, secrétaire général du syndicat CGT de Paris-Sud-Est22 :

« Comme en gare, nous allons être en première ligne, je crains qu’une provocation éventuelle ne se retourne dans la gare contre les cheminots. […] Nous avons donc, dans le courant de l’après-midi, fermé complètement les issues de la gare : nous nous sentions totalement responsables des installations ferroviaires, du matériel qui représentaient des sommes considérables et nous ne voulions pas qu’en utilisant de quelconques incidents, la police en profite pour investir la gare et occuper les locaux. Nous nous sentions, pour quelques heures, aux avant-postes de la lutte nationale que nous menions avec quelques millions de salariés. »

  • 23 François de Massot, « La grève générale. Mai-juin 1968 », supplément no 437 aux Informations ouvri (...)

13François de Massot, chroniqueur trotskyste de l’OCI, donnera des événements une narration intéressée, véritable épopée guerrière teintée de tragique23 : « À 19 heures, il y a beaucoup plus de 50 000 personnes rassemblées gare de Lyon, et ce ne sont pas que des étudiants. Les travailleurs – et pas seulement les jeunes – sont nombreux, comme les enseignants, à être là. Et parmi eux, beaucoup qui ont participé aux défilés cégétistes de l’après-midi. Un témoin signale que des membres du PCF brandissent leur carte… » La convergence espérée des mouvements étudiant et ouvrier, des forces syndicales et politiques, serait-elle donc sur le point de se concrétiser ?

« Cette puissante manifestation déborde l’espace disponible autour de la gare de Lyon. Elle s’avance vers la Bastille. De formidables barrages de police sont en place. Ils ont pour consigne d’arrêter la manifestation. Et alors qu’aucun incident n’a eu lieu, les forces de répression passent à l’attaque. Les manifestants se défendent avec courage […]. Les manifestants font preuve d’une extraordinaire combativité et leur résistance exaspère les forces de police dont la presse soulignera les actes sauvages de brutalité, l’acharnement contre les blessés, les prisonniers. »

14Vu depuis leur retranchement derrière les murs de la gare de Lyon par ses cheminots occupants, la scène va tourner au drame cornélien lorsqu’après la dissolution du cortège qui a reflué vers la gare, quelques gauchistes vont en découdre tard dans la soirée avec les CRS, ripostant à coup de grenades lacrymogènes. Acculés sur le parvis de la gare, sans échappatoire, le rapport de force tourne vite à leur désavantage. Mais ne peuvent-ils pas espérer pouvoir trouver refuge au sein de la gare ? Jean Perrault a témoigné de l’embarras de ses occupants :

« À l’intérieur de la gare, nous sommes quelques dizaines de grévistes (150 à 200 sans doute), plus ceux de permanence dans les chantiers éloignés (Bercy-Conflans). Nous n’avons pas de directives particulières sinon d’être vigilants et prudents. Seules restent les directives décidées dès le début de l’occupation des locaux : les grévistes sont seuls responsables de ce qui peut survenir dans les emprises de la SNCF. Cela est valable pour tous. […] Vers 22 h 30, quelques manifestants “frappent” à notre porte pour nous demander refuge. Situation difficile pour tous : fallait-il ouvrir au risque de voir à leur suite pénétrer les CRS dans la gare ? Nous n’ouvrîmes pas malgré l’avis de quelques camarades qui enrageaient – comme tous les présents – de voir des travailleurs ou des étudiants risquer de se faire matraquer. »

15La dispersion aura lieu vers 23 heures, sans incident majeur, et « c’est ainsi que se termina cette journée qui devait être un événement et qui ne fut qu’une péripétie », conclut J. Perrault, évoquant la prompte évacuation des remords manifestés : « Le lendemain et les jours suivants, la plupart des camarades [qui avaient été favorables à l’asile des manifestants] – dont les sentiments étaient très louables – finirent par nous approuver… »

Mercredi 29 mai, fin de partie en gare Saint-Lazare

  • 24 L’Humanité du 29 mai titre en pleine page : « L’exigence des travailleurs : Gouvernement populaire (...)

16Le lundi 27 mai, au stade Charléty, un meeting organisé par la CFDT, l’UNEF et le PSU rassemble 30 000 personnes devant lesquelles André Barjonet, démissionnaire de la CGT et du PC, annonce : « Aujourd’hui, la révolution est possible. » Cet « attroupement disparate, dominé par des groupes d’étudiants d’extrême gauche et des politiciens en vue tels que Mendès-France et Rocard, vociférait contre la CGT sous le slogan “Négociation-trahison”, et insultait ses dirigeants ». De quoi mobiliser une puissante riposte politique des communistes et de la CGT, inquiets face à cette ébauche d’une coalition de gauche concurrente. Le mercredi 29 mai après-midi, une marche est organisée de la Bastille à la gare Saint-Lazare, l’appel à un « gouvernement populaire » servant de mot d’ordre24. Le journal télévisé du soir a rendu compte ainsi de cette manifestation :

« À 14 h 15, à Paris, plusieurs milliers de personnes étaient rassemblées dans les rues et artères débouchant sur la place de la Bastille, répondant à l’appel de la CGT. En tête du cortège qui commençait à se former, se trouvaient de nombreuses personnalités parmi lesquelles Georges Séguy, secrétaire général de la CGT, Benoît Frachon, son président, M. Waldeck-Rochet, Mme Jeannette Vermeersch, membre du Comité central, M. Aragon et Mme Elsa Triolet. Sur les trottoirs, une foule de spectateurs parfois dense applaudissait çà et là à l’arrivée de la tête du cortège. À la République, une foule très dense avait attendu le cortège et une foule non moins importante emplissait les trottoirs des boulevards Bonne-Nouvelle et Saint-Martin. Selon une estimation de la police, le nombre des manifestants pouvait être évalué à cent mille ; les organisateurs l’estimaient à plusieurs fois ce chiffre [800 000]. En aucun point du parcours, le cortège ne rencontrait de forces de police. À 17 h 15, la tête de la manifestation parvenait à la gare Saint-Lazare. L’ordre de dislocation du cortège était donné. »

  • 25 Georges Séguy, Le mai de la CGT. Témoignage, Paris, Julliard, 1972, p. 136.
  • 26 Maurice Grimaud, En Mai, fais ce qu’il te plaît, Paris, Stock, 1977, p. 280.
  • 27 Ibid., p. 289.
  • 28 Parmi de nombreux dirigeants politiques partageant cette appréhension, citons Alain Peyrefitte : « (...)

17Cette impressionnante manifestation n’avait pas un but révolutionnaire, rappellera Séguy : simplement, « les ouvriers parisiens veulent faire entendre aux diviseurs de Charléty que rien ne saurait altérer la confiance qu’ils portent à la direction de la CGT », et qu’en capacité de mobilisation, « combien paraît dérisoire le petit rassemblement sectaire de Charléty25 ». Le préfet de police Maurice Grimaud n’en doute pas une seule minute : « Pour nous, l’événement important de la journée, c’est le défilé de la CGT qui doit débuter à 15 heures, place de la Bastille, et se dérouler jusqu’à Saint-Lazare. La police municipale a pris comme chaque fois contact avec les responsables de la centrale syndicale. Nous n’avons pas d’inquiétudes particulières pour cette manifestation d’un type très classique, et qui, avec l’organisation et la discipline cégétistes, devrait se dérouler sans incident26. » Toutefois, le départ imprévu et pour une destination inconnue de Charles de Gaulle en fin de matinée confère à ce mercredi après-midi une tonalité de suspense exceptionnelle. « Dans les entourages gouvernementaux, rôde la crainte de quelque coup préparé par le parti communiste ou par la CGT dont la manifestation va commencer dans quelques instants », rappelle Grimaud27. Selon certains, le pouvoir n’est plus « à prendre », il serait plutôt « à ramasser » tout de suite ; le nom de Mendès-France est même avancé à la CFDT… Pour d’autres, derrière la manifestation populaire, se trame un complot communiste pour la prise du pouvoir : ne se dirige-t-elle pas vers l’Hôtel-de-Ville, haut lieu des prises (ou reprises) du pouvoir politique en France (février 1848, septembre 1870, mars 1871, août 1944…), et ne pourrait-elle pas même pousser jusqu’à l’Élysée devenu vacant28

18Alors que les plus optimistes des observateurs estiment à 800 000 le nombre des manifestants, tous ont souligné le succès incontestable de cette mobilisation qui a attiré bien au-delà des troupes cégétistes et communistes ; y compris le lucide préfet Grimaud :

« La CGT mobilisa quelque cent mille participants, ce qui constitue une importante démonstration. Nous notons qu’il y a beaucoup de jeunes. C’est une surprise, car la centrale paraissait s’être coupée d’eux ces derniers temps. Mais à part ce fait, le rassemblement ne nous apprend rien de nouveau, sauf que cette fois, et contrairement à ce qui s’était passé les jours précédents, la CGT a fort bien organisé son affaire et fait la démonstration de puissance qu’elle souhaitait. Conformément aux engagements de ses responsables, nous n’avons aucune sorte d’incidents ni au cours du défilé ni lors de la dislocation. »

  • 29 François de Massot, op. cit., p. 205-206.

19Pour le trotskyste François de Massot, la manifestation reflète une « réalité contradictoire » politique : d’un côté, son succès résulte de l’ébauche d’un mouvement populaire amplifié, unifié, en marche vers la révolution ouvrière : « Les centaines de milliers de manifestants respectent le cadre fixé par la direction de la CGT et du PCF. Mais c’est leur volonté d’en finir avec ce régime d’exploitation et de misère qui s’exprime. Un fait le montre clairement. Plusieurs milliers d’étudiants, appelés par plusieurs sections syndicales de l’UNEF participent au défilé. De nombreux travailleurs se joignent à ce groupe mais surtout il est, pendant tout le parcours, acclamé avec enthousiasme. » Mais d’un autre côté, du fait de son double corset politique et syndical, la dislocation imposée en fin de partie n’a pu que nourrir une intense frustration : « Au terme du défilé, à la gare Saint-Lazare, les jeunes scandent “Gouvernement populaire”, mot d’ordre que reprennent les manifestants massés sur les trottoirs. Le service d’ordre central n’a d’autre solution pour “couvrir” ce cri qui monte et qui résume clairement la volonté de millions d’hommes, que de faire chanter L’Internationale29… »

  • 30 Jean-Claude Kerbourc’h (journaliste à Combat), Le piéton de mai, Paris, Julliard, 1968, p. 98-99.
  • 31 Ibid., p. 102-105.

20Revenons en arrière. Entre badauds et manifestants participant à ce long « fleuve rouge », les échanges sont bon enfant, évoque un journaliste attentif, « piéton de mai30 » : « Un spectateur dit : – Vous allez voir ; ils ont tellement envie de partir en vacances qu’ils vont remettre les trains en marche et s’en aller en Normandie. C’est pour ça qu’ils ont choisi Saint-Lazare. » Mais non pas : « À la gare Saint-Lazare, pas de chance : les manifestants ne peuvent pas s’en aller en vacances sur les plages normandes. Les grévistes accrochés aux grilles veillent, sourcilleuses sentinelles de la révolution en marche. Un groupe de cinéastes filme le piquet de grève, tandis qu’on entend, au micro, répéter à intervalles réguliers, ce sage conseil : “La manifestation est terminée. Nous vous remercions de votre participation31.” »

21Entre des cinéastes venus tourner une séquence d’un film très engagé sur la « Révolution française » en cours et deux cheminots grévistes sortis devant les grilles, les choses vont vite dégénérer, observe Kerbourc’h : « La Révolution est une chose sérieuse, laisse tomber froidement le cheminot. Ça ne s’improvise pas. Préparez des propositions claires. Et revenez nous voir… » À une autre porte de la gare, le même témoin assiste à une autre discussion entre un journaliste et des cheminots qui, elle aussi, tourne court : « Un membre du service d’ordre s’adresse aux grévistes : – On t’a dit de ne répondre à aucune question sans notre autorisation. – Mais ce camarade est journaliste. – Qu’est-ce que tu as noté dans ton carnet ? rugit le “policier” cégétiste. Fais voir ça ! – Ce n’est pas un article, ce sont des notes. C’est tout juste si je peux me relire moi-même. – Alors, fous le camp ! tu n’as rien à faire ici ! et fous ton article en l’air, ça vaudra mieux ! »

  • 32 30 ans après Mai 68, les cheminots de Saint-Lazare se souviennent et témoignent, 1998, p. 52.
  • 33 G. Séguy, Le mai de la CGT. Témoignage, Paris, Julliard, 1972, p. 137-138.

22Pourtant, derrière les murs d’enceinte de la gare et à l’abri des regards extérieurs, on entame une « troisième mi-temps » dans l’intimité corporative retrouvée, où l’état-major de la CGT et les hauts dirigeants du PCF, guidés par Georges Séguy, seront accueillis « sous les acclamations chaleureuses des grévistes, nombreux à essuyer une larme de joie32 », mais aussi flattés de leur faire découvrir le système défensif du bastion cheminot. Georges Séguy a décrit les délices de cette fin de partie33 :

« Nous arrivons gare Saint-Lazare où une réception est organisée en l’honneur du bureau confédéral par le comité de grève. Je retrouve mes camarades cheminots fiers de nous montrer leur installation dans la gare. Les bureaux les plus inaccessibles réservés à la direction sont utilisés pour les besoins de l’organisation de la lutte. Le siège du syndicat CGT est installé dans le bureau du chef de gare. Les lances d’incendie sont en batterie aux entrées les plus stratégiques ; elles sont là, à toutes fins utiles, y compris éventuellement pour refroidir certaines velléités gauchistes d’investir la gare, en quelque sorte des lances de dissuasion ! […] La réception se termine par un vin d’honneur au réfectoire des agents de train, dans une ambiance joyeuse et fraternelle avec quelques instants d’émotion dus aux manifestations d’affection dont notre camarade Benoît Frachon est entouré. »

  • 34 Georges Séguy, 30 ans après Mai 68…, « préface », p. 2.

23« Je garde encore une pointe d’émotion au souvenir de cette rencontre », se souvient Georges Séguy34, où, jeunes militants et vieux dirigeants se mêlant, « bien malin aurait été l’observateur capable de discerner dans cette assemblée fraternelle qui était dirigeant national ou militant de base ».

  • 35 Georges Séguy, Le mai de la CGT, op. cit., p. 137-138.

24Ce jour-là, cette importante manifestation constitue bien la « bissectrice » du mouvement de mai, en provoquant, côté communiste comme côté gaulliste, son basculement vers un scénario strictement politique, avec la perspective de prochaines élections législatives, l’aiguillage du mouvement social vers une issue politique, sa canalisation vers les urnes dans lesquelles chaque camp peut escompter trouver la victoire. Le défilé n’a donc pas été aiguillé ou détourné vers les sièges d’un pouvoir politique plus ou moins affaibli, voire vacant. « Ce n’est ni à l’Hôtel-de-Ville ni à l’Élysée que “l’état-major” de la CGT termine sa marche du 29 mai, comme on en avait fait subitement courir le bruit, mais à la gare Saint-Lazare parmi les cheminots en grève35 », soulignait en 1972 Georges Séguy, explicitant plus tard comment lui était venue l’idée de ce point de chute à Saint-Lazare :

  • 36 Les cheminots de Saint-Lazare se souviennent, 1998, « préface », p. 2-3.

« Lorsque la décision d’appeler les travailleurs à cette grande manifestation fut mise au point, j’avais dit à Benoît Frachon : “Et si nous en profitions pour rendre visite à nos camarades cheminots à Saint-Lazare ?” Sitôt dit, sitôt décidé, et c’est ainsi que le puissant cortège du 29 mai ne se termina ni à l’Hôtel-de-Ville, ni à l’Élysée, mais dans l’une des plus grandes gares de Paris qu’il n’était pas nécessaire de prendre d’assaut puisqu’elle était déjà occupée par les cheminots en grève, avec la direction de leur syndicat installée dans le bureau du chef de gare36. »

25Interviewé en 1988, André Argalon nous avait confirmé que l’itinéraire inaccoutumé de cette manifestation avait été conçu « de telle façon que la manifestation ne déborde pas : ce n’était pas un hasard si le défilé s’achevait à Saint-Lazare, ce bastion cheminot ». L’importante manifestation du 29 mai constitue en quelque sorte la domestication du grand mouvement social de mai, sa reprise en mains, par les politiques. Dans L’Humanité du 30 mai qui a titré sur pleine page « De la Bastille à Saint-Lazare, 800 000 manifestants, une seule volonté : gouvernement populaire ! », René Andrieu souligne que ce cortège « prendra rang parmi les grandes dates de l’histoire ouvrière qui est aussi l’histoire tout court » ; « ceux qui sont le nerf et le nombre étaient hier dans la rue pour signifier au pouvoir gaulliste qu’il faut qu’il s’en aille ; pour indiquer en même temps et très nettement par quoi ils entendent le remplacer ». Gare Saint-Lazare, pivot de l’histoire… Pourquoi pas ?

  • 37 30 ans après Mai 68.., op. cit., p. 54.

26Réplique ou riposte, le lendemain, jeudi 30 mai, c’est au tour des soutiens politiques de la contre-révolution de montrer leurs muscles. Le défilé de soutien au général de Gaulle, de la Concorde à l’Étoile, ira parader devant la gare Saint-Lazare pour un bras de fer symbolique… Où il faudra organiser promptement la « mobilisation générale des troupes », ameutées à son de trompe, le long des emprises ferroviaires, jusqu’à Cardinet, Clichy et Levallois37 : « Très vite, il y a beaucoup de grévistes dans la gare pour la défendre, et montrer au général ainsi qu’à ses sbires que les cheminots ne se laissent pas intimider par leurs manœuvres. » À 18 heures, les adversaires, motorisés pour la plupart, surgissent brandissant des drapeaux tricolores et hurlant des slogans anti-communistes et anti-cégétistes. « Parfois des groupes compacts se plantent devant les grilles graissées et boulonnées de la gare, et lancent des insultes aux grévistes impassibles qui les observent du haut des marches. Des “Fainéants”, “Trop payés”, “Sales cocos” fusent, parmi quelques grossièretés beaucoup plus vulgaires… »

  • 38 Lettres des 19 janvier et du 18 février 2010.

27Nous avons questionné Georges Séguy sur le choix de Saint-Lazare comme terminus de la manifestation du 29 mai, puis sur le terme « tenu secret » de son itinéraire. Voici ses deux réponses38 :

« Un mot sur les raisons du choix du parcours du 29 mai. Confrontés à plusieurs problèmes (manifestation PS-PSU-UNEF-CFDT projetée), accusés par les pouvoirs de fomenter un complot “révolutionnaire” du fait qu’après Grenelle, la grève continuait, j’ai pensé que pour rééquilibrer l’ensemble, le mieux était d’organiser notre propre rassemblement en traversant les quartiers populaires de Paris avec l’arrivée jusqu’au bout tenue secrète à Saint-Lazare, parmi les cheminots en grève. Le mot d’ordre principal “Gouvernement populaire” répondait à la fois aux calomnies de Charléty et au prétendu complot communiste de de Gaulle. »
« La manifestation avait été annoncée à la police de la République à l’Opéra : ce qui fut tenu secret concernait “l’escapade” du groupe de tête en fin de manif pour rendre une visite fraternelle à nos amis cheminots de Saint-Lazare.
J’ignorais le détour des manifestants du lendemain vers Saint-Lazare : si leur volonté était une “manière de riposte symbolique”, c’est que leur imagination était bien dérisoire. »

Vendredi 7 juin : pas de trains pour Flins

  • 39 Maurice Grimaud, op. cit., 1977, p. 303.
  • 40 Alain Delale et Gilles Ragache, op. cit., p. 148.
  • 41 Maurice Grimaud, op. cit., 1977, p. 303.
  • 42 Adrien Dansette, Mai 1968, Paris, Plon, 1971, p. 366.
  • 43 Sur son agenda de l’époque qu’il a récemment publié (Je ne suis pas né en mai 1968, Souvenirs et c (...)

28Après la signature d’un constat d’accord à l’issue d’une longue négociation, au petit matin du mardi 4 juin, les vains appels des organisations syndicales à la reprise, les votes majoritaires opposés et renouvelés les mercredi 5 puis jeudi 6 juin, c’est en fin de ce jeudi que les syndicats locaux imposent de reprendre le travail au nom de la « discipline ouvrière » et « pour ne pas s’opposer au reste de la France ». Le lendemain, c’est donc la reprise définitive et complète du travail à la SNCF, mais vendredi présente un autre enjeu décisif essentiel par sa portée symbolique et médiatique, la reprise possible d’un début de travail chez Renault, dans ses usines de Flins, à l’ouest de Paris. Le préfet des Yvelines a bon espoir d’entraîner les ouvriers qui le désirent à venir reprendre le travail ; pour protéger ceux-ci, à sa demande, on lui octroie donc un très fort service d’ordre. « Mais, relate le préfet de police Grimaud, les ouvriers ne viennent pas. En revanche, mille à quinze cents étudiants viennent de Paris se mêler aux grévistes et se bagarrer avec le service d’ordre. Nous devons, de notre côté dissuader quelque 4 000 jeunes de s’emparer d’un train, gare Saint-Lazare pour aller rejoindre leurs camarades. La SNCF et la CGT sont d’accord pour les en empêcher39. » En effet, ce matin-là, à Paris, à l’issue d’une manifestation achevée place Wagram, la CFDT avait invité les manifestants d’aller à Flins soutenir les ouvriers en grève40 : « Les responsables syndicaux suggèrent à leurs militants d’aller rejoindre les étudiants qui se rassemblent au même moment devant la gare Saint-Lazare. Il y aura là 3 000 manifestants, qui demandent aux cheminots d’affréter plusieurs trains spéciaux à destination de Flins. » Mais là, le projet se heurte au « refus de la CGT, majoritaire dans le dépôt ». À titre d’exutoire, l’habile préfet Grimaud autorisera41 ces manifestants à se rendre plutôt devant l’usine de Billancourt, où se retrouveront en effet, « faute de trains, 2 000 d’entre eux42 », sans pouvoir y faire pour autant la jonction avec les ouvriers grévistes : « La CGT [a] fait fermer les portes de l’usine43. »

  • 44 Une autre face de ces événements, plus anecdotique, est fournie par le témoignage d’André Argalon  (...)
  • 45 « Mai 1968, première phase de la révolution socialiste française », numéro spécial de Quatrième In (...)

29Les cheminots cégétistes de Saint-Lazare ont ainsi contribué à orienter le dénouement de la journée, en opposition aux vues et désirs des manifestants « gauchistes44 ». Attitude de la Fédération aussitôt critiquée par les leaders gauchistes, tel le trotskyste Pierre Frank dénonçant le 10 juin45 un PCF soucieux d’apparaître comme un parti d’ordre dans la perspective de prochaines élections législatives et recourant donc dorénavant au terme de « provocateurs » pour qualifier les militants révolutionnaires : le numéro du 8 juin de l’Humanité est à épingler sur ce point, puisqu’à l’en croire,

« les provocateurs à Flins, ce ne sont pas le gouvernement et les gardes mobiles, mais les étudiants et Geismar du SNESup qui y ont été pour exprimer leur solidarité avec les travailleurs chassés de l’usine et qui se sont battus aux côtés de ceux-ci contre les forces de répression. Les étudiants n’étaient pas là rassemblés en commandos organisés, ce qui ne serait pas d’ailleurs pas du tout inutile pour tenir tête aux forces de “l’ordre” […]. Ce sont de véritables provocations dont il faut dénoncer les objectifs infâmes. Mais la raison de ce déchaînement des dirigeants du PCF se trouve explicitement donnée dans une déclaration de la Fédération CGT des cheminots, qui est celle de Séguy même : des incidents avec les forces de l’État pourraient nuire à la campagne électorale. »

30En effet, dans ce même journal (p. 7), un communiqué de la Fédération CGT des cheminots les met en garde « contre les provocations tendant à créer un climat de désordre qui pourrait justifier l’annulation des élections législatives jugées dangereuses pour le pouvoir et conduire à l’état de siège ouvrant la voie à une dictature militaire »… Où l’on voit à nouveau les cheminots cégétistes invités à servir en somme de pare-feu contre toute « provocation » gauchiste et le risque des graves mésaventures politiques qui pourraient en résulter.

Locomotives, heurtoirs et aiguillages

  • 46 Voir à ce sujet le recueil de témoignages de jeunes cheminots en 1968, composé 30 ans plus tard so (...)
  • 47 Cf. Christian Chevandier, op. cit., p. 309-317.
  • 48 Cf. Georges Ribeill, « L’hiver de grève des cheminots », Vingtième Siècle, revue d’histoire, no 16 (...)

31Le faible impact de la grève de mai 1968 au sein de la SNCF en termes d’audience syndicale est à noter. Du scrutin professionnel de 1967 à celui de 1969, dans les trois collèges, la CGT perd de l’influence (respectivement - 1,6 %, - 1,8 % et - 0,5 %), alors que la CFTC en gagne (+ 1 %, + 1,3 % et + 3,7 %), la CFDT gagnant seulement 1,1 % dans la seule Exécution. Mais en réalité, l’érosion de la fédération de la CGT s’inscrit dans un processus long tendanciel. Il n’y a donc pas eu de bousculement syndical à la SNCF après-Mai 68. Les témoignages recueillis bien plus tard révèlent chez les jeunes cheminots syndiqués de l’époque quelque incompréhension à l’égard de la stratégie de la CGT, hostile à toute main tendue à la jeunesse ouvrière ou étudiante ; mais le syndicalisme d’appareil, très centralisé dans une SNCF elle-même cultivant les valeurs de discipline et de respect de la hiérarchie, ne pouvait faciliter l’accouchement et l’entendement des voix contestataires de ces jeunes agents, des « bleus » autant syndicalement que professionnellement parlant46. Après les prodromes du « juin gauchiste des cheminots » de 197147, il faudra attendre surtout la grande grève de l’hiver 1986-1987 pour voir exploser le double système corporatif autoritaire de la SNCF, à la fois patronal et syndical48.

32Notre propos ici ne remet pas en cause l’interprétation corporative du mai 68 des cheminots, déjà bien étudiée. Elle suggère plutôt en filigrane une autre lecture possible, plus attentive au rôle clef des cheminots : à la fois détenteurs de quelques clefs nécessaires à la reprise économique et au retour à la normale de la vie quotidienne des Français, mais aussi formant de puissantes troupes syndicales disciplinées, instrumentalisées tant matériellement que symboliquement en région parisienne, au service de la stratégie commune du PCF et de la CGT. Les cheminots apparaissent au niveau national, sur le devant d’une ligne de front invisible, disposant de multiples clefs et verrous régissant les mouvements sociaux et politiques : tant par exemple pour assurer les derniers trains du retour des travailleurs chez soi, que pour préserver la grève générale en verrouillant toute possibilité incontrôlée de reprise du trafic et par là de déblocage de l’économie paralysée.

  • 49 L’insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines, PUR, 2007, p (...)

33Simultanément, sur la scène parisienne où s’affrontaient frontalement toutes les principales forces politiques, les cheminots parisiens cégétistes ont puissamment servi la stratégie de leur confédération, gardienne d’un certain ordre social, ainsi rappelée par Xavier Vigna : « Pour conserver sa mainmise sur le mouvement de grèves dans les usines », la CGT doit « renforcer son caractère de syndicat de masse contre un syndicalisme d’avant-garde minoritaire », « apparaître comme une organisation responsable ». D’où « l’insistance de Georges Séguy à faire apparaître sa confédération comme la gardienne de l’ordre […]. En posant la CGT comme un rempart contre le chaos étudiant, Séguy l’installe au centre du mouvement, à mi-chemin entre les excès “anarchistes” et les déficiences de l’État49 ».

  • 50 D’autres manifestations parisiennes, que nous n’avons pas évoquées ici, mettent en scène toujours (...)

34Locomotives de la grève au niveau national, à Paris, derrière leurs gares transformées de manière consciente et délibérée en bastions défensifs protégés de toute intrusion, en barricades refoulant de possibles assauts venus des extrêmes droites ou gauches, en heurtoirs sur lequel se cogneraient le chaos confus de la rue et ses émeutiers de tous bords, les cheminots parisiens, sous la houlette de leur fédération cégétiste, ont puissamment contribué à aiguiller le mouvement de mai, engagé lors de plusieurs journées parisiennes décisives, à la croisée de chemins multiples50.

Notes

1 Jean Gacon et alii, Batailles du rail, Paris, Fédération CGT des cheminots/Messidor, 1986 (« Le grand affrontement de mai-juin 1968 », p. 163-175).

2 « La grève des cheminots de mai 1968. Entretien avec Daniel Moreau », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 11-12-13, 1988, BDIC, p. 214-221 ; André Argalon, « Témoignage sur mai-juin 1968 », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 20, juillet-septembre 1990, BDIC, p. 49-50.

3 CGT-IHS Cheminots, Les cahiers de l’Institut, no 34, spécial Mai 68, 2e trimestre 2008.

4 Paul Cambioni, Francis Aghedu, Cheminots à Marseille. Notre journal de lutte en mai-juin 1968, IHD-CGT Cheminots, 1996, 96 p. ; Charles Nouailhetas et alii, 30 ans après Mai 68, les cheminots de Saint-Lazare se souviennent et témoignent, Fédération CGT des cheminots, 1998, 80 p. ; CER SNCF Paris-Saint-Lazare, Piquet de grève. 68-98. Les cheminots témoignent, Paris, Éditions France Découvertes, 1998 ; Jean Perrault, Mai 1968 en gare de Paris-Lyon, CGT-IHS Cheminots, 2005, 100 p. ; Mai 68 chez les cheminots de la région Paris-Sud-Est, CER SNCF Paris-Sud-Est, numéro spécial, mai 2008.

5 Georges Ribeill, « SNCF : une grève dans la tradition de la corporation du rail », dans R. Mouriaux, A. Percheron, A. Prost et D. Tartakowsky (dir.), 1968. Exploration du Mai français, Paris, L’Harmattan, 1992, t. i, Terrains, p. 119-140. Analyse largement reprise en 2008 dans Historail, no 6, juillet 2008, « Le Mai 68 des cheminots et de la SNCF », p. 6-17.

6 Christian Chevandier, Cheminots en grève, ou la construction d’une identité (1848-2001), Paris, Maisonneuve et Larose, 2002 (« Les fruits de Mai », p. 291-309) ; « Le mois de Mai des cheminots français », Ferrovissime, no 5, mai 2008, p. 8-11.

7 Christine Fauré, Mai 68 en France, ou la révolte du citoyen disparu, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 2008 (« Le rôle de la grève à la SNCF », p. 98-116).

8 Mai 68. Histoire des événements, Le Seuil, 1988, p. 175.

9 Fédération CFDT, « Note d’information aux militants », no 13, 30 mai 1968, Archives K 43 (cité par CF).

10 Op. cit., p. 115-116.

11 Son ouvrage suscitera un bref compte-rendu dans la très professionnelle et sérieuse Revue générale des chemins de fer, patronnée par la SNCF (juin 2006, p. 69-70), où perce chez le commentateur une certaine fierté corporative à rebours, citant ainsi Ch. Fauré : « Sans la paralysie totale du réseau ferroviaire pendant trois semaines », « les événements de mai-juin 68 ne seraient aujourd’hui qu’une péripétie parmi d’autres ».

12 Aux élections des délégués indiciels, en 1967, la CGT recueille 67 % des voix à l’Exécution (loin devant la CFDT, au second rang, avec 20 % des voix), 27 % en Maîtrise et 6 % dans l’Encadrement.

13 La veille, le licenciement de deux jeunes auxiliaires avait déclenché une grève illimitée au triage de Badan.

14 Georges Séguy, Le mai de la CGT, Paris, Julliard, 1972, p. 38.

15 Philippe Alexandre, L’Élysée en péril. Les coulisses de Mai 68, Paris, Fayard, 1969, p. 97-98.

16 Militant de Saint-Lazare, en 1998, Bernard David résume ainsi les innovations propres à chacun des trois derniers grands conflits historiques cheminots : « 1968, invention du piquet de grève systématique ; 1986 : invention des assemblées générales quotidiennes ; 1995 : invention du fax pour coordonner les AG » (Piquet de grève. 68-98, op. cit., p. 7).

17 Daniel Théron, « Le parti de la légitimité : une analyse de L’Humanité-Dimanche », Partisans, no 42, mai-juin 1968, p. 253.

18 Alain Delale, Gilles Ragache, La France de 68, Paris, Le Seuil, 1978, p. 127.

19 30 ans après Mai 68, les cheminots de Saint-Lazare se souviennent et témoignent, 1998, p. 42.

20 L’Élysée en péril. Les coulisses de mai 68, Paris, Fayard, 1969 ; rééd. 2008, p. 56-57.

21 Georges Pompidou a expliqué cette stratégie, échouant et dégénérant en nuit d’émeute : « Les étudiants, ou plutôt les éléments les plus acharnés auxquels se joignaient tous les jeunes révolutionnaires, trotskistes, maoïstes, etc., avaient organisé une manifestation à la gare de Lyon. Mes instructions étaient de barrer les ponts afin de les empêcher de se diriger vers le Quartier latin. Je voulais qu’ils se dispersent vers l’ouest, à la fois parce qu’ils s’y perdraient en petites opérations de commandos sans gravité et parce qu’ils feraient peur aux bourgeois du XVIe. C’est ce qui se passa, au début, et il y eut un petit incendie à la Bourse. Mais manifestement les autorités de la place Beauvau ou de la préfecture eurent peur : peur pour l’Élysée, peur pour les beaux quartiers. Des ponts se trouvèrent, comme par hasard, libres de forces et les manifestants se ruèrent vers le Quartier latin qui connut à nouveau les barricades » (Pour rétablir une vérité, Paris, Flammarion, 1982, p. 188).

22 Jean Perrault, Mai 1968 en gare de Paris-Lyon, CGT-IHS Cheminots, 2005, p. 24-25.

23 François de Massot, « La grève générale. Mai-juin 1968 », supplément no 437 aux Informations ouvrières, 1969 ; rééd. L’Harmattan, 2008, p. 173.

24 L’Humanité du 29 mai titre en pleine page : « L’exigence des travailleurs : Gouvernement populaire et d’union démocratique à participation communiste. »

25 Georges Séguy, Le mai de la CGT. Témoignage, Paris, Julliard, 1972, p. 136.

26 Maurice Grimaud, En Mai, fais ce qu’il te plaît, Paris, Stock, 1977, p. 280.

27 Ibid., p. 289.

28 Parmi de nombreux dirigeants politiques partageant cette appréhension, citons Alain Peyrefitte : « Les communistes et la CGT préparaient une grande manifestation, la première qui leur soit propre. Elle convergeait sur Saint-Lazare, à deux pas de l’Élysée. Depuis deux jours, ils réclamaient un gouvernement « populaire ». Il y avait un risque sérieux que la manifestation veuille prendre l’Élysée d’assaut. La première chose à faire était d’éviter de nous laisser faire aux pattes » (C’était de Gaulle, Paris, Gallimard, Coll. Quarto, 2002, p. 1789).

29 François de Massot, op. cit., p. 205-206.

30 Jean-Claude Kerbourc’h (journaliste à Combat), Le piéton de mai, Paris, Julliard, 1968, p. 98-99.

31 Ibid., p. 102-105.

32 30 ans après Mai 68, les cheminots de Saint-Lazare se souviennent et témoignent, 1998, p. 52.

33 G. Séguy, Le mai de la CGT. Témoignage, Paris, Julliard, 1972, p. 137-138.

34 Georges Séguy, 30 ans après Mai 68…, « préface », p. 2.

35 Georges Séguy, Le mai de la CGT, op. cit., p. 137-138.

36 Les cheminots de Saint-Lazare se souviennent, 1998, « préface », p. 2-3.

37 30 ans après Mai 68.., op. cit., p. 54.

38 Lettres des 19 janvier et du 18 février 2010.

39 Maurice Grimaud, op. cit., 1977, p. 303.

40 Alain Delale et Gilles Ragache, op. cit., p. 148.

41 Maurice Grimaud, op. cit., 1977, p. 303.

42 Adrien Dansette, Mai 1968, Paris, Plon, 1971, p. 366.

43 Sur son agenda de l’époque qu’il a récemment publié (Je ne suis pas né en mai 1968, Souvenirs et carnets [1943-1992], Paris, Tallandier, 2007 p. 343), Grimaud fournit quelques précisions supplémentaires sur le déroulement de ce vendredi 7 juin : « Ce matin, si SNCF et RATP ont bien repris le travail ainsi qu’Air France et les PTT, restent en grève la métallurgie et l’automobile. Tentative patronale de rouvrir Flins-Renault. » Dans la journée, les forces de police dégarnies doivent faire face à 4 manifestations : « Ce sont les étudiants de la Sorbonne et des sciences à Saint-Lazare qui nous donnent le plus de fil à retordre. D’abord réunis à 4 000 dans la cour de Saint-Lazare, ils entendent négocier un train spécial pour rejoindre Flins. Ça ne marche pas car la SNCF d’accord avec la CGT refuse. Puis ils demandent à aller à Boulogne par petits groupes (moins de cent). On accepte… »

44 Une autre face de ces événements, plus anecdotique, est fournie par le témoignage d’André Argalon : « Il y eut une tentative de relancer la grève à Saint-Lazare. Le 7 juin une manifestation eut lieu à l’appel de diverses organisations. Il y avait des drapeaux rayés, des drapeaux noirs, des banderoles du PSU, des maoïstes et même des syndicats CFDT. Des manifestants s’étant aventurés sur les voies, il fallut, par mesure de sécurité, couper l’alimentation du rail de contact, ce qui entraîna un court instant, l’arrêt du trafic sur une partie de la banlieue. Les banlieusards rentrant du travail faisaient la queue devant les guichets, les cartes hebdomadaires n’ayant pas été distribuées. La rumeur d’une reprise de la grève provoqua la colère des voyageurs. Des incidents graves risquaient de se produire à tout moment. C’est alors qu’à quelques-uns nous informions les voyageurs que dans un souci de sécurité, afin de permettre l’évacuation rapide de la gare, ils étaient autorisés à monter dans les trains sans billet. L’annonce fut accueillie par une immense ovation et en moins d’une heure tout est rentré dans l’ordre. » (« Témoignage sur mai-juin 1968 », art. cit., 1998, p. 50).

45 « Mai 1968, première phase de la révolution socialiste française », numéro spécial de Quatrième Internationale, juillet 1968, p. 22-23.

46 Voir à ce sujet le recueil de témoignages de jeunes cheminots en 1968, composé 30 ans plus tard sous l’égide du comité d’établissement régional de Paris-Saint-Lazare, Piquet de grève. 68-98. Les cheminots témoignent, Éditions France Découvertes, 1998. Extrayons par exemple le témoignage de Danièle Espinosa, membre des Jeunesses communistes à l’âge de 15 ans, du PC depuis 1967 : « En tant que jeunes travailleurs, on ne se sentait pas très proches des étudiants. Eux et nous, c’était pas le même monde, pas les mêmes luttes » (p. 35). Mais « aujourd’hui, avec le recul du temps et l’analyse qu’on a pu faire par la suite de tout ce qui s’est passé, je dirais qu’on nous a coupés volontairement, nous les ouvriers syndiqués, du mouvement étudiant. Nos leaders avaient sans doute eu peur de se faire déborder […]. On s’est trompé, on ne risquait pas de les voir réussir leur révolution » (p. 67) ; ou, plutôt antinomique, celui de Patrick Colin, alors proche du PSU : « La nuit du 12, de permanence, je l’ai passée à discute r avec mon chef d’équipe, un vieux militant syndical. Je me sentais en total décalage avec lui, parce qu’il considérait les étudiants comme des provocateurs qui allaient foutre la merde. Évidemment, je n’étais pas d’accord, j’étais jeune et je me sentais solidaire de ces jeunes » (p. 33).

47 Cf. Christian Chevandier, op. cit., p. 309-317.

48 Cf. Georges Ribeill, « L’hiver de grève des cheminots », Vingtième Siècle, revue d’histoire, no 16, octobre-décembre 1987 ; « La grève de l’hiver, 1986-1987 », dans Les cheminots. Que reste-t-il de la grande famille ?, Syros, 1993, p. 150-162 ; Christian Chevandier, op. cit., « Les printemps en hiver », p. 332 sq.

49 L’insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines, PUR, 2007, p. 59-60.

50 D’autres manifestations parisiennes, que nous n’avons pas évoquées ici, mettent en scène toujours des gares parisiennes, points de départ ou d’arrivée de défilés, lieux de démonstrations ou provocations en tous genres, scènes des rituels syndicaux de reprise… Il serait intéressant que notre recherche soit ainsi prolongée, en décryptant l’éventuelle signification symbolique et sociale attachée aux sites ferroviaires ainsi mobilisés, que ce soit à Paris ou encore en province.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540