Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À chacun son Mai ?

 | 
Gilles Morin
, 
Gilles Richard
, 
Gilles Vergnon
, 
et al.

Deuxième partie. Le Mai des métiers. Des militaires aux cheminots

Mai-juin 1968 et les « gueules noires ». La mobilisation dans l’Hérault et les Cévennes, le mouvement national et l’identité minière

Pierre Schill

Texte intégral

  • 1 Raymond Dugrand (dir.), Atlas du Languedoc-Roussillon, Paris, Éditions Berger-Levrault, 1969.

1À la veille de Mai 68, le Languedoc-Roussillon, qui compte environ 1,7 million d’habitants, est un espace en pleine mutation : région attractive handicapée par une faible activité et frappée par des crises agricoles et industrielles chroniques, le secteur primaire l’emporte sur le secteur secondaire jusqu’au début des années soixante, notamment en raison de l’importance de la viticulture. L’ampleur des évolutions économiques à l’œuvre peut se lire dans les dynamiques de la population qui aboutissent à dessiner un paysage humain contrasté : aux concentrations humaines du littoral s’opposent les zones de faible densité des plateaux médians et des montagnes intérieures en train de devenir de vastes déserts humains. L’abandon des parties élevées a laissé subsister des points d’ancrages démographiques qui ont pu pendant un temps paraître de véritables zones de développement : ces micro-régions industrielles submontagnardes sont depuis les années cinquante en proie à d’importantes difficultés économiques1.

  • 2 En 1947-1948, à son apogée, ce bassin employait environ 2 200 salariés ; à la fin 1960, ils n’étai (...)

2Parmi elles les bassins charbonniers du Gard et de Graissessac (Hérault) sont concernés par le plan Jeanneney qui organise, depuis 1960, la baisse de la production et à terme la fermeture des puits les moins rentables : les petits bassins houillers du Midi sont les premiers menacés et notamment celui de l’Hérault qui représente, pour la production comme pour les effectifs, à peine 0,5 % du poids de l’ensemble des houillères françaises. La mise en œuvre du plan y a entraîné la suppression de l’exploitation en galeries et au moment des événements de 1968, l’activité se concentre autour de deux découvertes situées entre les communes de Graissessac et du Bousquet-d’Orb et occupe environ 300 salariés2 rattachés, avec les mineurs gardois, aux Houillères des Cévennes.

  • 3 Nous présentons ici des aspects qui permettent d’approfondir l’approche de la mobilisation des min (...)

3Dans quelle mesure le « moment 68 » touche-t-il ce petit monde en pleine mutation ? Comment les mineurs de l’Hérault réagissent-ils par rapport à ceux des autres bassins houillers français et notamment celui de Lorraine ? Dans quelle mesure les événements de 68 affectent-ils l’identité minière et influencent-ils les modalités d’action d’une corporation longtemps à l’avant-garde du mouvement ouvrier3 ?

La mobilisation, de l’Hérault à l’archipel minier, et le mouvement national

Retour sur la chronologie de la grève dans les houillères

Du 13 mai à la grève illimitée

  • 4 Pour reconstituer la chronologie et la nature des événements dans l’Hérault et le Gard, nous nous (...)

4Les événements du mois de Mai 1968 commencent par affecter le bassin houiller de l’Hérault sans concerner en premier lieu le monde de la mine4 : la grève générale du 13 mai marque la cité minière du Bousquet-d’Orb qui concentre alors l’essentiel des mineurs et des activités du bassin mais en affectant les services publics des PTT, de la SNCF et de l’enseignement. À cette date, les mineurs et les entreprises industrielles de reconversion du bassin ne semblent pas touchés par la grève ; la manifestation prévue à Bédarieux, porte méridionale du bassin houiller, rassemble plusieurs centaines de personnes. Capitale du bassin houiller cévenol, Alès voit défiler entre 2 000 et 2 500 personnes.

  • 5 Le chiffre le plus élevé est donné par la presse syndicale CGT alors que Lilian Mathieu conserve l (...)
  • 6 O. Kourchid et C. Eckert, op. cit., p. 90 et 100-101.

5Dans d’autres bassins houillers les mineurs s’engagent plus activement : la grève est notamment suivie dans les houillères de la Loire où la journée d’action s’achève par un meeting et une manifestation à Saint-Étienne qui rassemble entre 7 000 et 20 000 personnes5. La mobilisation est aussi importante dans le bassin du Nord-Pas-de-Calais6 mais plus faible dans le bassin houiller lorrain.

  • 7 Pour une approche plus précise des événements dans ce bassin, voir O. Kourchid et C. Eckert, op. c (...)
  • 8 Rapport du conseil national de la FNTSS-CGT au congrès de Pau (21-26 octobre 1968) présenté par Ac (...)
  • 9 D’après Robert Mourer, responsable du syndicat des mineurs de charbon CFTC de Lorraine. Robert Mou (...)

6Le 18 mai, la grève redémarre dans le bassin du Nord-Pas-de-Calais sur les carreaux des puits du Douaisis et du secteur de Lens7. L’entrée dans la grève de ces puits est-elle liée à l’action de militants d’extrême gauche ? Achille Blondeau évoque la présence « dans quelques coins, notamment au 4 de Lens, des jeunes maoïstes, fils de bourgeois et de petits-bourgeois […] [venus] distribuer des tracts qui nous insultent grossièrement8 ». Des débrayages sporadiques concernent aussi les houillères de Lorraine les 17 et 18 mai9.

  • 10 Claude Pennetier, « PCF et CGT face à 68 », dans Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel ( (...)
  • 11 Témoignage d’Achille Blondeau datant de 1988 et publié dans BDIC, Matériaux pour l’histoire de not (...)
  • 12 Pour Robert Coeuillet, le lundi 20 mai dans le bassin, « la grève est à peu près complète au fond (...)
  • 13 Plutôt qu’au 18 mai évoqué par O. Kourchid et C. Eckert, op. cit., p. 90.
  • 14 Sans toutefois concerner tout le sud du bassin et notamment le puits de Folschviller. Le rapport p (...)
  • 15 Phase chronologique correspondant dans la stratégie de la CGT au « lancement de la grève ». René M (...)
  • 16 En Auvergne par exemple, la « consigne » d’entrée en grève du délégué mineur CGT était attendue, c (...)

7Ces prodromes, l’extension de la grève par ailleurs et le comité confédéral du 17 mai où l’on parle « d’étendre la grève par en bas10 », expliquent la prise de position de la Fédération nationale des travailleurs du sous-sol (FNTSS)-CGT qui donne le feu vert à la généralisation de la grève : « Nous téléphonâmes donc à tous nos syndicats en leur disant : ‘‘C’est le moment d’y aller, faites décider la grève11.’’ » La décision du syndicat majoritaire semble largement approuvée par les mineurs, l’essentiel des bassins entrant dans la grève à partir du 20 mai : elle s’étend à l’essentiel du Nord-Pas-de-Calais12, au centre et à l’est de celui de Lorraine et affecte aussi les bassins de la Loire et du Tarn ainsi que celui de Provence. Les « gueules noires » du Gard et de l’Hérault mettent quant à eux à profit la journée de chômage technique du 20 mai pour se réunir et décider d’entrer ou non dans le mouvement. La grève totale et illimitée est finalement votée pour le lendemain tout comme dans l’Aveyron et en Auvergne. Le 21 mai13, la grève est quasi totale dans les bassins houillers français puisqu’elle s’est propagée à l’ouest du bassin lorrain dans le secteur de Creutzwald14. Cette nationalisation du conflit est tardive si l’on considère que la mise en grève se fait généralement entre le 13 et le 20 mai15 : les mineurs ont attendu les consignes de la CGT alors qu’une partie d’entre eux étaient impatients d’en découdre16.

Les soubresauts de la fin de la grève : cadre national et aspérités locales

8La grève lancée, ce sont les journées qui suivent les négociations de Grenelle qui traduisent dans l’archipel minier les mêmes ambivalences que dans les autres secteurs d’activité. La stratégie syndicale doit s’adapter aux incertitudes de la scène politique en tenant compte des résultats obtenus lors des négociations par branches.

  • 17 Robert Mourer, op. cit., p. 390.

9La situation semble parfois tellement confuse et fébrile qu’en Lorraine, le puits de Folschviller jusqu’alors rétif au mouvement et « tenu » par la CFTC, entre dans la grève au lendemain des négociations de Grenelle. René Ruppel, délégué mineur CFTC du secteur se refuse toujours à appeler à la grève en raison de « la politisation du mouvement » mais les mineurs passent outre son avis. Quelques jours auparavant le militant chrétien avait pourtant demandé aux autres syndicats l’organisation d’un vote à bulletin secret : il est organisé le 25 mai et seuls 326 mineurs sur les 1 155 ouvriers votants (pour 1 450 inscrits) se prononcent alors pour la grève17.

  • 18 Achille Blondeau, « La grève générale de Mai 1968. Une belle et bonne grève », Droit minier, juin- (...)

10La journée du 29 mai est marquée dans l’ensemble des bassins par l’examen des résultats de la négociation entre le gouvernement et les fédérations de mineurs qui s’est achevée la veille au matin à Paris. La fédération CGT appelle à la poursuite de la lutte. En situation dominante dans tous les bassins, le syndicat réussit à faire voter la poursuite de la grève par la base « malgré des résultats appréciables » et des négociations par branche « beaucoup plus positives et payantes que celles de ‘‘Grenelle’’18 ».

11Alors que le vote de la poursuite de la grève est massif le 29 mai, le discours présidentiel du 30 mai a un fort impact et semble amorcer la reprise dans la plupart des bassins.

  • 19 Midi Libre, 31 mai 1968.
  • 20 Robert Coeuillet, op. cit., p. 354 et 355.
  • 21 Houillères du Bassin de Lorraine, Du charbon et des hommes. Histoire des Houillères du Bassin de L (...)

12Le 29 mai dans l’Hérault, une centaine de mineurs se rassemble à la salle du peuple du Bousquet-d’Orb et décide de poursuivre la grève par un vote unanime à main levée19. Mais dès le 1er juin, une quarantaine d’entre eux choisit de reprendre le travail sans attendre de nouvelles consignes syndicales. Dans le Nord l’annonce par la radio du départ du général de Gaulle pour une destination inconnue remet en cause les résultats obtenus lors des négociations de la veille : « L’État n’est plus gouverné, les pulsions anarchiques se réveillent qui s’apaisaient la veille. La grève continue même dans les unités qui avant cette information inclinaient à la reprise. » Le 30 mai le discours du chef de l’État renverse cette dynamique : « Reprise partielle parfois même dans les unités les plus dures qui avaient voté massivement la continuation de la grève […]20. » En Lorraine également les accès aux puits se libèrent dès le 1er juin21.

13Ces prémices de reprise ne peuvent qu’inciter les dirigeants de la FNTSS-CGT à organiser un retour au travail en bon ordre et ce d’autant plus qu’après l’annonce de la tenue d’élections législatives la confédération est soucieuse de conclure rapidement et positivement les négociations au niveau des branches.

14Le 3 juin des réunions sont ainsi convoquées pour décider de la suite à donner au mouvement alors que les mineurs sont de plus en plus nombreux à retravailler même là où la CGT est puissante : dans le bassin gardois ne sont plus comptabilisés que 5 560 grévistes sur les 7 444 salariés.

  • 22 Tract signé d’un « groupe de mineurs » qui accuse les responsables syndicaux d’avoir « trahi la cl (...)

15Dans le Tarn, la reprise pour le 4 juin est votée à main levée à la grande majorité, tout comme dans l’Hérault où les mineurs font ce choix sans même recourir au vote. Dans les houillères de Provence, c’est le 4 juin, à une courte majorité, que les mineurs se prononcent pour la fin de la grève après une prise de parole de tous les responsables syndicaux. Le retour au travail se fait le lendemain, mais pour beaucoup dans l’amertume car il leur semblait « possible ‘‘d’aller plus loin’’– jusqu’à la ‘‘révolution’’– et de résoudre ainsi […] le problème essentiel qui reste celui du devenir de la mine22 ».

  • 23 Rapport du conseil national de la FNTSS-CGT au congrès de Pau (21-26 octobre 1968), op. cit., p. 5 (...)

16Globalement la reprise s’échelonne selon les secteurs et les bassins dans les jours qui suivent. Pour Achille Blondeau, elle s’explique par l’importance des avancées obtenues : « Le protocole d’accord signé le 7 juin constitue la plus grande victoire revendicative que nous ayons remportée depuis l’application du Statut du Mineur en 1946. » Les résultats du mouvement de Mai 1968 viennent compléter « la victoire remportée en 196323 ». Le responsable syndical ne dit pas que la dernière semaine de grève apporte peu au regard des revendications initiales et des avancées déjà obtenues une semaine auparavant.

Sens et morphologie de la grève

Une grève qui s’inscrit dans la continuité des luttes des années soixante

  • 24 Olivier Kourchid, « L’action syndicale minière entre l’économie et le politique : le cas de la réc (...)

17Le Plan d’adaptation des Charbonnages de France pour la période 1960-1965, préparé par le ministre de l’Industrie Jean-Marcel Jeanneney, prévoit la suppression des sièges les moins rentables. Le plan, s’accompagnant de mesures sociales et d’une politique de reconversion, est contesté « de sorte que l’année 1960 peut être considérée comme le lancement d’une politique de défense du charbon, de l’économie régionale et de l’emploi au pays encore plus revendicative de la part de la FNTSS24 ».

  • 25 Télégramme du préfet de l’Hérault aux ministres de l’Industrie et de l’Intérieur, 8 août 1960 (ADH (...)
  • 26 Michelle Zancarini-Fournel, « Le champ des possibles », dans Philippe Artières et Michelle Zancari (...)

18Dès l’annonce du plan, les mineurs de l’Hérault se mobilisent. Ils luttent pour éviter la fermeture de leurs puits et les mesures autoritaires de déplacement de la main-d’œuvre comme cela fut déjà le cas dans les années cinquante. Les mineurs, à l’appel des syndicats CGT, FO et CFTC et du comité de défense et de développement du bassin, mobilisent l’ensemble du « pays », « pour le maintien en activité du bassin de l’Hérault ». À peine quelques semaines après l’annonce du plan, ils rassemblent le 8 août à Béziers un cortège d’environ 1 500 personnes emmenées par deux parlementaires, quatre conseillers généraux et de nombreux maires. Les Renseignements généraux signalent que la manifestation « a constitué pour les organisateurs, eu égard à la saison, un indéniable succès ». Le président du comité, militant de la CGT, brandit dans son discours, sous les applaudissements, la menace de la grève25. Cette mobilisation est antérieure à la grève des mineurs de Decazeville généralement considérée comme pionnière dans le processus de lutte contre le déclin des bassins charbonniers26.

  • 27 Voir O. Kourchid et C. Eckert, op. cit., p. 86 à 89.

19L’importance des luttes minières contre la récession depuis 1960, dans la plupart des bassins, explique qu’au moment des événements de 1968, les revendications économiques et sociales soient toujours les plus prégnantes dans l’ensemble des bassins miniers et au centre de l’action de la FNTSS-CGT27.

20Dans le bassin des Cévennes, au moment de demander aux mineurs de voter la grève en 1968, l’intersyndicale insiste sur ce type de doléances :

  • 28 Note du chef du Service départemental des Renseignements généraux du Gard au directeur de cabinet (...)

« Bien que la situation du bassin des Cévennes n’engage pas les travailleurs de notre industrie à une action de grande envergure compte tenu du contexte national, les organisations présentes estiment que les mineurs du bassin des Cévennes ne peuvent être absents du mouvement général des travailleurs en lutte pour les revendications. En conséquence, le Comité Intersyndical appelle l’ensemble du personnel à engager l’action le mardi 21 mai pour l’augmentation des salaires, pour la diminution de la durée du travail, pour la sécurité de l’emploi28 ».

  • 29 Midi Libre, 21 mai 1968.
  • 30 Dans le département du Nord existe la même configuration socio-économique et revendicative notamme (...)
  • 31 « Réunion-débat sur la révolution étudiante », Midi-Libre, 18 mai 1968.

21La CGT, qui présente ses exigences à part, est sur la même ligne « économique » en lançant « officiellement l’ordre de grève pour la défense du bassin minier et de la profession minière29 ». Cette primauté des revendications économiques n’est pas spécifique aux mineurs et concerne d’autres industries traditionnelles en difficulté, comme le textile qui anima l’économie des principales villes bordières du bassin houiller héraultais30. Ainsi le 14 mai à la mairie de Clermont-L’Hérault, une réunion organisée par l’UNEF attire une centaine de personnes dont « de nombreux jeunes, lycéens ou travailleurs […], quelques militants politiques ou syndicaux ». L’assemblée vote une motion réclamant d’abord une « planification régionale », puis « le plein-emploi » alors que les deux demandes suivantes concernent spécifiquement les doléances de l’enseignement31. On retrouve le même état d’esprit à Bédarieux, mais avec cette fois un autre ordonnancement des revendications :

  • 32 « Motion déposée en mairie de Bédarieux le 13 mai 1968 » (ADH 676 W 124-1). Les éléments soulignés (...)

« Les unions locales CGT et CFDT et les syndicats d’enseignants affiliés à la Fédération de l’Éducation nationale, l’association des parents d’élèves du lycée,
S’élèvent contre les méthodes de répression policière ;
– Exigent l’évacuation totale et réelle des locaux Universitaires et du Quartier latin ;
– la Libération et l’amnistie des Étudiants incarcérés et condamnés ;
– l’ouverture d’un dialogue avec les organisations étudiantes et les syndicats de l’Enseignement Supérieur, en vue de la réforme et l’Organisation des structures universitaires sur des bases démocratiques ;
– la création urgente de débouchés et le plein-emploi pour l’ensemble des travailleurs manuels et intellectuels ;
– le respect des libertés syndicales32. »

La vie en grève : temps forts et temps morts

  • 33 Leur organisation est parfois chaotique en raison de l’absence du personnel prévu mais globalement (...)

22La cessation du travail dans les mines s’accompagne de l’occupation des installations de surface par les piquets (les carreaux des puits, les ateliers et souvent aussi les « bureaux » de la direction) et la prise en charge de l’organisation de la sécurité des installations par les syndicats33. Les salariés souhaitant poursuivre le travail en sont empêchés ou dissuadés, les carreaux sont globalement désertés par les ouvriers du fond mais certains services du jour, comme c’est souvent le cas par ailleurs, sont moins affectés. Le 24 mai, alors que 6 884 mineurs sur un effectif total de 7 444 sont encore en grève dans le bassin d’Alès, plusieurs centaines d’employés et d’agents de la maîtrise sont ainsi dans l’impossibilité de reprendre le travail.

23La grève s’installant dans la durée, les comités intersyndicaux tentent de rythmer l’engagement des mineurs par des temps forts destinés à prolonger la dynamique de l’entrée en grève : dans la plupart des bassins ils organisent régulièrement meetings et manifestations. Le calendrier est en partie imposé par le cadre national de la lutte : le 24 mai, l’appel national de la CGT est par exemple suivi à Alès où la CGT et le PC organisent un meeting commun et une manifestation qui rassemble plusieurs milliers de personnes. À l’échelle du bassin de l’Hérault c’est la dynamique des grèves et manifestations qui touchent Bédarieux, municipalité communiste, qui permet d’observer la montée en puissance et le reflux du mouvement social : la manifestation du 13 mai y rassemble environ 400 personnes ; le 20 mai, la grève est « quasi générale » dans la ville, la mairie est fermée et occupée dans la foulée, la manifestation organisée par la CGT le 24 mai rassemble de 1 000 à 1 200 personnes. À la fin du mois, le mouvement marque un certain essoufflement, la manifestation organisée le 29 mai rassemblant environ 350 personnes.

  • 34 Houillères du Bassin de Lorraine, op. cit., p. 276.

24Le degré de mobilisation peut être très variable sur des sites pourtant rapprochés : en Lorraine au puits Sainte-Fontaine, à quelques centaines de mètres du puits de Merlebach où sont signalés de solides piquets, les employés et l’encadrement travaillent librement, les ouvriers en grève ne se présentant pas au siège. À l’ambiance animée du début de la grève succède une certaine lassitude34.

Mai 68, l’identité et les formes de mobilisations des mineurs

Mai 68 et l’identité minière

25Comment un mouvement, par bien des aspects insaisissable et porteur de nouveauté peut-il être géré par un groupe professionnel déstabilisé par des années d’un déclin qu’il n’a pu enrayer ?

Culture de la mine hors de la mine : Mai 68 dans les industries de reconversion de l’Hérault

26Dans les usines de reconversion implantées à partir du début des années soixante, Mai 68 résonne de manière différenciée. Certaines d’entre elles sont confrontées à des difficultés d’approvisionnement : l’usine de chaussures Eurofrance à Graissessac annonce le 22 mai qu’elle devra cesser la production le lendemain faute de matières premières. La même contrainte entraîne le 27 mai l’arrêt de la fonderie de la petite ville minière. Si ces deux entreprises sont touchées indirectement par les événements, comment expliquer l’absence de mobilisation ouvrière, notamment à partir du 21 mai lorsque les mineurs des Découvertes entrent dans la grève ?

  • 35 Les élections professionnelles de 1967 ont vu la constitution d’une liste intersyndicale CGT-FO. S (...)

27L’usine de chaussures et la fonderie de Graissessac figurent parmi les premières entreprises installées dans le bassin pour tenter de compenser le recul de l’emploi minier. Au-delà de quelques soubresauts dans l’activité, les deux entreprises sont en 1968 en meilleure situation que les entreprises de reconversion installées au nord du bassin autour du Bousquet-d’Orb où une entreprise de construction de préfabriqués a déjà connu bien des vicissitudes depuis son inauguration au début des années soixante. Cette usine est touchée par la grève le 22 mai lorsque 66 ouvriers, sur une centaine de salariés au total, décident d’occuper les locaux. De toutes les entreprises de reconversion, il semble qu’elle soit la seule à être affectée par la grève en mai 1968 : or il s’agit de l’usine qui compte le plus d’anciens mineurs et où des sections syndicales CGT et FO ont pu être implantées, reproduisant ainsi le schéma syndical dominant chez les mineurs35. L’histoire mouvementée de l’entreprise depuis sa création oscille entre licenciements, dépôts de bilan et reprise : à chacun de ces épisodes les ouvriers ont mobilisé le personnel de l’usine et, au-delà, leurs anciens collègues de la mine.

  • 36 Intervention de Jean Hernandez au congrès. Compte rendu du 56e congrès, Droit minier, no 5, mai 19 (...)

28Les mineurs CGT continuant, de leur côté, à défendre leurs anciens camarades et à travers eux la réindustrialisation du « pays ». Au 56e congrès de la FNTSS-CGT, le délégué des mineurs de l’Hérault, Jean Hernandez, avait ainsi dénoncé la « duperie » et la « faillite » de la reconversion : « L’usine de préfabrication montée au Bousquet-d’Orb et inaugurée par Olivier Guichard, qui déclara que c’était l’exemple type de la reconversion, était mise en faillite en décembre 1965. Depuis février 1966, 250 ouvriers sont au chômage36. »

  • 37 Entretien, janvier 2009. Au moment des événements, près d’un Montpelliérain sur sept est étudiant (...)

29Ces vicissitudes permettent de voir le lien de la solidarité maintenu entre les mineurs continuant à travailler dans les découvertes et leurs anciens camarades « reconvertis » et la prégnance de l’identité minière explique, en partie au moins, la mobilisation en 1968. Cela n’empêche pas que les formes à la fois violentes et festives du mouvement étudiant aient pu heurter la culture minière et faire naître un sentiment de décalage, parfois au sein même des familles du bassin : J. T., fils de mineur alors lycéen, signale que « quelques jeunes du bassin étaient à Montpellier. Vu du Bousquet-d’Orb c’était la rigolade, ça buvait37 ». Une impression partagée par Robert Coeuillet :

  • 38 Robert Coeuillet, op. cit., p. 352. Ingénieur civil des Mines et membre de l’encadrement aux houil (...)

« La population minière se sent étrangère à cette agitation dont les raisons lui échappent. Son aspect festif, son déroulement anarchique, les excès de la nuit du 10 au 11 mai, heurtent des hommes d’âge mûr, soucieux d’ordre et de mesure, de cohérence entre les actes et les discours, peu portés par leur métier même aux utopies ou aux rêveries irréalistes38. »

Le syndicat : l’impact des événements de 1968 sur les élections de délégués mineurs

30Comment mesurer l’impact de Mai 68 sur le syndicalisme minier et particulièrement sur la CGT, largement majoritaire notamment chez les ouvriers ? L’impact sur les effectifs du syndicat est faible en raison de la tendance lourde qui l’affecte : il perd de nombreux adhérents chez les actifs en raison de la baisse du nombre des salariés de Charbonnages de France.

31Pour les mineurs, l’élection des délégués à la sécurité représente le moment fort de la manifestation concrète de leur confiance dans les syndicats. Dans quelle mesure peut-on déceler dans les résultats des élections de mai 1970, les effets des événements de 1968 ?

  • 39 Nous analysons ici exclusivement les résultats du fond et des découvertes qui concernent la plus g (...)

32Au niveau national, on peut constater le recul de la CGT et de FO et les progrès de la CFTC et de la CFDT. Par rapport aux élections précédentes de mai 1967, la CGT reste largement en tête mais recule de 70,7 à 68,4 % alors que la CFTC progresse de 13,6 à 16,1 %, FO reculant de 11 à 9,2 % et le jeune syndicat des mineurs CFDT progressant légèrement en passant de 4,7 à 6,3 % des suffrages39.

  • 40 Achille Blondeau, Droit minier, juin 1970, p. 3.

33Il est difficile d’interpréter ces résultats globaux au regard des événements de 1968 car si la CFTC, hostile au mouvement, notamment dans les deux grands bassins du Nord-Pas-de-Calais et de Lorraine, mais avec des militants localement engagés dans les comités de grève, progresse, la CFDT qui fut très impliquée dans la lutte améliore également ces résultats. Quant à la CGT qui donna le ton à la mobilisation, son recul n’entame pas sa position de syndicat largement majoritaire. Le responsable des mineurs CGT évacue 68 des facteurs d’explications sauf pour insister sur le fait que la CFTC doit en partie ses progrès à la « récupération » des avancées alors obtenues : « Il nous faut bien dire que la CFTC ne s’embarrasse pas de beaucoup de scrupules pendant les campagnes électorales. Ainsi, elle n’a pas hésité à brandir comme le résultat de son activité, tout ce qui a été acquis lors de la grève de 1968, grève qu’elle avait combattue ! » Sans l’avouer directement, les enseignements des résultats tirés par Achille Blondeau montrent qu’il a compris que la manière dont le syndicat a géré le mouvement de Mai 68 avait pu susciter des critiques et qu’il fallait tenir compte des nouvelles aspirations : « Sans dramatiser le recul, nous devons le considérer comme un clignotant qui s’allume. Il est des points de notre activité qui ne sont pas approuvés, sinon compris, de la part d’une partie des ouvriers40. »

34Au-delà des spécificités du contexte local et du facteur « personnel » lié au charisme plus ou moins important des délégués sortants et des nouveaux candidats, on peut lire dans l’analyse des résultats à l’échelle de certains bassins les effets différenciés de 1968.

  • 41 La CFDT est absente en 1967 et en 1970. Droit minier, juin 1967, p. 14 et juin 1970, p. 13.

35Dans les Houillères des Cévennes, la CGT reste stable et largement majoritaire en dépassant les 80 % des suffrages, les progrès de la CFTC qui passe de 10,6 à 17,5 % s’expliquent par l’absence de liste présentée par FO en 1970 : le syndicat chrétien « récupère » les 6,2 % obtenus par FO en 196741. Dans le bassin héraultais les ouvriers n’avaient pas de choix en 1970, comme en 1967, puisque seule une liste CGT se présentait à leurs suffrages. Leur adhésion peut cependant se mesurer au niveau de l’abstention : déjà faible en 1967 à 7,9 %, elle recule encore en 1970 à 4 %, ce qui traduit une confiance maintenue en la CGT.

  • 42 Il en va de même au niveau politique où ce bassin, à l’inverse des autres, n’est pas un bastion de (...)

36L’analyse de la situation en Lorraine est intéressante, car nous l’avons vu, la grève n’y a pas affecté l’ensemble du bassin, notamment en raison d’un paysage syndical différent de celui des autres bassins : c’est une zone de faiblesse pour la CGT et de force pour la CFTC42.

  • 43 Jean-Marie Conraud, Militants au travail. CFTC et CFDT dans le mouvement ouvrier lorrain (1890-196 (...)

37Si la CGT recule de 49,6 à 48,8 %, c’est FO qui subit le plus lourd revers passant de 16,3 à 7,8 %, les gains les plus importants étant réalisés par la CFTC qui progresse de 24,5 à 28,3 % et surtout par la CFDT qui passe de 9,5 à 15 %. Si l’impact de Mai 68 fut peut-être négatif pour la CGT, ce n’est pas l’engagement dans la lutte seule qui peut expliquer ce recul puisque la CFDT semble à l’inverse profiter de sa forte implication dans le conflit qui représentait pour elle la première occasion de prouver sa capacité d’action sans « s’abriter » derrière l’accord interconfédéral de 1966 avec la CGT43.

38Dans ce bassin, resserrons encore la focale sur deux secteurs dont les positions furent particulièrement marquées en mai 68 : les puits du centre minier de Merlebach au cœur du bassin, fortement mobilisés, et celui de Folschviller le plus réfractaire, bastion de la CFTC.

  • 44 Robert Mourer, op. cit., p. 390.
  • 45 Le fort enjeu de l’élection à l’échelle de ce puits peut aussi se lire dans le recul de l’abstenti (...)

39Les militants CFTC présentent les résultats de la circonscription de Folschviller comme un désaveu infligé à la CGT pour son action en 1968 : René Ruppel, le délégué mineur CFTC sortant qui avait empêché un temps l’entrée du puits de Folschviller dans la grève, est « plébiscité » par les mineurs puisqu’il réalise un bond de 10 points par rapport à 196744, la CFTC obtenant 47,2 % des voix. Mais cette présentation des faits est biaisée car le syndicat le plus engagé en faveur de la grève progresse aussi : la CGT en position de faiblesse en 1967 avec seulement 18,1 % des voix atteint 31,1 % en 1970. La grande perdante du scrutin est la CFDT qui recule de 11,6 à 4,3 % à rebours de son évolution générale dans ce bassin : on peut penser qu’une partie des mineurs l’ayant suivi au moment de la scission de 1964, n’a pas accepté son engagement dans la grève et rentre au bercail. FO recule aussi fortement passant de 32,8 à 17,4 %. Mai 68 semble donc avoir entraîné dans cette circonscription une radicalisation des positions favorables aux syndicats les mieux identifiés en faveur de la grève, la CGT, ou s’y opposant vigoureusement, la CFTC, avec au sein de cette dernière une redistribution des forces45.

40Si l’on analyse les résultats des trois circonscriptions de Merlebach (Nord, Centre et Sud), on observe là aussi une redistribution des cartes liée au positionnement syndical en 1968. Les évolutions les plus sensibles concernent la CGT qui recule de 49,1 à 38 %, l’un de ses plus mauvais résultats, la CFDT progresse quant à elle de 19,1 à 24,2 % alors que la CFTC se maintient autour de 23 %. Les mineurs engagés dans la lutte ont bien voté en faveur des syndicats qui l’animèrent dans ce secteur mais en choisissant clairement la jeune CFDT, considérée, ici, comme la mieux à même d’incarner les attentes exprimées en 1968.

Après 68, lutter comme avant ?

41Les luttes des années soixante-dix et quatre-vingts contre la poursuite et l’accentuation de la récession charbonnière se placent, au-delà des spécificités conjoncturelles, dans la lignée des mobilisations « vitales » des années soixante. Peut-on cependant distinguer un avant et un après Mai dans les formes de mobilisation ?

De la Lorraine (1970-1974)…

  • 46 Xavier Vigna, op. cit., p. 104.
  • 47 Les mineurs font la une et sont l’objet d’un reportage signé Pierre Legris. J’Accuse, no 2, 15 fév (...)
  • 48 Laurent Mousnier, « Les huit semaines de la République de Faulquemont (27 septembre-25 novembre 19 (...)

42En Lorraine, c’est le devenir de la mine de Faulquemont qui cristallise les tensions sociales : de la séquestration de cadres en 197046, aux grèves de février-mars 1971 qui retiennent l’attention du mensuel d’extrême gauche J’Accuse47 jusqu’aux huit semaines de la « République de Faulquemont » à la fin de l’année 1974, mouvement intersyndical qui traduit le refus de la fermeture planifiée dès 197148. L’une des figures de ces luttes est Joseph Bastian délégué mineur CFDT qui anima la grève du printemps 1968 et organise en 1971 l’occupation de la direction générale des houillères à Merlebach. Dans la foulée, il est candidat aux élections municipales de mars 1971, conduisant avec Henri Freisberg (CGT) la liste intersyndicale qui affronte celle du conseiller général André Gouy (droite). Joseph Bastian, ainsi que dix-huit de ses colistiers, est élu dès le premier tour en obtenant 65 % des voix.

43Si les modalités de luttes et la personnalité des acteurs des mouvements de Faulquemont de 1970 à 1974 traduisent l’impact de Mai 68, c’est à Alès dans le bassin des Cévennes que se déroule l’une des grèves les plus emblématiques du creuset revendicatif des luttes minières de l’après 68.

… aux Cévennes (1980-1981)

44Au début du mois de mai 1980, environ 150 mineurs du puits Destival occupent le fond pour s’opposer à la fermeture du site. Ils exigent l’ouverture du panneau appelé « Ladrecht » situé entre leur puits et celui des Oules. Ce conflit, dit de « Ladrecht », est l’un des plus longs de la corporation : il dure treize mois pour ne prendre fin qu’en juin 1981 au lendemain de l’élection de François Mitterrand, avec la victoire des mineurs qui obtiennent le maintien de la voie d’accès menant au charbon qu’ils avaient décidé d’ouvrir deux mois plus tôt. Conflit typique de la défense de l’emploi charbonnier (2 000 emplois sont en jeu avec une perspective de vingt années d’activité), les mineurs, encadrés par la CGT et soutenus activement par les fédérations communistes du Gard et l’Hérault, lui donne une dimension régionale puis nationale.

  • 49 Témoignage de Malek, cité dans Françoise Gardès-Madray et Jacques Bres, Parole ouvrière autour de (...)

45Les mineurs CGT d’Alès se font aussi autogestionnaires. C’est la découverte du travail sans encadrement : « Au fond, on était tous des chefs : c’était l’autogestion49 ! » Pour Georges Séguy, la lutte des mineurs se place dans la lignée de Mai 68 :

  • 50 Françoise Gardès-Madray et Jacques Bres, op. cit., p. 32. En 1968, celui-ci avait qualifié l’autog (...)

« Elle a secrété un certain nombre d’idées qui nous sont chères et qui avaient germé déjà en mai 68. Cet exemple avait prouvé que, lorsque les travailleurs sont responsables de la gestion de ce dont ils ont à s’occuper, ils gèrent très bien les choses. Le combat des mineurs de Ladrecht a poussé à un niveau encore plus élevé cette expérience : ils sont parvenus, malgré les difficultés auxquelles ils se heurtaient, les oppositions, parfois même la répression, à continuer une exploitation de la mine. C’est le symbole le plus sublime de l’autogestion qu’on puisse imaginer dans la lutte de classe50. »

  • 51 Né en 1937, mineur dans l’Aveyron depuis 1952. Militant CGT au puits central de Decazeville, il pa (...)
  • 52 Olivier Kourchid, op. cit., p. 213 et 214.
  • 53 Frank Georgi, « La France et la circulation internationale de l’utopie autogestionnaire », dans Ge (...)
  • 54 Alain Boscus, « Jaurès et les nationalisations », Jean Jaurès cahiers trimestriels, no 150, octobr (...)

46Si le leader de la CGT Francis Iffernet51 s’appuie sur son expérience de la lutte de Decazeville, notamment pour organiser l’occupation du fond et mobiliser la population autour des mineurs, les événements de 68 et leur lendemain comptent également. La dynamique interne du mouvement traduit en effet un changement de paradigme en cours de grève : de la grève d’autodéfense, dimension habituelle des luttes contre la récession, le passage à une pratique autogestionnaire révèle, ne serait-ce qu’un court moment, une autre dynamique initiée en 68 et qui pousse à aller jusqu’à l’illégalité et la vente de la production. Pendant cette longue période de lutte, ils reprennent « la tactique d’appropriation des LIP, ou celle – plus formalisée – de la reprise d’activité par les salariés dont on voit des exemples en Grande-Bretagne ou aux États-Unis52 ». Ladrecht est aussi une illustration du changement de climat qui s’opère en France à compter de 1977-1978 : avec la crise l’autogestion s’est éloignée « de l’horizon comme utopie mobilisatrice » même si la CGT et le PCF s’approprient à cette période un « mot d’ordre pourtant lancé contre eux en 196853 ». On peut aussi discerner dans cette « insubordination ouvrière » la marque d’une conception jaurésienne de la propriété sociale : le député des mineurs de Carmaux était favorable à la participation des salariés à la gestion de leur entreprise. C’est « bien le concept d’appropriation sociale qui est majeur chez Jaurès et non celui de nationalisation54 ».

  • 55 Boris Gobille, « L’événement Mai 68. Pour une sociohistoire du temps court », Annales HSS, mars-av (...)

47Au final, le mouvement de grève des mineurs de l’Hérault et des Cévennes s’inscrit dans l’espace-temps de la lutte de l’ensemble de la corporation, rythmée par les décisions de la fédération CGT dominante, dont les responsables sont eux-mêmes tributaires des modes et rythmes d’actions décidés par la confédération. C’est bien « l’intrigue nationale55 », et d’abord la stratégie de la CGT de « mise en mouvement des masses », qui explique l’extension du conflit à l’ensemble de l’archipel minier et sa chronologie.

48Dans le Languedoc, à côté des bassins houillers où l’engagement dans la lutte reflète les craintes liées à l’ampleur de la reconfiguration économique et sociale en cours, la mobilisation est plus forte dans la métropole montpelliéraine où les importantes mutations et la croissance démographique traduisent une situation économique beaucoup plus favorable : ici la mobilisation, notamment chez les étudiants et les nouveaux salariés du tertiaire, dont une part importante sont des jeunes femmes, prend des airs plus « riants ».

  • 56 Achille Blondeau, « La grève générale de Mai 1968. Une belle et bonne grève », op. cit., p. 1.

49Cette perte de centralité des mineurs sur la scène des luttes sociales transparaît également dans l’évolution de l’interprétation des événements par son principal acteur chez les mineurs, Achille Blondeau. Revenant à chaud sur la dynamique du mouvement, il choisit de le placer dans le fil chronologique des grèves des années soixante : « Dix années de politique gaulliste ont accumulé un mécontentement général et profond. Notre grève de 1963 avait sonné la reprise de la lutte […]. » Au moment de « l’explosion de 1968 », les syndicats ne sont pas des spectateurs dépassés par les événements : « On peut dire que ce sont au contraire les étudiants qui, en mai 1968, ont pris place dans le train de la lutte que conduisait la classe ouvrière56. »

50En octobre 1968, il analyse les événements en insistant sur la part spécifique revenant aux mineurs dans l’affaiblissement du pouvoir gaulliste :

  • 57 Rapport du conseil national de la FNSS-CGT au congrès de Pau (21-26 octobre 1968), op. cit., p. 6.

« Dans le combat contre le pouvoir gaulliste nous nous sommes levés avant le jour. La première bataille de masse, mettant en difficulté le pouvoir devant l’opinion publique, a été en 1961-1962, la grève de 66 jours à Decazeville. En mars-avril 1963, c’est la grève des mineurs qui a fait baisser la popularité du général de Gaulle à son point le plus bas. Le non unanime de la corporation à la réquisition a ébranlé le pouvoir et frayé le chemin à d’autres luttes57 ».

  • 58 Témoignage d’Achille Blondeau dans BDIC, Matériaux pour l’histoire de notre temps, op. cit.

51Vingt ans plus tard, le discours de l’ancien responsable des mineurs CGT apporte quelques nuances au constat dressé à l’été puis à l’automne 1968 : il continue de placer les événements de Mai dans le fil des luttes des mineurs et des salariés dans les années soixante, mais il admet que le mouvement a pu avoir une dynamique propre à même d’influencer le type de riposte de la corporation. Mai 68 et la grève générale illimitée arrivent en quelque sorte de manière inespérée comme une forme de lutte plus adaptée aux attentes des mineurs : « Dans les mines on assistait à un refus de la grève de 24 h. L’opinion générale était ‘‘pour faire reculer de Gaulle, 24 h ça ne suffit pas’’. Il faut frapper un grand coup tous ensemble. » Achille Blondeau reconnaît par ailleurs la part importante jouée par les étudiants et son impact sur la grève ouvrière : « Frapper un grand coup ne se réalise pas d’un coup de baguette magique. Il faut que les conditions soient créées. Elles l’étaient en ce mois de mai 1968 et l’on peut dire que le mouvement étudiant, qui a été extrêmement important, en a constitué le détonateur58. »

  • 59 Pierre Outteryck, Achille Blondeau. Mineur résistant déporté syndicaliste, Montreuil, Institut d’h (...)

52Quarante ans après les événements et vingt ans après avoir « réévalué » la place des étudiants dans la dynamique des grèves, Achille Blondeau explique enfin pourquoi les mineurs en 68 ne furent pas « au premier rang comme ils l’avaient été dans de nombreuses luttes précédentes ou encore en 1963 ». Leur rôle ne fut pas décisif car « la profession était affaiblie, sur son déclin59 ». Le « moment 68 » dessine un paysage social fragmenté qui traduit le déclin du charbon et la fin de la figure du mineur comme idéaltype du mouvement ouvrier.

Notes

1 Raymond Dugrand (dir.), Atlas du Languedoc-Roussillon, Paris, Éditions Berger-Levrault, 1969.

2 En 1947-1948, à son apogée, ce bassin employait environ 2 200 salariés ; à la fin 1960, ils n’étaient déjà plus que 968 dont 366 ouvriers au jour. Jacques Rouzier, La crise charbonnière française et ses conséquences dans le bassin minier de Graissessac. Rapport d’étude, Montpellier, Centre régional de la productivité et des études économiques, 1961, p. 191 et 192. Au recensement de 1968, Le Bousquet-d’Orb compte 2 270 habitants, Graissessac 1 510 et le bassin dans son ensemble moins de 10 000.

3 Nous présentons ici des aspects qui permettent d’approfondir l’approche de la mobilisation des mineurs proposée dans O. Kourchid et C. Eckert, « Les mineurs des houillères en grève : l’insertion dans un mouvement national », 1968. Exploration du mai français, t. i, Terrains, R. Mouriaux et alii (dir.), Paris, L’Harmattan, 1992, p. 85 à 106.

4 Pour reconstituer la chronologie et la nature des événements dans l’Hérault et le Gard, nous nous sommes essentiellement appuyés sur les archives de la préfecture de l’Hérault, Montpellier étant également siège de la préfecture de région. Archives départementales de l’Hérault (ADH ensuite) : 676 W 125 (grève générale de mai 1968 ; notamment les notes des renseignements généraux et les rapports de gendarmerie) ; 574 W 39 et 40 (revue de presse régionale du cabinet du préfet) ; 46 (synthèse des renseignements des groupements de gendarmerie de la région) et 50 (synthèse quotidienne régionale des renseignements généraux pour l’année 1968). Les autres sources sont précisées au fil du texte. Les archives des Houillères des Cévennes (bassins du Gard et de l’Hérault) déposées aux archives départementales du Gard ne sont encore ni inventoriées ni classées et demeurent, à ce jour, inaccessibles.

5 Le chiffre le plus élevé est donné par la presse syndicale CGT alors que Lilian Mathieu conserve la fourchette basse. Lilian Mathieu, « Les manifestations en mai-juin 68 », Dominique Damamme et alii (dir.), Mai-juin 68, Paris, Éditions de l’Atelier, 2008, p. 199.

6 O. Kourchid et C. Eckert, op. cit., p. 90 et 100-101.

7 Pour une approche plus précise des événements dans ce bassin, voir O. Kourchid et C. Eckert, op. cit., p. 99 à 105. Dans le groupe de Douai, les puits entrant en grève sont les puits Gayant, Notre-Dame et de Sessevalle. Robert Coeuillet, Radiographie minière. Charbonnages de France. Midi-Nord-Lorraine, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 353.

8 Rapport du conseil national de la FNTSS-CGT au congrès de Pau (21-26 octobre 1968) présenté par Achille Blondeau, Droit minier, novembre 1968, p. 7. Leur présence ne date pas des événements de 1968, puisque le responsable syndical signale qu’ils avaient déjà été « vus à l’œuvre » lors de la grève des mineurs en 1963. En 1968, Achille Blondeau dirige la FNTSS-CGT dans le Nord-Pas-de-Calais mais en raison des problèmes de santé de Léon Delfosse, secrétaire général de la fédération en titre, c’est lui qui prend en charge l’organisation de la lutte des mineurs.

9 D’après Robert Mourer, responsable du syndicat des mineurs de charbon CFTC de Lorraine. Robert Mourer, Mineurs de charbon lorrain dans l’histoire d’une région frontalière (1856-2004), Sarreguemines, Éditions Pierron, 2005, p. 390.

10 Claude Pennetier, « PCF et CGT face à 68 », dans Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68. Une histoire collective (1962-1981), Paris, La Découverte, 2008, p. 342.

11 Témoignage d’Achille Blondeau datant de 1988 et publié dans BDIC, Matériaux pour l’histoire de notre temps, volume 20, no 1, 1990, p. 52 et 53.

12 Pour Robert Coeuillet, le lundi 20 mai dans le bassin, « la grève est à peu près complète au fond et assez largement suivie au jour ». Robert Coeuillet, op. cit., p. 353.

13 Plutôt qu’au 18 mai évoqué par O. Kourchid et C. Eckert, op. cit., p. 90.

14 Sans toutefois concerner tout le sud du bassin et notamment le puits de Folschviller. Le rapport préfectoral qui signale le 21 mai qu’en Moselle, « la grève est totale dans les houillères » opère donc une généralisation abusive. Cité dans Xavier Vigna, L’insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 31.

15 Phase chronologique correspondant dans la stratégie de la CGT au « lancement de la grève ». René Mouriaux, « Le mai de la CGT : les masses en mouvement sans issue politique », dans René Mouriaux et alii. (dir.), 1968. Exploration du mai français, t. ii, Acteurs, Paris, L’Harmattan, p. 22.

16 En Auvergne par exemple, la « consigne » d’entrée en grève du délégué mineur CGT était attendue, certains mineurs ne comprenant pas pourquoi le syndicat « tardait ». Témoignage de L. M., janvier 2009.

17 Robert Mourer, op. cit., p. 390.

18 Achille Blondeau, « La grève générale de Mai 1968. Une belle et bonne grève », Droit minier, juin-juillet-août 1968, p. 3. La CGT n’a cependant pas réussi à obtenir l’arrêt des fermetures de puits d’où une certaine déception, principal ressort de la poursuite de la grève à la base alors que pour les négociateurs de la CGT jouent aussi les « contraintes » de la stratégie confédérale : « Les négociations n’étaient pas achevées dans la plupart des autres secteurs nationalisés et dans l’industrie privée et nous ne voulions pas affaiblir le mouvement général en reprenant le travail. » Témoignage d’Achille Blondeau dans BDIC, Matériaux pour l’histoire de notre temps, op. cit.

19 Midi Libre, 31 mai 1968.

20 Robert Coeuillet, op. cit., p. 354 et 355.

21 Houillères du Bassin de Lorraine, Du charbon et des hommes. Histoire des Houillères du Bassin de Lorraine de 1946 à 1992, Sarreguemines, Éditions Pierron, 1994, p. 276.

22 Tract signé d’un « groupe de mineurs » qui accuse les responsables syndicaux d’avoir « trahi la classe ouvrière ». Cité dans Xavier Daumalin et alii., Gueules noires de Provence. Le bassin minier des Bouches-du-Rhône (1744-2003), Marseille, Éditions Jeanne Laffitte, 2005, p. 250.

23 Rapport du conseil national de la FNTSS-CGT au congrès de Pau (21-26 octobre 1968), op. cit., p. 5 à 10. Pour le détail des résultats obtenus par les mineurs voir O. Kourchid et C. Eckert, op. cit., p. 92-97.

24 Olivier Kourchid, « L’action syndicale minière entre l’économie et le politique : le cas de la récession en France et dans le Nord/Pas-de-Calais, 1956-2004 », p. 189 à 219, Revue du Nord, no 21, 2006, p. 196.

25 Télégramme du préfet de l’Hérault aux ministres de l’Industrie et de l’Intérieur, 8 août 1960 (ADH 448 W 122). Dans les semaines qui suivent plusieurs arrêts de travail ponctuels sont effectivement signalés par les autorités. Ce qui contredit l’affirmation d’Éric Kocher-Marboeuf selon qui « aucune opposition syndicale ou politique ne suit l’annonce du plan ». Éric Kocher-Marboeuf, « Jean-Marcel Jeanneney et la reconversion des bassins charbonniers », p. 29 à 40, Revue du Nord, no 21, 2006, p. 36.

26 Michelle Zancarini-Fournel, « Le champ des possibles », dans Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), op. cit., p. 43.

27 Voir O. Kourchid et C. Eckert, op. cit., p. 86 à 89.

28 Note du chef du Service départemental des Renseignements généraux du Gard au directeur de cabinet du préfet de l’Hérault, 20 mai 1968 à 16h 30, reprenant le communiqué du Comité Intersyndical du bassin des Cévennes CFTC, FO, CFDT, CGC (ADH 676 W 125).

29 Midi Libre, 21 mai 1968.

30 Dans le département du Nord existe la même configuration socio-économique et revendicative notamment dans les usines textiles de Roubaix. Xavier Vigna, op. cit., p. 149.

31 « Réunion-débat sur la révolution étudiante », Midi-Libre, 18 mai 1968.

32 « Motion déposée en mairie de Bédarieux le 13 mai 1968 » (ADH 676 W 124-1). Les éléments soulignés le sont dans le texte original.

33 Leur organisation est parfois chaotique en raison de l’absence du personnel prévu mais globalement la sauvegarde des installations est assurée. Voir l’exemple du Nord-Pas-de-Calais dans Robert Coeuillet, op. cit., p. 354.

34 Houillères du Bassin de Lorraine, op. cit., p. 276.

35 Les élections professionnelles de 1967 ont vu la constitution d’une liste intersyndicale CGT-FO. Sur les sept élus, six sont nés dans le bassin minier et y résident, le septième étant né à Roche-la-Molière dans le bassin houiller de la Loire et résidant au Bousquet-d’Orb ; leur âge se situe entre 35 et 45 ans, sauf pour l’un d’entre eux plus âgé : tout laisse à penser qu’il s’agit d’anciens mineurs « reconvertis » (ADH 574 W 86).

36 Intervention de Jean Hernandez au congrès. Compte rendu du 56e congrès, Droit minier, no 5, mai 1966, p. 33.

37 Entretien, janvier 2009. Au moment des événements, près d’un Montpelliérain sur sept est étudiant et les facultés de lettres et de sciences furent très touchées. Sur la composante étudiante du mouvement voir Pierre-Marie Ganozzi, « Le mouvement étudiant en Mai 68 à Montpellier », p. 21 à 38, dans « Mai 68, Aspects régionaux et internationaux », Dissidences, vol. no 5, octobre 2008. Ces recherches s’appuient en grande partie sur les témoignanges d’acteurs des événements.

38 Robert Coeuillet, op. cit., p. 352. Ingénieur civil des Mines et membre de l’encadrement aux houillères du Nord-Pas-de-Calais, il présente une vision personnelle des événements auxquels il était opposé.

39 Nous analysons ici exclusivement les résultats du fond et des découvertes qui concernent la plus grande partie des salariés des houillères et ceux qui jouent le rôle le plus important au moment des grèves. Résultats tirés du Droit minier, juin 1967 et juin 1970.

40 Achille Blondeau, Droit minier, juin 1970, p. 3.

41 La CFDT est absente en 1967 et en 1970. Droit minier, juin 1967, p. 14 et juin 1970, p. 13.

42 Il en va de même au niveau politique où ce bassin, à l’inverse des autres, n’est pas un bastion de la gauche mais élit des députés gaullistes.

43 Jean-Marie Conraud, Militants au travail. CFTC et CFDT dans le mouvement ouvrier lorrain (1890-1965), Nancy-Metz, Presses universitaires de Nancy-Éditions Serpenoise, 1988, p. 345.

44 Robert Mourer, op. cit., p. 390.

45 Le fort enjeu de l’élection à l’échelle de ce puits peut aussi se lire dans le recul de l’abstention (-2 points) alors qu’elle progresse de plus d’un point à l’échelle du bassin. L’opposition CGT-CFTC avait pris une forme exacerbée dès 1968, le journal des mineurs CGT attaquant violemment le syndicat chrétien.

46 Xavier Vigna, op. cit., p. 104.

47 Les mineurs font la une et sont l’objet d’un reportage signé Pierre Legris. J’Accuse, no 2, 15 février-15 mars 1971 (ADH 1 J 1220, fonds André Boismenu).

48 Laurent Mousnier, « Les huit semaines de la République de Faulquemont (27 septembre-25 novembre 1974) », Les cahiers de l’Institut d’histoire sociale mines-énergie, no 15, avril 2007, p. 26 à 36.

49 Témoignage de Malek, cité dans Françoise Gardès-Madray et Jacques Bres, Parole ouvrière autour de Ladrecht, Paris, Messidor-Éditions Sociales, 1986, p. 30.

50 Françoise Gardès-Madray et Jacques Bres, op. cit., p. 32. En 1968, celui-ci avait qualifié l’autogestion de « formule creuse ». Serge Berstein, « Les usages politiques de l’autogestion », dans Frank Georgi (dir.), Autogestion. La dernière utopie ?, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 166.

51 Né en 1937, mineur dans l’Aveyron depuis 1952. Militant CGT au puits central de Decazeville, il participe au mouvement de 1961-1962 en étant responsable d’un groupe d’occupation du fond. Muté en 1966 au puits Destival, il participe activement aux événements de Mai 68. Entretiens, mars 2009.

52 Olivier Kourchid, op. cit., p. 213 et 214.

53 Frank Georgi, « La France et la circulation internationale de l’utopie autogestionnaire », dans Geneviève Dreyfus-Armand et alii (dir.), Les années 68 un monde en mouvement. Nouveaux regards sur une histoire plurielle (1962-1981), Paris, Syllepse, 2008, p. 96 et 100.

54 Alain Boscus, « Jaurès et les nationalisations », Jean Jaurès cahiers trimestriels, no 150, octobre-décembre 1998, p. 185-186 et 190. Pour Alain Boscus, on discerne chez Jaurès une visée autogestionnaire et décentralisatrice respectueuse de l’autonomie des organisations ouvrières et des institutions (communes, syndicats…). Alain Boscus, « Conception jaurésienne de la propriété sociale », p. 7, site internet de la Société d’études jaurésiennes (http://www.jaures.info).

55 Boris Gobille, « L’événement Mai 68. Pour une sociohistoire du temps court », Annales HSS, mars-avril 2008, p. 336.

56 Achille Blondeau, « La grève générale de Mai 1968. Une belle et bonne grève », op. cit., p. 1.

57 Rapport du conseil national de la FNSS-CGT au congrès de Pau (21-26 octobre 1968), op. cit., p. 6.

58 Témoignage d’Achille Blondeau dans BDIC, Matériaux pour l’histoire de notre temps, op. cit.

59 Pierre Outteryck, Achille Blondeau. Mineur résistant déporté syndicaliste, Montreuil, Institut d’histoire sociale mines-énergie, 2008, p. 162.

Auteur

Professeur d’histoire-géographie en lycée à Montpellier – CRISES (Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales), université Montpellier 3.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540