Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À chacun son Mai ?

 | 
Gilles Morin
, 
Gilles Richard
, 
Gilles Vergnon
, 
et al.

Deuxième partie. Le Mai des métiers. Des militaires aux cheminots

Mai-juin 1968 dans une conjoncture longue de lutte : les dockers de Marseille

Emmanuel Arvois

Texte intégral

1Les grèves ouvrières de mai-juin 1968 à Marseille et dans les Bouches-du-Rhône frappent par leur caractère massif et leur durée. À l’intérieur de cette séquence locale, la combativité des dockers permet d’éclairer pour une profession et dans un contexte particulier certains des facteurs qui contribuent à la prolongation du conflit par-delà les deux tournants majeurs que sont les accords de Grenelle et le discours de de Gaulle le 30 mai. Entrés en grève massivement le 20 mai, ils ont été le dernier groupe ouvrier important du département à en sortir le 19 juin, à la veille du congrès de la Fédération des ports et docks de la CGT qui se tint les 20 et 21 juin, et à trois jours seulement du premier tour des élections législatives.

  • 1 Voir entre autres Michel Pigenet, « Les dockers français, “garde-côtes de la paix” », Images et mo (...)

2Le conflit des dockers se déploie sur l’arrière-plan des contentieux sociaux qui agitent le port tout au long des années 1960. La dynamique de la grève de masse permet que se cristallise dans une confrontation majeure au plan local l’ensemble des questions « professionnelles » posées au cours des années précédentes. Si tous les comptes ne sont pas soldés au terme du conflit, le rapport de force exercé permet des avancées décisives et modifie sensiblement et à long terme les rapports sociaux sur le port de Marseille. En effet, la grève concrétise une reconquête du port par la CGT des dockers après la grande défaite du printemps 1950 et les conséquences qui s’ensuivirent. Le mouvement des dockers de Marseille contre les transports de guerre est amorcé fin 1949. Il s’inscrit donc dans cette période contradictoire de reflux des luttes mais où en même temps la combativité ouvrière reste élevée dans certains secteurs, malgré la répression. Il se conclut en avril 1950 par une défaite majeure avec le lock-out de plus de quatre cents dockers et une répression très vive qui s’abat sur les militants CGT. Les acconiers marseillais en profitent pour dénoncer en novembre 1951 la convention collective portuaire1. Mais, par les positions nouvelles qu’elle permet de conquérir, la grève de mai-juin 1968 débouche pour le syndicat des dockers CGT sur un rapport de force inédit depuis la Libération face au patronat local et à l’administration portuaire de l’État. Aussi l’étude de ce conflit ouvre-t-elle encore sur deux champs de questionnement. Premièrement un questionnement sur le rapport de la dynamique de ce conflit professionnel et local avec la dynamique générale du mouvement de mai-juin 1968. Deuxièmement, en terme de cycle de lutte et donc de périodisation, un questionnement sur l’inscription de ce conflit respectivement dans la conjoncture longue des luttes sur le port et dans la conjoncture immédiate de la grève de masse.

Déroulement du conflit

Initiative

3L’action des dockers marseillais dans la grève de mai-juin 1968 débute à l’initiative des syndicats CGT de dockers le lundi 20 mai par une assemblée générale réunie au centre d’embauche de la Joliette qui adopte une résolution décidant la grève illimitée. La tenue de cette assemblée dans le centre d’embauche est significative de l’appropriation de l’espace portuaire auquel donne lieu la grève.

4Le texte de la résolution débute sur une reprise des mots d’ordre généraux de la grève issus de la plate-forme nationale d’unité d’action :

  • 2 CAC, 870 150 art. 194, Port de Marseille « Grève de mai-juin 1968 », résolution des dockers prise (...)

« L’assemblée des dockers […] réunie le 20 mai 1968 au Centre d’embauche de la Joliette considère que seule l’action unie des travailleurs entraînera les changements profonds auxquels ils aspirent et décide de rejoindre les millions de travailleurs qui ont déjà engagé la lutte pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Elle fait sienne les revendications fondamentales de la CGT […].
À savoir : diminution du temps de travail sans diminution de salaires. Augmentation des salaires. Abrogation des ordonnances et amélioration de la Sécurité sociale. Respect et élargissement des libertés syndicales. Diminution de l’âge de la retraite2. »

  • 3 Cet ensemble articule notamment : 1 – La revendication d’une diminution de l’horaire avec majorati (...)

5Ensuite, la résolution décline les revendications des dockers de Marseille qui forment un ensemble assez cohérent articulé à l’exigence d’un respect intégral de la loi du 6 septembre 1947 portant statut des dockers et à l’augmentation des effectifs de dockers titulaires de la carte professionnelle3. Cette plate-forme de lutte illustre le très fort investissement à la fois local et professionnel dans la grève dès son déclenchement. Elle fait écho, dans le contexte particulier du port de Marseille, au thème qui s’exprime alors dans les déclarations confédérales par la formule « régler les comptes en retard ».

Grenelle

  • 4 AD BdR, 135 W 349, télégramme de synthèse du préfet du 28 mai soirée.
  • 5 AD BdR, 135 W 349 chemise « port ». Rapport de l’ingénieur des travaux publics du port de Marseill (...)

6Le premier tournant important de la grève des dockers de Marseille intervient logiquement le mardi 28 mai au retour des négociations de Grenelle. Les sources policières font état d’une assemblée générale de 1 500 dockers tenue ce jour-là à l’initiative de la CGT : « Les syndicats CGT de la manutention ont organisé une assemblée générale à laquelle ont participé 1 500 dockers qui ont décidé la poursuite du mouvement4. » La résolution votée par l’assemblée5 souligne l’insuffisance des résultats de la « table-ronde » définis comme « les propositions gouvernementales et patronales » et réitère sa confiance aux organes de directions confédéraux et fédéraux de la CGT. Elle minimise comme d’autres expressions au même moment la participation de la direction de la CGT à l’établissement du constat de Grenelle.

  • 6 AD BdR, 135 W 349, télégramme du préfet 28 mai 13 heures 10.
  • 7 AD BdR, 135 W 349 chemise « port ». Rapport de l’ingénieur des travaux publics du port de Marseill (...)

7Par ailleurs, les organisations syndicales de dockers sont reçues pour la première fois, le jour même par la direction du port de Marseille6. L’ingénieur des travaux publics donne en annexe de son rapport au ministre7 les procès-verbaux de ces rencontres. Dans sa présentation il propose un classement des questions qui montre que le cadre tripartite de la branche portuaire (État-patronat-syndicats), y compris au plan local, qui s’impose dans cette phase comme le cadre principal de la négociation et du rapport de force Le rapport organise la présentation des questions à traiter en quatre rubriques : ce qui relève des commissions paritaires nationales, ce qui relève des commissions paritaires locales, ce qui relève du conseil d’administration du BCMO, ce qui relève du domaine législatif et réglementaire. Significative d’un tournant plus général du conflit, une dissociation objective des plans revendicatifs – syndicaux et politiques, professionnels et interprofessionnels – s’engage après Grenelle. Cette dissociation est d’ailleurs inscrite dans les déclarations même de la CGT à ce moment du conflit. La confédération dans son communiqué du 27 mai approuve « la position de sa délégation qui a refusé de signer [le procès-verbal des négociations] » et note que « les augmentations de salaires accordées ne constituent qu’un minimum interprofessionnel, à partir duquel les revendications plus importantes doivent être discutées au niveau des commissions paritaires qui doivent s’ouvrir immédiatement ». Il indique que si des résultats appréciables ont été obtenus, des « revendications essentielles » n’ont pas été acceptées. Il s’agit désormais « d’imposer aux autres niveaux » ce qui reste en souffrance.

8Lors de la rencontre du 28 mai, face à la direction du Port, la CGT des dockers de Marseille met l’accent sur les questions de démocratie et d’exercice des libertés syndicales. Il s’agit de concrétiser le rapport de force acquis en le cristallisant sous une forme durable au travers de l’élection de délégués syndicaux exerçant des responsabilités permanentes dans différents secteurs de la vie du port : conseil d’administration du port autonome et du BCMO, comités d’entreprises, comité inter-entreprises, centres d’embauche, chantier… La volonté de maximiser et de transposer les objectifs démocratiques de la grève dans le champ portuaire local forme un axe décisif de la grève prolongée des dockers de Marseille après Grenelle. Elle comporte une forte connotation de « revanche sociale et historique » et les conquêtes qui en découleront au terme du conflit ont contribué fortement à lui donner son caractère de tournant.

Juin

  • 8 AD BdR, 135 W 349 et 350.
  • 9 Cette signature accordée le 10 juin à l’accord dit de « Marceau » avec l’UNIM par la fédération CG (...)

9Le discours de de Gaulle le 30 mai et la mobilisation du camp conservateur contre la grève ouvre une période assez confuse dans le conflit des dockers de Marseille. Situation qui est évidemment d’abord la conséquence de l’initiative du pouvoir et la conséquence ensuite de la reprise du travail qui s’amorce. Le 30 mai le télégramme du préfet au ministre de l’intérieur indique : « Port Autonome : la délégation entrée de Paris a déclaré avoir obtenu certains relèvements de salaires, les pourparlers se poursuivront le 6 juin. » Le vendredi 31 mai, la synthèse départementale des RG établie à 9 heures indique qu’une assemblée générale est en cours au PAM et que la reprise est envisagée. Le 1er juin le télégramme du préfet indique en soirée que FO a décidé la reprise mais que la CGT discute encore. Enfin, la synthèse départementale des RG du mardi 4 juin indique qu’un vote à bulletin secret à l’initiative de FO et contre l’avis de la CGT a donné une majorité pour la reprise : 853 votants, 2 nuls, 456 pour, 395 contre8. Cette situation est aussi la conséquence de la résistance patronale dans les négociations qui s’ouvrent au plan national et enfin des contradictions que tout cela provoque au sein de la fédération CGT des Ports et Docks. Ces contradictions prennent un caractère particulièrement aigu à Marseille après la signature accordée le 10 juin par la direction de la fédération CGT des Ports et Docks à un accord paritaire national, dit « accord Marceau9 ». Il faut donc prendre la mesure des enjeux de la grève qui se prolonge à Marseille au-delà du 10 juin, alors qu’à l’exception de Dunkerque tous les autres ports ont repris ou reprennent le travail. Cette grève continuée est porteuse d’un refus de l’accord lui-même mais aussi d’une résistance à la direction fédérale qui, en le signant, fait pression dans le sens de la reprise. Elle atteste de la dynamique locale du mouvement et du refus des dockers de Marseille de solder à trop bon compte le rapport de force conquis dans la grève de masse du 20 au 30 mai et maintenu en juin, malgré l’offensive conservatrice, dans leur milieu professionnel propre.

  • 10 Messages des Renseignements généraux du port, AD BdR, 135 W 349 et 135 W 350.
  • 11 AD BdR, 135 W 350, RG Port no 59, 5 juin. Même information pour le 6 juin dans message no 63, AD B (...)
  • 12 AD BdR, 135 W 351, chemise « Conflit du port de Marseille… ».
  • 13 Rapport du 17 juin de l’Ingénieur des Travaux Publics du port. AN 870 150, art 194. Par ailleurs l (...)

10Le mois de juin est marqué par la tenue de plusieurs assemblées générales massives10 et l’enceinte portuaire reste contrôlée par les grévistes jusqu’à la fin du conflit11. Ce qui atteste du maintien d’une forte dynamique de lutte. Signe de l’unanimité très forte du mouvement, aucune tentative n’est faite par le patronat et l’administration pour forcer la reprise. Finalement, le 15 juin, le préfet écrit au directeur du port pour lui demander de concrétiser l’accord recueilli auprès des parties12. La résistance des grévistes et militants marseillais a payé. Mais la fin de la grève n’est votée que le 19 juin après que les grévistes ont obtenu certaines assurances et de nouvelles concessions et après que la CGT a fait ratifier le protocole en assemblée générale. Le processus de sortie de grève illustre la volonté de la CGT de garder l’initiative syndicale jusqu’au bout en s’appuyant sur l’assemblée des dockers. Le protocole du 15 juin avait recueilli l’assentiment de FO, de la CGC et même de la CFDT. Cette dernière a cependant modifié ensuite son attitude pour s’aligner sur le rejet de la CGT13.

Éléments de bilan

Revanche et tournant

  • 14 Compte rendu analytique du congrès de la fédération CGT des Ports et Docks, 20 et 21 juin 1968, p. (...)

11La grève du printemps 1968 constitue donc un tournant parce qu’elle permet que soit pleinement reconnue et respectée la position dominante de la CGT. Sur le port de Marseille. De ce point de vue elle constitue la clôture d’un long cycle de luttes impliquant la « vieille génération » des dirigeants locaux, ayant connu les grèves dures de 1947-1951, pour qui la grève de 1968 constitue une éclatante revanche. C’est ce qu’exprime fortement Albert Brachet, un dirigeant historique de la CGT des dockers de Marseille, lors du congrès de la fédération tenu immédiatement après la grève, les 20 et 21 juin : « Notre rôle a été le fruit persévérant des militants qui furent brimés, sanctionnés, privés de travail par les patrons et les pouvoirs publics. Nous en récoltons les fruits : Marseille est un port qui s’est redressé et qui maintenant a repris sa combativité égale à celle des autres ports14. »

  • 15 Michel Pigenet, « L’expérience incommunicable des dockers ou le paradoxe portuaire », dans Frank G (...)

12Pour la CGT, la quasi-hégémonie syndicale retrouvée dans la seconde moitié des années 1960 s’est concrétisée dans un conflit long et massif au cours duquel elle a constamment dirigé la lutte. Les résultats obtenus constituent des avancées remarquables dans le sens de « la protection du travail » dont Michel Pigenet signale qu’elle est au cœur des stratégies du syndicalisme docker15. La CGT dispose désormais de moyens nouveaux pour contrer les stratégies patronales de contournement de l’embauche et de l’intermittence. Elle est parvenue à placer les dockers âgés ou inaptes dans une position relativement protégée et à imposer un contrôle direct par les organisations syndicales de la régularité de l’embauche dans les centres de main-d’œuvre. Elle est parvenue à faire attribuer, au bénéfice de très nombreux dockers occasionnels, de nouvelles cartes de dockers professionnels. À cela s’ajoute le rapport de force exercé face au patronat et à la direction et que sanctionne en partie le siège supplémentaire obtenu au conseil d’administration du BCMO. L’acquis se marque enfin dans la démocratisation des élections des délégués et l’élargissement considérable de leurs possibilités d’intervention sur le port et du même coup le contrôle qu’ils acquièrent progressivement sur le travail lui-même dans les années suivantes.

Contestation

  • 16 Compte rendu analytique du congrès de la Fédération CGT des Ports et Docks, 20 et 21 juin 1968, p. (...)

13En ce qui concerne maintenant le bilan plus général du mouvement tel qu’il est tiré par les militants marseillais, le congrès de la Fédération CGT des ports et docks qui se tient immédiatement après, les 20 et 21 juin 1968, témoigne de leur part de vives critiques de la direction fédérale. Rien ne transparaît mettant en cause explicitement la direction confédérale, notamment au sujet du constat de Grenelle mais l’orientation de la direction de leur fédération est sévèrement critiquée. Les attaques portent d’abord sur sa combativité insuffisante au démarrage du mouvement. Albert Brachet, dirigeant marseillais délégué au congrès déclare dans son intervention : « On a sous-estimé la lutte entreprise et généralisée dans tous les ports. Cette grève avec occupation dans de nombreux ports, aurait été l’occasion de disposer d’un rapport de forces face au patronat des ports qui n’a jamais été à terre. Déjà au départ on freinait. » Suit alors la citation de la partie de la circulaire fédérale du 17 mai relativisant l’efficacité de la grève générale illimitée16. Elles se concentrent ensuite sur le bilan des négociations et sur la signature le 10 juin de l’accord dit de « Marceau ». Elles soutiennent l’idée que la grève continuée à Marseille ne se situait pas au-delà de ce qu’il convenait de faire dans le cadre de l’orientation à la fois fédérale et confédérale. Marius Gazelle, autre responsable marseillais déclare quant à lui :

  • 17 Ibid., p. 40.

« Quelles étaient nos revendications sur notre port ? En premier lieu la démocratisation du BCMO et l’application intégrale de la loi du 6 septembre 1947. […] C’était dans la voie de notre Fédération, puisque dans les derniers mois écoulés nos camarades Vaubaillon et Henry sont venus à Marseille. Notre camarade Henry a débattu avec nous de la question. Il nous a bien recommandé d’être inflexibles sur ces questions de démocratisation du BCMO et de défense de la loi de 194717. »

14Ce qui est en cause c’est notamment la sous-estimation de la combativité ouvrière qui s’exprimait dans la grève de masse et les possibilités qu’elle offrait. Les critiques formulées au congrès, confirment l’investissement très fort des dockers marseillais sur le conflit et leur volonté de maximiser dans la grève continuée de juin le bilan de Grenelle.

*

15La grève des dockers de mai-juin 1968 représente sur le port un pic de mobilisation lié à la grève de masse, à la force de l’initiative ouvrière générale et à la dynamique professionnelle qu’elle produit. Ce pic permet que soient soldés un certain nombre de comptes importants pour les syndicalistes CGT dont beaucoup remontent à la grève du printemps 1950 et à la défaite terrible subie alors. Cette inscription du conflit dans une histoire plus longue du port justifie qu’on restaure pour le considérer une perspective se situant pour une part en amont d’une séquence désormais souvent caractérisée comme « les années 1968 ». Cela ouvre par contrecoup un champ de questionnement sur l’articulation de cette séquence historique particulière, en ce qui concerne les luttes ouvrières, à une séquence plus longue des luttes depuis la guerre.

16Le point de vue choisi peut aboutir à une forme de dissolution de l’événement général du printemps 1968 dans la multitude des conflits sociaux particuliers. Mais il semble que la grève des dockers marseillais éclaire aussi une réalité importante du mouvement en ce qui concerne justement « l’emboîtement » et l’interaction des niveaux du conflit et de ses dynamiques. En d’autres termes il semble que l’étude de la dynamique de la grève des dockers marseillais illustre à la fois l’emboîtement des fronts de lutte – locaux et nationaux, sociaux et politiques, professionnels et interprofessionnels – dans un mouvement d’une telle ampleur, et ce dès l’initiative, mais qu’elle rend compte aussi des changements de fronts auxquels son développement peut donner lieu, en particulier des recompositions/décompositions de la dynamique globale du mouvement dans des dynamiques particulières, locales et professionnelles.

Notes

1 Voir entre autres Michel Pigenet, « Les dockers français, “garde-côtes de la paix” », Images et mouvements du siècle, t. ii, Chronique sociale, Éditions France Progrès, 1999.

2 CAC, 870 150 art. 194, Port de Marseille « Grève de mai-juin 1968 », résolution des dockers prise en assemblée générale le 20 mai 1968.

3 Cet ensemble articule notamment : 1 – La revendication d’une diminution de l’horaire avec majoration de salaire sur la base d’une vacation de 6 h 40 (« shift continu »). 2 – La démocratisation des instances portuaires : BCMO et conseil d’administration et donc concrètement le renforcement du contrôle syndical sur l’embauche et sur l’administration du port. 3 – La désignation par l’ensemble des dockers des délégués dans les entreprises et l’instauration de délégués permanents élus par tous pour l’hygiène et la sécurité sur le port. 4 – La retraite à 60 ans. 5 – L’augmentation des effectifs dans les équipes et donc la réduction de l’intensité du travail.

4 AD BdR, 135 W 349, télégramme de synthèse du préfet du 28 mai soirée.

5 AD BdR, 135 W 349 chemise « port ». Rapport de l’ingénieur des travaux publics du port de Marseille daté du 30 mai. La résolution indique que « l’Assemblée générale […], après avoir examiné les propositions gouvernementales et patronales, estime que ces propositions sont nettement insuffisantes et ne correspondent pas aux revendications des travailleurs sur le plan national et corporatif, particulièrement dans le domaine de la durée du temps de travail, des salaires et de l’abrogation des ordonnances sur la Sécurité sociale. Décide de continuer l’action en cours jusqu’à complète satisfaction des revendications. Exprime la confiance des travailleurs du port à leurs dirigeants CGT sur le plan national et corporatif […] ».

6 AD BdR, 135 W 349, télégramme du préfet 28 mai 13 heures 10.

7 AD BdR, 135 W 349 chemise « port ». Rapport de l’ingénieur des travaux publics du port de Marseille daté du 30 mai.

8 AD BdR, 135 W 349 et 350.

9 Cette signature accordée le 10 juin à l’accord dit de « Marceau » avec l’UNIM par la fédération CGT a donné lieu à des critiques extrêmement vives, notamment de la part des Dunquerkois et des Marseillais à l’occasion du congrès fédéral qui a suivi immédiatement le mouvement les 20 et 21 juin. Le contenu de cet accord est au cœur des débats et de la contestation dont le secrétaire général, D. Brest, fait alors l’objet et qui aboutit à son départ de la direction fédérale.

10 Messages des Renseignements généraux du port, AD BdR, 135 W 349 et 135 W 350.

11 AD BdR, 135 W 350, RG Port no 59, 5 juin. Même information pour le 6 juin dans message no 63, AD BdR, 135 W 349 chemise « port ». Concernant les piquets après le 11 juin, Cf. le CR de l’assemblée générale du 11 juin dans le rapport de l’Ingénieur du port daté du 14 juin, dans AD BdR, 135 W 349, chemise « port ».

12 AD BdR, 135 W 351, chemise « Conflit du port de Marseille… ».

13 Rapport du 17 juin de l’Ingénieur des Travaux Publics du port. AN 870 150, art 194. Par ailleurs la résolution de l’assemblée des grévistes du 17 juin « rappelle que conformément aux principes syndicaux, tout accord doit être soumis démocratiquement à l’assemblée générale avant signature ».

14 Compte rendu analytique du congrès de la fédération CGT des Ports et Docks, 20 et 21 juin 1968, p. 47, publication de la fédération.

15 Michel Pigenet, « L’expérience incommunicable des dockers ou le paradoxe portuaire », dans Frank Georgi (dir.), Autogestion. La dernière utopie ?, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003.

16 Compte rendu analytique du congrès de la Fédération CGT des Ports et Docks, 20 et 21 juin 1968, p. 46.

17 Ibid., p. 40.

Auteur

Professeur d’histoire-géographie en lycée à Marseille, doctorant.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540